Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le crime organisé à la ville et à l'écran aux États-Unis, 1929-1951

 | 
Trevor Harris
, 
Dominique Daniel

La réalité et la fiction : les gangsters et leurs (non-) représentations

Annick Foucrier

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le texte de Warshow est traduit dans Ciment, 1992, 140-145.

1Al Capone reste dans les imaginaires le gangster par excellence et le "massacre de la Saint-Valentin" le 14 février 1929, à l'encontre du gang rival du North Side dirigé par Bugs Moran, suffit pour évoquer les guerres que se sont livrées les gangsters à l'époque de la prohibition. Le terme anglais underworld exprime bien le caractère souterrain, clandestin, des activités liées au crime organisé urbain, même si périodiquement des scandales défrayent la chronique et laissent apercevoir des fragments de ce monde en marge de la loi. Aussi les images fabriquées par les journaux et le cinéma sont-elles déterminantes pour façonner les caractéristiques par lesquelles on reconnaît, ce qui n'est, il faut le rappeler, qu'une des formes de la criminalité que connaissent les Etats-Unis au vingtième siècle. Robert Warshow remarque en 1947 que si peu d'Américains connaissent personnellement des gangsters, ils en ont tous une expérience artistique grâce au cinéma. Vêtus d'un imperméable (susceptible de dissimuler une arme) et d'un chapeau (qui cache leurs traits) à la mode des années 1920, armés de mitraillettes, dites Tommy guns, les gangsters des films circulent dans un environnement urbain confiné, obscur, inquiétant)1.

2En 1951, après une année d'enquêtes et d'interrogatoires à la tête d'une commission sénatoriale, le sénateur Estes Kefauver déclare à la télévision qu'un "syndicat du crime" existe à l'échelle de la nation américaine, fédéré par la "Mafia". Il montre du doigt ainsi plus particulièrement les immigrants italiens. Cette identification du crime organisé aux Etats-Unis et de la Mafia sicilienne a été vivement critiquée. Comme l'écrivent Wayne Moquin et Charles Van Doren : "Parce que les noms italiens semblaient prédominer dans les activités criminelles et dans les dossiers de la police, les journalistes et les représentants de la loi ont eu tendance à utiliser le mot 'mafia' comme un équivalent pratique de crime organisé" (1976, viii). Cette image, toujours très populaire, est réductrice. Elle contribue à masquer le caractère pluriethnique, et autochtone, de cette criminalité.

3Dans son étude des gangs de New York de 1930 à 1950, Alan Block (1980, 10-11) a élaboré une distinction entre le monde social ("social world") défini comme le milieu profondément chaotique que ces criminels constituent, et le système social ("social system"), c'est-à-dire l'ensemble des relations qu'ils entretiennent avec leurs clients et les représentants de la loi (policiers, juges, avocats, hommes politiques). Cette distinction est importante pour analyser la criminalité dans ses rapports avec la société américaine.

Le monde social (social world)

4Ce sont les catégories les plus défavorisées, celles des immigrants récents installés dans les quartiers délabrés des centres-villes, qui fournissent les plus forts contingents des gangs. Les sociologues Daniel Bell, Gus Tyler et James O'Kane ont mis en évidence la "succession ethnique" dans les activités criminelles : au fur et à mesure que l'intégration remplit son office, que la situation des immigrants s'améliore et qu'ils peuvent s'installer avec leurs familles dans d'autres quartiers, leur poids dans cette criminalité urbaine diminue. Les Irlandais et les Polonais sont remplacés dans les années 1920 par les Italiens, les Juifs, puis après guerre par les Portoricains, les Noirs, plus récemment par les Coréens, les Ukrainiens... Ecartés du fait de leurs origines sociales des emplois rémunérateurs et valorisants, ils se tournent vers "l'échelle tordue" des activités illégales pour une ascension sociale frauduleuse ("crooked ladder" : voir Bell, 1953 ; Tyler, 1962 ; O'Kane, 1992).

5La prohibition, c'est-à-dire l'interdiction de la production, du transport, de la vente de toute boisson de plus d'un demi degré d'alcool votée en 1919, met hors-la-loi des millions d'Américains consommateurs de whisky mais aussi de bière et de vin. Les années 1920 sont marquées par des luttes d'une extrême violence entre les gangs des villes du Nord-Est (à New York et à Chicago surtout, mais aussi Detroit, Cleveland, Kansas City) pour le contrôle du commerce d'alcool, illégal donc très rémunérateur. Les sommes considérables qui circulaient auparavant dans l'industrie et le commerce de l'alcool ne disparaissent pas. Elles sont simplement détournées vers la criminalité. La prohibition est abolie en 1933, ce qui assèche le marché. Pour éviter une recrudescence des conflits autour d'activités réduites, et après avoir éliminé leurs rivaux irlandais et polonais, et assassiné les chefs siciliens partisans d'une criminalité à l'ancienne sur le modèle de la Mafia (ceux que l'on a surnommés les "moustachus"), les chefs des principaux gangs de New York (Charles "Lucky" Luciano, Frank Costello, Joey Adonis, Meyer Lansky, Bugsy Siegel, Louis Buchalter, Abner Zwillman, Dutch Schultz) italiens et juifs, constituent un conseil des chefs, un cartel, The Syndicate, et se partagent les marchés du jeu, de la prostitution, de la drogue, comme de banals hommes d'affaires. Ils nouent des alliances avec d'autres gangs à Chicago, Kansas City, Cleveland, St. Louis... Une nouvelle génération arrive au pouvoir, en général née aux Etats-Unis ou arrivée très jeune. L'organisation criminelle qu'elle bâtit est d'inspiration américaine plus qu'italienne.

6La population, lasse de l'insécurité causée par les guerres entre gangs, exige que des mesures soient prises. Des hommes politiques ambitieux, le maire de New York, Fiorello La Guardia, les procureurs Thomas Dewey et William O'Dwyer, lancent des offensives contre les gangsters les plus célèbres, avec quelque succès. Charles Luciano est condamné à la prison en 1936, Louis Buchalter à la chaise électrique en 1944. Mais le crime organisé n'est pas démantelé. Simplement les gangsters adoptent un profil bas, quittent les grandes villes du Nord-Est vers le Sud (la Floride, la Nouvelle-Orléans), l'Ouest (Las Vegas, Los Angeles) voire l'étranger (Cuba) où ils développent leurs activités. C'est ce que constate la commission sénatoriale dirigée par le sénateur Estes Kefauver en 1951. Dans les années 1950, la direction qui était partagée entre Juifs et Italiens devient uniquement italienne, comme le montre le "barbecue" d'Apalachin. En novembre 1957, des policiers de l'Etat de New York, intrigués par un rassemblement suspect dans la propriété d'un industriel italo-américain, Joseph Barbara, perturbent une réunion dont tous les participants étaient italiens ou d'origine italienne, la plupart connus des services de police. C'est l'aboutissement du processus de succession ethnique dans une criminalité endogène aux Etats-Unis et non pas une création par une organisation étrangère comme l'imaginent alors les criminologues.

Les films de gangsters

7Le gangster est perçu différemment selon les niveaux culturels : la culture savante manifeste longtemps à son égard le désintérêt qu'elle éprouve envers les immigrants, les marginaux, les criminels. C'est particulièrement vrai pour l'histoire, mais même les sociologues abordent le sujet avec précaution, comme le montre Marylee Reynolds (1995). La criminologie est certainement la discipline la plus prolixe, mais elle produit à usage interne.

8Dans les quartiers misérables des grandes villes dont il est issu et où s'entassent les immigrants récents, le gangster est à la fois craint, voire haï, mais aussi respecté quand il défend les siens en faisant agir ses relations politiques. Les plus jeunes l'admirent, mais ceux qui souhaitent protéger la réputation de leur communauté préfèrent ne pas en parler.

9C'est la culture de masse, journalisme, cinéma, télévision, qui est la plus bavarde. Mais si les réalisateurs de films se targuent de rendre compte de la réalité, l'écran est à la fois révélateur et masque. Les films de gangsters s'inspirent de l'actualité, d'articles de journaux, de romans souvent écrits par des journalistes, ce qui ne signifie pas qu'ils représentent fidèlement la réalité. Ils ont toujours un certain retard par rapport à l'évolution du crime organisé. Ainsi The Public Enemy (1931) utilise des faits-divers rapportés à propos du gang de Dion O'Banion (comme la scène du pamplemousse écrasé sur la figure de la petite amie du gangster ou l'exécution du cheval responsable de la mort de l'un d'eux) dont les membres sont alors morts ou en prison. Quand Scarface sort (1932), celui qui l'a inspiré, Al Capone, est en prison pour fraude fiscale. Thomas Doherty souligne l'opposition entre la représentation des bandits du Midwest rural, de vrais Américains protestants d'origine anglosaxonne ou germanique, comme John Dillinger, Bonny Parker ou Clyde Barrow, et celle des gangsters de Chicago, Al Capone, (Italien), Dion O'Banion (Irlandais), Hymie Weiss (Polonais), catholiques issus de l'immigration récente et de l'environnement urbain. "Hollywood aussi préférait représenter le gangster comme une invasion étrangère plutôt que comme une maladie autochtone" (1999, 140). Les personnages des films de gangsters sont typés : ce sont des Irlandais ou des Italiens, ceux-ci joués par des acteurs juifs.

10Pour Jonathan Munby (1999, 5), les films de gangsters "classiques", Little Caesar, The Public Enemy et Scarface, sont plus favorables aux immigrants qu'on ne l'a estimé. Il estime qu'ils sont moins représentatifs d'un "genre" qu'emblématiques du changement dans la façon de représenter "l'autre". C'est un des rares lieux où est représentée la vie des couches sociales populaires issues de l'immigration. Selon lui, les films de gangsters sont éminemment contestataires. Ils visent à contrer les stratégies d'exclusion, ils montrent des immigrants qui protestent contre le fait de ne pas être considérés comme des Américains. La lutte du gangster contre ce qui entrave son ambition peut être comprise et approuvée par un public alors victime de la dépression économique.

11Notons en passant, comme le fait Andrew Bergman, que la criminalité n'offre pas les mêmes possibilités aux femmes : "Le trajet de la femme perdue (fallen woman) était l'inverse de celui du gangster. Alors que l'homme choisissait une vie de gangster comme moyen d'accès à la réussite sociale, la femme tombait dans la prostitution à la suite d'une série d'échecs" (1971, 50). Peu de films posent la question du rôle de l'environnement dans l'évolution vers la délinquance et le crime.

12Bien qu'ils jouent un rôle égal à celui des Italiens dans la criminalité urbaine, des exécutants aux dirigeants, les gangsters juifs sont pratiquement absents des films. La place importante des juifs dans l'industrie du cinéma et la crainte de l'antisémitisme contribuent à expliquer cette invisibilité. King of the Roaring Twenties : The Story of Arnold Rothstein (1961) est le premier film consacré à un gangster juif (Friedman, 1982, 64). Ce n'est que la génération née après la Deuxième guerre mondiale qui a confronté cet aspect du passé, et y a cherché une image de durs, de combattants qui contrebalance celle alors dominante des victimes des camps (voir Rockaway, 1994 ; Kraus, 1995).

Le système social (social system)

13La distinction opérée par Alan Block entre monde social et système social a le mérite de rappeler que le crime organisé ne va pas sans une collusion politique, et qu'il existe une dialectique entre le crime et son environnement. Depuis la petite délinquance jusqu'aux grands criminels, des hommes politiques, des policiers, des hommes de loi, contribuent à assurer l'impunité des malfaiteurs et la poursuite de leurs activités. Au début du vingtième siècle, les gangsters servent d'hommes de main aux hommes politiques qui leur assurent l'impunité en échange de leur aide pour gagner les élections. Dans les années 1920, les sommes considérables que les gangsters retirent de la contrebande d'alcool leur donnent les moyens d'acheter policiers, politiciens et hommes de loi, renversant les rapports de force. De même les industriels ou les syndicats qui font appel à des gangsters pour régler des conflits sociaux ou des situations de concurrence se retrouvent dans les années 1930 vulnérables au racket.

14Dans les années 1930, la violence et la corruption apparaissent comme des explications pertinentes des maux de l'Amérique, alors frappée par une crise qu'elle n'avait pu imaginer. La représentation de la corruption des serviteurs du droit et de la nation est prohibée par le Code mis en place dans l'industrie cinématographique en 1934. Ainsi le personnage des G-Men, les agents fédéraux, a pour mission d'exalter la victoire de la loi. La fin de la guerre n'apporte pourtant pas la paix à laquelle aspiraient les Américains, mais un conflit aux contours incertains, la "guerre froide". Les coupables désignés sont plutôt recherchés à l'étranger. Les communistes, stigmatisés par le sénateur Joseph McCarthy et pourchassés par le FBI d'Edgar Hoover, et la Mafia, organisation étrangère par nature, sont présentés comme la preuve d'un complot contre les États-Unis et fournissent des explications commodes mais trompeuses aux difficultés d'après-guerre. Les films "noirs" traduisent le désarroi des Américains face à un monde indéchiffrable.

Conclusion

15L'accent mis sur le caractère italien du crime organisé laisse dans l'ombre la participation des autres immigrants. La popularité d'Al Capone et de la "Mafia" déforme la réalité de la composition pluriethnique du crime organisé : gangsters italiens et juifs s'opposent à des gangsters irlandais et polonais (en 1929, l'élimination des hommes de George Moran marque la défaite des gangs irlandais à Chicago), et sont de connivence avec des policiers et des hommes politiques qui sont souvent irlandais. Les Italiens sont plus visibles que les Juifs parce que l'image de la Mafia sert à occulter les autres composantes, mais aussi parce que les communautés italiennes sont plus dispersées sur le territoire et que leur immigration dure plus tardivement.

16Les gangsters sont des bandits urbains d'origine immigrée pour lesquels la criminalité constitue une possibilité d'ascension sociale. Elle manifeste à la fois l'attrait du rêve américain et la frustration d'en être écartés. La réussite de quelques-uns fait oublier les échecs de la majorité, et oriente les ambitions des plus jeunes.

17Le monde criminel fascine ceux qui n'en sont pas victimes. Au début du siècle, les bourgeois curieux louent les services de détectives pour les escorter dans les bas-fonds de New York ou Chicago. Dans les années 1920, les journaux satisfont la soif de faits-divers horribles et scandaleux d'un public de classes moyennes. Le cinéma et les films de gangsters ne font pas qu'apporter de l'action et mettre en scène la violence, ils démocratisent le frisson de l'encanaillement : chacun peut voir des gangsters vivre et agir comme ils sont supposés le faire, sans le risque de se retrouver pris dans une fusillade. Et en 1951 la télévision franchit une nouvelle étape lors des auditions de la commission Kefauver qui sont retransmises et font entrer de vrais gangsters non seulement dans les bars, mais aussi dans les bureaux, et même dans les salons des Américains de la classe moyenne.

Bibliographie

Ouvrages cités

Bell, Daniel. "Crime as an American Way of Life." The Antioch Review 13 (1953) : 131-154.

Bergman, Andrew, 1971. We're in the Money : Depression America and, its Films. New York : New York University Press.

Block, Alan, 1980. East Side - West Side : Organizing Crime in New York, 1930-1950. Cardiff : University College Cardiff Press.

Ciment, Michel, 1992. Le crime à l'écran : une histoire de l'Amérique. Paris : Découvertes Gallimard.

Doherty, Thomas, 1999. Pre-Code Hollywood : Sex, Immorality and Insurrection in American Cinema, 1930-1934. New York : Columbia University Press.

Foucrier, Annick, 2001. Les gangsters et la société américaine (1920-1960). Paris : Ellipses.

Friedman, Lester D., 1982. Hollywood's Image of the Jew. New York : F. Ungar Pub. Co..

Kraus, Joe, 1995. "The Jewish Gangster : A Conversation Across Generations." The American Scholar 64 (1995) : 53-65.

Moquin, Wayne and Charles Van Doren, eds, 1976. The American Way of Crime : A Documentary History. New York : Praeger Publishers.

Munby Jonathan, 1999. Public Enemies, Public Heroes : Screening the Gangster from "Little Caesar" to "Touch of Evil". Chicago : University of Chicago Press.

O'Kane, James, 1992. The Crooked Ladder : Gangsters, Ethnicity, and the American Dream, New Brunswick : Transaction Publishers.

Reynolds, Marylee, 1995. From Gangs to Gangsters : How American Sociology Organized Crime, 1918-1994. Guilderland, NY : Harrow and Heston.

Rockaway, Robert A. 1994. "Hoodlum Hero : The Jewish Gangster as Defender of His People, 1919-1949." American Jewish History 82 (1994) : 215-235.

Tyler, Gus, 1962. Organized Crime in America : A Book of Readings. Ann Arbor : University of Michigan Press.

Warshow, Robert, 1948. "The Gangster as Tragic Hero." Partisan Review (février).

Notes

1 Le texte de Warshow est traduit dans Ciment, 1992, 140-145.

Auteur

Université Paris XIII - Paris-Nord

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540