Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Rien n’est jamais gagné

Femmes élues, leurs responsabilités dans la gestion des villes

Nicole Roux et Monique Bigoteau

Texte intégral

1Les résultats des élections liés à l’application de la loi sur la parité nous donnent une image statistique : il y a plus de femmes élues dans les communes en 2001 que lors des précédents scrutins. Cette entrée des femmes dans la vie municipale que certains qualifient de « massive » tient a priori au seul fait de l’obligation légale du nouveau dispositif électoral. Le constat ainsi établi s’appuie sur des données quantitatives construites à l’échelle nationale, mais qui ne rendent pas compte de réalités locales souvent plus diversifiées qu’il n’y paraît. La manière dont la parité se traduit concrètement nécessite une observation précise selon la taille des communes et le type de responsabilités confiées aux femmes sur la scène municipale. Cette observation à différents niveaux devrait nous permettre d’apprécier les disparités observées et de mesurer si l’augmentation du nombre de femmes élues accompagne une évolution sociale plus profonde qui tendrait à reconnaître désormais comme légitime le rôle des femmes dans les responsabilités locales.

2Le type d’engagement des femmes dans la vie politique municipale ne peut pas se comprendre sans analyser le contexte général dans lequel il s’inscrit. La taille des communes, leur localisation géographique, leurs caractéristiques socio-démographiques et économiques apparaissent comme autant de facteurs à mettre en relation avec la place accordée aux femmes dans la gestion des collectivités.

  • 1 Le matériau d’enquête est constitué à partir d’entretiens réalisés auprès de candidates aux électi (...)

3Après avoir dégagé quelques grandes tendances montrant que la part d’élues et de femmes en charge de responsabilités municipales (maires, adjointes) varie selon ces différents facteurs, nous présenterons quelques éléments relevant d’approches plus qualitatives1. L’analyse d’entretiens, d’enquêtes et d’observations de réunions publiques, permet en effet de comprendre comment des femmes se sont retrouvées à la tête de municipalités et comment elles le vivent.

  • 2 Ils sont pris comme départements tests dans le cadre d’une étude qui, dans un second temps, sera é (...)

4Nous avons donc constitué une base de données rassemblant un ensemble de variables significatives caractérisant les dimensions précédemment évoquées comme la population active, le secteur d’activité dominant, le taux d’activité des femmes, etc., pour chaque commune. Nous sommes en mesure de présenter les premiers résultats issus de cette approche quantitative faite à l’échelle des départements de La Loire-Atlantique et du Finistère.2 Ces deux départements ont été choisis en raison de leur dissemblance : le premier est marqué par la présence d’une grande ville générant un processus de métropolisation, le second, en raison de sa localisation excentrée, développe une dynamique plus tournée vers les ressources maritimes et agricoles. Notre approche s’appuie sur une analyse comparée de la composition des conseils municipaux sortis des urnes en mars 2001, soit les premières élections locales françaises appliquant la loi dite de la parité.

TAILLE DES COMMUNES ET FÉMINISATION

5Le premier constat issu de nos données conduit à distinguer les communes selon la façon dont la loi s’y appliquait.

Les petites communes à l’honneur

6Pour les communes de plus de 3 500 habitants, les résultats nationaux des élections de 2001 montrent que 47,5 % de femmes siègent dans les conseils municipaux (contre 25,7 % en 1995). Les villes de plus 30 000 habitants comptent 48 % de femmes élues. Dans les communes de moins de 3 500 habitants, on est passé de 21 % en 1995 à 30 % en 2001, alors que la loi ne faisait pas obligation dans ces dernières de présenter des listes comprenant autant de femmes que d’hommes.

  • 3 Outre la taille des communes et le nombre de femmes élues, nous avons relevé la répartition des dé (...)

7Pour les deux départements retenus : Finistère et Loire-Atlantique, les premières observations partielles montrent que la répartition des femmes dans les conseils municipaux n’est pas homogène, ce qui nous incite à aller plus avant dans l’analyse. La constitution d’une base de données intégrant une quarantaine de variables3 s’est avérée nécessaire pour étudier le phénomène dans ses multiples dimensions. Les premiers traitements croisant le sexe, la taille de la commune, les responsabilités des édiles permettent d’établir un premier constat.

8Par souci de lisibilité, nous avons adopté la convention suivante pour les communes inférieures à 3 500 habitants : sont regroupées dans la catégorie 1, les communes de moins de 1 500 habitants, dans la catégorie 2, celles de 1 500 à 2 499 habitants, enfin dans la catégorie 3 celles de 2 500 à 3 499 habitants. Nous allons voir pour les départements qui nous intéressent que cette lecture minutieuse par taille de communes s’impose pour mettre en évidence toute la différence qui existe entre une commune de 500 habitants où tout le monde se connaît depuis des générations, et une autre de 3 500 habitants qui a vu au cours de ces vingt dernières années le nombre de ses permis de construire se multiplier par 4 ou 5 en raison de sa proximité avec une grande ville par exemple ou de son appartenance à un bassin d’emploi dynamique.

  • 4 Soit 5 femmes et plus pour des conseils de 11 à 15 membres.

9On constate que dans les plus petites communes (catégorie 1), en Finistère, les 2/3 ont atteint la parité4, contre seulement 1/3 en Loire-Atlantique.

10Si en Finistère, 31 % des communes de catégorie 2 atteignent la parité dans la composition du conseil municipal (avec 8 à 11 femmes pour une assemblée de 19 élus), en Loire-Atlantique, il n’y a que 12,3 % des municipalités concernées qui atteignent ce seuil.

11Parmi les communes de catégorie 3, en Finistère, 74,2 % d’entre elles regroupent dans leur conseil 12 femmes et plus sur 23 conseillers, mais le pourcentage n’est que de 58,1 en Loire-Atlantique.

12Donc, les communes de moins de 3 500 habitants du Finistère apparaissent comme de « meilleures élèves » de la parité que celles de Loire-Atlantique. Pour ces deux départements, comme à l’échelle nationale, on constate que plus on se rapproche du seuil des 3 500 habitants, plus la proportion d’élues augmente. Mais cette tendance est plus ou moins forte, la comparaison entre les deux départements retenus le montre.

Influence urbaine et féminisation

13L’idée même de parité semble aussi avoir gagné du terrain au-delà de la stricte application de la loi établissant le seuil du nombre d’habitants requis et ce constat est particulièrement vrai pour les communes sous influence urbaine.

14Cette tendance générale est confirmée par la composition des conseils municipaux du département de la Loire-Atlantique. Certaines communes périurbaines nantaises, celles de l’aire d’influence de Saint-Nazaire ou de Châteaubriant en sont un bon exemple, puisque le taux de féminisation des conseils peut atteindre entre 47 et 54 % alors que pour certaines, la composition des listes n’était pas soumise à la loi dite de la parité. A contrario, dans les espaces ruraux du Nord-Est du département, au cœur du vignoble nantais, ou vers le Choletais, la part des femmes élues est très faible (entre 6 et 24 %).

15Ce phénomène est observable ailleurs, il confirme que l’idée de parité est d’abord étroitement associée au mode de vie urbain. Mais il y a des exceptions au sein d’un même territoire et entre territoires voisins qu’il est intéressant de comprendre, ce qui plaide pour la mise en œuvre d’une analyse détaillée de ces disparités géographiques.

16Ces spécificités « locales » renvoient à différents facteurs et types d’explication comme : la taille et le type de la commune, les dynamiques sociales et associatives qui y sont à l’œuvre, son intégration dans les systèmes économiques et réseaux divers, et notamment urbain et son histoire politique et sociale. Que ce soit à l’échelle de la commune ou à celle plus vaste d’un territoire donné, comme le « pays », les contextes locaux sont prégnants et méritent d’être décryptés avec attention pour comprendre leur influence sur les comportements des élus, sur la composition des équipes, sur le choix de l’exécutif municipal et sur la réelle féminisation de la politique locale.

POUVOIR MUNICIPAL : PLACE DES FEMMES

Peu de femmes à la tête des villes

17La progression nationale du nombre de femmes qui assument la fonction de maire est sensible (entre 1995 et 2001 : + 3,4 % tous types de communes confondus), mais nous n’en sommes encore qu’à 10,8 % de communes dirigées par une femme. 11,2 % des maires de communes de moins de 3 500 habitants sont des femmes, contre 6,9 % dans les communes de plus de 3 500 habitants. En fait, sur les 3 995 femmes élues maires en 2001 plus de 80 % sont maires de communes de moins de 3 500 habitants. Cette observation se vérifie pour les deux départements retenus : sur 26 femmes maires en Loire-Atlantique, 21 le sont dans les plus petites communes et sur 35 femmes maires du Finistère, 30 d’entre elles sont à la tête de municipalités de moins de 3 500 habitants. Au vu de ces résultats, les petites communes semblent favorables aux femmes et, à ce titre, elles sont souvent montrées en exemple. On ne saurait se satisfaire de ce constat, car le fait d’avoir une commune dirigée par une femme n’implique pas automatiquement parité ou forte féminisation du bureau municipal.

18Comme la proportion de femmes à la tête des équipes municipales est faible, on aurait pu s’attendre à retrouver plus de femmes en fonction de première adjointe, or ce n’est pas le cas. Et nous verrons qu’on est loin du compte y compris en deuxième ou troisième position, et de plus que le type de délégation accordé n’est pas anodin. Le niveau de féminisation des exécutifs municipaux apparaît alors comme un bon révélateur de la répartition du pouvoir entre les sexes.

La féminisation de l’exécutif municipal ?

19Sur l’ensemble des conseils municipaux de Loire-Atlantique et du Finistère, nous avons pu établir pour les équipes dirigeantes, des profils types, qui prennent en compte le sexe du maire et des trois premiers adjoints, selon la taille des communes.

20Pour les villes de plus de 10 000 habitants, en Loire-Atlantique, la tendance générale est plutôt d’une femme pour les quatre fonctions, en Finistère de deux pour quatre. Le fait que le département de la Loire-Atlantique soit composé de villes de taille plus importante peut expliquer cet écart. Les enjeux y sont plus politiques et marqués par le processus de métropolisation. Cette différence se reproduit aussi au niveau des deux communautés urbaines (Nantes et Brest). À Nantes, sur 30 vice-présidences, quatre sont confiées à des femmes (13 %), et sur 80 conseillers délégués, on dénombre 24 femmes (30 %). À Brest, sur 24 vice-présidences, sept sont confiées à des femmes (29 %), et sur 55 conseillers délégués, il y a 23 femmes (42 %).

21Cette spécificité nous a incité à comparer Brest avec des communautés urbaines de taille équivalente comme celle de Dunkerque (18 communes, 214 358 habitants) : sur les 79 membres de l’assemblée communautaire on a 18 femmes (23 %), sur les 21 vice-présidences, une seule est confiée à une femme (éducation, université, démocratie locale). Quant à celle du Mans (8 communes 189 775 habitants) dirigée par une assemblée de 57 personnes, elle a accordé 17 sièges à des femmes (30 %), et 5 sièges de vice-présidences sur 15. Il apparaît après enquête que la présence significative de femmes dans ces instances urbaines repose essentiellement sur une politique volontariste affirmée par la majorité des élus des villes concernées.

22Quant à l’exécutif de villes plus petites (3 500 à 9 999 habitants), en Loire-Atlantique, on dénombre le plus souvent aucune ou une seule femme parmi l’équipe dirigeante composée du maire et de ses trois premiers adjoints. En Finistère, on trouve entre une et deux femmes. Dans la catégorie des communes de 2 500 à 3 499, pour les deux départements, on compte entre aucune et une femme. Pour les communes de 1 500 à 2 499, en Loire-Atlantique aucune femme dans une des quatre fonctions, pour le Finistère, entre aucune et une élue. Enfin pour les plus petites municipalités, il n’y a aucune femme dans 70 % des communes sur les deux départements. La situation des femmes élues conseillères municipales est donc à revoir considérablement à l’aulne des responsabilités exécutives.

23Pour résumer, la taille des communes est un facteur discriminant aux deux extrêmes, les grandes villes où l’exécutif est loin de la parité affichée pour l’ensemble du conseil et les plus petites communes où la féminisation de l’exécutif est nulle. Différents types d’explications peuvent être avancés selon les contextes : les logiques politiques et d’appareil très fortes dans les grandes villes conduisent à évincer les femmes ; la tradition encore répandue en milieu rural de confier la gestion de la cité aux hommes a conduit parfois des électeurs à rayer les femmes candidates sur des listes d’après le témoignage de femmes assesseurs dans des bureaux de vote de petites communes finistériennes.

24Finalement on dénombre 424 femmes adjointes en Finistère soit 8 % de l’ensemble des élus. En Loire-Atlantique, on note la même proportion avec 381 femmes adjointes.

25Pour valider notre précédente hypothèse, il serait nécessaire, cas par cas, et selon la taille des communes de regarder d’après la composition des listes déposées comment dans le jeu des rapports de force entre courants politiques notamment dans les villes, les femmes sont finalement plus souvent écartées que les hommes des instances de décision.

26« J’étais élue en troisième position en nombre de voix. On m’a écartée. Je ne suis pas adjointe. Je pense que j’aurai dû avoir une délégation. Est-ce de l’orgueil ? Aujourd’hui, je suis simple conseillère municipale ». (Conseillère du Finistère élue en 2001)

27D’un point de vue qualitatif, la nature des mandats confiés aux femmes à travers les postes d’adjoints surprend peu. Les responsabilités qu’elles assurent se répartissent selon les domaines suivants :

Types de délégations confiées aux premières, deuxièmes et troisièmes adjointes

Types de délégations confiées aux premières, deuxièmes et troisièmes adjointes

28Leurs compétences reconnues d’emblée sont dans le champ du social et de l’éducation. Les femmes élues appartenant aux professions intermédiaires voire cadres du secteur social (infirmière, assistance sociale, éducatrice), ou enseignante se retrouvent « naturellement » en charge de ces dossiers. Les finances, l’urbanisme demeurent l’apanage des hommes. De ce point de vue, il n’y a pas de changement. L’assignation des rôles sociaux est bien reproduite. La réalité de la répartition sexuée dans la sphère professionnelle (secteur social et éducatif essentiellement féminin) est parfaitement dupliquée dans le système de gestion de la cité.

29Le contexte général est constitué d’éléments qui continuent à résister à la prise de responsabilité des femmes. Il nous semble donc intéressant d’éclairer ce constat par une approche plus qualitative de leur investissement local, en particulier, dans les communes où on leur a fait une place.

TÉMOIGNAGES DE NOUVELLES ÉLUES SUR LEUR IMPLICATION MUNICIPALE

Leur perception et leur vécu de la politique

30Tout le monde a pu entendre çà et là, des propos sur le fait qu’avec l’entrée des femmes en politique s’ouvrirait une nouvelle ère où on ferait de la politique autrement. On ne saura sans doute jamais rien sur une politique menée exclusivement par des femmes et il faudra un bon nombre d’années avant de pouvoir faire le bilan d’une politique municipale menée par une équipe où la mixité sera plus forte et où les femmes prendront une part plus active à la décision.

31Mais il est possible aujourd’hui d’analyser la perception de la gestion municipale à travers les témoignages de femmes élues en 2001 pour un premier mandat.

  • 5 Les femmes élues ont presque toutes eu un engagement associatif avant d’être candidates, si on éta (...)

32Ces nouvelles élues se positionnent d’abord par rapport au modèle démocratique qu’elles connaissent selon les divers milieux associatifs5 qu’elles ont pratiqués. Avec cette grille de lecture, elles s’étonnent dans un premier temps du mode de fonctionnement de cet univers qu’elles découvrent que ce soit du point de vue du contenu, des relations entre les individus, ou de la manière dont s’exerce le pouvoir.

33« On est venu me chercher car j’étais active dans le tissu associatif. On m’a dit, il faut faire un programme, j’ai participé à l’élaboration du programme. Dans l’équipe, il y avait des nouveaux comme moi, naïfs, qui essayaient de répondre à la question : Qu’est-ce qu’on a envie de faire ? Et puis des anciens élus qui étaient sur la base : on est une équipe qui gagne, on va gagner. Aujourd’hui l’équipe doit se comporter comme une équipe de foot ! Depuis que je suis élue, il faut que j’apprenne à me taire. Parfois on agit même contre nos envies, nos projets ! » (Conseillère municipale du Finistère)

34Sur le contenu, un certain nombre d’entre elles se considèrent tenues par les positions publiques annoncées. Elles s’estiment « recrutées » sur un poste avec un contrat moral et social à durée déterminée.

35Cette notion de contrat social politique est portée par l’ensemble des individus (hommes et femmes) issus du milieu associatif. De leurs expériences passées, ils disent avoir tiré des leçons sur le lien entre l’action concrète, les programmes d’intervention et les choix de société. Cette façon de se positionner comme élu semble correspondre en fait à un mode de socialisation collective effectuée dans les associations. Par exemple, l’équipe qui a pris la municipalité de Lanester, commune du Morbihan, à l’issue du scrutin de mars 2001 a construit son projet en référence à ce modèle. Il s’agit d’une liste qui s’est constituée à partir d’une dynamique de militants du milieu associatif. Ces derniers ont élaboré un programme sur la base duquel ils se sont fait élire et ils n’ont de cesse de le mettre en œuvre point par point et de respecter leur engagement comme la consultation et la mise en place des conseils de quartier. Ce type de comportement paraît aujourd’hui plutôt correspondre à celui des femmes car la majorité des hommes élus s’inscrivent quant à eux dans des parcours plus classiques devant leur siège à leur notabilité ou à leur parti politique.

36Ainsi pour un ensemble de femmes interrogées, les expériences acquises depuis un an montrent qu’elles ressentent la nécessité de dépasser des logiques claniques pour aboutir sur une question, un projet. Mais cette logique n’est pas celle communément à l’œuvre sur la scène politique, surtout dans le cas des grandes communes avec un fort clivage opposant différentes tendances, où la surenchère politique liée aux enjeux peut primer sur l’intérêt général.

37Parfois elles s’étonnent voire sont choquées de devoir adopter le comportement commun selon lequel la logique de parti, la cohérence de la liste et la discipline passe avant l’engagement personnel sur le contenu d’un projet.

  • 6 Ces termes utilisés pour désigner le monde associatif et les organisations du mouvement social lai (...)

38Or, la majorité des femmes sollicitées pour composer les équipes sont issues de la « société civile »6, et les logiques d’appartenance et d’encadrement propres à l’organisation politique vont souvent à l’encontre de leurs pratiques associatives habituelles. Les entretiens montrent que situées hors des réseaux politiques, elles connaissent une sorte d’isolement après leur élection. La socialisation liée aux partis (formation, culture institutionnelle et politique, relais et réseau de compétences politiques) leur manque et elles cherchent d’autres formes d’entraide pouvant les soutenir dans leur activité d’élue.

39Certaines évoquent de manière prudente la solidarité entre femmes élues de diverses tendances politiques, en particulier dans les grandes villes, comme un moyen possible de rompre cet isolement. Ce type de coopération entre femmes qui reste exceptionnel, est parfois mis en avant comme moyen pour travailler autrement sur certains dossiers d’équipements urbains par exemple, plus ou moins conflictuels. L’essentiel pour elles est de pouvoir débattre en relégant la logique partisane au second plan.

40« ... Une fois on s’est retrouvé à la pizzeria, et on était quatre femmes et c’était par hasard après une réunion, pour une manifestation. Elle (une adjointe) avait dit à la fin du repas : « Mais c’est incroyable, on est là quatre filles et il n’y a pas eu un mot plus haut que l’autre, on a fait ce qu’on avait à faire et quand on regarde toi tu es au PC, au PS, au GRIL ». Je crois que quatre bonshommes n’auraient pas pu faire cela, je crois qu’effectivement même si le premier niveau de solidarité c’est l’appartenance politique, je crois que les femmes sont plus enclines à dépasser ce stade-là et à créer un réseau de solidarité, ce n’est pas vraiment conscient, je ne l’ai pas ressenti comme cela ». (Élue d’une commune du Finistère)

  • 7 L’exposé de ce résultat lors de conférences publiques dans deux communes rurales du Finistère a pr (...)

41Les femmes élues et la particularité de leur cheminement avant leur entrée en politique vont peut-être déstabiliser les logiques à l’œuvre sur la scène municipale. Mais il est possible aussi qu’elles soient découragées. Pour l’heure, les femmes, nouvelles élues pour la plupart, se considèrent en situation d’apprentissage et ne se sentent pas légitimes pour faire part publiquement de ce qu’elles pensent. De plus, elles sont confrontées à un système de fonctionnement qui semble entériné depuis longtemps et que les élus plus anciens imposent comme modèle7. Et finalement dans leur grande majorité elles se retrouvent mises à l’écart du pouvoir.

42Ce constat nous a conduit à effectuer le choix d’interroger des femmes exerçant leur premier mandat de maire, sur la perception de leur fonction et leur façon de la gérer. Dans cette configuration sociale particulière qui se révèle à la fois un moment de découverte, d’adaptation et de prise de décisions, nous pensions pouvoir observer avec plus de force les tensions et les contradictions qu’elles pouvaient vivre.

Le rapport au pouvoir

43Nous avons choisi de rencontrer et d’interroger quelques femmes maires afin d’identifier quels étaient les contextes locaux qui avaient pu leur être favorables et de mieux connaître leur propre perception de la situation puisqu’elles occupent le premier rang de l’exercice du pouvoir local. Dans la façon de prendre leur responsabilité et des décisions, trois types de pratique chez ces nouvelles maires ont pu être identifiées : la délégation, le management, et le centralisme. Ces pratiques n’existent pas de façon désincarnée, c’est la raison pour laquelle elles sont mises en perspective avec un certain nombre d’éléments qui se révèlent pour une part explicatifs.

44Telle femme, maire d’une commune de plus de 15 000 habitants (institutrice, 55 ans) issue du militantisme syndical et associatif raconte comment elle a été sollicitée par les différents partis de gauche pour devenir tête de liste. Elle a tendance à percevoir sa fonction comme celle d’une animatrice d’équipe ; elle applique une délégation de confiance dans le cadre de choix politiques partagés. La délégation est donc une forme de responsabilisation évidente des adjoints sur un domaine de compétence. Elle n’effectue pas de contrôle systématique sur le contenu d’un dossier, une coopération s’organise.

45Une autre, élue à la tête d’une commune de plus de 3 000 habitants sous l’influence d’une grande agglomération (cadre de direction, 53 ans), reconnue dans l’équipe en constitution pour ses compétences professionnelles, en tant que responsable de ressources humaines, perçoit sa fonction une fois élue maire comme celle de coordinatrice d’équipe, de manager. Elle considère qu’elle dispose de collaborateurs avec lesquels elle étudie les dossiers. Dans le même profil, cette autre maire qui travaillait comme cadre dans le service de ressources humaines de l’entreprise de son mari. Son mari ayant été sollicité pour se présenter mais ne pouvant pas libérer suffisamment de temps, lui a demandé de se présenter et elle a été élue.

46Une troisième en charge de la gestion d’une commune touristique de plus de 400 habitants (mère au foyer, femme de gros exploitant agricole, 53 ans), que l’on peut assimiler à une notable, héritière y compris en politique puisqu’un de ses oncles a été maire, fonctionne plus de manière centralisée, délégant peu ou pas. Elle est isolée, entourée d’une garde rapprochée limitée à un ou deux élus. Elle se retrouve plus souvent en situation conflictuelle, y compris au sein de son propre courant.

47Ici le rapport des femmes maires à la délégation de pouvoir varie selon leur système de valeurs de références, étroitement lié à leur univers social d’origine mais aussi à des contextes laissant l’espace de pouvoir plus ou moins ouvert ou vacant. Ces modes de rapport du pouvoir relèvent de modèles de comportements connus en sociologie politique qui ne sont ni spécifiquement féminins, ni propres à la gestion des villes.

48Il y a pourtant un aspect que toutes les femmes élues interrogées abordent et qui pourrait paraître spécifiquement féminin, il s’agit du rapport au temps.

49Dans le cadre du fonctionnement municipal, une attention particulière par exemple est accordée aux heures de réunions (début et fin), à l’efficacité des discussions, à la nécessité de conclure, de trancher dans les délais. Autour de cette thématique, réapparaît systématiquement la nécessité de concilier au mieux vie publique et vie personnelle. Les femmes portent ainsi au sein des conseils municipaux des questions sensibles qui les concernent puisqu’il faut être sur tous les fronts, vie professionnelle, vie familiale et vie publique.

50La conciliation de la double activité, loin d’être résolue dans la société, se retrouve ainsi propulsée au cœur même du fonctionnement des équipes municipales. Même si la prise en compte de cette question est loin d’être acquise, on peut émettre l’hypothèse que les femmes élues peuvent, de par leur vécu, être plus vigilantes sur tous ces dossiers qui orientent un type de gestion urbaine (accessibilité, qualité et ouverture des équipements, horaires et qualité des transports en commun par exemple). Dans la mesure où les villes affichent une volonté d’améliorer la vie quotidienne des administrés, avec l’arrivée des femmes ne peut-on pas espérer, une meilleure prise en considération de certains problèmes inhérents au mode de vie urbain ?

51La gestion du temps dans les villes a fortement mobilisé ces dernières années les équipes municipales ; il convient de souligner que les femmes élues se sont particulièrement investies sur cette question dans divers pays européens comme en Italie et en Espagne.

52La dernière campagne électorale des municipales a été marquée par l’arrivée des femmes dont on a mis en avant la spécificité féminine comme atout pour une nouvelle forme de gestion, un nouveau regard sur la cité. Globalement, nous avons pu observer que leur présence au sein des conseils a progressé mais les variations observées selon la taille des communes par exemple laissent apparaître un certain nombre de freins. Sur les terrains très politisés, comme dans les grandes villes et en particulier dans la sphère intercommunale où se trouve transférer un bon nombre de prérogatives, on leur préfère les hommes insérés depuis plus longtemps sur la scène politique. Pour celles qui se retrouvent en situation d’exercer le pouvoir, les observations révèlent des comportements diversifiés qui n’ont rien de spécifiquement féminins, mais par ailleurs sur des problèmes généraux comme celui du rapport au temps, force est de constater que c’est peut-être parce qu’il y a des femmes que certains problèmes seront de plus en plus pris en compte dans la gestion de la cité.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Ballmer-Cao Tahnh-Huyen – Mottier Véronique – Sgier Léa (textes rassemblés et présentés par) [2000], Genre et politique, débats et perspectives, Paris, Gallimard.

Bataille Philippe – Gaspard Françoise [1999], Comment les femmes changent la politique et pourquoi les hommes résistent ?, Paris, La Découverte.

Cohen Yolande (dir.) [1987], Femmes et contre-pouvoirs, Montréal, Éditions du Boréal Express.

Dolors M. – Garcia Ramon – Canoves Gemma – Prats Maria [1995], Femmes, villes et temps quotidien. Une approche quantitative de l’étude du temps chez les femmes entre 25 et 50 ans à Barcelone, Bellaterra, Institut des études métropolitaine.

Mossuz-Lavau Janine [1998], Femmes/hommes. Pour la parité, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

Offerle Michel [1996], « Entrées en politique », Politix, n° 35, 3e trimestre.

Sineau Mariette [1998], Des femmes en politique, Paris, Éditions Économica.

Sineau Mariette [2001], Profession femmes politique, sexe et pouvoir sous la cinquième République, Paris, Presses de le Fondation Nationale des Sciences Politique.

Notes

1 Le matériau d’enquête est constitué à partir d’entretiens réalisés auprès de candidates aux élections municipales de mars 2001, d’observations de dîners-débats avec des candidates dans le département du Finistère avant les élections, d’une série d’entretiens auprès de femmes maires réalisés en juin-juillet 2002, d’observations de réunions publiques et de conférences sur le thème des femmes en politique (« Femmes 2002 », Nantes, mars 2002 ; « Des femmes au sein de l’intercommunalité », Bouaye (44), février 2002.)

2 Ils sont pris comme départements tests dans le cadre d’une étude qui, dans un second temps, sera étendue à l’ensemble des deux régions Bretagne et Pays de la Loire.

3 Outre la taille des communes et le nombre de femmes élues, nous avons relevé la répartition des délégations par sexe et intégré un certain nombre de variables socio-démographiques comme le taux d’activité des femmes de la commune.

4 Soit 5 femmes et plus pour des conseils de 11 à 15 membres.

5 Les femmes élues ont presque toutes eu un engagement associatif avant d’être candidates, si on établit l’inventaire des divers engagements préalables, deux catégories distinctes s’imposent :
– ceux liés à leur fonction de mères (associations de parents d’élèves, clubs de sport de leurs enfants, associations de crèches parentales, etc.) ;
– et ceux liés à leurs propres activités : syndicat, parti politique, association professionnelle, sportives, culturelles ou de quartier.

6 Ces termes utilisés pour désigner le monde associatif et les organisations du mouvement social laisseraient sous entendre que les élus des partis politique relève d’une autre partie de la société.

7 L’exposé de ce résultat lors de conférences publiques dans deux communes rurales du Finistère a produit le même effet : des femmes élues viennent confirmer l’exactitude du propos et des hommes élus de la même commune viennent dire : « chez nous, ce n’est pas comme ça ».

Table des illustrations

Titre Types de délégations confiées aux premières, deuxièmes et troisièmes adjointes
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/396/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

Auteurs

Université de Bretagne Occidentale, Brest

Université de Nantes

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540