Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Rien n’est jamais gagné

La production du genre au sein de la justice des mineurs : la figure de la délinquante chez les juges des enfants

Coline Cardi

Texte intégral

  • 1 Aubusson de Carvalay Bruno, « France 1998 : la justice des mineurs bousculée » Criminologie, vol. (...)

1L’espace urbain semble aujourd’hui directement associé à la délinquance et à l’insécurité. Depuis le colloque de Villepinte sur la sécurité en novembre 1997, un débat est engagé sur la façon de traiter ce qu’il est convenu d’appeler les « violences urbaines » et la délinquance des mineurs. En même temps que les réponses se durcissent, les villes et leurs banlieues se voient stigmatisées comme espaces dangereux. La question du traitement de la délinquance juvénile occupe en France une place croissante dans les discours publics et médiatiques : partout il est question d’une « explosion » de la délinquance des mineurs qui tendrait à se criminaliser. « L’évolution des statistiques officielles alimente un sentiment d’impuissance et d’insécurité croissant et sert d’argument aux partisans d’une réforme du droit pénal des mineurs et d’une répression nettement accrue »1.

  • 2 Mary France-Line Femmes, délinquances et contrôle pénal, Analyse socio-démographique des statistiq (...)

2Dans ce contexte, la question des filles est peu posée : délinquance et violence se déclinent avant tout au masculin. Ce simple constat met en évidence le caractère sexué de la question de l’insécurité. Les mineures semblent ainsi être écartées de l’espace urbain lorsqu’on évoque la délinquance, sauf à les considérer comme victimes de ces espaces « dangereux ». De même, si la question des inégalités de sexe trouve aujourd’hui une place dans l’espace public et politique, la réflexion reste centrée sur quelques thèmes. Une question est passée sous silence : « celle de la sous-participation des femmes aux phénomènes de délinquance et de criminalité, ou plus exactement celle de leur sous-représentation aux différentes étapes de répression et de contrôle social »2 du processus pénal. La violence des femmes paraît déranger.

3Ainsi, si ces deux questions – la délinquance des jeunes, les inégalités de sexe – ne cessent d’être soulevées et explorées, les deux problématiques sont rarement croisées. Deux raisons peuvent expliquer cette difficulté à penser la violence et la criminalité au féminin. D’une part, la délinquance semble être le fait des hommes : les femmes sont effectivement largement minoritaires. Ainsi, en 1999, 798 973 personnes ont été mises en cause par la police et la gendarmerie, parmi lesquelles seulement 14 % de femmes (111 780) ; chez les mineurs, les filles représentent 9,3 % de la population de moins de 18 ans mise en cause. D’autre part, violence et criminalité ne peuvent rimer avec féminité : la femme dite « criminelle » remet en cause l’image socialement admise de la femme douce et docile. Or il semble que tenter de saisir la spécificité du traitement réservé aux femmes déviantes par la justice pénale puisse être un moyen privilégié d’approfondir la problématique de la construction du genre. Quel traitement et quel discours l’institution juridique réserve-t-elle à la violence et à la délinquance des filles ?

SAISIR LA CONSTRUCTION DU GENRE AU SEIN DE LA JUSTICE DES MINEURS

Dépasser l’analyse en termes de favorable/défavorable

  • 3 Voir notamment l’état des lieux sur la recherche criminologique en matière de criminalité féminine (...)

4Si l’on recense les quelques travaux – émanant pour la plupart d’auteurs anglo-saxons – portant sur la délinquance féminine, force est d’en constater les limites3. Ces études, qui se sont attachées à expliquer la sous-représentation des femmes ou des filles dans les phénomènes de délinquance et de criminalité, s’articulent autour de deux grands types de questions. Certaines s’inscrivent dans le courant de l’école dite du « passage à l’acte » : il s’agit de se demander ce qui peut pousser une femme à commettre tel ou tel délit. A cette question, les chercheurs ont fait – et continuent même à faire – appel à des facteurs biologiques ou psychologiques tendant à naturaliser la délinquance et réactivant un certain nombre de stéréotypes, en particulier celui de la femme hystérique défini par la psychiatrie au début du xxe siècle. Toujours dans ce courant de recherche, et avec l’émergence du mouvement féministe, certains auteurs ont émis l’hypothèse d’une socialisation différentielle selon le sexe qui expliquerait pourquoi les femmes et les filles commettent moins de délits que les hommes. Dans cette perspective, les faits de criminalité féminins auraient dû augmenter en même temps que s’est opérée la mixité des modes de sociabilité. Or il n’en est rien : si on analyse les évolutions dans le temps, le taux de féminité est resté le même.

5Une seconde série de travaux porte sur le traitement pénal réservé aux femmes ou aux adolescentes. En se plaçant cette fois du côté de la représentation et de la réaction sociale, il s’agit d’analyser la diminution des taux de féminité observés tout au long de la chaîne pénale pour conclure à un traitement différentiel selon le sexe. Cette hypothèse est sans doute pertinente dans la mesure où la justice peut être considérée comme instance qui produit de la différentiation. Mais les études menées dans le cadre de cette problématique ont le plus souvent donné lieu à un ensemble d’affirmations diverses et contradictoires. Les auteurs de ces différentes recherches ont effectivement voulu montrer en quoi le traitement pénal était favorable ou défavorable aux femmes. Or ces analyses en termes de favorable/défavorable restent limitées : elles ne permettent pas de saisir la construction du genre au sein de l’institution judiciaire.

  • 4 Cf. Laberge Danielle, « Les recherches sur les femmes criminalisées : questions actuelles et nouve (...)
  • 5 Lascoumes Pierre – Poncela Pierrette – Lenoël Pierre, Au nom de l’ordre, Une histoire politique du (...)

6C’est avec l’intention de dépasser cette alternative que nous nous sommes posé la question de la contribution de la justice pénale à la production du genre. En d’autres termes, comment le droit pénal opère-t-il pour instituer ou confirmer ou infirmer les distinctions sociales entre le masculin et le féminin ? Cette problématique ne doit pas être confondue ou réduite à la question du caractère plus ou moins sexiste du droit pénal. Le droit ne produit pas seulement de la discrimination, il produit plutôt de la différentiation4. « Les incriminations découpent, définissent et agencent certaines pratiques en vue de leur sanction en vue d’un intérêt protégé. Elles témoignent pour un temps donné de la différenciation et du marquage de certains comportements perçus comme particulièrement dommageables et exigeant réplique collective organisée »5. Cette « problématique de l’incrimination » définie par Pierre Lascoumes est le point de départ de la construction de notre objet. Comment le genre est-il construit dans les lieux spécifiques de l’institution pénale ?

Le choix de la justice des mineurs : le juge des enfants, un « entrepreneur de morale »

  • 6 Foucault Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

7Pour répondre à la problématique de la contribution de la justice pénale à la construction du genre, nous avons opté pour la justice des mineurs, justice d’exception qui prend en charge tous les aspects juridiques : social, civil, pénal. Justice qui individualise, la spécificité de cette institution tient à son caractère double : il s’agit à la fois d’éduquer et de punir. Éducation et punition passent par une observation rapprochée du jeune via un dispositif qui englobe policiers, magistrats, travailleurs sociaux et médecins. Cette surveillance suppose individualisation, « individualisation descendante » : la justice crée bien de la différenciation et ne s’applique pas – comme elle ne fonctionne pas – de la même façon pour des individus d’origine sociale différente et de sexe différent. Les diverses mesures d’investigation tendent à objectiver, à « réifier » le jeune, elles ont pour objectif de décrire la situation du mineur (situation familiale, sociale, état psychique). Dès lors, l’individu, l’adolescent, se présente comme « effet et objet de pouvoir, comme effet et objet de savoir »6.

  • 7 Becker H. S., Outsiders, (1963), Paris, éditions Métaillé, 1985, (trad. Française), p. 171.
  • 8 Bailleau Francis, Les jeunes face à la justice pénale, Analyse critique de l’application de l’ordo (...)

8Ce rapport de réciprocité entre pouvoir et savoir est particulièrement sensible au sein de la justice des mineurs et notamment dans le discours des juges des enfants. Nous nous sommes attachée dans notre recherche à analyser les types de normes et de connaissances qui apparaissaient dans les entretiens réalisés, en utilisant le concept d’entrepreneur de morale défini par Becker. Le sociologue distingue deux types d’entrepreneurs de morale : « ceux qui créent les normes et ceux qui les font appliquer »7. Les juges des enfants réunissent ces deux types. Cela tient avant tout pour ces magistrats spécialisés à un rapport ambigu à la loi. Les textes qui définissent la pratique du juge des enfants – principalement celui de 1945, pour le pénal, et celui de 1958, pour le civil – portent plus sur des questions de procédure que sur des règles de fond. L’essentiel de son activité échappe aux formes judiciaires classiques. En effet, « les notions d’éducabilité, d’intérêt de l’enfant renvoient à des savoirs non juridiques »8. Ainsi, les juges des enfants se voient amenés à appliquer un certain nombre de normes (qu’elles soient définies par la légalité, qu’elles relèvent de l’idéologie dominante ou des sciences humaines) pour apprécier des situations, en même temps qu’ils produisent un discours normatif sur la délinquance des mineurs. En dehors de la norme juridique, ils appliquent schématiquement trois types de normes pour produire un discours normatif sur la délinquance juvénile : des normes morales, sociales et des normes empruntées aux sciences humaines et cliniques. Le délinquant-type se définit ainsi juridiquement, moralement, socialement, psychologiquement et sociologiquement.

  • 9 Les seules différences notables portent sur les catégories destructions-dégradations (dont le poid (...)

9C’est donc en considérant le juge des enfants comme un entrepreneur de morale que nous nous sommes intéressée à la représentation de la délinquance des filles – mise en perspective avec le discours des juges sur la délinquance juvénile en général. Au regard des chiffres, la question apparaît d’autant plus pertinente. Certes les filles sont sous-représentées dans les phénomènes de délinquance, mais du point de vue des actes pour lesquels elles sont mises en cause, on observe une similitude frappante avec la délinquance des mineurs masculins9. Cette similitude, si elle est notable, est moins marquée dans la population majeure : délinquance féminine et délinquance masculine se différencient du point de vue des délits liés à la sphère familiale où l’on observe un très fort taux de féminité. En ce sens, on peut qualifier la délinquance des filles de « hors-normes » en termes statistiques : d’une part, elle est différente de celle des femmes majeures en « nature » (délits différents) et d’autre part, elle se différentie quantitativement de celle des garçons. Ainsi, quel est le discours des juges sur cette délinquance hors normes et qui pourtant s’apparente à celle des garçons ? Interroger le discours des juges des enfants, considérés comme des entrepreneurs de morale, sur la délinquance des filles doit permettre de saisir cette difficulté de penser délinquance et violence au féminin.

LA DIFFICULTÉ À PENSER LA DÉLINQUANCE AU FÉMININ : LE RAPPORT À L’ALTÉRITÉ

10Lorsque l’on interroge les juges sur la délinquance des filles, la question reste le plus souvent sans réponse : ils l’esquivent, estimant que, comparée à celle des garçons, la délinquance des mineures est marginale. Et lorsqu’ils tentent de décrire la déviance des filles, les magistrats font alors appel à des stéréotypes féminins, renvoyant la délinquance du côté de la nature. Les filles sont violentes, sadiques, elles crient, lancent des injures et défient l’autorité. Ainsi, le cadre de référence change. L’adolescente est doublement hors-normes, qu’on la compare aux garçons ou qu’on la compare aux femmes. D’un côté elles sont différentes des garçons, et de l’autre elles remettent en question l’image de la féminité. C’est bien à une figure de l’altérité que les juges se trouvent confrontés et la catégorisation opère différemment pour les filles et les garçons.

Absence de propos

  • 10 Bailleau Francis, op.cit.
  • 11 Chauvière Michel, Enfance inadaptée : l’héritage de Vichy, Paris, Les éditions ouvrières, 1980.

11Les analyses historiques du fonctionnement de la justice des mineurs et les études axées sur la délinquance juvénile font rarement – voire jamais – état de la question de la délinquance des filles. Bien souvent elle est englobée dans le phénomène plus général et la spécificité de son traitement ou de ses formes n’est pas soulevée. Ainsi, Francis Bailleau10 évacue rapidement la question en invoquant la sous représentation des filles dans les chiffres de la délinquance. Michel Chauvière11, quant à lui, s’il évoque la question de la mixité des établissements spécialisés dans la prise en charge des mineurs délinquants, ne s’attarde pas sur le problème.

12Chez les juges interrogés, on retrouve cette absence de discours sur la délinquance des filles, qui n’a visiblement jamais fait l’objet d’une réflexion approfondie. Les magistrats sont le plus souvent interloqués et nombreux sont ceux qui commencent par avouer leur ignorance sur la question. Cette absence de propos est légitimée par les magistrats par une minimisation du phénomène. Les filles sont minoritaires et leurs actes de délinquance se réduisent à des vols, autant dire rien. La question de la délinquance féminine est donc évacuée : soit on se tait, soit on considère qu’elle n’existe pratiquement pas, même si certains juges reconnaissent que la problématique des filles est différente de celle des garçons et qu’il y a de ce fait un traitement différentiel selon le sexe.

L’adolescente délinquante, un personnage hors-normes

  • 12 Fiche Gisèle, « De l’éducation surveillée à la protection judiciaire de la jeunesse », Enfance dél (...)

13Rarement la question des filles est évoquée et pourtant, si l’on observe de plus près l’histoire de la justice des mineurs et du traitement de la délinquance juvénile, le problème de la rééducation des filles s’est posée, comme en témoigne par exemple l’article de Gisèle Fiche « De l’éducation surveillée à la protection judiciaire de la jeunesse ». L’auteure évoque les changements opérés dans les institutions publiques d’éducation surveillée après 1968, changements qui ont pour origine la question de la prise en charge des filles : « parallèlement [aux événements de 1968], se posait une nouvelle question apparemment plus secondaire. Que faire de la rééducation des filles les plus difficiles à l’ES [établissement spécialisé] ? On n’avait guère d’expérience. La population de l’ES était composée à 90 % de garçons. Et pourtant, c’est en traitant la question des filles que l’institution va découvrir les réponses qu’elle cherche pour construire un projet nouveau de transformation générale »12. Ainsi, la délinquance des filles interroge, elle oblige à une confrontation à une certaine altérité. On peut émettre l’hypothèse que cette confrontation induit, chez les juges des enfants, une difficulté à caractériser la délinquance des filles en dehors d’une constante comparaison avec celle des garçons : leur comportement est soit plus, soit moins, soit pire, soit mieux, mais il n’est jamais pensé pour lui-même.

  • 13 Simmel Georg, Philosophie de la modernité, Paris, Payot, 1989, (trad. Française), p. 69-75.
  • 14 Simmel Georg, op.cit., p. 69.
  • 15 Simmel Georg, op.cit., p. 70.

14L’étude proposée par Georg Simmel13 sur la construction des normes sociales et des valeurs offre des outils pertinents d’analyse sur ce point. Dans le chapitre « Les femmes », il montre en effet comment les normes, les valeurs universelles sont produites en fonction des normes et des idéaux masculins. En analysant les phénomènes d’« absolutisation » à l’œuvre pour tout couple normatif, il affirme pour le couple masculin-féminin : « La relativité fondamentale dans la vie de notre espèce est constituée par la masculinité et la féminité ; et en elle aussi se manifeste ce mouvement typique de l’absolutisation de l’un des côtés d’un couple d’éléments relatifs »14. Nous jugeons un être ou un acte selon des normes et des valeurs qui ne sont pas « neutres » ni délivrées de l’opposition des sexes ; « elles sont au contraire elles-mêmes d’essence masculine. Toutes les catégories sont assurément universellement humaines pour ainsi dire d’après leur forme et leurs prétentions, mais tout à fait masculines dans leur configuration historique effective »15.

15« Le masculin est devenu l’humain universel » en raison de la « position de force » des hommes, selon Simmel. L’auteur compare d’abord le rapport historique des sexes à la dialectique du maître et de l’esclave de Hegel, dialectique qui suppose que le maître ne peut pas penser qu’il est maître alors que l’esclave, de par sa position, n’oublie jamais sa condition. Ainsi, comme l’esclave, la femme perd dans des cas infiniment plus rares la conscience d’être femme que l’homme celle d’être homme. De là résulte le fait que l’homme paraît penser purement objectivement, sans que la masculinité n’occupe dans le même temps aucune place dans sa conscience, et « les expressions de l’être masculin s’élèvent facilement pour nous à la sphère d’une objectivité et d’une validité supra-spécifique et neutre ». Simmel analyse ensuite la façon dont la domination masculine s’est instituée. Selon lui, toute domination reposant sur une supériorité subjective a trouvé l’occasion de se donner une fondation objective, c’est-à-dire de transformer la force en droit.

  • 16 Simmel Georg, op.cit., p.72.

16La référence à Simmel est sans doute datée et il s’agit plutôt pour nous de saisir la façon dont se constituent les genres. Mais son analyse de la relativité des normes et surtout des phénomènes d’ « absolutisation » à l’œuvre lorsque l’on considère deux éléments d’un même couple, apparaît utile. Elle permet de rendre compte des discours sur la délinquance des mineurs, discours qui évacuent la question des adolescentes, englobées dans le phénomène plus général considéré comme le fait des garçons. Ainsi, la délinquance masculine semble constituer la norme et la délinquance des filles est toujours pensée comme écart à cette norme, écart positif ou négatif. Or sur ce point, le philosophe allemand nous éclaire à nouveau lorsqu’il étudie les conséquences de l’« absolutisation » sur le jugement porté sur les femmes : « le fait que l’élément masculin soit ainsi absolutisé en un élément qui est absolument objectif, mais au contraire de sorte que les exigences idéales et les idées qui naissent de l’élément masculin et pour l’élément masculin deviennent absolues et supra-sexuelles – ce fait a pour le jugement porté sur les femmes des conséquences funestes »16. On assiste alors selon l’auteur à deux types de jugement : d’une part la « surévaluation mysticisante » de la femme, et d’autre part à une dévalorisation.

Entre surévaluation et dévalorisation

17L’interrogation sur la délinquance des mineures donne en effet lieu à deux types de discours : d’un côté une surévaluation de leur situation et de leur comportement, de l’autre une dépréciation, dépréciation qui révèle la transgression de l’identité féminine socialement admise. Dans les deux cas, les observations (et jugements de valeurs) émis par les juges sont le résultat d’une comparaison avec les mineurs garçons – ce qui témoigne de la difficulté à penser la délinquance au féminin pour elle-même.

18Surévaluation d’abord : les filles échappent aux déterminismes sociaux. En ce sens, elles ne sont plus dans le social mais accèdent au supra social. Ainsi, l’une des juges interrogées donne l’exemple d’une jeune fille, une « fleur sur du fumier » : malgré une famille reconnue pathogène, elle a choisi une autre voie que celle de la délinquance. Les filles ont donc cette force d’échapper aux logiques sociales. De plus, elles ont su investir l’école, explique une magistrate de Paris en évoquant les jeunes maghrébines, elles qui « s’en sont mieux tirées que leurs frères parce qu’elle ont vu dans l’école les moyens de s’en sortir ». L’explication est ici de l’ordre de la socialisation différentielle entre filles et garçons : les garçons sont surprotégés par leur mère, alors que les filles n’ont que l’école comme champ de liberté. Mais la différence est aussi différence de nature. En effet, cette même juge avait évoqué juste avant la « paresse des délinquants » qui n’acceptaient plus aucune formation, la valeur travail n’étant plus à l’ordre du jour ; or les filles, là encore, font exception : non seulement, alors que l’institution scolaire est en déperdition selon les juges, les filles savent profiter des chances offertes par l’école, mais surtout, elles échappent aux dérives de la société de consommation en se montrant plus travailleuses (elles ont su « miser », « jouer à fond » la carte de l’école). On retrouve ici l’idée émise par de nombreux sociologues selon laquelle les filles seraient plus dociles que les garçons, d’où leur réussite scolaire notamment. Cette docilité est également évoquée par les juges : il suffit de leur taper sur les doigts pour qu’elles comprennent.

19Quand il s’agit d’expliquer la sous-représentation des filles dans la délinquance, les juges des enfants tendent donc à les valoriser, à les « mysticiser », pour reprendre l’expression de Simmel qui explique cette surévaluation en ces termes : « Dès que l’on est parvenu au sentiment qu’ici, malgré tout, une existence se trouve sur une base normative, complètement autonome, tout critère manque alors pour elle, la possibilité s’offre de la surenchère et du respect devant l’inconnu et l’incompris ». Dès lors, s’agissant de filles, les liens de cause à effet définis par les juges disparaissent et ce parfois au titre de la nature même des adolescentes : plus « travailleuses », plus « volontaires », plus « futées », ou encore plus « malignes » (nous reprenons ici les adjectifs employés par les juges), elles sont moins tournées vers la délinquance que les garçons.

20Mais à cette surévaluation répond une dévalorisation très nette. Quand on interroge les juges sur une éventuelle difficulté à juger les filles, ils se lancent dans une description souvent détaillée de leur comportement dans leur bureau. L’idée maîtresse et partagée par tous sur ce point se résume dans la violence des filles et leur rejet de toute autorité. Interrogé sur le rapport des filles à l’autorité un des juges explique que si les garçons ont une certaine conscience des limites, les filles, elles, « sont dans la toute puissance ». Dès lors, on voit ressurgir les termes « agitation », « excitation », « agressivité énorme », « toute puissance » – termes qui renvoient à l’image de la femme hystérique qui tend à naturaliser la délinquance. Violence exacerbée et refus total de l’autorité caractérisent donc pour les juges le comportement des adolescentes. Stigmate par excellence, cette violence semble bien permettre de définir l’attitude des filles délinquantes, en comparaison avec celle des garçons, et il faut souligner que cette définition paraît être partagée par l’ensemble des professionnels de l’enfance délinquante.

  • 17 Godineau Dominique, « Citoyennes, boutefeux et furies de guillotine », De la violence et des femme (...)

21On peut alors s’interroger sur cette stigmatisation dont les filles font l’objet aussi bien chez les juges femmes que chez les hommes. Les « affreuses » – une magistrate nomme ainsi les jeunes délinquantes – choquent par leur comportement, là même où l’attitude des garçons paraît normale. La jeune fille défie l’autorité là où on l’attend docile, elle peut de surcroît se montrer violente. Deux auteurs permettent de mieux comprendre cette dévalorisation ou cette stigmatisation : d’une part, s’agissant des normes et de leur application, Simmel offre là encore des éléments d’explication intéressants ; d’autre part, l’étude de Dominique Godineau sur la représentation des femmes et de leur violence pendant la Révolution Française17 permet de saisir l’enjeu politique d’une telle stigmatisation.

Penser la délinquance au féminin : un enjeu politique

  • 18 Simmel Georg., op. cit., p. 73.

22Simmel analyse le processus qui conduit à la dévalorisation des femmes : les femmes selon lui sont jugées en fonction des normes établies par et pour le sexe masculin en même temps qu’on leur demande de répondre à des critères tout à fait opposés, ceux de la féminité, critères qui sont en fait corrélatifs aux premiers. A partir de là, note l’auteur, l’autonomie du principe féminin ne peut être reconnue. Les femmes ne peuvent être évaluées d’aucun point de vue sans préjudice dans la mesure où la prérogative des hommes leur impose ce dédoublement (Doppelheit) entre l’échelle de valeur masculine – qui se présente comme l’élément objectif supra-sexuel – et l’échelle spécifiquement féminine exactement corrélative à celle-ci. Et l’auteur de conclure sur le pourquoi du regard critique et parfois moqueur porté sur les femmes : « dès qu’on les évalue à partir d’un de ces cercles de critère (Kriterienkreise) ressurgit le cercle opposé, à partir duquel elle doivent être dévaluées précisément dans la même mesure »18.

23L’analyse proposée par Simmel permet de mieux saisir la difficulté de penser la délinquance au féminin et, d’éclairer la représentation des jeunes délinquantes telle qu’on peut la lire dans les entretiens réalisés auprès des juges. Les filles paraissent effectivement « prises » dans un ensemble normatif qui se réfère d’un côté à la délinquance en général, qui est en fait celle des garçons, et sur laquelle les juges produisent un discours normatif ; et de l’autre, à l’image de la féminité socialement et traditionnellement construite. Ainsi, on observe bien une difficulté à penser la délinquance des mineures, délinquance qui est sans cesse ramenée ou comparée à celle des garçons, en même temps qu’elle est stigmatisée parce qu’en contradiction avec l’image traditionnelle de la féminité. Dans tous les cas, on ne l’étudie pas, on la constate, contrairement à celle des mineurs garçons qui fait l’objet d’une analyse plus ou moins sociologique.

  • 19 Godineau Dominique, op.cit., p. 50.

24Par ailleurs, on voit déjà apparaître l’enjeu politique d’une telle représentation : si l’on considère la politique comme la recherche de l’égalité, recherche qui implique en même temps la pensée et la conservation de la différence, alors penser la spécificité de la délinquance féminine en dehors des schémas normatifs traditionnels et d’une soi-disant nature féminine, doit permettre d’éclairer à la fois la difficile question de l’égalité entre les sexes et celle de la différence entre les sexes. Si Simmel n’évoque pas explicitement cet enjeu politique, ses analyses le mettent pourtant parfaitement en évidence : la femme, parce que jugée en fonction de normes dérivées des normes établies par et pour le sexe opposé, n’est jamais pensée dans sa spécificité, elle est ainsi niée en tant que sujet à part entière. Cette question politique apparaît d’autant plus nettement au vue de l’histoire. L’analyse de Dominique Godineau sur la représentation de la violence féminine pendant la Révolution Française en témoigne. Pour beaucoup, explique-t-elle, la Révolution n’est pas seulement violente, elle est violence : violence sur les corps, violence des comportements et des sentiments, violence de la reformulation du lien social, etc., à tel point qu’évoquer la violence à cette période semble une évidence. La violence des femmes est également emblématique de 1789 : « quelle image incarne mieux la violence sanguinaire de la Révolution que celle des tricoteuses installées devant la guillotine ? » A cette représentation et cette stigmatisation de la violence féminine, violence qu’on a gardée en mémoire, Dominique Godineau donne deux explications. D’abord, on blâme les femmes de ne pas répondre à l’image que l’on a d’elles, des êtres doux et sensibles, même si les contours de cette image ne sont pas aussi bien tracés, aussi bien fixés. Le comportement des femmes devant la guillotine est toujours jugé excessif, outrancier, trop violent. Ensuite, l’enjeu est politique : le rapport femmes/violence peut se « déchiffrer avec une grille de lecture politique ». « D’abord parce que les formes de la violence des femmes révolutionnaires sont souvent liées à leur exclusion des droits politiques, construites par le fait qu’elles occupent l’espace politique tout en étant exclues des organisations symbolisant la citoyenneté »19. Ensuite, lorsque les observateurs – des hommes – insistent sur la violence et la férocité féminines « c’est le partage de l’espace politique entre les deux sexes qui est aussi en jeu : présenter ainsi les interventions des femmes est aussi un moyen de les chasser de la construction politique pour les renvoyer à la barbarie, la sauvagerie et l’informe ».

25Même si l’étude historique proposée par Dominique Godineau parait difficilement transposable à l’époque actuelle, il n’en demeure pas moins que la similitude est frappante entre la représentation de la violence féminine au moment de la Révolution et celle que nous avons commencé à dégager chez les juges des enfants : violence extrême, sadismes, violence de groupe, refus de l’autorité, sont autant d’éléments que l’on retrouve dans les deux types de discours. De plus, et surtout, l’analyse menée par l’historienne permet de saisir un enjeu politique important. Il ne s’agit pas ici de faire l’apologie de la délinquance des filles, mais on peut émettre l’hypothèse que commettre un délit est une forme d’entrée dans l’espace public. Or on peut s’interroger sur la place que les juges des enfants interrogés accordent à la délinquance féminine dans l’espace social et l’espace politique.

LA NÉGATION DU CARACTÈRE SOCIAL DE LA DÉLINQUANCE DES FILLES

26Les juges produisent un discours normatif sur le social pour expliquer la délinquance des garçons. La délinquance est selon eux le résultat d’une « anomie » généralisée : ils dénoncent la crise des valeurs et la société de consommation. Or qu’en est-il lorsqu’ils sont amenés à évoquer la délinquance des filles ? La question de l’enjeu politique est ici réactivée : force est de constater que le discours sociologisant s’effondre : la délinquance des filles est sans cesse renvoyée à la sphère privée, au domaine du corps et de l’intime, en bref, la délinquance des mineures n’est pas un phénomène social au même titre que celle des garçons.

La marginalité des adolescentes : la délinquance des filles n’est pas un problème social

  • 20 Castel Robert – Le Cerf Jean-François, « Le phénomène psy dans le société française », Le Débat, 1 (...)

27Tous les juges des enfants interrogés s’accordent à dire que la délinquance des mineurs est un phénomène social majeur et tous préconisent des solutions, offrent des explications plus ou moins sociologiques. Or, lorsqu’on les interroge plus particulièrement sur la délinquance des filles, ils considèrent – nous l’avons vu – la question comme mineure, qui ne mérite parfois même pas d’être abordée. La délinquance des filles n’a ainsi pas besoin d’être pensée, ce n’est pas un problème social, au même titre que celle des garçons. Si la délinquance masculine s’explique par des facteurs sociaux (société de consommation, anomie, disparition des modèles traditionnels), celle des filles est synonyme d’une souffrance extrême, souffrance individuelle avant tout. Les garçons commettent des délits, les filles, elles, sont dans l’auto-destruction, se suicident, se prostituent ou elles fuguent, en bref, leurs actes représentent rarement une sortie hors de soi ou une quelconque entrée dans la sphère publique. En dehors de la violence, on note donc un autre type de stigmatisation du comportement des filles qui renvoie à une certaine nature féminine et à toute la littérature qui traite de la « marginalité » des adolescentes en termes psychologiques. On aboutit ainsi à une catégorisation très nette : garçons/délinquance, filles/auto-destruction. Il n’est alors pas étonnant que lorsque l’un des juges évoque les mères des enfants de justice, on retrouve tous les caractères typiques de la déviance féminine : dépression, suicide, histoire d’amour difficile. Ainsi, il donne l’exemple d’une affaire en assistance éducative : une enfant vient de lui être confiée suite à la tentative de suicide de sa mère décrite comme sévèrement dépressive et alcoolique de surcroît. Considérer la délinquance féminine amène donc les juges des enfants à évoquer la « marginalisation » spécifiquement féminine, non sans avoir recours à un certain nombre de stéréotypes. La pensée ne se situe plus alors sur un plan sociologique, mais sur un plan psychologique, renvoyant les filles à une souffrance purement individuelle, sans signification sociale. Cette évacuation du social au profit du psychologique s’inscrit dans le phénomène de psychologisation décrit par Robert Castel et Jean François Le Cerf20, mais on voit ici nettement se mettre en place une psychologisation différentielle, ou plus exactement, un redoublement du caractère différentiel de la psychologie. En effet, extraire la délinquance des filles de tout rapport social en la ramenant au psychologique, c’est ajouter de la différence à des grilles d’analyses elles-mêmes fondées sur des principes de différenciation ce qui participe, nourrit et reproduit les schèmes de perception différencialisés et naturalisants.

  • 21 Schmidt Pantel Pauline, « De la construction de la violence en Grèce ancienne : femmes meurtrières (...)

28La délinquance et la violence des femmes seraient donc dénuées de tout caractère social. Sur ce point, l’histoire est encore une fois d’un apport important : dans son article « De la construction de la violence en Grèce ancienne : femmes meurtrières et hommes séducteurs »21, Pauline Schmidt Pantel met ainsi en évidence la signification sociale de la violence féminine – qu’elle soit violence contre autrui ou contre soi – en Grèce ancienne. S’agissant de la délinquance des filles, notre étude ne permet pas d’en dégager la signification sociale. Il faudrait pour cela aller interroger les adolescentes elles-mêmes. Toutefois, l’analyse proposée par Pauline Schmidt Pantel offre des pistes importantes dans la mesure où elle rend compte, à travers les récits grecs, de la nature profondément sociale de la violence des femmes. Or chez les juges des enfants interrogés, on observe une négation de ce caractère social qui se traduit par une référence constante à la sphère privée.

Prédominance de la sphère privée

29Pour les juges, la délinquance est bien souvent le résultat d’une enfance difficile (« un jeune délinquant est un enfant qui souffre »), elle est avant tout le symptôme d’un dysfonctionnement social. En revanche, la déviance féminine se voit cantonnée à la sphère privée : elle a pour cause unique des dysfonctionnements familiaux, comme si les filles n’avaient d’histoire que familiale. Si l’on peut considérer la famille comme un lieu de sociabilité, les relations familiales sont ici renvoyées aux domaines psychologique et individuel. Que la jeune fille soit issue d’un milieu familial dit « pathogène » – absence d’amour et de communication, structures familiales défaites, situation de « détresse » –, ou qu’elle vive dans une famille où « il y a trop de règles », l’acte de délinquance est toujours pensé en termes de problèmes familiaux.

30Non seulement la délinquance des filles est pensée du côté de la sphère privée, mais elle est aussi pour certains en lien direct avec l’image maternelle. Ainsi, l’un des juges interrogé sur les délits commis par les adolescentes, opère une réduction des causes – elles ne sont plus que familiales alors qu’il distinguait auparavant les facteurs qu’il appelait « individuels » et les facteurs « sociaux » de la délinquance – ; en même temps qu’il établit une catégorisation très nette en liant d’un côté la mère et la fille, de l’autre le père et le fils. Ainsi, s’agissant des filles, la norme « famille » va jusqu’à se réduire à l’image plus ou moins structurante de la mère. A ceci s’ajoute la référence au corps, à l’intime et à la séduction qui ressurgit dès qu’il est question de filles.

Le corps, l’intime, l’apparence

  • 22 Voir notamment Elias Norbert, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973.

31L’évocation de la déviance des filles induit systématiquement la référence au corps, à l’intime et à la séduction, qu’il s’agisse des délits qu’elles commettent ou de leur comportement. Là encore, le corps, la mode et les vêtement ne sont jamais vus comme constructions sociales22 mais comme des éléments de la nature féminine. Concernant le type de délinquance spécifique aux mineures, tous les juges évoquent le vol – traditionnellement reconnu comme un délit dit « féminin » – or, alors que les garçons volent des portables, les filles, elles, dérobent des accessoires typiquement féminins : sous-vêtements, maquillage, vêtements de marque, sont autant d’objets qui renvoient au domaine du corps, de la coquetterie et de l’intime. Et pour voler, la fille use de son corps et de son statut de femme qui « inspire plus confiance ».

  • 23 Fraisse Geneviève, La différence des sexes, Paris, Presses Universitaires de France, 1996.
  • 24 Fraisse Geneviève, op.cit., p. 6.
  • 25 Fraisse Geneviève, op.cit., p. 6.
  • 26 Fraisse Geneviève, op.cit., p. 7.

32La fille est ainsi associée aux vêtements, à la parure et donc à l’apparence. Dans cette perspective, il est sans doute utile de rappeler ici les propos de Geneviève Fraisse dans son ouvrage La différence des sexes23. Dans l’introduction de son livre, l’auteur évoque une conversation de bistrot lors d’un colloque de philosophie : alors qu’elle présente son projet de travailler sur « la question des femmes » – et donc sur la différence des sexes – elle se voit répondre « Quelle drôle d’idée ». Or une drôle d’idée, note la philosophe, n’est pas une idée : « la différence des sexes ne se rencontre sans doute pas au ciel des objets philosophiques. Une drôle d’idée cache une intention, quelque bizarrerie peu compatible avec le travail exigeant et lucide de la pensée »24. Toujours dans la même conversation de bistrot, un homme remarque que « les femmes » est un sujet à la mode. « Certes les femmes et la mode entretiennent un lien quasi-privilégié, quasi un lien intrinsèque. La femme et le vêtement, la femme et l’apparence s’associent avec évidence. De là à ne voir qu’un intérêt médiatique dans l’intérêt porté à la « question des femmes », il n’y a qu’un pas que les détenteurs de la pensée franchissent aisément. Concluons que tel est le lot des femmes d’être hors champs conceptuel d’un côté, et sous les feux de la représentation imaginaire de l’autre. Au mieux servent-elles la représentation symbolique, image de pierre illustrant les idées de justice ou de vérité ou emblème républicain avec la Marianne par exemple. Hors concept et dans la représentation, les femmes ont une place donnée dans la connaissance »25. Et l’auteur, quelques lignes plus loin, conclut : « Si les femmes appartiennent au registre de la mode » - « les femmes sont à la mode » pouvant s’entendre au sens propre comme au sens figuré : elles sont à la fois victimes de la mode et objet de mode – « le constat de leur empiricité infrathéorique se vérifie ; elle sont ainsi renvoyées à l’espace dont elles n’auraient jamais dû sortir, l’espace de la beauté, de l’ornement, de la parure. Lieu de l’apparence, lieu où il n’est pas d’usage de chercher la vérité »26. Penser la délinquance des filles apparaît donc être « une drôle d’idée » et le caractère social du vêtement se voit évacué au profit d’une nature féminine.

Délinquance des filles et sociologies de la déviance

  • 27 Dubet François, La galère : jeunes en survie, Paris, Fayard, 1987, p. 144-153.
  • 28 Merton, Robert K., « Structure sociale, anomie et déviance », Eléments de théorie et de méthode so (...)

33Cette négation du caractère social de la délinquance mérite d’être mise en perspective avec la tradition sociologique qui tente d’expliquer la déviance des jeunes, les jeunes désignant avant tout les garçons. François Dubet27 s’attache à dégager les trois grands modèles d’explication de la marginalité et de la déviance des jeunes, construits, selon lui, autour de trois concepts centraux, ceux de crise, de frustration et de contrôle. Dans la problématique de la crise, la marginalité des jeunes est définie comme une réaction à la rupture des modèles d’intégration traditionnels provoquée par le changement social. Ce type d’explication en termes de crise – crise sociale ou crise d’adolescence – est, nous l’avons vu, omniprésent dans le discours des juges des enfants interrogés. Second concept dégagé par Dubet : celui de la frustration. Les explications en termes de frustration privilégient moins les problèmes d’intégration que ceux des tensions liées à la position des acteurs dans la stratification sociale. Elles dérivent du modèle mertonien des modes d’adaptation conforme et déviant28 qui définit la déviance par l’écart, sinon la contradiction, entre les attentes culturelles homogènes d’une société et une structure sociale qui distribue de façon inégale les chances d’atteindre les objectifs proposés, identifiés à la mobilité sociale et au mode de vie des classes moyennes. La conduite délinquante est une innovation qui cherche, par des moyens illégitimes, à adapter des ressources aux objectifs conformistes intériorisés. Dans cette perspective, la délinquance est une conduite d’adaptation relativement rationnelle ; la délinquance n’est pas anomique au sens propre du terme puisqu’elle suppose un certain conformisme des aspirations (la configuration in/out s’en trouve infirmée) ; enfin, la répartition inégale de la délinquance apparaît comme résultant des frustrations liées aux inégalités sociales. Là encore, on retrouve ce type d’explication chez les juges qui mettent en évidence la frustration des jeunes. Le troisième modèle d’explication opère un très sensible renversement d’objet. La délinquance est le résultat des procédures de contrôle qui l’identifient, la définissent, la traitent. Le véritable objet est moins le délinquant que les diverses agences de contrôle et de stigmatisation qui le « fabriquent ».

34Si ces trois modèles d’explication sont plus ou moins utilisés par les juges pour penser la délinquance des garçons, ils disparaissent tout à fait quant il s’agit des filles. Or, ce constat est tout aussi vrai pour la majorité des études criminologiques sur la délinquance féminine. Qu’on s’interroge sur le pourquoi du passage à l’acte ou qu’on pense la délinquance des femmes et des filles en termes de traitement différentiel, les analyses en restent bien souvent à la description ou à l’idéologie. On note ainsi une difficulté certaine à penser de façon sociologique la délinquance au féminin, à la penser dans sa relation à la sphère sociale. Chez les juges, comme dans les recherches menées jusqu’à ce jour, la fille est effectivement présentée comme un objet. Pour les juges, elle est objet de la nature, contrairement aux garçons qui sont objets des dysfonctionnements sociaux et possèdent, de surcroît, un certain pouvoir sur la société (en ce sens on peut parler d’une certaine réciprocité). Dans la recherche, les femmes et les filles sont également objet de la nature, mais elles peuvent aussi être objet d’une domination – masculine en l’occurrence. Or la question de la délinquance des filles doit, nous semble-t-il, être pensée dans un système d’interrelations et la perspective même de Dubet reste sur ce point insuffisante. Comment penser ensemble la socialisation, les aspirations et les institutions, ou si l’on veut la crise, la frustration et le contrôle ? Sans doute en reprenant aux interactionnistes en général, et à Goffman en particulier, le concept de carrière et en se demandant comment se différencient des carrières déviantes masculines et des carrières déviantes féminines, en incluant tout à la fois la socialisation différentielle, la psychologisation différentielle (évoquée plus haut) et le traitement différentiel. Cela peut être fait en regardant vers le futur plutôt que vers le passé, au moment où les filles délinquantes deviennent majeures, au moment où s’actualisent de nouvelles figures de la déviance féminine, celle de la mauvaise mère et celle de l’assistée, dans les différents registres du droit, pénal, civil et social.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Aubusson de Carvalay Bruno [1999], « France 1998 : la justice des mineurs bousculée » Criminologie, vol. 32, n° 2.

Becker H. S. [1985], Outsiders, (1963), Paris, éditions Métaillé, (trad. Française).

Bailleau Francis [1996], Les jeunes face à la justice pénale, Analyse critique de l’application de l’ordonnance de 1945, Paris, Syros.

Castel Robert – Le Cerf Jean-François [1980], « Le phénomène psy dans le société française », Le Débat, n° 1-2-3.

Chauviere Michel [1980], Enfance inadaptée : l’héritage de Vichy, Paris, Les éditions ouvrières.

Dubet F. [1987], La galère : jeunes en survie, Paris, Fayard.

Elias Norbert [1973], La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy.

Fiche Gisèle [1996], « De l’éducation surveillée à la protection judiciaire de la jeunesse », Enfance délinquante : enfance en danger : une question de justice, Ministère de la jeunesse, Direction de la protection judiciaire de la jeunesse, Paris, avril.

Foucault Michel [1975], Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

Fraisse Geneviève [1996], La différence des sexes, Paris, Presses Universitaires de France.

Godineau Dominique [1997], « Citoyennes, boutefeux et furies de guillotine », De la violence et des femmes, (collectif) Dauphin Cécile – Farge Arlette (dir.), Paris, Albin Michel, coll. Agora.

Lascoumes Pierre – Poncela Pierrette – Lenoël Pierre [1989], Au nom de l’ordre, Une histoire politique du code pénal, Paris, Hachette.

Laberge Danielle [1991], « Les recherches sur les femmes criminalisées : questions actuelles et nouvelles questions de la recherche », Annales internationales de criminologie.

Mary France-Line [1996], Femmes, délinquances et contrôle pénal, Analyse socio-démographique des statistiques administratives françaises, CESDIP, collection « Études et données pénales », n° 75.

Merton Robert K. [1965], « Structure sociale, anomie et déviance », Éléments de théorie et de méthode sociologiques, Paris, Plon.

Norbert Elias [1973], La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy.

Schmidt Pantel Pauline [1997], « De la construction de la violence en Grèce ancienne : femmes meurtrières et hommes séducteurs », De la violence et des femmes, (collectif) Dauphin Cécile – Farge Arlette (dir.), Paris, Albin Michel, coll. Agora.

Simmel Georg [1989], Philosophie de la modernité, Paris, Payot, (trad. française).

Notes

1 Aubusson de Carvalay Bruno, « France 1998 : la justice des mineurs bousculée » Criminologie, vol. 32, n° 2, 1999.

2 Mary France-Line Femmes, délinquances et contrôle pénal, Analyse socio-démographique des statistiques administratives française, CESDIP, collection « Études et données pénales », n° 75, 1996, p. 15.

3 Voir notamment l’état des lieux sur la recherche criminologique en matière de criminalité féminine, proposé par Mary France-Line, op. cit.

4 Cf. Laberge Danielle, « Les recherches sur les femmes criminalisées : questions actuelles et nouvelles questions de la recherche », Annales internationales de criminologie, 1991.

5 Lascoumes Pierre – Poncela Pierrette – Lenoël Pierre, Au nom de l’ordre, Une histoire politique du code pénal, Paris, Hachette, 1989, p. 10-11.

6 Foucault Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

7 Becker H. S., Outsiders, (1963), Paris, éditions Métaillé, 1985, (trad. Française), p. 171.

8 Bailleau Francis, Les jeunes face à la justice pénale, Analyse critique de l’application de l’ordonnance de 1945, Paris, Syros, 1996, p. 45

9 Les seules différences notables portent sur les catégories destructions-dégradations (dont le poids est deux fois plus important pour les hommes mineurs), les infractions aux mœurs et les infractions astucieuses contre les biens (qui occupent une place plus grande dans l’ensemble des infractions pour lesquelles les femmes mineures sont mises en cause).

10 Bailleau Francis, op.cit.

11 Chauvière Michel, Enfance inadaptée : l’héritage de Vichy, Paris, Les éditions ouvrières, 1980.

12 Fiche Gisèle, « De l’éducation surveillée à la protection judiciaire de la jeunesse », Enfance délinquante : enfance en danger : une question de justice, Ministère de la jeunesse, Direction de la protection judiciaire de la jeunesse, Paris, avril 1996.

13 Simmel Georg, Philosophie de la modernité, Paris, Payot, 1989, (trad. Française), p. 69-75.

14 Simmel Georg, op.cit., p. 69.

15 Simmel Georg, op.cit., p. 70.

16 Simmel Georg, op.cit., p.72.

17 Godineau Dominique, « Citoyennes, boutefeux et furies de guillotine », De la violence et des femmes, (collectif) Dauphin Cécile – Farge Arlette (dir.), Paris, Albin Michel, coll. Agora, 1997.

18 Simmel Georg., op. cit., p. 73.

19 Godineau Dominique, op.cit., p. 50.

20 Castel Robert – Le Cerf Jean-François, « Le phénomène psy dans le société française », Le Débat, 1980, n° 1-2-3.

21 Schmidt Pantel Pauline, « De la construction de la violence en Grèce ancienne : femmes meurtrières et hommes séducteurs », De la violence et des femmes, (collectif) Dauphin Cécile – Farge Arlette (dir.), Paris, Albin Michel, coll. Agora, 1997, p. 19-34.

22 Voir notamment Elias Norbert, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973.

23 Fraisse Geneviève, La différence des sexes, Paris, Presses Universitaires de France, 1996.

24 Fraisse Geneviève, op.cit., p. 6.

25 Fraisse Geneviève, op.cit., p. 6.

26 Fraisse Geneviève, op.cit., p. 7.

27 Dubet François, La galère : jeunes en survie, Paris, Fayard, 1987, p. 144-153.

28 Merton, Robert K., « Structure sociale, anomie et déviance », Eléments de théorie et de méthode sociologiques, Paris, Plon, 1965, p. 167-191.

Auteur

Université Denis-Diderot Paris 7

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540