Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Rien n’est jamais gagné

Femmes et modernité citadine au Mali

Monique Bertrand

Texte intégral

  • 1 Bertrand M, « Bamako : mobilités résidentielles, sex-ratios et rôle sociaux dans la ville », Bertr (...)
  • 2 Bertrand M., « Femmes et marchés fonciers », Autrepart, Éditions de l’Aube/IRD, n°19, 2001-b. Le c (...)

1La présente contribution s’appuie sur l’étude consacrée aux « Femmes et développements urbains au Mali » (Appel à Projet Nouveau du CNRS, 1999-2000). A Bamako – un million d’habitants au recensement de 1998 –, une première série de données portant sur les mobilités résidentielles a été analysée entre 1993 et 1994. Les femmes ne constituaient pas a priori l’objet central de la recherche mais renvoyaient à une variable parmi d’autres1. Par contre, le suivi de plus d’une décennie de gestion foncière débouchait sur une interprétation en termes de « genre » et sur sa critique2. Dans la première enquête comme dans la seconde, la place croissante des femmes dans le marché urbain ne se comprenait pas sans les relations plus générales que les citadines entretiennent avec les hommes dans les sphères domestiques et marchandes.

2On cherche ici moins à détailler les apports empiriques les plus singuliers de l’étude qu’à en extraire les enjeux méthodologiques et leurs implications théoriques pour la comparaison avec d’autres villes. Le contexte n’est certes pas à négliger. Dans cette Afrique soudano-sahélienne et musulmane, la place des femmes et l’habitat de cours sont contraints par la pauvreté : division sexuelle du travail marquée, rapports hommes/femmes compris en termes de complémentarité plus que d’égalité, accès insuffisant aux équipements, dépendance de l’urbanisme à l’égard des crédits internationaux. Cependant, c’est bien la perspective de la modernité de la ville que l’on envisage ici sous l’angle des pratiques qui engagent les citadines entre elles et à l’égard des hommes.

3Deux questions sont posées. Centrée initialement sur la dynamique d’ensemble de la ville plus que sur la place particulière des femmes, l’étude nous interroge d’abord sur le statut cognitif du « genre ». Puis est abordée la relation entre les rôles traditionnels des citadines, souvent réduits à ceux d’épouses, et la diffusion des logiques marchandes inhérentes au processus d’urbanisation.

ENTRE BIAIS STATISTIQUES ET EFFET DE MODE « GENRE »

4La question des femmes est prise dans une contradiction de fond : d’un côté la promotion du genre, centrale dans les nouvelles approches de la citoyenneté, apparaît redondante dans l’expertise du développement de la dernière décennie. Femme rime notamment avec « local » dans les termes de références dominants de la « bonne gouvernance », dont le Troisième Projet Urbain du Mali et ses bailleurs de fonds donnent un exemple parmi tant d’autres dans les villes du Sud. D’un autre côté, de sérieuses limites apparaissent quant à la mesure et la cohérence de l’objet ainsi posé.

5Simple éclairage ou objet central, la place des citadines illustre en effet une alternative plus générale dans laquelle se place la vague des analyses sur le genre, particulièrement en Afrique. La catégorie « femme » se présente tantôt comme un révélateur en biais du devenir urbain, tantôt comme un indicateur direct. Dans un cas ce qui est dit des femmes peut l’être tout autant d’autres cadets sociaux ; ce que les rapports hommes/femmes nous apprennent de la ville pourrait tout autant s’appliquer à d’autres environnements géo-graphiques ; ou encore le sexe n’a d’enjeu scientifique que celui d’une « entrée » comme les autres, sa part de détermination n’est ni plus ni moins informative qu’une autre. Dans l’autre cas, on peut dire que les processus et les configurations spatiales observées engagent les femmes en propre, leur sont spécifiques. Plus qu’une simple question statistique, c’est un véritable défi conceptuel qui est posé à la recherche.

  • 3 A notre connaissance, une seule étude, régionale, ressort de la bibliographie récente - et angloph (...)

6La première hypothèse s’inscrit dans une perspective analytique pour laquelle la critique de la mesure est essentielle. Quant à la seconde hypothèse, elle peut être qualifiée de « ciblée », comme l’est aussi l’étude des évolutions urbaines en termes de « jeunes ». La perspective globale de la ville s’efface, avec même le risque que les objets d’étude ainsi forgés, par pragmatisme ou par effet de mode, fonctionnent comme isolats conceptuels. Bien des gender studies se dispensent en effet de penser les contraintes qui pèsent sur les pratiques spécifiquement masculines et les marges de manœuvre qui les orientent. Le développement a certes été pensé et rendu opérationnel pendant 50 ans par et pour les hommes. Mais autant les recherches consacrées aux handicaps des femmes ou aux ressources de leur sociabilité se multiplient, autant sont rares les interrogations portant sur la masculinité3. Poussons plus loin l’alternative dans ses extrêmes : absence de logique féminine en soi d’une part, radicalismes féministes de l’autre.

Dévoiler les tutrices et les investisseuses

7En premier lieu, de réels biais statistiques gênent l’analyse des recensements africains. Dans ceux du Mali, comme dans la plupart des grandes enquêtes démographiques, les différents membres des unités résidentielles ne sont liés qu’au seul chef de ménage. Non sans un certain biais occidental, on n’identifie de manière détaillée que les enfants, parents, frères et sœurs des chefs de ménage, dont on présume qu’ils le sont en vertu de liens de consanguinité. Tous les autres liens sociaux sont relégués dans les catégories fourre-tout de « autres liens de parenté » et de « sans lien de parenté ». Les pratiques résidentielles sont donc rapportées à un seul « tuteur », un homme dans 90 % des cas selon notre enquête à Bamako. Cette conception univoque du contrôle social au sein du ménage occulte du coup les tensions et les compromis à l’œuvre entre adultes hommes et femmes. D’autres liens sociaux dépendent pourtant de tutrices, mais sont a priori masqués.

8Pour parer à ce risque de réduction sociologique, il nous a donc fallu partir d’une question plus fine sur le rapport des dépendants à leurs tuteurs : au-delà du noyau familial, près d’un quart des membres des ménages relevait en effet des catégories de « dépendants familiaux, sociaux et économiques ». Ici se jouait une réelle hiérarchisation des citadins en aînés et cadets sociaux :

9Le gradient des âges moyens fait ressortir la position intermédiaire de ces « hébergés » entre la classe d’âge des chefs de ménage et de leurs épouses d’une part (les premiers étant plus âgés que les secondes de six ans en moyenne) et celle de leurs enfants d’autre part. Le sexe du « tuteur » précise en outre les positions de chacun : les dépendants familiaux et sociaux liés à des chefs de ménage hommes sont plus âgés respectivement de 5 et 10 ans que les dépendants des mêmes groupes liés aux épouses, co-épouses ou femmes chefs de ménage. Deux fonctions d’accueil se dessinent ainsi en ville : les dépendants liés aux hommes apparaissent essentiellement en quête de travail, de formation ou de qualification professionnelle ; plus jeunes, les dépendants liés aux « ménagères » constituent un relais domestique essentiel. Leur âge moyen est d’ailleurs le même que celui des bonnes. Enfin, les filles sont fortement sur-représentées chez les dépendants des femmes, tandis qu’elles sont moins nombreuses que les garçons chez les dépendants des hommes. Les proportions de filles et de garçons s’inversent donc clairement en relation avec le sexe du tuteur. La présence du groupe le plus jeune, féminin aux deux tiers dans les cours bamakoises, se justifie aussi par l’attente du mariage. Les stratégies matrimoniales qui conduisent les jeunes filles à des migrations propres ne sont pas indifférentes, en effet, au contexte de la grande ville qui est jugé plus favorable. A l’inverse, les ménages semblent mieux retenir les garçons à Bamako parmi leur descendance directe. D’une part parce qu’ils sont appelés à rester dans la cour même après leur mariage si le marché du travail le permet, tandis que les filles devront quitter le domicile parental ; d’autre part parce que les ménages accueillent des dépendants familiaux en même temps qu’ils font circuler une partie de leurs enfants dans d’autres segments familiaux, et tout particulièrement les filles. Cette inégale « rétention » tient au fait que les filles sont fiancées plus tôt que leurs frères. Leur mobilité avant mariage est contrôlée surtout par les mères du lignage.

10L’analyse des marchés fonciers bamakois offre un autre exemple de la difficulté à poser le sexe comme variable systématique. A l’heure où se généralise l’exigence d’une rationalisation de la gestion urbaine, les sources exploitées manifestent un traitement inégalement précis de l’information entre les hommes et les femmes. Ainsi les registres fonciers distinguent-ils sans ambiguïté les demoiselles des épouses, ce qui n’est pourtant pas une exigence administrative. A l’inverse, on ne sait pas des hommes s’ils sont mariés ou non. Par contre les sources sont bien plus incertaines en ce qui concerne la qualification professionnelle et la domiciliation géographique des candidates à l’acquisition de parcelles à bâtir. La plupart des femmes sont enregistrées comme « épouses de » ou « veuves de », ce qui relègue dans l’oubli leurs activités économiques. De 33 à 82 % d’entre elles, selon les corpus analysés, se désignent encore comme « ménagères ». Il ne s’agit pas tant d’une stratégie de dissimulation, mais bien d’un réflexe qui situe la position sociale des femmes avant tout dans le champ domestique.

11La catégorie de ménagère tend alors à désigner toute femme qui ne peut se prévaloir d’un salaire, qu’elle bénéficie de ressources ou non. Mais même bien des salariées, qui font le contrepoids des « inactives » dans les sources, « omettent » de déclarer leur adresse professionnelle, la médiation d’un homme paraissant plus essentielle. Tout se passe donc comme si les citadines, en donnant la part belle à leur identité matrimoniale, avaient intégré une réelle imprécision administrative à leur égard, laissant aux hommes une identification économique plus systématique. Si ce défaut statistique de ressources propres renvoie souvent à un manque réel, il n’en reste pas moins que des « ménagères » apparaissent dans un rapport marchand, l’achat de terrains, là où des hommes dépourvus d’emploi ne figureraient pas. Cela confirme les critiques formulées par les spécialistes du genre sur la construction des statistiques, en particulier quand la même catégorie est appliquée à des inactives, à des femmes impliquées dans la petite production marchande, voire à des rentières. L’opposition des salariées et des inactives est de plus à nuancer quand on sait à quel point les premières restent encore fortement perçues comme des ménagères sur leur lieu de travail, les obligations domestiques interférant souvent avec leurs pratiques professionnelles et leurs relations avec les collègues masculins (faible espacement des maternités, absentéisme lié à la prise en charge des enfants, rémunérations moindres à qualifications égales).

« Nous les femmes », une catégorie bancale

12La critique d’un « a priori genre », sorte de discrimination positive, ne s’imposait pas moins dans notre recherche, surtout quand les enquêtées elles-mêmes s’approprient une catégorie dont leurs propres pratiques sociales, segmentées par l’inégal accès aux ressources urbaines, démentent la cohérence scientifique. On peut ainsi identifier deux excès de « l’approche genre ».

  • 4 Voir plus généralement sur le continent : Conférence Internationale d’Addis Abeba, Les femmes afri (...)
  • 5 Lockwood M. – Whitehead A., « Gendering Poverty : A Review of Six World Bank African Poverty Asses (...)

13Les opérations de développement attribuent aujourd’hui aux citadines de fortes idéalités4. Les mesures de lutte contre la pauvreté et les réformes de décentralisation justifient l’attention des bailleurs de fonds pour la « composante femme » du développement, qui serait porteuse, mieux que la gente masculine, de régulations sociales et de mobilisations économiques. Parmi d’autres, le Programme des Nations Unies pour le Développement définit ainsi différents groupes susceptibles d’être appuyés par l’intermédiaire de programmes fléchés et d’ONG locales. Il reproduit au sein même de la catégorie des femmes une démarche plus générale de ciblage des « partenaires du développement ». Sont identifiées « les femmes des zones péri-urbaines », « les filles migrantes », « les femmes entrepreneurs ». Mais au Mali comme ailleurs, ce sont principalement les « femmes chefs de ménage » qui font l’objet du suivi le plus fréquent5.

  • 6 Coquery-Vidrovitch C., Les Africaines. Histoire des femmes d’Afrique noire du xixe au xxe siècle, (...)
  • 7 Guijt I. – Shah M.K. (eds.), The Myth of Community : Gender issues in participatory development, L (...)

14Ce tronçonnage du corps social dans les « projets » écrase cependant la temporalité de ce qui détermine la place des femmes dans la société. Experts et interviewées en viennent à de faux modèles de nouveauté, du type « les choses sont en train de bouger », qui ne résistent pas à l’analyse historique. Car la tradition qui sert ici de référent n’a guère été statique, pas plus que les mutations n’appartiennent au seul présent des observateurs. Au Mali, la dynamique féminine risque ainsi d’être rapportée à la seule conjoncture de la démocratisation, depuis 1991, c’est-à-dire le moment où des crédits internationaux sont massivement réinjectés après plus de vingt ans de blocage politique. Certes les initiatives décentralisées ont le vent en poupe dans la période récente. Mais la banalisation de la référence à la participation de la société civile et aux organisations féminines ne doit pas faire l’illusion d’un changement inédit, brusque, sans tréfonds ni expériences préalables6. Or les interprétations sous l’angle de « générations spontanées » ne sont pas rares chez les bailleurs de fonds du développement africain, et méritent de sérieux correctifs7. La question est alors de savoir s’il faut les chercher dans les seules paroles et mémoires des femmes, ou dans d’autres voies d’investigation, historiques mais biaisées par l’écrit.

15Trois perspectives temporelles ressortent en réalité de notre étude. Le temps long des normes justifie d’abord l’emploi du référent anthropologique « aînés/cadets » sociaux que l’on a transposé du milieu rural en ville. Division sexuelle du travail, répartition des activités domestiques dans la pyramide des âges, solidarités lignagères orientant les flux entre villages et cités, transmission intergénérationnelle des patrimoines bâtis : tout ceci met en évidence l’ancrage des rôles sociaux dans une matrice héritée, parfois trop évidente pour être énoncée, parfois remaniée de manière pragmatique. Dans cette perspective, les rapports culturels entre hommes et femmes, mais aussi entre femmes de générations différentes, sont bien compris dans un mouvement historique plus global.

16A moyen terme, nos analyses engagent une interprétation du changement urbain sur une trentaine d’années. Sur toute la période du 20e siècle, par exemple, la moyenne d’ensemble de la présence féminine dans les registres de la propriété pleine et immatriculée cache une progression dont le seuil majeur se situe à la fin de la première république malienne. Pendant la colonisation et les années d’indépendance, les femmes ne représentent en effet que 2 % des propriétaires. Leur présence monte à 7 % dans la période 1969-1991 puis à 12 % depuis 1992. Ce qu’il est alors convenu d’appeler « crise » économique et urbaine, pendant deux décennies d’ajustement structurel, a révélé, sinon cristallisé, une réelle transformation des rapports entre les sexes.

17Enfin, le nouvel impact des slogans de développement urbain, les événements politiques qui se sont précipités dans la dernière décennie en plaçant les citadins à l’avant-garde du changement de république de 1992, tout cela n’a pas manqué d’imposer des turbulences de court terme aux relations hommes/femmes. A cet égard, les revendications résidentielles (accès aux parcelles à bâtir, aux équipements de proximité) qui secouent la capitale malienne depuis dix ans ont donné une place réelle aux citadines.

  • 8 Pour un débat non-africaniste, voir les contributions de Gillian Rose et de Jacqueline Coutras, «  (...)
  • 9 En témoignent les contributrices anglophones de deux numéros spéciaux de la revue African Urban Qu (...)

18Faisant échos à un certain post-modernisme anglo-saxon, la catégorisation hâtive des Africaines comme un sujet politique collectif, comme un groupe dominé mais potentiellement citoyen, conscient de son identité sociale, introduit un second travers : le parti pris d’appliquer aux mots de la recherche les révisions qu’une minorité politique imposerait à toute prise de parole. C’est la conséquence d’une réhabilitation à l’extrême du rôle du sujet dans les sciences sociales, qui va jusqu’à déconstruire le rapport de distanciation du chercheur à son objet d’étude. La position de surplomb des analystes, eux-mêmes pris dans des logiques de genre, est énoncée comme étant vaine ; l’objectivation apparaît comme une quête académique désuète, tant ses locuteurs sont eux-mêmes déterminés par une donne sexuée, par les rapports de pouvoir ou de violence symbolique qui la marquent8. Il est vrai que les recherches d’expression française ne s’inspirent pas des mêmes traditions scientifiques et politiques que celles de bien des universités anglo-saxonnes ou d’expression anglophone9. Car les gender studies y entretiennent une double relation avec leur objet : militante au travers du féminisme, et épistémologique par une contribution à une lecture post-structuraliste voire post-moderne de l’espace social.

19Retenons finalement de ces risques de la recherche une invite à mieux contextualiser, dans le temps et l’espace, les rapports sociaux que nous persistons à objectiver. A propos des femmes, nous préférons alors le terme d’analyseur à celui d’indicateur des logiques citadines modernes. Ni mesure incomplète ni objet mal circonscrit, l’entrée « femmes » ne casse pas le postulat que c’est bien la globalité urbaine qui constitue un enjeu de modernité. Elle impose plus que jamais de relativiser chacun des angles d’analyse de la ville et de mener la critique des « ciblages » politiques et scientifiques. En cela nous nous situons dans la perspective de recomposition des sciences sociales dont le rapport de la commission Gulbenkian a fait état en soulignant :

  • 10 Wallerstein I. (dir.), Ouvrir les sciences sociales, Rapport de la Commission Gulbenkian, Paris, D (...)

20« la contradiction des faux universalismes. Ils ont mis en question la pertinence de principes universalistes proclamés pour un grand nombre de cas particuliers et/ou la possibilité de « désirabilité » de l’universalisme, et ont proposé à sa place des catégories quasi-disciplinaires définies par différents groupes sociaux. Le résultat principal jusqu’à présent a été la multiplication des particularismes. Au-delà de l’argument évident selon lequel les voix des groupes dominés (et donc jusqu’ici largement ignorés) doivent être reconnues, il y a une tâche plus ardue, qui consiste à expliquer comment l’incorporation de ces groupes est fondamentale pour atteindre une connaissance objective des processus sociaux »10.

21L’enjeu est donc de taille et il n’est pas négligeable d’en donner une illustration empirique. L’intérêt de traiter des femmes comme une catégorie marginalisée n’était pas de céder à une quelconque mode, par ailleurs réelle sur le continent africain, mais au contraire de ré-objectiver la question du développement urbain par l’analyse des « contingences » pesant sur la prétention des chercheurs – ou des développeurs – à globaliser leurs conclusions. Pour autant, n’y avait-il qu’un prétexte à faire rebondir d’autres objets sociaux, qui gagneraient en pertinence au fur et à mesure que « l’objet femmes » en perdrait ? Point s’en faut ! Car le discours si prégnant dans les sociétés africaines, sur la complémentarité du féminin et du masculin dans l’unité du monde réel et idéel, justifie profondément, plus encore que quelques prétentions à l’égalité des sexes, bien des formes de séparation des sociabilités et bien des modalités de la communication entre hommes et femmes.

LOIN DU REFOULEMENT, LE DOMESTIQUE AU CŒUR DU MARCHAND

  • 11 Copans J., « Des modes domestiques aux modes salariés : cycles de prolétarisation et proto-proléta (...)

22« Il s’agit de rééquilibrer la vision dangereusement dichotomique des liens entre production et reproduction. (...) La variation historique et empirique que valorise cette nouvelle approche devient alors un instrument méthodologique positif. On peut même estimer que la perspective comparatiste s’en porte mieux puisque l’économie mondiale, au sens symbolique peut-être, se trouve ainsi présente jusqu’aux tréfonds des rapports domestiques. Le genre féminin n’est plus seulement un nouveau continent à découvrir et que nous laisserions par politesse et mauvaise (in)conscience, à nos consœurs en quête de notoriété scientifique. Il est admis comme un élément de première importance dans l’explication de tout phénomène de changement social »11.

  • 12 Beckmann P. (ed.), Gender Specif Occupational Segregation, Nûrnberg, Institut fur Arbeitsmarkt- un (...)

23Réhabiliter les rapports domestiques – lieu central de réalisation des rapports hommes/femmes –, implique d’examiner leurs rapports au marché dans la construction de la modernité africaine, et ce après qu’un savoir urbain, très instrumentalisé par l’impératif de développement, les ait souvent relégués aux oubliettes de l’histoire. Les études consacrées aux marchés du travail européens ont mis en évidence la division sexuelle persistante des emplois et la segmentation des activités « dévolues » respectivement aux hommes et aux femmes. La progression du temps partiel intéresse tout particulièrement les employées12. Parler d’une culture sexuée du travail dans une économie de salariat généralisé indique que les choix domestiques qui intéressent les couples ont leur traduction dans la productivité et les arbitrages du travail.

  • 13 Cour J.M. (dir.), Étude des perspectives à long terme en Afrique de l’Ouest, Paris, OCDE Club du S (...)

24Les bases économiques de l’urbanisation africaine sont bien différentes, mais les passerelles entre les différentes sphères de la vie sociale n’en sont pas moins sensibles. Alors que les bailleurs de fonds commencent à admettre le rôle positif des villes, à l’encontre d’une longue stigmatisation du « biais urbain » dans la problématique du développement continental13, l’engagement des citadines dans la petite production marchande et la contribution essentielle du « secteur informel » à l’économie urbaine sont mis en lumière de manière concomitante dans l’Afrique sous ajustement structurel des années 1980. Les questions que nous avons posées à Bamako ont pris acte de cette sur-présence des femmes, par rapport aux actifs masculins, dans l’économie de survie des villes. Comment s’articulaient les espaces du travail et du hors-travail, celui-ci étant abordé sous l’angle des pratiques résidentielles ? La participation des femmes à l’économie urbaine débouchait-elle sur un contrôle des biens patrimoniaux, terrains à usage d’habitation en l’occurrence, fût-ce par le biais de filières également informelles ?

Du logement au travail

25A la première question l’enquête a répondu en soulignant le rôle de mobilités résidentielles discriminées par l’âge et le sexe, et par l’imbrication, discriminée par le niveau économique des ménages, des formes marchandes et non marchandes du travail domestique. C’est en assurant leur rôle de « ménagères » – forgé sur le marché matrimonial et dans l’exercice de la cohésion familiale - et en en déléguant une partie des tâches, que les épouses justifient à l’égard des maris et d’une parenté plus large, leur participation au marché du travail. Celle-ci leur permet en retour de contribuer à quelques dépenses du ménage et d’assurer leurs dépenses de prestige lignager.

26Dans une ville à forte prédominance musulmane comme Bamako, la participation des femmes aux activités rémunérées, bien qu’ancienne dans les milieux du négoce, n’allait pas de soi pour assurer leur pleine autonomie. Chez les migrantes, population décisive dans la dynamique démographique, le temps consacré aux activités domestiques hérite des formes villageoises de division du travail et reste en ville justifié par une fécondité forte. A l’autre extrême de la hiérarchie citadine, et sans que la scolarisation n’en entame lourdement les tenants, les natives de la capitale s’inspirent du modèle bourgeois de l’épouse inactive, pour « tenir rang » selon leurs lignées d’origine et la capacité qu’ont leurs époux de les prendre en charge. La séparation des ressources nourrit encore l’idée qu’aux hommes revient le monde officiel et moderne du travail tandis que les femmes « peuvent toujours se débrouiller » dans des sphères annexes. Le schéma culturel de référence n’exclut pas, en effet, que des revenus soient trouvés et gérés par les citadines en propre. Mais la prééminence donnée aux maris dans la charge économique quotidienne du ménage et dans les devoirs de redistribution vers une parenté plus large, ont relégué en place secondaire, éventuellement associée à un « gaspillage ostentatoire », cette contribution des femmes à l’économie urbaine.

27Les difficultés rencontrées par les citadins du fait des dévaluations monétaires et de la progression du chômage ont contrarié ces logiques depuis les années 1980. Elles n’ont cependant pas nucléarisé les familles ni restreint leur capacité à accueillir de jeunes migrants apparentés. Au contraire, c’est en prenant une part active dans la mise en tutelle des cadets sociaux, que nombre d’épouses ont pu s’engager dans de nouvelles activités marchandes. Car la charge de travail domestique est importante dans l’habitat de cours bamakois. D’après le recensement de 1998, près de deux ménages y cohabitaient en moyenne, des ménages composés de plus de six personnes.

28L’échantillon observé par l’enquête montrait plus finement un fort turn over résidentiel puisque 40 % de la population résidente avaient changé de logement entre 1993 et 1994. Deux flux différaient surtout par leurs profils sociaux. Celui des individus mobiles au sein de ménages stables (de solde positif) était composé en majorité de célibataires et clairement dominé par les filles ; celui des ménages tout en entier entrant ou sortant entre les deux passages d’enquête (de solde négatif) étaient déséquilibré en faveur d’hommes, principalement mariés. Alors que le déménagement des ménages concernaient surtout des locataires, réorientés du vieux centre dense vers les périphéries urbaines plus récentes, la circulation des individus au sein des ménages stables impliquait de manière privilégiée, et diffuse dans la ville, les ménages les plus grands et les mieux ancrés dans leurs cours.

29La taille des ménages et la circulation inégale de leurs dépendants donnent en effet les clefs de cette insertion protégée, mais guère autonome, des jeunes filles. Car aux comportements matrimoniaux (polygamie) et de fécondité qui élargissent les familles stabilisées dans l’habitat urbain, il faut ajouter l’accueil de « dépendants » familiaux, sociaux et économiques dont on a vu plus haut le poids global. La composition des ménages va bien au-delà d’un noyau d’épouses, d’ascendants et de descendants directs : employées domestiques, neveux et nièces, petits-enfants dont les parents sont absents, frères et sœurs consanguins, collatéraux de différentes générations, promotionnaires et amis, des chefs de ménage et de leurs épouses, s’y ajoutent. C’est dire si les ménages citadins dérogent au schéma de nucléarisation résidentielle.

30La gestion des tâches domestiques montre alors le rôle central des tutrices dans le contrôle des filles et son enjeu pour l’insertion des premières dans le marché du travail. Plus les liens sociaux des membres des ménages sont rapportés aux tutrices, plus ils révèlent en effet une proportion forte de filles et d’individus mobiles. A l’inverse, les pratiques d’accueil qui sont justifiées par les hommes à l’égard de leur parenté et origine géographique concernent en majorité des garçons. C’est dire l’importance des relations de genre dans la constitution des liens sociaux citadins. Car pour négocier leur participation aux activités extérieures, les « ménagères » doivent d’abord organiser au sein de leurs propres habitations la mobilisation de bonnes ou de jeunes parentes, susceptible de couvrir les tâches inhérentes à la taille des ménages bamakois. A l’inverse, les hommes qui refusent à leurs épouses la possibilité d’exercer un travail rémunérateur s’appuient sur l’argument de la charge domestique, devoir qu’elles assumeraient mieux qu’une « étrangère » au ménage ou qu’une fille inexpérimentée. La subordination des jeunes n’est donc pas sans lien avec les stratégies de rang social et de survie économique, des chefs de ménage mais aussi de leurs épouses, qui s’appuient en partie sur cette population tournante.

  • 14 Dumestre G., Touré S., Chroniques amoureuses au Mali, Paris, Karthala, 1998.

31L’enquête montre enfin que l’accueil des dépendants familiaux et la mobilité des dépendants économiques (main-d’œuvre des bonnes rémunérées et logées par le ménage) vont fréquemment de pair. Or ces deux groupes sont précisément les plus féminins. La mobilisation du travail domestique qui est ici en jeu apparaît marchande dans le second cas, et relève pour le premier des normes sociales d’éducation. En réalité, les deux prises en charge ne sont pas incompatibles. Malgré le renouvellement annuel des employées, les employeuses entretiennent avec « leurs bonnes » une relation de contrôle moral qui ne disparaît pas totalement sous la relation financière ni dans l’autonomie, notamment sexuelle, conquise en ville par ces jeunes filles d’origine rurale14. De même à l’égard de leurs jeunes parentes, qu’elles associent aux travaux ménagers, les maîtresses de maison mêlent devoirs familiaux et prise en charge matérielle (don de vêtements et de produits cosmétiques, contribution à la préparation des trousseaux de mariage, engagement dans les démarches matrimoniales).

  • 15 Lange M.F. (dir.), L’école et les filles en Afrique. Scolarisation sous conditions, Paris, Karthal (...)
  • 16 Dumestre G., Touré S., op.cit.
  • 17 Findley S. – Vaa M. – Diallo A. – Sy O.S., L’économie du don. Une étude sur les stratégies de surv (...)

32Toute démarche réduisant l’insertion des ménages aux seuls itinéraires de leurs chefs, les usages résidentiels aux seules logiques masculines, la configuration des cours à la seule présence des propriétaires ancrés, introduit donc biais et réductions. En outre, les marges de manœuvre économiques gagnées par les citadines se comprennent par la soumission de leurs cadettes d’origines rurales ou populaires. Témoigner d’une « ville au féminin » dans l’analyse des espaces de voisinage engage donc un juste rééquilibrage des connaissances, que nous situons dans la continuité des études empiriques consacrées, dans le contexte malien, à la scolarisation15, aux rapports amoureux16, à la survie économique.17 La globalité du corps social et des processus d’urbanisation est bien mise en exergue, et notamment les relations organiques observées entre l’insertion des citadines dans les activités rémunératrices et la manière dont ces mêmes « ménagères » organisent le travail domestique nécessaire à leur reproduction sociale. Cette place particulière des femmes n’apparaît bien évidemment pas liée à des lieux spécifiques, qu’elles investiraient en place et contre les hommes. Elle ressort plutôt des modalités du contrôle social et d’une réelle partition des rôles exercés au sein du système résidentiel.

Du marché au patrimoine

33La seconde question posée aux Bamakoises portait sur une relation, apparemment inverse, entre leur accès aux ressources économiques et leur accès au sol, condition de la pérennisation des familles en ville. L’analyse des offres de terrains à usage d’habitation a montré que la dynamique d’investissement féminin était bien engagée, bien qu’en net retrait des initiatives masculines. Présentes pour un quart des demandeurs de parcelles administrées, les femmes représentent, selon les conjonctures et les types de parcelles, de 11 à 27 % des acquéreurs. Leurs arguments sont loin de ne se situer que dans le seul registre de la capacité financière. Mais ils ne peuvent masquer l’inégalité économique des acquisitions et l’étude empirique a principalement apporté une réponse en termes de segmentation marchande.

34Ici aussi, logiques marchandes et pratiques domestiques interfèrent. La modernité urbaine se dévoile moins dans l’étanchéité des deux registres que dans leur chevauchement. Car l’accès au sol est loin d’aboutir à une individualisation sans faille des rapports marchands. Les noms donnés dans les registres d’appropriation foncière ne présagent pas des sources de l’épargne, en particulier pour les femmes. Quand bien même nombre des « ménagères » enregistrées exercent des activités marchandes, celles-ci génèrent des revenus irréguliers. L’incertitude n’est pas moindre pour les femmes enregistrées comme actives : les professions mentionnées sont dans l’ensemble peu qualifiantes et peu rémunératrices, et ne donnent qu’un accès médiocre - voire pas d’accès du tout - aux hommes des mêmes activités sur le marché foncier. Parmi les demandeuses de terrains, par exemple, 12 % des salariées sont des secrétaires, 17 % sont des enseignantes, principalement maîtresses du premier ou du second cycle, 7 % travaillent en hôpitaux publics (essentiellement des infirmières). Leurs salaires moyens sont faibles, ont été longtemps bloqués par les mesures d’ajustement structurel des années 1980, et ont enfin souffert de deux dévaluations monétaires en 1984 et 1994. Même dans les premières ventes de parcelles aux enchères, menées depuis 1992 et déjà très sélectives, les secrétaires représentent 14 % des acheteuses alors qu’il n’y en a guère parmi les acquéreurs hommes. Certaines salariées pourraient donc épargner mieux que les hommes de niveau professionnel équivalent, qui ont en charge les grosses dépenses de leurs ménages respectifs.

35En aval de l’appropriation, également, les doutes existent sur le contrôle social des patrimoines par des femmes qui en sont les détentrices apparentes. Le marché foncier est en effet, dans toutes ses ramifications, brouillé par l’intervention d’intermédiaires, de mandataires et prête-noms en tous genres. On peut l’évaluer d’après la mention « sous couvert de » qui apparaît abondamment dans les sources. Bien des propriétaires sur le papier relèvent en fait de commodités sociales ou d’arrangements administratifs, et ne sont pas les gestionnaires réels des propriétés. L’opacité est à la mesure des pratiques de médiation, de représentation ou au contraire de dissimulation qui ont fait de l’investissement foncier un processus hautement socialisé, dans lequel les enjeux domestiques et marchands sont intimement liés.

36Or les femmes jouent un rôle important dans l’effet de couverture. Elles y figurent principalement comme acteurs représentés du marché, peu autonomes, plus rarement comme les couvertures d’autres acteurs apparents. Elles sont proportionnellement plus couvertes que les hommes, dans ce jeu de cache-cache dont on ne sait pas toujours, du « propriétaire » ou du « représentant », lequel des deux assumera la valorisation du terrain et en usera. Les femmes mentionnées explicitement comme « veuves » n’apparaissent souvent que pour représenter un collectif d’héritiers qui constitue le véritable maître d’œuvre du processus d’investissement. Bien des commerçants masquent en outre leurs cumuls fonciers et la valorisation locative de leurs « concessions » en se retranchant dans les registres derrière le nom de leurs épouses, secondairement d’enfants. Définies par leur statut matrimonial, ces femmes sont plus instrumentalisées que véritablement mandataires des intérêts patrimoniaux. Les investisseurs les plus chevronnés sur le segment des titres définitivement immatriculés, qu’ils mettent en gage auprès des banques, recourent également aux femmes pour couvrir leurs hypothèques ou pour anticiper sur la transmission du patrimoine après décès et épargner de lourds frais de succession aux héritiers. Car en cas de créances non liquidées, on procédera difficilement à une saisie sur le titre gagé d’une « ménagère ». Au total, les mentions de « ménagères » et de « sous couvert » constituent les principales limites à la lisibilité de la place des femmes dans les marchés fonciers.

37Les profils d’intervention féminine sont en réalité pluriels et mettent en doute la cohésion du « genre ». De 13 à 60 % des acquéreuses, selon les segments fonciers, relèvent en effet du salariat public et privé, qui semble alors conduire à une certaine individualisation des comportements d’achat. En témoigne le fait que ces actives recourent moins que la moyenne aux « couvertures », alors que les ménagères et les commerçantes apparaissent plus rarement sans médiation masculine. Mais dans chacun de ces groupes socio-économiques, la position des femmes se manifeste sur des bases différentes de celle des hommes.

38Les poids respectifs des salariées et des ménagères prennent tout leur sens dans les écarts de prix sur le marché. Les premières ont d’abord manifesté une réelle prise d’autonomie dans la dernière décennie. A la faveur de l’effervescence politique qui secoue la capitale malienne en 1992, les employés des services techniques, administratifs et communaux de Bamako apparaissent en masse dans la demande de terrains. Les secrétaires expriment notamment l’ampleur des frustrations résidentielles accumulées depuis le régime précédent. La paupérisation des classes moyennes urbaines conduit ainsi à une expression syndicale des besoins fonciers à laquelle participent les femmes comme leurs collègues masculins. L’aspiration à « gagner son terrain », longtemps comprimée par la rareté de l’offre et par des pratiques clientélistes d’attribution administrative, ouvre une voie dans laquelle les employées s’engouffrent tout particulièrement. Chez les enseignantes de même, qui atteignent ici leur présence record, la démocratisation et le comblement des retards de salaires libèrent l’espoir d’attributions de « rattrapage syndical » dans le dernier lotissement administré de la capitale.

39Menées par l’Agence de Cessions Immobilière, les ventes de parcelles aux enchères concrétisent ensuite les ambitions des employées les plus solvables à partir de 1992. Le taux de salariées parmi les acquéreuses atteint son niveau maximum. Dans le détail, il s’agit souvent de cadres moyens et supérieurs – gestionnaires, techniciennes, inspectrices, contrôleuses des finances – plutôt que de petits employés. Des pratiques de cumul de parcelles commencent à pointer chez elles. Ces investissements coûteux définissent un profil de « bourgeoises » particulièrement enviées mais aussi jalousées pour leurs démarches résidentielles, tant par les autres femmes que par leurs concurrents masculins sur le marché foncier le plus sélectif de la capitale.

40Deux nouveautés caractérisent en effet les dernières transactions de ces acheteuses « haut de gamme » : d’une part la percée d’émigrées en France ou aux États-Unis, qui vont même jusqu’à cumuler des enchères de manière plus manifeste que leurs compatriotes masculins expatriés dans les même pays ; d’autre part la présence de demoiselles, qui représentent plus du tiers des clientes de l’Agence depuis 1995. Il ne s’agit pas ici de jeunes filles prête-noms de leurs pères, mais bien de propriétaires de plein droit. La plupart sont enregistrées comme élèves ou secrétaires, et il est clair que le niveau d’épargne lié à ces mentions ne permettrait pas à des hommes de même position, surtout jeunes, d’accéder à des terrains de plusieurs millions de francs CFA. L’appropriation est ici déterminée par une logique de genre. La tendance ancienne à la monétarisation des rapports amoureux se modernise avec des comportements d’achat innovants. Parmi les citadins nantis, les promesses de mariage ont déjà éprouvé la formule des « quatre V » (« si tu veux ma main, assure-moi villa, voiture, virement bancaire, verger ») depuis les années soixante-dix. L’offre foncière ne fait que l’actualiser aujourd’hui, avec l’idée qu’une parcelle coûteusement acquise, donne le meilleur crédit à une dot matrimoniale.

  • 18 Ouédraogo D. – Piché V. (dir.), L’insertion urbaine à Bamako, Paris, Karthala, 1995.
  • 19 Le divorce reste une situation provisoire, mais les remariages qui font suite sont souvent polygam (...)
  • 20 Les règles islamiques de succession attribuent aux filles une part inférieure de moitié à celle ré (...)

41Le rodage de réflexes rentiers chez les femmes se confirme donc, et interfère avec l’évolution des pratiques matrimoniales bamakoises dans la dernière décennie18 : maintien d’une forte polygamie chez les classes moyennes et supérieures, fréquentes ruptures d’union et remariages des femmes19, prise en charge nouvelle de leur descendance. Tout cela conduit bien des épouses et des divorcées à compter sur elles-mêmes pour « asseoir leur maison » loin d’une co-épouse, en prenant quelques distances avec les grandes familles les plus congestionnées, ou en s’assurant une rente locative qui pourra dépasser le niveau du salaire. Ces citadines n’interviennent plus seulement dans la constitution des patrimoines résidentiels comme argument domestique et comme héritières de second rang20 ; elles sont maîtres d’œuvre de leurs « réalisations », et offrent à leurs enfants des conditions d’héritage dissociées de celles des autres enfants de leurs maris.

42Fortes d’une aisance relative face aux procédures de l’administration, les femmes occupées aux « emplois de bureau » peuvent alors se permettre d’entrer en concurrence avec leurs collègues de travail hommes, surtout quand ils ont un niveau professionnel inférieur à celui de leurs maris. Car les employées ne situent pas leurs bases économiques sur le même plan que les hommes de niveaux professionnels équivalents. En premier lieu elles ne mettent pas leurs revenus propres dans le budget de leur ménage, dont les dépenses principales (afférentes au logement, à la nourriture, aux soins et à l’éducation des enfants) reviennent au mari quand celui-ci travaille. Quand bien même les citadines prennent en charge une part croissante des dépenses domestiques, leur participation reste irrégulière, secondaire (compléments alimentaires et vestimentaires, par exemple), souvent négociée au gré des aléas conjugaux, et n’est pas perçue comme un dû de la vie urbaine. Elle laisse notamment aux épouses de cadres d’entreprises le bénéfice de leurs salaires propres comme tirelire de consommations ostentatoires (biens vestimentaires, dons cérémoniels...), caisse d’épargne d’activités économiques parallèles ou de projets d’investissement.

43En second lieu, la sociabilité des actives mariées multiplie les occasions de participer à des tontines, y compris « au bureau », et de gagner des ressources annexes sur lesquelles elles ne sont pas imposées fiscalement. Elle développe également les opportunités d’informations et d’entregent qui restent essentielles dans un marché foncier contraint. La débrouillardise professionnelle des employées est patente pour qui a un temps soit peu fréquenté les « services » et les « Projets » de la capitale, constaté la position stratégique de certaines secrétaires face à des demandes monnayées de signatures rapides, écouté les actives mêler argumentaires familiaux et économiques dans leurs relations avec leurs collègues hommes. Cette familiarité précieuse avec l’univers des bureaux comme tremplin d’autres initiatives n’est toutefois payante pour les femmes qu’au prix de faibles performances professionnelles, qui les maintiennent à des postes moins rémunérés et dans des perspectives de carrière moindres que les hommes sur le marché de l’emploi.

44A l’inverse, les présences fortes des ménagères signalent les appropriations de parcelles les moins valorisantes, en particulier dans les quartiers spontanés qui font l’objet de régularisation depuis 1993. C’est sur ces terrains médiocres que les femmes atteignent un taux record de présence face aux hommes : de 22 à 27 %, entre 1994 et 1999. Le coût du sol est bas, l’équipement des quartiers est sommaire, les perspectives locatives sont de faible niveau, de nombreux ménages apparaissent déstructurés par la pauvreté ou par la migration, ont des femmes isolées ou des veuves à leur tête. Les patrimoines immobiliers et leurs justifications – « c’est ça ou la casse », « mieux vaut cela qu’être refoulée dans la location » – relèvent essentiellement de la survie.

45Ici encore, cependant, l’hypothèse économique ne suffit pas à expliquer la place des ménagères par le bas de la hiérarchie citadine. La conjoncture politique a également joué non seulement en déplaçant l’offre foncière de la production de nouveaux lots administrés à la réhabilitation des quartiers irréguliers déjà peuplés, mais aussi en sélectionnant quelques figures symboliques du petit peuple urbain. Il revient désormais aux maires des six communes bamakoises, élus dans une compétition pluraliste depuis 1992, d’identifier les parcelles à régulariser dans la ville illégale et les lots à céder en compensation des « casses ». Dans la perspective du renouvellement de leur mandat, les équipes municipales hésitent entre satisfaire leurs administrés les plus solvables et répondre aux attentes de « déshérités ». En se redéployant du parti unique aux arènes municipales, le clientélisme foncier a finalement permis la présence non négligeable de « cas sociaux » dans l’opération de régularisation foncière, notamment de « bonnes dames en difficulté ». Dès avant le lancement de la campagne électorale de 1997-1998, il suffisait pour s’en convaincre de voir nombre d’entre elles faire le siège des mairies pour plaider leur cause.

46La reconnaissance politique des citadins irréguliers a donc déterminé un profil féminin de « de survie » dans l’étroite conjoncture de la dernière décennie. Des femmes chargées de famille, en nom propre ou sous le couvert de soutiens familiaux, témoignent de marges de manœuvre limitées et de dépendances à l’égard de pouvoirs locaux sans grands moyens, les communes, qui n’ont pas encore de projets politiques à long terme. Ces « ménagères » ont constitué le volet populaire d’un même contexte politique qui a promu, sur d’autres fronts marchands, des sélections foncières plus franches. Les femmes, au moins autant que les hommes, donnent ainsi la mesure de ces évolutions politiques qui, comme les initiatives des salariés, signalent les nouveaux ressorts de la modernité.

47A la croisée de déterminants politiques, économiques et sociologiques, la montée en force des femmes dans le contrôle des espaces résidentiels apparaît bien plurielle. Quelle que soit la place des citadines dans le cycle de vie – apprentissage des savoir-faire ménagers, attente du mariage, jeunes épouses « entrant en belle-famille », divorcées ou remariées en quête d’assurances sur leur descendance propre, femmes d’âge mûr déchargées des responsabilités quotidiennes –, l’engagement dans des charges financières et des revenus bien séparés de ceux des hommes implique d’abord une maîtrise du domestique, de ses tâches et légitimités, et non son dépassement. Loin de l’hypothèse du refoulement des rôles traditionnels, la construction de la modernité se dévoile plutôt dans l’articulation des rapports domestiques et marchands. Dans ces chevauchements du travail et du hors-travail, la participation des femmes aux évolutions urbaines est placée sous le double sceau des logiques lignagères et d’un processus d’individualisation.

CONCLUSION

48La contradiction signalée d’entrée de jeu dans ce texte reste au cœur de la question urbaine : d’un côté les femmes sont mal connues ; l’identification de leurs logiques butte, plus encore que celles des hommes, sur des biais méthodologiques et de sérieux habitus historiques : un passé de silence, des villes encore récentes. De l’autre côté une rhétorique répétitive affiche leur « participation », les définit comme sujet politique cohérent, leur témoigne un capital de confiance inédit dans les sphères publiques et privées.

  • 21 Pour une illustration maghrébine de ce contexte, voir le numéro 44-45 de la revue Peuples méditerr (...)

49La modernité de la ville ne se confond plus avec le paradigme du développement tel qu’il était placé, jusqu’aux années 1980, sous les bons auspices d’un État juriste et volontariste, éducateur des masses, voire directement engagé dans le système productif21. Le Mali et l’aménagement de sa capitale offrent, à cet égard, des échecs notoires. La capacité de réponse des populations mêle alors des logiques d’émancipation et de nouvelles contradictions. Si les citadines ont gagné des marges de manœuvre économique dans le travail, c’est au prix d’une réelle soumission de leurs cadettes dans la sphère domestique. Si elles ont conquis de nouvelles positions de pouvoir dans la gestion des patrimoines, c’est au prix d’une hiérarchisation accrue des simples « ménagères » et des « gros bonnets ». Si enfin la promotion politique et institutionnelle des femmes ne manque pas d’être rappelée, comme une nécessité de « bonne gouvernance », c’est au prix d’un sujet collectif incertain, d’un discours approprié par une élite certes, mais plaqué de l’extérieur et porteur de nouvelles dépendances financières internationales. C’est dans ce contexte de promotion tout azimut de la société civile, que les femmes émergent, non sans ambiguïté, tantôt comme acteur déjà patent tantôt comme potentiel à révéler. Retenons de cette promotion qu’il est possible d’observer l’urbanisation malienne non pas tant en opposant un horizon domestique, qui serait d’essence féminine, et des enjeux publics, « par nature » masculins, l’espace du privé et celui des ouvertures sur la globalisation, mais en pensant plutôt la ville dans la tension de plusieurs logiques de contrôle social.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Beckmann P. (ed.) [1996], Gender Specif Occupational Segregation, Nürnberg, Institut fur Arbeitsmarkt- und Berufsforschung der Bundesanstalt fur Arbeit.

Bertrand M. (dir.) [2001-a], Femmes et développements urbains au Mali, APN-CNRS « Construction spatiale du fait social », Rapport final, Université de Caen-CRESO, UMR 6590 CNRS, IX + 151 p.

Bertrand M. [2001-b], « Femmes et marchés fonciers », Autrepart, Éditions de l’Aube/IRD, n° 19.

Chivallon Ch. – Ragouét P. – Samers M. (dir.) [1999], Discours scientifiques et contextes culturels. Géographies françaises et britanniques à l’épreuve postmoderne, Bordeaux-Talence, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Copans J [1987]., « Des modes domestiques aux modes salariés : cycles de prolétarisation et proto-prolétarisation féminine. Réflexions à partir d’exemples africains », Cahiers des Sciences Humaines, vol. 23, n° 1.

Coquéry-Vidrovitch C. [1994], Les Africaines. Histoire des femmes d’Afrique noire du xixe au xxe siècle, Paris, Desjonquères.

Cour J.M. (dir.) [1994], Etude des perspectives à long terme en Afrique de l’Ouest, Paris, OCDE Club du Sahel, BAD (Cinergie), CILSS, synthèse et documents de travail.

Diallo A. – Vaa M. [2000], The urban poor, gender and the fight against poverty. The case of Mali, Paper presented at the International Conference on Urban Futures, Witwatersrand University, 10-14 July, Working group on Gender and the City, 18 p.

Dumestre G., Toure S. [1998], Chroniques amoureuses au Mali, Paris, Karthala.

Findley S. – Vaa M. – Diallo A. – Sy O.S. [1990], L’économie du don. Une étude sur les stratégies de survie des femmes migrantes dans un quartier à faible revenu de Bamako, Bamako, Centre d’études et de recherche sur la population pour le développement, Working paper n° 4.

Guijt I. – Shah M.K. (eds.) [1998], The Myth of Community : Gender issues in participatory development, London, Intermediate Technology Publications.

Hakim C. [1998], Social Change and Innovation in the Labour Market. Evidence from the Census SARs on Occupational Segregation and Labour Mobility, Part-time Work and Student Jobs, Homework and Self-employment, Oxford, Clarendon Press.

Kantiebo M. [1991], Travaux domestiques et activités rémunératrices des ménagères dans le district de Bamako, Bamako, Centre d’études et de recherche sur la population pour le développement, Working paper n° 7.

Lange M.F. (dir.) [1998], L’école et les filles en Afrique. Scolarisation sous conditions, Paris, Karthala.

Lockwood M. – Whitehead A. [1999], « Gendering Poverty : A Review of Six World Bank African Poverty Assessments », Development and Change, Oxford, Blackwell Publishers, vol. 30, n°3.

Morell R. (ed.) [1998], « Special Issue on Masculinities in Southern Africa », Journal of Southern African Studies, vol. 24, n° 4, p. 605-827.

Ouedraogo D. – Piche V. (dir.) [1995], L’insertion urbaine à Bamako, Paris, Karthala.

Vuarin R. [1994], « L’argent et l’entregents », Cahiers des Sciences Humaines, vol. 30, n° 1-2.

Wallerstein I. (dir.) [1996], Ouvrir les sciences sociales, Rapport de la Commission Gulbenkian, Paris, Descartes & Cie.

Notes

1 Bertrand M, « Bamako : mobilités résidentielles, sex-ratios et rôle sociaux dans la ville », Bertrand M. (dir.), Femmes et développements urbains au Mali, APN-CNRS, Construction spatiale du fait social, Rapport final, Université de Caen-CRESO, UMR 6590 CNRS, 2001-a, p. 26-91.

2 Bertrand M., « Femmes et marchés fonciers », Autrepart, Éditions de l’Aube/IRD, n°19, 2001-b. Le corpus étudié portait sur la demande de parcelles à bâtir dans les lotissements administrés et sur différents segments de l’offre foncière de 1907 à 1999 : attributions domaniales administrées, régularisation de quartiers spontanés, propriété privée immatriculée, parcelles vendues aux enchères par l’Agence de Cession Immobilière.

3 A notre connaissance, une seule étude, régionale, ressort de la bibliographie récente - et anglophone ! - consacrée au continent africain : Morell R. (ed.), « Special Issue on Masculinities in Southern Africa », Journal of Southern African Studies, vol. 24, n° 4, 1998, p. 605-827.

4 Voir plus généralement sur le continent : Conférence Internationale d’Addis Abeba, Les femmes africaines et le développement économique : investir dans notre avenir, Organisation des Nations Unies, Commission Economique pour l’Afrique, Centre africain pour la Femme, 28 avril-1er mai 1998 ; Projet MOST-UNESCO, Cities, the Environment and Social Relations between Men and Women (composante Afrique de l’Ouest).

5 Lockwood M. – Whitehead A., « Gendering Poverty : A Review of Six World Bank African Poverty Assessments », Development and Change, Oxford, Blackwell Publishers, vol. 30, n°3, 1999 ; Diallo A. – Vaa M., The urban poor, gender and the fight against poverty. The case of Mali, Paper presented at the International Conference on Urban Futures, Witwatersrand University, 10-14 July 2000, Working group on Gender and the City, 18 p.

6 Coquery-Vidrovitch C., Les Africaines. Histoire des femmes d’Afrique noire du xixe au xxe siècle, Paris, Desjonquères, 1994.

7 Guijt I. – Shah M.K. (eds.), The Myth of Community : Gender issues in participatory development, London, Intermediate Technology Publications, 1998.

8 Pour un débat non-africaniste, voir les contributions de Gillian Rose et de Jacqueline Coutras, « Pour une invite à contextualiser ? Détours par le féminisme », Chivallon Ch. – Ragouet P. – Samers M., 1999, p. 63-73 et p. 75-88.

9 En témoignent les contributrices anglophones de deux numéros spéciaux de la revue African Urban Quarterly (Nairobi) consacrées dans la dernière décennie aux « Women in Human Seulement and Management in Africa » (1990, vol. 5, n° 3-4), et « Urbanization with Gender Issues in Africa » (1996, vol. 11, n° 1). Pour ne parler que de la littérature scientifique en direction du continent africain, le Nordiska Afrika instituted (« Gender, power and society », Seminar series, Uppsala, spring 1998) et Intermediate Technology (Londres) offrent également un bon exemple de littérature consacré à Gender Issues and Women in Development. En revanche, le chapitre « Les femmes et la problématique foncière » de Cubrilo M. et Goislard C., Bibliographie et lexique du foncier en Afrique noire (1998, Paris, Karthala), ne présente que sept références en français, toutes ayant trait au développement rural.

10 Wallerstein I. (dir.), Ouvrir les sciences sociales, Rapport de la Commission Gulbenkian, Paris, Descartes & Cie, 1996, p. 92.

11 Copans J., « Des modes domestiques aux modes salariés : cycles de prolétarisation et proto-prolétarisation féminine. Réflexions à partir d’exemples africains », Cahiers des Sciences Humaines, vol. 23, n° 1, 1987, p. 77, 82-83.

12 Beckmann P. (ed.), Gender Specif Occupational Segregation, Nûrnberg, Institut fur Arbeitsmarkt- und Berufsforschung der Bundesanstalt fur Arbeit, 1996 ; Hakim C., Social Change and Innovation in the Labour Market. Evidence from the Census SARs on Occupational Segregation and Labour Mobility, Part-time Work and Student Jobs, Homework and Self-employment, Oxford, Clarendon Press, 1998.

13 Cour J.M. (dir.), Étude des perspectives à long terme en Afrique de l’Ouest, Paris, OCDE Club du Sahel, BAD (Cinergie), CILSS, synthèse et documents de travail, 1994.

14 Dumestre G., Touré S., Chroniques amoureuses au Mali, Paris, Karthala, 1998.

15 Lange M.F. (dir.), L’école et les filles en Afrique. Scolarisation sous conditions, Paris, Karthala, 1998.

16 Dumestre G., Touré S., op.cit.

17 Findley S. – Vaa M. – Diallo A. – Sy O.S., L’économie du don. Une étude sur les stratégies de survie des femmes migrantes dans un quartier à faible revenu de Bamako, Bamako, Centre d’études et de recherche sur la population pour le développement, Working paper n° 4, 1990 ; Kantiebo M., Travaux domestiques et activités rémunératrices des ménagères dans le district de Bamako, Bamako, Centre d’études et de recherche sur la population pour le développement, Working paper n° 7, 1991 ; Vuarin R., « L’argent et l’entregent », Cahiers des Sciences Humaines, vol. 30, n° 1-2, 1994.

18 Ouédraogo D. – Piché V. (dir.), L’insertion urbaine à Bamako, Paris, Karthala, 1995.

19 Le divorce reste une situation provisoire, mais les remariages qui font suite sont souvent polygamiques.

20 Les règles islamiques de succession attribuent aux filles une part inférieure de moitié à celle réservée à leurs frères.

21 Pour une illustration maghrébine de ce contexte, voir le numéro 44-45 de la revue Peuples méditerranéens (1988).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540