Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Rien n’est jamais gagné

L’accès des femmes rurales à l’espace urbain en Inde du Sud

Stéphanie Vella

Texte intégral

CADRE DE LA RECHERCHE

1La ségrégation du genre féminin en Inde est une donnée culturelle très ancienne, reposant sur l’idéologie patriarcale. Ce système sexuel de pouvoir se traduit par une hiérarchie d’âge et de genre, ces deux facteurs conjugués entraînant l’infériorité et la subordination de la femme. Selon les principes du « Manavadharma Sastra », ou lois de Manu, homme de loi ayant vécu autour de 200 avant J.-C. : la femme est sous l’autorité de son père puis sous celle de son mari et, si elle perd son mari, sous celle de son fils.

2Ainsi, les deux marqueurs extrêmes de cette discrimination sexuelle, présente dans toutes les castes et couches sociales, sont la pratique de l’infanticide et de l’avortement sélectif des filles. Ils ont été dévoilés à l’analyse du sex-ratio ou nombre de femmes pour 1 000 hommes, qui n’a cessé de baisser depuis 1901 et qui n’était plus que de 933 pour 1 000 en 2001. Faut-il rappeler qu’il est d’environ 1 050 femmes pour 1 000 hommes en Europe ?

3Un troisième marqueur de discrimination est l’attitude envers les femmes tout au long de leur vie. Ainsi, durant leur jeunesse, les deux sexes apprennent leur statut spécifique dans la société. La fille ne fait pas partie de sa famille, elle est destinée au mariage et à l’exil avec une dot qui endettera ses parents. Les Indiens préfèrent donc massivement les garçons, négligent les filles en matière de ressources allouées (nourriture, soins) et leur réservent de nombreuses corvées. Si elles survivent à ces traitements, leur jeunesse très surveillée prend la forme d’un apprentissage domestique.

4Nous avons choisi le Tamil Nadu pour mener nos enquêtes car cet État indien présente un déséquilibre de genre considérable par rapport aux trois autres États du Sud. Les cultures dravidiennes sont patriarcales et patrilinéaires, mais elles sont réputées moins discriminatoires que celles du Nord. La femme se mariant généralement avec un proche, vivant dans le même village ou à une distance raisonnable, peut donc entretenir des liens avec sa famille et de ce fait subit, a priori, un déracinement moins pénible que la femme du Nord. En outre, elle se marie plus tardivement, est davantage scolarisée et plus active. Sa condition semble plus favorable et elle devrait logiquement jouir d’une plus grande liberté de mouvement.

  • 1 En moyenne, ces femmes ont 35,8 ans, 4,4 années d’études et 2,1 grossesses. 42,2 % sont femme au f (...)

5Notre exposé porte, entre autres, sur un travail de terrain effectué en 2000 dans un ensemble de hameaux situés à 35 km de la ville de Salem (700 000 habitants). Ces enquêtes, quantitatives et qualitatives, ciblées sur les femmes avaient pour objectif de dresser le contexte de la discrimination sexuelle au quotidien, de la conception jusqu’aux funérailles. Nous avons interrogé 114 femmes1, la majorité de condition modeste. Une partie de nos investigations concernait la ségrégation femme-homme envisagée sous un angle spatial : liberté accordée à chacun, mobilité, autonomie et accès à l’espace public.

  • 2 Pour plus de détails sur cette théorie, consulter : Duncan N., « Renegotiating Gender and Sexualit (...)

6Cette question s’inscrit dans le corpus de la géographie du genre ou « géographie féministe » des anglo-saxons, qui a, entre autres, montré que l’espace, socialement produit, est différencié sexuellement et que l’on peut ainsi séparer les mondes masculins et féminins2. Nous développons les paramètres de la vie des femmes rurales, en particulier leur autonomie dans des espaces patriarcaux, c’est-à-dire leurs pratiques spatiales au quotidien, leurs limites sociales et morales ainsi que leur intégration. En effet, il semble que la discrimination sexuelle a pour visage la ségrégation des filles/femmes dans l’espace public et leur rejet/confinement dans l’espace privé. Dans les cas les plus extrêmes, en Inde du Nord – souvent citée en référence pour représenter, à tort, une Inde unique et homogène – comme au Pakistan, en Arabie Saoudite ou au Niger, enfermer une femme et donc la priver complètement d’un accès à l’espace public, est une pratique imposée par certains groupes, religieux ou de castes. C’est le purdah sous lequel la femme ne peut sortir qu’avec un voile et un chaperon. Mais en Inde du Sud, la ségrégation et les frontières ne sont pas aussi radicales, ce qui nous permet d’étudier les déplacements des villageoises.

  • 3 75 % des femmes indiennes vivent dans les villages, l’aire urbaine en Inde étant définie par une p (...)

7Nous examinerons dans un premier temps l’espace privilégié des femmes rurales3, de l’enfance en passant par la puberté jusqu’à l’âge adulte, en envisageant leur espace privé puis leurs déplacements au sein de l’espace public rural, qui conditionnent leur place dans la société. Nous nous intéresserons ensuite à l’accès des villageoises à l’espace public urbain en différenciant leurs migrations des déplacements temporaires ou pendulaires. Tout au long de cet exposé, l’espace féminin sera appréhendé en comparaison de l’espace masculin, dans un contexte socio-géographique moins difficile que dans le Nord.

L’ESPACE PRIVILÉGIE ET LES DÉPLACEMENTS DES FEMMES RURALES EN INDE DU SUD

8Il s’agit tout d’abord d’envisager le rôle et la valeur différentielle des filles et des garçons dans l’espace privé. Nous avons vu que la fille, de manière générale, a un statut inférieur à celui du garçon. C’est tout au long du processus de socialisation que la discrimination se met en place. D’après les femmes interrogées, la fille est encouragée à adopter le plus rapidement possible les caractéristiques et les comportements féminins « traditionnels », en suivant l’exemple de sa mère, dans un milieu de vie principalement cantonné à sa maison.

9Selon notre enquête, la fille est chargée du labeur domestique entre six ans et la puberté, majoritairement vers dix ans. La fille idéale doit rester à l’intérieur pour apprendre à gérer une vie de famille tout en étant gentille et réservée. Les villageoises indiquent que seulement 5 % des garçons aident au foyer, les autres jouent à l’extérieur ou sont à l’école.

10En outre, 63 % des filles ont de nouvelles obligations à la puberté, pour préserver l’honneur familial dans leur virginité. Ce passage ritualisé et coûteux les enferme inexorablement dans l’espace privé (intérieur du foyer et espace réduit aux alentours correspondant aux limites des besognes extérieures). Leur indépendance, leur scolarité et leur libre arbitre sont alors réellement muselés dès lors qu’elles sont considérées sexuellement vulnérables.

11Une fois mariées, l’espace de leur belle-famille, dans lequel elles s’établissent, est porteur de normes encore plus strictes concernant leur rôle et leurs nombreuses tâches. Nous constatons ainsi qu’en Inde du Sud, comme ailleurs, le contrôle social impose à la femme un confinement domestique, qu’elle travaille ou pas, alors que la grande majorité des hommes ne prend aucune part aux tâches du foyer.

12Cependant, cette désignation des fonctions varie principalement selon la hiérarchie sociale, caste ou statut économique de la famille à laquelle la femme appartient. En effet, plus elle s’élève dans la hiérarchie, plus sa participation aux travaux domestiques diminue et par là-même son accès à l’espace autour de l’habitation. Ce statut socio-économique favorable renforce sa subordination et sa dépendance vis-à-vis des hommes. Pour certaines villageoises de basse caste, c’est pourtant l’idéal à atteindre : être une femme riche qui ne travaille pas et reste à l’intérieur de la maison sans aucune activité.

13Nous aurions pu traiter de l’accès des femmes rurales à l’espace public en général, selon la seule différenciation sphère publique, sphère privée, mais le village et ses alentours ou ce que nous avons appelé l’espace public rural est souvent perçu comme un espace intermédiaire, rattaché à l’espace privé des villageoises et dans lequel elles doivent, selon leur statut, se mouvoir plus ou moins, au quotidien, pour les tâches domestiques ou leur emploi. Le village apparaît en effet comme un espace circonscrit qui représente dans la majorité des castes, sauf les plus hautes, un espace totalement maîtrisé et sûr pour les femmes.

14Concrètement, l’espace public rural des femmes est composé du voisinage féminin proche, d’une échoppe vendant du thé ou des produits de première nécessité, des champs dans lesquels elles sont employées, de la fontaine ou du puits et des collines où elles se rendent pour ramasser le bois de feu. Celles-ci représentent la frontière conventionnelle espace connu/espace « sauvage », soit le commencement de la zone non maîtrisée au-delà du village.

15Examinons, au sein de cet espace défini, la façon dont les femmes et les filles vont « dehors », ce qui est une indication du degré de leur liberté et de leur part à la vie publique.

16Tout d’abord, les mouvements de la fille sont circonscrits et la dichotomie dedans/dehors est déjà très marquée. Dans le village d’étude où la population n’est que très faiblement instruite, la ségrégation augmente principalement avec l’aisance des parents.

17Selon nos enquêtes, la fille sort accompagnée dans 80 % des foyers, alors que ce chiffre n’est que de 58 % pour les garçons. Dans 62 % des cas elle doit l’être par un membre de la famille contre 42 % pour le fils. 15 % peuvent sortir seules comparativement à 38 % des garçons.

  • 4 Kamble B. – Kamble S., Parole de femme intouchable, Paris, Coté-femmes, 1991, p. 147.

18Nous avons remarqué que les fils de basse caste assurent la sécurité des jeunes filles quand elles s’éloignent de l’espace contrôlé. Il existe d’ailleurs des rituels annuels durant lesquels la fille implore la protection de son frère ainsi que sa longue vie. Selon Poitevin : « Une autre dimension caractéristique de l’éthos patriarcal est le rôle central joué par le frère aîné/fils aîné, gardien de ses sœurs et de la famille. Instance de décision et de protection à l’instar du père, il est un point fort de l’ordre patriarcal. »4.

19Nous remarquons ainsi trois phases, l’enfance pendant laquelle la fille est trop petite pour sortir seule, puis une période intermédiaire où elle a un peu plus de liberté, jusqu’à la puberté, à partir de laquelle les mères précisent qu’elle ne doit plus être accompagnée que par une femme de la famille. Cela indique-t-il une méfiance à l’égard des hommes du foyer ? Mais nos questions sur les abus sexuels subis par les filles restent souvent sans réponse car trop tabous.

20De plus, 61 % des filles pubères ne doivent plus parler aux hommes, de même qu’aux adolescents. Ainsi, les personnes du sexe opposé sont éloignées de son univers déjà très restreint. Si une fille transgresse la règle, elle est réprimandée, voire insultée par sa famille et ses voisins. En effet, les villageoises redoutent les mariages d’amour de plus en plus courants. En empêchant ainsi le dialogue fille/garçon, par restriction de l’espace vital des adolescentes, elles espèrent que celle-ci ne fuguera pas. En général, la jeune nubile est mariée rapidement pour éviter tout problème, car elles pensent qu’elle ne saurait pas se défendre des hommes. Ainsi, 90 % des villageoises, mises à part les femmes éduquées, ont l’appréhension d’une grossesse avant le mariage de leur fille et elles expriment un sentiment d’impuissance, ne parvenant pas à la surveiller constamment. Mais le village étant un espace maîtrisé, la virginité, capitale, est plus en sécurité qu’à l’extérieur, symbolisé par la ville, qui paraît beaucoup plus menaçante.

21Ceci malgré les évolutions récentes en Inde rurale où les filles sont de plus en plus diplômées mais suivent toujours les règles du mariage arrangé. En matière de scolarisation, les enfants des familles de basses castes se rendent dans les trois écoles publiques élémentaires du village alors que les familles aisées inscrivent leurs enfants dans le privé en ville. Les filles sont toujours moins scolarisées que leurs frères et souvent jusqu’à la puberté seulement.

22La fille se voit ainsi retirer le peu de mobilité qu’elle possédait. Ses mouvements en dehors de la maison sont accompagnés, car elle est désormais sous la garde serrée de ses parents. Elle subit de fortes pressions et un contrôle social très sévère pour faire l’apprentissage des limites d’une femme. Elle est donc encore plus écartée de l’espace public et son espace vécu se resserre autour du cercle des relations familiales.

23Les mouvements des villageoises mariées sont limités, même si elles ont, au Sud, une plus grande autonomie qu’au Nord. Cependant, leur degré de mobilité est gouverné par leur âge, leur classe et leur caste. En effet, dans une société fortement stratifiée, les mêmes normes de mobilité ne peuvent pas s’appliquer à toutes les femmes, sinon il en résulterait, par exemple, la perte des emplois agricoles pour les plus pauvres. Il semble que les femmes peuvent toujours sortir de la maison accompagnées de leur mari mais dès leur veuvage, elles sont forcées d’être autonomes, en l’absence de soutien familial.

24Il semble que les villageoises les moins libres de leurs mouvements sont les jeunes femmes éduquées de la classe moyenne, ce qui peut paraître paradoxal au vu de leur niveau. En réalité, plus la caste est basse, plus les femmes sont libres de se déplacer. De toute façon, elles n’ont pas vraiment le choix : du fait de leur pauvreté, leur maison est petite, sans commodités, elles sortent donc pour accomplir les tâches domestiques. L’emploi du temps chargé des journalières agricoles leur donne une certaine liberté et leur espace vécu est très socialisé. Même si les restrictions ne sont pas rigides, parmi les classes de travailleurs sans terre, elles ne sont pas totalement absentes. Les hommes imposent des degrés divers de contrôle sur la mobilité de leur épouse qui affectent leur entrée sur le marché du travail et leurs revenus.

25Lors des déplacements quotidiens, les villageoises en petit groupe font paître leurs bêtes autour du village tout en le gardant de vue. De même que le travail des plus pauvres a lieu dans le village ou à proximité, les femmes doivent constamment veiller à ne pas transgresser les limites spatiales sinon le déshonneur peut s’abattre sur elles et leur famille.

26Elles quittent parfois leur village pour se rendre dans un centre médical rural et gratuit car gouvernemental, pour assister dans les hameaux alentours à un mariage ou à certaines cérémonies religieuses telles que la célébration de la puberté d’une fille. Elles vont également occasionnellement dans leur village natal pour visiter leur famille, pour accoucher et y demeurer quelques mois. Cependant, les hommes laissent rarement leurs épouses faire ce voyage car la belle-famille symbolise un droit de regard sur les problèmes conjugaux du couple.

27Les filles (entre 7 et 13 ans) ont une activité rémunératrice souvent agricole plus jeunes que leurs frères, majoritairement entre 10 et 13 ans. Les garçons sont plus fréquemment employés dans les usines de tissage des alentours mais rarement avant 15 ans, ou dans des ateliers de mécanique urbains quand ils n’étudient plus. Actuellement à la campagne, le nombre de filles travaillant augmente alors qu’il diminue chez les garçons.

28L’espace de travail des femmes en dehors de la maison est structuré, ordinairement il est près du foyer et familier. En effet, selon Niranjana, « la distance du déplacement porte la peur de l’inconnu et de l’autre, mais aussi le stigma de la suspicion morale ». Ainsi les femmes subissent la croyance selon laquelle elles ne peuvent pas quitter le village ni pour l’école ni pour l’emploi.

29De plus, du fait de la sphère domestique, de leurs grossesses et de l’éducation des enfants, elles ont peu le loisir de chercher une activité à l’extérieur du village. Parfois, les femmes doivent cesser leur activité si les anciens la décrètent dangereuse ou immorale. Dans le Sud, même si elles sont surveillées, le mari tolère qu’elles rentrent tard le soir si elles apportent un salaire.

30Les emplois autres qu’agricoles dans l’espace public rural sont restreints : professorat, emplois dans les fabriques et les quelques entreprises rurales de tissage ou tenue d’une boutique. Certaines femmes sont blanchisseuses ou sage-femmes mais ce sont des emplois peu rémunérateurs. Au Tamil Nadu en 1991, nous observons une augmentation du nombre des journalières agricoles et des employées dans le secteur non agricole, même si les femmes rurales vont rarement travailler en ville même si elles sont instruites.

L’ACCÈS DES FEMMES RURALES À L’ESPACE PUBLIC URBAIN

Les migrations des femmes rurales à la ville

31Les femmes migrent moins que les hommes, pour aller du milieu rural à la ville, en moyenne 11,6 % de moins selon la figure 1. De plus, ces statistiques sont quasiment constantes sur trois décennies avec une légère diminution en 1981. Par contre, le pourcentage des femmes retournant en milieu rural est pratiquement le même que celui des hommes, puisque les femmes suivent leur mari quand il décide de retourner au village.

Figure 1 : Distribution des migrants selon deux modes de migration, 1961, 1971, 1981, Tamil Nadu.

Figure 1 : Distribution des migrants selon deux modes de migration, 1961, 1971, 1981, Tamil Nadu.

Source : Statistics on Women and Men in Tamil Nadu, 1995.

Figure 2 : Distribution des migrants par causes en 1981, Tamil Nadu.

Figure 2 : Distribution des migrants par causes en 1981, Tamil Nadu.

Source : Statistics on Women and Men in Tamil Nadu, 1995.

32Lorsque nous examinons les raisons attribuées aux migrations des femmes et des hommes au Tamil Nadu, de façon évidente, elles migrent principalement pour se marier, dans un village proche ou en ville, mais ce n’est pas un déplacement volontaire. En outre, elles suivent leur famille, parents si elles sont jeunes ou leur mari, dans 33 % des cas. Nous constatons aussi que la part des migrations pour trouver un emploi ou poursuivre des études n’est que de 8,3 % pour les femmes contre 44,5 % chez les hommes. Ces chiffres montrent la tendance des femmes à ne se déplacer que très peu de leur propre volonté.

33D’une part, la migration des villageoises à la ville n’est pas facile, même si certaines espèrent y trouver un mari, pensant avoir moins de tâches domestiques. Ce phénomène reste assez rare car elles sont souvent considérées par les hommes comme moins sophistiquées et éduquées que les citadines.

34D’autre part, si les villageois peuvent migrer en milieu urbain en cas de pénurie d’emploi, la situation est différente pour leurs épouses. En général, elles restent confinées dans leur milieu. Certes, elles migrent parfois sur l’ordre de leur mari pour l’aider dans sa vie quotidienne, mais peu de possibilités d’emploi s’offrent à elles du fait de leur analphabétisme. Elles ont donc accès à des activités mal rémunérées et précaires comme l’emploi domestique. D’ailleurs, de nombreuses jeunes femmes d’aires rurales sont envoyées à Madras comme servantes. Ce type d’emploi ne leur offre aucune liberté puisqu’elles se retrouvent confinées dans un nouveau foyer. A contrario, elles perdent la sécurité d’un espace maîtrisé et la connaissance de leur environnement. L’espace urbain étant perçu comme plus hostile, leurs conditions de vie sont moins supportables.

  • 5 Ziegler A., « Espaces féminins, espaces masculins. L’exemple pachtoune du Nord Pakistan », Créativ (...)

35Ainsi en milieu urbain, les femmes bénéficient de moins d’espace qu’à la campagne, leurs déplacements sont beaucoup moins faciles et sûrs qu’en milieu rural et il n’est pas certain qu’elles puissent profiter des services urbains. Car au village, elles interviennent dans des espaces significatifs de la communauté, ont accès à divers espaces de sociabilité et à une grande variété d’activités5.

36De plus, si les familles entrent dans une logique de consommation, en s’enrichissant, elles achètent plus facilement que dans l’espace rural des biens d’équipement. Nous avons observé ces femmes de la classe moyenne rurale, installées en ville après leur mariage, passant ainsi le temps devant la télévision, seules ou entourées d’une servante ou d’une belle-mère, le mari et les enfants étant absents la journée. La machine à laver acquise est souvent mise de côté et elles continuent, pour s’occuper, de laver le linge à la main. Ainsi, les femmes ont moins de travail domestique, moins d’espace, elles font moins de cueillette, n’ont plus de bétail : leur espace vital en milieu urbain semble être rétréci. Néanmoins, une des conséquences de la migration est l’accès à une scolarité plus longue pour leurs filles qui leur permet d’être plus autonomes que leurs mères, elles peuvent dans certaines limites sortir en ville entre adolescentes ou conduire un scooter.

37Selon Srinivas, l’urbanisation est la condition précédant l’adoption de nouveaux comportements et donc l’amélioration du statut de la femme indienne. En effet, les règles sont plus strictes dans les villages qui sont loin de l’influence moderne. Il est certain qu’en milieu rural, le poids de la tradition est plus fort du fait du contrôle social de la communauté. Pour cet auteur, il y aurait donc plus d’égalité dans les aires urbaines où les femmes peuvent travailler dans les bureaux, côte à côte avec des hommes, en étant plus acceptées comme égales. Il semble que plus la ville est grande, plus elles peuvent facilement adopter de nouveaux comportements. Mais cet auteur ne s’intéresse pas aux femmes non éduquées ou confinées au foyer dont le sort en ville n’est pas aussi enviable.

Les déplacements temporaires des femmes rurales vers l’espace public urbain

38Les filles rurales ont-elles des occasions de se déplacer en ville ?

39Selon nos enquêtes, elles sont parfois scolarisées, employées, ou soignées en ville, mais une grande majorité n’est jamais sortie du village. Ce phénomène est confirmé par une enquête gouvernementale à l’échelle de l’Inde dont la figure 3 montre que près de la moitié des filles ne connaissent que leur village. D’autre part, 18,5 % sont employées et 43,7 % scolarisées à l’extérieur. L’espace des filles extrêmement réduit s’ouvre souvent grâce aux visites familiales.

Figure 3 : Personnes escortant la fille dans différents buts, Inde, 1994.

Figure 3 : Personnes escortant la fille dans différents buts, Inde, 1994.

Source : Anandalakshmy S., 1994, Table III 15 : 81.

40D’après notre enquête, le garçon est plus libre que sa sœur, peut sortir seul et subit moins d’interdictions. Néanmoins, sous cette impression de jeunesse insouciante, sans limite spatiale définie et sans obligation de s’inscrire dans l’espace privé pour aider, les femmes attendent de leur fils qu’il s’insère dans le monde du travail, essentiellement urbain, par l’intermédiaire d’une scolarité jugée indispensable. C’est sa finalité, il est potentiellement pourvoyeur d’argent. L’école et le travail lui ouvrent un accès à l’espace public, surtout s’il prolonge ses études, les migrations agrandissant ses horizons. Le garçon apprend ainsi à s’octroyer une place dans l’espace collectif majoritairement masculin.

  • 6 Le 12e niveau scolaire correspond approximativement au baccalauréat de la scolarité française.

41Les femmes interrogées notent tout de même une amélioration dans le statut de leurs filles. Aujourd’hui certaines sont diplômées et ont donc la possibilité théorique de travailler. Cependant, même si les trois-quarts pensent que la fille doit être scolarisée pour éduquer ses enfants et trouver un emploi en cas d’abandon par son mari, elles considèrent qu’elle ne doit pas trop étudier car son rôle est de devenir une belle-fille parfaite, à cette fin, le douzième niveau leur semble suffisant6. Ce qui signifie tout de même au moins six ans d’études en ville. En sachant lire, les femmes ont plus d’autonomie, notamment pour utiliser les transports en commun. Ce n’est pas un aspect anodin car il limite beaucoup de villageoises analphabètes dans leurs déplacements. En effet, nombreuses sont celles qui se plaignent d’être humiliées par des hommes quand elles se renseignent sur l’autobus qui retourne au village, des quolibets sexistes accompagnant les réponses.

42Pourtant, certaines mères, principalement de basse caste, pensent encore que la finalité d’une fille est le mariage et elles ne mettent pas beaucoup d’enthousiasme dans l’éducation : « Ma fille n’est pas à l’école, elle n’est pas intéressée. Elle est allée jusqu’au sixième niveau, mais son professeur lui pinçait le ventre. On a peur que les filles tombent enceintes. »

43Si les filles pubères pauvres ont la possibilité d’étudier à l’école supérieure gouvernementale urbaine, elles sont mises en garde, ne doivent parler à personne et garder les yeux baissés lors du trajet. Mais elles abandonnent fréquemment leur scolarité si personne ne peut les accompagner. Par contre, dans les familles plus aisées, le père peut emmener ses enfants à l’école à bicyclette ou à moto. De plus, pour les écoliers se rendant dans les établissements privés en ville, il existe souvent des autocars de ramassage scolaire, les filles sont alors protégées et le déplacement n’est plus un obstacle. Mais les garçons, indépendamment de ces questions de sécurité, sont beaucoup plus scolarisés que les filles et ont ainsi un accès à l’espace urbain. De toute façon, lorsque les filles étudient en ville, elles restent strictement confinées à l’intérieur de l’école et leur contact avec le milieu se limite aux amies citadines.

44Par ailleurs, une étude menée en 1987 au Maharashtra, État du Centre Ouest, auprès d’adolescentes rurales a tenté de mesurer leur autonomie à l’aide d’un indicateur d’exposition au monde extérieur. La question posée était de savoir si elles avaient déjà vu une ville, autre que la plus proche de leur village, à 14 kilomètres.

Figure 4 : Pourcentage de filles ayant vu une grande ville, Maharashtra, 1975,1987.

Figure 4 : Pourcentage de filles ayant vu une grande ville, Maharashtra, 1975,1987.

Source : Vlassoff, 1996.

45Ainsi selon la figure 4, le nombre d’adolescentes ayant vu une grande ville tripla de 1975 à 1987 jusqu’à atteindre les trois quarts des filles du village. Les principales raisons évoquées pour ces déplacements étaient le cinéma, les fêtes religieuses ou les promenades. Ces adolescentes ont donc plus accès à l’espace urbain que celles de notre étude. Cependant, elles étaient toujours accompagnées et surveillées de près par leurs parents ou d’autres adultes et n’avaient pas le choix du programme. Certaines se plaignaient d’ailleurs de n’avoir vu que très peu de choses de la ville car elles n’étaient pas autorisées à explorer les alentours et à en découvrir les attractions par elles-mêmes. En 1975, on pouvait certes comprendre les faibles déplacements car l’arrêt de bus le plus proche était distant d’un kilomètre mais en 1987 ce n’est plus le cas et paradoxalement, les jeunes femmes mariées sont moins mobiles.

  • 7 Mathiayazhagan K., People’s Choice of Health Care Provider : Policy Options for Rural India, Banga (...)

46En moyenne, les indiennes voyagent au maximum à 32 kilomètres de leur lieu de naissance. Même si ces trajets sont épisodiques, un des premiers impératifs qui les commande est d’ordre médical. Une étude au Karnataka7 a montré que la distance moyenne parcourue par les villageoises pour atteindre le médecin est de 7 km, en fonction du centre de soins choisi, rural ou urbain, pour un coût de transport de 3,5 roupies, soit environ un dixième du salaire d’une journalière agricole. Les femmes n’ont donc pas toujours la possibilité de se rendre dans une structure médicale. Pourtant, dans les hameaux enquêtés, elles consultent de plus en plus souvent à l’hôpital gouvernemental ou dans les cliniques privées de la petite ville la plus proche à 4 kilomètres.

47Elles se déplacent pour les examens de grossesse, spécialement pour le premier enfant, même si l’accouchement se fait encore fréquemment à domicile. Ce suivi, sauf pour les plus pauvres, les oblige donc à visiter l’espace urbain, majoritairement dans des cliniques privées où les soins sont jugés meilleurs. Les traitements offerts en milieu rural sont en effet estimés trop sommaires.

48De nos jours, du fait de la sélection sexuelle au moyen d’amniocentèses (déplacement des femmes aisées dans une grande ville distante d’au moins 100 km) et d’échographies, la fréquentation des cliniques privées de grandes villes comme Salem ou Erode à environ 30 km a augmenté. D’une part, ce déplacement est justifié par le fait que les techniques de détermination sexuelle sont interdites, donc leur clandestinité est facilitée en ville et d’autre part, les villageoises pensent ainsi avoir accès à des soins modernes de qualité.

49Les plus pauvres sont tout de même parfois obligées d’aller d’urgence en ville pendant un accouchement difficile dont l’infirmière locale ou la sage-femme traditionnelle n’a pas les moyens de s’occuper. Elles ne peuvent alors qu’utiliser les moyens locaux de transport, c’est-à-dire dans le meilleur des cas l’autobus. Par contre, une parturiente aisée est conduite en moto ou en auto vers une clinique urbaine.

50La ville représente dans ces circonstances un espace ressource qui s’avère parfois vital mais dont l’accès est conditionné par le statut économique. Or en théorie, les pauvres ont accès à des soins gratuits plus complets en ville mais la corruption les rend souvent payants et certains médecins maltraitent les femmes à l’hôpital du fait de leur basse caste ou de leur pauvreté. D’autre part, visiter et nourrir une parturiente à l’hôpital coûte cher à la famille. Enfin, les femmes des hameaux isolés sont trop éloignées des transports pour pouvoir accéder à la ville.

51Après l’accouchement, les villageoises estiment souvent que c’est une perte de temps et d’argent de retourner en milieu urbain pour les soins post-partum. En fait, elles se déplacent rarement pour leur santé au quotidien. Même si c’est un capital important pour le travail des journalières agricoles, son coût est trop élevé et elles n’ont pas l’habitude de se préoccuper de leur corps. Elles consultent donc d’abord les centres ruraux.

  • 8 Chasles Virginie, L’environnement culturel de la santé maternelle et périnatale en milieu rural de (...)

52Cependant, la pudeur des indiennes est une raison pouvant pousser une malade à aller en ville, considérée comme espace anonyme, contrairement à l’infirmerie locale8.

53Un second impératif, d’ordre religieux, occasionne quelques rares sorties en ville, lors de fêtes importantes et de pèlerinages quand la présence des femmes est autorisée. Elles ont certes accès au temple du village ou à l’autel de leur foyer, mais de nombreuses villageoises profitent de leur piété religieuse pour accéder à l’espace public.

54Elles peuvent par ailleurs faire des achats dans l’espace urbain, mais il leur faut la permission de leur mari et le budget qu’il leur attribue. Le plus souvent, leurs sorties citadines ont lieu lors du marché hebdomadaire, à 4 km, auquel se rendent principalement les villageoises de basse caste, qui sont significativement plus libres que les autres et lors de nos enquêtes, elles attendaient souvent le bus en petits groupes. Les femmes plus aisées, moins libres, vont parfois au marché mais conduites à bicyclette ou à moto par leur mari. Les achats de vêtements sont rares, environ deux fois par an dans la plupart des familles mais des vendeurs ambulants circulent dans les villages, ce qui donne de bonnes raisons aux maris de ne pas laisser leurs épouses sortir en ville. L’acquisition de bijoux, pour un mariage ou une cérémonie, est une occasion spéciale de visiter la ville, de même que les femmes et leur famille assistent parfois à ces fêtes dans des salles situées en milieu urbain.

55Pour finir, les déplacements pendulaires sont limités. Même quand les femmes sont employées dans le secondaire, c’est en milieu rural. Certaines villageoises sont parfois envoyées en ville par leur mari pour vendre des denrées agricoles au marché ou porter le lait du bétail à la coopérative.

56Si l’espace médicalisé est une ressource de plus en plus utilisée, il n’en est pas de même de l’espace spirituel, commercial et pourvoyeur d’emplois. Il semble que pour les villageoises cet espace rime rarement avec loisirs. A part de très rares femmes de basse caste qui vont au cinéma en groupe, les visites en ville pour le plaisir ou le loisir sont quasiment inexistantes. De plus, ce milieu, dans lequel les femmes ne font que passer, est loin d’être un lieu sûr.

Le harcèlement moral et sexuel

57Même si les gardiennes de la sexualité des jeunes femmes sont la mère, la belle-mère et les femmes plus âgées, les hommes en ont le véritable contrôle. Les contraintes sont multiples dans cette société patriarcale et ils ont la domination absolue sur leur épouse. Dans de nombreux cas, elle peut sortir mais ne pas parler à d’autres hommes sinon elle est battue, phénomène particulièrement présent au Tamil Nadu, ou accusée d’adultère. Selon Poitevin, « L’expression sortir au dehors est un véritable concept qui définit le motif central des répressions qui pèsent sur les femmes pour leur interdire toute entrée dans la vie publique ». Les femmes doivent sortir en groupe ou accompagnées d’un homme.

58Ce contrôle sur la mobilité physique des femmes est lié au contrôle de leur sexualité et particulièrement au besoin de préserver leur chasteté ou d’éviter une grossesse illégitime. Les villageoises non escortées sont considérées comme des femmes de mauvaise vie. En effet, la perte de la virginité ou l’adultère attire la honte et le déshonneur sur toute la famille.

59Si les femmes subissent ainsi un harcèlement moral de la part des hommes qui contrôlent leurs faits et gestes, elles sont également victimes de ceux-ci et leur mobilité physique, surtout dans l’espace public urbain, qui leur est inconnu, est souvent marquée d’insécurité physique. En effet, le harcèlement sexuel peut être verbal ou gestuel ou les deux, avec parfois des contacts comme des pincements, quand ils ne se terminent pas en viol. C’est en quelque sorte une sanction sociale qui traduit la peur liée à la mobilité des femmes, dans des espaces majoritairement masculins.

60En ce qui concerne la peur des femmes de se déplacer, une enquête montre qu’elles se sentent moins en sécurité que l’homme ne les perçoit être.

Figure 5 : Est-il sain de se déplacer seule pour une femme pour aller au travail, selon des hommes et des femmes ruraux, Karnataka, 1998.

Figure 5 : Est-il sain de se déplacer seule pour une femme pour aller au travail, selon des hommes et des femmes ruraux, Karnataka, 1998.

Source : Batliwala, 1998.

61La figure 5 montre que 58,5 % redoutent des conséquences fâcheuses en se déplaçant seules contre seulement 31 % des hommes. C’est seulement à partir d’un certain âge, en général après le mariage, que les femmes sont relativement plus en sécurité car une mariée devient la propriété sexuelle de son époux, les signes extérieurs en étant un cordon autour du cou et des bagues aux doigts de pied. Une agression sur une épouse entraîne plus de sanctions sociales, excepté en ville ou l’anonymat favorise le harcèlement sexuel. A Bangalore, par exemple, ville moderne où de nombreuses femmes voyagent seules dans les transports publics, pour aller au travail ou pour leurs études, c’est un problème récurrent et croissant. Quand l’une d’entre elles proteste publiquement, elle est souvent plus réprimandée que soutenue par les passagers qui lui rétorquent qu’elle devrait rester chez elle. Le message est clair : les femmes sérieuses demeurent en sécurité dans le domaine privé, si elles veulent sortir et jouer des coudes avec les hommes, elles doivent être sous la protection visible des hommes auxquels elles appartiennent (père, frère, mari, fils ou autre parent masculin) sinon elles sont perçues comme des femmes faciles.

62Les femmes négocient constamment leur espace et se défendent contre les abus dans le monde du travail. En effet, les villageoises sont souvent agressées sexuellement par les propriétaires terriens. Leur appréhension est également liée au fait de travailler à côté d’« étrangers » et elles préfèrent être engagées avec des ouvriers de leur communauté.

CONCLUSION

63Ainsi les femmes n’ont pas le droit de se socialiser au contact des hommes et par ce biais se voient refuser leur participation à la vie publique. Leur jeunesse et leur liberté se résument à quelques sorties accompagnées, tandis que les garçons se retrouvent entre amis pour des loisirs, sans restrictions. La fille dès lors, recluse dans un espace qui sera reconstitué à l’identique dans sa belle-famille, attend le mariage, en exerçant des activités circonscrites spatialement et moralement. A la suite de cette socialisation différentielle, les résultats de notre recherche montrent, à une micro-échelle rurale et dans le contexte de l’Inde du Sud, que les femmes et les hommes vivent dans des espaces distincts et ont un accès inégal à l’espace public symbolisé par le monde urbain.

64Le travail domestique est prétexte à confiner la femme. Bien que son époux affirme qu’elle exerce le pouvoir à l’intérieur de la maison, celui-ci est limité puisqu’elle est exclue des lieux où l’on traite d’économie, de développement, de production, de progrès technique et de politique. En effet, le monde public est celui des hommes qui le dominent et le contrôlent, de même qu’ils dominent leur famille.

65Nous constatons clairement la dichotomie espace public pratiqué par le masculin et espace privé dévolu au féminin. Ainsi, la société civile et politique est l’espace socio-géographique des hommes, domaine du travail au sens strict par rapport au monde des femmes, faiblement valorisé et pauvre en relations sociales. Si elles ont une influence dans l’espace intérieur, elles n’en ont aucune dans l’espace public. Il semble donc que le masculin s’est approprié l’espace social même si l’espace intermédiaire des villages et des champs est mixte. Il faut donc se méfier d’une dichotomie simpliste, même si le genre est fortement spatialisé en Inde, n’en concluons pas que les sphères d’existence sont strictement définies et cloisonnées.

  • 9 Duncan N., op.cit. p. 129.

66Pourtant, la plupart des villageoises se déplacent entre les sphères publiques et privées avec moins de légitimité et de sécurité physique que les hommes d’autant plus quand elles ont peu de temps libre et la charge des enfants et des vieillards9. En effet, le sexe fort dessine les limites de l’espace des femmes en les poussant à se rendre compte qu’elles sont des objets sexuels à travers leurs regards, leurs paroles et leurs gestes.

67Même si les femmes sont souvent opprimées, limitées dans leurs mouvements, des évolutions se font sentir. Grâce à une scolarisation des filles de plus en plus massive et longue, celles-ci saisiront probablement mieux les opportunités de changement. D’autre part, du fait des mouvements de femmes indiennes, aujourd’hui implantés dans de nombreux villages du Tamil Nadu grâce aux ONG, le concept d’« empowerment » est utilisé pour créer un espace féminisé. Les objectifs sont d’établir des liens entre les femmes, de les faire réfléchir sur leur condition, de reconstruire les réalités spatiales des relations sexuées et de leur apprendre à maîtriser une certaine liberté physique et identitaire.

68Enfin, des améliorations dans leur vécu pourraient venir du changement de mentalité de certains hommes ruraux, éduqués ou non, comme l’illustre cet échange entre un père et son fils à propos de la liberté de mouvement des femmes :

69« Le père : La femme est la reine de la maison. Elle se charge des affaires domestiques, et l’homme doit s’occuper de l’extérieur.

70M Das : C’est un argument pour abuser les femmes. Je suis convaincu qu’elles devraient sortir. Les deux choses importantes étant leur indépendance économique et leur éducation.

71Le père : Je ne m’occupe pas de la maison. Elle (sa femme, la mère de monsieur Das) fait tout. Mais elle ne va pas au marché, elle ne peut pas y aller. J’y vais.

  • 10 Seymour S.C., Women, Family, and Child Care in India. A World in Transition, Cambridge, Cambridge (...)

72M. Das : C’est le fossé des générations. Dans notre maison je l’ai formée (sa femme) pour qu’elle aille au marché. Elle est capable de tout faire, même face aux situations d’urgence. »10.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Anandalakshmy S. (éd.) [1994], The Girl Child and the Family, an Action-Research Study, Delhi, Centre for Women’s Development Studies, 240 pages.

Batliwala S. et al. [1998], Status of Rural Women in Karnataka, Bangalore, Women’s Policy Research and Advocacy Unit, National Institute of Advanced Studies, 341 pages.

Chasles Virginie [2001], L’environnement culturel de la santé maternelle et périnatale en milieu rural de l’Andhra Pradesh, http://www.ajei.org.

Directorate of Statistics [1995], Statistics on Women and Men in Tamil Nadu, Chennai, Government of Tamil Nadu, 74 pages.

Duncan N. [1996], « Renegotiating Gender and Sexuality in Public and Private Spaces », Body Space, New York, Routledge, p. 127-145.

Kamble B. – Kamble S. [1991], Parole de femme intouchable, Paris, Coté-femmes, 282 pages.

Lorber J. – Farrell S.A. (éd) [1990], The Social Construction of Gender, Londres, Sage, 374 pages.

Mac Dowell L. [1999], Gender, Identity and Place. Understanding Feminist Geographies, Minneapolis, University of Minnesota Press, 284 pages.

Mathiayazhagan K. [1999], People’s Choice of Health Care Provider : Policy Options for Rural India, Bangalore, ISEC, Working Paper n° 45, 38 pages.

Niranjana S. [2001], Gender and space, Delhi, Sage, 143 pages.

Ravindran S. [1999], « Female Autonomy in Tamil Nadu. Unravelling the Complexities », Economical and Political Weekly, p. 34-44.

Seymour S.C. [1999], Women, Family, and Child Care in India. A World in Transition, Cambridge, Cambridge University Press, 323 pages.

Srinivas M.N. [1996], Village, Caste, Gender and Method, Essays in Indian Social Anthropology, Delhi, Oxford University Press, 244 pages.

Vlassoff C. [1996], « Against the Odds : the Changing Impact of Schooling on Female Autonomy and Fertility in an Indian Village », Girl’s Schooling, Women’Autonomy and Fertility Change in South Asia, Jeffery R., London, Sage, p. 218-240.

Women and Geography Study Group [1997], Feminist Geographies. Explorations in Diversity and Difference, Harlow, Longman, 220 pages.

Ziegler A. [1997], « Espaces féminins, espaces masculins. L’exemple pachtoune du Nord Pakistan », Créativité, femmes et développement, Preiswerk Y., Genève, IUED-UNESCO-DDC, p. 231-241.

Notes

1 En moyenne, ces femmes ont 35,8 ans, 4,4 années d’études et 2,1 grossesses. 42,2 % sont femme au foyer. 30 % sont journalières agricoles, 14,3 % agricultrices et 4,1 % professeurs, pour un salaire mensuel moyen de 15 euros.

2 Pour plus de détails sur cette théorie, consulter : Duncan N., « Renegotiating Gender and Sexuality in Public and Private Spaces », Body Space, New York, Routledge, 1996, p. 127-145 ; Lorber J. - Farrell S.A. (éd), The Social Construction of Gender, Londres, Sage, 1990, 374 pages ; Mac Dowell L., Gender, Identity and Place. Understanding Feminist Geographies, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1999, 284 pages.

3 75 % des femmes indiennes vivent dans les villages, l’aire urbaine en Inde étant définie par une population minimale de 5 000 habitants, dont au moins 75 % de la population masculine est active dans des secteurs autres que l’agriculture et une densité minimale de 400 habitants au km2.

4 Kamble B. – Kamble S., Parole de femme intouchable, Paris, Coté-femmes, 1991, p. 147.

5 Ziegler A., « Espaces féminins, espaces masculins. L’exemple pachtoune du Nord Pakistan », Créativité, femmes et développement, Preiswerk Y., Genève, IUED-UNESCO-DDC, 1997, p. 235.

6 Le 12e niveau scolaire correspond approximativement au baccalauréat de la scolarité française.

7 Mathiayazhagan K., People’s Choice of Health Care Provider : Policy Options for Rural India, Bangalore, ISEC, Working Paper n° 45, 1999, 38 pages.

8 Chasles Virginie, L’environnement culturel de la santé maternelle et périnatale en milieu rural de l’Andhra Pradesh, 2001, http://www.ajei.org.

9 Duncan N., op.cit. p. 129.

10 Seymour S.C., Women, Family, and Child Care in India. A World in Transition, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 121.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Distribution des migrants selon deux modes de migration, 1961, 1971, 1981, Tamil Nadu.
Légende Source : Statistics on Women and Men in Tamil Nadu, 1995.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/390/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Figure 2 : Distribution des migrants par causes en 1981, Tamil Nadu.
Légende Source : Statistics on Women and Men in Tamil Nadu, 1995.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/390/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Figure 3 : Personnes escortant la fille dans différents buts, Inde, 1994.
Légende Source : Anandalakshmy S., 1994, Table III 15 : 81.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/390/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Figure 4 : Pourcentage de filles ayant vu une grande ville, Maharashtra, 1975,1987.
Légende Source : Vlassoff, 1996.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/390/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Figure 5 : Est-il sain de se déplacer seule pour une femme pour aller au travail, selon des hommes et des femmes ruraux, Karnataka, 1998.
Légende Source : Batliwala, 1998.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/390/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

Auteur

Université de Bordeaux III

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable