Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Effets de voix

 | 
Pierre Gault

La voix grammaticale : ou la "voix" de la voix

Gérard Deléchelle

Texte intégral

"Ce débat saura-t-il enfin faire entendre ce qu'est la voix ? Immobile, immatérielle, pour mieux t'attendre au coin d'une page. Réelle, quoique loin des haut-parleurs. Hors corps. Mais n'est-ce pas de départ ? La voilà figée ; et que s'expose son impossible à dire, elle se dévoile articulée."
(La voix, Colloque d'Ivry, Paris : La Lysimiaque, 1989)

1A l'occasion de ses recherches sur le concept de "voix" en littérature américaine, le groupe L.O.L.I.T.A. s'est interrogé sur la possibilité d'établir un lien entre ce concept et celui de "voix" en linguistique, tel qu'on l'utilise par exemple dans l'opposition classique voix active/voix passive.

2Pour tenter de répondre à cette question difficile on remontera d'abord à l'origine de l'emploi du mot "voix", utilisé dans la métalangue grammaticale de plusieurs langues (latin, français, anglais, par exemple), avant d'examiner le statut de cette catégorie grammaticale, encore appelée "diathèse", et les principaux problèmes linguistiques qu'elle soulève (notamment en français où on s'interroge parfois aussi sur l'existence d'une voix pronominale).

3Le but de cet article n'est pas tant de donner une description linguistique détaillée des phénomènes regroupés dans la catégorie de la voix grammaticale, que de montrer comment ils peuvent constituer un enjeu pour la lecture des textes, ce qui oblige à ne jamais négliger l'aspect sémantique de la syntaxe.

1. LA VOIX EN LINGUISTIQUE

4La citation suivante, extraite de l'article consacré par E. Benveniste à l'actif et au moyen dans le verbe, résume bien les problèmes que soulève la définition de la voix comme catégorie grammaticale :

La distinction de l'actif et du passif peut fournir un exemple d'une catégorie verbale propre à dérouter nos habitudes de pensée : elle semble nécessaire - et beaucoup de langues l'ignorent ; simple - et nous avons grande difficulté à l'interpréter ; symétrique - et elle abonde en expressions discordantes (E. Benveniste, 1966, p. 168)

1.1. Historique du mot voix en grammaire

5On fait en général remonter à Dumarsais (1753) l'introduction du mot dans la terminologie grammaticale française, mais on peut noter qu'on disait déjà parfois en latin vox passiva, là où les grammairiens grecs employaient plutôt le terme de diathesis. J. Lyons (1968) explique que vox (qui signifiait "son", "voix", mais aussi "mot"), faisait référence aux diverses formes du verbe : "what it sounded like" (p. 372). Dans son étude des verbes déponents latins, P. Flobert souligne que cette appellation n'était qu'une des multiples manières de référerà certaines formes du verbe latin, d'autres grammairiens employant l'expression genus (verbi), qu'on trouvait dans certaines grammaires anglaises anciennes et qui figure encore parfois dans des grammaires allemandes.

6Le mot voix a eu de la difficulté à s'imposer en France, puisqu'en 1910 la terminologie grammaticale officielle recommandait plutôt l'emploi de forme passive, ce que critique Tesnière (1959, p. 239) :

la réforme de 1910 a été bien mal inspirée en prescrivant dans la nomenclature le terme de FORME pour remplacer celui de VOIX. C'était remplacer une notion syntaxique indispensable par une notion morphologique toute différente, et convier l'usager de la grammaire à une confusion contre laquelle il est au contraire essentiel de la mettre en garde. C'est là un des nombreux larcins terminologiques commis par les morphologistes aux dépens des syntacticiens.

7L'emploi du mot voix sera réintroduit dans l'enseignement du premier degré en 1950 pour l'actif et le passif (mais pas pour les verbes pronominaux), alors que la circulaire de 1975 pour le second degré préfère parler de "tournure" active, passive, pronominale et impersonnelle, un terme que préférait aussi Jespersen (1924) pour le passif. Mais si le mot "voix" a mis longtemps à s'imposer, on oppose depuis longtemps actif et passif dans les grammaires des langues accusatives.

1.2 Définitions

8Une certaine confusion règne aussi dans les définitions données par les dictionnaires de linguistique, où l'on ne distingue pas toujours clairement les différents niveaux d'analyse :

La catégorie morphologique de la voix (parfois encore appelée de son nom traditionnel grec de diathèse) est souvent considérée comme exclusivement propre au verbe. Elle permet en effet de signaler l'attitude du sujet à l'égard du procès : grossièrement agent du verbe actif, patient du verbe passif, à la fois agent et patient du verbe pronominal (parfois dit moyen). (Arrivé et al. (1986), s.v. verbe).

9Quelques pages plus loin (s. v. voix), les mêmes auteurs reconnaissent que la voix "peut également être considérée comme affectant l'ensemble de la phrase". On parle en effet souvent d'"énoncés actifs" ou "passifs".

10Il s'agit donc d'un problème à la fois morphologique (des formes grammaticales spécifiques sont en jeu), syntaxique (l'orientation de l'ensemble de la relation prédicative), sémantico-référentiel (l'interprétation du rapport entre le sujet grammatical et le prédicat) et énonciatif (un certain type de repérage). Selon leurs orientations théoriques les linguistes auront tendance à mettre l'accent sur l'un ou l'autre de ces niveaux. C'est ainsi que, dans ses premières versions, la grammaire générative, plaçant la syntaxe au centre de son analyse, insistait sur le fait que les transformations (et notamment la transformation passive) ne changent pas le sens. Or, pour des linguistes intéressés par les problèmes discursifs, il n'y a pas une équivalence exacte entre les énoncés actifs et passifs, et les différences ne sont pas seulement "stylistiques", contrairement à ce que semble penser D. Crystal : "There will be certain differences in the emphasis or style of these sentences, which will affect the speaker's choice, but the factual content of the two sentences remains the same." (1985, s.v. passive).

11Certains auteurs font de voix et de diathèse (d'un mot grec signifiant "disposition") des synonymes, ou privilégient l'un de ces termes (cf. l'emploi très large que fait Tesnière du mot diathèse). D'autres tiennent au contraire à les différencier. C'est le cas par exemple de P. Flobert (1992), pour qui :

La 'diathèse' concerne la face signifiée, la fonction, et désigne le rapport qui s'établit entre le procès verbal et le sujet grammatical selon que celui-ci est la source, le centre ou la cible du procès [...]. La'voix'relève du signifiant et est caractérisée par des procédés grammaticaux (p. 37)

12Il sera en effet utile de distinguer les formes et les agencements de marqueurs d'une part et les valeurs référentielles ainsi construites, mais au-delà des problèmes de terminologie il reste à analyser les phénomènes mis en jeu.

1.3. Problèmes de voix dans des langues diverses

13Avant de revenir à l'anglais, ajoutons quelques remarques sur des langues posant des problèmes de voix intéressants : la voix moyenne en grec, les verbes déponents en latin, la voix pronominale en français, l'ergatif, la voix circonstancielle en malgache.

14Plusieurs auteurs (dont Benveniste) ont insisté sur le fait qu'en indo-européen le verbe "se caractérise (...) par une opposition de deux diathèses seulement, active et moyenne" (1966, p. 168). Il s'agit d'une opposition importante, puisque tous les verbes marquent cette distinction (ainsi parfois que les infinitifs et les participes) et les diverses catégories comme modes, temps, aspects ont une forme différente dans chacune de ces deux diathèses.

15D'autre part, le verbe indo-européen n'incluant pas d'indice se rapportant à l'objet, Benveniste considère que "tout est présenté et ordonné par rapport au sujet" (p. 169), la voix étant "la diathèse fondamentale du sujet dans le verbe ; elle dénote une certaine attitude du sujet relativement au procès" (ibid.). Pour lui, "dans l'actif, les verbes dénotent un procès qui s'accomplit à partir du sujet et hors de lui. Dans le moyen, qui est la diathèse à définir par opposition, le verbe indique un procès dont le sujet est le siège ; le sujet est intérieur au procès (...) (ces oppositions) reviennent toujours en définitive à situer des positions du sujet vis-à-vis du procès, selon qu'il y est extérieur ou intérieur, et à le qualifier en tant qu'agent, selon qu'il effectue, dans l'actif, ou qu'il effectue en s'affectant, dans le moyen" (pp. 172-173).

16En grec, les voix active, passive, moyenne ont des flexions verbales en général spécifiques, mais celles de la voix passive ne se distinguent de celles de la voix moyenne qu'au futur et à l'aoriste. Il est possible que ce soit la présence d'un complément d'agent qui suggère parfois la traduction par un passif. En conclusion d'un article sur le passif et le moyen en grec ancien, L. Pernée (1984) précise que l'opposition actif/passif ou action agie/action subie, qui nous semble si évidente, "n'a pas en grec d'expression linguistique spécifique et que, lorsqu'elle s'exprime, elle le fait de façon incomplète et aléatoire". Il ajoute qu'à l'inverse l'opposition morphologique actif/moyen nous paraît un peu bizarre, boiteuse et ne se coule à l'aise dans aucune des catégories de notre entendement" (1984, p. 102)

17J. Lyons (1968, p. 373), donne l'exemple du moyen grec louomai, traduit par I am washing (myself) qu'il oppose à louô (I am washing (something)). Le moyen pouvait aussi avoir un emploi transitif comme dans louomai khitona (I am washing (my) shirt). De même, plèssomai pourra se traduire par : je suis frappé, je me fais frapper, je me frappe et je me frappe la cuisse, et même (au pluriel, avec un autre sens) : ils se frappent (réciproquement).

18En latin, il existe une opposition dans la morphologie du verbe entre actif et passif (ex amo/amor), mais ce passif peut prendre des valeurs de moyen. Lyons explique que B movetur peut selon les cas correspondre à : Β moves ou Β is moved. Dans le premier cas il propose la glose : there is movement and Β is affected. On relève en outre une catégorie de verbes dits "déponents" (qui ont "abandonné" la flexion active pour prendre une flexion passive, mais en conservant leur sens actif). Ils sont souvent intransitifs (cf. morior), mais pas toujours (cf. sequor). Notons que les verbes signifiant "mourir" et "naître" sont à la voix moyenne en grec et déponents en latin, qu'on comparera à l'emploi du passif en anglais dans I was born.

  • 1 Dans ces verbes "essentiellement pronominaux", se indique une orientation vers le sujet

19En français, à côté des voix active et passive, on parle parfois d'une "voix pronominale" (cf. J. Dubois et al., 1973, s.v. voix). On sait en effet que les constructions pronominales peuvent prendre un sens réfléchi (il s'est battu lui-même), réciproque (ils se battent), passif (les tapis se battent dehors) ou neutre (il s'enfuit)1.

20Pour illustrer ces divers systèmes de voix on citera encore deux exemples qui paraîtront plus exotiques, mais non dénués d'intérêt : le problème des langues ergatives et celui de la voix dite "circonstancielle" en malgache.

21Les langues ergatives (parmi lesquelles on cite souvent le basque et l'esquimau, mais dont il existe plusieurs types) permettent de remettre en cause l'opposition que nous pourrions juger naturelle entre sujet et objet. F. Plank (1980, p. 4) résume ainsi la distinction entre le système ergatif et le système accusatif :

(a) A grammatical pattern or process shows ergative alignment if it identifies intransitive subjects (Si) and transitive direct objects (dO) as opposed to transitive subjects (St).
(b) It shows accusative alignment if it identifies Si and St as opposed to dO.

22On oppose ainsi en a) l'ergatif et l'absolutif et en b) le nominatif et l'accusatif.

23A partir de ce modèle, J. Lyons (1968, p. 352) a proposé d'employer le terme d'"ergatif" pour rendre compte du fonctionnement de certains verbes anglais dits "reversibles", comme move permettant les constructions suivantes : (a) The stone moved ; (b) John moved ; (c) John moved the stone ; l'exemple (c) pouvant être considéré comme dérivé de (a) par une transformation ergative ou causative. (d) *Him moved donne une idée de ce que pourrait être en anglais un énoncé ergatif (voir aussi Bouscaren-Chuquet, 1987, p. 139).

24Le malgache présente l'intérêt d'avoir une voix dite "circonstancielle" en plus de ce que l'on pourrait par commodité appeler, malgré tous les problèmes que cela pose, l'actif et le passif. Cette voix permet d'employer comme topique non seulement les principaux actants, mais aussi un circonstant, un peu comme si en français l'adverbe ici pouvait régir un prédicat.

2. VOIX ET DIATHÈSES EN ANGLAIS

2.1. Contraintes sur la passivation

25Ce passage par des langues plus anciennes que les nôtres ou dans lesquelles les notions de sujet et d'objet n'ont pas la même signification conduit à s'interroger sur la validité des analyses présentant le passif comme une simple permutation,, à quelques ajustements près, du sujet et de l'objet avec modification du verbe. Le concept lié de transitivité, que l'on fait intervenir dans le phénomène de passivation, mériterait lui aussi un réexamen.

  • 2 Les divers auteurs estiment à 80-85 % selon les corpus en anglais la proportion de passifs "courts" (...)

26On sait qu'en anglais le passif s'emploie très souvent sans agent exprimé2, ce qui laisse déjà supposer qu'il ne peut pas s'agir d'une simple transformation de l'actif. D'autres contraintes viennent confirmer cette analyse. Les verbes transitifs ne permettent pas tous la passivation, par exemple les verbes symétriques (cf. resemble), les verbes d'état comme weigh (dans son emploi statif). D'autre part, certaines constructions passives n'ont pas d'équivalent actif. C'est le cas de it is rumoured that Jean is in love again, mais on peut aussi se demander quelle serait la contrepartie active de she was taken ill. Enfin, les contraintes pesant sur la passivation ne sont pas identiques d'une langue à l'autre. Ainsi, en anglais, les verbes bitransitifs (cf. give) présentent une gamme intéressante d'emplois au passif, la relation pouvant être orientée à partir de la cible ou du bénéficiaire. Sous certaines conditions les verbes prépositionnels permettent eux aussi la passivation (cf. this bed has been slept in).

27Une étude plus fine montre que la mise au passif de certains verbes transitifs est parfois rendue difficile ou impossible selon la nature du complément d'objet et son rapport sémantique avec le verbe. D. Bolinger (1977, p. 10) fait remarquer que George turned the pages of the book est plus facile à passiver que George turned the corner, bien qu'on puisse trouver dans un contexte particulier That corner hasn't been turned yet (voir aussi Dixon, 1991). D'autre part, dans des expressions figées comme He kicked the bucket (au sens de "casser sa pipe"), on ne peut avoir : *The bucket was kicked by him, alors que cette construction redevient possible si on interprète kick the bucket littéralement.

28Une tournure passive peut aussi être choisie pour des raisons discursives. L'omission très fréquente de l'agent dans les énoncés passifs anglais s'explique de différentes manières. L'agent peut être indéterminé (et on emploiera parfois alors en français une tournure active avec on comme sujet), ou ne présenter pour l'énonciateur qu'un intérêt secondaire. D'autre part, l'énoncé passif concerne principalement le rapport objet-verbe (objet thématisé ou topicalisé, insistance sur le résultat d'un processus) et permet de placer l'accent sur la cible et le résultat du procès. Ceci n'empêche pas de mentionner la source soit sous forme d'un complément d'agent en by, qui prend alors une valeur contrastive, Thématique, soit dans une autre prédication, comme dans cet exemple : An umbrella was opened. It was the maid.

29L'anglais n'ayant pas de marqueurs réservés exclusivement à l'expression du passif, on peut même se demander si certains exemples relèvent bien de cette catégorie. Ainsi, Quirk et al. (1985, pp. 167-171) voient une diminution progressive du caractère passif des énoncés suivants, qui comportent pourtant tous la forme be + participe passé :

(a) This violin was made by my father
(b) This conclusion is hardly justified by the results
(c) Coal has been replaced by oil
(d) This difficulty can be avoided in several ways
(e) We are encouraged to go on with the project
(f) Leonard was interested in linguistics
(g) The building is already demolished
(h) The modern world is getting (becoming) more highly
industrialized and mechanized

30a), b), c), d) sont considérés comme de vrais passifs, mais d) et e) sont appelés "semi-passifs" ou "passifs mixtes" parce que le participe y a une valeur à la fois verbale et adjectivale. Enfin, g) et h) sont qualifiés de "pseudo-passifs" parce que demolished et industrialized se comportent plutôt comme des adjectifs attributs. Ceci est compréhensible, car il n'existe pas dans ce cas d'adjectif correspondant permettant la distinction entre état résultant (participe) et état stabilisé (adjectif), contrairement à la paire opened/open. Pour Quirk et al., c'est le passif "dynamique" qui constitue le prototype de cette classe d'énoncés plutôt que le passif "statique".

  • 3 Le choix de get au lieu de be permet d'apporter une modulation supplémentaire à l'énoncé

31Il n'est donc pas aussi simple qu'on aurait pu le penser de définir ce qu'est en anglais une "forme passive" et il faudra replacer ces énoncés dans le cadre des diverses constructions comportant be (ou get)3 et un participe passé (cf. he is gone). On sera aussi à amené comparer le rôle du participe passé au passif et au parfait. Desclés et Guentcheva opposent par exemple en français l'état résultant (état de l'agent) au parfait et l'état résultatif du passif dans La ville a été détruite "où l'on constate l'état présent de la ville, en sachant qu'un agent l'a provoqué mais on reste dans l'incapacité de remonter exactement à l'événement antérieur qui l'a provoqué" (1993, p. 92).

2.2. Diathèses et transitivité

32L. Tesnière propose une classification des verbes selon leur valence, c'est-à-dire selon le nombre d'actants qui leur sont associés. Il distingue :

  • les verbes avalents, impersonnels ou unipersonnels (pluit, il pleut) ;

  • les verbes monovalents, encore appelés selon les époques verbes neutres ou intransitifs (sommeiller, voyager) ;

  • les verbes divalents ou transitifs. Pour ces verbes, il considère qu'on peut envisager quatre sous-voix ou diathèses : active, passive, réfléchie et réciproque ;

  • les verbes trivalente (verbes de dire et de don).

  • 4 La place nous manque pour expliquer pourquoi on ne pourrait ni inverser les deux groupes nominaux ( (...)

33Tesnière appelle donc ici "diathèse" (active, passive, réfléchie, réciproque) le type de relation qui unit le sujet grammatical au verbe. Il serait cependant utile de préciser la nature de ce rapport, car les termes de "diathèse active" ou "passive" désignent tantôt une construction ou une forme (la voix active), tantôt le lien sémantique sujet-verbe. De plus, Tesnière donne aussi le nom de "diathèse" aux processus grammaticaux par lesquels on augmente (diathèse causative ou factitive) ou on réduit (diathèse récessive) le nombre des actants. Le marqueur de la nouvelle valence peut être synthétique (forme spéciale du verbe) ou analytique (emploi d'un auxiliaire) ou encore être morphologiquement nul (marqueur Ø). Dans le cas d'un verbe transitif comme casser, la diathèse récessive peut se marquer par Ø (la branche a cassé), par un réfléchi (la branche s'est cassée) ou par le passif (la branche a été cassée), sans oublier la construction impersonnelle (il a été cassé beaucoup de branches). Inversement dans He trotted his horse on a un exemple de diathèse causative. En effet, le verbe monovalent trot a été rendu transitif par l'adjonction d'un actant supplémentaire (He)4.

34Il est donc important de ne pas limiter l'analyse de la voix à la simple opposition actif/passif. C'est dans le cadre plus général des relations entre le verbe et ses arguments, d'un point de vue sémantique, syntaxique et énonciatif que le problème doit être posé. Prenons par exemple une notion comme sell=vendre. Sémantiquement, cette notion implique essentiellement une relation entre une source (un vendeur) et une cible (le vendu), avec éventuellement des circonstances qui jouent un rôle plus périphérique. Si on veut mentionner les deux arguments source et cible, on peut adopter un schéma syntaxique transitif (dit actif), le sujet désignant la source (John sold the book), ou un énoncé au passif, le sujet renvoyant alors à la cible (the book was sold by John).

35On a vu que dans bien des cas l'énoncé passif ne comportait pas de complément d agent (the book was sold yesterday). La passivation joue alors un double rôle. Comme dans les exemples précédents de diathèse récessive, elle rend intransitif un énoncé transitif (on passe de deux à un seul actant). D'un point de vue énonciatif, le repérage se fait cette fois à partir du terme désignant la cible qui constitue le point de départ de la relation. Dans le cas de diathèse active, on peut aussi se limiter à un seul argument, de nombreux verbes transitifs dont le sémantisme implique deux arguments permettant une construction intransitive (cf. I am eating Ø) dans laquelle l'accent portera sur le processus.

  • 5 Nous avons déjà évoqué les rapports entre diathèse et aspect lors de la discussion des valeurs du p (...)
  • 6 La distinction est moins nette en anglais qu'en français où on emploierait ici une forme pronominal (...)

36Dans the book sells well le problème est différent. En effet, bien que le verbe soit morphologiquement à la "forme active", le terme de départ n'est pas la source (le vendeur) mais la cible du processus. L énoncé ne renvoie pas à une activité, mais plutôt à une propriété ou une caractéristique attribuée au sujet (the book) qui, sémantiquement, ne peut jouer le rôle d'agent ou de source. Bien qu'on parle parfois ici de passif notionnel ou de forme "médio-passive", cette construction n'équivaut pas exactement à un énoncé passif, même après adjonction d'un modal comme can (this book can be sold easily)5. Il s'agit plutôt d'une diathèse intermédiaire entre les diathèses active et passive (on l'appelle parfois pour cette raison "neutre"), à rapprocher de la voix moyenne déjà évoquée et dans laquelle Benveniste considérait que le sujet est le siège du procès (cf. supra § 1. 3). Il ne faut donc pas confondre FORME active et DIATHESE active6. On a vu aussi les problèmes que pose l'interprétation de certains énoncés à la forme dite "passive". C'est à la fois l'emploi d'une forme verbale particulière (be + participe passé) et le type de rapport qui unit le sujet grammatical au prédicat qui caractérisent l'énoncé passif.

3. LA "VOIX" DE LA VOIX

37Revenons pour terminer à la question initiale : y a-t-il un rapport entre la "voix" (d'un texte ? d'un écrivain ?) et la voix grammaticale ? Si les linguistes ont eux-mêmes bien des difficultés à définir ce qu'est cette voix grammaticale, quel profit en tirer pour l'étude des textes littéraires ?

  • 7 On observe un passage graduel du dynamique au statique entre the umbrella opened, the umbrella was (...)
  • 8 Un verbe transitif peut donner lieu à une interprétation statique ou active (cf. formed dans : Abov (...)

38Une recherche menée avec P. Gault a montré l'intérêt pour l'analyse sémiotique d'une démarche linguistique à l'écoute des textes. Pour en rester au domaine qui a été abordé ici, celui de la voix, de la diathèse et de la transitivité, le choix d'une voix active, moyenne ou passive (avec ou sans complément d'agent) joue un rôle dans l'interprétation de l'énoncé. On pourrait par exemple commenter l'absence d'objet dans le passage suivant : Me, I eat and I eat and I can't gain, I say. I'd like to gain, I say. (R. Carver, Fat) ou l'opposition entre structure transitive et intransitive dans : the fisherman was paddling it (the canoe) quietly through the varied colours of the lagoon water (A. Nin) et quelques lignes plus loin : He paddled (Ø) with one arm. Si un énoncé passif comme an umbrella was opened suggère un agent implicite, il n'en est pas de même dans As she stood in the doorway an umbrella opened behind her. It was the maid (Hemingway), où l'agent n'est mentionné et identifié qu'a posteriori7. La construction moyenne peut favoriser une certaine "animation" d'un sujet grammatical non animé avec des verbes comme open ou divide dans cet exemple : [...] casting shadows before the bow of the canoe so dense that Lilian could scarcely believe they (the roots of the lagoon trees) would open and divide to let them through (A. Nin)8.

39L'expérience montre qu'il faut s'intéresser au "signifié du signifiant", non seulement dans le lexique, mais aussi en syntaxe. Il y a une sémantique propre aux constructions grammaticales. Les phénomènes de diathèse, qui concernent l'orientation de la relation prédicative, reflètent des choix énonciatifs et donc des enjeux rhétoriques sans doute plus discrets que dans le cas d'emploi d'autres catégories grammaticales (les modaux ou les déictiques par exemple). Cependant, ils constituent la trame du texte et participent au "tissage de la voix" qu'on doit suivre dans son déroulement. Ne peut-on appeler "voix" cet ordonnancement de l'énoncé qui trahit un point de vue bien que, pour reprendre la formule de P. Gault (cf. supra), la voix se soit déjà "perdue dans le sens" ? C'est pourquoi l'analyse "au ras du texte", au plus intime de l'écriture, est toujours plus fructueuse que les grandes synthèses.

40On trouve aussi une référence à la notion de voix en linguistique chez J. C. Anscombre et O. Ducrot qui, à la suite de Bakhtine, ont proposé une approche "polyphonique" de certains phénomènes discursifs. Selon cette théorie, celui qui produit un énoncé "met en scène un ou plusieurs énonciateurs accomplissant des actes illocutoires" (1983, p. 175). Le texte serait donc parcouru par diverses voix. Le problème était trop vaste pour être abordé ici et la question initialement posée, bien qu'apparemment paradoxale, suffisait déjà à alimenter notre réflexion sur la voix.

Bibliographie

REFERENCES

ADAMCZEWSKI H., Grammaire linguistique de l'anglais, A. Colin, 1982

ANSCOMBRE J. C. & DUCROT O., L'argumentation dans la langue, Mardaga, 1983

ARRIVE M. & al., La grammaire d'aujourd'hui, Flammarion, 1986

BENVENISTE E., Problèmes de linguistique générale, I, Gallimard, 1966

BOLINGER D., Meaning and Form, Longman, 1977

BOUSCAREN J. & CHUQUET J., Grammaire et textes anglais, Ophrys, 1987

CRYSTAL D., A Dictionary of Linguistics and Phonetics, Blackwell, 2 ° ed., 1985

CULIOLI Α., Encyclopédie Alpha, article "voix", La Grange Batelière, 1971

DELECHELLE G., "Cause et transitivité", Travaux LII, CIEREC St Etienne, 1987, pp. 11-28

DELMAS C., "Le passif impersonnel en anglais, de it à there", à paraître dans L'information Grammaticale, 1994

DESCLES J. P. & GUENTCHEVA Z., "Le passif dans le système des voix du français", Langages 109, Sur le passif, 1993, pp. 73-102

DIXON R. M. W., A New Approach to English Grammar, on Semantic Principles, Oxford, Clarendon Press, 1991

DUBOIS et al., Dictionnaire de linguistique, Larousse, 1973

FLOBERT J., "Sur la validité des catégories de voix et de diathèse en latin", Lingua Latina, Presses de l'Université Paris-Sorbonne, 1992, pp. 37-48

LYONS J., Introduction to Theoretical Linguistics, Cambridge University Press, 1968

MELIS L., La voie pronominale, Duculot, 1990

PERNEE L., "Passif et moyen en grec ancien", Travaux 2, Le passif, C. L. Aix, 1984, pp. 93-102

PLANK F., (ed.), Ergativity, Academic Press, 1980

QUIRK R. et al., A Comprehensive Grammar of the English Language, Longman, 1985

STEIN G., Studies in the Function of the passive, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 1979

TESNIERE L., Eléments de syntaxe structurale, Klincksieck, 1959

Notes

1 Dans ces verbes "essentiellement pronominaux", se indique une orientation vers le sujet

2 Les divers auteurs estiment à 80-85 % selon les corpus en anglais la proportion de passifs "courts", c'est-à-dire sans complément d'agent (cf. G. Stein)

3 Le choix de get au lieu de be permet d'apporter une modulation supplémentaire à l'énoncé

4 La place nous manque pour expliquer pourquoi on ne pourrait ni inverser les deux groupes nominaux (* The horse trotted him) ni passiver l'énoncé (*The horse was trotted by him) et pourquoi seul GN2 pourrait, sans changer le sens de l'énoncé de départ, servir de sujet du verhe employé intransitivement : The horse trotted/He trotted

5 Nous avons déjà évoqué les rapports entre diathèse et aspect lors de la discussion des valeurs du participe passé (§2. 1.). Cet exemple permet de souligner aussi le lien entre diathèse et modalité. On pourrait également voir le rôle d'autres marqueurs comme be + ing par exemple (cf. H. Adamczewski, 1982)

6 La distinction est moins nette en anglais qu'en français où on emploierait ici une forme pronominale : ce livre se vend bien

7 On observe un passage graduel du dynamique au statique entre the umbrella opened, the umbrella was opened, the umbrella was open

8 Un verbe transitif peut donner lieu à une interprétation statique ou active (cf. formed dans : Above her head the branches formed metallic green parabolas and enameled pennants).

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter