Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traductions, passages : le domaine anglais

 | 
Stephen Romer

Auguste-Jean Baptiste Defauconpret ou l'écrivain et son double

Agnès Benani

Texte intégral

1Dans l'histoire des relations littéraires, le traducteur, malgré son rôle fondamental de trait d'union entre deux cultures, est bien trop souvent relégué dans la coulisse. L'anonymat est parfois son triste lot quand il n'est pas assez illustre pour que son nom figure sur la couverture. Sous l'invocation de saint Jérôme de Valery Larbaud s'efforce de réparer cet affront et de réhabiliter la figure du traducteur en citant les noms de ceux qui souvent ont sombré dans l'oubli alors que les auteurs qu'ils ont traduit jouissent toujours de la célébrité. C'est ainsi qu'il rend un hommage tout particulier à deux traducteurs du dixneuvième siècle :

  • 1 Valéry Larbaud, Sous l'invocation de saint Jérôme, Paris : Gallimard, 1946, pp. 48-49.

(...) et au premier rang, pour l'activité et l'énormité du travail accompli : Auguste Jean Baptiste Defauconpret (1767-1843) traducteur de Walter Scott, de Fenimore Cooper, de Miss Burney, de Bulwer Lytton, de Dickens (en collaboration avec son fils Charles Auguste) et Amédée Pichot (1796-1871) traducteur de Byron, Thomas Moore, Bulwer Lytton, Dickens, fondateur et directeur de la Revue Britannique1.

  • 2 Selon les sources biographiques, on rencontre Defauconpret ou Defaucompret mais la graphie Defaucon (...)
  • 3 Walter Scott, Waverley, Rob-Roy, La Fiancée de Lammermoor traduits de l'anglais par A. -J. B. Defau (...)

2La vie et l'oeuvre d'Auguste-Jean Baptiste Defauconpret2 cristallisent toute la splendeur et la misère de la condition de traducteur. En effet, si les auteurs dont les ouvrages ont été traduits par ses soins demeurent des classiques, ses propres créations littéraires sont vouées à l'oubli. Avoir été le traducteur attitré de Sir Walter Scott semble être son seul titre à la postérité. Une réédition récente de Waverley, Rob-Roy, La Fiancée de Lammermoor n'a-t-elle pas adopté la traduction établie par Defauconpret ?3

  • 4 Walter Scott, lvanhoé, traduit de l'anglais par A. -J. B. Defauconpret, Paris : Gallimard 1983.

3C'est également le cas pour4. Mais quelle maison d'édition projette de republier Robert Fitzooth dit le Proscrit, Wat-Tyler, Masaniello, Jeanne Maillotte ou Londres et ses habitons, les oeuvres originales d'Auguste-Jean Baptiste Defauconpret ? Leur lecture non seulement permet de mieux connaître cet auteur aux multiples facettes, d'apprécier sa connaissance de la langue et de la culture anglaises mais aussi de soulever le problème des limites de la traduction. Tout traducteur est confronté à la question du respect de l'original – que Defauconpret prône avec force – mais ses oeuvres originales apparaissent souvent à la frontière du plagiat, tant abondent les similitudes thématiques et stylistiques entre ces dernières et ses traductions. Fautil blâmer le poids de sa condition de traducteur, l'influence des auteurs célèbres, au service desquels il met sa plume, qui le privent de toute originalité créatrice ? Ou au contraire se livre-t-il à un authentique acte de création dans ses traductions en leur conférant son propre style ? Telles sont les pistes que cette étude de la vie et l'oeuvre de Defauconpret se propose d'explorer.

L'homme de l'ombre

4La plupart des biographies sont avares de renseignements sur Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, mais toutes s'accordent à le qualifier de littérateur, etiquette qui permet de fondre ses oeuvres originales avec la masse de ses traductions.

5Tous les biographes glissent pudiquement sur ses compositions originales qui n'ont guère obtenu de succès même de son vivant pour mieux mettre en exergue son travail considérable de traducteur. Né à Lille, le 17 juillet 1767, Auguste-Jean Baptiste Defauconpret vint poursuivre ses études à Paris au Collège Mazarin. Déjà, il faisait montre de remarquables dispositions littéraires et il s'illustra par les succès qu'il obtint dans les concours généraux. Au sortir de l'université, désireux de poursuivre la carrière d'écrivain, il s'essaya à tous les genres depuis le madrigal et le vaudeville jusqu'à la tragédie. Mais ces premières tentatives ne furent pas couronnées de succès et en 1795, il embrassa la voie du notariat. Pendant ce travail, il publia un Nouveau Barème qui lui valut un certain succès.

  • 5 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Londres et ses habitons ou Quinze jours à Londres. A la fin de (...)
  • 6 M*** (i. e.) A. -J. Β. Defauconpret, Quinze jours à Londres à la fin de 1815, Paris : Eymery, 1816.
  • 7 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Six mois à Londres en 1816, suite de l'ouvrage ayant pour titre(...)
  • 8 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Une année de séjour à Londres, Paris : Gide fils, 1819.
  • 9 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Londres en 1819, 1820, 1821, 1822, 1823 et 1824 ou Recueil de l (...)

6Il exerça sa charge de notaire jusqu'en 1814 ou 1815, date où, ruiné par des spéculations malheureuses ou le manque de scrupule de ses employés, il se vit forcé d'abandonner et de chercher refuge à Londres pour se mettre à l'abri de ses créanciers. A près de cinquante ans, il se convertit pour se consacrer exclusivement à la littérature. Il commença par composer des oeuvres originales, fruit de son expérience de Français nouvellement débarqué en Angleterre ou recueil d'impressions sur la vie en France à l'intention du public anglais. Les ouvrages les plus représentatifs de cette période de sa vie sont une série de journaux de voyage, à mi-chemin entre l'autobiographie et la satire, qui dressent un portrait sans fard des moeurs et coutumes anglaises et retracent par le menu toutes les péripéties de son arrivée en Angleterre. Tel est le thème principal de Londres et ses habitans5, compilation de Quinze jours à Londres à la fin de 18156 et de Six mois à Londres en 18167 d'Une année à Londres8 et de Londres en 1819, 1820, 1821, 1822, 1823 et 18249, où l'auteur prend le parti pris de privilégier la peinture de la vie quotidienne en Angleterre, aspect jusque là peu traité par les autres auteurs afin de battre en brèche les préjugés sur les Anglais :

  • 10 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Six mois à Londres en 1816, op. cit., p. 5.

Fournissez-moi des observations neuves qui puissent faire ressortir d'une manière piquante les bonnes qualités du peuple anglais et vous m'en verrez faire usage avec plaisir. Personne n'est plus disposé à lui rendre la justice qu'il mérite sous plus d'un rapport. Mais voulez-vous que j'ennuie mes lecteurs de ces vérités triviales à force d'avoir été répétées ? Croyez-vous qu'ils aient besoin que je leur apprenne que ce n'est qu'en Angleterre qu'on trouve un véritable esprit public ? que le parti ministériel et celui de l'opposition, quoique toujours aux prises, oublient leur animosité dès que l'intérêt général l'exige ? que l'Anglais est naturellement libéral, généreux, bienfaisant ? que l'infortune est secourue ici aussitôt qu'elle est connue ? que les proscrits de toutes nations y sont accueillis, protégés, secourus, quelles que soient leurs opinions religieuses ou politiques ? Tout cela n'a-til pas été dit et redit, lu et relu ? Il faut donc tâcher de présenter des tableaux sur lesquels les yeux ne soient pas fatigués de s'être déjà trop souvent arrêtés10.

  • 11 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Anecdotes sur la Cour et l'intérieur de Napoléon Bonaparte ("co (...)

7Si Auguste-Jean Baptiste Defauconpret s'adresse dans ses journaux surtout aux lecteurs français, il met à profit sa connaissance de la langue anglaise pour faire paraître simultanément à Paris et à Londres l'ouvrage intitulé Anecdotes sur la Cour et l'intérieur de la famille de Napoléon Bonaparte11.

8Mais tous ces ouvrages n'obtinrent qu'un médiocre succès de librairie et comme l'observe Michaud dans la notice biographique qu'il lui consacre "sa réputation repose toute entière sur son mérite de traducteur".

9Pendant les vingt années de son séjour en Angleterre, il ne traduisit pas moins de cinq cents ouvrages en collaboration avec son fils Charles-Auguste. Un travail aussi colossal ne manqua pas de prêter le flanc à la critique. On l'accusa de travailler avec trop de précipitation ou d'avoir sous ses ordres un atelier de traduction. Les biographes sont en désaccord sur ce point. Si Michaud ne ménage pas ses louanges et l'exonère de tout blâme, Quérard fait montre de davantage de méfiance :

  • 12 J.M. Quérard, La France Littéraire ou Dictionnaire des Savants, historiens et gens de lettres de la (...)

M. Defauconpret a traduit, ou vraisemblablement fait traduire sous sa direction, de 1815 jusqu'à la fin de 1828, un très grand nombre d'ouvrages anglais. La Biographie Universelle et Portative des Contemporains assure pourtant qu'il n'a d'autre collaborateur que son fils qui l'aide quelquefois dans ses travaux : ce qui paraîtra incroyable aux personnes qui remarquent que depuis 1815, M. Defauconpret, suivant la liste qu'il nous a donnée lui-même et qui n'est pas complète, a publié 422 volumes, dont 47 dans le cours de l'année 1828. Il serait à désirer qu'il en fût autrement ; car ces traductions faites avec autant de précipitation, peuvent faire appliquer à M. Defauconpret cet adage italien : a traduttore, traditore12.

  • 13 Michaud, La Nouvelle Biographie Générale, Paris, Firmin Didot, 1855, p. 349.

10Ce qui frappe d'emblée, c'est l'énormité du travail qu'il a accompli et l'incroyable diversité des auteurs qu'il a traduits, comme l'illustre la liste complète de ses traductions. Mais deux écrivains occupent une place privilégiée dans sa carrière de traducteur. Ainsi que le souligne Michaud13, il a contribué à faire connaître Sir Walter Scott et Fenimore Cooper aux lecteurs français :

  • 14 Michaud, p. 350.

Defauconpret s'est particulièrement fait connaître par la traduction des oeuvres complètes de Walter Scott au moment même où leur apparition en Angleterre commençait à y faire sensation et par celle du plus grand nombre des romans de Fenimore Cooper. Le succès brillant qu'ont obtenu en France ces deux auteurs est dû peut-être en partie au soin et à l'intelligence de leur traducteur qui a su les adapter au goût de son pays et donner souvent à leurs récits la rapidité qui manque quelquefois aux écrits originaux des deux célèbres romanciers14.

11Avant de regagner la France au terme d'une carrière de traducteur bien remplie – sans doute lorsqu'il fut assuré de ne plus être inquiété par la justice française – il semble qu'il ait mené à bien le but avoué de son voyage en Angleterre ainsi qu'il le révèle au début de Quinze jours à Londres à un douanier inquisiteur :

  • 15 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Quinze jours à Londres à la fin de 1815, Paris : Eymery et Dela (...)

J'y viens pour admirer les beautés de Londres ; pour donner à ma cervelle française un peu de cet aplomb qui caractérise les têtes anglaises ; pour faire une connaissance plus particulière avec votre littérature, à laquelle je ne suis pas tout à fait étranger...15

12S'il met en exergue le noble rôle de trait d'union entre deux cultures, on peut souligner toutefois qu'il tait les motifs véritables de son exil en Angleterre...

Le trait d'union entre deux cultures

  • 16 Observations sur l'ouvrage intitulé "La France" par Lady Morgan, par l'auteur de Quinze jours et Si (...)

13Au dix-neuvième siècle, comme Defauconpret le fait observer lui-même dans Six mois à Londres, pour seulement un Français qui se rendait en Angleterre, vingt Anglais entreprenaient le voyage sur le continent. Cet état de faits explique le rôle fondamental dont se voyait investi le traducteur car les lecteurs français ne connaissaient souvent de la littérature anglaise que les oeuvres qui avaient fait l'objet d'une traduction. De même les journaux de voyage consacrés à l'Angleterre ou à la France par les Anglais qui avaient exploré notre pays connaissaient une grande vogue. Dans toute l'oeuvre de Defauconpret filtre la préoccupation constante d'effacer les préjugés qui affectent les Français à l'égard des Anglais et de rectifier les simplifications hâtives ou les mensonges qu'il détecte dans les ouvrages anglais consacrés à la France. A cet effet, il se livre souvent à une comparaison systématique des us et coutumes en France et en Angleterre afin de mieux mettre en lumière les aspects positifs et négatifs de chaque système. Dans ses observations sur l'ouvrage intitulé : La France, par Lady Morgan16, Defauconpret paraît tout entier animé du désir de redresser les erreurs de jugement commises par Lady Morgan, de relever les arguments spécieux auxquels elle recourt et clame haut et fort le devoir d'impartialité de l'auteur et partant du traducteur :

  • 17 Ibid., p. 66.

J'arrive enfin au livre VII, consacré aux spectacles, sujet où les préjugés nationaux que Lady Morgan avait secoués jusque là se représentent en foule, et prêtent des forces auxiliaires au vice du système général de son ouvrage. Ce sont les eaux d'un torrent comprimé qui renversent enfin les digues qui les retenaient captives, et entraînent dans leur cours les édifices qu'on croyait assis sur les fondements les plus solides17.

14Mais derrière ce souci louable de donner une vision plus juste de la France que celle donnée par Lady Morgan, qui est d'ailleurs l'objet de la critique unanime – Playfair ne publie-t-il pas en 1820 un ouvrage intitulé La France telle qu'elle est et non la France de Lady Morgan dont Defauconpret assure la traduction – se profilent des intentions nettement moins désintéressées. En effet, "le vice général du système de son ouvrage" n'est autre que la glorification de la Révolution et Defauconpret ne fait pas mystère de son attachement à la monarchie. Il ne perd aucune occasion de dénoncer les louanges exagérées dont Lady Morgan couvre la Révolution et de fustiger le traducteur dont il relève impitoyablement les erreurs de traduction et les omissions. Ces diatribes contre l'infortuné traducteur revêtent une importance toute particulière car elles permettent de connaître les principes qui doivent guider toute traduction selon Auguste-Jean Baptiste Defauconpret :

  • 18 Ibid., pp. 113-114.

(...) mais je ne puis quitter la plume sans adresser quelques mots à leur traducteur, dont le travail sent un peu la précipitation ainsi qu'il en convient lui-même dans sa Préface. Au surplus, je n'ai pas dessein de lui chercher querelle sur ce point – l'aveu d'une faute est un demi-titre au pardon. Mais pourquoi donc a-t-il fait si impitoyablement jouer les ciseaux de sa traduction ? (...) s'imagine-t-il que Lady Morgan lui saura quelque gré des efforts qu'il a faits pour que son ouvrage ne passe en France pour un libellé diffamatoire, produit par l'aveuglement le plus déplorable de l'esprit de parti. Il connaît donc bien peu le coeur humain. Ignore-t-il qu'une ligne retranchée d'un livre est toujours aux yeux de son auteur, celle qui devrait en assurer le succès ? Je serai moins timoré, et je vais citer quelques uns des passages qu'il a supprimés, afin de donner à mes lecteurs une idée de la force de raisonnement et de la pureté de jugement qui les ont inspirés18.

15Il se livre ensuite à la traduction d'anecdotes sur la famille impériale que le "timoré traducteur" avait omises dans le but d'éveiller la risée. Mais il faut souligner que si le respect du texte que l'on traduit exige que l'on en conserve l'intégralité, l'engagement excessif du traducteur paraît également se heurter avec son devoir d'impartialité. Le traducteur se doit de faire taire ses propres convictions et de mettre sa plume au service de celles de l'auteur.

  • 19 Op. cit.
  • 20 John Scott, Visite à Paris en 1814 ou "Examen de la situation morale, politique, intellectuelle et (...)

16L'impartialité est précisément le maître mot de Londres et ses habitans19, ouvrage qui se veut la complète antithèse de Visite à Paris en 181420 de John Scott qu'il voue aux gémonies à plusieurs reprises :

  • 21 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Observations sur l'ouvrage intitulé la France de Lady Morgan, P (...)

Il faudrait traduire tout l'ouvrage de M. Scott et y ajouter des observations aussi longues que son livre, pour en relever toutes les inconséquences, toutes les inepties et tous les mensonges ; mais cette note n'est déjà que trop longue : la tâche d'ailleurs serait aussi fastidieuse qu'inutile et j'abandonne cet auteur au mépris qu'il doit inspirer à tout lecteur de bonne foi, anglais ou français21.

17Dans Six mois à Londres, le narrateur fictif livre avec une complaisance non dissimulée les critiques reçues par son premier ouvrage en Angleterre au détour d'une conversation avec M. C., un Français qui a été son cicerone lors de son arrivée en Angleterre :

Je ne tardai pas à rejoindre M. C
– Savez-vous, me dit-il en cheminant vers l'Opéra, que les journaux anglais ont rendu compte de vos Quinze jours à Londres ? J'ai lu ce qu'en ont dit le British Review et le Quarterly Review.
– Et ils m'ont sans doute joliment équipé ?
– Vous flattiez-vous qu'ils répondraient à vos épigrammes par des madrigaux ?

– Ils n'ont pourtant pas été trop injustes. Il ne vous pardonnent pas de ne pas aimer la tortue, de préférer le feu de bois à celui de charbon ; mais ils reconnaissent que vous avez écrit sans fiel et sans malignité, qu'en voulant venger votre pays des attaques des voyageurs anglais, vous n'avez employé que des armes légitimes. Enfin, "ils ne sont pas fâchés de voir que vous avez trouvé quelquefois des sujets d'éloges, en dépit de vos dents" dit le rédacteur du British Review.

  • 22 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Six mois à Londres, Paris : Eymery et Delaunay, 1817, p. 9.

– Eh bien, s'il lit le journal des six mois que je compte passer à Londres, son article est fait d'avance, je critiquerai et louerai, comme dans mon premier ouvrage, tout ce qui me paraîtra mériter la censure ou l'éloge22.

18Si l'on peut concéder à Defauconpret un souci constant d'impartialité et de faire montre d'une grande érudition dans la comparaison du système pénal en Angleterre et en France par exemple, on peut l'accuser de céder à une certaine facilité et de chercher à gagner le plus grand nombre de lecteurs en ne dédaignant pas certains clichés faciles ; reproche qu'il est pourtant prêt à adresser à ses rivaux dans ce genre. Ainsi dans le chapitre qu'il consacre à la langue française ne se trouve nulle réflexion sur la tâche ardue du traducteur, ou sur les traits caractéristiques de cette langue par rapport à l'anglais. Auguste Defauconpret se borne à citer une anecdote destinée à exprimer la pudeur excessive de la langue anglaise, à savoir l'emploi par euphémisme d'"estomac" pour désigner le ventre.

19Si sa contribution à faire connaître la culture anglaise en France ou son rôle d'ambassadeur de la culture française en Angleterre sont peu mis en exergue dans les biographies qui lui sont consacrées, le rôle primordial qu'il a joué pour révéler aux publics français les ouvrages anglais de l'époque – en particulier ceux de Walter Scott – n'est jamais minimisé.

20De plus, il faut souligner que ses traductions étaient le plus souvent contemporaines de la publication de l'ouvrage original. Ainsi dans l'avertissement au lecteur qui figure en tête de Waverley, Rob Roy et La Fiancée de Lammermoor, l'éditeur s'explique sur les raisons qui lui ont fait préférer la traduction de Defauconpret :

  • 23 Walter Scott, Waverley, Rob-Roy, La Fiancée de Lammermoor. Traduits de l'anglais par A. -J. B. Dufa (...)

Le texte reproduit ici est celui de la traduction de Defauconpret parue en 1830-1832. Le rôle qu'elle a joué en France pour le succès de Walter Scott est considérable. L'auteur lui-même la rendait presque officielle en envoyant à Defauconpret les épreuves de ses romans pour qu'il les traduise plus vite. Et pourtant ces traductions étaient dès cette époque unanimement critiquées : leur procès n'est plus à faire. Mais elles ont fait de Scott un auteur "français", elles ont fait les délices des lecteurs du dix-neuvième siècle. Aussi a-t-il semblé légitime de les reprendre et de les proposer pour un retour à Walter Scott et il est peut-être bon de le lire tel qu'il fut lu il y a cent cinquante ans23.

21Peu d'écrivains étrangers ont joui d'une aussi grande popularité en France et exercé une aussi profonde influence. La Restauration toute entière paraît vivre à l'heure de l'Ecosse. Rossini titre un opéra d'Ivanhoé à la représentation duquel Walter Scott assiste lors de sa visite à Paris en 1826, les peintres Delacroix et Delaroche s'en inspirent pour leurs tableaux. Delacroix réalise notamment une esquisse ayant pour titre Nuit de Noces de Lucie Ashton.

22Dans son étude intitulée "La fortune littéraire de Walter Scott en France", E. Legouis analyse avec minutie toutes les manifestations de l'engouement dont Walter Scott est l'objet :

  • 24 Emile Legouis, "La fortune littéraire de Walter Scott en France", Etudes anglaises, t. XXIV, n° 4, (...)

Plus significative que tout le reste est la vente des romans de Scott en France.
Pendant longtemps divers traducteurs se disputent l'honneur et le profit de les mettre en français. Peu à peu le traducteur Defauconpret et l'éditeur Gosselin arrivent, sans éteindre d'ailleurs toute concurrence, à concentrer les plus beaux bénéfices de l'entreprise. La Progression est stupéfiante. Dès 1825, Gosselin nous dit que Scott lui vaut depuis cinq ans vingt mille livres de rente. Avant 1836, il déclarera avoir écoulé 1 453 700 volumes de ses oeuvres24.

23Si Defauconpret est le traducteur attitré des romans historiques, c'est à son grand rival Amédée Pichot qu'échoit l'honneur de traduire Waverley et les oeuvres poétiques de Sir Walter Scott. Ivanhoé fait également l'objet d'une traduction d'Alexandre Dumas, qui éprouve une véritable révélation à la lecture de l'auteur écossais. Dans les journaux de Londres, nulle allusion n'est fait au sujet des relations privilégiés qui paraissent unir Sir Walter Scott à son traducteur. Defauconpret garde le silence sur cet aspect de son oeuvre.

24Cependant de multiples points communs existent entre Scott et Defauconpret et peuvent expliquer en partie leur étroite collaboration. En premier lieu, tous deux ont embrassé la carrière du droit avant de changer de voie. A l'âge de vingt ans, après des études de droit à l'Université d'Edimbourg, Scott fut reçu au nombre des avocats de cette ville, profession qu'il exerça jusqu'en 1798. Enfin, s'il est vrai que Walter Scott avait été l'un des rares grands romantiques anglais à manifester de l'hostilité envers la Révolution dont il condamnait les bouleversements, semblables convictions ne pouvaient que le rapprocher de Defauconpret qui avait tout sauf l'âme révolutionnaire. En dernier lieu, le succès croissant recueilli par les ouvrages traduits en France ne pouvait que militer en faveur du travail accompli par le traducteur. La réputation de Scott déjà solidement établie en 1817 après les Puritains d'Ecosse est encore magnifiée par la parution d'Ivanhoé en 1820. La publication de Quentin Durward en 1823, dont l'intrigue se déroule en France, ne fait que renforcer l'étendue de sa gloire.

25Cependant, à son retour en Angleterre, après son voyage triomphal en France en 1826, Scott paraît surpris de sa popularité :

  • 25 Cité par Emile Legouis, op. cit., p. 496.

Avant de quitter la belle France, dit-il, il convient que j'exprime ma gratitude pour l'accueil exceptionnellement aimable que j'y ai reçu de toutes parts. Ce serait affectation injustifiable de ne pas admettre que j'ai été content, très content, de voir qu'une sorte de littérature que je ne destinais qu'à mon pays avait reçu un accueil si étendu et si favorable dans un pays étranger où il y avait tant de choses a priori pour s'opposer à sa réussite25.

26Peut-être, témoigne-t-il de la reconnaissance au traducteur de ses oeuvres et le rend-t-il en partie responsable des tirages colossaux qu'atteignent ses oeuvres en France.

La tentation du plagiat

  • 26 Cité par Emile Legouis, op. cit., p. 494.

27Tous les éditeurs réclamaient du Walter Scott aux jeunes écrivains qui leur apportaient des manuscrits afin de complaire à la demande des lecteurs et un journal humoristique, intitulé L'Abeille, se livrait à des facéties sur ce thème26 :

Du Walter Scott ! du Walter Scott ! Hâtez-vous, Messieurs, et vous surtout, Mesdames ; c'est du merveilleux, c'est du nouveau, hâtez-vous ! La première édition est épuisée, la seconde est retenue d'avance, la troisième disparaît à peine sortie de la presse. Accourez, achetez, mauvais ou bon, qu'importe ! Sir Walter Scott y a mis son nom, cela suffit !

  • 27 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Wat-Tyler ou Dix jours de révolte, Paris : Gosselin, 1825.
  • 28 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Robert Fitzooth, surnommé Robin Hood ou le Proscrit, Paris : Go (...)

28Faut-il s'étonner que le traducteur des romans historiques de Walter Scott s'essaye lui-même à ce genre. De façon significative, ces ouvrages ne portent pas la mention de ses précédents ouvrages comme Quinze jours à Londres ou Six mois à Londres mais tous sont signés "Par le traducteur des romans de Walter Scott" afin sans doute de capter la bienveillance du lecteur. Si Wat-Tyler27 et Robert Fitzooth28, les deux principaux romans historiques de Defauconpret entretiennent des points communs avec l'univers romanesque de Sir Walter Scott, si les protagonistes éponymes (comme c'est le cas dans Rob-Roy par exemple) comme chez Scott ne font leur apparition que tardivement sur la scène, s'il recourt aux richesses de l'histoire pour tisser la trame de son récit et camper ses personnages, A. –J. B. Defauconpret n'a pas le talent de Walter Scott et ses romans ne sont que de pâles imitations des modèles qu'ils essaient de suivre. Ainsi dans Robert Fitzooth, l'auteur commence par une longue notice historique, destinée à présenter la période. La fusion harmonieuse entre le roman et l'histoire ne s'opère jamais. Les descriptions interminables, les lenteurs que certains critiques reprochent à Scott abondent. Les scènes de repas sont l'occasion pour Defauconpret de se livrer à une longue évocation des mets et des vaisselles dont les tables sont chargés et de rechercher l'étymologie de ces mots tombés en désuétude.

29Ainsi dans Robert Fitzooth où l'on nous décrit successivement la table des maîtres et celle des domestiques tout au long de deux chapitres. Une accusation plus grave paraît s'être portée sur ce dernier ouvrage puisque la publication a dû en être légèrement différée et le titre modifié suite à la parution de la traduction d'une oeuvre intitulé Robin Hood traduite en français par Madame Daring en 1826.

  • 29 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, L'Ermite de Londres, Paris : Pillet, 1821.
  • 30 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, L'Ermite en Ecosse, Paris : Pillet, 1826.
  • 31 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, L'Ermite en Irlande, Paris, 1826.

30Ce n'est pas le seul exemple où l'ombre du plagiat vient entacher la réputation de Defauconpret. Ainsi afin de déterminer avec certitude la paternité des oeuvres originales et des traductions de Defauconpret, son éditeur Gosselin a cru bon publier la liste complète de ses oeuvres où, parmi ses productions originales – et Michaud les attribue également en propre à Defauconpret – on voit figurer l'Ermite de Londres29, L'Ermite en Ecosse30, L'Ermite en Irlande31. Quérard pourtant élève des doutes quant à la paternité de ces oeuvres :

C'est d'après M. Defauconpret lui-même que nous citons ces Hermites comme productions originales : pourtant nous avons lieu de douter qu'ils soient dans cette catégorie. Comme les Français ne connaissent guère de la littérature anglaise que ce que les traducteurs veulent bien leur faire connaître, il est bien facile d'abuser de leur crédulité, en leur présentant des traductions comme des ouvrages originaux, et vice-versa c'est au bibliographe à signaler ces tromperies autant que faire se peut. Or, le Dictionary of the Living Authors of Great Britain fait mention d'un M. Thomas Skinner Surr, employé à la Cour d'Angleterre, neveu du dernier Alderman Surr. M. Surr est auteur de plusieurs ouvrages, trois à notre connaissance, ont été depuis longtemps traduits en France. C'est à ce "celebrated author" que les journaux attribuent :

  1. The Hermit in London

  2. The Hermit in the Country

  3. The Hermit Abroad

  4. The Wandering Hermit

  5. The Hermit in Edinburgh

  • 32 J.M. Quérard, op. cit., p. 419.

Voilà une circonstance qui permet de douter que les trois Hermites publiées à Paris soient d'origine française, d'autant plus qu'ils ont paru en anglais, presque toujours deux ans avant ceux de M. Defauconpret32.

  • 33 Walter Scott, Ivanhoé. Traduit de l'anglais par Alexandre Dumas, Paris : Michel Lévy, 1862.

31En fait, le catalogue de la Bibliothèque Nationale et celui du British Museum ne classent aucun des Ermites parmi les productions originales et en attribuent la paternité à Félix MacDonogh. Defauconpret ne serait responsable que de la traduction. Cette affaire permet de mesurer tout le pouvoir du traducteur qui peut s'approprier la couronne d'autrui aux yeux d'un public non averti mais également de soulever la question de la propriété littéraire. Le traducteur qui contribue à faire connaître un texte à un public différent, ne devrait-il pas partager les lauriers de la gloire avec l'auteur ? Alexandre Dumas est tout prêt à élever le traducteur au même statut que l'écrivain : "Un traducteur est presqu'un collaborateur, et un collaborateur est un demi-frère"·33

32L'aveu d'une telle reconnaissance aurait sans aucun doute fait les délices de Defauconpret, cet homme aux multiples facettes dont l'oeuvre est pétrie de contradictions. Comment peut-on réconcilier le talent du traducteur avec la médiocrité de l'écrivain ? La vibrante profession de foi qu'il livre au lecteur en faveur du respect absolu du texte pèse-t-elle lourd face à l'accusation du plagiat... ? Comment expliquer l'oubli dans lequel Defauconpret a sombré alors même que ses traductions jouissent toujours de la faveur des éditeurs ? Autant de questions qui reflètent la position par essence contradictoire du traducteur.

Notes

1 Valéry Larbaud, Sous l'invocation de saint Jérôme, Paris : Gallimard, 1946, pp. 48-49.

2 Selon les sources biographiques, on rencontre Defauconpret ou Defaucompret mais la graphie Defauconpret est celle qui apparaît le plus communément.

3 Walter Scott, Waverley, Rob-Roy, La Fiancée de Lammermoor traduits de l'anglais par A. -J. B. Defauconpret, Paris : Editions Robert Laffont, 1981.

4 Walter Scott, lvanhoé, traduit de l'anglais par A. -J. B. Defauconpret, Paris : Gallimard 1983.

5 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Londres et ses habitons ou Quinze jours à Londres. A la fin de 1815 et Six mois de 1815 en 1816 par M*** (i. e. A.J.B Dufauconpret), Paris : Eymery, 1817.

6 M*** (i. e.) A. -J. Β. Defauconpret, Quinze jours à Londres à la fin de 1815, Paris : Eymery, 1816.

7 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Six mois à Londres en 1816, suite de l'ouvrage ayant pour titre Quinze jours à Londres à la fin de 1815, Paris : Eymery et Delaunay, 1817.

8 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Une année de séjour à Londres, Paris : Gide fils, 1819.

9 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Londres en 1819, 1820, 1821, 1822, 1823 et 1824 ou Recueil de lettres sur la politique, la littérature et les moeurs dans le cours de ces années par l'auteur d'Une année à Londres, Paris : Gide fils, 1822,1825.

10 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Six mois à Londres en 1816, op. cit., p. 5.

11 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Anecdotes sur la Cour et l'intérieur de Napoléon Bonaparte ("communiquées en partie par Mme Veuve Durand, première femme de l'Impératrice Marie-Louise"), Paris et Londres : Colburn, 1818.

12 J.M. Quérard, La France Littéraire ou Dictionnaire des Savants, historiens et gens de lettres de la France ainsi que des littérateurs étrangers, qui ont écrit en français, plus particulièrement pendant les XVIIIe et XIXe siècles, Paris : Firmin Didot père et fils, 1828, pp. 419-420.

13 Michaud, La Nouvelle Biographie Générale, Paris, Firmin Didot, 1855, p. 349.

14 Michaud, p. 350.

15 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Quinze jours à Londres à la fin de 1815, Paris : Eymery et Delaunay, 1817, p. 4.

16 Observations sur l'ouvrage intitulé "La France" par Lady Morgan, par l'auteur de Quinze jours et Six mois à Londres, Paris : H. Nicolle, 1817 (autre ouvrage qui ne figure pas sur la liste de ses oeuvres).

17 Ibid., p. 66.

18 Ibid., pp. 113-114.

19 Op. cit.

20 John Scott, Visite à Paris en 1814 ou "Examen de la situation morale, politique, intellectuelle et sociale de la capitale de la France par l'éditeur du Champion, journal hebdomadaire, politique et littéraire".

21 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Observations sur l'ouvrage intitulé la France de Lady Morgan, Paris : H. Nicolle, 1817, p. 15.

22 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Six mois à Londres, Paris : Eymery et Delaunay, 1817, p. 9.

23 Walter Scott, Waverley, Rob-Roy, La Fiancée de Lammermoor. Traduits de l'anglais par A. -J. B. Dufauconpret, Paris : Editions Robert Lafont, 1981.

24 Emile Legouis, "La fortune littéraire de Walter Scott en France", Etudes anglaises, t. XXIV, n° 4, 1971, p. 494.

25 Cité par Emile Legouis, op. cit., p. 496.

26 Cité par Emile Legouis, op. cit., p. 494.

27 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Wat-Tyler ou Dix jours de révolte, Paris : Gosselin, 1825.

28 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, Robert Fitzooth, surnommé Robin Hood ou le Proscrit, Paris : Gosselin, 1828.

29 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, L'Ermite de Londres, Paris : Pillet, 1821.

30 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, L'Ermite en Ecosse, Paris : Pillet, 1826.

31 Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, L'Ermite en Irlande, Paris, 1826.

32 J.M. Quérard, op. cit., p. 419.

33 Walter Scott, Ivanhoé. Traduit de l'anglais par Alexandre Dumas, Paris : Michel Lévy, 1862.

Auteur

Inscrite en DEA à l'Université de Bourgogne. Elle enseigne actuellement au collège Debussy à Margny-les-Compiègne. Son travail sur Defauconpret porte essentiellement sur ses traductions des romans de Walter Scott.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter