Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traductions, passages : le domaine anglais

 | 
Stephen Romer

Correspondances et In-traductions : Pound et Paris

Jean-Michel Rabaté

Texte intégral

1Presque tous les grands poètes américains de ce siècle ont commencé à écrire les yeux tournés vers la France : T.S. Eliot expliquait en 1945 que la notion même de poésie se confondait pour lui avec une certaine idée de la France ; Wallace Stevens, qui ne vint jamais en France, disait vers la fin de sa vie que s'il réalisait son rêve d'adolescent en visitant Paris, la première personne qu'il rencontrerait serait luimême, tant il s'y était promené en imagination ; et Pound, enfin, qui plaçait au sommet des vertus nécessaires à l'artiste complet une intelligence critique "à la française", et qui, plus que Stevens ou qu'Eliot, était familier des milieux littéraires et artistiques parisiens, avait depuis toujours caressé l'idée de faire de Paris la capitale de la nouvelle renaissance pour laquelle il avait milité sans relâche à Londres.

  • 1 Selected Letters, p. 190.

2Alors qu'il vient de s'installer définitivement à Rapallo en novembre 1924, Pound résume en ces mots son séjour parisien dans une lettre à Wyndham Lewis : "Ai rajeuni de 15 ans en allant à Paris mais me suis redonné dix années de vie en quittant ledit milieu, un peu aride, mais nécessaire, etc."1. La cure de jouvence voulue et recherchée ne pouvait s'accomplir que dans un pays qui semblait, pour un observateur aussi prêt à prendre ses désirs pour des réalités, relier le renouveau politique à la vigueur artistique. Car si les déplacements successifs de ce perpétuel exilé, de cet Américain amoureux de l'Europe mais en quête de la formule et du lieu, de Londres à Paris, puis de Paris en Italie, obéissant à une logique privée, il s'est pourtant efforcé de donner à cette logique un sens aussi public et collectif que possible. Et, tandis que la rupture avec Londres, qui donne tout son sens aux ironies complexes de la séquence poétique de Hugh Selwyn Mauberley (1920), est marquée par une condamnation sans appel de la vie intellectuelle anglaise, il semble au contraire que la décision de quitter Paris se soit faite peu à peu, à la suite d'un désenchantement graduel. Selon Pound, Paris, capitale des "Jeunes loups féroces" vers 1920 va déchoir et redevenir un simple salon où trônent Gide, Proust et Valéry, où la Nouvelle Revue Française incarne un goût domestiqué, un petit "milieu" insulaire d'où la vie réelle s'est enfuie. Quant aux Surréalistes, ils tentent bien de secouer tout ce monde, mais manquent autant de compétence poétique que de culture littéraire. Seule voie de secours : l'appel d'air du renouveau italien, l'exemple un peu compromettant de ces "nouveaux romantiques" de l'époque que sont d'Annunzio et les futuristes reconvertis dans le fascisme...

3Si le passage de Londres à Paris s'est effectué selon la logique de la recherche d'une véritable capitale des arts, en revanche, le départ de Paris pour Rapallo a été la conséquence d'un repli "provincial" qui visait à donner toutes ses chances à l'oeuvre en gestation. Paris devait réussir là où Londres avait échoué, en dépit des promesses indiscutables des divers mouvements modernistes, post-impressionnistes, imagistes, vorticistes et autres qui avaient bousculé les placides littérateurs géorgiens. Or le bouillon de culture et le brassage d'idées parisien était tel que personne ne trouvait Pound indispensable, alors qu'à Londres il avait rapidement occupé le devant de la scène. Et lorsque ses deux "poulains" privilégiés, Joyce et Eliot, publient presque en même temps (et en grande partie, grâce à lui) Ulysse et La Terre Vaine, Pound est brutalement rappelé à l'urgence de mener à bien le projet grandiose de ses propre Cantos.

4Dans la traversée océanique des langues et des idiomes proposée par les Cantos, Pound ne s'occupe plus des distinctions génériques entre prose et poésie : il compose un vaste "journal de bord", le carnet intime d'une exploration du monde, des us et coutumes de tous ceux qui ont compté pour une paideuma européenne ; les Cantos renoncent rapidement à échafauder la nouvelle "grande forme" qui allierait la force rythmique des citations entrecroisées d'Eliot et la nouvelle encyclopédie mise en farce que Joyce concocte à la suite de Bouvard et Pécuchet. Et d'ailleurs de nombreux Cantos, surtout ceux de Pise, enregistreront les traces de ces années-charnières entre Londres et Paris, les souvenirs de toutes les rencontres parisiennes.

5Pound avait déjà publié quelques Cantos, quand en mars 1920, les deux nouveaux propriétaires du magazine américain The Dial, Scofield Thayer et James Sibley Watson, lui proposent le poste de correspondant européen à Paris. Ces deux hommes riches et cultivés avaient repris en 1919 une vénérable revue d'opinion, avaient décidé de la rénover, d'éliminer les articles de fond consacrés à la politique, et de créer une revue capable d'accueillir toutes les tendances modernes des arts et de la littérature. Pound prit très au sérieux son rôle de correspondant étranger, proposa immédiatement à Thayer et Watson quelques Cantos, son essai sur Fenollosa et le caractère chinois, traduisit pour le Dial des inédits de Gourmont publiés dans neuf numéros consécutifs. La liste des auteurs dont il offre des contributions est très révélatrice : Julien Benda, Marcel Proust, Benedetto Croce, Miguel Unamuno, W. B. Yeats, Paul Valery, Ford Madox Ford, T.S. Eliot, James Joyce, Wyndham Lewis, Louis Aragon et quelques autres. Le Dial publia surtout bon nombre de ses essais et poèmes, mais son apport le plus remarquable à la littérature moderne fut le prix, décerné à l'instigation de Pound, qui couronna en 1922 La Terre Vaine de T.S. Eliot. Cependant la collaboration de Pound prit fin en mai 1923, et il fut remplacé par Paul Morand comme correspondant étranger du Dial ·, sans doute le trouvait-on trop violent et chaotique pour une revue qui s'efforçait de rester dans le bon ton. "Le Dial m'a viré. Il n'y aura donc plus de 'Lettres de Paris'. (...) Le lecteur de The Dial, biologiquement parlant, le 'lecteur-Dial', se réjouira probablement de me voir éliminé. Je ne sais pas où je vais aller maintenant. A ce qu'il me semble, ma communication avec l'Amérique est coupée", se lamente-t-il dans une lettre du 12 mai 1923, qui préfigure l'incompréhension de vingt ans plus tard, quand on l'accusera d'avoir trahi son pays alors qu'il pensait défendre l'utopie d'une nouvelle fondation italo-américaine.

6L'amertume de Pound, qui se sait et se dit "invendable" pour le lecteur américain moyen, l'amène à radicaliser ses positions ; or ce n'est pas pour aller dans le sens de l'avant-garde parisienne qu'il semble ignorer de plus en plus, mais dans le sens d'un radicalisme économique d'abord (le problème de la "communication" et des "lettres", à entendre dans tous les sens, supposant une analyse de l'économie des échanges de toutes sortes) puis politique. En 1923, Pound ne se sait pas encore d'extrême-droite, et jusque dans Jefferson and I or Mussolini (publié avec difficulté en 1935 seulement), il prend Lénine et Mussolini comme modèles, mais Hitler comme repoussoir. Et les premières "Lettres" écrites pour le Dial citent plutôt les Dadaïstes, tandis que les dernières évoquent à la suite d'Annunzio et Pierre Hamp. C'est donc sur fond de cette querelle naissante avec son propre pays, avec une nation qui ne le comprend plus, et dont l'aveuglement l'enrage littéralement, qu'il faut interpréter les rapports parfois déroutants de Pound avec l'avant-garde.

7En effet, la première "Lettre de Paris" mentionne en des termes extrêmement vagues les activités des Dadaïstes, d'abord à Zurich puis à Paris, ce qui pourrait laisser croire que Pound était resté étranger à ce mouvement. Or il n'en était rien. Pound avait notamment publié une courte note dans le numéro sept du magazine de Tzara, Dadaphone, qui, de Londres, signalait le déplacement du centre de gravité de Zurich à Paris : "Dada : Bulletin 5 feb. Ils ont échappé. They have got to Paris. La bombe ! ! La Zut-excelsior ! !". Certes, dès le départ, Pound est plus proche de Picabia que de Breton, et il publie en français la première version du passage sur l'"éternel féminin" du Canto 29 dans Le Pilhaou-Thibaou de juillet 1921 (numéro spécial de 391 de Picabia). Dans le numéro de septembre 1920 de Littérature, contemporain de la première "Lettre de Paris", Pound figure encore comme le correspondant anglais de Dada, et cite une série de noms d'artistes et d'écrivains qui ont "essayé de détruire la bêtise dans le brumeux séjour britannique" (en français). Il cite pêlemêle Thomas Hardy, Hudson, Henry James, W.B. Yeats, Ford Madox Ford, James Joyce, Wyndham Lewis, Gaudier-Brzeska et T.S. Eliot.

8Ces noms suffisent d'ailleurs à résumer l'activité de Pound à Londres depuis 1908, depuis l'époque où il fait le lien entre le salon de Yeats, où l'on cause théosophie, mythologie irlandaise et renouveau celtique, et celui de Ford, où l'on cherche du côté de Flaubert le modèle d'une prose exacte, jusqu'au lancement des deux mouvements phares du modernisme anglo-saxon, l'Imagisme et le Vorticisme, mais ils indiquent aussi les racines d'un décalage par rapport à l'iconoclasme des dadaïstes. Sans entrer dans la genèse complexe d'une histoire culturelle sur laquelle nous disposons d'une abondante documentation, il faut signaler que la première école lancée par Pound, si elle fait moins de bruit que les Futuristes venus promouvoir leur mouvement à Londres en 1912, se donne justement une tonalité francophile, par réaction peut-être contre le bouillant Marinetti, en laissant le nom de l'école en français : Des Imagistes est le titre du recueil qui en 1914 récapitule les efforts de Pound, Hulme, H.D., Flint, Aldington, qui tous se nommaient euxmêmes imagistes (le français donnait au terme ses italiques de noblesse). Dans plusieurs textes, Pound laisse entendre que le mouvement qui l'a inspiré dans cette entreprise est celui des Unanimistes français, qu'il rencontre en 1913 à Paris. La même année, il publie dans Poetry des compte-rendus de Présences de Pierre-Jean Jouve, et de Odes et Prières de Jules Romains. Et ce n'est pas un hasard si le premier poème imagiste anglais, le célèbre hokku de Pound ("L'apparition de ces visages dans la foule : / Pétales sur un rameau humide, noir") évoque, par son titre, Paris : "In a station of the Metro" ("Dans une station du Métro").

  • 2 Literary Essays, p. 358.

9De même que Stevens a porté toute sa vie une station de métro purement imaginaire en son coeur, Pound a animé les cercles londoniens pendant ces années de l'avant-guère en arborant un semblable rameau, non pas d'or mais humide et noir et bien parisien. Une des raisons de son insatisfaction ultérieure sera justement que les deux lumières qui brillaient pour lui du côté français s'étaient éteintes, à peu près en même temps. Pound avait fait de Gaudier-Brzeska son modèle d'artiste intransigeant et le pendant de Wyndham Lewis, et ensemble ils avaient composé les deux numéros de Blast, un manifeste vorticiste bien en avance sur son temps, et qui allait aussi loin dans l'outrage que Londres pouvait le supporter. La mort de Henri Gaudier-Brzeska en juin 1915 fut un des coups les plus durs que la guerre pouvait porter au mouvement tel que Pound le projettait, plus sans aucun doute que la mort du philosophe Hulme, tué en 1917. Pour Pound, cette perte se redouble quelques mois plus tard, lorsque la mort de Rémy de Gourmont en septembre 1915 met fin à ses espoirs de constituer un magazine franco-anglo-américain sous son patronage. Et l'essai que Pound consacre à de Gourmont en 1920 s'achève sur la remarque que la dernière lettre qu'il avait reçue de l'écrivain français concernait la sculpture de Gaudier-Brzeska2.

10C'est que Gaudier et de Gourmont, qui n'avaient presque rien en commun, incarnaient pour Pound le "parti de l'intelligence", qu'il n'entendait certes pas au sens purement intellectuel, mais dans le sens d'une ancienne tradition latine et provençale, qui avait trouvé chez Dante et surtout Cavalcanti ses lettres de noblesse. Telle était pour Pound la véritable "tradition", qui n'avait rien de livresque mais devait être vécue de l'intérieur, reliée à l'instinct sexuel, éclairée par le geste masculin du sculpteur qui taille à même le marbre, ou observée dans toutes les manifestations du règne animal. Toutes ces intuitions se retrouvent dans la Physique de l'Amour de Rémy de Gourmont que Pound traduit sous le titre de Natural Philosophy of Love en 1922.

11Voilà ce qu'il s'attendait à trouver en France en 1920, voilà pourquoi il loue l'"intelligence" des dadaïstes. Les "Lettres de Paris" écrites pour le Dial sont donc très différentes de multiples échos journalistiques du milieu littéraire parisien de l'immédiat après-guerre que l'on trouvait dans les revues anglaises et américaines, et qui ont amené à Paris le flot continu des "pélerins" venus d'outre-Atlantique pour rencontrer l'art moderne et mener la vie de bohème de Montparnasse ou de l'"Odeonia" de Sylvia Beach et d'Adrienne Monnier. Pound a certes toujours été assez informé, il a suivi de près toutes les manifestations artistiques et assisté à beaucoup de réunions, mais n'a jamais considéré, comme Hemingway, que Paris était une "grande fête".

12Pound, qui venait déjà fréquemment à Paris au cours des années de la guerre pour ensuite présenter la poésie française aux anglo-saxons dans des articles précis et informés, n'avait pas le sentiment de découvrir tout un monde baroque et exotique. Il n'aimait pas les beuveries des "pélerins" qui s'extasiaient sur l'alcool bon marché autant que sur les extravagances de l'avant-garde. Pound se voulait un artiste sérieux, qui se constitue sa propre tradition poétique par la pratique de la traduction sélective. Ainsi, dès février 1918, Pound présente les poètes français contemporains aux lecteurs de The Little Review et traduit et commente Laforgue, Corbière, Rimbaud, de Gourmont, Régnier, Verhaeren, Viélé-Griffin, Moréas, Stuart Merrill, Tailhade, Jammes, Spire, Vildrac et Jules Romains, dans un essai de soixante pages. Mais le journalisme littéraire touche vite ses limites, car Pound est en quête de quelques noms centraux. Peu à peu, la liste se restreindra, au point que seuls Villon et Rimbaud seront encore cités comme modèles. Et lorsque Pound termine, avec l'aide du compositeur américain Antheil, son opéra tiré du "Testament" de Villon, ce qui marque la fin de sa période parisienne, il ajoute dans une lettre adressée à Yeats que cet opéra devrait être célébré par les Français comme une "fête nationale", puisque Villon était le seul équivalent gaulois d'Homère...

13Pound se révèle avant tout un homme des lumières à la recherche de valeurs autant morales ou politiques que littéraires, et l'impatience le dispute parfois à l'amusement lorsqu'il contemple les coteries et les cénacles. On perçoit ainsi dans ses écrits parisiens l'urgence d'un bouleversement radical que ne peut apaiser le surréalisme naissant. Et pourtant, il accomplit exactement comme André Breton le saut du symbolisme vers l'avant-garde et l'expérimentation. Ce sera en termes très durs qu'il condamnera ensuite les Surréalistes ; dans un texte de 1935, "The Coward Surrealists Castigated by Ezra Pound", il "corrige" sévèrement les "lâchetés en retard" des surréalistes et déclare : "il est peut-être déplacé de reprocher aux surréalistes d'ignorer le contexte dans lequel ils sont nés. Une génération en toc les avait précédés. Quinze ans plus tard, leur persévérance dans l'ignorance des prédécesseurs est moins à leur crédit. Le douzième siècle possédait une abondance de surréalisme. (...) Le PREMIER ARP se trouve à Bergame, peint par Cosimo Tura. (...) Si le tout est de DETRUIRE les préjugés irrationnels (ou rationnels, si l'on veut) bourgeois, la simple utilisation de MOTS avec un sens clair et univoque fera exploser toutes les London Schools of Economies..." Ce texte, dans sa virulence un peu hystérique, est typique de l'agressivité "italienne" de Pound.

14Typique, également, ce saut vers la peinture ou les arts autres que la littérature. Dans ces mêmes années, Pound se disait satisfait d'être "sorti du maelstrom de la Londres littéraire et du Paris artistique, avec des loisirs pour m'occuper de mon travail." Londres signifie pour lui des sociétés de gens de lettres à la dignité encore victorienne, même lorsqu'ils la contestent, comme Shaw, ou lorsqu'ils l'adoptent comme un déguisement suprême, comme pour Eliot. Paris reste le laboratoire des artistes, et évoque les noms de Picasso, et surtout de Picabia, Léger et Brancusi, avec qui Pound était intime. Quant aux purs littérateurs, ils devaient être, comme lui, de brillants et d'infatigables causeurs — Pound soutenait que la civilisation se maintenait uniquement par la conversation des meilleurs esprits — ce qui explique la fascination de Pound pour Aragon, Cendrars ou Cocteau. En revanche, ce qui ressort pour lui du travail des surréalistes, ce sont les photographies de Man Ray, qui continue les expérimentations de Coburn à Londres, ou l'intérêt de Fernand Léger et Blaise Cendrars pour le cinéma d'Abel Gance. Et de manière symptomatique, à une époque où Joyce se présente volontiers comme un "poète" qui déclame Verlaine dans les bars louches, Pound, lui, joue au "compositeur" : une des derniers signes positifs de l'hospitalité parisienne à son égard fut la complaisance d'un commissaire de police qui ne tint aucun compte des plaintes de ses voisins devant son vacarme musical, parce qu'il avait affaire à un artiste : "After some discussing M. le Commissaire wrote : Monsieur (Pound) répond qu'il est compositeur de musique et qu'il est nécessaire qu'il fasse du bruit." (Selected Letters, p. 187). Et le poète de retourner à son opéra...

15Pourtant, Pound a fait moins de bruit dans Paris que l'on pourrait le croire. C'est qu'il n'a pas été tant dépassé par des mouvements plus radicaux que désabusé : il croyait avoir touché au but, s'identifiant au promeneur littéraire de Gourmont. Il avait voyagé, poète polumetis qui avait "vu les cités de beaucoup d'hommes...", voilà qu'il abordait à Lutèce, qu'il visitait l'île de Paris pour découvrir que ce n'était finalement pas son Ithaque. Il n'était pas fait pour rester un promeneur parisien, un flâneur des rues et des cercles, même si les bouquinistes des quais de Seine pouvaient lui apporter l'heureuse surprise d'une traduction homérique de 1538, "Andreas Divus in officina Wecheli", lui fournissant en prime la remarquable entrée en matière des Cantos.

16Comme Ulysse, Pound reste un voyageur, un explorateur, un découvreur de talents et de dynasties oubliées, à la foulée longue et souple, à la démarche féline, toujours prêt à bondir. Son immense générosité et sa vitalité brouillonne l'ont amené à rechercher de plus en plus énergiquement la capitale idéale d'une nouvelle civilisation qui permette enfin l'éclosion de tous les arts. Il a fallu toute l'ironie amère de l'Histoire, ces défaites qui furent des victoires sur lui-même, pour qu'il finisse par reconnaître que cette civilisation ne trouverait jamais d'autre lieu que textuel. Les capitales réelles, il les a magnanimement laissées à ses dauphins, dont la reconnaissance officielle devait tant à ses efforts d'impresario du modernisme, et qui avaient surpassé il miglior fabbro au moins par l'étendue de leur réussite : Londres, où régnait Eliot depuis les bureaux de Faber, avec le Criterion comme organe de la conscience européenne. Paris, où Joyce trônait en nouveau pape de l'avant-garde, grand-maître invisible auprès de qui se pressaient les apôtres de transition. Pound, de Rapallo à Rome, de Venise à Pise, devint le témoin tragique de la catastrophe de l'Europe, le survivant de sa propre mémoire, découvrant enfin sur le tard qu'il ne pourrait reconstruire "la cité de Diocé dont les terrasses ont l'éclat des étoiles" que si leurs constellations habitaient le Poème qu'il était lui-même devenu.

Bibliographie

Note bibliographique

Esprit des littératures romanes, tr. Pierre Allen, Paris : 10/18 UGC, 1966

Comment lire, tr. Victor Llona, Paris : L'Herne, 1966.

ABC de la lecture, tr. Denis Roche, Paris : Gallimard, Idées, 1967.

Le Travail et l'usure, tr. Patrick de Nivard, Lausanne : L'Age d'Homme 1968.

Le Caractère écrit chinois, matériau poétique, tr. Ghislain Sartoris Paris : L'Herne, 1972.

Au coeur du travail poétique (essais critiques), tr. François Sauzey, Paris : L'Herne, 1980.

Les Ur-Cantos, tr. Philippe Mikriammos, Royaumont, 1985.

Poèmes, suivi de Hommage à Sextus Propertius, tr. M. Pinson, G. Sartoris et A. Suied, Paris : Gallimard, 1985.

Les Cantos, tr. J. Darras, Y. di Manno, P. Mikriammos, D. Roche, F. Sauzey, Paris : Flammarion, 1986.

Lettres de Paris, tr. par M. Milési, J. M. Rabaté et F. Dominique, Dijon : Ulysse fin de siècle, 1988.

Je rassemble les membres d'Osiris, Tristram, Larroque/Castin, 1989. Essais rassemblés par J.M. Rabaté, traduits par J.P. Auxeméry, C. Minière, M. Tunstill et J.M. Rabaté.

Essai sur Gaudier-Brzeska et le vorticisme (avec une exposition Gaudier-Brzeska), Tristram, 1992.

Notes

1 Selected Letters, p. 190.

2 Literary Essays, p. 358.

Auteur

Professeur à l'Université de Bourgogne ; il est actuellement Professeur invité à l'Université de Pennsylvanie. Grand spécialiste du Modernisme, il a écrit notamment sur Joyce et Pound. Parmi ses ouvrages, citons Portrait de l'auteur en autre lecteur, Cistre, 1984 ; La Beauté amère, Champ Vallon, 1986 ; et en anglais, Language, Ideology and Sexuality in Pound's Cantos, Macmillan, 1986 et Joyce upon the Void, Macmillan, 1991. A noter aussi, son livre sur l'écrivain autrichien Thomas Bernhard, Marval, 1991. Il est co-directeur des éditions Ulysse/Fin de siècle.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter