Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traductions, passages : le domaine anglais

 | 
Stephen Romer

Hopkins : Introductions, traductions, reflets (1889-1989)

René Gallet

Texte intégral

  • 1 La présente étude utilise en partie un matériau déjà publié dans la Monographie n1 de l'Internation (...)

1Une note du Journal de J. Green est révélatrice de l'entrée assez tardive de l'oeuvre hopkinsienne dans la conscience littéraire française1. Un connaisseur de la littérature anglaise comme A. Gide, par ailleurs traducteur de Hamlet, est surpris, au cours d'une conversation sur Rilke en 1946, d'entendre prononcer le nom de Hopkins (J. Green, Oeuvres complètes (Pléiade, vol. IV, 1975, p. 913). Il convient d'ajouter que la chose n'avait pas été très facile en Angleterre non plus, où sa poésie ne devient largement connue qu'après la deuxième édition (1930), la première datant de 1918, près de trente ans après la mort du poète. Parmi les raisons de cet état de choses, la plus évidente tient à la nature d'une oeuvre rétive à la traduction et parfois même au déchiffrement. Quant à son audace prosodique, après avoir été longtemps un obstacle, elle devenait en contexte moderniste, au risque de méprises et d'oublis, étonnamment séduisante malgré un engagement religieux embarrassant. A l'inverse, celui-ci a dû faciliter sa découverte par d'autres lecteurs, dans le renouveau intellectuel et littéraire du catholicisme français de l'époque.

2Il n'est pas impossible, toutefois, que Hopkins ait été connu de quelques-uns en France dès avant sa mort. A l'université de Dublin, il avait pour collègue et ami un jésuite français, le P. Jacques Mallac, auquel il se réfère dans plusieurs de ses lettres. Celui-ci a peut-être, ou probablement, à son tour évoqué le nom du poète à des correspondants français (ou allemands – la famille von Stolberg de Brauna en Saxe). Le P. Mallac est revenu en 1890 à Paris, au collège du 391, rue de Vaugirard, avant de mourir peu après. Malheureusement ses lettres et papiers restent introuvables, s'ils n'ont pas été détruits.

3Si l'on en croit T. Dunne, dans sa précieuse bibliographie, les références à Hopkins remontent néanmoins assez loin dans le temps. La mention qui en est faite par F. Delattre (De Byron à F. Thompson, Paris, 1913) serait même la première du genre à l'étranger et précède la publication des poèmes en volume (quelques-uns étaient déjà parus dans des revues). Elle n'équivaut pas, tant s'en faut, à une reconnaissance :

C'est cette même intensité de vie religieuse, cette même hantise du divin que l'on retrouve dans l'oeuvre poétique d'Aubrey de Vere et de Gerard Hopkins, de Lionel Johnson et de John Banister Tabb ; ou pour prendre des exemples parmi les romanciers eux-mêmes, dans le Johnson Inglesant de Shorthouse, ou même dans le Helbeck of Bannisdale de la positiviste Mrs. Humphry Ward. (p. 189)

4Si cette impression se modifie quelque peu avec le compte rendu donné de The Poet's Chantry dans la Revue germanique (janv. –fév. 1914, p. 92-3), le fait est surtout dû à l'auteur du livre, K. Brégy, qui place Hopkins aux côtés de contemporains comme C. Patmore, A. de Vere, F. Thompson, mais aussi de prédécesseurs tels que Crashaw ou Southwell.

5Quant à la mention que fait de Hopkins A. de la Gorce dans son Francis Thompson et les poètes catholiques d'Angleterre (Paris, 1932, p. 216), celle-ci se borne à le mettre en cause à propos de la destruction de Sponsa Dei. Dans tous ces cas il disparaît donc plus ou moins dans l'ombre de poètes connus.

6Le ton et la démarche changent radicalement après la parution de la seconde édition des poèmes, comme en témoigne le compte rendu enthousiaste d'A. Koszul, en dépit de quelques réserves reprises de Bridges :

C'est ici l'un des plus extraordinaires trésors poétiques qui aient été jamais découverts après un long enfouissement [...] on ne peut plus écrire l'histoire comme si cette planète obscure, dont l'éclat nous parvient aujourd'hui, n'avait pas traversé son ciel. (Revue anglo-américaine, juin 1932, p. 451)

7Ce sentiment se refroidit considérablement chez un autre angliciste éminent, L. Cazamian, dans un compte rendu ultérieur des lettres à Bridges et de la correspondance avec R. W. Dixon :

  • 2 L'histoire de la littérature anglaise, Paris, 1924, du même auteur, associé à E. Legouis, ne cite p (...)

De ce bel ouvrage date enfin notre connaissance véritable d'un écrivain qui doit prendre place parmi les plus intéressants des poètes, du troisième ordre, et qu'il est bien inconsidéré, comme on le fait parfois, de vouloir élever au premier.(Revue angloaméricaine, avril 1936, p. 350)2

8Faisant écho à A. Koszul et aux critiques anglais, F.R. Leavis en particulier, paraît en 1933, sous la plume de H. Fluchère, le premier article en français consacré à Hopkins (Le foyer universitaire, avril-mai 1933, p. 14-8). Malgré la disparité entre la revue officielle des anglicistes et cette publication marseillaise tout à fait locale, la reconnaissance du jésuite comme grand poète est posée d'emblée :

Mais voici les trois poètes majeurs. Deux sont de notre âge, et leur oeuvre est loin d'être achevée, comme leur influence d'être morte : Eliot et Pound. Le troisième, Hopkins, écrit en pleine ère victorienne.(p. 14)

9Il est maintenant considéré comme un virtuose moderniste, mais aussi, selon une analogie qui sera souvent reprise par la suite, une sorte de frère en révolte de Rimbaud. Pour la première fois également, le lecteur pouvait prendre contact avec deux de ses sonnets (en anglais), et non des moindres : "Spelt from Sibyl's Leaves" et "Hurrahing in Harvest".

10A cette introduction locale, mais enthousiaste, succède un long silence chez les anglicistes de métier. Et, si la poésie de Hopkins se trouve finalement proposée à un public assez divers dans les années trente, c'est aux articles et traductions partielles de quelques fervents qu'elle le doit.

  • 3 Par exemple, l'anecdote de Stonyhurst :
    Voyez ce jeune home, disait un vieux père au jardinier de Sa (...)

11Le P. A. Brémond publie ainsi en octobre 1934, dans les Etudes, le premier texte susceptible de toucher de nombreux lecteurs, il est vrai surtout catholiques. Il s'agit d'une présentation comportant des indications biographiques3 des traductions nombreuses et représentatives, ainsi que des réflexions sur l'art et l'esprit du poète, en particulier le thème d'une alliance de la réflexion et de la spontanéité créatrice :

L'on sait, depuis Platon, que les deux, génie poétique et intelligence, ne vont pas toujours ensemble. Hopkins ne sépare pas l'intelligence de l'art [...]. Son art sera pensé, et peut-être une des causes de son obscurité est qu'il veut tout exprimer parfaitement.(p. 24-5)

12Ces quelque vingt pages sont intéressantes par leur pertinence (on est ici loin de l'analogie rimbaldienne), mais aussi par le fait qu'elles révèlent un accès direct à l'oeuvre et aux sources biographiques.

13En plus d'une contribution à New Verse (avril 1935, p. 5-12), l'auteur fait encore mention du poète dans sa suite d'articles "La querelle des humanités", où il cite et Commente brièvement deux strophes de "(On a piece of Music)" (Etudes, nov. 1936, p. 307), dont on peut supposer qu'il avait eu connaissance par la revue des jésuites anglais (The Month, fév. de la même année). Cette suite d'articles sera éditée ensuite séparément, sous le même titre, au Puy (où le P. Brémond était alors professeur de philosophie – sans date [1943 ?]).

14En février 1940, il donne, toujours dans les Etudes, un long compte rendu (p. 310-7) de l'édition de 1938 des Further Letters, et commente en particulier la distinction qu'établit Hopkins entre trois types de poésie. On peut néanmoins se demander si, dans son insistance sur la valeur spirituelle de la poésie (p. 316), il n'est pas plus sensible à la théorie de Patmore, avec son idée d'une "sainteté de la poésie" (p. 316 – souligné par l'auteur). Ces pages seront reprises, avec l'étude de 1934, sous le titre Le charme et la raison (Le Puy 1945, p. 49-86, 95-105).

15En 1940, un autre critique, E. Roditi, témoigne de son intérêt pour Hopkins dans un article du numéro d'avril des Cahiers du sud. Il s'agit, là encore, d'une présentation, à vrai dire par moments peu convaincante ("Il en résulte un curieux syncrétisme où l'idéalisme dynamique de Schopenhauer se confond avec le réalisme de Duns Scot", p. 230), mais complétée par la traduction de quelques strophes de The Wreck of the Deutschland.

16L'apport de G. Cattaui est constitué notamment par un article de présentation dans la revue suisse Nova et Vetera (oct. –déc. 1943, p. 356-74) et quelques pages (en allemand) à l'occasion du centenaire de la naissance du poète (Schweizer Rundschau, sept. 1944, p. 370-6). Mais les développements les plus longs et les plus intéressants se trouvent dans Trois poètes : Hopkins, Yeats, Eliot (Paris, 1947), où l'on voit que le jésuite victorien figure en bonne compagnie. Certaines indications biographiques ne sont pas dénuées d'intérêt. La première ne porte que sur un détail, mais mérite d'être confrontée avec les préférences avouées ailleurs (Further Letters, p. 21) :

Un de ses anciens élèves à Mount St. Mary, M. Francis Benett, m'a confié que le Père Hopkins aimait à lire en classe Lewis Carroll, l'auteur des "Aventures d'Alice au Pays des Merveilles".(p. 155)

17G. Cattaui rapporte également des réflexions d'un collègue du poète en Irlande, le P. Brown, confirmant ce que nous savons par ailleurs, même si certains jugements lui sont propres :

J'ai connu, vers 1930, parmi les Pères Jésuites de Farm Street, le vieux Père Brown, lequel fut en Irlande, le collègue de Hopkins : il m'assura que, si l'agitation nationaliste qui prévalait vers 1885 à Dublin "n'était guère conforme aux inclinations du poète", celui-ci, foncièrement anglais de coeur, n'en avait pas moins subi avec courage cet exil où il s'occupait, avec la permission de ses supérieurs, à produire non seulement son oeuvre poétique mais d'importants essais de composition musicale. Il s'appliquait également à dessiner ; et ses dessins, par leur minutie, évoquent parfois ceux de Fûssli et donnent à ses visions l'étrangeté de certaines oeuvres surréalistes. Il y avait en lui, soulignait le Père Brown, la variété de dons d'un homme de la Renaissance. Son intérêt se portait encore aux hautes mathématiques.(p. 22)

18Ces pages sont surtout riches en suggestions personnelles, la principale s'inscrivant dans le titre ("G.M. Hopkins ou un nouveau lyrisme baroque"). Ce que l'auteur retient du baroque mérite d'être précisé, car il s'agit à ses yeux surtout d'une violente et somptueuse aspiration :

Il semble que l'office de cette poésie, plutôt que de nous conduire vers une plénitude de perfection, soit précisément ici de nous faire éprouver ce vide, d'ouvrir en nous ce creux, d'éveiller ce besoin, ce manque, cette carence : cri vers la Présence impossible à atteindre, (p. 29-30)

19Dans une autre remarque, il associe ce que certains critiques séparent, l'innovation poétique et l'expérience spirituelle, le comparant à d'autres fondateurs de la "modernité" comme Mallarmé, S. George ou J. Joyce, tout en soulignant (de façon sans doute excessive) que son "intonation n'est pas indigne d'être rapprochée de celle de St Jean de la Croix" (p. 16). Ailleurs, il esquisse un parallèle avec Van Gogh (p. 33), ou encore avec Michel-Ange ("Cette douceur dans la puissance, si souvent présente chez Hopkins comme chez Michel-Ange"... p. 37).

20A quelques allusions ("... cette solitude émouvante de Manresa House, parmi les murs habillés de vigne vierge – où j'ai moi-même vécu quelques-unes des heures décisives de ma vie..." p. 21), on devine que la découverte de la poésie de Hopkins a dû avoir pour lui valeur d'événement personnel.

21Son compte rendu de la traduction de The Wreck of the Deutschland, de la thèse de J. G. Ritz et de l'ouvrage de W. H. Gardner dans le numéro de novembre 1965 de Critique (p. 935-49) s'ouvre sur une autre note personnelle ("Tous ceux qui aiment Hopkins – comme je le fais passionnément depuis qu'en 1927 le R. P. d'Arcy, s. j., me l'a révélé..." p. 935).

22Dès 1947, la revue Europe (juillet) avait fait paraître un article plus technique ("La syntaxe et le symbolisme dans la poésie de Hopkins", p. 30-9) signé par C. Brooke-Rose. L'auteur insiste sur l'enracinement anglo-saxon de la langue hopkinsienne, ce qui ne l'empêche pas de faire quelques rapprochements, quant à la technique poétique, avec C.K. Norwid et Mallarmé. Mais, si elle trouve entre le symboliste français et Hopkins "beaucoup de points communs", elle finit par opposer l'univers assez glacé du premier à celui du jésuite chez qui "tout est chaleur, flammes, lumière, mouvement, couleur, formes, présence"(p. 36). Un tel constat l'amène à récuser le caractère prétendument artificiel de ses innovations poétiques.

23Avant l'article de G. Cattaui dans Critique, cette revue avait aussi publié en juillet 1953 une étude de D. de Grunne, "Technique du poète G.M. Hopkins" (p. 579-600). Après avoir souligné l'intérêt et, à ses yeux, les limites des ouvrages de Pick, Gardner et Peters, celui-ci termine sur deux remarques plus personnelles : dans l'une, il insiste (comme G. Cattaui) sur la filiation baroque de Hopkins et repose, dans l'autre, le problème de son "drame intérieur" en faisant remarquer que, s'il a nui au poète, il est "en même temps une des causes de son originalité"(p. 600).

24L'intérêt du critique pour l'oeuvre s'était déjà marqué dans le compte rendu d'un ouvrage critique (Esprit et vie, avril 1948, p. 223-4) et de la troisième édition des poèmes (ibid., fév. 1949, p. 154).

25On doit encore un important article de présentation, accompagné de plusieurs traductions de poèmes ou parties de poèmes, à R. Ellrodt, spécialiste en particulier des "poètes métaphysiques", (Cahiers du sud, janv. –juin 1951, p. 272-89).

26D'autres présentations plus limitées ont souvent paru à l'occasion de publications d'ouvrages de critique, par exemple celui de W.A.M. Peters (J. Valette, Mercure de France, nov. 1949, p. 529-32), ou surtout du recueil de traductions de P. Leyris, Reliquiae, qui eut un grand retentissement, non seulement dans les revues littéraires (comme la N.R.F., janv. 1958, p. 122-5, sous la plume de H. Thomas, ou celle d'O. de Magny dans les Lettres Nouvelles, fév. 1958, p. 248-56, qui se fait largement l'écho des thèmes abordés par G. Cattaui et traduit quelques pages du Journal), religieuses ou culturelles (par exemple la notice du P. Mambrino dans les Etudes, avril 1958, p. 136-7), mais jusque dans la grande presse, y compris au-delà des frontières, comme en témoignent l'article substantiel du Monde (19 fév. 1958), celui, singulièrement pénétrant, de C. Jannoud dans le quotidien La vigie marocaine (20 juil. 1958), ou bien de P. Jaccottet ("G.M. Hopkins ou le bon usage de la parole", Gazette de Lausanne, 26-7 oct. 1957 – voir Une transaction secrète, Paris, 1987, p. 113-9).

27Peu de temps après, la soutenance de thèse de J.G. Ritz suscitait des échos assez inhabituels (voir les articles de J. Piatier dans Le Monde du 14 mai 1958 et dans le numéro quatre de la revue trimestrielle Les Jésuites de France de la même année, où elle renvoie également au recueil de P. Leyris). Plus tardivement, dans la revue genevoise Choisir (avril 1966, p. 22-4), l'article "G.M. Hopkins ou le poète crucifié" se réfère encore à ces deux entreprises, comme aux analyses de G. Cattaui ou du grand théologien H. Urs von Balthasar (qui, dans sa somme, La gloire et la croix. Aspects esthétiques de la révélation – traduite en 1972 – réserve un chapitre au poète).

28P. Leyris n'est cependant pas tout à fait le premier traducteur du poète et plusieurs des articles de présentation signalés comportaient aussi des échantillons des poèmes. Les premiers textes publiés de façon indépendante remontent, semble-t-il, à 1935 et sont dus à E. Roditi (ainsi qu'à G. Landier pour quelques lettres) qui donne une version française de "Hurrahing in Harvest", "Duns Scotus's Oxford", "The Windhover" et "Tom's Garland" dans le premier numéro de Mesures daté de janvier (dont la direction était assurée par H. Church, Β. Groethuysen, H. Michaux, J. Paulhan et G. Ungaretti, l'administration en étant confiée à A. Monnier). Il suffit de jeter un coup d'oeil au sommaire du numéro, qui comportait aussi des textes de Claudel, Pouchkine, Fargue, Musil, Jouhandeau, Pirandello, Ponge..., pour se rendre compte de la stature attribuée à Hopkins. J. Paulhan évoque ces textes dans des lettres de l'époque (Choix de lettres, tome I, Paris, 1986, p. 323-329).

29Yggdrasil. Bulletin de la poésie en France et à l'étranger est, comme son nom l'indique, plus modeste. C'est là que G. Cattaui fait paraître en 1937 (n° du 25 mars) une traduction de "The Leaden Echo and the Golden Echo" qu'accompagne une courte note sur le poète. Celles-ci seront republiées dans l'hebdomadaire catholique Temps présent en 1945 (28 déc.), après avoir figuré dans son article de 1943 avec des traductions de "God's Grandeur" et "The Windhover" (apparemment inédites), de "Hurrahing in Harvest" et "Duns Scotus's Oxford" (empruntées à Ε. Roditi), et les trois premières strophes de The Wreck of the Deutschland dans la version du P. de Menasce. Sa traduction de "The Leaden Echo and the Golden Echo" sera encore reprise dans le recueil d'essais de 1947, en même temps que celles de "God's Grandeur" et "The Windhover".

30C'est en 1945, dans le numéro trois de Dieu vivant (la revue peut faire penser à une contrepartie religieuse des Temps modernes et compta parmi ses collaborateurs L. Massignon, G. Marcel, V. Lossky, B. Parain...), que P. Leyris publie une version de "Carrion Comfort". Trois ans plus tard (n° 11) seront proposées deux lettres du poète à R. W. Dixon. D'autres traductions leur font suite dans Esprit et vie ("Pied Beauty" et "Peace", avril 1948 ; "The Leaden Echo and the Golden Echo", fév. 1951), ainsi que des comptes rendu d'ouvrages critiques (oct. 1948 ; juin 1950). Enfin, en août 1953, la N.R.F. publie une version de "The Windhover", "To seem the stranger" et "That Nature is a Heraclitean Fire".

31Dans le numéro 11 de Dieu vivant, le traducteur annonçait déjà la préparation d'un florilège hopkinsien. Si l'on en a un avant-goût en 1953 avec l'article de D. de Grunne qui cite quelques-unes des traductions, il faudra attendre 1957 pour disposer de Reliquiae, choix de proses, dessins et poèmes. Il y contourne (ou plutôt se réserve) The Wreck of the Deutschland – le "dragon" barrant l'entrée de l'oeuvre, selon Bridges, et soumis sept ans plus tard (la seconde partie a d'abord paru dans Tel Quel, n° 12, hiver 1963). Les deux volumes forment un ensemble sûr et brillant à la fois, et l'on peut dire, sans nier le mérite des traductions fragmentaires antérieures, que celui-ci, de Pierre Leyris permettait pour la première fois de découvrir l'abrupte richesse de l'oeuvre hopkinsienne. Un bref exemple, "Beauté piolée", donne une idée de cette réussite exceptionnelle :

Gloire à Dieu pour les choses bariolées,
Pour les cieux de tons jumelés comme les vaches tavelées,
Pour les roses grains de beauté mouchetant la truite qui nage ;
Les ailes des pinsons ; les frais charbons ardents des marrons chus ; les paysages
Morcelés, marquetés – friches, labours, pacages ;
Et les métiers : leur attirail, leur appareil, leur fourniment.
Toute chose insolite, hybride, rare, étrange,
Ou moirée, madrurée (mais qui dira comment ?)
De lent-rapide, d'ombreux-clair, de doux-amer,
Tout jaillit de Celui dont la beauté ne change : Louange au Père !

  • 4 J. Mambrino a aussi écrit une notice de présentation pour la médaille expressive et méditée (le rev (...)

32Hopkins a également eu beaucoup de chance avec son second traducteur marquant en la personne du P. Mambrino qui, en 1948, avait proposé une nouvelle version de "Hurrahing in Harvest" (Esprit et vie, avril – repris en 1953 dans Dieu vivant, n° 24). L'année suivante, il rend en prose "The Blessed Virgin compared to the Air we Breathe" (Christus, juillet 1954 – une nouvelle version du même poème paraîtra dans Etudes en mars 1981, et les deux textes figureront ensemble dans Autour de la littérature, n° 2, en 1984). Mais c'est surtout à partir de 1972 que l'on découvrira, en plusieurs livraisons, dans Etudes (fév. et juil. 1972 ; janv. 1976 – "Epithalamion" reparaîtra dans Encrages, Univ. de Paris VIII, en 1980) l'important ensemble de poèmes qui s'ajoute au choix de P. Leyris4.

33En 1976 un autre complément de taille à cet édifice est constitué par les Carnets. Journaux. Lettres. H. Bokanowski fait précéder sa traduction, non intégrale mais ample, des Carnets et du Journal, d'une notice fournie qui paraît considérer les textes d'abord comme la transcription d'"états d'âme"(p. 68, 81, 88). Avec sa traduction des lettres, L.R. des Forêts parfait une entreprise commencée dès la livraison de septembre 1967 de L'éphémère (n° 3, p. 53-72). La valeur de l'ensemble ne passe pas inaperçue (voir par exemple, le compte rendu de B. Delvaille dans le Magazine littéraire, janv. 1977, et, plus brièvement, Le Monde du 6 août 1976 ou Le nouvel observateur du 13 septembre 1976).

34Dans le numéro d'octobre 1979 de Littérature, J.P. Audigier propose pour la première fois un écrit esthétique considérable, qui laisse entrevoir la dimension réflexive, et même métaphysique, de l'entreprise hopkinsienne. Il reparaîtra, en lui donnant son titre, dans le recueil de 1989, De l'origine de la beauté, suivi de Poèmes et d'Ecrits, qu'accompagne un autre volume fait de lettres inédites, En rythme bondissant.

35L'année la plus marquante après 1957, date de Reliquiae, est sans conteste 1980 (qui se trouve être le cinquantenaire de la seconde édition des poèmes). Simultanément deviennent accessibles trois recueils : les deux volumes antérieurs de P. Leyris rassemblés en un seul, Poèmes accompagnés de proses et de dessins (Seuil), ainsi que les versions, existantes ou nouvelles, de J. Mambrino, Grandeur de Dieu et autres poèmes (précédé de la traduction d'une conférence de K. Raine par D. de Margerie et F.X. Jaujard). La qualité du volume où, particulièrement dans les poèmes de la nature, l'on perçoit le lyrisme délicat du traducteur et poète, lui vaut d'obtenir le prix du "Meilleur livre étranger" (voir Le Monde, 30 janv. 1981). La première pièce du recueil, "Lever de lune", illustre assez bien la manière du traducteur :

Je m'éveille en la nuit non-nocturne de la Saint-Jean d'été,
dans le blanc et l'allant du matin ;
La lune s'amenuise et s'affine, frange d'un ongle qu'une bougie éclaire,
Ou pelure d'un fruit de paradis, ravissante elle décline sans brillance,
S'élève du trône, du tertre funéraire de Menefa la montagne ;
D'une pointe l'accroche encore, d'une barbe pourtant l'agrippe et l'arrime, non pas toute séparée.
Vision précieuse, désirable, non poursuivie, offerte si facile,
Qui me détache feuille après feuille, me divise paupière après paupière de sommeil.

  • 5 Il avait traduit, parfois depuis longtemps, plusieurs des poèmes regroupés ici : "The Blessed Virgi (...)

36Enfin l'édition intégrale, à l'exception de quelques poèmes de jeunesse (déjà traduits, il est vrai, par le P. Sumner, "Poèmes de jeunesse de G.M. Hopkins. Jalons de lumière", Tract n° 98, avril 1959, Centre mariai canadien), devient disponible en français avec une abondante documentation (Poèmes/Poems, Aubier, 1980), J-G. Ritz menant ainsi à bien une entreprise de longue haleine5.

  • 6 Parmi les divers comptes rendus : A. Bosquet, Magazine littéraire, nov. 1980, p. 63 ; G. de Cortanz (...)
  • 7 Confirmations parmi d'autres : A. Bosquet fait figurer l'un des poèmes, "Carrion Comfort", (traduct (...)

37Le large écho suscité dans des revues, la presse et jusqu'à d'autres "médias"6 est sans doute le signe que l'oeuvre s'est enfin vu reconnaître, dans la conscience littéraire française, son éminence, ou son évidence7 (mais on peut aussi relever qu'à peine dix ans plus tard le centenaire de sa mort passera inaperçu).

38J. Mambrino est loin, bien sûr, d'être le seul poète français qui ait perçu la vibration hopkinsienne. Il n'est pas exclu, par exemple, que F. Jammes, qui a connu Bridges, ait au moins entendu son nom, à défaut de sa poésie. Mais la première rencontre attestée est avec Valéry. La note des Cahiers vaut d'être citée longuement :

22 novembre. [Londres chez les Margerie ] [1934-5]
Je découvre, ce matin, sur la table qui sert de table de nuit un volume des poèmes d'un Gerard Manley Hopkins – avec des notes de Robert Bridges. J'ouvre et déchiffre un peu avec vague despite – et sans deviner que je vais y trouver "vingt minutes" de lumières, préface de Ch. Williams qui me semble quelconque ou absurde – d'abord – me réveille ensuite – et je tâtonne dans les vers et les notes de Bridges... Puis je vois nettement comme tout ceci me convient, me situe. Excellent point de repère qui me consolide dans mon idée de la poésie – laquelle me devient évidente. Je comprends aussi le mépris des Anglais pour notre poésie – et toute la misère française de l'enseignement de la langue. Négligence totale de l'élément musical (A parte, je remarque que Baudelaire, qui a rénové (par endroits) le sens musical, Verlaine et Mal [larmé] ont subi l'influence de l'anglais). [...] Une note de Bridges me paraît remarquable. Il observe que tel poème d'Hopkins qui est "obscur" et étrange (et donc à rejeter) pour l'oeil devient tout autre si on le lit avec l'oreille.(Cahiers, t. II, Pléiade, 1974, p. 1123-4).

39En précisant que la "note remarquable" vient de Hopkins luimême, on est frappé qu'une impression aussi brève soit aussi aiguë. Il a perçu d'emblée le fait poétique hopkinsien, même si cette intuition n'a pas eu de suite apparente.

40On est moins étonné que J. Green consacre au poète anglais divers passages de son Journal. Alors réfugié aux Etats-Unis, il notait le 20 novembre 1943 :

Très frappé par la lecture de Hopkins. Il a voulu être un saint avant d'être un poète. Il a cru qu'un bon jésuite glorifiait Dieu plus qu'un grand poète, et il a été les deux. Il a cherché à exorciser la nature, à voir Dieu à travers elle, à la séparer du péché, à retrouver en elle ce qu'elle était avant la chute. Sa langue bizarre, belle et forte, essaie d'exprimer ce qui demeure au-delà du langage humain ; c'est une langue qui semble près de l'extase et qui essaie désespérément de dire ce que l'homme a vu au paradis terrestre et dont le poète se souvient.

41A part une remarque, inspirée par la lecture du livre de E. Ruggles, sur la vocation "difficile" de Hopkins qui reprend la théorie courante du conflit des deux vocations (26 novembre 1944), les quelques autres réflexions privilégient le problème de la beauté humaine et finissent par prendre un tour presque introspectif ("Beaucoup réfléchi à la beauté humaine – c'est peut-être Hopkins qui a réveillé ces pensées en moi...", 29 novembre 1944). Le poète est encore cité à ce propos le 17 juillet 1948. Mais, de façon plus inattendue, le regard de Paul VI à la télévision évoque aussi pour lui The Windhover (4 juillet 1963). Et, dans une note du 13 octobre 1966, au moment de la mort d'André Breton, il rapporte que, pendant son exil à New York, ce dernier "s'était fait traduire des vers de Hopkins dont la beauté lui était sensible".

42On peut être surpris, en revanche, que Claudel ne le mentionne pas, à ma connaissance, sauf dans un passage de son Journal, comme instigateur de la destruction de Sponsa Dei de Patmore (Pléiade, vol. II, 1963, p. 643).

43Mauriac ne s'attarde guère sur les poèmes ; mais en quelques pages d'une sombre grandeur (Mémoires intérieures, Paris, 1959, p. 142-6), il nous fait voir un combat contre le monde, puis un affrontement intérieur. Sans être inexacte, l'image, où l'on aperçoit des lueurs de l'univers du romancier, est singulièrement partielle, même par rapport aux textes découverts.

44Dans un très intéressant article "Métamorphoses de la poésie moderne", publié à l'origine dans Comparative Literature et repris dans Révoltes et louanges. Essais sur la poésie moderne, (Paris, 1962, p. 9-43), C. Vigée distingue trois grands courants : les "nihilistes" (au premier rang desquels figurerait Mallarmé), les "néo-médiévistes" (comme Hopkins) et les poètes de l'immanence (tels que Whitman, Hugo, St John Perse, Char...). Mais on pourrait se demander comment un simple "néo-médiévisme" a pu à ce point toucher, après avoir contribué à l'instaurer, la modernité poétique.

45Plus récemment, le nombre et la diversité des auteurs qui ont laissé la trace du retentissement de l'oeuvre hopkinsienne dans leur propre sensibilité sont assez remarquables. Il est ici impossible d'être exhaustif, mais on peut citer A. du Bouchet qui s'est "attaqué" au redoutable sonnet "Harry Ploughman" ("Homme-au-brabant"), en y joignant des extraits de lettres (L'éphémère, n 3, sept. 1967). Ces textes font partie de ceux qu'il a rassemblés dans L'incohérence (Paris, 1979, cf. son entretien dans Le Monde, 4 mai de la même année).

46J.P. Faye inclut une version, nouvelle et forte, de "I wake and feel the fell of dark" dans son article, "Description d'un manuscrit", consacré aussi à trois autres poètes, Hölderlin, Mallarmé et Nerval (Change, déc. 1976).

47Un autre poème redoutable, "Spelt from Sibyl's Leaves" est rendu par A. Suied à nouveau dans L'éphémère (n 15, nov. 1970).

48Dans ses entretiens avec M. Aziza, L.S. Senghor indique son attachement à l'oeuvre poétique, au point d'avoir traduit The Wreck of the Deutschland (La poésie de l'action, Paris, 1980, p. 356), en espérant l'inclure plus tard dans une anthologie bilingue.

49Comme échos divers, on peut encore relever les remarques de Ph. Sollers (Art press, n 44, janv. 1981, p. 11), J.M. Benoist (Spirales, n 1, fév. 1981, p. 21 – où se trouve longuement cité "That Nature is a Heraclitean Fire and of the comfort of the Resurrection"), ou J.L. Houdebine dans un article "De nouveau sur Joyce : littérature et religion" (Tel Quel, 1981, p. 45, – cf. son recueil d'études, Excès de langages, Paris, 1984, qui porte comme sous-titre "Holderlin, Joyce, Duns Scot, Hopkins, Cantor, Sollers"). Dans le sillage de cette revue, ayant pris ensuite le nom significatif de L'infini, on observe une conjonction, momentanée mais digne de réflexion, entre intérêt moderniste et un souci, plus ou moins provoquant, de réintégrer le religieux dans la culture, ce qui ne pouvait que faciliter une meilleure perception du poète. La sémiotique quelque peu esthète de R. Barthes a un résultat partiellement analogue,(par exemple Sade, Fourier, Loyola), comme en témoigne la longue étude, de style et subtilité effectivement barthiennes, que P. Mauriès fait paraître dans Furor (Esthétique et rhétorique), (oct. 1983, p. 45-86), l'inscrivant dans une réflexion plus large sur le "maniérisme".

  • 8 On aurait pu s'attendre à trouver des références au poète dans les écrits d'Y. Bonnefoy, inspiré pa (...)

50L'année suivante, J. Grosjean offre une nouvelle perception de "Pied Beauty" ("Beauté bigarrée") dans l'anthologie Dieu en poésie (Paris, 1984, p. 58). Dans ses carnets attentifs aux "poètes métaphysiques", G. Vincent marque son attrait pour le poète et l'inscape (L'incandescence, Lausanne, 1987, p. 78). Le traducteur et poète, R. Davreu, permet également de découvrir deux longs passages de lettres consacrés à Keats (Poésie, n° 40, p. 3-6)8.

51A ce retentissement très divers dans le domaine de la littérature, en un sens large, s'ajoute un début d'accueil dans celui de la réflexion, surtout linguistique et critique. La primauté en revient ici probablement à R. Jakobson qui, dans ses ouvrages traduits, cite plusieurs fois avec éloge les réflexions de Hopkins en la matière (Essais de linguistique générale, Paris, 1963 ; Questions de poétique, Paris, 1973 – rééditées partiellement en collection de poche en 1977). C'est à ces remarques que renvoie, par exemple, T. Todorov dans Théories du symbole (Paris, 1977, p. 347). H. Meschonnic écrit pareillement qu'"en ce cens, G. M. Hopkins est l'inventeur de la rythmique" (Critique du rythme, Lagrasse, 1982, p. 253). Et une note de la traduction déjà signalée du dialogue "De l'origine de la beauté", va jusqu'à voir en ce texte l'esquisse du "geste structuraliste" (p. 152 dans l'édition de 1989). C'était aussi au "poéticien" que s'intéressait M. Deguy, citant diverses lettres, dans un article de la même période, "Figure du rythme, rythme des figures" (. Langue française, n° 23, sept. 1974). Cette inflexion est encore très sensible, ne serait-ce que par le titre de l'un d'eux ("Interventions théoriques : G.M. Hopkins" – le second s'intitulant "Présentation et montage"), dans deux articles signés par A. et J. Roubaud (Action poétique, n° 84, 1981).

52Il y a loin, en apparence, du "poéticien" d'un structuralisme sans sujet au métaphysicien de l'individualité, brièvement salué, par exemple, dans le recueil d'entretiens de France Culture, publié par C. Goémé, Jean Duns-Scot ou la révolution subtile (Paris, 1982). Aux quelques phrases du P. Cassien Réel (Hopkins, Anima naturaliter Christiana, p. 47) fait suite la reproduction du sonnet dédié à Duns Scot, dans la version de P. Leyris. Outre des mentions éparses, certaines analyses de l'idée de singularité chez Scot (par exemple par J.L. Houdebine) permettent d'éviter des contresens sur la notion d'inscape.

53La réflexion de J. Maritain avait déjà croisé la pensée hopkinsienne dans le domaine de l'esthétique (La responsabilité de l'artiste, Paris, 1961, p. 102 ; L'intuition créatrice dans l'art et la poésie, Paris, 1966, p. 70). Mais ces deux ouvrages étaient initialement destinés à un public américain, à la différence de Art et scolastique où, dès 1935, il citait longuement une lettre du poète (p. 46).

54Un autre thomiste, le P. L. Gardet, est plus précis, puisqu'à la suite de son article "Poésie et expérience de soi" (Revue thomiste, oct. – déc. 1972) il consacre une note substantielle à Hopkins (p. 578-80). Deux points en particulier y sont abordés : son rapport à la philosophie scotiste, jugé assez lâche, et le caractère éventuellement mystique de son expérience ("A notre sens il s'agit point d'une expérience proprement mystique – surnaturelle...", p. 580).

55Récemment enfin, dans le cadre d'une réflexion sur les sources médiévales de la modernité philosophique, P. Alféri, auteur aussi de poèmes, renvoie élogieusement au poète dans son G. d'Ockham. Le singulier (Paris, 1989) :

G.M. Hopkins pensait la poésie précisément comme une torsion imposée au langage pour le rapprocher de l'usage des noms propres ou d'un idiome absolu fidèle à la signature de la chose, à son essence sensible-intelligible qu'il appelait l'inscape. (p. 142)

56Même si, au terme d'environ un siècle, son éminence est désormais banalement reconnue, dans une diversité proche d'une diaprure où l'on ne peut exclure qu'aient joué les effets des modes, il faut bien constater qu'aucune attention ou confrontation suivie n'a encore été accordée à l'oeuvre hopkinsienne de la part d'un créateur ou d'un penseur, les écrits demeurant même en grande partie à découvrir.

57Il y a loin aussi du romantique contraint de certaines perceptions au "poéticien" fondateur selon d'autres regards. Là où l'on privilégie l'inspiration spirituelle et introspective, dont on tente parfois d'approcher le prisme psychanalytique, d'autres encore s'attachent presque exclusivement au moderniste flamboyant, bien qu'encombré de soucis religieux. Et comment réunir le précurseur d'un structuralisme sans sujet et le penseur qui cherche à donner à celui-ci une assise métaphysique – à un moment où T. Hardy voit s'évanouir l'individu (avant les "hommes creux" d'Eliot) et où Nietzsche (exact contemporain du jésuite victorien pour son existence consciente) le rudoie singulièrement ? A travers toutes ces étranges discordances, tenant à des fractures et des facilités de la culture d'accueil, il apparaît que l'oeuvre reste largement à comprendre dans son unité et son unicité. Sa cohérence incisive semble encore négligée ou repoussée, comme si son prestige certain demeurait sans grande portée, ou brouillait souvent sa présence en confirmant d'abord en eux-mêmes des états littéraires successifs.

Bibliographie

Note bibliographique

Poèmes accompagnés de proses et de dossiers, tr. Pierre Leyris, Paris : Seuil, 1980.

Grandeur de Dieu et autres poèmes, tr. Jean Mambrino, Paris : Granit, 1980.

Poèmes/Poems, tr. J.G. Ritz, Paris : Aubier, 1980.

Le Naufrage du Deutschland suivi de Poèmes gallois, Sonnets terribles, tr. René Gallet, Paris : Orphée/La Différence, 1991.

En rythme bondissant (choix de Lettres), tr. René Gallet, Paris : Obsidiane, 1989.

De l'origine de la beauté suivi de Poèmes et d'Ecrits, tr. J.P. Audigier et René Gallet, Paris : Comp'Act, 1989.

Notes

1 La présente étude utilise en partie un matériau déjà publié dans la Monographie n1 de l'International Hopkins Association ("Hopkins en France", Waterloo, Ontario, 1981).
Pour les travaux proprement universitaires on peut se reporter au Hopkins Quarterly (Mohawk College, Hamilton, Ontario) qui les recense régulièrement.

2 L'histoire de la littérature anglaise, Paris, 1924, du même auteur, associé à E. Legouis, ne cite pas encore Hopkins ; c'est dans une édition ultérieure qu'il y fait son entrée par le biais d'abord d'une note brève, mais élogieuse ("un grand poète"), ajoutée à la présentation de F. Thompson (p. 1217), avant d'y figurer à part entière dans l'édition augmentée de 1965.

3 Par exemple, l'anecdote de Stonyhurst :
Voyez ce jeune home, disait un vieux père au jardinier de Saint Mary's Hall, à Stonyhurst, en désignant le scolastique Gerard Hopkins, c'est un très grand scholar – Pas possible ! répond le jardinier ; je l'ai observé l'autre jour, il regardait un morceau de verre dans l'allée en tournant tout autour. Je l'ai pris pour un innocent,'a natural'.(p. 27)

4 J. Mambrino a aussi écrit une notice de présentation pour la médaille expressive et méditée (le revers en est inspiré par la version de The Windhover due à P. Leyris) qu'a réalisée le sculpteur G. Lanvin, Le club français de la médaille, bulletin n° 64, 1979, p. 60.

5 Il avait traduit, parfois depuis longtemps, plusieurs des poèmes regroupés ici : "The Blessed Virgin compared to the Air we Breathe", Vin nouveau, Lyon 1949 ; "Morning, Midday and Evening Sacrifice", "Inversnaid", "Thou art indeed just, Lord", et "To R.B." accompagnent sa présentation dans le Bulletin des lettres, Lyon, 15 mai 1958, de même que les quatorze poèmes parus dans la revue libanaise Travaux et jours, juil.–déc. 1964, ou encore des "sonnets terribles" insérés dans un exposé plus universitaire, Actes du congrès de la S.A.E.S., 1964. Il convient aussi de signaler sa somme critique, Le poète G. M. Hopkins, S.J. : l'homme et l'oeuvre, Paris, 1963, qui a dû faciliter l'accès à une oeuvre aussi difficile.

6 Parmi les divers comptes rendus : A. Bosquet, Magazine littéraire, nov. 1980, p. 63 ; G. de Cortanze, Le nouvel observateur, 29 déc. 1980, p. 61, K. White, Le Monde, 9 janv. 1981, p. 14 ; R. Millet, La quinzaine littéraire, 15 fév. 1981, p. 17-8, avec la double traduction de "As kingfishers catch fire" ; Vagabondages, fév. 1981, p. 105-6, de la Vaissière, La Croix, 22-3 mars 1981, p. 8, F. Morvan, N.R.F., avril 1981, p. 92-7 ; E. Danchin, Etudes anglaises, juil.-sept. 1982. Il en résulte également un échange de lettres dans Le Monde, 30 janv. 1981, et jusque dans The Times Literary Supplement, 16 et 30 janv. 1981. Cette triple parution fut même l'occasion d'émissions de radio, France Culture, 27 nov. 1980, 25 avril 1981, rediffusion d'un entretien avec J. Mambrino et de télévision, TF1, "La rage de lire" du 15 avril 1981 où l'oeuvre fut présentée par J. C. Renard.

7 Confirmations parmi d'autres : A. Bosquet fait figurer l'un des poèmes, "Carrion Comfort", (traduction P. Leyris) dans son anthologie Les cents plus beaux poèmes du monde, Paris, 1979, et B. Pivot lui fait une place dans "la traduction admirable de P. Leyris" au "troisième cercle" de sa Bibliothèque idéale, Paris, 1988.

8 On aurait pu s'attendre à trouver des références au poète dans les écrits d'Y. Bonnefoy, inspiré par Yeats et pour qui compte tant l'expérience de la "présence", puisque, chez Hopkins, la fine pointe du réel tient justement dans l'insistance éprouvée d'une présence singulière, l'instress au point qu'il m'a paru possible d'intituler une étude G.M. Hopkins ou l'excès de présence, Paris : Fac éditions, 1984 – cf. "G. M. Hopkins : l'intensité singulière", Poésie, n° 32, 1985, p. 99-109.

Auteur

Université de Caen. Outre son travail sur Hopkins, il a traduit un choix de poèmes du poète britannique Geoffrey Hill (Le Château de Pentecôte, tr. René Gallet, Paris : Obsidiane, 1988). Nature et Surnature : études sur le romantisme et le post-romantisme anglais est en préparation.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter