Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traductions, passages : le domaine anglais

 | 
Stephen Romer

Introduction

Stephen Romer

Texte intégral

1Nous avons choisi le titre général "Domaine anglais" pour désigner le champ assez vaste parcouru par les essais ici rassemblés. C'est Valery Larbaud qui emploie ce terme dans son livre Sous l'invocation de saint Jérôme, une bible pour les traducteurs, où il se donne le projet, entre autres choses, de tirer de l'oubli quelques-uns des grands intermédiaires entre les Français et leurs voisins d'outre-Manche. Intermédiaires dont il fut – comme le montre Cecily Mackworth, dans un essai plein d'humour et d'affection sur Larbaud à Londres – l'une des incarnations. De l'autre côté de la Manche, on peut citer Arthur Symons – un nom qui revient plusieurs fois dans les pages qui suivent – à qui on doit "l'explication", à l'intention des anglo-saxons, du mouvement symboliste français qui contribua de façon primordiale à l'élaboration de la pensée de Yeats aussi bien qu'à celle d'Eliot. Cette volonté de jouer le rôle d'un passeur, ce désir d'expliquer l'Angleterre et les anglais à ses concitoyens français, se trouvent déjà un siècle auparavant dans le personnage insolite d'Auguste-Jean Baptiste Defauconpret, dont Agnès Benani esquisse pour nous le portrait. Defauconpret a fourni un gigantesque (et parfois invraisemblable) travail de traduction, dont plusieurs textes de Walter Scott, récemment réédités.

2Mais si nous voulons fêter ici quelques grands traducteurs et interprètes d'hier et d'aujourd'hui, nous n'oublions pas pour autant la position privilégiée qu'occupent les écrivains eux-mêmes lorsqu'ils s'adonnent à la traduction, car c'est alors que des miracles ont lieu le plus souvent. C'est un phénomène qu'Antoine Berman appelle "la vraie translation", celle de la "proximité-à-distance" ; ou ce que T.S. Eliot a si bien décrit comme un "shock of recognition" – on pense au trouble de Baudelaire lorsqu'il fît la découverte de Poe. Chateaubriand et Milton, Baudelaire et Poe, Eliot et Jules Laforgue, ce sont là des exemples célèbres de "rencontres" de ce genre. Antoine Berman souligne la nature imprévisible de ces moments ; pour le reste, ajoute-t-il, "on peut seulement y travailler". Mais comme en témoignent ces pages, le travail honnête et patient du grand traducteur, ce "travail d'écoute", pour emprunter une expression à Pierre Leyris, peut donner de magnifiques résultats.

3Comme l'on pouvait s'y attendre de la part de l'auteur de L'épreuve de l'étranger, Antoine Berman aborde dans les extraits de son livre sur les traductions françaises de John Donne (qu'il corrigeait au moment de sa tragique disparition en novembre 1991 et que nous avons le privilège de publier ici) de grandes questions de la traduction, et en particulier de la traduction de la poésie anglo-saxonne. Si c'est un champ particulièrement fécond aujourd'hui, explique-t-il, c'est parce que la poésie française de nos jours traverse un "espace de crise", qui est aussi un "espace d'ouverture". Ces propos nous semblent du plus haut intérêt, surtout quant Antoine Berman cite Yves Bonnefoy que nous avons également le privilège d'accueillir dans nos pages. Bonnefoy a médité profondément ces questions, et ce qu'il nomme "l'essentialisme" de la poésie française – de la Pléiade jusqu'à Paul Valéry – qui digère mal la diversité, et surtout le fondement "prosaïque" d'une grande partie de la poésie d'outre-Manche, Shakespeare inclus. Sa critique du "Falstaff" de François-Victor Hugo, par exemple, est souvent citée. Et c'est précisément cette tendance "parnassienne" ou "classiciste" que reproche Antoine Berman, avec sa subtilité habituelle, à certains traducteurs de John Donne.

4Dans son très beau texte, Bonnefoy repense la traduction poétique dans le contexte de ses propres traductions des poèmes de Shakespeare, Vénus et Adonis et Le Viol de Lucrèce. Il explique surtout pourquoi, pour reprendre ses propres termes, il s'est "résigné à la prose" pour les rendre en français. Ces poèmes sont riches "d'un surcroît d'allusions essentiellement visuelles" et Yves Bonnefoy cite les noms de Véronèse, Carrache et Caravage comme des analogies possibles. On évitera de trahir, en la résumant, la densité de sa pensée, mais il semblerait que ces beaux poèmes du jeune Shakespeare manifestent cet "emploi festif du langage" (je cite Yves Bonnefoy) propre à une poésie plutôt rhétorique. Bien que la solution reste imparfaite, c'est à la prose – strictement encadrée comme pour imiter la strophe de l'original, comme l'est un tableau par "la dorure des anciens cadres" – que le traducteur a recours pour donner libre cours à toutes les suggestions et associations que fait naître cette poésie.

5C'est à cette même difficulté que s'est heurté Chateaubriand lors de sa grande rencontre avec Milton, qui culmina dans sa traduction en prose du Paradis perdu. Comme nous le rappelle Claude Mouchard dans son essai magistral, Chateaubriand était déjà âgé et avait besoin d'argent quand il entreprit cet énorme travail. Sa dévotion à ce projet fut telle qu'il "calqua le poème à la vitre..." Et le fait que sa traduction soit en prose est à la fois une reconnaissance (je cite Antoine Berman) de la "profonde relation du poème anglais au "prosaïque"", et un signe de la modestie de l'écrivain français. A travers des citations habilement choisies, Claude Mouchard nous révèle, par contraste, les outrages que fait subir au poème de Milton un "versificateur" comme Delille, soucieux, selon l'usage de l'époque, du "goût raffiné du lecteur français". Les autres grandes questions soulevées tournent autour de la tradition commune aux classiques, de l'imitation et de l'allusion et de la problématique de l'épopée spécifiquement chrétienne (Chateaubriand en parle dans le Génie du christianisme). Il s'agit surtout du statut de la parole "divine", et de l'humilité qui sied au poète s'il puise -c'est ce que prétend Chateaubriand à propos de Milton- ce qu'il y a d'unique dans la Bible.

6Claude Mouchard nous rappelle que Baudelaire a traduit dans Les paradis artificiels (toujours en prose, et non sans ce qu'on peut appeler un "contresens créatif") les quelques vers de Milton cités par Thomas de Quincey dans ses Confessions d'un mangeur d'opium anglais. Et c'est de Thomas de Quincey, dans son contexte français, que nous parle François Lallier. Selon lui, c'est Pierre Leyris qui a donné "la version la plus attachante" de l'ouvrage de De Quincey, et il prône la notion fort intéressante d'une troisième langue, familière au traducteur, celle que "nul ne parle, bien qu'elle soit présente en toute parole, sous la singularité irréductible des vocables et des expériences". Selon Lallier, en intégrant les passages des Confessions déjà traduits par Baudelaire dans sa propre version, Pierre Leyris "ne complète pas seulement la traduction de Baudelaire avec la sienne, mais aussi la sienne avec celle de Baudelaire". En cherchant, dans ses Suspiria, un langage qui transcrirait authentiquement ses rêves – cette matière secrète au fond de lui-même – De Quincey a inventé (c'est ce que note François Lallier) une forme particulière du poème en prose, un genre, signalons-le en passant, qui n'a que rarement atteint un tel niveau d'excellence en anglais.

7Le cas particulier de Gérard Manley Hopkins, et de sa réputation tardive mais éminente dans la conscience littéraire française, est minutieusement décrit pour nous par René Gallet dans une belle étude bibliographique. On sait que Hopkins fut presqu'inconnu de son vivant ; ce ne fut qu'en 1930, lors de la deuxième édition de ses poésies (la première, présentée par Robert Bridges, date de 1918) que sa renommée se répandit parmi les lecteurs anglais. Les premiers anglicistes français curieux de Hopkins le situaient parmi ses contemporains anglais : des poètes catholiques comme Coventry Patmore, Aubrey de Vere ou Francis Thompson. Bien que traditionaliste de par son engagement religieux, un autre destin était réservé à Hopkins dans notre siècle : la richesse des ses idées esthétiques et son audace prosodique, qui étaient toutes les deux très en avance sur son temps, ont fait de lui un grand poète de la modernité. En 1933, par exemple, Henri Fluchère – à la suite de F. R. Leavis – n'hésite pas à nommer ses "trois poètes majeurs" ; Eliot, Pound et Hopkins. René Gallet nous raconte également les fortunes récentes de ce poète contradictoire, considéré comme un poète religieux lié à l'écriture baroque, tout en étant la "coqueluche" des structuralistes et des linguistes, de Roman Jakobson notamment. On n'a pas manqué non plus de le rapprocher de Mallarmé, autre grand précurseur de la modernité. Hopkins a été bien servi par ses traducteur, Pierre Leyris tout particulièrement, mais aussi Jean Mambrino et J. G. Ritz. Ajoutons, ce que la modestie lui interdit de dire, le travail considérable de traduction, de présentation et de critique fourni par René Gallet lui-même.

8L'autre versant de ce cahier s'inscrit plutôt sous la rubrique "expérience de la France", telle qu'elle fut vécue ou pensée par quelques grands écrivains d'expression anglaise de l'époque moderne, Yeats, Pound, Eliot et Lawrence. Joyce y manque, malheureusement, mais Samuel Beckett, son épigone le plus doué, y est étudié sous l'aspect de son bilinguisme. Pour commencer par Yeats, et par ses rapports avec la France, c'est Jacqueline Genet qui nous en présente le récit détaillé. Elle nous rappelle la contribution du grand ami (et admirateur) de Yeats que fut Arthur Symons, et la vaste portée de son ouvrage The Symbolist Movement in Literature. Quant à Yeats lui-même, c'était le côté ésotérique du mouvement qui l'attirait avant tout, mais aussi son attitude anti-bourgeoise, et la culture de l'art pour l'art, notion si chère aux poètes de la fin-de-siècle anglaise. Pour le jeune Yeats, le modèle exemplaire fut Villiers de l'Isle-Adam, cet aristocrate hautain de la littérarure, dont la pièce Axel était au nombre de ses "livres sacrés" ; Jacqueline Genet révèle l'influence qu'eut Villiers sur sont théâtre. Quant à T. S. Eliot, très sensible lui aussi au mouvement symboliste français, ce furent plutôt les idées de Mallarmé, et plus tard de Valéry, qui eurent pour lui une importance primodiale. Dans mon propre essai je tente de montrer comment le mouvement symboliste se résumait, pour Eliot, à une série de propositions ou problèmes linguistiques auxquels il s'efforçait, à la fois dans son travail critique et dans sa poésie même, d'apporter sa contribution sinon ses solutions.

9Ezra Pound, ce grand esprit aventureux, et l'ami ô combien généreux de Yeats, Joyce, Eliot et de tant d'autres, ne fit qu'un bref passage à Paris. Comme nous le raconte si pertinemment Jean-Michel Rabaté, malgré l'intensité de la vie culturelle parisienne au début des années vingt – c'était l'époque Dada, et de la naissance du Surréalisme – le destin ne voulut pas que Pound reste dans cette "capitale des arts" comme un simple "promeneur littéraire". Ayant claqué la porte à l'Angleterre, à ses yeux si peu reconnaissante pour la renaissance culturelle qu'il y avait effectuée avec ses collègues "imagistes", puis "vorticistes", il se trouvait loin d'être indispensable à Paris, malgré ses liens avec des artistes comme Picabia, Léger et Brancusi. Fidèle à lui-même dans son rôle de correspondant parisien pour The Dial, il s'est néanmoins efforcé de chercher ce qu'il y avait de meilleur dans la poésie et les autres arts, avant de réduire de façon quelque peu draconienne sa liste des "indispensables" à Villon et Rimbaud, et de quitter la France pour l'Italie de Mussolini où il espérait achever son magnum opus, les Cantos. Et l'on sait le destin tragique qui suivit... On ne trouve aucun écho de la curiosité artistique qui avait fait venir Pound en France chez D. H. Lawrence. Sans fléchir, Ginette Katz-Roy nous dresse le portrait détaillé d'un francophobe, assez ingrat d'ailleurs, dont les oeuvres sont pourtant pétries d'expressions et de références françaises. On peut citer les romanciers du dix-neuvième siècle, surtout Balzac et Zola, et la philosophie de Bergson.

10Au contraire, Samuel Beckett fit de la France son pays d'adoption. Toutes ses oeuvres, on le sait, furent écrites à la fois en anglais et en français et, dans un essai fort intéressant, Ciaran Ross insiste sur cet aspect bilingue comme un élément indispensable à notre compréhension des textes. Dans son emploi de ce que Ross appelle "le jeu de l'autre" et "l'entre-deux des langues", Beckett creuse profondément les racines étymologiques, et nuance ses textes selon les potentialités de chaque langue. L'analyse de Ciaran Ross apporte certains aperçus d'ordre psychanalytique aux mots de Beckett, et ses conclusions sont à la fois surprenantes et révélatrices.

11Il y a un nom qui figure à plusieurs reprises dans les pages qui suivent : celui de Pierre Leyris. Nous lui devons tous notre gratitude. Son immense travail de présentation et de traduction, son perfectionnisme et sa modestie naturelles, font de lui, de nos jours, l'intermédiaire exemplaire dans le domaine anglais. C'est à lui que nous dédions ce cahier.

Auteur

Maître de Conférences à l'Université de Tours. Son deuxième recueil de poésie, Plato's Ladder, vient de paraître chez Oxford University Press. Critique littéraire, il écrit régulièrement dans le Times Literary Supplement. Ses traductions (avec Paul Auster et David Shapiro) du poète Jacques Dupin ont paru récemment chez Bloodaxe Books (Newcastle).

© Presses universitaires François-Rabelais, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter