Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traductions, passages : le domaine anglais

 | 
Stephen Romer

Ibant Obscuri…

Jacques Réda

À Pierre Leyris

Texte intégral

Erre et veut que, de chant en chant énorme et balancé
Sur soi comme la mer mais en route avec l'ample
Houle de l'hexamètre, on entende soudain passer
Sans plus de bruit que des rayons échappés d'une lampe

Invisible, ces vers à demi volatils
Dont la plénitude soustraite aux pesanteurs du nombre
En réinventent la souplesse et le mouvement. Ils
S'avancent obscurs sous la nuit solitaire par l'ombre

Et suspendent pour un instant la course du récit
Sur une profondeur où le pas de Virgile
A foulé l'impalpable, et sa voix capté le fragile
Murmure qui de chaque langue est l'intime souci.

De même vont ceux qui, dans un autre langage,
Ayant trouvé fondus le sens et la sonorité,
Savent en préserver l'accord et doucement dégagent
Un poème avec le secret de sa limpidité.

1Août 91

Auteur

Rédacteur en chef de la Nouvelle Revue Française. Parmi ses derniers recueils de poésie, citons Aller aux mirabelles et Lettres sur l'univers et autres discours en vers français (tous les deux publiés chez Gallimard, 1991), et Nouveau Livre des reconnaissances, Fata Morgana, 1992.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter