Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Rien n’est jamais gagné

La problématique de la dominance masculine au niveau des espaces urbains : cas des villes algériennes

Farida Naceur

Texte intégral

INTRODUCTION

1Alors que les villes occidentales se caractérisent par leur haut degré d’ouverture et leur mixité d’usage, dans les villes arabes les espaces urbains sont encore marqués par une dominance masculine.

  • 1 Dazi-Heni Fatiha, « Du souk aux grands centres commerciaux Consommation et sociabilité dans le Gol (...)

2Le cas des villes algériennes est éloquent. En effet à l’encontre de certaines villes arabes où l’on voit émerger une tendance d’ouverture des espaces ludiques et culturels aux catégories féminines1, dans les villes algériennes, et particulièrement les villes intérieures, la dominance des espaces masculins aux dépends des espaces féminins continue à peser lourdement non seulement sur le vécu quotidien des habitants, et spécialement des femmes, mais aussi sur le niveau de sécurité dans ces espaces eux-mêmes. Les aspects de cette dominance sont nettement perceptibles au niveau des espaces publics à caractère culturel ou ludique ainsi qu’au niveau des espaces urbains extérieurs, rues et places.

  • 2 A.N.A.T : Agence Nationale de l’Aménagement du Territoire (siége Biskra), direction régionale, pla (...)

3Ce papier tend à explorer ce phénomène à travers le cas d’une ville algérienne intérieure moyenne, la ville de Batna, ville de 240 000 habitants2 située dans l’est algérien.

4L’étude privilégie les techniques d’observation des modes d’appropriation des espaces urbains à travers la ville. Elle est complétée par une enquête par questionnaire portant sur un échantillon de 250 habitants choisis à travers deux quartiers populaires de la ville (Bouakal et Chikhi), le but du questionnaire étant la comparaison selon le sexe du taux de fréquentation des équipements culturels et ludiques ainsi que les variations de la perception de l’insécurité au sein des deux quartiers.

5Par le biais de l’observation du vécu quotidien et du taux de fréquentation des équipements culturels et ludiques, on soulèvera la question des inégalités d’usage des espaces urbains entre les deux sexes. Cela nous permettra dans un second temps de nous interroger sur leurs incidences tant sur la qualité de vie urbaine que sur le niveau de sécurité dans la ville.

6L’analyse comparative de la perception de l’insécurité urbaine entre les deux sexes nous permettra ensuite de faire ressortir les malaises vécus, des malaises allant de la difficulté d’accessibilité des femmes à certains espaces urbains pendant la nuit, ou même pendant certaines heures tardives de la journée, jusqu’à l’appropriation quasi exclusive par certaines catégories marginalisées des jardins, parcs d’attraction... et leur détournement en foyer de délinquance.

DISPARITES D’USAGE DES LIEUX PUBLICS DE DIVERTISSEMENT AU DETRIMENT DES FEMMES

7En dehors des lieux de travail et de transport qui admettent une certaine mixité, dans tous les lieux de divertissement socioculturels, sportifs ou ludiques, la présence féminine est extrêmement réduite.

8En dépit du très faible taux de fréquentation des équipements culturels, l’enquête a révélé des disparités dans leur usage selon le sexe, même pour les catégories juvéniles. 92,2 % de jeunes filles contre 82,3 % de jeunes hommes ont répondu n’avoir jamais fréquenté une maison de jeunes. 99 % de femmes contre 92,6 % d’hommes ont répondu n’avoir jamais fréquenté un cinéma.

9Ces disparités se font ressentir davantage au niveau des espaces de loisirs : jardins publics et parcs d’attraction. 89,2 % de femmes contre 65,9 % d’hommes ont répondu n’avoir jamais fréquenté de jardin public.

1096,1 % de femmes contre 79,3 % d’hommes n’ont jamais fréquenté de parc d’attraction.

11Ces résultats révèlent les disparités d’usage des lieux publics de divertissement au détriment des femmes. Cela montre aussi les difficultés que ressentent ces dernières quotidiennement contraintes à s’enfermer au sein des habitations pendant leur temps libre où, en dehors des taches ménagères, regarder la télévision avec la parabole constitue leur unique moyen de distraction.

PREDOMINANCE MASCULINE AU NIVEAU DES ESPACES URBAINS PUBLICS

12La prédominance masculine au niveau des espaces urbains est de plus en plus manifeste. Elle va des espaces les plus publics (places et jardins) jusqu’aux espaces les plus privés : espaces limitrophes aux habitations (seuils des habitations et trottoirs).

  • 3 Sablet M., Des espaces urbains agréables à vivre : Places, rues, squares, jardins, Paris, Éditions (...)

13L’activité générée par une place, sa situation, sa conception formelle, son aménagement sont autant de facteurs qui affectent sa fréquentation et son utilisation3.

14A Batna, des défauts inhérents à l’aménagement, à la conception, à la situation des places font qu’elles ne peuvent être utilisées par toutes les catégories auxquelles elles sont destinées, et spécialement les femmes.

15La place principale de la ville de Batna située au centre ville est connue par sa dominance masculine. Sa situation à proximité d’une zone commerciale intense, la nature de ces commerces (gargotiers, marchés de légumes, denrées alimentaires...) lui ont attribué un caractère plutôt masculin. Sa conception très ouverte, ses défauts d’aménagement (mauvaise disposition des siéges, absence de lieux réservés.), tous ces facteurs associés découragent toute tentative d’utilisation de cette place par les femmes.

16La qualité de l’espace et la nature des commerces constituent deux facteurs pertinents dans l’attraction des catégories féminines envers un espace urbain. L’exemple des nouveaux espaces commerciaux en vogue actuellement communément appelés : « Bazars » et construits selon le modèle des espaces commerciaux intérieurs illustre cet état de fait. Batna comprend de nombreux bazars, il s’agit d’un ensemble de boutiques regroupées autour d’un espace intérieur.

17Les bazars se distinguent à la fois par leur nouveau mode de conception à la fois interne et relativement clos qui permet une certaine intimité et également par leur très haute qualité d’aménagement : (pavage, revêtement de sol, boiseries, décorations intérieures.). Leurs qualités architecturales, la nature des commerces : habillement de luxe, bijoux, articles féminins favorisent non seulement l’attraction d’une certaine catégorie d’usagers à revenus relativement élevés mais encore celle des femmes. Les bazars tendent à devenir les futurs lieux de divertissement et de promenade pour la majorité des femmes et surtout les plus jeunes d’entre elles.

LA PREDOMINANCE MASCULINE GAGNE LES ESPACES DE VOISINAGE

18L’urbanisme traditionnel permettaient aux femmes de s’octroyer librement les espaces limitrophes aux habitations grâce aux formes urbaines elles-mêmes, d’un côté et aux processus sociaux qui régularisaient l’accessibilité au sein du voisinage, de l’autre.

19Les quartiers modernes qu’ils soient planifiés ou auto-construits ne permettent plus cette flexibilité d’usage des espaces de voisinage de façon à maintenir leur appropriation et utilisation par les femmes.

  • 4 Newman Oscar, Defensible Space, New York, Macmillan, 1972.

20Dans les ensembles d’habitat collectif, les espaces adjacents aux habitations forment des vastes espaces ouverts, ces no man’s land4 ne permettent aucune forme d’appropriation.

21Leur très haut degré d’ouverture ne favorise guère leurs appropriations par les riverains et encore moins celle des femmes. Ces espaces extérieurs sont aussi dépourvus de tout dispositif de sélection et de contrôle de l’accessibilité. Ils constituent ainsi des lieux de passage pour des populations diverses étrangères aux cités. Cela accentue l’anonymat à l’intérieur des cités et fait monter les risques d’intrusion et par là les vols et les exactions. Les espaces extérieurs sont ainsi une source d’anxiété pour les habitants. Facilement accessibles, ils deviennent à certaines heures tardives du soir ou pendant certaines heures de la journée des lieux de regroupement pour les marginaux. Des adolescents de la cité ou même des étrangers utilisent ces espaces pour se livrer à des pratiques douteuses (abus d’alcool, de drogue, jeux de cartes...). Ces regroupements leur permettent aussi de guetter les déplacements et mouvements des habitants pour procéder aux cambriolages.

  • 5 Naceur F., La dégradation des espaces urbains Cas d’étude : BATNA, Thèse de magister : Centre univ (...)

22Quant aux espaces collectifs intérieurs (escaliers et paliers), ils se réduisent généralement au simple passage et ne favorisent aucune forme d’appropriation par les femmes, à cause de leur étroitesse et de leur inadéquation aux regroupements. Au contraire ces espaces sont les plus prédisposés aux dégradations5.

  • 6 Newman Oscar, Creating defensible space, U.S. Department of Housing and Urban Development Office o (...)

23Ces conceptions de cités collectives condamnées par certains scientifiques6 continuent pourtant à connaître une large expansion dans les villes algériennes.

24Dans les quartiers auto-construits qui forment la figure la plus dominante du paysage urbain des villes algériennes, on constate également un rétrécissement de l’espace féminin à l’intérieur de l’habitation et une réduction des formes d’appropriation de l’espace urbain au simple droit de passage. La tendance à masculiniser l’espace urbain a gagné même les espaces les plus limitrophes à l’habitation.

25Dans les rues de quartier, il est courant de croiser des vieux, assis sur les seuils des maisons et sur les trottoirs discutant entre eux, observant le spectacle de la rue ou encore s’adonnant à des jeux traditionnels divers : (cartes, dattes, domino…).

  • 7 Khaled Nourredinne, « Jeunesse et temps libre », Les cahiers du Cread, n° 2, trimestre 1991.

26Quant à la présence des jeunes hommes dans les rues de voisinage, qui a été interdite dans le passé par les règles coutumières et les traditions, elle est aujourd’hui de plus en plus manifeste et considérable. Sous la pression du chômage, les rues de voisinage sont à leur tour envahies par les jeunes adossés contre les murs des maisons. Les discussions, l’observation des allées et venues, et spécialement celles des jeunes filles, constituent pour eux un passe temps favori. Le vocable de « hittiste »7 connoté négativement traduit parfaitement cet état de fait. Certains jeunes se forment en petits groupes aux coins des rues pendant la nuit ou à des heures tardives de la journée pour s’adonner à l’alcool ou la drogue. Ce phénomène inquiète terriblement les populations des quartiers car ces regroupements douteux génèrent fréquemment des querelles, des coups et parfois aussi des querelles avec usage d’armes.

27Cette dominance masculine pèse lourdement sur le vécu quotidien des femmes qui voient leurs espaces se rétrécir et leur liberté d’usage se limiter. Les discussions entre femmes de balcons à balcons ou de seuil à seuil ne sont plus autorisées, même dans les rues résidentielles. La présence continuelle des hommes dans les rues contraint parfois les habitants à condamner complètement les ouvertures : balcons et fenêtres.

LES REPERCUTIONS SUR LES NIVEAUX DE SECURITE URBAINE

28Les différences dans le taux de fréquentation des espaces urbains entre les deux sexes ont des retombées néfastes, non seulement sur la qualité de vie urbaine, mais également sur le niveau de sécurité urbaine réelle et perçue.

  • 8 Jacobs Jane (1961), The death and life of great American cities, New York, Vintage Books, 1963.
  • 9 Wilson James Q. – Kelling George, « Broken Windows », Atlantic Monthly, n° 211, 1982.

29En effet, chez de nombreuses femmes en particulier, on note l’accroissement de la perception d’insécurité au niveau des quartiers d’habitat conçus pour être sécurisants. Cette tendance induit indirectement l’évitement de certains espaces de voisinage alors que la densité d’utilisation d’un espace est un facteur important de sa sécurité8. Hypothétiquement le manque de fréquentation de tels espaces accroît la tendance à la dégradation et à l’insécurité surtout après leur appropriation quasi exclusive par des groupes de marginalisés et de délinquants. Ce processus a été démontré à travers la thèse des « browken Windows » développée par James et George Kelling9.

30Le niveau de sécurité perçue par les habitants a été tout d’abord appréhendé par la question principale suivante :

31« Le niveau de sécurité au niveau de votre quartier est-il :

32Très satisfaisant, satisfaisant, acceptable, insatisfaisant, très insatisfaisant ».

33En parallèle certaines questions ont été posées aux interviewés afin de tester les différences de perceptions des niveaux de sécurité entre les deux sexes au sein de leurs quartiers.

34Les questions ont porté sur les items suivants :

35« Existe-il des espaces au sein de votre quartier qui vous font peur ?

36Si, oui ces espaces vous font peur : le jour ou la nuit ».

37L’enquête a révélé que le sentiment d’insécurité au niveau des deux quartiers d’habitat est plus intense chez les groupes de femmes interviewées que chez les hommes et cela quels que soient leurs catégories socioculturelles ou leur âge.

3812,7 % de l’ensemble des interviewées femmes, contre 8,1 % seulement d’hommes, perçoivent leur quartier comme insécurisant ou très insécurisant.

3918,6 % de femmes, contre 6,7 % d’hommes seulement, ont répondu qu’il existe des espaces qui leur font peur au sein de leurs quartiers.

40Contrairement aux hommes, la majorité des femmes qui ont répondu avoir peur au sein de leur quartier affirment ressentir cette peur durant le jour.

41Afin de tester la difficulté d’accessibilité des femmes à certains espaces de leurs quartiers deux autres questions ont été utilisées.

42« En ce qui concerne les espaces qui vous font peur pendant le jour, est-ce que :

  1. Vous ne pouvez les franchir qu’accompagnée
  2. Vous n’oseriez pas les franchir même accompagnée ».

43Les réponses recueillies ont affirmé davantage l’insécurité que ressentent les femmes au sein de leurs quartiers. Parmi les femmes qui ont répondu avoir peur au sein de leur quartier, 9,3 % ont répondu qu’elles ne peuvent traverser les espaces en question qu’accompagnée par une autre personne, 9,3 % d’entre elles ont répondu que, même accompagnées par une autre personne, elles n’oseraient jamais traverser ces espaces.

44Les tendances à l’évitement constatées au niveau des quartiers, correspondent tout d’abord aux franges des quartiers que constituent les abords de l’oued qui, par sa dégradation et sa pollution, constitue un facteur de répulsion.

45A Bouakal, ce sont surtout les rues sinueuses ou en impasse qui suscitent la crainte parmi les habitantes interviewées. Les structures viaires désorganisées induisent la peur de désorientation et suscitent l’insécurité émotive.

46La tendance à l’évitement la plus importante est observée surtout au niveau des espaces adjacents aux espaces publics de loisirs (parcs d’attraction et jardins où l’on a relevé des taux de fréquentation extrêmement réduits). A Chikhi, les espaces situés à proximité du parc d’attraction constituent une source de peur et d’ennui pour les filles et femmes du quartier.

47L’évitement de ces espaces a favorisé leur appropriation par les groupes de marginalisés et les délinquants. Ces groupes s’emparent de ces espaces et les détournent de leur usage pour les transformer en des supports adéquats pour leurs activités délinquantes (abus d’alcool, de drogue...).

48A Bouakal et à Chikhi, les franges des deux quartiers représentés par l’oued, constituent les espaces privilégiés des groupements des délinquants à n’importe quelle heure de la journée. Les interviewés mentionnent ces espaces comme étant les plus insécurisants, et les supports de nombreux actes d’agression (vols, agressions par coups et blessures, querelles à main armée.).

49Quant au parc d’attraction, il s’est transformé en un endroit non seulement répulsif mais dangereux et douteux.

50La transformation de ces espaces conçus pour être sécurisants en espaces dangereux est un phénomène crucial et alarmant auquel se trouvent confrontée non seulement la ville de Batna, mais de nombreuses autres villes algériennes.

CONCLUSION

51L’étude a révélé des disparités d’usage des espaces urbains qu’ils soient intérieurs ou extérieurs au détriment des femmes.

52En dépit du très faible taux de fréquentation des équipements à caractères culturels, il existe des disparités dans l’usage de tels équipements au détriment des femmes. Ces disparités sont plus significatives pour les équipements à caractère ludique.

53En ce qui concerne les espaces urbains extérieurs, on constate un rétrécissement de l’espace féminin à l’intérieur de l’habitation et une réduction des formes d’appropriation de l’espace urbain au simple droit de passage. La tendance à masculiniser l’espace urbain a gagné même les espaces les plus limitrophes de l’habitation.

54Il paraît évident que cette tendance à masculiniser les espaces urbains est un phénomène relativement récent car, comparativement à la ville traditionnelle, la ville algérienne moderne est plutôt interdite aux femmes.

55L’étude souligne que la fréquentation féminine d’un espace urbain dépend aussi de sa conception urbaine. Des défauts d’ordre architectural ou urbain inhérents à leurs situations, à leurs aménagements ou à leurs configurations spatiales sont susceptibles aussi de décourager toute tentative de leurs utilisations par les femmes.

56En conclusion, il paraît clair que la dominance des espaces masculins au détriment des espaces et lieux féminins a des retombées néfastes non seulement sur les femmes mais également sur la qualité de la vie urbaine et la sécurité des espaces urbains eux-mêmes.

57La comparaison de la perception de l’insécurité urbaine entre les deux sexes a permis, d’un coté, de soulever les malaises que vivent quotidiennement les femmes contraintes de s’enfermer à l’intérieur de leurs habitations et, de l’autre coté, la tendance à l’accroissement des espaces vulnérables et angoissants au sein de la ville.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bertrand M.J. – Listowski H. [1984], Les places dans la ville, Paris, Éditions Bordas.

Coleman Alice [1999], « Le procès de l’utopie. Vision et réalité dans les conceptions de l’habitat », Les cahiers de la recherche architecturale et urbaine, n° 1, mai.

Dazi-Heni Fatiha [1994], « Du souk aux grands centres commerciaux Consommation et sociabilité dans le Golfe », Revue Monde arabe, Maghreb Machrek, numéro spécial, 1er trimestre, p. 93-94.

Jacobs Jane (1961), [1963], The death and life of great American cities, New York, Vintage Books.

Khaled Nourredinne [1991], « Jeunesse et temps libre », Les cahiers du Cread, n° 2.

Naceur F. [1995], La dégradation des espaces urbains Cas d’étude : BATNA, Thèse de magister : Centre universitaire de Biskra.

Newman Oscar [1972], Defensible Space, New York, Macmillan.

Newman Oscar [1996], Creating defensible space, U.S. Department of Housing and Urban Development Office of Policy Development and Research, p. 31-56.

Sablet M. [1988], Des espaces urbains agréables à vivre : Places, rues, squares, jardins, Paris, Editions Moniteur.

Wilson James Q. – Kelling George [1982], « Broken Windows », Atlantic Monthly, n° 211.

Notes

1 Dazi-Heni Fatiha, « Du souk aux grands centres commerciaux Consommation et sociabilité dans le Golfe », Revue Monde arabe, Maghreb Machrek, numéro spécial, 1er trimestre 1994, p. 93-94.

2 A.N.A.T : Agence Nationale de l’Aménagement du Territoire (siége Biskra), direction régionale, plan directeur d’aménagement d’urbanisme, commune de Batna, Sud/Batna, juin 1998.

3 Sablet M., Des espaces urbains agréables à vivre : Places, rues, squares, jardins, Paris, Éditions Moniteur, 1988 ; Bertrand M.J. – Listowski H., Les places dans la ville, Paris, Éditions Bordas, 1984.

4 Newman Oscar, Defensible Space, New York, Macmillan, 1972.

5 Naceur F., La dégradation des espaces urbains Cas d’étude : BATNA, Thèse de magister : Centre universitaire de Biskra, 1995.

6 Newman Oscar, Creating defensible space, U.S. Department of Housing and Urban Development Office of Policy Development and Research, 1996, p. 31-56 ; Coleman Alice, « Le procès de l’utopie. Vision et réalité dans les conceptions de l’habitat », Les cahiers de la recherche architecturale et urbaine, n° 1, mai 1999.

7 Khaled Nourredinne, « Jeunesse et temps libre », Les cahiers du Cread, n° 2, trimestre 1991.

8 Jacobs Jane (1961), The death and life of great American cities, New York, Vintage Books, 1963.

9 Wilson James Q. – Kelling George, « Broken Windows », Atlantic Monthly, n° 211, 1982.

Auteur

Université de Biskra, Algérie

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540