Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une administration royale d'Ancien Régime : le bureau des finances de Tours

 | 
François Caillou

II. Les officiers du bureau des finances . Tableau sociologique et attitudes collectives

Chapitre V : Une élite sociale ?

Texte intégral

  • 1 RICHARD DE FLEURY (Jacques), Mémoire des fonctions..., ouvr. cit., p. 24-25.
  • 2 FOURNIVAL (Simon), ouvr. cit., p. 26

1Les ouvrages juridiques et littéraires de l’époque moderne qui évoquent la composition des bureaux des bureaux des finances émettent pour la plupart des jugements sévères. D’après eux, la multiplication des offices, sous les règnes d’Henri IV et de Louis XIII, aurait entraîné un afflux dans les compagnies d’individus d’origine douteuse, plus alléchés par les privilèges que procuraient les charges que par l’honneur de servir leur souverain et leurs concitoyens. Le trésorier de France Jacques Richard de Fleury, dans son mémoire consacré à la voirie (1632)1, suivi par Simon Fournival dans son traité sur les bureaux des finances (1653)2, ont cru nécessaire de se défendre de ces allégations, qui recoupaient les accusations d’incompétence dont les officiers furent souvent la cible. Voici, à titre d’exemple, en quels termes Tallemant des Réaux évoque Macé Bertrand de la Bazinière, trésorier de France à Tours au début du XVIIe siècle :

  • 3 TALLEMANT DES REAUX (Gédéon), ouvr. cit., t. 2, p. 201-202.

« (...) Il estoit filz d’un paysan d’Anjou, et à son avenement à Paris il fut laquais chez le president Gayan, president des Enquestes : c’estoit mesme un fort sot garçon ; mais il falloit qu’il fust né aux finances.)...) C’estoit le plus rustre et le plus avare de tous les hommes »3.

  • 4 B.N.F., Dossiers bleus 91, dossier 2 130, pièce 4.

2Remarquable est la façon dont l’écrivain établit un lien entre les origines du personnage et ses défauts supposés. Dans une pièce du Cabinet des titres de la Bibliothèque nationale de France, un généalogiste note encore à son propos, avec un dégoût perceptible : « L’on dit que le père, ou le grand-père, étoit tisserand »4. Tout est dit : la médiocrité de l’homme était inscrite dans ses gènes. Indéniablement, Bertrand de la Bazinière avait une ascendance rurale, mais son père n’avait pas grand chose à voir le petit paysan décrit ici : il était receveur du domaine de Baugé. Au XVIIIe siècle, la tonalité du discours n’a guère évolué. En 1789, les habitants de la paroisse du Ménil, en Anjou, réclament la suppression des charges anoblissantes, dont les titulaires sont qualifiés de

  • 5 Cahiers de doléances des corporations de la ville d’Angers et des paroisses de la sénéchaussée part (...)

« particuliers qui, par leur ignorance, leurs mœurs et la bassesse de leur origines, font souvent rougir la véritable noblesse »5.

  • 6 THOMAS-COLLIGNON (J.), « L’échec d’une institution... », art. cit., p. 83-135.
  • 7 GOUBERT (Pierre), « Les officiers royaux des présidiaux, bailliages et élections dans la société fr (...)
  • 8 Les officiers « moyens » à l’époque moderne : pouvoir, culture, identité. France, Angleterre, Espag (...)
  • 9 FIGEAC (Michel), « Etre trésorier de France au XVIIIe siècle : sinécure ou tremplin sur les chemins (...)

3Ces jugements ont parfois été repris par les historiens. Celui du bureau des finances de Dijon donne des officiers composant cette compagnie au XVIIIe siècle une vision aussi négative qu’injustifiée : « Une petite bourgeoisie fatiguée, et non pas celle à qui l’avenir est à présent promis »6 (entendre : les principaux acteurs de la Révolution dans la région dijonnaise). Quel crédit faut-il accorder à ces appréciations ? Les officiers du bureau des finances de Tours étaient-ils issus des couches populaires, de la « petite bourgeoisie » (expression à éclaircir) comme l’historien bourguignon le suggère ou de catégories sociales plus favorisées ? Le principal objet de notre réflexion sera de le déterminer. En même temps, nous tenterons de définir la place qu’occupent les officiers du bureau des finances de Tours dans la hiérarchie sociale. Le concept d’officier « moyen », porté sur les fonts baptismaux par Pierre Goubert7, a refait surface ces dernières années. Pour Yves-Marie Bercé, les trésoriers de France entrent dans cette catégorie, opinion que ne partage pas Michel Cassan qui pense qu’ils « occupent le degré à partir duquel l’officier cesse d’être moyen ». Jean Nagle, de son côté, estime qu’après avoir été « moyens » au XVIe siècle, ils se rapprochent aux siècles suivants des membres des cours souveraines, car le privilège d’anoblissement prend une importance qu’il n’avait pas au début des temps modernes et cette évolution contribue à valoriser les charges8. Nous tenterons, à travers l’exemple tourangeau, d’apporter une contribution au débat, comme Michel Figeac l’a fait pour Bordeaux9. Les officiers subalternes (greffiers en fonction au cours du premier siècle d’existence du bureau et surtout procureurs et huissiers), habituellement les parents pauvres de l’historiographie, ne seront pas oubliés, bien qu’il faille aborder leur cas avec des problématiques spécifiques.

A. LES ORIGINES GÉOGRAPHIQUES DES OFFICIERS

1) LES OFFICIERS SUPÉRIEURS

  • 10 MAILLARD (Brigitte), Les campagnes de Touraine..., ouvr. cit., p. 40.

4Deux questions fondamentales doivent être posées au sujet des origines géographiques des membres de la compagnie. A-t-on affaire à un corps purement tourangeau ou largement ouvert aux allogènes, en particulier à des officiers originaires d’Anjou et du Maine ? Si la première hypothèse était la bonne, nous aurions l’une des explications possibles des difficultés du bureau des finances à imposer son autorité loin de ses bases. Par ailleurs, le bureau est-il peuplé d’individus d’origine rurale, donc familiers des problèmes des paysans (qui forment la majeure partie de la population de la généralité) et bons connaisseurs de leurs mentalités, ou de citadins habitués à profiter du « plat pays » sans rien lui apporter en contrepartie10 ?

  • 11 Deux dépôts d’archives disposent de fichiers d’état-civil ancien facilitant les recherches : les Ar (...)

5Pour répondre à ces questions, les actes de baptême constituent une source incontournable. Tout le problème réside dans le fait que la tenue des registres paroissiaux ne devient satisfaisante dans les régions du Centre et de l’Ouest de la France que dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Notre corpus est par conséquent déséquilibré : si les données sur la période postérieure aux années 1650-1660 sont relativement abondantes, il n’en va pas de même pour celle qui précède. Voyons tout de même ce que donne la répartition des paroisses de baptême, dont 147 ont pu être déterminées sur un corpus de 235 officiers11.

6Les « natifs » de Touraine forment 67,3 % de l’échantillon, mais les allogènes sont également présents : un cinquième d’Angevins et de ressortissants du Maine (19,1 %), un septième provenant de l’extérieur de la généralité (13,6 %). Cela dit, seuls les deux tiers des officiers sont ici pris en ligne de compte, essentiellement des individus reçus à partir du règne de Louis XIV. Pour connaître les origines du plus grand nombre, nous avons combiné deux types d’information : les lieux de baptême (ou de naissance) et les localités de résidence des officiers avant leur réception ou celles de leurs parents. La deuxième donnée manque de précision et induit une marge d’erreur, mais si l’on décide de s’en passer, trop d’officiers en charge avant le milieu du XVIIe siècle restent hors du champ d’étude. De plus, cette méthode atténue le problème de la représentation excessive de la ville de Tours, pour laquelle on dispose d’un fichier d’état civil ancien qui permet de repérer tous les Tourangeaux. En mêlant les lieux de baptême aux « provenances », 224 origines géographiques sur 235 peuvent être déterminées.

  • 12 Sur ce point, cf. supra, chapitre IV, A, 2 : De 1669 au début du règne de Louis XV : un service lét (...)
  • 13 ROSSET (Philippe), ouvr. cit., p. 62.

7Cette approche permet de préciser les premiers résultats : la Touraine reste la principale région d’origine des officiers (56,2 %), mais un rééquilibrage s’effectue au profit des ressortissants de l’Anjou et du Maine et des individus issus de l’extérieur de la généralité (22,8 % et 21 %). Le bureau des finances a une forte assise locale, ce qui n’est guère surprenant, mais il accueille aussi une forte minorité d’éléments en provenance des parties nord et ouest du ressort. Pour l’institution, c’est un atout car les ordres sont bien mieux reçus lorsque l’agent chargé de leur application est un compatriote12. La situation de la compagnie tourangelle se rapproche de celle de Lille, qui accueille 29,7 % d’individus nés à l’intérieur du ressort territorial (de faible étendue par rapport à la généralité de Tours), chef-lieu exclu13. Il faut par ailleurs préciser qu’on ne relève pas d’évolution sensible dans le recrutement des officiers du bureau des finances de Tours entre la période 1577-1701 et le dernier siècle de l’Ancien Régime, si ce n’est une légère percée des officiers issus de l’extérieur de la circonscription.

  • 14 MEYER (Jean), La noblesse bretonne au XVIΙIe siècle, Paris, 1966, t. 1, p. 222. BLUCHE (François), (...)
  • 15 RUGGIU (François-Joseph), ouvr. cit., p. 63-64.
  • 16 LIVERNET (Sylvain), « Fiefs et paroisses à Tours au XVIIIe siècle », B.S.A.T., 1978, t. 38, p. 749- (...)
  • 17 A l’exception de la minuscule paroisse centrale de Saint-Pierre-du-Chardonnet (un cas).
  • 18 Ont également envoyé un des leurs au bureau des finances : Bléré, Château-la-Vallière, Chouzé-sur-L (...)

8Si l’on regarde de plus près quelles sont les localités d’origine des officiers, il convient d’insister sur la place considérable de la ville de Tours : 116 individus y sont nés ou y ont grandi, soit 51,8 % du corpus. Le phénomène est commun aux autres bureaux, où il semble même plus marqué : 67,5 % des officiers lillois sont originaires de la capitale de la Flandre wallonne et Jean Meyer a dénombré, sur 20 trésoriers de France attachés à la chambre des comptes de Bretagne, 13 Nantais de souche. Dans les bureaux des finances de Paris et de Caen, la proportion d’autochtones paraît également très élevée14. En revanche, elle est plus modeste à Alençon, du moins au XVIIe siècle15. En matière de recrutement, chaque compagnie possède ses spécificités, liées à la taille du ressort et, sans doute, à l’équipement urbain provincial : certaines villes sont de taille trop réduite ou pas assez active pour générer des élites suffisamment riches pour acheter des offices coûteux. Il a été possible de déterminer la paroisse de baptême de 82 de ces Tourangeaux. Les paroisses du centre, colonisées par de nombreux commerçants16, fournissent les plus gros bataillons d’officiers. En tête vient Saint-Saturnin (33 occurrences), suivie de Saint-Pierre-le-Puellier (15). On trouve ensuite, à égalité mais nettement distancées, Saint-Venant et Saint-Pierre-du-Boile (7). Curieusement, Saint-Hilaire qui accueillait l’hôtel de la Massetière n’a fourni que quatre des siens à la compagnie, tout comme Notre-Dame-de-l’Ecrignole et Saint-Denis, paroisses de faible étendue. En queue de peloton, on trouve les paroisses populaires17 des confins ouest, sud et est de la ville, comme l’industrieuse Notre-Dame-de-la-Riche (deux cas : Louis Chauveau et François Huault de Bellisle). Les autres localités de Touraine n’ont envoyé qu’un nombre très réduit des leurs au bureau des finances, probablement en raison du trop faible niveau de richesse des meilleures familles locales. Loches a vu grandir trois trésoriers de France, Chinon deux, Amboise un seul (ce qui surprend quelque peu quand on sait l’importance numérique des robins et la forte tradition de service du roi dans cette ville)18. En somme. Tours n’a laissé que des miettes au reste de la Touraine, autre trait partagé avec Lille par rapport aux campagnes de la Flandre wallonne.

  • 19 SAULNIER (Frédéric), Le parlement de Bretagne, 1554-1790, nouv. éd., Mayenne, 1991, 2 vol., passim.
  • 20 Les trésoriers de France R. Cazet, G. Chouet et L. Le Bourdais.

9Hors de Touraine, mais toujours dans la généralité, l’Anjou prend nettement le pas sur le Maine, avec 33 officiers contre 18. Les villes d’Angers (15) et du Mans (10) se taillent la part du lion, la seconde fournissant un gros contingent d’officiers au XVIIe siècle, loin devant Saumur (4). Le Bas-Maine, très éloigné du chef-lieu de la généralité et davantage tourné vers la Bretagne – beaucoup d’officiers du parlement de Rennes en sont issus19 – n’a été qu’épisodiquement représenté au bureau des finances : seulement trois Lavallois et trois individus nés dans la région sans que l’on puisse nommer les paroisses20 en ont été membres, dont cinq au XVIIe siècle. Le Maine, dans son ensemble, délaisse l’institution tourangelle au XVIIIe siècle : seulement 6 individus reçus après 1700 contre 13 auparavant, une désaffection difficilement explicable. L’Anjou y expédie au contraire 20 des siens entre 1701 et 1790, alors qu’ils n’étaient que 11 à y avoir fait carrière au Grand Siècle.

  • 21 C 441, année 1746, f 20.
  • 22 Les trésoriers de France G. Charron, J. Gilles l’aîné et D. de Launay.
  • 23 2B/1 402, inventaire après décès de C. Arthault, 10/3/1712, cotes 18 à 22 des papiers. 3E 9/419 (no (...)
  • 24 Les grands-pères paternels de Bourassé et de Chabert de Praille furent respectivement greffier au b (...)

10Quarante-sept futurs officiers ont grandi dans une province extérieure à la généralité, 19 avant 1701, 27 à partir de cette date. Dans le lot figure un étranger, Louis-François Chabert de Praille, né à Liège (Pays-Bas autrichiens) en 1716, qui se fait naturaliser français avant de rejoindre la compagnie comme la législation l’exige21. Les Parisiens sont largement majoritaires dans ce petit groupe avec 17 personnes. Plusieurs villes de la vallée de la Loire avec lesquelles Tours entretient des relations économiques souvent anciennes ont fourni leur lot d’officiers : 4 pour la voisine Blois (sans compter 3 individus originaires du Blésois sans qu’on puisse préciser le lieu22), Orléans 4 également, Nantes 2, Gien 1. Lyon, rivale mais aussi partenaire de Tours dans le commerce des soieries, a expédié 3 de ses ressortissants au bureau des finances. Les autres viennent d’horizons divers, parfois lointains. Louis Prévost, par exemple, est originaire de Montpellier. Il faut cependant préciser que quelques-uns, à l’image du Dieppois Jean Chauvin, de l’Angoûmois Pierre Pasquet ou encore du Bayonnais Dominique Ducasse, un commis du contrôle général des finances, sont en fait des Parisiens d’adoption. Comment expliquer cet afflux d’habitants de la capitale ? Paris concentre les plus grandes fortunes du royaume, forgées grâce au négoce ou à la finance. Une fois la richesse acquise, l’étape suivante est l’accès aux privilèges. Or, la ville dispose d’un nombre de juridictions anoblissantes trop faible pour satisfaire tout le monde, d’où la nécessité pour les malchanceux n’ayant pas trouvé satisfaction sur place de se rabattre sur les cours et juridictions provinciales, moins prestigieuses. Les plus proches, à commencer par le bureau des finances de Tours, sont littéralement prises d’assaut. Certains Parisiens se contenteront tout juste de faire le déplacement à Tours pour se faire recevoir et n’y remettront plus les pieds, comme Jacques Collé ou Henri de La Peyre. Toute généralisation serait cependant abusive, comme le montrent les exemples de François Billault, Jean-Baptiste Bugarel ou Valéran Perrochel, qui ont pris la peine de s’installer à Tours au moins l’espace de quelques années. Il est intéressant de noter que plusieurs officiers étrangers à la généralité n’ont pas opté par hasard pour le bureau des finances de Tours. Certains ont commencé leur vie professionnelle à Tours : le Lyonnais Christophe Arthault y a fait du commerce et y a géré l’hôpital de la Charité, Laurent-Marin Mousseron y a été formé au métier de marchand23. D’autres, plus nombreux, y ont des attaches familiales : le Lyonnais Jean-Joseph Bertrand, le Poitevin Barthélemy-Olivier Gauffereau et le Châtelleraudais André Coudreau senior s’y sont mariés avant d’entrer dans la compagnie, le Parisien Antoine-Jean-Joseph de Bourassé et le Liégeois Louis-François Chabert de Praille y avaient des ancêtres24.

  • 25 Nous avons repris la définition rigoureuse du terme de Brigitte Maillard : MAILLARD (Brigitte), Les (...)

11Les statistiques font apparaître la très nette prépondérance des origines urbaines : 93 % des officiers sont nés et ont passé l’essentiel de leur vie dans une ville25. Fort significativement, on constate que les rares individus issus d’une paroisse rurale ont soit été baptisés dans une localité où leur père, citadin, possédait une terre (René Chenaye, Antoine-Joseph-Louis Chauvereau...), soit présentent le profil d’officiers subalternes et n’ont acquis une charge de niveau supérieur qu’à la suite de circonstances exceptionnelles (Louis Graslin, Michel-Joseph Petit). Il ne fait guère de doute que la très forte représentation des citadins, dont la vision du monde rural est forcément partiale, fut à l’origine de certaines maladresses des officiers vis-à-vis des habitants du plat pays et d’incompréhensions mutuelles, notamment dans le domaine de la voirie : certaines règles adaptées au cadre urbain, comme l’obligation de ne pas encombrer la voie publique avec des tas de fumier, étaient difficiles à saisir par des paysans peu au fait des préoccupations hygiénistes et attachés à des usages immémoriaux.

2) LES PROCUREURS ET LES HUISSIERS

  • 26 L’échantillon se limite à 83 personnes.
  • 27 Mirebeau est une paroisse poitevine, mais située dans la Touraine administrative.

12Le cas des officiers subalternes diffère sensiblement de celui des membres du siège. La Touraine a fourni l’essentiel de leurs troupes (86,8 %)26, alors que le Maine n’est représenté que par 3 individus, originaires de Château-du-Loir, du Lude et d’Ernée et l’Anjou par aucun. Seulement 8 officiers (9,6 %) viennent de l’extérieur du ressort : 3 de Paris, 2 du Bassin parisien (Donnemarie-en-Brie et Vendôme), 2 de beaucoup plus loin (le procureur Pierre Dubosc senior de Montpellier et le concierge-buvetier Jacques Spézolles de Saint-Flour). Dans la province de Touraine, la proportion de natifs du chef-lieu est sensiblement identique à celle relevée chez les officiers supérieurs (53 % de l’échantillon), mais la concentration des baptêmes dans les riches quartiers du centre est moins nette. Saint-Pierre-le-Puellier arrive en tête avec 9 cas, suivie de Saint-Pierre-du-Boile (6 cas). Saint-Saturnin, première paroisse chez les officiers supérieurs, n’apparaît ici qu’en troisième position, à égalité avec deux paroisses populaires périphériques, Notre-Damede-la-Riche et Saint-Clément (4 cas). Hors du chef-lieu, 28 individus (33,7 % du total) ont grandi dans de petites villes comme Loches (3 cas) ou Amboise (1), mais surtout dans des paroisses rurales, quelques-unes au nord de la Loire (Monnaie, Vernou, Semblançay, Mettray), la plupart au sud (Montbazon, Artannes, Sorigny...), parfois à de grandes distances de Tours (Chambón, La Haye, Mirebeau27). La conclusion s’impose d’elle-même : le recrutement des officiers subalternes est principalement local, situation logique car les charges ne sont pas assez attractives pour susciter des vocations dans les provinces voisines. Par ailleurs, nombre d’entre eux ont des attaches rurales, au contraire de leurs supérieurs.

B. L’ASCENDANCE DES OFFICIERS

1) LES OFFICIERS SUPÉRIEURS À L’ENTRÉE EN CHARGE : NOBLES OU ROTURIERS ?

13Les observateurs des XVIIe et XVIIIe siècles semblent avoir eu des idées à peu près concordantes sur la condition sociale des officiers du bureau des finances. Si l’on en croit le généalogiste L’Hermite de Souliers, dont l’ouvrage sur la noblesse de Touraine publié en 1669 a longtemps fait autorité, les trésoriers de France tourangeaux de l’époque des rois Henri III et IV étaient des personnages hautement considérés, issus de la bonne noblesse provinciale. L’auteur s’étend longuement sur le cas de Claude Cottereau, présenté comme un homme de grand mérite par sa fidélité à Henri IV aux heures les plus incertaines de son règne. Il acquit sa charge de trésorier de France à Tours l’année de création de l’institution (1577),

« dans un temps où, n’y en ayant encore que quatre en ce bureau, remplies de gens de qualité, elles estoient très-estimées ».

14D’après lui, la famille Cottereau était noble depuis le XIVe siècle, les premiers connus portant le titre d’écuyer ou de chevalier. Avant l’officier, cependant, aucun de ses membres ne s’était particulièrement mis en évidence, à l’exception du grand-père, président de l’Assemblée des gens des trois Etats en Rouergue en 1520. Le trésorier lui-même

« estoit homme de grande despense, et laquelle il croyoit nécessaire à un homme qui avoit du cœur et de la naissance ».

  • 28 L’HERMITE DE SOULIERS (Jean-Baptiste), ouvr. cit., p. 468-486.
  • 29 MAILLARD (Brigitte), Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle..., thèse citée, t. 2, p. 526.

15Bref, l’archétype du gentilhomme, avec ses qualités et ses défauts28. En 1669, la situation serait bien différente, les multiples créations d’offices du temps de Louis ΧΙΠ ayant considérablement terni le prestige de la compagnie. L’Hermite de Souliers reste muet sur les officiers en charge à l’époque où il écrit (il ne faut pas vexer d’éventuels lecteurs), mais point n’est besoin d’être grand clerc pour déduire que l’institution n’est plus aussi bien fréquentée qu’auparavant. Pour aller dans son sens, il est vrai que plusieurs grands lignages de Touraine ont déserté la province avant le XVIIe siècle pour suivre la Cour dans la région parisienne29.

16Si la vision des contemporains paraît quelque peu brouillée au temps du Grand Roi, les avis sont plus explicites – et même dépourvus de nuance – sous le règne suivant. Un mémoire anonyme rédigé vers 1740 (dont l’auteur est probablement Etienne Petiteau, lieutenant particulier au présidial de Tours, un homme bien informé car ancien procureur au bureau des finances), émet le jugement suivant :

« Ces dernières charges [les offices supérieurs du bureau], comme celles de secrétaire du roi, sont ordinairement la retraite des gens d’affaires et des négociants qui ont gagné du bien ».

  • 30 « Mémoire inédit sur l’administration judiciaire en Touraine au milieu du XVIIIe siècle », M.S.A.T. (...)
  • 31 Cahiers de doléances de la région Centre. Indre-et-Loire, publiés par D. Jeanson, Tours, 1991, t. 3 (...)
  • 32 MIRABEAU (marquis de), L’Ami des hommes ou traité de la population, Paris, 1748, t. 1, p. 114-116.

17La remarque perfide tombe ensuite : « Elles n’exigent aucune capacité »30. Le son de cloche est à peu de choses près le même en 1789. Dans son cahier de doléances, la ville de Tours réclame la « suppression de toutes ces espèces de charges comme secrétaires du roi, trésoriers de France, etc. », qui attirent trop de commerçants. Si l’on en croit les rédacteurs du cahier, les marchands abandonneraient leur métier une fois en possession d’un office leur assurant des privilèges31. Cette idée selon laquelle l’économie française serait sinistrée par le repli massif des plus riches négociants vers les offices, popularisée par des auteurs comme Mirabeau32, est reprise dans de nombreux cahiers (y compris de communautés rurales), comme celui des consuls d’Angers :

  • 33 Cahiers de doléances des corporations de la ville d’Angers..., ouvr. cit., publiés par A. Le Moy, A (...)

« A peine un marchand a-t-il acquis une fortune honnête, il tourne toute son ambition vers l’ennoblissement. (...) Du moment qu’il y est parvenu, il abjure tout travail, toute occupation par le préjugé établi qu’un gentilhomme ne doit point travailler ; (...) par là, le commerce est non seulement privé de fonds qu’y verseraient les nobles, mais encore est sans cesse énervé par la désertion des roturiers les plus capables de le faire fleurir »33.

18Laissons pour le moment de côté la question de savoir si les négociants qui s’offrent une charge anoblissante délaissent ou non leur métier. Pour l’heure, l’affirmation réclamant vérification porte sur la composition de la compagnie tourangelle : est-elle au XVIIIe siècle cette « maison de retraite » pour marchands et gens d’affaires (comprenons financiers) évoquée par les contemporains, après avoir été dans ses premières années la chasse gardée de la noblesse de Touraine (et éventuellement des deux autres provinces) ?

  • 34 BLUCHE (François), « Les magistrats des cours parisiennes au XVIIIe siècle. Hiérarchie et situation (...)

19S’interroger sur la condition juridique des individus qui accèdent au bureau des finances peut paraître saugrenu. Les charges du siège anoblissent au deuxième degré : tous les postulants ne devraient-ils donc pas être des roturiers ? Ce serait oublier un peu vite la cause première du prestige du statut d’officier dans la France d’Ancien Régime. Le détenteur d’une charge jouit de la considération de ses concitoyens (plus ou moins marquée selon les époques) moins en raison des privilèges qui lui sont attachés, qui déchaînent plutôt jalousies et récriminations, qu’à cause des services qu’il rend au souverain. L’officier est dépositaire, comme n’oublient jamais de le rappeler les juristes, de la justice déléguée du roi. Pas étonnant, par conséquent, que des nobles éprouvent de l’attirance pour la condition robine, en particulier lorsqu’il s’agit de servir le roi dans le cadre d’une juridiction nantie d’un certain prestige. La présence nobiliaire dans un tribunal ou une administration est un excellent baromètre du degré d’estime dans la société du corps en question, comme les travaux de François Bluche l’ont bien montré pour Paris. Dans la capitale, le parlement, aux mains du second ordre à hauteur de 87 % au XVIIIe siècle, peut être considérée comme la première juridiction du royaume, tandis que la chambre des comptes, qui connaît de son côté un taux de fréquentation nobiliaire de 61 %, ne vient qu’en deuxième position34. La recherche de ce taux, pour le bureau des finances de Tours, s’avère ainsi très intéressante.

Tableau 36 : Statut juridique des familles qui accèdent au bureau des finances

  • 35 Dans ces familles, le père de la personne accédant au bureau des finances est le premier de sa lign (...)

Statut des familles

Effectif

 %

Nobles

49

28,3

En voie d’anoblissement35

5

2,9

Roturières

119

68,8

TOTAL

173

100

  • 36 Les doutes portent sur 4 familles représentées avant 1650 : du Faultay, Ferrière, Le Bourdais et Pr (...)

20L’enquête généalogique permet de déterminer avec suffisamment de sûreté le statut de 173 des 177 familles qui ont fréquenté la compagnie36. Première remarque : sur l’ensemble de la période, plus du quart appartiennent à la noblesse, ce qui n’est pas négligeable. Mais ce qui importe surtout pour savoir si l’on peut suivre L’Hermite de Souliers et les autres « témoins », c’est de connaître l’évolution du taux de fréquentation nobiliaire. Pour une plus grande validité des statistiques, il a été jugé préférable de partager l’échantillon en deux lots de poids équivalent. Les officiers reçus avant et après le début du XVIIIe siècle sont à peu près aussi nombreux les uns que les autres : 1700-1701 est donc une césure idéale.

Tableau 37 : Statut des familles représentées au bureau des finances (1577-1790)

Tableau 37 : Statut des familles représentées au bureau des finances (1577-1790)
  • 37 ROSSET (Philippe), ouvr. cit., p. 102.
  • 38 BLUCHE (François), « Les magistrats des cours parisiennes... », art. cit., p. 87-106. GRESSET (Maur (...)

21Le tableau conforte l’idée d’un bureau des finances déserté par les lignages nobles dans la deuxième partie de son existence. D’une période à l’autre, le taux de fréquentation nobiliaire s’effondre, passant de 43 % à 13,8 %. Le deuxième chiffre est à rapprocher des constatations de Philippe Rosset pour Lille où, pour le siècle 1691-1790, on ne dénombre que 17 % de familles nobles37. Le contraste est important avec les bureaux de Paris et de Besançon, dans lesquels les membres du second ordre sont mieux représentés : respectivement 28 % (période 1693-1791) et un peu plus de 50 % (1771-1790)38. Ne perdons tout de même pas de vue qu’il s’agit de deux cas particuliers : la capitale est auréolée d’un prestige que la province n’a pas et le tribunal bisontin est l’héritier d’une chambre des comptes de Franche-Comté supprimée en 1771. Pour ce qui est du bureau des finances de Lyon, ses officiers prétendent en 1764 que

  • 39 A.D. Rhône, 8C 234, f. 94 r° : lettre des trésoriers de France de Lyon à leurs confrères de La Roch (...)

« les trois quarts et demi des sujets qui le composent sont gentilshommes ou jouissent de la noblesse indépendamment de leur charge [et que] les autres sont des fils d’avocats ou des fils de négocians qui (quelqu’honorable qu’ait été le commerce de leur père) y renoncent en entrant dans la compagnie »39,

22mais ces propos sont probablement teintés d’exagération.

  • 40 LAMBRON DE LIGNIM (Henri), « Dernière assemblée de la noblesse de Touraine » M.S.A.T., t. 10,1858, (...)
  • 41 Les six familles nobles : Cottereau, Gilles, Le Blanc de la Vallière, Mandat, Mesnager et Viart. On (...)

23Si le pourcentage de membres du second ordre parmi les officiers du bureau des finances de Tours est faible au XVIIIe siècle, l’évaporation n’est pas totale, comme l’atteste la présence (entre autres) du procureur du roi Philippe-Jean-Baptiste Mignon, secrétaire de l’assemblée de la noblesse de Touraine à la veille des Etats généraux de 178940, maire de Tours un an plus tard. Par ailleurs, à l’échelle du grand XVIIe siècle considéré ici, les lignages aristocratiques demeurent minoritaires. Ce constat ne contredit pas forcément les sous-entendus de L’Hermite de Souliers, qui estime la « décadence sociale » de l’institution antérieure à 1669. Cependant, la situation, dans les premières décennies de l’institution, est nettement moins reluisante que ne le prétend le généalogiste : sur 15 des 17 familles représentées au bureau avant 1601 dont on peut préciser le statut, seulement six sont nobles, une est en voie d’anoblissement et huit sont roturières, peut-être même dix si l’on estime que le manque de renseignements concernant les familles Prévost et du Faultray laisse présager la roture41. En fait, le généalogiste n’est dans le vrai (en faisant abstraction du cas du Faultray) que pour la période 1577-1583 : pendant ces quelques années, le bureau des finances ressemble effectivement à un club réservé aux membres du second ordre. Ce n’est plus – et ce ne sera jamais plus – le cas ensuite. Six ans sur deux cent treize, c’est bien peu. Malgré cette myopie rétrospective, les tendances relevées par L’Hermite de Souliers correspondent bien à une réalité : le bureau des finances s’est de plus en plus ouvert aux familles nouvelles au fil du temps. Pour la période postérieure à l’ouvrage du généalogiste, le pourcentage de lignages roturiers relevé pour le XVIIIe siècle (83,9) valide en grande partie les remarques de l’anonyme du présidial et des rédacteurs des cahiers de doléances.

  • 42 DESSERT (Daniel), Fouquet, Paris, 1987, p. 18-23.
  • 43 HAMON (Philippe), « Messieurs des finances »..., ouvr. cit., p. 382-384. On peut même parler de phé (...)
  • 44 1J/323.
  • 45 Pour le cardinal de Bemis, « l’authenticité de la noblesse (...) doit être prouvée principalement p (...)
  • 46 BOURQUIN (Laurent), « Qu’est-ce que la noblesse ? », L’’Histoire, n° 194, décembre 1995, p. 24-31. (...)
  • 47 RUGGIU (François-Joseph), ouvr. cit., p. 62.

24Une chose est de constater que des lignages nobles fréquentent le bureau des finances, une autre de savoir à quel type de noblesse on a affaire. Il ne viendrait à l’esprit de quiconque de placer sur un pied d’égalité un représentant de la haute aristocratie, un duc et pair par exemple, et un individu issu d’une famille anoblie par une charge de « cloche » (municipale). La démarche du chercheur relève cependant de la gageure tant les sources, abondantes pour une fois, sont peu dignes de confiance. Plusieurs familles représentées au bureau des finances ont tout mis en œuvre pour se forger une ascendance illustre, avec un succès inégal. L’exemple venait de très haut : les Fouquet (la famille du surintendant, non apparentée aux deux trésoriers de France qui portent ce nom à Tours) ne prétendaient-ils pas descendre d’un chevalier angevin ayant combattu l’envahisseur anglais pendant la guerre de Cent Ans, alors qu’ils n’étaient au départ que d’honnêtes marchands42 ? Le procédé qui consiste à manipuler les généalogies n’est pas nouveau, en particulier dans le monde des gens de finance43. Les dossiers créés de toutes pièces par des faussaires pullulent, comme en témoigne un mémoire rédigé vers 176444, qui dénonce les prétentions abusives des héritiers de la branche aînée de Jacques Le Gaigneur (fils du trésorier de France du même nom), désireux de prouver la noblesse de ce personnage et de ses ancêtres pour aboutir à un partage noble de ses biens, plus avantageux pour eux. Le dossier présenté au siècle précédent pour obtenir une réhabilitation de noblesse (accordée en 1687 par des autorités peu regardantes) était entièrement contrefait, explique l’auteur : qualité d’écuyer abusivement accolée à un nom sur une pièce authentique, faux contrat de mariage de 1554 établi par un notaire n’ayant jamais existé, acte de 1601 « délivré » par un notaire ayant bel et bien exercé (Moloré, à Angers), mais dont on ne retrouve curieusement pas l’original dans les minutes, extraits de registres paroissiaux fallacieux délivrés par un curé complaisant, et la liste n’est pas close. L’historien doit faire son enquête avec la plus grande rigueur et se muer en juge d’armes s’il le faut, en prenant garde à ne pas se montrer trop sévère avec les lignées dont l’anoblissement n’est pas clairement datable. Car les preuves ne sont pas les seuls éléments à considérer : le regard porté par le public sur une famille compte énormément, au XVIIIe siècle encore45. Si, de « temps immémorial » (c’est-à-dire depuis au moins deux ou trois générations), elle a toujours vécu « noblement », elle doit alors être considérée comme faisant partie du second ordre. Comme l’écrit Laurent Bourquin, l’anoblissement en France avant les fameuses « recherches » lancées dans les années 1660-1670 s’effectue majoritairement par l’adoption du mode de vie des gentilshommes : achat d’une seigneurie avec manoir, port de l’épée, usurpation discrète du titre d’écuyer46. François-Joseph Ruggiu utilise à ce sujet l’expression « anoblissement taisible », que nous lui emprunterons47.

  • 48 MAYAUD (Bernard), Recueil de généalogies angevines, Nantes, 1985, t. 5 (non paginé).
  • 49 MAYAUD (Bernard), « Quelques exemples de généalogies fabuleuses, fantaisistes ou fausses », Centre (...)
  • 50 SAINT-VENANT (R. de), Dictionnaire topographique, historique, biographique, généalogique et héraldi (...)
  • 51 BRULEY (Georges-Prudent), Généalogie de la famille Bruley ·, Tours, 1879, p. 16.
  • 52 Information due à Martin Aurell, professeur à l’université de Poitiers, et transmise par David Clém (...)
  • 53 Cette généalogie, qui apparaît pour la première fois dans un exemplaire de 1696 du Mercure galant, (...)
  • 54 GASCON (Richard), Grand commerce et vie urbaine au XVIe siècle. Lyon et ses marchands (environs de (...)
  • 55 Selon une hypothèse séduisante de F. Bluche, les Fortia auraient des origines juives : BLUCHE (Fran (...)
  • 56 Un doute subsiste concernant les La Barre et les du Tronchay.
  • 57 B.N.F., Dossiers bleus 363, dossier 9 433, pièces 8-9 et Pièces originales 1 544, dossier 35 284, p (...)
  • 58 CHEVALIER (Bernard), Tours, ville royale (1356-1520)..., ouvr. cit., p. 477 et 487. L’Hermite de So (...)

25Les manipulations généalogiques constituent un phénomène sur lequel il faut s’arrêter en raison de son ampleur. Plusieurs familles représentées au bureau ont prétendu avoir une ascendance étrangère, assertion commode vu la difficulté de faire des vérifications hors du royaume. Les Varice se disaient les héritiers d’un dénommé Edward Varice, écuyer, gentilhomme ordinaire du roi d’Angleterre vivant à la fin du XVe siècle. Comme l’a clairement établi Bernard Mayaud sur la base de sources incontestables, le véritable ancêtre des deux trésoriers de France de ce nom était à cette époque bourgeois d’Angers48. Les Gilles, quant à eux, laissaient entendre qu’ils descendaient soit de Richard Gilles (ou Giles ?), capitaine anglais tué à la bataille de Niort en 1371, soit du chancelier du Prince Noir, qui portait ce nom49. Tradition fausse, on s’en doute : les premiers Gilles bien identifiés étaient de modestes officiers seigneuriaux du Vendômois50. Chez les Bruley avait cours une légende selon laquelle la famille était issue d’un gentilhomme irlandais, mais ils ne s’en servirent jamais pour faire valoir des privilèges ; les preuves, il est vrai, faisaient singulièrement défaut51. La palme de l’aplomb revient aux Fortia, qui assuraient posément descendre du beau-frère du roi d’Aragon Pierre IV (marié à une Sibilla de Forcia en 137752), lieutenant général de Catalogne, qui, à la suite d’une disgrâce, avait dû fuir en France où il avait fait souche53. Le problème, c’est que des sources dignes de foi révèlent que le père du trésorier de France était un ancien marchand54, détail que la généalogie « officielle » néglige de mentionner : il faudrait envisager une spectaculaire dérogeance de la famille pour que la version mise en avant par celle-ci puisse être prise en compte. En fait, les Fortia ont vraisemblablement profité d’une homonymie pour redorer leur blason, à l’instar des Fouquet55. Dans un registre similaire, les Chaspoux, les La Barre, les La Selle, les Poulain et les du Tronchay déclaraient avoir pour ancêtres des gentilshommes bretons (étrangers avant 1532, comme on sait), prétention abusive dans au moins trois cas sur cinq56. Les Bouet, les Forget, les Fouquet (la famille de Charles, non de Mathurin) et les Quantin se targuaient simplement d’avoir des aïeux écuyers, mais encore une fois, l’enquête généalogique les contredit sans ambiguïté. Quant aux Hué, aux La Rivière et aux Robin, ils s’étaient forgé de toutes pièces une noblesse de cloche remontant à Louis XI, orléanaise pour les premiers, angevine pour les seconds, tourangelle pour les troisièmes57. La famille Cottereau, enfin, si chère à L’Hermite de Souliers, avait en fait été anoblie par charge de secrétaire du roi sous le règne de Louis ΧΠ. L’un des aïeux bien identifié du clan exerçait à la fin du XVe siècle le métier de boucher à Blois58. Jean de La Bruyère, qui, on l’oublie généralement, fut trésorier de France à Caen, a ironisé sur ces pratiques très répandues :

  • 59 LA BRUYERE (Jean de), Les caractères ou les mœurs de ce siècle, XIV, 14, dans LAFOND (Jean), dir., (...)

« Je le déclare nettement, afin que l’on s’y prépare et que personne un jour n’en soit surpris : s’il arrive jamais que quelque grand me trouve digne de ses soins, si je fais enfin une belle fortune, il y a un Geoffroy de La Bruyère, que toutes les chroniques rangent au nombre des plus grands seigneurs de France qui suivirent Godefroy de Bouillon à la conquête de la Terre-Sainte : voilà alors de qui je descends en ligne directe »59.

  • 60 1J/582 : procès-verbal de maintenue de noblesse pardevant Turgot, intendant de Tours, 17/6/1702.

26Plusieurs des lignages évoqués ci-dessus doivent pourtant être considérés comme nobles. Leur agrégation au second ordre est seulement généralement moins ancienne que leurs descendants ne le prétendent et, à quelques exceptions près, elle s’est effectuée par le mode de vie, une carrière militaire venant souvent entériner l’usurpation. L’ancienneté d’une famille, en effet, accroît sa respectabilité. Révélateur est le cas des Taschereau, représentés par deux individus au bureau des finances : leur noblesse a beau être incontestable, elle est encore trop récente à leurs yeux. Gabriel Taschereau de Baudry, lieutenant de police à Tours, peut bien invoquer, lors d’une enquête en 1702, l’élection d’un aïeul à Téchevinat en 1491, l’argument ne lui est d’aucune utilité car il s’avère incapable de présenter la moindre preuve. La famille est maintenue, mais sur la foi des pièces fournies, et c’est l’année 1611 qui est enregistrée comme date d’accès au second ordre60. Précisons tout de même qu’en majorité, les lignages nobles du bureau des finances n’ont jamais manipulé leurs origines, soit qu’ils n’en aient pas eu la volonté, soit faute d’arguments probants.

Tableau 38 : Origine de l’anoblissement des familles nobles du bureau des finances

Origine de l’anoblissement

Effectif

Familles concernées

Anoblissement taisible

16

Aubry, Bigot, Chabert. Chouet, Coste, Delucz. Dreux. Duchesneau, Egrot, Guillon, La Barre, Le Blanc, Le Mercier, du Tronchay, Varice

Cloche

16

Aveline, Chauveau, Drouin, Joubert. La Peyre, Lasnier, Leroux, Mandat. Mathé, Mesnager, Pallu, Paris, Pasquet, Robin, Rogier, Taschereau

Charge de chancellerie

11

Belot, Chauvereau, Chenaye, Cottereau, Desloges, Gilles. Mignon, Poitevin, Richard, Testu, Verton

Charge de cour souveraine

5

Borderel de Caumont, Cazet, Gaultier, Legras, Portail

Lettres royales

1

Sainctot

  • 61 Chouet, Duchesneau, Egrot, Guillon, La Barre, Le Blanc, Le Mercier, du Tronchay et Viart.
  • 62 Recherche de la noblesse dans la généralité de Tours en 1666. Procès-verbaux de comparution, publié (...)
  • 63 3E 2/161 (notaire Nau) : information de noblesse du 14/4/1626.
  • 64 LE BRUN (Eugène), ouvr. cit., p. 32-39.
  • 65 3E 1/844 (notaire Jouye) : acte du 19/3/1712 (document aimablement signalé par Christophe Maillard)
  • 66 Ce qui explique que nous classions les Milon parmi les familles roturières.

27Sur les 49 lignages recensés, 16 ont acquis leur condition par le mode de vie. Dans plus de la moitié des cas61, l’agrégation est assez ancienne pour ne pas risquer d’être remise en cause, en particulier lors des enquêtes gouvernementales où la simple présentation de documents authentiques (actes notariés, extraits de registres paroissiaux, lettres de provision) établissant une condition noble sur deux ou trois générations suffit à éviter tout désagrément. Visées par de telles procédures, les familles Duchesneau, La Barre et Le Mercier ont passé l’épreuve sans encombre62. Le jeune François Le Blanc, fils du deuxième trésorier de France de la famille, arrive sans mal à prouver une noblesse vieille de plus de cent ans lorsqu’il sollicite l’entrée dans l’ordre de Malte63, même si on peut douter qu’elle remonte, comme il l’affirme, au dénommé Perrin Blanc, écuyer, à la tête de Γ arrière-ban des gentilshommes du Bourbonnais en 1425 pour le compte de Charles VII et compagnon d’armes de Jeanne d’Arc64. En 1712, pour démontrer son bon droit dans un conflit successoral, l’assesseur du présidial de Tours Julien-François Milon produit devant notaire une série de pièces établissant que « ses ancêtres ont pris de temps immémorial la qualité d’écuyer »65. Aucun document présenté n’est antérieur à 1591, date du mariage de son arrière-grand-père Julien (qui deviendra trésorier de France), effectivement qualifié d’écuyer. Celui-ci devait en fait cette qualité à son office de maître des comptes en Bretagne, non à une noblesse que, selon toute apparence, il ne possédait pas66. Incontestable, la noblesse des Milon l’est plus de cent ans après, mais sûrement pas « immémoriale » au sens où on l’entend aujourd’hui.

  • 67 Recherche de la noblesse..., ouvr. cit., p. 273.
  • 68 1J/978 : maintenue de noblesse faite par l’intendant Hue de Miromesnil..., f. 2.
  • 69 En effet, son office en faisait un commensal du roi. Cf. CAILLOU (François), « Commerçants tourange (...)

28La condition de sept des seize familles considérées, en revanche, paraît beaucoup plus douteuse car l’appropriation de la qualité d’écuyer est trop récente et ne repose sur aucun argument sérieux. C’est peut-être lors de son séjour aux Provinces-Unies que le père du trésorier de France Louis-François Chabert de Praille s’est autoproclamé écuyer. Il pouvait certes se prévaloir d’un père échevin de Tours, mais l’élection de celui-ci remontait à 1672, cinq ans après la suppression du privilège de noblesse municipale. Le fils du trésorier n’a cependant éprouvé aucune difficulté à faire reconnaître sa noblesse lors de son entrée dans les gardes du roi sous le règne de Louis XVI. Les Dreux ont également réussi à passer au travers des mailles du filet, malgré des droits mal établis : dans la recherche de 1666, Philippe, le grand-père du trésorier de France Pierre Dreux, déclare n’avoir jamais pris la qualité d’écuyer67. A la fin du XVIIe siècle, le père de l’officier du bureau des finances s’intitule pourtant dans les actes notariés chinonais écuyer, et ce sans la moindre justification. Les Bigot et les Delucz, condamnés en 1697 par sentence de l’intendant de Tours, présentent un profil similaire, mais n’ont pas connu le même succès68. Dans le premier cas, la prétention à la noblesse est récente : quand il se marie en 1639, le futur trésorier Louis Bigot n’a pas la qualité d’écuyer et son père est simplement présenté comme seigneur de Villecot. Dans le second, le grand-père du trésorier Louis Delucz, pourvu d’un état de valet de chambre de Catherine de Médicis, pouvait légalement se l’attribuer, mais elle n’était que « purement honorifique et de décoration », pour reprendre les termes de Necker69, autrement dit non transmissible.

  • 70 PALLU DE LESSERT (A.-C.), Essai sur la famille Pallu, Paris, 1907, fasc. 2, p. 31-32.
  • 71 GOUBERT (Pierre) et ROCHE (Daniel), Les Français et l’Ancien Régime, t. 1 : La société et l’Etat, 2 (...)
  • 72 A.M. Tours, BB 58, f° 236 v° (20/12/1689).
  • 73 MAYAUD (Bernard), Recueil..., Brulon, 1989, t. 9, p. 177.
  • 74 Les Coudreau ne figurent pas dans notre groupe (nous les considérons comme des roturiers), car la c (...)
  • 75 3E 4/366 (notaire Boutet) : renonciations des 18/8,1/9 et 20/9/1691.

29Un tiers des lignages se rattache à la noblesse de cloche, la moins en vue de toutes. Douze la doivent au corps de ville de Tours, les autres aux hôtels de ville d’Angers (deux), d’Angoulême (un) et de Toulouse (un). La déclaration d’Etienne Pallu (père du trésorier de France du même nom) aux enquêteurs royaux, en 1666, fournit une bonne illustration du peu de considération dont elle jouit. Fils d’un maire et échevin de Tours, cet avocat du roi au présidial explique n’avoir jamais pris la qualité d’écuyer par égard pour les gentilshommes portant les armes70 : on ne se vante pas d’avoir accédé au second ordre par la voie municipale. La noblesse de cloche, qui fait « sourire » (Pierre Goubert)71, ne donne pas droit au partage avantageant l’aîné des enfants, une des spécificités du statut nobiliaire. En outre, on la considère à juste titre comme précaire au motif que le fisc royal prend régulièrement pour cible ses bénéficiaires, qui se voient réclamer des taxes pour confirmation de privilèges. Le cas du trésorier de France René Aveline senior en offre l’illustration : il a bien veillé à acquitter la taxe qu’on lui réclamait en vertu de l’édit de mars 1667, obtenant un arrêt du Conseil confirmatif de ses droits en 166972. Mieux vaut éviter toute négligence en ce domaine, car le pouvoir se montre impitoyable vis-à-vis des récalcitrants. L’un des fils du trésorier de France Jacques Lasnier, déchu de sa noblesse faute d’avoir versé la finance ordonnée par ce même édit de 1667 et l’arrêt du Conseil du 7 décembre 1668, en a su quelque chose73. Tout cela explique que les anoblis « de cloche » cherchent par tous les moyens à améliorer leur condition. Ce n’est pas un hasard s’ils manifestent de l’intérêt pour les offices du bureau des finances, qui ouvrent la perspective d’un anoblissement graduel : deux générations d’exercice sont nécessaires, ce qui n’est pas un mal car parvenir trop vite n’est guère bien vu. Quelques familles ont exploré d’autres voies de promotion avant de s’orienter vers la compagnie : les grands-pères des officiers Galliot Mandat et Michel-Jean-Baptiste Taschereau, soucieux d’un anoblissement rapide et définitif, se sont fait pourvoir d’une charge de secrétaire du roi quelque temps après leur élection à l’échevinat de Tours. Bien leur en a pris, car leurs héritiers ont ainsi pu échapper aux contraintes de l’édit de juin 1691 qui imposait aux descendants des anoblis municipaux le paiement d’une taxe sous peine de perte de leurs privilèges. Le trésorier de France André Coudreau junior préfère en cette circonstance sacrifier la noblesse acquise par son père, élu à la mairie de Tours en 1650, pour se contenter des droits que sa charge lui ouvre. Il est vrai qu’en cette fin de ΧVIIe siècle, elle est en passe de faire de lui un noble de plein droit en raison de sa situation de fils d’officier du bureau des finances74. Pierre Mathé et Martin Sain renoncent eux aussi à la noblesse de « mairat », mais pas au second ordre, le premier déclarant en faire partie en vertu de sa charge de secrétaire du roi (cumulée avec un office de trésorier de France), le second se contentant de la noblesse obtenue par son grand-père et son père en qualité d’officiers du bureau75. Dans leur précipitation, les traitants inscrivent même sur leur rôle le trésorier de France François Hubert, bien que son passage à la mairie de Tours soit largement postérieur à la révocation de la noblesse municipale dans le chef-lieu de la généralité. Dans son acte de renonciation, il en viendrait presque à se flatter de son statut de roturier pour ne pas payer :

  • 76 Ibid., renonciation du 23/8/1691.

« Comme ledit sieur comparant a été maire de lad. ville de Tours pendant les années 1687 et 1688 et 1689, (...) il n’a point joui en cette qualité des privilèges de noblesse et est bien aise de ne donner aucun lieu d’être employé dans le rôle et taxe qui pourra [sic] être fait »76.

30La famille Aubry, classée avec les lignages intégrés au second ordre par le genre de vie pour cause d’antériorité du mode de promotion, fait presque figure de cas d’école tant son souci d’améliorer une noblesse « mal acquise » semble sans fin. Joseph-Robert Aubry, dernier premier président du bureau des finances de Tours, n’est en effet pas moins de cinq fois noble, comme le montre le tableau ci-dessous :

Tableau 39 : L’anoblissement « par couches successives » de la famille Aubry (XVIIe-XVIIIe siècles)

  • 77 Les prix sont mentionnés dans l’inventaire après décès de L. Aubry du 12/2/1706, cotes 14 et 32 des (...)

Date de l’intégration

Moyen

1589-1617

Usurpation du titre d’écuyer et adoption du mode de vie nobiliaire (Gilles I et II)

1617

Election à l’échevinat de Tours (Gilles II)

1677

Achat d’un office de secrétaire du roi en la grande chancellerie de France pour 59 000 l. (Léonor)

1688

Achat d’un office de maître à la chambre des comptes de Paris pour 117 100 l. (Léonor)77

1722 et 1748

Office de premier président au bureau des finances de Tours (Joseph et Joseph-Jean)

  • 78 LEVER (Maurice), Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, t. I. L’irrésistible ascension, 1732-1774, (...)

31Onze lignages ont accédé au second ordre par le biais d’une charge de chancellerie, quatorze si l’on prend en compte les trois que l’on vient d’évoquer (mais la règle de l’antériorité définie plus haut ne l’autorise pas). L’image de la « savonnette à vilains » a toujours été calamiteuse, comme Beaumarchais a pu en faire l’expérience en son temps78. Est-ce pour cette raison que les Gilles, anoblis par charge de secrétaire du roi en 1552, ont inventé cette histoire de capitaine anglais et de serviteur du Prince Noir ? Peut-être. La noblesse de chancellerie est par ailleurs également sujette à d’épisodiques confirmations de privilèges en espèces sonnantes et trébuchantes. Néanmoins, elle a le mérite de faire accéder une lignée à la noblesse au premier degré, qui prend pleinement effet en cas de mort en charge du titulaire de l’office ou de démission au bout de vingt ans d’exercice. On peut donc comprendre son succès non démenti jusqu’en 1789.

  • 79 TALLEMANT DES REAUX (Gédéon), ouvr. cit., t. 1, p. 185.
  • 80 A.D. Sarthe, 4E LIX/444 (notaire Dalibourg) : inventaire après décès d’A.-F. Portail, 12/3/1750, co (...)
  • 81 A.M. Tours, BB 57, f° 322 v°-323 r° (17/5/1684).
  • 82 3E 1/926 (notaire Thenon) : inventaire après décès de R. Legras, 26/2/1765, cote SSSS des papiers.
  • 83 B.N.F., Dossiers bleus 595, dossier n° 15 671, f. 2v°-3 r°. BAYARD (Françoise/, ouvr. cit., p. 355- (...)
  • 84 C’est Louis XVI qui a octroyé le plus de lettres : 17 par an en moyenne. BIEN (David D), « La réact (...)

32Les formes plus « honorables » d’accession à la noblesse, les cours souveraines et les lettres patentes du roi, ne concernent qu’une minorité de lignages : six. Sur les cinq promus grâce aux juridictions supérieures, deux se sont illustrés au parlement de Bretagne et trois dans les cours parisiennes. Jacques Gaultier et René Cazet sont tous deux fils et petits-fils de conseillers au parlement de Bretagne. Dans le cas des Gaultier, la noblesse de la famille est renforcée (si l’on peut dire) par le passage du père du trésorier de France à la mairie de Tours en 1619-1620. Deux des trois lignages parisiens appartiennent au sommet de la magistrature française. La famille de François Portail, trésorier de France en 1683, fils d’un maître des comptes et petit-fils d’un conseiller du parlement de Paris évoqué par Tallemant des Réaux79, est issue d’un premier chirurgien d’Henri IV originaire du Béarn. Par sa mère Anne Hotman, il est apparenté à la fois à l’un des fondateurs de la Ligue et à l’un des plus célèbres monarchomaques du second XVIe siècle, François Hotman, auteur du traité Franco-Gallia. Deux générations dans les cours souveraines et une au bureau des finances de Tours n’ont pourtant pas mis à l’abri André-François Portail, qui succède à son père en 1712, de contestations sur sa noblesse : il dut à ce sujet soutenir un procès, dont la date et les circonstances nous échappent80. Le pedigree des Legras est un peu moins reluisant, aucun membre de la lignée n’ayant arpenté les chambres du parlement de Paris. Par contre, ils comptent une génération de plus dans les juridictions supérieures, comme le rappelle le père du trésorier de France René Legras dans une requête adressée au corps de ville de Tours (1684)81. Prudent, le trésorier de France conserve encore soigneusement par-devers lui en 1765 les titres relatifs à sa condition de privilégié82. La seule famille anoblie par lettres du roi est représentée au bureau des finances par deux frères. Pierre et Nicolas Sainctot. C’est le père de ces deux trésoriers de France, un gros marchand de la place de Paris, qui a reçu cette distinction en 1603, officiellement pour sa contribution à la création d’une manufacture de soie place Royale, en fait surtout, semble-t-il, pour les inestimables services qu’il a rendus au roi en tant que financier83. Un lignage sur 49, cela paraît bien peu, mais la monarchie n’a jamais été très prodigue de ce genre de faveur84.

  • 85 Les quatre exceptions : Cottereau, Lasnier, Legras et Mesnager.
  • 86 DEYON (Pierre), ouvr. cit., p. 272-273. GRESSET (Maurice), ouvr. cit., t. 1, p. 369-370. BLUCHE (Fr (...)

33Deux constatations se dégagent au sujet des lignages nobles qui, à un moment ou un autre, ont compté des représentants au bureau des finances. En premier lieu, la menace d’une remise en cause de leur noblesse par la monarchie, dont la politique est de limiter tant qu’elle peut le nombre d’exempts de taille, pèse en permanence sur eux et explique en partie le sentiment (pas très éloigné d’une forme de paranoïa) que tout le monde cherche la perte des trésoriers de France, qui perce souvent dans la correspondance de ces derniers. En second lieu, on est frappé par le caractère récent de cette noblesse : en dehors des anoblis par le mode de vie, dans 29 cas sur 33 l’entrée dans le second ordre est l’œuvre du grand-père de l’officier du bureau (12 cas), de son père (20), voire à une reprise de l’intéressé en personne (Henri de La Peyre, nommé capitoul de Toulouse en 1716, six ans avant qu’il ne devienne trésorier de France à Tours)85. Même les anoblissements taisibles n’ont pas l’ancienneté qu’on pourrait imaginer. Dans la majorité des cas, l’agrégation est le fait du père ou de l’aïeul. Seules quatre familles peuvent prétendre à une noblesse antérieure au XVIe siècle : les La Barre, Le Blanc, Le Mercier et Viart, agrégés au second ordre au cours du XVe siècle, selon toute vraisemblance. La situation tourangelle n’a aucun caractère original, la fraîcheur de la noblesse des trésoriers de France ayant déjà été relevée pour Amiens et Besançon. Le cas du duc de Piney-Luxembourg, qui devient chevalier d’honneur au bureau des finances de Paris en 1768, paraît très isolé, pour ne pas dire unique86. Voilà qui atténue considérablement les appréciations d’un L’Hermite de Souliers sur la « qualité » des personnes fréquentant la compagnie dans les premiers temps de son existence.

2) LES ORIGINES SOCIOPROFESSIONNELLES DES OFFICIERS SUPÉRIEURS

34La relative abondance des sources permet d’appliquer la méthode statistique aux deux générations précédant celle qui accède au siège. Plus haut dans le temps, on dispose de quelques données sur les bisaïeux paternels des officiers, mais trop peu nombreuses pour être réellement significatives. Y a-t-il eu véritablement « prise d’assaut » de la compagnie par des individus issus du monde marchand au cours du XVIIIe siècle (ou, qui sait, avant ?), comme l’anonyme du présidial de Tours et les rédacteurs du cahier de doléances de la ville le laissent entendre ? La question en entraîne une autre : quelles catégories socioprofessionnelles dominaient le bureau avant l’entrée en force – si elle a bien eu lieu – des négociants et entrepreneurs de tout poil ? C’est à ces deux interrogations qu’il faut tenter de répondre.

a) Robe ou marchandise ?

35Sur l’ensemble de la période, les officiers du bureau des finances sont majoritairement d’extraction robine : 55,5 % des pères et 46 % des grands-pères maternels et paternels des membres du siège ont été titulaires d’une charge au cours de leur existence. Les marchands et entrepreneurs forment 25 % des pères et 35,3 % des grands-pères des officiers (32,1 % et 36,7 % si l’on adjoint au groupe les officiers ayant dans un premier temps été commerçants ou entrepreneurs). Un petit groupe socioprofessionnel (2,4 %) encore présent à la génération des grands-pères a disparu de la catégorie des pères : les maîtres de métier. Le poids de la marchandise et de l’artisanat s’accroît au fur et à mesure que l’on recule dans le passé. Cela montre bien que les officiers supérieurs du bureau des finances forment une communauté d’individus en pleine ascension sociale, dont les racines plongent dans la bourgeoisie urbaine.

36Pour se prononcer sur la validité des témoignages précités, il faut à nouveau diviser l’échantillon en deux, membres du siège reçus avant 1701 d’un côté, officiers installés au cours du dernier siècle de l’Ancien Régime de l’autre. Dans le premier groupe, les ascendants appartenant au monde du commerce et de l’entreprise sont proportionnellement peu nombreux : 16,7 % des pères et 19,5 % des aïeux. Dans le deuxième, les pourcentages sont nettement supérieurs aux moyennes bi-séculaires : 32,7 % des pères et 46,2 % des grands-pères. La percée des représentants des milieux marchands (au sens très large) au XVIIIe siècle est indéniable, toutefois elle est loin d’avoir l’ampleur signalée par les observateurs. La compagnie, « retraite ordinaire des gens d’affaires et des négociants qui ont gagné du bien » ? Le jugement paraît très exagéré.

  • 87 ROCHE (Daniel), Histoire des choses banales..., ouvr. cit., p. 85-91 ; PETITFRERE (Claude), Le scan (...)
  • 88 VOLTAIRE, Lettres philosophiques, rééd., Paris, 1964, p. 66-67 : « Dixième lettre. Sur le commerce. (...)

37En fait, les différences sociales entre membres de la compagnie d’une période à l’autre ne sont pas aussi nettes que les statistiques le suggèrent. Pour comprendre pourquoi, il faut savoir qu’aux XVIe et XVIIe siècles, le préjugé anti-marchand conserve encore toute sa force. Le phénomène ne disparaît pas totalement au temps des Lumières, mais l’évolution des mœurs et le goût de plus en plus prononcé pour les multiples « choses banales » qui rendent la vie plus agréable – autrement dit l’apparition de la notion de confort – ont auréolé le métier de négociant, c’est-à-dire de dispensateur des produits que l’on s’arrache désormais, d’un prestige nouveau87. Voltaire, parmi beaucoup d’autres, s’en fait le chantre dans ses Lettres philosophiques88 :

« Je ne sais (...) lequel est plus utile à un Etat, ou un seigneur bien poudré qui sait précisément à quelle heure le Roi se lève, à quelle heure il se couche, et qui se donne des airs de grandeur en jouant le rôle d’esclave dans l’antichambre d’un ministre, ou un négociant qui enrichit son pays, donne de son cabinet des ordres à Surate et au Caire, et contribue au bonheur du monde ».

  • 89 Au moins 55,5 % des bourgeois étudiés par Philippe Péniello et Loïc Piquiot dans les rôles de capit (...)
  • 90 Pour une définition de ce terme, cf. MAILLARD (Brigitte), Les campagnes de Touraine..., ouvr. cit.,(...)
  • 91 DUBE (Jean-Claude), « Claude Robin, bourgeois de Tours, 1520 ( ?) - 1587 », B.S.A.T., t. 39 1981, p (...)
  • 92 3E 9/141 (notaire Foucher) : dissolution de société, 9/1/1597 La société possède alors 9 979 écus e (...)
  • 93 3E 2/75 (notaire Portays) : inventaire après décès du 15/5/1641.
  • 94 COLBERT DE CROISSY (Charles). Rapport au roi sur la province de Touraine, publié par C. de Sourdeva (...)

38Au XVIIIe siècle, les jeunes gens issus de la bourgeoisie dévoilent assez spontanément leurs origines dans les actes et contrats de mariage (nos principales sources). Il n’en allait pas ainsi au siècle du Bourgeois gentilhomme. Au XVIIe siècle, à Tours et ailleurs, beaucoup de vieux commerçants enrichis préfèrent se montrer discrets sur la profession à laquelle ils doivent leur réussite. Ils prennent volontiers dans les actes officiels la qualité de bourgeois, qui, comme de récentes études l’ont établi89, désigne dans la majorité des cas des commerçants et des maîtres de métier de premier plan ayant ralenti ou cessé leurs activités. Ils peuvent aussi se présenter comme « sieurs » d’un lieu donné, généralement une seigneurie ou une métairie90 (parfois même une exploitation plus modeste) qu’ils possèdent dans les environs de leur ville de résidence. Les exemples ne manquent pas au sein des ascendants des officiers du bureau : le grand-père paternel du trésorier de France Charles Robin, un gros marchand de draps de soie mort en 1587, s’intitule dans les actes notariés au cours des dix dernières années de son existence « sieur du Plessis et du Vau, bourgeois et échevin de Tours », désignation retenue par la postérité car reprise dans les contrats de mariage de ses nombreux enfants91. Autre individu ayant cherché à gommer les aspects peu gratifiants de sa biographie : Pierre Mathé, aïeul du trésorier de France du même nom. Ce personnage, apparenté de façon lointaine au précédent, exerçait le métier de marchand dans le chef-lieu de la généralité dans les dernières années du XVIe siècle en association avec un frère et deux beaux-frères92. Moins d’un demi-siècle plus tard, plus rien ne rappelle la profession de celui qui ne s’intitule plus que sieur du Bouys et qui vit confortablement de ses rentes, ni ses papiers pourtant soigneusement prisés à son décès (1641)93, ni l’acte de mariage de son fils Charles ; c’est une appréciation (désobligeante) de l’intendant de Tours Colbert de Croissy au sujet de ce dernier, « fils unique d’un marchand »94, qui nous permet de faire le lien entre le commerçant prospère de l’époque d’Henri IV et l’honorable « sieur » de la fin du ministère Richelieu.

  • 95 3E 2/249 (notaire Vacher) : contrat de mariage de N. Joubert de la Maditière, 11/1/1649. 3E 1/954 ( (...)

39Les ascendants d’officiers du bureau des finances qualifiés de bourgeois ou de sieurs (voire de seigneurs dans de rares cas) d’un quelconque lieu sont nettement plus nombreux dans la première tranche chronologique : 14 pères et 21 grands-pères, contre 4 pères et 11 grands-pères à l’époque des Lumières. Le problème, c’est qu’il n’existe aucune certitude que tous soient d’anciens marchands ou entrepreneurs. Nous possédons quelques informations sur les Robin, les Mathé et un petit nombre d’autres lignages qui, si l’on en juge par les multiples données de l’historiographie, laissent à penser que la plupart des ascendants ainsi désignés appartiennent au monde marchand, mais il serait pour le moins hasardeux de tous les y inclure, trop d’exemples a contrario s’y opposant. Pour s’en tenir au milieu des officiers du bureau des finances, deux fils de trésoriers de France, Nicolas Joubert de la Maditière et Pierre Abraham de la Bretonnière95, ont toujours été qualifiés de bourgeois de Tours, bien que n’ayant jamais exercé de métier en rapport avec le commerce : ils devaient cette appellation au fait qu’ils résidaient en ville, où ils menaient une vie de rentiers plus ou moins oisive. Toutefois, si l’on considère que les bourgeois et autres « sieurs » sont en majorité d’anciens marchands, il n’est pas interdit de reconsidérer les pourcentages précédemment proposés.

Tableau 40 : Pourcentage de marchands et entrepreneurs parmi les ascendants d’officiers reçus avant 1701

 % initial

 % corrigé (+ bourgeois et « sieurs »)

Pères

16.7

30.4

Grands-pères

19.5

37.3

Tableau 41 : Pourcentage de marchands et entrepreneurs parmi les ascendants d’officiers reçus à partir de 1701

 % initial

 % corrigé (+ bourgeois et « sieurs »)

Pères

32,7

36.2

Grands-pères

46,2

52,6

40Si le pourcentage d’ascendants marchands et entrepreneurs a presque doublé dans la catégorie des officiers reçus avant 1701, il n’a augmenté que d’environ 4 % dans ceux installés au XVIIIe siècle, ce qui est négligeable. Le souci de dissimuler ses origines bourgeoises au Grand Siècle apparaît nettement ici. A quelle époque les représentants des milieux marchands ont-ils commencé à coloniser la compagnie ? Pour répondre à cette question, l’adoption d’un découpage chronologique plus fin est nécessaire.

  • 96 P. Sainctot (1621), N. Sainctot (1625), J. Gaullepied (1628), C. Drouin (1632), C. Robin (1632) et (...)

41La pénétration des représentants du négoce et de l’entreprise s’est effectuée en deux temps. Avant 1620, ils sont pratiquement absents : seulement deux trésoriers de France ont pour père un marchand, Marc de Fortia et Valéran Perrochel. La première vague fait une entrée discrète dans la compagnie sous le règne de Louis ΧΠΙ, période de guerre, donc de multiplication des offices (13 créations) : six officiers d’origine marchande intègrent le corps entre 1621 et 1643, sur 33 nouveaux arrivants96. Cependant, un seul a acquis une charge nouvellement créée par le roi, un nommé Jean Gaullepied, le seul ancien marchand du lot, ce qui n’est probablement pas un hasard. Cela signifie que l’entrée des cinq autres s’est faite avec l’assentiment de la compagnie, car il leur a fallu solliciter l’achat d’un office soit d’un individu désireux de démissionner, soit des héritiers d’un titulaire mort en exercice. Aucun vendeur n’aurait cédé une charge à n’importe qui, car la transaction aurait pu être annulée si l’impétrant n’avait pas obtenu l’agrément de l’ensemble des trésoriers. De 1644 au début des années 1670, le rythme des entrées n’évolue guère : trois sur dix-huit. La deuxième vague débute au moment de la guerre de Flollande et se poursuit au-delà : trois installations sur douze au cours de la décennie 1670, deux sur huit dans les années 1680, trois sur onze entre 1691 et 1700. Les deux premières décennies du XVIIIe siècle voient affluer des candidats à l’office fils de commerçants et, grande nouveauté, d’entrepreneurs (avec Gatien Pinon en 1702 puis Jacques Orceau en 1713, tous deux fils de marchands maîtres ouvriers en soie) : six sur quatorze de 1701 à 1710 et quatre sur treize de 1711 à 1720. Dans les trente dernières années de l’Ancien Régime, les fils de marchands et d’entrepreneurs font même jeu égal avec les officiers issus de la robe.

Tableau 42 : Proportion d’officiers du siège fils de marchands ou d’entrepreneurs (1577-1790)

Des origines à 1620

1 sur 13

1621-1670

1 sur 6

1671-1700

1 sur 4

1701-1760

1 sur 3

1761-1790

1 sur 2

42En définitive, la compagnie a toujours compté dans ses rangs des officiers venus du monde de la boutique et du négoce. Les deux cas relevés avant 1621 ne constituent que la partie émergée de l’iceberg, car nous n’avons pas inclus dans le tableau ci-dessus les officiers dont l’aïeul patronymique était marchand ou dont les ascendants se présentaient comme des bourgeois ou des « sieurs ». Au fil du temps, le poids de la marchandise s’accroît, même si à aucun moment, y compris dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, elle ne devient majoritaire. On conçoit que les observateurs, portés par la passion donc prompts à l’exagération, aient à l’époque eu le sentiment d’une colonisation massive de l’institution par les négociants, une évolution jugée sévèrement par le généalogiste du Grand Siècle tant elle bouleverse les schémas traditionnels de la société d’ordres, plus pragmatiquement par les témoins du Siècle des Lumières, qui déplorent les pertes subies par le commerce et la multiplication de privilégiés, pour le plus grand malheur de ceux sur lesquels retombe le poids de l’impôt.

  • 97 GRESSET (Maurice), οuvr. cit., t. 1, p. 369-370.
  • 98 ROSSET (Philippe), ouvr. cit., p. 65-67.
  • 99 BROUSSELLE-BASQUES (Valérie), « Le bureau des finances de Montauban... », art. cit., p. 53-81. DEYO (...)
  • 100 MEYER (Jean), ouvr. cit., t. 1, p. 225-226.

43Le bureau des finances de Tours est-il dans la norme ou se distingue-t-il des autres compagnies du royaume ? Sur ce point, les statistiques font globalement défaut. Les résultats obtenus pour le bureau des finances de Besançon, de création tardive (1770), ne portent que sur un petit nombre d’individus : seulement deux pères d’officiers sur vingt se rattachent aux milieux marchands (un marchand fabricant en soie et un marchand orfèvre), auxquels on peut à la rigueur ajouter deux bourgeois, les autres appartenant pour la plupart à la robe locale. Cette faible représentation des couches commerçantes s’explique par le manque de dynamisme économique de la ville et sans doute aussi le particularisme institutionnel du bureau des finances, déjà évoqué97. Dans la capitale de la Flandre, Philippe Rosset dénombre 47,8 % de fils d’officiers et seulement 13 % d’enfants de marchands, mais comme il le remarque lui-même, l’honnêteté impose de revoir ce chiffre à la hausse (25 % environ ?), compte tenu des 18,4 % d’individus ayant pour père un « bourgeois »98. Les tendances connues par ailleurs semblent confirmer les résultats obtenus pour Tours et Lille : que ce soit à Montauban, à Amiens ou à Bordeaux, les compagnies sont dominées par deux groupes, les officiers d’origine robine et ceux issus du monde du commerce au sens large (incluant les couches supérieures des métiers), ces derniers mieux représentés à Bordeaux qu’ailleurs, apparemment99. Dans ces villes, plus l’on remonte dans le passé des familles, plus le poids de la marchandise s’accroît, comme à Tours. Les trésoriers de France de Nantes, fils d’officiers de la chambre des comptes de Bretagne, d’armateurs et de grands planteurs antillais, se présentent sous un jour assez analogue à leurs confrères des corps précités100.

  • 101 Le mémoire de D.E.A. de Pascal Rebière n’apporte que peu d’informations sur les officiers du présid (...)
  • 102 BRIZAY (François), Le corps municipal de Tours de 1724 à 1789, Mémoire de maîtrise dact., Universit (...)
  • 103 AZEMA (Christophe), Les juges magistrats du présidial d’Angers dans la seconde moitié du XVIIIe siè (...)
  • 104 BECHU (Philippe), « Les officiers du grenier à sel d’Angers sous l’Ancien Régime », A.B.P.O., t. 84 (...)
  • 105 BLUCHE (François), Les magistrats du parlement de Paris au XVIIIe siècle, rééd., Paris, 1986, p. 41 (...)
  • 106 BLUCHE (François), Les magistrats du Grand Conseil au XVIIIe siècle, 1690-1791, Paris, 1966, et Les (...)

44Sur un autre plan, on aimerait pouvoir dresser une comparaison entre le bureau des finances de Tours et les autres juridictions de la ville, en particulier le présidial. Malheureusement, aucune compagnie tourangelle n’a encore été étudiée de façon approfondie101, à l’exception du corps de ville, que l’on ne peut rapprocher d’un corps d’officiers, le recrutement de ses membres reposant sur des principes trop différents102. Les chiffres dont on dispose au sujet du présidial d’Angers laissent entrevoir une institution contrôlée par une société bien différente de celle qui fréquente le bureau des finances. Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, les trois quarts des officiers sont fils de juges, les enfants de marchands ou de négociants représentant moins de 5 % de l’ensemble – et cette catégorie est apparemment en progression, ce qui donne une petite idée de ce qu’il pouvait en être au XVIIe siècle et au début du XVIII103. Par contre, le grenier à sel d’Angers, compagnie financière comme le corps des trésoriers de France de Tours, mais infiniment moins prestigieuse, pourrait être qualifié de bastion du monde du commerce104. Toutes proportions gardées, la composition du présidial angevin rappelle celle des parlements, qui accordent peu de place aux représentants du négoce, même très fortunés, à qui il ne sied pas de rendre la justice ordinaire selon les préjugés de l’époque (Paris et Aix seraient d’excellentes illustrations105), alors que le milieu de recrutement des officiers du bureau des finances de Tours comme de la plupart des bureaux de province fait beaucoup penser à celui d’une cour des aides ou de la cour des monnaies de Paris, plus ouvertes aux hommes nouveaux106. Sur le plan social, notre étude confirme l’existence d’un fort clivage entre compagnies judiciaires très regardantes en matière de recrutement, et corps d’officiers de finance prêts à certains accommodements.

b) Les ascendants : approche catégorielle

Les officiers

  • 107 Du moins pas avant 1732. PETITFRERE (Claude), « Les officiers... », art. cit., p. 121-138.

45Les robins, on l’a vu, constituent la catégorie la mieux représentée parmi les ascendants proches des membres du siège. Mais il convient d’opérer une première distinction entre les individus n’ayant jamais dépassé le stade de l’office subalterne – sous-ensemble qui comprend les notaires royaux, qui, par exemple, ne peuvent prétendre à l’échevinat dans bon nombre de villes, dont Tours107 – et ceux ayant accédé à de plus hautes responsabilités. Seulement 9 % des pères appartiennent au premier groupe, ce qui montre le haut niveau social de l’échantillon. Un seul officier supérieur, François Dorion, a pour père un détenteur d’une charge subalterne du bureau : il est le fils d’un premier huissier. Encore faut-il préciser que la condition de greffier en chef de François Dorion est la moins valorisante parmi les offices supérieurs, car le titulaire de cette charge, à laquelle le roi a tardivement accordé l’anoblissement graduel (1695), ne participe pas aux délibérations de la compagnie. D’un autre côté, la charge de premier huissier est la plus prestigieuse de la strate inférieure.

  • 108 Les commerçants promus à l’office sont inclus dans les effectifs.

46Tout se complique si l’on envisage une classification plus détaillée. On ne compte pas moins de 167 charges exercées par 136 pères, différence due au fait que certains ont accompli un cursus honorum (d’une charge modeste à une de meilleur standing ou plus rémunératrice) ou ont tout simplement cumulé plusieurs offices. Dans le corpus des grands-pères, le rapport est de 156 charges pour 135 individus. On comprend qu’un classement cohérent se révèle problématique. Faut-il considérer les individus seuls, ce qui reviendrait à ne retenir que l’une des charges des personnes en ayant possédé deux ou davantage (la plus « gratifiante » socialement parlant, sans doute ?) ou mieux vaut-il comptabiliser les offices indépendamment des hommes, procédé qui éviterait d’avoir à faire des choix cornéliens ? En effet, définir le degré d’honorabilité d’un état ou d’une charge s’avère délicat, car les critères de considération ne cessent d’évoluer. Les tableaux ci-dessous permettent d’opérer un compromis entre les deux approches : les colonnes 2, 3 et 4 dénombrent les charges tandis que les pourcentages de la dernière colonne sont calculés par rapport au nombre d’individus qui les ont exercées108.

Tableau 43 : Nature des offices exercés par les pères selon la date de réception des fils

Tableau 43 : Nature des offices exercés par les pères selon la date de réception des fils

Tableau 44 : Nature des offices exercés par les grands-pères selon la date de réception des petit-fils

Tableau 44 : Nature des offices exercés par les grands-pères selon la date de réception des petit-fils

47Penchons-nous d’abord sur la génération des aïeux. Dix sous-catégories ont été définies. Aucune n’écrase les autres, signe de la diversité et de l’hétérogénéité des parcours familiaux, au contraire de ce que l’on peut observer au bureau des finances de Bordeaux et dans la communauté des trésoriers de France bretons, où le recrutement robin s’effectue prioritairement dans un petit nombre de compagnies. Les présidiaux, par exemple, ne constituent pas le vivier que l’on pourrait imaginer. Les indices de ce qu’un spécialiste comme L’Hermite de Souliers ne manquerait pas d’interpréter en termes de « déclin » apparaissent clairement : les individus revêtus de charges prestigieuses (officiers de cour souveraine, de la maison du roi ou d’un prince) sont moins nombreux passé 1700, alors que les bas officiers comme les notaires, procureurs ou huissiers creusent leur sillon au fil du temps. Prenons à titre d’exemple les membres des cours souveraines et les détenteurs de charges subalternes : 17 % des aïeux robins des officiers supérieurs reçus au Grand Siècle ont appartenu à la première sous-catégorie, contre seulement 4 % à la période suivante ; de leur côté, les grands-pères bas officiers d’une justice royale forment seulement 9 % de l’échantillon ancien, alors qu’ils représentent 17 % du récent. A la génération qui précède l’accès au bureau, les tendances sont à peu de choses près semblables : les belles carrières sont plus fréquentes parmi les pères de trésoriers reçus aux XVIe et XVIIe siècles. Les fils d’officiers d’un bureau des finances (Tours n’est pas le seul concerné) sont proportionnellement plus nombreux que les petits-fils de membres de la compagnie (38,2 % contre 5,2 %, grands-pères maternels exclus), résultat logique puisque deux générations de présence au siège suffisent pour anoblir un lignage. Les rares individus à la fois fils et petit-fils d’officiers du bureau revêtus d’une charge supérieure conservent leur charge avant tout pour des motifs d’ordre patrimonial. Au niveau global, notons que seulement 22,1 % des membres du siège ont pour géniteur un individu ayant fait carrière dans un bureau des finances, ce qui donne d’ores et déjà une idée du faible nombre de lignages que la compagnie a pu anoblir.

Les marchands et les entrepreneurs

  • 109 3E 4/421 (notaire Michau) : inventaire après décès du 23/12/1729.
  • 110 CHARMEIL (Jean-Paul), ouvr. cit., p. 29.
  • 111 Dans les années 1670, bien longtemps avant que son fils ne devienne trésorier de France (le temps e (...)
  • 112 Exemples puisés chez le notaire Brisset à la fin du règne de Louis XV : cf. CAILLOU (François), Les (...)
  • 113 DESAGUILLER (Cristel), Les marchands en soie tourangeaux dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. M (...)

48Ce groupe comprend trois catégories de professions : les marchands ; les « marchands bourgeois » et les négociants ; les marchands maîtres ouvriers en soie et les marchands fabricants. Les deux premières se rattachent au commerce, la troisième à ce qu’on pourrait appeler l’entreprise. A première vue, les distinctions paraissent claires. En fait, le plus grand flou règne. La définition du mot marchand a le défaut d’être vague : un colporteur comme un négociant de carrure internationale peuvent être qualifiés ainsi. Marchand de quoi, d’ailleurs ? Les sources ne le disent pratiquement jamais. Seuls les inventaires après décès (non systématiques et souvent difficiles à localiser) ou les papiers professionnels de l’intéressé peuvent apporter une réponse, et encore. Sur les 23 pères d’officiers présentés comme marchands, on ne connaît que sept spécialités : un marchand de draps de laine, un de draps de soie, deux de draps (sans autre précision), un pelletier, un banquier et un salpêtrier. Le père du greffier François Leblanc est marchand détaillant, mais les registres paroissiaux ne précisent pas de quoi. Grâce à l’inventaire après décès de son épouse, on sait qu’il vend des étoffes en boutique et dans les foires109. Normalement, les officiers des chambres des comptes et des bureaux des finances répugnent à recevoir les fils de commerçants au détail110. La nature de l’office – le greffier n’est pas véritablement membre de la compagnie – a pu ici autoriser une exception111. Le terme « marchand », dans les arts mécaniques, a une valeur d’épithète honorifique : il désigne de gros maîtres de métier parvenus à une certaine prospérité. Parfois même, le terme « maître » est omis112. Cependant, à la différence des véritables marchands, ces artisans ont eux-mêmes fabriqué les produits qu’ils commercialisent. Presque toujours, le marchand dispose d’une boutique ou d’un magasin, le plus souvent au rez-de-chaussée de sa demeure, dans lequel il reçoit sa clientèle et vend ses articles au détail, ce qui ne l’empêche pas de se livrer éventuellement à la vente en gros. Ce trait le distingue du négociant, d’une toute autre envergure, qui se consacre exclusivement au commerce au long cours. Parfois, il ne voit même pas la marchandise qu’il importe ou exporte, laissant le soin à ses correspondants ou commissionnaires de s’occuper des achats, du stockage et des expéditions. L’expression « marchand bourgeois », à Tours, est synonyme de négociant. Ce dernier terme, plus tardif, finit par s’imposer dans la première moitié du XVIIIe siècle. Hormis dans de rares cas peut-être, le marchand bourgeois n’est pas un commerçant plus ou moins retiré des affaires, comme pourrait le suggérer le deuxième élément de l’expression113.

  • 114 MAILLARD (Brigitte), « Un lent assoupissement (XVIIe-XVIIIe siècles) », dans CHEVALIER (Bernard), d (...)
  • 115 Pour reprendre une expression des trésoriers de France de Tours : A.N., G7 530, année 1713, pièce 5 (...)
  • 116 PEUTFRERE (Claude), « Les officiers... », art. cit., p. 121-138.
  • 117 Constatation déjà faite par Cristel Desaguiller (Les marchands en soie tourangeaux..., mém. cit., p (...)

49La profession de marchand maître ouvrier en soie – expression relayée, passé le tout début du XVIIIe siècle, par celle de marchand fabricant en soie – est spécifique à Tours, où les soieries constituent la principale activité industrielle. Malgré des périodes de crise, la manufacture nourrit tant bien que mal plus de la moitié des Tourangeaux et offre du travail aux paysans de la « banlieue », chargés du dévidage des étoffes114. Authentiques chefs d’entreprise, les marchands fabricants achètent la matière première en Italie, en Espagne ou dans le sud de la France (Languedoc surtout), la confient aux ouvriers en soie et aux teinturiers. Au bout de la chaîne, ils vendent les produits finis sur le marché national et international à une clientèle aisée (grande noblesse, membres du clergé, haute bourgeoisie en général). Comme leur nom l’indique, ce sont donc aussi des commerçants. Or, si ce dernier métier ne bénéficie pas d’une pleine reconnaissance sociale, celui de fabricant est encore plus mal considéré, car intimement lié au monde des arts mécaniques. Un nombre non négligeable d’entrepreneurs sont à la base des maîtres ouvriers en soie, c’est-à-dire de « vils artisans »115. Il faut savoir que si le corps de ville de Tours s’est précocement ouvert aux marchands, il n’a jamais accepté de chefs de la manufacture dans ses rangs116. Ce regard défavorable du corps social explique que certains préfèrent se réclamer de l’état de marchand seul. L’examen des inventaires après décès tourangeau montre qu’un nombre considérable de marchands, de marchands bourgeois et même de négociants tourangeaux sont des marchands fabricants en activité ou ayant exercé cette profession à un moment ou à un autre de leur existence117.

  • 118 PENIELLO (Philippe), mém. cit., p. 45.
  • 119 C 888, affiche imprimée ; 3E 6/232 (notaire Archambault de Beaune) : inventaire après décès de Mart (...)

50Cette confusion sémantique rend suspecte toute nomenclature. Prenons un exemple : un dénommé François Socieux, marchand bourgeois lors de son mariage en 1671, figure dans le rôle de capitation de 1721 parmi les bourgeois de la ville et apparaît quelque temps plus tard dans le registre mortuaire de sa paroisse sous la désignation de marchand fabricant118. La logique voudrait que l’on distingue les marchands bourgeois et les négociants, d’un niveau de fortune a priori supérieur, des marchands et des marchands fabricants. La prudence interdit en fait d’opposer ces catégories de façon trop rigoureuse. Gatien-Martin Gohuau de Saint-Jean, père d’un trésorier de France nommé dans un catalogue de marchands en 1783, est déclaré marchand fabricant dans l’inventaire après décès de sa veuve réalisé deux ans plus tard. En fait, sa fortune – plus de 450 000 livres rien qu’en effets mobiliers, dont environ 95 % en lettres de changes, billets et créances diverses – et le rayonnement de son commerce (39 débiteurs à Paris, quelques autres à Alençon, Nantes, Angers, Châtellerault, Bordeaux, etc.) incitent plutôt à le définir comme un négociant119. Si l’un des deux conjoints avait été en vie lors de la réalisation de l’acte, peut-être le notaire aurait-il d’ailleurs utilisé ce vocable plus gratifiant. Gardons à l’esprit que le classement ci-dessous n’a qu’une valeur relative. Néanmoins, les tendances qu’il met en évidence ne sont pas dénuées d’intérêt.

Tableau 45 : Profession des aïeux d’officiers supérieurs exerçant dans la marchandise ou l’entreprise

Effectif

 %

Marchands bourgeois / Négociants

38

36,5

Marchands

47

45

Marchands mes ouvriers en s. / Marchands fabricants

16

15,5

Fermiers de seigneuries

3

3

Tableau 46 : Profession des pères d’officiers supérieurs exerçant dans la marchandise ou l’entreprise

Effectif

 %

Marchands bourgeois / Négociants

38

54

Marchands

23

33

Marchands mes ouvriers en soie / Marchands fabricants

9

13

  • 120 ROSSET (Philippe), ouvr. cit., p. 31-32.
  • 121 GRANDMAISON (Louis de), Inventaire sommaire des archives départementales d’Indre-et-Loire antérieur (...)
  • 122 MAILLARD (Brigitte), Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle..., thèse citée, t. 2, p 568-572.

51La progression « qualitative », d’une génération à l’autre, apparaît avec netteté. Alors que la proportion d’aïeux simples marchands (parmi lesquels on relève 9 drapiers, 3 ferrons, 2 cloutiers, 1 mercier, 1 vendeur de toiles et de bas et 1 d’éventails) atteint presque 50 % et celle des chefs de la manufacture 15,5 %, ces deux sous-ensembles ne forment plus que 46 % chez les pères, groupe dominé par les commerçants de haut rang. Une sous-catégorie n’est plus représentée parmi ceux-ci : les fermiers de seigneuries (même si certains figurent peut-être parmi les marchands). Mieux vaut ne pas revendiquer ses racines rurales si Ton souhaite entrer dans une compagnie : à Lille, un officier ne fut jamais reçu malgré ses lettres de provision parce que son père, selon l’expression des trésoriers de France, avait « encore les pieds dans la fange »120. Ne soyons pas surpris si Noël Douineau, ancien fermier du marquisat d’Ussé en Touraine suivant son acte de sépulture en 1671 et grand-père du trésorier de France Gilles Douineau, est simplement qualifié de marchand lorsque sa veuve démissionne de ses biens en 1711121. Cela n’est d’ailleurs pas faux, car les preneurs de seigneuries sont sans doute les plus importants commerçants du monde rural (beaucoup sont à l’occasion blatiers)122.

  • 123 Bien sûr, certains sont peut-être « déguisés » en bourgeois ou en « sieurs ».
  • 124 Non datée, et dont l’auteur n’indique pas la source. B.N.F., Dossiers bleus 170, n° 4 513, pièce 4.
  • 125 3E 6/152 (notaire Loriot) : vente d’office du 29/7/1702.

52Si l’on prenait la peine de diviser chronologiquement l’échantillon comme plus haut, on relèverait un autre phénomène significatif : l’insigne rareté – deux cas seulement – des manufacturiers dans le corpus des pères d’officiers reçus avant 1701123. Sur les deux individus, l’un, père du greffier en chef Nicolas Augeard, n’y a d’ailleurs pas tout à fait sa place car son fils a fait son entrée au bureau à une époque (1679) où la charge n’était pas encore anoblissante. L’autre, père du trésorier Jean-Armand Charpentier, se rapproche des « sieurs » dont il a précédemment été question : maître ouvrier en soie lors du baptême de ses enfants (l’absence de l’épithète « marchand » n’empêche pas qu’il faille le considérer comme un chef d’entreprise), il connaît un succès fulgurant dans les affaires qui lui permet de s’intituler marchand bourgeois de Tours dès les années 1650 (outre la désignation de sieur de la Fosse-Morin) – il est même qualifié de « négociant sur mer » dans une pièce généalogique124. Quand son fils rejoint la communauté des trésoriers en 1679, quinze ans après son décès, le souvenir de son début de carrière s’est visiblement estompé. Le premier officier issu du monde des soieries et apparaissant bien comme tel aux yeux de ses confrères est Gatien Pinon, qui fut lui-même marchand maître ouvrier en soie pendant des années. Les circonstances dans lesquelles il acquiert sa charge de trésorier de France en 1702 sortent de l’ordinaire, ce qui n’est pas fait pour étonner : créée en 1698, elle est d’abord acquise par la compagnie à laquelle elle est unie, puis les officiers la cèdent à Pinon au bout de quelques mois pour renflouer des caisses excessivement sollicitées par le fisc royal. Notons au passage que le néo-trésorier est qualifié de bourgeois de Tours dans l’acte de vente, signe qu’il a probablement délaissé son métier125. Après ce précédent, d’autres s’engouffrent dans la brèche (Jacques Orceau en 1713, Antoine Girollet en 1745, Emery-Toussaint Letort en 1755...), mais la présence de fils de manufacturiers dans le siège demeurera discrète jusqu’à la Révolution.

Les autres professions

53On ne relève aucun artisan parmi les pères d’officiers supérieurs. Toute ascension lignagère doit s’effectuer sans brûler les étapes. L’accès au siège est interdit aux familles trop pressées d’arriver, les trésoriers de France veillant avec la plus grande sévérité à l’irréprochabilité des origines parentales des impétrants. Si la condition d’un père peut difficilement être dissumulée, celle d’un grand-père peut avoir été oubliée, ce qui explique que l’on puisse relever quelques rares représentants du monde des jurandes parmi les aïeux, un peu comme par accident.

  • 126 Luc Charpentier, père du trésorier de France Jean-Armand Charpentier et grand-père maternel du trés (...)
  • 127 GIRAUDET (Eugène), ouvr. cit., p. 275-276.
  • 128 Les deux occurrences de « maçon » se rapportent au même individu, grand-père des frères Etienne et (...)
  • 129 SOUTY (Marie-Rose), Une famille blésoise aux XVIe et XVIIe siècles : les Pathault, Blois, 1957, p. (...)

54Quelques mots sur les aïeux appartenant à ce milieu. Les sept individus recensés font partie des strates supérieures du monde des « arts mécaniques ». Deux sous-ensembles se dégagent : le luxe et le bâtiment, rares catégories de métier à ouvrir des perspectives d’enrichissement, pourvu qu’au savoir-faire se mêle une conjoncture favorable. Dans le premier, on rencontre un orfèvre, un pelletier, un maître ouvrier en soie126 et un brodeur, tous grands-pères d’officiers reçus avant 1701. Le dernier de la liste, Claude Delucz, également valet de chambre de Catherine de Médicis, fournisseur de la cour, connu notamment pour avoir participé aux préparatifs de l’entrée de François II à Amboise en 1559, ressemble plus à un petit chef d’entreprise qu’à un simple travailleur manuel127. Dans le second, on trouve deux maçons architectes et un couvreur128 dont les petits-fils ont intégré la compagnie au XVIIIe siècle. Signalons aussi un maître boulanger (aïeul d’Alexandre-Pierre Petiteau) et un maître tanneur, Jacques Pathault, qualifié de sieur de la Grande-Brosse et de la Lutaine, grand-père maternel du trésorier Nicolas Gaullepied, qui exerçait parallèlement à son activité principale la fonction de maître de la poste de Blois dans les premières années du XVIIe siècle129.

  • 130 A.D. Loire-Atlantique, Table des passagers embarqués à Nantes, 1692-1790.

55Les autres professions recensées relèvent soit de l’armée, soit pourraient être assimilées à ce que l’on nomme aujourd’hui les carrières libérales. Dans le corpus des pères, on dénombre cinq militaires (aucun d’un grade supérieur à celui de capitaine), trois avocats en parlement ayant exercé aux barreaux de Paris, d’Angers et du Mans, un secrétaire de l’intendance de Champagne et un chirurgien rural. Seul ce dernier dépare le lot et témoigne de la belle ascension sociale de la famille Testard. Les trois fils du modeste chirurgien de Luché-Pringé (Maine) ont émigré à Saint-Domingue, où ils ont fait fortune dans le commerce. Le premier y est mort négociant. Le deuxième, au départ simple engagé130, a fait l’acquisition à son retour en métropole d’une charge de secrétaire du roi près le parlement de Flandre. Le troisième, enfin, a acheté un office de trésorier de France à Tours. Du côté des aïeux, on relève trois militaires, quatre avocats dont deux à coup sûr n’ont jamais exercé et deux chirurgiens.

c) La participation aux affaires municipales

  • 131 Il s’agit d’un conseiller de ville de Paris et de trois élus tourangeaux : un assesseur, un conseil (...)
  • 132 Ces maires de Tours sont (les astérisques signalent des officiers du bureau des finances de Tours)  (...)
  • 133 Ou 25, si l’on ne compte qu’à une reprise les aïeux paternels des frères Aveline et Cassin.

56Les fonctions municipales constituent une forme d’aboutissement pour un lignage. A Tours, mais c’est aussi le cas dans un grand nombre de localités françaises, l’élection à la mairie sanctionne une double reconnaissance : celle des concitoyens (en fait d’une étroite sanior pars) et celle du pouvoir politique (le gouverneur, qui opte pour l’un des trois candidats ayant obtenu le plus de suffrages lors de l’élection proprement dite). Les places d’échevin, moins prestigieuses, récompensent principalement les élévations sociales récentes. Il n’est par conséquent pas surprenant de compter 17 maires parmi les pères d’officiers, 32 échevins et 4 élus de rang inférieur131. Tous les maires ont accompli leur mandat à Tours, sauf un, le père du trésorier de France René Sain, à Châtellerault132. L’éventail géographique est plus large chez les échevins : 21 sont tourangeaux, mais on relève aussi quatre échevins d’Angers, deux du Mans, deux de Paris, un d’Orléans, un de Blois et un de Château-Gontier. Si l’on divise à nouveau l’échantillon en deux tranches chronologiques, on ne constate aucun déséquilibre quantitatif entre les deux périodes (20 pères pour la période 1577-1700, 22 à l’époque suivante). Dans le détail, le nombre d’échevins est lui aussi à peu près équivalent (15 contre 17). Par contre, après 1700, de moins en moins de membres du siège sont fils de maires : six, contre onze auparavant. Au moins 27 familles133 (la documentation est lacunaire) comptent un grand-père paternel dans un corps de ville. Parmi ces glorieux ancêtres, six ont été maires de Tours, un d’Angers et un de Châtellerault. Seulement neuf officiers descendent par leur mère d’un représentant municipal, ce qui laisse à penser que les pères, pour la plupart, n’ont pas choisi leur épouse dans le milieu le plus éminent de la notabilité urbaine.

3) LES MÉCANISMES D’ASCENSION DES LIGNAGES D’OFFICIERS SUPÉRIEURS

  • 134 Cf. infra, chapitre VI, A, 1 : L’acquisition de l’office.

57Les candidats à une carrière au bureau des finances doivent remplir deux conditions : 1° appartenir (nous venons de le voir) à une famille d’un statut social élevé ou du moins qui s’est détournée des « vils » métiers mécaniques depuis deux générations ou plus ; 2° avoir de l’argent, car une charge de trésorier de France coûte cher134. Selon quels processus les lignages d’officiers supérieurs ont-ils réussi à atteindre l’indispensable degré d’honorabilité et à accumuler le précieux capital sans lesquels toute ascension aurait été impossible ? C’est ce que nous allons tenter de déterminer. Nous avons distingué d’un côté les lignées robines de vieille souche, qui ont obtenu plus ou moins tôt la considération sociale et les moyens financiers suffisants pour envisager le placement d’un de leurs représentants dans une compagnie de trésoriers de France ; de l’autre les familles d’origine marchande, artisanale voire paysanne récente, dont la trajectoire s’apparente davantage que dans le cas précédent à une course de fond – avec des à-coups et des temps d’arrêt – dont les objectifs sont les honneurs et l’enrichissement. Pour ces dernières, de loin les plus nombreuses, l’accès au bureau semble être un aboutissement logique, alors qu’en ce qui concerne les premières, on s’apercevra qu’il n’est pas toujours synonyme de promotion.

  • 135 35 si l’on compte deux fois les ascendants des frères Girault. Les autres sont les suivants : Aubry (...)
  • 136 Coste, Cottereau, Jannart, Mignon et Poulain.
  • 137 PALLU DE LESSERT (A.-C.), ouvr. cit., fasc. 2, p. 25-31.
  • 138 MAYAUD (Bernard), Recueil de généalogies angevines, ouvr. cit., vol. 4, 1984 (non paginé).

58Qu’est-ce qu’un lignage robin ? Nous n’avons pas adopté de définition trop stricte étant donné les lacunes de la documentation. Considérons qu’il s’agit d’une famille ayant fourni au moins deux générations d’officiers avant d’envoyer l’un des siens au bureau des finances. Seulement 34 officiers supérieurs ont à la fois pour père et grand-père paternel un robin135, chiffre sans doute légèrement inférieur à la réalité compte tenu du manque d’informations sur l’ascendance proche d’un certain nombre d’entre eux. On peut ajouter à ce corpus cinq autres familles, dans lesquelles l’un des deux ascendants pris en compte, sans être titulaire d’une charge, exerce une profession considérée comme « honorable » ou jouit d’un statut valorisant (militaire, écuyer, avocat en parlement)136. Une autre famille encore peut être considérée comme robine : les Godart, vraisemblablement issus du monde des offices seigneuriaux. Proportionnellement, ces lignages sont les moins nombreux. Il ne fait fait aucun doute qu’ils sont pour la plupart de souche marchande, comme le montre l’exemple des Pallu : Etienne Pallu, premier du nom, deuxième greffier de l’histoire du bureau des finances, père d’un jurisconsulte et aïeul d’un trésorier de France porteurs du même prénom, est le fils d’un marchand de Sainte-Maure, bourgade du sud de la Touraine, à proximité de l’Ile-Bouchard où sa famille était implantée depuis le XVe siècle au moins. Probablement a-t-il pour ancêtres des paysans aisés, des fermiers ou des régisseurs de seigneuries, car on relève un Pallu en 1474 au service des La Trémoïlle, barons de l’Ile-Bouchard137. Même remarque à propos des Tréton : Uriel, trisaïeul du trésorier de France, exerce comme son père le métier d’apothicaire à Saumur dans les dernières années du XVIe siècle, profession socialement comparable à celle de marchand au détail. Son fils, procureur du roi en la prévôté et maréchaussée de Saumur, est vraisemblablement le premier officier de la famille138.

  • 139 Le Blanc, Gilles, Gaultier, Cazet, Guillon, Dauphin, Godart, Bruley, Mégessier, Roulleau.
  • 140 Sont concernés les lignages Robichon. Girault, Dorion, Franquelin, Jannart.
  • 141 Lignages Viart, Le Gaigneur, Dreux, Poulain, Aubry, Egrot, Legrand, à la rigueur Duchesneau.
  • 142 Mandat, Lasnier, Chenaye, probablement aussi Milon.

59La plupart des représentants de ces lignages ont gravi les échelons de la promotion sociale en passant de charges modestes à des offices plus considérables. Deux groupes semblent se dessiner, l’un rassemblant les familles de souche rurale dont les ancêtres ont fait carrière dans les justices seigneuriales, l’autre celles qui ont fréquenté les juridictions royales (bailliages, présidiaux, élections, etc.). Cependant, rien ne dit que ces dernières n’aient pas auparavant connu le stade des prétoires seigneuriaux, ce qui tendrait à conclure en faveur d’un mode d’extraction unique des lignages robins. L’hypothèse mérite au moins être proposée, car de nombreuses études ont montré toute l’importance de la filière seigneuriale comme point de départ de l’ascension sociale des grandes familles françaises. Dans le premier groupe, on relève neuf familles (chiffre non exhaustif) parvenues au bureau des finances sur une période très étendue139, ce qui montre que jusqu’à la Révolution française, les justices seigneuriales restent un vivier d’élites. Bien des notables de l’époque napoléonienne et de la Restauration ont fait leurs premières armes dans ces instances : Marie-Louis-César Roulleau, trésorier de France et sénéchal du duché-pairie de La Vallière avant 1789, maire de Château-la-Vallière de 1791 à sa mort en 1800, en est la parfaite illustration. Dans le deuxième sous-ensemble, il est tentant de distinguer les familles dont le premier représentant connu est un officier subalterne140 et celles émergeant pour la première fois en pleine lumière par l’intermédiaire d’un membre d’un siège royal141, mais la coupure n’est-elle pas quelque peu arbitraire ? En effet, difficile de concevoir qu’un lignage entame son ascension par une charge supérieure de juridiction royale sans une période de transit à un niveau plus modeste, à moins d’être issu des couches aisées du monde de la marchandise. Dans quelques cas isolés142, les plus vieux ancêtres repérés sont des officiers de finance (receveurs en tous genres, essentiellement). Quand on sait le coût élevé des charges de comptables et le peu de considération dont elles jouissent, il y a fort à parier qu’il s’agisse de lignées de souche commerçante qui se sont orientées vers le secteur financier de la robe parce qu’il était plus accueillant à l’égard des familles nouvelles que le monde judiciaire.

  • 143 LE BRUN (Eugène), ouvr. cit., p. 32-39 et 55-65.
  • 144 BRULEY (Georges-Prudent), ouvr. cit., tableau dépliant en annexe.
  • 145 MOUSNIER (Roland), Lettres et mémoires..., ouvr. cit., p. 156.
  • 146 BAUDARD DE FONTAINE (Didier), « La famille Gaultier », Informations généalogiques, 1er trimestre 19 (...)
  • 147 LINIERE (Raoul de), Armorial de la Sarthe (2e série). Notes généalogiques sur les familles résidant (...)
  • 148 LE PRINCE D’ARDENAY (J.-B.-H.-M.), ouvr. cit., p. 47-48.
  • 149 COUILLARD (Georges), « Une famille de gens de robe : les Roulleau, de Château-la-Vallière », Inform (...)
  • 150 3E 2/28 (notaire Phellion) : contrat de mariage Dauphin/Duchamp, 19/2/1651.
  • 151 Le comportement de Jacques-Julien Royer senior semble assez caractéristique, bien qu’il ne soit pas (...)
  • 152 COUILLARD (Georges), « Une famille de gens de robe... », art. cit., p. 383-388.

60Parmi les lignages d’extraction seigneuriale, ceux originaires de Touraine semblent curieusement peu nombreux. Quelques-uns viennent d’horizons lointains, à l’instar des Le Blanc, sans doute officiers du duc de Bourbon dans la première moitié du XVe siècle (en 1532, Laurent II, père du premier trésorier de France de la famille, est bailli de Bourbon-Lancy)143, et des Bruley, qui, entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIIe, occupent les fonctions de procureurs fiscaux des justices de Bercenay-le-Hayer et de Villeneuve-Saint-Maurice dans le sud de la Champagne144. La majorité tirent leur origine de provinces voisines de la Touraine. principalement le Maine, apparemment une pépinière de familles notables : citons les Cazet, sénéchaux de seigneuries dans la région d’Ernée au XVIe siècle145, les Gaultier, procureurs du duché de Beaumont dès le XVe siècle146, les Guillon, juges et baillis dans la vicomté de Beaumont et Fresnay pour le compte des ducs d’Alençon à la même époque147, les Godart, descendants d’un bailli de Saint-Aignan (avant 1650)148 et les Roulleau, baillis de Rillé et procureurs de diverses seigneuries du sud-est du Maine durant la plus grande part du Grand Siècle puis, à compter de 1727, à la tête de la justice ducale de La Vallière149. La famille Gilles, déjà évoquée, vient du Vendômois, où son plus lointain ascendant identifié est procureur fiscal au commencement du XVIe siècle. En définitive, les Dauphin et les Mégessier paraissent être les seuls à avoir des racines tourangelles : Louis Dauphin a pour arrière-grand-père un procureur fiscal du duché de Luynes150 et les premiers Mégessier connus sont officiers dans le duché-pairie de Montbazon au XVIIe siècle. Peut-être faudrait-il ajouter les Graslin, probables descendants de quelque auxiliaire de justice des alentours de Semblançay. Hormis ce dernier cas, il semble que les officiers en question exercent tous des fonctions de rang élevé : procureurs fiscaux, baillis et sénéchaux correspondent aux gens du roi, conseillers et lieutenants généraux des sièges royaux. Apparemment (les sources manquent à ce sujet), ces lignages ont réussi à patiemment accumuler, génération après génération, le capital indispensable à un passage au niveau supérieur, permettant à leurs héritiers d’acquérir des charges aussi coûteuses que celles de conseiller au parlement de Bretagne (Gaultier, Cazet), de secrétaire du roi (Gilles) ou même de contrôleur général des finances, domaine et bois (Mégessier). Comme les autres, les offices seigneuriaux généraient des gages et des épices parfois élevés, mais leurs titulaires ont surtout su profiter de leur position stratégique dans le monde rural pour réaliser des investissements fonciers avantageux, notamment à l’occasion des liquidations judiciaires, lors desquelles des immeubles à bas prix étaient mis sur le marché151. De tous les lignages considérés, seuls les Roulleau, qui, il est vrai, avaient obtenu une première forme de consécration en se faisant octroyer la direction de la justice d’un duché-pairie, sont passés sans étape intermédiaire de la filière seigneuriale à la compagnie des trésoriers de France152.

  • 153 Lignages Franquelin, Girault et Robichon. Le greffier François Dorion descend de deux premiers huis (...)

61Sur les cinq familles tirant leur origine d’un bas officier d’une institution royale, quatre viennent de Tours. Dans trois cas sur quatre153, l’aïeul considéré détient une charge de procureur au présidial. Les Jannart, quant à eux, sont de souche lavalloise. Celles issues d’un officier supérieur ont pour la plupart émergé de l’ombre dans un bailliage ou une sénéchaussée, mais celui de Tours n’est pas le mieux représenté : un seul cas (lignage Aubry). Du tribunal de Chinon proviennent les Dreux et les Legrand, des justices royales de Blois, La Flèche, Angers et Orléans les Viart, les Le Gaigneur, les Poulain et les Egrot. L’essor progressif de ces familles s’effectue selon des modalités comparables à celles précédemment décrites, à ceci près que les alliances matrimoniales jouent un rôle plus important qu’en milieu rural où le choix de l’épouse demeure limité.

  • 154 Voir la version originale de notre thèse, p. 508-513.
  • 155 3E 8 (notaire Venier) : contrat de mariage du 4/9/1676. Voir GEORGEON (Ε.), « Trois siècles de la v (...)
  • 156 2B/34 : inventaire et partage des biens de Jeanne Tonnereau, veuve de François Besnard, 18/11/1675.
  • 157 3E 8 (notaire Venier) : inventaire après décès de François Besnard, sieur de la Chassetière et des (...)
  • 158 B.N.F., Dossiers bleus 246, dossier 6 356 : « Généalogie de la famille des Egrot d’Hurdisel et de l (...)

62L’ascension des lignages robins est un processus souvent long, qui ne doit rien au hasard. Une gestion prudente du patrimoine familial et une habile politique d’alliances matrimoniales en constituent les fondements. Dans la famille Aubry, le montant des dots augmente à chaque génération de la fin du XVIe siècle au début du XVIIIe siècle154. Le cas des Legras est également instructif : lors de son mariage en 1676, le père du trésorier de France René Legras reçoit une dot de 60 000 livres sous forme d’une charge d’auditeur des comptes à Paris évaluée 45 000 livres et de la maison et terre de Séqueval (ou Sécheval) en Orléanais, appréciée 15 000 livres155. Il n’épouse pas Madeleine Besnard pour redorer son blason : en tant que fils et petit-fils d’officiers de la chambre des comptes de Paris, il n’en a guère besoin. Plus qu’un nom, sa promise lui apporte la part d’héritage qui vient de lui échoir après le décès de ses parents, d’une valeur de 43 104 livres156. Les Besnard figuraient à cette époque parmi les plus gros « marchands bourgeois » de la ville de Tours. En 1664, la fortune du ménage dépassait les 513 000 livres (dettes déduites), dont plus des deux tiers en biens mobiliers – créances et marchandises (soieries) essentiellement157. Il est néanmoins des cas où la qualité de l’alliance prime son intérêt économique, même si celui-ci n’est pas forcément négligeable. Lorsque Maurice Egrot, anonyme magistrat du présidial d’Orléans, trisaïeul du trésorier de France Léon-Abraham Egrot, s’unit dans la deuxième moitié du XVIe siècle à Marie Brachet, petite-fille du précepteur des enfants de François Ier, anobli par celui-ci en 1514, il permet surtout à sa lignée de gravir un échelon dans la hiérarchie sociale158. Les deux types d’alliance – à dominante économique et à dominante honorifique – s’observent chez les Aubry : le mariage de Gilles I avec Marie de Longuemort (1589), fille d’un officier de la Maison du roi dont les fonctions impliquent l’existence d’une relation de proximité avec le souverain, entrerait dans la seconde catégorie, alors que l’union entre Gilles II et Catherine Tonnereau (1620), d’une famille de souche marchande, se rattacherait plutôt à la première. Toutefois, la plupart du temps, les deux aspects sont indistinctement liés.

63Soyons clair : l’ascension d’un lignage n’est régie par aucune « loi », comme une interprétation trop rapide des phénomènes présentés ci-dessus pourrait le laisser penser. Sa réussite dépend aussi et peut-être surtout des circonstances de la vie. Dans le cas des familles d’officiers supérieurs qui nous occupent, elles ont été favorables (du moins jusqu’au moment où nous les suivons, à savoir l’entrée d’un des leurs dans la compagnie). Pour d’autres, l’aboutissement de la course a été le déclassement social, voire l’extinction biologique pure et simple. La trajectoire des Aubry aurait pu connaître un coup d’arrêt avec Léonor, seul fils survivant de Gilles II : imaginons un instant qu’il soit mort avant de contracter mariage. Au lieu de ce scénario catastrophe, le père du premier président du bureau des finances a considérablement enrichi la famille grâce à des opérations financières dont la nature nous échappe en grande partie, l’a intégrée à la grande robe parisienne-lui-même intègre la chambre des comptes et son aîné le parlement – et a engendré six enfants susceptibles de poursuivre son œuvre.

  • 159 Observations similaires de F.-J. Ruggiu au sujet des lignées patriciennes d’Abbeville et d’Alençon  (...)
  • 160 ETCHECHOURY (Maïté), ouvr. cit., p. 269-270 : notices des deux Jacques Viart père et fils.
  • 161 CATHERINE DE MEDICIS, Lettres..., Paris, t. 4,1891, p. 35,40 et 243.
  • 162 Ibid., t. 8,1901, p. 289 et 300.
  • 163 ETCHECHOURY (Maïté), Les maîtres des requêtes..., ouvr. cit., p. 270.
  • 164 Il est même ignoré par les généalogistes La Chesnaye des Bois et Badier. LA CHESNAYE DES BOIS (F.-A (...)
  • 165 A.N., G7 518, année 1678, pièce 76 ; année 1680, pièce 208.
  • 166 BLUCHE (François), L’origine des magistrats du parlement de Paris..., ouvr. cit., p. 356-357.

64Parfois, le « coup de pouce » ayant permis aux lignages de sortir de l’ombre est venu de choix politiques judicieux lors des crises qui ont secoué la monarchie tout au long de l’Ancien Régime159. Prenons le cas des Viart. Déjà des plus éminentes à l’échelle locale du temps où le grand-père du trésorier de France Joseph Viart était bailli et gouverneur de Blois, cette famille acquiert une dimension exceptionnelle grâce aux services rendus aux monarques par le père de l’officier du bureau160. Président de la justice des Trois-Evêchés (1568) – territoire encore contesté à la France – où il défend avec acharnement les intérêts du roi, Jacques Viart ambitionne dès 1571 un état de maître des requêtes. Qu’à cela ne tienne : Catherine de Médicis, qui s’est engagée personnellement à lui donner satisfaction, le lui obtient en 1573. Cette même année, il est envoyé en Allemagne auprès de plusieurs princes pour faciliter le passage en Pologne du jeune roi Henri, mission dont il s’acquitte avec succès161. Au moment de la formation de la Ligue, Viart met tout en œuvre pour préserver Metz des visées des Guise, très influents en Lorraine. La reine l’en félicite en ces termes (1585) : « Ça esté ung très grand et notable service faict au Roy monsieur mon filz, d’avoir conservé Metz des surprinses que l’on y voulloit faire »162. A la mort du dernier Valois, il choisit le camp de la légalité : en 1589, Henri IV lui adresse ses remerciements pour avoir disposé en sa faveur les habitants de Blois. Dix ans plus tard, il est l’un des commissaires chargés de suivre l’application de l’édit de Nantes, tâche dont ne pouvait être chargé qu’un homme de confiance163. On peut être surpris que le fils d’un tel personnage ne soit que trésorier de France. En fait, Joseph Viart était le cadet d’une grande fratrie164, et fut donc l’un des derniers servis. Son aîné, Jacques, reprit les charges paternelles de président de la justice de Metz, Toul et Verdun et de maître des requêtes de l’hôtel du roi, auxquelles il adjoignit celle de président du Grand Conseil (1594). D’autres familles de robe, telles les Le Blanc ou les Mandat, se sont également distinguées par leur fidélité au roi lors des guerres de religion. Plus tard, dans un tout autre contexte, René Chenaye père, secrétaire du roi et échevin de Tours, devient vers 1678 l’un des tous premiers subdélégués généraux de l’intendance de Tours. En 1680, il se fait bien voir du commissaire départi Tubeuf en parvenant à calmer un groupe de privilégiés (parmi lesquels les trésoriers de France) mécontents de la levée d’un nouveau droit165. Plus généralement, tous les lignages robins ou presque ont pu à l’occasion tirer parti de liens de clientèle ou simplement amicaux avec quelque personnage haut placé. Inversement, que les Portail comptent parmi leurs ancêtres un ligueur notoire n’a pas empêché que les descendants de celui-ci n’accèdent à des places importantes : à l’époque où André-François exerce au bureau des finances, l’un de ses cousins, Antoine V Portail, est premier président du parlement de Paris (1724-1736), charge à la nomination du roi166. La force des souverains était aussi de savoir pardonner. En somme, la protection des grands a pu jouer un rôle dans les ascensions sociales, mais parmi d’autres éléments, et beaucoup de familles ont su parvenir en s’en passant.

  • 167 A Saint-Malo et à Nantes par exemple, où les marchands avaient largement recours à l’autofinancemen (...)
  • 168 Exemple : parmi les créanciers de la société Chabert (1649), marchands à Tours et à Rouen, on dénom (...)
  • 169 Sur la nébuleuse financière tourangelle, cf. HAMON (Philippe), « Messieurs des finances »..., ouvr. (...)

65Des particularismes locaux ont aussi pu jouer un rôle non négligeable. Contrairement à ce qui se passait dans les grandes cités marchandes du royaume167, les grandes familles d’officiers tourangeaux entretenaient des liens très étroits avec les milieux négociants, à la fois familiaux – le cas de Tours n’a ici rien d’original – et économiques. Elus, magistrats du présidial, trésoriers de France et consorts ont en effet toujours figuré en bonne place parmi les bailleurs de fonds des sociétés de commerce de la ville168. Cela dit, seule une fraction des patrimoines était mobilisée pour ces investissements (sous forme de billets à ordre essentiellement) : les risques inhérents aux pratiques commerciales en refroidissaient plus d’un. En outre, les profits n’étaient pas extraordinaires au point d’ouvrir la perspective d’un enrichissement rapide et massif. Les spéculations de la période de Law ont pu permettre à plusieurs familles d’arrondir leur fortune (pourraient être concernées les Franquelin ou encore les Jannart), mais rien ne le prouve. Dans le petit monde des officiers du siège, l’expérience semble plutôt avoir laissé un très mauvais souvenir, si l’on en juge par les transactions commerciales impliquant des membres de la compagnie jusque dans les années 1730, qui stipulent pour la plupart que les règlements doivent être effectués en espèces métalliques, non en papier monnaie. En définitive, c’est moins vers le négoce qu’il faut se tourner pour débusquer d’éventuels enrichissements « miraculeux » que vers les affaires financières, particulièrement florissantes dans la deuxième partie du règne de Louis XIV. Or, il se trouve que Tours était depuis le XVIe siècle une pépinière de financiers169. Ne peut-on pas logiquement penser que ces personnages ont fait appel à leurs concitoyens pour se procurer des fonds ?

  • 170 BAYARD (Françoise), ouvr. cit., p. 260-266 ; DESSERT (Daniel), Argent, pouvoir..., ouvr. cit., p. 7 (...)
  • 171 DESSERT (Daniel), Argent, pouvoir.... οuvr. cit., p. 76.
  • 172 DESSERT (Daniel), « Finances et société au XVIIe siècle : à propos de la Chambre de justice de 1661 (...)
  • 173 Anne Pallu, épouse de Thomas Bonneau, était la fille d’Etienne I, greffier au bureau des finances, (...)
  • 174 3E 2/179 (notaire Gerbeau) : inventaire après décès d’Etienne II Pallu, 16/10/1670, cotes 12 et 14 (...)
  • 175 Ibid., cote 15 des papiers. Sur Milon et Pallu du Ruau, cf. leurs notices dans DESSERT (Daniel), Ar (...)
  • 176 3E 2/162 (notaire Nau) : inventaire après décès d’Etienne I Pallu, 23/6/1628, cote R des papiers. L (...)

66Comme Françoise Bayard et Daniel Dessert l’ont constaté, l’origine des fonds réunis par les groupes de fermiers et les syndicats de traitants est souvent difficile à déterminer, faute de sources170. Pour des raisons qu’on peut aisément comprendre, la plupart des contrats entre financiers et prêteurs d’argent étaient conclus sous seing privé, donc échappent aux investigations. Cependant, Daniel Dessert a démontré que les plus grands noms de la noblesse et de la magistrature françaises détenaient de gros intérêts dans les entreprises des manieurs d’argent. Malheureusement, observe-t-il, « le niveau le plus intéressant pour la compréhension du mécanisme financier de l’Ancien Régime, celui des intéressés en sous-part, ne peut être atteint que de façon exceptionnelle171 ». Les noms des croupiers d’un financier tourangeau de tout premier plan, le fermier général des gabelles Thomas Bonneau, membre du « lobby Colbert », nous sont parvenus grâce aux papiers retrouvés et inventoriés lors de son décès (1663). Aucun officier tourangeau n’est mentionné, mais les personnages cités (dont certains grands noms de la noblesse) n’ont-ils pas eux-mêmes pu emprunter à des tiers le capital qu’ils ont fourni ? En revanche, des Tourangeaux (mais aucun trésorier) figurent bien parmi les intéressés en sous-part du fermier Alexandre-Bertrand Pallu du Ruau, petit-neveu du précédent172. Le problème, c’est que les individus dont les ascendants de nos officiers sont les crédirentiers ne précisent que rarement la destination de l’argent qu’ils empruntent et, bien évidemment, il n’est jamais question d’activités financières. Seul un examen attentif des papiers à la fin des inventaires après décès peut apporter d’heureuses surprises. Ainsi, tout indique que les Pallu, apparentés de près aux Bonneau173, ont considérablement accru leur patrimoine grâce à des investissements de ce type. A priori, rien ne permet de soupçonner Etienne Pallu, père du trésorier de France, magistrat de renom encensé par ses contemporains, d’avoir participé à des opérations de traitants. Son inventaire après décès le démontre pourtant sans ambiguïté : au moins à deux reprises (en 1652 et à une date inconnue), il a cautionné son gendre Alexandre Milon, d’abord employé dans l’administration de la ferme des gabelles, puis fermier général à la suite de son oncle Thomas Bonneau (1663-1668). Le montant des sommes n’est pas donné, mais il apparaît que Milon a versé des « indemnités » à son beaupère174. Les papiers de ce dernier contiennent aussi un acte de cautionnement en faveur de son fils Bertrand Pallu du Ruau, autre célèbre financier, « envers Messieurs les intéressés aux gabelles » pour la « gestion et maniement » de la recette générale des gabelles de Tours (1664), accompagné d’un acte d’indemnité175. Voir Pallu impliqué dans ce genre d’affaires n’est pas très étonnant : il ne faisait que suivre les traces de son propre père, qui, alors qu’il était encore greffier au bureau des finances, avait acquis des participations dans les aides de Loudun, Vouvray et Preuilly et le droit de jallage de Loudun et servait de prête-nom au financier Abel Servien pour la gestion d’autres recettes de semblable nature176, violant ainsi la législation qui défendait formellement aux ordonnateurs de se mêler de la perception des impôts. Dans la même nébuleuse familiale, on ne serait pas non plus surpris que le richissime procureur du roi au bureau des finances Charles Milon († 1737) doive une part de sa réussite à des relations d’affaires avec son oncle Alexandre.

  • 177 3E 1/834 (notaire Jouye) : procuration du 16/11/1705.
  • 178 LACHIVER (Marcel), Les années de misère. La famine au temps du Grand Roi, Paris, 1991.
  • 179 Soit une valeur réelle de 36 000 livres : 3E 8/331 (notaire Gervaize), vente d’office du 11/2/1721.

67Parmi les anciennes familles robines qui nous intéressent plus particulièrement, les Mégessier ont incontestablement réussi à franchir le cap qui les séparait de la robe moyenne grâce à Jean Mégessier, grand-père de l’avocat du roi François-Louis. Initialement notaire à Veigné, au sud de Tours (1685), puis procureur fiscal du duché-pairie de Montbazon (en exercice en 1698), on le retrouve en 1705 « directeur et intéressé dans les affaires du roi », chargé par le maître des requêtes Foullé de « faire ou faire faire la régie de [sa] terre et seigneurie d’Ourne (...), située paroisses de Sainte-Cécile et Flée » (Haut-Maine)177. Pour garantir le paiement des 2 200 livres de ferme « et événement dud. bail », Mégessier désigne comme caution Nicolas Baudard, receveur des tailles de l’élection de Tours, financier très actif, à qui tout ce qui se fait de plus notable dans la robe tourangelle (les trésoriers de France en tête) prête de l’argent à des taux fort avantageux : en cette période de guerre où la monnaie se fait rare et où le roi ne cesse de ponctionner les corps d’officiers, aucun profit n’est à négliger. A l’issue de ces premières années du XVIIIe siècle si difficiles pour la plupart des Français178, mais des plus profitables pour lui, il achète en 1721 un office de contrôleur général des finances, domaine et bois de la généralité de Tours moyennant 6 000 livres plus une rente de 600 livres par an179. Pour la famille Mégessier s’ouvre l’ère de la reconnaissance sociale. Sans la conjoncture si spécifique de la fin du règne de Louis XIV, aurait-elle pu s’extirper de son anonymat ? On peut en douter.

  • 180 CASSAN (Michel), « Formation, savoirs et identité des officiers « moyens » de justice aux XVIe-XVII(...)

68Il faut cependant se garder de généraliser : les lignages qui doivent leur réussite économique à des investissements financiers paraissent en définitive peu nombreux. N’oublions pas que la morale « romaine » dont les magistrats aiment traditionnellement à se réclamer voit d’un très mauvais œil que des officiers non comptables, qui forment tout de même la majorité de notre corpus d’aïeux, se mêlent de ce genre d’affaires180. Les Pallu, on l’a dit, n’ont été classés parmi les familles d’officiers que parce que nos critères de sélection l’ont permis : ils sont en fait issus de marchands ruraux. De plus, la période au cours de laquelle le système des fermes et des traités a été en vigueur est limitée dans le temps : du XVIe siècle à la Régence. Au-delà, l’organisation fiscale connaît des mutations profondes qui ne permettent plus aux particuliers de s’y impliquer.

69Les lignages marchands forment, comme on l’a vu, l’essentiel du corpus, d’où la nécessité de se pencher sur leurs spécificités. A quels types d’activités doivent-ils leur réussite ? Celle-ci a-t-elle été rapide ou a-t-il fallu plusieurs générations aux familles pour obtenir richesse et reconnaissance sociale ?

  • 181 CHEVALIER (Bernard), « Nostre principalle et plus continuelle résidence », dans Histoire de Tours, (...)
  • 182 GASCON (Richard), ouvr. cit., t. 1, p. 329-336.
  • 183 En 1710, François Souchay et Jean Cordier, marchands en compagnie (le premier père de deux officier (...)

70Un secteur de la vie économique, surtout, a été à la base de l’essor des familles tourangelles du corpus : les soieries. La fabrication de ces étoffes de luxe, activité encouragée par Louis XI181, fut durant tout l’Ancien Régime l’industrie phare à Tours, à la fois pour le bonheur et le malheur de la ville, car si la manufacture procura du travail au peuple et contribua à l’accroissement de la population, son omniprésence fut un obstacle au développement d’autres activités sur lesquelles la cité aurait pu s’appuyer lors des crises qui frappèrent l’économie locale à intervalles réguliers. La fragilité tourangelle était structurelle, car la ville dépendait de l’extérieur pour son approvisionnement en soies brutes – l’élevage du ver à soie et la culture du mûrier ne se développèrent en Touraine qu’à partir du règne d’Henri IV et ne connurent qu’un succès médiocre en raison de conditions climatiques peu favorables et du peu d’empressement des élites locales à se lancer dans l’aventure. Dès les premières décennies du XVIe siècle, Tours est sous la coupe des grands fournisseurs lyonnais, comme le reconnaissent les ouvriers en soie tourangeaux dans leurs cahiers de doléances de 1576 et 1588. Dans ces textes, ils se plaignent des procédés des négociants lyonnais qui mettent tout en œuvre pour accaparer le trafic et imposer des prix élevés182. Ces récriminations n’empêchent pas l’emprise de ces derniers de demeurer forte au XVIIe siècle : à l’époque du Grand Roi, l’essentiel des balles de soie provient encore de Lyon, comme le montrent les procès-verbaux de pesée de ces marchandises, très abondants dans les liasses notariales183.

  • 184 Savary des Bruslons évoque pour expliquer ce déclin les « malheurs d’une longue guerre, augmentez e (...)

71Par ailleurs, le commerce des soieries – produit de luxe, non de première nécessité – était particulièrement sensible à la conjoncture économique et politique. Les périodes de troubles civils (guerres de Religion, Fronde) et de conflits internationaux ont chaque fois entraîné une récession, avec pour corollaire une montée du chômage et de la misère. Les guerres de la Ligue d’Augsbourg et de succession d’Espagne, à la fin du règne de Louis XIV, ont plongé la manufacture dans un marasme dont elle ne parviendra plus vraiment à émerger, si l’on excepte un dernier sursaut dans les années 1770-1780184. Le pouvoir royal, qui s’implique de plus en plus dans le domaine économique à partir du ministère Colbert, n’entreprend rien pour modifier le cours des choses, au contraire : la relance de la manufacture en difficulté resta toujours son unique préoccupation et il ne daigna pas favoriser l’implantation à Tours d’industries comme les sucreries ou les manufactures de toiles, qui auraient pu s’y développer avec succès, comme ce fut le cas à Angers et à Orléans.

72Malgré ce tableau d’ensemble plutôt sombre, des marchands maîtres ouvriers et des marchands en soie (on a vu que ces deux métiers étaient difficiles à dissocier) sont parvenus à faire fortune à Tours au long de l’Ancien Régime, ce que les actes notariés, plus que les sources fiscales, font apparaître avec netteté, comme les pages qui suivent en donneront des illustrations.

  • 185 CHEVALIER (Bernard), ouvr. cit., p. 321 et 466.
  • 186 HAMON (Philippe), L’argent du roi..., ouvr. cit., p. 142 et 209. Il figure parmi les accusateurs au (...)

73Deux des cinq premiers trésoriers de France (1577) sont issus du milieu manufacturier local : Guillaume Mesnager et Marc de Fortia. Le grand-père du premier (ou arrière-grand-père, on ne sait trop), après avoir réalisé des profits substantiels dans le commerce des draps de soie avant 1483, devient fournisseur de la cour, qui fréquente beaucoup la vallée de la Loire au tournant des XVe et XVIe siècles : jusqu’en 1515, il figure sur les listes de marchands qui approvisionnent la famille royale en étoffes, mais aussi en argenterie et en accessoires de sellerie. En 1508, il devient maire de Tours, promotion exceptionnelle pour un marchand. Depuis des années, il accumulait les signes extérieurs de réussite. On sait qu’il possédait, à proximité de Tours, une belle gentilhommière flanquée d’une tourelle au sommet de laquelle il avait fait installer une girouette à ses armes, et qu’il s’affublait volontiers dans les actes officiels de l’épithète « noble homme »185. Quant à Bernard Fortia, père du trésorier de France Marc (de) Fortia, son profil est assez similaire. Dans les premiers temps marchand de draps de soie comme le précédent, il gravit peu à peu les échelons de la carrière commerciale, en particulier grâce à des investissements dans les affaires financières de la monarchie. En 1518, il vend du soufre pour l’artillerie royale et, quelques années plus tard, il fait partie des bailleurs de fonds du célèbre manieur d’argent Semblançay186.

  • 187 CHEVALIER (Bernard), ouvr. cit., p. 334 et 359 ; HAMOIR (Eric) et ROBERT (Pierre), Les Quentin (Tou (...)

74Parmi les ancêtres des officiers supérieurs en charge dans la première moitié du XVIIe siècle, on relève de nombreux individus ayant exercé un métier en rapport avec le monde des soieries, à un niveau plus ou moins éminent. Charles Drouin descend d’un « ouvrier en soie » fournisseur du roi en 1516 (expression trompeuse : il s’agissait d’un véritable entrepreneur), Claude Testu d’un drapier qui, lors des funérailles de Louis XII, livre avec son frère pour plus de 40 000 livres de tissu à la cour, André Quantin d’un gros marchand bourgeois actif en 1577, profession qu’exerce également Charles Robin, grand-père du trésorier de France du même nom187.

75Les dynasties de « soyeux » sont encore bien représentées au bureau des finances aux époques suivantes, mais leur réussite n’est plus liée à la présence du roi et des siens, qui ont quitté les rives de la Loire à la fin des guerres de Religion. Citons, pêle-mêle, les Decop, les Delavau, les Soulas, les Orceau, les Souchay, les Letort, les Abraham, les Huault de Bellisle, les Gohuau de Saint-Jean (liste non exhaustive). Cette donnée n’est pas anecdotique, car elle montre que le capitalisme commercial tourangeau a su se remettre du départ de son meilleur client et prospecter d’autres marchés. Nous verrons lesquels plus loin.

  • 188 B.N.F., Dossiers bleus 498, dossier 12 899.
  • 189 CAILLOU (François), « Une famille tourangelle sous l’Ancien Régime : les Segoin », Annales de Breta (...)
  • 190 ALLAIRE (Bernard), « L’arrivée des fourrures d’origine canadienne à Paris (XVIe-XVIIe siècles) », d (...)

76A côté des marchands et des fabricants en soie, de rares parents et grands-parents d’officiers ont prospéré grâce à diverses activités. Les Nouveau, vers la fin du XVe siècle, sont tapissiers188. Pierre Segoin, aïeul du trésorier de France François Segoin, réalise de bonnes affaires dans le commerce des peaux au temps d’Henri IV et de Louis XIII : simple maître pelletier à son mariage en 1605, à l’occasion duquel il reçoit de sa belle-mère une dot de 900 livres (la sienne étant inconnue), il est marchand pelletier lors des noces de son fils Jean en 1639. Celui-ci, marchand bourgeois, déclare posséder 3 000 livres et touche de sa promise une somme de 6 000 livres en liquide189. Deux générations ont suffi à cette lignée pour sortir de l’anonymat, à la faveur d’une heureuse conjoncture économique et sans doute grâce à une évolution de la mode vestimentaire : la fourrure connaît à partir de la fin du XVIe siècle un succès grandissant, en particulier depuis l’arrivée sur le marché français des peaux de castor canadiennes190.

  • 191 MAYAUD (Bernard), ouvr. cit., vol. 11, 1991, p. 34-45 (Cassin) et 163-171 (Legris). Au XVIIIe siècl (...)
  • 192 A.D. Mayenne, 200J/108, p. 179-181.
  • 193 B.N.F., Pièces originales 2 241, dossier 50 774, pièces 2 et 14. Il est qualifié d’« honorable homm (...)
  • 194 B.N.F., Dossiers bleus 595, dossier 15 671, f. 2 v°-3 r°.

77Les représentants des lignées non-tourangelles, de leur côté, ont su atteindre les sommets par l’exercice de métiers variés. Les familles Cassin et Legris, d’Angers, doivent leur réussite économique, acquise au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles, à la ferronnerie191. Les Patry, de Château-Gontier, ont fait fortune dans le négoce des toiles et des bas. D’après la prisée de ses biens, le grand-père du trésorier de France François-Jean Patry de l’Aubinière possède à son décès (1733), outre trois exploitations agricoles à proximité de la ville dont on ne connaît pas la valeur, plus de 18 000 livres en meubles meublants (bétail exclu), et entretient un commerce actif avec le Poitou, l’Aunis, la Saintonge et la ville de Troyes, important centre textile. Quant au fils de ce commerçant, qualifié de négociant dans les actes notariés, il exerce parallèlement à son métier l’activité de changeur pour le roi en 1758192. Dans la capitale du royaume, le père du trésorier de France Valéran Perrochel est marchand pelletier en 1567, profession qu’il cumule (semble-t-il) avec la charge de valet de chambre du roi193. Autre lignage parisien de premier plan, les Sainctot : Etienne, grand-père paternel des deux trésoriers de France de ce nom, « monte » de Troyes à Paris vers le milieu du XVIe siècle pour travailler dans la boutique d’un marchand drapier ; à la mort de son patron, il rachète le fond et épouse la fille d’un commerçant aisé de Melun. A l’époque d’Henri IV et de Louis XIII, son fils Pierre est un négociant de haut vol : en 1600, il dirige avec d’autres associés une manufacture royale de draps d’or et d’argent créée sous l’impulsion du roi. L’année suivante, il se fait élire consul des marchands de Paris, puis juge consul en 1615. En 1604, enfin, il devient échevin de la capitale194. En dehors des honneurs et de la carrière commerciale, il se signale aussi – plus discrètement – par ses activités de financier, dont nous aurons l’occasion de reparler. On pourrait également évoquer le cas du grand-père maternel du trésorier de France Borderel de Caumont, vendeur d’éventails au début de sa carrière. Ce ne sont là qu’exemples parmi d’autres d’ascensions sociales assez typiques du milieu des officiers du bureau des finances.

  • 195 Etude détaillée dans notre thèse dactylographiée p. 523-525 et p. 1 188-1 189 (annexe 11).

78Les ascendants sont tous gens prospères, à quelque degré d’ancienneté qu’on les examine. Cette prospérité, comme on peut s’en douter, prend un caractère de plus en plus marqué au fil du temps. Pour saisir de la façon la plus fine possible le processus d’enrichissement des familles, nous avons collecté, pour sept lignées tourangelles (Douineau de Charentais, Girollet, Gohuau de Saint-Jean, Letort, Moisant, Soulas et Vandiot de la Tour) et une chartraine (les Abraham), le maximum d’actes notariés comportant des indications globales sur le patrimoine des ménages au début et à la fin de la carrière de l’ancêtre patronymique direct de l’officier. Notre choix s’est porté sur les mieux documentées, mais les informations éparses dont nous disposons à propos d’autres familles permettent d’affirmer la représentativité de ce panel195.

  • 196 Les dévaluations de la livre faussent quelque peu la donne, mais la hausse n’en est pas moins réell (...)
  • 197 Sa mère lui verse en outre 4 000 livres en 1731, dont 2 200 en espèces.
  • 198 Par exemple, sur la dot de 5 300 livres qu’il reçoit de sa mère en 1689, le marchand Gilles Douinea (...)

79A une exception près (Abraham), le montant des dots augmente toujours d’une génération à l’autre, parfois de façon spectaculaire. Chez les Letort, par exemple, les arrière-grands-parents se marient avec 238 livres (1639), les grands-parents avec 12 500 livres (1664), les parents avec 15 000 livres (1701), Emery-Toussaint Letort et Renée-Martine Lebon avec 48000 livres (1724)196. D’évidence, le mariage revêt une importance économique considérable pour les marchands et des entrepreneurs, mais l’appréciation vaut pour l’ensemble de la sanior pars. Les futurs choisissent-ils librement leur conjoint ? Cela arrive probablement, mais dans tous les cas de figure la famille a son mot à dire, car une bonne alliance est le gage d’un patrimoine préservé voire augmenté, sauf grave accident. La femme semble généralement se marier au-dessus de sa condition (onze dots masculines supérieures aux dots féminines, l’inverse à cinq reprises, deux apports égaux), mais les données sont trop peu nombreuses pour qu’on puisse faire de cette tendance une règle générale. Remarquable est l’importance des espèces monétaires et des effets mobiliers dans les dots, trait spécifique aux marchands et aux entrepreneurs, qui ont besoin de disposer d’argent liquide pour leurs investissements : Jacques Vandiot de la Tour, marchand à Tours, possède au moment de ses noces (1725) 38 738 livres qui représentent sa participation et ses gains dans une société commerciale dans laquelle il a pour associés la veuve Rocher de Faye et le sieur Rocher ; son épouse Madeleine Bellanger lui apporte, en avance de droits successoraux, 16 000 livres en louis d’or et d’argent, monnaie « ayant cours » et billets197. Un quart de siècle plus tard, leur fils Julien-Jean, également marchand, se marie avec 33 000 livres dont 30 000 en argent comptant, sa promise obtenant de ses père et mère une dot 42 000 livres, dont 40 000 payées comptant au futur à la signature du contrat. Rentes et biens fonciers ne sont pas totalement absents des contrats de mariage, mais apparaissent de façon plus épisodique et en quantité moindre que dans les familles d’officiers198.

  • 199 Il faut bien garder à l’esprit que nous n’avons ici qu’une vision tronquée de la transmission du pa (...)
  • 200 2B/1041 : inventaire après décès de J. Moisant, 29/7/1718, cotes C, D, G et H des papiers.

80L’examen des inventaires après décès et partages collectés suggère un enrichissement familial, non seulement d’une génération à l’autre, mais aussi entre le début de carrière de chaque individu – souvent proche du mariage – et la fin de celle-ci. Presque toujours, la fortune au décès est supérieure à celle disponible au départ199. Le marchand Justin Moisant, pour ne citer que lui, possède au moment de sa disparition, outre 9 821 livres de biens mobiliers répertoriés dans son inventaire après décès, une maison à Tours achetée 14 000 livres en 1710, le lieu de la Moisanderie à Saint-Cyr-sur-Loire de valeur indéterminée, trois contrats de rente sur l’hôtel de ville de Paris d’un montant global de 11 950 livres et deux rentes foncières produisant 12 livres 10 sols par an200. Au final, on dépasse allègrement le capital d’origine du ménage, 20 000 livres, même compte tenu des dévaluations de la livre et le partage de 1763 (montant de la succession : 146 400 livres) le démontre sans ambiguïté s’il en était besoin. Certaines fortunes atteignent des niveaux impressionnants dans une ville réputée léthargique et appauvrie au XVIIIe siècle : le marchand Gilles Douineau (1738), le trésorier de France de Poitiers (ex-marchand) Maurice Abraham (1745), le marchand fabricant Emery Letort (1753), la veuve du marchand fabricant Adrien Girollet (1771), à la tête de patrimoines avoisinant ou dépassant les 200 000 livres, peuvent être considérés comme des personnages richissimes à l’échelle de la province, et ces chiffres sont d’autant plus remarquables que les passifs, la plupart du temps, sont négligeables.

  • 201 Ainsi, la fortune de Maurice Abraham, qui a quitté sa profession de marchand pour devenir trésorier (...)
  • 202 3E 8 (notaire Legay) : inventaire après décès de Madeleine Le Houx, épouse de S. Chabert, 6/8/1652.

81Les fortunes – c’est là une différence notable entre le milieu marchand et la robe – sont le plus souvent majoritairement constituées d’éléments mobiliers, du moins quand les chefs de famille n’ont pas délaissé leur métier pour embrasser la carrière de l’office ou vivre bourgeoisement201, observation qui rejoint la remarque relative aux dots. Jean Verger père est l’un des rares parmi ceux dont nous connaissons la composition des biens à s’être préoccupé de se bâtir un domaine foncier consistant et à accumuler des rentes : les immeubles forment 50 % de son patrimoine (il est peu fréquent qu’on se situe sous ce seuil dans les familles robines). Le marchand bourgeois Sébastien Chabert, grand-père d’un trésorier de France, est davantage dans la norme : sa fortune mobilière nette s’élève à 58 209 livres en 1652, tandis que ses immeubles se réduisent à presque rien202. Les créances (promesses et surtout sommes dues pour ventes de soieries) en constituent la plus grosse part (44 153 livres), ce qui dénote une certaine fragilité : les débiteurs arriveraient-ils facilement à s’acquitter en cas de crise économique sévère ? Un siècle et trois décennies plus tard (1785), la fortune des parents du trésorier de France Gatien-Pierre Gohuau de Saint-Jean, bien supérieure, a une composition à peu près similaire : les biens mobiliers, d’un montant de 440 582 livres, dominent largement un ensemble foncier qui se limite apparemment à une maison de ville et à une closerie à Saint-Avertin. Ici également, les créances forment la plus grosse part de l’actif (95 %), devant les marchandises entreposées dans le magasin (des soieries d’origine italienne). L’acquisition par le représentant le plus récent d’un lignage marchand d’une charge anoblissante apparaît ainsi non seulement comme une consécration sociale, mais aussi comme un moyen sûr de mettre à l’abri des incertitudes de la conjoncture économique une partie du patrimoine familial.

  • 203 A son mariage, il dispose, en additionnant les deux dots, de 7 400 livres : 3E 1/185 (notaire Fourn (...)

82La nature des fortunes n’est pas le seul trait qui différencie les lignages marchands des dynasties robines. L’accumulation de l’argent semble également avoir été plus rapide dans les premiers que dans les secondes, du moins globalement (il y a toujours quelques exceptions). Chez les robins, une gestion prudente du patrimoine familial, le plus souvent de nature immobilière, et une habile politique d’alliance matrimoniale sont des conditions déterminantes de réussite. Chez les marchands et les entrepreneurs, le décalage parfois important entre biens possédés au mariage et au décès pose problème. Comment un Emery Letort, marchand fabricant moyen à ses débuts, ou un Jean Verger, honnête marchand sans plus à l’orée de sa carrière203, ont-ils pu s’enrichir aussi prodigieusement en l’espace de quarante ou cinquante ans ? La question mérite d’être posée, vu le grand nombre d’officiers issus de ce milieu. Une étude approfondie sur les structures de la « manufacture » tourangelle et les techniques commerciales ne peut être envisagée ici, aussi nous nous contenterons de lancer quelques pistes.

  • 204 Ce sujet a été fort bien traité dans l’ouvrage désormais classique de CHEVALIER (Bernard), ouvr. ci (...)
  • 205 Dans ce domaine, l’absence d’une étude de fond sur la production et le négoce des soieries à Tours (...)

83Il a été dit plus haut comment les ancêtres de quelques-uns des premiers membres du bureau des finances de Tours sont parvenus, en fournissant la Cour en produits de luxe à partir de la seconde moitié du XVe siècle, à s’enrichir et à gravir les échelons de la respectabilité204. La fixation du roi et de la Cour en Ile-de-France, à la fin des guerres de Religion, bouleverse la donne : l’ancienne capitale de Louis XI retombe dans l’anonymat et les Tourangeaux perdent l’exclusivité des commandes royales et princières. Il leur faut dorénavant, pour ne pas péricliter puis disparaître, adopter des techniques et des stratégies innovantes. De nombreuses familles d’officiers ont émergé à partir du début du XVIIe siècle : nous verrons dans un premier temps dans quelles conditions elles sont parvenues à s’extraire de la masse des petits marchands et maîtres ouvriers en soie, ensuite quels nouveaux marchés elles ont prospecté pour accumuler les profits et à terme envoyer l’un des leurs (voire plus) au bureau des finances205.

  • 206 Jean Jacquart, entre autres, a montré tout l’intérêt des inventaires après décès en matière d’histo (...)
  • 207 Du moins vers le milieu du XVIIe siècle, époque où leur repérage devient possible grâce aux inventa (...)
  • 208 3E 8 (notaire Venier) : inventaire après décès de F. Besnard, sieur de la Chassetière, 10/10/1664, (...)
  • 209 3E 5/364 (notaire M. Boutet) : inventaire après décès de Jeanne Guéret veuve Segoin, 26/10/1677, co (...)

84En l’absence d’archives commerciales, force est de solliciter une fois de plus les actes notariés, inventaires après décès en premier lieu206. On ne peut être que frappé par la maîtrise précoce, de la part des marchands et des fabricants tourangeaux, des techniques commerciales les plus modernes de leur temps. La présence d’Italiens à Tours au XVIe siècle, attirés par les perspectives de rémunération élevée offertes par la monarchie, y est sans doute pour quelque chose. En matière de comptabilité, les marchands et les entrepreneurs, à partir d’un certain niveau, possèdent tous un « grand livre » ou un « livre journal » à partie double sur lequel ils consignent leurs affaires207. En 1664, le marchand bourgeois François Besnard de la Chassetière, beau-père des frères Aveline, deux trésoriers de France, utilise un « gros livre appelé journal » récemment inauguré (première date : 2 janvier) qui enregistre au jour le jour toutes les opérations commerciales, un livre comptabilisant les soies confiées aux teinturiers et l’argent touché par ceux-ci pour leurs prestations, un autre énumérant les étoffes données à ourdir, un « brouillard » indiquant les rémunérations des ouvriers et diverses autres opérations au fur et à mesure qu’elles se présentent, un livre de « numéros » répertoriant les marchandises reçues et un registre d’« extraits »208. En 1677, la mère du trésorier de France François Segoin conserve encore avec dévotion les documents professionnels de son défunt mari, parmi lesquels figure un « papier » relié et couvert de parchemin intitulé « Jésus Maria, papier journal pour servir à Jehan Segoin, marchand à Tours »209. Grâce à ce type de document, le notaire et les héritiers parviennent aisément à dresser une liste complète des dettes actives de la succession du (ou de la) défunt (e), preuve de la grande qualité des méthodes comptables employées.

  • 210 DUBE (Jean-Claudel, « Claude Robin, bourgeois de Tours... », art. cit., p. 873-894.
  • 211 LESPAGNOL (André), ouvr. cit., t. 1, p. 145.
  • 212 3E 8 (notaire Gervaize) : inventaire après décès de G. Douineau, 4/2/1738.
  • 213 3E 8 (notaire Venier), acte du 18/6/1676.
  • 214 3E 8/340 (notaire Gervaize) : procuration du 3/11/1731.
  • 215 SAVARY DES BRUSLONS (Jacques), ouvr. cit., t. 1, col. 337-338.

85En ce qui concerne les moyens de paiement, on constate la même précocité. Dans le dernier quart du XVIe siècle, la lettre de change est couramment utilisée par le marchand bourgeois Claude Robin, grand-père des trésoriers de France Charles Robin et Louis Delucz, en affaires avec les plus grands négociants de Lyon210. A la même époque, à Saint-Malo, future place forte du commerce français, elle fait encore figure de curiosité211. On trouve la mention de lettres de change dans quelques inventaires après décès d’ascendants d’officiers : Gilles Douineau, marchand, en possédait quatre (montant global : 9 200 livres)212. Leur caractère banal transparaît encore à travers les protêts, nombreux dans certains minutiers du XVIIe siècle. L’un de ces actes, intéressant le père du trésorier de France René Decop et son associé Gilles Delacroix (1676), fait état d’une lettre de change endossée à trois reprises, ce qui montre que les marchands de l’époque l’utilisent comme une sorte de papier-monnaie213. L’adresse des correspondants permet d’entrevoir l’ampleur des réseaux commerciaux dans lesquels s’inscrivent les parents des officiers : en 1731, François Souchay, futur trésorier de France, passe procuration en faveur d’un négociant parisien, chargé de recevoir des sieurs Coudouignan et Cie, banquiers à Paris, pour les sieurs Souchay père et fils une somme de 2 700 livres, montant d’une lettre de change de 1 248 florins 15 sols de banque tirée par ces derniers sur les sieurs Saffin père et fils d’Amsterdam214. Encore plus répandus sont les billets à ordres, régulièrement mentionnés dans les inventaires après décès, les partages et les contrats de mariage, dont les négociants se servent fréquemment « pour la facilité des payemens, et pour n’être pas obligez de tenir leur argent en caisse », autrement dit là encore comme d’un papier-monnaie215. Tout cela témoigne d’une bonne capacité d’adaptation à la conjoncture économique du XVIIe siècle, marquée par de fréquentes « famines monétaires ».

  • 216 Tous les pères et grands-pères d’officiers pour lesquels nous disposons de renseignements possèdent (...)

86On ne saurait toutefois trop insister sur le fait que les aïeux des membres de la compagnie ne sont pas de grands novateurs. Ils ne doivent pas leur réussite à la remise en cause des vieilles structures commerciales ou industrielles, dans lesquelles, au contraire, ils s’épanouissent. Il ne faut pas y voir de leur part un refus obstiné de tout progrès : cultivés216, ils sont au fait de la législation commerciale et de ses aspects novateurs. En particulier, les grandes ordonnances de Louis XIV sont parfaitement connues des négociants dès l’époque de ce roi. Simplement, ils adoptent une réserve instinctive vis-à-vis de tout ce qui s’apparente de près ou de loin à une nouveauté, un sentiment partagé par de nombreux Français de l’Ancien Régime.

  • 217 LESPAGNOL (André), ouvr. cit., t. 1, p. 121.
  • 218 SAVARY DES BRUSLONS (Jacques), ouvr. cit., t. 2, col. 1 549-1 554.
  • 219 Quant à la société anonyme, on ne la rencontre guère en-dehors de Paris et des grands ports atlanti (...)
  • 220 Ce qui ne signifie évidemment pas que la commandite n’existait pas auparavant.
  • 221 3E 8 (notaire Venier) : contrat de mariage du 20/2/1662 ; 3E 8 (idem) : dissolution de compagnie et (...)
  • 222 3 E 5/382 (notaire M. Boutet) : attestation du 11/8/1695.
  • 223 3E 5/804 (notaire Carreau) : inventaire après décès de Bernard Abraham, 24/11/1752, cotes R-Z des p (...)

87En matière d’organisation professionnelle, leur attachement à la tradition est manifeste. Comme leurs homologues des autres villes commerçantes du royaume, les marchands et les négociants tourangeaux – cela comprend les marchands fabricants pratiquant le commerce en gros – travaillent en association afin de s’assurer une plus grande capacité financière. Ils le font généralement dans le cadre de la société dite générale, collective ou encore ordinaire, qui engage solidairement les associés (au minimum deux, rarement plus de trois ou quatre) sur leurs biens et pour la pratique du négoce217. Ce type de regroupement, à Tours, semble avoir un caractère exclusivement familial. On travaille avec un père, un oncle, un frère, un beau-frère, un cousin, un fils ou un gendre, non avec un étranger à la famille en qui la confiance ne serait pas totale. La société en commandite, qui allie à un individu qui apporte éventuellement ses capitaux « mais surtout son industrie »218 un ou plusieurs investisseur (s) n’occupant aucune fonction de négociant, paraît rare à Tours avant le XVIIIe siècle. Par rapport à la première, elle offre pourtant des avantages, parmi lesquels la possibilité pour les nobles et les gens de robe soucieux de discrétion d’investir dans le commerce219. La plupart des ascendants d’officiers pour lesquels nous avons pu retrouver cette information – et la totalité de ceux ayant vécu avant 1700 – ont contracté des sociétés générales220. Prenons le cas du marchand bourgeois René Decop, père d’un trésorier de France : en 1655, il s’associe avec son oncle Macé Decop, également marchand bourgeois, accord prolongé en 1660. Après la mort de Macé (1661), il crée une nouvelle société avec sa veuve Perrine Moreau, dans laquelle il déclare posséder « en fonds » 17 000 livres en 1662. En 1665, la compagnie, dont le capital s’élève à 177 594 livres 16 sols, est dissoute221‘. Après cette date, le parcours professionnel de Decop est difficile à reconstituer, mais on le retrouve en 1676 associé à son beau-frère Gilles Delacroix et en 1695 à son gendre François Belgarde222. Rien que de très logique dans cette évolution : d’abord formé par un aîné, il a ensuite collaboré avec un homme de sa génération, avant de prendre à son tour un jeune sous son aile. Sans surprise, les trois partenaires appartiennent au cercle familial proche. Au siècle suivant, l’histoire des entreprises de Bernard Abraham, plus aisée à retracer grâce à l’inventaire de ses papiers223, présente de nombreux points communs avec celle des compagnies de Decop.

Tableau 47 : Sociétés auxquelles a participé Bernard Abraham, négociant († 1752)

Nature

Date de création/durée d’existence

Associés de Bernard Abraham

Générale

Avant 1728

Sieurs Souchay et Cordier (2e = beau-père)

Générale (plusieurs sociétés reconduites)

1728-1750

Michel Roze (cousin ?) et Bernard Abraham (fils)

Commandite

23/7/1751-13/8/1752

Bernard Abraham (fils)

Générale

3/8/1751 ; en cours à son décès

Bernard Abraham (fils) et Louis Bellanger (gendre)

  • 224 3E 8 (notaire Gervaize l’aîné) : inventaire après décès de Gilles Douineau, 4/2/1738, cotes 73 et 8 (...)

88Pendant une courte période, Bernard Abraham a dirigé une compagnie en commandite, ce qui ne paraît pas courant à Tours. On peut en dire autant du père du trésorier de France Gilles Douineau, à une date antérieure (l’inventaire de ses papiers donne la date de 1716, mais on ne sait s’il s’agit de l’année de fondation), pour l’occasion associé à un sieur Barbet, sans doute un cousin. Tout comme dans le cas d’Abraham, cette forme d’association est exceptionnelle dans le cursus de Douineau père, qui lui préfère la société générale. On le voit notamment participer de 1726 à 1734 à une association comprenant quatre personnes : lui-même, ses fils Gilles et Michel et son neveu Pierre Castillon du Perron224. Sans présenter des caractères d’une grande originalité, l’organisation du capitalisme tourangeau s’avère d’une grande souplesse, gage d’efficacité : les sociétés ayant une durée de vie courte (de deux à cinq ans la plupart du temps), les profits sont rapidement redistribués, la dissolution permettant également d’effectuer d’utiles restructurations (pour associer un jeune en formation, pour augmenter le capital de départ et donc les capacités d’investissements en introduisant un partenaire mieux en fonds...). Quant à la commandite, qui semble se développer au XVIIIe siècle, elle permet à un négociant de participer à plusieurs sociétés à la fois, donc dans une certaine mesure de limiter les risques de pertes en divisant ses placements.

  • 225 MAILLARD (Brigitte), « Un lent assoupissement (XVIIe-XVIIIe siècles) », dans CHEVALIER (Bernard) (d (...)
  • 226 C 102. BOSSEBŒUF (L.), ouvr. cit., p. 159,175-177.

89Intéressons-nous à présent de plus près aux entrepreneurs. Tous manifestent un attachement profond aux structures traditionnelles de production et d’organisation du travail. Le matériel n’évolue quasiment pas entre la fin du XVIe et le XVIIIe siècle, les règles de fabrication sont très strictes et la quasi-totalité des ouvriers travaillent à domicile. Bref, l’attitude des pères et aïeux des officiers ne se démarque pas de celle de l’ensemble de leurs collègues tourangeaux225. Très rares sont ceux qui ont surmonté la frilosité ambiante, méritant par-là d’être cités : au début des années 1740, Jean Soulas, père du trésorier de France Jean-Noël Soulas, se lance avec son frère Julien dans la production nouvelle à Tours de velours et de damas façon de Gênes, étoffes utilisées dans l’ameublement. Dans un premier temps (1741), les deux hommes font fonctionner quatre métiers, puis passent à quinze au bout de quelques années (1747), tout en restant fidèles, semble-t-il, au système de la « manufacture dispersée ». Tout change en 1750 quand, avec l’appui des autorités, ils prennent la direction de la manufacture royale de damas de Gênes, l’un des premiers essais de « manufacture concentrée » à Tours, qui connaît une relative réussite. En 1769, ils passent le flambeau à l’entrepreneur Papion, gendre de Julien, sans doute le plus gros entrepreneur tourangeau des années pré-révolutionnaires226. Cette exception ne change rien au fait qu’en général, les marchands fabricants répugnent à sortir de la routine : puisque les soieries produites de la façon traditionnelle trouvent preneurs, pourquoi bouleverser un système qui donne des résultats ?

  • 227 SAVARY DES BRUSLONS (Jacques), ouvr. cit.. t. 1, col. 870-872 (article Commerce de Touraine).
  • 228 3E 8/199 (notaire Venier) : inventaire après décès de G. Delacroix, 1/2/1695, inventaire sous seing (...)

90En définitive, les marchands et fabricants tourangeaux ancêtres de nos officiers, formés à l’école italienne et lyonnaise, ont acquis de bonne heure le savoir-faire et les techniques indispensables au développement de leurs activités hors du giron royal, sans pour autant renoncer aux méthodes de travail traditionnelles. Le roi et les membres de la haute noblesse n’étant plus des clients privilégiés, il leur a fallu prospecter de nouveaux marchés. Les nouveaux clients ne manquaient pas : les nobles de province, les officiers des grands corps de l’Etat et les membres du clergé qui se devaient de maintenir leur rang par des dépenses somptuaires, dans une moindre mesure les élites du troisième ordre, étaient susceptibles d’aider la manufacture à perdurer, ce qui se produisit. Les plus gros clients des négociants et des fabricants tourangeaux, selon Savary des Bruslons227, se trouvaient à Paris, Lyon, Toulouse, Rouen, Bordeaux et en Bretagne. En fait, les soieries tourangelles ont trouvé preneurs dans tout le royaume et même au-delà. Dans la liste des « marchandz et particuliers » débiteurs de Gilles Delacroix, oncle du trésorier de France René Decop, on relève en 1695, rien que pour les dettes estimées « bonnes », 59 localités différentes, dont une à l’étranger : Rome. Des bourgs et des petites villes sont mentionnés, comme Richelieu, Confolens, Saint-Savin, Quimper, Guéret, Issoudun228. La clientèle de Gatien-Pierre Gohuau de Saint-Jean, un siècle plus tard, est moins dispersée : sur 97 débiteurs dont les adresses sont connues, 41 sont tourangeaux et 39 parisiens. Mais l’étroitesse du marché français ne permet pas aux négociants tourangeaux d’accumuler d’immenses profits. De plus, il faut compter avec la concurrence d’autres centres textiles français, en particulier Lyon. Miser sur le marché européen n’est pas non plus la solution idéale, les aléas de la conjoncture politique le rendant risqué. Très tôt, les principaux négociants et entrepreneurs tourangeaux ont compris que seule une implication dans le commerce océanique, en pleine expansion dès lors que des puissances autres que l’Espagne et le Portugal commencent à s’aventurer hors d’Europe et à créer des colonies (seconde moitié du XVIe siècle), offrait de réelles perspectives d’enrichissement sur la longue durée.

  • 229 LE BLANT (Robert), « Marchands tourangeaux à Paris au début du XVIIe siècle », dans Bulletin philol (...)
  • 230 3E 8 (notaire Gervaize l’aîné) : procuration du 19/9/1738.
  • 231 Sur ce sujet, cf. HAUDRERE (Philippe), La Compagnie française des Indes au XVIIIe siècle, Paris, 19 (...)

91Pour prendre un exemple parmi d’autres, les Robin ont vite senti qu’un vent nouveau se levait. En 1603, Daniel Robin, père d’un de nos trésoriers de France, et son frère Charles, marchands bourgeois de Paris, passent procuration pour acheter des soieries chinoises à Middelburg, Amsterdam et en Flandre, payées avec des lettres de change sur Paris, Lyon, Rouen et Turin229, cela alors que la compagnie hollandaise des Indes orientales n’a qu’un an d’existence. Des transactionss de ce type (à caractère spéculatif ?) demeurent toutefois exceptionnelles, les Tourangeaux conservant leur fidélité à leurs traditionnelles filières d’approvisionnement languedociennes, espagnoles et italiennes, plus sûres et moins coûteuses. Quant au commerce avec les Indes orientales françaises, il semble avoir été des plus réduits : un document montre bien que la société Souchay, dans les années 1730, fait acheter par des commissionnaires des marchandises asiatiques aux ventes aux enchères organisées par la Compagnie française des Indes orientales à Lorient230, mais là encore il s’agit d’une activité marginale, de nature spéculative. La soierie n’était pas un produit susceptible d’être exporté aux Indes : les Indiens, comme les Chinois, étaient vendeurs de produits exotiques, non acheteurs de marchandises européennes231. Le grand marché d’exportation des étoffes tourangelles, en fait, fut l’Amérique.

  • 232 1J/321 : inventaire après décès de François Moisant, 27/2/1681.
  • 233 51 % des 198 commerçants étrangers installés à Cadix en 1773 sont français : GARCIA-BAQUERO GONZALE (...)
  • 234 GARCIA-BAQUERO GONZALEZ (Antonio), ouvr. cit., Paris, 1997, p. 209.
  • 235 Sur le « commerce de Cadix », voir notamment LESPAGNOL (André), ouvr. cit., t. 1, chapitre VIII, p. (...)
  • 236 Ibid, t. 1, p. 58 et 427.
  • 237 Le sieur Lambert et les sieurs Sobia, Mande et Cie. 3E 8 (notaire Gervaize l’aîné) : inventaire apr (...)
  • 238 Le réal de huit est une pièce d’argent de grande diffusion, appelée « piastre » par les Français. B (...)
  • 239 3E 8 (notaire Gervaize l’aîné) : inventaire après décès de Gilles Douineau, 4/2/1738, cote 88 des p (...)
  • 240 LESPAGNOL (André), ouvr. cit., t. 2, p. 672-676. Nous tenons le nom du croupier tourangeau d’André (...)
  • 241 Lors de son mariage en 1725, le père du futur trésorier de France Pierre-Olivier-Martin Douineau de (...)
  • 242 GIRAUDET (Eugène), Histoire de la ville de Tours, rééd. (1873), Bruxelles, 1976, p. 73-74. Il avait (...)
  • 243 On relève par exemple dans les papiers de Jean Verger (1765) un « carnet concernant mes affaires d’ (...)

92En l’absence d’étude sur le négoce tourangeau, il est très difficile de préciser la date à partir de laquelle les marchands ont commencé à expédier des soieries vers l’Amérique du Sud : au milieu du XVIIe siècle ? Avant ? Le premier inventaire après décès d’un ascendant d’officier du bureau des finances à apporter des informations sur ce type de commerce est celui de François Moisant, marchand maître ouvrier en soie, en 1681. Il est alors en relation d’affaires avec les sieurs Fontaine et Cie, marchands à Cadix, qui lui doivent 75 livres pour « reste de compte »232. Ces négociants français, en grand nombre dans les ports andalous aux XVIIe et XVIIIe siècles (Cadix surtout)233, travaillent pour le compte de confrères résidant en France. Leur tâche consiste à réceptionner les marchandises que ceux-ci leur expédient, à les entreposer et, le cas échéant, à les vendre fictivement à des négociants espagnols, « hommes de paille se bornant à servir de prête-nom aux maisons commerciales étrangères »234, auxquelles la loi espagnole interdit de participer directement aux échanges avec l’Amérique : en échange d’une commission calculée sur la valeur des transactions, ces prête-nom chargent les marchandises sur les navires de la Carrera de Indias qui partent deux fois par an en convoi vers l’Amérique du Sud, où de riches créoles sont prêts à payer au prix fort les produits manufacturés européens dont les lois de l’Exclusif interdisent la fabrication sur place. Au retour, après déduction des taxes royales, les commissionnaires encaissent le produit des ventes, prélèvent leur commission et expédient l’argent restant à leurs correspondants français235. Malgré le grand nombre d’intermédiaires qui profitent de ce trafic, les bénéfices sont généralement appréciables. Les soieries, en particulier celles de Tours, constituent le deuxième produit exporté vers les colonies espagnoles du Nouveau Monde, après les toiles. Au temps de Louis XIV, ce sont essentiellement les Malouins qui assurent leur transport par la mer jusqu’en Andalousie. Les négociants tourangeaux les leur ont expédiées au préalable par voie de terre, via Laval236. Rien d’étonnant que des sociétés malouines soient mentionnées aux côtés des commissionnaires installés en Espagne dans les inventaires après décès de plusieurs ascendants d’officiers. Nul autre que Gilles Douineau père ne symbolise mieux la réussite des négociants tourangeaux engagés dans le commerce sud-américain au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles. Au début des années 1730, il emploie à Cadix plusieurs commissionnaires237, qui ont placé « sur les galions » pour le compte de sa société 70 962 réaux de huit (35 481 livres)238. A Saint-Malo, il a pour agent le sieur Magon de la Chipaudière, l’un des plus grands négociants du port breton. Il ne se contente pas de lui expédier des soieries : dès 1710, il contribue au financement de ses expéditions maritimes239 et s’implique à l’époque de la Régence dans le montage financier de l’éphémère Compagnie des Indes orientales de Saint-Malo qui a pris la place l’ancienne compagnie d’Etat, en tant qu’intéressé en sous-part (pour 20 000 livres) d’un de ses fondateurs, le sieur Magon de la Balue, parent du précédent240. Profitant des bonnes relations qu’il entretient avec ces négociants de haut vol, il leur confie même son fils Michel, envoyé sur mer faire son apprentissage du métier de marchand en gros241. A l’arrivée, la réussite de Gilles Douineau peut se mesurer à l’aune de sa fortune (largement plus de 200 000 livres à sa mort, en tenant compte des biens fonciers), mais aussi de la considération dont il jouit : notable en vue, il est échevin de Tours et juge consul des marchands ; homme influent, il entretient des relations cordiales avec le comte de Charolais, gouverneur de Touraine, qui l’autorise à placer au-dessus de la porte de son hôtel un écu aux armes des Bourbons, en récompense de services dont on ignore la nature242. Sans que Ton sache si elles s’y sont autant impliquées que les Douineau, les familles Decop, Souchay, Moisant, Verger243 et probablement d’autres (Delavau, Vandiot de la Tour ?) ont exporté des soieries en Amérique du Sud par l’Espagne. En dehors de Tours, Nicolas de La Selle (né à Paris), père de Jean, a également bâti son patrimoine grâce à la filière malouine. Selon l’un de ses descendants.

  • 244 Mémoires sur la famille Delaselle, 1813, p. 106.

« ses liaisons avec de riches armateurs de St Malo et la part qu’il prit à plusieurs expéditions militaires et commerciales dans la Mer du Sud. lors de la guerre de la Succession d’Espagne de 1701 à 1713 (...), portèrent sa fortune personnelle à plus de quatre cent mille francs »244.

93Le « commerce de Cadix », dans une certaine mesure risqué mais susceptible de générer des profits substantiels, a donc joué un rôle de premier ordre dans l’enrichissement de nombreux lignages, même si les preuves formelles manquent souvent pour l’établir formellement, faute de livres de comptes conservés. D’autres perspectives s’ouvrent au début du XVIIIe siècle, époque qui voit se développer le commerce des « Isles ».

  • 245 Des liens sont déjà tissés à la fin du XVIIe siècle : en 1699, le jeune beau-frère du trésorier de (...)
  • 246 3E 8/346 (notaire Gervaize l’aîné), procuration du 19/9/1738.
  • 247 2B/1 094 : inventaire après décès de Louise Moisant, 29/10/1727, liste des dettes actives.
  • 248 Une autre source confirme la diversité des marchandises exportées aux îles par les Tourangeaux : en (...)
  • 249 Inventaire après décès de Jean Verger, 28/11/1765, cotes GGGGG et RRRRR des papiers.

94Encore une fois, il n’est guère aisé de dater avec précision le début des échanges réguliers245 entre Tours et les Antilles : ils se développent certainement au cours du premier quart du siècle, à la suite de l’essor économique des ports de la côte atlantique que Tours utilise pour ses exportations. Seuls les actes notariés, une fois de plus, permettent de se faire une idée de l’importance de ce nouveau marché. En 1738, François Souchay père et fils, marchands « en compagnie », possèdent « en compte de participation » avec les sieurs Jean Collin l’aîné et fils des marchandises stockées à Nantes et à La Rochelle de nature indéterminée, très probablement destinées à l’exportation aux Antilles246. L’inventaire après décès de Louise Moisant, veuve du marchand Jacques Orceau, révèle qu’elle a fait expédier à son commissionnaire aux « îles », le sieur Chicoisneau, des soieries d’une valeur de 3 164 livres247. Les étoffes de luxe n’étant pas le produit le plus demandé à Saint-Domingue, Jean Verger y exporte des toiles, sans doute achetées pour son compte par un négociant de l’Ouest de la France248. De plus, il entretient une correspondance outre-Atlantique avec un commissionnaire nommé Delmas, et un sieur Perrin, du Cap-Français, lui doit la bagatelle de 3 221 livres pour un motif non précisé249. Par ailleurs, l’implantation en Martinique de ses fils Gabriel, négociant, et Jean-Baptiste, capitaine de dragons, traduit tout l’intérêt que les Verger portent aux colonies françaises d’Amérique.

  • 250 A.N., XXXV/331 (notaire Boindin) : inventaire après décès de Mathurin Abraham, commissionnaire des (...)
  • 251 3E 6/139 (notaire Loriot) : contrat de mariage du 9/5/1688. Sur les activités de transporteurs rout (...)
  • 252 2B/971 : inventaire après décès de Marie Goujat, épouse de Maurice Abraham, marchand, 11/8/1702.
  • 253 Inventaire après décès de B. Abraham, 24/11/1752, cote D des papiers. Pour financer une expédition (...)
  • 254 METTAS (Jean), Répertoire des expéditions négrières françaises au XVIIIe siècle, t. 1 (Nantes), Par (...)
  • 255 CAILLOU (François), « Commerçants tourangeaux... », art. cit., p. 345-355.
  • 256 3E 4/144 (notaire Gaudin) : contrat de mariage Abraham/Bellanger, 21/7/1751. METTAS (Jean), ouvr. c (...)

95Incontestablement, les Abraham doivent en partie leur réussite économique au commerce des « Isles ». Leur présence précoce dans les grands ports de la côte atlantique fournit un premier indice : c’est en tant que transporteur routier entre Paris (où il est établi), Bordeaux et La Rochelle, en passant par Chartres (où il est probablement né) et Tours, que Mathurin Abraham a entamé avec succès sa carrière. Profitant de ses liens privilégiés avec plusieurs marchands de ces villes, il devient leur commissionnaire, activité qui lui permet de développer son entreprise et d’accroître sa fortune250. Après sa mort, son fils Maurice, marchand à Bordeaux puis à Tours après son mariage (1688) avec Marie Goujat, fille d’un marchand voiturier de la paroisse Saint-Pierre-des-Corps251 avec lequel la famille était déjà en affaires en 1679, développe encore l’entreprise familiale : en 1702, pour ses activités de voiturage, il possède douze chevaux et deux charrettes, employés pour transporter des marchandises de Tours vers Bordeaux, où il emploie un commis, Bayonne et Blaye. Peut-être ces villes sont-elles déjà des points de passage pour les îles, où il expédie des étoffes. A Orléans, son commissionnaire est un M. de La Selle, parent du trésorier de France de ce nom. Certains signes extérieurs laissent transparaître sa réussite : propriétaire de deux maisons de campagne, il possède aussi une « chaise roulante » tirée par deux chevaux, une vaisselle d’argent estimée 1 154 livres 15 sols et sa femme détient pour 650 livres de bijoux, dont un collier de perles fines252. Si l’on ne peut que supposer une implication dans le négoce maritime dans son cas, elle ne fait pas de doute en ce qui concerne son fils Bernard, déjà évoqué. Ses papiers professionnels contiennent une impressionnante série de comptes d’armement, d’assurance, de désarmement, de liquidation des « retours » de plusieurs vaisseaux, relatifs à des « intérêts » (autrement dit des parts) qu’il y possédait253. Quatre d’entre eux étaient des navires négriers : l’Industrie (dont il semble avoir été l’unique propriétaire) et le Voyageur de Nantes, l’Aimable Esther et l’Infante de Congo de La Rochelle, utilisés entre 1742 et 1753 dans le cadre du trafic triangulaire254. Les archives portuaires révèlent qu’après s’être approvisionnés en esclaves sur les côtes d’Afrique occidentales, ces bâtiments ont fait voile vers Saint-Domingue ou la Martinique pour y vendre leur cargaison humaine. On ne sait quels profits Abraham a tiré de ces opérations, mais probablement lui ont-elles rapporté gros car les navires sont tous rentrés à bon port, à l’exception du Voyageur qui a fait naufrage à quelques encablures de Saint-Nazaire le 14 décembre 1750. Le cas de Bernard Abraham n’est pas isolé : l’armement maritime semble avoir été une activité courante dans les milieux marchands tourangeaux au siècle des Lumières, prisée même par certains officiers255. Son fils, qui porte le même prénom que lui, s’intéresse également au commerce négrier : lors de son mariage (1751), il déclare posséder entre autres 1 200 livres « dans une pacotille chargée sur le navire le Hector », un bâtiment de 250 tonneaux armé par Antoine Wailsh en juillet 1751, qui « traite » en 1752 près de 400 Noirs jusqu’à Léogane (Saint-Domingue), avant de rentrer à Nantes au début de l’année suivante256.

  • 257 Il s’agit de Charles, frère de Daniel, futur procureur du roi au bureau des finances : A.D. Mayenne (...)
  • 258 Louis Pihéry, marchand de draps et de soie, père du trésorier de France Jean-Baptiste-Marie Pihéry (...)

96Ces indications, malgré leur caractère ponctuel, montrent que le négoce océanique a contribué à arrondir, en l’espace de quelques décennies, parfois moins, les patrimoines de plusieurs ascendants d’officiers tourangeaux. D’autres ascendants de membres de la compagnie, dans d’autres villes, ont également profité des opportunités qu’offraient les colonies pour réaliser de fructueuses affaires. C’est le cas des Daudier, famille angevine dont l’un des membres s’est installé à la Grenade pour y faire du commerce257, peut-être aussi des Pihéry, dont au moins deux représentants ont fait une carrière de marchand à Nantes au début du XVIIIe siècle258.

  • 259 BAYARD (Françoise), « Un instrument de l’absolutisme et ses limites : les finances de l’Etat classi (...)
  • 260 Cf. supra, même chapitre, Β, 1 : Les officiers supérieurs à l’entrée en charge : nobles ou roturier (...)
  • 261 BAYARD (Françoise), ouvr. cit., p. 156,245,443 et 536.
  • 262 Ce dernier était le père du trésorier de France Charles Robin.
  • 263 LE BLANT (Robert), art. cit., p. 907-923 ; DUBE (Jean-Claude), « Claude Robin... », art. cit., p. 8 (...)
  • 264 DUBE (Jean-Claude), ibid. ; Les Œconomies royales de Sully, t. II : 1595-1599, Paris, 1988, p. 157.
  • 265 Les Œconomies..., ouvr. cit., p. 176-180 ; BARBICHE (Bernard) et DAINVILLE-BARBICHE (Ségolène de), (...)
  • 266 3E 9/315 (notaire Gaultier) : contrat de mariage entre Charles Châtelain, marchand bourgeois de Tou (...)
  • 267 Le chroniqueur Jean Buvat évoque sa condamnation pour malversations dans son journal : BUVAT (Jean) (...)
  • 268 3E 9/325 (notaire Deschamps) : dépôt de deux traités entre Charles Châtelain et Justin Moisant, 31/ (...)
  • 269 HAMOIR (Eric) et ROBERT (Pierre), Les Orceau (Touraine, Paris, Champagne), XVIIe-XIXe siècle. Tours (...)
  • 270 3E 9/319 (notaire Gaultier) : apprentissage du 20/6/1701. 3E 6/536 (notaire Couéseau) : inventaire (...)

97Les affaires financières ont-elles constitué une source d’enrichissement dans le cas des lignages marchands ? La question doit être posée puisqu’on a vu que la réponse était positive pour plusieurs familles robines. Traditionnellement, commerce et finance forment deux univers qui ne s’entremêlent guère dans la France d’Ancien Régime. Habitués à travailler en toute indépendance, les marchands répugnent à s’impliquer dans le système fiscal, dont les règles de fonctionnement sont élaborées par l’Etat, donc susceptibles d’être modifiées à tout moment259. Parmi les familles qui nous intéressent, certaines viennent toutefois démentir la tendance générale. Il faut d’abord revenir sur le cas du Parisien Pierre Sainctot, père de deux trésoriers de France, dont la belle carrière de marchand a déjà été évoquée260. Sous les règnes d’Henri IV et de Louis ΧΙΠ, il participe à de multiples opérations financières. En 1604, son nom apparaît comme caution dans la ferme des gabelles du Lyonnais et quatre ans plus tard dans celle des 30 sols par muid de vin de Paris. En 1616, il prête avec deux associés 200 000 livres au roi. A sa mort, en 1639 (il a alors cessé toute activité en ce domaine), sa fortune s’élève à 302 084 livres, mais il faudrait ajouter à ce chiffre les sommes qu’il a déboursées pour offrir à ses quatre fils les coûteux offices de conseiller au parlement de Paris, maître d’hôtel ordinaire du roi, maître des cérémonies de France et trésorier de France à Tours261. Les profits financiers, dans le cas des Sainctot, sont directement à l’origine de l’ascension familiale. Ils ont également beaucoup joué dans la promotion de la famille Robin. De 1587 à 1616, Jacques, Charles et Daniel Robin262, établis à la fois à Tours et à Paris, exercent le métier de marchand de draps de soie en association avec leurs beaux-frères Charles Quantin et Thomas Bonneau, père de l’homme d’affaires dont il a déjà été question. Parallèlement à leurs activités commerciales, les cinq hommes se lancent dans la banque, activité qui leur permet de nouer des contacts avec des membres de la haute noblesse (par exemple le duc de La Trémoïlle), perpétuellement à court d’argent. De fil en aiguille, ils en viennent à consentir des prêts à des gens de finance. Au début du XVIIe siècle, ils franchissent le pas qui les sépare de la participation indirecte aux opérations financières à de véritables prises d’intérêts dans celles-ci. C’est ainsi que Jacques Robin, mort en 1614, était depuis 1610 intéressé pour un quart dans la ferme des 5 sols par muid de vin entrant dans Paris263. Daniel, de son côté, semble avoir eu une certaine prédilection pour les entreprises de munition de guerre, activité à mi-chemin entre le négoce et la finance : en 1597, il fait partie des munitionnaires chargés de fournir 50 000 pains par jour à l’armée envoyée reconquérir la ville d’Amiens, « surprise » par les Espagnols. Quatre ans plus tard, le pouvoir utilise à nouveau ses services pour approvisionner les troupes royales qui stationnent en Savoie264. Tout indique que c’est ce même personnage qui tente vainement de corrompre l’épouse de Sully en 1597 en lui proposant pour elle un diamant de 2 000 écus et pour son mari un autre de 6 000 écus (ce qui en dit long sur les capacités financières des cinq compères), afin d’obtenir un juteux marché de vente d’offices dans les généralités de Tours et d’Orléans265. Justin Moisant. père de Charles-Pierre, participe également à des munitions de guerre au début du XVIIIe siècle en association avec son beau-frère Charles Châtelain266 (important affairiste qui défraiera la chronique judiciaire au début de la Régence267) : la présence de billets de l’extraordinaire des guerres pour un montant d’au moins 20 000 livres dans les effets composant leur société, en 1712, en fournit la preuve. Les deux hommes ne se limitent pas à ce genre d’investissement : leur actif comprend en outre 22 lettres de change d’un montant de 81 000 livres sur les receveurs des tailles des élections d’Amboise et de Château-du-Loir. En leur servant de bailleurs de fonds de ces derniers, ils contribuent au bon fonctionnement de la machine fiscale dans la généralité de Tours, non sans en tirer des profits dont il est difficile d’apprécier l’ampleur268. L’implication des Orceau dans la finance, en particulier celle du marchand maître ouvrier en soie Jacques Orceau, père d’un trésorier de France, ne peut être établie avec certitude, mais des soupçons pèsent fortement, d’une part parce que la branche aînée de la famille s’est illustrée avec éclat dans ce type d’activité269 et qu’il ne serait pas impensable qu’elle en ait fait profiter la cadette (à laquelle se rattache le trésorier) ; d’autre part parce que Jacques Orceau le jeune, apparenté par sa mère aux Moisant, après avoir été formé au négoce par Charles Châtelain en personne de 1701 à 1704, a participé à des spéculations dont il est difficile de déterminer la nature en 1719 et 1720, ce qui dénote un tempérament « affairiste » assez caractéristique270.

  • 271 Les pères d’Antoine Belot, René Bellocier, Macé Bertrand de la Bazinière, Jacques Charron, Antoine- (...)
  • 272 A.N., LXXXVI/242 (notaire Parque) : vente d’office du 12/1/1632.
  • 273 DESSERT (Daniel), Argent, pouvoir..., ouvr. cit., p. 89.

98Toute généralisation, à partir de trois cas, serait évidemment abusive. Il semble néanmoins plus que probable qu’ils n’ont pas été isolés. Nous manquons d’informations sur les activités des pères d’officiers supérieurs ayant exercé des fonctions comptables (19 ascendants concernés271), mais on ne serait pas surpris qu’ils aient placé une partie de leurs capitaux dans les circuits financiers de la monarchie. C’est même le contraire qui constituerait une anomalie, car le roi attendait ce type de comportement de ceux qui faisaient la recette de ses impôts. Il est également important de préciser que l’argent gagné par les gens de finance profite non seulement aux intéressés, mais aussi à un cercle familial étendu, pas forcément concerné par les opérations elles-mêmes. Dans la mesure où les grandes familles bourgeoises de Tours étaient toutes ou presque alliées par le sang, qui peut dire avec certitude que les sommes reçues en dot ou en héritage par les officiers du bureau des finances ne provenaient pas au moins en partie des profits du négoce, du moins pour les individus en charge au Grand Siècle ? On peut établir dans de rares cas que « l’argent du roi » est directement à l’origine de l’entrée d’un individu dans la compagnie. Nous l’avons vu avec les Sainctot, qui ne sont pas tourangeaux. Au niveau local, il faut citer celui des Drouin : si le représentant de cette famille parvient à acquérir un office de trésorier de France en 1632, c’est avant tout parce que ses oncles Jacques et Thomas Bonneau, fermiers des gabelles, lui servent de caution et, sans doute, lui avancent une partie du prix de la charge272. Tours, comme les villes voisines du Val de Loire longtemps fréquentées par le roi, fait partie de ces cités qui ont engendré de nombreux financiers en raison de leur « longue pratique des maniements de l’argent, au contact des réalités marchandes et des nécessités du pouvoir »273. Rien d’étonnant à ce que l’on retrouve plusieurs de ces personnages parmi les ascendants des officiers du bureau des finances.

4) LES ASCENDANTS DES OFFICIERS SUBALTERNES ET DES GREFFIERS

  • 274 Au premier, nous avons adjoint André Javelle, substitut des gens du roi au bureau des finances (seu (...)

99Si les données concernant les officiers supérieurs sont relativement abondantes, il n’en va pas de même pour le petit personnel. Les historiens et érudits tourangeaux du XIXe siècle, époque où la documentation était plus complète qu’aujourd’hui, ne nous sont d’aucune aide, notamment. Les savants d’antan n’ont pas jugé bon de dresser de listes d’officiers subalternes, individus d’importance négligeable à leurs yeux, si bien qu’il est devenu pratiquement impossible de reconstituer les filiations d’offices avant les années 1650-1670. Pour le premier tiers d’existence du bureau des finances de Tours, nous ne connaissons que quelques noms isolés d’huissiers et de procureurs, découverts au hasard de la documentation subsistante. Autre point à signaler, les bas officiers et leurs proches fréquentaient moins les études notariales que les membres de la compagnie, pour des raisons économiques. Les contrats de mariage et les inventaires après décès, en particulier, sont relativement peu nombreux. Le fichier d’état-civil ancien des Archives municipales de Tours est d’une grande utilité, mais beaucoup d’officiers ne sont pas originaires du chef-lieu de la généralité. Grâce à l’ensemble de ces sources et à des recherches ponctuelles dans les registres paroissiaux du plat pays tourangeau, 86 professions ou conditions paternelles ont tout de même pu être déterminées, chiffre qui autorise une exploitation statistique. Les données relatives aux grands-pères sont très parcimonieuses, mais les tendances qu’elles laissent entrevoir méritent qu’on s’y s’attarde, ce que nous ferons plus loin. Le tableau ci-dessous distingue deux sous-ensembles : les procureurs et les huissiers274.

  • 275 Les professions retenues sont celles exercées lors de leur décès ou du mariage de leurs enfants, à (...)

Tableau 48 : Professions et états des pères d’officiers subalternes275

Tableau 48 : Professions et états des pères d’officiers subalternes275
  • 276 2B/137 : plainte de Jean Bailly contre Julien Bansard pour insultes et voies de fait, 10/10/1727 et (...)

100Le tableau met en évidence une relative proximité sociale entre les deux catégories d’officiers étudiées, ce qui a priori peut surprendre. En effet, les procureurs, chargés du contentieux (donc de la bonne marche de la justice, tâche noble s’il en est), jouissent d’un prestige supérieur à celui des huissiers, aux attributions considérées comme peu valorisantes. Les intéressés ont clairement conscience de cette différence de statut. Une procédure intentée en 1727 par l’huissier Jean Bailly contre un procureur du présidial nommé Bansard le montre de façon saisissante. Invité à se joindre, dans une hôtellerie de Tours, à un groupe d’amis dans lequel figurent Bailly et un huissier de la monnaie, le procureur répond : « Moi, boire entre deux huissiers ! ». La querelle, fait symptomatique, s’envenime à partir du moment où Bansard tente d’humilier Bailly en lui rappelant ses origines familiales médiocres. Piqué au vif, l’huissier lui rétorque qu’il « étoit fils d’un pauvre ouvrier en soie comme lui Bansard étoit fils d’un cordonnier »276. Partant de là, la logique voudrait que la présence de robins parmi les ascendants immédiats soit plus marquée chez les premiers que chez les seconds. Or, la représentation du monde de l’office est à peu près égale dans les deux groupes : 40 % chez les procureurs, 41 % chez les huissiers. Peut-être le résultat relativement modeste relevé pour les procureurs est-il imputable à la nature de l’institution : les procès jugés au bureau des finances n’étant guère nombreux par rapport à ceux aboutissant dans les tribunaux du type bailliage ou même grenier à sel, les fils d’officiers s’orienteraient plus volontiers vers ces derniers. Ce n’est toutefois qu’une hypothèse, que l’absence d’étude sur le personnel de ces juridictions ne peut pour l’instant valider.

101Les deux groupes confondus, la domination du monde de l’office sur celui de la marchandise et de l’entreprise est l’un des enseignements majeurs du tableau. On retrouve là des tendances proches de celles observées chez les officiers supérieurs, à ceci près que les mêmes expressions ne recouvrent pas tout à fait les mêmes réalités. Par contre, la forte représentation des métiers « mécaniques » constitue une différence marquante avec les membres du siège, qu’il convient d’essayer d’expliquer.

  • 277 Dont un banquier, père du procureur Pierre Millet d’Artanval. Le seul négociant du corpus est le pè (...)
  • 278 Urbain Bertrand à Saint-Quentin-sur-Indrois, Antoine Branger à Bossée, Etienne Joubert à Saint-Rémi (...)
  • 279 3E 1/914 (notaire Mouys) : traité d’office du 12/4/1761 ; 3E 1/916 (idem) : contrat de mariage du 1 (...)
  • 280 3E l/662a (notaire Jouye) : partage du 3/6/1658.
  • 281 Les pères de Guillaume-Antoine Devilliers et Michel Segrettin. Les deux autres sont ceux de Gabriel (...)
  • 282 3E 2/333 (notaire Hélye) : partage du 12/2/1664 ; 3E 8 (notaire Gervaize) : contrat de mariage du 2 (...)

102Considérons d’abord la catégorie des marchands et entrepreneurs : on ne relève que 6 marchands bourgeois et négociants277, contre 12 marchands dont on sait peu de chose, sinon qu’au moins 6 exercent en milieu rural278, ce qui laisse supposer que l’on a affaire à des individus plus proches des gros laboureurs et des fermiers de seigneurie qu’à des commerçants tenant boutique. Indication significative, le procureur au bureau des finances Etienne-Martin Marteau, qui se présente comme fils d’un marchand de Sorigny lors de l’achat de son office et de ses noces (1761 et 1762), est déclaré fils de cultivateur dans son acte de décès (1796)279. Quant aux marchands résidant en ville, on peut raisonnablement penser que tous ou presque vendent au détail. Tel est probablement le cas de François Royer, dont le fils – un ancien huissier du bureau des finances – reçoit 3 941 livres 8 sols lors du partage de ses biens en 1658 (un cinquième du patrimoine), somme confortable à défaut d’être colossale280. Seulement 4 pères d’huissiers exercent la profession de marchand maître ouvrier en soie ou de marchand fabricant, dont 2 ont entamé leur carrière à l’échelon inférieur de maître ouvrier281, mais d’autres se dissimulent peut-être parmi les marchands recensés précédemment. Tout indique que le niveau de fortune de ces manufacturiers est loin d’atteindre celui des ascendants d’officiers supérieurs qui font le même métier. En 1664, la succession de Catherine Couette, épouse de Blaise Segrettin (alors maître ouvrier en soie), ne s’élève qu’à 4 900 livres, leur fils Michel, futur huissier, ne touchant que le quart de la somme. Lors de ses noces en 1712, Guillaume Devilliers, encore maître ouvrier en soie, n’apporte que 900 livres et sa future à peine plus : 1 100 livres282. Adrien Girollet et Gatien-Martin Gohuau de Saint-Jean, pères de trésoriers de France, sont incontestablement d’une autre envergure.

  • 283 3E 4/100 (notaire Gaudin) : contrat de mariage du 1/2/1717.
  • 284 Les procureurs Ursin Boisquet, Pierre Dubosc le jeune et Pierre Massonneau, le premier huissier Cha (...)

103De la même façon, aucun des 35 officiers dénombrés ne peut être rangé parmi les élites de la robe. Le contraire eût d’ailleurs été étonnant. Un seul émerge du lot, François Viau, chef du gobelet du duc d’Orléans (le Régent), père d’un premier huissier, dont le contrat de mariage, en 1717, montre qu’il jouit d’une honnête situation : sa dot comprend, outre une métairie et un moulin à Chisseaux évalués 2 400 livres, sa charge payée de ses deniers, de valeur inconnue. L’acte ne chiffre pas les apports de la future, censée recevoir la moitié des effets délaissés par ses défunts parents, vraisemblablement assez aisés puisque de leur vivant, ils étaient propriétaires terriens à Mettray283. Tous les autres pères sont assimilables à des officiers subalternes, en tête desquels on distinguera un officier de marine (probablement un petit officier d’amirauté ou d’arsenal), 2 notaires royaux et 10 procureurs d’une juridiction royale, le reste de la troupe comprenant 2 notaires et 4 procureurs seigneuriaux, 15 sergents et huissiers royaux et seigneuriaux. Seulement 5 individus ont un père officier du bureau des finances284, signe du faible attrait des charges subalternes, patent au XVIIIe siècle, époque à laquelle aucun fils ne reprend la charge paternelle, à l’exception de Pierre Massonneau en 1707.

  • 285 Tous ne sont pas des pères d’huissiers : 20 % des procureurs ont pour père un artisan.
  • 286 René Delacour, marchand orfèvre, François Deniau et Gilles Maridois, marchands tanneurs ; nous leur (...)
  • 287 Dans l’ordre, les pères de Jean Bailly, François Roullin, Jacques Huret, Victor Normand et Alexandr (...)
  • 288 Pères, respectivement, de Claude-César Deniau, Jean Maridois, René Delacour, Gabriel Gitton, Michel (...)
  • 289 Artisan chargé d’assouplir le cuir avant les opérations de tannerie.
  • 290 3E 6/525 (notaire Couéseau) : contrat de mariage Maridois/Berthé, 28/11/1703.
  • 291 3E 4/353 (notaire Boutet) : partage du 24/2/1680.
  • 292 3E 4/373 (notaire Boutet) : traité d’office du 23/3/1696.

104Plus que la prépondérance des petits marchands et des bas officiers, c’est la présence dans le corpus d’un nombre proportionnellement élevé de maîtres artisans et d’individus susceptibles de leur être assimilés qui caractérise le groupe285. Elle met en évidence le profond fossé existant entre les deux catégories d’officiers du bureau des finances. On le sait, la réception d’un fils d’artisan dans la compagnie est inimaginable, ce qui n’est pas le cas dans les communautés d’huissiers et de procureurs, même si cela ne veut pas dire qu’on y accepte n’importe qui. La frontière entre artisans et petits commerçants n’est pas facile à délimiter. Le travailleur qui écoule sa production ne pratique-t-il pas le métier de marchand ? Certains individus font précéder leur profession de cet épithète honorifique286. Dans quelle catégorie faut-il les ranger ? Il a semblé préférable de les classer parmi les maîtres de métier. Autrement dit, la définition du terme marchand doit être entendue dans un sens restrictif : celui qui vend des produits qu’il n’a ni fabriqués, ni transformés. Un autre phénomène contribue à brouiller les repères : les cas d’ascension sociale entre le début et la fin de carrière, sans doute plus fréquents que nos sources trop ponctuelles le font entrevoir. Deux des douze marchands mentionnés ci-dessus ont entamé leur vie professionnelle par l’exercice d’un métier « mécanique », cordonnier dans le cas de Nicolas Maupu, passementier dans celui de Pierre Cormery. Nécessairement, on s’interroge : n’y a-t-il pas eu usurpation de la qualité de marchand ? C’est possible, mais en l’absence de preuves, difficile de les exclure de la catégorie en question. Les artisans du corpus s’activent dans des domaines divers. Assez logiquement, le monde des soieries est le mieux représenté, avec quatre maîtres ouvriers en soie et un maître passementier287. On relève ensuite deux tanneurs, un orfèvre, un tailleur d’habits, un perruquier, un boulanger, un potier d’étain, un couvreur et un paumier288. Le groupe comprend aussi cinq individus qu’on ne peut à proprement parler qualifier d’artisans, mais qui jouissent d’un statut voisin : deux salpêtriers, deux cabaretiers et un fripier. Peu de documents permettent d’éclairer leur niveau de fortune. La situation du père du procureur Jean Maridois, lors de son mariage en 1703, n’est pas des plus reluisantes puisque pour tous biens, il possède sa maîtrise de corroyeur289 et « plusieurs ustensiles de son métier », non estimés. Son épouse lui apporte 400 livres en meubles et hardes, bref pas grand chose290. Le maître paumier Jacques Pléjot, père d’un huissier, laisse à son décès pour 1 572 livres 15 sols de biens mobiliers, somme partagée en 1680 entre sa veuve et son fils unique291 : un patrimoine modeste, mais il existe probablement des immeubles et André Pléjot a la chance d’être le seul héritier. En 1696, il dispose de suffisamment de moyens pour acheter sa charge 3 830 livres, mais c’est pour lui un très gros investissement292. Par rapport aux deux premières catégories, les familles issues de l’artisanat semblent donc plus à la peine. On se gardera toutefois de les considérer comme pauvres, le monde ouvrier connaissant une situation autrement plus précaire. Pour ces lignages, l’accès d’un des leurs à une juridiction royale, même au bas de l’échelle, marque à la fois une réussite économique et une promotion sociale, bien plus que dans le cas des individus issus de la marchandise et de l’office.

  • 293 Respectivement pères des huissiers Louis-Robert Luce (Neuvy-le-Roi ?) et Jean-Joseph Mauricet (Cira (...)
  • 294 Sur les 5 bourgeois, 2 résident à Tours (les pères du premier huissier Nicolas-Pierre Bédouet et du (...)

105Les deux autres catégories socioprofessionnelles répertoriées, minoritaires, ne méritent pas d’amples commentaires. Trois « prestataires de services » bénéficiant d’une reconnaissance sociale supérieure à celle des artisans et des marchands ont été regroupés dans la catégorie des professions dites libérales, expression anachronique mais la plus adéquate pour les situer dans la société : deux chirurgiens et un principal de collège exerçant dans des bourgades de Touraine et du Poitou293. La dernière catégorie rassemble 7 individus, 6 bourgeois et un « sieur », termes qui servent peut-être de paravents à d’anciens marchands ou maîtres de métier294.

Tableau 49 : Professions des grands-pères paternels et maternels des huissiers et procureurs

Catégories socioprofessionnelles

Effectif

Officiers

6

Marchands et entrepreneurs

10

Professions « libérales »

1

Maîtres artisans et assimilés

18

Bourgeois et « sieurs »

4

Domestiques et ouvriers

2

TOTAL

41

  • 295 Respectivement grand-père paternel du procureur Victor Mouys et aïeul maternel du premier huissier (...)

106L’étude des professions et conditions des grands-pères des officiers subalternes du bureau des finances ne revêt qu’un intérêt limité en raison de la petitesse du corpus et de la sur-représentation des habitants de Tours au détriment de ruraux sans doute très nombreux. L’absence totale de laboureurs et de fermiers parmi les 41 aïeux répertoriés n’a ainsi rien de logique. Le tableau ci-dessus a cependant le mérite de mettre l’accent sur les origines populaires des huissiers et des procureurs. Les six officiers du corpus sont tous de bas niveau, à l’exception d’un procureur du roi au grenier à sel de Neuvy-le-Roi et d’un lieutenant des eaux des eaux et forêts de Touraine295, mais il ne s’agit pas de juridictions prestigieuses. L’échantillon est dominé par les maîtres artisans « et assimilés », qui forment pratiquement la moitié de l’effectif. Certains, à l’image du grand-père paternel de l’huissier René Goussard, un maître savetier, sont d’humbles travailleurs. Une catégorie socioprofessionnelle inexistante à la génération des pères apparaît en pleine lumière, les domestiques et les ouvriers, représentés par deux individus. L’un d’eux, Gatien Pommier, « valet du roi » à Amboise, appartient aux couches supérieures du monde ancillaire. L’autre, l’homme de peine Jean Clément, grand-père maternel de l’huissier Alexandre-Marc Coiffé, se situe nettement plus bas dans la hiérarchie, bien qu’il ait su bien tirer son épingle du jeu en mariant sa fille à un maître passementier.

107Globalement, les huissiers et les procureurs font bien partie de l’élite de la société urbaine, mais se situent dans sa frange inférieure. C’est moins leurs origines familiales, relativement modestes, que la détention d’un office royal qui leur assure cette position favorable, car les privilèges attachés à celui-ci font d’eux des personnages enviés par leurs congénères, fils de marchands détaillants, de petits officiers ruraux et d’artisans qui n’ont pas réussi à améliorer leur condition ou n’ont pas tout mis en œuvre pour « parvenir ». En l’absence d’un barrage légal interdisant l’entrée d’une juridiction royale à l’échelon inférieur à des descendants de marchands détaillants, de fermiers et d’artisans, c’est avant tout à l’argent laborieusement gagné par leurs parents et aïeux qu’ils doivent leur promotion. Pour acquérir un petit office, ils ont dû sacrifier une part importante d’un patrimoine familial beaucoup plus mince que celui des officiers supérieurs, autrement dit prendre un risque important.

  • 296 Cf. supra, chapitre I, C, 2 : Les greffiers.
  • 297 Ne sont pas compris les huissiers et procureurs qui ont été exercé la fonction de greffier.
  • 298 Pères de Pierre Planche, des frères Etienne et Innocent Pallu et de Barthélémy Duval.
  • 299 Pères de Jean Bourassé, des frères Claude et Antoine Compain, de Pierre Jacques et de Jean Gillet.
  • 300 Père de Robert Candart.
  • 301 3E 5/248 et 3E 5/262 (notaire Bertrand) : partages des 5/4/1590 et 19/3/1596.
  • 302 3E 4/75 (notaire Redouin) : dépôt de partage, 25/6/1689.

108Jusqu’en 1695, les greffiers font partie du bas personnel des bureaux, dont ils constituent la figure de proue en raison de leur rôle central dans l’institution, de leurs contacts professionnels quotidiens avec les trésoriers de France qui, d’une certaine façon et pour reprendre un terme en vogue à l’époque moderne, les « décrassent » et de leur aptitude à manier les idées et la plume296. Bien que le groupe comprenne à la fois des officiers et des commis, il paraît assez homogène. Huit professions paternelles ont pu être déterminées sur 17 possibles297. On trouve un marchand voiturier par eau, un marchand résidant à Sainte-Maure, un marchand bourgeois de Tours298, quatre petits officiers (un notaire royal, un procureur au siège royal de Loches, un huissier au bureau des finances de Tours et un contrôleur des aides et tailles en l’élection d’Orléans)299 et un maître chirurgien300. Seule différence entre ce corpus et celui des huissiers et des procureurs, l’absence d’artisans, mais peut-être s’explique-t-elle par les lacunes de la documentation. Sur les fortunes, une fois de plus, nous ne disposons que de rares sources, qui révèlent que les parents des greffiers jouissent de fortunes à mi-chemin entre celles des ascendants proches des officiers du siège et celles des parents des procureurs et huissiers. En 1590, l’épouse du marchand Guillaume Pallu transmet à ses enfants un ensemble foncier formé d’une métairie, d’une maison à Sainte-Maure et de 6 arpents de pré, le tout estimé 2300 écus sols. Six ans plus tard, ces derniers recueillent la succession paternelle, composée d’un moulin à Theneuil, d’environ 4 arpents de terre, de pièces de pré et de vigne de superficie indéterminée et d’une autre maison à Sainte-Maure, le tout non évalué. L’acte fait également état de meubles et d’une somme en argent liquide301. En 1661, la mère de René Bougrier délaisse à ses quatre héritiers pour 1 287 livres d’immeubles, montant modeste, mais la succession du mari a semble-t-il déjà été liquidée et quelques biens demeurent exclus du partage, notamment le tiers d’une maison à Montbazon302.

C. L’ENTOURAGE FAMILIAL ET LA DESCENDANCE DES OFFICIERS

1) LES COLLATÉRAUX

109L’étude verticale des lignages permet de cerner les causes et les mécanismes des évolutions, mais ne constitue qu’un aspect d’une recherche prosopographie – fondamental, il est vrai. Pour mieux replacer les individus dans leur contexte social, il est tout aussi nécessaire d’étudier leur entourage familial : oncles, frères, cousins germains, beaux-frères (dans la branche paternelle). Quelles sont les couches de la société représentées dans l’environnement proche des officiers ? Quel est le poids respectif de la robe et de la marchandise ? Relève-t-on des catégories socioprofessionnelles absentes des nomenclatures d’ascendants ? L’enjeu de ces interrogations n’est pas mince : soit la compagnie du bureau des finances est un groupe fermé sur l’extérieur, soit une communauté en prise directe avec les forces vives du royaume, à savoir les catégories de la population qui encadrent et animent le corps social. Les renseignements réunis, ce n’est pas une surprise, sont beaucoup plus prolixes en ce qui concerne les officiers supérieurs, qui nous occuperont dans un premier temps.

  • 303 Certains apparaissent plusieurs fois en raison des liens de parenté croisés entre officiers : les c (...)

110L’opération consistant à collecter les noms et les professions des proches parents des officiers supérieurs est particulièrement ingrate. Toute exhaustivité est naturellement illusoire. Néanmoins, le nombre important d’individus repérés (813)303 permet une exploitation statistique dont les résultats donnent une idée peu déformée de l’environnement familial des membres de la compagnie. Pour contourner le problème des situations professionnelles changeantes, nous avons décidé de ne retenir, lorsque le cas s’est présenté (rarement), que la profession la plus valorisante de l’individu.

Tableau 50 : Professions et états des parents proches des officiers supérieurs

Tableau 50 : Professions et états des parents proches des officiers supérieurs
  • 304 Pourcentage certainement très inférieur à la réalité car de nombreux réguliers, retirés du « monde  (...)
  • 305 Pierre de Fortia, évêque d’Amiens ; Louis Cazet, évêque de Lectoure (1655) puis de Vannes (1671) ; (...)

111L’un des principaux intérêts des données réunies ici est de mettre en évidence l’existence de liens familiaux entre les membres de la compagnie et des catégories sociales qui n’apparaissent pas dans les nomenclatures consacrées aux ascendants. Un groupe, surtout, se révèle au grand jour : les ecclésiastiques, séculiers et réguliers, qui représentent près de 12 % des parents répertoriés304. Rares devaient être les officiers ne comptant pas parmi leurs proches au moins un chanoine, une religieuse ou un curé (sans compter que les fils et filles restent en-dehors du champ d’étude). Prenons le cas du trésorier de France Henri Paris : l’un de ses oncles, Jacques Paris, est chanoine prébendé du prestigieux chapitre de Saint-Martin de Tours ; une de ses tantes, Isabelle Paris, est religieuse carmélite. Pierre-Uriel Tréton, autre trésorier de France, est le neveu d’un doyen du chapitre de Montreuil-Bellay et a un frère bénédictin. Deux sœurs du premier président Joseph Aubry sont religieuses au couvent de la Visitation de Tours. On pourrait multiplier les exemples. Certains parents appartiennent aux plus hautes sphères du premier ordre : un frère de Marc de Fortia a été nommé à l’évêché d’Amiens, deux cousins germains de René Cazet et Charles Milon sont l’un évêque de Lectoure, l’autre de Condom. Un cousin germain de Martin Sain détient la fonction de vicaire général de l’évêché d’Angers305. Assurément des personnages influents, qu’il pouvait être bon de compter parmi ses proches.

  • 306 François Cazet de Vautorte (1607-1654), intendant de Provence de 1640 à 1643 puis du Limousin en 16 (...)

112La domination de la robe sur les autres catégories paraît écrasante, mais elle ne le serait pas autant si une demi-douzaine d’officiers ayant débuté leur carrière dans le négoce réintégraient leur catégorie d’origine, celle des marchands et entrepreneurs, et si ce dernier groupe n’était pas amputé de plusieurs individus catalogués parmi les 37 individus classés parmi les bourgeois et « sieurs ». De plus, ne retrouver que 10 cousins germains pratiquant la profession de marchand relève de la contradiction. Assez logiquement, la proportion de personnes exerçant ce type d’activité diminue avec le temps : on relève 21,6 % d’oncles marchands ou entrepreneurs, contre 8,7 % de frères, de beaux-frères et de cousins. Une catégorie d’officiers non répertoriée dans les classements socioprofessionnels d’aïeux fait ici son apparition : les détenteurs de charges de cour et de fonctions haut placées dans l’appareil étatique. Aucun des 20 individus recensés n’a spécialement marqué l’histoire. Le plus élevé en dignité est un trésorier des Parties casuelles, frère de Marc de Fortia, mais on peut aussi mentionner quatre intendants de police, justice et finances306. Les officiers supérieurs des bureaux des finances (126 occurrences) et des autres juridictions royales (128) sont de très loin les mieux représentés du monde de la robe, mais le nombre relativement élevé de membres des cours souveraines parisiennes et provinciales dans le corpus (16,4 % des occurrences à l’intérieur de la catégorie des robins), associé à l’absence quasi totale d’artisans, renforce l’idée selon laquelle les officiers des bureaux des finances, du moins ceux de Tours, se rapprochent davantage de la haute robe que du vaste ensemble formé des officiers dits « moyens ». La non moins importante représentation des secrétaires du roi, des officiers comptables et des administrateurs militaires (commissaires et contrôleurs des guerres), liés de près ou de loin au milieu des manieurs d’argent, corrobore nos précédentes constatations sur les origines « financières » de certains patrimoines. En revanche, dans l’entourage familial proche comme chez les ascendants, le poids des procureurs, notaires et auxiliaires de justice est très faible.

  • 307 Guillaume de Champagné-Giffart, marquis de Champagné, beau-frère de François-Jean Patry de l’Aubini (...)
  • 308 3E 4/453 (notaire Hubert) : procuration du 9/1/1758 annexée à l’inventaire après décès de François (...)
  • 309 Pour les cinq derniers militaires, les données sont trop imprécises.
  • 310 Equivalent d’un sous-lieutenant actuel.
  • 311 Frère du trésorier de France René Legras.

113Une catégorie socioprofessionnelle représentée de façon négligeable chez les pères et aïeux d’officiers fait une percée modeste : les militaires, comptabilisés à 48 reprises (5,9 % des occurrences). Le fait mérite d’être noté, car il contredit la théorie qui voudrait qu’il existe un cloisonnement étanche entre la robe et l’épée. Au contraire, les familles comprenant à la fois des officiers, des militaires et des marchands ne sont pas rares. Nous avons vu que le trésorier de France Jean Verger avait deux frères installés en Martinique, l’un négociant, l’autre capitaine de dragons. Des militaires figurent également dans la parenté de Gilles Douineau, Antoine Girollet, René-Pierre Cassin de la Loge ou encore François Abraham, officiers issus de familles marchandes. Sur les 39 membres de l’armée recensés, vraisemblablement plus des trois quarts appartiennent à la noblesse. On relève notamment deux marquis et deux barons307. Quelques roturiers et individus en voie d’anoblissement ont réussi à se glisser dans l’armée et à y faire d’honorables carrières avant l’édit de Ségur (1781) qui leur barre définitivement le passage, à l’instar d’André-François Duvau (fils et frère de trésoriers de France), capitaine de cavalerie au régiment d’Auvergne, qui participe aux opérations du contingent français au Hanovre en 1758308. Les quatre grandes armes se côtoient dans le corpus : l’infanterie est le corps le plus représenté (14 cas), devant la cavalerie (10), l’artillerie (6) et la marine (4)309. Les parents de nos officiers exercent tous un commandement : le moins élevé en dignité est enseigne310. Cela dit, il est rare qu’ils dépassent le grade de capitaine (18 cas, en comptant deux capitaines de vaisseau et un capitaine de frégate), sans doute parce que la grande noblesse monopolise les grades supérieurs. Deux des quatre nobles titrés font d’ailleurs partie de ce haut du panier : Antoine Simon, marquis de Boisdavid, général des troupes du duc de Brunswick et Lunebourg, et Bernard de Comminges, baron de Saint-Lary, colonel dans un régiment de dragons. Claude de Razilly, marié à la sœur du trésorier de France Jacques Gaultier, doit probablement son haut commandement de chef d’escadre des armées du roi à sa condition de noble d’ancienne extraction et à ses appuis politiques : c’est un fidèle de Richelieu. Nicolas Bertrand de la Plaine, frère du chevalier d’honneur Jean-Joseph Bertrand, peut certes se prévaloir du grade élevé de major général, mais c’est dans les milices coloniales de Saint-Domingue, corps dénué de prestige, qu’il exerce. Seul Claude Legras311, colonel au corps royal d’artillerie du département de Dunkerque, détient un commandement plutôt flatteur pour un noble de souche relativement récente.

  • 312 BOURGEON (Jean-Louis), ouvr. cit.

114En somme, toutes les catégories de la sanior pars sont représentées dans l’entourage familial proche des officiers supérieurs, du marchand à l’évêque. Surtout, on constate que la plus grande diversité est de mise à l’intérieur de nombreuses familles. On ne doit pas s’en étonner : des études pionnières comme celle de Jean-Louis Bourgeon sur la famille Colbert312 avaient déjà bien montré que les plus grands pouvaient compter parmi leurs proches parents des gens de presque toutes les conditions et professions, à partir d’un certain niveau, s’entend. On peut conclure, pour répondre à l’interrogation posée plus haut, que les membres de la compagnie constituent bien un groupe en contact avec les éléments moteurs de la société.

  • 313 Faute de temps, nous avons renoncé à exploiter les actes de mariage, qui d’ailleurs ne livrent que (...)

115Accumuler autant de renseignements est impensable dans le cas des officiers subalternes. Nous avons procédé de façon différente en collectant toutes les personnes présentes en qualité de témoin du futur à la signature du contrat de mariage de chaque officier. La prisée des parents est plus large que dans le cas précédent puisque des cousins parfois éloignés font le déplacement pour apposer leur signature, mais cette particularité ne contrarie pas nos objectifs. En outre, un corpus de 86 individus dont la profession ou l’état est indiqué aurait été pratiquement impossible de constituer par un autre biais313.

Tableau 51 : Professions et états des parents proches des huissiers et procureurs

  • 314 Un avocat, deux praticiens, un clerc et un secrétaire d’intendance.

Effectif

 %

Ecclésiastiques

10

11,6

Officiers de rang supérieur

4

4,7

Officiers subalternes

23

26,7

« Basoche »314

5

5,8

Marchands et entrepreneurs

18

20,9

Fermiers

1

1,2

Artisans et assimilés

18

20,9

Bourgeois et « sieurs »

7

8,2

TOTAL

86

100

  • 315 Urbain Bertrand, curé d’Azay-sur-Indre, frère de l’huissier Martin Bertrand ; Etienne Coiffé, curé (...)
  • 316 Dont deux exerçaient une fonction : Jean Guéritault, cousin du procureur Christophe Guéritault, éta (...)
  • 317 Dans l’ordre : Charles Bigot, parent du premier huissier Charles Dorion ; René Duruisseau, oncle ma (...)

116La représentation des gens d’Eglise est sensiblement identique à celle relevée chez les parents proches des officiers supérieurs, mais la composition du groupe diffère au sens où le bas clergé est davantage présent : la liste comprend, à côté d’un chanoine, quatre curés315 et cinq simples prêtres316, qui forment la strate inférieure du premier ordre. Les robins constituent la catégorie la mieux représentée : 31,4 % des parents. Quelques officiers de niveau supérieur sont mentionnés, ce que l’on ne constate pas chez les pères, preuve qu’il existe de minces passerelles entre les magistrats et les auxiliaires de justice : un juge-magistrat au bailliage et présidial de Tours, un conseiller en la prévôté de Tours, un lieutenant de la maréchaussée de Touraine et un « officier du roi »317 qu’il a nous paru pertinent d’intégrer à ce petit groupe. Sans surprise, les autres robins venus signer le contrat de leur parent sont des procureurs de juridictions royales diverses – surtout le bailliage et présidial de Tours (11), des huissiers (5), des notaires (4) et des greffiers (2), tous classés parmi les officiers subalternes. Sur les cinq « basochiens » répertoriés, quatre (les deux praticiens, le clerc et le secrétaire, qui n’avaient probablement pas encore trouvé leur bonheur sur le marché des offices lorsque nous les avons repérés) semblent sociologiquement assez proches de ces derniers.

  • 318 Noël Martineau, fermier du marquisat de La Vallière, parent de l’huissier Joseph Martineau.
  • 319 Cf. supra, début de chapitre.
  • 320 Fils d’un marchand bourgeois de Tours, Joseph Martineau a aussi des attaches rurales : sur ses quat (...)

117Dix des 18 individus classés dans la catégorie des marchands et entrepreneurs sont de simples marchands. Plusieurs résident dans des paroisses rurales. Comme nous l’avons vu, beaucoup de fermiers de seigneurie se dissimulent derrière ce terme vague, qui les valorise : un seul fermier sur 86 individus, en effet, cela paraît bien peu318. Parmi ces marchands du plat pays, on peut citer Pierre Boucard et Pierre Petit, cousins germains de l’huissier Jacques-Victor Bougault, marchands à Villandry, et Nicolas Joubert, frère d’un autre huissier, qui demeure à Barrou (sud de la Touraine). A la lecture de leur contrat de mariage, on s’aperçoit que plusieurs officiers ont un entourage essentiellement composé de campagnards. Cet ancrage rural est à mettre en relation avec les observations relatives aux origines géographiques du petit personnel, souvent rurales319. Pour ne prendre que le cas de Bougault, outre les deux « marchands » de Villandry, sont également mentionnés dans son contrat un tonnelier de Luynes et un serrurier de Bailan320. L’enquête confirme enfin l’existence de liens familiaux étroits entre les procureurs et les huissiers du bureau des finances et le monde de l’artisanat : déjà présents à 22,1 % chez les pères, les représentants des arts mécaniques le sont à hauteur d’environ 21 % dans l’entourage familial.

2) LES ALLIANCES MATRIMONIALES

  • 321 GOUBERT (Pierre) et ROCHE (Daniel), Les Français et l’Ancien Régime. 2. Culture et société, nouv. é (...)
  • 322 CAILLOU (François), « Une famille tourangelle... », art. cit., p. 25-41.

118Dans l’ensemble de la population française d’Ancien Régime, l’endogamie sociale constitue la règle habituelle321. Est-ce également le cas ici ? La question mérite un examen approfondi en raison de ses importantes implications. Que peut ambitionner l’officier ou futur officier convolant avec une personne de condition inférieure ou égale à la sienne (si l’on met pour l’instant les sentiments de côté) ? La perpétuation du lignage sans doute et, éventuellement, la réalisation d’une opération avantageuse sur le plan économique. Considérons celui qui s’allie à une famille plus huppée que la sienne : probablement espère-t-il par-là s’ouvrir des opportunités de carrière. Par exemple, un bon mariage peut faire entrer dans le milieu de l’office un individu désireux de promotion mais n’ayant pas les appuis nécessaires dans la lignée paternelle pour envisager d’y être admis sans difficulté. Le cas de François Segoin est à ce titre révélateur322. Quelques indices montrent tout l’intérêt que les notables tourangeaux du XVIIIe siècle portent aux questions matrimoniales, capitales dans la compétition feutrée que se livrent les principaux lignages sur la scène locale. Les jeunes gens de bonne famille en âge de convoler sont en permanence l’enjeu de projets de mariage. En 1753, Le fils du trésorier de France François-Gabriel Hubert, seul héritier de son père, est un parti très convoité :

  • 323 G 1 174 : lettre du 18/6/1753. Nous remercions Christophe Maillard de nous avoir indiqué cette réfé (...)

« Je voudrais bien estre en estat de marier vostre sœur à ce monsieur-là, écrit le conseiller au présidial Michel Duchamp à son fils, mais à l’impossible nul n’est tenu »323.

119Effectivement, c’est une fille du trésorier de France André Girault qui l’emporte. De même, en 1784, Prudent-Jean Bruley est le gendre idéal dont rêvent les meilleures familles :

« On a parlé pour l’aisnée [des filles de M. Benoist de la Grandière, maire de Tours] du jeune Brullé, qu’on attend de Paris et qui a pris la charge d’avocat du roy semblable à celle de Mr Gaultier »,

  • 324 27J/9, fonds Papion du Château : lettre du 12/2/1784.

120écrit madame Papion à son fils324. On notera que la perspective d’un mariage est liée dans les deux cas à l’obtention récente ou imminente d’une charge. Carrière et mariage sont-ils toujours indissociables ? En fonction de quels critères sociaux nos officiers se déterminent-ils ? L’enquête qui suit, fondée sur les professions des beaux-pères et beaux-frères par alliance des officiers, devrait permettre de proposer des réponses à ces questions.

Tableau 52 : Professions et états des beaux-pères des officiers supérieurs (XVIe-XVIIIe siècles)

Tableau 52 : Professions et états des beaux-pères des officiers supérieurs (XVIe-XVIIIe siècles)
  • 325 Dans le cas où l’officier a convolé à plus d’une reprise, nous avons retenu la profession du père d (...)
  • 326 HAMON (Philippe), « Messieurs des finances »..., ouvr. cit., p. 327-328.

121Nous connaissons la situation matrimoniale de 227 officiers supérieurs, c’est-à-dire de pratiquement la totalité. 198 ont contracté un mariage – quelques-uns plus d’un – et 29 ont opté pour le célibat définitif, soit 12,8 % du corpus (ou peut-être légèrement plus, compte tenu des cas mal éclaircis). La profession ou condition du beau-père est connue dans 89 % des cas325, ce qui permet d’avancer des statistiques relativement sûres. La domination de l’office est très nette : 61,9 % de beaux-pères pourvus d’une charge, cela constitue un pourcentage un peu plus élevé que celui relatif aux pères d’officiers (55,5 %). Par ailleurs, presque un tiers des épouses, filles d’écuyers ou de chevaliers, appartiennent au second ordre ou sont en voie d’anoblissement. Il est tentant de voir là une tendance à l’hypergamie masculine, d’autant que si l’hypothèse était bonne, il s’agirait d’une continuité historique : chez les grands officiers de finance du XVIe siècle, le lignage de la femme est presque toujours plus prestigieux que celui du mari326. Pour en vérifier le bien-fondé, il est nécessaire d’examiner de plus près les résultats obtenus.

  • 327 Nous utilisons l’expression dans le sens défini par BOURQUIN (Laurent), La noblesse seconde en Cham (...)
  • 328 L’HERMITE DE SOULIERS (Jean-Baptiste), ouvr. cit., p. 69-70.
  • 329 Les huit autres lignages chevaleresques sont les Prégent du Breuil (Etienne-Marie Cassin), les Jauc (...)

122Commençons par la condition des familles : 47 beaux-pères jouissent du statut d’écuyer, dignité la plus basse dans la hiérarchie nobiliaire, 10 sont chevaliers donc d’un cran légèrement supérieur. Dans le premier groupe, moins de la moitié des individus ne bénéficient pas de la noblesse de plein droit : ils possèdent un office anoblissant au deuxième ou troisième degré ou jouissent de la qualité de commensal du roi transmise par leur charge. En ce qui concerne les nobles « réels », il ne fait pas de doute qu’à quelques exceptions près leur condition est récente : moins de deux siècles. Nobles à part entière, les chevaliers appartiennent à des familles de la « noblesse seconde »327, sans grand éclat, mais dont l’alliance est socialement bénéfique pour des lignages roturiers ou anoblis de fraîche date. Une seule famille sort du lot, les Beauvau, qui entrent dans la parenté des Le Blanc de La Vallière à l’occasion du mariage, en 1609, de Jean II avec Françoise de Beauvau, fille de Jacques, seigneur du Rivau et baron de Saint-Gatien, décoré de l’ordre du Saint-Esprit, tué au combat en 1592 alors qu’il servait dans l’armée d’Henri de Navarre328. Mais les Le Blanc, on l’a vu, font partie des trois ou quatre plus anciennes lignées nobles du bureau des finances. Jean II ne se marie donc pas véritablement au-dessus de sa condition, bien qu’il contracte une union politiquement intéressante avec l’héritière d’un homme qui a sacrifié sa vie au service de la dynastie régnante. Le seul autre beau-père pourvu d’un titre de noblesse se nomme Antoine Simon, chevalier et marquis de Boisdavid, dont Louis-Ursin Coudreau devient le gendre en 1700329. Bref, la proportion de nobles n’est pas spécialement plus élevée chez les beaux-pères que chez les pères d’officiers et les alliances de prestige demeurent l’exception : les familles de la vieille noblesse terrienne répugnent à donner leurs filles à des individus qui ne sont à leurs yeux que des « bourgeois ».

  • 330 Pour obtenir le chiffre de 63, nous avons additionné les officiers supérieurs de cours souveraines, (...)
  • 331 Officiers concernés : Joseph-Jean Aubry, René Aveline junior, Philibert Aveline, Jean Decop de Pocé (...)

123Intéressons-nous maintenant aux aspects socioprofessionnels : 31,3 % des individus ayant convolé ont épousé la fille d’un officier supérieur d’une juridiction royale, les corps les mieux représentés étant, sans surprise, le bureau des finances et le bailliage et siège présidial de Tours. Parmi eux, neuf officiers ou futurs officiers ont réalisé un mariage avantageux en s’unissant à la fille d’un conseiller au parlement de Paris (Macé Bertrand de la Bazinière et Charles Robin), d’un auditeur à la chambre des comptes de Paris (René Aveline senior, Jean Rogier et Pierre Sainctot), d’un maître des requêtes de la reine Anne d’Autriche (Claude Testu), d’un officier de la chambre des comptes de Bretagne (Etienne-Marie Cassin et René-Pierre Cassin de la Loge) et d’un conseiller au Conseil supérieur de Saint-Domingue (Jean-Joseph Bertrand). Toutefois, on ne peut pas considérer qu’un mariage avec l’héritière d’un officier supérieur de juridiction royale constitue une opération valorisante lorsque le futur appartient à un milieu socialement équivalent en tant que fils d’un robin de rang moyen ou supérieur, d’un noble ou d’un militaire. Or, cette situation d’égalité ou de relative égalité entre les contractants est majoritaire dans le corpus secondaire considéré : 36 cas sur 63330. De même, 23 individus, en épousant des filles d’officiers de maison royale ou princière, de secrétaires du roi, de comptables ou d’administrateurs d’armée, se sont alliés à des lignages sensiblement du même niveau que le leur, l’union n’étant réellement flatteuse que pour six autres. Bref, seulement moins de 30 % des individus ayant épousé une fille d’officier ont par cette opération réellement effectué un bond dans la hiérarchie sociale. Dans notre corpus, c’est donc bien l’endogamie sociale qui prédomine, contrairement à ce que les apparences pouvaient initialement laisser suggérer. Dans une minorité de cas (12 %), le futur s’est même marié au-dessous de sa condition331. Jacques Lasnier, par exemple, fils d’un conseiller au parlement de Bretagne, ne noue pas des liens avec un lignage prestigieux lorsqu’il épouse en 1619 Anne Bort, fille d’un receveur des traites d’Angers. Il en va de même pour deux nobles, Charles Milon, fils d’un militaire d’une lignée tourangelle renommée, qui convole en 1675 avec la fille d’un marchand ayant acquis une « savonnette à vilain », et Philippe-Jean-Baptiste Mignon, marié en 1766 avec Victoire Salmon, née d’un père négociant. De toute évidence, l’aspect financier l’emporte largement sur les considérations sociales dans de tels mariages. Le seul individu dont on sait qu’il a convolé contre l’avis de ses parents figure également parmi ce petit groupe d’officiers :

  • 332 NEPVEU DE LA MANOUILLERE (René-Pierre), Mémoires, t. 1 (1759-1780), Le Mans, 1877, p. 184-185.

« Dans le courant du mois d’avril 1774, M. Jannart fils aîné a épousé Mlle de Saint-Chéreau, de Malicorne. Il était lieutenant dans le régiment Royal-Comtois ; il avait quitté le service parce qu’il était amoureux de cette demoiselle depuis longtemps. Comme M. et Mme Jannart, ses père et mère, n’avaient point voulu consentir à ce mariage, il a fait des sommations respectueuses ; ils n’avaient d’autre raison à donner que parce qu’elle n’est pas riche. Au reste, elle est de bonne famille, jeune et jolie (...) »332.

  • 333 A.D. Sarthe, contrôle des actes des notaires, IIC 2 098, f. 176 r° (l’acte original n’a pas été ret (...)
  • 334 3E 1/736 (notaire Jouye) et 3E 8 (notaire Gervaize le jeune) : contrats de mariage des 27/6/1675 et (...)

124Le père de Marie-Madeleine-Françoise Pillon de Saint-Chéreau n’était qu’un modeste contrôleur au grenier à sel de Malicorne-sur-Sarthe, alors que celui d’Etienne-Claude-François Jannart détenait une charge de trésorier de France au bureau des finances de Caen. Leur contrat de mariage confirme la maigreur de la fortune de la demoiselle : hormis une somme de 3 000 livres représentant sa part dans l’héritage paternel, elle ne semble pas posséder grand chose333. On est loin des sommes versées par leurs parents aux épouses de Milon et Mignon : 80 000 et 60 000 livres, montants conformes aux niveaux habituels de fortune au mariage dans le milieu des officiers supérieurs334.

125Loin derrrière le monde de la robe, la catégorie des marchands et entrepreneurs forme 17,6 % du corpus. Les alliances matrimoniales sont presque exclusivement concentrées sur le XVIIIe siècle, époque de forte progression de la représentation de la marchandise au sein de la compagnie. Beaucoup sont antérieures à l’accès à l’office : le mariage entre François Huault de Bellisle et Catherine Bellas, en 1752, en constitue un bon exemple. En troisième position, le groupe des bourgeois et sieurs (9,1 % des beaux-pères) est surtout représenté au XVIIe siècle. Comme on le sait, il est composé pour une bonne part de marchands plus ou moins retirés des affaires qui souhaitent se montrer discrets sur l’activité à l’origine de leur réussite.

  • 335 SOUTY (Marie-Rose), ouvr. cit., p. 27-32.

126Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, les deux unions entre un futur officier et une fille issue de l’artisanat (ici, les beaux-pères sont en fait des artisans « par assimilation », appartenant aux couches supérieures du monde des métiers) ne peuvent être considérées comme des mésalliances ou simplement s’apparenter à un phénomène d’hypergamie féminine. En effet, à la date de son mariage (1680), l’office de greffier que Nicolas Augeard, fils d’un marchand maître ouvrier en soie, exerce en tant que commis, ne procure pas encore la noblesse graduelle : il fait donc toujours partie du personnel subalterne et en épousant la fille d’un marchand passementier, il se marie avec l’une de ses semblables. A première vue, le mariage, en 1608, du marchand bourgeois (futur trésorier de France) Jean Gaullepied avec la fille d’un maître tanneur blésois qui s’est reconverti comme maître de poste peut passer pour une union mal assortie. Mais l’est-elle vraiment, si l’on précise que le père de l’épouse, probablement un homme très riche pour son temps, a marié ses six autres filles à trois marchands, un maître de poste, un notaire et un élu, et qu’il s’intitule sieur de Lutaine dans les actes notariés et registres paroissiaux blésois de l’époque335, expression qui dénote sa qualité de propriétaire terrien ? Cette idée de déséquilibre doit être pour le moins considérablement nuancée.

  • 336 DEYON (Pierre), ouvr. cit., p. 276.

127Si les unions entre conjoints d’égale ou sensiblement égale condition prédominent, phénomène que l’on observe également chez les officiers du bureau des finances d’Amiens au XVIIe siècle336, c’est tout simplement que les futurs mariés appartiennent pour la plupart déjà aux couches supérieures de l’élite urbaine : à moins d’aller prospecter dans une ville où siège une cour souveraine, difficile de se marier au-dessus de sa condition. Certes, il y a la « noblesse seconde », mais le mépris qu’elle éprouve à l’égard des familles à peine sorties de la roture est un réel obstacle. En outre, les lignages les plus riches et les plus prestigieux ont pratiquement déserté la Touraine à la suite de la Cour au XVIe siècle.

  • 337 Peut-être 34 ou 35, car nous n’avons pu dater avec suffisamment précision le début de carrière des (...)
  • 338 58 % des individus étudiés se sont mariés avant d’entamer leur carrière au bureau des finances.
  • 339 Cf. infra, chapitre VI, C : Le déroulement des carrières.
  • 340 Jacques Chaspoux junior, Joseph-Robert Aubry et Laurent-Marin Mousseron.
  • 341 3E 1/750 (notaire Jouye) : don en avance de droits successifs des biens dépendant de la succession (...)

128Mariage et début de carrière au bureau des finances ne coïncident que dans environ un quart des cas : seulement 53 officiers se sont mariés dans les deux ans précédant ou suivant l’octroi de leurs lettres de provision. Si l’on restreint la sélection à ceux qui convolent dans l’année précédant la date des provisions et les douze mois suivants, leur nombre tombe à 33337. Comment se fait-il que, trois fois sur quatre, le mariage se fasse à un autre moment ? L’entrée au bureau des finances s’effectue en fait souvent à un âge où l’on a déjà pris femme : 49 % des officiers dont la date de mariage est connue se sont mariés plus d’un an avant la date d’obtention de leurs provisions338. Parfois, l’hymen remonte à plusieurs décennies. François Huault de Bellisle, qui exerçait la profession de marchand lors de son mariage avec Catherine Bellas, fille d’un marchand fabricant, en 1752, envisageait-il déjà de devenir trésorier de France ? Peu probable, quand on sait que cela lui arriva 32 ans plus tard. Dans les sociétés traditionnelles, le mariage intervient souvent au moment où débute la vie professionnelle. Or, beaucoup d’officiers ont exercé un emploi ou détenu une charge avant d’intégrer le bureau des finances339. Malheureusement, une comparaison entre date d’entrée dans la vie active et date de mariage s’avère impossible pour la plupart de nos officiers, à plus forte raison lorsqu’ils n’ont pas débuté par l’exercice d’une charge, faute de sources. 32,5 % des membres de la compagnie ont convolé plus d’un an après que le roi ne leur ait accordé le droit de le servir en qualité d’officiers du bureau des finances, donc sans avoir à puiser dans la dot de leur femme pour acheter leur charge. On relève même trois individus qui n’ont songé à fonder une famille qu’après leur passage dans l’institution, dont deux après sa suppression définitive en 1790340. Un tel choix peut là aussi s’expliquer : beaucoup de ces hommes mariés sur le tard ont touché un héritage ou ont été « avancés » par leurs parents à un âge relativement précoce et se sont prioritairement consacrés à leur carrière, remettant à plus tard la fin de leur célibat. François Tonnereau constitue un bon exemple de ces individus : en 1678, il reçoit de sa mère 61 353 livres en avance de droits successifs. Grâce à cette somme, il peut sans se ruiner en emprunts acheter une charge de trésorier de France en 1680, qu’il exerce pendant neuf ans avant de se marier avec une Parisienne de bonne famille341.

  • 342 NEPVEU DE LA MANOUILLERE (René-Pierre), ouvr. cit., p. 17.
  • 343 La majorité matrimoniale a été fixée à trente ans par Dédit de 1556, et des peines très sévères men (...)
  • 344 Sur ce type d’acte, cf. FILLON (Anne), « Les notaires royaux, auxiliaires de l’histoire ? », Annale (...)
  • 345 Allusion à Gilles Anguille, trésorier de France à Soissons, et à Françoise Bouchet sa femme, oncle (...)

129Faut-il conclure que les sentiments n’ont pas leur place dans les unions contractées par nos officiers ? Certes, l’attitude de défi d’Etienne-Claude-François Jannart démontre qu’il était possible de se marier « par inclination » (expression utilisée par le chanoine manceau Nepveu de la Manouillère à son sujet342), mais son cas semble bien isolé. Tout indique au contraire que les parents (ou le tuteur, s’ils sont décédés) exercent un rôle prépondérant dans le choix du futur conjoint. En effet, se jouent à la fois lors du mariage le sort du patrimoine et le devenir du lignage, bien plus importants aux yeux des parents que les émois sentimentaux d’un jeune homme ou d’une jeune fille. Pour résister à la pression familiale, il fallait avoir un caractère bien trempé. On pouvait alors patienter jusqu’à trente ans, âge à partir duquel le consentement parental cessait d’être nécessaire343 : il suffisait d’adresser aux parents, comme le fit Jannart, des « sommations respectueuses » réitérées à trois reprises344 pour obtenir de l’autorité judiciaire le droit de convoler avec l’élu(e) de son choix. Avec la crainte de la mésalliance, ce sont essentiellement les questions d’argent qui préoccupent les parents. Elles constituent le principal souci de Marie Bouchet, veuve du procureur du roi Dominique Ducasse, qui, en 1741, s’obstine à refuser le mariage de sa fille avec Pierre de Lasvernhès, directeur des domaines du roi à Tours, d’origine auvergnate. Ou, plus exactement, elle insiste, avant de donner son accord, pour « attendre les preuves par titres du gros bien que s’est donné » le prétendant, car des certificats signés de quelques officiers du présidial d’Aurillac ne lui suffisent pas. Soit leur témoignage a été acheté, soit ils « ont cédé aux cris d’un père qui ne cherche qu’à faciliter son fils dans ses entreprises », estime-t-elle. Et d’avertir sa fille de se garder des mauvais conseillers qui l’entourent345, qui l’ont persuadée

  • 346 3E 1/877 (notaire Mouys) : sommations respectueuses des 25,29 et 30/5/1741.

« que le refus de la dite dame sa mère blesse les lois divines et humaines, pendant qu’eux-mêmes lui font profaner la sainteté des lois écrites dans les commandements de Dieu, dont la transgression étend sur sa tête un orage qui ne finira qu’avec sa perte »346.

  • 347 Ibid., contrat de mariage du 31/5/1741.
  • 348 LE PRINCE D’ARDENAY (Jean-Baptiste-Henri-Michel), ouvr. cit., p. 47-59.
  • 349 ROCHE (Daniel), La France des Lumières, ouvr. cit., p. 472.

130Peu impressionnée par le discours maternel. Marie Ducasse épouse Pierre de Lasvernhès le lendemain de la dernière sommation347. Certains de ces documents sont infiniment précieux, car ils exposent la genèse du projet de mariage. Ici, on apprend que le futur a adressé sa proposition à Marie Ducasse par l’entremise de « personnes de considération », sans évoquer préalablement la question avec la mère, ce qui a sans doute contribué à la rendre intransigeante. La jeune femme insiste sur le fait qu’elle a respecté les conventions sociales en s’informant « de la condition, des mœurs et de la fortune du dit sieur de Lasvernhès » et en prenant l’avis des membres de la famille qui. à l’exception de sa mère, ont tous jugé ce mariage « convenable et solvable ». En dehors des situations conflictuelles somme toute exceptionnelles, il semble bien que les jeunes gens des catégories aisées jouissent généralement d’une relative liberté dans le choix du conjoint. C’est ce que suggère le cas de la très convoitée fille aînée du trésorier de France Charles-Michel Godard d’Assé, qui écarte un prétendant, « officier de condition », au bénéfice d’un jeune négociant dont ses amis lui ont dit le plus grand bien. Selon l’heureux élu, trois ans avant leur mariage, les tourtereaux avaient « un goût décidé l’un pour l’autre, sans [s’] être jamais vus en particulier, et on ne peut plus rarement en société ». Restait à convaincre le trésorier de France et sa femme du bien-fondé de l’alliance, besogne dont se chargèrent un confrère et ami du premier et le frère de la deuxième348. Les parents du négociant ne jouent ici aucun rôle. Quant à ceux de la jeune femme, ils ne font que donner leur consentement. Dans ce cas comme dans le précédent, les enfants respectent les codes sociaux en optant pour un partenaire de condition acceptable par la famille, en utilisant des intermédiaires pour les prises de contact et en se gardant de toute rencontre en privé, par nature inconvenante. Une fois accepté par le jeune homme ou la jeune fille le principe selon lequel il existe des partis inenvisageables pour des raisons financières ou d’incompatibilité sociale, le marché matrimonial était encore suffisamment vaste pour que la quête d’un ou d’une partenaire en phase à la fois avec les sentiments éprouvés et les desiderata des parents puisse être couronnée de succès. En définitive, « le choix du conjoint se fait sur la trame des attraits perçus, des intérêts comptabilisés, des interdits acceptés ou non, des normes imposées »349. Une bonne part de nos officiers ont sans doute décidé eux-mêmes de leur mariage. Revenons, pour finir, sur le cas de Prudent-Jean Bruley, qui, à s’en tenir à l’appréciation de madame Papion, passerait facilement pour le jouet des entremetteurs de tout poil. Son témoignage montre qu’il garda son libre arbitre :

  • 350 BRULEY (Georges), Un homme de cœur : Prudent-Jean Bruley, 1759-1847, Angers, 1901, p. 8.

« Dans cette nouvelle situation [après l’achat d’une charge d’avocat du roi au présidial], j’eus bientôt à subir les démarches des officieux négociateurs de mariages. Peu accessible d’abord à leurs doucereuses insinuations, je me proposais de conserver mon indépendance quand, bientôt, lié avec M. Loiseau, lieutenant général de Police, mon confrère, je le vis en voisin de campagne et fus séduit par l’amabilité de sa jolie fille aînée dont, le 15 juin 1784, je devins l’époux... »350.

Tableau 53 : Professions et états des beaux-pères d’officiers subalternes (XVIIe-XVIIIe siècles)

Effectif

 %

Officiers supérieurs

3

3,8

Officiers subalternes

33

42,3

Professions « libérales »

4

5,1

Marchands et entrepreneurs

20

25,7

Bourgeois et « sieurs »

4

5,1

Artisans et assimilés

13

16,7

TOTAL

78

100

  • 351 Ces cinq individus seraient le procureur Pierre Dubosc senior, le premier huissier Charles Dorion, (...)

131Chez les officiers subalternes, la proportion de beaux-pères officiers est légèrement supérieure à celle des pères (46,1 % contre 41 %). L’explication de ce phénomène réside dans le fait qu’une forte minorité d’huissiers et de procureurs ont conclu des alliances socialement flatteuses (plus nombreux en tout cas que leurs confrères mariés sous leur condition). Une étude comparée des professions paternelles et des métiers exercés par les beaux-pères donne 20 « beaux » mariages contre 5 unions peu gratifiantes pour le futur351, mais ces chiffres sont à prendre avec beaucoup de précaution tant les renseignements sont ténus. Par exemple, rien ne prouve qu’un marchand, terme vague s’il en est, soit systématiquement de condition inférieure à un procureur (cas du mariage de l’huissier Branger). Pour apprécier pleinement la « valeur sociale » d’un individu, il faudrait connaître, en dehors de sa profession, son niveau de fortune, le degré d’estime dont il jouit et savoir s’il s’implique dans les affaires de sa communauté, de sa paroisse, voire de sa ville.

  • 352 GARDEN (Maurice), « Niveaux de fortune à Dijon au milieu du XVIIIe siècle », Cahiers d’Histoire, t. (...)
  • 353 ROSSET (Philippe), ouvr. cit., p. 86.
  • 354 3E 1/864 (notaire Mouys) : inventaire après décès de Joseph Martineau, huissier au bureau des finan (...)
  • 355 ROSSET (Philippe), ouvr. cit., p. 69. Philippe Rosset ne dispose que de rares données sur les offic (...)

132Aucune des catégories inférieures de la société – paysannerie, monde ouvrier, domesticité – n’est représentée dans l’échantillon, que ce soit chez les beaux-pères ou chez les épouses elles-mêmes. En cela, les options matrimoniales des officiers de Tours diffèrent de celles de certains huissiers et procureurs d’autres généralités : Maurice Garden cite le cas d’un huissier du bureau des finances de Dijon marié en 1748 à la fille d’un maître cordonnier qui était la domestique d’un boutiquier352. A Lille, plusieurs épouses d’officiers subalternes exercent une activité professionnelle plutôt dévalorisante si l’on se réfère aux critères sociaux de l’Ancien Régime. Quelques-unes sont domestiques, une est journalière, une autre couturière353. Rien de tel à Tours. D’après nos sources, certes d’une richesse limitée, la seule femme d’huissier ayant travaillé au XVIIIe siècle tenait une boutique de passementerie, et cela à une époque où elle était veuve depuis quatorze ans354. Il est vrai que dans la capitale flamande, les charges subalternes attiraient des individus aux origines plus modestes que celles des Tourangeaux, puisque certains étaient fils de paysans355. A Tours, parmi les beaux-pères artisans, on relève deux ouvriers en soie, deux couvreurs, un teinturier en soie, un tailleur d’habits, un boulanger, un fourbisseur, un cirier, un potier d’étain et un sellier, tous pourvus d’une maîtrise et donc probablement honnêtement fortunés, mais aucun individu susceptible d’être classé dans l’une des trois catégories précitées.

  • 356 3E 2/346 (notaire Morin) : contrat de mariage Massonneau/Godeau, 7/1/1681.

133Parmi les 20 officiers dont on peut raisonnablement penser qu’ils ont réalisé des mariages gratifiants se trouvent trois individus ayant épousé la fille d’un officier de rang « supérieur » ou du moins plus élevé que le leur : l’huissier Philippe Trigalleau, fils d’un huissier du bureau des finances et gendre d’un élu en l’élection de Tours, le procureur Etienne Petiteau, fils d’un maître boulanger, marié à la fille d’un contrôleur général des finances, domaines et bois de la généralité de Tours et le procureur René-François Lebric, fils d’un négociant, dont le beau-père possédait la charge de lieutenant de la prévôté quinte d’Azay-le-Rideau. La plus brillante des alliances matrimoniales est celle contractée par le procureur Jean Massonneau : en janvier 1681, il épouse Marie Godeau, fille de feu Alexandre, écuyer, sieur de la Saintrie. Certes, les Godeau ont sans doute acquis la noblesse récemment, mais le rapprochement de ces deux familles n’en reste pas moins très surprenant. On ne peut avancer comme explication à cette union ni un dérangement financier des parents de la future, celle-ci obtenant en dot la coquette somme, pour le milieu des officiers subalternes, de 6 600 livres (2 100 de plus que Massonneau)356, ni une hypothétique « réparation » à la suite d’une conception prénuptiale, le premier enfant du couple ne venant au monde qu’en avril 1683. Peut-être la mère de Marie Godeau a-t-elle tout simplement tenu à faire passer le bonheur de sa fille avant toute autre considération.

  • 357 Cf. infra, chapitre VI, A, 3 : Les conditions d’admission.

134Le mariage des huissiers et procureurs coïncide plus souvent avec le début de leur carrière au bureau des finances que chez les officiers supérieurs. Sur 70 individus pour lesquels nous disposons des deux informations, 30 ont convolé dans l’année précédant la date des provisions et dans les douze mois suivants. Si l’on élargit l’écart entre le jour d’obtention des lettres et celui du mariage à vingt-quatre mois, on passe à 41 individus, soit 59 % de l’échantillon. L’explication tient au fait que la plupart des officiers subalternes qui entrent au bureau des finances sont à l’orée leur vie professionnelle et à un âge où l’on songe volontiers au mariage357. Sans doute ont-ils aussi davantage besoin que leurs supérieurs, faute de moyens suffisants pour rémunérer plusieurs domestiques, d’une présence à leurs côtés pour diriger leur maisonnée, trop accaparés qu’ils sont par leurs fonctions.

  • 358 A.N., Y 169, f. 154-155.
  • 359 On sait qu’en 1619, il sert de caution dans la ferme des aides de Noyon, Soissons, Laon et Guise : (...)
  • 360 Un certain Pierre (de) Masparault est caution de la ferme des aides de France en 1627 : ibid p. 161
  • 361 DESSERT (Daniel), Argent, pouvoir..., ouvr. cit., p. 351-352.

135Sur les commis greffiers, les données sont trop peu nombreuses pour une exploitation valable. Elles laissent cependant entrevoir des stratégies matrimoniales semblables à celles des officiers subalternes. La liste des beaux-pères comprend un élu, deux procureurs, deux greffiers, un marchand, un marchand maître ouvrier en soie et un maître sellier. Un cas doit être mis à part, celui de Joseph Le Cocq, qui épouse en 1618 une fille de Martin Masparault, président de la cour des aides de Paris, un officier de très haut rang358. En l’absence de renseignements précis sur le cursus de ce greffier, on ne peut qu’émettre des suppositions sur ce qui l’a amené à nouer une alliance aussi remarquable. Sans doute la gestion du temporel de l’archevêque de Tours, au début du XVIIe siècle, lui a-t-elle permis de se familiariser avec les techniques financières de base, savoir-faire qu’il a ensuite mis à profit pour faire une carrière dans la maltôte qui lui a fourni l’occasion d’arrondir sa fortune359. Rien ne lui interdit alors d’envisager une alliance de prestige avec ce grand lignage qui n’a lui-même pas dédaigné s’enrichir grâce à l’exploitation des fermes royales360. Dans cette perspective, l’achat par Joseph Le Cocq d’un des deux greffes du bureau des finances, en 1616 ou à une date légèrement antérieure, est à considérer comme l’un des investissements typiques du milieu des gens de finance, continuellement à l’affût des droits et charges aliénés par la Couronne susceptibles de générer d’importants profits. Tout laisse penser qu’il a, conformément à un usage répandu361, affermé son office, procédé qu’utiliseront également plus tard sa veuve et ses descendants.

3) LA DESCENDANCE DES OFFICIERS

136Les motivations de l’individu qui décide de faire carrière au bureau des finances sont de plusieurs ordres. L’ambition de servir le roi et de jouir d’une source de revenus sûre joue de toute évidence un rôle fondamental. Le désir de promotion sociale compte sans doute également beaucoup, même dans le cas où l’intéressé possède déjà la noblesse. L’armée, en effet, n’est pas la seule voie possible pour un membre du second ordre désireux d’être utile à sa patrie, une carrière dans la magistrature ou un service jouissant d’une certaine considération pouvant même s’avérer très profitable pour un lignage noble mais anonyme. Pour vérifier si cette quête d’élévation sociale a été couronnée de succès pour les familles, il est nécessaire de braquer un projecteur sur les descendants des officiers. Par rapport à leurs parents, les enfants ont-ils gravi un échelon supplémentaire dans la hiérarchie sociale, ou les lignages n’ont-ils fait que stagner ? En d’autres tenues, l’ascenseur social théorique qu’est le bureau des finances fonctionne-t-il de façon satisfaisante ou le mécanisme connaît-il des ratés ? C’est ce qu’il va falloir examiner.

137Dans un premier temps, nous étudierons la destinée de la génération suivant l’officier (quand elle existe), puis nous comparerons les attitudes des parents et des enfants face à la Révolution, baromètre révélateur s’il en est. Nous élargirons ensuite la réflexion au long terme : combien de familles ont-elles été anoblies par leur passage au bureau des finances ? Deux ou trois générations après, dans quelles sphères de la société les retrouve-t-on ? Pour cette étude sur le temps long, nous ne franchirons pas la barrière de 1789, la Révolution entraînant un si profond bouleversement des repères sociaux que les analyses perdraient toute signification en cas de confrontation des trajectoires familiales des XVIIe-XVIIIe siècles avec celles du XIXe siècle. Par conséquent, les dernières lignées représentées au bureau des finances resteront hors champ.

La condition et les activités des fils et des gendres

  • 362 Cas non ou mal renseignés : François Abraham de la Carrière, Auguste-Etienne-Denis Borderel de Caum (...)

Tableau 54 : Officiers supérieurs avant fondé ou non une famille (y compris après 1790)362

Nombre de cas

 %

Officiers dont les enfants ont atteint l’âge adulte

149

65,6

Enfants attestés, mais mort précoce / sort inconnu

17

7,5

Mariages stériles

27

11,9

Officiers mariés, mais aucune information sur une éventuelle descendance

5

2,2

Célibataires attestés

29

12,8

TOTAL

227

100

  • 363 GARNOT (Benoît), Les villes en France aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1989, p. 67. Dans l (...)
  • 364 3E 1/907 (notaire Mouys) : inventaire après décès de Marie-Jeanne-Michelle Franquelin, 15/9/1757.
  • 365 Si l’on élimine les officiers dont les garçons ont atteint l’âge adulte ou débuté leur carrière pen (...)

138Avant d’analyser les carrières des fils et des gendres, il est utile d’apporter quelques précisions d’ordre démographique sur l’ensemble des familles. Tous les officiers n’ont pas eu l’opportunité ou le désir de fonder une famille. Le taux de célibat, proche de 13 %, est conforme au pourcentage moyen relevé dans les villes françaises au siècle des Lumières, mais ce dernier prend en compte les membres du clergé363. Le chiffre obtenu est donc particulièrement élevé. Peut-être est-ce là une illustration d’une tendance précoce à l’individualisme que l’on retrouve chez la plupart des élites de la société d’Ancien Régime. Le malthusianisme des couples, au XVIIIe siècle, en apporterait un autre témoignage : bien que mariés, environ 20 % des officiers n’ont pas eu d’enfants ou n’ont pas eu la chance de les voir grandir. Pratiquement tous les couples, comme dans les autres catégories sociales, ont vu une partie de leur progéniture disparaître au stade de l’enfance. Ceux qui ont vieilli dans la solitude ou ont été suivis d’assez près dans la tombe par l’enfant qui leur a survécu sont au minimum 17. Claude-Jean Franquelin, par exemple, perd sa fille unique en 1757, alors âgée d’environ une quinzaine d’années364. Le nombre élevé de mariages stériles surprend. A-t-il des causes naturelles ou y a-t-il eu, chez certains, volonté d’empêcher les naissances ? Si la dernière hypothèse correspond à la réalité, cela constituerait un autre indice des progrès de l’individualisme. Deux tiers des enfants ont heureusement dépassé l’âge de 20 ans, plus de 8 officiers sur 10 pouvant compter sur au moins un garçon pour leur succéder éventuellement. Si l’on ramène ce pourcentage à l’ensemble des officiers, seulement 54 % des membres de la compagnie ont eu une descendance masculine qui a atteint l’âge adulte365. Seule cette courte majorité d’individus a pu espérer anoblir sa descendance par l’action du bureau des finances. On verra plus loin combien de lignées bénéficièrent réellement de cette promotion.

Tableau 55 : Professions et états des fils et gendres d’officiers supérieurs

Tableau 55 : Professions et états des fils et gendres d’officiers supérieurs
  • 366 Indre-et-Loire.
  • 367 A Chouzé-sur-Loire, Indre-et-Loire.
  • 368 LE MERCIER DE LA RIVIERE (Pierre-Paul-François), L’ordre naturel et essentiel des sociétés politiqu (...)
  • 369 BLUCHE (François), L’origine des magistrats..., ouvr. cit., p. 268-269 ; MAY (L.-P), Le Mercier de (...)
  • 370 DESSERT (Daniel), Argent, pouvoir..., ouvr. cit., p. 649.
  • 371 Marc du Faultray en 1598, Antoine Fouquet (fils de Charles), Antoine Mandat en 1649 (d’abord consei (...)
  • 372 Dominique Cottereau, conseiller de 1603 à 1625 et deux frères, Nicolas Le Feuvre de la Falluère, co (...)
  • 373 François Nau le jeune, conseiller en 1668 (ancien lieutenant général à Tours) et Claude Rogier, sub (...)
  • 374 Louis-François-Claude Chartier de Montléger (mort en 1778) et Jean-Joseph de La Selle, pourvu en 17 (...)
  • 375 Louis Le Boultz, en 1645, et Charles Belot, jusqu’en 1689.
  • 376 Alexandre-Claude Le Feuvre de la Falluère (fils d’Alexandre), grand maître au département de Paris (...)
  • 377 Ceux de Lille, par exemple : ROSSET (Philippe), ouvr. cit., p. 82.
  • 378 Dont le théâtre qui porte son nom. LUMINAIS (R.-M), Recherches sur la vie, les doctrines économique (...)
  • 379 MAROTEAUX (Vincent), « Une curiosité institutionnelle : l’administration du domaine de Versailles s (...)

139186 fils et 114 gendres ont été dénombrés. Le corpus, de toute évidence, est incomplet, mais les lacunes n’influent pas ou très peu sur la validité de nos chiffres. La grande majorité des fils que la mort n’a pas fauchés trop tôt ont accompli de belles carrières, au moins à la hauteur de celles de leurs pères. Plus de la moitié des individus catalogués parmi les robins ont repris l’office paternel ou en ont acquis un identique, la plupart du temps pour achever l’anoblissement de la famille, mais pas toujours. Louis-Ursin Coudreau, à la fois fils et petit-fils de trésoriers de France, n’avait aucun besoin d’entrer au bureau des finances pour anoblir définitivement sa lignée. Vingt fils, titulaires de charges de cours souveraines et (ou) de hautes fonctions dans l’administration, se sont hissés à un niveau remarquable. Parmi les mieux lotis, le jeune Macé Bertrand de la Bazinière, titré baron du Grand-Pressigny366, exerce la charge de trésorier des Parties casuelles traditionnellement dévolue à des financiers de haut vol, ce qu’il était. Arnoul de Nouveau junior devient titulaire du même office en 1627, après avoir débuté en tant que grand maître des eaux et forêts au département de Champagne et exercé la charge de maître de la chambre aux deniers. Plus tard (1632), il obtient un poste qui couronne sa carrière : surintendant général des postes et relais de France. Là encore, nous avons affaire à un homme qui a fait fortune dans la finance. Le fils de Nicolas Sainctot et celui de Jacques Chaspoux (deuxième du nom) deviennent, à des dates différentes, introducteurs des ambassadeurs, une charge de cour des plus prestigieuses (le premier après avoir été maître des cérémonies de France à la suite de son père). Paul-Pierre Le Mercier de la Rivière, baron de Saint-Médard367, conseiller au parlement de Paris de 1747 à 1757, auteur d’un important ouvrage d’économie politique368, adepte de la physiocratie et ami du docteur Quesnay, obtient grâce à l’appui de la marquise de Pompadour l’intendance des îles du Vent, qu’il administre de 1759 à 1764369. Nous avons également classé dans ce petit groupe le financier Alexandre Milon, fils de Julien, en raison de l’importance des affaires dont il a eu la charge : de 1663 à 1668, il fut fermier général des gabelles et de 1665 à 1668 fermier des cinq grosses fermes370. Sur les 14 membres d’une cour souveraine, on compte 4 conseillers au parlement de Paris371, 3 officiers du parlement de Bretagne372, 2 du Grand Conseil373, 2 conseillers à la cour des aides de Paris374 et 2 maîtres à la chambre des comptes de Paris375. Un dernier individu, titulaire d’une charge de grand maître des eaux et forêts, se situe sensiblement au même niveau qu’eux et peut donc leur être assimilé376. Les fils ayant poursuivi l’ascension sociale entamée par leurs aïeux en exerçant des fonctions prestigieuses se font toutefois plus rares après 1700, évolution qui traduit la tendance à la fermeture des principales juridictions du royaume et des grands corps de l’Etat au XVIIIe siècle. Toujours dans la catégorie des officiers et commis, d’autres, à défaut d’avoir réellement progressé dans la hiérarchie sociale, ont maintenu la position familiale. Dans ce groupe, on peut citer 5 membres d’une maison civile royale ou princière, 6 officiers du bailliage et siège présidial de Tours, 2 du Châtelet de Paris, à la rigueur 4 secrétaires du roi, bien que considérés avec un certain mépris par les trésoriers de France377. Jean-Joseph-Louis Graslin, receveur général des fermes du roi à Nantes, économiste de renom et entrepreneur de grands travaux dans la capitale bretonne378, et Guy-Louis Poulain de Vaujoye, receveur des domaines de Versailles, Marly et dépendances de 1760 à 1780379, sorte de fonction de cour extrêmement lucrative, en font également partie.

  • 380 Il existe un cas indéterminé, celui de Claude-Martin Sain, fils de l’avocat du roi Martin Sain.
  • 381 En fonction avant 1700 : Antoine du Faultray, Gilles Le Blanc de la Vallière, Gilles Maridois, Juli (...)
  • 382 Nicolas-Joseph Chauvereau, François Graslin (fils de Louis), Pierre-Paul de La Barre, les frères Re (...)
  • 383 Louis-Nicolas Hubert (fils de François) et Joseph-François Portail (fils de François).
  • 384 Gilles Le Blanc de la Vallière (1616-1709). Cf. LE BRUN (Eugène), ouvr. cit., p. 86.
  • 385 Etienne Pallu junior (1643-1687).
  • 386 Situé commune d’Autrèche, Indre-et-Loire.
  • 387 Respectivement : Louis Duchesneau (fils de Jacques I), Jean de La Barre, Louis Lerat et Pierre Sego (...)
  • 388 Jacques Le Blanc de la Vallière, né en 1618 : LE BRUN (Eugène), ouvr. cit., p. 86.
  • 389 Joseph Sain (1633-1708). Bonne synthèse sur ce personnage dans AUGERAUD (Anne-Cécile), L’Union chré (...)
  • 390 François Gilles (1649-1705).

140Les ecclésiastiques se répartissent en deux catégories, les séculiers et les réguliers380. Les premiers, plus nombreux (19), sont tous chanoines, pour la plupart d’un des deux grands chapitres de Tours. Dix fréquentent la collégiale de Saint-Martin381, sept celle de la cathédrale (alias l’église métropolitaine)382. Un seul est chanoine de Saint-Venant, un établissement nettement moins riche, et le seul non-Tourangeau répertorié appartient probablement à un chapitre manceau383. Trois d’entre eux ont accompli un beau cursus : il s’agit de deux aumôniers du roi et d’un évêque de Nantes, Gilles Le Blanc de la Vallière, nommé en 1667384. Un fils de trésorier de France a également dirigé le séminaire des Missions étrangères de Paris385. On ne peut toutefois s’empêcher de remarquer qu’aucun d’entre eux n’a fait carrière au XVIIIe siècle : les chanoines du siècle des Lumières sont des anonymes. Fait significatif, aucun curé n’est représenté parmi les clercs séculiers. La fonction, ni prestigieuse ni rémunératrice, n’attire pas les enfants des grands officiers de finance. Les réguliers, au nombre de sept, présentent des profils très divers. Quatre ont mené une vie discrète à l’ombre d’un cloître : un feuillant, un cistercien du couvent de Fontaines-lès-Blanches386, un oratorien parisien et un bernardin de l’abbaye du Louroux en Anjou387. Les trois autres ont été à différents degrés des fers de lance de la réforme catholique : un frère de l’évêque de Nantes, membre de la congrégation de Jésus, meurt en mission aux Antilles388 ; un fils de l’avocat du roi Claude Sain dirige le séminaire de Tours, fonde le couvent de l’Union chrétienne et s’illustre dans la lutte contre le protestantisme389 ; un cadet de Charles Gilles, cordelier à Angers, parvient à la dignité de provincial de Touraine390. Là encore, aucune carrière n’est postérieure aux premières années du XVIIIe siècle, période à partir de laquelle le militantisme post-tridentin commence à s’essouffler dans les Pays de Loire.

  • 391 3E 4/274 (notaire Massonneau) : transaction et compte entre Jean Gilles et ses enfants, 12/12/1637  (...)

141En accomplissant une carrière militaire, 33 fils (près de 18 % du corpus), ont contribué à accroître le renom de leur famille. Le succès de cette filière n’étonne pas dans un milieu qui rêve de s’amalgamer à la vieille noblesse d’épée. Alors qu’il vient tout juste de fêter ses 18 ans, Charles Gilles, futur trésorier de France, s’enfuit du collège de La Flèche où il est en pension dès l’annonce de l’entrée en guerre contre l’Espagne pour s’engager391. Au siècle suivant, c’est une ferveur semblable qui anime Pierre-François Chabert, fils d’un trésorier de France : le jeune homme

  • 392 3E 1/931 (notaire Thenon) : avis de parents du 18/4/1767.

« ayant manifesté dès son enfance le goût décidé qu’il avoit pour le service, [son père] a ceddé à ses instances réitérées et l’a placé en qualité de volontaire dans le régiment des grenadiers de France actuellement en garnison à Arras »392 (1767).

  • 393 DEYON (Pierre), ouvr. cit., p. 276-277.
  • 394 David D. Bien estime toutefois que le corps des officiers de l’armée n’a pas compté plus de 5 % de (...)

142Le même attrait pour l’épée existe chez les fils des trésoriers de France d’Amiens393. Les vocations se multiplient à partir du règne de Louis XIV, qui tolère la présence dans l’armée d’officiers de noblesse récente ou mal assurée, ce qui ne sera plus le cas à la fin de l’Ancien Régime394. Au total, le corpus comprend neuf officiers d’infanterie, huit de cavalerie, six de marine, un d’artillerie. Parmi les neuf dont l’arme n’est pas connue, trois appartiennent à la maison militaire du roi : deux gardes du corps (corps réservé aux nobles uniquement) et un officier des gardes françaises. Aucun ne détient un grade inférieur à enseigne pour les trois armes terrestres et à garde de la marine pour la Navale. Tous appartiennent donc au monde des officiers, caractéristique déjà relevée à propos des parents proches des membres de la compagnie. Deux des fils de Jean II Le Blanc de la Vallière ont atteint des sommets dans la hiérarchie militaire : François, chevalier de Malte, nommé mestre de camp d’un régiment de vingt compagnies d’infanterie en février 1646, obtient en juin suivant un brevet de maréchal de camp pour servir dans l’armée de Catalogne, mais sa mort au siège de Lérida l’année suivante brise net une carrière qui s’annonçait prometteuse. Sans accomplir de hauts faits, Laurent parvient tout de même au grade de mestre de cavalerie légère. Les aînés de Charles Gilles, qui a transmis son goût de la chose militaire à ses enfants, obtiennent d’importants commandements pendant la guerre de Succession d’Espagne : l’un est major du gouvernement de Blaye, un autre lieutenant du roi et commandant de Hendaye, un troisième lieutenant-colonel au régiment de Crussol-infanterie. Les autres enfants sont d’un rang plus modeste : on dénombre quinze capitaines, quatre lieutenants, deux gardes de la marine et un enseigne. Certains, pour la plus grande gloire de leur famille, ont péri au combat. C’est le cas de deux autres fils du trésorier de France Jean II Le Blanc de la Vallière au cours de la guerre de Trente Ans : Louis, tué au siège de Damvilliers (1637) et Charles, à celui de Spire (1632 ?). Si la future duchesse de la Vallière a pu obtenir en 1661 la charge de demoiselle d’honneur de la duchesse d’Orléans qui lui a permis d’approcher le roi, c’est en partie à la mort héroïque de ses trois frères qu’elle le doit.

  • 395 Plusieurs ne sont qu’en voie d’anoblissement.
  • 396 Louis Bouet de la Noue, Dominique Chouet et Martin Rogier (fils de Jean). En ce qui les concerne, a (...)
  • 397 Charles-François Leblanc de Francroziers ne reçoit de ses parents que 1 291 livres : 3E 6/568 (nota (...)
  • 398 Antoine Letort († 1774) et François Huault de Bellisle junior, marchands fabricants ; Jacques Charp (...)
  • 399 Les difficultés financières du greffier en chef Denis-François Brousse de Gersigny le laissent pens (...)

143Nous avons relevé 21 « nobles »395 pourvus de la qualité d’écuyer qui, à ce qu’il semble, n’ont jamais exercé d’activité professionnelle. En se contentant de leur condition d’héritier, ils n’ont pas œuvré à l’avancement de leur famille. Doit-on considérer ces individus ainsi que 17 autres n’ayant pas eu d’occupation particulièrement valorisante (ce qui représente tout de même plus de 20 % du corpus) comme des déclassés sociaux ? Quelques-uns peuvent invoquer des circonstances atténuantes. Un décès précoce, par exemple : tout laisse à penser que les trois avocats du corpus, qui envisageaient peut-être une carrière dans la robe, n’ont pas vécu au-delà de la trentaine396. Si le fils du greffier François Leblanc, en 1766, n’est qu’un modeste employé du dixième, son père, incapable de le doter correctement397, n’en est-t-il pas en partie responsable ? De même, les deux marchands fabricants et le marchand bourgeois du corpus398, fils d’individus ayant acquis sur le tard une charge de trésorier de France, ont débuté leur carrière avant que leur père, négociant comme eux, n’intègre la compagnie. Claude-Raymond Brochet des Jouvances et François Brousse des Cormiers n’ont pas particulièrement fait honneur à leur nom en se contentant, respectivement, des fonctions de receveur des tailles en l’élection de Mayenne et d’entreposeur du tabac à Condom, mais peut-être la relative modestie de la fortune familiale les a-t-elle poussés à rechercher un travail avant tout rémunérateur399. Parmi les individus inactifs, « sieurs » ou simples « écuyers », il en est certainement qui sont également morts jeunes, ce qui constitue la meilleure excuse qui soit. D’autres, en revanche, se sont contentés de manger tranquillement leur bien.

  • 400 Lettre à son frère, vers 1777 : BRULEY (Georges-Prudent), ouvr. cit., p. 43-44.

144Si l’on en croit le trésorier de France Bernard-Prudent Bruley, les « oisifs de profession », issus des bonnes familles citadines, pullulaient à Tours400. Incontestablement, plusieurs fils d’officiers entrent dans cette catégorie, par exemple le plus jeune des fils de Macé Bertrand de la Bazinière (bien que parisien d’adoption) :

  • 401 TALLEMANT DES REAUX (Gédéon), ouvr. cit., t. 2, p. 207.

« Le cadet de Baziniere, nommé Courcelles, estoit fort estourdy, et faisoit la plus folle despense du monde : il acheptoit à credit des chevaux et des chiens à de grands seigneurs, et les revendoit après à vil prix, pour avoir de l’argent »401.

  • 402 CHALMEL (Jean-Louis), Histoire de Touraine, t. IV..., ouvr. cit., p. 257-258. Il a aussi publié un (...)
  • 403 B.N.F., Dossiers bleus 170, n° 4 513, p. 4.
  • 404 Jean-Baptiste Rocher est déjà détenu à Loches en 1748. 3E 8/356 (notaire Gervaize l’aîné) : inventa (...)
  • 405 3E 1/956 (notaire Thenon) : dépôt d’acte de sépulture par son frère, 25/9/1779.
  • 406 Par cette disposition, les testateurs transfèrent la propriété de leurs biens directement à leurs p (...)
  • 407 Pour preuve, au moment où la veuve écrit ces lignes, sa fille « se trouve actuellement en la ville (...)
  • 408 3E 1/937 (notaire Thenon) : dépôt du testament de Jeanne-Françoise Delafont, 15/3/1770. L’avocat du (...)
  • 409 SAINT-VENANT (R. de), ouvr. cit., p. 286-291 (art. Villetrun). Un neveu de Bernard-Prudent Bruley p (...)

145Mort relativement jeune en 1645, il n’a pas eu le loisir de dilapider l’héritage paternel. Un autre fils de trésorier de France, César-Alexis de La Barre, s’est contenté en guise d’activité professionnelle d’écrire quelques médiocres opuscules, notamment une série de fables en l’honneur du marquis de Dangeau402. Au moins les deux jeunes gens n’ont-ils pas eu maille à partir avec la justice, à l’instar du fils aîné de Jean-Armand Charpentier, qui, non content d’avoir dissipé son bien au point de devoir se contenter d’une commission dans les fermes, détourna l’argent de celles-ci et passa en Italie403, ou des deux fils de Pierre Rocher, incapables de tenir le moindre emploi, qui moururent l’un à Gênes dans des circonstances mystérieuses, l’autre au château de Loches en 1763 après plusieurs années d’incarcération « sous la main du Roy » à la suite de frasques dont on ignore la nature404. René Soulas, qui trépasse à 33 ans (1754) « chez une négresse libre » à Saint-Domingue, repaire notoire de débiteurs insolvables, n’a pas non plus connu un destin très glorieux405. Beaucoup de parents semblent avoir été déçus par leurs rejetons, comme le laisse apparaître le nombre proportionnellement élevé de substitutions406 dans les testaments d’officiers ou de veuves dont les enfants ont atteint l’âge adulte : 6 sur 17. Les motifs sont parfois indiqués. Claude Feau, veuve du trésorier de France Louis Chauveau, accuse sa fille d’être « mauvaise ménagère » et de dilapider son bien « de jour à jour » (1717)407. La veuve de Claude Brochet des Jouvances écrit, au sujet de sa fille Madeleine (1770), qu’elle « a manqué de conduite dans tous les temps et (...) [que] son goût pour la dépense a toujours été extrême ». Son gendre n’est pas épargné : il « s’est livré depuis quelques années à un excès de dissipation par le jeu et par autres dépenses que la prudence éclairée de son père n’a pu arrêter »408. En fait, ces jeunes n’ont pas la même conception de l’argent que leurs aînés, encore fortement imprégnés des valeurs bourgeoises de labeur et d’austérité dans lesquelles ils ont été élevés. En dépensant sans compter pour des frivolités, ils adoptent les vices des jeunes nobles trop gâtés. Certains en viennent même à imiter leur tempérament querelleur : Henri Richard de Fleury, tué en duel en 1644 par le fils d’un certain Courtemblay, en est la triste illustration409. Finalement, ces « dérives » sont le signe d’une acculturation à la noblesse, ce qui témoigne, en un certain sens, d’un bon fonctionnement du bureau des finances en tant que moule à fabriquer de nouvelles élites.

146L’examen de la condition des gendres confirme cette tendance : les trois quarts d’entre eux, au bas mot, appartiennent au second ordre ou détiennent des privilèges nobiliaires, contre, rappelons-le, un tiers des beaux-pères. Parmi eux, on relève douze nobles titrés :

147Quatre marquis :

  • François de Barbançois, écuyer, marquis de Sarzay, la Salle et Vièvre, mari de Catherine Chaspoux (fille de Jacques II) en 1706.

    • 410 3E 2/170 (notaire Gerbeau) : contrat de mariage du 15/2/1653 (Louis Bernin n’est pas encore marquis (...)

    Louis Bernin, écuyer, sieur de Valentinay, marquis d’Ussé, receveur général des finances en la généralité de Tours puis contrôleur général de la maison du roi, mari de Catherine Coudreau (fille d’André I) en 1653410.

    • 411 LA CHESNAYE DES BOIS et BADIER, Dictionnaire de la noblesse, t. 10, 1866, col. 187-189.

    Jean Habert, chevalier, seigneur de Montmort et du Mesnil-Saint-Denis, marquis de Marigny, trésorier de l’Epargne, mari d’Anne Hué (fille d’Antoine) en 1600411.

    • 412 A.N., Minutier central, CV/960 (notaire Savalète) : contrat de mariage du 4/5/1698.

    Bernard de Javerlhac, chevalier, seigneur marquis de Javerlhac, Savignac, Ajac, Grospuy et la Roche-Pontisat, mari d’Anne-Marguerite Tournier (fille de Pierre) en 1698412.

148Quatre comtes :

    • 413 LEBRUN (François), « Les intendants de Tours et d’Orléans... », art. cit., p. 287-305.

    Guillaume Bautru, comte de Serrant, intendant de l’armée en Bourgogne puis de la généralité de Tours (1643-1647), chancelier de Monsieur, époux de Marie Bertrand de la Bazinière (fille de Macé) en 1644413.

    • 414 C.A.C.I.L., microfilm Saint-Christophe-sur-le-Nais, M.S. 1605-1674, mariage du 11/1/1656.

    Pierre de Broc, chevalier, seigneur comte de Broc, mari d’Elisabeth Testu (fille de Claude) en 1656414.

  • Gabriel, comte de Laval, mari de Renée Barbe de la Forterie (fille de Claude).

    • 415 3E 4/461 (notaire Hubert) : contrat de mariage du 1/6/1765. Elle était veuve du trésorier de France (...)

    Joseph-Anne-Marie, comte de Mercy, chevalier, capitaine au régiment des carabiniers du comte de Provence, chevalier de Saint-Louis, second mari de Marie-Marthe Girault (fille d’André) en 1765415.

  • 416 3E 2/168 (notaire Royer) : contrat de mariage du 25/11/1646.

149Un vicomte : Charles Bruneau de la Rabatelière, chevalier, vicomte de la Rabatelière, la Jarrie et Montigny, mari de Marie de La Baume Le Blanc (fille de Jean II Le Blanc de la Vallière) en 1646416.

150Trois barons :

  • Antoine-Charles-Henri d’Arcemale, chevalier, baron du Langon, mari de Marie-Anne Dreux (fille de Pierre).

    • 417 3E 4/483 (notaire Hubert) : contrat de mariage du 12/9/1778.

    Pierre-Anne-Alexandre Fouasse de Noirville, baron de Rouvrou, chevalier, seigneur et patron de Rouvrou, Mesnil-Hubert, Mesnil-Villement et Pomainville, capitaine au régiment de dragons de Monsieur, mari de Julie-Françoise Testard des Bournais (fille de René-Joachim-François) en 1778417.

  • Gilles Lespagneul, chevalier de l’ordre du Christ, receveur des fermes à Saumur, baron de Rillé, mari de Marie Le Mercier de la Rivière (fille de Louis).

151Le montant élevé des dots féminines explique en partie ces alliances de prestige : Marie de La Baume Le Blanc se marie avec 40 000 livres, Anne-Marguerite Tournier avec 130 000 livres, Marie-Marthe Girault avec au moins 103 000 livres, Julie-Françoise Testard des Bournais avec 300 000 livres. Ces mariages ne sont pas véritablement pour les futurs l’occasion d’un renflouement : Mercy dépose 127 000 livres dans la corbeille de mariage, Fouasse de Noirville 230 000, Javerlhac 337 000, sommes que l’on peut qualifier de colossales pour la province, et rien ne laisse supposer des patrimoines grevés de dettes. En épousant des filles d’officiers aux origines bourgeoises récentes, ces trois personnages n’ont sans doute pas eu l’impression de commettre une mésalliance, preuve que les charges du bureau des finances, au XVIIIe siècle encore, n’étaient pas dénuées d’un certain prestige.

  • 418 CARRE DE BUSSEROLLE (J.-X.), Dictionnaire..., ouvr. cit., t. 5, p. 174.
  • 419 Ibid., p. 388-389. DUBREUIL-CHAMBARDEL (Louis), « Les marquis de Verneuil », Revue héraldique, hist (...)
  • 420 Par exemple Claude Rogier junior, qui se présente comme écuyer et sieur de la Marbellière lors de s (...)
  • 421 3E 2/249 (notaire Vacher) : contrat de mariage Joubert/Decostre, 11/1/1649 ; 3E 6/568 (notaire Dela (...)
  • 422 3E 1/953 (notaire Thenon) : contrat de mariage Brousse/Bruneau, 13/6/1778.

152Les filles contribuent plus que les garçons à la promotion sociale de la famille. En effet, de tous les fils d’officiers, seuls trois portent un titre de noblesse : Macé Bertrand de la Bazinière (deuxième du nom), qui hérite de la baronnie du Grand-Pressigny achetée par son père418, le trésorier de France Paul-Philippe Le Mercier de la Rivière, baron de Saint-Médard à la suite de son géniteur et Eusèbe-Jacques Chaspoux (fils de Jacques junior), premier marquis de Verneuil en 1749419. La qualité d’écuyer, nous le savons, ne se transmet pas automatiquement de père en fils. Ceux qui ont droit de s’en parer le font, naturellement420. Dans les autres cas, les attitudes varient selon les individus : les uns, à l’instar des fils du trésorier Nicolas Joubert (1649) et du greffier François Leblanc (1766)421, respectueux de la loi, évitent d’usurper une qualité qu’ils ne possèdent pas ; les autres, à l’exemple de François Brousse (1778), également fils de greffier, n’ont pas ce genre de scrupule422.

  • 423 Dans le cas des fils, le calcul ne prend pas en compte les ecclésiastiques, logiquement absents du (...)
  • 424 Philippe Dreux, chevalier, maître des requêtes de l’hôtel du roi (mari d’Anne Sainctot, fille de Ni (...)
  • 425 Bertrand Pallu du Ruau, juge au bailliage et présidial de Tours, directeur des gabelles d’Anjou, di (...)
  • 426 L’un d’entre eux, Louis-Jacques Picquet de Montreuil, époux de Marie-Anne Souchay (fille de Louis), (...)
  • 427 3E 1/877 (notaire Mouys) : contrat de mariage Pierre Régeard de Beauvais (fils d’un maître chirurgi (...)
  • 428 Jacques Chapelot, négociant à Tours, marié à Marguerite Charpentier (fille de Jacques) ; Pierre Hub (...)

153La comparaison des choix de carrière entre fils et gendres, en revanche, n’est pas très éclairante. La même proportion écrasante d’individus (environ 92 %)423 exercent un office ou un métier qui les situe à un niveau au moins équivalent à celui de leur père ou beau-père : militaire, ingénieur ou officier « supérieur ». Parmi les gendres ayant occupé des fonctions au sommet de l’Etat, il faut citer, outre Guillaume Bautru, Louis Bernin et Jean Habert, un maître des requêtes, deux intendants424, deux fermiers généraux et un grand audiencier de France (également trésorier général de la marine)425. La représentation des financiers est particulièrement élevée dans ce petit groupe, si l’on tient compte du fait que Bautru était lié de près au milieu des manieurs d’argent. En ce qui concerne les membres de cours souveraines, les Parisiens sont les plus nombreux, comme chez les fils : quatre gendres sont officiers de la chambre des comptes de Paris, trois du parlement, deux du Grand Conseil, contre seulement trois d’une cour provinciale (en l’occurrence le parlement de Bretagne426). Une fille de greffier s’est mariée légèrement en dessous de sa condition en épousant un procureur du présidial427. Cinq filles ont épousé soit un marchand fabricant, soit un négociant ou un entrepreneur428. Toutes ces unions interviennent au XVIIIe siècle, à une époque où ces métiers bénéficient d’un regard plus favorable de l’opinion publique. L’heureux élu est toujours un homme riche et en vue, à l’instar du marchand fabricant Joseph-Pierre-Sylvain Cartier, dont le mariage est évoqué en ces termes par un chanoine manceau, parent de la future :

  • 429 NEPVEU DE LA MANOUILLERE (René-Pierre), ouvr. cit., t. 1, p. 368.

« Le 18 août 1780, je suis parti avec M. et Mme de Bellefille pour aller aux noces de Mlle de Charentais, âgée de dix-huit ans, qui épouse le fils de M. Cartier, très gros et riche négociant fabricant de soie, surtout en noir et en uni. Le jeune homme, âgé de vingt-deux ans, est très aimable et a beaucoup de talent ; il joue du violon et chante supérieurement. Ils ont épousé dans la chapelle de Charentais, le mardi 22 août »429.

  • 430 3E 8 (notaire Gervaize le jeune) : contrat de mariage Cartier/Douineau, 21/8/1780.

154Le futur reçoit une dot de 80 000 livres, constituée de la moitié du fonds capital de la société de commerce familiale, la demoiselle Douineau obtenant de son côté de ses parents la somme de 60 000 livres430. Difficile, dans ces conditions, de parler d’une mésalliance.

155Les fils et les gendres d’officiers subalternes, que nous avons jugé préférable d’amalgamer en raison de leur faible nombre (encore une fois, la liste n’est pas exhaustive), présentent comme on peut s’en douter un profil assez différent.

Tableau 56 : Professions et états des fils et gendres d’officiers subalternes

Professions/états

Effectif

Ecclésiastiques (filles inclues)

10

Militaires

2

Officiers

33

Commis et professions « libérales »

8

Marchands et entrepreneurs

11

Bourgeois et « sieurs »

5

Artisans

6

TOTAL

75

  • 431 Ursin-Gatien Beullay, curé de Saint-Branchs ; Corneille-Hospice Clou, curé de Ligueil ; André-Louis (...)
  • 432 3E 5/618 (notaire Ridet) : titre clérical en faveur de Jacques-Guillaume Bailly, 28/6/1757.
  • 433 3E 1/439 (notaire Brisset) : inventaire après décès de Martin-Thomas Guéritault, 21/9/1768, et lett (...)

156Les six clercs, pour commencer, font tous partie du bas clergé : on dénombre trois curés et un vicaire qui officient dans des paroisses rurales431 et un chanoine du chapitre de Saint-Venant de Tours, d’importance secondaire. Peu avant de prononcer ses vœux, ce dernier reçoit de ses parents une pension viagère de 60 livres pour son entretien (1757)432. 27 des 33 officiers appartiennent aux strates inférieures de la robe : notaires, procureurs et huissiers. Les seuls à progresser dans la hiérarchie de la robe par rapport à leurs parents ou beaux-parents sont le greffier en chef au bureau des finances de Tours François Dorion et son frère Charles, lieutenant de la maréchaussée de Touraine, fils d’un premier huissier, le trésorier de France à Poitiers René Briffault, fils d’un procureur, le conseiller au bailliage et présidial de Tours Jean-Nicolas Godin de la Hullière, également fils de procureur, le grenetier Charles Racois, fils d’huissier et le receveur général des domaines et bois de la généralité de Tours Alexandre Desvaux de Blanchefontaine, gendre de l’huissier Pierre Bardeau. Dans la catégorie des commis et des « professions libérales », peu d’individus émergent de la médiocrité, hormis un fils de Louis-Robert Luce, commis à la recette générale des finances et entrepreneur des ouvrages du roi, qui finira maire de Tours en 1796. L’avocat au présidial Martin-Thomas Guéritault, fils d’un procureur, a raté sa carrière : abandonnant femme et enfant, il a quitté Tours pour Saint-Domingue où il est mort couvert de dettes en 1768433. Quant aux deux militaires, il s’agit de simples soldats qui ont trouvé un engagement dans un régiment faute de mieux. L’entrée dans l’armée de Jean-François Bardeau, fils de l’officier précité, vers 1701, est l’aboutissement d’une conduite « déréglée », à en croire sa mère. Méprisant ses conseils, il « s’est jesté dès sa plus tendre enfance dans le libertinage ». Bon gré mal gré, elle lui a tout de même fait suivre des études, à l’issue desquelles elle a tenté de lui trouver une occupation stable. Peine perdue :

  • 434 3E 4/387 (notaire Boutet) : substitution du 3/1/1703.

« Il est tousjours sorty [des] différents endroits où lad. dame l’a placé, et particulièrement de la maison de Me Jean Franquelin, procureur au présidial de ceste ville, pour mener une vie vagabonde en vendant ses habits et linges et en emportant tout ce qu’il pouvoit surprendre à lad. dame sa mère. Enfin, led. Bardeau se seroit enrôlé depuis (...) près [de] deux ans dans la compagnie du sr Chaloineau, où elle sçait qu’il a tousjours vescu dans le mesme libertinage »434.

  • 435 3E 4/388 (idem) : transaction entre Jean, marquis d’Esse, capitaine au régiment de la Roche-du-Main (...)

157Quelques mois après l’avoir grevé de substitution, la malheureuse apprend que le garnement a dérobé 1212 livres en argent et en vêtements à un capitaine de son régiment à La Rochelle, avant de disparaître dans la nature435.

  • 436 3E 1/867 (notaire Mouys) : apprentissage de Pierre Massonneau, 20/8/1732. 3E 9/409 (notaire Chéreau (...)
  • 437 3E 5/573 (notaire Boisquet) : apprentissage du 16/4/1714. 3E 1/847 (notaire Jouye) : apprentissage (...)

158Une carrière au bureau des finances ne garantit donc pas une promotion rapide des familles. A quelques exceptions près, les fils et gendres des officiers subalternes stagnent dans de petites charges ou réintègrent le monde du commerce ou de l’artisanat dont les parents et beaux-parents sont issus. A l’âge où les fils des membres de la compagnie fréquentent le collège, ceux des bas officiers sont souvent mis en apprentissage : l’ancien procureur Pierre Massonneau et l’huissier Martin Bertrand placent leur fils chez un marchand436, l’huissier François Roullin confie le sien à un maître ouvrier en soie (1714), le procureur Gabriel Gitton s’adresse à la veuve d’un perruquier (1714). le concierge-buvetier Jacques Spézolles se tourne vers un maître bonnetier (1758)437. Dans ces familles, le passage au bureau des finances n’aura été qu’un intermède. Nous en conclurons que l’office subalterne n’est pas, ou rarement, un marchepied social.

Un indicateur : les attitudes face à la Révolution

  • 438 Sur ce sujet, cf. la thèse en préparation de Béatrice Baumier-Legrand sur la municipalité de Tours (...)
  • 439 Selon son adversaire politique Prudent-Jean Bruley, il était « peu familiarisé aux principes nouvea (...)
  • 440 Information due à Dominique Bouguet, à qui nous exprimons nos remerciements.
  • 441 FAYE (Henri), Les sociétés populaires dans Je département d’Indre-et-Loire (1790-1800), Nantes, 188 (...)

159Les officiers du bureau des finances, malgré la suppression des privilèges en 1789 puis de leur compagnie l’année suivante, paraissent avoir globalement bien accueilli la Révolution, du moins dans les premiers temps. Le fait que plusieurs intègrent une des nouvelles administrations traduit certes une volonté de maintenir des positions de domination acquises sous la monarchie absolue, mais aussi une acceptation du nouvel ordre des choses, au moins dans le principe. A Tours, trois membres de la compagnie ont joué un rôle de premier plan dans les débuts de la nouvelle municipalité438. Joseph-Robert Aubry, premier président, est élu président de la municipalité provisoire le 28 octobre 1789, poste auquel il est réélu en décembre 1789 et janvier 1790. A l’issue des premières élections municipales en mars 1790, le procureur du roi Philippe-Jean-Baptiste Mignon devient le premier maire de Tours de l’ère révolutionnaire. Toutefois, jugé trop timoré par les partisans de réformes de fond439, il est acculé à la démission en novembre 1790. De nouvelles élections donnent la victoire à Prudent-Jean Bruley, ex-trésorier de France, qui reste en place jusqu’en décembre 1791. Echaudé par l’expérience. Mignon se consacre jusqu’en juillet 1791 à ses fonctions de commissaire du roi près le tribunal de district de Tours, qu’il occupait déjà en 1790440. Ses deux anciens confrères sont d’ardents défenseurs des idées nouvelles : Aubry préside la Société patriotique de Tours, fondée en mars 1790, dont Bruley, colonel de la garde nationale depuis octobre 1789, est l’un des membres les plus en vue441. Au sujet de cette organisation, le très conservateur archevêque de Tours Conzié écrit en mai 1790 à son ami l’intendant de Tours d’Aine, comme lui sur le point d’émigrer :

« Savez-vous qu’il y a aussi à Tours un club patriotique, espèce de comité des recherches présidé par le président Aubry, démagogue fanatique ? »

  • 442 Lettre XIX. 18/5/1790. « Lettres de Mgr de Conzié, archevêque de Tours, à M. d’Aine, intendant de T (...)
  • 443 COGNAULT (Jérôme), Le bureau de paix et de conciliation du district de Tours, 1791-1792, Mémoire de (...)

160Sur l’ensemble des acteurs de la Révolution à Tours, son idée est d’ailleurs toute faite : « Tous les honnêtes gens ont quitté la ville », note-t-il dans la même lettre442. Au contraire de son collègue Bruley, qui s’implique de plus en plus dans la vie politique au point de se faire élire député de l’Assemblée législative en août 1791, Aubry préfère prendre du recul : de 1790 à 1793, il est membre du bureau de paix et de conciliation au tribunal de district, fonction politiquement moins exposée que celles de maire ou conseiller municipal. Au sein de ce nouvel organe judiciaire, il côtoie son ancien confrère François Huault de Bellisle, qui y exerce en qualité d’assesseur443.

  • 444 COUILLARD (Georges), Château-la-Vallière sous la Révolution, 1789-1799, Château-la-Vallière, 1989, (...)
  • 445 Il cumule sa fonction avec celle de membre du bureau de conciliation, en laquelle il a été installé (...)
  • 446 AIGRAULT (Pierre-Yves), L’administration du district de Cholet (1790-1793), Mémoire de maîtrise dac (...)

161En dehors de l’ancien chef-lieu de la généralité, Marie-Louis-César Roulleau se fait élire maire de Château-la-Vallière le 21 novembre 1790, poste qu’il occupe jusqu’à sa mort en 1800444. D’abord élu suppléant au tribunal de district de Château-Renault en 1790, Etienne-Marie Cassin devient, en janvier 1791, commissaire du roi près le même tribunal et le reste jusqu’en septembre 1792. Hors du département d’Indre-et-Loire, Daniel-Jean Daudier est élu notable de la municipalité provisoire de Château-Gontier le 6 septembre 1789. Il en démissionne deux mois plus tard, jugeant son action entravée par sa condition d’ancien privilégié, mais les électeurs lui renouvellent leur confiance le 9 décembre. Néanmoins, il abandonne définitivement toute vie publique en juin 1791445. En 1791, René Chéreau de la Boullaye, maire de Cholet, est élu administrateur du département de Maine-et-Loire. Normalement, cette fonction implique sa démission de la municipalité, mais, à la demande pressante des patriotes de la ville qui exigent le maintien de ce maire qui fait « la terreur et l’admiration des ennemis de l’ordre », il conserve son poste, qu’il exerce encore à la veille de la prise de la ville par les Vendéens en 1793446.

  • 447 La Flèche sous la Révolution (1789-1805). Mémoires inédits du chirurgien Charles Boucher, publiés p (...)
  • 448 Dans la déclaration de ses biens (1799), il écrit : « Ma maison de campagne nommée la Grifferie, co (...)
  • 449 En 1839, il possède dans son grenier un petit drapeau tricolore, ce qui montre qu’il n’était pas lé (...)
  • 450 CAISSO (René), La vente des biens nationaux de première origine dans le district de Tours (1790-182 (...)
  • 451 TEZIER (Ch.), La vente des biens nationaux de première origine dans le district de Saumur, Mémoire (...)

162Sur les individus qui n’exercent plus aucune fonction entre 1790 et le début du XIXe siècle (voire plus du tout après la suppression du bureau des finances), il est plus difficile de se prononcer. Jean-Baptiste-Marie Pihéry de Sivré, qu’un chirurgien ultra-conservateur de La Flèche accuse dans ses mémoires d’avoir observé « une attitude servile devant le bas peuple »447 et dont la maison de campagne, vers 1798, est pillée par les Chouans448 – qui ne l’ont certainement pas prise pour cible par hasard –, est de toute évidence favorable au nouveau régime. Sans prendre de risques démesurés, on peut en dire autant de Jean-François Vandiot de la Tour449. Mais qu’en est-il des autres ? Invoquer un sentiment d’hostilité serait excessif, du moins pour la majorité. Dans le district de Tours, Antoine-Jean-Joseph de Bourassé, Pierre-Olivier-Martin Douineau de Charentais, Claude-Jean Franquelin, Gatien-Pierre Gohuau de Saint-Jean, François-Michel Lefebvre de la Borde, Jean-Noël Soulas et Jean-François Viot achètent des biens nationaux de première origine en 1791 et 1792450, imités par Joseph-Marie Gigault de Marconnay dans le district de Saumur451, ce qui n’est pas la marque d’une haine inextinguible de la Révolution, même si l’on peut concevoir que les affaires priment parfois les sentiments. Plus vraisemblablement, ces hommes parfois âgés ont été rebutés par la règle de l’éligibilité imposée pour la plupart des fonctions nouvelles, qui obligeait chaque candidat sinon à mener une véritable campagne électorale, du moins à faire preuve d’un certain sens des relations publiques. La perspective de prendre la parole devant les citoyens et, à l’arrivée, de devoir rendre des comptes, très nouvelle, avait de quoi effrayer les officiers manquant d’assurance et ceux habitués à toiser le peuple avec une certaine condescendance.

  • 452 1Q 594, p. 28-29. BOUTON (André) et LEPAGE (Marius), Histoire de la Franc-maçonnerie dans la Mayenn (...)
  • 453 1Q 593-596 : liste générale des émigrés de toute la République (1793).
  • 454 L 79, fol. 36 r° v° : ordre d’arrestation, 19/3/1793. L 686, p. 26-27 : interrogatoire et délibérat (...)
  • 455 BRULEY (Georges-Prudent), ouvr. cit., p. 104-105. Il est l’un des douze membres du Comité colonial (...)

163Dès 1791, Daniel-Jean Daudier quitte Château-Gontier pour s’engager dans l’armée des princes452, mais son cas est unique. Aucun autre membre de la compagnie, à quelque époque que ce soit, ne semble avoir émigré453. Les années 1793 et 1794 constituent une période délicate pour plusieurs des anciens officiers du bureau des finances. Dans le département d’Indre-et-Loire, le déclenchement de l’insurrection vendéenne et les débuts de la Terreur entraînent de sérieux ennuis pour deux individus ayant exercé des responsabilités après 1789. Arrêté fin mars ou début avril 1793 à la suite d’une dénonciation, Philippe-Jean-Baptiste Mignon est interrogé par le comité de sûreté générale départemental en présence du commissaire de la Convention Tallien. Le pouvoir le soupçonne de menées contrerévolutionnaires : entretien d’une correspondance avec les ex-ministres de Lessart et Duport et avec l’ancien archevêque de Tours Conzié et surtout complicité avec les « séditieux » de Vendée et des Deux-Sèvres. Face à ses dénégations et faute de preuves, le comité décide sa libération, lui intimant toutefois l’ordre de demeurer à Tours454. A l’Assemblée législative où il est député, Prudent-Jean Bruley se range dans le camp des Constitutionnels (partisans du maintien de la monarchie), attitude qui, à l’en croire, lui vaut la haine des républicains les plus extrémistes. La crainte d’une agression est si forte qu’il se rend aux séances muni d’un poignard455. Sa législature achevée, l’inquiétude le taraude toujours :

  • 456 Ibid., p. 107. Le 20 juin 1792, une foule envahit le palais des Tuileries et contraint le roi à por (...)

« J’étais sorti de l’Assemblée avec les qualifications de modéré et de fayettiste. J’étais en outre désigné aux proscriptions de la Montagne pour avoir, avec un petit nombre de mes collègues, demandé compte de l’attentat du 20 juin »456.

  • 457 Ibid., p. 108-109. A la fin de sa vie, il rédige une autobiographie dans laquelle il se donne le be (...)
  • 458 LABUSSIERE (Jeanine), DORNIC (François), LAUVRIERE (Robert) et ANDRE (Bernard), Grands notables du (...)

164Arrêté à Tours en floréal an II (avril ou mai 1794), conduit à Paris où il est enfermé « dans un infect cachot de la Force », il pense sa dernière heure arrivée, quand la chute de Robespierre lui sauve la tête : le 9 thermidor (27 juillet), il est délivré avec d’autres opposants457. Dans la Sarthe, l’ancien trésorier de France Nadot connaît également des heures difficiles : inscrit sur la liste des émigrés en 1792 bien qu’il n’ait apparemment pas quitté le pays, il est incarcéré au Mans le 20 octobre 1793, puis transféré à Chartres en raison de l’avancée de l’armée vendéenne. Il recouvre la liberté le 22 décembre, quelques jours après la bataille du Mans qui a tourné au désastre pour les Vendéens, et son nom est rayé de la liste des émigrés du département l’année suivante458. A Paris, le vieux Jean de La Selle tâte brièvement de la prison pour des propos imprudents à l’encontre de Robespierre. A la nouvelle de son arrestation, sa femme

« courut chez Chaumette, et sans être intimidée par le bonnet rouge et les blasphèmes de ce monstre, (...) obtint par sa résolution la liberté de son mari et sa vie »,

  • 459 Mémoires sur la famille Delaselle, 1813, p. 123-124. Signalons qu’en 1798, Gatien-Pierre Gohuau de (...)

165rapporte une chronique familiale459.

166La période qui va de la Convention au Consulat voit deux acteurs des premiers temps de la Révolution, Aubry et Mignon, se retirer de la scène publique, façon d’exprimer leur désaveu des régimes en place. Quant à Bruley, revenu de l’enfer, il écrit à son cousin en février 1795 :

  • 460 Lettre du 27 pluviôse an III. BRULEY (Georges-Prudent), ouvr. cit., p. 144-146.

« Je ne suis plus, comme autrefois, lancé au milieu des flots révolutionnaires. Je remplis les paisibles fonctions de membre du bureau de conciliation de notre ville et je voudrais n’en occuper jamais d’autres »460.

  • 461 Vacossin, capitaine commandant la garde nationale de Château-la-Vallière, écrit à son sujet aux adm (...)
  • 462 Renseignement aimablement communiqué par Dominique Bouguet.
  • 463 Cité dans un acte du 24/1/1793 : 3E 4/500 (notaire Hubert).
  • 464 Il est élu à cette fonction le 18 avril. UZUREAU (F), « Le district de Cholet (1790-1795) », L’Anjo (...)
  • 465 CHEVALIER (Jean-Joseph), « Les bleus de Cholet en 1793 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Oues (...)
  • 466 Un officier du bureau des finances de Bordeaux, Jean-Louis de Peyronnet, est toutefois guillotiné : (...)

167Tous n’ont cependant pas fait ce choix et maintiennent leur appui à la République. Outre Marie-Louis-César Roulleau, serviteur dévoué des différents régimes à la tête de la municipalité de Château-la-Vallière461, Etienne-Marie Cassin est commissaire du pouvoir exécutif en Indre-et-Loire de novembre 1792 à l’an IV462, François Huault de Bellisle élu municipal à Tours en 1793463, René Chéreau de la Boullaye administrateur du district de Cholet en 1795464. Ce n’est sans doute pas le fruit du hasard si les deux derniers continuent à soutenir le pouvoir révolutionnaire : Huault de Bellisle, ancien marchand fabricant, trésorier de France en 1784 seulement, et Chéreau, qui reprend sa profession de négociant en 1790465 (si tant est qu’il Fait abandonnée), étaient socialement beaucoup plus proches de la « bourgeoisie » que leurs ex-condisciples. Quoi qu’il en soit, les membres de la compagnie n’ont pas été inquiétés au cours de la Révolution en raison de leur ancienne condition de privilégiés. Les rares qui ont connu l’emprisonnement ont été mis en cause pour des activités postérieures à 1789, même si leur statut d’anciens serviteurs de l’Ancien Régime a sans doute éveillé la suspicion. Pour autant qu’on le sache, les officiers des autres bureaux des finances n’ont pas non plus fait l’objet d’une proscription systématique, certains apportant comme à Tours leur contribution aux réformes466. Nés pour la plupart dans le tiers Etat, les trésoriers de France de Tours ont accueilli la Révolution au mieux avec bienveillance, au pire avec réserve. L’instauration de la République et le déchaînement de la violence en 1793 et 1794 entraînent leur réprobation, mais pas leur basculement dans le camp de ceux qui opposent un refus catégorique à tout changement politique et social, Daudier mis à part.

  • 467 1Q 524, partage républicain du 28 pluviôse an VI (16/2/1798).
  • 468 A.D. Sarthe, L 41 : séance du directoire départemental du 4/9/1793 ; 1Q 240 : copie d’une lettre de (...)
  • 469 1Q 524, partage républicain du 26 frimaire an VI (16/12/1797).
  • 470 LABUSSIERE (Jeanine), DORNIC (François), LAUVRIERE (Robert) et ANDRE (Bernard), ouvr. cit., p. 140.
  • 471 Ibid., p. 258-259. Fonds Geoffre de Chabrignac : Mémoires sur la famille Delaselle, 1813, p. 115.
  • 472 COUILLARD (Georges), « La Grand-Maison à Château-la-Vallière », Bulletin municipal de Château-la-Va (...)
  • 473 L 526. Elle déclare les avoir acquis pour les lire, non pour les distribuer. Parmi les documents sa (...)

168Cette attitude n’est pas celle de plusieurs enfants d’officiers qui, en émigrant, expriment leur désapprobation à l’égard de la tournure prise par la Révolution à partir de 1791, année marquée par la tentative de fuite du roi. Les trois enfants du trésorier de France Duvau quittent la France : les deux garçons rejoignent l’armée des princes en Allemagne, la fille gagne l’Amérique avec son mari467. Le fils de Pihéry de Sivré, capitaine de dragons, parti pour l’Angleterre avant la Révolution pour apprendre l’anglais et se former à la gestion de la plantation familiale, ne remet pas les pieds sur le continent et s’embarque pour Saint-Domingue, où il meurt de la petite vérole en 1794468. L’un des fils de Mignon, sorti du territoire en janvier 1792, réside à Hambourg en 1797469. Le cadet de Gabriel-Joseph Roullet de la Grange, inscrit sur la liste des émigrés, participe peut-être à la campagne militaire des princes en 1791, avant de regagner la Sarthe où il vit caché chez un paysan de 1792 à 1799470. Le fils de Jean de La Selle mène une vie très discrète dans son château d’Echuilly (Anjou) pendant cette période troublée. Encore plus réticent, son petit-fils, dans un premier temps officier dans l’armée du prince de Condé, passe quatorze mois chez son oncle à Malte (1793-1796) avant de faire étape à Venise, loin des « atrocités révolutionnaires »471. Sans aller jusqu’à émigrer, d’autres enfants manifestent de différentes façons leur attachement à l’Ancien Régime. Véritable contre-révolutionnaire au contraire de son père, Emmanuel Roulleau rejette catégoriquement les idées nouvelles. En 1791, consterné par l’arrestation de Louis XVI à Varennes, il rencontre La Fayette, avec lequel il discute d’un projet d’évasion de la famille royale ; en vain. Quelques années plus tard, il cache à plusieurs reprises des Chouans dans son château d’Amenon, dont un de leurs chefs. « Cœur de Lion », et sacrifie une partie de sa fortune pour secourir les « années royales »472. A Tours, la « citoyenne Chabert de Praille, épouse Odart de Rilly », est interceptée en juillet 1799 par les autorités « munie d’une collection d’écrits et chansons contre-révolutionnaires [appelant] à la destruction des républicains et à la guerre civile ». Elle parvient toutefois à s’en tirer avec une simple admonestation473.

169Ces nombreux exemples – la liste n’est pas exhaustive – semblent mettre en évidence l’existence d’un décalage idéologique entre les officiers et certains de leurs enfants. Les premiers, hybrides sociaux à mi-chemin entre la noblesse et la bourgeoisie mais partageant généralement les préoccupations de cette dernière, soutiennent à des degrés divers les réformes révolutionnaires. Les seconds, nés dans le deuxième ordre ou tout au moins nantis de privilèges, adoptent l’attitude intransigeante et désespérée de ceux qui, sachant le caractère récent de leur statut nobiliaire, fruit des efforts de plusieurs générations d’ancêtres, ont du mal à faire leur deuil de la position élevée dont ils sont le plus souvent les premiers à jouir dans le lignage. La ligne de faille peut traverser une même famille, comme le montrent les cas des Mignon et des Roulleau.

Le sort des lignages après le passage au bureau des finances

170Cette différence de mentalité d’une génération à l’autre invite à se poser la question de l’efficacité du bureau des finances en tant que corps anoblissant : combien de lignages, après l’avoir fréquenté, en sont-ils sortis avec une noblesse achevée ? Certes, un peu moins de 30 % des familles la possédaient déjà au départ, mais nous avons vu que, dans de nombreux cas, elle pouvait s’avérer précaire ou manquer de prestige, certains individus en arrivant même à renoncer à une noblesse de cloche afin de ne pas avoir à verser une contribution pour une confirmation de privilèges. Pour ces familles, un séjour de deux générations au bureau des finances pouvait donc être l’occasion d’« améliorer » leur condition et de la rendre incontestable. La présence de célibataires et d’officiers de première génération sans descendance dans la compagnie indique d’ores et déjà que tous les lignages n’ont pas intégré le second ordre. Un autre événement a définitivement contrarié certaines ambitions : la Révolution.

Tableau 57 : Condition des lignages à la sortie du bureau des finances

Effectif

 %

Lignages remplissant les conditions requises pour un anoblissement définitif

30

16,3

Lignages dont le 2e représentant n’a pas atteint les 20 ans d’exercice requis (cause autre que la mort)

11

6

Lignages représentés par un seul individu (pas d’anoblissement)

142

77,2

Lignage Milon : un militaire s’intercale entre deux trésoriers de France (pas d’anoblissement)

1

0,5

TOTAL

184

100

  • 474 Le terme lignage doit être entendu dans un sens étroit : ici, deux frères et leurs descendants sont (...)
  • 475 Lignages Aubry (3 générations), Aveline, Barbe de la Forterie, Chapelot (les deux greffiers). Charr (...)
  • 476 Les trésoriers de France étant du « corps des chambres des comptes », les droits obtenus par le pas (...)
  • 477 Il s’agit de toute évidence d’une exagération, mais elle exprime une réalité. EVERAT (Edouard), ouv (...)

171Les lignages474 que le bureau des finances a anoblis sont un plus nombreux qu’il n’y paraît : aux 30 représentés par un père et un fils ayant exercé chacun au moins vingt ans ou décédés en charge475, il faut ajouter les Egrot du Lude, les Hubert de l’Auberdière et les La Barre, qui n’ont envoyé qu’un des leurs dans la compagnie mais dont le père était officier d’un autre bureau. On leur adjoindra les Contenot, le trésorier de France de ce nom étant fils d’un membre de la chambre des comptes de Paris, autrement dit le deuxième représentant d’une lignée en voie d’anoblissement476. C’est donc 18,5 % des lignages et non 16,3 % que la compagnie a anoblis ou achevé d’anoblir. Quatre fois sur cinq, l’obstacle des deux degrés de service n’a pas été surmonté. La situation semble à peu près similaire à Riom où, selon les trésoriers de France du lieu (1787), le bureau des finances n’a pas anobli six familles477. Deux des 30 lignées, les Chaspoux et les Royer, devraient logiquement figurer dans la deuxième catégorie du tableau car le fils n’a pas exercé suffisamment longtemps : Jacques Chaspoux junior a résigné au bout de dix ans (1674) et Jacques-Julien Royer fils au bout de onze (1720). Seulement, tous deux ont obtenu des lettres d’honneur les assimilant aux officiers ayant accompli un cursus d’au moins vingt ans, sans doute en raison de leurs états de service dans l’armée et, peut-être pour le premier, lié aux Orléans, d’interventions haut placées. A noter que pour treize de ces familles, nobles initialement, le bureau des finances n’a constitué qu’un mode de promotion complémentaire.

  • 478 Lignages Abraham de la Carrière, Bruley, Cassin, Cassin de la Loge, Daudier, Gauffereau, Jannart et (...)
  • 479 Daniel-Louis Daudier, fils de Daniel-Jean, est anobli par lettres en 1815 ; Alphonse Cassin, fils d (...)

172Trois individus, fils d’un officier du bureau, ont interrompu leur carrière avant les fatidiques vingt années d’exercice (avant 1789) sans obtenir, semble-t-il, de lettres d’honneur, renonçant par conséquent à leur noblesse en cours d’acquisition. Peut-être Louis Varice a-t-il démissionné en 1687 de sa charge de trésorier de France sous la pression de ses confrères : il était en effet depuis trois ans receveur général des finances, fonction légalement incompatible avec la précédente. Cela n’a en tout cas pas modifié son statut, puisqu’il possédait déjà la noblesse de cloche. Le cas de figure est à peu près identique pour Jacques Bory, qui s’est vraisemblablement séparé de sa charge au bureau des finances pour mieux se consacrer à ses fonctions de conseiller au parlement de Paris, office anoblissant au premier degré. En revanche, François de La Rivière, trésorier de France pendant environ douze ans seulement, a perdu ses droits, à moins qu’il n’ait réussi à acquérir la noblesse par un moyen qui nous échappe. Huit autres familles ratent l’entrée dans le second ordre pour cause d’abolition des privilèges en 1789478. Parce qu’il exerce depuis seize ans seulement à cette date, Jean-Barthélemy Gauffereau, fils d’un trésorier de France mort en charge, n’est pas convié à l’assemblée de la noblesse de Touraine. Deux d’entre elles obtiendront toutefois le précieux sésame sous la Restauration479.

  • 480 Ce motif peut être invoqué pour les fils de Pierre et de François Rocher.

173138 lignages, en excluant les quatre cas particuliers évoqués ci-dessus, n’ont compté qu’un représentant au bureau. Parmi eux, quatorze ont été victimes de mesures autoritaires – suppression d’un office de création récente sous la Régence (1) ou abolition de la noblesse et des privilèges en 1789 (13). Sur les 124 restants, le taux élevé de célibataires, de couples stériles ou sans héritier mâle explique l’absence d’un successeur pour achever l’anoblissement. Pour 32 lignages, une deuxième génération dans la compagnie n’était de toute façon pas une nécessité absolue, la famille possédant déjà la noblesse. Parfois, le fils a préféré acheter un office de chancellerie (Chauvin, Lerat) ou de cour souveraine (Le Boultz. Nau, Chartier de Montléger, La Selle), juridictions dont les charges procuraient la noblesse au premier degré. Quelques cas laissent cependant perplexe. Ainsi, pourquoi Claude-Raymond Brochet des Jouvances n’a-t-il pas succédé à son père ? On ne peut qu’émettre des suppositions : désaccord avec ses sœurs au sujet du partage des biens, obligation de vendre en raison des dettes du défunt, incapacité ou manque de goût pour le service de l’intéressé480 (qui avait tout de même auparavant exercé une charge de receveur des tailles) ? En dehors de ces rares exceptions et des célibataires se contentant d’un simple statut de privilégié, c’est bien la volonté d’acquérir cette condition pour eux et leurs descendants, avec parfois d’autres motivations secondaires, qui a poussé les futurs membres de la compagnie à acquérir une charge du bureau des finances, surtout au XVIIIe siècle, époque qui voit de plus en plus d’hommes d’âge mûr ayant déjà engendré un fils faire cet investissement, tels Charles Abraham de la Carrière et François-Michel Lefebvre de la Borde. Le témoignage de Bernard-Prudent Bruley (1769), cinq ans avant qu’il n’achète, à 59 ans, un office de trésorier de France, est particulièrement éclairant :

« Je ne suis pas affamé, encore moins admirateur de la gentilhommerie, quoique la province en soit couverte ; mais je suis très tenté de leurs privilèges. (...) Ici, la taille, la collecte, le recouvrement du 20e, les voitures des troupes, la milice, les corvées, les charges publiques : guet, logements, milice bourgeoise (...) : mille ennemis qui rangent un honnête homme, n’ayant pas de charge privilégiée, dans la classe des manants (...) doivent faire naître le désir à l’homme le moins ambitieux de sortir de cet enfer ».

  • 481 Lettre à son frère Jean-Germain, procureur au Châtelet de Paris, 13/10/1769. BRULEY (Georges-Pruden (...)

174Ce qui va dans le sens de notre propos, c’est que l’homme pense à sa descendance : « Mon fils, ajoute-t-il, appartient à deux familles honorables à qui je dois compte, en quelque sorte, de l’état que je lui laisserai »481.

  • 482 Lignages Belot, Bugarel, Chauvin, Duchesneau, Ferrière, Fouquet (descendance de Charles), La Rivièr (...)

175Quel fut le destin des lignages qui ont fréquenté le bureau des finances de Tours ? La réponse n’est pas facile à donner, surtout si l’on entend mener l’enquête sur la longue durée. Afin de simplifier la recherche, nous avons préféré ne pas nous aventurer au-delà de deux générations après le passage dans la compagnie. Nous avons par ailleurs limité les investigations aux lignages représentés avant 1751 pour éviter d’avoir à prospecter après 1789, date à partir de laquelle les repères sociaux se modifient sensiblement. L’enquête portait initialement sur 109 lignages, mais pour 17 d’entre eux482, il n’a pas été possible de rassembler suffisamment de données.

Tableau 58 : Sort des lignages après leur passage au bureau des finances (jusqu’en 17501

Nombre

 %

Perpétuation par les hommes pendant au moins deux générations

27

29

Perpétuation par les femmes pendant au moins deux générations

25

27

Extinction à la génération de l’officier ou à la suivante

40

44

TOTAL

92

100

  • 483 BOISNARD (Luc) et PICARD (Dominique), La Touraine blanche. Contribution à l’histoire de la Révoluti (...)
  • 484 Nettement perceptible dans la famille Segoin, pour ne citer que cet exemple : CAILLOU (François), « (...)
  • 485 B.M. Tours, Per. 082 : Almanach historique de Touraine..., Tours, F. Lambert puis F. Vauquer-Lamber (...)

176On ne peut qu’être frappé par le nombre élevé de lignages qui n’ont pas fait souche. L’absence d’informations sur les dix-sept non pris en compte dans le tableau étant probablement due à une disparition précoce (du moins dans la plupart des cas), c’est sans doute la moitié, pour ne pas dire plus, des lignages qui s’éteignent dès la mort de l’officier ou à la génération suivante. Si l’on pousse l’enquête au-delà de la deuxième génération, le phénomène d’évaporation s’accentue. Les Mesnager, par exemple, disparaissent avant la fin du XVIIe siècle, les Cottereau au début du règne de Louis XV. A Luc Boisnard et Dominique Picard, qui jugent cette extinction massive « biologiquement inexplicable »483, on peut rétorquer qu’elle est imputable à la volonté d’éviter la dispersion des patrimoines, qui passe par la limitation du nombre de mariages à chaque génération484. D’où la fréquence, difficile à quantifier, des enfants célibataires dans les familles d’officiers, placés ou non dans les ordres. Au XVIIIe siècle, le malthusianisme des couples joue également. Ces phénomènes ne sont d’ailleurs pas limités aux membres de la compagnie : les quelques indications dont on dispose au sujet des autres corps d’officiers et des communautés ecclésiastiques de Tours montrent que les familles qui les fréquentent se renouvellent à un rythme rapide485.

  • 486 LEVANTAL (Christophe), Ducs et pairs et duchés-pairies laïques à l’époque moderne (1519-1790). Dict (...)
  • 487 BEAUMONT (Charles de), « Note sur les seigneurs de Rochecot », B.S.A.T., t. 13, 4e trimestre 1901, (...)
  • 488 DUBREUIL-CHAMBARDEL (Louis), art. cit., p. 161-166. 3E 1/940 (notaire Thenon) : constitution de ren (...)
  • 489 C’est Claude-Pierre Le Feuvre, lieutenant au régiment d’infanterie du roi en 1760, qui a obtenu le (...)
  • 490 Ε 97 : mémoire de Guillaume Gaullepied, baron de Sennevières (1743), mentionnant le mariage de son (...)
  • 491 2B/999 : inventaire après décès de Marie Tonnereau, veuve de Gilles Cottereau (dernier représentant (...)
  • 492 WAQUET (Jean-Claude), ouvr. cit., p. 379-380.
  • 493 Claude Rogier junior est substitut du procureur général au Grand Conseil de 1692 à 1713, mais son f (...)
  • 494 Mort à Tours en 1765, il est le dernier représentant masculin de la famille Bouet. Son père Claude- (...)
  • 495 ROBERT (Pierre), Familles de Touraine et alliances, XVIIe et XVIIIe siècles. Approche par tableaux (...)
  • 496 Il réalise un brillant mariage en épousant la fille d’un directeur de la Compagnie des Indes orient (...)

177Les lignages qui subsistent au moins pendant quelque temps dans la lignée masculine connaissent des destins divers. Quelques-uns parviennent à intégrer les rangs de la noblesse seconde. De tous, les Le Blanc de La Vallière ont incontestablement connu le sort le plus enviable : à Charles-François de La Baume Le Blanc, arrière-petit-fils du deuxième trésorier de France de la famille, échoit le duché-pairie de La Vallière en 1698, érigé 31 ans plus tôt en l’honneur de sa tante Louise de La Baume Le Blanc, favorite de Louis XIV. Marié à une Noailles, il est lieutenant général des armées du roi en 1709 et gouverneur du Bourbonnais486. D’un niveau inférieur, les Chaspoux obtiennent en 1749 l’érection de leur terre de Verneuil en marquisat, faveur également accordée en 1767 à Fortuné Guillon, chevalier de Saint-Louis, capitaine au régiment d’Orléans-infanterie, pour sa seigneurie de Rochecot487. Les Chaspoux, qui ont leurs entrées à la Cour depuis la fin du XVIIe siècle, ont obtenu de hautes dignités, ce qui n’est pas le cas des Guillon. En 1771, « haut et puissant seigneur » Eusèbe-Félix Chaspoux, fils du premier marquis de Verneuil, est comte de Loches, vicomte de Betz, baron du Roulet et exerce la charge de grand échanson du roi488. Les Le Feuvre, comtes de la Falluère dans le Maine, s’orientent vers l’armée après avoir fréquenté les parlements de Paris et de Bretagne489. Trois familles détiennent une baronnie : les Bertrand de la Bazinière celle du Grand-Pressigny jusqu’en 1686, date de la mort du dernier représentant de la branche masculine, les Gaullepied celle de Sennevières, que le fils cadet du premier trésorier de France de ce nom obtient par mariage avant 1680490, les Le Mercier de la Rivière celle (modeste) de Saint-Médard à Chouzé-sur-Loire. D’autres lignages, dépourvus de titres, s’agrègent à la noblesse parlementaire : les du Faultray et les Mandat au XVIIe siècle, les Cottereau, Le Mercier, Nau, et Pallu à une époque ultérieure491. Les Le Boultz également : le fils du trésorier de France est maître à la chambre des comptes de Paris, ses deux petits-fils occupent successivement la charge de grand maître des eaux et forêts de Touraine, assimilable à une charge de cour souveraine492. Les Rogier n’ont effectué qu’un passage éclair dans le monde des grandes juridictions, avant de replonger dans un certain anonymat493. Une dernière catégorie de lignages s’est fondue dans la petite noblesse provinciale : en Touraine les Bouet de la Noue. Charpentier, Drouin, Hubert de l’Auberdière. Sain de Bois-le-Comte et Testu, en Anjou les Gilles de Fontenailles. Certains de ces hobereaux ont parfois fait une carrière honorable dans l’année, à l’instar de Charles-François Bouet de la Noue, capitaine de grenadiers au régiment de Bourbonnais pendant plus de vingt ans et porteur de la croix de Saint-Louis494, ou de Charles-Louis Hubert de l’Auberdière, capitaine de vaisseau, qui comparaît à l’assemblée de la noblesse de Touraine en 1789495. Seul André-Alexandre Charpentier, petit-fils du trésorier de France Jean-Annand Charpentier, a choisi la magistrature, obtenant l’office de président au bailliage et présidial de Tours496. Aucune des familles étudiées, il faut insister sur ce point, n’a été touchée par un quelconque déclassement social.

4) UNE INSTITUTION SOUS LA COUPE DE QUELQUES LIGNAGES ?

  • 497 Le mot doit être pris ici dans un sens large : les parents côté paternel et maternel, l’ensemble de (...)

178Nous l’avons vu : les officiers issus des milieux marchands et de l’entreprise bénéficient d’un accueil de plus en plus favorable au fil du temps, ce qui peut donner l’impression que la compagnie n’est pas un corps fermé. Cela dit, si les individus en question sont apparentés aux officiers en place, peut-on encore parler d’ouverture sur l’extérieur ? Pour être fixé sur cette question, il faut déterminer la proportion des transmissions de charges à l’intérieur d’une même famille497.

  • 498 Ursin Boisquet est également fils de procureur, mais il ne paraît pas avoir succédé directement à s (...)
  • 499 Le concierge-buvetier Henri Brunei, les huissiers Jean-Baptiste Boutier, Jacques-François Gasnier e (...)
  • 500 Le premier huissier Pierre Renazé, successeur de François Pommier.
  • 501 Par exemple dans les familles Robichon et Franquelin.

179Commençons par le personnel subalterne. Nous disposons de suffisamment d’informations sur la situation familiale de l’ancien et du nouveau titulaire de l’office dans 84 cas. Comme on pouvait s’y attendre, les charges inférieures du bureau restent rarement plus d’une génération au sein de la même famille : à 73 reprises (86 %), aucun lien de parenté n’est décelable entre l’officier démissionnaire ou mort en charge et son successeur. Seulement quatre individus ont repris la charge paternelle : l’huissier Philippe Trigalleau, le premier huissier Charles Dorion et les procureurs Pierre Massonneau et Pierre Dubosc le jeune498. Six autres ont succédé à leur beau-père499, un seul à un beau-frère500. La circulation des offices subalternes sur le marché tourangeau est relativement rapide, d’une part parce qu’ils n’ouvrent aucune perspective d’anoblissement progressif, d’autre part parce que leur caractère attractif ne dure qu’un temps : la stagnation d’une famille au niveau inférieur de la robe au-delà d’une génération n’est pas un signe de réussite, à moins que l’office ne soit particulièrement lucratif, ce qui est peut-être le cas des charges de procureur au présidial de Tours, dont certaines restent au sein d’une même famille pendant des décennies501. En comparaison, celles de procureur au bureau des finances rapportent moins, car l’institution traite un nombre beaucoup moins élevé d’affaires contentieuses, qui sont la seule ressource de ces avoués d’Ancien Régime. Bref, les offices subalternes n’ouvrent guère la possibilité de s’élever dans la société.

  • 502 SAUPIN (Guy), « Comportements économiques des officiers moyens à Nantes, 1661-1789 », dans Les offi (...)

180Le caractère patrimonial des charges supérieures apparaît beaucoup plus accentué, ce qu’on peut aisément comprendre, sachant qu’un fils a tout intérêt à succéder à son père pour anoblir la lignée. Malgré cela, les transmissions à l’intérieur d’une même famille sont minoritaires : 36 % (chiffre à considérer comme un minimum). Ce trait ne semble pas propre aux officiers tourangeaux, si tant est que les officiers des autres juridictions se comportent de la même façon que ceux du bureau des finances (ce qu’il faudrait démontrer) : les familles des magistrats nantais étudiés par Guy Saupin conservent rarement une charge pendant plus d’une ou deux générations502.

Tableau 59 : Transmission de l’office à l’intérieur d’une même famille

Prédécesseur

Effectif

Père

35

Oncle

8

Frère

7

Beau-frère

4

Beau-père

6

Premier mari de l’épouse

1

Lien de parenté plus éloigné

au moins 13

TOTAL

74

  • 503 Etienne-Marie Cassin, Jean Decop de Pocé, Alexis-Auguste Duvau, Alexandre Le Feuvre de la Falluère (...)
  • 504 Sur les conditions requises pour accéder à un office, cf. infra, chapitre VI, A, 3 : Les conditions (...)

181Lorsque l’office, à la suite d’un héritage, d’une vente ou d’un accord, passe à un membre de la famille, c’est dans la grande majorité des cas au fils du dernier titulaire qu’il échoit. Il faut souligner que tous les fils d’officiers du bureau des finances qui entrent dans la compagnie ne reprennent pas systématiquement la charge paternelle : cinq individus acquièrent celle d’un étranger à la famille, tandis qu’un autre récupère celle d’un oncle503. Dans quatre cas, c’est la grande jeunesse des héritiers au moment du décès de leur père en exercice (moins de 15 ans) qui explique ces transmissions inhabituelles. Quant à Jacques-Julien Royer fils, âgé de 18 ans lorsque son père devient trésorier de France en 1701, il n’attend pas la démission ou la mort de ce dernier (1724) pour faire son entrée au bureau : en 1709, il achète l’office de feu Henri Paris, auquel il n’est pas apparenté. Le cas d’Alexis-Auguste Duvau laisse perplexe : lors de la démission de son père François en 1754, il est certes un peu jeune (22 ans), mais pas assez pour que les autorités lui refusent une dispense d’âge504 l’autorisant à lui succéder. Or, l’office est cédé à Emery-Toussaint Letort, sans lien de parenté avec les Duvau, et Alexis-Auguste ne fait l’acquisition d’une charge de trésorier de France qu’immédiatement après le décès de son père. La famille étant roturière, il aurait été logique que le père organise un « passage de témoin » en faveur d’un de ses fils. Faut-il invoquer une mésentente familiale ? Impossible de répondre avec certitude. Un dernier individu, Claude Sain, n’a pas succédé à son père, un trésorier de France, mais l’explication réside plus ici dans le désir des Sain de s’assurer le contrôle d’une charge supplémentaire, plutôt que dans la trop grande jeunesse de l’intéressé (27 ou 28 ans lors de ses débuts en 1628) ou une hypothétique brouille entre le père et le fils. L’office acquis par Claude revêt en effet un intérêt « stratégique » puisqu’il s’agit de celui d’avocat du roi, de nouvelle création. De plus, René Sain, mort en charge en 1650 après 51 années de bons et loyaux services, n’était visiblement pas disposé à délaisser ses occupations d’agent du roi pour se consacrer à ses champs. Les autres formes de transmission à l’intérieur d’un même groupe familial ont presque un caractère anecdotique, en particulier celles s’effectuant de beau-père à gendre.

182Le fait d’appartenir à la famille du dernier possesseur pour se porter acquéreur d’une charge n’est donc absolument pas décisif. Il ne faudrait cependant pas imaginer que les nouveaux titulaires étaient dans leur majorité de parfaits inconnus pour le ou les vendeur (s). On ne peut prétendre qu’un Tourangeau qui cède son office à un compatriote, c’est-à-dire à un individu qui gravite dans le même milieu et fréquente les mêmes cercles de sociabilité que lui, transmet son bien au premier venu. Il ne fait guère de doute que les vendeurs privilégient leurs amis ou relations d’affaires, même si l’existence de tels liens est souvent difficile à établir. En cédant son office de trésorier de France en 1750 à Auguste-Etienne-Denis Borderel de Caumont, fils d’un substitut au parlement de Paris, Jacques Bory traite sans doute avec quelqu’un qu’il connaît et qu’il estime : en tant que conseiller clerc de cette cour depuis 1743, il devait probablement bien connaître cette famille parisienne enrichie grâce au négoce.

  • 505 L’interdiction a été confirmée par édit de juillet 1669.
  • 506 CHARMEIL (Jean-Paul), ouvr. cit., p. 30-31.
  • 507 Les registres des expéditions du bureau des finances de Tours en conservent quelques-unes, par exem (...)
  • 508 Celle de Pierre Mathé, par exemple, fait défaut.

183Par ailleurs, la monarchie n’est pas favorable à ce qu’un petit groupe de familles exerce une mainmise sur les juridictions royales. Pour éviter une telle dérive, elle a prévu un garde-fou : la loi prohibe la présence, dans une même compagnie, de parents et d’alliés en ligne directe à tous les degrés505. Par exemple, deux frères, un oncle et un neveu et même un grand-oncle et un petit-neveu n’ont pas la possibilité, du moins théoriquement, d’exercer au même moment. La mesure s’étend aux beaux-frères, à l’exception de ceux dont l’alliance résulte de mariages avec deux sœurs506. Cela dit, à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, le pouvoir fait preuve de libéralité, non par générosité mais par intérêt. Un individu peut se faire pourvoir de l’office de son choix malgré la présence de parents dans la compagnie qu’il souhaite intégrer, à condition de solliciter des lettres de dispense de parenté indépendantes des lettres de provision, facilement octroyées contre le versement de droits de chancellerie. Au préalable, l’impétrant doit obtenir de ses futurs collègues une ordonnance indiquant le nom du parent faisant obstacle à sa réception507. Nous avons retrouvé six lettres de dispense de parenté dans les registres de « lettres patentes » du bureau des finances s’échelonnant de 1695 à 1773, chiffre inférieur au nombre total de dispenses accordées en raison de la disparition de nombreux registres508.

  • 509 Liste non exhaustive. Sources : C 425 (1695), p. 42-45 ; C 439 (1726), p. 16-17 ; C 440 (1739), p. (...)

Tableau 60 : Exemples d’officiers avant obtenu des lettres de dispense de parenté (1669-1774)509

Requérant

Parent membre de la compagnie

Année

Pierre Mathé

Louis Delucz (grand-oncle maternel)

1669

Louis Hubert de l’Auberdière

François Hubert (oncle)

1695

André Girault

Louis-Ursin Coudreau (oncle maternel)

1726

François Souchay

Louis Souchay (frère)

1739

François Bellanger

François-Raphaël Delavau (oncle maternel)

1765

Jean-Barthélemy Gauffereau

Jean Verger (oncle maternel)

1773

Etienne-Marie Cassin

Charles Abraham (grand-oncle maternel)

1774

  • 510 Il paraît donc curieux qu’un François Souchay, acquéreur d’une charge de trésorier de France en 173 (...)

184Le roi, qui s’adresse dans ces lettres aux officiers de la chambre des comptes de Paris et du bureau des finances de Tours, leur demande de recevoir le requérant sans prendre en compte le degré de parenté existant entre lui et le parent déjà en charge dans la compagnie. Selon la formule consacrée, il l’en relève de sa « grâce spéciale, pleine puissance et autorité royale », mais « pour ce regard seulement et sans tirer à conséquence », la dispense devant conserver le caractère d’une faveur exceptionnelle. Le pouvoir ne renonce pas pour autant à son garde-fou, car une disposition habile prévoit que, dans la cas où les deux parents viendraient à opiner ensemble lors d’une délibération, leurs voix « ne [seraient] comptées que pour une »510. Le nombre réel de dispenses octroyées entre 1669, date du rappel des règles à suivre, et 1790, sans doute proche de la dizaine, est très restreint, ce qui confirme nos observations précédentes : la compagnie n’a que très épisodiquement compté dans ses rangs plusieurs membres d’une même famille au même moment.

  • 511 Cf. infra, chapitre VI, A : L’accès au bureau des finances.

185On peut conclure de ces constatations que, quelle que soit l’époque, l’institution n’a jamais été tentée de se recroqueviller sur elle-même, au contraire de certains corps d’Ancien Régime comme l’armée et les parlements. Une fois de plus, le bureau des finances apparaît, au niveau du siège (ce n’est pas le cas pour les offices subalternes), comme un ascenseur social facilitant la promotion d’un maximum d’individus, caractéristique résultant moins d’une volonté étatique que d’une disposition souhaitée par les officiers eux-mêmes qui, s’ils l’avaient réellement voulu, auraient très bien pu faire en sorte de ne transmettre leurs charges qu’à des individus triés sur le volet en fonction de sévères critères sociaux et/ou gravitant exclusivement dans leur cercle familial. Les membres du bureau des finances de Tours ont préféré adopter une attitude d’ouverture, ce qui n’est pas contradictoire avec la volonté d’exercer un droit de regard sur toute nouvelle candidature, point sur lequel nous aurons l’occasion de revenir511.

D. LE REGARD DE LA SOCIÉTÉ SUR L’INSTITUTION

1) LA PLACE DES TRÉSORIERS DE FRANCE DANS LA SOCIÉTÉ D’ORDRES

  • 512 MOUSNIER (Roland), Les institutions de la France sous la monarchie absolue, 1598-1789. T. II : Les (...)
  • 513 NAGLE (Jean), Le droit de marc d’or des offices. Tarifs de 1583, 1704, 1748. Reconnaissance, fidéli (...)
  • 514 BELY (Lucien) (dir.), ouvr. cit., p. 791 (art. marc d’or).

186La situation des trésoriers généraux de France dans la hiérarchie sociale a toujours été ambiguë, même au temps où ils passaient encore pour de puissants personnages. En 1523, les trésoriers de France et les généraux des finances perdent leur place au gouvernement mais sont encore réputés membres des cours souveraines, ce qu’ils resteront jusqu’à la chute de l’Ancien Régime. Les édits affirment qu’ils appartiennent au corps des chambres des comptes. En permanence, ils ont entrée, séance et voix délibérative dans la chambre dont relève leur bureau. On sait que les officiers du bureau des finances de Paris ont fait usage de ce droit, malgré quelques grincements de dents de la part des maîtres des comptes de la capitale. Théoriquement, les trésoriers de France peuvent aussi siéger dans les cours des aides. Par ailleurs, le roi les a autorisés à députer auprès de lui et à lui présenter des remontrances. Selon Roland Mousnier, en dépit de la perte d’importantes fonctions, « ces pouvoirs et leurs privilèges leur conservèrent toujours un statut social élevé »512. Leur appartenance à l’élite ne fait guère de doute, y compris au XVIIIe siècle, comme nos précédentes analyses Font suffisamment démontré. Mais nous avons aussi vu dans la première partie que les bureaux des finances ne pouvaient pas réellement être considérés comme des cours souveraines. Les trésoriers de France se situent-ils malgré tout au même rang que les membres de ces juridictions ? Pour le savoir, trois documents de nature fiscale permettant de classer les officiers les uns par rapport aux autres peuvent être exploités : les tarifs dressés pour le paiement du marc d’or des offices en 1583 et 1748, l’« état des voyages » de 1601 et le tarif de la capitation en 1695513. Le marc d’or est un impôt proportionnel au titre et à la qualité de l’office payé par les nouveaux titulaires d’une charge, destiné, jusqu’en 1720, à l’entretien des chevaliers de l’ordre du Saint-Esprit514. L’état de la taxe des voyages est un tarif arrêté au Conseil qui fixe les frais de déplacement d’un certain nombre d’agents de la monarchie ; son intérêt est plus limité, car il ne mentionne que ceux qui sont amenés à se déplacer dans l’exercice de leurs fonctions. Quant à la capitation, il s’agit d’un impôt direct créé pour financer la guerre de la Ligue d’Augsbourg. L’un des intérêts de ces documents est leur étalement temporel, puisque le plus ancien date du règne d’Henri III et le plus récent du milieu de celui de Louis XV. Ils permettent donc de déterminer si le regard porté par la société sur les trésoriers de France a évolué au cours du temps.

  • 515 NAGLE (Jean), ouvr. cit., p. 108-109.
  • 516 Ceux qui ont également le statut de grand bailliage : Angers, Bordeaux, Le Mans, Limoges, Lyon, Nan (...)

187D’après le tarif du marc d’or de 1583, les trésoriers de France « es generalitéz du royaume » versent un marc d’or et demi, soit 324 livres515. Dans cette catégorie sont également compris les maîtres des comptes à Paris, les conseillers en la cour de parlement de Paris, les procureurs généraux des parlements de province, le procureur général de la cour des aides de Paris, les grands maîtres des eaux et forêts et les grands officiers de finance de la Couronne : intendants des finances, contrôleurs généraux des finances, trésoriers des parties casuelles, de l’ordinaire et de l’extraordinaire des guerres. Les trésoriers de France devancent les conseillers des cours souveraines provinciales, les receveurs généraux des finances et les officiers des présidiaux, hormis les présidents et lieutenants généraux des « bons sièges présidiaux »516 qui figurent dans la même catégorie qu’eux. Les dépassent les maîtres des requêtes de l’hôtel du roi et les présidents des juridictions souveraines de Paris et de province, mais ces personnages, qui paient chacun 2 marcs d’or (432 livres), sont sur le même plan que les présidents des bureaux des finances. Il n’y a donc aucune ambiguïté : à la fin du XVIe siècle, l’Etat considère que les trésoriers de France appartiennent aux plus hautes sphères de l’office. L’« état des taxes des voyages » (1601) confirme cette position enviable : les trésoriers de France sont mentionnés dans la sixième classe, aux côtés des grands maîtres des eaux et forêts de France, des conseillers, avocats du roi et procureurs généraux des cours souveraines, des maîtres des comptes, des commissaires généraux des vivres, des secrétaires du Conseil et des lieutenants généraux des présidiaux, qui tous perçoivent 4 écus 30 sols par journée de déplacement. Ils ne sont précédés dans la hiérarchie que par de grands personnages comme les ducs et pairs, les gouverneurs de province, les présidents et premiers présidents des cours souveraines, mais aussi par les maîtres des requêtes et un certain nombre de militaires haut gradés. Au début du XVIIe siècle, ils conservent donc une place très avantageuse dans la hiérarchie des dignités.

  • 517 Payent également 120 livres : les colonels, mestres de camp et officiers ayant rang de colonel, les (...)

188Le tarif de la capitation, à la fin du siècle, fait apparaître un véritable effondrement : les trésoriers de France de province figurent dans la 10e classe de l’impôt (montant de la capitation : 120 livres), précédés par pratiquement tous les officiers et dignitaires qu’ils côtoyaient en 1583 et 1601. Ainsi, les conseillers des cours souveraines de province les dépassent dorénavant, puisqu’ils entrent dans la neuvième classe (150 livres). Avec les trésoriers de France, on trouve des officiers et agents royaux qui leur étaient autrefois très inférieurs, tels les huissiers du Conseil et de la grande chancellerie et les notaires du Châtelet de Paris. Les rédacteurs, il faut le noter, distinguent les officiers du bureau des finances de Paris de leurs confrères du reste du royaume : les premiers maintiennent leurs positions, alors que les seconds reculent dans la hiérarchie517. Faut-il désormais considérer les trésoriers de France de province comme des officiers « moyens » ? C’est l’avis de Bernard Barbiche et de ceux qui pensent que le XVIIIe siècle ne fait que prolonger la période de déclin des bureaux entamée au milieu du XVIIe siècle.

  • 518 NAGLE (Jean), ouvr. cit., p. 248.
  • 519 Ceux de Lyonnais, Forez, Beaujolais, Auvergne, Dauphiné et Provence ; de Guyenne ; de Bretagne ; d’ (...)
  • 520 Ibid., p. 190, 210, 212-213.
  • 521 Ibid., p. 172, 188, 212-213, 245, 247.
  • 522 Il ne s’agit, nous le reconnaissons volontiers, que d’une impression qui s’appuie sur des heures de (...)
  • 523 Par exemple, ce passage d’une lettre des trésoriers de France de Tours au contrôleur général des fi (...)
  • 524 A ce sujet, dans une circulaire non datée (1774 ?), les trésoriers de France de Montauban écrivent  (...)

189Or, le tarif du marc d’or de 1748 ne confirme pas cet abaissement, ou du moins il le nuance considérablement. Ce tarif ne se présente pas sous la forme d’une liste de classes en ordre décroissant comme les précédents : les offices y sont classés par ordre alphabétique, marque de rationalisme mais aussi d’un certain relâchement des codes de la société d’ordres. Il est aussi plus détaillé et opère volontiers des distinctions d’une ville et d’une région à l’autre. En 1748, les trésoriers de France de province versent désormais un marc d’or de 1 296 livres, sauf ceux d’Auch, La Rochelle, Lille et Metz, de création récente, qui payent « sur le pied et à proportion de leur finance et augmentation d’icelle », en fonction du tarif de 1704 (c’est-à-dire vraisemblablement moins)518. Alors qu’on les croyait moribonds, on est surpris de constater que le montant de la taxe des trésoriers de France est identique à celui des maîtres des requêtes de l’hôtel du roi, des conseillers au parlement de Paris, des maîtres des comptes et du procureur général de la cour des aides de la capitale, des procureurs généraux des parlements de Rennes et Toulouse et d’un certain nombre de grands maîtres des eaux et forêts519. Ils dépassent nettement les lieutenants généraux (1 080 livres) et plus nettement encore les présidents des « bons » sièges présidiaux (540 livres). Les procureurs généraux des parlements d’Aix, Dijon, Grenoble, Metz et Pau arrivent également derrière eux (1 080 livres)520. Finalement, seuls les devancent le trésorier des Parties casuelles et celui de F extraordinaire des guerres (5 000 livres chacun), les intendants des finances (2 052 livres), les procureurs généraux des parlements de Bordeaux et Rouen (1 728 livres) et quelques grands maîtres des eaux et forêts (1 512 à 2 700 livres)521. Les rédacteurs du tarif de la capitation auraient-ils été injustes vis-à-vis des trésoriers de France ? Ou au contraire les auteurs du tarif de 1748 ont-ils fait preuve d’une trop grande mansuétude à leur égard ? Une troisième hypothèse mérite d’être prise en considération : après avoir subi le contrecoup de la perte de leurs fonctions les plus importantes au milieu du XVIIe siècle, les officiers des bureaux des finances seraient partiellement rentrés en grâce au siècle suivant, un retour sur le devant de la scène qui pourrait être dû au dynamisme retrouvé de l’institution, beaucoup plus active qu’autrefois en matière de voirie, et qui, en 1748, n’a pas encore subi l’offensive en règle des seigneurs hauts justiciers et des parlements. Il n’en reste pas moins que, renouveau ou non, les trésoriers de France ne retrouvent pas totalement leur rang antérieur, comme en témoigne le fait que certains officiers autrefois leurs égaux les devancent dans le dernier tarif. Si l’on se réfère à la correspondance des trésoriers de France, le discours sur le « déclin » des bureaux des finances, pour autant qu’on puisse en juger522, habituel dans la deuxième partie du règne de Louis XIV alors que les compagnies croulent sous les taxes523, semble moins fréquent de la Régence aux années 1760. Par la suite les lamentations reprennent de plus belle, en raison d’une recrudescence des procès intentés par les seigneurs hauts justiciers qui tiennent à exercer seuls la voirie dans l’étendue de leur ressort (soutenus par les parlements) et de l’édit de 1771 instaurant le centième denier, considéré comme un véritable coup de poignard524.

190Hormis dans la seconde moitié du règne de Louis XIV – encore que le pouvoir ne les rabaisse tout de même pas au niveau des conseillers de présidiaux – les trésoriers de France ont toujours été classés par les autorités au rang des principaux officiers de la Couronne. D’où l’intérêt de se demander si les officiers du bureau des finances de Tours ont réussi à faire valoir leur statut avantageux de corps anoblissant sur la scène locale où, en l’absence de cours souveraines et après la suppression de la noblesse de cloche locale en 1667, ils n’avaient théoriquement pas de rivaux.

2) LES TRÉSORIERS DE FRANCE SUR LA SCÈNE LOCALE

Le problème de la participation des trésoriers de France aux cérémonies publiques

  • 525 Mémoires de Julien Brodeau, avocat, jurisconsulte au Mans, et de sa famille, 1567-1675, Le Mans, 19 (...)
  • 526 AZEMA (Christophe), mém. cit., t. 1, p. 162-166.

191Sous l’Ancien Régime, les cérémonies à caractère officiel constituent un moment fort de la vie locale. Lors de fêtes religieuses comme la Fête-Dieu ou l’Ascension, du service funèbre d’un personnage important comme le souverain ou plus simplement le maire de la ville, d’un Te Deum célébrant une victoire militaire ou un heureux événement dans la famille royale, de l’entrée solennelle du monarque, du gouverneur de la province, de l’intendant, de l’archevêque ou de toute autre sommité, les communautés laïques et ecclésiastiques se réunissent traditionnellement en corps. En ces circonstances, la place des uns et des autres à l’église, au sein d’une procession ou dans tout autre lieu public revêt une importance considérable car elle reflète, aux yeux des spectateurs, la hiérarchie exacte des institutions et des communautés. Régulièrement, les affaires de préséance donnent lieu à des querelles homériques. Dans la ville du Mans, l’avocat Julien Brodeau fait état de heurts, en 1649, entre les officiers du présidial et le corps des avocats aux funérailles du frère du lieutenant général criminel et, la même année, de troubles mettant aux prises les officiers de la prévôté et ceux de l’élection à l’occasion de l’inhumation du lieutenant général de la sénéchaussée525. A Angers, au siècle suivant, présidial d’un côté, syndic du clergé, communauté des avocats et, à plusieurs reprises, corps de ville de l’autre s’affrontent lors des cérémonies officielles526. Le chef-lieu de la généralité n’est pas épargné par ces conflits. Sous le règne de Louis ΧΠΙ, les querelles de préséance, parce qu’elles éclatent souvent au milieu des églises, scandalisent tellement les Tourangeaux qu’ils jugent nécessaire de réclamer au roi, dans leur cahier de doléances de 1614, un règlement général

  • 527 Plaintes et doléances de la province de Touraine aux Etats généraux du royaume, publiées par Charle (...)

« entre les gens d’églises, officiers de la justice, des finances, maire et eschevins des villes, de l’ordre et rangs qu’ils doibvent tenir ès actes et assemblées publicques »527.

  • 528 « Cahier des remontrances, plaintes et doléances que le Tiers-Etat des villes et plat pays du baill (...)
  • 529 Exemple : la querelle qui oppose les officiers des eaux et forêts de Tours à ceux de l’élection, év (...)

192un vœu qu’ils renouvellent en 1651528. Au XVIIIe siècle, les problèmes perdurent encore529. Reste à savoir si les officiers du bureau des finances y ont été impliqués à une époque ou à une autre.

193Dans toutes les grandes occasions où ils auraient pu comparaître en corps, les trésoriers de France ne se sont en fait jamais montrés. En ce qui concerne les cérémonies religieuses, tous les témoignages concordent. En 1633, en réponse au greffier du présidial qui réclame un certificat sur les usages observés à Tours en matière de cérémonies, le corps de ville affirme qu’il

  • 530 A.M. Tours, BB 38, f. 80 v°-81 r° : délibération du 3/6/1633.

« n’a point veu assister lesd. sieurs présidens et trésoriers généraux de France aux processions, enterrem[ents] et autres assemblées publicques, et que lesd. sieurs officiers du siège présidial y ont tenu le premier rang après Mrs des églises »530.

  • 531 A.M. Tours, BB 57,1685, f. 368 r° : délibération du 28/2.

194En 1685, il rend encore un avis similaire531. Les corps ecclésiastiques de la ville rejoignent la municipalité sur ce point : selon un certificat des chanoines de Saint-Gatien de 1682,

« les officiers du bureau des trésoriers de France dudit lieu n’ont jamais assisté en corps [aux] cérémonies publiques ou particulières qui ont été faites en ladite église ».

  • 532 A.D. Allier, C 143 : certificats mentionnés dans l’arrêt du Conseil du 8/7/1683 déboutant les offic (...)
  • 533 B.N.F., Ms fr. 21 751, f. 152-154 : factum pour les présidens, trésoriers généraux de France (...) (...)
  • 534 CLAVEQUIN (Séverine), Les fêtes et les cérémonies à Tours aux XVIe et XVIIe siècles, Mémoire de maî (...)
  • 535 GATIAN DE CLERAMBAULT (Edouard), « Les processions de la Fête-Dieu à Tours pendant les quatre derni (...)
  • 536 A.M. Tours, AA 4 (fêtes et cérémonies) ; BB 60, f. 32 v° (invitation des trésoriers de France au se (...)
  • 537 GRANDMAISON (Louis de), « Mort et funérailles de Mgr Chapt de Rastignac, archevêque de Tours », B.S (...)
  • 538 Cette attitude n’est pas unique : les notaires de Tours n’assistent à aucune cérémonie, de crainte (...)

195Sans être aussi explicites, leurs confrères de Saint-Martin confirment ces observations532. Les trésoriers de France eux-mêmes le reconnaissent à la même époque : jamais ils ne se sont rendus en corps à la procession de la Fête-Dieu ni à aucune autre cérémonie publique « et ils ne demandent pas à y aller »533. Même les entrées royales de 1616 et 1619 ne semblent pas les avoir mobilisés (ce qui ne signifie pas qu’ils n’ait pas salué le roi dans un cadre « semi-privé »)534. Au siècle suivant, les usages ne changent pas. Par exemple, on ne les voit pas aux processions du Saint-Sacrement de 1732 et de la Fête-Dieu de 1736535. Bien que systématiquement conviés, par politesse, aux funérailles des maires qui meurent en exercice, ils déclinent toujours l’invitation. Les obsèques de Michel Banchereau (1780), par exemple, se déroulent sans eux536. Même lorsqu’il s’agit de grands personnages, ils restent invisibles : ni les funérailles de l’archevêque de Tours Chapt de Rastignac en 1750, ni le service en l’honneur de Louis XV organisé par le chapitre de Saint-Gatien en 1774 ne les tirent hors de leur hôtel537. Comment expliquer ce choix ? Le bureau des finances est la dernière des institutions royales créée à Tours. Tous les autres corps lui sont antérieurs, parfois de peu (le présidial est établi en 1551). Bien avant 1577, une hiérarchie s’est donc mise en place. Même si celle-ci a été parfois contestée, la prééminence du présidial et du corps de ville, qui marchent toujours de front ou sont placés côte à côte lors des cérémonies publiques, n’a jamais été remise en cause par les trésoriers de France, pourtant supérieurs en dignité, par crainte d’un affrontement avec ces deux institutions coalisées. Prudence compréhensible : il ne fait guère de doute qu’en cas de procès, les juges auraient donné la victoire à ceux pouvant se prévaloir d’un droit d’« usage ». Plutôt que de prendre place dans l’ordre hiérarchique à un rang subalterne, les officiers du bureau des finances préfèrent, pour préserver les apparences, s’abstenir de se réunir en corps en de semblables circonstances538. Cela ne signifie cependant pas qu’ils n’aient jamais participé à des querelles de préséance, ni qu’ils aient renoncé à toute manifestation corporative sur la scène locale, comme nous allons le voir.

Tumulte dans les églises de Tours

196Au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles, la tranquillité des Tourangeaux est troublée par trois conflits de préséance dans lesquels les trésoriers de France sont impliqués. De 1681 à 1685 (mais l’affaire connaît des développements jusqu’au début du XVIIIe siècle), une violente bataille judiciaire met aux prises la compagnie et les magistrats du présidial. En 1687 et 1708, les officiers du bureau des finances se heurtent à des fabriciers de paroisse et à des ecclésiastiques, querelles en apparence insignifiantes, mais aux répercussions profondes.

  • 539 PATAS DU BOURGNEUF (Jean-Léon), ouvr. cit., p. 147.

197Entre le bureau des finances et le présidial de Tours, les relations n’ont jamais été excellentes. Sur le plan strictement professionnel, les deux juridictions ont souvent été rivales. En 1670, par exemple, un conflit relatif à la connaissance de la voirie est tranché au Conseil en faveur des trésoriers de France539. Sur le plan hiérarchique, les rapports étaient tout aussi détestables. En 1650, les trésoriers de France se plaignent d’une clause contenue dans un arrêt du Conseil autorisant la ville de Tours à lever un impôt exceptionnel en cas de maladie contagieuse ou « autres nécessités urgentes » qui porterait sur les habitants « recognus en commodité », privilégiés y compris. Le problème, c’est que l’autorité chargée de contraindre les cotisés à payer serait le lieutenant général du bailliage et siège présidial,

  • 540 B.N.F., Ms fr. 7 686, f. 155 : lettre non datée (mars 1650).

« en quoy, écrivent-ils, nous nous trouvons blessez doublement, tant à cause de l’addresse faicte aud. lieutenant général de lad. levée, que parce qu’il semble estably juge par tel arrest de nos privilèges »540.

  • 541 3F 38 : PATUREAU (Nicole), L’hôpital général de la Charité de Tours, 1656-1802, mém. dact., s. d., (...)
  • 542 Ibid., p. 88-89. Cf. l’article 6 des lettres patentes de fondation, en février 1658 : « Voulons que (...)

198Six ans plus tard, la première véritable querelle de préséance éclate entre les deux juridictions à propos de l’hôpital général de la Charité, sur le point d’être fondé. Mécontents de la place secondaire qui leur est assignée dans les réunions de travail présidées par l’archevêque, les trésoriers de France décident de les boycotter et même de s’opposer à la création de l’hôpital541. Finalement, on parvient à un compromis : comme il ne saurait être question de se passer d’une des deux grandes compagnies tourangelles pour la gestion de l’établissement, on décide que chacune nommera un représentant au conseil d’administration une année sur deux, de façon que le représentant du bureau des finances ne côtoie pas celui du présidial542. Cette tactique d’évitement ne règle pas la question de savoir qui doit avoir le pas sur l’autre, même si les trésoriers de France parviennent à sauvegarder les apparences. Mais pouvaient-ils en permanence éviter de croiser le chemin de leurs rivaux dans une ville comme Tours ?

199Le grand conflit avec le présidial de Tours débute le jour de Pâques 1681. Les trésoriers de France donnent de l’incident qui met le feu aux poudres la version suivante :

  • 543 B.N.F., Ms fr. 21 751, f. 152-154. Les deux conseillers, Mathieu Augeard et Nicolas Hubert, étaient (...)

« le sieur Milon, procureur du Roy dudit bureau, estant allé à Saint Saturnin sa paroisse en habit de cérémonie, et s’estant placé au-dessous du lieutenant général (...), les sieurs Hubert et Augeard, conseillers dudit présidial, qui arrivèrent après luy l’insultèrent, en sorte que par respect du lieu et de la feste, il fut contraint de se retirer pour éviter scandale »543.

  • 544 A.D. Allier, C 143 : mention de l’affaire dans l’arrêt du Conseil du 8/7/1683, Nous avons tenté, en (...)
  • 545 En 1680 et 1681, les officiers des bureaux des finances de Poitiers, Limoges, Bourges et Châlons ob (...)
  • 546 CHARMEIL (Jean-Paul), ouvr. cit., p. 353.
  • 547 B.N.F., Ms fr. 21 751, f. 152-154, 3e demande des officiers du présidial et réponse des trésoriers (...)
  • 548 A.D. Cher, C 1 083 : lettre des trésoriers de France de Tours à leurs confrères de Bourges, 19/8/17 (...)
  • 549 En 1682, les trésoriers de France font rédiger et imprimer un factum, auxquels répondent les offici (...)

200Milon, personnage irascible, n’a sans doute pas été pris à partie par hasard : en 1675, il aurait apostrophé sans ménagement le conseiller Fouquet et lui aurait donné un coup de bâton sur la tête pour des motifs qui ne nous sont pas connus, mais probablement liés à des questions de protocole544. Outré par les « menaces » des deux officiers, il les assigne au Conseil, les accusant de voies de fait et d’avoir contrevenu à l’arrêt du Conseil du 3 juillet 1680. Le fait que les officiers du bureau des finances aient réclamé et obtenu par cet arrêt l’extension à la ville de Tours d’un règlement rendu au mois d’avril précédent pour le bureau des finances et le présidial d’Amiens avait été très mal vécu par les magistrats tourangeaux545. Sorte de compromis destiné à préserver l’orgueil de chaque compagnie, l’arrêt précisait qu’« en toutes assemblées particulières et de particulier à particulier », le président et le lieutenant général du bailliage et siège présidial devanceraient les officiers supérieurs du bureau des finances, mais que ceux-ci précèderaient le lieutenant criminel et le reste des magistrats546. Cette disposition était particulièrement intéressante pour les trésoriers de France de Tours, car elle leur assurait pratiquement à coup sûr la préséance sur leurs rivaux dans les églises paroissiales dans lesquelles ils se rendraient à titre individuel : il leur suffisait d’éviter l’église fréquentée par le président ou le lieutenant général du présidial, ou de s’y rendre à un moment où il n’y serait pas. Milon, en 1681, est même prêt à passer derrière celui-ci, tout à son plaisir d’humilier deux conseillers. Le présidial comprend parfaitement qu’il risque de perdre la face s’il ne réagit pas. Le 30 mai, il rend une ordonnance enjoignant à ses membres, aux trésoriers de France, maire et échevins de Tours, officiers de l’élection, du grenier à sel, des eaux et forêts et de la monnaie de se trouver en corps et habits de cérémonie le 5 juin suivant à la cathédrale pour participer à la procession du Saint-Sacrement. C’était une déclaration de guerre pour deux raisons : d’une part parce que tout le monde avait admis le principe, à cette date, qu’au cas où les trésoriers de France paraîtraient en corps à la cathédrale pour les fêtes solennelles (ce qu’ils ne souhaitaient pas), les officiers du présidial s’ils étaient également en corps les précéderaient547 ; d’autre part parce que les magistrats portaient des robes longues, alors que la tenue de cérémonie des membres de la compagnie était le manteau court548. A côté des premiers, les trésoriers de France auraient fait pâle ligure. Naturellement, les trésoriers refusent de se rendre à la convocation. Dans l’ordonnance qu’ils rendent le 4 juin, ils dénient au présidial le droit de statuer sur un problème de protocole qui n’est pas de son ressort. La querelle s’envenime : le 13 juin, Milon et le conseiller Dauphin échangent insultes et « paroles arrogantes ». Enfin, le mois suivant, le présidial se fait recevoir « partie intervenante » au Conseil dans l’action opposant ses deux officiers à Milon, imité par le bureau des finances en août. D’un simple contentieux entre particuliers, on passe à un procès « médiatisé »549 entre deux juridictions dont l’issue, pense-t-on, décidera définitivement laquelle des deux aura la préséance sur l’autre.

  • 550 A.D. Allier, C 143 : arrêt du Conseil du 8/7/1683, p. 3.

201Alors que les trésoriers de France se bornent à réclamer l’application pure et simple de l’arrêt du 3 juillet 1680, leurs adversaires vont beaucoup plus loin. Dans la requête qu’ils adressent au Conseil en 1682550, ils demandent la préséance sur les officiers du bureau des finances en toute occasion, y compris « de particulier à particulier ». En outre, ces derniers seront tenus d’assister en corps à toutes les cérémonies solennelles, où ils prendront place après eux. Ce n’est pas tout : les magistrats du présidial

« iront les premiers saluer, haranguer et complimenter leurs Majestés, les princes et personnes titrées quand il y échoit, et (...) lesdits trésoriers de France seront obligez d’y aller après eux ».

  • 551 Cette dernière prétention est repoussée avec dédain par les officiers du bureau des finances qui, c (...)
  • 552 Deux exemples : dans son certificat du 28/8/1681, le curé de Saint-Vincent déclare que « depuis qua (...)

202Pour enfoncer le clou, on cessera de se servir du terme « Nosseigneurs » dans les requêtes qu’on leur présentera : un simple « Messieurs » suffira bien551. Chaque partie, à compter de l’été 1681, s’emploie à réunir le maximum de pièces susceptibles de servir sa cause. Les trésoriers de France se font envoyer par leurs confrères poitevins, berruyers, limougeauds et châlonnais les arrêts du Conseil que ceux-ci ont obtenus pour se voir appliquer le règlement d’Amiens, et par les trésoriers de France d’Alençon et de Soissons des certificats établissant que les justiciables s’adressent à eux en usant du terme « Nosseigneurs ». Les uns comme les autres essaient surtout de réunir le plus grand nombre de témoignages d’ecclésiastiques en leur faveur. Les officiers du présidial parviennent à se faire remettre sept certificats de curés, ceux du bureau des finances six552. Les curés de Saint-Vincent, Saint-Pierre-des-Corps et Notre-Dame-de-l’Ecrignole, sans doute pour ne froisser personne, ont même l’extrême obligeance de fournir une attestation à chaque compagnie ! On imagine sans peine ce que d’Ormesson, le maître des requêtes chargé de l’instruction du dossier, a pu penser de ces « preuves » lorsqu’il les a eues en mains.

  • 553 D’autres compagnies souhaitent prendre connaissance de cet arrêt : en 1687, les trésoriers de Franc (...)
  • 554 CHARMEIL (Jean-Paul), ouvr. cit., p. 354. Nous ne partageons pas les conclusions de Jean-Paul Charm (...)
  • 555 3E 6/525 (notaire Couéseau) : acte pour M. le président Souart au sujet de la préséance sur MM. les (...)

203Le 8 juillet 1683, le pouvoir rend un arrêt favorable aux trésoriers de France : les ordonnances du présidial et du parlement, qui avait soutenu sa cause, sont cassées et annulées et les magistrats déboutés de toutes leurs exigences. Quant aux officiers du bureau des finances, ils peuvent continuer à exiger qu’on les nomme « Nosseigneurs ». Décision logique, car toute autre option aurait conduit le gouvernement à se déjuger. Il ordonne au contraire la complète exécution de l’arrêt du 3 juillet 1680 et fait défense aux officiers du présidial d’y contrevenir. Au passage, Augeard et Hubert sont condamnés aux dépens envers Milon553. Pour le présidial, il est hors de question d’en rester là. Le 26 avril 1685, il parvient à obtenir un arrêt du Conseil qui restreint le champ d’application de l’arrêt de 1683554. Cette bataille judiciaire se solde en fait par un statu quo. D’un côté, les trésoriers de France, qui ne s’étaient jamais rendus en corps aux cérémonies officielles avant 1680, ne reviennent pas sur leur résolution. De l’autre, les incidents « de particulier à particulier » se poursuivent les années suivantes, chacun interprétant à sa façon les règlements royaux. Pour preuve, cet esclandre dont le président du présidial Pierre Souart fait dresser un procès-verbal en 1703555 : alors qu’il était à la messe du Vendredi saint célébrée en l’église de Saint-Julien et qu’il venait de quitter sa place pour aller adorer la croix avec M. de la Falluère, conseiller au Grand Conseil, le premier président du bureau Pierre Rocher, qui était également dans le chœur,

« sortit promptement de sa place et se pressa pour le précedder de manière qu’ils se trouvèrent tous trois en concurance pour adorer la Croix, ce quy obligea Mondit sieur de la Faluère, voyant cette contestation, de se retirer ».

204Au moment où se forma la procession. Rocher

« renouvella la mesme contestation, se mestant en troisième sur la mesme ligne avec Mond. sieur de la Falluère et [lui], quoy qu’il soit d’usage de n’aller que deux à deux ».

  • 556 DUFREMENTEL (Jacques), ouvr. cit., p. 609. Duffémentel interprète de façon erronée la querelle des (...)
  • 557 L’intendant Turgot écrit au contrôleur général des finances : « Mrs les officiers du présidial de T (...)
  • 558 TOURNERIE (Jean-André), Recherches sur la crise judiciaire..., ouvr. cit., p. 27.

205Devant notaire, Souart dénonce une infraction aux multiples arrêts en faveur des présidiaux du royaume, qui donnent « la séance et le pas » sur les présidents et trésoriers de France des bureaux des finances dans les assemblées publiques et particulières. Nul doute que si on l’avait interrogé, Rocher aurait repris le même argument en inversant les rôles. Cet incident entre officiers des deux juridictions est toutefois probablement l’un des derniers. Au XVIIIe siècle, magistrats du présidial et trésoriers font en sorte de s’éviter en public556. La querelle finit peu à peu par sombrer dans l’oubli, bien qu’une certaine animosité persiste entre les deux compagnies. En 1709, par exemple, elles refusent toute coopération dans les commissions du Conseil pour les blés557. En 1776 encore, Joly de Fleury fait état de rapports tendus entre elles en raison de conflits de compétence sur les questions de voirie et d’urbanisme558.

206Déçus de ne pas avoir véritablement pu tirer parti de l’arrêt du 3 juillet 1680, les trésoriers de France entendent au moins obtenir le pas à titre individuel sur les fabriciers des paroisses lors des cérémonies importantes. Malheureusement pour eux, ces derniers ne voient pas les choses ainsi : à la suite d’un incident vraisemblablement provoqué par un ou plusieurs officiers du bureau des finances dans l’église Saint-Saturnin, les fabriciers de la paroisse portent plainte au Conseil. L’arrêt du 26 avril 1687 leur accorde gain de cause sans équivoque :

  • 559 Cité par COTTEREAU (Thomas-Jules-Armand), Le droit général de la France et le droit particulier à l (...)

« Sa Majesté ayant été informée que les officiers du bureau des trésoriers de France de Tours qui demeurent dans la paroisse de S. Saturnin de cette ville, veulent précéder les fabriciers à l’adoration de la croix, offertes et processions, et voulant Sa Majesté qu’il se pratique en cela la même chose qui s’observe dans les paroisses de Paris, elle mande et ordonne, veut et entend que dorénavant, tant à l’adoration de la croix qu’aux offertes, processions et autres cérémonies qui se feront en ladite église de S. Saturnin, les fabriciers marchent immédiatement après le clergé, sans que, pour quelque cause et prétexte que ce soit, ils laissent passer personne entre eux et le clergé »559.

207La décision a le mérite de la cohérence, mais pour les membres de la compagnie, elle s’ajoute à l’arrêt de 1685 qui leur a laissé un goût amer. Dorénavant, il paraît clair pour tout le monde que les trésoriers de France n’obtiendront jamais la prééminence dans les églises, qu’ils ambitionnaient au moins au plan individuel.

208Un ultime conflit, en 1707, les dégoûte davantage encore de s’aventurer hors de leur local. Bien qu’ils aient toujours refusé de participer en corps aux cérémonies publiques, les officiers avaient tout de même coutume de se rendre en groupe aux funérailles de l’un des leurs dans l’église paroissiale où elles étaient célébrées. Dans ce cadre semi-privé, ils ne risquaient pas de se heurter à une compagnie rivale et, s’il arrivait que des magistrats du présidial, parents du défunt, fussent également présents, jamais ceux-ci ne leur cherchaient noise dans ces moments-là. C’était sans compter sur l’audace d’un ecclésiastique, peut-être encouragé par l’arrêt de 1687.

  • 560 3E 4/393 (notaire Boutet) : sommation du 9/12/1707.

209Le 7 décembre 1707, après avoir participé au convoi mortuaire du premier président Pierre Rocher, la compagnie fait son entrée dans l’église de Saint-Saturnin et s’apprête à prendre place dans les hautes chaires du chœur du côté droit, « suivant la coutume ordinaire immémoriale », quand André Coudreau, qui précède ses confrères, a la désagréable surprise de constater que les deux premières chaises à côté de celle du curé sont occupées par deux prêtres habitués de l’église. A l’annonce qu’ils y ont pris place indûment, l’un accepte d’aller s’asseoir ailleurs, mais le plus jeune, nommé Potonnier, le prend de haut et refuse obstinément de bouger, quoique les officiers le lui demandent « avec toute sorte d’honnesteté ». Le public commençant à murmurer, Coudreau et ses confrères décident de se retirer pour « conserver le respect qui est deub à l’Eglise et ne point troubler le service ». Deux jours plus tard, les trésoriers de France somment le curé, par l’intermédiaire de leur greffier, d’avouer s’il n’a pas encouragé le prêtre dans sa folle entreprise560. En effet, ils ont été outrés de le voir demeurer

« immobille dans sa chaize sans réprimer l’entreprise dud. sr Potonnier et empêcher une nouveauté scandaleuse ».

  • 561 Nous n’avons pas eu la chance de retrouver ce libelle.
  • 562 3E 4/394 (notaire Boutet) : dépôt des « actes de satisfaction » du sieur Potonnier et du sieur Aliz (...)
  • 563 Le 22 juin 1717, par exemple, elle est présente aux obsèques de Michel-Jean-Baptiste Taschereau à S (...)
  • 564 Les religieux sont rétribués 8 livres pour chaque service. C 931, comptes des trésoriers de France, (...)

210L’ecclésiastique se défend d’avoir été l’instigateur des faits, affirmant n’avoir simplement pas souhaité prendre parti. La compagnie intente alors une action en justice contre Potonnier. Quelque temps plus tard, celui-ci demande à un prêtre habitué de Saint-Pierre-du-Boile d’écrire un mémoire contre les trésoriers de France, soi-disant pour sa défense. Ce texte, rempli de termes violents à l’égard des officiers, déclenche un véritable tollé561. La compagnie ameute les autorités religieuses, en particulier le vicaire général du diocèse, qui convoque et réprimande les deux audacieux et les convainc de présenter des excuses aux offensés. Au mois de mars suivant, Potonnier et son ami rédigent chacun de leur côté un « acte de satisfaction » en faveur des trésoriers de France, qui cessent leurs poursuites562. Le mal est cependant fait. Pendant quelques années encore, la compagnie continue de se rendre aux funérailles de ses membres dans les églises paroissiales563, mais, s’y sentant probablement mal à l’aise, elle adopte dès le début des années 1720 l’usage de faire célébrer des services privés en l’honneur des confrères décédés dans l’église des augustins564. A partir de cette date, elle n’apparaîtra plus jamais en corps dans la ville, en quelque occasion que ce soit.

Des manifestations protocolaires limitées au XVIIIe siècle

211Si, au siècle des Lumières, les trésoriers de France ont totalement abandonné l’idée de se faire reconnaître comme les premiers officiers de la ville, en revanche ils tiennent à cultiver de bons rapports avec les personnages haut placés, car ils estiment que la préservation de leurs privilèges et de leurs fonctions en dépend. D’où la nécessité de leur rendre hommage quand ils viennent prendre leurs fonctions ou sont de passage en Touraine.

  • 565 Il faut aussi avouer que nous sommes très mal documenté sur la période antérieure. On parle alors d (...)
  • 566 GIRAUDET (Eugène), Histoire de la ville de Tours, ouvr. cit., p. 50-51.
  • 567 B.N.F., Ms fr. 7 686, f. 212 r° v° : lettre du 3/1/1651. Ils le rappellent dans leur factum contre (...)

212L’usage de complimenter les dépositaires du pouvoir politique et leurs proches ne date pas du XVIIIe siècle, mais c’est le seul type de manifestation publique auquel les officiers du bureau des finances n’ont pas renoncé à cette époque565. Le roi, lors de ses séjours à Tours, a toujours été complimenté par les trésoriers de France, qui, on l’a vu, ont systématiquement pris son parti dans les temps difficiles. Henri III et Henri IV connaissaient personnellement certains membres de la compagnie. En novembre 1589, le Béarnais fait même l’immense honneur à Jean Le Blanc de la Vallière de passer la nuit sous son toit566. En 1651, les officiers, en réponse à leur assemblée générale qui leur a appris que certaines compagnies haranguaient le roi « dans une posture indécente », expliquent que de leur côté, ils ont toujours « eu l’honneur de saluer leurs Ma[jes]tez à leurs passage debout et en la mesme façon qu’en usent les compagnies souveraines »567.

  • 568 C 931 (1723-1758) et C 669 (1759-1790).

213Grâce aux registres comptables des trésoriers de France, il est possible de repérer, à partir de 1723, toutes les députations ayant occasionné des frais de déplacement568. De toute évidence, ne sont mentionnées que les plus solennelles, c’est-à-dire celles ayant entraîné l’utilisation d’au moins un carrosse. En effet, il est exclu que les officiers n’aient jamais salué le gouverneur de la province et se soient contentés de ne complimenter qu’un seul intendant en l’espace de presque 70 ans.

Tableau 61 : Députations des trésoriers de France entre 1723 et 1790 (avec usage du carrosse)

Date

Personne complimentée/lieu

Députation du bureau

Frais

Vers 1724

Gabriel Taschereau de Baudry ?/Baudry

1 carrosse/plusieurs commissaires

41.

Vers 1724

Mgr de Rastignac, archevêque/archevêché ?

1 carrosse/plusieurs commissaires

71. 6 s. 8 d.

Vers 1725

Princesse (de Vermandois ?)/Beaumont-lès-T ours

1 carrosse/plusieurs commissaires

71.

Vers 1726

?/Marmoutier

1 carrosse/plusieurs députés

1. 10 s.

Vers 1728

Princesse (de Vermandois ?) /Beaumont-lès-Tours

2 carrosses

21. 8 s.

Vers 1728

Idem

1 carrosse

11. 10 s.

Vers 1730

Idem

1 carrosse/plusieurs commissaires

31.

Vers 1731

Idem

2 carrosses ?

21. 8 s.

Vers 1733

Idem

2 carrosses ?

31.

Vers 1759

M. de Paulmy, comte d’Argenson/ ?

1 carrosse

61.

21/2/1763

Prince de Condé/ ?

3 carrosses ?

181.

30/1/1774

Comte de Provence/Versailles ?

4 commissaires

2063 1. 14 s

22/6/1775

Mgr de Conzié, archevêque/archevêché

1 carrosse/plusieurs députés

61. 8 s.

11/6/1777

Monsieur, frère du roi/ ? (Tours)

4 carrosses

601.

25/6/1784

M. Daine, intendant de Tours/intendance ?

1 carrosse

61.

1787

Duc de Penthièvre/ ?

2 carrosses ?

121.

  • 569 Cf. à ce sujet une lettre des trésoriers de France de Lyon à ceux de La Rochelle : A.D. Rhône, 8C 2 (...)
  • 570 « Journal d’un habitant de Tours au XVIIIe siècle », B.S.A.T., t. 10, 1895-1896, p. 141-192 et 203- (...)
  • 571 Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre, amiral de France († 1793). Cf. DUMA (Jean), Les Bou (...)
  • 572 Cf. supra, chapitre I, B, 3 : Des perspectives de réorganisation de la généralité ?

214Comme leurs confrères des autres bureaux, les trésoriers de France suivent l’usage des cours supérieures, qui impose de complimenter le roi, la reine et les princes du sang en corps569. Au XVIIIe siècle, aucun souverain français n’est passé à Tours, mais plusieurs membres de la famille royale ont honoré la ville de leur présence. Vers 1725, une délégation d’officiers va saluer la princesse de Vermandois, sœur du duc de Bourbon qui préside alors aux destinées du royaume, à l’abbaye de Beaumont-lès-Tours (dont elle devient l’abbesse en 1733). Ce déplacement est renouvelé à quatre reprises les années suivantes. En 1763, c’est au tour du prince de Condé d’entendre le compliment de la compagnie, suivi, quatorze ans plus tard, du comte de Provence. Concernant cette dernière visite, nous bénéficions du témoignage de l’habitant de Tours Mathieu Voisin : arrivé le 11 juin 1777 vers 19 heures par la porte de Marmoutier où le corps de ville l’attendait pour le saluer, le prince s’est rendu à l’archevêché où, après avoir été accueilli par l’archevêque, il a entendu les harangues des chanoines de Saint-Gatien, de Saint-Martin « et ainsy toutes les compagnies »570. De façon tout à fait exceptionnelle, les trésoriers de France se sont donc mêlés aux autres corps, sans qu’apparemment aucune querelle de préséance n’en résulte. Enfin, en 1787, ils complimentent le duc de Penthièvre571, petit-fils du comte de Toulouse, mais aussi l’un des plus puissants seigneurs de Touraine, en sa qualité de duc d’Amboise. Les députations vers les princes du sang sont celles qui occasionnent le plus de dépenses et de faste : au minimum, les officiers louent deux carrosses, allant jusqu’à quatre pour la visite au comte de Provence. La très coûteuse députation de 1774 vers le même constitue un cas particulier : cette année-là, la compagnie lui délègue quatre des siens (probablement à Versailles) pour le supplier d’utiliser ses services pour la réception des fois et hommages des fiefs situés dans l’apanage d’Anjou et du Maine572.

  • 573 A.D. Marne, C 2 609, f. 83 r° v° : lettre des trésoriers de France de Châlons à leurs confrères d’O (...)
  • 574 Il a fait son entrée à Tours le 19 juin. « Journal d’un habitant de Tours... », art. cit., p. 203-2 (...)
  • 575 2B/1 307 : registre des délibérations des officiers du siège présidial (1758-1790), p. 127 : délibé (...)

215La règle veut aussi que les trésoriers de France saluent tout évêque ou archevêque (si leur ville est siège épiscopal), gouverneur de province et intendant entrant en fonction. A Châlons, la compagnie recourait à un stratagème ingénieux pour se distinguer des autres corps : plutôt que de se mêler à la cohue générale le jour de l’arrivée du dignitaire et prendre le risque de se faire « griller la politesse » par des délégations d’officiers hiérarchiquement inférieurs, elle se laissait précéder par tous les autres députés « afin de ne pas prendre de rang et [allait] ensuite le complimenter en robe de cérémonie par la bouche de son président »573. Il est possible que les officiers du bureau des finances aient adopté la même méthode, car ils ne vont saluer Monseigneur de Conzié, en 1775, que trois jours après son arrivée574. De même, leur visite à l’intendant de Tours Daine intervient deux jours après celle des magistrats du présidial575. Mais il se peut tout bonnement qu’à cette époque, les questions de préséance aient moins obsédé les esprits qu’au siècle précédent.

  • 576 Jean-Joseph Taschereau (1685-1757), trésorier de France de 1721 à 1754.
  • 577 Sur les rapports personnels des trésoriers de France avec cet homme, cf. infra, chapitre VIII, C, 2 (...)

216Deux nobles ne détenant aucune fonction dans la province reçoivent les compliments des trésoriers de France entre 1723 et 1790, bien que l’usage des cours souveraines ne l’impose pas. Les officiers ont simplement rendu une visite de politesse à des personnes exerçant ou ayant exercé d’importantes fonctions à la tête de l’Etat, donc susceptibles de leur être utiles. Outre le fait d’être le cousin d’un membre de la compagnie576, Gabriel Taschereau de Baudry, qu’ils rencontrent vers 1724 dans son château de Cérelles, était, en tant qu’intendant des finances en charge des domaines et bois, leur supérieur hiérarchique577. Le comte d’Argenson (s’il s’agit bien de lui), venait, à l’époque où les trésoriers de France le saluèrent, de connaître la disgrâce après avoir été secrétaire d’Etat à la guerre.

  • 578 A.D. Rhône, 8C 234, lettre des trésoriers de France de Lyon à ceux de La Rochelle, 17/8/1753. BUTTE (...)
  • 579 La seule indication chiffrée concerne la députation de 1774 au comte de Provence, probablement à Ve (...)

217En ce qui concerne la taille des députations, les usages divergent entre bureaux. Les trésoriers de France de Lyon en prévoient de deux types, les unes à l’occasion de la première entrée en ville des personnes « constituées en dignité » formées de dix à douze officiers supérieurs dont un homme du roi, accompagnés de trois ou quatre huissiers, les autres de deux officiers seulement en cas de grâce à demander ou d’affaire importante à traiter avec ces mêmes personnes. Ceux de Soissons n’envisagent qu’une seule sorte de délégation, constituée de trois trésoriers de France et d’un officier du parquet, escortés d’au moins deux huissiers578. A Tours, il ne semble pas exister de règle stricte : dans le cas des députations ne nécessitant qu’un carrosse, les plus nombreuses, les commissaires sont vraisemblablement au nombre de quatre. Probablement sont-ils accompagnés par des huissiers, mais leur présence n’est jamais évoquée. Par contre, en 1777, le comte de Provence a sans doute été complimenté par une vingtaine d’officiers579.

  • 580 Exemple en 1753 : « Payé 3 # à Maubert pour avoir tendu à la porte du bureau le jour de la feste Di (...)

218Les comptes de la compagnie montrent incidemment que, tout en se tenant physiquement à l’écart des célébrations publiques, les officiers y participent tout de même d’une façon indirecte. A partir de 1746, année où ils quittent l’hôtel de la Massetière (qui ne donnait pas directement sur la rue, il faut le rappeler) pour s’installer pendant quelques temps rue de la Guerche avant d’emménager au cloître Saint-Martin jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, ils font tendre chaque Fête-Dieu une tapisserie, louée pour l’occasion, à la porte du bureau580. En 1783, ils remboursent 24 sols à leur concierge qui s’est chargé de fournir la chandelle nécessaire à l’illumination du bureau « à l’occasion de la publication de la paix » entre la France et l’Angleterre. Bien qu’absents du Te Deum organisé par les autorités en cette circonstance, ils apportent ainsi leur contribution, discrète, aux réjouissances officielles. Etant donné le caractère sans doute exceptionnel de cette pénurie de chandelle, on peut supposer que les fenêtres du bureau ont été éclairées lors d’autres événements heureux de politique extérieure ou à l’annonce de mariages et de naissances royaux, au cours du siècle et auparavant. Il faut par conséquent se garder de présenter les trésoriers de France comme des reclus et surtout de tirer de leur position de relatif retrait des conséquences entièrement négatives. Leur présence discrète sur la scène publique, qui contraste avec l’attitude arrogante manifestée par certains à la fin du siècle précédent, a peut-être contribué à donner du bureau des finances l’image d’une institution moins attachée que d’autres aux faux-semblants de la société d’ordres, ce dont les électeurs tourangeaux, peut-être lassés du caractère immuable et obsolète des processions d’Ancien Régime, ont pu se souvenir quand ils ont porté Mignon puis Bruley à la tête de la municipalité en 1790.

  • 581 BONVALLET (Adrien), ouvr. cit., p. 269-274, EVERAT (Edouard), ouvr. cit.,, p. 117-124.

219Bien que membres de la sanior pars provinciale dont ils forment le sommet, les officiers du bureau des finances n’ont pas réussi à se faire accorder le statut de première juridiction de Tours, en raison de l’installation tardive de l’institution et de l’acharnement des autres corps à défendre leur place. Même sur le plan individuel, ils n’ont pu obtenir une préséance nette sur leurs principaux rivaux, les magistrats du présidial. Au XVIIIe siècle, il faut l’arrivée d’un haut personnage à Tours pour que les trésoriers de France daignent faire une apparition furtive en habits de cérémonie. Les compagnies de Poitiers et de Riom, après avoir croisé le fer à la fin du XVIIe siècle et au début du suivant avec leurs adversaires du présidial pour les uns, de la sénéchaussée et du consulat (la municipalité) pour les autres, semblent également bouder les manifestations officielles après 1700581. Même attitude chez les Châlonnais :

  • 582 A.D. Marne, C 2 609, f. 83 r° v° : lettre des trésoriers de France de Châlons à leurs confrères d’O (...)

« Pour éviter les contestations qui naissent journellement au sujet de la préséance, écrivent-ils en 1785, nous n’assistons jamais à aucune cérémonie publique, soit processionnelle, soit dans l’intérieur de l’église »582.

  • 583 ROSSET (Philippe), ouvr. cit., p. 161-163.
  • 584 GARDEN (Maurice), Lyon el les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, 1969, p. 508-513.
  • 585 A.D. Moselle, C 76, f. 90 r°-95 v° : règlement général de la compagnie du 4/12/1736, article 21 ; C (...)
  • 586 EVERAT (Edouard), ouvr. cit., p. 196.
  • 587 2B/204 : procès extraordinairement instruit à la requête du procureur du roi contre les auteurs des (...)
  • 588 PETITFRERE (Claude), Le scandale du Mariage de Figaro..., ouvr. cit.

220Du moins continuent-ils, à l’instar des Tourangeaux, à complimenter les personnages importants, ce qui n’est pas le cas des officiers du bureau des finances de Lille, de création tardive (1691)583. Toutefois, ce repli plus ou moins accentué des compagnies ne correspond pas à la situation générale : à Lyon, même si des frictions viennent parfois troubler les cérémonies, les membres du consulat (corps de ville), de la cour des monnaies et du bureau des finances ont trouvé un modus vivendi et marchent de front584. A Metz, cité parlementaire, la hiérarchie est des plus claires : le parlement avance en tête, suivi du bureau des finances, qui précède le présidial. Dans cette ville, les trésoriers de France participent aux trois grandes processions annuelles, saint Marc, Fête-Dieu et Assomption, et se rendent à toutes les cérémonies publiques585. Plus heureux, les officiers du bureau des finances de Soissons ont obtenu ce dont beaucoup de leurs confrères n’ont fait que rêver : la préséance sur le présidial et le droit de marcher en tête dans les manifestations officielles586. La situation privilégiée de ces quelques compagnies, minoritaires, n’a pu qu’aviver les frustrations de celles qui n’ont pas obtenu les mêmes satisfactions. Le ton invariablement plaintif et pessimiste que l’on relève au XVIIIe siècle dans la correspondance des officiers est moins dû aux pertes de fonctions des bureaux des finances, au siècle précédent surtout, qu’au sentiment que le pouvoir, et plus largement la société, ne leur accordent pas la place qu’ils méritent. Il ne fait guère de doute qu’à cette époque, le respect qu’on leur portait autrefois n’est plus tout à fait de mise. En témoigne par exemple, en 1750, une mystérieuse campagne de libelles diffamatoires contre la famille du premier président Aubry. Citons également, l’année suivante, le bris des vitres de la maison du greffier François Leblanc par une bande de plaisantins587. La famille Forget et le greffier Horace Desjardins, à la fin du XVIe siècle, auraient-il pu être la cible de pareils agissements ? Tout laisse à penser que non. Cela dit, ces affaires s’expliquent sans doute moins par la dégradation de l’image des bureaux des finances dans l’opinion que par le phénomène de la désacralisation du pouvoir, qui touche au siècle des Lumières toutes les formes d’autorité, y compris celles qu’on aurait pu croire les plus inattaquables588.

221L’étude prosopographique des officiers supérieurs du bureau des finances de Tours livre plusieurs enseignements. En premier lieu, les roturiers constituent environ les trois quarts de l’effectif. Les lignages appartenant au second ordre, de leur côté, ont généralement acquis leur noblesse depuis peu, souvent par usurpation ou par la « cloche ». Ensuite, plus de la moitié des pères détiennent une charge de justice ou de finance de niveau relativement élevé. Cependant, les familles qui s’illustrent dans la robe depuis plusieurs générations ne sont pas les plus nombreuses. Pour la plupart, elles ont amassé les capitaux qui leur ont permis d’envoyer un des leurs dans la compagnie en pratiquant le négoce, en particulier Γ import-export de soieries. Au fil du temps, la proportion de descendants de marchands et de marchands fabricants tend à augmenter, alors que celle des nobles décline : le groupe des officiers supérieurs s’ouvre de plus en plus aux hommes nouveaux, au contraire d’autres corps de l’Etat plus prestigieux, mais il serait très excessif de le présenter comme « la retraite des gens d’affaires ». En 1775, un conseiller du comte de Provence, évoquant le bureau des finances d’Alençon, émet au sujet de ses officiers cet avis équilibré que nous pouvons reprendre à notre compte :

  • 589 A.N., R5 216, délibérations du Conseil de Monsieur (1771-1777), f. 68 v° : 17/12/1775.

« Quant aux personnes, [il] ressemble assez aux autres bureaux des finances du royaume, c’est-à-dire qu’il est composé de citoyens honnêtes, qui, après avoir exercé d’autres professions ou se destinant à n’en point exercer du tout, ont acheté des charges dans ce bureau pour avoir un état dans leur province et acquérir peu à peu la noblesse pour leurs descendants »589.

  • 590 BIEN (David D.), « La réaction aristocratique avant 1789 : l’exemple de l’armée », Annales E.S.C., (...)
  • 591 BLUCHE (François), « Les officiers du bureau des finances de Paris... », art. cit., p. 147-215. ROS (...)
  • 592 BRULEY (Georges-Prudent), ouvr. cit., p. 82-83.
  • 593 A Lyon aussi, l’absence d’une grande cour souveraine rehausse le prestige des trésoriers de France  (...)

222Par bien des aspects, les trésoriers de France s’apparentent aux secrétaires du roi, auxquels les cahiers de doléances ont d’ailleurs tendance à les assimiler. Comme les chancelleries, les compagnies constituent une sorte de « moule » à fabriquer des privilégiés (un cinquième de lignages effectivement anoblis par l’action du bureau des finances de Tours), autrement dit l’une des soupapes de sécurité sans lesquelles l’Ancien Régime, peut-être, aurait vacillé sur ses fondements bien avant 1789 tant les frustrations des catégories supérieures du tiers Etat auraient été fortes590. De ce point de vue, on ne peut qu’abonder dans le sens de François Bluche et de Philippe Rosset, qui insistent sur le rôle essentiellement social des bureaux des finances au XVIIIe siècle, à défaut d’un intérêt fonctionnel fondamental591. A l’instar des chancelleries également, les compagnies traînent une mauvaise image dans l’opinion éclairée. Pour la cousine de Prudent-Jean Bruley (1787), devenir trésorier de France, c’est suivre « les routines d’un sot »592. En partie pour cette raison, également à cause de la création tardive du bureau des finances de Tours, les trésoriers de France ne sont pas parvenus à accaparer la première place dans les cérémonies publiques, la seule qui, d’après eux, leur revenait. Faut-il pour autant les considérer comme des officiers « moyens » ? Non, car le privilège d’anoblissement progressif attaché à leur charge d’une part, la qualité de leurs alliances et de leurs liens familiaux d’autre part (avec des membres de la noblesse seconde, des officiers de cours souveraines voire de hauts représentants de l’Etat), les situent sans ambiguïté dans une sphère supérieure. Malgré tout, il demeure difficile de les assimiler purement et simplement aux officiers des premières juridictions du royaume, surtout au XVIIIe siècle, même si l’absence de ces dernières à Tours ne peut que renforcer leur position sur la scène locale593.

223Entre membres de la compagnie et officiers subalternes, le contraste est profond. A propos de ces derniers, on peut distinguer deux types d’individus. Les uns, issus de la ville de Tours, sont fils d’artisans et de marchands au détail. Les autres, plus difficiles à appréhender, sont originaires des campagnes de Touraine (ou, exceptionnellement, d’autres provinces) et se rattachent au milieu des auxiliaires de justice, des marchands ruraux, des fermiers de seigneurie et des « prestataires de service » typiques du plat pays, comme les chirurgiens et les meuniers. Aucun ne possède la noblesse. Par ailleurs, l’accès à un office de procureur ou d’huissier au bureau des finances, qui constitue une petite promotion, nécessite un gros investissement. Or, tout indique que les patrimoines dont ils disposent sont relativement modestes. Seuls les plus habiles et les plus chanceux parviennent à prendre en marche l’ascenseur social. Nombreux sont les fils d’officiers subalternes à réintégrer l’univers des métiers ou de la marchandise d’où ils tirent leur origine – un phénomène de régression qu’on n’observe pas chez les trésoriers de France. Néanmoins, l’extrême fin du XVIIIe siècle semble correspondre à une période de décloisonnement entre les deux groupes. Pour la première fois, si l’on fait abstraction de l’époque où les charges de greffiers se sont transformées en offices supérieurs, un représentant du petit personnel, le premier huissier Petit, passe la barrière séparant les deux catégories en devenant greffier en chef (la fonction la moins prestigieuse, il est vrai). Les événements de 1789-1790 ne permettent pas de déterminer si cette tendance aurait pu se confirmer au cours des décennies suivantes et si, à la longue, un véritable cursus honorum se serait mis en place au bureau des finances, permettant à un individu entré dans l’administration au plus bas de l’échelle d’en atteindre le sommet au terme d’un certain nombre d’années.

Notes

1 RICHARD DE FLEURY (Jacques), Mémoire des fonctions..., ouvr. cit., p. 24-25.

2 FOURNIVAL (Simon), ouvr. cit., p. 26

3 TALLEMANT DES REAUX (Gédéon), ouvr. cit., t. 2, p. 201-202.

4 B.N.F., Dossiers bleus 91, dossier 2 130, pièce 4.

5 Cahiers de doléances des corporations de la ville d’Angers et des paroisses de la sénéchaussée particulière d’Angers pour les Etats-généraux de 1789, publiés par A. Le Moy, Angers, 1916, t. 2, p. 450.

6 THOMAS-COLLIGNON (J.), « L’échec d’une institution... », art. cit., p. 83-135.

7 GOUBERT (Pierre), « Les officiers royaux des présidiaux, bailliages et élections dans la société française du XVIIe siècle », XVIIe siècle, 1959, p. 54-75.

8 Les officiers « moyens » à l’époque moderne : pouvoir, culture, identité. France, Angleterre, Espagne, Limoges, P.U.L.I.M., 1998 : BERCE (Yves-Marie), Préface, p. I-VI ; CASSAN (Michel), Avant-propos, p. VII-X ; NAGLE (Jean), « Les officiers moyens français dans les enquêtes sur les offices (XVIe-XVIIIe siècles) », p. 25-41. Cf. aussi CASSAN (Michel), « Pour une enquête sur les officiers moyens de la France moderne », Annales du Midi, t. 108, n° 213, janvier-mars 1996, p. 89-112.

9 FIGEAC (Michel), « Etre trésorier de France au XVIIIe siècle : sinécure ou tremplin sur les chemins de l’ascension sociale ? », dans Les officiers « moyens »..., ouvr. cit., p. 233-246. Pour cet historien, les trésoriers de France de Bordeaux, ville accueillant un parlement qui attire les meilleures familles, sont à ranger dans la catégorie des officiers « moyens », mais il ne généralise pas leur cas aux officiers des autres compagnies.

10 MAILLARD (Brigitte), Les campagnes de Touraine..., ouvr. cit., p. 40.

11 Deux dépôts d’archives disposent de fichiers d’état-civil ancien facilitant les recherches : les Archives municipales de Tours et les Archives départementales de la Sarthe (pour Le Mans). Concernant l’Anjou, les recueils généalogiques de Bernard Mayaud ont rendu d’appréciables services : MAYAUD (Bernard), Recueils de généalogies angevines, Nantes, 1981-1996, 16 vol. parus. Enfin, un certain nombre de lieux de baptême sont mentionnées dans les lettres de provision des officiers, qui doivent présenter un extrait baptistaire à la Chancellerie prouvant qu’ils ont bien 25 ans révolus.

12 Sur ce point, cf. supra, chapitre IV, A, 2 : De 1669 au début du règne de Louis XV : un service léthargique ?

13 ROSSET (Philippe), ouvr. cit., p. 62.

14 MEYER (Jean), La noblesse bretonne au XVIΙIe siècle, Paris, 1966, t. 1, p. 222. BLUCHE (François), « Les officiers du bureau des finances de Paris... », art. cit., p. 147-215 (p. 158). DOZY (Armelle), mém. cit. (non paginé).

15 RUGGIU (François-Joseph), ouvr. cit., p. 63-64.

16 LIVERNET (Sylvain), « Fiefs et paroisses à Tours au XVIIIe siècle », B.S.A.T., 1978, t. 38, p. 749-789.

17 A l’exception de la minuscule paroisse centrale de Saint-Pierre-du-Chardonnet (un cas).

18 Ont également envoyé un des leurs au bureau des finances : Bléré, Château-la-Vallière, Chouzé-sur-Loire, Montbazon, Neuillé-Pont-Pierre, Preuilly et une paroisse des environs de Semblançay (nord de Tours).

19 SAULNIER (Frédéric), Le parlement de Bretagne, 1554-1790, nouv. éd., Mayenne, 1991, 2 vol., passim.

20 Les trésoriers de France R. Cazet, G. Chouet et L. Le Bourdais.

21 C 441, année 1746, f 20.

22 Les trésoriers de France G. Charron, J. Gilles l’aîné et D. de Launay.

23 2B/1 402, inventaire après décès de C. Arthault, 10/3/1712, cotes 18 à 22 des papiers. 3E 9/419 (notaire Chéreau) : apprentissage du sieur Mousseron chez le sieur Baudry, 28/1/1768.

24 Les grands-pères paternels de Bourassé et de Chabert de Praille furent respectivement greffier au bureau des finances et échevin de Tours.

25 Nous avons repris la définition rigoureuse du terme de Brigitte Maillard : MAILLARD (Brigitte), Les campagnes de Touraine..., ouvr. cit., p. 34-36. Le chiffre est à considérer comme un minimum.

26 L’échantillon se limite à 83 personnes.

27 Mirebeau est une paroisse poitevine, mais située dans la Touraine administrative.

28 L’HERMITE DE SOULIERS (Jean-Baptiste), ouvr. cit., p. 468-486.

29 MAILLARD (Brigitte), Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle..., thèse citée, t. 2, p. 526.

30 « Mémoire inédit sur l’administration judiciaire en Touraine au milieu du XVIIIe siècle », M.S.A.T., t. 11,1859, p. 155-174.

31 Cahiers de doléances de la région Centre. Indre-et-Loire, publiés par D. Jeanson, Tours, 1991, t. 3, p. 455-456.

32 MIRABEAU (marquis de), L’Ami des hommes ou traité de la population, Paris, 1748, t. 1, p. 114-116.

33 Cahiers de doléances des corporations de la ville d’Angers..., ouvr. cit., publiés par A. Le Moy, Angers, 1915, t. l, p. 9-10.

34 BLUCHE (François), « Les magistrats des cours parisiennes au XVIIIe siècle. Hiérarchie et situation sociale », Revue historique de droit fiançais et étranger, 1974, n° 1, p. 87-106.

35 Dans ces familles, le père de la personne accédant au bureau des finances est le premier de sa lignée à exercer une charge anoblissante au 2e degré, c’est-à-dire en deux générations. Au moment où l’officier se fait recevoir au bureau, il ne jouit donc pas encore d’une noblesse pleine et entière.

36 Les doutes portent sur 4 familles représentées avant 1650 : du Faultay, Ferrière, Le Bourdais et Prévost (le manque d’indices laisse toutefois supposer qu’elles sont roturières).

37 ROSSET (Philippe), ouvr. cit., p. 102.

38 BLUCHE (François), « Les magistrats des cours parisiennes... », art. cit., p. 87-106. GRESSET (Maurice), ouvr. cit., t. 1, p. 407.

39 A.D. Rhône, 8C 234, f. 94 r° : lettre des trésoriers de France de Lyon à leurs confrères de La Rochelle, 28/12/1764.

40 LAMBRON DE LIGNIM (Henri), « Dernière assemblée de la noblesse de Touraine » M.S.A.T., t. 10,1858, p. 77-254.

41 Les six familles nobles : Cottereau, Gilles, Le Blanc de la Vallière, Mandat, Mesnager et Viart. On pourrait à la rigueur leur adjoindre les Fortia, ici considérés comme une lignée en voie d’anoblissement, les deux générations d’exercice à la chambre des comptes de Bretagne nécessaires pour jouir de la pleine noblesse n’ayant pas été accomplies à l’heure où Marc de Fortia devient trésorier de France.

42 DESSERT (Daniel), Fouquet, Paris, 1987, p. 18-23.

43 HAMON (Philippe), « Messieurs des finances »..., ouvr. cit., p. 382-384. On peut même parler de phénomène européen : cf., à propos de Cologne, CHAIX (Gérald), « Les élites urbaines et leur histoire dans l’espace germanique au siècle des Réformes. Le témoignage du Colonais Hermann Weinsberg (1518-1597) », dans Regards sur les sociétés modernes, XVIe-XVIIIe siècles. Mélanges offerts à Claude Petitfrère, Tours, 1997, p. 65-70.

44 1J/323.

45 Pour le cardinal de Bemis, « l’authenticité de la noblesse (...) doit être prouvée principalement par l’opinion publique, par l’histoire et plus particulièrement par des actes de famille non suspects ». Lucide, il écrit plus loin qu’« il n’est pas aisé de distinguer de faux titres, ni de s’apercevoir des jonctions frauduleuses d’une maison entée sur une autre » : Les Français vus par eux-mêmes : le XVIIIe siècle. Anthologie des mémorialistes du XVIIIe siècle, publiée par Arnaud de Maurepas et Florent Brayard, Paris, 1996, p. 377 et 379.

46 BOURQUIN (Laurent), « Qu’est-ce que la noblesse ? », L’’Histoire, n° 194, décembre 1995, p. 24-31. Sur l’anoblissement par « osmose » et les autres voies d’intégration à la noblesse, voir CHAUSSINAND-NOGARET (Guy), CONSTANT (Jean-Marie), DURANDIN (Catherine) et JOUANNA (Ariette), Histoire des élites en France du XVIe au XXe siècle, Paris, 1991, passim.

47 RUGGIU (François-Joseph), ouvr. cit., p. 62.

48 MAYAUD (Bernard), Recueil de généalogies angevines, Nantes, 1985, t. 5 (non paginé).

49 MAYAUD (Bernard), « Quelques exemples de généalogies fabuleuses, fantaisistes ou fausses », Centre généalogique de l’Ouest, n° 30, 1982, p. 30-39.

50 SAINT-VENANT (R. de), Dictionnaire topographique, historique, biographique, généalogique et héraldique du Vendômois et de l’arrondissement de Vendôme, rééd., Mayenne, 1969, t. 1, p. 167-168.

51 BRULEY (Georges-Prudent), Généalogie de la famille Bruley ·, Tours, 1879, p. 16.

52 Information due à Martin Aurell, professeur à l’université de Poitiers, et transmise par David Clément, auxquels nous exprimons nos remerciements.

53 Cette généalogie, qui apparaît pour la première fois dans un exemplaire de 1696 du Mercure galant, a été complaisamment reprise par LA CHESNAYE DES BOIS (F.-A. Aubert de) et BADIER, Dictionnaire de la noblesse, 3e éd., Paris, t. 8, 18.., col. 375-387.

54 GASCON (Richard), Grand commerce et vie urbaine au XVIe siècle. Lyon et ses marchands (environs de 1520- environs de 1580), Paris, 1971, t. 1, p. 330. CHEVALIER (Bernard), ouvr. cit., p. 372.

55 Selon une hypothèse séduisante de F. Bluche, les Fortia auraient des origines juives : BLUCHE (François), L’origine des magistrats du parlement de Paris au XVIIIe siècle (1715-1771). Dictionnaire généalogique, Paris, 1956, p. 181-182. Il n’est en effet pas impossible qu’il s’agisse d’une famille marrane de Catalogne ayant fui des persécutions au XVe siècle.

56 Un doute subsiste concernant les La Barre et les du Tronchay.

57 B.N.F., Dossiers bleus 363, dossier 9 433, pièces 8-9 et Pièces originales 1 544, dossier 35 284, passim (Hué) ; Cabinet d’Hozier 291, dossier 7 972 (La Rivière), et 292, dossier 7 999 (Robin).

58 CHEVALIER (Bernard), Tours, ville royale (1356-1520)..., ouvr. cit., p. 477 et 487. L’Hermite de Souliers a la réputation d’avoir utilisé des titres d’authenticité douteuse : BOURGEOIS (Emile) et ANDRE (Louis), Les sources de l’histoire de France. XVIIe siècle (1610-1715), t. 3, Paris, 1923, p. 78.

59 LA BRUYERE (Jean de), Les caractères ou les mœurs de ce siècle, XIV, 14, dans LAFOND (Jean), dir., Moralistes du XVIIe siècle, Paris, 1992, p. 916.

60 1J/582 : procès-verbal de maintenue de noblesse pardevant Turgot, intendant de Tours, 17/6/1702.

61 Chouet, Duchesneau, Egrot, Guillon, La Barre, Le Blanc, Le Mercier, du Tronchay et Viart.

62 Recherche de la noblesse dans la généralité de Tours en 1666. Procès-verbaux de comparution, publiés et annotés par E.-L. Chambois et P. de Farcy, Mamers, 1895, pp. 40 et 195. 1J/978 : Maintenue de noblesse faite par l’intendant Hue de Miromesnil pour la généralité de Tours (1698-1699), f. 4.

63 3E 2/161 (notaire Nau) : information de noblesse du 14/4/1626.

64 LE BRUN (Eugène), ouvr. cit., p. 32-39.

65 3E 1/844 (notaire Jouye) : acte du 19/3/1712 (document aimablement signalé par Christophe Maillard).

66 Ce qui explique que nous classions les Milon parmi les familles roturières.

67 Recherche de la noblesse..., ouvr. cit., p. 273.

68 1J/978 : maintenue de noblesse faite par l’intendant Hue de Miromesnil..., f. 2.

69 En effet, son office en faisait un commensal du roi. Cf. CAILLOU (François), « Commerçants tourangeaux anoblis par charge au Siècle des Lumières », dans Regards sur les sociétés modernes..., ouvr. cit., p. 345-355.

70 PALLU DE LESSERT (A.-C.), Essai sur la famille Pallu, Paris, 1907, fasc. 2, p. 31-32.

71 GOUBERT (Pierre) et ROCHE (Daniel), Les Français et l’Ancien Régime, t. 1 : La société et l’Etat, 2’éd., Paris, 1991, p. 144.

72 A.M. Tours, BB 58, f° 236 v° (20/12/1689).

73 MAYAUD (Bernard), Recueil..., Brulon, 1989, t. 9, p. 177.

74 Les Coudreau ne figurent pas dans notre groupe (nous les considérons comme des roturiers), car la carrière municipale d’André Coudreau senior est postérieure à son entrée au bureau des finances.

75 3E 4/366 (notaire Boutet) : renonciations des 18/8,1/9 et 20/9/1691.

76 Ibid., renonciation du 23/8/1691.

77 Les prix sont mentionnés dans l’inventaire après décès de L. Aubry du 12/2/1706, cotes 14 et 32 des papiers : 2B/993.

78 LEVER (Maurice), Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, t. I. L’irrésistible ascension, 1732-1774, Paris, 1999, p. 121-124.

79 TALLEMANT DES REAUX (Gédéon), ouvr. cit., t. 1, p. 185.

80 A.D. Sarthe, 4E LIX/444 (notaire Dalibourg) : inventaire après décès d’A.-F. Portail, 12/3/1750, cote BB des papiers (dossier composé de 75 pièces non décrites).

81 A.M. Tours, BB 57, f° 322 v°-323 r° (17/5/1684).

82 3E 1/926 (notaire Thenon) : inventaire après décès de R. Legras, 26/2/1765, cote SSSS des papiers.

83 B.N.F., Dossiers bleus 595, dossier n° 15 671, f. 2v°-3 r°. BAYARD (Françoise/, ouvr. cit., p. 355-356.

84 C’est Louis XVI qui a octroyé le plus de lettres : 17 par an en moyenne. BIEN (David D), « La réaction aristocratique avant 1789 : l’exemple de l’armée (première partie) », Annales E.S.C., 29e année, n° 1,1974, p. 23-48.

85 Les quatre exceptions : Cottereau, Lasnier, Legras et Mesnager.

86 DEYON (Pierre), ouvr. cit., p. 272-273. GRESSET (Maurice), ouvr. cit., t. 1, p. 369-370. BLUCHE (François), « Les officiers du bureau des finances de Paris... », art. cit., p. 147-215 (p. 201).

87 ROCHE (Daniel), Histoire des choses banales..., ouvr. cit., p. 85-91 ; PETITFRERE (Claude), Le scandale du « Mariage de Figaro ». Prélude à la Révolution française ?, Bruxelles, 1989, p. 115-121.

88 VOLTAIRE, Lettres philosophiques, rééd., Paris, 1964, p. 66-67 : « Dixième lettre. Sur le commerce. »

89 Au moins 55,5 % des bourgeois étudiés par Philippe Péniello et Loïc Piquiot dans les rôles de capitation de 1721 et 1773 sont d’anciens marchands, négociants, marchands fabricants et maîtres artisans. PENIELLO (Philippe), Les bourgeois de Tours au début du XVIIIe siècle, 1716-1736, Mémoire de maîtrise dact., Université de Tours, 1994, p. 38 ; PIQUIOT (Loïc), Les bourgeois de Tours, 1773-1774, Mémoire de maîtrise dact., Université de Tours, 1993, p. 39.

90 Pour une définition de ce terme, cf. MAILLARD (Brigitte), Les campagnes de Touraine..., ouvr. cit., p. 117-124.

91 DUBE (Jean-Claude), « Claude Robin, bourgeois de Tours, 1520 ( ?) - 1587 », B.S.A.T., t. 39 1981, p. 873-894.

92 3E 9/141 (notaire Foucher) : dissolution de société, 9/1/1597 La société possède alors 9 979 écus en cédules et obligations sur des commerçants de Paris, Rouen, Lyon, Troyes, Château-Gontier et Saint-Brieuc.

93 3E 2/75 (notaire Portays) : inventaire après décès du 15/5/1641.

94 COLBERT DE CROISSY (Charles). Rapport au roi sur la province de Touraine, publié par C. de Sourdeval, Tours, 1863, p. 46-47.

95 3E 2/249 (notaire Vacher) : contrat de mariage de N. Joubert de la Maditière, 11/1/1649. 3E 1/954 (notaire Thenon) : inventaire après décès de P. Abraham de la Bretonnière, 18/11/1778. Le premier était fils du trésorier de France Nicolas Joubert, le second du trésorier de France à Poitiers Maurice Abraham.

96 P. Sainctot (1621), N. Sainctot (1625), J. Gaullepied (1628), C. Drouin (1632), C. Robin (1632) et N. Gaullepied (1643).

97 GRESSET (Maurice), οuvr. cit., t. 1, p. 369-370.

98 ROSSET (Philippe), ouvr. cit., p. 65-67.

99 BROUSSELLE-BASQUES (Valérie), « Le bureau des finances de Montauban... », art. cit., p. 53-81. DEYON (Pierre), οuvr. cit., 1967, p. 272. FIGEAC (Michel), art. cit., p. 233-246.

100 MEYER (Jean), ouvr. cit., t. 1, p. 225-226.

101 Le mémoire de D.E.A. de Pascal Rebière n’apporte que peu d’informations sur les officiers du présidial : REBIERE (Pascal), Les magistrats du présidial de Tours (1662-1790), Mémoire de D.E.A. dact., Université de Tours, 1990.

102 BRIZAY (François), Le corps municipal de Tours de 1724 à 1789, Mémoire de maîtrise dact., Université de Tours, 1982. PETITFRERE (Claude), « Les officiers dans le corps de ville de Tours aux XVIIe et XVIIIe siècles », dans Les officiers « moyens » à l’époque moderne..., ouvr. cit., p. 121-138.

103 AZEMA (Christophe), Les juges magistrats du présidial d’Angers dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Fortune et famille, Mémoire de maîtrise dact., Université d’Angers, 1996, t. 1, p. 22-23.

104 BECHU (Philippe), « Les officiers du grenier à sel d’Angers sous l’Ancien Régime », A.B.P.O., t. 84, n° 1, 1977, p. 61-74.

105 BLUCHE (François), Les magistrats du parlement de Paris au XVIIIe siècle, rééd., Paris, 1986, p. 41-52. CUBELLS (Monique), La Provence des Lumières. Les parlementaires d’Aix au 18e siècle, Paris 1984, chap. III.

106 BLUCHE (François), Les magistrats du Grand Conseil au XVIIIe siècle, 1690-1791, Paris, 1966, et Les magistrats de la cour des monnaies au XVIIIe siècle, 1715-1790. Paris, 1966.

107 Du moins pas avant 1732. PETITFRERE (Claude), « Les officiers... », art. cit., p. 121-138.

108 Les commerçants promus à l’office sont inclus dans les effectifs.

109 3E 4/421 (notaire Michau) : inventaire après décès du 23/12/1729.

110 CHARMEIL (Jean-Paul), ouvr. cit., p. 29.

111 Dans les années 1670, bien longtemps avant que son fils ne devienne trésorier de France (le temps efface beaucoup de choses), Pierre Decop senior a pourtant tenu boutique : 2B/1 013, inventaire après décès de Pierre Decop, échevin perpétuel de Tours, 26/3/1710, cote Ρ des papiers.

112 Exemples puisés chez le notaire Brisset à la fin du règne de Louis XV : cf. CAILLOU (François), Les foyers tourangeaux dans la seconde moitié du XVIIIe siècle d’après les inventaires après décès de Maître Brisset, Mémoire de maîtrise dact., Université de Tours, 1991.

113 DESAGUILLER (Cristel), Les marchands en soie tourangeaux dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Mémoire de maîtrise dact., Université de Tours, 1993, p. 19.

114 MAILLARD (Brigitte), « Un lent assoupissement (XVIIe-XVIIIe siècles) », dans CHEVALIER (Bernard), dir., Histoire de Tours, Toulouse, 1985, p. 199.

115 Pour reprendre une expression des trésoriers de France de Tours : A.N., G7 530, année 1713, pièce 51, lettre au contrôleur général du 24/5/1713.

116 PEUTFRERE (Claude), « Les officiers... », art. cit., p. 121-138.

117 Constatation déjà faite par Cristel Desaguiller (Les marchands en soie tourangeaux..., mém. cit., p. 18-32). Il manque encore une étude approfondie sur les soieries tourangelles qui permettrait d’avancer des chiffres précis.

118 PENIELLO (Philippe), mém. cit., p. 45.

119 C 888, affiche imprimée ; 3E 6/232 (notaire Archambault de Beaune) : inventaire après décès de Marthe Champoiseau, 19/8/1785.

120 ROSSET (Philippe), ouvr. cit., p. 31-32.

121 GRANDMAISON (Louis de), Inventaire sommaire des archives départementales d’Indre-et-Loire antérieures à 1790. Série Ε supplément, t. 1 : arrondissement de Chinon, cantons d’Azay-le-Rideau et de Bourgueil, Tours, 1906, p. 98. 3E 17/609 (notaire Guérin à Azay-le-Rideau) : démission, inventaire et partage du 1/7/1711.

122 MAILLARD (Brigitte), Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle..., thèse citée, t. 2, p 568-572.

123 Bien sûr, certains sont peut-être « déguisés » en bourgeois ou en « sieurs ».

124 Non datée, et dont l’auteur n’indique pas la source. B.N.F., Dossiers bleus 170, n° 4 513, pièce 4.

125 3E 6/152 (notaire Loriot) : vente d’office du 29/7/1702.

126 Luc Charpentier, père du trésorier de France Jean-Armand Charpentier et grand-père maternel du trésorier de France André-François Quantin ; mais il a au bout de quelques années intégré la catégorie des marchands (c’est ainsi que nous l’avons comptabilisé dans le groupe des pères).

127 GIRAUDET (Eugène), ouvr. cit., p. 275-276.

128 Les deux occurrences de « maçon » se rapportent au même individu, grand-père des frères Etienne et René-Alexis Cassin. Le couvreur est l’aïeul de Gatien Pinon.

129 SOUTY (Marie-Rose), Une famille blésoise aux XVIe et XVIIe siècles : les Pathault, Blois, 1957, p. 70.

130 A.D. Loire-Atlantique, Table des passagers embarqués à Nantes, 1692-1790.

131 Il s’agit d’un conseiller de ville de Paris et de trois élus tourangeaux : un assesseur, un conseiller et un avocat du roi. Certains ayant effectué un cursus municipal, le nombre réel d’individus à avoir exercé des responsabilités dans une maison de ville se limite à 42 (40 si l’on ne compte qu’une fois les pères des frères Cassin et Sainctot).

132 Ces maires de Tours sont (les astérisques signalent des officiers du bureau des finances de Tours) : Laurent Le Blanc (1558-9), *Jean Rogier (1608-10), *René Sain (1613-4), Nicolas Joubert (1616-8), Jacques Gaultier (1619-21), Etienne Pallu (1629-30), Nicolas Leroux (1638-9), François Paris (1643), *André Coudreau senior (1650-2), Charles Mathé (1663-4), Nicolas Chauvereau (1669-72), *André Coudreau junior (1675-7), *François Hubert (1687-9), *Jacques Le Gaigneur (1691), François Desloges (1694-6) et *Joseph-Jean Aubry (1762-4).

133 Ou 25, si l’on ne compte qu’à une reprise les aïeux paternels des frères Aveline et Cassin.

134 Cf. infra, chapitre VI, A, 1 : L’acquisition de l’office.

135 35 si l’on compte deux fois les ascendants des frères Girault. Les autres sont les suivants : Aubry, Bourassé, Bruley, Cazet, Chenaye, Contenot, Dauphin, Dorion, Dreux, Duchesneau, Egrot, Franquelin, Gaultier, Gilles, Guillon, La Barre, Lasnier, Le Blanc, Le Gaigneur, Legrand, Legras, Mandat, Mégessier, Mesnager, Milon, de Nouveau, Pallu, Portail, Robichon, Roulleau, Tréton, du Tronchay et Viart.

136 Coste, Cottereau, Jannart, Mignon et Poulain.

137 PALLU DE LESSERT (A.-C.), ouvr. cit., fasc. 2, p. 25-31.

138 MAYAUD (Bernard), Recueil de généalogies angevines, ouvr. cit., vol. 4, 1984 (non paginé).

139 Le Blanc, Gilles, Gaultier, Cazet, Guillon, Dauphin, Godart, Bruley, Mégessier, Roulleau.

140 Sont concernés les lignages Robichon. Girault, Dorion, Franquelin, Jannart.

141 Lignages Viart, Le Gaigneur, Dreux, Poulain, Aubry, Egrot, Legrand, à la rigueur Duchesneau.

142 Mandat, Lasnier, Chenaye, probablement aussi Milon.

143 LE BRUN (Eugène), ouvr. cit., p. 32-39 et 55-65.

144 BRULEY (Georges-Prudent), ouvr. cit., tableau dépliant en annexe.

145 MOUSNIER (Roland), Lettres et mémoires..., ouvr. cit., p. 156.

146 BAUDARD DE FONTAINE (Didier), « La famille Gaultier », Informations généalogiques, 1er trimestre 1982, n° 28, p. 37-39.

147 LINIERE (Raoul de), Armorial de la Sarthe (2e série). Notes généalogiques sur les familles résidantes ou possessionnées dans la région sarthoise au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, Le Mans, 1948, t. l, p. 273-277.

148 LE PRINCE D’ARDENAY (J.-B.-H.-M.), ouvr. cit., p. 47-48.

149 COUILLARD (Georges), « Une famille de gens de robe : les Roulleau, de Château-la-Vallière », Informations généalogiques, 4e trimestre 1977, n° 11, p. 383-388.

150 3E 2/28 (notaire Phellion) : contrat de mariage Dauphin/Duchamp, 19/2/1651.

151 Le comportement de Jacques-Julien Royer senior semble assez caractéristique, bien qu’il ne soit pas issu du milieu de l’office seigneurial : pendant la période où il a exercé la charge de juge-magistrat au présidial de Tours (avant de devenir trésorier de France en 1701), il a acheté trois terres importantes, dont la seigneurie de Brèches, à la suite d’adjudications. 2B/1 079 : inventaire après décès de J.-J. Royer, 28/4/1724, cotes HH, MM et QQ des papiers.

152 COUILLARD (Georges), « Une famille de gens de robe... », art. cit., p. 383-388.

153 Lignages Franquelin, Girault et Robichon. Le greffier François Dorion descend de deux premiers huissiers au bureau des finances de Tours.

154 Voir la version originale de notre thèse, p. 508-513.

155 3E 8 (notaire Venier) : contrat de mariage du 4/9/1676. Voir GEORGEON (Ε.), « Trois siècles de la vie d’une famille tourangelle : les Chicoisneau et les Legras de Sécheval », B.S.A.T., 1976, t. 38, p. 221-239 (article contenant quelques inexactitudes).

156 2B/34 : inventaire et partage des biens de Jeanne Tonnereau, veuve de François Besnard, 18/11/1675.

157 3E 8 (notaire Venier) : inventaire après décès de François Besnard, sieur de la Chassetière et des Grandes-Brosses, marchand bourgeois de Tours, 10/10/1664.

158 B.N.F., Dossiers bleus 246, dossier 6 356 : « Généalogie de la famille des Egrot d’Hurdisel et de l’Epins, Vilmorest, Egrot du Lude et de la Borde. »

159 Observations similaires de F.-J. Ruggiu au sujet des lignées patriciennes d’Abbeville et d’Alençon : RUGGIU (François-Joseph), ouvr. cit., p. 85.

160 ETCHECHOURY (Maïté), ouvr. cit., p. 269-270 : notices des deux Jacques Viart père et fils.

161 CATHERINE DE MEDICIS, Lettres..., Paris, t. 4,1891, p. 35,40 et 243.

162 Ibid., t. 8,1901, p. 289 et 300.

163 ETCHECHOURY (Maïté), Les maîtres des requêtes..., ouvr. cit., p. 270.

164 Il est même ignoré par les généalogistes La Chesnaye des Bois et Badier. LA CHESNAYE DES BOIS (F.-A. Aubert de) et BADIER, Dictionnaire de la noblesse, ouvr. cit., t. 19, col. 668-682.

165 A.N., G7 518, année 1678, pièce 76 ; année 1680, pièce 208.

166 BLUCHE (François), L’origine des magistrats du parlement de Paris..., ouvr. cit., p. 356-357.

167 A Saint-Malo et à Nantes par exemple, où les marchands avaient largement recours à l’autofinancement : LESPAGNOL (André), Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Rennes, 1997, t. 1, 1ere partie, chapitre III ; SAUPIN (Guy), « Comportements économiques des officiers moyens à Nantes, 1661-1789 », dans Les officiers « moyens » à l’époque moderne..., ouvr. cit., p. 43-61.

168 Exemple : parmi les créanciers de la société Chabert (1649), marchands à Tours et à Rouen, on dénombre cinq trésoriers de France, René Aveline, Jean Gilles, Nicolas Gatian, Jean de La Baume-Le Blanc et Charles Robin. 3 Ε 8/459 (notaire Legay) : accord entre les sieurs Chabert et leurs créanciers, 2/1/1649 (les dettes vont de 1 429 livres pour Gatian à 78 164 livres pour La Baume-Le Blanc).

169 Sur la nébuleuse financière tourangelle, cf. HAMON (Philippe), « Messieurs des finances »..., ouvr. cit., p. 319 et DESSERT (Daniel), Argent, pouvoir..., ouvr. cit., p. 101-102.

170 BAYARD (Françoise), ouvr. cit., p. 260-266 ; DESSERT (Daniel), Argent, pouvoir..., ouvr. cit., p. 76.

171 DESSERT (Daniel), Argent, pouvoir.... οuvr. cit., p. 76.

172 DESSERT (Daniel), « Finances et société au XVIIe siècle : à propos de la Chambre de justice de 1661 », Annales E.S.C., 29e année, n° 4. juillet-août 1974, p. 847-881 (tableaux en annexe), et Argent, pouvoir..., ouvr. cit., p. 467.

173 Anne Pallu, épouse de Thomas Bonneau, était la fille d’Etienne I, greffier au bureau des finances, et la sœur d’Etienne II, avocat du roi au présidial de Tours, dont évoqué ci-dessous.

174 3E 2/179 (notaire Gerbeau) : inventaire après décès d’Etienne II Pallu, 16/10/1670, cotes 12 et 14 des papiers.

175 Ibid., cote 15 des papiers. Sur Milon et Pallu du Ruau, cf. leurs notices dans DESSERT (Daniel), Argent, pouvoir..., ouvr. cit., p. 649 et 661-662.

176 3E 2/162 (notaire Nau) : inventaire après décès d’Etienne I Pallu, 23/6/1628, cote R des papiers. Le jallage est un droit d’aides perçu sur le vin.

177 3E 1/834 (notaire Jouye) : procuration du 16/11/1705.

178 LACHIVER (Marcel), Les années de misère. La famine au temps du Grand Roi, Paris, 1991.

179 Soit une valeur réelle de 36 000 livres : 3E 8/331 (notaire Gervaize), vente d’office du 11/2/1721.

180 CASSAN (Michel), « Formation, savoirs et identité des officiers « moyens » de justice aux XVIe-XVIIe siècles : des exemples limousins et marchois », dans Les officiers « moyens »..., ouvr. cit., Limoges, 1998, p. 295-322.

181 CHEVALIER (Bernard), « Nostre principalle et plus continuelle résidence », dans Histoire de Tours, Toulouse, 1985, p. 137-139.

182 GASCON (Richard), ouvr. cit., t. 1, p. 329-336.

183 En 1710, François Souchay et Jean Cordier, marchands en compagnie (le premier père de deux officiers du bureau des finances), font peser devant témoins 6 balles de soie de Messine reçues de « Mrs Philbert de Lyon » dont le poids est inférieur à ce qui était prévu : 3E 9/324 (notaire Deschamps), 27/10/1710.

184 Savary des Bruslons évoque pour expliquer ce déclin les « malheurs d’une longue guerre, augmentez encore par les horreurs de plusieurs années de famine ». SAVARY DES BRUSLONS (Jacques), Dictionnaire universel de commerce..., Paris, 1723, t. 2, col. 1 588. Ces tendances demanderaient néanmoins à être confirmées par une étude économique approfondie.

185 CHEVALIER (Bernard), ouvr. cit., p. 321 et 466.

186 HAMON (Philippe), L’argent du roi..., ouvr. cit., p. 142 et 209. Il figure parmi les accusateurs au procès de Semblançay.

187 CHEVALIER (Bernard), ouvr. cit., p. 334 et 359 ; HAMOIR (Eric) et ROBERT (Pierre), Les Quentin (Touraine, Paris, Champagne), XVIe-XIXe siècle. Tours, s. d., p. 18 ; DUBE (Jean-Claude), « Claude Robin... », art. cit., p. 873-894.

188 B.N.F., Dossiers bleus 498, dossier 12 899.

189 CAILLOU (François), « Une famille tourangelle sous l’Ancien Régime : les Segoin », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 102, 1995, n° 2, p. 25-41.

190 ALLAIRE (Bernard), « L’arrivée des fourrures d’origine canadienne à Paris (XVIe-XVIIe siècles) », dans La France-Amérique. Actes du XXXVe colloque international d’études humanistes, réunis par Frank Lestringant, Paris, 1998, p. 239-258.

191 MAYAUD (Bernard), ouvr. cit., vol. 11, 1991, p. 34-45 (Cassin) et 163-171 (Legris). Au XVIIIe siècle, les Legris se tournent vers le commerce des toiles.

192 A.D. Mayenne, 200J/108, p. 179-181.

193 B.N.F., Pièces originales 2 241, dossier 50 774, pièces 2 et 14. Il est qualifié d’« honorable homme » dans une quittance.

194 B.N.F., Dossiers bleus 595, dossier 15 671, f. 2 v°-3 r°.

195 Etude détaillée dans notre thèse dactylographiée p. 523-525 et p. 1 188-1 189 (annexe 11).

196 Les dévaluations de la livre faussent quelque peu la donne, mais la hausse n’en est pas moins réelle.

197 Sa mère lui verse en outre 4 000 livres en 1731, dont 2 200 en espèces.

198 Par exemple, sur la dot de 5 300 livres qu’il reçoit de sa mère en 1689, le marchand Gilles Douineau perçoit 1 000 livres en contrats, maisons et « héritages ».

199 Il faut bien garder à l’esprit que nous n’avons ici qu’une vision tronquée de la transmission du patrimoine familial, puisque nous ne prenons en compte qu’un individu par génération, à l’exclusion des frères et des sœurs restés hors du champ d’étude. Or la coutume de Touraine stipule que les biens d’un couple doivent être partagés à égalité entre les enfants.

200 2B/1041 : inventaire après décès de J. Moisant, 29/7/1718, cotes C, D, G et H des papiers.

201 Ainsi, la fortune de Maurice Abraham, qui a quitté sa profession de marchand pour devenir trésorier de France à Poitiers en 1719, est à 55 % constituée d’immeubles (rentes constituées plus que biens fonciers). BONVALLET (Adrien), ouvr. cit., p. 366. 3E 5/803 (notaire Carreau) : partage du 28/6/1745.

202 3E 8 (notaire Legay) : inventaire après décès de Madeleine Le Houx, épouse de S. Chabert, 6/8/1652.

203 A son mariage, il dispose, en additionnant les deux dots, de 7 400 livres : 3E 1/185 (notaire Fournier) : acte du 31/8/1724.

204 Ce sujet a été fort bien traité dans l’ouvrage désormais classique de CHEVALIER (Bernard), ouvr. cit.

205 Dans ce domaine, l’absence d’une étude de fond sur la production et le négoce des soieries à Tours se fait lourdement sentir. Les maîtrises de qualité de GENDRAUD (Nathalie), La fabrique de soieries tourangelle au Siècle des Lumières, Université de Tours, 1988, et de DESAGUILLER (Cristel), mém. cit., ne comblent pas toutes les lacunes, loin s’en faut. L’ouvrage ancien de BOSSEBŒUF (abbé L.), Histoire de la fabrique de soieries de Tours, des origines au XIXe siècle. Tours, 1900, est en grande partie dépassé.

206 Jean Jacquart, entre autres, a montré tout l’intérêt des inventaires après décès en matière d’histoire économique : JACQUART (Jean), « L’utilisation des inventaires après décès villageois. Grille de dépouillement et apports », dans Les actes notariés, source de l’Histoire sociale, XVIe-XIXe siècles. Actes du colloque de Strasbourg (mars 1978), réunis par Bernard Vogler, Strasbourg, 1979, p. 187-196.

207 Du moins vers le milieu du XVIIe siècle, époque où leur repérage devient possible grâce aux inventaires après décès, qui commencent à devenir plus nombreux dans les minutes notariales. Cela signifie que la diffusion de cet instrument de travail est probablement très antérieure, ce qui n’est pas le cas à Saint-Malo où sa présence semble encore exceptionnelle : LESPAGNOL (André), ouvr. cit., t. 1, p. 147.

208 3E 8 (notaire Venier) : inventaire après décès de F. Besnard, sieur de la Chassetière, 10/10/1664, cotes 24 à 29 des papiers. Sur les pièces comptables des marchands, cf. DLOUSSKY (Jocelyne), Vive la toile. Economie et société à Laval au XVIIIe siècle, Mayenne, 1990, p. 53-59.

209 3E 5/364 (notaire M. Boutet) : inventaire après décès de Jeanne Guéret veuve Segoin, 26/10/1677, cote BF des papiers.

210 DUBE (Jean-Claudel, « Claude Robin, bourgeois de Tours... », art. cit., p. 873-894.

211 LESPAGNOL (André), ouvr. cit., t. 1, p. 145.

212 3E 8 (notaire Gervaize) : inventaire après décès de G. Douineau, 4/2/1738.

213 3E 8 (notaire Venier), acte du 18/6/1676.

214 3E 8/340 (notaire Gervaize) : procuration du 3/11/1731.

215 SAVARY DES BRUSLONS (Jacques), ouvr. cit., t. 1, col. 337-338.

216 Tous les pères et grands-pères d’officiers pour lesquels nous disposons de renseignements possèdent des livres, même au XVIIe siècle. C’est le cas de Sébastien Chabert et de Jean Segoin : 3E 8 (notaire Legay), inventaire après décès de Madeleine Lehoux, épouse de S. Chabert, 6/8/1652 ; CAILLOU (François), « Une famille tourangelle sous l’Ancien Régime... », art. cit., p. 25-41. Certains de ces ouvrages portent sur les pratiques commerciales, comme le Dictionnaire de commerce de Savary des Bruslons, que son propriétaire Bernard Abraham a sans doute feuilleté à maintes reprises.

217 LESPAGNOL (André), ouvr. cit., t. 1, p. 121.

218 SAVARY DES BRUSLONS (Jacques), ouvr. cit., t. 2, col. 1 549-1 554.

219 Quant à la société anonyme, on ne la rencontre guère en-dehors de Paris et des grands ports atlantiques. Sur les différents types de société, cf. BRAUDEL (Fernand), Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-ΧVΙΙIe siècle, t. 2 : Les jeux de l’échange, Paris, 1979, chapitre 4.

220 Ce qui ne signifie évidemment pas que la commandite n’existait pas auparavant.

221 3E 8 (notaire Venier) : contrat de mariage du 20/2/1662 ; 3E 8 (idem) : dissolution de compagnie et transaction, 24/7/1665.

222 3 E 5/382 (notaire M. Boutet) : attestation du 11/8/1695.

223 3E 5/804 (notaire Carreau) : inventaire après décès de Bernard Abraham, 24/11/1752, cotes R-Z des papiers. Données complémentaires : 3E 4/423 (notaire Michau), contrat de mariage entre Michel Roze et Marie Billault, 17/2/1731.

224 3E 8 (notaire Gervaize l’aîné) : inventaire après décès de Gilles Douineau, 4/2/1738, cotes 73 et 80 des papiers.

225 MAILLARD (Brigitte), « Un lent assoupissement (XVIIe-XVIIIe siècles) », dans CHEVALIER (Bernard) (dir.), Histoire de Tours, ouvr. cit., p. 199-204 ; Les campagnes de Touraine..., ouvr. cit., p. 276-277. Les règles de production définies par les jurandes rendent d’ailleurs très difficile l’adoption d’innovations.

226 C 102. BOSSEBŒUF (L.), ouvr. cit., p. 159,175-177.

227 SAVARY DES BRUSLONS (Jacques), ouvr. cit.. t. 1, col. 870-872 (article Commerce de Touraine).

228 3E 8/199 (notaire Venier) : inventaire après décès de G. Delacroix, 1/2/1695, inventaire sous seing privé des marchandises, lettres de change, argent, dettes actives et passives de la communauté (joint à l’acte).

229 LE BLANT (Robert), « Marchands tourangeaux à Paris au début du XVIIe siècle », dans Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610) du C.T.H.S., année 1968. Actes du 93e congrès national des Sociétés savantes tenu à Tours, Paris, 1971, vol. 2, p. 907-923.

230 3E 8 (notaire Gervaize l’aîné) : procuration du 19/9/1738.

231 Sur ce sujet, cf. HAUDRERE (Philippe), La Compagnie française des Indes au XVIIIe siècle, Paris, 1987,4 vol.

232 1J/321 : inventaire après décès de François Moisant, 27/2/1681.

233 51 % des 198 commerçants étrangers installés à Cadix en 1773 sont français : GARCIA-BAQUERO GONZALEZ (Antonio), La Carrera de Indias. Histoire du commerce hispano-américain (ΧVIe-XVIIIe siècles), Paris, 1997, p. 200. En 1777, l’une des 70 maisons de commerce françaises établies dans la même ville, Moreau et Cie, est tourangelle : OZANAM (Didier), « La colonie française de Cadix au XVIIIe siècle d’après un document inédit », Mélanges de la Casa Velasquez, t. IV, 1968, p. 259-347.

234 GARCIA-BAQUERO GONZALEZ (Antonio), ouvr. cit., Paris, 1997, p. 209.

235 Sur le « commerce de Cadix », voir notamment LESPAGNOL (André), ouvr. cit., t. 1, chapitre VIII, p. 403-494.

236 Ibid, t. 1, p. 58 et 427.

237 Le sieur Lambert et les sieurs Sobia, Mande et Cie. 3E 8 (notaire Gervaize l’aîné) : inventaire après décès de Jeanne Levasseur de la Bouchardière, épouse de Gilles Douineau fils, 4/4/1735.

238 Le réal de huit est une pièce d’argent de grande diffusion, appelée « piastre » par les Français. BENNASSAR (Bartolomé) et VINCENT (Bernard), Le temps de l’Espagne, XVIe-XVIIe siècle, Paris, 1999, p. 104.

239 3E 8 (notaire Gervaize l’aîné) : inventaire après décès de Gilles Douineau, 4/2/1738, cote 88 des papiers ; dans ce « livre des intérêts que j’ay sur mer », il est question d’intérêts sur le navire la Sainte-Anne, « armateur M. de la Chipaudière-Magon ».

240 LESPAGNOL (André), ouvr. cit., t. 2, p. 672-676. Nous tenons le nom du croupier tourangeau d’André Lespagnol lui-même, auquel nous exprimons notre vive reconnaissance.

241 Lors de son mariage en 1725, le père du futur trésorier de France Pierre-Olivier-Martin Douineau de Charentais déclare posséder en espèces 3 716 livres provenant de ses gains et profits particuliers « dans le voyage qu’il a fait au Pérou et à la Chine en l’année mil sept cent quatorze ». 3E 8/491 (notaire Blanchet) : contrat de mariage Douineau de Charentais/Rocher, 5/2/1725.

242 GIRAUDET (Eugène), Histoire de la ville de Tours, rééd. (1873), Bruxelles, 1976, p. 73-74. Il avait fait l’acquisition du futur hôtel Gouin en 1703, au prix de 9 330 livres : BOSSEBŒUF (L.), « L’hôtel Gouin : notes historiques », B.S.A.T., t. 13, 1901-1902, p. 213-256.

243 On relève par exemple dans les papiers de Jean Verger (1765) un « carnet concernant mes affaires d’Espagne et de l’Amérique », un « extrait des affaires d’Espagne et de l’Amérique », un « livre pour les interrests que j’ai en Espagne » ; par ailleurs, plusieurs liasses de « lettres missives » montrent qu’il correspond avec 14 sociétés caditaines distinctes. 3E 1/928 (notaire Thenon) : inventaire après décès du 28/11/1765, cotes OOO-EEEE, NNNNN, OOOOO et PPPPP des papiers.

244 Mémoires sur la famille Delaselle, 1813, p. 106.

245 Des liens sont déjà tissés à la fin du XVIIe siècle : en 1699, le jeune beau-frère du trésorier de France François Segoin est mis en apprentissage chez un « marchand aux îles Saint-Domingue », qui s’engage à l’y transporter et à « le tenir avecq lui pendant deux ans à conter de ce jour pour luy montrer à trafficquer et travailler dans lesd. isles », moyennant 200 livres. 3E 1/817 (notaire Jouye) : marché du 19/6/1699.

246 3E 8/346 (notaire Gervaize l’aîné), procuration du 19/9/1738.

247 2B/1 094 : inventaire après décès de Louise Moisant, 29/10/1727, liste des dettes actives.

248 Une autre source confirme la diversité des marchandises exportées aux îles par les Tourangeaux : en 1752, le marchand fabricant Jacques Leroux a fait expédier au Cap 300 chemises de toile blanche, une caisse contenant 13 pièces de sergé broché (soies) et quatre volumes de la Bibliothèque poétique ( !). 3E 8 (notaire Gervaize l’aîné), dépôt de pièces du 13/8/1755.

249 Inventaire après décès de Jean Verger, 28/11/1765, cotes GGGGG et RRRRR des papiers.

250 A.N., XXXV/331 (notaire Boindin) : inventaire après décès de Mathurin Abraham, commissionnaire des marchands, 12/7/1679.

251 3E 6/139 (notaire Loriot) : contrat de mariage du 9/5/1688. Sur les activités de transporteurs routiers des Goujat : 3E 8 (notaire Venier), prolongation de société de voiturage par terre entre Julien Rocher et Jean Goujat, marchands voituriers par terre, 11/7/1673.

252 2B/971 : inventaire après décès de Marie Goujat, épouse de Maurice Abraham, marchand, 11/8/1702.

253 Inventaire après décès de B. Abraham, 24/11/1752, cote D des papiers. Pour financer une expédition maritime, l’armateur créait une sorte de société par action. Il n’était la plupart du temps qu’un intéressé parmi d’autres, et pas nécessairement celui qui détenait la majorité des parts.

254 METTAS (Jean), Répertoire des expéditions négrières françaises au XVIIIe siècle, t. 1 (Nantes), Paris, 1978, p. 269-270 et 311 ; t. 2 (autres ports que Nantes), 1984, p. 291-292 et 296. Trois lieux de traite sont connus : la zone qui va de Cap-de-Mont à Anamabou, Juda et Petit-Popo.

255 CAILLOU (François), « Commerçants tourangeaux... », art. cit., p. 345-355.

256 3E 4/144 (notaire Gaudin) : contrat de mariage Abraham/Bellanger, 21/7/1751. METTAS (Jean), ouvr. cit., t. 1, p. 350.

257 Il s’agit de Charles, frère de Daniel, futur procureur du roi au bureau des finances : A.D. Mayenne, 200J/100, p. 237 et suivantes.

258 Louis Pihéry, marchand de draps et de soie, père du trésorier de France Jean-Baptiste-Marie Pihéry de Sivré, a vécu à Nantes au moins entre 1723 et 1727 ; son beau-frère René Pihéry, marchand de draps, y est mort en 1729. A.D. Loire-Atlantique, 25J/14 : dépouillement sur fiches manuscrites des registres paroissiaux nantais par Paul de Freslon, t. 14.

259 BAYARD (Françoise), « Un instrument de l’absolutisme et ses limites : les finances de l’Etat classique », dans L’Etat classique. Regards sur la pensée politique de la France dans le second XVIIe siècle, Paris, 1996, p. 201-219.

260 Cf. supra, même chapitre, Β, 1 : Les officiers supérieurs à l’entrée en charge : nobles ou roturiers ?

261 BAYARD (Françoise), ouvr. cit., p. 156,245,443 et 536.

262 Ce dernier était le père du trésorier de France Charles Robin.

263 LE BLANT (Robert), art. cit., p. 907-923 ; DUBE (Jean-Claude), « Claude Robin... », art. cit., p. 873-894.

264 DUBE (Jean-Claude), ibid. ; Les Œconomies royales de Sully, t. II : 1595-1599, Paris, 1988, p. 157.

265 Les Œconomies..., ouvr. cit., p. 176-180 ; BARBICHE (Bernard) et DAINVILLE-BARBICHE (Ségolène de), ouvr. cit., p. 425.

266 3E 9/315 (notaire Gaultier) : contrat de mariage entre Charles Châtelain, marchand bourgeois de Tours, et Jeanne Moisant, 21/4/1698.

267 Le chroniqueur Jean Buvat évoque sa condamnation pour malversations dans son journal : BUVAT (Jean), Journal de la Régence (1715-1723), t. 1, Paris, 1865, p. 143, 165, 188, 195, 237, 262-263. Sur les activités de Châtelain en tant que munitionnaire, cf. DESSERT (Daniel), Argent, pouvoir..., ouvr. cit., p. 253-254.

268 3E 9/325 (notaire Deschamps) : dépôt de deux traités entre Charles Châtelain et Justin Moisant, 31/5/1712.

269 HAMOIR (Eric) et ROBERT (Pierre), Les Orceau (Touraine, Paris, Champagne), XVIIe-XIXe siècle. Tours, 1991, p. 24-27 et passim. DESSERT (Daniel), Argent, pouvoir..., ouvr. cit., p. 660-661 : notice du munitionnaire et traitant Pierre Orceau, qui était le cousin germain de Jacques.

270 3E 9/319 (notaire Gaultier) : apprentissage du 20/6/1701. 3E 6/536 (notaire Couéseau) : inventaire après décès de J. Orceau, trésorier de France, 11/6/1720 (mention d’un sieur Langlois-Doisnel, probablement apparenté à la grande famille de financiers Langlois, qui doit 100 000 livres à la succession).

271 Les pères d’Antoine Belot, René Bellocier, Macé Bertrand de la Bazinière, Jacques Charron, Antoine-Joseph Chauvereau, Charles Drouin, Jacques I Duchesneau, Nicolas Gatian, Nicolas Joubert, Jean de La Selle, Claude Le Feuvre de la Falluère, Pierre Pasquet, Simon Poitevin, Gabriel-Joseph Roullet de la Grange, René Sain, Antoine-Guillaume Sestier, François et Louis Souchay, François Tonnereau et François du Tronchay. Nous avons limité les investigations aux familles qui pourraient correspondre aux critères choisis pour définir les lignages marchands.

272 A.N., LXXXVI/242 (notaire Parque) : vente d’office du 12/1/1632.

273 DESSERT (Daniel), Argent, pouvoir..., ouvr. cit., p. 89.

274 Au premier, nous avons adjoint André Javelle, substitut des gens du roi au bureau des finances (seul titulaire de cet office) ; le second comprend, outre les huissiers collecteurs et audienciers, les premiers huissiers (y compris Michel-Joseph Petit, déjà comptabilisé parmi les officiers supérieurs) et les concierges-buvetiers. Ont été laissés hors du champ d’étude les receveurs-payeurs des gages des officiers (dont on ne sait strictement rien), les receveurs des épices et amendes et les petits officiers momentanément apparus à la fin du règne de Louis XIV. Le cas des greffiers en charge avant 1695 sera évoqué plus loin.

275 Les professions retenues sont celles exercées lors de leur décès ou du mariage de leurs enfants, à une période qui peut passer pour l’apogée de leur carrière : le tableau est donc plutôt flatteur pour les pères d’officiers.

276 2B/137 : plainte de Jean Bailly contre Julien Bansard pour insultes et voies de fait, 10/10/1727 et information du 11/10 suivant.

277 Dont un banquier, père du procureur Pierre Millet d’Artanval. Le seul négociant du corpus est le père du procureur René-François Lebric, qui réside à Ernée (Maine).

278 Urbain Bertrand à Saint-Quentin-sur-Indrois, Antoine Branger à Bossée, Etienne Joubert à Saint-Rémi-sur-Creuse, Michel Leroux à Saint-Epain, Etienne-Martin Marteau à Sorigny et Léonard Massonneau à Chambon.

279 3E 1/914 (notaire Mouys) : traité d’office du 12/4/1761 ; 3E 1/916 (idem) : contrat de mariage du 13/2/1762. C.A.C.I.L., microfilm Tours, M.D., an IV.

280 3E l/662a (notaire Jouye) : partage du 3/6/1658.

281 Les pères de Guillaume-Antoine Devilliers et Michel Segrettin. Les deux autres sont ceux de Gabriel Bassereau et de Jacques-François Gasnier.

282 3E 2/333 (notaire Hélye) : partage du 12/2/1664 ; 3E 8 (notaire Gervaize) : contrat de mariage du 21/11/1712.

283 3E 4/100 (notaire Gaudin) : contrat de mariage du 1/2/1717.

284 Les procureurs Ursin Boisquet, Pierre Dubosc le jeune et Pierre Massonneau, le premier huissier Charles Dorion et l’huissier Philippe Trigalleau.

285 Tous ne sont pas des pères d’huissiers : 20 % des procureurs ont pour père un artisan.

286 René Delacour, marchand orfèvre, François Deniau et Gilles Maridois, marchands tanneurs ; nous leur avons adjoint trois individus « assimilés » à des artisans : Pierre Auberge, marchand cabaretier ; Martin Belain, marchand fripier ; Jean-Louis-René Petit, marchand salpêtrier.

287 Dans l’ordre, les pères de Jean Bailly, François Roullin, Jacques Huret, Victor Normand et Alexandre-Marc Coiffé.

288 Pères, respectivement, de Claude-César Deniau, Jean Maridois, René Delacour, Gabriel Gitton, Michel-Joseph Constantin, Etienne Petiteau, Jacques Lusseau, René Goussard et André Pléjot. Tous ont le statut de maître.

289 Artisan chargé d’assouplir le cuir avant les opérations de tannerie.

290 3E 6/525 (notaire Couéseau) : contrat de mariage Maridois/Berthé, 28/11/1703.

291 3E 4/353 (notaire Boutet) : partage du 24/2/1680.

292 3E 4/373 (notaire Boutet) : traité d’office du 23/3/1696.

293 Respectivement pères des huissiers Louis-Robert Luce (Neuvy-le-Roi ?) et Jean-Joseph Mauricet (Ciran) et du procureur Louis-François Lamy (Mirebeau).

294 Sur les 5 bourgeois, 2 résident à Tours (les pères du premier huissier Nicolas-Pierre Bédouet et du procureur Victor Mouys), 2 hors de la province (le père du procureur Pierre Dubosc à Montpellier et celui du procureur Valentin Maucourt à Château-du-Loir) ; le domicile du père de l’huissier Joseph Mouys est inconnu. René Trigalleau, sieur de la Croudraye, est le père d’un huissier.

295 Respectivement grand-père paternel du procureur Victor Mouys et aïeul maternel du premier huissier Pierre Renazé.

296 Cf. supra, chapitre I, C, 2 : Les greffiers.

297 Ne sont pas compris les huissiers et procureurs qui ont été exercé la fonction de greffier.

298 Pères de Pierre Planche, des frères Etienne et Innocent Pallu et de Barthélémy Duval.

299 Pères de Jean Bourassé, des frères Claude et Antoine Compain, de Pierre Jacques et de Jean Gillet.

300 Père de Robert Candart.

301 3E 5/248 et 3E 5/262 (notaire Bertrand) : partages des 5/4/1590 et 19/3/1596.

302 3E 4/75 (notaire Redouin) : dépôt de partage, 25/6/1689.

303 Certains apparaissent plusieurs fois en raison des liens de parenté croisés entre officiers : les chiffres ne correspondent donc pas à des individus distincts, mais à des occurrences.

304 Pourcentage certainement très inférieur à la réalité car de nombreux réguliers, retirés du « monde » et ayant renoncé à leurs droits de succession, ne sont que rarement mentionnés dans les actes notariés auxquels nous avons eu recours. Les archives des ordres religieux ont beaucoup souffert de la Révolution et apportent peu de renseignements.

305 Pierre de Fortia, évêque d’Amiens ; Louis Cazet, évêque de Lectoure (1655) puis de Vannes (1671) ; Louis Milon, évêque de Condom (1694) ; Joseph Sain, vicaire général de l’évêché d’Angers.

306 François Cazet de Vautorte (1607-1654), intendant de Provence de 1640 à 1643 puis du Limousin en 1643, cousin gennain de René Cazet ; René Le Vayer († 1662), intendant d’Arras et pays d’Artois, frère de François Le Vayer ; Vincent Hotman de Fontenay (t 1683), maître des requêtes en 1656, intendant des généralités de Bordeaux en 1658, Tours en 1662, Paris de 1675 à 1681, intendant des finances en 1666 et conseiller d’Etat, oncle de François Portail ; Jean Bochart de Champigny (1643-1720), intendant de Nouvelle France en 1686 puis de la marine au Havre-de-Grâce en 1701, beau-frère de Jacques II Chaspoux.

307 Guillaume de Champagné-Giffart, marquis de Champagné, beau-frère de François-Jean Patry de l’Aubinière ; Antoine Simon, marquis de Boisdavid, beau-frère d’André II Coudreau et oncle de Louis-Ursin Coudreau ; Bernard de Comminges, baron de Saint-Lary, beau-frère de Jean-Noël Soulas ; Pierre-Anne-Alexandre Fouasse de Noirville, baron de Rouvrou, beau-frère de Georges-Pierre et Luc-René Testard des Bournais.

308 3E 4/453 (notaire Hubert) : procuration du 9/1/1758 annexée à l’inventaire après décès de François Duvau, 4/2/1758.

309 Pour les cinq derniers militaires, les données sont trop imprécises.

310 Equivalent d’un sous-lieutenant actuel.

311 Frère du trésorier de France René Legras.

312 BOURGEON (Jean-Louis), ouvr. cit.

313 Faute de temps, nous avons renoncé à exploiter les actes de mariage, qui d’ailleurs ne livrent que peu de noms de proches parents.

314 Un avocat, deux praticiens, un clerc et un secrétaire d’intendance.

315 Urbain Bertrand, curé d’Azay-sur-Indre, frère de l’huissier Martin Bertrand ; Etienne Coiffé, curé du Boulay (près de Château-Renault), frere de l’huissier Alexandre-Marc Coiffé ; Louis Théreau, curé de Saint-Benoit du Mans, cousin germain du procureur René-François Lebric ; Vincent Mousnier, curé d’une paroisse indéterminée, probable oncle maternel du procureur Jean Massonneau

316 Dont deux exerçaient une fonction : Jean Guéritault, cousin du procureur Christophe Guéritault, était sacristain en l’église de Tours et Louis-Joseph Petiteau, frère du procureur Etienne Petiteau, desservait la cure de Ligré, près de Chinon.

317 Dans l’ordre : Charles Bigot, parent du premier huissier Charles Dorion ; René Duruisseau, oncle maternel de l’huissier Gilles Morier ; Jean Moreau, oncle maternel du procureur Jean-Nicolas Godin de la Hullière ; Michel Granger, parent du procureur Ursin Boisquet.

318 Noël Martineau, fermier du marquisat de La Vallière, parent de l’huissier Joseph Martineau.

319 Cf. supra, début de chapitre.

320 Fils d’un marchand bourgeois de Tours, Joseph Martineau a aussi des attaches rurales : sur ses quatre beaux-frères, un seul, maître ouvrier en soie, réside à Tours ; les autres sont receveur du marquisat de La Vallière à Reugny, marchand à Monnaie et chirurgien aux Hermites, trois paroisses de la rive droite de la Loire : 3E 8/485 (notaire Regnard) : procuration des 27 et 31/5/1702.

321 GOUBERT (Pierre) et ROCHE (Daniel), Les Français et l’Ancien Régime. 2. Culture et société, nouv. éd., Paris, 1991 (1984), p. 138-139.

322 CAILLOU (François), « Une famille tourangelle... », art. cit., p. 25-41.

323 G 1 174 : lettre du 18/6/1753. Nous remercions Christophe Maillard de nous avoir indiqué cette référence.

324 27J/9, fonds Papion du Château : lettre du 12/2/1784.

325 Dans le cas où l’officier a convolé à plus d’une reprise, nous avons retenu la profession du père de la première épouse.

326 HAMON (Philippe), « Messieurs des finances »..., ouvr. cit., p. 327-328.

327 Nous utilisons l’expression dans le sens défini par BOURQUIN (Laurent), La noblesse seconde en Champagne, Paris. 1994, p. 9

328 L’HERMITE DE SOULIERS (Jean-Baptiste), ouvr. cit., p. 69-70.

329 Les huit autres lignages chevaleresques sont les Prégent du Breuil (Etienne-Marie Cassin), les Jaucourt (Antoine-Joseph-Louis Chauvereau), les Frézeau (Charles Fouquet), les Adam (Jean I Le Blanc de la Vallière), les Voltier de Moyencourt (Michel-Elie-Joseph Lefebvre de Montifray), les Chaourses (Louis-Jacques-Désiré Nadot), les Commacre (Etienne Pallu) et les Le Hayer (François Rocher).

330 Pour obtenir le chiffre de 63, nous avons additionné les officiers supérieurs de cours souveraines, de juridictions royales et seigneuriales (dont les bureaux des finances) et l’unique détenteur d’une haute charge de cour (le beau-père de Claude Testu).

331 Officiers concernés : Joseph-Jean Aubry, René Aveline junior, Philibert Aveline, Jean Decop de Pocé, Joseph-Marie Gigault de Marconnay, Charles Gilles, Joseph-Louis Graslin, René Guillon, Etienne-Claude-François Jannart, Jacques Lasnier, Pierre Mathé, Philippe-Jean-Baptiste Mignon, Charles Milon, Henri Paris, Louis Pelluys, Simon Poitevin, François Portail, Louis-Mathurin Poulain de Vaujoye, Jacques Richard de Fleury, Claude Rogier, Michel-Jean-Baptiste Taschereau, Pierre Tournier, François du Tronchay et Jean Villain de la Tabaise.

332 NEPVEU DE LA MANOUILLERE (René-Pierre), Mémoires, t. 1 (1759-1780), Le Mans, 1877, p. 184-185.

333 A.D. Sarthe, contrôle des actes des notaires, IIC 2 098, f. 176 r° (l’acte original n’a pas été retrouvé).

334 3E 1/736 (notaire Jouye) et 3E 8 (notaire Gervaize le jeune) : contrats de mariage des 27/6/1675 et 21/8/1766. Sur les fortunes au mariage des officiers supérieurs, cf. infra, chapitre VI, A, 1 : L’acquisition de l’office.

335 SOUTY (Marie-Rose), ouvr. cit., p. 27-32.

336 DEYON (Pierre), ouvr. cit., p. 276.

337 Peut-être 34 ou 35, car nous n’avons pu dater avec suffisamment précision le début de carrière des trésoriers de France Louis Varice et Alexandre-Pierre Petiteau. A sept reprises, la cérémonie a lieu moins d’un mois avant ou après la date des provisions.

338 58 % des individus étudiés se sont mariés avant d’entamer leur carrière au bureau des finances.

339 Cf. infra, chapitre VI, C : Le déroulement des carrières.

340 Jacques Chaspoux junior, Joseph-Robert Aubry et Laurent-Marin Mousseron.

341 3E 1/750 (notaire Jouye) : don en avance de droits successifs des biens dépendant de la succession de feu Claude Tonnereau par Marie Lefranc, sa veuve, à leur fils François, sieur de Portauville, 4/8/1678.

342 NEPVEU DE LA MANOUILLERE (René-Pierre), ouvr. cit., p. 17.

343 La majorité matrimoniale a été fixée à trente ans par Dédit de 1556, et des peines très sévères menaçaient ceux qui s’avisaient de désobéir à leurs parents en se mariant sans leur accord : BELY (Lucien) (dir.), ouvr. cit., p. 798 (art. « Mariage »).

344 Sur ce type d’acte, cf. FILLON (Anne), « Les notaires royaux, auxiliaires de l’histoire ? », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1989, n° l, p. 3-13.

345 Allusion à Gilles Anguille, trésorier de France à Soissons, et à Françoise Bouchet sa femme, oncle et tante de Marie Ducasse chez lesquels elle s’est réfugiée.

346 3E 1/877 (notaire Mouys) : sommations respectueuses des 25,29 et 30/5/1741.

347 Ibid., contrat de mariage du 31/5/1741.

348 LE PRINCE D’ARDENAY (Jean-Baptiste-Henri-Michel), ouvr. cit., p. 47-59.

349 ROCHE (Daniel), La France des Lumières, ouvr. cit., p. 472.

350 BRULEY (Georges), Un homme de cœur : Prudent-Jean Bruley, 1759-1847, Angers, 1901, p. 8.

351 Ces cinq individus seraient le procureur Pierre Dubosc senior, le premier huissier Charles Dorion, les huissiers Barthélemy Chaussé, Louis-Robert Luce et Michel Porcher.

352 GARDEN (Maurice), « Niveaux de fortune à Dijon au milieu du XVIIIe siècle », Cahiers d’Histoire, t. 9, 1964, p. 217-259.

353 ROSSET (Philippe), ouvr. cit., p. 86.

354 3E 1/864 (notaire Mouys) : inventaire après décès de Joseph Martineau, huissier au bureau des finances, à la requête de sa veuve Madeleine Barbier, marchande passementière à Tours, et de ses enfants, 9/8/1727.

355 ROSSET (Philippe), ouvr. cit., p. 69. Philippe Rosset ne dispose que de rares données sur les officiers subalternes lillois.

356 3E 2/346 (notaire Morin) : contrat de mariage Massonneau/Godeau, 7/1/1681.

357 Cf. infra, chapitre VI, A, 3 : Les conditions d’admission.

358 A.N., Y 169, f. 154-155.

359 On sait qu’en 1619, il sert de caution dans la ferme des aides de Noyon, Soissons, Laon et Guise : BAYARD (Françoise), ouvr. cit., p. 122.

360 Un certain Pierre (de) Masparault est caution de la ferme des aides de France en 1627 : ibid p. 161.

361 DESSERT (Daniel), Argent, pouvoir..., ouvr. cit., p. 351-352.

362 Cas non ou mal renseignés : François Abraham de la Carrière, Auguste-Etienne-Denis Borderel de Caumont, Jean-Baptiste Bugarel, François Ferrière, Louis Le Bourdais, René-Fortuné Legrand, Jean Plantier et Louis Prévost.

363 GARNOT (Benoît), Les villes en France aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1989, p. 67. Dans les campagnes, le taux est nettement moins élevé.

364 3E 1/907 (notaire Mouys) : inventaire après décès de Marie-Jeanne-Michelle Franquelin, 15/9/1757.

365 Si l’on élimine les officiers dont les garçons ont atteint l’âge adulte ou débuté leur carrière pendant ou après la Révolution, le chiffre tombe à 49 %.

366 Indre-et-Loire.

367 A Chouzé-sur-Loire, Indre-et-Loire.

368 LE MERCIER DE LA RIVIERE (Pierre-Paul-François), L’ordre naturel et essentiel des sociétés politiques, Londres, 1767, 2 vol.

369 BLUCHE (François), L’origine des magistrats..., ouvr. cit., p. 268-269 ; MAY (L.-P), Le Mercier de la Rivière (1719-1801). Aux origines de la science économique, Paris, 1975, p. 16 ; TARRADE (Jean), « Les intendants des colonies à la fin de l’Ancien Régime », dans La France d’Ancien Régime. Etudes réunies en l’honneur de Pierre Goubert, Toulouse, 1984, p. 673-681.

370 DESSERT (Daniel), Argent, pouvoir..., ouvr. cit., p. 649.

371 Marc du Faultray en 1598, Antoine Fouquet (fils de Charles), Antoine Mandat en 1649 (d’abord conseiller au parlement de Metz) et Etienne Sainctot en 1674 (fils de Nicolas).

372 Dominique Cottereau, conseiller de 1603 à 1625 et deux frères, Nicolas Le Feuvre de la Falluère, conseiller de 1649 à 1707 et surtout René, premier président de 1687 à 1703 (après avoir été président au parlement de Paris), ancien membre des Grands Jours d’Auvergne.

373 François Nau le jeune, conseiller en 1668 (ancien lieutenant général à Tours) et Claude Rogier, substitut du procureur général de 1692 à 1713.

374 Louis-François-Claude Chartier de Montléger (mort en 1778) et Jean-Joseph de La Selle, pourvu en 1765.

375 Louis Le Boultz, en 1645, et Charles Belot, jusqu’en 1689.

376 Alexandre-Claude Le Feuvre de la Falluère (fils d’Alexandre), grand maître au département de Paris de 1707 à 1745.

377 Ceux de Lille, par exemple : ROSSET (Philippe), ouvr. cit., p. 82.

378 Dont le théâtre qui porte son nom. LUMINAIS (R.-M), Recherches sur la vie, les doctrines économiques et les travaux de J.-J.-Louis Graslin, Nantes, 1862.

379 MAROTEAUX (Vincent), « Une curiosité institutionnelle : l’administration du domaine de Versailles sous l’Ancien Régime », Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, t. 143, juillet-décembre 1985, p. 275-312.

380 Il existe un cas indéterminé, celui de Claude-Martin Sain, fils de l’avocat du roi Martin Sain.

381 En fonction avant 1700 : Antoine du Faultray, Gilles Le Blanc de la Vallière, Gilles Maridois, Julien Milon fils et Etienne Pallu junior. Après cette date : François Coudreau (fils d’André II), Louis Dorion, Louis-Bernard Graslin (fils de Louis), Athanase-Hilaire Graslin (fils de Joseph-Louis) et Louis-François Hubert (fils de François). Sur ces derniers, cf. la thèse en préparation de Christophe Maillard sur les chanoines de la collégiale de Saint-Martin au XVIIIe siècle.

382 Nicolas-Joseph Chauvereau, François Graslin (fils de Louis), Pierre-Paul de La Barre, les frères René et Dominique Sain (fils de René) et les frères Jean-Philippe-Adrien et Martin-Odet Soulas (fils de Jean).

383 Louis-Nicolas Hubert (fils de François) et Joseph-François Portail (fils de François).

384 Gilles Le Blanc de la Vallière (1616-1709). Cf. LE BRUN (Eugène), ouvr. cit., p. 86.

385 Etienne Pallu junior (1643-1687).

386 Situé commune d’Autrèche, Indre-et-Loire.

387 Respectivement : Louis Duchesneau (fils de Jacques I), Jean de La Barre, Louis Lerat et Pierre Segoin.

388 Jacques Le Blanc de la Vallière, né en 1618 : LE BRUN (Eugène), ouvr. cit., p. 86.

389 Joseph Sain (1633-1708). Bonne synthèse sur ce personnage dans AUGERAUD (Anne-Cécile), L’Union chrétienne de Tours. 1676-1792, Mémoire de maîtrise dact., Université de Tours, 1991, p. 46-56.

390 François Gilles (1649-1705).

391 3E 4/274 (notaire Massonneau) : transaction et compte entre Jean Gilles et ses enfants, 12/12/1637 : dépense particulière de Charles Gilles depuis le 12 octobre 1628, f. 37-43. Le 8 avril 1635, note le père, « il sortit du collège et s’en alla sans mon sceu avec M. de la Poterye le jeune pour aller à la guerre ». Finalement, Charles Gilles renoncera à la carrière militaire.

392 3E 1/931 (notaire Thenon) : avis de parents du 18/4/1767.

393 DEYON (Pierre), ouvr. cit., p. 276-277.

394 David D. Bien estime toutefois que le corps des officiers de l’armée n’a pas compté plus de 5 % de roturiers au cours du XVIIIe siècle. La réforme de Ségur (1781) a pour objectif de leur barrer la route, ainsi qu’aux anoblis récents. BIEN (David D), « La réaction aristocratique avant 1789 : l’exemple de l’année », 1ère partie, Annales E.S.C., 1974, n° 1, p. 23-48.

395 Plusieurs ne sont qu’en voie d’anoblissement.

396 Louis Bouet de la Noue, Dominique Chouet et Martin Rogier (fils de Jean). En ce qui les concerne, avocat correspondrait à un grade universitaire, non à une profession.

397 Charles-François Leblanc de Francroziers ne reçoit de ses parents que 1 291 livres : 3E 6/568 (notaire Delaporte), contrat de mariage du 9/5/1766. Il doit d’ailleurs renoncer à la succession de son père par acte du 24/12/1788 : 3E 6/235 (notaire Archambault de Beaune).

398 Antoine Letort († 1774) et François Huault de Bellisle junior, marchands fabricants ; Jacques Charpentier, sieur de la Motte, marchand bourgeois d’Orléans. Des trésoriers de France lillois ont également eu des fils négociants : ROSSET (Philippe), ouvr. cit., p. 81.

399 Les difficultés financières du greffier en chef Denis-François Brousse de Gersigny le laissent penser dans le cas du second.

400 Lettre à son frère, vers 1777 : BRULEY (Georges-Prudent), ouvr. cit., p. 43-44.

401 TALLEMANT DES REAUX (Gédéon), ouvr. cit., t. 2, p. 207.

402 CHALMEL (Jean-Louis), Histoire de Touraine, t. IV..., ouvr. cit., p. 257-258. Il a aussi publié un ouvrage intitulé Conseils pour une jeune dame qui entre dans le monde. Tours, s. d., 30 pages.

403 B.N.F., Dossiers bleus 170, n° 4 513, p. 4.

404 Jean-Baptiste Rocher est déjà détenu à Loches en 1748. 3E 8/356 (notaire Gervaize l’aîné) : inventaire après décès de Madeleine Mathé, veuve de Pierre Rocher, 7/6/1748, cote 15 des papiers, et procuration jointe du 21/5/1748 ; 3E 4/459 (notaire Hubert) : inventaire après décès de Jean-Baptiste Rocher (à tort prénommé Pierre), 7/2/1764.

405 3E 1/956 (notaire Thenon) : dépôt d’acte de sépulture par son frère, 25/9/1779.

406 Par cette disposition, les testateurs transfèrent la propriété de leurs biens directement à leurs petits-enfants, « nés ou à naître » : leur gestion est confiée à un curateur en attendant la majorité de ceux-ci.

407 Pour preuve, au moment où la veuve écrit ces lignes, sa fille « se trouve actuellement en la ville de Paris (...) où elle fait des dépanses extraordinaires » : 3E 4/100 (notaire Gaudin), testament du 11/8/1717.

408 3E 1/937 (notaire Thenon) : dépôt du testament de Jeanne-Françoise Delafont, 15/3/1770. L’avocat du roi Charles-Pierre Moisant adresse le même genre de critiques à son fils : il « se comporte mal, (...) ne connoît point le prix de l’argent, (...) a déjà fait des dépances concidérables ». 3E 8 (notaire Gervaize l’aîné), dépôt de testament du 23/12/1763.

409 SAINT-VENANT (R. de), ouvr. cit., p. 286-291 (art. Villetrun). Un neveu de Bernard-Prudent Bruley perd également la vie à la suite d’un duel en 1787 : TOURNERIE (Jean-André), Criminels et vagabonds au siècle des Lumières, Paris, 1997, p. 207-232.

410 3E 2/170 (notaire Gerbeau) : contrat de mariage du 15/2/1653 (Louis Bernin n’est pas encore marquis à cette date). DESSERT (Daniel), ouvr. cit., p. 533.

411 LA CHESNAYE DES BOIS et BADIER, Dictionnaire de la noblesse, t. 10, 1866, col. 187-189.

412 A.N., Minutier central, CV/960 (notaire Savalète) : contrat de mariage du 4/5/1698.

413 LEBRUN (François), « Les intendants de Tours et d’Orléans... », art. cit., p. 287-305.

414 C.A.C.I.L., microfilm Saint-Christophe-sur-le-Nais, M.S. 1605-1674, mariage du 11/1/1656.

415 3E 4/461 (notaire Hubert) : contrat de mariage du 1/6/1765. Elle était veuve du trésorier de France François-Louis Hubert.

416 3E 2/168 (notaire Royer) : contrat de mariage du 25/11/1646.

417 3E 4/483 (notaire Hubert) : contrat de mariage du 12/9/1778.

418 CARRE DE BUSSEROLLE (J.-X.), Dictionnaire..., ouvr. cit., t. 5, p. 174.

419 Ibid., p. 388-389. DUBREUIL-CHAMBARDEL (Louis), « Les marquis de Verneuil », Revue héraldique, historique et nobiliaire, 1904, t. 18, 4e série, n° 3, p. 161-166.

420 Par exemple Claude Rogier junior, qui se présente comme écuyer et sieur de la Marbellière lors de ses noces en 1696 : 3E 1/807 (notaire Jouye), contrat de mariage Rogier/Regnier du 1/2/1696.

421 3E 2/249 (notaire Vacher) : contrat de mariage Joubert/Decostre, 11/1/1649 ; 3E 6/568 (notaire Delaporte) : contrat de mariage Leblanc de Francroziers/Grignon, 9/5/1766.

422 3E 1/953 (notaire Thenon) : contrat de mariage Brousse/Bruneau, 13/6/1778.

423 Dans le cas des fils, le calcul ne prend pas en compte les ecclésiastiques, logiquement absents du corpus des gendres.

424 Philippe Dreux, chevalier, maître des requêtes de l’hôtel du roi (mari d’Anne Sainctot, fille de Nicolas) ; Antoine Lefèvre de la Barre, chevalier, conseiller au parlement de Paris, maître des requêtes de l’hôtel du roi, intendant de plusieurs généralités, lieutenant général des îles françaises de l’Amérique, gouverneur du Canada en 1682 (époux de Marie Mandat) ; Jean Bochart de Champigny, chevalier, intendant de la Nouvelle-France en 1686 (mari de Marie-Madeleine Chaspoux, fille de Jacques senior).

425 Bertrand Pallu du Ruau, juge au bailliage et présidial de Tours, directeur des gabelles d’Anjou, directeur et agent général de la Compagnie des Indes occidentales, fermier général (époux de Marie Varice, fille de Gaspard) ; Jacques Rémond, écuyer, seigneur de Mareuil, la Renouillère et autres lieux, commissaire au Châtelet de Paris, fermier général de 1696 à 1718 (mari de Marie Fouquet) ; Jean Neyret de la Ravoye, receveur général des finances en la généralité de Poitiers, trésorier général de la marine puis grand audiencier de France (époux d’Anne Varice, fille de Louis). Cf. DESSERT (Daniel), Argent, pouvoir..., ouvr. cit., p. 658, 661-662 et 680. Les trois femmes sont apparentées.

426 L’un d’entre eux, Louis-Jacques Picquet de Montreuil, époux de Marie-Anne Souchay (fille de Louis), fut l’un des meneurs de la fronde parlementaire lors de l’« affaire » de Bretagne et passa 3 ans en prison de 1766 à 1769 : SAULNIER (Frédéric), ouvr. cit., t. 2, p. 696-697 (l’auteur se trompe sur les origines de sa femme). Cf. « Contrat de mariage de Jacques Picquet de Montreuil et de Marie-Anne Souchay », B.S.A.T., t. 17. 1909-1910. p. CII-CIV.

427 3E 1/877 (notaire Mouys) : contrat de mariage Pierre Régeard de Beauvais (fils d’un maître chirurgien d’Yzeure dans l’élection de Loches)/Anne Dorion, 11/6/1741.

428 Jacques Chapelot, négociant à Tours, marié à Marguerite Charpentier (fille de Jacques) ; Pierre Hubert, marchand bourgeois d’Orléans, marié à Françoise Charpentier, sœur de la précédente ; Michel Roze, marchand fabricant, marié à Marie Billault ; Joseph-Pierre-Sylvain Cartier, marchand fabricant, marié à Madeleine-Jeanne Douineau de Charentais ; Jacques-Antoine Verdeilhan des Fourniels, écuyer, directeur de manufacture à Bordeaux, fondateur de l’Ecole de commerce, marié à Jeanne-Marie-Adélaïde Daudier.

429 NEPVEU DE LA MANOUILLERE (René-Pierre), ouvr. cit., t. 1, p. 368.

430 3E 8 (notaire Gervaize le jeune) : contrat de mariage Cartier/Douineau, 21/8/1780.

431 Ursin-Gatien Beullay, curé de Saint-Branchs ; Corneille-Hospice Clou, curé de Ligueil ; André-Louis Lamy, curé d’Orbigny ; Etienne Joubert, vicaire de Genillé.

432 3E 5/618 (notaire Ridet) : titre clérical en faveur de Jacques-Guillaume Bailly, 28/6/1757.

433 3E 1/439 (notaire Brisset) : inventaire après décès de Martin-Thomas Guéritault, 21/9/1768, et lettre jointe du 27/6. Noël-Joseph Martineau, fils d’un huissier, s’est également réfugié aux Antilles après avoir déserté d’un régiment d’infanterie ; gracié en 1730, on le retrouve 18 ans plus tard notaire royal et procureur au conseil supérieur de la Martinique : 3E 1/865 (notaire Mouys), dépôt d’un certificat de grâce, 4/12/1730 ; 3E 8/356 (notaire Gervaize l’aîné), inventaire après décès de Madeleine Barbier, 5/7/1748 (procuration jointe).

434 3E 4/387 (notaire Boutet) : substitution du 3/1/1703.

435 3E 4/388 (idem) : transaction entre Jean, marquis d’Esse, capitaine au régiment de la Roche-du-Maine, et Marie-Marthe Tonnereau, 31/10/1703.

436 3E 1/867 (notaire Mouys) : apprentissage de Pierre Massonneau, 20/8/1732. 3E 9/409 (notaire Chéreau) : inventaire après décès de Martin Bertrand, 17/6/1762 (mention en fin d’acte).

437 3E 5/573 (notaire Boisquet) : apprentissage du 16/4/1714. 3E 1/847 (notaire Jouye) : apprentissage de Pierre-Thomas Gitton, 11/5/1714. 3E 1/430 (notaire Brisset) : apprentissage de Louis-Jacques Spézolles, 29/10/1758.

438 Sur ce sujet, cf. la thèse en préparation de Béatrice Baumier-Legrand sur la municipalité de Tours de 1764 à 1792.

439 Selon son adversaire politique Prudent-Jean Bruley, il était « peu familiarisé aux principes nouveaux d’égalité et de liberté » : BRULEY (Georges-Prudent), ouvr. cit., p. 99.

440 Information due à Dominique Bouguet, à qui nous exprimons nos remerciements.

441 FAYE (Henri), Les sociétés populaires dans Je département d’Indre-et-Loire (1790-1800), Nantes, 1887, p. 6-15.

442 Lettre XIX. 18/5/1790. « Lettres de Mgr de Conzié, archevêque de Tours, à M. d’Aine, intendant de Tours (1789-1794) », présentées et annotées par Jean-André Toumerie, B.S.A.T., t. 39,1981, p. 979-1 028.

443 COGNAULT (Jérôme), Le bureau de paix et de conciliation du district de Tours, 1791-1792, Mémoire de maîtrise dact.. Université de Tours, 1990, p. 12 et 15. 3E 4/498 (notaire Hubert) : acte du 17/2/1791 (cité).

444 COUILLARD (Georges), Château-la-Vallière sous la Révolution, 1789-1799, Château-la-Vallière, 1989, p. 44.

445 Il cumule sa fonction avec celle de membre du bureau de conciliation, en laquelle il a été installé en novembre 1790. A.D. Mayenne, 200J/117.

446 AIGRAULT (Pierre-Yves), L’administration du district de Cholet (1790-1793), Mémoire de maîtrise dact., Université d’Angers, 1995, p. 54 et 190.

447 La Flèche sous la Révolution (1789-1805). Mémoires inédits du chirurgien Charles Boucher, publiés par Alain de Dieuleveult, La Flèche, 1982, p. 178.

448 Dans la déclaration de ses biens (1799), il écrit : « Ma maison de campagne nommée la Grifferie, commune de Luché, où je faisois ma résidence ordinaire, a été pillée par les Chouans, qui, non contents de manger les vivres, ont brisé les meubles et emporté pour environ dix mille francs de linge et autres effets. Ce qui m’a obligé de me réfugier au Lude ». A.D. Sarthe, 1Q 240.

449 En 1839, il possède dans son grenier un petit drapeau tricolore, ce qui montre qu’il n’était pas légitimiste. 3E 8/646 (notaire Bedouet) : inventaire après décès du 16/5/1839.

450 CAISSO (René), La vente des biens nationaux de première origine dans le district de Tours (1790-1822), Paris, 1967, passim. Aubry, Bruley, Cassin, Huault de Bellisle et Vandiot de la Tour en ont également acquis.

451 TEZIER (Ch.), La vente des biens nationaux de première origine dans le district de Saumur, Mémoire de maîtrise dact., Université de Tours, 1980, t. 2 (liste des achats), non paginé : Saumur, 1er canton.

452 1Q 594, p. 28-29. BOUTON (André) et LEPAGE (Marius), Histoire de la Franc-maçonnerie dans la Mayenne, Le Mans, 1951, p. 121-122.

453 1Q 593-596 : liste générale des émigrés de toute la République (1793).

454 L 79, fol. 36 r° v° : ordre d’arrestation, 19/3/1793. L 686, p. 26-27 : interrogatoire et délibération du 11/4.

455 BRULEY (Georges-Prudent), ouvr. cit., p. 104-105. Il est l’un des douze membres du Comité colonial (ses papiers politiques et personnels ont été en partie conservés : A.N., D/XXV/71).

456 Ibid., p. 107. Le 20 juin 1792, une foule envahit le palais des Tuileries et contraint le roi à porter le bonnet rouge et à boire à la gloire de la nation.

457 Ibid., p. 108-109. A la fin de sa vie, il rédige une autobiographie dans laquelle il se donne le beau rôle, matériau qui a servi de base à un ouvrage bien informé mais partial : BRULEY (Georges), Un homme de cœur : Prudent-Jean Bruley, avocat du roi, président-trésorier de France, maire de Tours, député à l’Assemblée législative de 1791, président du Conseil général d’Indre-et-Loire (1759-1847), Angers, 1901.

458 LABUSSIERE (Jeanine), DORNIC (François), LAUVRIERE (Robert) et ANDRE (Bernard), Grands notables du Premier Empire, t. 9 : Loir-et-Cher (supplément), Sarthe, Maine-et-Loire, Morbihan, Paris, 1983, p. 122-123.

459 Mémoires sur la famille Delaselle, 1813, p. 123-124. Signalons qu’en 1798, Gatien-Pierre Gohuau de Saint-Jean est qualifié de « réacteur forcené » par les administrateurs d’Indre-et-Loire, mais ne semble pas avoir été arrêté : L 230, Etat nominatif des réacteurs et fonctionnaires destitués par suite de la loi du 19 fructidor qui sont présumés être à Paris.

460 Lettre du 27 pluviôse an III. BRULEY (Georges-Prudent), ouvr. cit., p. 144-146.

461 Vacossin, capitaine commandant la garde nationale de Château-la-Vallière, écrit à son sujet aux administrateurs du Département : « Je ne puis tarir d’éloges, bien méritées, pour notre président, de l’empressement et du zèle qu’il a déployés pour assurer la tranquillité de notre pays, et seconder de tout son pouvoir le service actif que nous faisons » : L 533, lettre du 18 vendémiaire an VIII (10/10/1799).

462 Renseignement aimablement communiqué par Dominique Bouguet.

463 Cité dans un acte du 24/1/1793 : 3E 4/500 (notaire Hubert).

464 Il est élu à cette fonction le 18 avril. UZUREAU (F), « Le district de Cholet (1790-1795) », L’Anjou historique, t. 45, 1945, p. 166-168.

465 CHEVALIER (Jean-Joseph), « Les bleus de Cholet en 1793 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1992, t. 99, n° 4, p. 351-369.

466 Un officier du bureau des finances de Bordeaux, Jean-Louis de Peyronnet, est toutefois guillotiné : FIGEAC (Michel), « Etre trésorier de France à Bordeaux... », art. cit., p. 233-246. Deux officiers lillois ont émigré : ROSSET (Philippe), ouvr. cit., p. 168-169.

467 1Q 524, partage républicain du 28 pluviôse an VI (16/2/1798).

468 A.D. Sarthe, L 41 : séance du directoire départemental du 4/9/1793 ; 1Q 240 : copie d’une lettre de Pihéry de Sivré père au conseiller d’Etat chargé des domaines nationaux, du 13 messidor an IX (2/7/1801).

469 1Q 524, partage républicain du 26 frimaire an VI (16/12/1797).

470 LABUSSIERE (Jeanine), DORNIC (François), LAUVRIERE (Robert) et ANDRE (Bernard), ouvr. cit., p. 140.

471 Ibid., p. 258-259. Fonds Geoffre de Chabrignac : Mémoires sur la famille Delaselle, 1813, p. 115.

472 COUILLARD (Georges), « La Grand-Maison à Château-la-Vallière », Bulletin municipal de Château-la-Vallière, n° 19, mars 1988, p. 9-14. Nous remercions Claire Dumaveux de nous avoir signalé cette publication.

473 L 526. Elle déclare les avoir acquis pour les lire, non pour les distribuer. Parmi les documents saisis, on relève une brochure intitulée Procès criminel qui doit être jugé en 1799 au tribunal de cassation de 25 millions de Français contre une aventurière nommée Révolution, connue par ses crimes dans les 4 parties du monde.

474 Le terme lignage doit être entendu dans un sens étroit : ici, deux frères et leurs descendants sont comptabilisés dans des lignages distincts.

475 Lignages Aubry (3 générations), Aveline, Barbe de la Forterie, Chapelot (les deux greffiers). Charron, Chaspoux, Chauvereau, Coudreau (3 générations), Decop (René et Jean), Decop (Pierre et Louis), Duchesneau, Duvau, Gaullepied, Gilles (3 générations), Girault, Graslin, Guillon, Hubert (3 générations), Le Feuvre de la Falluère, Le Gaigneur, Le Mercier, Leroux, Moisant, Portail, Quantin, Rogier, Royer, Sain (3 générations), Taschereau et Testard des Bournais.

476 Les trésoriers de France étant du « corps des chambres des comptes », les droits obtenus par le passage d’un individu dans l’une des deux institutions gardent toute leur valeur pour un fils faisant carrière dans l’autre.

477 Il s’agit de toute évidence d’une exagération, mais elle exprime une réalité. EVERAT (Edouard), ouvr. cit., p. 188-189. A Lille, Philippe Rosset n’a répertorié que neuf familles anoblies par le bureau au XVIIIe siècle : ouvr. cit., p. 103.

478 Lignages Abraham de la Carrière, Bruley, Cassin, Cassin de la Loge, Daudier, Gauffereau, Jannart et Lefebvre.

479 Daniel-Louis Daudier, fils de Daniel-Jean, est anobli par lettres en 1815 ; Alphonse Cassin, fils d’Etienne-Marie, est créé baron héréditaire sur institution de majorat en 1825. REVEREND (Albert), Les familles titrées et anoblies au XIXe siècle. Titres, anoblissements et pairies de la Restauration, 1814-1830, rééd., Paris, 1974, t. 2, vol. 1, p. 40-41 et 276-278.

480 Ce motif peut être invoqué pour les fils de Pierre et de François Rocher.

481 Lettre à son frère Jean-Germain, procureur au Châtelet de Paris, 13/10/1769. BRULEY (Georges-Prudent), ouvr. cit., p. 39-41

482 Lignages Belot, Bugarel, Chauvin, Duchesneau, Ferrière, Fouquet (descendance de Charles), La Rivière, Lerat, Le Vayer, Plantier, Prévost, Robin, Rocher (descendance de François), Sainctot (descendance de Pierre), Souchay (descendance de Louis), Soulas (descendance de Jean), Verton.

483 BOISNARD (Luc) et PICARD (Dominique), La Touraine blanche. Contribution à l’histoire de la Révolution dans le département d’Indre-et-Loire, Saint-Malo, 1994, p. 173.

484 Nettement perceptible dans la famille Segoin, pour ne citer que cet exemple : CAILLOU (François), « Une famille tourangelle... », art. cit., p. 25-41.

485 B.M. Tours, Per. 082 : Almanach historique de Touraine..., Tours, F. Lambert puis F. Vauquer-Lambert, 1754-1790 (lacunes), listes des officiers du bailliage et présidial de Tours. Cf. la thèse en préparation de Christophe Maillard sur les chanoines de la collégiale de Saint-Martin au XVIIIe siècle.

486 LEVANTAL (Christophe), Ducs et pairs et duchés-pairies laïques à l’époque moderne (1519-1790). Dictionnaire prosopographique, chronologique, topographique et heuristique, Paris, 1996, p. 300-301 et 699-704. Cf. aussi la thèse en préparation de Fabrice Mauclair sur la haute justice du duché-pairie de La Vallière.

487 BEAUMONT (Charles de), « Note sur les seigneurs de Rochecot », B.S.A.T., t. 13, 4e trimestre 1901, p. 306-341. CARRE DE BUSSEROLLE (J.-X.), Dictionnaire..., ouvr. cit., t. 5, 1883, p. 378-380.

488 DUBREUIL-CHAMBARDEL (Louis), art. cit., p. 161-166. 3E 1/940 (notaire Thenon) : constitution de rente du 6/8/1771. Il partage son temps entre son château de Verneuil (Vemeuil-sur-Indre, Indre-et-Loire) et son hôtel parisien de la rue des Filles Saint-Thomas, paroisse Saint-Eustache.

489 C’est Claude-Pierre Le Feuvre, lieutenant au régiment d’infanterie du roi en 1760, qui a obtenu le titre. 3E 1/912 (notaire Mouys) : contrat de mariage Le Feuvre/La Bonninière, 12/4/1760.

490 Ε 97 : mémoire de Guillaume Gaullepied, baron de Sennevières (1743), mentionnant le mariage de son père Jean-Baptiste, lieutenant particulier au bailliage et présidial de Tours, avec Madeleine Rocher. Fils du trésorier de France Jean Gaullepied. Jean-Baptiste « n’estoit pas noble mais d’une des meilleures familles de la ville » ; en revanche, Madeleine Rocher, fille d’un secrétaire du roi, l’était. Cf. aussi CARRE DE BUSSEROLLE (J.-X), Dictionnaire..., ouvr. cit., t. 6, 1884, p. 65.

491 2B/999 : inventaire après décès de Marie Tonnereau, veuve de Gilles Cottereau (dernier représentant de la lignée), président à mortier au parlement de Metz, ancien président du bailliage et présidial de Tours, 23/11/1707. BLUCHE (François), L’origine des magistrats..., ouvr. cit., p. 268-269,325 et 335-336.

492 WAQUET (Jean-Claude), ouvr. cit., p. 379-380.

493 Claude Rogier junior est substitut du procureur général au Grand Conseil de 1692 à 1713, mais son fils (ou petit-fils) Claude-Jean, écuyer, sieur de la Marbellière, ne semble pas exercer d’activité en 1754. BLUCHE (François), Les magistrats du Grand Conseil..., ouvr. cit., p. 133. 3E 1/906 (notaire Mouys) : vente de la terre de la Marbellière, 5/3/1754 (classée par erreur parmi les actes du 1er semestre 1757).

494 Mort à Tours en 1765, il est le dernier représentant masculin de la famille Bouet. Son père Claude-Marie († 1755) est l’arrière-petit-fils du trésorier de France Charles Bouet.

495 ROBERT (Pierre), Familles de Touraine et alliances, XVIIe et XVIIIe siècles. Approche par tableaux généalogiques, 1ère série, 2e fasc. (H-Z), s. d., p. 10. LAMBRON DE LIGNIM (Henri), « Dernière assemblée de la noblesse de Touraine », M.S.A.T., t. 10,1858, p. 102.

496 Il réalise un brillant mariage en épousant la fille d’un directeur de la Compagnie des Indes orientales. 3E 5/603 (notaire Ridet) : contrat de mariage Charpentier/Lémery du Mont, 12/9/1742.

497 Le mot doit être pris ici dans un sens large : les parents côté paternel et maternel, l’ensemble des collatéraux, la belle-famille.

498 Ursin Boisquet est également fils de procureur, mais il ne paraît pas avoir succédé directement à son père.

499 Le concierge-buvetier Henri Brunei, les huissiers Jean-Baptiste Boutier, Jacques-François Gasnier et Jean-Joseph Mauricet, le procureur Victor Mouys. De son côté, le premier huissier Nicolas-Pierre Bédouet a repris l’office du second mari de sa mère.

500 Le premier huissier Pierre Renazé, successeur de François Pommier.

501 Par exemple dans les familles Robichon et Franquelin.

502 SAUPIN (Guy), « Comportements économiques des officiers moyens à Nantes, 1661-1789 », dans Les officiers « moyens » à l’époque moderne..., ouvr. cit., p. 43-61

503 Etienne-Marie Cassin, Jean Decop de Pocé, Alexis-Auguste Duvau, Alexandre Le Feuvre de la Falluère et Jacques-Julien Royer le jeune ont succédé à une personne à laquelle ils n’étaient pas apparentés, tandis qu’André-François Quantin a repris la charge de son oncle maternel Pierre Mathé.

504 Sur les conditions requises pour accéder à un office, cf. infra, chapitre VI, A, 3 : Les conditions d’admission.

505 L’interdiction a été confirmée par édit de juillet 1669.

506 CHARMEIL (Jean-Paul), ouvr. cit., p. 30-31.

507 Les registres des expéditions du bureau des finances de Tours en conservent quelques-unes, par exemple celle du 4 novembre 1669 relative à Pierre Mathé qui certifie « à tous ceux qu’il appartiendra que led. Mathé suppliant n’a au bureau des finances de cette généralité aucun parent que le sieur Delucz notre confrère, quy est son grand-oncle à cause de défunte dame Hélène Durand, mère dud. Mathé et nièce dud. Delucz » : C 538, année 1669, p. 140-141

508 Celle de Pierre Mathé, par exemple, fait défaut.

509 Liste non exhaustive. Sources : C 425 (1695), p. 42-45 ; C 439 (1726), p. 16-17 ; C 440 (1739), p. 87 ; C 443 (1765), f. 11 r° v° ; C 444 (1773), p. 270 ; C 445 (1774), p. 74-75.

510 Il paraît donc curieux qu’un François Souchay, acquéreur d’une charge de trésorier de France en 1739, ait estimé nécessaire de solliciter une dispense à cause de son frère avocat du roi, les gens du roi ne participant pas aux délibérations.

511 Cf. infra, chapitre VI, A : L’accès au bureau des finances.

512 MOUSNIER (Roland), Les institutions de la France sous la monarchie absolue, 1598-1789. T. II : Les organes de l’Etat et la société, Paris, 1980, p. 307.

513 NAGLE (Jean), Le droit de marc d’or des offices. Tarifs de 1583, 1704, 1748. Reconnaissance, fidélité, noblesse, Genève, 1992 (le tarif de 1704 classe les offices en fonction de leur finance, sans les citer). BARBICHE (Bernard), « La hiérarchie des dignités et des charges au début du dix-septième siècle d’après l’état des taxes des voyages du 25 août 1601 », XVIIe siècle, octobre-décembre 1987, n° 157, p. 359-370. BLUCHE (François) et SOLNON (Jean-François), La véritable hiérarchie sociale de l’ancienne France. Le tarif de la première capitation (1695), Genève, 1983.

514 BELY (Lucien) (dir.), ouvr. cit., p. 791 (art. marc d’or).

515 NAGLE (Jean), ouvr. cit., p. 108-109.

516 Ceux qui ont également le statut de grand bailliage : Angers, Bordeaux, Le Mans, Limoges, Lyon, Nantes, Orléans, Poitiers, Rennes, Rouen, Toulouse et Tours.

517 Payent également 120 livres : les colonels, mestres de camp et officiers ayant rang de colonel, les lieutenants de roi des places frontières, le colonel des archers de Paris, les gentilshommes seigneurs de paroisse, l’avocat général des requêtes de l’Hôtel, les échevins et conseillers de Paris, les notaires et secrétaires des cours supérieures de Paris, les avocats du roi au Châtelet de Paris, les contrôleurs du marc d’or, le directeur général des monnaies, les banquiers expéditionnaires en cour de Rome, les banquiers et agents de change, le contrôleur général des restes de la chambre des comptes de Paris, les greffiers de la grand chambre et des enquêtes du parlement de Paris et les capitaines des galères. BLUCHE (François) et SOLNON (Jean-François), ouvr. cit., p. 103-104.

518 NAGLE (Jean), ouvr. cit., p. 248.

519 Ceux de Lyonnais, Forez, Beaujolais, Auvergne, Dauphiné et Provence ; de Guyenne ; de Bretagne ; d’Orléans. Ibid, p. 153, 172, 197-198,212-213.

520 Ibid., p. 190, 210, 212-213.

521 Ibid., p. 172, 188, 212-213, 245, 247.

522 Il ne s’agit, nous le reconnaissons volontiers, que d’une impression qui s’appuie sur des heures de lecture de lettres d’officiers dans les dépôts de Paris (pour les lettres adressées à Colbert) et de province. Il faudrait pouvoir comptabiliser, analyser et traiter statistiquement toutes les lettres écrites par les trésoriers de France du royaume aux XVIIe et XVIIIe siècles, tâche qui dépasse nos moyens.

523 Par exemple, ce passage d’une lettre des trésoriers de France de Tours au contrôleur général des finances (24/5/1713) : « (...) La réputation, le crédit et la considération [de la compagnie] sont également déchus dans le public ». A.N., G7 530, année 1713, pièce n° 51.

524 A ce sujet, dans une circulaire non datée (1774 ?), les trésoriers de France de Montauban écrivent : « Vous êtes pénétrés comme nous de l’humiliante dégradation de notre état (...). Chaque jour produit pour nous des nouveaux revers, et quand nos malheurs s’accroissent les autres tribunaux s’élèvent insensiblement... ». A.D. Nord, série C, liasse 43, dossier H.

525 Mémoires de Julien Brodeau, avocat, jurisconsulte au Mans, et de sa famille, 1567-1675, Le Mans, 1904, p. 131-132.

526 AZEMA (Christophe), mém. cit., t. 1, p. 162-166.

527 Plaintes et doléances de la province de Touraine aux Etats généraux du royaume, publiées par Charles de Grandmaison, Tours, 1890, p. 148.

528 « Cahier des remontrances, plaintes et doléances que le Tiers-Etat des villes et plat pays du bailliage et province de Touraine entend faire proposer en toutte humilitté et obéissance au Roy, aux Estats généraux assignez par Sa Maiesté en ceste ville de Tours, à ce qu’il plaise à sadite Maiesté pourvoir sur iceux », B.S.A.T., t. 4,1877-1879, p. 43-96, art. 118.

529 Exemple : la querelle qui oppose les officiers des eaux et forêts de Tours à ceux de l’élection, évoquée par DUFREMENTEL (Jacques), Conférence de la rédaction de la Coutume de Touraine..., Tours, t. 2,1787, p. 609.

530 A.M. Tours, BB 38, f. 80 v°-81 r° : délibération du 3/6/1633.

531 A.M. Tours, BB 57,1685, f. 368 r° : délibération du 28/2.

532 A.D. Allier, C 143 : certificats mentionnés dans l’arrêt du Conseil du 8/7/1683 déboutant les officiers du présidial de Tours de leurs contestations (exemplaire imprimé), p. 7-8.

533 B.N.F., Ms fr. 21 751, f. 152-154 : factum pour les présidens, trésoriers généraux de France (...) de la généralité de Tours (...) contre les officiers du présidial de Tours..., s.d. (1682), réponse aux 3e et 4e demandes des officiers du présidial.

534 CLAVEQUIN (Séverine), Les fêtes et les cérémonies à Tours aux XVIe et XVIIe siècles, Mémoire de maîtrise dact., Université de Tours, 2000.

535 GATIAN DE CLERAMBAULT (Edouard), « Les processions de la Fête-Dieu à Tours pendant les quatre derniers siècles », B.S.A.T., t. 18,1911-1912, p. 117-128.

536 A.M. Tours, AA 4 (fêtes et cérémonies) ; BB 60, f. 32 v° (invitation des trésoriers de France au service funèbre de François Desloges, maire, en 1694).

537 GRANDMAISON (Louis de), « Mort et funérailles de Mgr Chapt de Rastignac, archevêque de Tours », B.S.A.T., t. 18, 1911-1912, p. 397-416. Archives diocésaines de Tours, registres capitulaires de Saint-Gatien, 1774, f. 23 r°-24 v° : délibération du 25/7/1774.

538 Cette attitude n’est pas unique : les notaires de Tours n’assistent à aucune cérémonie, de crainte d’être précédés par les procureurs : DUFREMENTEL (Jacques), ouvr. cit., p. 609.

539 PATAS DU BOURGNEUF (Jean-Léon), ouvr. cit., p. 147.

540 B.N.F., Ms fr. 7 686, f. 155 : lettre non datée (mars 1650).

541 3F 38 : PATUREAU (Nicole), L’hôpital général de la Charité de Tours, 1656-1802, mém. dact., s. d., p. 84.

542 Ibid., p. 88-89. Cf. l’article 6 des lettres patentes de fondation, en février 1658 : « Voulons que lesdits trésoriers et officiers dudit présidial nomment alternativement, d’année en année, en sorte que lesdits trésoriers ne se rencontrent en même temps avec lesdits officiers d’iceluy présidial ès assemblées qui se feront audit hôpital général ou ailleurs pour les pauvres ».

543 B.N.F., Ms fr. 21 751, f. 152-154. Les deux conseillers, Mathieu Augeard et Nicolas Hubert, étaient pourtant frères de deux officiers du bureau, le greffier Nicolas Augeard et le trésorier de France François Hubert.

544 A.D. Allier, C 143 : mention de l’affaire dans l’arrêt du Conseil du 8/7/1683, Nous avons tenté, en vain, de retrouver la plainte déposée par Fouquet devant le lieutenant criminel de Tours le 23/8/1675.

545 En 1680 et 1681, les officiers des bureaux des finances de Poitiers, Limoges, Bourges et Châlons obtinrent également que cet arrêt soit appliqué à leur ville.

546 CHARMEIL (Jean-Paul), ouvr. cit., p. 353.

547 B.N.F., Ms fr. 21 751, f. 152-154, 3e demande des officiers du présidial et réponse des trésoriers de France.

548 A.D. Cher, C 1 083 : lettre des trésoriers de France de Tours à leurs confrères de Bourges, 19/8/1739. CHARMEIL (Jean-Paul), ouvr. cit., p. 82-84. Au contraire de certaines compagnies, le bureau des finances de Tours ne semble pas avoir adopté la robe longue en satin.

549 En 1682, les trésoriers de France font rédiger et imprimer un factum, auxquels répondent les officiers du présidial en 1683 : B.N.F., Ms fr. 21 751, f. 152-154 ; PATAS DU BOURGNEUF (Jean-Léon), ouvr. cit., p. 163 (mention du factum du présidial, que nous n’avons pas retrouvé).

550 A.D. Allier, C 143 : arrêt du Conseil du 8/7/1683, p. 3.

551 Cette dernière prétention est repoussée avec dédain par les officiers du bureau des finances qui, cette fois, ont l’usage pour eux : ce n’est pas moins de 118 requêtes adressées à « Nosseigneurs » les présidents trésoriers de France s’échelonnant de 1593 à 1680 qu’ils font parvenir au Conseil en 1682.

552 Deux exemples : dans son certificat du 28/8/1681, le curé de Saint-Vincent déclare que « depuis quarante-deux ans qu’il estait curé, les sieurs de Luz et Gatian, trésoriers de France, ont toujours eu le premier pas devant les deffunts sieurs Goye, avocat du Roy, et de la Colinière, conseiller au présidial, et que le sieur Gatian, attendu qu’il estait l’aîné de leur famille, ledit sieur Deluz son beaufrère et le sieur Gatian de Voligny, trésoriers de France, luy ont cédé la première marche et non aux autres ». Le vicaire de Saint-Pierre-du-Boile (1/9/1681) relève simplement que le sieur de La Barre, trésorier de France, a été le premier à se rendre à l’offerte et à prendre le pain bénit aux grandes messes paroissiales. A.D. Cher, C 143, arrêt du Conseil du 8/7/1683, p. 5.

553 D’autres compagnies souhaitent prendre connaissance de cet arrêt : en 1687, les trésoriers de France de Lyon demandent à leurs confrères tourangeaux d’en envoyer une copie collationnée par un secrétaire du roi à leur député résidant à Paris. A.D. Rhône, 8C 233, f. 1 v°-2 r° : lettre du 2/6.

554 CHARMEIL (Jean-Paul), ouvr. cit., p. 354. Nous ne partageons pas les conclusions de Jean-Paul Charmed au sujet de la querelle entre présidial et bureau des finances de Tours. Malgré nos recherches, nous n’avons pu retrouver l’arrêt en question.

555 3E 6/525 (notaire Couéseau) : acte pour M. le président Souart au sujet de la préséance sur MM. les trésoriers de France.

556 DUFREMENTEL (Jacques), ouvr. cit., p. 609. Duffémentel interprète de façon erronée la querelle des années 1680, qu’il situe d’ailleurs au début du XVIIIe siècle.

557 L’intendant Turgot écrit au contrôleur général des finances : « Mrs les officiers du présidial de Tours m’ont témoigné une si grande répugnance à aller avec un trésorier de France comme commissaires du Conseil pour les bleds, selon le projet que j’ay eu l’honneur de vous envoyer le 14 de ce mois, que j’ay été obligé de faire un nouveau projet dans lequel je mets ensemble deux trésoriers de France ou deux conseillers pour chaque département ». A.N., G7 1 651, pièce n° 297 : lettre du 22/5/1709. Sur les commissions des blés, cf. PARIS (André), « La crise de 1709 dans le bailliage de Montfort-l’Amaury : le marché des grains vu à travers le contrôle de l’administration royale », Actes du 101e Congrès national des Sociétés savantes (Lille 1976), Section d’histoire moderne et contemporaine, t. II : La France du nord de 1610 à nos jours. Questions diverses, Paris, Bibliothèque nationale, 1978, p. 199-222.

558 TOURNERIE (Jean-André), Recherches sur la crise judiciaire..., ouvr. cit., p. 27.

559 Cité par COTTEREAU (Thomas-Jules-Armand), Le droit général de la France et le droit particulier à la Touraine et au Lodunois contenant les matières civiles, criminelles & ecclésiastiques..., Tours, t. 1, vol. 1, 1781, p. 415.

560 3E 4/393 (notaire Boutet) : sommation du 9/12/1707.

561 Nous n’avons pas eu la chance de retrouver ce libelle.

562 3E 4/394 (notaire Boutet) : dépôt des « actes de satisfaction » du sieur Potonnier et du sieur Alizard, 5/3/1708. C 927, 4e dossier (copies des mêmes documents). Dans son écrit, Potonnier reconnaît que sa prétention était contraire à la « possession » des trésoriers de France.

563 Le 22 juin 1717, par exemple, elle est présente aux obsèques de Michel-Jean-Baptiste Taschereau à Saint-Hilaire. C.A.C.I.L., microfilm Tours/Saint-Hilaire, B.M.S. 1706-1740.

564 Les religieux sont rétribués 8 livres pour chaque service. C 931, comptes des trésoriers de France, rubrique « frais de la compagnie » (1723-1758).

565 Il faut aussi avouer que nous sommes très mal documenté sur la période antérieure. On parle alors de députation (qui rassemble un nombre limité d’officiers), non de sortie en corps (où tous sont théoriquement présents).

566 GIRAUDET (Eugène), Histoire de la ville de Tours, ouvr. cit., p. 50-51.

567 B.N.F., Ms fr. 7 686, f. 212 r° v° : lettre du 3/1/1651. Ils le rappellent dans leur factum contre le présidial (vers 1682) : « Les trésoriers de France sont du corps des chambres des comptes et cours des aydes ; ils ont harangué leurs Majestez en plusieurs occasions debout, et après eux les présidiaux à genoux ». B.N.F., Ms fr. 21 751, f. 152-153, réponse à la 5e demande du présidial.

568 C 931 (1723-1758) et C 669 (1759-1790).

569 Cf. à ce sujet une lettre des trésoriers de France de Lyon à ceux de La Rochelle : A.D. Rhône, 8C 234, lettre du 17/8/1753. De leur côté, les officiers du bureau des finances de Soissons prévoient aussi de complimenter les ministres et secrétaires d’Etat, le chancelier et le premier président du parlement de Paris : BUTTET (X. de), « Documents concernant le bureau des finances de la généralité de Soissons, son organisation et son personnel depuis l’origine », Bulletin de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons, t. 19, 3e série, 1912, p. 276-307.

570 « Journal d’un habitant de Tours au XVIIIe siècle », B.S.A.T., t. 10, 1895-1896, p. 141-192 et 203-227. Monsieur était venu admirer les travaux d’édification du nouveau pont de Tours.

571 Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre, amiral de France († 1793). Cf. DUMA (Jean), Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793), Paris, 1995.

572 Cf. supra, chapitre I, B, 3 : Des perspectives de réorganisation de la généralité ?

573 A.D. Marne, C 2 609, f. 83 r° v° : lettre des trésoriers de France de Châlons à leurs confrères d’Orléans, 21/1/1785.

574 Il a fait son entrée à Tours le 19 juin. « Journal d’un habitant de Tours... », art. cit., p. 203-227.

575 2B/1 307 : registre des délibérations des officiers du siège présidial (1758-1790), p. 127 : délibération du 25/6/1784. Deux jours plus tôt, le lieutenant général de police « s’est transporté [à] cinq heures de relevée en voiture avec Messieurs Robin [et] Billault conseillers, Gaullier et Brusley procureur et avocat du Roy, précédés et suivis par les huissiers audienciers et de l’ordinaire à l’hôtel de l’intendance, (...) ont étés [sic] introduits dans le cabinet de Mr Daine, et (...) là, il l’a complimenté de la part de la compagnie sur son avènement à l’intendance de cette généralité ; (...) après la visitte, ils ont été reconduits par Mr l’intendant jusqu’à la porte de l’antichambre donnant sur le paillier de l’escallier ».

576 Jean-Joseph Taschereau (1685-1757), trésorier de France de 1721 à 1754.

577 Sur les rapports personnels des trésoriers de France avec cet homme, cf. infra, chapitre VIII, C, 2 : Nouveaux acteurs, nouvelles méthodes.

578 A.D. Rhône, 8C 234, lettre des trésoriers de France de Lyon à ceux de La Rochelle, 17/8/1753. BUTTET (X. de), art. cit.. p. 276-307.

579 La seule indication chiffrée concerne la députation de 1774 au comte de Provence, probablement à Versailles : la compagnie n’y a envoyé que quatre commissaires, à l’évidence pour économiser des frais de voyage.

580 Exemple en 1753 : « Payé 3 # à Maubert pour avoir tendu à la porte du bureau le jour de la feste Dieu ».

581 BONVALLET (Adrien), ouvr. cit., p. 269-274, EVERAT (Edouard), ouvr. cit.,, p. 117-124.

582 A.D. Marne, C 2 609, f. 83 r° v° : lettre des trésoriers de France de Châlons à leurs confrères d’Orléans, 21/1/1785.

583 ROSSET (Philippe), ouvr. cit., p. 161-163.

584 GARDEN (Maurice), Lyon el les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, 1969, p. 508-513.

585 A.D. Moselle, C 76, f. 90 r°-95 v° : règlement général de la compagnie du 4/12/1736, article 21 ; C 78, f. 57 v° : délibération du 10/6/1784 ; ibid., f. 76 v°-77 v° : délibération du 14/3/1788.

586 EVERAT (Edouard), ouvr. cit., p. 196.

587 2B/204 : procès extraordinairement instruit à la requête du procureur du roi contre les auteurs des libelles diffamatoires contre l’honneur et la réputation de M. Aubry, 17/3/1750. 2B/449 : plainte contre les perturbateurs du repos public, mars 1751.

588 PETITFRERE (Claude), Le scandale du Mariage de Figaro..., ouvr. cit.

589 A.N., R5 216, délibérations du Conseil de Monsieur (1771-1777), f. 68 v° : 17/12/1775.

590 BIEN (David D.), « La réaction aristocratique avant 1789 : l’exemple de l’armée », Annales E.S.C., 29e année, 1974, n° 1, p. 23-48, n° 2, p. 505-534.

591 BLUCHE (François), « Les officiers du bureau des finances de Paris... », art. cit., p. 147-215. ROSSET (Philippe), « Les bureaux des finances à la fin de l’Ancien Régime... », art. cit., p. 271-279.

592 BRULEY (Georges-Prudent), ouvr. cit., p. 82-83.

593 A Lyon aussi, l’absence d’une grande cour souveraine rehausse le prestige des trésoriers de France : GUTTON (Jean-Pierre) (dir.), L’intendance de Lyonnais, Beaujolais, Fore : en 1698 et 1762. Edition critique du mémoire rédigé par Lambert d’Herbigny et des observations et compléments de La Michodière, Paris, 1992, p. 142. En revanche, les officiers du bureau des finances de Bordeaux sont totalement éclipsés par ceux du parlement : FIGEAC (Michel), art. cit., p. 233-246.

Table des illustrations

Titre Tableau 37 : Statut des familles représentées au bureau des finances (1577-1790)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 43 : Nature des offices exercés par les pères selon la date de réception des fils
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3853/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau 44 : Nature des offices exercés par les grands-pères selon la date de réception des petit-fils
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3853/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau 48 : Professions et états des pères d’officiers subalternes275
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3853/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 50 : Professions et états des parents proches des officiers supérieurs
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3853/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Tableau 52 : Professions et états des beaux-pères des officiers supérieurs (XVIe-XVIIIe siècles)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3853/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 55 : Professions et états des fils et gendres d’officiers supérieurs
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3853/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540