Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une administration royale d'Ancien Régime : le bureau des finances de Tours

 | 
François Caillou

Introduction

Texte intégral

  • 1 BLUCHE (François), « Les officiers du bureau des finances de Paris au XVIIIe siècle, 1693-1791 », (...)
  • 2 DUMONT (François), Le Bureau des finances de la généralité de Moulins, Moulins, 1923. VANNIER (Jea (...)
  • 3 Les bureaux des finances de province sont supprimés en 1790, celui de Paris en 1791.

1Dans un article publié en 1973, François Bluche écrivait que l’histoire des bureaux des finances était élucidée. Après avoir tenu, jusqu’au milieu du XVIIe siècle, un rôle essentiel dans l’administration française, notamment en matière fiscale, l’institution était selon lui entrée en « décadence », à tel point qu’à la veille de la Révolution, elle ne rendait pratiquement plus aucun service1. L’historien fondait ses affirmations sur des travaux de juristes souvent anciens, lesquels, effectivement, distinguaient deux phases dans l’histoire des bureaux des finances : une première de 1577 aux lendemains de la Fronde, correspondant à la période de « grandeur » de l’institution, une seconde du second ministère Mazarin à la chute de la monarchie absolue, marquée par un repli2. De 1653 à 1790 (ou 1791)3, la seule utilité des bureaux des finances aurait été de fabriquer de nouvelles élites, le privilège d’anoblissement graduel attribué aux charges de trésorier de France devenant le principal attrait de celles-ci.

  • 4 FELIX (Joël), Economie et finances sous l’Ancien Régime. Guide du chercheur, 1523-1789, Paris, 199 (...)
  • 5 Article « Bureaux des finances », dans BELY (Lucien) (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Pari (...)
  • 6 Aucune étude approfondie n’existant sur les bureaux des finances des pays d’Etats.
  • 7 BARBICHE (Bernard), « Les bureaux des finances : état des questions et perspectives de recherche » (...)
  • 8 ROSSET (Philippe), Les officiers du bureau des finances de Lille (1691-1790), Genève-Paris, 1991. (...)

2Ce point de vue n’a pas vraiment été reconsidéré depuis. Dans son guide de recherche sur l’économie et les finances sous l’Ancien Régime, Joël Félix affirme qu’ils « ne formaient plus en 1789 qu’une vaine institution, vidée de la plupart de ses anciens pouvoirs, et dont l’inutilité était reconnue par tous »4, une opinion également partagée, avec un peu plus de nuances, par un spécialiste de l’urbanisme (un secteur dans lequel les trésoriers de France avaient également des prérogatives), Jean-Louis Harouel5. Reprenant la thèse de François Bluche, Bernard Barbiche estime que le temps des grandes synthèses prenant pour thème un bureau des finances est passé – du moins pour ceux implantés en pays d’élections6 – et préconise une exploitation transversale des sources, afin de mieux comprendre la façon dont sont « reçus et appliqués sur le terrain les ordres du pouvoir central, et (...) analyser ainsi les progrès du centralisme monarchique », ou encore d’enquêter sur les répercussions de l’édit d’avril 1627 accordant aux bureaux un pouvoir juridictionnel en matière de domaine et de voirie7. Autre piste de recherche proposée : l’étude du personnel des bureaux des finances. De fait, ce dernier type d’approche est à la mode : les chercheurs qui ont abordé le sujet ces dernières années se sont uniquement focalisés sur les acteurs de l’institution. C’est le cas de Philippe Rosset, de Valérie Brousselle-Basques et d’Emmanuelle Ashta-Bargoin, auteurs de monographies sur les bureaux des finances de Lille, Montauban et Paris8.

  • 9 Ils ont été récemment rappelés par CORNETTE (Joël), L’affirmation de l’Etat absolu, 1515-1652, Par (...)
  • 10 Mettons de côté l’ouvrage de Jean-Paul Charmeil, dont la problématique est très spécifique et chro (...)
  • 11 Parmi les ouvrages les plus stimulants, citons CASTAN (Nicole), Justice et répression en Languedoc (...)
  • 12 HAMON (Philippe) L’argent du roi. Les finances sous François Ier, Paris, 1994 ; « Messieurs des fi (...)
  • 13 BAYARD (Françoise), « Les activités du Bureau des finances de Lyon dans la première moitié du XVII(...)

3Indépendamment des réserves que l’on peut émettre quant à la pertinence des concepts de « déclin » et de « décadence », une remarque s’impose : les connaissances actuelles sur les bureaux des finances sont exclusivement fondées sur des travaux de juristes dont les plus récents remontent à une quarantaine d’années. Or, pour justifier leur théorie d’un déclin de l’institution, ces auteurs se basent sur des sources normatives dont les inconvénients sont bien connus9, et sur la correspondance des trésoriers de France, qui n’ont pas forcément une vision très objective de leur situation. Aucun d’entre eux10 ne tente de mesurer l’activité de « leur » bureau des finances par des sondages dans les registres d’ordonnances du corps, une précaution qui apparaît aujourd’hui élémentaire sur le plan méthodologique. C’est la raison pour laquelle l’approche « classique et traditionnelle » – traiter d’un bureau des finances sous tous ses aspects – ne nous semble pas épuisée, loin de là. Bien sûr, il convient d’adopter des méthodes de questionnement des sources différentes de celles des juristes. Les historiens de la justice ont depuis longtemps renouvelé l’étude des instances d’Ancien Régime, en axant la réflexion sur les pratiques judiciaires, le fonctionnement des tribunaux et les relations entre juges et justiciables11, c’est-à-dire en appliquant à l’histoire institutionnelle les méthodes de l’histoire économique et sociale. Pourquoi les spécialistes des finances ne pourraient-ils pas s’inspirer de leur démarche ? Philippe Hamon, auteur de deux maîtres ouvrages sur les grands officiers de finances de la Renaissance, a ouvert la voie12. Récemment, Françoise Bayard s’est plongée dans les registres d’ordonnances d’un bureau des finances (Lyon) pour tenter d’en mesurer l’activité : une approche résolument nouvelle, qui devrait faire école13. C’est dans ce droit fil conducteur que nous ambitionnons d’inscrire notre travail.

  • 14 A ce sujet, cf. NAGLE (Jean), « Prosopographie et histoire de l’Etat : la France moderne. XVIe-XVI (...)

4Faut-il pour autant délaisser la biographie collective – autrement appelée prosopographie – chère à Bernard Barbiche ? Nous ne le croyons pas. Faire l’impasse sur l’étude du personnel incarnant l’institution reviendrait à en négliger une dimension essentielle14. L’édit de juillet 1577 n’a fait qu’insuffler la vie aux bureaux des finances, sans préciser comment les trésoriers de France devaient s’y prendre pour faire fonctionner la machine administrative. On sait que sous l’Ancien Régime, tout ou presque repose sur les hommes chargés d’exécuter les ordres royaux. Faute de moyens de contrôle, le souverain leur laisse souvent une importante liberté de manœuvre, notamment dans le domaine des règles procédurales. Envisager l’étude d’une institution comme s’il agissait d’une entité abstraite n’aurait guère de sens. C’est moins l’histoire de l’administration qu’il faut entreprendre que celle de ses acteurs. Parmi les thèmes qui doivent retenir l’attention, celui des origines sociales des officiers n’est pas le moins important : le milieu social d’un individu éclaire souvent ses orientations idéologiques, donc la façon dont il exerce ses fonctions. Celui des relations entre administrateurs locaux et pouvoir central est également capital, pour les raisons exposées par Bernard Barbiche.

  • 15 A.D. Indre-et-Loire, C 416-732, C 890-891 et C 921-954. A. D. Maine-et-Loire, C 217-282.
  • 16 L 584 : copie de l’inventaire réalisé par le subdélégué Picault (1788).
  • 17 Ibid., lettre du citoyen Rougeot, archiviste, aux administrateurs du District de Tours, 6 floréal (...)
  • 18 Ibid., requête du même, germinal an II.
  • 19 LOIZEAU DE GRANDMAISON (Ch.), Inventaire sommaire des archives départementales d’Indre-et-Loire an (...)
  • 20 Indre-et-Loire, Maine-et-Loire, Sarthe et Mayenne.
  • 21 B.N.F., Mélanges Colbert. A.N., sous-série G7. Pour les règnes de Louis XV et de Louis XVI, l’esse (...)
  • 22 Archives départementales de l’Allier, du Calvados, du Cher, de la Marne, de la Moselle, du Nord, d (...)
  • 23 La Fronde et la fin de l’Ancien Régime sont les seules périodes ayant fait l’objet de recherches. (...)

5Pourquoi le bureau des finances de Tours ? Sans nier la part prise par la commodité et l’intérêt personnels, des raisons scientifiques ont guidé notre choix. Une partie non négligeable des archives de cette juridiction ont été conservées : elles occupent 353 cotes de la série C des Archives départementales d’Indre-et-Loire et 66 de celles de Maine-et-Loire15. En outre, l’extraordinaire fonds notarial tourangeau – qui compense l’insignifiance des archives privées – permet d’envisager une étude prosopographique ambitieuse. Ne dissimulons pas toutefois les limites des sources locales. Le fonds du bureau des finances a subi des pertes considérables au cours des derniers siècles. Un inventaire réalisé en 1788 révélait déjà que les plus anciens registres et dossiers conservés ne remontaient pas au-delà du début du XVIIe siècle16. Après la fermeture du bureau, en 1790, les archives furent transportées au Palais de justice de Tours, où elles furent stockées jusqu’en 1794 dans un grenier fréquenté par les rats17. Avant leur transfert au tribunal du District de Tours, un tri fut opéré entre « les titres et registres [méritant d’] être conservés et (...) ceux qui [devaient] être supprimés », car jugés inutiles18. Mais c’est au XIXe siècle que les pertes furent les plus sévères : « On retrouve à peine aujourd’hui la moitié des pièces mentionnées sur un inventaire rédigé en 1819 », écrit l’archiviste Loizeau de Grandmaison en 186719. Parmi celles qui sont parvenues jusqu’à nous, très peu remontent à une époque antérieure au règne personnel de Louis XIV. Par conséquent, notre étude est forcément déséquilibrée, la période qui va du ministère Colbert à la Révolution étant bien mieux documentée que celle qui précède. Les disparitions les plus préjudiciables sont celles des registres des délibérations des officiers. En leur absence, impossible de saisir dans toutes leurs dimensions les préoccupations corporatistes et la politique des trésoriers de France. Or, ces sujets sont incontournables. Pour compenser l’effet de ces pertes, nous avons décidé de prospecter d’autres dépôts d’archives que ceux des quatre départements formant l’ancienne généralité de Tours20 pour y retrouver des lettres de nos officiers, seuls documents traduisant clairement leurs idées. Une grande partie des missives adressées aux responsables des finances sous le règne de Louis XIV se trouvent à Paris21 : elles apportent des renseignements infiniment précieux sur la façon dont les officiers conçoivent leur mission et leurs rapports avec le pouvoir central. Plus riches encore sont celles envoyées aux autres compagnies de trésoriers de France, car ils s’y livrent plus spontanément et abordent des sujets qui n’ont pas leur place dans la correspondance officielle. Pour en retrouver quelques dizaines (une collecte exhaustive aurait relevé de l’utopie), pas moins de neuf dépôts départementaux ont été visités22. Ces investigations nous ont permis de faire plus ample connaissance avec le « syndicat » des trésoriers de France, assez peu étudié jusqu’ici, et auquel nous consacrons le huitième chapitre de cet ouvrage23.

  • 24 B. M. Tours, Ms. 1 236. Ce livre de 358 pages (rédigé vers 1840-1850 ?) faisait partie d’un legs à (...)
  • 25 B.M. Tours, Ms. 1 220 : Recueil de notes de Lambron de Lignim sur différents sujets relatifs à l’h (...)
  • 26 A. D. Indre-et-Loire, 8F 83/22.
  • 27 MAILLARD (Jacques), Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, Angers, 1984 (2 vol.). L’étude d (...)
  • 28 Citons tout de même un ouvrage de base sur les magistrats du présidial de Tours dans la seconde mo (...)
  • 29 Claude Petitfère est l’auteur de plusieurs articles sur les membres du corps de ville de Tours, pa (...)

6Autre intérêt d’une recherche sur le bureau des finances de Tours, l’institution en tant que telle n’a jamais retenu l’attention des historiens, pas même des érudits locaux. Le personnel a bien été étudié au XIXe siècle par Henri Lambron de Lignim, auteur d’un ouvrage manuscrit dressant la liste des titulaires des divers offices de trésoriers généraux de la généralité avec, pour la plupart, l’indication de leurs armoiries, de leurs ascendants et descendants24, mais ce recueil a été détruit lors de l’incendie de la Bibliothèque municipale en 1940 sans qu’aucune copie en ait été faite. Le chercheur doit se contenter d’un autre manuscrit du même auteur traitant de matières diverses, dans lequel on trouve un « Tableau inédit de Messieurs les présidens, trésoriers de France, généraux des finances et grands voyers de la généralité de Tours (...), dû à M. L. Abraham, fils de Bernard Abraham, trésorier », qui donne la date de réception au bureau des finances de presque tous les officiers supérieurs25. Vers la fin du XIXe siècle, Louis de Grandmaison semble à son tour avoir envisagé de publier une synthèse sur le sujet, sans aller au bout de son projet. Nous possédons tout de même ses notes à l’état de brouillon26. La prosopographie reste ainsi entièrement à faire. Le bureau des finances n’est pas le seul champ à défricher : aucune administration de l’ancienne généralité de Tours n’a fait l’objet d’une recherche approfondie, hormis la municipalité et le présidial d’Angers27. Les institutions municipales et royales du chef-lieu de la circonscription, en particulier, demeurent encore assez mal connues28, même si le corps de ville commence à sortir de l’ombre29. Notre travail vise donc aussi à combler une lacune historiographique. S’il suscite des vocations, l’un des objectifs que nous nous sommes fixés sera rempli.

  • 30 VALOIS (Noël), Inventaire des arrêts du conseil d’Etat (règne de Henri IV), Paris, 1886-1893, 2 vo (...)

7Le choix des bornes chronologiques appelle peu de commentaires. Nous avons décidé d’embrasser l’histoire du bureau des finances de sa création à sa suppression, sans nous interdire des incursions en amont et en aval des limites annoncées (1577-1790), purement indicatives. En effet, l’office de trésorier de France remonte à une époque ancienne et les membres du premier bureau des finances sont les successeurs directs des trésoriers de France et des généraux des finances du premier seizième siècle. De la même façon, le sort des officiers n’est pas réglé en 1790. Leurs choix politiques au cours de la décennie révolutionnaire sont révélateurs de leur conception de l’Etat et de la société. Compte tenu de l’importance de la question, il n’est pas illégitime de sortir du cadre chronologique. On pourrait objecter qu’il aurait été préférable de restreindre le champ d’étude à la période la mieux documentée sur le plan des sources : en gros de 1661 à 1790. A cela, nous répondrons que nous disposons de données non négligeables sur la première phase d’existence du bureau des finances, notamment sur le règne d’Henri IV, grâce à un répertoire d’arrêts du Conseil très détaillé30. En outre, laisser de côté ce pan capital de l’histoire du bureau des finances nous aurait interdit de proposer une réponse à l’une des interrogations fondamentales du sujet : peut-on oui ou non parler de « déclin » de l’institution ?

  • 31 Seul Philippe Rosset a jugé bon de consacrer quelques développements aux officiers subalternes du (...)
  • 32 HAMON (Philippe), « Messieurs des finances »..., ouvr. cit., p. 81-83.
  • 33 THUILLIER (Guy), Bureaucratie et bureaucrates en France au XIXe siècle, Genève, 1980. CHARLE (Chri (...)

8Deux autres interrogations, en dehors de celle-ci, retiendront notre attention. La première porte sur le fonctionnement du bureau des finances. Qui prend les décisions dans cette administration ? Quelle est la répartition des tâches entre officiers ? En quoi, par exemple, consiste le travail d’un procureur du roi, d’un greffier, d’un huissier ? Trop souvent, ces questions sont passées sous silence dans les travaux d’histoire institutionnelle. Les bas officiers, dont la fonction est d’assurer le bon fonctionnement des juridictions, ont d’ailleurs jusqu’ici très peu retenu l’attention des chercheurs31. Ces sujets intéressent pourtant directement l’histoire de l’Etat. Entre la Renaissance, période à laquelle les grands officiers de la Couronne mènent « une vie de nomade » et usent de méthodes de travail que l’on pourrait qualifier d’empiriques32, et le XIXe siècle des « ronds-de-cuir »33, deux siècles s’écoulent durant lesquels émergent de nouvelles pratiques administratives, de type bureaucratique. Pour prendre la mesure des changements, une institution royale de province constitue un terrain d’observation idéal, la capitale n’ayant pas la valeur exemplaire requise.

  • 34 EMMANUELLI (François-Xavier), Etat et pouvoirs dans la France des XVIe-XVIIIe siècles. La métamorp (...)

9La seconde interrogation fondamentale concerne les rapports entre officiers et administrés d’une part, officiers et pouvoir central d’autre part. Les décisions des trésoriers de France sont-elles toujours suivies d’effets ? Mettent-ils un point d’honneur à faire respecter les règles ou font-ils montre d’une certaine souplesse ? D’une manière générale, quel regard les habitants de la généralité de Tours portent-ils sur ces agents de la monarchie ? Les considèrent-ils avec ce sentiment de méfiance que tout contribuable éprouve instinctivement à l’égard d’un représentant du fisc ou comme des défenseurs des « libertés provinciales » dont on attend aide et protection, au besoin contre le souverain lui-même ? La question pourrait aussi être tournée de la façon suivante : les trésoriers de France travaillent-ils au renforcement de la monarchie absolue ou s’évertuent-ils à contrarier ce mouvement à l’instar des officiers des cours supérieures (parlements, entre autres), au XVIIIe siècle surtout34 ?

  • 35 Expression forgée par Daniel Dessert. DESSERT (Daniel), Argent, pouvoir et société au Grand Siècle (...)

10Le plan s’organisera en deux parties. La première sera axée sur le fonctionnement et l’activité du bureau des finances de Tours. Après un chapitre consacré à la présentation de l’administration et de son personnel, nous brosserons un tableau des compétences et des réalisations des trésoriers de France dans les trois secteurs relevant de leur autorité : les finances, le domaine et la voirie. Un découpage chronologique sera adopté à l’intérieur de chaque chapitre, de façon à mettre en évidence les ruptures majeures, s’il s’en trouve, l’objectif final étant de formuler une réponse aussi claire que possible à la question qui forme le cœur du sujet : déclin ou non ? La seconde partie accordera une place centrale aux hommes du bureau des finances. Un premier chapitre s’intéressera à leurs origines sociales, un thème d’autant plus important qu’il existe des idées reçues sur le sujet, qu’il s’agira de confirmer ou d’infirmer. En particulier, nous vérifierons s’il existe un lien entre l’évolution en matière de recrutement des officiers supérieurs du bureau des finances et les vicissitudes de l’institution au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. Dans un deuxième temps, nous étudierons les profils de carrière des officiers, ce qui nous amènera à définir leurs privilèges matériels et honorifiques, qui constituent l’une des marques de la condition robine sous l’Ancien Régime. Ce sixième chapitre fera la part belle aux rapports parfois tumultueux entre officiers et gouvernement, un thème qui sera à nouveau à l’honneur dans le septième, consacré à l’implication du corps des trésoriers de France – et accessoirement à celui des deux autres communautés du bureau des finances, les greffiers et les huissiers – dans le système « fisco-financier »35 de la monarchie absolue française. A l’occasion, nous nous attarderons sur les fortunes de nos officiers, dont nous tenterons d’évaluer le volume et de déterminer la composition. L’ultime développement traitera de toutes les formes d’action des bureaux des finances pour défendre et élargir leurs prérogatives à travers le cas de Tours : nous y présenterons les différents types de représentation des compagnies « à la suite du Conseil », analyserons les méthodes du « syndicat » et tâcherons de dégager les résultats auxquels il est parvenu, sans oublier ses échecs.

11Nous devons au lecteur une précision importante : familier des prosopographies sur le monde de l’office (il en existe beaucoup), il sera peut-être étonné de ne pas trouver dans les pages qui suivent tous les développements auxquels il est habitué. Sur les sensibilités religieuses et les préoccupations intellectuelles des membres du bureau des finances, nous ne dirons que très peu de choses. Quant au mode de vie des officiers (habitat, domesticité, rapports familiaux, loisirs), nous ne l’évoquerons pas. Non que ces sujets nous paraissent secondaires ou que nous prenions un malin plaisir à nous dérober au « parcours obligé » du prosopographe. Simplement, le temps nous a manqué pour aborder ces sujets, du reste non indispensables à notre problématique centrale.

Notes

1 BLUCHE (François), « Les officiers du bureau des finances de Paris au XVIIIe siècle, 1693-1791 », Bulletin de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Ile-de-France (1970), 1973, 97e année, p. 147-215.

2 DUMONT (François), Le Bureau des finances de la généralité de Moulins, Moulins, 1923. VANNIER (Jean), Essai sur le bureau des finances de la généralité de Rouen, 1551-1790, Rouen, 1927. CHARMEIL (Jean-Paul), Les trésoriers de France à l’époque de la Fronde. Contribution à l’histoire de l’administration financière sous l’Ancien Régime, Paris, 1964. DELAUME (Geneviève), Le bureau des finances de la généralité de Paris, Paris, 1966

3 Les bureaux des finances de province sont supprimés en 1790, celui de Paris en 1791.

4 FELIX (Joël), Economie et finances sous l’Ancien Régime. Guide du chercheur, 1523-1789, Paris, 1994, p. 303.

5 Article « Bureaux des finances », dans BELY (Lucien) (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, 1996, p. 186-187.

6 Aucune étude approfondie n’existant sur les bureaux des finances des pays d’Etats.

7 BARBICHE (Bernard), « Les bureaux des finances : état des questions et perspectives de recherche », dans Les finances en province sous l’Ancien Régime. Journée d’études tenue à Bercy le 3 décembre 1998, Paris, 2000, p. 7-16.

8 ROSSET (Philippe), Les officiers du bureau des finances de Lille (1691-1790), Genève-Paris, 1991. BROUSSELLE-BASQUES (Valérie), « Le bureau des finances de Montauban et ses officiers (1635-1790) », Etudes et documents, VII, 1995, p. 53-81. ASHTA-BARGOIN (Emmanuelle), « Les trésoriers généraux de la généralité de Paris (1577-1643) », Positions des thèses de l’Ecole nationale des Chartes, 1999, p. 25-31.

9 Ils ont été récemment rappelés par CORNETTE (Joël), L’affirmation de l’Etat absolu, 1515-1652, Paris, 1994, p. 167.

10 Mettons de côté l’ouvrage de Jean-Paul Charmeil, dont la problématique est très spécifique et chronologiquement ciblée.

11 Parmi les ouvrages les plus stimulants, citons CASTAN (Nicole), Justice et répression en Languedoc au siècle des Lumières, Paris, 1980, et GARNOT (Benoît), Crime et justice aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 2000.

12 HAMON (Philippe) L’argent du roi. Les finances sous François Ier, Paris, 1994 ; « Messieurs des finances ». Les grands officiers de finance dans la France de la Renaissance, Paris, 1999.

13 BAYARD (Françoise), « Les activités du Bureau des finances de Lyon dans la première moitié du XVIIe siècle », dans L’administration des finances sous l’Ancien Régime. Colloque tenu à Bercy les 22 et 23 février 1996, Paris, 1997, p. 241-270.

14 A ce sujet, cf. NAGLE (Jean), « Prosopographie et histoire de l’Etat : la France moderne. XVIe-XVIIIe siècles », dans Prosopographie et genèse de l’Etat moderne. Actes de la table ronde organisée par le C.N.R.S. et l’E.N.S.J.F., Paris, 22-23 octobre 1984, Paris, 1986, p. 77-90.

15 A.D. Indre-et-Loire, C 416-732, C 890-891 et C 921-954. A. D. Maine-et-Loire, C 217-282.

16 L 584 : copie de l’inventaire réalisé par le subdélégué Picault (1788).

17 Ibid., lettre du citoyen Rougeot, archiviste, aux administrateurs du District de Tours, 6 floréal an II (25/4/1794).

18 Ibid., requête du même, germinal an II.

19 LOIZEAU DE GRANDMAISON (Ch.), Inventaire sommaire des archives départementales d’Indre-et-Loire antérieures à 1790, t. I : Archives civiles (séries A, B, C, D, E), Paris, 1867, p. 18

20 Indre-et-Loire, Maine-et-Loire, Sarthe et Mayenne.

21 B.N.F., Mélanges Colbert. A.N., sous-série G7. Pour les règnes de Louis XV et de Louis XVI, l’essentiel de la correspondance a été détruite.

22 Archives départementales de l’Allier, du Calvados, du Cher, de la Marne, de la Moselle, du Nord, du Rhône, de la Seine-Maritime et de la Vienne.

23 La Fronde et la fin de l’Ancien Régime sont les seules périodes ayant fait l’objet de recherches. MOUSNIER (Roland), « Recherches sur les syndicats d’officiers pendant la Fronde Trésoriers généraux et élus dans la révolution », dans La plume, la faucille et le marteau. Institutions et société en France du Moyen Age à la Révolution, Paris, 1970, p. 301-333 ; CHARMEIL (Jean-Paul), ouvr. cit. ; ROSSET (Philippe), « Les bureaux des finances à la fin de l’Ancien Régime : déclin et résistance de l’institution », dans L’administration des finances..., ouvr. cit., p. 271-279.

24 B. M. Tours, Ms. 1 236. Ce livre de 358 pages (rédigé vers 1840-1850 ?) faisait partie d’un legs à la Bibliothèque municipale. Un ouvrage dans le même esprit a été publié par LOUVENCOURT (Adrien de), Les trésoriers de France de la généralité de Picardie ou d’Amiens, Amiens, 1896.

25 B.M. Tours, Ms. 1 220 : Recueil de notes de Lambron de Lignim sur différents sujets relatifs à l’histoire de Touraine, p. 39-46. La liste comporte cependant quelques erreurs. Nous n’avons pu identifier ce L. Abraham, qui aurait fait office de « gardien de la mémoire » du bureau des finances.

26 A. D. Indre-et-Loire, 8F 83/22.

27 MAILLARD (Jacques), Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, Angers, 1984 (2 vol.). L’étude de Sylvain Soleil sur le présidial d’Angers n’a pas épuisé le sujet, l’activité de ce tribunal n’ayant pas été mesurée. SOLEIL (Sylvain), Le siège royal de la sénéchaussée et du présidial d’Angers, 1551-1790, Rennes, 1997. Sur les institutions d’Ancien Régime dans le Maine, il n’existe aucune synthèse satisfaisante.

28 Citons tout de même un ouvrage de base sur les magistrats du présidial de Tours dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : TOURNERIE (Jean-André), Recherches sur la crise judiciaire en province à la fin de l’Ancien Régime : le présidial de Tours de 1740 à 1790, Tours, 1975 (dact). L’intendance de Tours a fait l’objet d’une synthèse unique, à bien des égards dépassée : DUMAS (François), « La généralité de Tours au XVIIIe siècle. Administration de l’intendant Du Cluzel (1766-1783) », M.S.A.T., 1894, t. 39. A signaler un article stimulant et bien informé sur l’intendance de Tours à la fin de l’Ancien Régime : TOURNERIE (Jean-André), « La fin de l’intendance de Tours », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1978, t. 85, n° 3, p. 401-438.

29 Claude Petitfère est l’auteur de plusieurs articles sur les membres du corps de ville de Tours, parmi lesquels on peut citer « Voxpopuli, vox regis ? L’élection des maires de Tours aux XVIIe et XVIIIe siècles », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 106, n° 4, 1999, p. 47-64, ou encore « Les embarras financiers d’un corps de ville : l’exemple de Tours au Grand Siècle (vers 1589-1715) » dans Pourvoir les finances en province sous l’Ancien Régime. Journée d’études tenue à Bercy le 9 décembre 1999, Paris, Comité pour l’Histoire économique et financière de la France, 2002, p. 51-83. Signalons aussi que Béatrice Baumier-Legrand prépare une thèse sur la municipalité tourangelle de 1764 à 1792.

30 VALOIS (Noël), Inventaire des arrêts du conseil d’Etat (règne de Henri IV), Paris, 1886-1893, 2 vol.

31 Seul Philippe Rosset a jugé bon de consacrer quelques développements aux officiers subalternes du bureau des finances de Lille. ROSSET (Philippe), ouvr. cit., passim.

32 HAMON (Philippe), « Messieurs des finances »..., ouvr. cit., p. 81-83.

33 THUILLIER (Guy), Bureaucratie et bureaucrates en France au XIXe siècle, Genève, 1980. CHARLE (Christophe), Les hauts fonctionnaires en France au XIXe siècle, Paris, 1980.

34 EMMANUELLI (François-Xavier), Etat et pouvoirs dans la France des XVIe-XVIIIe siècles. La métamorphose inachevée, Paris, 1992, p. 267-286.

35 Expression forgée par Daniel Dessert. DESSERT (Daniel), Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, 1984.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable