Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une administration royale d'Ancien Régime : le bureau des finances de Tours

 | 
François Caillou

Préface

Claude Petitfrère

Texte intégral

1Les bureaux des finances, qui furent sous l’Ancien Régime une des principales administrations du royaume, prétendant même au rang de cour souveraine, sont aujourd’hui bien mal connus du « grand public éclairé », sans doute même de la plupart des étudiants en histoire. C’est qu’ils ont longtemps souffert d’une sorte de mépris que résume bien ce jugement définitif de Marcel Marion (Dictionnaire des institutions de la France aux XVIIe et XVIIIe siècles, édition originale 1923) : « Les bureaux des finances étaient aux XVIIe et XVIIIe siècles une institution vieillie, tombée dans un grand discrédit et une profonde inutilité ». De tels a priori n’étaient pas de nature à pousser les chercheurs dans des travaux risquant d’être longs et fastidieux, et en retour l’ignorance perpétuée contribuait à faire vivre les idées toutes faites.

2Heureusement les choses ont évolué, lentement à vrai dire, après la parution, il y a une quarantaine d’années, d’un premier ouvrage fondamental pour le sujet, celui de Jean-Paul Charmeil (Les trésoriers de France à l’époque de la Fronde. Contribution à l’histoire de l’administration financière sous l’Ancien Régime, 1964). De Lille à Montauban et de Lyon à Paris quelques bonnes monographies ont été consacrées récemment aux activités des bureaux (Françoise Bayard pour Lyon) ou à leur personnel (Philippe Rosset pour Lille, pour ne citer que ces deux auteurs).

3Le présent ouvrage s’inspire à l’évidence de ces prédécesseurs, mais il présente l’originalité d’embrasser le sujet dans son ensemble, l’étude du fonctionnement et celle du personnel, sur la totalité de l’existence du bureau des finances de Tours, du temps des guerres de Religion à la Révolution. La longue durée permet à François Caillou de tester la thèse traditionnelle, celle que posait Marcel Marion, du déclin de l’institution à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, lorsque l’ancrage d’intendants permanents dans les généralités est supposé avoir ôté aux trésoriers de France l’essentiel de leurs compétences. Grâce au croisement de plusieurs paramètres – comme la résidence, l’assiduité aux séances, ou le volume des sentences rendues en audience – François Caillou peut à bon droit contester l’indolence prêtée aux trésoriers de la seconde modernité par bien des juristes ou historiens. Il note même un regain d’activité du bureau de Tours à partir du règne personnel de Louis XIV. En fait ce phénomène cache une profonde mutation de sa vocation. François Caillou confirme bien, à partir de l’exemple local, que ce qui était le domaine essentiel de compétence des bureaux à leur création, celui de la fiscalité – la répartition de la taille entre les élections et les paroisses – leur a été effectivement enlevé en deux étapes, dans les années 1640 puis 1660, au profit de l’intendant et de ses subdélégués. Mais les bureaux ont conservé leur compétence relative à la gestion du domaine royal et surtout ils ont fortement accru leur pouvoir et leur efficacité en matière de voirie et d’urbanisme, ce qui a constitué pour eux une voie de renouveau au siècle des Lumières. Par ailleurs, leurs pratiques administratives connaissent une modernisation qui cadre mal avec l’idée de somnolence. De son étude François Caillou tire finalement une position nuancée. Il ne conteste pas la perte de pouvoir et de prestige du bureau de Tours, que vient confirmer le net abaissement du rang social des nouveaux trésoriers au siècle des Lumières, mais il rejette le vocable de décadence revêtu d’une connotation morale péjorative, ainsi que la prétendue inutilité de l’institution « largement contredite par le dynamisme et la volonté de servir des officiers au XVIIIe siècle ».

4Par ailleurs, outre leurs attributions officielles, les bureaux des finances avaient, comme de nombreux autres corps administratifs d’Ancien Régime, une fonction essentielle, celle d’aider à pourvoir les finances de l’Etat. François Caillou montre excellemment que les manipulations du roi en matière d’offices, les taxations exceptionnelles, emprunts et dons gratuits, fréquents et lourds notamment pendant les guerres du XVIIe siècle, ont formé d’intéressantes sources de revenus pour la monarchie. Cela constitue un aperçu largement neuf sur l’implication des bureaux des finances dans le « système fisco-financier » d’Ancien Régime cher à Daniel Dessert. Et je ne manquerai pas de souligner une autre contribution, totalement inédite, à l’histoire générale de l’institution : l’éclairage apporté sur le système organisé de défense collective des droits et privilèges de l’ensemble des compagnies du royaume, leurs activités « syndicales », qui, contrairement à l’opinion couramment admise, persistent bien au-delà de la Fronde, en fait jusqu’à la Révolution.

5On voit par ces exemples que l’intérêt de ce livre dépasse largement le cadre d’une monographie et qu’il apporte des contributions majeures à l’histoire générale de l’administration d’Ancien Régime. Cela n’empêche qu’il s’insère profondément dans le terroir tourangeau que François Caillou affectionne. Il le fait notamment par le biais de l’étude du personnel de la compagnie, non seulement les officiers supérieurs, présidents et trésoriers de France, mais – et là encore il s’agit d’une démarche rare sinon inédite – les officiers subalternes, huissiers et procureurs, ainsi que les greffiers qui constituent une sorte d’étage intermédiaire.

6Les trésoriers de France occupaient une place éminente dans la société tourangelle. Leur compagnie était la seule, non seulement à Tours mais dans l’ensemble de la généralité, dont les offices conféraient la noblesse, du moins après la suppression en 1666 du privilège accordé aux charges municipales des villes importantes, et l’on retrouve parmi ses membres nombre de patronymes connus des Tourangeaux, beaucoup de ceux, notamment, qui accédèrent à l’échevinage. Les officiers du bureau des finances n’ont-ils pas fourni 23 des 73 maires de Tours qui se sont succédé de 1589 à 1789 ? Parmi les familles les plus représentées à l’hôtel de ville, les Hubert, les Aubry, les Decop s’honorèrent de compter dans leurs rangs plusieurs trésoriers de France.

7L’on répète souvent que l’accession graduelle à la noblesse aurait été l’intérêt principal pour ne pas dire la seule utilité des bureaux. A Tours ce fut le cas pour moins d’un cinquième des lignages. Antérieurement au siècle des Lumières, beaucoup de familles – pas moins de la moitié – appartenaient déjà au second ordre lors de l’acquisition d’une charge de trésorier par un des leurs, ou étaient en train de le rejoindre par d’autres voies. Mais les choses changent par la suite. La proportion des familles nobles tombe à quelque 14 % de celles qui accèdent au bureau des finances. De nombreuses dynasties marchandes achètent des offices de trésoriers, et l’espérance de s’intégrer un jour à la noblesse n’y est sans doute pas pour rien, même si bien des espoirs devaient être déçus par l’éclatement inopiné de la Révolution. L’institution a donc bien joué le rôle d’une soupape de sûreté pour la société d’Ancien Régime en facilitant la promotion de nombreuses familles issues du négoce.

8Construit non seulement à partir du riche fonds du bureau des finances conservé aux Archives d’Indre-et-Loire mais aussi de nombreux documents puisés aux Archives nationales ainsi qu’à dix-huit dépôts de province, l’ouvrage de François Caillou est à la fois savant, érudit même parfois, et de lecture facile car il est écrit d’une plume alerte, alliant clarté et élégance, et pourvu de nombreuses études de cas instructives et attrayantes. Il apporte une contribution majeure tant à l’histoire nationale des bureaux des finances, du monde des officiers et même plus généralement de l’administration royale qu’à l’histoire de la société urbaine, enfin à celle de la ville de Tours et de toute sa grande région pour laquelle il constitue une mine d’informations désormais aisément disponibles.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable