Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Rien n’est jamais gagné

L’éloge de l’ombre : le sentiment d’insécurité en milieu urbain, reflet des inégalités de sexes ?

Céline Camus

Texte intégral

à Mah

  • 1 Bonelli L., « Experts et médias : la spirale », Regards, n° 65, Paris, Février 2001 ; Tricot C., « (...)
  • 2 Wievorka M., « Le nouveau paradigme de la violence », Cultures et Conflits, n° 29/30, Paris, 1998.

1La question de l’insécurité urbaine fait l’objet d’une importante publicité médiatique. Les médias désignent habituellement les jeunes issus des banlieues comme principaux coupables de cette montée du sentiment d’insécurité. En réalité, c’est surtout dans le champ de la politique que la prise en compte des phénomènes de violence dans les quartiers sensibles démarrent1. Si cette évolution de la violence urbaine est aujourd’hui objet de consensus, elle était dans les années 60 encore à l’origine d’un clivage droite gauche. Les intellectuels, souvent d’une lignée révolutionnaire la comprenaient et la sphère politique pouvait encore à ce moment la tolérer. Or depuis les années 80, toute référence positive à la violence est bannie2.

  • 3 Au sens d’Olivier de Sardan J-P., « La violence faite aux données », Enquête, n° 3, 1996, p. 31-59
  • 4 Le Roux B., « Pas de proximité sans débat national sur la sécurité », http://www.libération.fr/quo (...)
  • 5 Bauer A., in http://www.universite-tous-les-savoirs.fr, 2001.
  • 6 Mouhanna C., Polices judiciaires et magistrats, Paris, Ed. la Documentation Française, 2001, 251 p

2A la mésinterprétation3 propre aux médias de masse et à la production d’un consensus, s’ajoute la confusion. L’insécurité devient problématique à la fois à définir et à mesurer. Il est alors difficile d’appréhender les chiffres surtout lorsque les effets de l’appareil statistique contribuent à nourrir les sentiments d’insécurité4. L’analyse multifactorielle proposée par Bauer5 est l’une des réponses possibles, capable de prendre en compte le caractère évolutif de la violence urbaine synonyme désormais de délinquance. Cette perspective modérée tend à remettre en question la négation de l’insécurité tout en soulignant l’importance notamment de la progression de la demande sécuritaire, de la paupérisation des foyers monoparentaux et de l’ambiguïté des discours politiques. Nous pourrions aussi rajouter l’instrumentalisation des chiffres par les services policiers, signalée par Mouhanna6.

3Si les travaux sociologiques portant sur les aspects pluriels de la violence urbaine ne manquent pas, en revanche peu nombreuses sont les recherches menées sur le-s sentiment-s d’insécurité qu’elle génère. Cette raison nous a incitée, lors de notre étude, à privilégier cet aspect, appréhendé ici à travers les pratiques et représentations sociales de l’espace urbain et qui plus est nocturne. Ce sont donc les stéréotypes en tant que révélateurs de tensions sociales qui retiennent notre attention. Et plus particulièrement ceux qui mettent en évidence des inégalités entre des normes féminines et masculines.

  • 7 L’étude dont sont issues les données présentées ici s’est déroulée à Tours dans le cadre d’un DEA (...)

4En effet, nous avons rapidement pu constater lors de notre terrain7 que les pratiques féminines de l’espace public la nuit ne pouvaient se confondre avec celles des hommes. Il était donc indispensable que notre échantillon soit composé d’hommes et de femmes afin de comprendre la nature des craintes de chacun. En outre, un échantillon mixte permet également d’utiliser d’autres variables comme la classe d’âge et la catégorie socioprofessionnelle afin de les mettre en perspective. Nous pouvons regrouper nos 16 interviewés de la manière suivante. Sur 8 femmes interrogées, 4 sont enseignantes dans le secondaire tandis que le reste de l’échantillon féminin est composé de secrétaires exerçant dans les transports routiers et dans un parti politique, d’une informaticienne travaillant au sein d’une institution publique et d’une ancienne traductrice aujourd’hui retraitée. Ces femmes étaient âgées de 27 à 64 ans. Quant aux hommes, trois d’entre eux étaient secrétaires temporaires, deux autres étaient employés, l’un au service des Postes et l’autre personne chez un artisan tandis que le dernier interviewé était pharmacien. Les âges variaient également de 24 à 64 ans.

  • 8 Goffman E., L’arrangement des sexes, Paris, Ed. La Dispute, 2002.

5Comprendre la légitimité que chacun a, à pratiquer un espace non domestique nous a amené à choisir une méthode qualitative. C’est donc principalement à l’aide d’entretiens semi-directifs que nous avons recueilli nos données. Les entretiens s’intéressaient à la fois aux pratiques actuelles de l’espace d’hommes et de femmes et à leur apprentissage de la mobilité spatiale. En effet, comme le soulignait Goffman8, la socialisation est différentielle selon la classe de sexe de chacun. C’est donc cette socialisation initiale que nous allons questionner afin d’en évaluer l’impact.

LES SENTIMENTS D’INSECURITE ET LEUR FONCTION NORMATIVE

  • 9 Maillochon F. – Mogoutov A., « Sociabilité et sexualité », L’entrée dans la sexualité : le comport (...)

6Si les pratiques urbaines des femmes ainsi que leur appréhension de l’espace public sont de nature différente de celles des hommes, il s’agit en premier lieu d’en comprendre les raisons sociales afin d’éviter tout recours à une vision substantialiste qui réduirait les peurs nocturnes des femmes à un trait de caractère. En ce sens, pratiquer la ville à toute heure du jour ou de la nuit, ou bien restreindre ses activités nocturnes, par exemple, n’est pas seulement relatif aux emplois du temps des individus. Il semble, au contraire que les pratiques urbaines actuelles sont intimement liées à la manière dont les hommes et les femmes ont intériorisé pendant leur éducation les divers lieux qu’il leur est légitime de fréquenter. Les travaux de Florence Maillochon et Andrei Mogoutov9 montrent que la sociabilité des jeunes s’inscrit dans des espaces sexuellement différenciés. Les relations amicales des garçons se font à 61 % à l’échelle de la ville et à 50 % pour les filles. Cette différence est confirmée par l’observation de leurs relations amicales homosexuées : 64 % des filles se rencontrent au sein de leur établissement scolaire, contre 47 % pour les garçons. Les espaces de sociabilité des garçons sont donc plus ouverts et la mobilité de chacun se distingue bien selon le sexe.

7Notre premier axe de recherche consiste à analyser les pratiques éducatives et à remarquer s’il existe des différences notables au sein des règles intrafamiliales. L’éducation reçue par l’ensemble des interviewés relève-t-elle d’une logique propre à l’avènement de la société mixte ? Ou bien nous est-il possible de déceler des disparités concernant les modes de régulation entre les enfants de sexes différents ?

8Suite à cette analyse, il s’agit pour nous de comprendre pourquoi l’espace urbain provoque tant de stéréotypes ? Et pourquoi entendons-nous systématiquement que les femmes sont plus susceptibles de se faire agresser la nuit ? Comme Denis Slakta (1994) le rappelle, les stéréotypes ont toujours un caractère normatif composé d’un versant descriptif et d’un autre prescriptif. L’énoncé d’une norme explicite ipso facto la manière de la transgresser. C’est pourquoi établir une norme impose aussi de mettre en place un arsenal de sanctions. Ainsi le discours sur la vulnérabilité du deuxième sexe a peut-être une autre fonction que de le protéger...

ENTRE L’IMPOSITION DES LIMITES ET L’APPRENTISSAGE DE LA LIBERTE

9Le discours dominant sur l’égalité des sexes étant bien diffusé, questionner directement les interviewés sur les différences entre les frères et sœurs a suscité quelques impasses. Il est rare qu’un interviewé admette l’existence d’inégalités au sein de sa famille. Pour cette raison, la grille d’entretien relative au sentiment d’insécurité, comportait un ensemble de questions propres aux règles de sorties que les interviewés avaient à respecter pendant leur adolescence.

  • 10 Baudry P., « Une bonne éducation », in Autrement, n° 168, Paris, p. 117-128.
  • 11 Baudry P., op.cit., p. 126.

10Il s’agit donc de distinguer les diverses attitudes des familles. Notre point de départ est l’étude de la division sexuelle de l’espace et plus précisément de son apprentissage. Les familles se comportaient-elles toutes de la même manière ? L’éducation reçue par l’ensemble des interviewés relevait-elle d’une même logique propre à l’avènement de la société mixte comme certains sociologues le pensent ? Ou bien nous est-il possible de déceler des disparités concernant le contrôle des sorties entre les enfants de sexes différents ? Comme le montre Patrick Baudry10 la violence, et notamment la violence familiale, ne s’actualise pas seulement dans ses formes apparentes. Elle n’a pas besoin d’agir pour être agissante. « Naturalisée et incorporée, produite dans le cycle de reproduction dont la nécessité tient de l’évidence, la violence routinisée ne peut rien à la riposte, elle ne s’accompagne d’aucun « événement » qui pourrait en retour justifier la révolte. L’innommable monstruosité, ce qui échappe à la catégorie du mal – ou plutôt ce qui indique que le mal est inévaluable, hors d’indication – peut emprunter précisément l’allure policée de la norme »11. La violence peut donc prendre « l’allure policée de la norme ». Et c’est justement cette norme qui nous intéresse.

11Des entretiens semi-directif réalisés auprès de huit femmes, nous pouvons retenir à la fois la nature de ces règles familiales et la manière dont le protocole était imposé. Se dessinent dès lors trois types de règlements particulièrement distincts.

12Un premier groupe de femmes, âgées entre 50 et 65 ans se distingue très nettement dans sa manière de percevoir les obligations parentales. Elles sont clairement énoncées et dans tous les cas strictes. Les horaires sont très précis et elles insistent particulièrement sur la limite qu’il s’agissait de respecter. Leurs sorties étaient très limitées et se résumaient à des activités qui devaient relever de l’ordre de l’exceptionnel. Leurs fréquentations devaient être surveillées, un frère ou bien un autre membre de la famille (une mère par exemple) était présent afin d’assurer le contrôle de leurs sorties. L’âge de la majorité (21 ans dans leurs cas) a constitué une étape importante dans la mesure où elles ont pu décider « librement » de leurs activités seulement après. Toutes ces conditions devaient être réunies sinon la sortie était systématiquement refusée.

13L’exemple de Geneviève le montre bien : « J’avais 19, 20 ans parce que la majorité était à 21 et bon j’avais une copine qui se mariait et j’ai pas pu aller au mariage par exemple parce qu’on sait pas qui c’est [...] Il y avait pas de justification... non on demandait pas d’explication d’ailleurs, on demandait l’autorisation, c’était oui ou c’était non, point c’était comme ça, il y avait une autorité et c’est comme ça ».

  • 12 Fize M., La démocratie familiale. Évolution des relations parents-adolescents, Paris, Éd. Presses (...)

14Ce type de codes dits explicites semble être le résultat d’une éducation propre aux années 50-65. Les relations parents-adolescents de cette période sont d’ailleurs qualifiées d’autoritaires par Michel Fize12, contrairement aux deux décennies suivantes.

15Un second groupe de femmes se distingue du précédent par une incapacité à énoncer avec précision les recommandations familiales. Nous avons donc qualifié ces codes d’implicites par opposition aux premiers. Si les règles semblent avoir été plus facilement intériorisées, elles imposent paradoxalement toujours le même type de contraintes : horaires à respecter, accompagnement souhaité et non plus exigé, nécessité de connaître le cadre de la sortie. La surveillance ne s’opère plus obligatoirement par un membre de la famille mais par un ami, à condition d’être reconnu.

  • 13 Baudry P., op.cit., p. 125.

16Une autre particularité de ces entretiens réside dans la quasi négation des impositions familiales. C’est cette opposition entre la visibilité et l’invisibilité des conventions familiales qui importe dans la mesure où il s’agit de la seule différence qui distingue ces deux générations de femmes. Notre constat coïncide avec les analyses de Patrick Baudry qui insistent non pas sur l’existence d’un changement radical entre les anciennes et les nouvelles générations mais au contraire sur les nouvelles formes de souverainetés familiales : « Pas de silence imposé, mais un devoir de conversation où la sincérité du propos se mesure à la capacité de tout dire. Ici la terreur qui produit l’obéissance, là la séduction qui entraîne non pas la capture mais la captation »13.

  • 14 (de) Singly F., Le soi et le couple, Paris, Éd. Nathan, 1996.

17Ainsi les dissemblances que nous pouvons observer entre un type de code explicite et un autre plus subtil n’engendre pas un changement de nature comme le souligne également François de Singly14 au sujet des principes pédagogiques actuels où la disparition du schéma traditionnel n’est que relative. Ce qui semble se modifier n’est absolument pas la norme en elle même mais bien la manière dont elle se légitime.

18Il reste donc à s’interroger sur le type d’évolution que présente ce « passage » entre une éducation basée sur des règles répressives et une autre de type préventif. Est-il possible de parler de progrès de la condition féminine lorsque l’ensemble des femmes semble avoir bénéficié de restrictions de nature identique ? Certains pourront arguer que ces différences de degré observées entre ces deux générations, renvoient à qualifier ces familles de plus ou moins inégalitaires. Pour notre part, nous insistons sur le fait qu’une opposition stricte entre ces deux types d’éducation ne semble pas rendre compte de la réalité.

  • 15 Héritier F., Masculin/Féminin II : Dissoudre la hiérarchie, Paris, Ed. Odile Jacob, 2002.

19Enfin, le troisième groupe relevé est celui des hommes dans la mesure où leurs discours viennent confirmer notre premier constat. L’analyse de leurs entretiens dévoile que leurs règles de sorties étaient d’une toute autre nature que celles des femmes. Toutes générations confondues, les hommes ont été incités à sortir. Les contraintes parentales ne sont pas perçues puisque aucune autorisation n’est nécessaire. Les horaires ne sont pas forcément précisés et il n’est pas besoin pour eux d’être surveillés. Ils sont donc très rapidement encouragés à être autonomes, indépendants et actifs. Les seuls restrictions que les hommes ont pu rencontrer étaient liées à deux facteurs : les obligations scolaires et l’âge, c’est-à-dire des limites qui en elles-mêmes peuvent évoluer, contrairement à la situation des femmes dans la mesure où le fait d’être une femme pose en soi un problème. En effet, comme le souligne Françoise Héritier15, il ne s’agit pas de comprendre une pratique sociale en fonction des compétences requises qui seraient propres à chaque sexe mais au contraire de cerner l’aspect purement arbitraire de leur affectation à l’un ou l’autre sexe.

20Comprendre le rôle et l’impact de l’éducation a pour nous signifié la prise en compte de leurs pratiques actuelles. Il s’agit de vérifier si les valeurs transmises au sein du milieu familial ont de réelles répercussions quant à leur mobilité présente.

LES PRATIQUES URBAINES D’AUJOURD’HUI

21Notre intention est ici d’analyser les attitudes des femmes à propos de leurs pratiques de la ville. Nous avons procédé de la même manière que dans l’étape précédente. La situation des femmes a été examinée dans un premier temps pour ensuite être confrontée à celles des hommes. S’il n’est pas interdit aux femmes de sortir librement, nous tenons à examiner plus en détails si ces dernières se sentent aussi légitimes que les hommes à pratiquer l’espace public.

22Nos interrogations ont donc porté cette fois sur le sentiment d’insécurité, sur les divers lieux que les interviewés fréquentaient la nuit, leur fréquence mais aussi ceux qu’ils ou elles s’interdisaient.

23Les femmes interviewées lors de notre étude sortent-elles seules la nuit ? Dans quels quartiers se sentent-elles le moins en sécurité ? Vont-elles sur les bords de Loire la nuit ? Si non pourquoi ? Le motif de ces restrictions a permis de repérer le sens pratique de chacun. Le « principe de précautions » a également été abordé afin de cerner jusqu’où s’intériorisaient certaines limites et pour quelles raisons. Nos pistes de réflexion se présentent encore sous forme d’un triptyque mais cette fois plus complexe.

24Nous pouvons constater que la nature des craintes féminines est d’ordre sexuel. Ce qui les distingue entre elles se situe seulement au niveau du degré de généralisation. Trois des femmes (Pénélope, Pascale et Louise) que nous avons questionnées peuvent être qualifiées de type anxieux, angoissé. Selon elles, une agression peut survenir n’importe quand, aussi bien sur leur lieu de travail que dans un parking. L’exemple suivant nous le montre. Pénélope, régulatrice des transports routiers, 27 ans : « Moi, je sors pas beaucoup, mais on peut être en insécurité chez soi. Au plus tard à 10 heures, je suis chez moi. [...] J’ai été agressée deux fois à Nantes et puis à Bordeaux une fois aussi [...] depuis je rentre pas toute seule, je vais déjà pas dans mon garage toute seule... Après c’est une peur... je me suis habituée à vivre avec cette peur en fait. Elle fait partie de moi et voilà, mais par contre si je vais à la cave, je sais que je ne risque pas grand chose mais je n’y vais jamais. Je refuse d’y aller ça me fait peur. [...] Physiquement j’ai les mains moites, non je ne suis pas bien quoi, je tremble, il faut que je parle toute seule ou alors je fais semblant, parce que j’ai un portable, de téléphoner alors qu’y a personne mais c’est pour que les gens croient que je ne suis pas toute seule. Mais je me souviens à Nantes, je me promenais toujours avec un couteau de cuisine, je sortais toujours avec parce que j’avais réellement peur... »

25L’agresseur est bien sûr un homme et son âge n’a pas d’incidence, tous sont susceptibles d’être des violeurs. La simple présence d’un homme dans une rue pose problème. Le fait d’être seule et isolée va amener ces femmes à prendre un maximum de précautions. Nous pouvons les qualifier dans ce cas de méfiantes. Le mieux et le plus rassurant sera de rester chez soi et par conséquent de réduire ses activités nocturnes. Être r-accompagnée ne suffira quelques fois pas à se sentir en sécurité. Les transports en commun posent également des difficultés si l’on écoute Louise, anciennement Directrice d’École, 64 ans : « Si j’étais seule dans un bus ça m’emballerait pas, c’est le fait d’être seule même face à un conducteur pourquoi pas... ». Les précautions dans leur cas ne sont jamais perçues comme contraignantes. La peur fait partie d’elles et aucun problème d’organisation ne se pose puisqu’elles peuvent toujours recourir à un tiers. Notons que l’entourage les incite souvent à faire attention et n’hésite pas à les rappeler à l’ordre de manière implicite. La famille de Louise lui propose encore d’éviter de circuler la nuit et préfère lui offrir l’hospitalité que de la voir rentrer seule en voiture à 64 ans...

26Leurs attitudes face aux dangers (réels ou supposés) sont passives. Plusieurs anecdotes révèlent qu’elles n’osent pas prendre la parole lorsqu’elles sont confrontées à des agressions verbales. Elles penseront en premier à demander de l’aide.

  • 16 Les termes de fou, de maniaque, d’excité ou de malade n’apparaissent pas dans les trois premiers e (...)

27Les cinq autres femmes (Astrid, Bénédicte, Aude, Augustine et Geneviève) sont réunies sous l’appellation de craintives. Nous ne sommes pas en présence d’un type antagoniste au premier puisque les craintes en elles-mêmes sont quasi identiques. Cependant il existe quelques nuances. Les lieux qu’elles s’autorisent à fréquenter sont plus stéréotypés et leur permettent ainsi de limiter l’étendue des espaces non fréquentables. Elles se donneront un peu plus de liberté et feront plus de tentatives pour justement essayer de pratiquer l’espace public. L’exemple d’Aude est ici significatif, enseignante de 33 ans suite à la lecture d’un article concernant la peur liée à l’isolement, elle décide de réaliser elle-même l’expérience. « Je me suis retrouvée une nuit comme ça à rester en Bretagne et puis j’avais pas envie de payer une chambre d’hôtel et je me suis dit j’essaierai bien de dormir une nuit dehors. C’était sur la côte bretonne : je me suis dit je vais dormir sur la plage... et bien je l’ai pas fait. Je ne l’ai pas fait parce que j’ai essayé de chercher des coins en me disant enfin bon il faut qu’il y ait un peu d’éclairage quand même mais il ne faut pas qu’on me voit, c’était compliqué, résultat des courses ce que j’ai fait c’est que j’ai dormi dehors mais j’ai dormi en fait dans le jardin de la maison de mon ami qui avait dû partir. Donc il n’y avait personne dans la maison, elle était fermée, mais son jardin était clôturé et je savais que je pouvais rentrer à l’intérieur donc j’ai fait ça. C’était un intermédiaire, parce que j’ai tout à fait l’argent pour me payer une nuit d’hôtel mais bon c’était un peu pour voir... ». Si cette expérience fut un échec, il importe de préciser que le simple fait d’envisager cette éventualité est impossible pour les femmes de type anxieux, angoissé. Ces femmes de type craintif ont aussi la particularité de rentrer seule ce qui n’est pas négligeable. Elles hésiteront moins à prendre le RER ou leur véhicule la nuit. Mais il s’agit une fois de plus de pratiquer l’espace public pour une raison précise et légitime, comme de rentrer chez soi. Nous verrons plus loin, qu’un homme peut se promener la nuit sans motif apparent. Le discours de ces cinq personnes est également plus stéréotypé lorsqu’il s’agit de nommer16 les éventuels agresseurs. Le fait de stigmatiser certaines déviances leur permet ainsi de repérer plus distinctement le(s) danger(s). En ce sens, l’insécurité n’est pas ici ressentie comme permanente ni immédiate. Nous pouvons donc les qualifier de prudentes.

28A l’opposé de ces discours, les hommes interrogés mentionnent trois types d’insécurité, d’ordre idéologique, matériel (peur d’être cambriolé ou volé) et sociétal (plusieurs faits sociaux ont été soulevés comme l’alcoolisme, la délinquance juvénile, la césure Nord Sud par exemple). Ainsi aucune crainte n’est relative à l’intégrité des interviewés c’est-à-dire à leur corps, à leur intimité. Les craintes sexuelles sont exclusivement féminines et les conséquences qu’elles impliquent sont donc liées à leur singularité. De ce fait, les peurs dites masculines ont été qualifiées de neutres dans le sens où elles sont relatives à des faits sociaux qui sont plus distanciés par rapport à soi. Certains interviewés iront même jusqu’à nier l’existence de l’insécurité urbaine et à soulever l’importance de la distinction entre le sentiment et le danger en lui même perçu comme plus réel. Nous donnerons l’exemple d’un interviewé agacé par nos questions, Émile (50 ans, pharmacien) : « bah écoutez ça fait 5 fois que je vous dis que je ne me sens en insécurité nulle part dans la ville de Tours ! [...] Non, je vais peut être vous sembler... mais je ne me sens quasiment jamais en insécurité, à part quand il y a quelqu’un qui me menace devant moi, avec une arme mais ça ne m’est jamais arrivé, je ne me sens pas en insécurité. Vous l’avez très bien formulé, c’est un sentiment... je le dis tranquillement, c’est pas un problème majeur là dessus. Je peux vous emmener dans n’importe quel quartier dans la ville de Tours, à n’importe quelle heure, n’importe quand. Je crois qu’on est quand même pas... j’ai eu l’occasion de le faire aussi, je crois se promener, aujourd’hui, je sais pas un exemple de pays encore que bon... on est ni à Sarajevo, ni la nuit dans certains quartiers à New York où je suis allé également le soir, évidemment les sensations sont toutes autres, ni une pression de l’insécurité quelconque qui peut être liée, à Jérusalem-Est ni... on n’est pas dans ce type de configuration, vraiment je crois qu’il faut avoir vécu là-bas, pour comprendre qu’il n’y a pas de problème à Tours. »

29En examinant le seuil d’insécurité de ces hommes, il est plus facile de comprendre pourquoi ils ne s’empêchent pas de sortir et en quoi l’absence de précaution de leur part est significative. Lorsque leurs craintes sont d’ordre idéologique, les agresseurs sont clairement identifiés (Jean-Marie Le Pen, la police, des personnes en état d’ébriété, des voyous, des délinquants new yorkais etc.). Non seulement la figure de l’agresseur est très précise mais elle est également liée à un contexte spécifique (comme les manifestations contre le FN, des contrôles de papiers à Jérusalem Est effectivement à haute tension, la délinquance dans les banlieues de New York, etc.). Les divers cas mentionnés relèvent d’événements ponctuels, leurs craintes restent ainsi dans le cadre de l’occasionnel et non du général. De plus, l’action doit être en train de se dérouler pour être véritablement reconnue comme une agression physique.

LES SENTIMENTS D’INSECURITE, POURQUOI UNE TELLE DIVERSITE ?

30Il importe de préciser à cette étape que les quelques éléments de réflexion que nous proposons ici sont directement liés à notre étude, au choix et à la taille de notre échantillon. Notre objectif est donc modeste et ne prétend pas être représentatif des pratiques urbaines des 25-65 ans. Cependant il reste possible de retenir un ensemble d’éléments explicatifs. Il nous semble effectivement intéressant de mettre en perspective les deux axes présentés plus haut, à savoir les types de pratiques éducatives et le type de mobilité de nos interviewés. En ce sens, il s’agit de comparer le poids des variables que nous avions retenues. En effet, des pratiques aujourd’hui restreintes peuvent peut-être s’expliquer en raison d’une éducation particulièrement autoritaire. Nous nous attacherons dans cette dernière partie à croiser nos diverses interprétations et nous tenterons d’offrir quelques éclaircissements suite aux paradoxes que nous allons mettre en lumière.

31En effet, les femmes de type anxieux, angoissé sont âgées de 27, 31 et 64 ans. La première, Pénélope, est régulatrice dans les transports routiers, la seconde Pascale est secrétaire et enfin Louise est retraitée, anciennement Directrice d’École. L’origine sociale ne semble pas ici un facteur déterminant ni leur lieu d’habitation puisqu’elles vivent toutes trois dans des quartiers très hétérogènes. L’influence des pratiques familiales doit être accueillie avec réserve. Pénélope était un cas atypique dans la mesure où elle est la seule des interviewées à avoir très fortement insisté sur l’aspect permissif de son milieu d’origine. Or l’ensemble des données met en relief des pratiques du milieu urbain très problématiques. Contrairement à toute attente, bien que cette femme ait voyagé seule relativement tôt (son trilinguisme l’attestant) et que sa famille ait tenté d’élever les enfants de manière homogène, ses pratiques du milieu urbain sont les plus restreintes de toutes les femmes interrogées. Elles deviennent équivalentes à celles dont les familles ont été de type protectionniste et inégalitaire.

  • 17 INSEE, 1996, p. 3.

32Ce qui a modifié considérablement ses pratiques est d’ordre biographique. Il semble que les trois agressions dont elle a été victime ont eu un impact important. Suite à un événement de cette nature, même une éducation égalitaire et préventive ne suffit pas à dépasser les craintes d’agressions sexuelles. C’est également ce qu’atteste une étude réalisée par l’INSEE en décembre 1996 sur l’insécurité. « Sur l’ensemble des adultes, une personne sur sept a peur de sortir seule le soir dans son quartier. Parmi les victimes (ou simplement témoins) d’une agression, cette appréhension est deux fois plus fréquente »17.

33Les deux autres interviewées de type anxieux angoissé (Pascale et Louise) ont aujourd’hui des pratiques urbaines aussi limitées que Pénélope, mais pour des raisons sociales différentes. Ni la classe d’âge, ni le milieu social ne semblent expliquer le fait qu’elles aient des pratiques similaires. La seule différence entre ces deux femmes réside dans l’énonciation des règles qu’elles devaient observer au sein de leur famille. Louise, 64 ans, vient d’une famille protectionniste alors que Pascale a bénéficié d’une famille plutôt préventive. Mais toutes les deux ont bien sûr reçu une éducation différentialiste c’est-à-dire inégalitaire, si l’on observe l’attitude parentale vis-à-vis de leur frère. Seulement toutes les interviewées de la génération de Louise ont bénéficié du même type d’éducation et ne sont pas aujourd’hui aussi craintives qu’elle. Dès lors un seul postulat s’impose pour expliquer la similitude des pratiques de Pascale et Louise, elles sont toutes les deux célibataires. Il s’agit là d’une simple hypothèse qui nécessiterait une vérification à l’aide d’un échantillon plus approprié. Seulement il semble bien que des femmes célibataires aient plus de difficultés que d’autres à gérer l’espace public étant pour la plupart du temps non accompagnées.

34En ce qui concerne le reste de l’échantillon féminin, c’est-à-dire Astrid (traductrice à la retraite, 60 ans), Bénédicte (enseignante, 36 ans), Aude (enseignante, 33 ans), Augustine (institutrice, 50 ans) et Geneviève (informaticienne, 51 ans), les indications obtenues montrent qu’il est difficile d’évaluer la question du changement. En effet, ces femmes sont toutes de type prudent et réactif face aux dangers, c’est-à-dire légèrement plus autonomes que les femmes du type précédent. Or nous sommes en face de deux générations bien distinctes. Aude et Bénédicte ont moins de 35 ans et ont bénéficié d’une famille de type préventif contrairement à Geneviève, Augustine et Astrid. Ainsi nos premiers constats dévoilent que le terme de changement est inapproprié dans la mesure où des différences devraient s’observer quant à leurs pratiques quotidiennes.

35L’étude des pratiques pédagogiques parentales met en lumière la nécessité de prendre en compte la dimension sexuée de l’espace. Très tôt chacun intériorise un ensemble de règles concernant l’utilisation de l’espace public et privé. Comparer la situation des femmes et des hommes montre que c’est avant tout sur la base du sexe que les différences sont observées. Ces distinctions sont inégalitaires lorsque le simple fait d’appartenir à une catégorie va systématiquement engendrer un certain nombre de contraintes. Les conséquences de ce type d’éducation ne sont pas neutres car l’idéologie de la protection propre au discours parental mais aussi au discours que les interviewées ont intégrés, va d’une part légitimer une surveillance dont les femmes sont les seules « privilégiées » et d’autre part renforcer l’idée commune selon laquelle les femmes sont vulnérables. Contrairement aux hommes, les femmes que nous avons interrogées bénéficient d’un cadre beaucoup plus rigide qui les empêche ensuite de se définir en dehors de celui-ci. Le contrôle social exercé contre elles contribue à les appréhender comme une catégorie « à part » et participe également à la reproduction des inégalités puisque la surveillance est considérée comme un acte de précaution profitable envers les femmes.

CONCLUSION

  • 18 Coutras J., Crise urbaine et espaces sexués, Paris, Éd. Armand Colin, 1996.
  • 19 Kozakai I. T., L’étranger, l’identité : essai sur l’intégration culturelle, Paris, Éd. Payot et Ri (...)
  • 20 Baudelot C. – Establet R., Allez les filles !, Paris, Éd. du Seuil, 1992.

36Si l’espace public est aujourd’hui accessible à tous, tous n’y accèdent pas de manière égale. Comme le note Jacqueline Coutras18, l’assignation des femmes à un lieu devenu le symbole du privé, fait partie du « cercle vicieux de la domination d’un sexe sur l’autre ». Ce renvoi quasi exclusif au domaine domestique, encore maintenant, participe à la construction de l’identité sexuée car il ne s’agit pas seulement d’un renvoi à un espace mais à des valeurs sociales bien définies auxquelles cet espace est rattaché. Même si les femmes ne sont pas passives en elles-mêmes, cette représentation de la faiblesse des femmes face aux dangers est pourtant bien réelle. Comme le rappelle Kozakaï19 : « L’image erronée arrive progressivement à tordre la réalité et le décalage de départ entre image et réalité s’amenuise par un mécanisme de boucle circulaire qui crée la réalité justifiant finalement l’image initiale ». Ce n’est donc pas les typologies finales qu’il importe de retenir mais comment celles-ci se construisent. Que les femmes de notre échantillon soient de type passif et plus conformiste par rapport à la norme, comparé aux hommes, est un fait relevé également par Baudelot et Establet20. En effet, la transgression de la norme et la prise de risque sont constitutives de l’identité masculine. Mais dire que les femmes sont plus passives et plus conformistes ne signifie aucunement qu’elles le sont par essence et qu’aucun changement n’est possible. Il ne s’agit pas de les catégoriser à travers la seule observation de leurs pratiques actuelles. Les attributs que nous avons donnés au féminin et au masculin ne doivent pas être entendus comme des données universelles mais, au contraire, représentatives de valeurs qui ont très tôt ordonné leur apprentissage de la vie sociale.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Baudelot C. – Establet R. [1992], Allez les filles !, Paris, Éd. du Seuil,

Baudry P., « Une bonne éducation », Autrement, n° 168, Paris, p. 117-128.

Bauer A. [2001], http://www.universite-tous-les-savoirs.fr.

Bonelli L. [2001], « Experts et médias : la spirale » Regards, n° 65, Paris, Février.

Coutras J. [1996], Crise urbaine et espaces sexués, Paris, Éd. Armand Colin.

Crenner E. [1996], « Insécurité et sentiment d’insécurité », INSEE Première, n° 501, Paris, p.1-4.

Fize M. [1990], La démocratie familiale. Évolution des relations parents-adolescents, Paris, Éd. Presses de la Renaissance.

Goffman E. [2002], L’arrangement des sexes, Paris, Ed. La Dispute.

Heritier F. [2002], Masculin/Féminin II : Dissoudre la hiérarchie, Paris, Ed. Odile Jacob.

Kozakai I.-T. [1994], L’étranger, l’identité : essai sur l’intégration culturelle, Paris, Éd. Payot et Rivages.

Le Roux B. [1999], « Pas de proximité sans débat national sur la sécurité », http://www.libération.fr/quotidien/débats/octobre99/991027a.html.

Maillochon F. – Mogoutov A. [1997], « Sociabilité et sexualité », L’entrée dans la sexualité : le comportement des jeunes dans le contexte du Sida, Paris, Éd. La Découverte, p. 81-118.

Mouhanna C. [2001], Polices judiciaires et magistrats, Paris, Ed. la Documentation Française, 251 p.

Olivier de Sardan J-P. [1996], « La violence faite aux données » Enquête, n° 3, p. 31-59.

(de) Singly F. [1996], Le soi et le couple, Paris, Éd. Nathan.

Slakta D. [1994], « Stéréotype : sémiologie d’un concept », Le stéréotype : crises et transformations, Éd. Presses Universitaires de Caen, Caen.

Tricot C. [2001], « Violence urbaine à la une », Regards, n° 65, Paris, Février, p. 17-18.

Wievorka M. [1998], « Le nouveau paradigme de la violence », Cultures et Conflits, n° 29/30, Paris.

Notes

1 Bonelli L., « Experts et médias : la spirale », Regards, n° 65, Paris, Février 2001 ; Tricot C., « Violence urbaine à la une », Regards, n° 65, Paris, Février 2001, p. 17-18.

2 Wievorka M., « Le nouveau paradigme de la violence », Cultures et Conflits, n° 29/30, Paris, 1998.

3 Au sens d’Olivier de Sardan J-P., « La violence faite aux données », Enquête, n° 3, 1996, p. 31-59.

4 Le Roux B., « Pas de proximité sans débat national sur la sécurité », http://www.libération.fr/quotidien/débats/octobre99/991027a.html, 1999.

5 Bauer A., in http://www.universite-tous-les-savoirs.fr, 2001.

6 Mouhanna C., Polices judiciaires et magistrats, Paris, Ed. la Documentation Française, 2001, 251 p.

7 L’étude dont sont issues les données présentées ici s’est déroulée à Tours dans le cadre d’un DEA de sociologie.

8 Goffman E., L’arrangement des sexes, Paris, Ed. La Dispute, 2002.

9 Maillochon F. – Mogoutov A., « Sociabilité et sexualité », L’entrée dans la sexualité : le comportement des jeunes dans le contexte du Sida, Paris, Éd. La Découverte, 1997, p. 81-118.

10 Baudry P., « Une bonne éducation », in Autrement, n° 168, Paris, p. 117-128.

11 Baudry P., op.cit., p. 126.

12 Fize M., La démocratie familiale. Évolution des relations parents-adolescents, Paris, Éd. Presses de la Renaissance, 1990.

13 Baudry P., op.cit., p. 125.

14 (de) Singly F., Le soi et le couple, Paris, Éd. Nathan, 1996.

15 Héritier F., Masculin/Féminin II : Dissoudre la hiérarchie, Paris, Ed. Odile Jacob, 2002.

16 Les termes de fou, de maniaque, d’excité ou de malade n’apparaissent pas dans les trois premiers entretiens où les femmes désignent les hommes par l’utilisation de la troisième personne du pluriel.

17 INSEE, 1996, p. 3.

18 Coutras J., Crise urbaine et espaces sexués, Paris, Éd. Armand Colin, 1996.

19 Kozakai I. T., L’étranger, l’identité : essai sur l’intégration culturelle, Paris, Éd. Payot et Rivages, 1994, p. 94.

20 Baudelot C. – Establet R., Allez les filles !, Paris, Éd. du Seuil, 1992.

Auteur

Université François-Rabelais, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540