Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les fictions du réel dans le monde anglo-américain de 1960 à 1980

 | 
Jean-Paul Regis
, 
Maryvonne Menget
, 
Marc Chenetier

Really ? !, Réel et discours

Gérard Deléchelle

Texte intégral

1Pour aborder le problème du réel, c’est naturellement vers les mots qui y réfèrent que se tourne le linguiste. Après quelques remarques sur real, dont les autres termes sont dérivés, nous étudierons surtout really qui, par sa mobilité et la diversité de ses emplois, permet de poser des problèmes linguistiques intéressants qu’on rattachera au thème de ce colloque : "les fictions du réel".

2On attribue en général à really, en fonction du contexte, une valeur intensive, emphatique ou exclamative, mais on ne cherche pas la valeur unifiante permettant de les relier. Nous montrerons que, selon sa portée (notion, prédication ou énonciation), cet adverbe implique l’idée d’un débat de validité. L’appel au réel suggéré par le sémantisme de really renvoie donc moins à l’extra-linguistique qu’au fonctionnement même du discours, à ce que H. Adamczewski appelle le niveau métaopérationnel.

1. Real et ses dérivés

3Real, dont est dérivé really, est lui-même diachroniquement relié à réel, realis et res (chose). Une comparaison de quelques exemples montre que cet adjectif n’exprime pas simplement l’idée d’existence :

(1) The doctors could not effect a real (genuine, complete) cure
(2) Is this real gold or something made to look like gold? (The Advanced Learner’s Dictionary of Current English; s.v. real)
(3) It was an Accident... a real goddam accident! (E. Albee, Who’s Afraid of Virginia Woolf).

  • 1 Voir H. Adamczewski et J. Lavédrine sur le débat de validité d’une prédication et A. Culioli sur l (...)
  • 2 Comme real, full peut aussi s’employer comme adverbe (cf. I know full well that he is here). Voir (...)

4L’enjeu est moins lexical que discursif. Derrière l’opposition entre réalité et apparence il faut voir un débat sur la validité d’une notion (au sens linguistique du terme1). L’énonciateur se demande s’il peut à proprement parler employer un terme, s’il correspond bien et pleinement (cf. genuine et complete en (1)) à la réalité ou à une norme qu’il institue. Ce débat sur la notion est donc à la fois qualitatif et quantitatif (cf. a real (true) christian, in the full sense of the word)2.

5Quand on vient ainsi à discuter le choix et la validité d’un terme, on quitte le plan des faits pour celui des opérations métalinguistiques dont l’objet est la structuration du discours par l’énonciateur :

Le concept d’opération métalinguistique que l’on utilisera à chaque fois que les éléments de la langue renverront non pas au monde extralinguistique (à la "réalité", aux choses, aux événements) mais aux opérations internes propres à la fabrication des énoncés (ce qu’on pourrait appeler le codage du codage) (H. Adamczewski (& C. Delmas), 1982, p. 12).

  • 3 Real se distingue donc d’adjectifs comme mere, utter qui introduisent eux aussi un débat sur la va (...)

6En revanche, dans les énoncés attributifs comme : His enjoyment was real, la construction de type prédicatif met l’accent sur le programme de sens de enjoyment sans totalement exclure l’opposition réel/apparence3.

  • 4 Notons que le choix de really au lieu de for real entraînerait une modification de l’ordre des mot (...)

7Real peut aussi s’employer comme adverbe au sens de really (cf. I’m real sorry !) et dans l’expression for real (They were fighting for real)4, ce qui confirme un dépassement du sémantisme d’origine. On notera que l’adjectif substantivé the real est d’un emploi plus restreint que le nom reality qui peut être précédé de Ø, a ou the et se mettre au pluriel. Avec in, reality forme une locution considérée comme synonyme de really ou in actual fact, bien que ces termes ne soient pas toujours équivalents. Ainsi, dans l’exemple (4) :

(4) Everyone liked the stranger but in reality he was a criminal.

  • 5 N. Danjou-Flaux (1982) fait une comparaison détaillée des emplois de en réalité (d’un emploi plus (...)

8In reality prend un sens oppositif ou rectificatif et l’emploi de really à la même place entraînerait un changement de sens5. On verra toutefois qu’en position finale really peut aussi exprimer un type de rectification.

2. Really

2.1. Diversité des emplois de REALLY

9On illustrera la diversité des emplois de really à partir de quelques exemples, tous empruntés au Longman Dictionary of Contemporary English :

(5) It’s really cold today
(6) I really hate him
(7) Did he really say that?
(8a) 1 really don’t want any more beer
(8b) I don’t really want any more beer
(9) "I collect rare coins"
"Really?"
(10) Well, really! What a nasty thing to do (LDCE, s.v. really).

10Les dictionnaires se contentant de les regrouper par affinités sémantiques sans en proposer une analyse précise, on tentera d’établir des distinctions reposant sur des critères plus sûrs et permettant d’expliquer les phénomènes au lieu de simplement les étiqueter.

  • 6 Cf. S. Greenbaum (1969) qui parle d’homonymie à propos des différents emplois d’adverbes comme rea (...)

11De même, les grammairiens ont trop tendance à ramener les problèmes posés par les adverbes à des questions de typologie. C’est le cas par exemple des travaux de Greenbaum (1969), repris dans les deux versions de la grammaire de Quirk et al. (1972) et (1985). S. Greenbaum distingue trois grandes classes d’adverbes : les adjuncts, les disjuncts et les conjuncts, auxquelles est venue s’ajouter en 1985 celle des subjuncts. Malheureusement, ces études détaillées se réduisent souvent à une accumulation de propriétés syntaxiques dont l’enjeu n’est pas clairement défini, ce qui conduit à une prolifération de la terminologie, mais pas à une véritable explication des phénomènes. Nous considérons, pour notre part, que nous n’avons pas ici affaire à plusieurs really se comportant comme de simples homonymes6, mais à un même morphème dont il faut expliquer les différents emplois et ce qui les réunit.

12On peut déjà remarquer que l’exemple (5) est le seul où really porte sur un adjectif. Dans ce cas, on lui attribue en général une valeur intensive parce qu’il commute avec very : really cold = very cold. Notons cependant qu’on peut dire : really very cold, mais pas *very really cold. En (6), (7) et (8), really se situe au cœur de la prédication entre le sujet et le verbe. Enfin, en (9) il est employé absolument, tandis qu’en (10) il joue un rôle proche de celui d’une interjection.

13D’autre part, comme de nombreux autres adverbes, really est extrêmement mobile. Ainsi en (11) :

(11) I’d like the job

14il pourrait être placé à quatre endroits différents :

(11a) I’d really like the job
(11b) I really would like the job
(11c) Really, I’d like the job
(11d) I’d like the job, really

  • 7 Voir H. Adamczewski (1982), C. Delmas (1985) chap. IV. 4 et p. 628, ainsi que nos travaux sur les (...)

15Les deux derniers exemples se caractérisent par une pause entre really et le reste de l’énoncé qui suggère que l’adverbe joue alors un rôle beaucoup plus "périphérique" sur lequel on reviendra. En revanche, en (6)-(8) et (11a-b), really porte directement sur ce que H. Adamczewski appelle le "nœud prédicationnel". Il se rapproche alors des éléments de l’énoncé qui constituent les traces de l’opération de mise en relation entre un sujet et un prédicat et en conséquence nous indiquent le statut structural de la prédication. Ce sont ces deux principaux types d’emploi que nous commenterons, en partant du principe que la mobilité de l’adverbe n’est pas, comme le pensent certains auteurs, une simple transformation d’"inversion stylistique", mais qu’elle est iconique d’un type particulier de structuration7.

2.2. Expression du degré ou débat sur la validité de la prédication ?

16Avant d’examiner le cas de really, comparons ces trois exemples comportant l’adverbe honestly :

(12a) He earned his money honestly
(12b) I honestly believed that you knew him
(12c) I laugh just to think of him. Honestly, the stories he used to tell!

17C’est seulement dans le premier cas que honestly peut à proprement parler être considéré comme un circonstanciel (ici de manière). Syntaxiquement, ces adverbiaux peuvent répondre à une question en WH (when ?, where ?, why ?, how ?) et admettent négation, interrogation et focalisation contrastives. Leur contribution au sens de l’énoncé est donc essentiellement sémique. En (12a) en effet, l’adverbe répond à une question how ? implicite et apporte une complémentation sémantique. 11 n’en est pas de même dans les deux autres exemples où honestly participe à des opérations de type métalinguistique : renforcement de la validité de la prédication p en b) et commentaire métadiscursif en c) sur l’honnêteté du locuteur quand il énonce p.

18Quelques tests suffisent pour montrer que, contrairement à honestly, really ne peut s’employer comme circonstanciel :

(12d) - How did he earn his money?
- Honestly (*really)
12e) *It is honestly and really that he earned his money

19alors qu’on peut sans difficulté faire commuter honestly et really en (12b) et (12c), les dictionnaires utilisant d’ailleurs souvent really pour définir honestly dans les emplois b) et c). On remarquera en outre que really ne peut s’employer en position finale que s’il est séparé de p par une pause, ce qui confirme qu’il n’est pas alors un circonstantiel Thématique.

20Les propriétés de really suggèrent qu’il s’agit de ce que l’on appelle de façon trop imprécise "un adverbe de phrase". En effet, comme nous l’avons déjà laissé entendre, la portée de really dans les exemples (6), (7), (8), (11a,b) est le nœud prédicationnel, où se situent les termes qui concernent le statut assertif, la validité, de la prédication p.

21Il est à cet égard intéressant d’examiner la place relative de really et de différents auxiliaires (y compris des modaux) ainsi que de la négation, la surface constituant, dans le cas des adverbes, une source d’information très importante sur la structuration de l’énoncé.

22Dans Practical English Usage, (1980, s.v. really), M. Swan remarque que la place habituelle de really est avant le verbe ou après l’auxiliaire (ou le premier auxiliaire s’il y en a plusieurs). Il peut aussi se situer plus à gauche, avant l’auxiliaire ou le verbe be, comme le montrent les exemples (11), (13-14) :

(13) I really must have made a mistake
(14) That’s very impressive [...] That really is very impressive (E. Albee)

23ce qui lui donne une valeur que la plupart des auteurs, et notamment M. Swan et Quirk et al., appellent une valeur plus "emphatique".

24En 1969, S. Greenbaum considérait qu’en (15a) :

(15a) The students really work hard during the term

  • 8 Dans des exemples comme (11a et b), Quirk et al. ((1985), p. 583) mettent really dans la sous-clas (...)

25really est un "intensificateur" de work : "Really work is interpretable as < work in the real (or true or full) sense of the word work >" (S. Greenbaum, op. cit., 1969, p. 144). Mais cette paraphrase montre que, même quand really semble se rapprocher d’un quantifieur, il reste toujours l’idée que c’est la validité d’un terme ou de la prédication qui sont en jeu et leur adéquation à ce que l’énonciateur considère être la réalité (cf. aussi l’emploi de literally). Aussi est-il bien difficile dans le cas de really de maintenir la distinction faite par Quirk et al. entre son emploi comme intensificateur (quand le sémantisme du prédicat (adjectif ou verbe) comporte une idée de degré), et son emploi modal ou "emphatique"8.

26On retrouve ici les problèmes que soulève en français l’analyse de bien. Dans : il est bien malade, on a de la peine à dissocier l’idée de degré et celle d’assertion à cause de la nature du prédicat (on peut être plus ou moins malade). Mais dans : il est bien mort, c’est le débat sur la notion de mort et sur la validité de la prédication qui passe au premier plan.

27Ces indications éparses reposent trop sur l’effet de sens pour permettre de comprendre le lien entre les différents emplois de really examinés jusqu’ici. C’est seulement en tenant compte de la place de l’adverbe et de l’élément de l’énoncé qui constitue sa cible qu’on pourra envisager une solution. Plus really se déplace vers la gauche à l’intérieur de la prédication, plus sa valeur emphatique, modale (ou "nodale") augmente. Ainsi, en (15b) :

(15b) The students work really hard during the term

28really est interne au prédicat et il porte sur l’adjectif. Dans ce cas, sa valeur intensive est indéniable, mais il ne s’agit que d’un effet de sens, l’essentiel étant le débat sur la notion (cf. nos remarques sur real). On a vu que le problème est déjà différent en (15a) quand really est situé devant le verbe. On ne sait alors s’il marque le débat sur la notion de prédicat ou s’il renforce l’ensemble de la prédication. En d’autres termes, sa cible est-elle seulement le verbe work ou la liaison sujet-prédicat et l’assertion de la validité de la prédication p ?

29Le problème est le même quand really se trouve placé entre un auxiliaire (accompagné ou non de la négation) et le verbe, à cette différence près que l’énoncé comporte cette fois une trace tangible de l’opération de mise en relation : l’auxiliaire. Dans ce cas, really peut porter soit sur le terme situé à sa gauche soit sur le prédicat à sa droite.

30Toujours attentif à l’usage, M. Swan donne deux exemples comportant une négation et les gloses correspondantes (voir aussi les exemples (8a et b) :

(16) I really don’t like her (= 1 dislike her strongly)
(17) I don’t really like her (= I’m indifferent to her, or I dislike her a little)

31L’exemple (17) est intéressant. On notera en effet que Swan propose cette fois deux gloses. Or elles ne sont pas équivalentes, parce qu’on ne sait pas si la cible de really est not ou like. Dans le premier cas, l’adverbe viendrait moduler l’opération de négation et atténuer ses effets, d’où la présence de a little dans la glose de Swan : I dislike her a little et l’échange (17b) :

(17b) - Do you like her?
- Not really

  • 9 Voir les exemples de really avec may et have cités par Quirk (1985), p. 583.

32Mais really peut aussi faire partie du prédicat et tomber avec lui dans le champ d’incidence de not (cf. I’m indifferent to her). On pourrait faire des remarques voisines si l’énoncé comportait un modal, comme en (11). Quand un adverbe est situé entre l’auxiliaire et le prédicat sa portée n’est donc pas toujours très claire9. En revanche, quand really se trouve placé encore plus à gauche, comme en (13) et (16), l’ambiguïté disparaît : il ne peut alors avoir pour cible que l’auxiliaire, trace en surface de l’opération de mise en relation (S/P) et du débat sur sa validité.

33Si on se laissait prendre au piège des effets, on pourrait dire que, comme dans le cas précédent, really renforce l’assertion. Mais si on raisonne en termes d’opérations, les deux cas sont sensiblement différents. Le passage de l’adverbe à gauche, au-delà de l’auxiliaire (et donc du nœud prédicationnel), marque une opération supplémentaire : on ne se situe plus au stade de la mise en relation, mais à l’étape ultérieure, celle du commentaire de l’énonciateur sur cette opération. Ainsi s’expliquent le fait que ces énoncés semblent plus emphatiques et la glose de (16) donnée par Swan. I dislike her strongly, la négation étant cette fois dominée par really.

34Il faudrait aussi souligner l’importance de l’intonation et de l’accentuation dans les exemples examinés. Nous avons surtout voulu montrer que le sens de really dépend de son niveau d’incidence, et plus généralement mettre en évidence le rôle iconique de la surface dans l’interprétation des adverbes.

35En résumé, on a vu jusqu’ici que really peut porter sur :

36- un terme intérieur au prédicat (débat sur la validité de la notion et éventuellement indication du haut degré si le terme en question le permet) :

37- le nœud prédicationnel NPred (valeur assertive) :

38a) de l’intérieur (il concerne alors l’opération elle-même, l’accent étant mis sur le prédicat à droite ou sur le métaopérateur à gauche) :

39(plusieurs cas sont possibles selon la composition de NPred (modal, do, négation) et la place de really).

40b) de l’extérieur, Really est alors situé à gauche de NPred et il ne s’applique qu’après l’opération de mise en relation sujet/prédicat qu’il domine, ce qui explique le surcroît d’emphase qu’on attribue alors à cette construction. L’effet de sens n’est que le reflet d’un plus grand travail métaopérationnel préalable :

41On voit combien la place des adverbes, loin d’être un simple effet stylistique, nous renseigne sur les opérations sous-jacentes. On en trouvera une confirmation dans les emplois non plus intra-mais extra-prédicatifs de really.

2.3. Emplois extra-prédicatifs et métadiscursifs de REALLY

42La valeur métalinguistique des emplois de really qu’il nous reste à examiner est encore plus évidente. Aux exemples (9), (10) et (11c, d) déjà cités on ajoutera (18), qui permet de faire le lien avec les énoncés commentés dans la section précédente :

(18) M: I’ve tried with you, baby... really, I’ve tried.
G: Come off it, Martha.
M: I’ve tried... I’ve really tried (E. Albee)

43Dans cet exemple attesté, si le second really porte sur le nœud prédicationnel, on constate que le premier, se situant à gauche du sujet, est donc extérieur à la prédication p, dont il est séparé par une pause, ici marquée par une virgule. C’est pour cette raison que nous l’avons appelé "extra-prédicatif". On passe ainsi d’un type de modalisation interne à une modalisation externe. On pourrait aussi trouver really après p, comme en (11 d) ou (19) :

(19) ‹ He thinks she was marvellous fun, ›
‹ So she was, really, when you think of it. › (M. Spark)

44Il ne s’agit alors ni d’un emploi circonstanciel ni d’un emploi assertif, mais simplement d’un commentaire a posteriori sur p (cf. when you think of it). L’important n’est pas ici le fait que l’adverbe soit situé avant ou après p, mais qu’il soit extérieur au contenu de la prédication. Soit, en termes de dominance : Really (Ep).

  • 10 Cf. G. Deléchelle (1981) et (1984). Dans certains emplois exclamatifs le sens de really ! n’est pa (...)

45Cette notation signifie seulement que l’incidence S/P a déjà joué en p et que really se rapporte à l’énonciation (d’où le E) et aux rapports inter-énonciateurs. Il joue donc ici un rôle de connecteur pragmatique ou embrayeur de discours. Nous avons déjà eu l’occasion de faire des remarques voisines à propos de l’emploi exclamatif de why !10.

  • 11 Il peut sembler étonnant de considérer (10) comme un exemple d’emploi absolu de really !, alors qu (...)

46Dans certains cas d’ailleurs, really est employé absolument avec une valeur interrogative : really ? (ex. (9)) ou exclamative : really ! (ex. (10) et (21) infra)11. Quand l’adverbe est ainsi détaché de ce qui suit, on ne peut même plus parler d’emploi "extra-prédicatif". L’analyse proposée montrera qu’il serait préférable de le qualifier de "métadiscursif".

47Alors que dans la section précédente l’appel au réel sous-jacent à l’emploi de really avait pour but de justifier le choix d’un terme ou la validité de la connexion établie entre le sujet et le prédicat, il permet cette fois à l’énonciateur de porter un commentaire sur les conditions de son énonciation. On pourrait par exemple traduire le premier really de (18) par Crois-moi, ce qui permettrait de souligner l’importance des rapports inter-énonciateurs. On en trouvera une confirmation dans les gloses suivantes données par le Concise Oxford Dictionary : I assure you, I mean what I say, I protest ou encore do you mean it ? et is that so ? dans le cas de really interrogatif.

48Ce commentaire peut prendre des formes diverses selon le type de discours dans lequel s’insère really. On peut déjà observer que cet emploi de really se trouve dans des situations de dialogue et qu’il marque une réaction de l’énonciateur, de sorte que dans certains cas l’adverbe se comporte comme une véritable interjection, qu’on pourrait rendre en français par enfin, voyons, ou vraiment par exemple :

(20) Jack: You know, we could have a student, couldn’t we?
Barbara: Really, Jack! You know we haven’t got the room. (Realistic English)

49Etant donné la diversité des situations d’énonciations, il n’est pas toujours facile de déterminer avec précision l’interprétation à donner à really, comme en (21) :

(21) ‹ We might as well have a look at the bugger, ›
‹Really, Tusker. ›
‹You think that morbid? ›
I was saying really to the language. But I’ll say it to the idea, too. really. › (P. Scott, Staying On, p. 181)

50où Tusker comprend bien que really marque la désapprobation de son interlocuteur, mais sans pouvoir déterminer sur quoi elle porte. On se contente en effet de l’interpeller sans lui donner de justification, l’énoncé se limitant à Really, Tusker. La suite de l’échange lui montrera que le reproche ne portait pas, au moins au début, sur le contenu (le dit), mais sur la forme de son énoncé (le dire). Le dernier really, situé en fin de réplique et entre deux points, est, lui aussi, ambigu : il traduit à la fois un appel à l’interlocuteur et une emphase suggérée par la typographie.

51Quand really sert ainsi à marquer les rapports inter-énonciateurs, ses effets de sens sont très variés. Dans l’exemple ci-dessus, l’idée de reproche qu’on a associée à l’emploi de really peut s’expliquer par le fait que l’énonciateur cherche à convaincre son interlocuteur de revenir à ce qu’il estime, lui, être le réel ou plus exactement une norme implicite. On pourrait aussi considérer qu’il lui demande de faire preuve de "réalisme". Dans d’autres cas, et avec une intonation appropriée, really pourra exprimer l’incrédulité, la surprise ou simplement l’intérêt de l’énonciateur, comme en (9) par exemple :

(9) "I collect rare coins."
"Really?"

52mais, ici encore, c’est au discours précédent que s’applique ce really, qu’on pourrait gloser ainsi : Is what you are saying really true ? (ou do you mean it ?).

53Il serait impossible, et inutile, de faire la liste de tous les effets de sens de really dans cet emploi. La part importante attribuée au contexte dans l’interprétation de ces énoncés s’explique facilement. On a vu que l’adverbe était alors extérieur à p, qui n’est parfois qu’un simple prolongement (commentaire ou justification) de la profération de really (cf. (16)) ou disparaît complètement dans les emplois absolus. Il faut donc chercher ailleurs, c’està-dire dans le fonctionnement du discours, la cible de l’opération représentée par really. On pourrait appeler cet emploi "métadiscursif" ou encore "métacommunicationnel", parce qu’il concerne le dire comme activité.

54On dira cependant quelques mots de l’effet de sens produit quand really est employé en fin d’énoncé après une pause. Soit (22) :

(22) Oh come now, surely you don’t expect me to believe that. I mean after all East is East, really... (Hancock)

55Au début de cette réplique oh come now et surely constituent, comme dans l’exemple (21), une réfutation du discours précédent. On aurait pu les remplacer par really sans trop modifier le sens. Le really qui figure en fin d’énoncé n’a pas la même valeur. Il serait plutôt à rapprocher de I mean et after all situés au début de la seconde phrase.

56Dans ce type d’emploi, l’énonciateur fait porter l’adverbe sur son propre discours, qu’il cherche à replacer sous le signe du réel. L’effet de sens produit peut être l’affirmation ou la confirmation de la validité de p, mais il s’agit souvent plutôt d’une mise en perspective de cette prédication, ce qui fait de really un quasi-synonyme de in fact, as a matter of fact ou encore actually (en position finale) :

(23) "Have you decided yet?"
"We haven’t made our minds yet, actually" (Realistic English)

57Ceci explique aussi pourquoi l’expression in reality peut prendre le sens correctif ou rectificatif illustré par l’exemple (4). Nous ne disons pas que in reality est l’équivalent exact du really postposé, bien qu’on puisse parfois les rapprocher :

(24) it’s not so much a race, it’s a festival, really (BBC)

  • 12 Cf. G. Deléchelle (1983a) et nos remarques sur though détaché en position finale dans "L’expressio (...)

58Nous voulons seulement souligner que dans les deux cas l’appel au réel peut aboutir à une atténuation ou à une rectification de l’assertion précédente. Nous avons déjà fait ailleurs des remarques voisines à propos de en effet, indeed, in fact, as a matter of fact12.

59En résumé, en tête d’énoncé et dans un dialogue, really marque une prise à témoin de l’interlocuteur, soit pour l’inciter à modifier son attitude, soit pour lui demander une confirmation ou l’assurer de la sincérité de l’énonciateur. En revanche, en position finale, l’adverbe peut avoir pour effet d’atténuer ou de remettre en perspective l’assertion. Mais on a vu que ces différences de sens s’expliquent par le fait que le fonctionnement de really est ici de type métadiscursif et que l’interprétation dépend des conditions de l’énonciation.

3. Au nom du réel

60Nous reviendrons rapidement pour conclure sur ces emplois de really et sur la notion de réel à laquelle se réfère l’énonciateur.

61Du point de vue linguistique, nous avons montré que la diversité des effets de sens attribués à really, s’explique facilement si l’on admet que cet adverbe implique toujours un débat de validité, qui prendra des formes différentes selon que l’élément constituant la cible de l’opération est un adjectif, le nœud prédicationnel ou l’énonciation. Dans tous les cas, c’est au nom du réel que l’énonciateur garantit la validité de ses opérations, mais de quel réel ?

  • 13 Sur l’opposition métalinguistique/extralinguistique, voir H. Adamczewski (1986), et sur les rappor (...)

62L’étude du fonctionnement de really nous apporte quelques indications sur la manière dont la langue réfère à une notion comme celle de réel. Le sémantisme d’origine est sans cesse réinvesti par la langue pour coder ses propres opérations, si bien que plus le terme sera employé comme méta-opérateur plus son sens deviendra métaphorique, l’énonciateur se l’étant approprié pour ses propres besoins discursifs. On l’a vu dans le cas de real et à plus forte raison de really, la mobilité des adverbes et leur statut syntaxique les rendant aptes à jouer ce rôle discursif. Really ne renvoie pas à un domaine extérieur déjà constitué : le réel ou l’extra-linguistique, dont les termes examinés ici ne seraient que le reflet13. On a montré au contraire que ces termes sont intimement liés au fonctionnement du discours (problèmes de validité et rapports inter-énonciateurs). Dans le domaine linguistique aussi on peut donc parler de "fiction du réel". Il n’était pas inutile d’en faire une nouvelle fois la démonstration à partir des mots real et really.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Articles

ADAMCZEWSKI H., "Extra-et métalinguistique : la langue à la rencontre du réel", RANAM, XIX, Strasbourg, 1986, pp. 19-31.

COTTE P., "Quelques réflexions sur la place des adverbes en anglais", Travaux, XXIX, CIEREC St Etienne, 1981, pp. 47-72.

COULOMB C., "Du linguistique à l’extralinguistique", RANAM, XIX, 1986, pp. 33-48.

CULIOLI Α., "Sur le concept de notion", BULAG, 8, 1981, pp. 62-79.

DANJOU-FLAUX Ν., "Réellement et en réalité : données lexicographiques et description sémantique", Lexique, 1, 1982, pp. 105-150.

DELÉCHELLE G., "Why ! : étude contrastive", Contrastes, 2, 1981, pp. 15-29.

– "En effet et ses traductions en anglais", Trema, 8, 1983a, pp. 49-67.

– "La concession en anglais", Linguistica Palatina Colloquia, 1, 1983b, pp. 117-129.

– "‹ Argument Is War ? › : remarques linguistiques sur l’argumentation", GRAAT, 1, Tours, 1984, pp. 1-13.

DELMAS C., "Le curseur yesterday dans les quotidiens britanniques : place ou structuration", RANAM, XVII, 1984, pp. 77-93.

LA VEDRINE J., "Réflexions méthodologiques d’un linguiste angliciste", Travaux, XXXIX, CIEREC, 1983, pp. 137-162.

Ouvrages

ADAMCZEWSKI H. (& DELMAS C.), Grammaire linguistique de l’anglais, Paris : A. Colin, 1982.

DELMAS C., Structuration abstraite et chaîne linéaire en anglais contemporain, thèse Paris III (à paraître), 1985.

DUCROT O., Le dire et le dit, Paris : Ed. de Minuit, 1985.

GREENBAUM S., Studies in English Adverbial Usage, Londres : Longman, 1969.

LANCRI Α., Contribution à une étude des quantifieurs en français et en anglais, thèse Paris III, 1984.

QUIRK et al., A Grammar of Contemporary English, Londres : Longman, 1972.

A Comprehensive Grammar of the English Language, Londres : Longman, 1985.

SWAN M., Practical English Usage, Oxford : University Press, 1980.

Notes

1 Voir H. Adamczewski et J. Lavédrine sur le débat de validité d’une prédication et A. Culioli sur le concept de notion.

2 Comme real, full peut aussi s’employer comme adverbe (cf. I know full well that he is here). Voir aussi A. Lancri sur all (1984).

3 Real se distingue donc d’adjectifs comme mere, utter qui introduisent eux aussi un débat sur la validité d’une notion mais ne peuvent s’employer que comme épithètes (cf. Adamczewski (1982) et Delmas (1985)).

4 Notons que le choix de really au lieu de for real entraînerait une modification de l’ordre des mots et une différence de sens. Nous n’avons pas tenu compte du fait que ces emplois sont considérés comme familiers ou/et caractéristiques de l’anglais des Etats-Unis.

5 N. Danjou-Flaux (1982) fait une comparaison détaillée des emplois de en réalité (d’un emploi plus courant que in reality) et réellement en français. En anglais, in reality insiste sur l’opposition entre l’apparence et la réalité, ce qui explique sa valeur rectificative.

6 Cf. S. Greenbaum (1969) qui parle d’homonymie à propos des différents emplois d’adverbes comme really (par exemple p. 85).

7 Voir H. Adamczewski (1982), C. Delmas (1985) chap. IV. 4 et p. 628, ainsi que nos travaux sur les propositions adverbiales (par exemple (1984)).

8 Dans des exemples comme (11a et b), Quirk et al. ((1985), p. 583) mettent really dans la sous-classe des subjuncts qu’ils appellent "emphasizers". Leur définition des subjuncts n’est cependant pas convaincante, car il semble s’agir d’une classe résiduelle ajoutée récemment (1985) pour regrouper des adverbes qui n’entrent ni dans la classe des adjuncts ni dans celle des disjuncts. D’autre part, Greenbaum n’exploite pas sa glose de (15a) : "work in the real (or true or full) sense of the word work" (voir nos remarques sur le débat de validité d’une notion au § 1 supra).

9 Voir les exemples de really avec may et have cités par Quirk (1985), p. 583.

10 Cf. G. Deléchelle (1981) et (1984). Dans certains emplois exclamatifs le sens de really ! n’est pas très éloigné de celui de why !, ces deux termes pouvant se traduire par vraiment !.

11 Il peut sembler étonnant de considérer (10) comme un exemple d’emploi absolu de really !, alors que l’adverbe est ici suivi d’une exclamative : What a nasty thing to say !. En fait, comme on le verra, cette dernière n’est qu’un prolongement de l’exclamation initiale. L’exemple montre néanmoins combien il est difficile de proposer des critères permettant de dire si on a vraiment affaire à deux énonciations différentes.
Signalons aussi un emploi interjectif de not really ! (= ce n’est pas croyable !) qui n’est mentionné que par un seul des dictionnaires consultés pour cette étude. On ne pourrait dans ce cas (très différent de (10b)) le traduire par pas vraiment !. On notera enfin, sans pouvoir ici développer ce point, que really ne peut être précédé du préfixe négatif un (*unreally) alors que le nom unreal existe.

12 Cf. G. Deléchelle (1983a) et nos remarques sur though détaché en position finale dans "L’expression de la concession" (1983b).

13 Sur l’opposition métalinguistique/extralinguistique, voir H. Adamczewski (1986), et sur les rapports entre le linguistique et l’extra-linguistique, C. Coulomb (1986) et Ranam XIX.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter