Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les fictions du réel dans le monde anglo-américain de 1960 à 1980

 | 
Jean-Paul Regis
, 
Maryvonne Menget
, 
Marc Chenetier

Présentation

Jean-Paul Régis

Texte intégral

1Réel et fiction, statuts respectifs du langage (du logos, du verbe) et de la réalité, ces questions ont préoccupé philosophes et théologiens pendant des siècles. Pourtant nous allons, une fois encore, en emprunter les sentiers souvent parcourus parce que de nouvelles voies, de nouvelles perspectives ont été ouvertes au cours des vingt dernières années en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis, et dans le monde occidental d’une façon générale.

2Voici deux textes, écrits dans les années soixante, qui posaient la relation entre réalité et fiction dans des termes relativement nouveaux, et qui se sont révélés très productifs dans les années qui ont suivi. Le premier concerne surtout des problèmes de psychiatrie et de communication (dans le cadre des travaux de Palo Alto), le second a contribué à fonder la sociologie cognitive.

  • 1 P. WATZLAWICK, La réalité de la réalité (titre original : Pragmatics of Human Communication, 1967) (...)

Notre idée quotidienne, conventionnelle, de la réalité est une illusion que nous passons une partie substantielle de notre vie à étayer, fût-ce au risque considérable de plier les faits à notre propre définition du réel, au lieu d’adopter la démarche inverse. De toutes les illusions, la plus périlleuse consiste à penser qu’il n’existe qu’une seule réalité. En fait ce qui existe, ce ne sont que différentes versions de celle-ci dont certaines peuvent être contradictoires, et qui sont toutes des effets de la communication, non le reflet de vérités objectives et éternelles.
P. Watzlawick, 19671.

  • 2 P. BERGER & T. LUCKMANN, The Social Construction of Reality, Harmonds-worth : Penguin Books, 1966, (...)

To understand the state of the socially constructed universe at any given time, or its change over time, one must understand the social organization that permits the definers to do their defining. Put a little crudely, it is essential to keep pushing questions about the historically available conceptualizations of reality from the abstract ‹ What? › to the sociologically concrete ‹ Says who? ›
Berger & Luckman, 19662.

  • 3 R. BARTHES, Mythologies, Paris : Ed. du Seuil, 1957.

3Au cours de cette période, les rôles du sujet et du corps social dans la constitution/représentation de la réalité ont tenu une place importante dans la vie intellectuelle anglo-américaine. Quelques années plus tôt, Barthes avait proposé, dans Mythologies3, une lecture du discours des médias qui rejoignait quelque peu ces préoccupations.

  • 4 R. JAKOBSON, Essais de linguistique générale, Paris : Ed. de Minuit, 1963, pp. 209-221.

4D’une façon générale, cependant, le courant structuraliste en France évacuait le sujet et centrait son attention sur le langage : les critiques de l’époque furent alors atteints, pour le plus grand bien de l’analyse, d’une hypertrophie de cette faculté que Jakobson appelle métalinguistique4 et qui consiste à dissocier la réalité dite "extra-linguistique" du code censé la désigner. Ceci permet d’isoler le mythe, le discours, l’écriture, le signifiant au sens où Barthes l’entend.

5Pendant les années soixante-dix, les théories ont traversé l’Atlantique et la Manche, et, par-delà la diversité des tendances et des modes en art, en littérature et en sciences humaines, un mouvement d’ensemble commence à nous apparaître aujourd’hui. Parmi les multiples aspects de ce vaste courant artistique et intellectuel, le colloque GRAAT-CERCA de septembre 1987 à Tours me semble avoir surtout traité de l’évolution du mode de relation entre le sujet et la réalité. Plusieurs champs ont été abordés. Examinons comment l’analyse de chacun des intervenants est venue compléter le tableau d’ensemble.

Sociologie

6A propos du traitement des statistiques de la délinquance en Grande-Bretagne, Timothy Mason nous offre un paradigme, un cadre explicatif qui nous aidera à situer l’ensemble des communications. Les changements d’attitude des sociologues britanniques par rapport aux statistiques semblent, en effet, exemplaires d’une évolution générale.

7T. Mason distingue trois phases. Une première phase où les statistiques officielles (la représentation institutionnelle de la réalité, la doxa) sont unanimement reconnues. Ensuite vient une deuxième phase, au détour des années soixante, où se déclare une méfiance à l’égard de ce type de représentation en même temps qu’une prise de distance à l’égard de la police, de la justice, et de l’enseignement académique. Dans un processus qui concerne tout le monde occidental, le progrès économique fait enfler l’ego de tous les sujets au point que la réalité paraît en devenir malléable. A tout le moins, il devient possible de "changer le point de vue", l’observateur peut choisir d’où il regardera l’objet, et celui-ci, par conséquent, apparaîtra sous des formes différentes. Tout une génération se consacrera à la constitution d’une vision "alternative" de la réalité, en rejettant le terme réaliste (adjectif réactionnaire, disait Barthes) qui interdit les variations de point de vue.

8Troisième phase : avec les années quatre-vingt, le désir de transformation de la réalité a connu trop d’échecs, au quotidien autant qu’au niveau politique, pour que ne s’impose pas une nouvelle forme de réalisme, non plus arrogante dans son conservatisme comme dans les années soixante, mais fataliste, marquée par le no future des années soixante-dix. Le sujet vaincu cède la place à la réalité, à la crise économique. Le sociologue retrouve le sérieux quantitatif des statistiques, et reprend son cours de 1960 en le modifiant un peu par quelques précautions oratoires, vestiges de la période critique qui s’achève.

9Ces trois phases se retrouveront dans des termes différents, mais de façon reconnaissable, dans d’autres domaines.

Linguistique

  • 5 Cf. l’étude de J. BOUVERESSE, Wittgenstein : la rime et la raison, Paris : Ed. de Minuit, 1973, pp (...)

10Avant d’entrer dans le détail de cette évolution, et comme pour baliser notre cheminement, écoutons Gérard Deléchelle qui nous rappelle que la prise à témoin de la réalité constitue une réalité du discours. Nous n’avons jamais accès qu’à des compte-rendus à propos de la réalité, disait Wittgenstein : il n’est pas possible d’invoquer une expérience dont le langage soit exclu5. Etudiant really, G. Deléchelle met à jour la valeur polémique de cet adverbe. Il nous montre aussi que la linguistique des années quatre-vingt n’est pas celle des années soixante :

  • 6 C. FUCHS, "Les problématiques énonciatives : esquisse d’une présentation historique et critique", (...)

11Il y a vingt ans, l’objet du linguiste était un système fermé, la langue (de Saussure ou celle de Chomsky, sa cousine). Aujourd’hui divers courants de pensée (les théories pragmatiques et/ou énonciatives6) se donnent pour but d’étudier l’activité de production des énoncés, c’est-à-dire la langue dans sa relation dynamique à une situation d’énonciation et à un énonciateur. Le sujet a maintenant une place en linguistique, et les marqueurs de modalité comme les adverbes font apparaître les relations qu’entretient un énonciateur non pas seulement avec un énoncé mais aussi avec des unités de discours plus complexes qui peuvent impliquer jusqu’à l’interlocuteur.

12G. Deléchelle se situe dans le cadre de ces grammaires énonciatives. Il met en évidence, par-delà les effets de sens, la valeur centrale du (méta) opérateur really et, suivant ses points de focalisation (sa portée), les jeux argumentatifs que l’énonciateur lui fera jouer.

Art

13La problématique du sujet est aussi posée par Jean Kempf qui décrit l’évolution de la photographie dans les années soixante aux Etats-Unis. C’est le moment où le regard photographique des années cinquante, qui donnait à voir l’agencement ordonné du monde, est dénoncé comme abusif, tyrannique. Les photographes recherchent alors un mode d’expression, un nouveau regard, plus spontané, soumis aux seules lois du hasard. Paradoxalement, cette décision a pour effet de mettre en valeur le photographe : refusant les canons de l’esthétique classique, il propose nécessairement sa vision de la réalité, dans une démarche très proche de celle qui aboutit, chez les sociologues, à la création du concept d’observateur-participant. La photographie n’est plus guidée par un ordre censé être inhérent à l’objet photographié, l’ordre qu’on y perçoit est celui du sujet photographiant.

14Sylvie Coëllier, à propos des structures molles de Claes Oldenburg, évoque des préoccupations voisines de celles-ci : de même que les photographes donnent à voir des photographies, et non pas des copies ou des reflets du monde, de même Oldenburg et ses contemporains créent des objets plutôt que des représentations d’objets. Ainsi l’œuvre d’art devient un signifiant qui propose un signifié absent ou tourné en dérision et crée un rapport concret, physique avec le spectateur.

15Le Pop Art, le kitsch, qui a beaucoup de parentés avec ce mouvement, déstructurent, rendent immotivées les formes et les fonctions des objets ; S. Coëllier nous fait percevoir comment, derrière ce jeu apparemment gratuit, où se mêlent fantasmes et objets extraits du quotidien, s’exprime un désir profond de projection, d’exhibition du corps de l’artiste. Dans quelques cas limites, l’artiste procède à une performance au cours de laquelle il fait une incision sur son corps pour que se réalise enfin le contact entre le témoin extérieur et sa propre intériorité. C’est le point ultime de l’expansion de l’ego, la frontière en deçà de laquelle se situent la création, le jeu, l’humour. Dans cette dernière "aire de jeu" nous retrouvons le Pop Art et la création littéraire des années 60-70.

Littérature

16Dans la littérature anglophone post-60, le seul ordre admis est celui du texte, qui génère ses propres règles, sa propre norme. La réalité extérieure (ou sa représentation dominante) n’impose plus rien, elle ne fait son apparition que lorsqu’elle est convoquée par le narrateur. Celui-ci peut tout, il vient parfois même à l’avant-scène pour affirmer "tel événement a lieu parce que je le veux" ; il produit des simulacres de réalité qui, bien qu’il nous soit impossible d’y adhérer tout-à-fait, discréditent notre perception ordinaire, "hors fiction", du réel.

  • 7 D. HOFSTADTER, Gödel, Escher, Bach : an Eternal Golden Braid, Harmonds-worth : Penguin Books, 1980 (...)

17Cette dernière idée est suggérée par Gérard Cordesse qui décrit en détail les jeux d’écriture auxquels se livre John Barth dans The Floating Opera. Le texte est construit en trompe-l’oeil, à la manière des jeux logiques ou des dessins de Escher qu’analyse D.R. Hofstadter7. Le narrateur apparent se démultiplie, commente sa propre narration, entraîne le lecteur dans son labyrinthe tandis que l’auteur, tapi sous plusieurs épaisseurs de narration, tire les ficelles.

18Salman Rushdie propose un autre jeu narratif, que Liliane Ruf nous dévoile, dans Midnight’s Children. Réalité et fiction, histoire des personnages et Histoire de l’Inde s’y font écho comme des miroirs face à face, à l’infini. Rushdie évolue entre le réalisme autobiographique ou historique et la fiction libérée de tout souci de vraisemblance. Il se place d’un point de vue "décalé" par rapport à la réalité, et la jouissance de l’écriture (et de la lecture) réside dans le fait que le décalage est à la fois non-défini et variable, tout comme la fiction et la réalité, qui deviennent interchangeables. Au centre de toutes ces incertitudes règne l’humour savoureux du grand joueur et manipulateur, Salman Rushdie.

19Κ. Vonnegut, J. Barth, D.M. Thomas exploitent d’autres possibilités narratives. Claude Cohen-Safir présente leurs "stratégies maximalistes", qui consistent à absorber et fondre dans le texte des éléments extérieurs à celui-ci. Le lecteur peut s’y perdre : D.M. Thomas joue si finement à faire vrai qu’on l’accuse de plagiat, le rapport habituel entre auteur et lecteur se trouve perturbé par la polyphonie narrative ; mais cette incertitude et cette profusion, nous dit C. Cohen-Safir, ne sont peut-être que des projections métaphoriques de l’état d’une société.

20Pour terminer ce recueil, Théo D’haen reprend l’histoire du rapport à l’Histoire chez les écrivains Modernes, Post-modernes, et "Post-post-modernes". Son étude est centrée sur l’écriture (le rapport de l’auteur à son œuvre ne se pose pas aujourd’hui dans le domaine de la critique littéraire dans les mêmes termes qu’en art plastique) : dans les romans Post-modernes on voit l’Histoire, puis l’histoire des personnages, et enfin les personnages eux-mêmes, s’émietter, se fragmenter, se recomposer en assemblages vides de sens. Au bout de cette évolution, les nouvelles tendances narratives des années 80 vont dans une direction que 1’ensemble du colloque nous laissait pressentir : une certaine forme de réalisme dont T. D’haen nous présente les traits dominants.

Notes

1 P. WATZLAWICK, La réalité de la réalité (titre original : Pragmatics of Human Communication, 1967), Paris : Ed. du Seuil, 1972, p. 7.

2 P. BERGER & T. LUCKMANN, The Social Construction of Reality, Harmonds-worth : Penguin Books, 1966, p. 134.

3 R. BARTHES, Mythologies, Paris : Ed. du Seuil, 1957.

4 R. JAKOBSON, Essais de linguistique générale, Paris : Ed. de Minuit, 1963, pp. 209-221.

5 Cf. l’étude de J. BOUVERESSE, Wittgenstein : la rime et la raison, Paris : Ed. de Minuit, 1973, pp. 59-61.

6 C. FUCHS, "Les problématiques énonciatives : esquisse d’une présentation historique et critique", DRLAV. Revue de linguistique n° 25 : Dans le champ pragmatico-énonciatif déc. 1981, pp. 35-60.

7 D. HOFSTADTER, Gödel, Escher, Bach : an Eternal Golden Braid, Harmonds-worth : Penguin Books, 1980, pp. 684-92 (auteur mentionné par G. Cordesse).

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter