Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les fictions du réel dans le monde anglo-américain de 1960 à 1980

 | 
Jean-Paul Regis
, 
Maryvonne Menget
, 
Marc Chenetier

Avant-propos

Maryvonne Menget

Texte intégral

  • 1 Groupe de Recherches Anglo-Américaines de l'Université François-Rabelais de Tours. Nous tenons à r (...)
  • 2 Centre d'Etudes et de Recherches sur la Culture Anglo-Américaine, Université d'Orléans.

1Les textes réunis dans ce recueil ont été présentés en septembre 1987, à Tours lors du colloque organisé par les Groupes de Recherches Anglo-Américaines des Universités d'Orléans et de Tours (Jean-Paul Régis et moi-même pour le G.R.A.A.T.1, Marc Chénetier pour le C.E.R.C.A.2).

2Après le premier ouvrage consacré aux discours de protestation, le deuxième reflétait la curiosité générale pour les stratégies de la métaphore, le troisième explorait le contentieux paradoxal mais traditionnel entre l'Angleterre et les Etats-Unis. Le colloque de 1986 recherchait dans le sport non pas les buts mais les signes, non plus le score mais les "compartiments du jeu" et leurs applications linguistiques, leurs détournements littéraires, leurs fonctions dans notre société. Le colloque de 1987 allait prolonger l'enquête ainsi menée au fil des ans des colloques et des publications, sur les faits et la représentation du réel, sur le jeu et les enjeux.

3Directement inspiré de nos pratiques de linguistes, de littéraires et de civilisationnistes, il fut intitulé : "Les Fictions du réel dans le monde anglo-américain de 1960 à 1980".

4Présupposant l'existence d'un réel entre ces deux dates, le sujet renvoyait inévitablement à un vécu, à la subjectivité de chacun. Laissant aux créateurs de fictions reconnus leurs propres responsabilités, il semblait garantir aux chercheurs la distanciation scientifique indispensable et permettre à chacun de porter un regard serein sur un monde éclaté, comme sur une période de notre histoire déjà transformée en mythe. Au-delà des débats idéologiques, on nous proposait d'examiner concrètement - si l'on ose dire - comment à cette époque, dans les années 60-70, sociologues, romanciers, sculpteurs, photographes et poètes changèrent le monde, tout simplement.

5C'est à cette tâche que se sont employés nos collègues, ceux qui ont présenté une communication et tous ceux qui ont participé aux débats pendant le colloque. Les communications rigoureusement attachées à l'étude des techniques utilisées pour faire du réel une fiction ou pour lire une fiction dans le réel, nous ont parfois redonné la part du rêve dont nous prive la réalité quotidienne. En des temps où le "management du look" nous rendrait presque aveugles et où l'Histoire est devenue "impossibilité", les communications nous ont aussi rappelé la différence entre fiction et désinformation, entre technique et manipulation, entre esthétisme et irresponsabilité. Elle nous ont plusieurs fois remis en mémoire la force, mais aussi la brutalité, de l'humour.

6Pour illustrer par l'absurde le poids d'un vécu subjectif dans une non-histoire du réel, je donnerai un exemple sud-américain : Alors qu'un régime militaire pesait déjà sur le Brésil depuis plusieurs années, au point d'obliger bon nombre de contestataires à s'expatrier, les habitants de Rio-de-Janeiro se réveillèrent un matin de décembre 1968 au grondement des chars qui défilaient dans leur ville. Dans les vapeurs du matin tropical ils sortirent acheter leurs journaux. Le jornal do Brasil, le plus fort tirage du pays, exposait à la Une l'instauration de la censure : les nouvelles, les éditoriaux, l'information en général, étaient remplacés par des cadres noirs, des encadrés contenant du vide. Au centre, la photographie d'un officier de cavalerie sautant une haie. En haut à droite en lieu et place de l'habituel bulletin météorologique, deux mots - ciel noir. Le reste du journal était blanc, vide. Fictions du réel ? L'effet de contiguïté souligné par le glissement du silence encadré à l'information irréaliste, en passant par la photographie métaphorique, au-delà d'une portée politique, me paraît rejoindre les préoccupations esthétiques des années 60 dont ce recueil d'articles rend compte.

Notes

1 Groupe de Recherches Anglo-Américaines de l'Université François-Rabelais de Tours. Nous tenons à remercier Annick Blanchemanche qui a assuré, avec son efficacité habituelle, secrétariat et dactylographie pour le colloque et la présente publication.

2 Centre d'Etudes et de Recherches sur la Culture Anglo-Américaine, Université d'Orléans.

Auteur

Université de TOURS

© Presses universitaires François-Rabelais, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter