Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Rien n’est jamais gagné

Entre visibilité et invisibilité : les lesbiennes face a la violence dans l’espace public

Irène Zéilinger

Texte intégral

1En Autriche, une agence d’affichage public refuse d’afficher dans les trams une publicité portant le slogan « les lesbiennes sont toujours et partout. »

2En Allemagne, deux lesbiennes sont jetées hors d’un restaurant avec les mots : « Dégagez, tapettes ! »

3En Belgique, lors d’un festival de films gays et lesbiens, des inconnus crèvent les pneus des voitures garées autour du centre culturel où le festival se déroule.

  • 1 Ohms Constance, « « I don’t mind lesbians, BUT... » : Violence against lesbians », Intervention lo (...)

4En Allemagne, une politicienne lesbienne reçoit des lettres de haine : « Quand as-tu léché la dernière fois la chatte de ton amie et quand l’as-tu baisée ? J’espère que vous attraperez le SIDA et irez en enfer. Salopes ! C’est la volonté de DIEU ! ! ! Les lesbiennes devraient être pendues ! Salope anti-allemande, criminelle. »1

5Voici quelques exemples de violence faite aux lesbiennes dans leur occupation de l’espace public. Il s’agit de la violence par omission dans les transports publics, d’une agression individuelle faite à un couple lesbien dans un restaurant, une agression dans la rue sur la propriété des personnes qui pourraient fréquenter un festival gay et lesbien et d’une agression individuelle faite à une femme lesbienne qui occupe l’espace public politique.

6Dans cet exposé, nous allons examiner le phénomène des violences faites aux lesbiennes et des conséquences que celles-ci ont pour l’utilisation de l’espace public, pour les femmes lesbiennes mais aussi pour les femmes hétérosexuelles.

7Le point de départ de cet exposé est un projet européen de recherche et d’actions contre les violences faites aux lesbiennes, projet qui est financé d’une part par la Commission Européenne dans le cadre de la ligne budgétaire Daphné et d’autre part par le Ministère fédéral allemand pour la Famille, la Jeunesse, les Seniors et les Femmes. Ces financements ont permis d’effectuer des recherches fondamentales sur les violences faites aux lesbiennes, dans une dimension qui n’avait pas encore été atteinte en Europe. Le but de cet article est, entre autres, de rendre accessible les résultats de ces recherches au public académique francophone. Ces recherches ont été menées en coopération par des organisations administratives et sans but lucratif : Lesben Informations-und Beratungsstelle Francfort et Lesbenberatung, Berlin, Allemagne, Bureau antidiscrimination pour les styles de vie homosexuels de la Ville de Vienne, Autriche, et Garance asbl, Belgique.

8Nous préférons utiliser le mot « lesbienne » plutôt qu’« homosexuelle » pour deux raisons. D’abord, le terme homosexuelle laisse sous entendre qu’il s’agit d’une identité purement sexuelle. Or si c’était le cas, les lesbiennes seraient uniquement agressées quand elles s’embrassent en public ou rendent leur sexualité visible d’une manière ou d’une autre. Pour nous, l’identité lesbienne est une identité psychosexuelle qui inclut, bien sûr, des aspects sexuels, mais qui ne se limite pas à cela. L’identité lesbienne est formée pendant un long processus de prise de conscience et de visibilité vers l’extérieur, le coming out, qui inclut aussi bien des comportements, des réflexions et des répertoires d’actions et réactions qui n’ont rien à voir avec la sexualité de la personne concernée. L’autre raison pour notre préférence est que le mot « homosexuel » à tendance à être utilisé pour les gays, poussant les lesbiennes une fois de plus dans l’invisibilité (sauf si le parlant fait des efforts de prononciation !), cette fois-ci dans un contexte gay et lesbien. Pour un souci de clarté et pour souligner que les identités et les réalités de vie des gays et des lesbiennes sont différentes, nous évitons donc dans cet exposé de parler des (femmes) homosexuelles : ce sont des lesbiennes.

UNE DEFINITION DE LA VIOLENCE

  • 2 Ohms Constance - Mûller Karin, Gut aufgehoben ? Zur psychosozialen Versorgung lesbischer Frauen mi (...)

9Le concept de violence utilisé dans nos recherches n’englobe pas la violence telle que définie par le code pénal. Nous utilisons plutôt le terme « violence » dans le sens d’un outil de pouvoir et de contrôle2. Les violences sont donc des comportements et des structures qui ont un impact négatif sur le bien-être (la santé) spirituel, mental et physique des personnes. Les violences faites aux lesbiennes incluent donc le harcèlement verbal et sexuel ainsi que le refus de les accepter, le rejet dans les espaces publics, dans le marché du travail, dans le système d’assistance médicale ou psychosociale, etc.

10Cette définition de la violence est très importante, car ainsi les violences enregistrées dans les différents pays de l’Union européenne sont comparables, indépendamment des codes pénaux différents pour chacun de ces pays.

11Dans la perspective de développer un concept d’intervention et de prévention, une vue plus large sur le phénomène de la violence nous permet aussi de prendre en compte les comportements que les lesbiennes définissent comme violence, bien que le code pénal ne reconnaisse pas ces faits comme tels. Ainsi, l’anticipation de la violence par les lesbiennes peut elle aussi être analysée. Finalement, pour souligner les différences entre les violences vécues par les hommes homosexuels, les femmes lesbiennes et les femmes hétérosexuelles, il est nécessaire de tenir compte de l’aspect du pouvoir dans les relations entre les victimes et les agresseurs et agresseuses, dans le contexte social et historique de la violence. La violence, selon notre définition, consiste donc en des faits, comportements et/ou structures qui violent l’intégrité physique ou mentale d’une personne.

12Cette perspective nous montre assez vite que les violences faites aux lesbiennes, comme toute violence faite à une minorité sociale, ne sont pas une violation de la norme, mais bien une prolongation des normes sociales qui manifeste et renforce l’inégalité de pouvoir. La minorité sociale ne correspond pas aux normes de la majorité, et pour son non-conformisme, pour son identité spécifique, ce groupe est puni par la majorité. Ceci se manifeste sur le niveau structurel aussi bien que sur le niveau personnel. Les origines de la violence contre les lesbiennes ne se trouvent pas non plus sur le niveau structurel exclusivement, il y a aussi bien sûr des motivations individuelles de l’agresseur, comme par exemple l’insécurité sur sa propre identité psychosexuelle.

  • 3 Voir Rich, 1983.

13Les violences faites aux lesbiennes ne peuvent donc pas être regardées uniquement comme un phénomène d’agression individuelle. La relation étroite entre sexe et genre est une des constituantes les plus importantes des relations hétérosexistes de pouvoir. Par le sexe biologique, la société effectue au même moment une attribution par rapport à l’orientation sexuelle selon les normes de l’hétérosexualité obligatoire3. L’hétérosexualité obligatoire garantit que les femmes restent disponibles pour les hommes. Les lesbiennes victimes de violence ne sont donc pas seulement « punies » pour ne pas correspondre à la norme hétérosexuelle, mais cette violence est au même moment une tentative de rétablir l’attribution sexuelle de ces femmes. Par un acte violent, l’agresseur ou l’agresseuse manifeste en plus son appartenance au groupe dominant social et confirme son invulnérabilité.

14Les violences faites aux lesbiennes ne concernent pas seulement les lesbiennes, car comme ce sont des sanctions contre des femmes qui quittent les stéréotypes hétérosexistes, cette violence peut toucher toute femme, indépendamment de son orientation sexuelle. Une insulte fréquemment utilisée pour discipliner les féministes trop radicales est « lesbienne ». Ce n’est pas seulement une insulte, mais un mot plein de possibilités, c’est une menace : dès que je suis « identifiée » comme lesbienne, on peut me faire les mêmes violences qu’aux lesbiennes, et mon discours est fragilisé, délégitimé, réduit. Lorsque les lesbiennes ne devront plus faire face aux discriminations et violences quotidiennes, cette insulte perdra toute sa force. C’est donc dans l’intérêt de toute femme, toute féministe, de lutter contre la violence envers les lesbiennes et d’abandonner la peur de l’insulte et de l’amalgame.

LES CHIFFRES

  • 4 IFZ (Interuniversitâres Frauenforschungs-Zentrum), Gewalt gegen lesbische Frauen : Studie iiber Di (...)
  • 5 Ohms Constance, Gewalt gegen Lesber, Berlin, Quer-Verlag, 2000.

15Nous exposons les données obtenues principalement grâce à deux études représentatives effectuées en Allemagne en 19994 et 20005. Il faut préciser que nous examinons ici seulement les violences faites aux lesbiennes en raison de leur homosexualité. Elles n’incluent pas la violence vécue sur la base de sexe, origine ethnique, âge, religion, capacités physiques, etc. Elles n’incluent pas non plus les violences faites à une femme hétérosexuelle parce que l’agresseur croit qu’elle est lesbienne.

Les violences faites aux lesbiennes

  • 6 Gewalt gegen Lesber, op.cit., 2000, p. 53.
  • 7 Gewalt gegen lesbische Frauen : Studie ûber Diskriminierungs- und Gewalterfahrungen, op.cit.

16Les études constatent que la grande majorité des lesbiennes a été victime de violence lesbophobe : selon Ohms6, ce sont 78 % des lesbiennes, selon IFZ7 ce sont 98 %. Les différences s’expliquent entre autres par des différences de définition de la violence.

  • 8 Ohms Constance, op.cit., 2000, p. 61.
  • 9 IFZ (Interuniversitâres Frauenforschungs-Zentrum), op.cit., p. 130.
  • 10 Ohms Constance, op.cit., 2000.

1714 %8 à 24 %9 ont été victimes de violence physique. Ceci inclut coups et blessures, bousculer, poursuivre, lancer des objets sur la personne, etc. Un pourcentage relativement élevé, 6 %, rapporte qu’elles ont subi une agression armée10.

  • 11 Ohms Constance, op.cit., 2000, p. 65.
  • 12 IFZ (Interuniversitâres Frauenforschungs-Zentrum), op.cit., p. 130.

18Entre 60 %11 et 98 %12 des lesbiennes ont vécu la violence psychologique qui s’est manifestée en insultes, humiliations, blagues, menaces, exclusion, négation ou la mise en question des capacités professionnelles ou maternelles ou du sexe même de la lesbienne concernée.

  • 13 Ohms Constance, op.cit., 2000, p. 68.
  • 14 IFZ (Interuniversitäres Frauenforschungs-Zentrum), op.cit., p. 130.

19La violence sexuelle concerne entre 25 %13 et 44 %14 des lesbiennes. Ce terme comprend la drague non voulue, la caractérisation de la sexualité lesbienne comme une sexualité de manque, immature et incomplète, les attouchements, les invitations sexuelles non voulues jusqu’au viol.

20Ces deux études démontrent que les agressions sexuelles graves et les exclusions verbales ont plutôt lieu dans le cadre familial, dans la sphère privée, tandis que les agressions physiques, le harcèlement et les insultes ont plutôt lieu dans l’espace public.

  • 15 Ohms Constance, op.cit., 2000, p. 91.
  • 16 Ohms Constance, op.cit., 2000, p. 93.
  • 17 Ohms Constance, op.cit., 2000, p. 95.
  • 18 Ohms Constance, op.cit., 2000, p. 98.

21En ce qui concerne les agresseurs, les deux études constatent que la grande majorité sont des hommes15. Parmi eux, les groupes d’agresseurs les plus importants sont, avec 58 %, les inconnus, suivis par les voisins avec 13 %, les connaissances avec 10 % et les ex-maris avec 5 %16. La moitié des agresseurs a moins de 30 ans17. Dans 34 % des cas, l’agresseur est seul, dans 43 % des cas, il s’agit d’un petit groupe d’agresseurs de 2 à 4 personnes18.

22Selon ces mêmes études, les femmes qui vivent ouvertement leur lesbianisme doivent faire face à davantage de violence – contrairement à ce préjugé qui nous dit que les lesbiennes se stigmatisent elles-mêmes et que c’est leur sentiment d’insécurité qui serait responsable des agressions qu’elles rencontrent. Elles démontrent également qu’il y a des différences importantes entre la violence envers les femmes hétérosexuelles et celle que subissent les femmes lesbiennes. La plupart de la violence physique faite aux femmes hétérosexuelles a lieu dans la sphère privée et est faite par des personnes qu’elles connaissent ; alors que la violence physique envers les lesbiennes a le plus souvent lieu dans la sphère publique et est le fait d’inconnus. Les femmes hétérosexuelles sont le plus souvent seules quand elles sont attaquées, les lesbiennes sont plus souvent à deux, c’est-à-dire visibles en tant que lesbiennes.

  • 19 Ohms Constance – Stehling Klaus, « Gewalt gegen Lesben, Gewalt gegen Schwule : Thesen zu Differenz (...)

23De même, les expériences des lesbiennes ne sont pas identiques à celles des gays. Une comparaison19 montre que les gays définissent moins d’incidents comme violence et regardent la violence comme un destin individuel qui n’est pas lié à une inégalité de pouvoir. Ceci place la responsabilité de la violence sur la victime qui s’est trouvée au mauvais moment au mauvais endroit. Ce que les gays définissent comme violences sont surtout des actes se déroulant sur les lieux de rencontres anonymes sexuelles dans les espaces publics (cruising areas) et qui sont des violences liées aux délits de vol et de chantage. Quand les gays sont attaqués, les agresseurs utilisent plus souvent des armes (22 %) et sont en général plus brutaux. Les plus graves différences sont entre 98 % de violence psychologique chez les lesbiennes et 54 % chez les gays, et entre 44 % de violence sexuelle chez les lesbiennes et 3 % chez les gays. Sur la base des différents rôles sociaux pour les hommes et les femmes, les gays et les lesbiennes réagissent différemment à la violence et trouvent différentes manières pour assimiler le vécu.

Les conséquences des violences faites aux lesbiennes sur l’utilisation de l’espace public

  • 20 IFZ (Interuniversitâres Frauenforschungs-Zentrum), op.cit., p. 150.
  • 21 Ohms Constance, op.cit., 2000, p. 82.

24Les espaces publics sont des lieux dangereux pour les lesbiennes, alors que pour les femmes hétérosexuelles le lieu de plus grand danger physique est la sphère privée. Selon l’étude de IFZ20, c’est plus de la moitié (56 %) des violences qui ont lieu dans les espaces publics. 21 % des lesbiennes par exemple sont attaquées aux arrêts du transport public, 25 % dans des restaurants ou bars hétérosexuels et 26 % quand elles sont en voyage. Ces chiffres sont un peu moins élevés chez Ohms21, mais montrent les mêmes tendances. Un lieu spécifiquement dangereux sont les alentours des institutions de la subculture gay et lesbienne. 18 % des attaques ont eu lieu près des bars, discothèques ou associations qui sont des lieux de rencontres pour les lesbiennes et/ou les gays. Ceci mène à la conclusion qu’une bonne partie des agressions commises sur les lesbiennes est préméditée ; en effet, les agresseurs attendent leurs victimes là où ils ont plus de chances d’en trouver.

25Comme nous avons vu dans les exemples de violence au début de cet article, c’est aussi le lieu même qui peut devenir cible de violences. Par exemple, de nombreuses associations gay et lesbiennes reçoivent régulièrement des coups de téléphone menaçants ou insultants ; parfois, elles sont aussi victimes de dégâts matériels comme des bris de vitres. Une autre stratégie violente est d’effacer la présence lesbienne des espaces publics ou de la commenter d’une manière humiliante et insultante. Ceci peut se manifester par exemple par des graffitis sur les murs des lieux de rencontre gays et lesbiens, dans le refus d’une agence publicitaire d’afficher des affiches avec un contenu lesbien ou dans la destruction des mêmes affiches par des inconnus. La présence des lesbiennes semble inspirer beaucoup de peur et d’insécurité pour provoquer une telle activité concertée.

  • 22 Ohms Constance, op.cit., 2000, p. 85.

26Nous avons déjà constaté que les violences faites aux lesbiennes ne réduisent pas seulement leur liberté de mouvement et d’action, mais elles réduisent aussi celle des femmes hétérosexuelles qui doivent éviter d’être « identifiées » comme lesbiennes pour éviter cette forme de violence. Pour les lesbiennes mêmes, les conséquences de cette violence au quotidien (en plus de la violence qui leur est faite parce qu’elles sont des femmes ou des membres d’une autre minorité sociale) sont graves. En plus des conséquences psychosomatiques typiques pour les victimes de violence, elles essayent, pour y échapper, d’adapter leur comportement aux normes hétérosexistes afin de ne plus être ciblées. Ohms22 constate que 26 % des lesbiennes qui ont vécu de la violence décident de ne plus témoigner de tendresse à leur partenaire en public, 9 % vivent « cachées » ou vivent une double vie, 7 % ont peur en public et 7 % ont peur dans les lieux lesbiens. Cela signifie que même les lieux où l’on pourrait penser être en sécurité, à l’abri des violences lesbophobes parce que les lesbiennes sont entre elles ou au moins entre des gens qui acceptent leur identité telle quelle, même ces lieux représentent une source de danger pour les lesbiennes car, par leur visibilité, ils « attirent » des agresseurs.

27Dans la collectivité ainsi que dans l’individualité, les lesbiennes se trouvent donc toujours dans l’ambivalence. D’un coté, il y a l’invisibilité et la sécurité momentanée avec, en même temps, le renforcement des stéréotypes et inégalités de pouvoir. De l’autre côte, il y a la visibilité et le danger imminent avec, en même temps, le potentiel d’émancipation et de changement social et politique. Cette ambivalence est d’autant plus forte dans l’espace public parce que c’est là que les changements sociaux et politiques se font, par exemple par une campagne publicitaire.

L’anticipation de violence

  • 23 Ohms Constance – Mûller Karin, op.cit., p. 9.

28Comme la violence envers les lesbiennes est invisibilisée comme le sont les lesbiennes elles-mêmes, dans le discours sur la violence envers les femmes aussi bien que dans le discours sur l’homophobie, il n’existe pas de prévention. Les lesbiennes comptent sur la possibilité (et probabilité) d’être agressées, surtout en public et développent des stratégies personnelles pour éviter la violence. L’anticipation de violence n’est pas uniquement basée sur l’expérience réelle de violence, mais aussi sur le savoir qu’une telle violence est possible et probable23. Les lesbiennes savent que les attaques lesbophobes sont quotidiennes, elles ne les attribuent pas à un certain endroit ou une certaine heure, comme le font les gays. Les lesbiennes souhaitent éviter la violence ou au moins réduire le risque d’être agressées. Souvent, les lesbiennes utilisent des stratégies qu’elles ont apprises dans le cadre de leur socialisation féminine et du quotidien de la violence sexiste. Comme sur le niveau individuel, le seul contrôle est sur le propre comportement et leur apparence, l’anticipation de la violence peut mener les lesbiennes à renoncer aux signes visibles de leur orientation sexuelle : les symboles (double hache, arc-en-ciel, etc.), leur apparence (coiffure, vêtements, langage non verbal, etc.) ou l’affection visible avec leur partenaire – jusqu’à rejeter l’identité lesbienne.

  • 24 IFZ (Interuniversitâres Frauenforschungs-Zentrum), op.cit., p. 166.
  • 25 Ohms Constance – Mûller Karin, op.cit., p. 10.

29L’étude de l’IFZ24 a spécifiquement observé les stratégies d’évitement que les lesbiennes utilisent pour ne pas devenir victimes de violence. Malgré toutes les violences qu’elles vivent, 68 % des lesbiennes ont déclaré qu’elles ne se sentent pas limitées dans leur vie quotidienne. Une raison de ce pourcentage élevé pourrait être que l’image de la lesbienne comme une femme forte, indépendante qui sait se défendre pousse les femmes lesbiennes à s’y adapter, au moins dans leurs paroles. Cette image de l’amazone n’est pas un idéal quelconque. Elle sert à maintenir et à confirmer l’identité psychosexuelle des lesbiennes qui se crée pendant le processus de coming out ; ceci est nécessaire parce qu’en cas de doute, de mise en question, par exemple par une attaque lesbophobe, la société ne soutient pas cette identité comme une identité égale en valeur à l’hétérosexualité.25

30La relativité de cette réponse courageuse ou insoucieuse devient visible dans les réponses que les lesbiennes ont données aux autres questions : 75 % des lesbiennes évitent de montrer de la tendresse en public ; 66 % des lesbiennes disent qu’elles observent d’abord les opinions de leur entourage sur l’homosexualité avant de révéler leur identité psychosociale ; 49 % évitent le sujet de leurs relations amoureuses ; 48 % attendent pour qu’on les connaisse mieux avant de le dire ; 48 % ne mentionnent pas le sexe de leur partenaire ; 17 % mentent sur le sexe de leur partenaire ; 22 % adaptent leur apparence pour ne pas paraître « trop masculines » ; et 6 % vont à certains événements sociaux avec un homme « alibi ». La contradiction entre ces mesures d’évitement et la déclaration de ne pas se sentir limitée dans sa vie privée nous mène à la conclusion que beaucoup de lesbiennes ne reconnaissent plus les formes plus subtiles de violence comme telle, par habitude. Ces stratégies d’évitement ne limitent pas seulement la liberté des lesbiennes, mais elles changent aussi l’aspect des espaces publics : les lesbiennes deviennent encore plus invisibles que la société ne les fait, et elles n’utilisent pas les espaces publics dans la pleine mesure de leurs droits.

  • 26 IFZ (Interuniversitâres Frauenforschungs-Zentrum), op.cit., p. 169.

31L’espace public n’est pas seulement le lieu le plus dangereux pour les lesbiennes, elles le perçoivent aussi comme le plus dangereux, encore plus dangereux que le lieu de travail ou les espaces policiers et de justice26. Les conséquences ne s’arrêtent pas au fait que les lesbiennes (visibles) manquent dans les espaces publics, ni que la subculture, qui est tellement importante pour l’acquisition de la confiance en soi, d’une image positive des lesbiennes et aussi pour les contacts avec d’autres lesbiennes, que cette même subculture représente un danger qu’il faut accepter pour l’accessibilité à ces lieux. Pour les lesbiennes mêmes, cela peut mener à la retraite dans le privé, l’isolement. Comme les lesbiennes tendent à traiter le danger de violence différemment, ceci peut aussi représenter un lourd impact sur leurs relations, un potentiel de conflit entre partenaires et amies.

CONCLUSIONS

32Le danger qui guette les lesbiennes visibles dans les espaces publics est un obstacle à l’émancipation des lesbiennes et des femmes hétérosexuelles. Pour cette raison, il est important d’intégrer des aspects et mesures spécifiques pour les lesbiennes dans tout programme de prévention. En ce qui concerne la prévention structurelle, donc les stratégies et concepts politiques des mouvements sociaux et de l’État, la priorité est la reconnaissance de la spécificité des violences faites aux lesbiennes en comparaison avec les violences envers les femmes hétérosexuelles et les gays et sur la nécessité de prendre en compte ce phénomène dans la législation et la formulation de programmes d’action.

  • 27 Ohms Constance – Mûller Karin, op.cit.

33Dans la prévention personnelle primaire, il faudra donner plus de moyens aux lesbiennes mêmes pour éviter la violence sans se limiter dans leur liberté et pour se défendre. La prévention secondaire, c’est-à-dire l’accueil et l’assistance aux victimes de violences, montre de larges déficits face à la violence envers les lesbiennes, comme l’a démontré une étude européenne récente27 : le personnel psychosocial a urgemment besoin de formations spécifiques sur les réalités de vie des lesbiennes (et gays) et sur le cadre social et historique des violences qu’elles vivent pour pouvoir intervenir d’une manière adéquate. Finalement, dans le champ de la prévention tertiaire, de la prévention de long terme, il faudra d’autant plus souligner le problème des violences envers les lesbiennes et des préjugés qui forment la base de la violence envers les lesbiennes. Dans le futur, il devrait être impensable qu’une campagne contre les violences faites aux femmes ne parle que de la violence conjugale (qui est importante, certes) sans faire explicitement référence aux lesbiennes et aux violences qu’elles vivent. Seule une approche intégrale qui fait justice aux diversités entre les femmes, non seulement les femmes hétérosexuelles et lesbiennes, mais aussi les femmes françaises et étrangères, les femmes âgées et jeunes, les femmes riches et pauvres, les femmes handicapées ou non... a une chance réelle d’atteindre le but que nous avons toutes : mettre fin aux violences et aux discriminations.

34Pour plus d’information : www.lesbians-against-violence.comwww.lesben-gegen-gewalt.de

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

IFZ (Interuniversitäres Frauenforschungs-Zentrum) [1999], Gewalt gegen lesbische Frauen : Studie ùber Diskriminierungs – und Gewalterfahrungen, Dûsseldorf, Ministerium fûr Frauen, Jugend, Familie und Gesundheit des Landes Nordrhein-Westfalen.

LIBS (Lesben Informations und Beratungsstelle e.V.) [2001], First European Symposium : Violence against Lesbians, Berlin, Quer-Verlag, Hg.

Ohms Constance [2000], Gewalt gegen Lesben, Berlin, Quer-Verlag.

Ohms Constance [2001], « I don’t mind lesbians, BUT... » : Violence against lesbians, Intervention lors de la conférence annuelle 2001 de ILGA Europe, Rotterdam.

Ohms Constance – Mûller Karin [2001], Gut aufgehoben ? Zur psychosozialen Versorgung lesbischer Frauen mit Gewalt - und/oder Diskriminierungserfahrungen im europaischen Vergleich, Francfort, LIBS.

Ohms Constance – Stéhling Klaus [2001], « Gewalt gegen Lesben, Gewalt gegen Schwule : Thesen zu Differenzen und Gemeinsamkeiten. », First European Symposium : Violence against Lesbians, LIBS (Lesben Informations und Beratungsstelle e.V.), Berlin, Quer-Verlag, p. 17-52.

Rich, Adrienne [1983], « Zwangsheterosexualitat und lesbische Existenz », Audre Lorde/Adrienne Rich : Macht und Sinnlichkeit, ausgewahlte Texte, Dagmar Schultz (ed.), Berlin, Orlanda Frauenverlag, p. 138-168.

Notes

1 Ohms Constance, « « I don’t mind lesbians, BUT... » : Violence against lesbians », Intervention lors de la conférence annuelle 2001 de ILGA Europe, Rotterdam, 2001, p. 1.

2 Ohms Constance - Mûller Karin, Gut aufgehoben ? Zur psychosozialen Versorgung lesbischer Frauen mit Gewalt – und/oder Diskriminierungserfahrungen im europâischen Vergleich, Francfort, LIBS, 2001, p. 9.

3 Voir Rich, 1983.

4 IFZ (Interuniversitâres Frauenforschungs-Zentrum), Gewalt gegen lesbische Frauen : Studie iiber Diskriminierungs- und Gewalterfahrungen, Dûsseldorf, Ministerium fur Frauen, Jugend, Familie und Gesundheit des Landes Nordrhein-Westfalen, 1999.

5 Ohms Constance, Gewalt gegen Lesber, Berlin, Quer-Verlag, 2000.

6 Gewalt gegen Lesber, op.cit., 2000, p. 53.

7 Gewalt gegen lesbische Frauen : Studie ûber Diskriminierungs- und Gewalterfahrungen, op.cit.

8 Ohms Constance, op.cit., 2000, p. 61.

9 IFZ (Interuniversitâres Frauenforschungs-Zentrum), op.cit., p. 130.

10 Ohms Constance, op.cit., 2000.

11 Ohms Constance, op.cit., 2000, p. 65.

12 IFZ (Interuniversitâres Frauenforschungs-Zentrum), op.cit., p. 130.

13 Ohms Constance, op.cit., 2000, p. 68.

14 IFZ (Interuniversitäres Frauenforschungs-Zentrum), op.cit., p. 130.

15 Ohms Constance, op.cit., 2000, p. 91.

16 Ohms Constance, op.cit., 2000, p. 93.

17 Ohms Constance, op.cit., 2000, p. 95.

18 Ohms Constance, op.cit., 2000, p. 98.

19 Ohms Constance – Stehling Klaus, « Gewalt gegen Lesben, Gewalt gegen Schwule : Thesen zu Differenzen und Gemeinsamkeiten. » First European Symposium : Violence againstLesbians, LIBS (Lesben Informations und Beratungsstelle e.V.), Berlin, Quer-Verlag, 2001, p. 17-52.

20 IFZ (Interuniversitâres Frauenforschungs-Zentrum), op.cit., p. 150.

21 Ohms Constance, op.cit., 2000, p. 82.

22 Ohms Constance, op.cit., 2000, p. 85.

23 Ohms Constance – Mûller Karin, op.cit., p. 9.

24 IFZ (Interuniversitâres Frauenforschungs-Zentrum), op.cit., p. 166.

25 Ohms Constance – Mûller Karin, op.cit., p. 10.

26 IFZ (Interuniversitâres Frauenforschungs-Zentrum), op.cit., p. 169.

27 Ohms Constance – Mûller Karin, op.cit.

Auteur

Instructrice d’autodéfense, Garance asbl, Bruxelles

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540