Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Les femmes dans la ville

Les rapports sociaux de sexe dans la « filière du manger »

Jean-Pierre Corbeau

Texte intégral

PREAMBULE

  • 1 Verdier Y, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Galli (...)
  • 2 Kellerhals J. – Perrin J.F. – Steinauer-Cresson G. – Voneche L. – Wirth G., Mariages au quotidien. (...)
  • 3 Chaudron M. – Sluys C. – Zaidman C., « Activité professionnelle et cuisine au quotidien », Papiers (...)

1Penser les nourritures, s’inquiéter des conséquences de leur incorporation sur sa santé ou celle de ses proches, veiller à l’approvisionnement, à la gestion des stocks alimentaires domestiques, cuisiner, servir les mets, nettoyer la place et la vaisselle... Tous ces actes caractérisent la condition féminine des familles traditionnelles rurales1 mais aussi celle de certaines trajectoires de familles urbanisées (catégories populaires, familles immigrées, cohortes plutôt âgées de couples reproduisant des divisions sexistes des activités quotidiennes et domestiques, etc.)2. Les enquêtes les plus récentes3 montrent que l’inégalité entre les rôles féminins et masculins perdure dans ce domaine de la gestion du quotidien. S’y ajoute, dans nos sociétés urbaines, le salariat hors domicile des femmes. Il entraîne chez beaucoup d’entre elles, peu secondées par leur compagnon dans les activités domestiques, un véritable cumul de deux professions : celle qui justifie d’un salaire par la négociation de compétences acquises dans des formations plus ou moins longues et l’autre, bénévole, ignorée mais nécessaire, qui s’inscrit plus ou moins dans la reproduction de savoir-faire féminins dont on postule - parfois à tort - qu’ils ont été transmis... Les différents actes participant à l’alimentation du groupe familial y occupent une place importante.

  • 4 Poulain J.-P. – Corbeau J.-P. – Paul-Lévy F., L’imaginaire du gras d’origine laitière. Programme A (...)

2Pourtant, à partir de nos récentes enquêtes4, nous souhaitons souligner les mutations perceptibles à divers stades de la « filière du manger », montrer comment elles débouchent sur des recompositions des rapports sociaux de sexe variables selon les cohortes et les trajectoires d’appartenance socioculturelle. Ces recompositions imbriquent aussi les innovations technologiques, la situation dans l’espace urbain, l’offre des industries agroalimentaires et le développement de la restauration hors domicile (pour tous les membres de la famille considérés comme individus ou pour la famille réunie d’une façon plus festive).

3Nous voudrions, enfin, développer des formes de sociabilités alimentaires porteuses de particularismes féminins : l’inégalité des invitations à domicile impliquant les réseaux relationnels construits par l’homme ou la femme à l’extérieur de la famille ; la lecture par le genre qu’il est possible d’effectuer de la multiplication des « prises alimentaires hors repas socialisées » ; l’importance, enfin, que revêt la « négociation » de savoir-faire culinaires par des femmes de nationalités étrangères qui trouvent (à travers des mouvements associatifs ou de façon plus individualisée) des stratégies d’affirmations identitaires, de rencontre avec l’altérité, de reconnaissance et d’intégration sociales.

LA FILIERE DU MANGER

4Sans doute est-il nécessaire de rappeler brièvement le sens que nous donnons à la filière du manger.

5Avec elle nous proposons un nouveau champ pour une sociologie qui ne serait pas seulement de l’alimentation mais par l’alimentation. Elle se substitue à la conception traditionnelle, linéaire et mécanique, de la filière agroalimentaire. C’est une conception interactionniste qui, en plus des acteurs traditionnels allant « de la fourche à la fourchette », propose d’en considérer trois nouveaux :

  • Les experts et chercheurs des domaines de l’agronomie, de l’ingénierie, de l’économie, des sciences sociales, de la médecine, etc. qui produisent des savoirs, des techniques ou des discours explicatifs parfois plus ou moins contradictoires.
  • Les médias, qui, au-delà de leur rôle didactique, dramatisent les découvertes ou avis des chercheurs et des experts, relaient parfois des intérêts particuliers et amplifient les crises.
  • Enfin, les décideurs, qu’ils soient politiques, économiques, juridiques, régionaux, nationaux ou internationaux.

6Évoquant cette filière, nous envisageons les processus de notre alimentation comme un phénomène social émergeant avec la décision de produire tel ou tel type d’aliment plutôt que tel autre, pour aller jusqu’à l’imaginaire attaché à la digestion, aux impressions laissées par la commensalité ou la convivialité ainsi qu’aux discours les présidant. Une telle perception de nos comportements alimentaires s’intéresse aux techniques de production, de transformation des matières premières, au déplacement des nourritures et à leur stockage, à leur commercialisation et à leur distribution. Elle saisit la décision et le comportement d’achat ainsi que les éventuels actes de préparation culinaire. Elle analyse particulièrement les manières de table, la « mise en scène » du repas ou de la prise alimentaire qui peut s’y substituer. Elle appréhende les interactions associées à l’alimentation et les techniques corporelles du manger.

7La perspective de la filière du manger fournit alors quelques éléments aidant à la compréhension des mutations des stratégies d’approvisionnement, des activités culinaires, de nos comportements et de nos formes de sociabilité alimentaires.

TROIS SCENARIOS DE RAPPORTS SOCIAUX DE SEXE AU SEIN DE LA FILIERE DU MANGER

8En reconnaissant le côté simplificateur de notre proposition, nous pourrions distinguer trois « trajectoires » de femmes à travers l’histoire de l’acte culinaire.

  • 5 Verdier Y., op.cit.
  • 6 Grignon C. – Grignon C., « Styles d’alimentation et goûts populaires » Revue Française de Sociolog (...)

9D’un côté, celle des familles rurales et populaires traditionnelles dans laquelle la femme est maintenue dans les rôles décrits par Yvonne Verdier5. Elle réalise alors une cuisine pensée comme « reproductive » au sein d’un continuum culturel. Cette cuisine matérialise la mémoire familiale et véhicule une dimension affective très forte (celle de la « mère nourricière »). Comme Claude Grignon6 l’a souligné, le temps consacré à la préparation des nourritures (épluchage, réalisation de hachis, écumage, etc.) par cette première trajectoire féminine est très important. Il traduit la condition de la femme au foyer tenue de surveiller les cuissons, maintenue dans un espace domestique au moment de la réalisation du repas. In fine, celui-ci structure le temps quotidien du groupe familial dans une filière du manger au sein de laquelle on quête les produits du territoire dans une logique fortement influencée par l’autoconsommation. Puis on lave et prépare ces aliments pour ensuite les proposer aux membres familiaux.

  • 7 Guilbert M. – Isambert-Jamati V., Travail féminin et travail à domicile, CNRS, Paris, 1956.
  • 8 Rieu A. – Bages R., Pratiques de consommation et spécificité paysanne : système d’approvisionnemen (...)
  • 9 Fischler C., L’Homnivore, Paris, Odile Jacob, 1990.

10Comme Madeleine Guilbert et Viviane Isambert-Jamati7 l’ont étudié dès la fin des années 50 (analyse confirmée à travers des approches qualitatives ou quantitatives par la quasi totalité des chercheur-e-s cité-e-s dans notre préambule), l’urbanisation de cette trajectoire féminine ne modifie guère le statut féminin dans la division des rôles familiaux. Les enquêtes budget/temps montrent que l’approvisionnement, la cuisine, la vaisselle incombent à ces femmes issues des milieux populaires. Leur salariat ne changera guère les faits. Ce sont elles qui font deux journées dans une ! Les contraintes domestiques s’estompent quelque peu avec les progrès de l’équipement électro-ménager, l’autocuiseur, le four programmable, et de façon plus récente, le micro-onde (encore qu’elles accèdent moins vite que certaines de leurs congénères plus fortunées à cette « modernité »). Si l’autoconsommation est impensable dans l’espace urbain, il n’empêche que l’apparition du froid négatif réactive des réseaux de solidarité familiale8 au sein desquels circulent des nourritures que l’on congèle (mais qui supposent encore un travail supplémentaire féminin en amont de cette conservation dont la logique est le gain de temps). Les nouvelles cohortes de femmes d’origine populaire (si l’on excepte certaines catégories d’immigrées) échappent, pour partie, à la transmission des savoir-faire culinaires : leurs mères, salariées, cumulant les travaux domestiques, ne peuvent, du moins pour la réalisation de l’alimentation quotidienne, trouver le temps d’apprendre à leur progéniture une activité, qu’elles jugent par ailleurs de plus en plus contraignante. Les produits « prêt à manger » que propose l’agro-industrie, les incitent à simplifier l’acte culinaire (sauf repas festif amélioré). On observe alors un phénomène important pour une sociologie de l’alimentation et de la consommation... Les catégories populaires qui étaient traditionnellement néophobes (celles qui refusent la nouveauté gustative)9, deviennent plus néophiles en découvrant des mets exotiques ou résultant de procédés technologiques, qui tous sont proposés à bas prix et, surtout, n’entraînent aucune déception d’un point de vue organoleptique, aucun modèle de comparaison n’existant dans l’histoire gastronomique de ces trajectoires populaires qui puisse servir de référant gustatif !

  • 10 Fischler C., op.cit.

11La construction de ce nouveau répertoire gastronomique qui laisse une place de plus en plus importante aux OCNI (Objets Comestibles Non Identifiés10) suggérant l’exotisme et prêts à être consommés, favorise le développement des points de vente qui s’inscrivent dans ce nous appelons la cuisine de foire.

12Nous postulons que celle-ci est associée à l’espace urbain. Elle est présente, depuis que les marchés et la Cité existent. Cette cuisine de foire – qui concerne toutes les catégories sociales se rassemblant sur le forum – se distingue de la cuisine populaire (féminine et affective, censée reproduire des recettes, etc.) évoquée à l’instant à propos du statut de la femme dans des familles traditionnelles. Elle se distingue, aussi, de la « Grande cuisine » (masculine jusqu’à une période récente, créative, etc.). Ainsi, ce que l’on désigne un peu trop rapidement par l’américanisation n’est, pour nous, que la résurgence et l’intensification d’un modèle alimentaire de beignets et fritures, de pâtés, de viandes en broches, de viennoiseries que l’on mange sans codification particulière, de façon ludique, dans un espace peu ou non sexué, qui brasse des catégories différentes (d’âges, de genre, socio-économiques, socioculturelles, ethniques, etc.), où l’on pense trouver le signe d’un consensus éphémère, où l’on pense diminuer la pression des contraintes. Plus la ville est grande et plus les « héritières » de cette première trajectoire ouvrière et/ou rurale aiment fréquenter de tels lieux.

  • 11 Boltanski L., La découverte de la maladie, Paris, MSH, 1968.

13La cuisine de foire semble particulièrement séduire les jeunes femmes inscrites dans ces modes de vie populaires. Elles trouvent là, une nourriture à bon marché, abordable, véritable revanche sociale dispensant des corvées culinaires et dont la consommation est sans doute moins freinée que dans d’autres itinéraires socioculturels par une information diététique et nutritionnelle conséquente. Ainsi, la demande varie selon l’âge, mais aussi, selon les inégalités de socialisation qui développent ici moins qu’ailleurs le souci de la représentation de soi et le rapport réflexif au corps dans ses incorporations11. Elle varie aussi selon le sexe puisqu’à catégorie sociale égale les jeunes filles surveillent davantage leur image corporelle (et leur alimentation) que leurs compagnons... Les barquettes de salades sont de plus en plus visibles dans la cuisine de foire et sont consommées de façon préférentielle par les femmes.

14Le genre, omniprésent dans la consommation de la cuisine de foire, permet de saisir la complexité de la demande. Il permet aussi une lecture symbolique de l’offre... Ce type d’alimentation est préparé, proposé, par des hommes et des femmes. Concernant la préparation en amont de ces produits - comme pour le nettoyage en aval parfois partagé avec quelques immigrés sous-payés -, elle relève souvent d’un personnel féminin, qui lave les végétaux, découpe, hache, etc. Si le produit doit être remis à température (four à micro-onde ou à vapeur, moule à gaufre ou apparenté pour les paninis, plaque à crêpes, etc.), le personnel peut être masculin ou féminin, encore que les femmes soient plus nombreuses lorsque le mets de foire proposé est associé à l’espace d’une pâtisserie (qu’il s’agisse alors de vente de sandwichs ou de viennoiseries). S’il s’agit de plonger dans l’huile bouillante, des frites ou des beignets à consommer sur place les hommes seront plus nombreux : la serveuse à leur côté, dans les points de vente asiatiques, servira les plats cuisinés à emporter chez soi. Objectivement, il existe une division sexiste du travail de restauration : plus le feu est signifié et plus le personnel se masculinise. La cuisson sur la braise de brochettes et autres saucisses, le rôtissage des chichkebabs, au même titre que la découpe de la viande, relèvent en général des hommes !

15Andouillettes, morceaux de volailles, côtes de bœuf ou d’un autre animal, etc., ne seront grillées par des jeunes femmes (souvent stagiaires des écoles hôtelières) qu’à la condition de quitter la cuisine de foire pour pénétrer dans l’espace des enseignes spécialisées dans la viande. On revendique alors un niveau gastronomique plus élevé, que l’on propose à des voyageurs, déjà festifs par leur migration, à des couches moyennes attirées par cette cuisine de feu et la convivialité qui s’en dégage ou à des commerciaux (hommes ou femmes) qui prennent vite leurs habitudes alimentaires dans leurs « repas d’affaires » comme dans la solitude associée à la « rationalisation » de leur productivité.

  • 12 Marenco C., Manières de table, modèles de mœurs. 17e-20e siècle. ENS Cachan, 1992.

16- Le second scénario de trajectoire féminine (sans doute, comme le premier, trop simplificateur) concerne la femme bourgeoise, longtemps tenue à un paraître social, « objet » instrumentalisé de la réussite sociale du mari. L’acte culinaire ne la concernait guère, son rôle se limitant à surveiller le personnel domestique, à imaginer des menus, à tenir son rôle mondain de parfaite hôtesse12.

  • 13 Lambert J.-L., L’évolution des Modèles de Consommation Alimentaire en France, Paris, Tec & Doc, La (...)
  • 14 Lambert J.-L., op.cit.
  • 15 Bourdieu P., La distinction, Paris, Éditions de minuit, 1979.

17Avec les années 70 une mutation importante s’opère dans cette trajectoire13. Les accords de Grenelle augmentent les charges relatives au personnel domestique et aux gens de maison qui s’effacent progressivement de la population active. Parallèlement les cohortes de l’après-guerre, dans une logique militante féministe, revendiquent une reconnaissance sociale hors de la famille, et, à l’inverse de leur mère, n’imaginent pas cesser leur travail avec le mariage. Ainsi, une « nouvelle bourgeoisie »14 apparaît. Héritière d’un modèle qui n’aime pas cuisiner régulièrement, elle pense que cet acte complexe relève d’un (d’une) spécialiste15, mais elle ne dispose plus de ces spécialistes qu’étaient les domestiques... Par ailleurs, cette « nouvelle bourgeoisie » travaille à l’extérieur et, au sein d’un espace urbain, prend l’habitude de manger hors domicile. Au fil du temps, une concurrence s’établit entre les restaurants et les plats préparés, « imaginés » pour des firmes agroalimentaires, par des chefs prestigieux. La logique du paraître social est encore présente et on demandera à ces mets de ne pas modifier la silhouette : à leurs qualités gustatives devront s’ajouter un allégement signifiant l’efficacité sociale.

  • 16 Bastard B. – Cardia-Vonèche L., « Normes culturelles, fonctionnement familial et préoccupations di (...)
  • 17 Corbeau J.-P. – Poulain J.-P., Penser l’alimentation. Entre imaginaire et rationalité. Toulouse, P (...)

18- La troisième trajectoire féminine que nous proposons était déjà appréhendée par Madeleine Guilbert et sans doute est-ce Jean-Louis Lambert qui fut le premier à l’étudier vraiment du point de vue du comportement alimentaire. Il s’agit des couches nouvelles, issues des catégories moyennes et qui, dès les années soixante investissent les nouvelles professions du secteur tertiaire, particulièrement les professions paramédicales et sociales. Ces femmes qui s’urbanisent construisent un nouveau modèle du couple dans lequel la répartition des rôles entre « partenaires » est plus égalitaire. C’est particulièrement vérifiable pour ce qui concerne l’activité d’approvisionnement, d’éducation des enfants et de préparation culinaire (surtout lorsqu’il s’agit d’un repas festif). L’alimentation, pensée comme une des conditions de bonne santé de la famille, au sein d’un équilibre nutritionnel, devient l’affaire de tous (enfants et compagnon) sous le contrôle de l’épouse qui possède, plus et mieux que les autres membres familiaux, l’information diététique16. Mais, comme pour les autres trajectoires, la tendance consiste à simplifier les repas en multipliant par ailleurs des prises alimentaires plus ou moins socialisées à domicile ou hors foyer17.

RYTHMES ALIMENTAIRES ET GENRE

  • 18 Corbeau J-P., « Les variations du comportement alimentaire des étudiants » Consommations et Sociét (...)

19La récente enquête que nous avons réalisée avec Jean-Pierre Poulain (programme AQS 1998/2001) montre que la fréquence des prises alimentaires hors repas est plus importante chez les femmes que chez les hommes. Nous l’avions constaté lors d’une enquête sur le monde étudiant18.

20Ces prises alimentaires peuvent être de deux sortes : soit un grignotage, soit une collation partagée, socialisée prise en compte dans la diète quotidienne.

21Concernant le grignotage nous observons deux scénarios différents :

22Il peut être machinal et non pensé, imbriqué dans une solitude. Il s’agit alors de se « faire plaisir » avec des produits sucrés, souvent plus lipidiques qu’on ne se l’imagine. Ces absorptions régulières, souvent couplées avec d’autres activités sociales, (travail devant un écran, fréquentations des médias, déplacements dans l’espace, en transport individuel ou collectif) risquent de déboucher sur des pathologies alimentaires que d’aucuns, à juste titre, dénoncent : obésité des « coach potatoes » que les États Unis nous auraient exportée ! Cette pathologie qui se développerait chez l’enfant et l’adolescent concerne les deux sexes, mais force est de constater avec les enquêtes épidémiologiques recevables que dès l’âge adulte atteint, l’obésité n’est significativement présente que chez les femmes d’origine modeste, alors qu’elle se répartit de façon socialement plus égalitaire chez les hommes. Cela signifie que les femmes avec l’augmentation de leur niveau socioéconomique se protègent mieux que leur compagnon des excès de poids.

  • 19 Nahoum-Grappe V., « La vérité du casse-croûte, l’impasse du grignotage », Casse-croûte. Aliment po (...)

23Cela s’explique par le deuxième scénario de grignotage19. Il s’agit alors de manger chichement, avant que la faim n’arrive, de l’anticiper par des absorptions minimes et plutôt bien contrôlées, par la consommation de boissons liquides gazeuses et aux édulcorants, de mâcher perpétuellement une gomme pour maintenir tout au long de la journée une sorte de satiété qui « surfe » entre les pics d’hyper et d’hypoglycémie. Pratique observable de façon plus fréquente chez les femmes, particulièrement lorsqu’elles travaillent dans des postes de responsabilités, dans le secteur tertiaire et lorsqu’elles résident dans de grandes agglomérations.

  • 20 Poulain J.-P., op.cit. ; Poulain J.-P. – Corbeau J.-P. – Paul-Lévy F., op.cit.
    Corbeau J-P., op.cit (...)

24Ce désir de contrôler les diverses incorporations alimentaires, de manger par petite quantité, participe à l’émergence d’un nouveau modèle de comportement alimentaire qui ne se confond pas avec le grignotage ni avec le traditionnel « casse-croûte ». Nous observons de nouvelles formes de prises alimentaires hors repas. La collation, intégrée à la diète quotidienne et pensée comme complémentaire d’un repas principal qui se « déstructure » en perdant son entrée ou son dessert pris en amont ou en aval du déjeuner ou du dîner s’affirme comme une nouvelle stratégie d’allégement. Mais c’est aussi une nouvelle affirmation de la notion d’équilibre diététique qui se développe tout au fil de la journée en partageant avec les collègues le matin, et/ou au milieu de l’après midi des produits fournis par l’agro-industrie ou que l’on a cuisinés soi-même. Ces nouvelles sociabilités alimentaires liées aux convivialités du lieu de travail sont beaucoup plus fréquentes chez les femmes salariées que chez leurs homologues masculins20. Nous allons même jusqu’à les considérer comme la matrice d’une nouvelle norme alimentaire puisqu’elles se renforcent avec l’urbanisation, le temps de transport, avec la jeunesse des enquêtés, plutôt chez des femmes disposant d’une bonne information nutritionnelle. Nous constatons que le scénario de structure de repas simplifiée avec des prises alimentaires socialisées en complément correspond à des populations dont le BMI (rapport masse corporelle/taille) satisfait totalement les nutritionnistes.

FORMES DE SOCIABILITÉS ALIMENTAIRES PORTEUSES DE PARTICULARISMES FEMININS

  • 21 Modak M., Vie privée et intégration sociale. Le cas du groupe familial, Thèse de Doctorat, Univers (...)
  • 22 Dussuet A., op.cit.

25Nous en évoquerons deux : d’abord le relatif déséquilibre constaté dans les réseaux de sociabilité concernant les invitations21. Si la catégorie sociale et le revenu multiplient ces dernières au fur et à mesure qu’ils augmentent, on observe, jusqu’à une période récente, toutes catégories sociales confondues, une sur-représentation des relations du mari dans les invitations à domicile. Les réseaux de sociabilités féminins se rencontrant plutôt hors domicile, « on se fait un restau entre copines ». Pourtant, depuis quelques années, de nouveaux rituels de réceptions apparaissent, (apéritifs dînatoires, plats uniques, raclette, fondues, paella, tapas, convivialité estivale autour d’un barbecue, etc.) au cours desquels les jeunes femmes d’origine modeste que nous interviewons déclarent, de plus en plus fréquemment, inviter des relations personnelles liées ou non à l’espace du travail. Les RTT favorisent cette sociabilité à domicile dans laquelle l’initiative d’invitation est beaucoup plus égalitaire qu’il y a une décennie, et ce, dans toutes les catégories socioculturelles, ce qui signifie que des catégories populaires qui n’avaient pas pour habitude de recevoir d’autres personnes que celles appartenant à la famille développent, autour de nouvelles formes de partage, des relations interpersonnelles. On pense alors à la conclusion d’Annie Dussuet22 : « la valeur que les femmes accordent, dans le domaine domestique, à l’entretien des relations interpersonnelles pourrait se révéler importante dans une société ’postindustrielle’, où la demande de service est croissante. Leur manière de ne pas calculer, ou plutôt de faire entrer dans le calcul des grandeurs impossibles à quantifier pourrait devenir un impératif dans un monde appelé à tenir compte de paramètres hétérogènes.

  • 23 Dussuet A., op.cit., p. 256-257.

26Leur inscription dans la sphère domestique pourrait donc aussi être pour les femmes une arme leur permettant de se jouer plus facilement des règles du monde marchand. Mais cette arme de dédoublement est d’un maniement difficile. Elle peut aboutir au rejet de celles qui se réclament d’une autre sphère, d’un autre monde que celui où elles prétendent trouver place. Jusqu’à maintenant, cette arme a toujours été retournée contre les femmes »23.

  • 24 Veith B., « Femmes migrantes et pratiques culinaires associatives », Bastidiana n° 31-32, Cuisine, (...)

27Les femmes étudiées par Blandine Veith24, fournissent peut-être un nouvel espoir pour la condition féminine qui utiliserait cette « arme du dédoublement ». En France dans des banlieues populaires, des femmes migrantes de cultures diverses (Afrique du Nord et Afrique noire, Inde, Martinique, Réunion, etc.) ouvrent des restaurants associatifs et proposent à des clientèles composées de travailleurs sociaux, d’enseignants, de médecins, de représentants des administrations, d’artistes, etc. une cuisine familiale de leur pays d’origine à des prix raisonnables s’alignant sur la concurrence. Cela leur permet d’accéder à un travail rémunéré par la valorisation de savoir-faire culinaires jusque-là cantonnés à l’espace domestique.

28Au-delà de cette « professionnalisation du domestique », les femmes interrogées par Blandine Veith expérimentent un « mieux vivre ensemble » entre personnes de cultures et de religions différentes, opèrent des ajustements nécessaires. Sans légitimer les différents rapports inégalitaires, présents dans leur pays d’origine ou dans le pays d’accueil, à travers la pratique commune d’actes culinaires inscrits dans différents répertoires, elles développent une relecture sélective de leurs traditions, elles semblent s’intégrer plus facilement dans la société d’accueil ; surtout, elles créent un nouveau répertoire alimentaire métissé et urbain.

CONCLUSIONS

29Pour conclure cette rapide fresque des trajectoires féminines plurielles concernant la filière du manger, nous dirions que le genre demeure une catégorie pertinente lorsqu’il s’agit de prendre en considération les principaux actes de quête et de transformation des nourritures, mais le genre doit être associé à deux autres critères.

30D’une part l’origine sociale qui préside encore pour partie à la construction du répertoire et des préférences alimentaires ainsi qu’à la possibilité de consommer régulièrement certains types d’aliments auxquels on attribue des valeurs ajoutées en terme de réussite sociale, de santé, de construction identitaire et de plaisir.

31D’autre part, et d’une façon de plus en plus forte, à la notion de cohorte qui est socialisée dans un espace urbain en pleine mutation des modes de vie et des offres alimentaires qui les accompagnent développant, au sein d’une trajectoire sociale donnée, des répertoires du comestible, des préférences alimentaires, des habitudes culinaires qui varient au fil des ans à travers l’histoire de la socialisation gustative, la transformation de l’offre, la mutation des formes de sociabilité, la hiérarchie des valeurs organisant notre rapport à l’aliment et la représentation de son incorporation sur notre « efficacité » sociale.

32Enfin, associer l’espace urbain, le genre et les pratiques alimentaires permet une lecture cohérente des mutations de nos sociabilités aussi bien dans l’espace public que dans la sphère plus intime du domicile, des rapports intergénérationnels ou/et familiaux.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bastard B. – Cardia-Voneche L. [1986], « Normes culturelles, fonctionnement familial et préoccupations diététiques » Dialogue, n° 93, Le repas familial, Paris.

Boltanski L. [1968], La découverte de la maladie, MSH, Paris.

Bourdieu P. [1979], La distinction, Éditions de Minuit, Paris.

Chaudron M. – Sluys C. – Zaidman C. [1990], « Activité professionnelle et cuisine au quotidien », Papiers du GRESE, n° 7, Université de Toulouse le Mirail.

Corbeau J.-P. [1991], Essai de reconstruction utopique des formes et des jeux du manger, Doctor ès Lettres et Sciences Humaines, Paris VII.

Corbeau J.-P. [2001], « Les variations du comportement alimentaire des étudiants » Consommations et Sociétés n° 2, L’alimentation au travail, Paris, L’Harmattan.

Corbeau J.-P. – Poulain J.-P. [2002], Penser l’alimentation. Entre imaginaire et rationalité. Toulouse, Privat/OCHA.

Denefle S. [1995], Tant qu’il y aura du linge à laver, Condé-sur-Noireau, Panoramiques-Corlet.

Dussuet A. [1997], Logiques domestiques. Essai sur les représentations du travail domestique chez les femmes actives de milieu populaire, Paris, L’harmattan.

Fischler C. [1990], L’Homnivore, Paris, Odile Jacob.

Grignon C. - Grignon C. [1980], « Styles d’alimentation et goûts populaires » Revue Française de Sociologie, vol. XXI., CNRS, Paris.

Guilbert M. – Isambert-Jamati V. [1956], Travail féminin et travail à domicile, CNRS, Paris.

Kaufman J.-C. [1997], Le coeur à l’ouvrage : théorie de l’action ménagère, Nathan, Paris.

Kellerhals J. – Perrin J.F. – Steinauer-Cresson G. – Voneche L. – Wirth G. [1982], Mariages au quotidien. Inégalités sociales, tensions culturelles et organisation familiale, Lausanne, Favre.

Lambert J.-L. [1987], L’évolution des Modèles de Consommation Alimentaire en France, Paris, Tec & Doc, Lavoisier.

Marenco C. [1992], Manières de table, modèles de mœurs. 17e-20e siècle. ENS Cachan.

Modak M. [1997], Vie privée et intégration sociale. Le cas du groupe familial, Thèse de Doctorat, Université de Genève.

Nahoum-Grappe V. [2001], « La vérité du casse-croûte, l’impasse du grignotage », Casse-croûte. Aliment portatif, repas indéfinissable, Autrement – mutations, n° 206, Juillet.

Poulain J.-P. – Corbeau J.-P. – Paul-Levy F. [s.d.], L’imaginaire du gras d’origine laitière. Programme AQS 99/01, DGAL/CIDIL/CRITHA.

Poulain J.-P. [2002], Manger aujourd’hui. Attitudes, normes et pratiques, Toulouse, Privat/OCHA.

Rieu A. – Bages R [1986]., Pratiques de consommation et spécificité paysanne : système d’approvisionnement alimentaires et transformation à la maison chez les agriculteurs du Midi Pyrénées, Université de Toulouse le Mirail.

Roux P. – Modak M. – Perrin V. [1999], Couple et égalité. Un ménage impossible, Lausanne, Réalités sociales.

Segalen M. (dir.) [1991], Jeux de famille, Paris, CNRS.

de Singly et al. [1991], La famille : l’état des savoirs, Paris, éditions de la découverte.

Veith B. [2000], « Femmes migrantes et pratiques culinaires associatives », Bastidiana n° 31-32, Cuisine, alimentation métissage, Juillet.

Verdier Y. [1979], Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Gallimard.

Notes

1 Verdier Y, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Gallimard, 1979.

2 Kellerhals J. – Perrin J.F. – Steinauer-Cresson G. – Voneche L. – Wirth G., Mariages au quotidien. Inégalités sociales, tensions culturelles et organisation familiale, Lausanne, Favre, 1982 ; Dussuet A., Logiques domestiques. Essai sur les représentations du travail domestique chez les femmes actives de milieu populaire, Paris, L’harmattan, 1997.

3 Chaudron M. – Sluys C. – Zaidman C., « Activité professionnelle et cuisine au quotidien », Papiers du GRESE, n° 7, Université de Toulouse le Mirail, 1990 ; De Singly et al., La famille : l’État des savoirs, Paris, Ed. la découverte 1991 ; Segalen M. (dir.), Jeux de famille, CNRS, 1991 ; Denèfle S., Tant qu’il y aura du linge à laver, Condé-sur-Noireau, Panoramiques-Corlet, 1995 ; Kaufman J.-C., Le cœur à l’ouvrage. Théorie de l’action ménagère, Paris, Nathan, 1997 ; Roux P. – Modak M. – Perrin V. Couple et égalité. Un ménage impossible, Lausanne, Réalités sociales, 1999 ; etc.

4 Poulain J.-P. – Corbeau J.-P. – Paul-Lévy F., L’imaginaire du gras d’origine laitière. Programme AQS 99/01, DGAL/CIDIL/CRITHA ; Poulain J.-P., Manger aujourd’hui. Attitudes, normes et pratiques, Toulouse, Privat/OCHA, 2002.

5 Verdier Y., op.cit.

6 Grignon C. – Grignon C., « Styles d’alimentation et goûts populaires » Revue Française de Sociologie, vol. XXI., CNRS, Paris, 1980.

7 Guilbert M. – Isambert-Jamati V., Travail féminin et travail à domicile, CNRS, Paris, 1956.

8 Rieu A. – Bages R., Pratiques de consommation et spécificité paysanne : système d’approvisionnement alimentaires et transformation à la maison chez les agriculteurs du Midi Pyrénées, Université de Toulouse le Mirail, 1986.

9 Fischler C., L’Homnivore, Paris, Odile Jacob, 1990.

10 Fischler C., op.cit.

11 Boltanski L., La découverte de la maladie, Paris, MSH, 1968.

12 Marenco C., Manières de table, modèles de mœurs. 17e-20e siècle. ENS Cachan, 1992.

13 Lambert J.-L., L’évolution des Modèles de Consommation Alimentaire en France, Paris, Tec & Doc, Lavoisier, 1987 ; Corbeau J-P., « Les variations du comportement alimentaire des étudiants » Consommations et Sociétés n° 2, L’alimentation au travail, Paris, L’Harmattan, 2001.

14 Lambert J.-L., op.cit.

15 Bourdieu P., La distinction, Paris, Éditions de minuit, 1979.

16 Bastard B. – Cardia-Vonèche L., « Normes culturelles, fonctionnement familial et préoccupations diététiques » Dialogue, n°93, Le repas familial, Paris, 1986.

17 Corbeau J.-P. – Poulain J.-P., Penser l’alimentation. Entre imaginaire et rationalité. Toulouse, Privat/OCHA, 2002.

18 Corbeau J-P., « Les variations du comportement alimentaire des étudiants » Consommations et Sociétés n° 2, L’alimentation au travail, Paris, L’Harmattan, 2001.

19 Nahoum-Grappe V., « La vérité du casse-croûte, l’impasse du grignotage », Casse-croûte. Aliment portatif, repas indéfinissable, Autrement – mutations, n° 206, Juillet 2001.

20 Poulain J.-P., op.cit. ; Poulain J.-P. – Corbeau J.-P. – Paul-Lévy F., op.cit.
Corbeau J-P., op.cit. 2001 ; Corbeau J.-P. – Poulain J.-P., op.cit., 2002.

21 Modak M., Vie privée et intégration sociale. Le cas du groupe familial, Thèse de Doctorat, Université de Genève, 1997 ; Corbeau J-P., op.cit., 1991.

22 Dussuet A., op.cit.

23 Dussuet A., op.cit., p. 256-257.

24 Veith B., « Femmes migrantes et pratiques culinaires associatives », Bastidiana n° 31-32, Cuisine, alimentation métissage, Juillet 2000.

Auteur

Université François-Rabelais, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable