Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voix éthniques, ethnic voices. Volume 1

 | 
Jean-Paul Regis

Voix ethniques - voix des ethnies. Le cas de l'anglais

Jean-Michel Fournier

Texte intégral

1. Introduction

1Si les rapports inter-ethniques s'organisent sur bien des niveaux, la langue est sans doute un lieu, sinon le lieu privilégié de leur expression. Pour ce qui est de l'anglais, leur influence peut être analysée dans des situations aussi contrastées que celle de la période anglo-normande (relation avec le français et le latin), celle des grandes découvertes et du regain d'intérêt pour la culture classique (relation avec l'italien, l'espagnol...), et celle enfin des minorités ethniques contemporaines en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis.

2Mais ce lien est-il aussi immédiat qu'il y paraît ? La sensibilité de l'anglais à la phonologie de telle ou telle langue, telle qu'elle se manifeste dans la prononciation des mots empruntés, traduit-elle une influence équivalente de ceux qui la parlent ?

3Tout dépend sans doute de la période observée, car en effet la langue, comme la société humaine, porte en elle son histoire ; elle intègre la dimension historique dans sa structure. Dans le cas particulier de l'anglais, nous essayerons de montrer qu'il est impossible de faire l'économie de cette dimension : il faut remonter à l'anglo-normand.

2. Le français (la conquête)

2. 1. Contexte historique

  • 1 A. Crépin, Grammaire historique de l'anglais, Paris : P.U.F., 1978, pp. 7-8.

4Au 5° siècle, la Grande-Bretagne avait été envahie par trois peuples, les Angles, les Saxons et les Jutes, qui parlaient des langues germaniques voisines. Vinrent ensuite les Vikings et le vieux-norrois, une langue germanique de la branche nord : ceux-ci s'installèrent progressivement du 9° au 11° siècle. Enfin, Guillaume le Conquérant s'empara du pays, donnant ainsi naissance à la période anglo-normande qui devait durer près de trois siècles (de 1066, date de la bataille d'Hastings, jusqu'aux environs de 1360), une période qu'André Crépin caractérise ainsi1 :

  • 2 En fait, l'anglo-normand était différent du français de Paris. De même, c'est le dialecte des Midla (...)

“L'Angleterre connut une triple culture : latine, française, anglaise. Le savoureux Guides des Recluses (Ancrene Wisse ou Ancrene Riwle), originellement composé en anglais, probablement dans le Nord du Herefordshire entre 1190 et 1225, nous est conservé dans les trois langues. Pour son contemporain Eustache Deschamps, Geoffrey Chaucer est grant translateur. L'ami de Chaucer, le poète Gower, compose son oeuvre sous des titres latins, mais en français (Speculum Hominis), latin (Vox Clamantis) et anglais (Confessio Amantis).”2

  • 3 Sur les données historiques de cette partie, K. Morgan et al., The Oxford Illustrated History of Br (...)

5De fait, la noblesse et le haut clergé, d'origine normande pour la plupart, parlaient latin et, surtout, français. Le français se substitua d'ailleurs au latin dans les documents relativement peu solennels. Ces deux langues étaient aussi pratiquées par le bas clergé et l'administration intermédiaire (bourgeois représentant les comtés et les bourgs - juges itinérants - membres d'une administration royale particulièrement développée). Cependant, ceux-ci devaient aussi se faire comprendre de la population et, d'autre part, on peut penser que le vieil anglais était la langue maternelle d'un certain nombre d'entre eux, en particulier dans le cadre du renforcement des pouvoir locaux qui s'opéra progressivement au cours du 14° siècle3 ; ce groupe était donc naturellement appelé à jouer un rôle charnière tant sur le plan linguistique que sur le plan social. Enfin, la population anglophone (vieil anglais) manifestait sans doute des degrés variables de compréhension du français.

  • 4 Κ. Morgan et al, op. cit., p. 205.

6C'est donc au cours du 14° siècle que le français fut abandonné au profit de l'anglais, une 'mort annoncée' symboliquement en 1362, lorsque l'ouverture du Parlement eut lieu pour la première fois en anglais. Mais l'on aura garde de considérer cette date comme le nexus temporel de la mutation : celle-ci fut globale et progressive et non le résultat d'une décision arbitraire et ponctuelle, ainsi qu'en témoignent les événements qui en jalonnèrent la progression : 1376 : 1° acte de propriété en anglais, 1387 : 1° testament, 1396 : 1° traduction de la Bible, 1399 : Henri IV s'adresse au Parlement en anglais et prend soin de faire consigner son discours4, événements auxquels répond, sur un plan culturel, le multilinguisme de Chaucer et Gower.

7Parmi les causes multiples de cet abandon, plusieurs éléments nous semble devoir être soulignés. Ainsi, la perte des domaines français avait consacré la coupure entre le pouvoir normand et le continent, entraînant une sorte de prise de conscience nationale de la part de la Couronne et de la noblesse. Parallèlement, la guerre permanente avec la France avait engendré un patriotisme partagé par une grande partie de la population. D'autre part, et comme nous l'indiquions ci-dessus, les représentants locaux avaient profité d'une certaine faiblesse du pouvoir pour accroître leur influence, matérialisant ainsi en puissance politique leur puissance économique croissante. D'une certaine manière, le Lollardisme concrétisa sur un plan religieux et intellectuel la convergence de ces éléments : l'anglais était devenu le symbole de l'identité nationale.

8Mais la disparition du français en tant que langue dominante n'allait pas sans difficultés : 3 siècles de développement culturel, social, politique et économique avaient engendré une multitude de concepts qui n'avaient ni correspondance, ni support linguistique en anglais ; c'est alors que la fusion commence vraiment. Celle-ci fut facilitée pour deux raisons principales. En premier lieu, le vieil-anglais était déjà le produit d'une créolisation due à l'arrivée des Vikings. En second lieu, la Peste Noire réduisit la population de plus de 4 millions à moins de 2 millions entre le milieu du 14° siècle et le milieu du 15°, permettant ainsi une nette accélération du processus.

9Les domaines particulièrement concernés par cette nouvelle créolisation furent, de façon révélatrice, ceux de l'administration, de l'église, de la justice, de l'armée, de la pensée, des vêtements, des bijoux, de la nourriture, des loisirs, autant de privilèges des conquérants normands.

  • 5 Les datations proviennent de The Oxford English Dictionary, London : Oxford University Press, compa (...)

10Inventaire 1. prince (13°), mayor (13°), clergy (< clergie) (13°), saviour (14°, c. 1300), justice (12°), judge (13°), army (14°), gown (< goune, vêtement de fourrure) (14°, c. 1300), diamond (14°), mutton (vs sheep pour celui qui l'élevait) (13°), dinner (13°), dance (14°, c. 1300)5...

11Une telle quantité d'emprunts ne pouvait à l'évidence laisser intacte la phonologie de l'anglais...

2. 2. La voyelle [ɔi] (noise, joy, choice...)

12Ainsi, la voyelle [ɔi] de l'anglais contemporain n'est-elle attestée que dans du vocabulaire d'origine française, héritière de [wa] (oistre) ou de [ɥi] (uistre) selon les cas :

  • 6 Un cas particulièrement intéressant : ce mot provient en effet de grine, gryne, apparu en 1530, qui (...)

13Inventaire 2. joy (13°), employ (15°), join (13°), point (14°), choice (13°), poison (14°), convoy (14°), voice (14° c. 1300), moist (<moiste) (14°), noise (=bruit/tapage en Fr. du 13°) (13°), oyster (<oistre, uistre) (14°), oil (<oile, oille en A. Fr. — huile) (13°), groin (16°)6...

14Son caractère exogène se manifeste au sein même du système vocalique de l'anglais. En effet, le groupe des 7 diphtongues fermantes auquel elle appartient se divise en deux ensembles principaux : 3 voyelles articulées à l'avant de la bouche, [i:, ei, ai], et 3 voyelles articulées à l'arrière, [u:, əʊ, aʊ] ; manifestant un mouvement de l'arrière vers l'avant, de [a] vers [i], elle est donc la seule voyelle transversale de ce groupe.

  • 7 Pour cette partie et les exemples cités, v. J.C. Wells, Accents of English 1, Cam-bridge : Cambridg (...)

15De même, elle résiste plus que les autres au phénomène de monophtongaison des voyelles fermantes en position pré-vocalique7 ; alors que :

16[au] — [a:] [ai] → [a:] [i:] — [il] [ui] → [u:]...

  • 8 J. C. Wells, op cit, p. 238.

17dans, par ex., coward, science, seeing, fluent (avec une centralisation due à l'espace articulatoire disponible dans ces deux derniers cas), J. C. Wells précise : Not everyone extends Smoothing to /ɔi/...”8.

  • 9 J.C. Wells, op cit, p. 237.

18Enfin, on remarque que la diphtongue [au] présente un point de départ exceptionnellement central vis-à-vis des autres voyelles du groupe. En fait, elle s'est longtemps prononcé [ου] (et l'est d'ailleurs toujours dans la plupart des variétés non-RP), mais a subi une centralisation en anglais RP “(...) current since at least the nineteenth century...9. Dans la mesure où la voyelle touchée est justement celle qui présentait le point de départ le plus proche de celui de [ɔi], on peut se demander si cette centralisation ne devrait pas être attribuée à une tentative tardive de rééquilibrage d'un système déstabilisé par l'irruption de ce même [ɔi] : une telle hypothèse implique de reconnaître à la période anglo-normande un rôle dans le système vocalique de l'anglais sans commune mesure avec le simple constat du comportement spécifique de la diphtongue [ɔi] mis en évidence ci-dessus.

2. 3. Les substantifs disyllabiques en/OI/

2. 3.1. La rétraction germanique et l'accentuation du français

  • 10 cf M. Halle and S. Keyser, English Stress, its Form, its Growth, and its Role in Verse, New York : (...)

19Du point de vue accentuel, les deux langues étaient a priori contradictoires. En vieil-anglais, comme dans les autres langues germaniques, le principe de base est en effet le placement de l'accent principal sur la 1° syllabe (1° syllabe du radical en règle général, mais 1° syllabe des noms même lorsqu'ils sont préfixés)10, tandis qu'en français, il s'agit d'un accent démarcatif en fin de groupe intonatif, ou en fin de mot en isolation. Pour les mots empruntés au français, il y a donc conflit entre la tendance à rétracter l'accent, la rétraction germanique, et le maintien de cet accent sur la syllabe finale.

20Parmi les 4450 noms disyllabiques (dont 450 préfixés) que compte l'anglais contemporain, 4095 (soit 92 %) sont accentués/10/conformément au principe germanique, et 355 (dont 75 préfixés) sont accentués/01/ ; on compte de nombreux mots d'origine française en/10/, qui ont donc subi la rétraction germanique :

21Inventaire 3. virtue (13°), fortune (14°), desert (13°), gallop (16°), battle (13°), balance (13°), future (14°), envy (13°), colleague (16°), tempest (<tempeste) (13°), horror (<horrour) (14°), country (<contrée) (13°), profit (<prufit) (14°), tunnel (<tonnel, apparenté à tonne (au), tonnelle)...

  • 11 Pour cette règle et les chiffres indiqués, cf L. Guierre, Drills in English Stress-Patterns, Paris  (...)

22Comme on le voit, les substantifs dissyllabiques obéissent donc à une règle d'accentuation particulièrement puissante et sûre11.

2. 3.2. Les exceptions

  • 12 L'accentuation irrégulière des préfixés nominaux peut en effet être due à d'autres phénomènes, en p (...)

23Voyons, à partir de quelques exemples représentatifs, ce que sont les irréguliers à la règle d'accentuation des substantifs disyllabiques non-préfixés12 :

  • 13 Le <s> de la graphie était alors utilisé pour indiquer une voyelle longue.
  • 14 i. e. travailler avec la main !

24Inventaire 4. auberge (17°), blaspheme (< blasfeme) (14°), campaign (17°), canal (15°), caprice (17°), caress (17°), carouse (< carousse (r)) (16°), cernent (14°), cortege (17°), cravat (17°), demesne (<demeine, demeyne13) (13°), domain (15°), fatigue (17°), grimace (17°), harangue (17°), hotel (17°), humane (16°), July (13°), liqueur (18°), machine (15°), manure (<maynoverer, manouvrer14) (15°), maraud (18°), meringue (18°), morale (18°), moustache (16°), panache (16°), parole (17°), police (16°), potage (16°, cf. potager 14°), romance (14°), routine (17°), sardine (15°), trapeze (19°), urbane (16°)...

  • 15 Malheureusement pour les étudiants francophones, cette analyse n'admet pas la réciproque : la major (...)

25Comme on peut le constater, il s'agit pour l'essentiel de mots d'origine française, qui ont donc résisté à la rétraction germanique15. La remarque des auteurs d'O. E. D. à propos de July : “(...)accented 'July as late as Dr Johnson's time (tin 18°). It is still ['dʒyli] in Southern Scot. The modem Engl. pron. is abnormal and unexplained.” pourrait ainsi trouver sa solution dans un calque tardif sur Juillet, facilité par l'existence en anglais du groupe représenté par l'inventaire 4. Dans cette perspective, on relève d'ailleurs un certain nombre de paires tout à fait intéressantes :

26'hostel (13°) — ho'tel (17°)

27'liquor (13°) — li'queur (18°)

  • 16 Ce mot n'est utilisé aujourd'hui que dans certaines expressions juridiques.

28'parol16 (15°) — pa'role (17°)

29'human (14°) — hu'mane (16°)

30'moral (< L.) (14°) — mo'rale (18°)

31où le mot a été emprunté une première fois, subissant avec le temps la rétraction germanique (qui a entraîné la réduction de la voyelle de la 2° syllabe, de règle en anglais), puis ré-emprunté plus tard dans un sens spécialisé, une divergence sémantique corrélée par la prononciation au travers du maintien de l'accentuation d'origine. Malheureusement, comme souvent en matière d'étude linguistique, on relève immédiatement un contre-exemple à cette interprétation du mouvement historique a priori intellectuellement séduisante :

32ur'bane (16°) — 'urban (< L., et rare avant le 19°, 17°)

33Pour compléter cette présentation des exceptions, il nous faut ajouter les mots en-C’C’e (2 consonnes identiques suivies d'un <e> muet final), -ade et V’V’ (2 voyelles identiques dans la dernière syllabe), eux aussi essentiellement d'origine française. Toutefois, et contrairement aux autres mots d'origine française (cf note 15), ceux qui présentent l'une de ces terminaisons sont très majoritairement accentués sur la dernière syllabe, et ce quel que soit le nombre de syllabes du mot concerné ; on a donc affaire ici à des sous-règles contradictoires à la règle générale.

34Inventaire 5a. bizarre (17°), cassette (18°), crevasse (19°), finesse (16°), gazelle (17°), gazette (17°), noblesse (13°), quadrille (18°) (cigarette, silhouette...)

35Inventaire 5b. aubade (17°), ballade (14°), brigade (17°), cascade (17°), facade (17°), grenade (16°), stockade (15°), tirade (16°) (lemonade, masquerade...)

36Inventaire 5c. career (16°), degree (13°), dragoon (17°), saloon (18°), veneer (< fournir) (18°) (refugee, pioneer...)

37On retrouve des paires semblables à celles analysées ci-dessus :

38'crevice (14°) — cre'vasse (19°)

39'dragon (13°) — dra'goon (cavalerie) (17°)

40Constituées ici en inventaires cohérents, ces exceptions témoignent de l'intégration, au sein même du système phonologique de l'anglais, d'un comportement accentuel originellement exogène ; ce statut structurel des conséquences phonologiques de la période anglo-normande est d'ailleurs démontré en outre, s'il en était besoin, par leur application aux mots d'origine non-française qui présentent l'une des terminaisons identifiées ci-dessus :

41Inventaire 6. bal'loon (<It., 16°), la'goon (<It., 17°), sham'poo (<Hindustani, où le terme désigne une sorte de massage, 18°), ta'boo (<Polynésien, 18°)...

2. 3.3. Une structure d'accueil

42Si les exemples des inventaires 5 et 6 relèvent de la contrainte, l'existence même des autres exceptions (cf l'inventaire 4) permet quant à elle une intégration sans heurts des emprunts ultérieurs au français.

  • 17 Ces exemples, et les autres ci-après, ont été relevés dans les dictionnaires suivants : J. Ayto, Th (...)

43Témoignent de ce fait les exemples récents de l'inventaire 717, tous accentués sur leur dernière syllabe :

  • 18 Attesté dès 1767 dans le sens de small shop, il est réemprunté à partir de 1953 dans le sens de fas (...)
  • 19 Attesté à partir de la fin 19°.
  • 20 Accentué/10/en anglais britannique, ce mot est accentué/01/en anglais U.S.

44Inventaire 7. auteur, boutique18, chanteuse19, frisé (e)20 auxquels ont peut ajouter les mots plus longs et composés suivants, tout autant contradictoires à la logique accentuelle germanique :

45Inventaire 8. aioli, bouquetière, bourguignonne, au bleu, beurre blanc, après-ski, belle epoque, blanc de blanc

46Ainsi, par suite de la non-régularisation d'une partie des emprunts dûs à la période anglo-normande, s'est créée en anglais des structures d'accueil parfaitement fonctionnelles aujourd'hui. Qu'elles soient contraignantes ou non, elles sont tout autant caractéristiques l'une que l'autre de l'anglais contemporain, et donc, bien que de façon différente, tout aussi structurelles.

2. 4. Les mots plus longs et l'hypothèse Duchet

  • 21 Le terme de recul iambique a été proposé, en raison du caractère rythmique du phénomène, par J. Bou (...)

47Les mots d'origine française d'au moins 3 syllabes ont en règle générale subi le recul iambique : de façon rythmique, leur accent principal s'est déplacé vers la gauche en sautant l'avant-dernière syllabe21 ; les mots de l'inventaire 9 sont ainsi tous accentués sur leur première syllabe :

  • 22 En fait, la plupart de ces mots ont d'abord été empruntés au français, puis reconstruits sur la bas (...)

48Inventaire 9. origin (14°), paradise (12°), vanity (13°), vivify (16)°... Il en va de même pour les mots d'origine latine, donc romane comme les précédents, en particulier ceux en -ate22 :

49Inventaire 10. advocate (14)°, celebrate (15°), consecrate (14°), integrate (15°)...

  • 23 L'avant-avant-dernière.

50La question qui se pose alors est de savoir s'il s'agit d'un cas particulier d'application de la rétraction germanique. A cette question, la réponse est non ; c'est le fait que les mots des inventaires 9 et 10 ne comptent que 3 syllabes qui crée l'illusion, comme le démontrent les exemples suivants, tous accentués sur l'ante-pénultième23 :

51Inventaire 11. ,curi'osity (14°), ,hospi'tality (14°), ,circum'navigate (17°), ,prodi'gality (14°), ,inca'pacitate (17°), ,intermediate (17°), ,reca'pitulate (16°)...

  • 24 Communication personnelle, 1990.

52Pour J. L. Duchet24, le recul iambique est un compromis entre l'accentuation germanique et l'accentuation romane, qui se traduit par un blocage de la rétraction sur l'ante-pénultième. Par contre, lorsque, comme ici, au moins 2 syllabes précèdent l'accent principal, un accent secondaire apparaît alors nécessairement ; l'anglais, en effet, n'admet pas qu'un mot commence par la séquence accentuelle/00-/ (2 syllabes inaccentuées) : c'est là, toujours selon J. L. Duchet, que s'opère la compensation germanique au blocage de la rétraction, blocage qui, réciproquement, est donc d'inspiration essentiellement romane. L'accentuation de l'anglais est ainsi beaucoup plus marquée par la logique accentuelle romane qu'il n'y paraît...

2. 5. L'anglais : un créole qui a réussi

  • 25 Ce cas n'est en effet peut-être pas unique. Comme le faisait remarquer G. Deléchelles au cours du c (...)

53Due aux conditions historiques de la fin de la période anglo-normande, la masse de termes empruntés au français et au latin a donc introduit des éléments exogènes qui se sont fixés au sein même de l'anglais : les quelques éléments représentatifs ci-dessus témoignent de l'ampleur de la remise en cause du système vocalique et accentuel originel de cette langue. Les branches parentes germanique et romane se sont trouvées ainsi réconciliées en un composé caractérisé25 au sein des langues indo-européennes contemporaines. Les structures d'accueil qui en sont la traduction ont ouvert la voie à l'expression des voix ethniques d'origine romane, et créé les conditions d'implantation d'entorses nouvelles à la logique germanique.

3. Les ‘mots italiens’ (l'influence/le rayonnement culturel)

3. 1 Contexte historique

  • 26 Kenneth Morgan et al, op. cit.

54Après la fin de la période anglo-normande, la Renaissance, qui naît au 15° siècle pour s'épanouir au 16°, fait redécouvrir l'antiquité gréco-latine à l'Angleterre ; dans ce contexte, l'Italie exerce une influence toute particulière en raison de sa richesse culturelle et artistique. Cette période est aussi celle des grandes découvertes espagnoles et portugaises : l'Europe du sud dans son ensemble est alors l'objet de tous les désirs...26

3. 2 Accentuation

  • 27 cf L. Guierre, op cit pp. 77-78.

55La conspiration du recul iambique dans les mots romans et de la brièveté relative des mots germaniques, qui comptent rarement plus de 2 syllabes, fait qu'en règle générale les mots longs sont accentués sur l'ante-pénultième/-100/27 :

  • 28 Lorsque la source n'est pas mentionnée, les mots ont été empruntés au français.

56Inventaire 12. alphabet (<L., 16°), appetite (14°), apricot (<Pg., 16°), attitude (17°), elephant (14° c. 1300), paradise (12°), pelican (c. 1000), popular (<L., 15°), ridicule (17°)...28

57Mais, comme nous l'indiquions en conclusion de la partie consacrée à la période anglo-normande, la voie était désormais ouverte à de nouvelles entorses à la logique germanique. Or, pour les raisons évoquées ci-dessus, de nombreux mots italiens, espagnols ou portugais, furent empruntés à partir de la Renaissance : souvent accentués sur la pénultième, ils conservèrent leur accentuation d'origine.

  • 29 op cit, pp. 75.

58Rendant compte de l'anglais contemporain, L. Guierre est ainsi conduit à formuler une règle qu'il intitulera, de façon révélatrice, règle des ‘mots italiens’29 : lorsqu'un mot d’au moins 3 syllabes a une seule consonne préfinale, s'il s'agit de [t, d, n, s, z] (i. e. les consonnes alvéolaires sauf [r] et [1]) suivie d'une voyelle finale non-muette <a, e, i, o, u>, il est alors accentué/-10/ :

59Inventaire 13a. armada (<Esp., 16°), avocado (<Esp., 17°), ballerina (<It., 18°), banana (<Esp. ou Pg., 16°), concertino (<It., 19°), iota (<Gr., 17°), macaroni (<It., 16°), merino (cEsp., 18°), moderato (<It., 18°), mosquito (<Esp. et Pg., 16°), peseta (<Esp., 17°), piano (<It., 17°), potato (<Esp., 16°), sonata (<It., 17°), tomato (<Esp. déformé, 16°), tornado (<Esp. déformé, 16°), virtuoso (cit., 17°), volcano (cit., 17°)...

60Les exemples de l'inventaire 13a, représentatifs des quelques 200 mots concernés par la règle, vérifient clairement l'origine exogène de cette accentuation, de même que les mots qui n'ont pas l'une des consonnes préfinales indiquées ci-dessus mais qui sont néanmoins exceptionnellement accentués/-10/ :

61Inventaire 13b. allegro (cit., 17°), angora (<Gr., 19°), aroma (<Fr. reconstruit sur L., 13°), bolero (<Esp., 18°), bravura (cit., 18°), diploma (<L., 17°), gorgonzola (<It., 19°), lumbago (<L., 17°), salami (cit., 19°), tapioca (<Esp. et Pg., 17°), viola (<It. ou Esp., 18°)...

  • 30 cf note 21 ci-dessus.

62En fait, l'assimilation de ce nouveau comportement accentuel avait été historiquement préparée par l'usage de mots latins mal intégrés, ce que confirme le maintien inhabituel de la flexion30 ; les dates données dans l'inventaire 14 ci-après traduisent les premières apparitions de ces termes dans des textes anglais, mais il faut garder en mémoire que tous étaient utilisés depuis longtemps dans des textes en latin, et donc que leur prononciation était déjà fermement établie :

  • 31 Un terme bien entendu relevé dans des textes royaux antérieurement à la période anglo-normande.
  • 32 Dans quietus est : “libéré de ses obligations”.

63Inventaire 14. acumen (16°), cadaver (16°), decorum (16°), erratum (16°), factotum (16°), gladiolus (c. 1000), hiatus (16°), imperator31 (16°), papyrus (14°), quietus32 (15°)...

  • 33 cf L. Guierre, op cit p. 91.

64Une autre règle33 rend compte de l'accentuation/-10/des 300 mots d'au moins 3 syllabes ayant deux consonnes à la préfinale suivie de V (C) final ; on retrouvera ici encore les mêmes origines :

65Inventaire 15. antenna (<L., 15°), gorilla (<Gr., 18°), spaghetti (cit., 19°), tobacco (cEsp. déformé, 16°), vanilla (cEsp. ou L., 17°)...

3. 3. Prononciation

  • 34 Pour des raisons trop longues à développer ici, nous utilisons le couple voyelle libre - voyelle en (...)

66Ces entorses au comportement accentuel originel ne sont pas les seules modifications apportées par les mots empruntés ; de fait, leur voyelle accentuée reçoit souvent une prononciation dite ‘étrangère’, qui existe en anglais mais qui est anormale au regard des correspondances graphie ← → son habituelles. Ainsi, à la prononciation courante de <a, e, i> dans a, me, mine, soit [ei, i:, ai], s'oppose leur prononciation ‘étrangère’, soit [ai, e (i), is], dans fa, mi, re, drama, visa, kilo, et de nombreux mots des inventaires du §3.2 : l'anglais fait ainsi usage de la puissance d'accueil de son système vocalique relativement développé (20 voyelles) en retenant la voyelle la plus proche de celle de la langue d'origine. Mais il faut bien noter qu'il le fait de façon régularisée : à < a, e, i > ne correspondent que ces deux prononciations libres34.

67Par ailleurs, on remarque que ce phénomène n'apparaît pas avec les mots italiens : il naît en réalité avec les disyllabes d'origine française accentués/0l/étudiés au §2 :

  • 35 Π s'agit dans ce cas d'une prononciation irrégulière de voyelle relâchée.

68Inventaire 16. auberge [-beǝʒ], caprice [-'pri:s], cortege [-'teiʒ, -'tez, '] demesne [-'mein, -'mi:n], fatigue [-'ti:g], machine [-'ʃi:n], meringue [-ræη]35, morale [-'ra:l], moustache police [-li: s]...

69Ici encore, le principe est donc simplement généralisé aux autres langues romanes.

3. 4. Permanence du système

  • 36 cf note 17 ci-dessus.

70Ici encore, l'assimilation de traits exogènes a donné naissance à de nouvelles structures d'accueil dont les exemples contemporains36 suivants confirment la fonctionnalité, tant sur le plan accentuel que sur celui de la prononciation des voyelles :

  • 37 Avec une voyelle libre irrégulière devant 2 consonnes : c'est en effet la valeur entravée qui est a (...)

71Inventaire 17. adobo [-'dǝʊbǝʊ] (<Esp.), agnolotti [[-'lɔ:ti]37 (<It.), amaretto [-'retǝʊ] (<It.), bardolino [-'li:nǝʊ] (It.), bargello [-'dʒelǝʊ] (It.), barolo [-'rǝʊlǝʊ] (<It.), biscotto [-'skɒtǝʊ] (<It.), borsalino [-li:nǝʊ] (<It.)...

72Deux exemples démontrent qu'il ne s'agit pas de simples imitations, ce qui serait déjà remarquable en soi comme on le verra au § 4 ci-dessous, mais une fois encore d'un trait structurel propre à l'anglais. Ainsi, le mot français aioli est-il assimilé au groupe ci-dessus en raison de sa forme : il sera donc accentué lui aussi sur la pénultième en dépit de son origine. En second lieu, nous avons relevé 4 mots récents dont nous n'avons pu trouver la prononciation : basuco, crusado, numerati et jazzerati. Nous avons donc testé ces mots auprès d'un groupe d'informateurs anglophones en leur en proposant la forme écrite. Les informateurs sont unanimes pour une accentuation pénultième dans les 4 cas. Quant à la prononciation, si les deux premiers suscitent des réaction divergentes : [s] ou [z] pour la 2° consonne de basuco (la première étant évitée par certains informateurs en raison des risques de confusion avec bazooka), et [ɑ:] ou [ei] dans crusado (sans doute en raison de l'influence de crusade), numerati et jazzerati sont uniformément prononcés [-ra:ti] ; or, ces derniers n'ont pas été empruntés, mais créés en anglais sur le modèle de literati !

4. La spécificité de l'anglais : le français, par contraste

73Si l'hypothèse de simples processus d'imitation serait manifestement insuffisante pour rendre compte de l'accueil fait par l'anglais aux langues d'origine romane, il paraît néanmoins intéressant de comparer avec le français du point de vue de la qualité relative de l'imitation. Nous nous en tiendrons à quelques remarques d'ordre général. On notera tout d'abord qu'en raison du rôle démarcatif de l'accent en français, tout mot emprunté ne peut que se plier à ce schéma, quel que soit son accentuation dans la langue d'origine. Quant à la prononciation, rappelons les cas d'assimilation traditionnels : les vouâtères, le mitinge, le campinge... Certes, ces derniers sont sans aucun doute datés, et l'influence culturelle anglophone actuelle, à laquelle on rattachera l'anglicisation ne serait-ce que partielle d'une majorité d'élèves, a certainement contribué à cette amélioration relative ; on remarquera d'ailleurs, toutes proportions gardées, le parallélisme avec l'influence italienne de la Renaissance sur l'Angleterre. Mais on a pu relever récemment, chez une personne agée imperméable à cette influence, un tee-shirt prononcé [te'∫iʁt] révélateur d'un fonctionnement typique du français. Si l'on entre un peu plus dans les détails, on relèvera bien sûr la hantise du professeur d'anglais, le [η] de -ing prononcé [ɲg]. Á ce niveau, les deux langues ne sont toutefois pas véritablement différentes : les voyelles nasales du français et les géminées de l'italien sont tout aussi peu respectés par le locuteur anglophone tant elles sont étrangères à son système. Cette réserve faite, les quelques éléments cités ne font que souligner la spécificité de l'anglais telle que nous nous sommes attachés à la montrer.

5. Autres minorités ethniques : les juifs d'Europe centrale et le yiddish

5. 1. Les contraintes séquentielles

  • 38 A. C. Gimson, An Introduction to the Pronunciation of English, 4th ed. revised by S. Ramsaran, Lond (...)

74Nous aborderons le problème des langues non-romanes au-travers d'un autre aspect de la phonologie, celui des contraintes séquentielles, c'est à dire des contraintes qui portent sur les suites de sons autorisées. Par exemple, seules les séquences de deux consonnes ci-après sont attestées à l'initiale des mots en anglais contemporain38 :

  • 39 V. p. ex. J.L. Duchet, La phonologie, coll. ‘Que sais-je ?’, Paris : P.U.F., 2ème éd. 1986, pp. 65- (...)

75Ainsi, si le mot °[trit] n'est pas attesté, il est néanmoins possible en anglais parce que conforme aux contraintes séquentielles ; par contre, *[tlit] est non-attesté et impossible parce qu'il viole ces mêmes contraintes. Pour illustrer le concept de neutralisation d'une opposition phonologique, la phonologie structurale exploite souvent l'existence de ces contraintes, et en particulier dans le cas de l'anglais la distribution complémentaire [sl-]/[Jr-] (i. e. l'impossibilité a priori de [sr-J et [ʃ-])39 : le cas des séquences initiales de 2 consonnes commençant par [s] ou [j] est donc symbolique, et c'est pourquoi nous l'avons choisi.

5. 2. Analyse d'exemples

76Avec l'arrivée aux États-Unis des immigrants juifs d'Europe centrale, l'anglais emprunte au Yiddish des mots dont les groupes consonantiques initiaux [ʃ1-], [ʃm-] et [ʃn-] violent ses contraintes séquentielles :

77Inventaire 18. schlemiel, schlep, schlimazel, schlock, schlub... /schmaltz, schmatte, schmeck, schmeer, schmoll, schmooze, schmuck, schmutter, schmutz... /schnook, schnorrer, schnozz...

78Comme souvent en anglais, et c'est sans doute là un autre de ses traits caractéristiques, la dynamique lexicale s'empare de ces termes pour en créer de nouveaux qui n'existent pas dans la langue d'origine. On voit ainsi apparaître des dérivés, schlepper, schlocky, schmaltzy..., des composés, schlockmaster, des troncations, schmo (< schmuck)..., des conversions, to schmaltz up (< a schmaltz)..., de nouvelles acceptions : to schlep acquière un sens intransitif, schmeer bribery, corruption, flattery’, un sens figuré dans l'expression the whole schmeer everything, every aspect of the situation’...

79Cette mise en oeuvre des processus lexicogénique a-t-elle induit une productivité suffisante à la redéfinition des contraintes séquentielles ? Il semble a priori que la réponse soit négative, peut-être en raison du caractère généralement argotique de ces mots. Néanmoins, ce n'est pas le caractère argotique qui constitue en soi un obstacle mais plutôt l'absence d'un processus potentiellement productif. Or, la remarque suivante des auteurs de l'O.E.D. :

‘schm- : an element, derived from the numerous Yiddish words that begin with this sequence of sounds, used with, or replacing the initial letter (s) of a word, so as to form a nonsense-word which is added to the original in order to convey disparagement, dismissal or derision.’

80illustrée d'exemples de 1929 à 1978 :

81crisis - schmisis

82gods - schmods

83Miss Hurry - Schmurry

84child - schmild

85Trotsky - Schmotsky

86listen - schmisten

  • 40 Une ressemblance fondée sur leur parenté étymologique ; cf Al. schnauze ‘groin’.

87ajoutée à des modifications de nature humoristique, et donc elles aussi proprement anglaises, telles schnockered (<snokered ‘drunk’) ou schnozzle sur la base de schnozz ‘nose’, en exploitant les ressemblances phonétiques avec ce même nose40, et à des créations ex nihilo, schmegeggy ‘an idiot’, pourraient contenir en germe un tel processus productif, et donc à terme une remise en cause des contraintes séquentielles de l'anglais.

88On remarque néanmoins que cette hypothèse ne concerne pas [ʃl-], mais ce n'est somme toute guère surprenant : en effet, avec [ʃm-] et [ʃn-] on ne fait que tirer partie d'une simple lacune, tandis que [ʃl-] impliquerait la remise en cause de la distribution complémentaire [sl-] / [ʃr-]. On illustrera cette difficulté avec un exemple d'une autre famille de langues, celui de Sri Lanka : si la prononciation recommandée est bien [sr-], la contrainte est ici tellement forte que de nombreux anglophones lui substitueront un [ʃr-] plus conforme à leur système.

6. "La minorité" - "Des minorités"

  • 41 J. Tournier, Introduction descriptive à la lexicogénétique de l'anglais contemporain, Paris-Genève  (...)

89Néanmoins, il nous faut constater qu'il ne s'agit là que d'une hypothèse : sans doute en raison du nombre limité d'unités lexicales concernées, il n'y a pas, pour le moment, de modification structurelle, et donc pas de structure d'accueil. De ce point de vue, les immigrants d'Amérique Latine, et plus largement tous les groupes de langue romane, disposent donc d'un net avantage sur le plan linguistique. C'est d'ailleurs ce que confirme J. Tournier dans son tableau sur la répartition par langue d'origine des emprunts des années 1961-197541 :

Français

136

soit

53,75 %

Espagnol

28

soit

11,06 %

Italien

28

soit

11,06 %

Japonais

25

soit

9,88 %

Yiddish

19

soit

7,50 %

Allemand

17

soit

6,71 %

90Ainsi, les rapports inter-ethniques, dont nous avons pu entrevoir la nature complexe (colonialisme - influence culturelle - immigrants...), ne se traduisent en terme linguistique que dans le contexte historique de la langue : comme nous l'indiquions en commençant, la langue porte son histoire dans ses structures mêmes. Si la phonologie, parmi d'autres niveaux d'analyse linguistique, peut-être une aulne des rapports interethniques, ce n'est donc que dans ce cadre. Dans le cas particulier de l'anglais, les immigrants d'Amérique du Sud ont plus de chance de voir leur termes repris par la communauté anglophone que les Juifs parlant Yiddish, et ce quelle que soit l'influence respective de ces deux groupes dans la société américaine.

7. En guise de conclusion : une anecdote exemplaire

  • 42 op cit.

91Nous voudrions conclure sur une citation du Longman Register of New Words42 qui nous semble parfaitement illustrer notre propos, non sans y apporter une certaine note d'humour :

  • 43 Les transcriptions phonétiques ont été rajouté par nous.

frisée or frisé (['frizei, U. S. :])43 noun endive
Endive, which resembles a dishevelled spidery lettuce, is one of a bewildering array of salad leaves which have invaded the supermarkets shelves of Britain over the past decade. It suffers from a potentially crippling name problem, however. Confusion is rife over which of a range of fairly similar vegetables should be called ‘endives’, and which ‘chicory.’ This is compounded by American speakers using ‘chicory’ for what British speakers usually call ‘endive.’ It is therefore a welcome development that traders, probably following the lead of restaurateurs (, restǝrǝ'tɜ: z), have cut through the muddle by starting to use the French term frisée for ‘endive’ (one hesitates to add further complication that this is short for chicorée frisée, ‘curly chicory’)”

92Quant à nous, nous hésitons à ajouter que chicory fut emprunté au 15° siècle au français cichorée, devenu chicorée depuis, et que endive fut lui aussi emprunté au français au 15° siècle...

Notes

1 A. Crépin, Grammaire historique de l'anglais, Paris : P.U.F., 1978, pp. 7-8.

2 En fait, l'anglo-normand était différent du français de Paris. De même, c'est le dialecte des Midlands, plus précisément celui de la Chancellerie (cf. A. Crépin, op. cit., pp. 8-9) qui s'imposera progressivement au cours du 15° siècle. Néanmoins, suivant en cela l'exemple d'A. Crépin, nous utiliserons français et anglais ci-après.

3 Sur les données historiques de cette partie, K. Morgan et al., The Oxford Illustrated History of Britain, London : Oxford University Press, 1984, trad, française par M. Blinoff et al., Histoire de la Grande-Bretagne, Paris : Armand Cohn, 1985.

4 Κ. Morgan et al, op. cit., p. 205.

5 Les datations proviennent de The Oxford English Dictionary, London : Oxford University Press, compact edition (2 vol.), 1971, vol. III, supplements 1-4, 1987. Les recherches étymologiques ont été complétées dans Rev. W. Skeat, An Etymological Dictionary of the English Language, 3rd ed., London : Oxford University Press, 1897, et Ο. Bloch et W.V. Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française, éd., Paris : P.U.F., 1971.

6 Un cas particulièrement intéressant : ce mot provient en effet de grine, gryne, apparu en 1530, qui élimine fin 16° le précédent grynd, gryndde l'anglo-saxon ; néanmoins, sa forme et sa prononciation définitives ne doivent rien à cette origine, mais procèdent d'une corruption par association phonétique avec groin (14° c. 1300), sens Fr., devenu depuis obs. et dial, en anglais.

7 Pour cette partie et les exemples cités, v. J.C. Wells, Accents of English 1, Cam-bridge : Cambridge University Press, 1982, reprinted 1988 pp. 237-242. 8. J. C. Wells, op cit, p. 238.

8 J. C. Wells, op cit, p. 238.

9 J.C. Wells, op cit, p. 237.

10 cf M. Halle and S. Keyser, English Stress, its Form, its Growth, and its Role in Verse, New York : Harper & Row, 1971, p. 87 et suiv.

11 Pour cette règle et les chiffres indiqués, cf L. Guierre, Drills in English Stress-Patterns, Paris : Armand Colin-Longman, 4° ed., 1984.

12 L'accentuation irrégulière des préfixés nominaux peut en effet être due à d'autres phénomènes, en particulier le conflit avec l'accentuation/01/des autres catégories de préfixés : cf belief-believe, expense-expend, recess-recede...

13 Le <s> de la graphie était alors utilisé pour indiquer une voyelle longue.

14 i. e. travailler avec la main !

15 Malheureusement pour les étudiants francophones, cette analyse n'admet pas la réciproque : la majorité des mots d'origine française est accentuellement parfaitement régulière (i.e. accentuation/10/), et les 280 exceptions (préfixés exclus) doivent donc être apprises.

16 Ce mot n'est utilisé aujourd'hui que dans certaines expressions juridiques.

17 Ces exemples, et les autres ci-après, ont été relevés dans les dictionnaires suivants : J. Ayto, The Longman Register of New Words, Harlow : Longman, 1989 (mots nouveaux de 1986 à 1988 + mots des années 60 et 70 ayant connus un fort développement récent), 12,000 Words, A Supplement to Webster's Third New International Dictionary, Springfield : Merriam-Webster Inc., 1986, et The Compact Edition of the Oxford English Dictionary, vol. ΠΙ, supplements 1-4, London : Oxford University Press, 1987.

18 Attesté dès 1767 dans le sens de small shop, il est réemprunté à partir de 1953 dans le sens de fashion-shop.

19 Attesté à partir de la fin 19°.

20 Accentué/10/en anglais britannique, ce mot est accentué/01/en anglais U.S.

21 Le terme de recul iambique a été proposé, en raison du caractère rythmique du phénomène, par J. Boulle, dans Suffixes latins et accentuation anglaise : aperçus sur une évolution historique, 2° colloque d'avril sur l'anglais oral : le suprasegmental. A.P.L.V. 1984, pp. 207-216.

22 En fait, la plupart de ces mots ont d'abord été empruntés au français, puis reconstruits sur la base du latin, mais, par des mécanismes complexes d'analogies en chaîne, en abandonnant la flexion latine ; ainsi, consecrate <L. consecrāt-us < Fr. consecrer, consacrer.

23 L'avant-avant-dernière.

24 Communication personnelle, 1990.

25 Ce cas n'est en effet peut-être pas unique. Comme le faisait remarquer G. Deléchelles au cours du colloque, le roumain mériterait sans doute d'être analysé de ce point de vue.

26 Kenneth Morgan et al, op. cit.

27 cf L. Guierre, op cit pp. 77-78.

28 Lorsque la source n'est pas mentionnée, les mots ont été empruntés au français.

29 op cit, pp. 75.

30 cf note 21 ci-dessus.

31 Un terme bien entendu relevé dans des textes royaux antérieurement à la période anglo-normande.

32 Dans quietus est : “libéré de ses obligations”.

33 cf L. Guierre, op cit p. 91.

34 Pour des raisons trop longues à développer ici, nous utilisons le couple voyelle libre - voyelle entravée, de préférence aux appellations traditionnelles voyelle longue - voyelle brève ou voyelle tendue - voyelle relâchée.

35 Π s'agit dans ce cas d'une prononciation irrégulière de voyelle relâchée.

36 cf note 17 ci-dessus.

37 Avec une voyelle libre irrégulière devant 2 consonnes : c'est en effet la valeur entravée qui est alors de règle.

38 A. C. Gimson, An Introduction to the Pronunciation of English, 4th ed. revised by S. Ramsaran, London : Arnold, 1989, p. 243.

39 V. p. ex. J.L. Duchet, La phonologie, coll. ‘Que sais-je ?’, Paris : P.U.F., 2ème éd. 1986, pp. 65-66.

40 Une ressemblance fondée sur leur parenté étymologique ; cf Al. schnauze ‘groin’.

41 J. Tournier, Introduction descriptive à la lexicogénétique de l'anglais contemporain, Paris-Genève : Champion-Slatkine, 1985, p. 348.

42 op cit.

43 Les transcriptions phonétiques ont été rajouté par nous.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3748/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter