Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voix éthniques, ethnic voices. Volume 1

 | 
Jean-Paul Regis

Ethnie, langue, pouvoir

Jean-Paul Régis

Texte intégral

1L'emploi du syntagme "voix ethnique" présuppose que les rapports entre langue, ethnie et pouvoir ont été envisagés et analysés. Bien souvent, pourtant, le discours "ethnique" se contente, sans questionner ces rapports, de réutiliser des éléments de l'idéologie dominante ou de "bricoler" des concepts parcellaires au gré des besoins de l'argumentation.

2Le discours commun, mais aussi les discours anthropologiques, linguistiques, politiques (centralisateurs ou autonomistes) développent sur ces sujets des idées souvent fausses, des définitions inexactes où se confondent plusieurs questions que nous essaierons d'éclaircir :

  1. Le concept d'ethnie est-il clairement définissable ?

  2. Le sort d'une langue est-il irrémédiablement lié à l'ethnie (si le terme est utilisable) qui la pratique ?

  3. La solidité d'une langue lui vient-elle de qualités intrinsèques (le latin survivant à l'Empire romain en serait un exemple), ou bien tient-elle sa puissance de déterminismes socio-économiques ? En termes marxistes, la langue est-elle un phénomène de type superstructurel ?

  • 1 J. Staline, "A propos du marxisme en linguistique", lettre datée du 29 juin 1950, publiée dans La P (...)

3Dans les années 50, J. Staline refusait catégoriquement une telle hypothèse formulée par le linguiste Marr1. Depuis la discussion n'a pas cessé et l'enjeu en est considérable puisque la réponse à ces questions détermine la stratégie qu'adoptera le militant défenseur de sa culture : donnera-t-il, par exemple, la priorité à la lutte sur le terrain socio-économique, ou bien devra — t-il d'abord créer des écoles qui conservent et transmettent aux nouvelles générations la connaissance de sa langue ?

  • 2 Cf. aussi bien F. de Saussure que N. Chomsky pour ne citer qu'eux.
  • 3 Cf. E. Goffman, "The Neglected Situation", American Anthropologist 66 (6, 2), 1964, pp. 133-6.

4A ces questions, nous tenterons de proposer des réponses sociolinguistiques. La sociolinguistique porte sur le langage un regard interdisciplinaire qui rassemble ceux de l'historien, de l'anthropologue, du sociologue et du linguiste, et permet d'éviter la coupure théorique (consacrée par de nombreux linguistes et sociologues) qui pose d'un côté la langue, abstraite et autonome et objet du linguiste2, et de l'autre le discours immergé dans le social et descriptible en termes strictement sociologiques3. La nécessité pratique et théorique de restreindre l'objet d'étude et le champ d'investigation, qui se justifie pour le linguiste intéressé par la structure interne de la langue par exemple, fait obstacle à une compréhension plus globale de la réalité de la langue. Nous chercherons donc à décrire dans toute sa complexité un objet habituellement simplifié soit par les limites d'une discipline, soit par nécessité polémique ou pédagogique. Qu'il soit cependant clair que ceci n'est pas un manifeste contre les revendications antillaises, galloises, chicanas ou croates ni même d'ailleurs un pamphlet contre l'impérialisme anglophone.

1. Définitions

5La relation de la voix ethnique à la langue dans le monde anglophone pose un premier problème : le discours ethnique s'exprime parfois dans une langue différente de la langue dominante (c'est le cas des chicanos), mais aussi dans une version particulière de la même langue (noirs américains). L'analyse qui suit essaiera d'englober ces deux cas de figure très différents l'un de l'autre en proposant un modèle s'appuyant fondamentalement sur les situations monolingues (où l'on verra que le monolinguisme est un plurilinguisme qui veut s'ignorer), pour s'appliquer ensuite aux situations plurilingues.

A. Le concept d'ethnie. Les points de vue ethno- et anthropo-logiques

  • 4 Je reprends ici le point de vue exposé par J-L Amselle dans la rubrique "ethnie" de l'Encyclopaedia (...)

6Le concept d'ethnie a été fabriqué au XIXe siècle en Europe en association ou en concurrence, selon les auteurs, avec ceux de race, peuple, nation, langue. La littérature anthropologique offre des points de vue convergents où l'on retrouve les mêmes critères définitoires de l'ethnie : la langue, un espace, des coutumes, des valeurs, un nom, une même ascendance, la conscience qu'ont les acteurs sociaux d'appartenir à un même groupe. Le dénominateur commun, et ethnocentrique, à toutes ces définitions4 correspond à l'idée d'un État-nation à caractère territorial. En fait, une ethnie n'est jamais homogène, non-conflictuelle, ni clairement circonscrite. A l'heure actuelle, un nombre croissant de chercheurs s'accorde sur l'idée que le concept d'ethnie fait écran à une description correcte des sociétés locales précoloniales par exemple pour lesquelles il paraît plus approprié de considérer d'abord des formes générales englobantes dans lesquelles viennent s'insérer des unités (que le concept d'ethnie opacifiait) résultant d'un réseau de relations.

7L'ethnie est intéressante non pas comme catégorie anthropologique, mais comme un point d'ancrage sémantique, comme base de définition de soi pour un groupe. Remarquons cependant que le fait qu'un groupe se nomme, se définisse comme ethnie, a un effet quasi performatif : quand les membres d'un groupe se reconnaissent dans une même image, même si celle-ci est mal fondée scientifiquement, une réalité sociale se crée dont l'observateur - anthropologue ou sociologue - devra tenir compte.

8Le concept réactualisé d'ethnie se retrouve au XXe siècle dans un contexte urbain et renvoie alors à une image idéale (homogène, non-conflictuelle) d'un sous-groupe, image d'autant plus nécessaire que les membres de ce groupe ont le sentiment qu'ils risquent de perdre leur identité s'ils perdent tout à fait le contact avec leurs racines.

B. Langue et variété langagière

9La linguistique contemporaine, quand elle ne restreint pas son champ à l'analyse interne de la langue, montre que celle-ci n'est pas plus homogène ni plus clairement circonscrite que l'ethnie mais sa tâche est plus difficile encore que celle des anthropologues. En effet, l'histoire contemporaine de l'Europe est celle d'une confusion délibérément entretenue entre unité territoriale, unité nationale et unité linguistique. Dans l'esprit des occidentaux se superposent la langue, le peuple, la nation, l'Etat. Dans ce contexte, une attitude très prescriptive vis-à-vis de la langue a eu pour effet de dévaloriser les variantes non officielles : on voit aujourd'hui des adultes considérer qu'une forme non reconnue (qui leur aurait valu un zéro à l'école) ne doit pas exister. Plus grave, des linguistes acceptent l'idée d'un modèle unique idéal qu'ils appellent langue et de réalisations particulières de cette langue appelées, selon les théories, parole ou performance. En fait, comme pour l'ethnie, on doit décrire la langue en résistant aux images simplificatrices. Néanmoins on ne peut pas ignorer que la langue, en tant que point d'ancrage sémantique, génère des représentations et finalement des pratiques sociales et des choix politiques qui en modifient la destinée.

10Si l'on cherche à donner des définitions formelles et strictement linguistiques aux termes de langue et dialecte, on s'aperçoit qu'on ne dispose pas de critères permettant de les opposer clairement. Langue et dialecte se distinguent mal parce que :

  1. en Europe de l'Ouest on peut très bien considérer, d'un point de vue diachronique, toutes les langues à l'exception du basque comme des dialectes du celte, du germanique ou du latin (ce sont presque tous des créoles de ces trois sources) ;

    • 5 W. Labov, Sociolinguistique, Paris : Ed. de Minuit, 1976, p. 401 entre autres.

    d'un point de vue synchronique, la seule position productive scientifiquement vis-à-vis des dialectes (si l'on veut bien soumettre la théorie à l'épreuve de l'observation des faits) consiste à les traiter comme des langues ayant des structures et un fonctionnement cohérents et non pas comme des sous-ensembles de systèmes supérieurs qui, seuls, mériteraient le label de langue. W. Labov5 a montré tout l'intérêt (heuristique entre autres) de cette démarche en considérant le vernaculaire noir américain comme une langue plutôt que comme une variante fautive de l'américain standard.

11La linguistique peut constater des parentés entre des systèmes mais ne peut pas définir le seuil qualitatif au-delà duquel le dialecte deviendrait langue. Cependant, la paire langue/dialecte est linguistiquement tenable à condition de définir la langue comme une famille de dialectes jouissant tous des mêmes qualités linguistiques, indifférenciables sur la base d'une hypothétique capacité à transmettre des idées ou à favoriser une activité intellectuelle par exemple.

12Le dialecte se définit en ethnolinguistique à partir de l'aire géographique qu’il couvre ; il va de soi que ce concept est surtout utilisable pour des sociétés rurales à population peu mobile. Dans les sociétés très urbanisées, les dialectes, ou langues apparentées, sont appelés variétés par les sociolinguistes, et concernent des groupes sociaux distincts pouvant occuper un même lieu géographique. Le problème des frontières est alors bien plus complexe.

13En dehors du champ de la linguistique, les dialectes (variantes géographiques) font toujours l'objet d'appréciations : ils sont généralement d'autant plus stigmatisés qu'ils sont parlés loin de la capitale. Dans une société industrialisée, la variété langagière (sociale et non plus géographique) induit elle aussi un jugement qualitatif : seule la variété de la classe dominante mérite de s'appeler langue, les autres ne sont plus perçues que comme des versions fautives (elles s'appelleront patois, argot, langue populaire, familière, dialecte), marques d'une insuffisance - de tenue, d'éducation, d'environnement social favorable.

  • 6 Cf. la critique si souvent entendue de la double négation dans le vernaculaire noir américain.

14J'insiste : aucun critère linguistique ne permet de classer par ordre de mérite ces variétés, pourtant elles sont souvent décrites et jugées dans le discours commun à partir de critères linguistiques tels que l'euphonie ou la logique grammaticale6.

15Au-delà de la variation linguistique qui marque l'appartenance à un groupe social particulier, une autre diversité mérite d'être prise en compte : celle du discours individuel.

  • 7 Cf. la définition de J. Haynes in Introducing Stylistics, London : Unwin Hyman, 1989, p. 6 seq.
  • 8 N. B. En anglais une différence de style implique encore aujourd'hui une différence de langue (saxo (...)

16L'idiolecte, c'est-à-dire la langue d'un individu, est sujet à variation : un changement de situation sociale peut induire chez le locuteur un changement de comportement langagier, révélant une compétence, partielle ou totale, dans plusieurs codes. Dans une société complexe, la communication passe par des réseaux (sociaux, situationnels et aussi déterminés par le medium utilisé) qui possèdent chacun leur langue, ou dialecte, ou variété, ou encore, comme disent les anglophones aujourd'hui, leur style7. De ce point de vue, tout locuteur, même dans une société monolingue, est polyglotte8, et cette optique nous impose de clarifier encore nos définitions puisque les variétés dont nous parlons ici ne correspondent pas strictement à des groupes privilégiés, mais à des situations sociales différentes.

  • 9 W. Labov, ibid.
  • 10 D. Leith, op. cit.
  • 11 W. Labov, op. cit., p. 207.

17Dans une société primitive où la communication a presque toujours lieu entre individus qui se connaissent personnellement, certaines variations de style que nous connaissons sont sans intérêt, en revanche dans les sociétés industrielles complexes, il est important de marquer une distinction entre les personnes avec qui nous avons des rapports personnels et celles avec qui nous communiquons en raison de leur fonction. La langue, ou le style, que nous avons en commun avec les primitifs, la langue de la familiarité, celle qui exprime la tension minimale dans les rapports sociaux, est appelée vernaculaire. Selon Labov9, le vernaculaire est utilisé dans sa version la plus pure quand il est parlé par un groupe de pairs : un groupe de jeunes noirs entre eux dans une rue de Harlem par exemple s'exprime dans son vernaculaire. D'autres auteurs10, et Labov lui-même, proposent d'autres critères pour le définir : le vernaculaire est alors simplement la langue de l'enfance, d'abord apprise entre deux et trois ans à l'imitation des parents, puis entre quatre et treize ans sous l'autorité et la réglementation des camarades de jeu11, cette phase servant à éliminer les variations non-conformes au dialecte du groupe. Par-dessus ce système linguistique fondateur viendront éventuellement se développer d'autres systèmes ou fractions de systèmes adaptés à des tâches ou situations nouvelles : la langue véhiculaire adaptée aux contacts publics non personnels (éventuellement différente de celle du groupe des pairs), et les langues religieuse, littéraire, officielle.

18On notera que dans le discours ethnique langue au sens le plus large (c'est-à-dire tous les styles réunis) et vernaculaire sont confondus. Jane Bataille citait au cours du colloque un critique qui disait "his characters speak in words and sounds that go straight to the heart" - les voix ethniques disent toutes : "ma langue est plus chaleureuse, plus riche en émotion que l'anglais, qui est froid" : de fait, elles parlent de leur vernaculaire. En effet, leur langue, dans sa version officielle ou écrite si elles existent, peut paraître aussi froide et impersonnelle (et pour cause !) que l'anglais non vernaculaire qu'ils critiquent.

2. Langue et pouvoir

  • 12 L-J Calvet, Linguistique et colonialisme, petit traité de glottophagie, Paris : Payot, 1974.

19Les dialectes, variétés, vernaculaires, styles reflètent des situations sociales, sont les enjeux, les emblèmes ou les armes de conflits sociaux. Nous allons examiner des cas de figure différents où langue et pouvoir sont liés pour tenter d'en tirer quelque enseignement, en nous appuyant tout d'abord sur l'analyse de situations coloniales telles que L-J Calvet les décrit dans Linguistique et colonialisme12.

A. Les situations coloniales

20En contestant l'opposition langue/dialecte, Calvet précise que le statut culturel et social de l'un et l'autre terme résulte d'un rapport de force : dans le discours commun la langue nationale (le dialecte qui a pris le pouvoir) s'appelle langue, tandis que les langues non nationales (celles dont les locuteurs ont perdu le droit à la parole) s'appellent dialectes. Le discours colonial reprend les mêmes catégories pour opposer la langue du colonisateur à celle du colonisé dans un système dichotomique où apparaît très clairement le refus occidental d'accorder quelque crédit que ce soit au reste du monde, on voit ainsi se superposer les paires :

civilisé / sauvage
peuple / tribu
langue/dialecte

  • 13 Y. Person, "L'Afrique noire et ses frontières", Revue française d'études politiques africaines,(...)

21Selon Y. Person la lecture du discours anthropologique anglais conduirait à penser que "Les Hausas qui sont au moins 15 millions seraient donc une tribu, mais les 120 000 Islandais un peuple et une nation"13... les uns parlant un dialecte et les autres une langue, bien entendu. Pour régler ce problème terminologique, Calvet décide d'utiliser des termes qui montrent clairement que la supériorité d'un parler sur un autre est toujours d'ordre social et politique, et non pas intrinsèque : il parle de langue dominante et langue dominée.

22Calvet propose une thèse convaincante : le processus colonial offre un modèle généralisable pour l'étude de conflits sociaux entraînant une inégalité linguistique. La colonisation selon lui se développe en trois stades principaux de glottophagie, où la langue dominée se fait graduellement manger par la langue dominante.

Premier stade : le colonialisme naissant

  • 14 En anglais, le nom du collaborateur absolu, celui qui transforme la bête sur pied saxonne en viande (...)

23La colonisation se caractérise d'abord par l'implantation de militaires, d'administrateurs, de commerçants, généralement dans les villes. Premier point important : le processus colonial ne se résume jamais à l'affrontement de deux communautés ; il produit toujours au moins une frange de collaborateurs locaux qui s'enrichissent de l'exploitation de leur peuple et qui utiliseront la langue de l'envahisseur14. C'est le plus souvent une partie de la bourgeoisie et particulièrement les commerçants et aussi les domestiques recrutés sur place. Le bilinguisme, qui concerne alors une part peu importante de la population indigène, se trouve directement déterminé par une situation économique : seuls l'intérêt ou la nécessité motivent l'apprentissage de la langue étrangère. On reconnaît ce premier stade de la colonisation dans l'histoire du Pays de Galles entre 47 AD et le IVe siècle : pendant cette période les Romains occupent militairement le pays puis partent en laissant peu de traces linguistiques - en gallois moderne on a répertorié 600 mots d'origine latine seulement. Calvet considère aussi que jusqu'au XIVe siècle l'Angleterre en est encore au premier stade de la colonisation normande, la langue du colonisateur s'étant aussi imposée comme langue officielle au niveau juridique.

24L’intérêt du premier stade du processus colonial réside dans le fait qu'il dévoile, dans sa simplicité, le rapport profond entre usage de la langue et pouvoir. Ni Marriste ni Stalinien, Calvet propose un point de vue marxiste qui situe la langue par rapport aux facteurs qui la déterminent :

  • 15 L-J Calvet, p. 65.

Au plan linguistique, le colonialisme institue donc un champ d'exclusion à double détente : exclusion d'une langue (la langue dominée) des sphères du pouvoir, exclusion des locuteurs de cette langue (de ceux qui n'ont pas appris la langue dominante) de ces mêmes sphères [...] C'est donc ce statut linguistique qui caractérise certains rapports de force (pas seulement en situation coloniale), bilinguisme avec opposition entre langue dominée et langue dominante, écrasement d'une ou plusieurs langues par une autre, langue exclusive, etc., que nous appellerons désormais superstructure linguistique15.

25Autrement dit, la langue n'est pas une superstructure comme le disait Marr, mais son usage est superstructurel, ce que refusait Staline.

26Revenons aux colonisateurs. Après un temps variable d'installation, ils mettent en place des superstructures qui ont sur la langue un effet direct, planifié, et justifié idéologiquement : ils vont établir la culture, la civilisation en ouvrant des écoles. La langue dominée y est interdite (ici encore on voit que le modèle s'applique aussi bien au "dialecte" provincial qu'au "parler" indigène), premier gage de l'accès à la seule culture digne de ce nom. Les exemples sont innombrables : le breton, l'occitan, l'irlandais, les langues amérindiennes, ou l'anglais à l'époque normande. L'école devient l'instrument privilégié de la glottophagie et de la destruction culturelle.

Deuxième stade : le colonialisme triomphant

27La langue coloniale a gagné du terrain et une nouvelle dichotomie s'instaure : la ville contre la campagne. Les classes supérieures ont abandonné leur langue d'origine et sont devenues monolingues, les classes inférieures des villes qui étaient monolingues (en langue dominée) deviennent bilingues. Seule la population rurale, éloignée du pouvoir concentré dans les villes a gardé son monolinguisme d'origine. A ce point de l'évolution, la voix ethnique est devenue plurielle et mérite une analyse en termes de classe plutôt que de peuple.

28Le Pays de Galles se trouve dans cette situation à partir de 1636, lorsqu'il entre dans le système administratif et juridique anglais. La justice est rendue en anglais, les administrateurs parlent anglais, les textes sont rédigés en anglais ou en latin. L'école, les mariages mixtes, les intérêts économiques ont bientôt cet effet pervers sur les locuteurs : ils commencent à considérer leur propre langue comme une langue inférieure. Au XIXe siècle le Pays Gallois sera largement bilingue, l'élite ne parlant qu'anglais. Notons au passage le rôle joué par la religion dans ce contexte : l'anglais, langue officielle de l'administration et de l'école, est contré du XVIe au XIXe siècle par le gallois des écoles parallèles. Sans cette résistance rendue possible par la religion, le processus de glottophagie serait vraisemblablement arrivé à son terme aujourd'hui. On se gardera toutefois de généraliser puisqu'on rencontre une situation analogue en Bretagne où la langue dominante a gagné la partie malgré, là aussi, une résistance de la religion. On gardera simplement à l'esprit, pour une discussion ultérieure, que l'opposition langue dominante/langue dominée peut être selon les cas renforcée ou contredite par l'opposition langue sacrée/langue profane.

29A la fin du deuxième stade du processus colonial, la langue dominée a perdu la guerre symbolique contre la langue dominante en même temps qu'une forte proportion de ses locuteurs, elle n'existe plus que comme vernaculaire rural (alors appelé dialecte ou patois)

Troisième stade : la glottophagie réussie

30Au-delà de ce stade, la langue dominée disparaît même des campagnes et l'historien n'en a plus de traces qu'à travers la langue des envahisseurs, comme le gaulois qu'on ne connaît guère qu'à travers les textes romains.

  • 16 L-J Calvet, p. 81.

31Calvet rappelle que la disparition ou la survie d'une langue dépendent de facteurs non linguistiques. La disparition du gaulois s'explique par la supériorité de l'armée romaine sur l'armée gauloise, puis par une longue occupation telle que la culture romaine ait pu s'imposer : "le gaulois n'a pas été victime de la supériorité de la langue latine, il a été victime de l'impérialisme romain"16. A l'inverse certaines langues ont échappé à ce sort grâce à des conditions favorables que l'on peut répertorier : si la population dominée résiste, si le rapport de force lui est favorable, particulièrement si la religion offre une structure d'accueil et de légitimation de la langue dominée, si la lutte s'appuie sur une forte conscience nationale, alors la glottophagie a des chances d'échouer. On a quelques exemples de telles victoires de langues dominées qui s'épanouissent soudain, soutenues par une forte motivation collective : l'hébreu renaît de ses cendres en 20 ans avec l'Etat d'Israël.

32Je le disais, Calvet présente de façon très convaincante cette relation conflictuelle entre langues dominantes et langues dominées ainsi que la fonction superstructurelle de l'usage de la langue. Je voudrais seulement contester une prémisse implicite à son argumentation que l'on peut, me semble-t-il, gloser ainsi : la langue des vainqueurs l'emporte sur la langue des vaincus. Le devenir d'une langue est lié à un rapport de forces formulé dans ces termes. Il me semble au contraire possible, même si le cas se présente rarement, de rencontrer des groupes qui imposent leur suprématie sur le plan militaire, économique ou social et respectent la langue des vaincus ou même adoptent leur langue. En d'autres termes, si le devenir d'une langue est souvent lié à l'histoire de ses locuteurs comme le montre Calvet, le succès ou l'échec d'un peuple n'implique pas automatiquement la survie ou la disparition de sa langue. Nous examinerons dans quelles conditions cela est possible après avoir complété ce tableau des luttes linguistiques par une brève incursion chez P. Bourdieu.

B. Langue et classe chez P. Bourdieu.

  • 17 P. Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris : Fayard, 1982.

33Dans le modèle de P. Bourdieu tel qu'on peut le lire dans Ce que parler veut dire17, un tableau terrifiant nous est brossé où compétence linguistique, droit à la parole, supériorité économique et symbolique se conjuguent pour que l'usage de la langue pérennise un système social inégalitaire. Bourdieu analyse un certain nombre d'exemples parmi lesquels on trouve celui que nous allons brièvement exposer et qui me paraît particulièrement éclairant à la fois sur les questions que nous posons ici et sur l'optique de Bourdieu à propos du langage et du pouvoir.

34Dans le numéro du 9 septembre 1974 de La République des Pyrénées, une cérémonie, célébration officielle du centenaire de la naissance d'un poète béarnais, est commentée dans ces termes :

L'intervention la plus remarquée revenait tout de même au préfet des Pyrénées-Atlantiques, M. Monfraix, qui s'adressait à l'assistance dans un excellent patois béarnais [...] M. Labarrère (maire de Pau) répondait à Mlle Lamazou-Betbeder, présidente de l'école, dans un béarnais de qualité. Cette attention toucha beaucoup l'assistance qui applaudit longuement.

  • 18 Voir l'analyse détaillée de cet exemple dans Ce que parler veut dire, pp. 60-68.

35Pour Bourdieu18, on a là un exemple remarquable de condescendance de la part du maire de Pau. Celui-ci, élu d'une grande ville, présentant toutes les garanties de compétence linguistique dans la langue dominante (il est professeur agrégé), parfaitement protégé à la fois par son statut géographique, social et linguistique, peut se permettre de parler béarnais et en tire même profit : l'assistance est touchée par ce geste. La question qui se pose est de savoir pourquoi le maire a été applaudi, quel jeu symbolique s'est joué à ce moment-là ?

36Bourdieu propose le test suivant : serait-il concevable de lire dans la même République des Pyrénées "M. Labarrère répondait dans un français de qualité" ? A l'évidence non. Son statut de maire, à lui seul, suffit à le mettre à l'abri d'une suspicion concernant sa compétence linguistique dans la langue dominante, et cela à un tel point que l'hypothèse même frise l'injure. Inversement, que penser de l'assertion "un paysan répondit dans un béarnais de qualité" ? Cette phrase paraît incongrue tant paysan et béarnais semblent éloignés sémantiquement des traits associés à qualité. Ici la compétence linguistique (qui pourtant va de soi) ne peut pas être reconnue puisque le locuteur ne dispose pas d'une autorité sociale suffisante. Ainsi le maire de Pau double ses profits symboliques : dans une situation sociale où sa supériorité est assurée, il joue la condescendance et parle le vernaculaire de l'assistance là où on attendait (et on sait qu'il peut le faire) un discours en langue officielle. Son prestige est intact et l'usage du vernaculaire le fait paraître plus chaleureux, plus humain : le public est "enchanté". Pour qu'un tel événement ait lieu, il faut que les actants partagent la même symbolique dans une structure sociale où le rapport de force entre les groupes est inégal, les profits (économiques, sociaux, symboliques) se trouvant accumulés chez les mêmes agents.

37Dans les contextes sociaux décrits par Bourdieu, les agents de la classe dominante ont accès à la langue légitime dès leur enfance, leur vernaculaire étant très proche de la langue employée en situation officielle. Leur statut économique et social les place aux endroits privilégiés où ils ont un accès facile à la culture dominante ; une longue habitude des situations formelles les prédispose à faire preuve de cette aisance (langagière, corporelle) qui dénote la classe.

38Inversement, et dans des contextes bilingues aussi bien que monolingues, les agents de la classe dominée parlent un vernaculaire éloigné de la langue officielle, leur accès à la culture et à la langue dominantes est rendu difficile surtout par des facteurs socio-économiques. Dans des situations formelles leur production linguistique est aisément perturbée à cause de l'insécurité psychologique où ils se trouvent : tel béarnais élu maire n'osait pas assumer ses fonctions parce qu'il ne savait pas "parler". La sociologie contemporaine cite souvent le cas typique de cette insécurité : le groupe charnière entre classe dominante et classe dominée, la petite bourgeoisie qui, par peur de déchoir, de révéler par son langage ses origines inavouables, se caractérise par une hypercorrection qui la trahit et la déconsidère aux yeux de ceux-là même qu'elle cherche à imiter.

39Dans des situations particulières, le rapport de force ou, pour reprendre la métaphore économique de Bourdieu, le marché peut favoriser l'emploi de la langue dominée, mais d'un point de vue global c'est la langue dominante qui est favorisée : elle doit son prestige au statut social des agents qui l'emploient, à l'école où tous apprennent à s'évaluer en fonction de la distance entre leur propre vernaculaire et la norme enseignée, à la spécialisation de cette langue qui est la seule adaptée aux situations officielles, situations où la langue dans la bouche des locuteurs légitimes devient performative. Cette image de fusion idéale de la parole et du pouvoir semble être le pôle attracteur de la théorie de Bourdieu, à un tel point que le lecteur est tenté de rechercher les contre-exemples, des cas où on échapperait à ce déterminisme impérieux qui veut que celui qui a le pouvoir dispose du droit à la parole, maîtrise la langue légitime, et finalement soumet le monde à son verbe.

  • 19 P. Clastres, La Société contre l'Etat, Paris : Ed. de Minuit, chapitre 2 "Echange et pouvoir : phil (...)

40Les cultures amérindiennes nous offrent l'exemple de chefs possédant une compétence linguistique telle qu'ils jouent le rôle de porte-paroles permanents du groupe, produisant journellement des discours édifiants, assurant la communication entre membres de la tribu lors de conflits internes, et absolument sans pouvoir. Je renvoie ici à l'excellente analyse de P. Clastres19 qui montre bien que seule une définition ethnocentrique du politique a pu nous empêcher jusqu'à ce jour de voir que dans certaines sociétés pouvoir et parole ne vont pas nécessairement de pair. Cet exemple ne va pas ébranler le système de Bourdieu qui concerne des sociétés plus complexes, mais il devrait nous aider à avancer dans la discussion en posant la question suivante : le rapport de la langue au pouvoir peut-il varier selon le type de société envisagé ?

3. Structures sociolinguistiques

  • 20 Proverbe cité en 1387 par John of Trevisa, et ajouté par lui dans une traduction en anglais d'un te (...)

41L'invasion de l'Angleterre par les Normands vérifie largement, au moins dans la période du IXè au XlVè siècle, les thèses de Calvet et Bourdieu. On y voit en effet l'envahisseur imposer le français en même temps qu'il met en place toutes les superstructures qui assureront à sa langue le statut de langue légitime. Ainsi au cours des 50 premières années de colonisation, toutes les charges importantes du clergé sont confiées à des Normands, la répartition linguistique entre saxon et français correspondra alors à l'opposition haut clergé/bas clergé. La cour parle français, les hommes de lettres écrivent en français (cf. par exemple la version anglo-normande de Tristan et Iseult de Thomas), dans les écoles, l'enseignement est délivré en latin et en français. La liaison nécessaire entre langue et pouvoir s'exprime au XIVè siècle par un proverbe qui dit : Jack wold be a gentilman if he coude speke frenssh20.

42On rencontre pourtant quelques exemples de peuples qui envahissent un pays, prennent le pouvoir pour une longue période, et voient leur langue disparaître au profit de celle de la population indigène.

43Le cas le plus frappant est celui des pillards parlant le danois qui occupent une partie de la Neustrie en 911 et lui donnent leur nom : Normandie (nord mand : hommes du nord). En 1066, lorsque leurs descendants traversent la Manche sous le commandement de Guillaume le Conquérant, aucun d'entre eux ne parle danois, le français des vaincus l'a emporté en quelques générations. André Martinet propose l'explication suivante :

  • 21 A. Martinet, Des Steppes aux océans, Paris : Payot, 1986, p. 27.

Si [...] les hommes arrivent seuls, bien décidés à trouver sur place les moyens de subvenir à leurs besoins de tous ordres, sexuels y compris, il est assez vraisemblable que les enfants issus des nouveaux contacts parleront la langue de leurs mères plutôt que celle de leurs pères, plus occupés à asseoir leur domination sur le nouvel habitat qu'à intervenir sur l'éducation de leur progéniture21

  • 22 Je remercie T. Rogel pour son avis éclairé sur cette question.

44A cet excellent argument de bon sens, j'ajouterai que la perte de la langue paternelle s'est produite dans un contexte culturel où les rôles des hommes et des femmes étaient vraisemblablement très différenciés. Les sociétés de marins guerriers comme celle des Vikings avaient une structure en partie matriarcale : les femmes, pendant les absences fréquentes des hommes, étaient investies de tout le pouvoir parental et assuraient par conséquent l'essentiel de l'éducation des enfants. Les Normands ont vraisemblablement reproduit ce modèle en Normandie avec les femmes indigènes et ont ainsi définitivement consacré la césure entre pouvoir militaire et usage de la langue maternelle22. De cet exemple on peut conclure que les analyses présentées plus haut valent dans la mesure où les institutions (militaire et scolaire par exemple) sont coordonnées ; si, au contraire, elles peuvent fonctionner de façon autonome, alors le rapport de la langue au pouvoir devient moins prévisible.

  • 23 Voir sur ce point H. Walter, Le Français dans tous les sens, Paris : R. Laffont, 1988, pp. 50-53.

45Prenons un deuxième exemple. Les livres d'histoire nous apprennent que les Francs envahirent le nord de la Gaule en 486. Ils venaient de l'actuelle Allemagne (Frankfurt = le gué des Francs) et parlaient une langue germanique. Pendant les trois siècles qui suivirent le couronnement de Clovis, c'est-à-dire jusqu'à Charlemagne inclus, les rois et les chefs parlaient le franc (Dagobert, qui régna de 613 à 634, portait un nom franc qui signifie "jour brillant" - on reconnaît la racine germanique qui a donné tag en allemand et day en anglais), tandis que la majorité de la population parlait une sorte de celte romanisé. Or, au bout de cette période, c'est une langue massivement gallo-romane qui est parlée par tous, l'influence germanique se faisant seulement sentir au niveau de l'accentuation des mots, comme si finalement on aboutissait à un dialecte (au sens historique du terme) du latin sur un substrat celte avec un "accent" germanique23.

  • 24 L-J Calvet, op. cit., p. 91.
  • 25 Certains de ces mots traverseront la Manche avec les Normands, soit pour faire écho à des mots saxo (...)
  • 26 H. Walter, ibid., p. 53.

46Selon la théorie des emprunts de Calvet "le déséquilibre statistique [des emprunts entre deux langues] témoigne d'un rapport de domination d'une communauté par l'autre"24 : ainsi entre le XIè et le XIIIè siècle, l'anglais emprunte énormément au français dans les champs lexicaux de la politique, de la religion, de la chevalerie, des arts et de la gastronomie, alors que le français n'emprunte rien, et le lexique anglais témoigne encore aujourd'hui de cette domination normande. En revanche, si l'on recherche dans le lexique français moderne des traces de la longue domination franque, on recense tout au plus 400 mots germaniques concernant la chevalerie surtout25 (bande, blason, brandon, guerre, etc.), la vie des champs (blé, bois, caille, hanneton) et la vie domestique (beignet, fauteuil, lanière, soupe)26.

47A première vue au moins la théorie de Calvet semble contredite par les faits dans ce cas précis. Il faut chercher les raisons de cette apparente contradiction dans le fait que la conquête de Clovis avait été facilitée par sa conversion au catholicisme, acte accompli dans une optique politique qui lui attachait les gallo-romains. Il s'ensuivit un partage des pouvoirs entre le roi et l'Eglise.

48A la suite de Clovis, les mérovingiens créent un nouvel ordre politique inconnu de l'antiquité : une royauté absolue, avec un souverain-chef militaire à qui tous les habitants sont soumis, un pouvoir personnel qui ne fait aucune distinction entre l'état, la personne du roi et ses biens, si bien qu'à la mort du roi le royaume est partagé entre ses enfants. Mais à côté de cette structure féodale celle de l'Eglise se maintient autour des évèques : ceux-ci doivent veiller à la subsistance des faibles, fonder des hôpitaux et des hospices pour les recueillir, entretenir les écoles, et même rendre la justice. Pendant la période mérovingienne les épiscopats se fragmentent en paroisses qui deviennent dès lors les cellules organiques de la société française jusqu'à la révolution.

49Le clergé parle un latin de plus en plus éloigné de celui de la Rome antique, influencé par le gallo-romain de la majorité de la population. La langue du pouvoir royal se trouve limitée à la fonction de vernaculaire de la classe dirigeante, sans espoir de devenir ni la langue du peuple, ni la langue de culture, ni la langue sacrée, elle sera d'ailleurs de moins en moins la langue officielle.

50Cette histoire s'explique entre autres par le fait que l'invasion des Francs en 486 n'était pas véritablement une invasion, mais pour une bonne part un coup d'état : les Francs étaient présents au nord de la Gaule depuis deux siècles, depuis qu'ils avaient été recrutés comme officiers supérieurs des légions romaines. Ils ont en fait pris le pouvoir à la manière de bernard-l'hermites qui s'installent dans un cadre super-structurel déjà constitué. Leur langue n'a donc pas pu faire tache d'huile pour couvrir tous les secteurs d'activité, comme dans le modèle de Calvet, parce que la structure de l'Eglise était déjà en place et lui faisait barrage.

51On peut constater cependant que ces données ne mettent pas en péril les modèles de Calvet et Bourdieu, il suffit en effet de les compléter en indiquant que le pouvoir n'est pas toujours monolithique et qu'il peut se répartir entre hommes et femmes comme dans le cas des Normands, ou entre pouvoir militaire et clérical comme chez les mérovingiens. Il reste cependant un facteur que nous n'avons pas encore évoqué mais qui me semble déterminant dans l'histoire des langues : le nombre de locuteurs concernés.

52En effet, il ne suffit pas d'avoir une structure solide et une langue de culture propre comme l'Eglise médiévale pour l'emporter dans la guerre linguistique, il faut aussi avoir une masse de locuteurs ayant cette même langue comme vernaculaire, et c'était le cas dans la France mérovingienne. Ailleurs, sur le territoire de l'Allemagne actuelle, la langue de culture était une forme romane de latin, comme en France, mais la majorité des locuteurs avait pour langue quotidienne le germanique : c'est cette langue-là qui a prévalu.

53Au-delà, ou en deçà, des finesses d'analyse des rapports entre structure, superstructure et langue, il ne faut jamais perdre de vue qu'une langue s'alimente dans le quotidien au niveau du vernaculaire et que le nombre de locuteurs natifs est une variable importante à considérer. J'entendais récemment un Gallois préconiser une forte natalité au Pays de Galles comme arme de défense du gaélique, il n'avait pas tout à fait tort.

En guise de conclusion

54Pour couvrir l'ensemble de la question des rapports entre ethnie, langue et pouvoir, il faut tenir compte de plusieurs facteurs qui interviennent de façon concurrente :

551) la pression exercée par le pouvoir (colonial, central, esclavagiste) dans une logique dominant/dominé,

562) la durée de la domination,

573) le type et la solidité des structures sociales en présence,

584) le nombre d'individus dans chaque groupe,

595) le rapport imaginaire entre les groupes et leurs langues.

60Une langue prend aussi sa force dans l'imaginaire de ses locuteurs. S'ils y tiennent comme à un drapeau quand la patrie est en danger, elle a quelques chances de survivre - et le Gallois en est un exemple évident. Inversement, des langues disparaissent parce que le lien entre langue et identité (personnelle ou de groupe) n'est pas nécessairement acquis : il suffit pour cela que les locuteurs voient plus d'avantages que d'inconvénients à abandonner leur langue maternelle.

616) le degré de développement des langues concernées depuis le simple vernaculaire jusqu'à la langue officielle, littéraire, ou sacrée (qui témoigne d'une structure sociale plus ou moins complexe, de l'existence de scribes, administrateurs, écrivains, etc.).

62A ce propos, il est intéressant de comparer deux situations linguistiques différentes aux Etats-Unis : celles du Vernaculaire Noir Américain (VNA) et de l'espagnol des Chicanos.

63L'espagnol est une langue pleinement développée, non pas au sens où elle serait supérieure à d'autres en tant que langue, mais au sens où elle s'est diversifiée (ailleurs qu'aux USA mais ce n'est pas indifférent pour les hispanophones des USA) de façon à pouvoir exprimer le quotidien et la familiarité aussi bien qu'à véhiculer des discours officiels, des sermons, ou encore une littérature (elle existe).

64Le VNA, lui, n'existe que sous la forme de vernaculaire, par conséquent sa défense et son développement dans un milieu hostile en sont rendus difficiles : on imagine mal un discours à l'ONU en VNA, un mariage en VNA, etc. La défense du VNA est possible d'un point de vue linguistique, mais ses caractéristiques socio-idéologiques en font une cause plus difficile à défendre que l'espagnol, une des raisons en est que les langues d'origine des noirs américains ont été victimes au dernier degré de glottophagie.

Notes

1 J. Staline, "A propos du marxisme en linguistique", lettre datée du 29 juin 1950, publiée dans La Pravda le 4 juillet 1950, citée dans Marxisme et linguistique, L-J Calvet (ed.), Paris : Payot, 1977.

2 Cf. aussi bien F. de Saussure que N. Chomsky pour ne citer qu'eux.

3 Cf. E. Goffman, "The Neglected Situation", American Anthropologist 66 (6, 2), 1964, pp. 133-6.

4 Je reprends ici le point de vue exposé par J-L Amselle dans la rubrique "ethnie" de l'Encyclopaedia Universalis, p. 971-2.

5 W. Labov, Sociolinguistique, Paris : Ed. de Minuit, 1976, p. 401 entre autres.

6 Cf. la critique si souvent entendue de la double négation dans le vernaculaire noir américain.

7 Cf. la définition de J. Haynes in Introducing Stylistics, London : Unwin Hyman, 1989, p. 6 seq.

8 N. B. En anglais une différence de style implique encore aujourd'hui une différence de langue (saxon vs normand). L'anglais, qui est encore très marqué par son histoire multilingue va jusqu'à souligner la différence entre ces situations en rappelant, selon les cas, sa parenté latine ou germanique. Comparer les synonymes know-how et expertise et les situations sociales où ils apparaîtront vraisemblablement, comparer aussi : A. I speak English, don't I? My cobbers understand me. Why the heck should you have to teach me English at all? (R. Quirk, The Use of English, London : Longman, 2nd edition 1968, p. 69) Β. A taught language inevitably becomes increasingly subject to attention and scrutiny. aimed at describing its forms and structures (D. Leith, A Social History of English, London : Routledge & Kegan Paul, 1983, p. 49). On voit bien ici (les mots soulignés sont d'origine française ou latine) comment une différence de registre se décrit aussi bien en termes de diglossie bien que 900 ans se soient écoulés depuis l'invasion normande.

9 W. Labov, ibid.

10 D. Leith, op. cit.

11 W. Labov, op. cit., p. 207.

12 L-J Calvet, Linguistique et colonialisme, petit traité de glottophagie, Paris : Payot, 1974.

13 Y. Person, "L'Afrique noire et ses frontières", Revue française d'études politiques africaines, n° 80, août 1972, p. 23, cité par Calvet, ibid., p. 53.

14 En anglais, le nom du collaborateur absolu, celui qui transforme la bête sur pied saxonne en viande normande (pig/pork, cal/veal, etc.), porte un nom normand : butcher.

15 L-J Calvet, p. 65.

16 L-J Calvet, p. 81.

17 P. Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris : Fayard, 1982.

18 Voir l'analyse détaillée de cet exemple dans Ce que parler veut dire, pp. 60-68.

19 P. Clastres, La Société contre l'Etat, Paris : Ed. de Minuit, chapitre 2 "Echange et pouvoir : philosophie de la chefferie indienne", pp. 25-42.

20 Proverbe cité en 1387 par John of Trevisa, et ajouté par lui dans une traduction en anglais d'un texte latin du moine Ranulph Higden consacré à la situation linguistique de l'Angleterre (De incolarum linguis).

21 A. Martinet, Des Steppes aux océans, Paris : Payot, 1986, p. 27.

22 Je remercie T. Rogel pour son avis éclairé sur cette question.

23 Voir sur ce point H. Walter, Le Français dans tous les sens, Paris : R. Laffont, 1988, pp. 50-53.

24 L-J Calvet, op. cit., p. 91.

25 Certains de ces mots traverseront la Manche avec les Normands, soit pour faire écho à des mots saxons (heaume et helm), soit pour instituer des places dans la nouvelle hiérarchie (baron, maréchal).

26 H. Walter, ibid., p. 53.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter