Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voix éthniques, ethnic voices. Volume 1

 | 
Jean-Paul Regis

Introduction

Claude Julien

Texte intégral

1Trois groupes de recherche, le G.R.A.A.T. (Tours), le C.E.R.C.A. (Orléans) et le C.E.L.A.T.M.A. (Sorbonne Nouvelle) ont collaboré pour ce colloque "Voix de l'ethnicité dans les Pays Anglophones" qui s'est tenu à Tours les 27 et 28 septembre 1991. Avant tout, je voudrais remercier les organisateurs et les participants, certains venus de fort loin, de même que les membres du comité de lecture qui ont assumé la difficile tâche de choisir les dix textes de ce recueil. Il aura une suite confiée à Claudine Raynaud puisque certains articles ne nous sont pas encore parvenus.

2Le thème du colloque découle d'une recherche sur la voix entreprise deux années durant par le groupe L.O.L.I.T.A. que Marc Chénetier anime à Orléans. Mais, disons-le d'entrée, l'introduction de l'ethnicité nous a naturellement éloignés de la littérarité. Le groupe L.O.L.I.T.A. s'était donné pour but de théoriser sur la voix en se penchant sur la seule textualité. Les études qui suivent montrent que l'introduction de la composante ethnique ré-incarne textes et documents et conduit à prendre ses outils d'analyse du côté de la sociolinguistique et de la sociocritique.

3Néologisme de la fin du siècle dernier, le mot "ethnie" donnait une aura scientifique au discours des colonisateurs sur les colonisés, ou bien (faisant suite à la montée des nationalismes) des majoritaires sur les minoritaires. Que la "nouvelle ethnicité" des années soixante-dix ait, aux Etats-Unis, reconverti le concept en une quête ou une affirmation de ses origines n'a rien changé au fait que l'ethnicité établit un statut social fondé sur un rapport de force ou la perception d'une différence.

4La question de savoir pourquoi et comment on reconnaît la "voix ethnique" s'élevant d'une page où ne sont que des traces d'encre a bien sûr droit de cité dans ce recueil. Lors d'un symposium international (Les Noirs Américains et l'Europe) qui s'est tenu à la Sorbonne Nouvelle du 5 au 9 février 1992, Paule Marshall évoqua l'impossibilité de transcrire le dialecte antillais sauf à le codifier et le systématiser pour le rendre littérairement accessible et fonctionnel. La romancière termina en posant le problème de la traduction dans une langue étrangère de cette langue "ethnique" déjà dénaturée. L'expression de l'ethnicité oblige donc à des compromis. Le déficit dû à l'injection de l'ethnicité dans les circuits commerciaux est difficile à mesurer et commande parfois une certaine pugnacité. On ne sera par exemple pas surpris que Spike Lee ait affirmé que seul un noir pouvait tourner un film sur Malcolm X, ni que Amiri Baraka ne lui ait ménagé ni ses critiques ni ses conseils.

5Ces deux aspects de la voix de l'ethnicité, sa textualité et sa socialité, informent les textes de ce recueil, se mêlant souvent dans le même article. Les lignes qui suivent prétendent être un guide et non une justification de l'ordonnancement, nécessairement arbitraire, de dix textes touchant à des sujets très divers.

6On trouvera en tête du recueil deux articles linguistiques qui en posent la problématique dans l'absolu puisque Jean-Paul Régis y étudie les rapports entre les langues et le pouvoir tandis que Jean-Michel Fournier prend l'exemple de l'anglais moderne pour sonder les mécanismes de "créolisation". La plume de Liliane Louvel nous conduit ensuite en Afrique, non pas en raison des liens entre Soyinka et Tours créés au temps d'André Bordeaux, mais parce que son article fait pièce à la problématique ouverte précédemment en prenant appui sur A Dance of the Forests pour montrer l'inévitable côté politique des choix linguistiques de l'écrivain africain. Vient ensuite le Nouveau Monde où les composantes ethniques ne cessent de s'affirmer. On y parle d'abord de John F. Matheus : à l'heure où les Afro-Américains trouvent leur voix, à l'heure des Jean Toomer et des Zora Hurston de la Renaissance de Harlem, voici que Michel Fabre nous présente un artiste touche-à-tout infiniment moins célèbre mais qu'il a bien connu. Viennent ensuite deux "immigrés" des Antilles aux démarches ethniques contradictoires, Michelle Cliff et Tato Laviera. Le chocolat pouvant être blanc, Mireille Rosello nous dit que Michelle Cliff résiste à l'hégémonie en déethnicisant son texte. Yves-Charles Grandjeat montre au contraire comment l'ethnicité et l'espace se lient chez un Tato Laviera qui enracine sa poésie orale dans le ghetto de New York en affichant sa différence. La fiction afro-américaine contemporaine est représentée par John Edgar Wideman que Jacqueline Berben nous présente en tant que créateur de voix ethniques diverses, et Toni Morrison que Dwight Hopkins envisage comme porte-parole de la voix féminine. Une place est faite au cinéma : William Paul remet en perspective la "blaxploitation" du début des années soixante-dix pour y voir plutôt une appropriation de genres blancs à l'époque où (suite aux mouvements sociaux des années soixante) les portes des principaux studios s'ouvraient à l'Amérique noire. Ce colloque s'étant déroulé en France, le recueil se termine par des chansons. En l'occurrence Robert Springer égrenne quelques airs de blues, chanson politique s'il en est.

7Cette présentation se terminera par l'expression de quelques regrets. Que l'Afrique ne soit représentée que par Soyinka est dû aux circonstances et non à un manque d'intérêt de la part des organisateurs car Ezenwa-Ohaeto fut empêché de se joindre à nous au dernier moment. De même l'absence de l'Inde et de l'hémisphère austral ne sont pas de notre fait, mais de la recherche encore balbutiante en France dans ces domaines riches.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter