Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Répétition, répétitions : le même et ses avatars dans la culture anglo-américaine

 | 
Jean-Paul Regis

Autour de l'opérateur re-

Anne-Marie Santin

Texte intégral

1Il est d'usage de voir en re– un simple "préfixe" chargé de signifier la répétition d'une action. On s'attend cependant en premier lieu à ce qu'une analyse linguistique se fixe des objectifs plus exigeants que de simples intentions de signification. Cette exigence est d'autant plus marquée dans la théorie de la métaopération – le rhématique pour le premier niveau, le thématique pour le second – constitutifs d'une langue.

2En second lieu, nous ne pouvons considérer re– comme un simple "préfixe", car ceci reviendrait à ignorer les opérations linguistiques dont il représente la trace, phénomène qui perce à jour grâce à l'étude de derechef qu'il contribue à former.

3Elaboré selon une démarche contrastive, l'examen de re– ne se conçoit qu'au travers d'une confrontation encore/again (le statut de ce dernier apparaîtra plus nettement grâce à la combinaison back/again).

4L'énoncé ci-après permettra d'amorcer l'analyse :

(1) Je vous ai vus, grands champs baignés de la blancheur de l'aube ; lacs bleus, je me suis baigné dans vos flots – et que chaque caresse de l'air riant m'ait fait sourire, voilà ce que je ne me lasserai pas de te redire, Nathanaël (NTG 23).

  • 1 Article à paraître.

5La glose linguistique la plus fidèle de cet énoncé aura recours non pas à "dire encore" mais à "dire encore et encore". Posons l'hypothèse que l'opérateur re– ne se situe pas à l'origine du vecteur métalinguistique rhématique/thématique. Examinons de plus près les phénomènes : ( ?) Je ne me lasserai pas de le dire à nouveau/de nouveau/encore. Le segment je ne me lasserai pas est incompatible avec l'apport Thématique dont à nouveau est la trace. La contrepartie thématique de celui-ci – de nouveau1 – ne convient pas davantage, en raison du projet sémique inhérent à nouveau.

  • 2 Se reporter à notre thèse : Etude contrastive de quelques opérateurs d'itération, Paris III, 1989.

6Encore pose également problème bien qu'il ne soit pas directement impliqué dans la partition nouveau/de nouveau. Ce facteur est d'importance car encore ajoute une part de Thématique à un acquis, ce qui ne va pas sans rappeler le fonctionnement de again2.

7La présence des deux pôles du vecteur métalinguistique subsiste également dans l'opération mise en place par l'opérateur re-, sans quoi l'itération ne serait plus viable. Mais la différence se situe dans l'opération supplémentaire effectuée par re– vis-à-vis de again/encore :

  • 3 Dans notre optique, qui s'inspire de celle de C. Delmas, l'opacification d'une relation implique q (...)

8Le rôle du marqueur re– consiste à mettre en perspective et à garantir structurellement l'opération inhérente à again/encore. Il met donc en abîme une opération préalable que par conséquent il itère avant d'en apporter le commentaire métalinguistique. re– adjoint donc une opération d'itération à une autre opération. On comprend dès lors qu'il y ait opacification3 de la relation "itérateur/cible", phénomène qui transparaît dans la soudoure graphique :

(2) The land was acrawl with entrepreneurs and Emersonian yuppies sounding the official cheer of 1984 : "Go for it !" Thebelief was reborn that Americans can do- well, anything (MAM 144).

(3) Home again, the electricity has been reconnected. All the plants are dead (DAM 80).

9The electricity has been reconnected signale un retour à l'état normal des choses ; il en irait différemment de has been connected again. Ce phénomène atteste que l'opérateur re– a dépassé le jeu thématique/Thématique exhibé par again, de même qu'il est trace de réification en métalangue.

10Cela n'empêche pas le scripteur, pour des motifs spécifiques, de jouer sur l'alternance re-V / re-V, mais en aucun cas on ne pourra trouver : *re V. La compacité laisse, on le voit, une trace graphique : la graphie se trouve liée par les opérations. L'exemple (4) montre les opérations en cours d'élaboration :

(4) The scriptures do not indeed automatically lay this revelation before us but, in conjunction with a present experience of the holy in the community of faith, the scriptures come alive, so to speak, and renew for us the disclosure of the holy which was the content of the primordial revelation. This power of bringing again or re-presenting the disclosure of the primordial revelation so that it speaks to us in our present experience is what is meant when we talk of the "inspiration" of scripture (PCT 8).

11L'ordonnancement bringing again → re-presenting n'est pas indifférent, d'autant que present figure déjà en amont. Grâce au clivage partiel (represent) enregistré par la graphie, le scripteur réactive le programme sémique de represent, d'où l'impression qu'il fait appel au verbe present dans son sens premier. Autrement dit, il restitue à present la totalité de ses sèmes avant la soudure véhiculée par represent n'infléchisse, sous l'effet du réinvestissement total en métalangue, la charge sémique de represent. Ce n'est pas un hasard si la forme soudée délittéralise re-present.

12L'exemple (5) sera instructif à un autre titre :

(5) Mais d'autre part, en nous contant cette existence qui est une faillite, [...] Flaubert a fait revivre le Paris de la Monarchie de juillet (EDS 111).

13Le segment thématisé par le est en harmonie opérationnelle avec le complexe prédicatif. Allons plus loin : dans notre optique, re– est est à l'itération ce que le est au groupe nominal.

14L'anglais ne se situe pas aux antipodes de ce phénomène :

(6) For the devils, alas, we have always believed in. The hopeful element in the universe has in modern times continually been denied and reasserted ; but the hopeless element has never for a moment been denied (GCH 75).

15Once more, en capitalisant sur l'opération d'addition, ne répondrait pas à la stratégie discursive ; once again, en raison de once, n'a pas totalement lâché prise sur le nombre. Again se révèle également déficitaire pour assurer un contrepoids suffisant par le biais de sa charge métalinguistique. En conséquence, l'opérateur re– s'impose, puisque assert a pour mission de prendre le contre-pied de denied qui n'est précisément rien d'autre que son antonyme. Soit l'énoncé (7) :

(7) Mr Vandernoodt did not succeed in bringing him up to her that evening, and when she re-entered her own room she found a letter recalling her home (DDE 43).

16La confrontation entered again / re-entered présente, dans cette dernière formulation, la relation "itérateur/cible" comme attendue.

17La réification dont le morphème re– est la trace apparaît à l'évidence grâce au relais lexical dans (8) :

(8) Après une plongée de cinquante ans dans l'académie, il refait maintenant sans modificationsrecombinant seulement leurs éléments comme on remonte un meccano – les tableaux qu'il peignait à trente ans (ELE 11).

18Outre l'explicitation apportée par sans modifications, l'adverbe seulement signale que l'énonciateur capitalise sur la partie thématique de l'itération : il met l'accent sur le caractère déjà acquis de combiner. De plus, dans les agencements ci-après, à nouveau, de nouveau et encore sollicitent la même place que seulement :

( ?) combinant seulement à nouveau

( ?) combinant seulement de nouveau

( ?) combinant seulement encore

19Le sous-titre suivant :

(9) Réorientation vers l'Asie (LQP 13, 14-15/2/87).

20tiré d'un quotidien, appelle une remarque. Autant dans (8) l'accent était placé sur l'itération à l'identique, autant ce phénomène ne constitue point une constante. L'invariant demeure l'itération que re– effectue sur sa cible (ici orientation). Que L'"orientation" implique une orientation différente ou un réajustement de la première, cela est subordonné au contexte. Il n'existe pas deux re– dont un posséderait des propriétés d'identification et l'autre se prêterait à la divergence. Un marqueur s'insère dans un réseau d'une grande complexité opérationnelle qui fait de lui un rouage nécessaire au bon fonctionnement du mécanisme linguistique ; inversement, selon l'interaction des opérations, un marqueur prendra telle ou telle valeur.

21Eu égard à ce que nous avons dit au sujet de l'opérateur re-, il serait légitime de s'interroger sur sa co-occurrence avec encore :

(10) [Guido] passait sur la route ; je l'ai accompagné jusqu'au village, où il allait porter une lettre, où il est resté longtemps à jouer avec quatre autres enfants, dans les rues d'abord, puis sur la terrasse devant l'école. Clair de lune splendide. Je me suis peu prudemment attardé près d'eux et j'ai bien cru que j'avais repris froid ; mais l'attrait était si vif qu'il chassait de moi toute prudence. L'espoir aussi de redescendre avec Guido me retenait. Complètement transi, je me suis arraché d'avec eux, rentrant au pas de course ; puis, un peu réchauffé, suis remonté au village pour les retrouver encore, ne prenant pas mon parti de quitter Guido (JAG 969).

(11) J'ai revu Louis. Miséricorde ! Est-ce que nous allons nous réconcilier ?
Il a déchiré ma lettre devant moi ! Pourquoi ? Elle était parfaitement sincère. Déjà trois fois nous avons eu de grandes explications ; nous avons déjà fait cette douloureuse expérience ; nous ne pouvons pas nous "entendre" ; dès lors, l'intimité est impossible. Alors pourquoi recommencer encore ? (JAG 22).

(12) Christophe n'entendit rien : il était trop heureux d'en être quitte ; et, dans la crainte qu'on ne le fît recommencer encore, il se sauva dans les champs (JCR 106).

  • 4 A. Culioli, C. Fuchs & M. Pecheux, "Considérations théoriques à propos du traitement formel du lan (...)

22Quelle fonction incombe à encore, une fois atteint le fond thématique de l'itération ? La relation entre re– et commencer est telle, que l'association de ces deux éléments est totalement réinvestie sur le plan lexical ; en conséquence, l'instanciation de encore n'est nullement remise en cause. Tout au plus engendre-t-elle un effet de came4 : relance Thématique après thématisation maximale. Ainsi, grâce à encore en (11-12), la combinaison recommencer encore présente-t-elle comme une performance numérale l'allongement d'un processus itératif déjà bien entamé.

23Il en va différemment de (10), où la rencontre des enfants n'a lieu que pour la deuxième fois. L'opération supplémentaire réalisée par encore effectue un commentaire sur l'itération déjà existante. Son occurrence est également favorisée par la présence de remonté. Encore vise donc surtout à dater les opérations, c'est-à-dire à signaler le surcroît opérationnel apporté par retrouver sur la base de remonté :

remonté
retrouvé encore

24Encore spécifie donc le dépassement de la première instantiation de re. Il porte sur la relation entre re– et V.

25Les énoncés ci-dessous donneront lieu à une précision supplémentaire :

(13) Je recommence à écrire. C'est par lâcheté morale que je me suis interrompu (JAG 22).

(14) J'avais recommencé de travailler quelque peu à mes médiocres vers de septembre. Cela m'ennuie (JAG 30).

(15) Le jour où je voudrai recommencer d'écrire dans ce cahier des notes vraiment sincères, il me faudra d'abord un tel travail de débrouillamini dans ma cervelle encombrée, que j'attends, pour remuer toute cette poussière, de vastes heures vides [...] (JAG 18)

  • 5 H. Adamczewski a démontré l'existence du vecteur à/de.

26C'est sur l'alternance à /de que nous mettrons l'accent car, en vertu de l'analyse conduite jusqu'ici, il y aurait tout lieu de s'interroger sur la compatibilité re-... à5. En réalité, cette relance dans le Thématique atteste le lien plus étroit en (13) de à avec l'incboation spécifiée par commencer. L'émergence de l'opérateur de révèle cette fois une mémoire plus marquée de l'itérateur en phase 2 :

27Le rôle du complexe prédicatif n'est pas indifférent puisque, chez le même auteur, l'item à s'inscrit dans le cadre de la connexion sémique – je recommence – alors que de contribue à mettre l'accent sur un passé de construction : j'avais recommencé est explicite ; quant au prétendu "futur" en (15), il spécifie la prise en charge par l'énonciateur de la relation sujet/complexe prédicatif.

28Comment expliquer à présent que l'opérateur re– soit réinvesti sur le plan lexical dans certains cas plutôt que dans d'autres ? L'examen du dictionnaire révèle que répondent à ce critère des éléments qui, par leur charge sémique, sont indexés à l'inchoation. commencer en est un des meilleurs représentants ; mais ce degré d'inchoation peut être plus ou moins explicite. Par exemple, faire englobe la totalité d'un processus ; par conséquent, rien ne s'oppose à la grammaticalité de refaire. Parmi les éléments concernés, on citera : reconstituer, récapituler (issu de capitulum, diminutif de caput, "tête"). En revanche, ( ?)reterminer pose problème ainsi que des énoncés comme :

(16) ( ?)Les négociations ont réabouti.

(17) ( ?)Ils sont reparvenus à un accord.

29alors que

(16') Les négociations ont à nouveau abouti.

(17') Ils sont de nouveau parvenus à un accord.

30redeviennent parfaitement acceptables.

31L'effet de réel n'est qu'une illusion d'optique. Autrement dit, le réinvestissement lexical procède d'une forte intégration en métalangue ; mieux, plus l'intégration en métalangue est marquée, plus le réinvestissement lexical est régulier ou "consacré par l'usage". Or l'affinité entre la compacité opérationnelle matérialisée par le marqueur re– et l'inchoation sémique n'est-elle pas le lieu d'un paradoxe ? Nous voyons là une illustration, sur le plan lexical, de la mise en perspective, effectuée par re-, du processus global de l'itération dès son commencement. D'autre part, la redondance entre l'ancienneté de construction et l'ancienneté sémique se trouve évincée (cf. (16') et (17')). Que l'apparente divergence dont il vient d'être question ne débouche point sur un paradoxe atteste le réinvestissement total des sèmes au plan des opérations.

32Peut-être ce phénomène transparaît-il avec le plus de clarté lorsque re– s'associe à un segment avec lequel il n'avait pas vocation d'entrer en relation :

(18) Cut another long story short doesn't work either... (EJB 248)

(18') Enfin rebref ça marche pas non plus...

(19) Et re-silence, s'il vous plaît, dans cette classe.

33Ces créations linguistiques visent à notifier l'intégration dont fait l'objet la cible de l'opérateur re– pour l'énonciateur. L'instanciation préalable de Silence ! se justifie de la part d'un professeur, ainsi qu'en (18') non plus indique l'existence d'une conclusion préalable du même ordre que bref : d'ailleurs, Enfin bref ça ne marche pas figure en amont. Cette stratégie de l'instance structurante semble d'autant plus digne d'intérêt que l'absence, ailleurs en langue, des items ainsi constitués nécessite pour une telle "lexicalisation" une prise en charge énonciative d'autant plus forte. De manière similaire, les exemples ci-après :

(20) Madeleine, la veille, m'avait annoncé sa visite et comme je comptais te voir le matin, je l'avais laissée venir. Mais peut-être n'est-ce qu'à sa présence que nous devons les seuls bons moments de ce revoir (LPE 118).

(21) Mon ami, quel triste revoir ! (LPE 117)

(22) C'était un samedi. Je devais retrouver mes cousines le lendemain, au temple, et cela seul occupait ma pensée ; car mon esprit d'enfant attachait grande importance à cette sanctification de notre revoir.

34verseraient dans l'agrammaticalité avec *le voir à nouveau/ *le voir de nouveau. Cela prouve bien que le retour au plan lexical nécessite une compacité telle, que à nouveau, de nouveau et même encore restent opérationnellement déficitaires. Il est symbolique que :

  • 6 M. Grévisse, Le bon usage, Paris/Gembloux : Duclot, 1980, p. 797.

Parmi les composés de dire, seul redire se conjugue entièrement comme le verbe simple, et fait à la deuxième personne du pluriel de l'indicatif et de l'impératif : vous redites, redites. [...] Mais contredire, dédire, interdire, médire, prédire présentent les formes contredisez, dédisez, interdisez, médisez, prédisez6.

35En réalité, redire illustre parfaitement l'itération : il itère sans l'infléchir le programme sémique de dire et en reproduit point par point le fonctionnement à un degré métalinguistique plus avancé, contredire, dédire, etc. révèlent par rapport au verbe de base une plus grande autonomie dans leur sémantisme et dans leur formalisme.

36Cet état de langue n'est pas étranger au fait que le "préfixe" re-, r-, res-, ra-,

  • 7 Ibid., p. 123.

très vivant et très fécond, marque surtout la répétition, il peut marquer aussi l'augmentation, la rétrogradation, l'opposition, le rétablissement dans un état, la réciprocité : [...] refaire, redoubler, recoin, returner, revoici, ressaisir, resurgir, rafraîchir, racheter7.

37L'effet de "réciprocité", on le voit, est, dans le cas de re-, lié à celui du rétablissement dans un état et à la valeur de rétrogradation. On pensera à des verbes comme restituer et à l'anglais give back. Significatif est back-slider, équivalent sémantique du non relapse. Parmi les définitions de relapse, nous citerons :

  • The fact of falling back again into an illness after a partial recovery
  • The act of falling or sinking back again8.

38Il est normal que la très forte mémoire de l'acquis se prête tout spécialement à un effet de retour vers un point origine ou un état antérieur : back. Par l'adjonction de again, le recours à back again vise à rendre compte du surcroît opérationnel réalisé par again sur la base de l'opérateur back. C'est dire le déficit métalinguistique ressenti inconsciemment par les auteurs de certains dictionnaires – back < re-, back again > re– – déficit que l'association back again tente de combler, ne fût-ce que partiellement.

39Ainsi back et again se combinent-ils fréquemment en vue de se compléter sur le plan structural. Nous tenterons de cerner les phénomènes à divers niveaux. back implique un retour vers un point origine. Il reproduit un trajet en sens inverse : il le réfléchit. back n'est donc pas étranger à l'opération de réflexivité. La notion de retour contenue dans back, réflexif notionnel, confère à cet opérateur des connotations géométriques absentes de again. A vrai dire, il ne s'agit point d'un retour spatial mais d'un retour vers une structuration :

(23) So Barbara Cartland was right after all. Even if virginity is no longer quite so prized as she claims, at least the demand for gentle, even chaste, stories is back in fashion (DEX 23, 4/9/86).

40La relation be/ in fashion est à nouveau sollicitée. L'opérateur back, sémantiquement tourné vers la gauche, se distingue de again qui reprend une structuration pré-existante pour en ajouter une de la même veine que la ou les précédente(s). En fait, again ajoute sur le mode rhématique un segment à un présupposé ; back sollicite de nouveau un segment sans le soustraire à cet acquis.

41Les deux énoncés ci-après expliqueront le mécanisme à l'oeuvre :

(24) She has sent the parcel back.

(25) She has sent the parcel again.

42Nous symboliserons she par [A] et le destinataire du paquet au moyen de [B]. Comment justifier que sur le plan des effets (24) implique un simple aller-retour du paquet de [B] vers [A] et de [A] vers [B], alors que (25) spécifie un deuxième – ou un nième – envoi de [A] vers [B] ? Les choses sont claires : again présuppose [A]/send the parcel ; back implique : [B]/ send the parcel et [A]/send the parcel. La confrontation de ces deux agencements révèle que back itère le complexe verbal alors que again accède véritablement à la relation sujet grammatical/complexe prédicatif.

43L'opérateur back possède des virtualités métalinguistiques plus réduites que celles de again : il est notamment dépourvu des propriétés métadiscursives de ce dernier. La combinaison back again est iconique du dépassement opérationnel que again matérialise par rapport à back. L'item again assume une fonction de verrouillage : l'agrammaticalité de *again over atteste l'opération et la position terminales qui incombent à again lorsqu'il fonctionne en tandem avec un autre opérateur. On voit donc que le vérouillage s'applique essentiellement aux opérations :

(26) The ambassador is back in London.

(27) The ambassador is in London again.

44Again laisse ouverte la possibilité d'un nouveau séjour de l'ambassadeur à Londres, alors que back n'en dit rien.

45En fait, la différence sémantique entre (26) et (27) tient à la manière spécifique dont chacun des opérateurs réalise l'opération d'itération.

46L'association des deux opérateurs est riche d'enseignements :

(28) There was a future of a sort there, but it wasn't for me. So I decided to go back to college (DEX 18, 4/9/86).

(29) Colonel Brandon again repeated his sorow at being the cause of disappointing the party ; but at the same time declared it to be unavoidable.
Well then, when will you comme back again ? (SSE 55).

47En (28), la construction So I decided to go back to college again n'eût pas entraîné de changement majeur au niveau du sens. La mission de again aurait consisté à élaborer un commentaire métalinguistique sur back et la relation qu'il entretient avec go.
La confrontation de (29) à

(29') When will you come back ?

  • 9 Contrairement à always par exemple.

48fait apparaître une différence sensible. Autant (29) signale bien une visite occasionnelle, autant (29') ne laisse rien entendre de semblable. Le retour, formalisé par back, vers un point origine induit un effet de permanence étranger à again. Bien que celui-ci ne mette pas en oeuvre une itération maximales9 il ne s'oppose pas au prolongement de l'itération. Cela tient à ce qu'il replace l'occurrence d'un segment dans une série d'occurrences similaires. Ainsi récupère-t-il la clôture spécifiée par corne back vers une valeur de répétition potentielle. Ce phénomène illustre le déficit de back par rapport à again dans le cadre de l'itération. again fait donc preuve d'une supériorité à la fois métalinguistique et itérative.

49Le mouvement de balancier nécessite l'instanciation de again pour renvoyer à l'illimitation :

(30) When one looks at the history of theology the impression is often that of pendulum which swings all the way from one position to its opposite and then perhaps a generation later swings back again (PCT 17).

50Dans la combinaison back again, la fonction again consiste à renforcer les propriétés itératives de back. De là au commentaire métalinguistique il n'y a qu'un pas :

(31)'An awful Sunday !' commenced the paragraph beneath. Ί wish my father were back again'(WHH 62).

(32) They returned back again to the same city from whence they came forth (Bain).

51En (31), le passé de construction n'est pas des moindres indices. Dans le second exemple, le contexte se porte garant d'une stratégie tout à fait particulière qui verse dans la saturation (the same) et dans la redondance (from whence they came forth). Le caractère tautologique de l'énoncé apparaît plus nettement encore avec returned back again. En effet, si returned again n'a rien d'agrammatical, returned back, en revanche, pose problème vu le pléonasme que produisent les deux items en présence. Or cette dernière combinaison redevient acceptable dès adjonction de again. Nous avons donc la preuve que again sert à réinvestir cette structuration sur le plan des opérations ; l'affaiblissement sémique qui en résulte autorise la présence de back. Par conséquent, again permet à back de renforcer le programme de returned sans verser dans le pléonasme. La fonction de again apparaît donc comme purement formelle.

52Sur le plan des effets, again redynamise le caractère statique de back. En réalité, back again présente l'imbrication de deux indices d'itération. Le verrouillage dont again est la trace laissait prévoir l'agrammaticalité de *again back. L'opérateur again se départit de l'inchoation structurelle de back.

53On établira un parallèle sémantique entre l'énoncé :

(33) I am myself again (BBG 75).

54et

(33') I am back to normal.

55Le caractère problématique de ( ?)I am back to myself atteste que back entretient déjà un rapport avec l'opération de réflexivité, d'où son incomptabilité avec myself.

56Cette incompatibilité n'apparaît pas avec again (cf. (33)), preuve que même si les effets convergent, les opérations déclenchées diffèrent. En fait, again combine deux opérations : il implique d'une part le retour au segment origine, d'autre part, il le soumet à une relance. Il s'ensuit que si back oeuvre dans le sens de la réflexivité, again quant à lui favorise celui de la duplication. Or ces deux opérations représentent des prolongements de l'opération d'itération. Il n'est pas indifférent que I am back to myself again redevienne acceptable. Cela confirme une fois de plus que seuls les sèmes ne sont pas en cause dans la combinaison back... again.

57L'exemple ci-après nous permettra d'affiner l'analyse :

(34) It had been bright day, for hours, when Oliver opened his eyes ; he felt cheerful and happy. The crisis of the disease was safely past. He belonged to the world again (OTW 81).

58Si l'on se met à l'écoute du signifié, again est ici relativement proche de back. La capacité que possède again de mettre en place cette valeur provient, d'une part, de la charge sémique du complexe prédicatif et, en second lieu, du jeu thématique/rhématique qui sous-tend again : ce procédé permet des dosages ou, si l'on préfère, un réglage entre les deux pôles du vecteur. Dans le cas examiné ici, ce programme sémantique capitalise sur l'acquis inhérent à l'itérateur.

59Il n'est pas inopportun, à ce stad, de s'interroger sur les différences qui régissent les mécanismes respectifs de again et de l'opérateur re– :

(35) One of the writers I reread every two or three years is Surtees (WWK 264).

60Les diverses manipulations auxquelles se prête cet énoncé seront riches d'enseignements :

(35') One of the writers I reread [e] every two or three years was S.
(36) *One of the writers I read [i :] again every 2 or 3 years is S.
(36') *One of the writers I read [e] again every 2 or years was S.
(37) *One of the writers I read [i :] again each year is S.
(37') *One of the writers I read [e] again each year was S.

61Les paires d'exemples proposés sont grammaticales ou agrammaticales deux à deux ; ce qui vaut pour le présent vaut aussi pour le passé, si bien que le moment de l'énonciation ne semble pas jouer un rôle décisif quant à l'acceptabilité de l'énoncé. Il y a donc tout lieu de penser que seules les opérations sont déterminantes. On pourrait alléguer que la redondance entre again et each/every pose problème, ce qui ne saurait être le cas ici : le morphème re– est lui aussi un itérateur, sans pour autant nuire à la bonne formation des agencements où il s'insère.

  • 10 Pour une étude de all, consulter les travaux de A. Lancri.
  • 11 Cf. Etude contrastive de quelques opérateurs d'itération, op. cit.

62Notre analyse de again et de re– nous autorise à émettre une double hypothèse : again se situe au même plan que every et each, alors que re– est à rapprocher de all10 : si bien que, dans les énoncés (36-37'), la co-occurrence de again et de each ou every rend un des deux itérateurs superflu. Dès que again disparaît, les énoncés répondent à nouveau aux exigences de l'anglais. En outre, le verrouillage opérationnel propre à again engendre une structuration Thématique à du supposé et deuxièmement présente cette structuration comme ultime11, ce qui crée une discordance avec l'itération "ouverte" inhérente à every et à each. Sur ce plan là encore, toute anomalie disparaît si l'on fait l'économie de again :

(38) One of the writers I read every year is S.

(39) One of the writers I read each year is S.

63Par l'ajout d'un élément nouveau à une série déjà constituée, again d'une certaine façon correspond à too dans le domaine temporel, alors que every et each s'apparentent à and. L'opérateur again signe la fin du processus itératif, tandis que re-dispose d'un mécanisme plus souple :

(40) One of the writers I read again 2 or 3 years ago.

(41) *One of the writers I read again every 2 or 3 years.

64mais

(42) One of the writers I reread 2 or 3 years ago.

(43) One of the writers I reread every 2 or 3 years.

65Avec le morphème re-, l'indice de l'itération "attend" un lexème qui apparaît donc comme dominé, réifié à l'avance ; ce surplus d'opération permet une plus grande latitude par rapport au monde réel. Ni every ni each n'assignent de bornes à l'itération, c'est pourquoi re– convient mieux, indifférent aux exigences qui régissent le fonctionnement de again. Une fois réifié, le programme de read peut être réinvesti indéfiniment. On comprendra mieux à présent ce que partagent les deux méta-opérateurs re– et all.

66La phonologie est également instructive pour ce qui est du statut propre aux configurations soudées :

1) re-present [,ri :pri'zent]
2) represent [,repri"zent]
3) re-cover [,ri :'kɅυə] (cover again)
4) recover [ri'kɅυə] (corne back to health)

67La liste n'est pas exhaustive. Ce qui importe, outre le placement de la voix, c'est l'allongement de la voyelle là où l'itérateur possède un plus grand degré d'autonomie. La possibilité de trouver la forme soudée en 3) ne menace pas la validité de nos dires : l'autonomie dont il est question concerne avant tout les opérations, même si, dans le cas de re-, elle est foncièrement relative. Précisons néanmoins que la réifïcation en métalangue est telle avec 2) et 4), que la modification graphique va nécessairement de pair avec une altération du sens et l'infléchissement de la phonologie. Rien ne vient alors entraver le pouvoir liant de re-qui, on s'en souvient, met en abîme et opacifie la relation "itérateur/cible" ainsi que le programme sémique que cette dernière véhicule. Mieux, la charge sémantique placée au service de la compacité se départit d'une fraction de ses sèmes au profit de la restructuration qui entraîne un remodelage du signifié global. De manière comparable, resign et resolve alternent avec re-sign et re-solve, qui se prononcent avec un [s] puisque l'on a affaire à "sign/solve again". Lors du réinvestissement en métalangue, la bascule sémique – "relinquish"/"decide" – s'accompagne de l'affaiblissement [s] → [z]. Ce facteur est pour le moins parlant, car il fait écho à l'affaiblissement sémique contemporain de l'intégration plus profonde en métalangue.

68La confrontation again / re– gagnera en clarté au contact du français : contrairement à again, spécialisé sur la valeur de répétitivité, l'opérateur encore induit des effets de continuité, d'intensification, ou s'insère dans des énoncés comme :

(44) La Prieure : Notre Règle n'est pas un refuge. Ce n'est pas la Règle qui nous garde, ma fille, c'est nous qui gardons la Règle. [Long silence.]
La Prieure : Dites-moi encore : avez-vous, par extraordinaire, déjà choisi votre nom de Carmélite, au cas où nous vous admettrions à la probation ? (DCI 33).

69Situé à droite, encore conserve une certaine autonomie par rapport au fragment qu'il itère ; il peut donc lui-même servir à présenter un élément différent. L'itérateur re– indique que le segment qu'il réactive se trouve figé à l'avance dans le passé des opérations. Son rôle consiste à pré-fixer ce qu'il introduit, c'est-à-dire à ne présenter un segment que pour en signaler le caractère lié, saturé, et donc d'une certaine façon structurellement "ancien". Il est remarquable que sa localisation en surface soit iconique de son fonctionnement en structure abstraite :

70D'ailleurs, il est significatif que ( ?)Redites-moi : constitue un agencement douteux. La discordance entre la fonction présentatrice – matérialisée par les deux points – et l'opérateur re– atteste la spécialisation de ce dernier sur le passé de construction.

71Alors que encore peut introduire une information nouvelle, le marqueur re-, dans toutes ses occurrences, itère et date, dans la chronologie des opérations, un segment présupposé. Le témoignage le plus parlant des ressources métalinguistiques de l'opérateur re– nous est fourni par l'opérateur français derechef :

(45) Il tira de sa poche un canif, dont une lame très effilée ne formait plus qu'une sorte de court poinçon, la flamba sur une allumette et, à travers la poche de sa culotte, d'un coup, se l'enfonça droit dans la cuisse. [...] Il regarda sa cuisse où la petite blessure qu'il venait de faire saignait ; il examina d'anciennes cicatrices qui, tout autour, laissaient comme des traces de vaccin. Il flamba la lame à nouveau, puis, très vite, par deux fois, l'enfonça derechef dans sa chair (CVG 59).

72On aura noté la stratégie discursive ainsi que le transit à nouveauderechef. L'ordre qui régit l'émergence de ces deux configurations itératives semble être dicté par des contraintes opérationnelles et structurelles.

73Derechef est particulièrement instructif dès sa structure morphologique. L'opérateur de ne se départit point de sa fonction invariante qui consiste à assurer la cohésion avec le contretexte-avant et à présenter le segment sur lequel il porte comme présupposé. Or il possède ici une cible peu ordinaire puisqu'il s'agit d'un préfixe intératif métaopérateur à part entière. Avec de nouveau, l'adjectif nouveau gardait une certaine autonomie. La graphie en apporte confirmation. Le métaopérateur re-, au contraire, est dans tous les cas entièrement solidaire de sa cible. C'est-à-dire qu'il représente le stade thématique le plus avancé.

  • 12 Il ne s'agit pas d'un phénomène isolé : à/de nouveau, afresh, anew, again, etc.

74Quant à -chef, son programme sémique – "tête" – est éclairant : il renvoie à l'amont, afin de le réinvestir, de le réactualiser si l'on préfère. Le sens premier de -chef ne joue aucun rôle conscient chez nos contemporains. Toutefois, il nous a paru souhaitable de le rappeler ; -chef est la composante la plus lexicale des trois items constitutifs de l'itérateur complexe. Or c'est elle qui se localise en fin de configuration12. En occupant la place rhématique, il lui incombe d'ouvrir sur l'après du discours et de servir de socle aux deux opérateurs :

75En fait, -chef représente la seule des trois composantes à être orientée à droite. de, nous l'avons vu, assure une jonction entre le contexte-avant et ce qui le suit. Il indique un décalage entre le segment présupposé et une entité rhématique. L'opérateur re– effectue une reprise de ce "décalage jonctif". Quant à -chef, il annonce le propos qui le suit. De toute évidence, nous avons affaire, avec derechef, à un véritable métaopérateur. Nous résumerons ces remarques à l'aide d'un schéma :

  • 13 Nous entendons par "programmation interne" la topologie structurelle d'un opérateur.

76Récapitulons : la programmation interne13 de l'opérateur derechef est révélatrice de son fonctionnement. Malgré son signifié, -chef clôt l'opérateur ; on sait d'ores et déjà que derechef se démarque du linéaire et ne se laisse pas guider par le sémantisme. D'autre part, la présence de – chef matérialise en surface l'origine de l'opération d'itération ; le marqueur re– se situe quant à lui sur le versant thématique : la contiguïté de ces deux items souligne le fait que derechef représente l'opération d'itération dans son intégralité, du segment origine au stade où l'itération elle-même se trouve mise en abîme :

(46) [Titre :] LA PROFANATION DE MONTCORNET EST UNE HONTE NATIONALE !
Disons-le carrément : nous sommes indignés. Voilà que d'odieux vandales – en l'occurrence radioactifs (Andra) – ont annoncé leur intention de déverser leurs ordures nucléaires sur le site historique de Montcornet. Qui s'en émeut ? Personne. [...]
Eh bien, quitte à passer pour le dernier journal gaulliste [...], Le Canard, derechef, manifeste son indignation (LCE 8, 18/3/87).

(47) Il existe, en effet, dans nos os, de drôles de cellules, appelées ostéoclastes, qui naissent sans cesse avec pour mission de détruire le bel édifice de l'os. Pendant deux semaines, ces ostéoclastes grignotent en permanence le tissu osseux, puis, sans doute exténués, ils disparaissent pour être immédiatement remplacés ailleurs par de nouvelles équipes... C'est ce que l'on appelle la résorption osseuse physiologique. Pendant deux ou trois semaines, le chantier ainsi libéré par les ostéoclastes est laissé à l'abandon. Puis, on voit arriver de curieux "restaurateurs" de l'édifice mis en péril : ce sont les ostéoblastes qui viennent réparer les dommages en construisant du tissu osseux nouveau pour remplacer l'ancien. Ce phénomène qui n'est pas sans rappeler le tonneau des Danaïdes se poursuit de façon incessante tout au long de la vie.
Tout se passe bien tant que les équipes de démolisseurs et de reconstructeurs jouent le jeu avec loyauté. Qu'un grain de sable vienne gripper cette mécanique et voilà la maladie de Paget qui se déclare. [...]
On sait maintenant que la maladie est due à des ostéoclastes anormaux, beaucoup plus gloutons, qui résorbent plus rapidement et plus largement le tisu osseux et qui, surtout, n'arrêtent pas, comme convenu, leur travail au bout de deux semaines. Face à ces véritables stakanovistes, des équipes d'ostéoblastes sont derechef dirigées sur les lieux de la catastrophe mais, devant l'ampleur de la tâche, elles opèrent une reconstruction hâtive et désordonnée, souvent même perturbée par une nouvelle vague de destruction (DEP 23, 17/11/85).

77Examinons le premier exemple : l'instanciation de derechef se conçoit dans un article qui non seulement titre La profanation de Mon-cornet est une honte nationale ! mais qui surtout amorce son propos par Disons-le carrément : nous sommes indignés, énoncé initial du pamphlet. Cet état de fait mérite notre attention au moins à deux titres. Premièrement, à l'itération syntaxique signalée par derechef se superpose une itération lexicale : le journaliste fait appel au même élément lexical (indignation). D'autre part, eu égard à la position initiale de l'énoncé-repère, l'itérateur derechef s'applique ici "à la lettre". La représentation suivante explicitera notre pensée :

78Le recours à comme dans la paraphrase vise à traduire la transition, et donc le lien (de), avec le présupposé.

  • 14 L'exemple (47) illustre l'analyse que nous avons proposée dans "La notion de répétitivité : Quelqu (...)

79En (47), c'est l'alternance des agencements Ν + nouveau / nouveau + Ν14 qui, ayant elle-même acquis un niveau suffisant de saturation, bloque la dernière occurrence de nouveau en position thématique (une nouvelle vague de destruction) et légitime du même coup l'apparition de derechef : le relais ostéoblastes/ostéoclastes/ostéoblastes constitue maintenant un savoir commun à la fois à l'énonciateur et au co-nonciateur. Il appartient à présent au domaine du convenu. Ainsi, sur le plan des effets, derechef implique la résurgence d'une occurrence, qui α posteriori apparaît comme inévitable. derechef est du domaine de : "Et il fallait que ça recommence !" La relation entre le V recommence et le sujet il, que l'énonciateur spécifie qu'elle ne pouvait qu'avoir lieu une nouvelle fois. derechef s'inscrit pas sans évoquer They would ! signifiant "Comme de bien entendu !" Derechef matérialise la résurgence de l'opération d'itération dont on croyait qu'elle avait atteint le tréfonds de la thématicité. Il y a donc à la fois résurgence et renforcement du thématique.

80Derechef subsiste à l'heure actuelle principalement dans les énoncés où perce une pointe d'humour. En outre, il appelle des gloses telles que :

  • et comme de bien entendu
  • et comme on pouvait le prévoir
  • et comme par hasard (prononcé de manière laconique).

81Ces deux effets de discours s'inscrivent dans le droit fil de l'épaisseur présuppositionnelle dont l'opérateur derechef est issu.

82Pourquoi s'être penché sur back again dans un examen centré sur l'opérateur re– ? Ce qui pouvait apparaître au départ comme une mosaïque nous aura permis de discerner des ramifications souterraines qui ne sont autres que le réseau complexe des opérations en structure abstraite. Tout opérateur ne révèle son envergure qu'après confrontation à d'autres opérateurs qui lui font plus ou moins directement concurrence ; ceux-ci, par un jeu de miroirs et un va-et-vient de l'analyse, permettent une inter-défïnition avec l'item étudié et dévoilent par là même leurs propres dimensions métalinguistiques.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ADAMCZEWSKI H., "Le concept de Saturation en linguistique anglaise et en linguistique générale", Textes du CRELINGUA, Paris III, 1983-84, pp. 17-30.

ADAMCZEWSKI H. avec la collaboration de DELMAS C., Grammaire linguistique de l'anglais, Paris : A. Colin, 1982, 354 p.

CULIOLI Α., FUCHS, C. & PECHEUX M., "Considération théoriques à propos du traitement formel du langage", Documents de linguistique quantitative, Paris : Dunod, 1970.

DELMAS C., "Phase 2 de l'article et contrastivité", Textes du CRELINGUA, Paris III, 1983-84, pp. 77-91.

DELMAS C., Quelques éléments de la métalangue naturelle, Thèse de IIIe cycle, Paris III, 1980. 299 p.

DELMAS C., Structuration abstraite et chaîne linéaire en anglais contemporain, Thèse d'Etat publiée par la Société de Linguistique de Paris (CEDEL), 367 p.

GREVISSE M., Le bon usage, Paris/Gembloux : Duculot, 1980, 1519 p.

LANCRI Α., Contribution à une étude métaopérationnelle des quantifieurs en français et en anglais, Thèse de IIIe cycle, Paris III, 1984, 339 p.

LANCRI Α., "TOUT, ALL et l'expression de la totalité", TREMA n° 8, Paris III, 1983, pp. 125-132.

LAVEDRINE J., "La répétition en grammaire anglaise", Saint-Etienne : CIEREC XXIX, 1981, pp. 107-117.

SANTIN, A.-M., Etude contrastive de quelques opérateurs d'itération, Paris III, 1989, 518 p.

The Shorter Oxford English Dictionary on Historical Principles, H.W. Fowler & J. Coulson, 3rd ed, Oxford : O.U.P., 1973.

CORPUS :

BBG The Brass Butterfly, W. Golding, London : Faber (Faber Paperbacks), 1958, 80 p.

CVG Les caves du Vatican, A. Gide, Paris : Gallimard (Folio), 1922, 251 p.

DAM The Secret Diary of Adrian Mole, S. Townsend, London : Methuen, 1982,187 p.

DCI Dialogues des carmélites, G. Bernanos, Paris : Seuil, 1949, 155 p.

DDE Daniel Deronda, G. Eliot, Harmondsworth : Penguin Books, 1967, 903 p.

DEP La dépêche.

DEX The Daily Express.

EDS L'éducation sentimentale, G. Flaubert, Paris : Garnier, 1964, 475 p.

EJB Words and Music. Play. Eh Joe. S. Beckett, [Paroles et musique. Comédie. Dis Joe], Paris : Aubier-Flammarion, 1972, 253 p.

ELE En lisant en écrivant, J. Gracq, Paris : Corti, 1980, 302 p.

GCH A Gleaming Cohort, G. K. Chesterton, London : Methuen, 1926, 213 p.

JAG Journal : 1889-1939, A. Gide, Paris : Gallimard (La Pléiade), 1951, 1378 p.

JCR Jean-Christophe, R. Rolland, Paris : Albin Michel (Livre de Poche), 1931, Tome I, 500 p.

LCE Le Canard Enchaîné.

LPE La porte étroite, A. Gide, Paris : Fayard, 1950, 189 p.

LQP Le Quotidien de Paris.

MAM Meet the American Press [L'Amérique d'aujourd'hui à travers sa presse], Paris : Presses Pocket, 1986, 22 p.

NTG Les nourritures terrestres suivi de Les nouvelles nourritures, A. Gide, Paris : Galllimard (Folio), 1917-1936, 248 p.

OTW Oliver Twist, C. Dickens, London/Melbourne : Dent, 1907, 423 p.

PCT Principles of Christian Theology, J. Macquarrie, London Press, 1966, 477 p. : SCM

SSE Sense and Sensibility, J. Austen. Oxford : O. U. P., 1970, 343 p.

WHH Wuthering Heights, Ε. Brontë, London : Penguin Books, 1965, 371 p.

WWK Writers at Work : G. Plimpton (Ed.), Harmondsworth : Penguin Books, 1977, 368 p.

Notes

1 Article à paraître.

2 Se reporter à notre thèse : Etude contrastive de quelques opérateurs d'itération, Paris III, 1989.

3 Dans notre optique, qui s'inspire de celle de C. Delmas, l'opacification d'une relation implique que cette relation s'exhibe aux dépens du sémantisme.

4 A. Culioli, C. Fuchs & M. Pecheux, "Considérations théoriques à propos du traitement formel du langage", Documents de linguistique quantitative, Paris : Dunod, 1970.

5 H. Adamczewski a démontré l'existence du vecteur à/de.

6 M. Grévisse, Le bon usage, Paris/Gembloux : Duclot, 1980, p. 797.

7 Ibid., p. 123.

8 The Shorter Oxford English Dictionary on Historical Principles.

9 Contrairement à always par exemple.

10 Pour une étude de all, consulter les travaux de A. Lancri.

11 Cf. Etude contrastive de quelques opérateurs d'itération, op. cit.

12 Il ne s'agit pas d'un phénomène isolé : à/de nouveau, afresh, anew, again, etc.

13 Nous entendons par "programmation interne" la topologie structurelle d'un opérateur.

14 L'exemple (47) illustre l'analyse que nous avons proposée dans "La notion de répétitivité : Quelques manifestations syntaxiques en français et en anglais" (à paraître dans la revue de linguistique de la Sorbonne Nouvelle-Paris IIΙ) à propos de l'alternance Ν + nouveau/nouveau = Ν :
L'agencement de nouvelles équipes reprend en quelque sorte l'élément lexical remplacés mais sur le plan opérationnel. Nouvelles, par sa localisation, signale que le caractère nouveau des cellules est lui-même acquis. Remplacés suffit à lui seul à nous en informer. D'ailleurs, le contexte-avant s'organise selon une stratégie linguistique explicite. En effet, presque au début de l'article cité, nous trouvons : On sait, en effet, que les cellules de la peau, par exemple, se renouvellent sans cesse et que la desquamation de la couche cornée est sans arrêt compensée par la maturation de cellules nouvelles. Mais peu de gens imaginent qu'à l'instar des autres organes et systèmes, le tissu osseux est un atelier permanent de destruction et de reconstruction... Ici, cellules nouvelles s'inscrit dans la visée informative du journaliste : on sait, en effet, que les cellules de la peau... D'autre part, atelier permanent de destruction et de reconstruction permet à la structure Ν + nouveau de céder le pas à nouveau + N, soit : cellules nouvelles → nouvelles équipes.
En (47), puis ne se contente pas d'indiquer une successivité mais signale un tournant argumentatif se prêtant sans peine à une progression vers du Thématique (cf. nouvelles équipes → tissu osseux nouveau). D'ailleurs, l'adjectif curieux et la formule présentative ce sont en apportent la preuve. Tout se passe comme si, à des fins pédagogiques, le journaliste réinfectait des sèmes dans une structure menacée par la saturation. S'il est besoin de mentionner le "remplacement" après l'occurrence de nouveau, c'est bien que, en raison de l'ordre Ν + ADJ, la notion de substitution ne va pas de soi ; dans le cas inverse, on aboutirait au pléonasme : "en construisant du nouveau tissu osseux pour remplacer l'ancien".
Surtout, cet énoncé est intéressant par la lexicalisation du rôle de nouveau à cette place, à savoir l'opposition nouveau/ancien.
Enfin, la "localisation" de remplacer tantôt en amont tantôt en aval de l'adjectif étudié vient étayer notre thèse concernant l'alternance du statut de nouveau.
Quant à la suite nouvelle vague de destruction, elle s'inscrit dans une alternance, à présent tenue pour acquise, "de destruction et de reconstruction", et ne produit, pour tout effet de sens, que celui d'un ajout sur la base d'une préconstruction.

Auteur

Université du Mans

© Presses universitaires François-Rabelais, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter