Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Répétition, répétitions : le même et ses avatars dans la culture anglo-américaine

 | 
Jean-Paul Regis

Variations sur le même et l'autre en anglais : constructions et opérations

Gérard Deléchelle

Texte intégral

"La mise en ordre par le moyen des signes constitue tous les savoirs empiriques comme savoirs de l'identité et de la différence".
M. Foucault, Les mots et les choses, 1966.

1Il y avait de nombreuses manières d'aborder les problèmes linguistiques posés par le thème de ce colloque, "répétition, répétitions, le même et ses avatars". On aurait pu par exemple partir du concept d'itération et chercher comment il s'exprime dans le lexique (verbes, adverbes) ou la syntaxe (formes dites fréquentatives par exemple, ou encore dans la catégorie grammaticale du nombre, bien représentée dans les langues). Les phénomènes dits de redondance à tous les niveaux méritaient aussi l'attention, en particulier face aux processus de reprise comme l'anaphore. Le lexicographe aurait aussi pu étudier les termes comportant une répétition complète ou partielle comme teeny weeny, tip-top, ga-ga déjà mentionnés par Fowler ((1924), s. v. reduplicated words).

2De façon assez arbitraire cet exposé sera consacré à quelques aspects de la problématique du même et de l'autre en français et en anglais : esssentiellement le mot même dans ses différents emplois et quelques-uns de ses équivalents en anglais. Ceci nous permettra d'évoquer diverses constructions comportant same, very, les pronoms réfléchis et réciproques et l'adverbe even.

3Avant d'aborder l'analyse de détail précisons que la méthode employée s'inscrit aussi dans la problématique du même et de l'autre. En effet, nous considérons que sous la diversité des emplois d'une forme linguistique donnée, par exemple le mot même, on doit retrouver un invariant, une valeur de langue unique. Inversement, là où il y a une différence de forme, on doit postuler une différence de sens. Enfin, il sera fait appel à la contrastivité entre le français et l'anglais, cette comparaison ayant elle aussi pour but de rechercher le semblable sous le différent.

1. Même

1. 1. Les principaux emplois

4La diversité des emplois de même en français nous servira de fil conducteur, parce que ce mot présente des particularités sémantiques et syntaxiques intéressantes.

5Après avoir rappelé l'origine latine de même (egomet ipse "moi-même en personne") le Petit Robert distingue trois emplois principaux de ce mot :

6- a) adjectif indéfini. Situé avant le nom il peut exprimer : soit l'identité absolue :

(1) Un lecteur passionné doit relire chaque année les mêmes livres

7soit une identité plus ou moins stricte pouvant aller de l'égalité à la simple similitude :

(2) Plus ça change, plus c'est la même chose

8- Placé après un nom ou un pronom, même voit son sens se modifier, bien que cela n'apparaisse pas très clairement dans la définition suivante du Petit Robert : "Même marque qu'il s'agit exactement de l'être ou de la chose en question", illustrée par (3) :

(3) Ces vers sont les paroles mêmes de François de Guise

9Le dictionnaire ajoute que même peut aussi exprimer "une qualité possédée au plus haut point", comme dans :

(4) Sainte Thérèse était la bonté même

10avant de signaler que même peut renforcer certains pronoms personnels moi, toi, lui, elle(s), nous, vous, eux, soi.

11- b) pronom indéfini

(5) La nature humaine est toujours la même

12- c) Même adverbe : "marquant un renchérissement, une gradation"

(6) Même l'homme robuste faiblit
(7) Instructives pour les étrangers et même pour mon pays
(8) Ci-gît Piron qui ne fut rien, pas même académicien

13Enfin, le Petit Robert mentionne un second sens adverbial, celui de "exactement, précisément" déjà évoqué ci-dessus (ex. : aujourd'hui même).

14Dans son Nouveau Dictionnaire des difficultés du français, (1983), J. Hanse consacre une place plus importante au traitement de même. Il insiste en particulier sur la difficulté qu'il y a dans certains cas à distinguer l'adjectif de l'adverbe.

15L'auteur propose deux critères principaux :

  • un critère sémantique : "insistance sur l'identité, sens de lui-même : adjectif, variable ; fin d'une gradation, adverbe, invariable"
  • un critère distributionnel : si l'on peut déplacer même devant le déterminant du nom il s'agit d'un adverbe.

16Il n'en reste pas moins qu'on peut dans certains cas hésiter, comme dans cet exemple cité par Hanse :

(9a) Ces précautions mêmes (elles-mêmes) restent insuffisantes
(9b) Ces précautions même (même ces précautions) restent insuffisantes

17ce qui permet déjà de se rendre compte que l'emploi adverbial est beaucoup plus proche qu'on ne le croit généralement de l'emploi adjectival.

1. 2. Explication des valeurs d'emploi :

18Sous l'unicité du vocable on trouve donc une gamme d'emplois assez différents qu'il convient d'expliquer.

  • 1 Cet emploi de même pourrait aussi être expliqué en faisant appel au concept de notion utilisé par (...)

19Employé comme adjectif (en général précédé d'un déterminant) ou comme pronom dit "indéfini" (exemples (1-2 et 5)), même exprime une ressemblance plus ou moins stricte à l'intérieur d'une classe de propriétés, c'est-à-dire implique une opération d'identification faisant appel à un AUTRE, un peu comme idem en latin. En revanche, en position postposée comme en (3), il n'a plus cette valeur qualificative. Même est alors la trace d'une opération permettant une focalisation restrictive sur la notion précédente. On pourrait dire ici les paroles exactes, véritables. On retrouve cet emploi à valeur "emphatique" avec les pronoms personnels moi-même etc. En (4), après un nom abstrait comme bonté, l'emploi de même revient à exprimer le haut degré (n'oublions pas le superlatif que comporte l'étymologie du mot). On a donc encore en (3) et (4) une opération d'identification comparative, mais d'une autre nature. En effet, elle implique cette fois un retour et un centrage sur la notion en question en excluant tout AUTRE. On retrouve plutôt ici les valeurs de l'ipse latin1.

  • 2 Voir sur ce point les nombreux exemples donnés dans Adamczewski-Delmas (1982) et C. Delmas (1987).

20On constate une fois de plus l'importance de l'ordre des mots dans la structuration de l'énoncé2, à tel point que dans les cas de postposition la différence catégorielle (l'opposition adjectif/adverbe) a parfois, on l'a vu en (9), tendance à s'estomper. Notons que l'adjectif différent ne se prête pas aussi facilement au jeu qui vient d'être évoqué.

(10a) C'est la même chose
(10b) C'est la chose même
(10c) ? C'est une différente chose
(10d) C'est une chose différente

21L'emploi de même comme adverbe a des répercussions sémantiques. Il a donné lieu ces dernières années à des descriptions sémantiques dans le cadre des théories de l'argumentation, notamment par J. C. Anscombre (1973), qui propose de même la description suivante :

pour prouver le bien-fondé d'une certaine assertion, le locuteur développe une série d'arguments dont l'un lui paraît devoir emporter l'adhésion de l'interlocuteur, et dont il fait ressortir la force polémique par l'emploi de même" (J. C. Anscombre, 1973, p. 56).

22et qui qualifie plus loin l'argument introduit par même d'"argument-massue" (ibid.)

23Quand on dit :

(11) Même Jean est parti

  • 3 H. Nolke (1983, p. 123) parle de la fonction paradigmatisante des constructions comportant des élé (...)
  • 4 Même peut selon les cas correspondre en latin à idem, ipse ou etiam.

24l'insistance sur le terme qui constitue la cible de l'adverbe (ici le sujet Jean) s'accompagne d'une opération d'ordre paradigmatique3. On fait implicitement référence à une classe : les personnes qui sont parties ou auraient pu partir, et à cela s'ajoute l'idée que le choix de l'élément focalisé ne paraissait pas s'imposer en priorité, ce qui différencie même de aussi4. On ouvre donc une gamme de possibles (comparaison), et on revient sur l'un des termes (identification-focalisation), ce qui permet de rattacher cet emploi à ceux qui ont été examinés en (3) et (4).

25Cette description n'est pas contradictoire avec celle de Anscombre et Ducrot. En effet, si le départ de Jean n'était pas celui qu'on attendait le plus, la proposition constituera un argument de poids pour une conclusion comme : "beaucoup de gens sont venus", ainsi que le montre (11b) :

(11b) beaucoup de gens sont partis, et d'ailleurs, même Jean est parti, c'est tout dire !

26Il ne faut cependant pas confondre l'effet sémantique produit et l'opération syntaxique ayant rendu ce sens possible, ici une opération de focalisation sur un terme due à la fois au sémantisme de même et à sa portée dans l'énoncé.

27On peut d'ailleurs se demander à quels ajustement du sens on aboutirait en exploitant différemment la mobilité de même dans l'énoncé :

(11c) Jean même est parti
(11d) Jean est même parti

  • 5 Sur des exemples comme (11c) on comparera G. & R. Le Bidois (1971), p. 263, et R. Martin (1975), p (...)

28Si en (11c) la modification ne semble pas toujours très sensible, contrairement à des exemples comme (12) et (13), c'est sans doute parce que c'est encore le choix du sujet qui constitue la cible de l'opération. La place de même marque une focalisation sur le terme qui précède, ce qui serait encore plus évident si Jean était suivi de lui-même (cf. en personne). On a vu qu'on peut alors hésiter entre l'interprétation restrictive et l'interprétation argumentative5. En (11d) en revanche, la classe paradigmatique ouverte par l'emploi de même est plutôt le prédicat, de sorte qu'on pourrait opposer venir à d'autres choix possibles comme envoyer un télégramme, etc.

29Les termes sur lesquels peut porter l'adverbe à valeur argumentative sont très variés. Ainsi on opposera :

(12a) Il a parfois été puni même avant de parler
(12b) Il a parfois été puni avant même de parler
(13a) Je veux vous avoir sous les yeux même ici
(13b) Je veux vous avoir sous les yeux ici même

30En (12a), on insiste sur le fait que, parmi les divers cas de punition envisagés implicitement ici, celui qui est mentionné paraît surprenant. Par sa place même, l'adverbe semble bien porter sur l'ensemble du syntagme, alors qu'en (12b), la cible de l'opération est la préposition. L'exemple (13) est encore plus net. Ce type de construction peut parfois donner lieu à des emplois plus figés comme dans quand même, assez différent de même quand.

31Le centrage sur un élément de l'énoncé, et le renforcement qui en résulte, caractéristiques des exemples qu'on vient d'étudier, pourraient trouver bien d'autres applications. Ainsi, en (14) :

(14) Ce remède est inutile et même dangereux (cf. voire même dangereux)

32l'opposition et le renforcement ne relèvent plus de l'axe paradigmatique, mais de l'axe syntagmatique, l'adjectif sur lequel porte même marquant un renchérissement sur un terme déjà employé (cf. et je dirais même plus).

33Bien que tous ces emplois paraissent assez différents, on a montré que c'est surtout la cible de même qui changeait, mais qu'on retrouvait toujours l'idée d'une identification comparative à l'intérieur d'une classe construite.

2. (the) same

34A l'emploi adjectival et pronominal de même correspondent en anglais les emplois de same bien répertoriés dans les dictionnaires. En revanche, c'est even qui permet de traduire les emplois adverbiaux.

35Pour l'emploi adjectival par exemple, le Longman Dictionary of Contemporary English (LDCE) signale deux sens principaux dont nous citerons quelques illustrations :

1 – (the +) being (always) only one single thing, person, etc.

(15) Father sits in the same chair every evening
(16) The word is the same, hut it has two different spellings

2 – (the, this, that, these, those + (as, that))
a) being the particular one, or one already mentioned ; not (an)other

(17) You've made the same mistakes as last time / that you made last time
(18) That VERY same place where grandfather shot the tiger

b) like something else in every way ; alike in (almost) every way

19) We eat (much) the same thing for breakfast every day

36L'emploi pronominal n'apporte pas de surprise. On y distingue les cas, les plus fréquents, où same est précédé de l'article the :

(20) Shall I play some different kind of music or would you like more of the same ?

37et les emplois sans article comme (21) :

(21) He was good at spending money but not so good at earning same

38Same peut aussi avoir un emploi adverbial, ainsi défini dans le Oxford Advanced Learner's Dictionary (OALD) : "in the same way ; similarly" et illustré par l'exemple (22) qu'on comparera à (16) :

(22) The two words are spelled differently, but pronounced the same (OALD)

39Notons enfin les locutions adverbiales just et all the same ayant le sens de in spite of this, nevertheless (cf. quand même, tout de même) :

(23) All the same, there's some truth in what he says
(24) He is not very reliable, but I like him just the same (OALD)

40Il ressort de tous ces exemples que le domaine sémantique de same est bien celui d'une similarité plus ou moins stricte pouvant aller jusqu'à l'identique. On avait déjà fait la même observation pour les emplois adjectivaux de même en antéposition. Notons que lorsqu'on veut insister sur une similarité parfaite on peut employer one, avec the same ou à sa place, ou l'article a(n) :

(25) It turns out that her aunt and my cousin are one and the same (person) (OALD)
(26) They are of the same age (ou of an age)
(27) all gathered in one spot, in the same place (Harrap's New Standard, s. v. same)

41L'examen de quelques-unes des traductions de même en postposition proposées par le Dictionnaire Harrap's est plus intéressant. On y retrouve en particulier souvent l'emploi adjectival de very déjà présent dans l'exemple (18) (that very same place), mais aussi even (29b), actual (30) ou un réfléchi (itself en 31) :

(28) aujourd'hui même : this very day
(29) les enfants mêmes le savaient :

  1. the very children knew of it
  2. even the children knew of it

(30) donner les chiffres mêmes : give the actual figures
(31) elle est la bonté même : she is kindness itself

42Dans les emplois de ce type (c'est-à-dire précédé de the ou d'un démonstratif) very permet un retour aux propriétés de la notion. C'est cette valeur d'ipséité que souligne également C. Guimier dans une étude récente (1990) :

La notion d'ipséité est en rapport étroit avec celles de restriction et d'exclusion : être soi et exclusivement soi, c'est exclure tout ce qui est autre. Le rôle de very pourrait alors être résumé par cette formule : Ν (prédéfini) and only Ν" (p. 192).

43Il est bien évident que dans cet emploi very joue le rôle d'un adjectif bien particulier. Comme mere, utter, il n'a pas une valeur descriptive, mais permet un commentaire sur la notion. C'est la raison pour laquelle on ne peut l'employer en position attributive. Alors qu'à partir de the same places on peut dire : the places are the same, à partir de this very day on n'obtiendra pas *this day is very.

44Ce centrage sur la notion, et rien qu'elle, explique aussi qu'on ne soit pas loin de l'expression du haut degré (cf. l'exemple (4), en partie repris en (31)). Notons qu'ici la traduction fait appel au réfléchi itself par définition particulièrement apte à renvoyer rétrospectivement à la notion. On ne s'étonnera donc pas que le Oxford Advanced Learner's Dictionary propose les équivalents suivants pour l'emploi adjectival de very : "itself, himself, etc and no other ; actual ; truly such" (s.v. very), la présence de truly nous rappelant que very a la même origine que le mot français vrai (cf. Guimier et OED).

45On retrouve encore la marque du réfléchi self, mais cette fois en composition avec same dans (32) :

(32) "selfsame, very same, identical : She said the selfsame thing to me (OALD)

46La présence de very dans la définition n'est pas non plus fortuite ; elle souligne le changement d'opération permis par l'antéposition de self qui prend alors une valeur quasi-adverbiale. L'opération qui consiste à redoubler les marqueurs d'identification (very ou self + same) produit un effet d'emphase semblable à celui qui résulte de la postposition de même.

47Cette approche contrastive montre donc que, si en français la place de même joue un rôle important, en anglais, où les adjectifs sont moins libres, la focalisation sur la notion passera par un changement de morphème. On vient de voir que, lorsqu'on quitte la simple comparaison pour un retour contrastif, emphatique, sur la notion, same cède sa place à des termes comme very, actual, even ou des réfléchis. Dans ce cas, on ne se contente plus de marquer la similitude comme avec same, mais on commente le choix d'un terme et on se situe donc ainsi au niveau métalinguistique.

3. Even

48Le Oxford Advanced Learner's Dictionary définit l'emploi adverbial de even de la manière suivante :

used to emphasize something unexpected or surprising in what one is saying, or to invite a comparison with what might have happened : he never even opened the letter.

49Le dictionnaire souligne en outre indirectement le caractère argumentatif de even en mentionnant à chaque fois la conclusion sous-jacente :

(33) He never even opened the letter, i.e. so he certainly didn't read it
(34) He didn't answer even my letter, i.e. so he certainly didn't answer any others (OALD)

50Even peut aussi marquer une opération de comparaison-identification renforçant en le restreignant le sens d'une conjonction ou d'un adverbe (even as = exactly when, at the very moment when). Il s'emploie aussi avec un comparatif :

(35) She's even more intelligent than her sister

51Dans la traduction française de cet exemple on pourra faire appel à l'adverbe encore, lui aussi d'origine itérative et parfois associé à des opérations d'ordre argumentatif.

52Dans (36) :

(36) There are many spelling mistakes ; even so it's quite a good essay

53la locution even so prend une valeur concessive voisine de celle de all the same ou just the same, valeur que l'on retrouve dans even if et even though :

(36b) There are many spelling mistakes, even if it's quite a good essay
(36c) There are many spelling mistakes ; even though it's quite a good essay

  • 6 On retrouve ce rôle de all dans although (= all + though), ce qui explique qu'on ne puisse pas dir (...)

54La place nous manque pour expliquer le rôle respectif de all, de just et the same dans ces expressions6.

55Mentionnons enfin un emploi qu'on peut appeler "métalinguistique" de even.

(37) it was an unattractive building, even ugly/ugly even (OALD)

56dans lequel l'opération consiste à renchérir sur un terme déjà utilisé. Dans ce cas il n'est pas impossible que even suive le terme sur lequel il porte.

57Bruce Fraser (1971, p. 152) considère que l'énoncé (38) où figure even comporte les trois informations mentionnées en a), b), c) :

(38) Even Max tried on the pants

  1. Max tried on the pants
  2. Other people tried on the pants
  3. The speaker would not expect or would not expect the hearer to expect Max to try on the pants

58La description n'est pas très différente de celle qui était donnée à propos de même. On retrouve la référence à une classe d'éléments, ainsi qu'une focalisation contrastive sur un terme, comme on le ferait dans une phrase clivée, à cette différence près qu'even présuppose c). On comprend aussi comment le sémantisme de base de even, à savoir "flat, smooth", à partir duquel s'est développé le sens comparatif (cf. even numbers), a été réinvesti à des fins argumentatives.

59Etant donné que les opérations permises par even correspondent à celles étudiées lors de l'examen de même adverbial, on ne reprendra pas tous les cas de figure déjà évoqués. Signalons toutefois que certaines locutions en même ne se traduisent pas par even. C'est le cas notamment de de même qui peut se rendre par likewise, ce qui confirme le sens comparatif de même.

4. Pronoms réfléchis et emphase

60Le problème du renvoi à un terme déjà mentionné reçoit des solutions diverses selon les langues : là où l'anglais a des pronoms réfléchis et réciproques différents, le français a recours dans les deux cas à une forme pronominale d'un emploi si général qu'on parle même parfois de voix pronominale (cf. Melis, 1990). La variété des emplois de cette forme, la place du clitique dans l'énoncé, montrent qu'elle a une fonction métalinguistique qui va bien au-delà des diverses valeurs qu'on lui attribue (sens réfléchi, réciproque, passif). Dans d'autres langues encore, le réfléchi ne comporte pas de marque de personne.

61La grammaire générative a consacré ces dernières années de nombreux travaux aux réseaux de relations existant à l'intérieur des énoncés. Dans la théorie du liage, (Government and Binding Theory) il existe trois types d'expressions :

  • les pronoms A qui sont liés dans leur domaine minimal (notamment les réfléchis)
  • les pronoms Ρ libres dans leur domaine minimal (les personnels)
  • les expressions référentielles (GN)

62une expression étant liée si elle a. un antécédent qui la C-commande. En anglais, les réfléchis sont des pronoms A tandis que les non-réfléchis sont des pronoms de type P.

63C'est un fait bien connu que les pronoms réfléchis anglais, variables en genre et en nombre, peuvent avoir deux types principaux d'emploi. Dans le premier, l'utilisation du réfléchi est souvent présentée comme une contrainte syntaxique dont la formulation précise ne va pas de soi. On dit en général qu'ils renvoient au sujet et peuvent eux-mêmes être complément d'objet direct, complément d'objet indirect, attribut ou complément d'une préposition :

(39) My brother has cut himself
(40) They will soon find themselves another captain
(41) She lives by herself

64On a trop tendance à insister sur le caractère mécanique de la réflexivation, alors qu'il s'agit d'une opération renvoyant non pas à un référent, mais au travail interne à la langue. Comme le souligne justement C. Delmas :

Dès lors que nous avons un 'réfléchi', il convient de se demander ce qui est réfléchi : c'est une opération de limitation. [...] SELF signale qu'il faut tenir compte, au sein du prédicat, de l'image de la limitation qui a joué au niveau du sujet (C. Delmas, 1987, pp. 197-198).

65Il suffit d'ailleurs de consulter les grammaires (cf. Quirk et al., 1985, pp. 355-362) pour constater qu'en dehors des cas les plus classiques, il existe de nombreux énoncés (notamment après une préposition) où l'emploi du réfléchi est loin d'être automatique :

(42) Anyone but you would have noticed the change
yourself
you yourself
(Quirk et al., 1985, p. 359)

66A. Zribi-Hertz a montré dans un article récent (1990) que les réfléchis pouvaient avoir une référence à "longue distance" et que ces pronoms impliquaient alors la présence d'un sujet de conscience antécédent (emploi dit "logophorique"), ce qui suggère que le phénomène ne relève pas strictement de la syntaxe et comporte une dimension discursive qu'il ne faudrait pas négliger (cf. le discours indirect libre). Ainsi, en (43) et (44) :

(43) a disconnected gas-cooker so heavy that the combined efforts of Colin and herself had been unable to shift it (P.D. James)
(44) The quarrels which he seemed increasingly to provoke only left him sulky and resentful and herself exhausted (ibid.).

67le choix de herself n'obéit pas à une stricte contrainte syntaxique sans pour autant relever de l'emploi dit "emphatique" (apposition). Il en est de même dans cet exemple cité par A. Zribi-Hertz et également commenté par J. Guéron (1990) :

(45) He sat down at the desk and opened the drawers. In the top right-hand one was an envelope addressed to himself

68Dans ces exemples le réfléchi constitue la mémoire d'une structuration plus profonde, il renvoie non pas à un sujet syntaxique, mais à un sujet d'énonciation qui reste implicite.

69Le deuxième type de réfléchis est beaucoup moins contraint : il s'agit des refléchis qui viennent renforcer un élément qui les précède et non plus occuper une place d'argument nominal ou pronominal. Dans ce cas, l'opération relève de la focalisation sur un terme et elle est optionnelle, le refléchi pouvant aussi avoir une certaine mobilité dans l'énoncé :

(46a) I myself will present the prizes (OALD)
(46b) I will present the prizes myself
(47) I said so myself only last week (OALD)

70On retrouve avec ces pronoms en self la problématique développée à propos de même, qui intervient dans la traduction française de certains de ces pronoms à valeur emphatique. Mais comme dans d'autres cas (cf. le do dit "emphatique") le concept d'emphase relève plus de l'effet de sens que de l'explication grammaticale. En (48) par exemple :

(48) But he realized that the question would be in the worst of taste. The room itself had been designed to make it unsayable (P.D. James)

71itself est bien apposé à room et semble souligner ce terme. En fait, comme avec certains emplois de même postposé, on peut se demander s'il ne s'agit pas d'un emploi argumentatif. Nous n'avons pas ici une focalisation excluant toute autre valeur, mais au contraire un écho d'une structuration antérieure, the room n'étant que l'un des sujets possibles du prédicat had been designed to make it unsayable, l'un des obstacles ayant rendu la question difficile à poser. On n'est alors pas loin d'énoncés de type argumentatif en even : even the room had been designed to make it unsayable, ce que montrerait aussi une traduction en d'ailleurs.

72En revanche, dans d'autres cas, et notamment quand le pronom en SELF se déplace vers la droite comme en (46b), l'opération de retour sur un terme constitue une identification stricte excluant toute autre valeur possible. Ce qu'on appelle emphase consiste à effectuer une focalisation contrastive, qui peut ou non être exclusive.

73On aurait pu faire un travail semblable sur own avec des possessifs, comme en 49 (et suite) où l'on retrouve aussi very :

(49) This work is my very own

5. Les pronoms réciproques

74On traite souvent ensemble les pronoms refléchis et réciproques, pas seulement parce qu'en français il s'agit de deux effets de sens de la construction pronominale, mais aussi parce que la relation réciproque implique une certaine réflexivité, cependant moins stricte, puisqu'elle s'applique à au moins deux éléments (Quirk et al., p. 364 parlent de "two-way reflexive relationship"). Ainsi, dans cet exemple cité par Bolinger (1987) :

(50) We can scarce hear ourselves talk

75on peut se demander si le sens est refléchi ou réciproque.

76Pendant longtemps les grammaires scolaires ont présenté la différence entre each other et one another en disant que le premier s'appliquait à deux personnes et le second à plus de deux. Dans bien des cas, comme chez Partridge, on sent qu'il s'agit plus d'un souhait de mettre de l'ordre dans un domaine ressenti comme assez confus, que d'une description fidèle des faits de langue :

There is a rule – a very simple rule : each other applies to two persons, animals, or things ; one another to two or more. This constitutes, not a mere grammarians' ex cathedra but a practical utility (E. Partridge, Usage and Abusage, s.v. each other).

77Après Jespersen, les auteurs soucieux de l'usage comme F. T. Wood, P. Erades ou Quirk reconnaissent que cette "règle" ne correspond pas aux faits, mais ils ont de la peine à percevoir une différence entre les deux expressions souvent considérées comme quasi-synonymes, leur faible fréquence (114 each other et 45 one another sur un corpus américain d'un million de mots selon Quirk et al., 1985, p. 365) rendant les distinctions encore plus difficiles.

78Les problèmes d'interprétation que posent ces pronoms d'origine corrélative, mais où les deux éléments forment un composé, sont dûs au fait que la construction peut exprimer une réciprocité plus ou moins stricte. Si en (51) :

(51) Oh God, I love you ! We love each other

79on peut dire :

(51b) I love you and you love me

80la situation devient très vite plus complexe, de sorte qu'on peut se demander comment interpréter le réseau de réciprocités dans :

(52) They were fighting with each other (ou one another)

81si they réfère a un groupe de personnes assez élevé et assez hétérogène.

82La présence dans each other d'un distributif (each) pourrait faire croire que cette forme renvoie à une réciprocité plus stricte. Et il est vrai que la référence réciproque marquée par each other peut paraître plus précise dans certains cas (cf. (51)) qu'avec one another. On emploiera en revanche ce dernier plus facilement dans des énoncés génériques comme : let's love one another dit dans un contexte religieux. En fait, lorsqu'on veut être précis sur ce point on peut toujours avoir recours à la construction qui fut à l'origine de each other et dire :

(53) They were each criticizing the other

83ce qui n'est pas possible avec one another :

(53b) ? They were one criticizing another

  • 7 Voir les analyses de : Erades (1975), Bolinger (1987) et Delmas (1987).

84One another se distingue donc de each other par le fait que cette forme implique un plus grand décrochage par rapport à l'extralinguistique et par conséquent un surcroit métaopérationnel7.

6. Each, every, all, ever, any, both

85Nous nous contenterons pour terminer de quelques remarques très rapides sur ces "indéfinis" qui mériteraient tous une étude spécifique (et un qualificatif plus précis).

86Les grammaires présentent souvent ensemble each et every, sans toujours bien expliciter leur différences. Si each en tant que distributif strict renvoie de façon stricte au terme qui constitue sa cible, c'est-à-dire à du Thématique (éventuellement sous forme de relance quand il est postposé), every implique un travail métalinguistique supplémentaire confirmé par son origine : ever each. Avec every on a donc une opération supplémentaire de totalisation par rapport à la distribution marquée par each. C'est pourquoi Vendler place every entre each et all (cf. Z. Vendler, 1967, p. 77).

87Quant à any, dont Vendler qualifie le sens de "many-splendored thing" (1957, p. 79), on se contentera de rappeler que l'opération de parcours qu'on lui associe consiste aussi en une itération, mais sans que le choix s'arrête sur une valeur particulière, d'où les effets de sens d'indétermination et de généralisation, ce qui aboutit à une certaine homogénéisation de la classe concernée.

88En plus de l'opération inhérente au marqueur, il faut tenir compte de l'effet structurant de l'ordre des mots dans la chaîne linéaire et de la place du marqueur par rapport à sa cible. C'est particulièrement net pour each, both et all (cf. A. Lancri, 1984) dont la mobilité dans l'énoncé est toujours source d'effets nouveaux. Ainsi on peut comparer :

(54a) We each were given a book
(54b) We were each given a book
(54c) We were given a book each
(54d) Each (one) of us was given a book

89Ever, qui vient d'être évoqué à propos de every, mériterait aussi de plus amples développements. Son étude se rattacherait sans peine à la problématique de cet exposé, et on pourrait ainsi expliquer comment ce métaopérateur permet d'associer l'idée d'itération sous-jacente à whatever you may say ou have you ever visited these islands ? avec celle de haut degré qu'on trouve dans les exclamatives comme : what ever did you do that for !, (cf. G. Deléchelle, 1983, et A. M. Santin, 1989).

7. Pour conclure

90Cette étude n'a porté que sur quelques-uns des aspects du même et on réservera pour un autre article l'examen des problèmes de l'altérité. Mais le domaine était si vaste que le choix des éléments à traiter ne pouvait être qu'arbitraire, une occasion pour se livrer à une réflexion assez générale. Guidé par les divers emplois de même nous avons donné quelques exemples de comparaison qualitative et argumentative en français et en anglais. De proche en proche nous avons été amené à analyser les pronoms réfléchis, bien plus complexes que ne le laisse supposer l'étiquette traditionnelle, puis les pronoms réciproques, avant d'évoquer rapidement each, every, ever.

91Ce parcours de quelques signes de similitude dans une optique comparative a débouché sur des problèmes plus généraux que le domaine notionnel qui servait de point de départ. On a ainsi pu voir comment les valeurs argumentatives de même se rattachaient à ses autres emplois, comment le changement de place de ce terme venait ajouter un surcroit de structuration et les moyens auxquels l'anglais fait appel dans ce cas. Enfin, on a expliqué pourquoi ces constructions prenaient si souvent un effet de sens emphatique. Tout ceci confirme que, même quand on choisit un point de départ notionnel, l'analyse linguistique nous renvoie toujours au travail de la langue, aux opérations métalinguistiques par lesquelles se constitue le sens et qui, elles aussi, reposent sur la dialectique du même et de l'autre, sur un jeu subtil entre l'identitification et la différenciation.

Bibliographie

REFERENCES

ARTICLES :

ANSCOMBRE J. C., "Même le roi de France est sage", Communications 20, 1973, pp. 40-82.

BOLINGER D., "Each other and its friends", Another Twentieth Anniversary Volume, Indiana University Linguistics Club, 1987, pp. 1-36.

CULIOLI Α., "Sur le concept de notion", Bulag 8, Besançon, 1981, pp. 62-79.

DELECHELLE G., "La concession en anglais", Studia Palatina Colloquia, 1, 1983, pp. 117-129.
– "Really", Graat 4, 1988, pp. 24-38.

FRASER Β., "An analysis of 'even' English", in C. Fillmore & D. T. Langendoen (eds), Studies in Linguistic Semantics, 1971, pp. 150-178.

GUERON J., "Exceptions to the Binding Theory", L'organisation du sens, domaine anglais, Travaux LXVIII, CIEREC St Etienne, 1990, pp. 89-104.

GUIMIER C., "Very adjectif en anglais moderne" L'organisation du sens, domaine anglais, Travaux LXVIII, CIEREC St Etienne, 1990, pp. 185-199.

MARTIN R., "Sur l'unité du mot même", Travaux de linguistique et de littérature, XIII, 1, Strasbourg, 1975, pp. 227-243.

NOLKE H., "Quelques réflexions sur la structure sémantique des phrases clivées en français moderne", Modèles linguistiques, Vol V, n° 1, 1983, pp. 117-140.

POTTIER B., "Comparaison : le 'même' et l'autre'", Modèles linguistiques, IV, 2, Lille, 1982, pp. 41-48.

ZRIBI HERTZ Α., "Lui-même argument et le concept de pronom A", Langages 97, 1990, pp. 100-127.

OUVRAGES :

ADAMCZEWSKI H., Le français déchiffré, Paris : A. Colin, 1991.

ADAMCZEWSKI H. & DELMAS C., Grammaire linguistique de l'anglais, Paris : A. Colin, 1982.

BOUSCAREN J. & CHUQUET J., Grammaire et textes anglais : guide pour l'analyse linguistique, Paris : Ophrys, 1987.

DELMAS C., Structuration abstraite et chaîne linéaire en anglais contemporain, Paris : CEDEL, 1987.

ERADES P., Points of Modem English Syntax, Amsterdam : Swets & Zeitlinger, 1975.

FOWLER H. W., Modem English Usage, Oxford : O. U. P., 1924

HALLIDAY M. A. K. & HASAN R., Cohesion in English, Londres : Longman, 1976.

HANSE G., Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne, Paris-Louvain : Du culot, 1983.

LANCRI Α., Contribution à une étude des quantifieurs en français et en anglais, Thèse Paris III, 1984.

LE BIDOIS G. & R., Syntaxe du français moderne, Paris : Picard, 1971.

MELIS L., La voix pronominale, Paris-Louvain : Duculot, 1990.

PARTRIDGE Ε., Usage and Abusage, a Guide to Good English, Londres : Penguin, 1963.

QUIRK et al., A Comprehensive Grammar of the English Language, Londres : Longman, 1985.

SANTIN A.M., Etude contrastive de quelques opérateurs d'itération, Thèse Paris III, 1989.

VENDLER Z., Linguistics in Philosophy. Ithaca : Cornell U.P., 1967.

Notes

1 Cet emploi de même pourrait aussi être expliqué en faisant appel au concept de notion utilisé par A. Culioli (1981) et notamment le "centre attracteur" du domaine (vraiment p) qui a les propriétés de la notion par excellence ou au plus haut point.

2 Voir sur ce point les nombreux exemples donnés dans Adamczewski-Delmas (1982) et C. Delmas (1987).

3 H. Nolke (1983, p. 123) parle de la fonction paradigmatisante des constructions comportant des éléments focalisés et des adverbes comme même, surtout, au moins.

4 Même peut selon les cas correspondre en latin à idem, ipse ou etiam.

5 Sur des exemples comme (11c) on comparera G. & R. Le Bidois (1971), p. 263, et R. Martin (1975), p. 240.

6 On retrouve ce rôle de all dans although (= all + though), ce qui explique qu'on ne puisse pas dire * even although, alors que even though est bien attesté. D'autre part, j'ai montré ailleurs (G. Deléchelle, 1983) que l'expression de l'opposition ou de la concession pouvaient faire intervenir des termes évoquant le même (simultanéité avec while, the fact remains etc). Enfin, si même quand se traduit par even when, la locution quand même sera rendue par all (ou just) the same.

7 Voir les analyses de : Erades (1975), Bolinger (1987) et Delmas (1987).

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter