Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Répétition, répétitions : le même et ses avatars dans la culture anglo-américaine

 | 
Jean-Paul Regis

Théorie de la citation et théorie du roman : l'exemple de Tristram Shandy

Alexis Tadié

Texte intégral

1Dans le cadre d'un colloque sur la répétition, il semblait approprié de s'interroger sur le statut de la citation, répétition institutionnalisée au rang de procédé littéraire. Il peut y avoir bien sûr citation sans vraie répétition comme on le verra ; il peut aussi y avoir répétition qui n'est pas citation : les points d'information de "France-Infos Express Spécial Golfe" en sont l'exemple le plus criant chaque jour rencontré.

2Dans Tristram Shandy, l'abondance de citations est trop connue, trop bien répertoriée finalement pour que le présent texte puisse être une étude de la citation dans le roman de Sterne. Depuis le travail d'un médecin de Manchester de la fin du dix-huitième siècle, qui publie, d'abord en 1793 puis dans leur version définitive en 1798, ses remarques sur la citation chez Sterne, la preuve n'est plus à faire de l'immense culture de Sterne qui le conduisit souvent à simplement recopier certains passages d'illustres ou moins illustres prédecesseurs. Ferriar y voyait une infraction à la morale littéraire et jugeait inconvenant le plagiat. Cette attitude se renforça évidemment au dix-neuvième siècle et le jugement d'un Bagehot par exemple n'est pas un cas isolé :

  • 1 "Sterne and Thackeray", 1864.

[Sterne] was accused of stealing learning, and it is likely enough that a great many needless quotations which were stuck into Tristram Shandy were abstracted from secondhand storehouses where such things are to be found. But what he stole was worth very little, and his theft may now at least be pardoned, for it injures the popularity of his works. Our present novel-readers do not at all care for an elaborate caricature of the scholastic learning ; it is so obsolete that we do not care to have it mimicked. Much of Tristram Shandy is a sort of antediluvian fun, in which uncouth Saurian jokes play idly in an intelligible world1.

3Il s'agira donc plutôt ici d'envisager une possible articulation de la théorie et de la pratique de lecture. Comme en tant de choses, il y a au moins deux points de vues sur la citation ; celui qui emporte une question logico-grammaticale presque réglée d'avance vers de grands mouvements d'analyse et traite de citationalité propre au langage, d'itérabilité, voire, plus simplement, de palimpsestes et d'intertexte. Un autre point de vue, dont l'origine géographique est au-delà de la Manche, regarde la citation par le bout logico-grammatical de la lorgnette, sans souvent porter ses regards sur le texte littéraire. J'ai, on l'aura deviné, cherché à privilégier celui-ci face à celui-là.

4Il s'agit de tenter d'étudier la façon dont une théorie de la citation peut informer ou restreindre une théorie du roman, plus exactement d'essayer de déterminer si ou comment une théorie de la citation est un fragment de théorie du roman. Autrement dit, j'ai voulu à partir du roman de Sterne esquisser la façon dont l'utilisation et l'analyse de la citation conduisent à une conception de ce roman en particulier, et ainsi suggérer une façon d'envisager la nature de la fiction.

5La diversité du phénomène de la citation chez Sterne m'a obligé à omettre de parler de l'influence ainsi que, dans une certaine mesure, de citations du texte par lui-même, d'un personnage par lui-même ou par un autre – phénomènes trop répandus chez Sterne pour ne pas appeler de plus longs commentaires. Je tenterai, malgré l'exemple, de rester dans le domaine théorique, préférant à l'étude du contexte narratif de la citation une réflexion sur sa nature.

6Une fois ces restrictions faites, si, comme aurait dit Sterne, le lecteur veut bien suivre les lacets de cette route en ma compagnie, je commence.

Les modalités de la citation

7Je commencerai donc par enfreindre immédiatement le principe plus haut énoncé pour m'attarder un instant sur la variété de la citation sternienne et la spécificité de sa manifestation shandéenne.

  • 2 J'aurais ainsi dû utiliser la formule à propos de la citation de Bagehot, mais ne pouvant retrouve (...)

8On peut, je crois, distinguer trois grands types de citation : la citation explicite, qui fait appel à un nom d'auteur, à une date de publication, à des guillemets, que ces trois éléments soient présents simultanément ou non. Un cas particulier en est la citation rapportée, notée dans les textes de critique par la formule "cité par"2. La citation implicite a ensuite pour nom l'allusion, que celle-ci soit déguisée ou non. Enfin la fausse citation construit de faux textes, élabore un corpus parallèle.

  • 3 "The mind should be accustomed to make wise relections, and draw curious conclusions as it goes al (...)
  • 4 "A mysterious carriage of the body to cover the defects of the mind ;– which definition of gravity (...)

9La citation explicite foisonne dans Tristram Shandy. Les auteurs de l'Antiquité sont ainsi convoqués par l'auteur : Hésiode est cité en grec au chapitre XXVI du volume V (page 312 de l'édition Oxford), Pline le jeune qui n'a jamais lu un mauvais livre sans en tirer quelque profit3 permet d'alimenter un plaidoyer sur la réflexion. Certains moralistes du dix-septième siècle se voient aussi mis à contribution, comme La Rochefoucauld dont la définition de la gravité est citée4. Messieurs les Docteurs de la Sorbonne sont encore l'occasion d'un mémoire sur les baptêmes intra-utérins, daté de 1733.

10L'emprunt déguisé est tout aussi fréquent et Burton est ici une source irremplaçable. L'Anatomy of Melancholy qui n'avait pas été publié depuis le dix-septième siècle connut ainsi une réimpression tardive à la fin du dix-huitième, après la parution de Illustrations of Sterne de Ferriar. Par exemple, l'oraison de Walter après la mort de Bobby, vient de Burton qui cite déjà Cicéron.

11Sterne réécrit aussi Burton, comme le note avec tristesse Ferriar :

  • 5 London : Cadell & Davies, 1798, pp. 53-54.

Sterne has contrived to give a ludicrous turn to those passages which he took from Burton's Anatomy of Melancholy, a book, once the favourite of the learned and the witty, and a source of surreptitious learning to many others, beside my author. I had often wondered at the pains bestowed by Sterne in ridiculing opinions not fashionable in his time, and had thought it singular, that he should produce the portrait of his sophist, Mr Shandy, with all the stains and mouldiness of the last century about him. I am now convinced that most of the singularities of that character were drawn from the perusal of Burton5.

12Le Moyen de parvenir de Béroalde de Verville figure aussi parmi les sources répertoriées par Ferriar. Mais l'existence d'un volume de notes pour deux volumes de texte de l'édition Florida montre bien l'importance, en même temps peut-être que les limites, de l'analyse de la citation sternienne.

13La fausse citation n'est enfin pas moins fréquente : l'exemple le plus marquant en est le conte de Slawkenbergius. Le neuvième conte de la dixième décade de cet auteur imaginaire, qui relate une sombre histoire d'étranger au long nez, est inséré au début du volume IV, sans en faire véritablement partie puisque la numérotation des chapitres débute à la fin de celui-ci.

14Ce type de citation pose deux problèmes. Un emprunt à un auteur qui n'en est pas un suggère en effet que tous les autres auteurs cités par le roman soient placés sur le même plan et deviennent alors fictifs. Autrement dit : y a-t-il des degrés de Activité ? D'autre part, invoquer par la fiction, une autre fiction, sous les apparences de la vérité, de la citation directe, accroît la complexité des repérages.

15Restent deux cas particuliers (au moins). Le sermon de Yorick : un sermon est en effet tombé, au volume II, de Stevinus. Il est lu à la compagnie par Trim. Ce sermon fut aussi prêché par Yorick, qui l'avait glissé dans le volume de Stevinus. Il fut prêché par le pasteur Laurence Sterne le 29 juillet 1750 à York et publié la même année. Sterne le publia enfin, ainsi que ses autres sermons, sous le nom de Yorick.

  • 6 "It seems that Yorick, who was inquisitive after all kinds of knowledge, had borrowed Stevinus of (...)

16Le sermon réel devient ainsi une première fois fictif puis redevient réel puisqu'il est perdu à nouveau6, et retrouvé à nouveau, à présent en la possession de la famille Shandy :

in case the character of parson Yorick, and this sample of his sermons is liked, – [...] they are now in the possession of the Shandy Family, as many as will make a handsome volume, at the world's service,-and much good may they do it (114).

17En prenant le phénomène à rebours, on peut aussi dire qu'un texte de fiction cite un texte d'un personnage de fiction (de cette même fiction), mais que ce texte est réel et publié sous le nom du personnage de fiction. Cela provoque alors un effet de résonance ; la citation joue ici avec les limites de l'oeuvre, fait entrer Sterne dans la fiction ou, au contraire, brise les limites de la fictivité.

18Le deuxième cas particulier se trouve au début du livre V où le narrateur s'insurge contre la citation et le plagiat :

Shall we for ever make new books, as apothecaries make new mixtures, by pouring only out of one vessel into another ?
Are we for ever to be twisting, and untwisting the same rope ? for ever in the same track – for ever at the same pace ?
(V, I, 275).

19Et on lit chez Burton :

  • 7 Anatomy of Melancholy, 1621 ; ed. Η. Jackson, New York : Vintage, 1977, pp. 23-24.

As apothecaries we make new mixtures every day, pour out of one vessel into another [...] but we weave the same web still, twist the same rope again and again7.

20Le passage de Burton, déjà contre la citation, est de surcroît lui-même plagié chez Jovius. Il s'agit donc d'un plagiat d'un plagiat sur le thème du plagiat : la copie de Sterne est tout aussi déficiente que l'original de Burton et annule finalement la différence.

21Le texte revient sur lui-même et met en cause sa propre pratique. Il ne saurait plus y avoir ni original ni copie, et la citation pourrait devenir principe général de composition.

Théories de la citation

22C'est la nature logique et sémantique d'une citation qui m'occupe ici. Il s'agit en effet de déterminer exactement son statut pour pouvoir analyser la façon dont elle s'intègre ou non au texte où elle apparaît. Est-ce par exemple un cas de répétition pure ? Ou y a-t-il nouvelle énonciation d'un nouvel énoncé ?

23La définition "minimale" de la citation permet en tout cas de dire que l'usage d'un énoncé (A) au sein d'un autre énoncé (B) amène un retour du langage sur lui-même :

  • 8 D. Davidson, "On Quotation", Inquiries into Truth and Interpretation, Oxford : O.U.P., 1984, p. 79

In quotation not only does language turn on itself, but it does so word by word and expression by expression, and this reflexive twist is inseperable from the convenience and universal applicability of the device8.

24La difficulté inhérente au processus de citation et qui transparaît dans les propos de Davidson tient au fait que l'expression citée est à la fois en usage et en mention. Elle est en usage parce que la structure sémantique de l'énoncé où apparaît une citation impose que l'énoncé cité s'y intègre, ou qu'il ait la possibilité de s'intégrer. Si la citation imposait une ponctuation constante (par exemple deux points suivis de guillemets) on pourrait concevoir qu'il s'agisse de simple mention. Mais comme elle peut s'intégrer au discours de façon apparemment homogène, il faut considérer qu'elle est en usage. Mais elle est aussi en mention, ce qu'indiquent clairement les guillemets ou toute autre ponctuation.

  • 9 Ces réflexions sont guidées par les deux articles de Davidson "On Saying That", Inquiries, pp. 93- (...)

25Diverses théories logiques permettent de rendre compte de ce phénomène9. Tarski suggérait ainsi de considérer l'expression citée et les guillemets qui l'entourent comme un tout sémantique et de le traiter de la même façon qu'un nom propre. La référence de l'expression serait alors différente de la référence individuelle des mots qui la constituent.

26Ainsi, prenons l'exemple de la dernière phrase du livre "A COCK and a BULL, said Yorick – And one of the best of its kind, I ever heard" (IX, XXXIII, 539). Telle qu'elle apparaît dans la phrase précédente, citée par moi, cette phrase est en mention. L'ensemble entre guillemets ainsi que les guillemets formeraient un tout logiquement simple dont la fonction est de référer à la portion de texte que la parenthèse qui suit indique. Il n'y a pas de doute que dans la phrase où je cite ce passage de Sterne cette théorie fonctionne puisque les propos de Yorick sont en pure mention.

27Mais je peux aussi intégrer cet énoncé à mes propos en disant par exemple : Tristram Shandy is "A COCK and a BULL [story]... – And one of the best of its kind, I ever heard". La possibilité même que me donne le langage d'insérer des mots dans la citation ([story]), d'en retirer d'autres, ce qu'indiquent les points de suspension, tout en faisant de celle-ci le prédicat de mon énoncé, et en permettant de la reconnaître comme identique à son occurrence précédente, montre que la structure logico-sémantique de la citation, en mention, est essentielle. La référence individuelle des mots qui la composent est indispensable au traitement de la citation, qui peut donc se trouver en usage aussi bien qu'en mention. Il faut enfin reconnaître qu'elle est les deux à la fois, pour ne pas introduire de distinction radicale entre la première occurrence de la citation et la deuxième. Il n'est donc pas possible de traiter la citation comme un tout sémantique semblable au nom propre.

28Une deuxième théorie, celle de Quine par exemple, considère que la citation est une image (picture theory). Seule l'expression entre guillemets renvoie à l'expression originale, les guillemets correspondant à des instructions sur la façon de traiter le contenu des guillemets, en créant un contexte d'auto-référence. Mais ce critère fait disparaître toute contrainte sur la citation. Parce que s'il confère à la citation une structure sémantique, en lui conservant celle de l'"original", il ne lui impose en fait rien sur le rapport à celui-ci. Que l'expression citée entre guillemets réfère à elle-même grâce aux guillemets ne définit pas la façon dont l'expression citée ressemble à elle-même. Autrement dit il ne suffit pas de rendre compte de l'auto-référence de la citation pour expliquer son fonctionnement et surtout la nature du rapport entre énoncé cité et énoncé original.

29Pour être cohérente une théorie de la citation doit donc pouvoir expliquer que le calcul des valeurs de vérité n'est pas suspendu par l'apparition de la citation, et s'intégrer à une théorie générale du langage. Elle doit d'autre part rendre compte de sa structure particulière : expression citée plus marques de citation (guillemets, "je cite", etc.). Il lui faut enfin montrer la réflexivité du langage.

  • 10 Ibid., p. 90

30A ces contraintes Davidson répond en se fondant sur la distinction logique entre type et token. La citation serait d'une certaine façon une occurrence d'un type. Plus précisément il explique que les mots cités dans un énoncé n'appartiennent pas à cet énoncé, sémantiquement. Ce qui est présent, c'est une inscription : "What appears in quotation marks is an inscription not a shape"10. L'expression citée n'a donc pas de référence, mais les signes de ponctuation ou tout autre procédé servant à indiquer qu'il y a effectivement citation, gouvernent la référence. Il y a référence à ce que Davidson appelle une forme (shape) et indication d'un énoncé qui a cette forme. Plus précisément les procédés de citation montrent cette forme en désignant une occurrence de celle-ci :

  • 11 Ibid.

On the demonstrative theory, neither the quotation as a whole (quotes plus filling) nor the filling alone is, except by accident, a singular term. The singular term is the quotation marks, which may be read 'the expression a token of which is here'. Or, to bring out the way in which picturing may now be said to be genuinely involved : 'the expression with the shape here pictured'.11

31La citation est alors image, empreinte du texte d'origine, trace de cette énonciation antérieure.

32Il me semble que l'avantage qu'il y a à analyser la citation de cette façon est que l'on peut unifier la classification des citations que je proposais plus haut. On pourra ainsi dire que la citation explicite, qu'elle soit attribuée ou non correspond à l'exemple standard d'analyse. La fausse citation suppose en revanche un énoncé originel dont l'expression faussement citée serait la trace. Que cet énoncé n'existe en fait pas est permis par les usages non-sérieux du langage, et n'a pas de répercussions sur la citation elle-même ; il en a peut-être en revanche sur le discours qui met en scène de telles citations.

33Enfin, la citation non-explicite pourrait poser un problème, puisqu'elle ne se montre pas comme inscription mais comme texte même. En fait il est possible de dire qu'il y a de la part du lecteur ou de l'éditeur rétablissement ultérieur, et artificiel, des guillemets. La citation non identifiée comme citation fonctionnerait comme un leurre.

34Il n'y alors pas de différence de nature entre les trois types de citation. Le discours qui cite articule ces empreintes, non en répétant, mais en montrant, c'est-à-dire en intégrant plus ou moins suivant les cas. Mais le roman qui multiplie les citations ne risque-t-il pas alors de se transformer en texte-morceau de cire, en palimpseste illisible ?

L'articulation au roman

35Si une théorie de la citation appartient de plein droit à une théorie du langage, elle est aussi au centre d'une théorie du roman. D'abord parce qu'une théorie du roman peut apparaître comme un cas particulier d'une théorie linguistique ; ensuite parce que la citation qui réfère à des énoncés extérieurs au roman pose un problème pour la définition de l'univers du roman. Il s'agit à la fois d'une pratique d'écriture particulière et d'un problème de repérage.

36On pourrait dire en effet que le roman ainsi organisé par un principe de citation reflète, par ce jeu d'empreintes, la multiplicité des énoncés qu'il invoque et perd donc son identité. A tout le moins il en redéfinit la nature, puisque l'univers du roman ne se présente pas comme un univers clos qui établit de façon univoque la référence de ses énoncés, mais comme l'articulation de divers univers.

37La constitution du sens dans un roman – d'un roman – passe aussi par la citation : celle-ci articule un principe et une pratique d'écriture. D'une part elle ouvre le texte vers d'autres textes, elle ouvre les énoncés vers d'autres énoncés. Elle suggère aussi un retour sur soi-même de l'écriture en mettant en scène sa propre pratique La prolifération de citations, comme dans Tristram Shandy, devient alors questionnement de l'écriture, en suggérant une pratique totalement tournée vers d'autres énoncés.

  • 12 "C'est un vrai cornucopie de joyeuseté et raillerie" disait Rabelais.

38Cette corne d'abondance12 que le texte qui cite représente en vient alors à acquérir un sens différent. L'abondance de citations articule en effet un thème livresque (la nature du livre et la bibliothèque) et la tradition scholastique. Ce qui revient à dire que dans le livre, d'autres livres laissent toujours leur empreinte, que la constitution de la bibliothèque présuppose toujours une bibliothèque. Nous serions donc en présence d'un texte qui renvoie toujours ailleurs et la relation ainsi envisagée n'est pas simple relation d'intertextualité donc, mais plutôt un rapport référentiel du livre à d'autres livres.

  • 13 Cf. pour citer la formule souvent employée : "je vous renvoie à..."

39On peut interpréter ce phénomène de diverses façons, non exclusives. On peut d'abord voir la marque d'une philosophie sceptique qui soulignerait par ce perpétuel mouvement de renvoi13 la futilité du savoir. La citation en ce sens est inutile et ne fait que souligner l'inanité de toute connaissance. Ainsi de Walter Shandy allant chercher chez Rubenius des renseignements sur les culottes :

Upon every other article of ancient dress, Rubenius was very communicative to my father ; – gave him a full and satisfactory account of
The Toga, or loose gown.
The Chlamys.
The Ephod.
The Tunica, or Jacket.
The Synthesis.
The Paenula.
The Lacema, with its Cucullus.
The Paludamentum.
The Praetexta.
The Sagum, or soldier's jerkin.
The Trabea : of which, according to Suetonius, there were three kinds.
But what are all these to the breeches ? said my father
(VI, XIX, 353)

40Et Walter Shandy se trouve emporté par le Latus Clavus, ce qui oblige le narrateur à l'abandonner :

Leave we the breeches in the taylor's hands, with my father standing over him with a cane, reading him as he sat at work a lecture upon the latus clavus, and pointing to the precise part of the waistband, where he was determined to have it sewed on (VI, XX, 355).

41On peut interpréter la citation un peu différemment aussi, y voir un principe borgésien qui n'aurait de finalité que dans un silence assuré que tout a déjà été dit, où il ne reste plus à Picasso qu'à peindre de faux picassos à moins qu'un faux Picasso ne peigne de vrais picassos (F for Fake).

42On peut encore voir la citation comme une esthétique du fragment, du détail, de ce que le dix-huitième affectionne, le "particular". Et il y a sûrement dans Tristram Shandy, plus encore dans A Sentimental Journey, une utilisation du fragment, une composition par fragments que certaine littérature du vingtième siècle retrouve, avec d'autres présupposés. La forme même, inachevée, de A Sentimental Journey, souligne encore la présence de cette esthétique.

43Mais toute interprétation doit aussi prendre en compte la nature du texte ainsi composé. Car le roman se trouve articulé, par la citation, à d'autres textes de fiction, à des traités plus ou moins savants, à des traités fictifs aussi, à des pamphlets, etc. L'empreinte laissée par ces autres textes dans le roman conduit en effet à envisager un rapport toujours extérieur au texte, plus exactement à considérer qu'il n'y a pas de suspension de référence à l'intérieur d'un roman. Si la citation indique un autre texte, il faut considérer que le roman puisse aussi renvoyer à des éléments extérieurs au roman, ce qui mettrait alors en jeu la distinction entre fictif et non-fictif, ou suggérerait à tout le moins qu'il n'y a pas de domaine privilégié du discours de fiction.

  • 14 Car, la détermination de l'énoncé d'origine n'est pas toujours aisée ni possible, et diverses stra (...)

44Si la citation est empreinte, comme je l'ai suggéré, le roman se constitue alors comme espace de résonance, comme lieu où s'organise la référence. Un système d'inscriptions, et d'inscriptions d'inscriptions, voire d'inscriptions circulaires14 fait en effet apparaître le roman de Sterne comme un objet du monde dont le statut ne peut être clairement défini, ni comme roman clos, ni comme texte purement référentiel.

45Ainsi le sermon de Yorick, cité plus haut, pose un problème intéressant à la limite de toutes ces distinctions, puisqu'il n'est plus aisé de distinguer l'original de la copie, l'empreinte de l'original : le pasteur Sterne prêchait-il un sermon énoncé par Yorick (et l'utilisation du nom de Yorick pour leur publication posa des problèmes à Sterne qu'on accusa de vouloir tirer profit d'une célébrité peu morale pour diffuser des idées qui devraient l'être) ? Ou le sermon conservé par les Shandy n'est-il que l'empreinte d'un sermon réel ?

46En fait il faut considérer que le roman met en jeu un espace de référence qui fait entrer Tristram Shandy dans la bibliothèque, quelque part entre Borgès et Burton, entre Ferriar et Slawkenbergius (mais où se trouve donc Slawkenbergius ?), entre Shakespeare et Yorick (l'auteur de sermons et d'un voyage sentimental). Le roman est alors une construction qui s'apparente à une construction géométrique, multi-dimensionnelle, qui articule différents domaines, plus ou moins repérables. On pourrait envisager des niveaux de référence, des espaces emboîtés où un même fragment résonnerait de façon différente.

47Ainsi, suivant que l'on considère que le nom de Yorick désigne le fou du roi déterré par les fossoyeurs de Hamlet, le personnage du roman de Sterne, l'auteur des Sermons ou de A Sentimental Journey, ou encore simplement, en supposant qu'il s'agit d'un pseudonyme, d'un simple masque, qu'il désigne Sterne, l'interprétation à donner à ce sermon est différente. Le sens de celui-ci se charge bien entendu de la superposition de toutes ces interprétations concurrentes mais superposables.

48Cette ouverture du texte est donc tributaire de l'interprétation de la citation comme empreinte car elle permet de conserver l'identité et l'unité du roman tout en faisant apparaître l'hétérogénéité de celui-ci. Cette analyse, s'il était ici le lieu de la poursuivre, mènerait donc à envisager la polyphonie du texte au travers de la polyphonie du langage. Car la pratique de la citation dans le roman est le cas particulier d'une pratique générale linguistique qui consiste à mettre en scène divers énonciateurs – le locuteur pouvant tour à tour se distancier d'eux ou au contraire s'identifier à eux.

49L'articulation du roman de Sterne à d'autres textes, fictifs ou non, met donc explicitement en avant le caractère non univoque de la fiction narrative. L'utilisation même de fausses références renforce encore cette perspective, car elle met en avant comme principe de composition la citation, alors qu'il n'est à ce moment-là pas question de référence à l'extérieur de ce que l'on pourrait appeler l'univers du roman, son univers référentiel, les mondes qu'il met en oeuvre.

50Mais à y regarder de près la citation est parfois fausse ou imparfaite, l'empreinte et l'original sont en léger décalage. Locke, souvent invoqué à la fois par Tristram et donc par les critiques est ainsi souvent cité imparfaitement, à la fois dans la lettre et dans l'esprit. Ce qui voudrait alors dire que le roman se construit non seulement par empreinte, mais par décalage léger, créant ainsi comme un flou autour de cette image imparfaite. La remise en cause de la citation, en même temps que sa pratique, suggère de voir le rapport entre original et copie légèrement différemment, de lire Locke avec les yeux de Tristram, d'attribuer, comme au dix-huitième, autant de valeur ou plus à la copie qu'à l'original, de préférer les faux picassos de Welles aux vrais.

Notes

1 "Sterne and Thackeray", 1864.

2 J'aurais ainsi dû utiliser la formule à propos de la citation de Bagehot, mais ne pouvant retrouver la référence du livre où elle était citée, je me suis vu contraint au demi-plagiat.

3 "The mind should be accustomed to make wise relections, and draw curious conclusions as it goes along ; the habitude of which made Pliny the younger affirm, 'That he never read a book so bad, but he drew some profit from it.'" vol. I, ch. XX, p. 48 ; ed. I, C. Ross, Oxford : O.U.P., 1983.

4 "A mysterious carriage of the body to cover the defects of the mind ;– which definition of gravity, Yorick, with great imprudence, would say, deserved to be wrote in letters of gold" I, XI, 23.

5 London : Cadell & Davies, 1798, pp. 53-54.

6 "It seems that Yorick, who was inquisitive after all kinds of knowledge, had borrowed Stevinus of my uncle Toby, and had carelessly popp'd his sermon, as soon as he had made it, into the middle of Stevinus ; and, by an act of forgetfulness, to which he was ever subject, he had sent Stevinus home, and his sermon to keep him company."
"Ill – fated sermon ! Thou was lost, after this recovery of thee, a second time, dropp'd thro'an unsuspected fissure in thy master's pocket, down into a treacherous and a tatter'd lining, – trod deep into the dirt by the left hind foot of Rosinante, inhumanly stepping upon thee as thou falledst– ; – buried ten days in the mire–, – raised up out of it by a beggar, sold for a halfpenny to a parish-clerk–, – transferred to his parson-, – lost for ever to thy own, the remainder of his days–, nor restored to his restless MANES till this very moment, that I tell the world the story" (II, XVII, 113).

7 Anatomy of Melancholy, 1621 ; ed. Η. Jackson, New York : Vintage, 1977, pp. 23-24.

8 D. Davidson, "On Quotation", Inquiries into Truth and Interpretation, Oxford : O.U.P., 1984, p. 79.

9 Ces réflexions sont guidées par les deux articles de Davidson "On Saying That", Inquiries, pp. 93-108 et "On Quotation", pp. 79-92.

10 Ibid., p. 90

11 Ibid.

12 "C'est un vrai cornucopie de joyeuseté et raillerie" disait Rabelais.

13 Cf. pour citer la formule souvent employée : "je vous renvoie à..."

14 Car, la détermination de l'énoncé d'origine n'est pas toujours aisée ni possible, et diverses stratégies contribuent à brouiller les pistes. C'est pour cela que j'emploie le terme de résonance. De même, lorsque Lovelace cite dans une lettre, Job, qui (et il le souligne) est la référence favorite de Clarissa, sa citation est à la fois empreinte du texte de la Bible et empreinte d'une citation virtuelle de Clarissa, trace à tout le moins de sa stratégie, ce qui trouble évidemment la nature de l'inscription.

Auteur

Université de Paris-X Nanterre

© Presses universitaires François-Rabelais, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable