Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transformation, métamorphose, anamorphose

 | 
Bernard Escarbelt
, 
Jean-Paul Regis

Fragments de discours féminins : "nanamorphoses" ou les impasses de la voix féminine dans Finnegans Wake

Laurent Milesi

Texte intégral

1L'oeil rivé sur les batailles sino-japonaises, toiles de fond historiques parmi tant d'autres dans Finnegans Wake sur lesquelles s'entrecroisent plus particulièrement les ramifications thématiques de ces deux langues, nous aurions pu être tentés de parler des sommeils érotiques de l'oeuvre, de ses nuits de Chine, nuits câlines où des nanas de Formose projetteraient leurs formes nues ageishantes dans l'écriture métathétique de "Wimmegame's fake" (375.16-17). Mais au risque de décevoir le lecteur en ququête de révélations pornographiques livrées par les bégaiements accusateurs du texte, nous avons opté, sérieux universitaire oblige, pour d'autres voies, plus "aurales" que génitales, lieux d'écoute privilégiés de balbutiements plus fondamentaux, ceux de l'inscription de la femme, de la meuf, dans des formes morphéiques sans cesse prêtes à se transformer dans le kaléidoscope nocturne du Wake où alternent les jeux de miroirs. Avant de faire se réfléchir nos "nanamorphoses" ou projections de voix féminines dans des structures à géométrie variable, il convient au préalable de rappeler quelques-uns de ces effets formels et structurels engendrés par l'imaginaire critique à partir de l'imaginaire textuel tel qu'il fut mis en place par dix-sept années de construction.

1. Modèles spatiaux et formes de l'univers wakien

  • 1 Voir Giambattista Vico, Principe d'une Science Nouvelle relative à la nature commune des Nations. T (...)
  • 2 Si l'on en juge d'après la célèbre formule de Joyce à Padraic Colum, souvent reprise : "I use his c (...)

2Nourries par les métaphores que Joyce lui-même livrait sur l'Oeuvre en cours dans sa correspondance autant que par la perception d'effets du texte, ces figures de la structure façonnent un espace kaléidoscopique servant de support mobile et plastique tout autant que l'idiome valise aux multiples configurations, tissé de voix et d'universaux de personnages (character universals) par réseaux associatifs. On le sait, Finnegans Wake relaie par son agencement "circulaire" de 3 + 1 "Livres" les trois Ages suivis du ricorso (ou retour au premier Age) que comprend chaque cycle de l'Histoire idéale éternelle que le philosophe des Lumières italiennes Giambattista Vico exposa dans les diverses versions de sa Scienza Nuova1. Autour de ce "treillis" ou canevas de structure auquel il ne faudrait prêter qu'une importance formelle pratique2, Joyce greffe diverses descriptions de l'échafaudage wakien dans lesquelles il insiste sur la symétrie et la géométricité des masses narratives :

  • 3 Paroles rapportées par Frank Budgen et reprises dans Seon Givens, éd. James Joyce : Two Decades of (...)
  • 4 Remarque faite à August Suter, citée dans Frank Budgen, James Joyce and the Making of Ulysses and O (...)
  • 5 Richard Ellmann, éd. Selected Joyce Letters, New York : The Viking Press, 1975, p. 304.
  • 6 Stuart Gilbert, ed. Letters of James Joyce, vol. 1, Londres : Faber & Faber, 1957, p. 214.
  • 7 Ibid., p. 261.
  • 8 Ibid., p. 251. Joyce ici fait allusion aux quatre parties ou "côtés" de son roman cyclique.
  • 9 Selected Joyce Letters, p. 314.

I am boring through a mountain from two sides. The question is, how to meet in the middle3.
I feel like an engineer boring into a mountain from two sides. If my calculations are correct we shall meet in the middle. If not...
4
one of the partitions between two of the tunnelling parties seems to have given way
5.
Shawn... is a description of a postman travelling backwards in the night through the events already narrated
6.
I had a rather strange dream the other night. I was looking at a Turk seated in a bazaar. He had a framework on his knees and on one side he had a jumble of all shades of red and yellow skeins and on the other a jumble of greens and blues of all shades. He was picking from, right and left very calmly and weaving away. It is evidently a split rainbow and also Parts I and III
7.
I am making an engine with only one wheel. No spokes of course. The wheel is a perfect square. You see what I am driving at, don't you ?... No, it's a wheel, I tell the world. And it's all square8.
The book really has no beginning or end... It ends in the middle of a sentence and begins in the middle of the same sentence
9.

  • 10 Clive Hart, Structure and Motif in Finnegan's Wake, Londres : Faber & Faber, 1962. Rappelons par ai (...)
  • 11 Voir notre étude "Fumbling for one continuous integument : Voice and Gramma(r) of Chapter Links", à (...)

3Le fameux tour de force textuel de la "clôture" auquel il est fait directement allusion dans le dernier extrait est le "début" différé par l'ensemble du livre qui se déroule ainsi comme une parenthèse et une promesse, pirouette par laquelle doit se perpétuer/perpétrer la relecture infinie : refaire sans cesse le trajet de cette (dis)jonction et réamorcer le ricorso cyclique au premier Livre. Les multiples métaphores joyciennes et les conséquences de cette fiction de clôture pour notre perception de la structure et du "programme" de (re)lecture de l'oeuvre n'ont pas manqué d'inspirer d'autres métaphores ou transformations de la construction joycienne. Dans une des meilleures études de Finnegans Wake, notamment consacrée aux schémas formels superposés structurant le texte, Clive Hart décrit à loisir l'entrecroisement de cercles et de croix, conjoints entre autres dans le symbole de la mandala, et convoque la figure du huit couché de l'infini (∞), permettant de marquer entre autres l'intersection des deux hémisphères narratifs et géographiques que se partagent les jumeaux (correspondant notamment aux Livres I et III), hémisphères allant à l'encontre l'un de l'autre pour boucler la boucle textuelle10. Plusieurs critiques à sa suite prendront pour modèle l'anneau de Moebius pour rendre compte plus particulièrement du déroulement infinitésimal du livre engendré par le projet de cyclicité au prix de la relecture. En retournant le livre à la première page, le (re)lecteur imprime ce mouvement de torsion au texte que décrit l'anneau, prenant ainsi en charge le projet intratextuel de retraversée infinie des cycles selon les principes vichiens. Cette métaphore permet aussi de problématiser ce moment fictif où la narration s'inverse pour retourner au leurre de ses origines (la phrase tronquée de la p. 3), moment qui pourrait être le blanc alliant et séparant à la fois Livres II et III, préparé par le mouvement de reflux narratif que trace l'arrangement vocal des quatre évangélistes au chapitre II. 411 :

4Une dizaine d'années plus tard, lorsque la pensée française s'empare définitivement du texte joycien lors du colloque international de Paris en 1975, et plus généralement dans une conception de la lecture comme quête herméneutique spiralée, Michel Butor, et d'autres à sa suite, développe la métaphore de la spirale textuelle pour visualiser l'effet fictif de clôture du cercle wakien qu'esquisse la bipolarisation de la phrase interrompue :

  • 12 Michel Butor, "Joyce et l'aventure d'aujourd'hui", Joyce et Paris 1902……1920-1940……1975 : Actes du (...)

C'est apparemment circulaire, c'est un éternel retour qui est fendu si vous voulez. C'est une spirale. Bien sûr la première phrase va continuer la dernière phrase, mais naturellement la seconde fois que nous lirons Finnegans Wake, nous ne le lirons pas de la même façon que la première. Ainsi ce n'est pas un cercle, c'est quelque chose qui commence mais qui commence dans une direction différente de celle dans laquelle on croyait que cela commençait12.

5Le cercle se métamorphose en spirale herméneutique par l'intervention du (re)lecteur qui, à la "dernière" page du livre, choisit symboliquement d'accomplir le programme de lecture ininterrompue (si ce n'est par la suspension du souffle au moment où le texte bascule vers son origine décalée) et de réactiver la quête momentanément suspendue du péché sexuel et linguistique du héros. L'interruption du cercle favorise l'irruption du relecteur dont la réflexion met en branle la structure dynamique inscrite dans l'économie du texte. Ou comme le dira Philippe Sollers plus tard :

  • 13 Philippe Sollers, au cours d'un entretien avec Jean-Louis Houdebine : "La Trinité de Joyce," Tel Qu (...)

Ce qui m'intéresse chez Joyce, c'est en quoi avec une formidable et très inhabituelle discrétion, tout en faisant semblant de boucler, il interrompt. Il fait interruption13.

  • 14 Nous résumons l'une des deux principales conclusions de notre étude mentionnée en note 11.

6Plus récemment, nos propres recherches sur les jonctions narratives et thématiques entre chapitres nous ont permis de percer plus avant les modalités de la structuration formelle de Finnegans Wake. La multiplication des structures polyèdres et cycliques du Livre I, où s'écrit en lettres disséminées le nom de Shem, et du schéma plus linéaire, "régressif" (.cf. quatrième citation, p. 2) du Livre III, lié à Shaun le porteur de lettres, façonne l'espace du Livre II, et notamment l'espace géométrique de II.2, clef de voûte de l'édifice où à tour de rôle ils tracent le sexe d'Anna Livia à l'aide de cercles (figurant aussi les hémisphères des deux jumeaux) et de segments (voir diagramme p. 293, chap. II.2)14.La découverte est rendue possible par la conciliation des points de vue des deux frères ennemis au cours de la longue parenthèse (...) précédente, en 287.18-292.32, périodiquement parsemée de tirets --- et s'achevant sur la proposition fort à propos de "draw the line somewhawre." C'est précisément dans la contre-partie à cette "Leçon" cruciale puisque la construction du sexe de la mère terre ou "geomater" (297.01) selon les lois d'Euclide permettra aux jumeaux enfin réconciliés d'accéder à la paternité en renversant le patriarche de la génération ascendante, que s'énoncent les impasses d'une grammaire de la sexualité féminine, en dernier lieu maîtrisée par les frères de la jeune Issy pour pouvoir ravir les mystères de la féminité.

2. Fragments de discours féminins : les métamorphoses de "Storiella"

  • 15 "Towards a Female Grammar of Sexuality : The De/Recomposition of "Storiella as she is syung,"" Mode (...)
  • 16 English As She Is Spoke or a Jest in Sober Earnest. With an introduction by James Millington, n° 1, (...)

7Il ne peut être question, dans la perspective de cette étude, de reprendre par le menu les analyses linguistiques et génétiques développées ailleurs15 de l'épisode "Storiella as she is syung," dont le titre burlesque a pour origine un soi-disant manuel de conversation en langue anglaise par un certain Pedro Carolino16. Tout au plus nous contenterons-nous d'esquisser les métamorphoses dramatiques par lesquelles cette première moitié de chapitre est passée et qui constituent un fait unique dans l'histoire de la composition de Finnegans Wake.

  • 17 Voir The James Joyce Archive, reproduction en fac-similé de l'ensemble des manuscrits joyciens édit (...)

8L'élaboration de ce qui deviendra II.2 commence avec l'idée forte de la leçon de géométrie, "The Triangle" ou "The Muddest Thick That Was Ever Heard Dump" (à présent 282.05-304.04) en juillet 1926 et ne se poursuivra qu'en 1933-1934, après une difficile période marquée par un sentiment d'impasse dans le développement de l'oeuvre, des problèmes oculaires croissants, mais surtout par les sévères troubles psychiques de sa fille Lucia dont on trouve justement la présence diffuse dans les "Leçons" (nous y reviendrons). C'est à cette époque que Joyce découvre le format de cahier d'écolier (notes en marges et de bas de pages) et qu'il atomise le discours d'Issy, péniblement élaboré au cours de cinq brouillons successifs, en notes disjointes et apparemment incohérentes, régression dans le processus de création venant redoubler la méthode de composition "rétrograde" puisque Joyce tentait d'étoffer et d'équilibrer le chapitre à reculons, à partir d'un axe de force situé dans la deuxième moitié. Le point nodal de ce basculement de stratégies, graphiquement isolable dans les avant-textes (MSS 47478-286 : "And. But rather." et 47478-298 : "And. Nay, rather."17), demeure dans le produit "fini" l'un des points de suture évidents de la narration (281.28-29), marque dans le texte des opérations sur le texte, et constitue l'une de ces traces privilégiées où s'observe, de façon croissante au fur et à mesure que Joyce avance dans sa création, la récupération des rares notes de régie ou réflexions métadiscursives portant sur la composition en cours, phagocytage de la perception de la composition dans sa dimension historique par la narration englobante (le fait sera souligné en ce point précis par une ponctuation interrogative et exclamative dans la version publiée). Cet avortement métamorphique, qui fait éclater la voix de la jeune fille ne pouvant s'énoncer comme homogène dans le texte, précipite donc cette iconicité entre composition et narration tout en étant lui-même récupéré par la mise en place de stratégies gigognes dans la section "Storiella" qui va progressivement combler le vide, stratégies qui permettront à l'épisode de remplir enfin cette fonction de contrepoids et de prélude à l'exercice de géométrie. On synthétisera cette structure en poupée russe à l'intérieur de "Storiella" - l'épisode lui-même s'inscrivant dans l'évolution narrative et thématique de II.2 et du Wake tout entier - comme suit :

  1. Prêche en surface d'une soumission sexuelle "genderous" (généreuse, convenant au genre féminin) au plaisir de l'homme dans un cours de grammaire ayant trait aux déictiques pronominaux, genres, cas (dont le datif), temps et modes (dont le subjonctif, mode de la soumission), contesté en profondeur par une mise en discours de ces catégories de la grammaire de la Loi se jouant sans cesse du rapport subversif entre énoncé-contenu et énonciation-forme.

    • 18 La fille de Joyce dessina la lettrine (cf. 276.07) ou petite gramma ornant le début de "Storiella" (...)
    • 19 Notre étude de "Storiella" mentionnée plus haut s'achevait sur un examen des principales figures te (...)

    Récupération, couronnée par la découverte du sexe maternel par les deux fils, de cette idéologie féministe qui aura entre temps traduit son échec par la prise de parole avortée d'Issy dans la colonne centrale sous forme d'une lettre émaillée de blancs à remplir symptomatiques (p. 280, préparée par la note prolixe p. 279) avant de retourner en position soumise ou "subjonctive" (notes de bas de pages). L'impossibilité (ou la révocation ?) d'un discours constitué de la jeune fille, suivant de près les crises de démence de Lucia Joyce, modèle dont on rappellera le rôle créateur dans ce chapitre18, préside donc à la réorientation des leçons vers leur équilibre final, en constituant ainsi la clef. Il est à noter qu'à aucun autre moment la relation d'Issy-Lucia aux deux parents, fictifs ou réels, n'est aussi clairement ambivalente, ni son idiolecte aussi sibyllin, comme si Joyce, l'ordonnateur suprême de stratégies en définitive phallogocentriques, avait finalement conçu l'espace des leçons comme celui d'une cure psychanalytique où des fragments de discours féminins embryonnaires seraient performativement assujettis par la loi du père-écrivain, celle de sa langue et de son désir19.

9La lettre matricielle d'Issy, à laquelle il a été brièvement fait allusion, est un exemple déviant de ce motif cyclique et polymorphe qu'est la "Lettre", version microcosmique de Finnegans Wake dans laquelle Anna Livia doit laver son mari de tout soupçon d'ignominie pesant sur lui. C'est à ses transformations et déplacements, différant jusqu'au "dénouement" la promesse de la voix salvatrice d'Anna Livia, que nous allons maintenant nous attacher pour compléter notre trop succincte analyse des nanamorphoses wakiennes.

3. La "Lettre" à Maggy : où la voix de la mère s'écrit-elle ?

  • 20 Voir à ce sujet David Hayman, "Nodality and the Infra-Structure of Finnegans Wake." James Joyce Qua (...)
  • 21 Voir notre article "La variante joycienne et perecquienne : Etudes contrastives," à paraître aux pr (...)

10"Point nodal"20 de prime importance dans la phase de structuration de l'oeuvre (1923-1926) et, en conséquence, l'un des invariants narratifs de Finnegans Wake, "The Revered Letter" fut tout d'abord conçue comme l'un des pivots du Livre I avant d'être déplacée quatorze ans plus tard, après expansions progressives de ses introductions d'origine (servant de base au futur chapitre 1.5), à l'autre bout de l'édifice (615.12-619.19), où elle annonce par la voix dans l'écrit le fameux monologue "final" d'ALP dans lequel le consensus critique a, à juste titre, reconnu l'unique exemple tardif d'un timbre attribuable à la femme d'Earwicker. Sa présence différée sera préparée çà et là par des rudiments de missive, masquarades épistolaires réduites parfois à de simples variations sur divers motifs faisant mine de se donner comme le témoignage attendu pour mieux relancer la promesse du document "d'origine," à l'avènement tardif, sans parler des autres lettres plus ou moins apparentées, telle celle d'Issy en II.2, de relation problématique. De plus, "The Delivery of the Letter," qui devait lui servir d'appendice, fut avorté en tant que texte et deviendra le canevas de départ du Livre III. On entrevoit donc comment le poudroiement de ce complexe de motifs va de pair avec ses déplacements, dans le temps et dans l'espace, selon divers axes narratifs, du Livre I aux Livres III ou IV. Il nous importe maintenant de repérer une éventuelle iconicité entre la "forme" que revêt la composition (déplacement, translation, décentrage, étirage) et la teneur de cette lettre elle-même, à la lueur du processus de décomposition/recomposition qui accompagna logiquement la décision de la greffer en fin de parcours et en "fin" de roman. Il serait fastidieux de citer in extenso les deux versions composées à quatorze ans d'intervalle et nous ne pouvons que condenser là aussi des développements exposés ailleurs21. D'idiome et de but ambigus, tel le "we" qui la parcourt et remplace par endroits le "I" de l'énoncé/énonciation d'origine, la nouvelle version prévue pour le Livre IV, sans arrêt décentrée par la dilatation interne de sa substance narrative et qui n'en finit pas d'annoncer prématurément sa clôture, oublie son intention de disculper HCE dans les méandres de ses arguments où se manifeste une sympathie douteuse pour le calomniateur McGrath, confondu parfois avec le mari. Un grand nombre de passages sont certes reconstitués mais ils sont souvent neutralisés par la réécriture, injectés hors de leur contexte initial, parfois même syntaxiquement redécoupés, et ceci à chaque étape de cette recomposition en deux temps, afin de réorienter la teneur épistolaire trop explicite de la fin 1923 dans une nouvelle trame nourrie de la polysémie et de l'indirection des années intermédiaires, assurant ainsi la décontextualisation des reprises de leur trop strict cadre d'origine. On pourrait brosser un rapide inventaire des principaux procédés de réécriture : réagencement des éléments repris après travestissement polysémique, souvent à des fins d'ambiguïté ; condensation narrative et stylistique, parfois énigmatique et lapidaire, de ton volontairement incertain ou impersonnel ; apparition d'effets de modulation ou d'opposition rythmique venant animer les passages verbeux, à la syntaxe serpentine. Certains fragments prélevés sont même déracinés de leur environnement d'origine et greffés, après ajustements syntaxiques, par processus de décontextualisation-recontextualisation ou dédoublement narratif, véritable anamorphose génétique puisque ces séquences sont projetées, rapportées sur un autre plan narratif garantissant leur distortion et leur indirection par rapport à la teneur d'origine plus tranchée. On voit comment les stratégies compositionnelles visant à structurer la narration et les thèmes choisis recoupent par jeux de miroirs les balbutiements de discours féminins dans l'oeuvre, ceux de la jeune fille schizophrène devant sans le savoir révéler la sexualité féminine aux jumeaux, ceux de la mère devant assurer la pérennité d'une quête des origines et du péché toujours incertaine pour pouvoir sans cesse être relancée par l'acte de relecture. C'est ainsi qu'au moment où Anna Livia, mourante lorsque le texte s'apprête à basculer vers son recommencement, s'essouffle dans un rythme proclitique pour se jeter, femme rivière, dans les bras de son mari océan, sa voix s'abîme dans un blanc indécis, celui de la césure ou de la couture de la "fin", et s'estompe au profit d'une voix semble-t-il plus masculine où ressuscite le verbe du héros qu'on croyait oublié. Ces jeux de miroirs entre texte (produit) et pulsations de l'écriture (production) sont aussi ces marques croissantes de l'inscription de l'historicité de l'oeuvre en cours dans ce qui sera Finnegans Wake, traces de la métamorphose proprement alchimique d'une dynamique formalisable de la création littéraire en matière et effets textuels où se lit la volonté joycienne de totalisation et de rétention de tout écrit saisi dans son processus d'engendrement.

Notes

1 Voir Giambattista Vico, Principe d'une Science Nouvelle relative à la nature commune des Nations. Traduction intégrale d'après l'édition de 1744 par Ariel Doubine. Présentation par Benedetto Croce. Introduction, notes et index par Fausto Nicolini, Paris : Nagel, 1954.

2 Si l'on en juge d'après la célèbre formule de Joyce à Padraic Colum, souvent reprise : "I use his cycles as a treillis ;" voir Mary et Padraic Colum, Our Friend James Joyce, Londres : Victor Gollancz, 1959, pp. 122-23.

3 Paroles rapportées par Frank Budgen et reprises dans Seon Givens, éd. James Joyce : Two Decades of Criticism, New York : Vanguard Press, 1948, p. 24.

4 Remarque faite à August Suter, citée dans Frank Budgen, James Joyce and the Making of Ulysses and Other Writings, Londres : Oxford UP, 1972, p. 356.

5 Richard Ellmann, éd. Selected Joyce Letters, New York : The Viking Press, 1975, p. 304.

6 Stuart Gilbert, ed. Letters of James Joyce, vol. 1, Londres : Faber & Faber, 1957, p. 214.

7 Ibid., p. 261.

8 Ibid., p. 251. Joyce ici fait allusion aux quatre parties ou "côtés" de son roman cyclique.

9 Selected Joyce Letters, p. 314.

10 Clive Hart, Structure and Motif in Finnegan's Wake, Londres : Faber & Faber, 1962. Rappelons par ailleurs que Jean-Michel Rabaté a superbement illustré le passage, dans "Pénélope", du 8 au ∞ horizontal, figure d'infini engendrée par le flux discursif de Molly dont le point d'intersection unit les deux masses textuelles composées chacune de quatre longues phrases ; "Le noeud gordien de "Pénélope", James Joyce 1 : "Scribble" 1 ; genèse des textes, Paris : Minard, 1988, pp. 121-39.

11 Voir notre étude "Fumbling for one continuous integument : Voice and Gramma(r) of Chapter Links", à paraître prochainement dans le volume regroupant les communications du colloque de Leeds, juillet 1987.

12 Michel Butor, "Joyce et l'aventure d'aujourd'hui", Joyce et Paris 1902……1920-1940……1975 : Actes du Cinquième Symposium International, Paris 16-20 juin 1975. Eds. Jacques Aubert et Maria Jolas, Paris : C.N.R.S., Villeneuve-d'Ascq, PUL 3, 1979, vol. I, p. 74.

13 Philippe Sollers, au cours d'un entretien avec Jean-Louis Houdebine : "La Trinité de Joyce," Tel Quel 83 (Printemps 1980), p. 85. On rappellera l'incidence des travaux de Umberto Eco, notamment dans L'oeuvre ouverte, partiellement consacrés à Joyce, parus à l'origine en 1962 (Milan : Bompiani) et traduits en français en 1965 (Paris : Seuil).

14 Nous résumons l'une des deux principales conclusions de notre étude mentionnée en note 11.

15 "Towards a Female Grammar of Sexuality : The De/Recomposition of "Storiella as she is syung,"" Modern Fiction Studies 35-3, automne 1989, pp. 569-586 (ce numéro est entièrement consacré à des lectures féministes de Joyce).

16 English As She Is Spoke or a Jest in Sober Earnest. With an introduction by James Millington, n° 1, The Vellum-Parchment of Miscellaneous, Londres : Field and Tuer, 1883.

17 Voir The James Joyce Archive, reproduction en fac-similé de l'ensemble des manuscrits joyciens éditée par Michael Groden et al., 52 : 14, 196 et 52 : 208, 244, New York : Garland, 1978.

18 La fille de Joyce dessina la lettrine (cf. 276.07) ou petite gramma ornant le début de "Storiella" dans l'édition que Lord Carlow publia en octobre 1937. Elle prit part à la révision de II.2 et est du reste mentionnée en VI.B.36 210, dans un carnet utilisé au cours de la révision du chapitre pour transition 23.

19 Notre étude de "Storiella" mentionnée plus haut s'achevait sur un examen des principales figures textuelles structurant les leçons et inscrivant dans le sexe féminin le noyau familial de base.

20 Voir à ce sujet David Hayman, "Nodality and the Infra-Structure of Finnegans Wake." James Joyce Quarterly 16.1-2 (automne 1978-hiver 1979), pp. 135-49.

21 Voir notre article "La variante joycienne et perecquienne : Etudes contrastives," à paraître aux presses du C.N.R.S. dans un collectif édité par Daniel Ferrer et Jean-Louis Lebrave sur la notion de variante en critique génétique.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3704/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

Auteur

Corpus Christi College - Cambridge

© Presses universitaires François-Rabelais, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter