Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transformation, métamorphose, anamorphose

 | 
Bernard Escarbelt
, 
Jean-Paul Regis

Métamorphoses du lexique dans le champ social

Jean-Paul Régis

Texte intégral

  • 1 Füssli, The Nightmare, Francfort-sur-le-Main, Goethe Museum.
  • 2 cf. par exemple G. Schiff & P. Viotto, Tout l'oeuvre peint de Füssli, Paris : Flammarion, 1980.
  • 3 Sur le rapport langage-image, voir P.Fresnault-Deruelle, Les images prises au mot, Paris : Edilig, (...)

1The Nightmare de Füssli (voir illustration n°11) nous offre un exemple frappant de création picturale fondée sur une ambiguïté linguistique. Le cauchemar y est représenté par une forme noire, mi-chat, mi-diable, assise sur la poitrine d'une femme endormie ; à droite au-dessus de la dormeuse se trouve la tête d'un autre animal et tous les critiques s'accordent à penser qu'il s'agit d'une jument2. Le tableau, peint à Londres dans un contexte anglophone, réalise visuellement la fusion de deux mots : 1) mare <Moyen anglais mare : esprit, — d'où nightmare : esprit de la nuit (sorte de monstre féminin censé étouffer le dormeur sous son poids), cauchemar ; et 2) mare : jument. < Moyen anglais mere, ou mare, Vieil anglais mearh : cheval, coursier (>marshal). La présence de la jument dans le tableau s'explique donc par la construction d'un sens possible de nightmare : jument de la nuit. Ce jeu linguistique, à la manière des jeux de mots des rêves, produit une image inattendue et féconde puisque le tableau doit sa dynamique et la fascination qu'il exerce sur nous à la présence de la jument précisément3.

2L'histoire de la langue anglaise fournit de tels exemples de jeux sur le signifiant que la mythologie populaire a exploité de façon terrifiante quelquefois, n'a-t-on pas vu des femmes brûlées comme sorcières parce qu'elles avaient un chien : en anglais DOG, c'est-à-dire l'opposé (et non pas seulement l'anagramme) de GOD - Le chien en question était donc le diable. Un jeu analogue, sur l'opposition dog/god, a produit dog collar, qui désigne ironiquement aujourd'hui le col blanc des prêtres.

1. Füssli, The Nightmare

3Ces jeux linguistiques paraissent relativement immotivés, à la merci des hasards et caprices du signifiant, mais en est-il toujours ainsi ? Le jeu linguistique ne vient-il pas souvent commenter, voire mettre en forme, le jeu social ? Y aurait-il des corrélations, sinon un isomorphisme entre le domaine linguistique et le social ? Pour tenter de répondre à ces questions, nous allons rechercher transformations, métamorphoses et anamorphoses dans la pratique orale, quotidienne, de l'anglais. Les figures, jeux sur le signifiant et le signifié, y ont d'autres motivations qu'en littérature, même si des préoccupations esthétiques ou expressives ne sont jamais totalement étrangères au parler ordinaire.

FIGURES ET MOTIVATION SOCIALE

  • 4 Sur le concept d'habitus linguistique, voir P. Bourdieu, "L'économie des échanges linguistiques", (...)

4Le jeu social s'exprime de façon privilégiée à travers la variation stylistique. De ce point de vue, la plus évidente et la plus productive des contraintes sociales est la censure : non pas la censure officielle, mais celle qui est inscrite dans l'habitus linguistique des locuteurs4, et qui génère une multitude de transformations relevant toutes de la grande catégorie de l’euphémisme. Compagnon inséparable de la censure, la transgression vient produire une autre série de métamorphoses qui possèdent des traits stylistiques propres.

5Une autre motivation peut provoquer des métamorphoses lexicales : le besoin de se protéger, soi et son groupe, de l'extérieur, et d'affirmer son identité. Les divers argots, qui jouent avec le lexique jusqu'à le rendre méconnaissable, assurent cette double fonction.

6L'analyse qui suit se limitera à ces trois aspects du jeu social et se donne pour hypothèse, à valeur heuristique, qu'à chacun de ces aspects correspond une caractéristique stylistique propre.

  • 5 J-P Régis, Etude sociolinguistique des tabous en anglais contemporain, thèse de Doctorat d'Etat, P (...)

7Reprenons les notions de censure et de transgression. En examinant les tabous linguistiques en anglais contemporain5, on peut constater combien dans ce domaine il est important pour le locuteur de se situer par rapport à l'interdit. Pour parcourir le paradigme des tabous linguistiques depuis les pires grossièretés jusqu'aux euphémismes les plus mièvres, j'utiliserai un concept qui me paraît très productif, celui de distance énonciative, dont voici les caractéristiques essentielles.

  • 6 S. Freud, Totem et tabou, Paris : Payot, 1967, pp.100-1.

8Pour désigner une réalité marquée par un tabou, le locuteur doit en premier lieu résoudre une contradiction fondamentale : désigner verbalement le tabou en évitant le contact même verbal avec celui-ci. Les solutions stylistiques sont les mêmes depuis la haute antiquité, elles correspondent aux deux principes d'évitement décrits par Freud : la similitude et la contiguïté, qui se réalisent respectivement en métaphore et métonymie6. D'autres solutions sont possibles, qui jouent sur l'aspect phonique ou graphique du signe, comme par exemple les stratégies adoptées pour éviter le contact avec le nom de Dieu (paronomases, acronymes), ou encore le référence cryptique à Jésus Christ sous la forme d'un poisson(en grec IXTUS pour Iesus Xtus), ou bien l'effacement d'une partie du signe, celle qui semble le plus en contact avec la réalité taboue (sacrée ou polluante).

9Ce principe d'évitement est, bien entendu, plus largement employé que dans le seul secteur des tabous : la peur de perdre quelques poules a fait appeler les goupils des renards ; à propos d'un accident, on me disait récemment "j'ai appris, c'est affreux" ; à propos de serpents on me demandait "est-ce qu'il y a beaucoup de (geste ondulant de la main) par ici ?". Dans ces exemples, le contact verbal avec ce qui fait peur est ressenti comme contact physique, et l'ellipse ou la métonymie fonctionnent comme des gestes physiques d'évitement, des amorces de fuite : les figures rhétoriques représentent au plan linguistique ces mouvements du corps.

10Le deuxième problème du locuteur est de se situer à la bonne distance. Cette distance, exprimée par la forme linguistique choisie, dépend directement de la situation sociale d'énonciation. Je propose l'hypothèse de travail suivante : quand la distance sociale entre les agents est petite (situation familiale par exemple, tous se connaissent, pas d'étrangers au groupe, circonstances ordinaires non marquées par un quelconque aspect officiel), alors la distance, exprimée stylistiquement, par rapport au tabou sera minimale. A l'inverse, quand la situation est très formelle, que la distance physique entre les agents est maximale, alors on aura des indications formelles, au niveau du signifiant ou du signifié, de cette grande distance. Les deux exemples suivants illustrent une telle corrélation entre situation et forme de l'énoncé :

  1. Je me demande s'il faut y aller
  2. Je me pose la question de savoir s'il est opportun de nous y rendre

11La plus grande distance sociale de l'exemple (2) se représente de façon poétique par un allongement de la phrase, ainsi que par des traces évidentes d'élaboration, de travail, qui fonctionnent comme des garants de la valeur marchande de l'énoncé.

12Nous examinerons donc trois sortes de figures rhétoriques en liaison avec des contextes sociaux :

  1. Les figures propres à une distance énonciative minimale (informal setting).
  2. Les figures propres à une distance énonciative maximale (formal setting).
  3. Les figures qui visent à opérer une sélection parmi les auditeurs : les transformations linguistiques seront d'une nature telle que pour certains le message sera incompréhensible.

13Les deux premières catégories génèrent des métamorphoses (du signifiant et/ou du signifié) ; la troisième relève, dans un sens que nous préciserons, de l'anamorphose.

Présentation du corpus

  • 7 M.H. Manser, A Dictionary of Contemporary Idioms, Londres : Pan Books, 1983.

14Tous les exemples cités ont été produits oralement au cours des dix dernières années en Angleterre. Certains proviennent d'une enquête par questionnaires dans la classe ouvrière et la classe moyenne du Lancashire, d'autres ont été produits par des étudiants de l'Université de Keele (Staffordshire) qui réfléchissaient sur leur propre vernaculaire (les exemples figurant dans les tableaux en fin d'article ont été relevés par ces mêmes étudiants au cours d'une enquête qui sera décrite), d'autres enfin proviennent d'observations personnelles à l'Université d'Essex et à Londres. Presque tous ces exemples (à l'exception des plus vulgaires) sont suffisamment communs pour avoir été cités dans un ouvrage comme le Dictionary of Contemporary Idioms7.

JEUX SUR LE SIGNIFIANT

Le rhyming slang : anamorphose sociolinguistique

  • 8 Au cours de la discussion, J. Kempf et P. Fresnault-Deruelle ont remarqué que dans l'anamorphose v (...)

15Le rhyming slang (argot rimé) est une machine à fabriquer des anamorphoses, il permet au locuteur de produire des formes linguistiques que le récepteur ne saura pas reconnaître s'il ne connaît pas la clé (ici la rime), équivalent du dispositif (angle de vue, miroir convexe ou concave, etc.) qui permet de retrouver une forme (étymologie d'anamorphose) cachée dans une oeuvre picturale. L'exemple archétypal de l'argot rimé londonien estapples, première moitié du couple apples and pears qui rime avec stairs : l'association apples-pears-stairs permet d'établir l'équivalence apples = stairs, et justifie la production d'un énoncé comme "he went up t'apples", équivalent du point de vue du sens à "he went upstairs". Seuls des initiés peuvent pratiquer cet argot : il est impossible de comprendre le sens des mots à l'intérieur de ce système si l'on ne connaît pas d'avance les rimes (pourquoi stairs plutôt que bears ?) et les paires (une association comme apple tart = fart est tout aussi plausible, mais elle n'a pas été choisie)8.

  • 9 Pour une information plus complète, voir R. Barker, Fletcher's Book of Rhyming Slang, Londres : Pa (...)

16L'argot rimé de Londres (rhyming Cockney slang9 est inégalement connu et pratiqué en Grande Bretagne. Quelques mots sont connus, et reconnus comme appartenant à cet argot (apples and pears = stairs), d'autres sont issus de cet argot et ne sont pas toujours reconnus comme tels, ainsi loaf est employé comme synonyme de head "Use your loaf !" sans référence au rhyming slang head = loaf of bread.

17Echantillon de rimes perdues, rimes connues, rimes à découvrir :

18A la manière de loaf, bristols (quelquefois écrit bristles) au sens de seins n'est pas toujours reconnu comme venant de l'argot rimé Bristol City = titty ; de même berk : imbécile, est très rarement interprété sur la base de Berkshire (fox) hunt = cunt ; loo, très vraisemblablement composé, quoiqu'en disent certaines étymologies populaires, sur la base de water closet/Waterloo n'est pas interprété à partir de ce jeu langagier. Ces items lexicaux, issus de l'argot rimé, doivent à leur origine socialement peu valorisée (et aujourd'hui méconnue) leur classification dans la langue familière.

19Quelques expressions, assez largement connues en Angleterre, font l'objet de jeux initiatiques, surtout dans les groupes de pairs adolescents : elles révèlent à la rime une grossièreté, comme par exemple J. Arthur qui désigne la masturbation via J. Arthur Rank = wank. Ici l'anamorphose linguistique s'accompagne d'un jeu social : la révélation de la rime fait partie des divers rites de passage par lesquels l'adolescent se forge une nouvelle identité en accédant à un monde jusque là interdit.

  • 10 "A Load of Old Cobblers", photo de Peter Williams reproduite en couverture de A Dictionary of Cont (...)

20D'autres expressions fonctionnent encore aujourd'hui comme des éléments d'une langue d'initiés. Les motivations sociales sont multiples : affirmation de l'appartenance à un groupe géographiquement déterminé (Londres et sa région) possédant un dialecte propre, ou utilisation d'un code secret permettant de communiquer en public avec ses seuls complices ou compères on a là l'origine de tous les argots des camelots et des voleurs pour qui il est vital de ne pas être compris du "cave" ou du "pigeon". Exemples de rimes peu connues : "do us a lemon, guv"="do me a favour,sir"(<lemon flavour=favour), "I'm boracic"="I have no money" (<boracic lint=skint, i.e. skinned), "What a load of old cobblers !"="What nonsense ! (<cob2blers awls=balls, voir illustration n°210)

21Résumons-nous. L'argot rimé peut servir à trois sortes de distinctions sociales :

2. A load of old cobblers

1) Son aspect ludique le dévalorise et en restreint l'emploi aux situations sociales familières (informal setting). Il peut donc servir d'indice de bas degré d'officialité.

22Le fait qu'il ne soit pas immédiatement compréhensible le rend propre à marquer des frontières sociales entre les initiés et les autres : ou bien

2) il s'agit d'un groupe définitivement marginalisé et l'argot rimé fonctionne comme une variante dialectale, ou bien

3) c'est un groupe transitoire, défini par l'âge par exemple, et le vocabulaire propre au groupe peut faire l'objet de révélations initiatiques.

23N.B. L'emploi de l'argot rimé pourra être valorisant à l'intérieur du groupe, mais jamais à l'extérieur où il est évalué par rapport à la langue légitime, c'est-à-dire la norme.

24Autres jeux sur le signifiant : autour de la paronomase.

25La paronomase est un des procédés privilégiés de l'euphémisation : pour éviter de prononcer le mot cru, celui qui désigne sans détours, on utilise un autre mot qui lui ressemble, qui a presque les mêmes sonorités. La signification de ce mot est alors évacuée, la référence demeure celle du mot initial mais on a évité le contact grâce à cette désignation indirecte. Ainsi pour éviter de dire fucking, on dira flipping ou flaming. Beaucoup de formes, comme ces dernières, sont figées, mais la paronomase est toujours susceptible d'apparaître en discours, comme le montre l'exemple attesté "it was hissing down" pour éviter "it was pissing down".

26Suivant un principe très proche, on peut éliminer du mot initial une ou plusieurs lettres, ou les remplacer, pour créer un nouveau mot qui n'a pas de signification propre autre qu'euphémisme du premier, assez reconnaissable pour que la référence initiale ne soit pas perdue et assez différent pour que l'on ait le sentiment que le danger est conjuré. "Hell !" perd de sa violence sous la forme "Heck !" ; l'exclamation "by God" est atténuée au nord de l'Angleterre en "E by Gum !" ; cousin du "palsambleu" français, "blimey !" remplace "God blind me !".

27Ces manipulations du signifiant ne sont pas toujours sans risques. En effet, une forme euphémique peut se trouver investie d'une nouvelle puissance en devenant l'hôte d'un nouveau signifié. Le signifiant vidé de son sens est avide de signification : ainsi l'interjection blasphématoire "By Our Lady !" s'est transformée en "bloody", adjectif, quelquefois adverbe, régénéré grâce au léxème très évocateur qu'il contient : blood. L'idée de sang y est si présente que bloody s'euphémise en ruddy, où se mèlent paronomase (dissyllabe se terminant en -dy) et métonymie (sur la base de la couleur rouge du sang).

28Les exemples qui suivent relèvent tous de tels procédés de transformation du signifiant ; la plupart d'entre eux sont des euphémismes, quelques uns transforment l'original pour le rendre grotesque et produire un effet de dérision.

29Echantillon de cas types.
(>="se transforme en" ; <="provient de").

30FUCK, fucking > effing (reprise de la seule initiale), flipping, flaming.

31HELL > Heck !, who, what, where, why the heck ? Euphémisation par allongement de bloody hell : bloody hell's bells, hell's teeth (NB flippin' 'eck ! est la forme euphémique de fucking hell, *bloody heck n'est pas attesté).

32DEVIL > dickens (Who, what, where, how the), deuce (where, what, who, how, why the-).

33GOD > Gordon Bennet ! What the Gordon Bennet ! (nom du proprietaire du New York Herald). My godfather James ! Golly ! golly gumdrops ! (<jelly gumdrops). Great Scott ! Ε by Gum ! Cor blimey ! (<God blind me). By Gad ! oh my Gad ! (archaïque, réactivé par imitation de l'accent américain). 'Struth ! (<God's truth). For goodness' sake (<god's sake), goodness knows, honest to goodness !

34JESUS > By Jiminy, by Jingo ! Euphémisation/dérision par allongement : Jesus H. Christ !, Jesus Christ on a bicycle ! (ici modification des attributs, cf. Jesus on the cross).

35BLOODY (euphémisme de by Our Lady) > Blinking (< bloody + fucking), ruddy. Allongement : Blood and sugar bills ! (sugar est aussi un euphémisme pour l'interjection shit !).

36GOD DAMN IT, ellipse : damn, dammit > Darn, darn it, aussi dash it ! drat it (<god rot it).

37BUGGER > beggar.

38OH BOTHER ! Oh brother ! Oh mother !

39ARSE > ass.

40PISS > pee (prononciation de l'initiale) > wee (la bilabiale occlusive [p] devient la semi-voyelle [w] : effet poétique d'adoucissement du son et du sens), wee-wee (redoublement enfantin). Variations analogues à partir de pooh (déféquer, vocabulaire enfantin) appliqué, après jeu sur le Sé, à l'homosexualité masculine :

41POOF, puff, poofter, woofter (< Bertie Woofter < Bertie Wooster, personnage de P.G. Wodehouse). Aussi fancy, pansy (associations multiples : paronomase et métonymies).

42Les jeux sur le signifiant portent, à quelques exceptions près comme [p]/[w], sur les exclamations, injures et interjections. Comment expliquer ce phénomène ? La plupart des mots cités ne sont finalement pas utilisés pour faire référence à un objet, mais en vertu de la charge émotive, du degré d'emphase qu'ils véhiculent. On pourrait les classer en fonction de leur impact en négligeant totalement leur fonction référentielle. D'une certaine manière on pourrait dire que Christ ! (qui exprime la colère) est une forme intensive de Jesus ! (exclamation d'étonnement, d'agacement, de colère mineure), et une forme euphémique de shit !, ou balls ! (réservés à des cas plus graves). Puisque la référence est peu concernée par ces mots, on comprend aisément qu'il soit possible de les modifier pour, en effaçant quelques lettres, en diminuer d'autant la puissance émotive. Ce sont là des jeux, à proprement parler, de mots, inscrits dans la relation d'interlocution, qui n'impliquent pas, ou peu, les objets extérieurs à cette relation. Le lien qui unit les mots aux choses étant suffisamment lâche, on peut sans dommages altérer le signifiant. A l'inverse, quand ce ne sont plus les mots, mais les choses elles-mêmes qui posent problème au locuteur, alors on assiste le plus souvent à des jeux sur le signifié.

JEUX SUR LE SIGNIFIE

Indéfinition, effacement

43La deixis sans objectif et l'anaphore sans ancrage servent, en ne le nommant pas, à désigner un objet que l'on s'interdit de nommer. Le contexte lève les éventuelles ambiguïtés sur l'objet en question. La plus fréquente des formes indéfinies est le pronom it qui, en combinaison avec do par exemple, désignera aussi bien la défécation que l'acte sexuel : traduction trop parfaite du das Es freudien, le it a été remplacé chez les psychanalystes anglophones par son cousin le id qui assure, par sa latinité, la distance supplémentaire nécessaire à l'étude scientifique.

44Zones érogènes du corps humain, sexualité, excrétions, mort, sont les référents le plus souvent sollicités par l'indéfinition avec les termes suivants : that, those (people, things), mais pas this ou these ; thing, what's it, you know what. Indéfinition par effacement d'une partie du syntagme : up yours ! (up your arse), a nice pair (...of boobs = breast). Indéfinition par réduction du référent à une caractéristique vague : number one, number two (= miction, défécation), mais on entre déjà, avec cet exemple, dans le cadre de la métonymie.

Métonymie

45On entendra ici métonymie au sens très général de référence à des éléments contigus à l'objet visé, ou à des éléments associés : autre objet, caractère spécifique, qualification (souvent proche de l'indéfinition supra).

46Exemples : pussy cat : une femme (<pussy : métaphore pour le sexe féminin, cf. en français une minette < la chatte) ; gentlemen, the gents, ladies, upstairs, bathroom, water closet : les lieux d'aisance. Go to blazes ! = go to hell (le feu pour l'enfer) ; variantes de for God's sake ! : for heaven's sake !, for mercy's sake !, for pity's sake ! ; objet remplacé par une appréciation : queer = homosexuel, being naughty = masturbation ; activité désignée via une activité connexe : go to bed with, go with s.o. (traduction littérale de co-ire) = copuler ; métonymie sur indéfinition : Can I be excused, please, Miss ? (pour aller aux toilettes).

Métaphores vives et mortes

47A propos de réalités taboues, les métaphores sont presque toujours des vulgarités, sauf quand elles passent par le latin. Dans ce cas, la métaphore n'est plus reconnue comme telle, cf. vagina, étymologiquement : un fourreau. Mais sont vulgaires canoe, cave, twat (= passage,< twatch : réparer un trou de haie) : la vulve/le vagin ; weapon, chopper : le pénis ; fuck < Gk pugmè, Lat. pundere (métaphore morte : coup de poing) = copuler ; lilies (aussi orthographié lillies) : les seins (< syntagme figé des ballades populaires : lily white breast).

48Exemple de métaphore réactivée : screw (< V. Fr. écrou : trou dans lequel se plante une cheville), à partir de l'image de la vis, produit des énoncés comme "he screwed the arse off her".

49Exemple de métaphore active (encore effet de discours plutôt qu'élément de la langue) : turd burglar (litt, "cambrioleur d'étron") = sodomite.

50Le thème de la mort génère de nombreux euphémismes, métaphores souvent familières comme kick the bucket, spark out, push up daisies, peg out, mais aussi plus distinguées, comme les métaphores élaborées sur les thèmes du passage et du voyage : pass on, pass away, be going on a long journey, going to see Jesus, etc.

Comparaison

51Homosexualité : Queer as a clockwork teapot, hent as a nine bob note.

52Ethylisme : Pissed as a fart.

53Satisfaction : Chuffed like a dog with two dicks (variante : with a tin dick).

54La comparaison est nécessairement un effet de discours : plus que les métaphores ou métonymies citées, elle suppose une activité créatrice de l'énonciateur. Alors que l'euphémisme tendait vers le silence, la comparaison semble s'orienter vers le plaisir de la logorhée ainsi qu'en témoignent ces quelques exemples.

LE LEXIQUE DANS LE CHAMP SOCIAL

55Ces jeux linguistiques sont ils directement liés à des fonctionnements sociaux comme dans le cas du rhyming slang ? Peut-on établir un rapport entre des procédés rhétoriques comme la métaphore ou l'effacement et des stratégies sociales ?

56Pour répondre de façon satisfaisante à cette question, il nous faut d'abord définir les composantes de l'univers du discours. Voyons comment se structure, sans la dimension linguistique pour l'instant, ce que j'appelle la situation sociale d'énonciation.

La situation sociale d'énonciation

57Une enquête menée en Angleterre avec des étudiants de sociologie a permis de cerner quelques paramètres psycho-sociaux de la situation d'énonciation. Observateurs participants, les étudiants relevaient dans leur environnement habituel les données sociales et psychologiques qui accompagnaient la production d'un mot entrant dans le champ d'un tabou. Les thèmes tabous concernés par cette enquête étaient : la sexualité, le corps humain, la mort, et les interjections, domaines choisis parce qu'ils génèrent une multiplicité d'items lexicaux sensibles aux variations de situation psycho-sociale.

TABLEAU 1 : Enquête sociolinguistique. Analyse de correspondances multiples. Eléments psychosociaux de la situation d'énonciation

TABLEAU 1 : Enquête sociolinguistique. Analyse de correspondances multiples. Eléments psychosociaux de la situation d'énonciation
  • 11 Analyse de correspondances multiples présentée in Régis, op. cit., pp. 507-17.

58En un premier temps, j'ai examiné l'ensemble des résultats non linguistiques pour voir si les variables psychologiques, sociales et plus largement de cadre situationnel étaient inter-reliées. Sans entrer dans les détails de définition des variables, du protocole d'enquête, du calcul11 qui permet de projeter sur un plan les données d'un nuage à 12 dimensions, voici les principales corrélations.

59Tableau 1 : Eléments psycho-sociaux de la situation d'énonciation.

60Interprétation : proximité = association de deux valeurs, éloignement = disjonction.

61Commentaire :

62Sur l'axe horizontal, on lit les oppositions suivantes : le sexe masculin (à droite du tableau) s'oppose au sexe féminin (à gauche) dans tous les cas, qu'il concerne l'enquêteur, le locuteur ou les auditeurs. A droite de la ligne verticale figurent les situations les moins perturbantes pour une population étudiante à majorité masculine (reflet de l'équipe des enquêteurs) : situations où tout le monde est connu, appartient à la même classe d'âge ("adultes"= 16-35 ans, "âgés"=>35ans), au même groupe (pairs), dans un cadre public, le plus souvent dans un lieu de loisir, ou dans un cadre familier. L'inhibition minimale figure au centre de cette constellation d'éléments situationnels rassurants. Le degré maximal d'extraversion (contact physique entre les agents, fort volume de la voix, alcoolémie élévée, etc.) se trouve près du cadre public : on reconnaît la chaude ambiance des pubs.

63Au centre du tableau, on peut lire les valeurs moyennes produites par les situations mixtes, publiques mais à caractère informel. Dans la partie supérieure gauche du tableau, la situation se caractérise surtout par sa formalité : cadre institutionnel, locuteurs et auditeurs de rang supérieur à l'observateur, inhibition très nette du locuteur (pauses ou silences, refus de contact même par le regard, auto-toilettage, etc.).

64Les relations entre données psychologiques (exprimées en termes d'inhibition et d'extraversion) et données sociales sont très serrées : leurs valeurs co-varient suivant une logique linéaire et très stéréotypée. En voici les traits dominants :

TABLEAU 2 : Corrélation des données psychologiques et sociales

Données psychologiques

Données sociales

Inhibition 0
Extraversion 2 et 1

Observateur, locuteur, auditeurs hommes.
Cadre familier, ou entre pairs.
Aucun étranger.

Inhibition 1
Extraversion 0 et 1

Observateur homme ou femme.
Auditoire mixte
Cadre non précisé
Communication entre adultes, au moins un étranger au groupe.

Inhibition 2

Observateur femme. locuteur homme ou femme, auditeur(s) femme(s), au moins un étranger au groupe. Cadre institutionnel. Présence de supérieurs.

65La lecture de ces résultats montre avec évidence combien la distance physique entre les agents (lisible dans "inhibition" et "extraversion") correspond à la distance imposée par le degré de formalité de l'interaction. En première approximation on peut affirmer que la distance psycho sociale entre les agents s'accroît de façon homogène avec l'officialité de l'interaction (de droite à gauche dans le tableau 1). Les chiffres entourés 0,1,2 du tableau 1 correspondent au degré de vulgarité des items lexicaux produits, mais leur place dans le tableau ne correspond pas tout à fait à cette logique d'une élévation régulière de la pression sociale. Quelles sont donc les corrélations possibles entre variations psycho-sociales et variations linguistiques ?

TABLEAU 3. Items relevés par les observateurs participants, classés selon leur degré de vulgarité

GROUPE 2

GROUPE 1

GROUPE 0

jam rag

monthlies curse come on menstruation

on first day poorly
certain time of the month

shit crap bullshit !

go to the toilet / loo

do a poop*
poo*

piss
pee
slash
pissed as a fart

urinate
have a leak
drain off
hissing down

wee-wee
wee

turd burglar
beef bandit
bertie wooftah bugger
arsehole bandit

he's a queer
she's a queer bent

homosexual
gay

fuck
get one's end away
tossing
shag
screw

have sex, be raped, have it away, do it, be laid, have it off, be at it, fruity, sexual drives

what goes on under the sheets, go out with, you know what, have some fun, have one's wicked way

pair of coconuts

chest

boobs*
tits*

cunt
fanny

vagina

private parts

* items communs à 0 et 2 (vocabulaire enfantin et adulte familier)

66Vulgarité et contexte social

67Les items lexicaux produits dans les situations décrites furent classés par les étudiants enquêteurs : à bulletin secret, ils affectèrent un indice de prestige/vulgarité à chacun des items suivant l'échelle suivante : 2 = vulgaire, 1 = moyen, 0 = très euphémique. Les critères de classement n'étant pas bien définis à l'avance, nous fûmes très surpris de constater que le classement était quasiment le même pour tous, comme si s'appliquaient des règles extrèmement fortes portant sur des domaines a priori aussi variables que le goût ou le sens de la distinction. On peut lire ci-contre (tableau 3) le classement obtenu pour quelques thèmes caractéristiques.

  • 12 Les catégories psychosociales décrites sont si solides que, comme pour toute règle, l'infraction v (...)

68Le tableau 1 montre dans quelles zones psycho-sociales les groupes 0, 1, et 2 (items lexicaux affectés d'un indice de vulgarité 0, 1, ou 2) se situent12. Une analyse détaillée montre que le groupe 2 est extrèmement concentré, alors que les groupes 1 et 0 sont plus diffus et se recouvrent assez largement. Que faut-il en conclure ?

69Tout d'abord que la répartition des items en 3 classes, effectuée par les étudiants, correspond aux productions observées en situation. En d'autres termes, et contrairement à ce que l'on constate en phonologie, l'intuition des informateurs sur leur propre langue n'est pas très éloignée de la réalité du discours. Nous n'en conclurons pas que des règles sociolinguistiques claires sont consciemment appliquées par les agents, mais que le système de représentation qui guide les choix esthétiques et moraux sous-jacents au classement en degrés de vulgarité est globalement isomorphe du système (beaucoup moins conscient) qui guide, chez le locuteur, le choix de tel ou tel item lexical suivant la situation.

70Le modèle implicite au classement des étudiants supposait une identité de deux systèmes : une hiérarchie du prestige des items lexicaux et une hiérarchie de situations ordonnées entre deux pôles, d'une part le relâchement informel du groupe des pairs, et à l'opposé la tension de l'officialité en présence d'une autorité supérieure. Cette représentation, trop linéaire, est fausse. En relisant le tableau 1, on s'aperçoit que les formes les plus euphémiques (classées 0) sont produites dans la zone inférieure du tableau où apparaissent les traits situationnels suivants : présence d'enfants, de subordonnés, tous les agents étant étrangers les uns aux autres. A la dimension "degré de formalité de l'interaction", qui est représentée ci-dessous en termes de plus ou moins grand contrôle social, il faut ajouter la dimension verticale que j'appelle "définition de la situation". En effet, les euphémismes sont souvent produits quand le locuteur ne connaît pas ses interlocuteurs et se trouve dans une situation mal définie plutôt que lorsqu'il est en présence d'un supérieur dans une situation officielle : dans ce cas il suffit d'utiliser le terme institutionnellement défini comme acceptable.

TABLEAU 4. Corrélation des variables psychologiques, sociales et linguistiques

TABLEAU 4. Corrélation des variables psychologiques, sociales et linguistiques

71Plus que le contrôle social, c'est la distance entre les agents qui détermine la production de vulgarités ou d'euphémismes. Dans une situation non déterminée, par précaution, on prend d'abord la plus grande distance possible aussi bien au plan proxémique qu'au plan rhétorique.

Contextes sociaux et choix rhétoriques

72On ne voit pas s'appliquer de règles absolues, mais des tendances assez nettes se font jour, dont voici un bref résumé.

73Groupe 2 : C'est l'endroit où la distance sociale est minimale, où peut avoir lieu le contact verbal avec le tabou. On y rencontre les termes ressentis comme désignations directes (le plus souvent des mots d'origine germanique : la langue familière qui, depuis l'invasion normande, fonctionne encore comme un créole). C'est aussi l'endroit du jeu verbal, de l'agressivité masculine, mâle chauvine et raciste, l'endroit privilégié de la métaphore (morte avec fuck, vive avec jam rag ou pair of coconuts) et de la comparaison (pissed as a fart).

74Groupe 1 : Lieu où s'effectue la mise à distance de l'objet tabou en même temps que grandit la distance sociale entre les agents. Les femmes sont plus nombreuses, l'agressivité et le machisme diminuent. On y rencontre la métonymie, qui semble être un déplacement souvent plus défensif que la métaphore, l'indéfinition, formule encore plus défensive, et le latin, langue aseptisée par la caution institutionnelle.

75Groupe 0 : Il ne présente pas de différence de nature avec le groupe 1, mais plutôt une différence de degré, avec une tendance extrêmement marquée vers l'indéfinition et finalement le silence, moyen radical pour éviter le contact avec la réalité gênante.

CONCLUSION

76Y a-t-il corrélation entre le jeu social et les jeux rhétoriques que nous avons rapidement parcourus ? La réponse est affirmative et ce phénomène s'explique si on rapporte les systèmes examinés psychologique, social, proxémique, para-verbal et langagier à une catégorie commune. Cette catégorie trop vague, trop large peut-être, mais productive, je l'ai appelée la distance énonciative : distance physique et symbolique entre les agents, distance entre l'énonciateur et son référent. Ce concept nous a permis de porter un regard synthétique sur des phénomènes hétérogènes. Les variations de distance peuvent se lire comme suit :

77La référence directe à une partie intime du corps humain équivaut à un contact violent avec l'allocutaire : elle sert à injurier (cunt, prick), à porter un jugement insultant (balls !). Le jeu rhétorique des comparaisons et métaphores correspond aux subtiles variations de distance (contact, frôlement, esquive) entre les membres du groupe des pairs. La paronomase, en gommant les aspérités du signifiant, en rend l'évocation publique plus acceptable. La métonymie joue un rôle identique : la mise à distance sociale du contexte public se traduit et se représente par ce détour stylistique. A mesure que la distance sociale s'accroît, la référence s'estompe (indéfinition, effacement) jusqu'au moment où l'éloignement, symbolique plutôt que physique, des agent rompt la communication et fait place au silence.

Métaphore et métonymie

78Nous avons constaté, dans notre corpus, que la métaphore et la métonymie ne jouent pas le même rôle social, la métonymie introduisant souvent une plus grande distance que la métaphore. Ceci n'est peut-être pas lié à leur nature (on rencontre quelques métaphores très euphémiques - la mort comme voyage par exemple), mais cette répartition des tâches mérite qu'on s'y arrête.

79La métaphore favorise souvent le jeu et la transgression, comme si, en opérant ses déplacements par substitution, elle suivait les mouvements contradictoires d'attraction et de répulsion en satisfaisant la censure par le déplacement vers un autre objet, et la libido en gardant de l'objet initial les caractéristiques les moins acceptables. Ainsi screw déplace la référence au coït vers un objet inanimé mais conserve de façon évidente l'image de la pénétration.

80La métonymie semble bien plus prudente : la référence par le biais de la contiguïté permet de sélectionner des objets parfaitement neutres, peu susceptibles en eux-mêmes de solliciter l'imagination, comme en témoigne la cascade métonymique suivante : upstairs, métonymie pour bathroom, lui-même pour toilet, endroit où se trouvent les W.C. (et c'est cela que l'on veut désigner) et où l'on fait sa toilette, substantif associé métonymiquement à toilette, diminutif de toile : tissu avec lequel on se lave.

81Nous retiendrons enfin que si un changement de la situation sociale induit une métamorphose du signe, la réalité désignée par celui-ci se métamorphose elle aussi. Fuck n'est pas seulement une autre façon de dire make love, c'est aussi une activité différente.

Notes

1 Füssli, The Nightmare, Francfort-sur-le-Main, Goethe Museum.

2 cf. par exemple G. Schiff & P. Viotto, Tout l'oeuvre peint de Füssli, Paris : Flammarion, 1980.

3 Sur le rapport langage-image, voir P.Fresnault-Deruelle, Les images prises au mot, Paris : Edilig, 1989, en particulier pp. 125-9 à propos de l'expression "avoir peur de son ombre" traitée par Piem.

4 Sur le concept d'habitus linguistique, voir P. Bourdieu, "L'économie des échanges linguistiques", Langue Française 34, mai 1977, pp.17-34.

5 J-P Régis, Etude sociolinguistique des tabous en anglais contemporain, thèse de Doctorat d'Etat, Paris 7,1986.

6 S. Freud, Totem et tabou, Paris : Payot, 1967, pp.100-1.

7 M.H. Manser, A Dictionary of Contemporary Idioms, Londres : Pan Books, 1983.

8 Au cours de la discussion, J. Kempf et P. Fresnault-Deruelle ont remarqué que dans l'anamorphose visuelle la forme révélée est tout entière contenue dans la forme initiale, ce qui n'est pas vrai de l'argot rimé. Tout en acceptant le bien-fondé de cette critique, j'ai gardé le nom d'anamorphose qui met en évidence deux aspects importants de cet argot : l'existence d'un dispositif, d'un procédé mécanique de transformation, et le jeu sur une forme cachée révélée.

9 Pour une information plus complète, voir R. Barker, Fletcher's Book of Rhyming Slang, Londres : Pan Books, 1979 ; J. Jones, RhymingCockney Slang, Bristol : Abson Books, 1971 ; E. Partridge, A Dictionary of Slang and Unconventional English, Londres : Routledge and Kegan Paul, 1961.)

10 "A Load of Old Cobblers", photo de Peter Williams reproduite en couverture de A Dictionary of Contemporary Idioms, op. cit.).

11 Analyse de correspondances multiples présentée in Régis, op. cit., pp. 507-17.

12 Les catégories psychosociales décrites sont si solides que, comme pour toute règle, l'infraction vient en confirmer l'existence. Au cours de l'enquête un wee wee avait été produit dans la zone 2 : pub, entre amis ! Commentaire de l'observateur : euphémisme délibérément employé sous forme de plaisanterie - le rire des auditeurs prouve que cet item lexical ne convient pas dans cette situation, il prouve aussi que situations sociales et items lexicaux sont parfois très liés au point que l'on peut jouer avec cette norme sociolinguistique pour provoquer des effets de rupture.

Table des illustrations

Légende 1. Füssli, The Nightmare
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3699/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 623k
Légende 2. A load of old cobblers
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3699/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 697k
Titre TABLEAU 1 : Enquête sociolinguistique. Analyse de correspondances multiples. Eléments psychosociaux de la situation d'énonciation
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3699/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre TABLEAU 4. Corrélation des variables psychologiques, sociales et linguistiques
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/3699/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter