Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transformation, métamorphose, anamorphose

 | 
Bernard Escarbelt
, 
Jean-Paul Regis

Transformations et travail de la langue : étude de quelques méta-opérations

Gérard Deléchelle

Texte intégral

1Pris dans leur sens habituel, les termes de transformations et métamorphoses, qui figurent dans l'intitulé de ce colloque, invitent déjà le linguiste à une réflexion générale sur les combinaisons ou les modifications des formes et unités linguistiques, qui s'inscrit dans le cadre proposé par les organisateurs :

Cette rencontre sera l'occasion d'une interrogation sur les formes et leurs modifications, mutations, dislocations : sur les formes de l'écart par rapport à la norme que pose inévitablement la forme...

  • 1 Pour l'anglais, certains de ces problèmes ont été abordée récemment par J. Tournier, Introduction (...)

2On pourrait donc, selon le niveau d'analyse auquel on se situe, insister par exemple sur les règles phonétiques ou, de façon encore plus évidente, sur les processus morphologiques affectant les unités lexicales (processus dérivationnels ou inflexionnels1). La langue étant avant tout, à différents niveaux, une combinatoire et permettant la production d'un nombre potentiellement infini d'énoncés à partir d'un nombre limité d'unités, l'étude de l'ensemble des règles morphosyntaxiques qui rendent compte de ces combinaisons relèverait du thème de ce colloque. On pourrait aussi, dans le domaine sémantique, étudier différents types de déplacement de sens (tropes, métaphores etc.).

3Il y aurait là suffisamment de matière pour des développements intéressants sur le dynamisme interne d'une langue. Mais la notion de transformation est aussi associée à un courant théorique important en linguistique : la grammaire générative et transformationnelle (GGT). J'ai donc choisi de faire tout d'abord quelques remarques sur ce concept de transformation, largement utilisé dans les premiers travaux de Chomsky, mais qui ne joue plus désormais dans cette théorie qu'un rôle assez marginal. Je présenterai ensuite une autre théorie, qui met au premier plan les méta-opérateurs constituant la trace du travail sous-jacent à la production du sens. Pour des raisons de temps je me contenterai d'aborder quelques exemples choisis pour donner une vue moins réductrice des phénomènes langagiers.

1. LA NOTION DE TRANSFORMATION EN GRAMMAIRE GENERATIVE

  • 2 Sur la différence entre l'emploi du concept de transformation chez Harris et Chomsky, voir N. Chom (...)

4L'introduction du concept de transformation en linguistique est souvent attribuée à Chomsky, alors que c'est plutôt à son ancien maître Z. Harris qu'on doit cette innovation.2 Pour ne pas alourdir un exposé qui ne prétend pas faire un examen détaillé des théories transformationnelles, l'étude sera ici limitée à l'examen de cette notion dans les différentes étapes des travaux de N. Chomsky.

5Précisons tout d'abord que le terme de "grammaire" employé par Chomsky, notamment dans l'expression "la grammaire générative et transformationnelle", ne doit pas s'entendre au sens traditionnel de recueil de règles normatives. Il s'agit d'une théorie explicative tentant de rendre compte de notre faculté de langage et en particulier de notre CREATIVITE :

The grammar of L will thus be a device that generates all of the grammatical sequences of L and none of the ungrammatical ones (N. Chomsky, Syntactic Structures, Mouton, 1957, p. 13).

6A partir des données de la performance, le linguiste cherche à établir le système sous-jacent de règles du locuteur. En ce sens fort du terme, la grammaire d'une langue est la description explicite de la compétence du locuteur-auditeur idéal, cette "créativité gouvernée par des règles" selon les termes parfois employés par Chomsky. Ce n'est plus un modèle de type syntagmatique mais génératif. Dès le début, l'auteur insiste sur l'autonomie de la syntaxe : "grammar is autonomous and independent of meaning" (ibid., p. 17).

7La seule analyse des observables et les procédures taxinomiques caractéristiques de la méthode structurale en linguistique (substitution, segmentation) ne permettait pas de rendre compte d'un certain nombre de faits. C'est le cas par exemple des nombreuses ambiguïtés de construction dans des énoncés comme :

8(1) Flying planes can be dangerous

9(2) The shooting of the hunters

10ou dans des énoncés qui appartiennent seulement en apparence à un même schéma syntaxique :

11(3) I persuaded him to be examined by the doctor

12(4) I expected him to be examined by the doctor

13(5) John is easy to please

14(6) John is eager to please

15Ces faits sont désormais suffisamment connus pour qu'on passe rapidement. La place et le rôle des transformations ont varié au cours de l'évolution des théories chomskiennes. Dans Syntactic Structures (1957), N. Chomsky pose les bases d'une grammaire théorique comportant différents niveaux :

16- des rôles syntagmatiques ou de réécriture portant sur des symboles catégoriels (NP, VP etc.) et des éléments lexicaux. Ce sont ces règles qui produisent des structures abstraites permettant de déterminer le sens des énoncés. Notons que, malgré le caractère linéaire de la notation, les différents éléments introduits ont une relation hiérarchique. Ainsi, dans la règle :

17(7) S → NP1, Aux V NP2

18le second syntagme nominal n'a pas le même statut structural que le premier

19- des règles transformationnelles changeant ces structures abstraites en suites terminales qui, après application de règles morpho-phonologiques, donneront des structures de surface.

20Chomsky distinguait alors plusieurs types de transformations :

  • les transformations obligatoires s'appliquant aux indicateurs syntagmatiques (par exemple phénomènes d'accord, déplacement de suffixe)
  • les transformations facultatives (par exemple l'interrogation ou le passif)
  • les transformations généralisées s'appliquant à l'ensemble d'une phrase (par exemple une nominalisation).

21Dans cette première étape du modèle les transformations jouent un rôle capital pour plusieurs raisons. Il faut d'abord se souvenir que l'analyse de Chomsky cherche à pallier les insuffisances du système distributionnel trop prisonnier de la linéarité. Dans ses premiers écrits, Chomsky revient souvent sur le problème du passif dont la description structurale dans l'analyse en constituants immédiats est très éloignée de celle de la phrase active correspondante.

22Un des buts de Chomsky au départ était donc de tenter de rendre compte des relations qu'on appelle ailleurs "paraphrastiques" entre différents types de phrases. Il voulait montrer que les grammaires de constituants ne sont pas suffisantes pour expliquer le savoir linguistique (ou compétence) des utilisateurs de la langue. Le niveau qui manque aux grammaires structurales est celui des transformations. Ce sont elles qui permettent de retrouver l'histoire dérivationnelle des énoncés de surface.

23Cette première étape du modèle chomskien allait vite être précisée et sensiblement modifiée dans Aspects of the Theory of Syntax (1965). C'est dans cet ouvrage qu'est explicitée la différence entre structure de surface et structure profonde, le rôle des transformations étant de faire le lien entre ces deux niveaux.

24On distingue alors :

  • la base (composante syntaxique) comportant des règles catégorielles définissant les relations grammaticales et un lexique avec des règles de sous-catégorisation
  • les transformations servant seulement à relier la base à la surface, mais sans changer le sens
  • les composantes sémantique et phonologique dont le rôle est uniquement interprétatif :

25Les deux ouvrages cités constituent l'esssentiel de ce que l'on appelle la "théorie classique" ou "standard", plus tard encore modifiée pour donner naissance à la "théorie standard étendue". Ce nouveau modèle (comportant lui aussi plusieurs variantes) se caractérise par une différence dans les rapports entre structure de surface et structure profonde, la première devenant désormais la source de l'essentiel de l'interprétation sémantique (à l'exception des relations dites thématiques comme agent etc.), ce qui a pour effet de réduire le rôle des transformations.

26On constate que dès 1965 Chomsky se préoccupe de limiter ce mécanisme trop puissant qu'est le système de règles transformationnelles. Ce fut d'abord la recherche d'un ordre d'application des transformations (le cycle transformationnel). Dans les années 1970 la GGT s'est moins préoccupée de faire l'inventaire des transformations que d'en préciser les principes ou les conditions d'emploi. C'est le cas, par exemple, dans l'article "Conditions on Transformations" de 1973 ou "Conditions on Rules of Grammar" de 1976. Chomsky considère même que l'on peut ramener l'ensemble des transformations au principe "move alpha", où alpha désigne une catégorie quelconque.

  • 3 Cf. les remarques de A. Rouveret dans : N. Chomsky, La Nouvelle syntaxe, Paris : Le Seuil, 1987, p (...)

27La grammaire générative continue à connaître bien des développement, à tel point qu'on a pu se demander s'il fallait parler de continuité ou de rupture3. L'attention est maintenant portée sur les règles de gouvernement et de liage (government and binding theory) et sur ce que l'on appelle la "grammaire modulaire" (titre d'un recueil d'articles regroupés par Mitsou Ronat). Toutes ces propositions visent à établir les règles d'une grammaire universelle comportant des paramètres spécifiques à chaque langue. Voici comment A. Rouveret schématise le modèle actuel (ibid., p. 29) :

28Une étude plus détaillée devrait indiquer la nature des transformations qui permettent d'expliquer le passage d'une structure à une autre. Elles ne sont pas en effet toutes du même type. Harris distinguait déjà quatre grandes familles de transformations ainsi résumées par M. Gross :

  • la réduction (effacements et pronominalisations)
  • l'attachement, opération qui consiste à agglomérer des mots ou affixes en des mots plus complexes ;
  • la morphophonémique [...]
  • la permutation, opération de changement d'ordre des mots.

29Toutes les transformations qui ont été considérées à ce jour se classent ou se décomposent en termes de ces quatre catégories (Z. Harris, Notes du cours de syntaxe, présentation M. Gross, Paris, Le Seuil, 1976, p. 8).

  • 4 A. Radford, English Transformational Grammar, Cambridge University Press, 1988.

30Les transformations relevées dans divers travaux inspirés par la GGT à différentes époques pourraient aussi entrer dans certaines de ces catégories : effacement de NP identiques dans I want to go, pronominalisation, montée d'un élément (cf exemple (5) ou avec un verbe comme seem), extraposition, etc. Dans un ouvrage récent, A. Radford distingue différents types de transformations selon qu'elles concernent I (inflexion), V ou NP ainsi que l'extraposition. Il consacre aussi un chapitre aux transformations liées au mouvement de WH et un autre au déplacement "move alpha"4.

31L'attrait exercé à une époque par la GGT sur certains linguistes et pédagogues peut s'expliquer par le fait qu'on y voyait une procédure formelle, d'apparence logico-mathématique, donc rigoureuse, pour expliciter une compétence linguistique. En outre, la représentation graphique utilisée (le système d'arbres) se prêtait bien à une exploitation pédagogique.

32J. Hewson résume certaines critiques faites au modèle chomskien et à son système de règles :

Il s'agit là d'un modèle très simpliste, basé sur l'idée inacceptable que le langage est un comportement dirigé par les règles, modèle [...] où le lecteur, nouvel Apprenti Sorcier, reste totalement impuissant devant le déluge des phrases produites et tant bien que mal formées (J. Hewson, "La notion de 'règle' en linguistique", Modèles linguistiques, III (1), 1981, p. 23).

2. ETUDE DE QUELQUES META-OPERATIONS

33Nous examinerons dans cette seconde partie quelques exemples illustrant une autre conception des mécanismes productifs expliquant le fonctionnement de la langue, celle qui repose sur le concept de méta-opérations (H. Adamczewski) ou d'opérations énonciatives (A. Culioli).

2.1. Le statut des méta-opérations

34Benveniste a bien montré le rôle spécifique des signes qui ne prennent leur valeur que dans et par l'énonciation et en constituent l'appareil formel : pronoms personnels, temps verbaux, auxiliaires, déictiques, auxquels je propose d'ajouter certains connecteurs.

  • 5 Voir aussi les travaux de C. Fuchs et P. Le Goffic sur la paraphrase et l'ambiguïté.

35A. Culioli cherche à "retrouver à travers la forme apparemment banale des énoncés quotidiens, les opérations enfouies du travail énonciatif'("Valeurs modales et opérations énonciatives", Le français moderne 46, 1978, p. 317). Il insiste aussi sur le fait qu'il faut examiner les rapports existant entre les énoncés en relation paraphrastique, dans une optique très différente de celle de la grammaire générative5.

36C'est également sur les opérations sous-jacentes aux énoncés de surface que portent les travaux de H. Adamczewski :

les énoncés de surface (ce que l'on appelle communément les phrases d'une langue) comportent des traces visibles de ce fonctionnement invisible. Une fois que l'on est persuadé que l'énoncé linéaire est le produit d'opérations profondes, on est prêt à admettre qu'il puisse y avoir des morphèmes (mots ou affixes) qui ont précisément pour mission de signaler ces opérations, en quelque sorte de les coder (A. Adamczewski, GLA, 1982, pp. 5-6).

  • 6 C'est pourquoi H. Adamczewski oppose des énoncés de phase 1 et des énoncés de phase 2.
  • 7 H. Adamczewski, "Pour une grammaire méta-opérationnelle de l'anglais", Tréma 8, Paris ΠΙ, 1983, p. (...)

37Dans cette conception, le linguiste doit s'efforcer de retrouver dans les énoncés les traces de "l'activité structurante des énonciateurs" (ibid., p. 6). Or la linéarité a tendance à masquer ce "codage du codage" dont il faut rechercher les étapes et la hiérarchie6. L'analyse portant surtout sur les méta-opérateurs qui "sous-tendent et exhibent à la fois le travail d'énonciations, H. Adamczewski parle de GRAMMAIRE METAOPERATIONNELLE7.

2.2. Do

38L'analyse des divers emplois de do, et plus généralement des auxiliaires, permet de comprendre ce qui distingue les théories de l'énonciation de la GGT.

39On sait que la règle de l'auxiliaire proposée dans Syntactic Structures était la suivante :

40(8) AUX → Τ (Modal) (have+en) (be+ing)

41l'emploi de do comme auxiliaire étant lié à certaines transformations (interrogative, négative, emphatique). C'est ce que l'on appelle la règle de "do-support". D'autres linguistes, au contraire, posent un DO en structure profonde, qui serait effacé en surface dans les énoncés déclaratifs ordinaires.

42Il ressort de plusieurs travaux d'origine française (H. Adamczewski, A. Gauthier, J. Lavedrine, J.C. Souesme) que l'emploi de do dans ces différents types d'énoncés ne doit pas seulement recevoir une explication syntaxique :

Exemplaire au sein de la grammaire totale de l'anglais, le problème de do l'est à la fois à cause de la systématicité des emplois de cet opérateur et de la contribution qu'il apporte à la compréhension de la phrase anglaise en général (H. Adamczewski, Grammaire linguistique de l'anglais, 1982, p. 79).

43En effet, la présence d'un même marqueur dans ces énoncés amène à s'interroger sur ce qui les rapproche ainsi que sur les opérations sous-jacentes. Sinon on risque d'aboutir à une vision atomiste, éclatée, des phénomènes linguistiques.

44Quand do joue le rôle d'auxiliaire, il indique que la relation sujet-prédicat dont il constitue le noeud prédicationnel fait l'objet d'un débat de validité. C'est ce qui permet de relier les énoncés interrogatifs, négatifs et emphatiques. Do sature alors l'énoncé et devient la cible de l'opération.

45H. Adamczewski insiste sur le fait que sous la diversité des emplois de do on peut retrouver une valeur fondamentale commune, celle d'anaphorisation. On le conçoit facilement dans l'emploi comme verbe transitif où do renvoie à une classe de processus (pro-verbe d'activité) :

46(9) What did you do yesterday ?
I went to the cinema

47C'est encore plus clair quand do semble constituer une reprise d'un prédicat antérieur plus ou moins complexe :

48(10) You had a lot, did you ?
I suppose I must have done

49Mais on peut se demander quel est le lien avec l'emploi comme auxiliaire.

50Do est alors l'image de la prédication dont la validité est mise en débat (interrogation, négation, emphase). Sa présence dans ces trois types d'énoncés n'est donc pas le fait du hasard. C'est aussi de cette manière qu'on expliquera la présence de do dans les reprises comme so do I, so I do, les tags, ou dans les énoncés comportant un circonstanciel topicalisé :

51(11) Only then did I realize that she was ill

52On trouvera une étude plus détaillée de do dans la grammaire de H. Adamczewski (op. cit., 1982, chapitre 4). Arrêtons-nous cependant encore un moment sur cet exemple. En effet, en grammaire générative, on porte plus d'attention au mécanisme de la transformation, aux conditions générales de son application, qu'à son contenu. En revanche, dans la théorie guillaumienne ces phénomènes dits de subduction jouent un rôle important.

53L'analyse de do qui est ici proposée part du signifié de langue, de la VALEUR INVARIANTE qui permet d'expliquer la diversité des emplois de discours. En outre, le passage d'une valeur à une autre n'est pas neutre, contrairement au modèle chomskien où les transformations ne changent pas le sens. Or les modulations paraphrastiques comportent toujours une contrepartie sémantique.

54L'exemple de do nous montre donc que les structures linguistiques ne fonctionnent pas à vide et que si, à partir d'une forme donnée, on peut effectuer des modifications, ce ne sont pas de purs mécanismes formels. Il faut toujours se demander comment s'est construit le sens et quel est le pourquoi de l'opération.

2.3. L'emploi des connecteurs de cause

  • 8 G. Deléchelle, L'Expression de la cause en anglais, étude de quelques connecteurs et opérations, t (...)
  • 9 Sur la notion de travail associée à celle de langue, voir R. Lafont, Le travail et la langue, Pari (...)

55Je citerai seulement pour mémoire le cas des connecteurs de cause que j'ai longuement étudiés par ailleurs8. Si la grammaire traditionnelle considérait because, as, since comme synonymes, l'analyse de la GGT n'est pas, elle non plus, très approfondie et se limite à un traitement syntaxique. Or on montre facilement que ces connecteurs sont la trace d'opérations énonciatives différentes, qu'ils constituent eux aussi des traces de ce travail de la langue par lequel l'énonciateur tisse un réseau de significations9.

2.4 Les liens entre as et so

56On parle beaucoup depuis Benveniste des liens entre les verbes être et avoir et en particulier du fait que le second est un verbe être inversé. Pour représenter la symétrie entre ces deux opérations A. Culioli utilise les symboles epsilon et epsilon miroir.

57Je voudrais illustrer ces figures dessinées par la syntaxe d'une langue, ces métamorphoses du signifiant, par le cas intéressant de as et so en anglais. Comme l'indique le Oxford English Dictionary, as a pour origine (e)alswa (=also) dont il constitue la forme faible. Or on sait que so est lui-même dérivé de swa. Les deux termes ont donc une origine commune, ce qui explique qu'ils soient très voisins, non seulement sémantiquement, mais aussi morphologiquement (bien que la symétrie ne soit pas totale).

58Sous la diversité des emplois de as, il y a toujours d'une façon ou d'une autre l'idée d'identification, d'équivalence, avec différentes valeurs en discours selon la nature des unités mises en relation. Quant à so, il évoque d'abord l'idée de conformité de manière et peut jouer un rôle déictique (=in this way) ou prendre des valeurs appréciatives. Mais c'est aussi très souvent un anaphorique pouvant servir de substitut à un adverbe, un adjectif, un nom ou un prédicat (cf. do so).

  • 10 Sur ce sujet voir aussi H. Adamczewski, Grammaire linguistique de l'anglais, A. Colin, 1982 et C. (...)
  • 11 Il n'est pas rare qu'il y ait une parenté morphologique entre des termes pouvant s'employer en cor (...)

59On pourrait se contenter de ces rapprochements diachroniques et sémantiques entre as et so. Mais, sans pouvoir le démontrer en détail ici, j'ajouterai que as et so constituent un micro-système dans lequel as serait en phase 1 et so en phase 210. En effet, as est orienté à droite en attente de recharge sémique (cf such as), tandis que so a vocation à servir de reprise, comme dans So what ? ou So, you're coming tonight ?. Le contraste de phases entre as et so apparaît bien dans les énoncés où so sert de corrélatif à as11 :

60(12) As you make your bed, so you lie on it

61Il en est de même dans cette paire minimale :

62(13a) The motto of the mongoose family, as Mr Kipling tells us, is [...]

63(13b) The motto of the mongoose family, so Mr Kipling tells us, is [...] (A Christie, MRA)

  • 12 Malgré le parallélisme apparent de construction entre a) et b), as et so n'ont pas la même fonctio (...)

64Les deux énoncés (13) ne sont pas équivalents. Si en (13a) as indique seulement la conformité, en 13b) so implique une reprise et on comprend que l'énonciateur puisse alors refuser de prendre la responsabilité de cette affirmation12.

65Ces quelques remarques avaient seulement pour but d'illustrer très rapidement quelques aspects du fonctionnement de la syntaxe de l'anglais se rapportant au thème de ce colloque. J'ai insisté assez longuement sur la place des transformations dans le système chomskien parce que ce concept et l'opposition structure profonde/structure de surface ont semblé à une époque mieux rendre compte que les grammaires structurales du dynamisme interne de la langue. Pourtant, cette théorie reste par certains côtés trop mécaniste, la recherche des indices du travail de structuration effectué par l'énonciateur ne figurant pas parmi les préoccupations de la GGT. Or une langue ne se réduit pas à une syntaxe, aussi complexe soit-elle, ou à un locuteur-auditeur idéal, comme on l'a rapidement montré dans l'analyse des emplois de DO et dans l'ensemble de la seconde partie de cette étude.

Notes

1 Pour l'anglais, certains de ces problèmes ont été abordée récemment par J. Tournier, Introduction descriptive à la lexicogénétique de l'anglais contemporain, Paris-Genève : Champion-Slatkine, 1988.

2 Sur la différence entre l'emploi du concept de transformation chez Harris et Chomsky, voir N. Chomsky, Entretiens avec Mitsou Ronat, Paris : Flammarion, 1977, p. 128.

3 Cf. les remarques de A. Rouveret dans : N. Chomsky, La Nouvelle syntaxe, Paris : Le Seuil, 1987, p. 9.

4 A. Radford, English Transformational Grammar, Cambridge University Press, 1988.

5 Voir aussi les travaux de C. Fuchs et P. Le Goffic sur la paraphrase et l'ambiguïté.

6 C'est pourquoi H. Adamczewski oppose des énoncés de phase 1 et des énoncés de phase 2.

7 H. Adamczewski, "Pour une grammaire méta-opérationnelle de l'anglais", Tréma 8, Paris ΠΙ, 1983, p. 6.

8 G. Deléchelle, L'Expression de la cause en anglais, étude de quelques connecteurs et opérations, thèse Paris III, 1989.

9 Sur la notion de travail associée à celle de langue, voir R. Lafont, Le travail et la langue, Paris : Flammarion, 1978.

10 Sur ce sujet voir aussi H. Adamczewski, Grammaire linguistique de l'anglais, A. Colin, 1982 et C. Delmas, Structuration abstraite et chaîne linéaire en anglais contemporain, Paris : Cedel, 1987, p. 246.

11 Il n'est pas rare qu'il y ait une parenté morphologique entre des termes pouvant s'employer en correlation.

12 Malgré le parallélisme apparent de construction entre a) et b), as et so n'ont pas la même fonction syntaxique (as étant ici conjonctif et so anaphorique).

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable