Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'opinion publique dans le monde anglo-américain

 | 
Jean-Paul Regis

L’opinion publique et les tabous

Jean-Paul Régis

Texte intégral

1A la différence de la plupart des communications de ce colloque, je voudrais analyser l’opinion publique quand elle ne change pas, quand elle s’exprime pour réaffirmer la cohésion du groupe autour de valeurs communes : l’opinion publique face aux tabous et face au regard extérieur qu’elle refuse.

2Les questions auxquelles nous tenterons de répondre dans cet article sont les suivantes :

  • quels modèles anthropologiques et sociologiques sont les plus aptes à rendre compte du phénomène "opinion publique" ?
  • qui, dans le champ social, participe à la formation d’une opinion publique, et dans quelles conditions ?
  • quel statut peut-on accorder aux deux termes "opinion publique" et "opinion privée" ?

3Pour ce faire, je vais réexaminer un épisode qui a marqué le début de mes recherches en sociolinguistique et au cours duquel j’ai pu assister au processus de formation d’une opinion publique autour d’un objet finalement perçu et publiquement défini comme scandaleux, à savoir l’enquête que je menais sur les tabous en anglais contemporain.

AVERTISSEMENT

4L’enquête que je vais décrire n’est pas à considérer comme un modèle d’investigation sociologique ou sociolinguistique. Elle fut menée lorsque j’abordais de façon très empirique le sujet. Elle m’a permis de procéder à un premier débroussaillage, mais demeure dans son principe et son application très contestable. Si je la reprends, c’est parce qu’elle a produit dans le milieu où elle fut menée des réactions parfois violentes qui, avec le recul, méritent à mon avis une nouvelle analyse. Je vais donc considérer cette enquête comme un stimulus qui, appliqué à un milieu précis, révèle des propriétés de ce milieu, lisibles à travers ses réponses au stimulus. Autant que faire se peut, mon rôle devra être perçu comme instrumental : l’enquêteur et l’enquête seront traités comme un analyseur, terme emprunté aux psychologues et adapté aux sciences sociales par G. Lapassade dans les termes suivants :

  • 1 G. LAPASSADE, L’arpenteur. Une intervention sociologique, Paris : l’Épi, 1971, pp. 23-4.

"Je le définirai en disant qu’il est : tout ce qui fait surgir la vérité de ce qui est caché ; tout, c’est-à-dire, groupe, individu, situation, événement, scandale...[...] Pavlov a nommé analyseurs les dispositifs sensoriels qui nous fournissent déjà, avant toute réflexion, avant l’élaboration consciente, une analyse du monde extérieur [...] L’analyseur est ce qui produit du matériau pour l’analyse [...] On peut montrer que le mouvement ouvrier a été, au XIXe siècle, l’analyseur de la société industrielle naissante et du système capitaliste. Parce qu’ils l’ont compris, mais sans le dire dans ces termes, des analystes comme Marx, ou Proudhon, ont pu produire une analyse de cette société faite à partir de son analyseur social1."

5Pendant mon enquête, j’étais "dans" l’analyseur, mais j’essayais aussi de faire une analyse des événements à partir d’un carnet de bord que je tenais aussi scrupuleusement que possible. Je reprends ces notes aujourd’hui pour en faire une deuxième évaluation.

PRESENTATION DES FAITS

Prologue

6Jeune thésard, j’allais en Angleterre faire une enquête sur un terrain que je connaissais bien pour y avoir séjourné souvent : Wigan et la ville nouvelle voisine, Skelmersdale New Town. Mon image publique y était assez positive puisque j’y étais linguiste s’intéressant au dialecte du Lancashire, folk singer, membre d’un groupe théatral, traducteur, membre du comité organisateur du carnaval de Skelmersdale, client régulier du pub le plus proche de Wigan pier, observateur (permanent guest pendant un an) du social department de Skelmersdale Development Corporation. Ce social department avait pour tâche de mettre en contact tous les groupes et individus (entreprises, syndicats, institutions religieuses, youth clubs, etc.), bref, aider à tisser une cohésion sociale pendant les dix premières années de la ville. Mr X, dont il sera question plus tard, était à la tête de cette cellule avec le titre de social department officer.

7Dans ce milieu que je croyais connaître, j’allais interviewer les gens pour leur demander quels mots ils employaient, dans quelles circonstances, pour parler de certaines réalités suffisamment gênantes pour qu’elles aient généré des euphémismes aussi bien que des grossièretés. Parmi les thèmes qui posaient problème à mes informateurs, je choisis les seize suivants :

8Parties du corps : 1 – organes génitaux de l’homme, 2 – organes génitaux de la femme, 3 – les seins, 4 – les fesses, l’anus.

9Excrétions : 5 – la miction, 6 – la défécation, 7 – les W. C., 8 – les menstrues.

10La grossesse : 9 – d’une femme mariée, 10 – d’une femme célibataire (en anglais souvent "she’s in trouble").

11Sexualité : 11 – acte sexuel, 12 – masturbation.

12Groupes sociaux : 13 – homosexuels, 14 – noirs.

13La mort (15).

14Exclamations et injures (16).

15Une question se posait alors : comment constituer un questionnaire qui soit aussi peu choquant que possible de façon à obtenir un grand nombre d’items linguistiques couvrant ces sujets ? Dans quels termes évoquer les sujets tabous de sorte qu’aucun groupe ne résiste à l’investigation ?

16Le questionnaire fut élaboré avec l’aide du language department de l’Université d’Essex. L’effet que nous voulions produire auprès des informateurs était le suivant : un étudiant français s’intéresse à la langue anglaise telle qu’elle est parlée quotidiennement et voudrait savoir quels mots différents peuvent être produits pour renvoyer à une même réalité. Un des buts possibles de ce questionnaire était de composer un guide, un mode d’emploi indiquant dans quelles circonstances on peut, ou on doit, employer tel mot plutôt que tel autre. Afin de réduire les résistances à l’enquête, il nous parut nécessaire de choisir très soigneusement les mots-titres, ceux qui, à chaque page, indiquaient le tabou abordé. Notre choix se porta finalement sur les termes médicaux et sur des termes qu’intuitivement nous jugions peu choquants lorsqu’un terme médical suffisamment connu faisait défaut.

17Le student’s union de l’Université d’Essex s’intéressa à mon projet, inhabituel et quelque peu perturbant, et m’offrit les moyens nécessaires à la reproduction des questionnaires. Je quittai donc l’Université d’Essex avec 150 exemplaires ronéotypés.

Sur le terrain

18Arrivé à Skelmersdale, je logeai chez Mr X (social worker mentionné plus haut) et Mrs X (sans profession), et je dressai la liste des personnes à contacter pour une première série d’interviews. Je constituai ainsi une liste d’une cinquantaine de personnes avec qui j’entretenais des relations amicales et dont je ne doutais pas qu’elles seraient, pour la plupart, prêtes à m’aider.

19Dans la semaine qui suivit, je distribuai cinquante questionnaires. Devant les réticences et l’embarras de la plupart des personnes contactées, je modifiai le protocole de l’enquête. Tout d’abord, j’abandonnai le principe de l’entrevue (seules deux personnes avaient accepté de répondre oralement), et donnai les questionnaires à remplir par écrit avec de nouvelles indications : il n’était absolument pas nécessaire de décliner son identité ; sachant que certaines réponses pouvaient être difficiles à fournir, je considérai naturellement "don’t know" comme satisfaisant. Dans la plupart des cas, on me promit de me rendre mes 16 pages de questionnaire pour la semaine suivante.

20Les premières résistances me surprirent : j’avais eu quelquefois des discussions autour de ce sujet avec certaines des personnes contactées et j’avais plutôt provoqué intérêt et curiosité. Mrs G, dont on parlera plus loin, trouvait tout cela "very interesting". Après quelques jours sur le terrain l’attitude des gens à mon égard se modifiait sensiblement. J’insiste sur le fait que je n’étais pas un étranger pour ces cinquante personnes et que, si je n’avais pas été connu d’elles, bien peu auraient fait l’effort de m’entendre jusqu’au bout, et bien moins encore auraient promis de remplir les questionnaires. Cette évidence m’apparut bientôt clairement. A l’Université une telle éventualité n’avait pas été imaginée, la suite des événements encore moins.

La crise

21Une semaine plus tard, je montrai un questionnaire à Mrs X chez qui je logeai. Après l’avoir feuilleté, elle refusa d’y répondre et même d’en parler. Le lendemain, à l’occasion d’une discussion sur mon enquête, elle accepta de répondre au questionnaire pour me faire plaisir, mais indiqua qu’elle répondrait peut-être "don’t know" à toutes les questions. Ce questionnaire la préoccupa tant qu’elle ne dormit pas la nuit suivante, en parla à son mari, évoqua les dangers qu’elle entrevoyait à héberger quelqu’un comme moi : si la rumeur publique s’emparait de cette affaire, leur réputation en souffrirait ; la fonction qu’exerçait son mari ne leur permettait pas d’accueillir chez eux un individu que l’on pouvait qualifier de "most peculiar".

22 Le jour suivant, j’eus une discussion avec Mr X au cours de laquelle il m’exprima son refus de prendre la responsabilité d’organiser une réunion du club culturel local sur les tabous (cette même idée lui avait paru intéressante quelques jours auparavant) et me demanda de contacter moi-même le président de l’association. Cette procédure est inhabituelle, les initiatives personnelles des membres sont toujours les bienvenues et le club est toujours en quête d’idées originales. Quelques jours plus tard, le président posa au comité directeur de l’association la question de l’opportunité d’une soirée de discussion sur les tabous (à l’issue de laquelle je pensais distribuer d’autres questionnaires). Le comité vota sur cette question (là aussi la procédure est inhabituelle) et la majorité des votants se prononça contre cette manifestation. Mr et Mrs X me prièrent alors de chercher un autre logement, ainsi ils n’auraient pas d’ennuis - "pensez à notre situation", mais "nous restons amis".

23Progressivement, la classe moyenne, qui forme un groupe aux relations assez serrées à Skelmersdale, me ferma ses portes, je fus hébergé par des amis ouvriers. Ceux-ci et leurs proches refusèrent catégoriquement de répondre à mes questions : "on ne parle pas de ces choses-là, et ça ne s’écrit pas". Ils ne tentèrent même pas de justifier leur refus. Cela étant clairement posé, j’étais le bienvenu.

La presse

24Un journaliste s’intéressa alors à l’affaire. Au cours des années précédentes, j’avais eu l’occasion de rencontrer des journalistes locaux qui avaient écrit à mon propos des articles bienveillants, voire élogieux, et ces expériences préalables - et ma méconnaissance de la presse britannique - expliquent la candeur avec laquelle je reçus ce journaliste qui travaillait pour The People.

25Je lui parlai de sociolinguistique, de mes questionnaires. J’évoquais, un peu pour me soulager, mais sans entrer dans les détails, les problèmes soulevés par mon enquête. L’ami chez qui je logeais demanda au journaliste de ne mentionner ni son nom ni son adresse. Le lendemain, on pouvait lire en première page du Sunday People les lignes suivantes :

  • 2 . Procédé décrit par J. NUTTAL & R. CARMICHAEL in Common Factors, Vulgar Factions, Londres : Routle (...)

26Cet article cristallisa véritablement les divers mouvements de résistance aux questionnaires et il me semble tout à fait significatif que ce soit un journal à scandale qui ait provoqué les réactions de rejet, revendiquées comme telles, dont je fus l’objet par la suite. En effet, les journaux comme The People se vendent grâce à la façon dont ils jouent sur les tabous, frôlant toujours la transgression, l’évoquant pour mieux s’en indigner2. Le mal était fait, une limite avait été franchie : la collectivité exprima son indignation dans le journal local (Skelmersdale Reporter) deux jours plus tard :

Remarques au passage

27Le terme press officer donne du poids à ce qui suit, il donne aussi la mesure de la gravité du sujet. Mrs Joan G. est cette personne qui trouvait mon sujet very interesting. Nous analyserons ce revirement.

28Le reproche essentiel fait par Mrs G. aux questionnaires, c’est qu’ils sont too personal. Nous nous demanderons pourquoi il est si inacceptable de parler dans un questionnaire de personal things. Les raisons qui nous viennent à l’esprit sont trop rapides et trop empreintes de tautologie pour qu’on ne les interroge pas.

29"Skelmersdale is not ready for his type of thinking. Monsieur Regis returns to France today". La relation de cause à effet d’une phrase à l’autre était trop tentante pour le journaliste. Expulsion de l’indésirable. En fait je ne suis pas parti, mais voilà un remarquable performatif.

Conclusion et aftermath

30Un mois plus tard, après avoir harcelé les personnes qui m’avaient promis de remplir le questionnaire, je recueillis 6 exemplaires dans la classe ouvrière, 9 dans la classe moyenne. Au département de Sociologie de l’Université de Keele, sur 20 étudiants 6 remplirent le questionnaire donné en cours. Commentaire du professeur : "Students seem to be as shy as everyone else". A l’Université d’Essex, je récupérai finalement quatre questionnaires. Ces dernières réactions sont intéressantes puisque les étudiants étaient très motivés par le sujet.

31Au total j’obtenais donc 25 questionnaires sur 120 distribués. Vingt pour cent est un score honnête pour un questionnaire aussi long, mais a priori les conditions étaient très favorables puisque je connaissais personnellement toutes les personnes interviewées.

32Dix ans plus tard, dans un pub à Skelmersdale, au cours d’une réception organisée par le club culturel mentionné plus haut, un gros monsieur que je ne connaissais pas m’adresse la parole : "Hello John ! J’ai beaucoup entendu parler de vous. Il paraît que vous vous êtes calmé, que vous êtes marié et que vous avez un fils" - la même logique était à l’œuvre : si je revenais c’était pour une réhabilitation. Encore une fois la norme tentait de s’imposer.

33Voilà donc les faits, que nous essaierons d’analyser et de comprendre : à la fois pourquoi je me suis heurté à cette réaction de tout une communauté, quels en sont les moteurs psychologiques et sociaux, et aussi pourquoi ni moi ni des universitaires britanniques n’en avions prévu la violence.

CHOIX DU MODELE

Approche globale

  • 3 J. HAMBURGER, La puissance et la fragilité, Essai sur les métamorphoses de la médecine et de l’hom (...)

34Le premier modèle utilisable pour rendre compte de ces faits est celui de la sociologie classique qui décrit le mouvement d’ensemble : un élément extérieur vient perturber un groupe en posant la question des principes gouvernant son fonctionnement. Il passe progressivement du rôle d’amuseur, de clown, à celui de bouc émissaire. La chatouille (interesting) devient démangeaison (embarrassed), puis irritation (not ready for his type of thinking). Ce modèle use d’une métaphore fréquente, le corps social comme corps biologique : un élément étranger devient dangereux pour l’organisme et le système immunitaire se met en branle. Les unités responsables de l’information déclenchent l’alarme, les défenses s’élèvent et le corps étranger est rejetté. Dans cette sorte de modèle, corps humain et corps social s’interpénètrent si bien qu’il est quelquefois difficile de dire lequel est la métaphore de l’autre. Ainsi la métaphore sociale utilisée dans la description des rejets d’organes transplantés (J. Hamburger par exemple dans La puissance et la fragilité3) se trouve réutilisée comme modèle biologique (et avec la caution du "naturel") pour rendre compte de phénomènes sociaux. L’"effet de seuil" à propos des comportements xénophobes en est un exemple connu.

  • 4 E. DURKHEIM, Les formes élémentaires de la vie religieuse ; le système totémique en Australie, Par (...)

35En termes durkheimiens, la violence de la réaction donne la mesure des forces exercées par le groupe sur les individus pour imposer une norme. Dans Les formes élémentaires de la vie religieuse4, Durkheim suggère que les forces dangereuses attribuées aux dieux sont en réalité les forces dont dispose la structure sociale pour se défendre contre les déviations de ses membres. On aperçoit un peu de ces forces magiques avec le "returns to France today" où la communauté, comme un ensemble indifférencié, semble se faire entendre dans cette incantation par la plume du journaliste qui joue pleinement son rôle de medium. Je me suis trouvé confronté à la colère des dieux dans un contexte moderne ; dans un contexte primitif, je serais vraisemblablement mort d’épouvante.

36Ce premier modèle, tout en donnant des éléments d’analyse indiscutables, nous fournit une vision un peu trop globale pour analyser le détail des faits exposés. A l’aide de modèles anthropologiques et sociologiques plus récents, nous allons essayer de sortir de cette représentation de la structure sociale comme entité supra-individuelle dont les êtres humains ne sont que les unités de base, de simples constituants.

Mary Douglas

37M. Douglas propose un modèle anthropologique qui nous aidera à définir les pressions auxquelles étaient soumis les acteurs de notre histoire et quels étaient les enjeux. Douglas a particulièrement travaillé sur les rites de purification et d’exclusion, et sur les phénomènes de classification de l’univers que l’on constate dans toute société. Les deux mots-clés de sa théorie sont purity et dirt, et je vous propose un détour par ces deux termes pour ensuite revenir à notre analyse.

  • 5 M. DOUGLAS, Purity and Danger, an Analysis of the Concepts of Pollution and Taboo, Londres : Routl (...)

38Douglas part d’une citation de Lord Chesterfield qui affirmait : "Dirt is matter out of place". Cette définition permet de poser la règle suivante : s’il y a saleté, il y a compartimentage de l’expérience ; aucun objet n’est sale en soi, il ne l’est qu’en rapport à l’endroit où il se trouve. Un objet est sale comme une remarque est déplacée : cela implique deux lieux, l’un où il devrait être, et l’autre où il se trouve indûment. Je passe sur les détails de l’analyse, très convaincante, que l’on peut lire dans Purity and Danger, Implicit Meanings, Natural Symbols5. M. Douglas montre finalement que chaque fois qu’est produite une perception de saleté ou de souillure il existe un système classificateur de l’expérience qui a son fondement non pas dans la nature des choses mais dans la structure sociale. L’intérêt de la saleté, ou de la souillure, c’est qu’elle sert à la fois d’indicateur des frontières entre des champs d’expérience socialement différents et en même temps elle assure une adhésion forte des individus à ce découpage du monde social en produisant les réactions de dégoût, de honte, etc. Les infractions aux règles sociales qui se manifestent comme des souillures sont ressenties par les individus de façon personnelle et émotive comme des atteintes à leur intégrité et la raison en est simple : l’objet privilégié de la problématique de la souillure, c’est le corps humain.

La règle de pureté

39Pour Douglas, l’ensemble des interactions sociales s’organise à partir de la relation entre corps humain et corps social non pas seulement de façon métaphorique mais aussi pratiquement, suivant la règle de pureté (purity rule). Cette règle détermine les modes d’expression adaptés aux diverses situations sociales. Examinons quelques uns de ses aspects.

40L’interaction sociale nécessite toujours l’effacement des processus organiques non pertinents. L’enfant, en se socialisant, apprend à contrôler certains processus organiques ; parmi ceux-ci, la production de déchets constitue, avec évidence, le moins pertinent ou recevable dans des rapports sociaux. Par conséquent, toutes les manifestations physiques comme la défécation, le vomissement et leurs produits sont universellement reconnus comme incompatibles avec une situation solennelle et un discours formel. Ces manifestations, et leurs représentations verbales, sont donc utilisables dans toutes les cultures pour rompre une interaction formelle, ou marquer un désaccord avec celle-ci. D’autres manifestations corporelles doivent être effacées du discours si elles n’y ont pas de fonction signifiante : ce sont les éternuements, toux, reniflements qui, s’ils ne sont pas contrôlés, sont mis entre parenthèses par des procédures formelles et ainsi rendus étrangers, non signifiants, par rapport à l’interaction en cours.

  • 6 E. T. HALL, The Hidden Dimension, New York : Doubleday & Co, 1966.

41La règle de pureté s’applique aussi à la position du corps dans l’espace. Les distances sociales décrites par E. T. Hall6 s’inscrivent parfaitement dans cette logique : une grande distance entre les interlocuteurs signifie formalité, une petite distance intimité. P. Bourdieu remarque que dans les occasions solennelles les mouvements sont lents, que la musique solennelle affirme par sa lenteur sa distance par rapport au quotidien en représentant au niveau rythmique la distance entre les corps.

42Le principe général de la règle de pureté est le suivant : à mesure que le degré de formalité de l’interaction augmente, la réalité organique du corps s’efface ; dans les interactions les plus officielles on ne pète pas, on ne crache pas, on ne mange pas, on marche lentement ou bien on se tient parfaitement immobile, les sujets sont assez loin les uns des autres pour ne pas percevoir le grain de leurs peaux, l’odeur de leurs haleines, la chaleur de leurs corps. L’officialité se mesure au degré d’effacement des corps. Autrement dit, plus on s’élève dans le corps social, plus le corps physique se désincarné. A l’inverse, on peut se servir d’un élément déplacé, impropre à l’interaction en cours, évoquer une partie du corps, ses fonctions ou ses produits pour insulter quelqu’un ou mettre en cause la légitimité de l’interaction.

43Le paradigme donc, c’est le corps humain qui, dans le monde social, met en évidence deux pôles, l’un où le corps peut s’exprimer avec un minimum de contraintes et être désigné avec un minimum d’euphémismes, c’est la sphère privée ; l’autre, où le corps s’efface jusqu’à ne plus être mentionnable (cf. les pieds de pianos victoriens qui s’appelaient unmentionnables pour éviter aux locuteurs de prononcer piano legs), et c’est la sphère publique.

  • 7 P. BOURDIEU, Le sens pratique, Paris : Éd. de Minuit, 1980.
    Ce que parler veut dire. L’économie des (...)

44La présentation de la problématique pureté/souillure, public/privé qui vient d’être esquissée se trouve largement développée chez Douglas, mais on trouve une analyse voisine chez Bourdieu autour des concepts de distinction, officialité, légitimité7. Dans les lignes qui suivent, le modèle anthropologique cèdera la place progressivement (car ils se chevauchent souvent) au modèle sociologique de P. Bourdieu.

LA DÉCONTEXTUALISATION

45Dans mon enquête, quelle était mon erreur, ou mon crime ?

46Je n’avais pas apprécié le contexte dans lequel je plaçais mes informateurs en les interviewant. Dans des contextes informels (soirées entre amis, alcool, plaisanteries), on pouvait parler de tout, envisager tous les contextes sociaux possibles, quelquefois avec le sentiment qu’une infraction était commise - infraction sanctionnée, ou plutôt reconnue, par le rire. La tension sociale était alors relâchée, même si les frontières entre le décent et l’indécent, le propre et l’impropre n’étaient pas oubliées.

47Quand j’ai finalement posé les mêmes questions qu’au cours de ces soirées mais avec un questionnaire à la main, ce qui provoquait hilarité ou effervescence est devenu embarrassing. Je n’avais pas perçu la modification de définition de la situation que j’introduisais avec mon questionnaire (après tout j’étais le même, ils étaient les mêmes amis et rien n’avait changé entre nous !). En fait, après les avoir mis en position publique, comme switched on, position tendue, je demandais à mes informateurs de produire des items caractéristiques des situations relâchées. Il s’ensuivit une tension encore plus grande, bien exprimée par awkward, embarrassing, rude, too personal, not ready, non ! Ce dernier mot constituait la seule réponse possible à mon irrecevable requête d’exhiber le corps humain dans une situation où il doit être effacé. La solution, absurde mais révélatrice, tient tout entière dans l’oxymoron de Mrs G. : j’aurais dû m’occuper de tabous normaux.

48Je n’avais pas non plus mesuré l’investissement affectif impliqué par l’opposition contexte public/contexte privé. Cette charge émotionnelle m’avait échappé pour une part parce que l’anglais m’est une langue étrangère, ses mots ne sont pas liés depuis toujours à ma vie affective et mentale. Je la connais comme langue tandis que les Anglais la connaissent comme parole, c’est-à-dire inscrite dans le social.

49Autre origine de mon erreur : j’abordais le sujet d’une façon rationnelle, intellectuelle. Or, pour analyser, décrire, objectiver un phénomène, on prend ses distances, on décontextualise, et c’est pour cela que la violence des forces séparant le public du privé avait échappé aussi bien à moi qu’à des universitaires anglais. Analyser un phénomène social, imaginer divers contextes possibles, tout cela suppose un désengagement affectif par rapport aux situations envisagées. Cela est possible dans un cadre social particulier : le cadre universitaire où la mise à distance affective par rapport à son propos est une caractéristique définitoire de la situation. Partout ailleurs, la règle est plutôt l’engagement total dans le contexte, accompagné pour les actants de l’inconscience des mécanismes psycho-sociaux à l’œuvre. Habitué à la décontextualisation, le chercheur aura tendance à penser que les positions, les opinions, de ses informateurs sont stables, c’est-à-dire context-free. Elles ne le sont pas.

Purity rule et asservissement au contexte

  • 8 Je renvoie ici aux études de P. BOURDIEU et M. DOUGLAS (op. cit.) ainsi qu’à celles de :

50La lecture de nombreux auteurs - linguistes, sociologues, sociolinguistes, anthropologues8 - montre que lorsqu’on passe d’une zone à une autre dans le champ social, tous les canaux porteurs d’information varient ensemble. Ce sont :

51la distance entre les corps des actants,

52leur orientation les uns par rapport aux autres,

53le rythme et la vitesse des mouvements,

54la tension musculaire, la contraction posturale,

55le débit de la parole,

56le volume sonore,

  • 9 i.e. tendu/relâché. Ces traits varient peu pour un même individu, une sélection s’opère donc entre (...)

57les traits phonologiques9,

58la syntaxe,

59le lexique,

60et aussi les opinions avancées.

61Car il y a un rapport entre le contenu des énoncés et la situation sociale où ils sont produits. Le concept de culture tel que le définit M. Douglas explique ce phénomène :

  • 10 Purity and Danger (op. cit.), pp. 38-39.
    Cf. aussi sur cette même question Cultural Bias, Occasiona (...)

Culture, in the sense of the public, standardised values of a community, mediates the experience of individuals. It provides in advance some basic categories, a positive pattern in which ideas and values are tidily ordered. And above all, it has authority, since each is induced to assent because of the assent of others. But its public character makes its categories more rigid10.

62Culture et purity rule sont associées. Dans les contextes de fort contrôle social, ce qui s’exprime c’est la culture, à savoir les idées et les catégories communes et connues comme telles. Ailleurs, les individus peuvent exprimer autre chose, des opinions déviantes, et c’est dans les zones plus privées que s’élaboreront de nouvelles valeurs, les nouveaux modèles éthiques et sociaux.

63Résumons nous : dans les zones de haute tension sociale s’exprimera la doxa. Les opinions individuelles qui s’y expriment se soumettent au regard d’autrui, ce sont des opinions à caractère public. Quand la tension sociale décroît, alors les variations individuelles s’expriment et on peut véritablement parler d’opinions privées.

ROLES ET POSITIONS

64Dans l’histoire présentée au début de cet article, quatre personnages m’intéressent particulièrement. Ce sont :

1. Mr X, social department officer.

2. Mrs X, sans profession. Très puritaine (son pire juron est golly), issue d’un milieu upper working class. Cas typique d’hypercorrection associée à une mobilité sociale ascendante.

3. Mrs Joan G, sans profession. Vie sociale très active, un des carrefours du réseau social middle class.

4. Mr G., engineer récemment promu (il doit sa promotion à une formation continue en cours du soir). Son installation à Skelmersdale et sa promotion coïncident. Beaucoup de traits communs avec Mrs X.

65Mr X n’a jamais pris position pour ou contre mon enquête ni en privé ni en public.

66Mrs X a une réaction très violente. Une nuit d’insomnie, physiquement malade, elle se voit tout-à-coup le centre potentiel des regards : une vie de conformité menacée par le scandale. Aucune intervention publique. Mrs G, en conversation informelle se déclare très intéressée : on sort de l’ordinaire et elle veut donner l’image d’une femme libre par rapport aux conventions. Sous la pression de son mari, mais surtout de la réaction collective qui prend forme (ou qu’elle anticipe), elle change de position, cf. sa déclaration dans le Reporter.

67L’ensemble des réactions se résume ainsi :

AGENT

OPINION PRIVEE

OPINION PUBLIQUE

Mrs X

Doxa

Abstention

Mr G

Doxa

Abstention

Mr X

Abstention

Abstention*

Mrs G

Déviance

Doxa**

* Mr X est pourtant le personnage public par excellence

** Mrs G devient le vecteur d’information, le porte-parole de la collectivité

68Sur la scène publique, les opinions déviantes ont disparu. Les agents les plus conformes n’ont pas pris la parole mais exercent une pression sur leur entourage. C’est la personne la plus intéressée par la déviance qui prend la parole pour défendre la norme - façon de satisfaire deux aspirations contradictoires suivant la même problématique que les journaux à scandale.

HABITUS ET CHAMP SOCIAL

69Ce qui est remarquable dans notre histoire, mais au fond très banal, c’est la façon dont des individus motivés par des intérêts personnels viennent naturellement remplir les places, assumer les rôles, utiles pour que la norme s’énonce. Ces mouvements "naturels" mettent en évidence deux frontières dans le champ social, soulignées par des silences.

70Premier silence : celui de la classe ouvrière. Bourdieu parle dans ce cas d’habitus de classe : les protagonistes s’imposent le silence et se cachent du regard public. Ils n’ont pas accès au code public formel, pas plus au niveau linguistique qu’à celui de l’hexis corporelle, silence et culpabilité s’alimentent l’un l’autre pour que la formulation de la norme soit déléguée aux personnes autorisées, qui incarnent la norme sociale : le classe moyenne. On notera une différence, mineure dans notre histoire mais souvent pertinente, entre les hommes et les femmes de la classe ouvrière : on a vu un homme s’effacer volontairement de la scène en demandant de ne pas être mentionné sur l’article de The People, mais les femmes sont encore plus discrètes, elles n’ont pas besoin de s’effacer puisqu’aucune n’a su apparaître dans le récit.

  • 11 P. BOURDIEU, Le sens pratique, op. cit., pp. 87-109.

71Deuxième silence : celui de Mr X. Comment s’explique-t-il ? Notre histoire a deux porte-paroles : Mr X qui a toute l’autorité de l’Institution, et Mrs G qui représente un club de loisirs. Mr X se tait et Mrs G prend la parole ; ils signalent par là la gravité de l’affaire et le champ d’expérience concerné : gossip and scandal. Ici encore, le sexe des agents a valeur significative, les interventions mineures sont dévolues aux femmes et les déclarations solennelles aux hommes. Tout cela, suivant la logique de l’habitus11, se fait sans concertation, ou objectivation des rôles joués. Des positions sont à prendre dans le champ social, et des individus, comme par hasard à la fois aptes et volontaires, investissent ces positions.

CONCLUSIONS

72Le champ social n’est pas indifférencié comme les sondages nous donnent à le croire. Dans les élections, un homme égale une voix et les sondages fonctionnent très souvent sur cette base bien pratique pour simplifier les calculs. Or, il me semble nécessaire, en matière d’opinion publique, d’associer théoriquement les idées produites par un corps social et la stratification du droit à la parole, de tenir compte des canaux sociaux par lesquels s’effectue la communication et se construit l’opinion publique pour en apprécier le sens véritable, et non pas seulement la signification, c’est-à-dire l’opinion hors contexte.

73La situation d’interview est vécue comme situation publique, et l’anticipation du jugement d’autrui y est toujours présente. Si on recherche des tendances nouvelles, si on veut prévoir l’opinion publique à venir, il faut modifier les procédures de collection d’information pour entrer en communication avec les informateurs sur un mode plus privé, sinon on risque de ne pas voir les faux assentiments, les citations auxquelles les locuteurs n’adhèrent pas, les inerties ou les mouvements profonds qui feront un jour surface sous des formes imprévues.

Notes

1 G. LAPASSADE, L’arpenteur. Une intervention sociologique, Paris : l’Épi, 1971, pp. 23-4.

2 . Procédé décrit par J. NUTTAL & R. CARMICHAEL in Common Factors, Vulgar Factions, Londres : Routledge & Kegan Paul, 1977, pp. 126-138.

3 J. HAMBURGER, La puissance et la fragilité, Essai sur les métamorphoses de la médecine et de l’homme, Paris : Flammarion, 1972.

4 E. DURKHEIM, Les formes élémentaires de la vie religieuse ; le système totémique en Australie, Paris : P. U. F., 1960.

5 M. DOUGLAS, Purity and Danger, an Analysis of the Concepts of Pollution and Taboo, Londres : Routledge & Kegan Paul, 1966.
Natural Symbols, Explorations in Cosmology, Londres : Barrie & Jenkins, 1973.
Implicit Meanings, Londres : Routledge & Kegan Paul, 1975.

6 E. T. HALL, The Hidden Dimension, New York : Doubleday & Co, 1966.

7 P. BOURDIEU, Le sens pratique, Paris : Éd. de Minuit, 1980.
Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris : Fayard, 1982.
La distinction, critique sociale du jugement, Paris : Éd. de Minuit, 1979.

8 Je renvoie ici aux études de P. BOURDIEU et M. DOUGLAS (op. cit.) ainsi qu’à celles de :

W. LABOV, Sociolinguistique, Paris : Éd. de Minuit, 1976.
P. ENCREVE, La liaison avec et sans enchaînement, Paris : Éd. du Seuil, 1988.
B. LAKS, "Langage et pratiques sociales", Actes de la Recherche en Sciences Sociales 46, mars 1983, pp. 73-98.
J-P. REGIS, Étude sociolinguistique des tabous en anglais contemporain, thèse d’État, Paris 7, mai 1986.

9 i.e. tendu/relâché. Ces traits varient peu pour un même individu, une sélection s’opère donc entre les individus pour que n’interviennent que ceux qui conviennent à l’interaction.

10 Purity and Danger (op. cit.), pp. 38-39.
Cf. aussi sur cette même question Cultural Bias, Occasional Paper n° 34, Londres : Royal Anthropological Institute, 1978.

11 P. BOURDIEU, Le sens pratique, op. cit., pp. 87-109.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter