Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'opinion publique dans le monde anglo-américain

 | 
Jean-Paul Regis

L’opinion publique et les journaux de qualité en Grande-Bretagne

Catherine Monroy

Texte intégral

1On parle beaucoup de l’influence des media sur l’opinion publique, mais lorsqu’il s’agit de la mesurer on a très peu de points de repères. Que l’on croie aux sondages, ou que l’on s’en défie, le résultat est le même : les commentateurs politiques jouent les madames soleils. Ils évaluent les chances de tel candidat en jugeant sur son dernier passage télévisé, sa dernière allocution ou son sourire confiant.

2De la même façon qu’il est impossible de prévoir l’influence des media sur l’opinion publique à un moment donné, il serait illusoire de tenter d’en rendre compte de manière générale et à plus forte raison, pour l’ensemble d’un pays. Il m’a semblé plus sage de me limiter à un quotidien lancé en octobre 1986, The Independent.

3On peut, comme je vais le faire, dégager des grandes lignes, des tendances, mais il faut accepter que cette théorisation du présent ou du passé proche est vaine. Celui qui commente a une place déterminée, un sexe, un âge et des intérêts au sens général du terme. L’objectivité ne consisterait pas à refuser cette généralisation parce qu’elle ne reflète qu’une vérité partielle, mais à prévenir de son imperfection.

4Pourquoi ce choix ? Pour deux raisons. Tout d’abord parce que le lancement de The Independent est un événement : depuis 131 ans aucun quotidien de la presse sérieuse (quality papers) n’avait vu le jour en Grande-Bretagne. Certains s’y sont essayés : News On Sunday, London Daily News. Ils n’ont pas survécu. On peut comparer la naissance d’un quotidien à celle d’un panda : sa naissance est un événement, sa survie est exceptionnelle. On peut aussi la comparer à celle d’un nouveau-né dans le tiers monde : s’il ne décède pas durant ses deux premières années, il sera robuste et capable d’essuyer toutes les tempêtes. C’est le cas de The Independent. Son tirage est à l’heure actuelle d’environ 380.000 exemplaires. The Independent est prisé par ses pairs : il a reçu tellement de prix que l’on ne sait plus vraiment par ou commencer. En 1986, The Independent était sacré journal de l’année par l’émission de télévision What the Papers say sur Granada Television. The Independent est un journal à la mode. C’est sans doute ce qui en fait la fragilité mais certainement aussi ce qui en fait l’intérêt : il est le reflet d’une partie de l’opinion britannique.

5Deuxième raison de ce choix : l’interrelation entre le journal et ses lecteurs. Ses pères fondateurs Andreas Whittham Smith, ancien rédacteur en chef des pages financières du Daily Telegraph, Stephen Glover et Mattew Symonds, issus du même journal, ont su utiliser leurs expériences d’hommes de presse. Leur position d’observateurs privilégiés leur permettait d’apprécier le déphasage entre journaux et lecteurs.

6Les journalistes n’ont pas l’âge de leur journal mais ils vieillissent avec lui. L’exemple le plus parlant est sans doute celui de Libération. En 1968, ses journalistes avaient vingt ans ; ils en ont quarante, les jeunes lecteurs des années 80 ne se reconnaissent plus dans ce quotidien. Andreas Whittham Smith, directeur général et rédacteur en chef de la publication, a pris ce risque en considération. Il disait lui même ne pas avoir engagé de personnes qui auraient eu moins de dix ans de différence avec lui. Il a 52 ans. L’importance de l’âge du capitaine et de l’âge de ses équipiers ne sont pas négligeables, mais ne suffisent pas à rendre raison du succès de l’Independent.

7A. W. Smith et ses collaborateurs se sont comportés en véritables hommes d’affaires. Il leur fallait dans un premier temps convaincre d’éventuels partenaires d’investir dans leur journal, leur montrer qu’il existait bel et bien une place pour un journal de qualité, avec une cible jeune. L’observation des chiffres du bureau de contrôle de la diffusion, Audit Bureau of Circulation (ABC), confirmait cette hypothèse. Entre 1981 et 1985 on observe une désaffection pour les journaux de milieu de gamme (Daily Mail et Daily Express) et un renforcement des journaux de qualité : + 18 % pour le Financial Times, + 61 % pour le Times, + 22 % pour le Guardian, - 10 % pour le Daily Telegraph, - 4 % (l’exception) pour le Daily Mail et - 11 % pour le Daily Express. Le sérieux des études menées a eu vite fait de convaincre les investisseurs. Les fondateurs s’entourent rapidement de partenaires très utiles, parmi eux les conseillers en communication Saatchi and Saatchi, Stephen Rose and Partners comme conseillers financiers, Arthur Andersen comme audit, Zoete and Beavens comme agents de change, Charterhouse Japhet comme banque commerciale. D’autres noms prestigieux viendront s’associer à ceux de l’Independent.

8C’est la deuxième phase de l’opération qui va faire la différence avec les autres journaux et son succès. Pourquoi l’Independent a-t-il réussi là où tant d’autres ont échoué ? La réponse est dans l’intitulé de cet article : l’opinion publique.

9Dès le début, l’Independent va se mettre au goût de la technologie de la communication : l’interactivité. Ce mot usité dans les télécommunications a encore de beaux jours devant lui dans la presse écrite. Depuis quelques années les jeux de rôles ont fait leur apparition. La télévision développe de plus en plus ce mode de communication en demandant aux auditeurs d’intervenir pendant le déroulement de l’émission et plus simplement à la fin. On peut citer "l’heure de vérité" et remarquer l’impact de l’opinion publique sur l’émission elle-même. Le score fabuleux réalisé par le Professeur Léon Schwartzenberg va permettre à d’autres personnes extérieures au milieu politique de s’exprimer. Est-ce un bien ou un mal, on en jugera plus tard. La course à l’audimat, aussi regrettable soit-elle, est une autre expression de cette interactivité.

10Or, on constate que l’interactivité est restée pratiquement inexistante dans les journaux. L’influence du courrier, par exemple, y est peu importante. La démarche d’A. W. Smith a été celle d’un vendeur de lessive. Qui va investir dans ma lessive ? Réponse : les lecteurs et les annonceurs. Même si Whittham Smith a dit à plusieurs reprises que la survie d’un journal doit dépendre pour moitié de ses ventes et pour moitié de la publicité, chacun sait que la publicité est l’élément essentiel des revenus.

11La cible choisie, la catégorie ABC1 définie par les instituts de sondage, managers et cadres dirigeants, correspondait parfaitement à la demande des annonceurs. Les publicitaires ont évolué avec leur discipline et ne pratiquent plus un matraquage systématique de toute la population ; ils cherchent à influencer les personnes susceptibles d’acheter leurs produits. En ce sens The Independent répondait parfaitement à leur demande. L’étude de marché réalisée auprès des lecteurs est très instructive. Elle a été réalisé par Research and Surveys of Great Britain Limited (RSGB) avec un échantillon de 1000 personnes appartenant à cette catégorie ABC1. Il en ressortait notamment que :

  • 15 % des lecteurs de journaux de la presse sérieuse, entendez le Times, le Guardian, le Daily Telegraph et le très apprécié Financial Times, n’étaient pas complètement satisfaits par leurs quotidiens.
  • 11 % d’entre eux avaient envisagé d’en changer. La catégorie AB (donc celle qui dispose du plus grand pouvoir d’achat) manifestait un plus grand désir de changement.
  • 30 % de ceux qui avaient changé de journal par le passé l’avaient fait en achetant tout d’abord un journal supplémentaire.
  • Plus de 80 % préféraient un journal sans étiquette politique. 49 % avaient le sentiment que les journaux ne présentaient pas l’information sous des rubriques équilibrées. Autres reproches : une mauvaise hiérarchie de l’information et une tendance à la complaisance. Il suffit de voir le déploiement d’enthousiasme lors de la naissance de l’enfant de la duchesse d’York pour comprendre cette lassitude des lecteurs.
  • 20 % affirmaient qu’ils aimeraient avoir le choix entre plusieurs quotidiens. Avant la sortie de The Independent, les lecteurs n’avaient pas vraiment le choix. Le rachat du Times par l’Australien Rupert Murdoch, en 1981, a fait de nombreux insatisfaits et des nostalgiques. Le Times est définitivement devenu le porte-parole de Mrs Thatcher, le Daily Telegraph est également un quotidien très conservateur. La seule alternative était le Guardian, un journal que certains accusent, à tort, de collusion avec le parti travailliste parce qu’il est le seul à diffuser de l’information concernant ce parti ; le seul journal de qualité qui échappe un peu plus aux partis demeure le Financial Times, mais il ne s’agit pas d’un quotidien généraliste.
  • 35 % reprochaient aux journaux de ratisser large et de vouloir toucher un trop grand lectorat. 20 % affirmaient qu’ils aimeraient lire un quotidien qui leur soit plus directement adressé : "people of my age group, doing the same sort of job".
  • 43 % indiquaient que les journaux devraient être plus complémentaires de la radio et de la télévision et ne pas se contenter de présenter ce que l’on appelle des faits bruts (données factuelles sans commentaire apparent) mais également apporter commentaires et analyses.
  • 29 % des personnes sondées ne pouvaient citer le nom d’un journal harmonieux qui offre au lecteur un grand nombre d’articles d’intérêt général ainsi qu’une analyse de l’actualité.
  • 38 % pensaient que la presse quotidienne devrait couvrir les actualités et les événements régionaux, mais 84 % étaient incapables de citer le nom d’un titre qui réponde à cette demande. A ce sujet on peut citer un livre tout à fait édifiant, Ireland : The Propaganda War1. Cet ouvrage, écrit par Liz Curtis et publié pour la première fois en 1984, retrace l’histoire de l’Irlande telle qu’elle est véhiculée par la presse et la télévision. Sa plus amère constatation est de remarquer que les media occultent tous les événements régionaux sauf lorsqu’il s’agit de catastrophes ou d’attentats. Elle analyse avec une grande rigueur le vocabulaire spécifique de l’Irlande. Simple exemple : les membres de l’IRA sont shot down alors qu’une victime de l’armée est murdered. Je pense qu’il est nécessaire d’insister sur ce phénomène de centralisation extrême propre à l’Angleterre. On peut l’expliquer par la situation du pays : Londres est le seul centre vivant de l’économie.
  • 2 HARRIS Robert, The Media, The Government and The Falklands Crisis, Londres : Faber & Faber, 1983.
  • 3 Media Research Group, Dept of Communications. Goldsmiths’College, University of London, Media Cove (...)

12Un autre commentaire s’impose : comment, dans un pays européen qui se dit démocratique, le gouvernement se permet-il une intervention aussi manifeste dans les media ? Sans pouvoir répondre à cette question, on peut se borner à constater que la Grande-Bretagne a depuis la première guerre mondiale su démontrer qu’elle était experte en propagande. La guerre des Malouines est un autre exemple2. Beaucoup ont dit que les États-Unis avaient perdu la guerre du Vietnam à cause de la presse. Le Royaume Uni s’est inspiré respectueusement de cette expérience et les journalistes ont été contraints de s’en tenir aux limites instaurées par l’armée. L’armée s’est même servie d’eux pour la diffusion de fausses nouvelles destinées à tromper l’ennemi. Enfin je voudrais citer un exemple beaucoup plus récent issu d’un travail produit par les chercheurs de Goldsmith College à Londres3. Ils se sont penchés sur la manière dont la presse couvrait les événements des London Councils. D’après la presse, le Council d’Hackney aurait banni le terme de "manhole" en arguant qu’il était sexiste, celui d’Haringey aurait renoncé à utiliser des poubelles noires parce qu’il les considérait racistes. Les mairies d’Islington, Brent et Hackney auraient interdit la récitation de Baa Baa Black Sheep, une des nursery rhymes, pour les mêmes raisons. Celle de Brent paierait des voyages gratuits à Cuba aux jeunes noirs. Celle de Lambeth aurait mis les homosexuels en tête des listes d’attente pour le logement, celle d’Haringey obligerait ses employés à boire du café nicaraguayen et enfin celle de Newham aurait mis ses employés et le public en danger en continuant d’employer un homme atteint du SIDA à la piscine. Toutes ces mairies sont fortement marquées à gauche. L’étude réalisée par la cellule de communication de l’université montre que ces faits ne sont que rumeur. Même si la plupart du temps elles démarrent dans la presse locale et dans les journaux à sensation comme le Sun, Evening Standard, Daily Mail, Daily Express, on les retrouve dans le Daily Telegraph et Sunday Telegraph et le Sunday Times et dans le Times.

13Grâce à toutes les informations enregistrées au cours des différents sondages, l’agence Saatchi & Saatchi a pu se lancer dans une campagne des plus brillantes. Le principal slogan : "the Independent, it is. Are you ?" est sans doute celui qui a eu le plus de succès. On voyait deux pois dans une gousse avec la légende "They’re not". Les slogans étaient en général très accrocheurs, provocateurs et... sous forme d’interrogation, contrairement à la plupart des publicités. On voit encore surgir l’interactivité.

14Mais le dialogue ne s’est pas arrêté au lancement en octobre 1986. Un groupe de personnes censé représenter l’échantillon type de la catégorie ABC1 continue à répondre aux questions du service du marketing de l’Independent. On y apprenait dès ses balbutiements que le journal pourrait faire preuve d’un peu plus d’humour et être un peu plus "light-hearted".

15La question est de savoir jusqu’où cette interactivité doit aller. Andreas Whittham Smith a pris le parti de ne pas bouleverser l’ordre établi en proposant des changements radicaux immédiatement. "Pour plaire, indiquait-il, il nous fallait en premier lieu ne pas présenter une rupture dans la tradition anglaise. Les Anglais sont masochistes, les public schools en sont la preuve. Dans un deuxième temps, nous devons donner aux lecteurs le temps de s’habituer à nous ; ensuite, et seulement ensuite nous pourrons leur proposer de véritables changements. Pour le sport par exemple, nous essayons de ne pas être concentrés sur la Grande-Bretagne. Cette année, nous avons beaucoup parlé du Tour de France, c’est une grande première."

16Whittham Smith fait état de la même réflexion concernant la rubrique étranger. Un récent sondage réalisé par le JICNARS, sur les journaux dominicaux de qualité, Observer, Sunday Times et Daily Telegraph, commandité par ce dernier met en évidence le manque d’intérêt pour la rubrique étranger. L’ordre de préférence des lecteurs mérite d’être signalé : n° 1 Nouvelles nationales, environ 34 %, n° 2 la télévision, 30 à 34 %, et loin derrière, l’étranger aux environs de 20 % comme le sport et les livres. Les perspectives européennes envisagées par la direction de l’Independent l’ont conduit à mettre l’accent sur l’étranger.

17Actuellement douze correspondants sont en poste dans les principales capitales. Il faut bien se rendre compte que, pour un journal, un tel investissement est énorme, surtout lorsque l’on connaît le peu d’impact des nouvelles du continent. La route est longue pour séduire ce lectorat réticent, mais cependant convaincu que, bientôt, il faudra compter avec l’Europe. Le traitement des informations venant de l’étranger ne diffère pas de manière significative de la concurrence. L’information est toujours replacée dans un cadre qui relie l’événement à la Grande-Bretagne.

18C’est à cette confrontation d’opinion, et à cette écoute que l’Independent doit son succès. Son attitude de non-engagement pendant la dernière General Election lui a valu l’adhésion d’un grand nombre de lecteurs qui, si l’on s’en tient aux chiffres de diffusion, lui sont restés fidèles. L’Independent a su médiatiser ce mot magique d’indépendance de manière fort habile, en soutenant par exemple le journaliste Jeremy Warner inculpé parce qu’il ne voulait pas citer ses sources. Même si l’amende infligée est très lourde, l’Independent se fabrique une merveilleuse campagne de publicité. Autre coup de brio, la publication de larges extrait du livre de Peter Wright, Spy Catcher, interdit par Margaret Thatcher.

19L’indépendance du journal se mesure également au traitement général de l’information. Whittham Smith se reconnaît volontiers "Thatcheriste" en économie mais en faveur de mesures sociales importantes. La philosophie du journal se rapproche en quelque sorte de la théorie de la communication de Jürgen Habermas dans ses grandes lignes : en se plaçant dans le cadre d’une société où chacun a la même capacité à communiquer, si la communication est totale, on accède à la démocratie.

20Là encore l’Independent a montré qu’il était différent des autres journaux en marquant une claire distinction entre les éditoriaux, qui sont presque systématiquement conservateurs mais pas forcément en faveur du Premier Ministre, et les articles de reportages dont on peut dire qu’ils sont de gauche.

21Ces résultats ne sont pas simplement le résultat d’une politique éditorialiste mais des journalistes de base eux-mêmes qui se définissent souvent comme "slightly on the left" ou "leftish".

22En dernier lieu, je me suis amusée à prendre un événement social pour lequel l’attitude de la presse ne consisterait pas en une simple sanction par un "pour ou contre" afin de voir comment les différents journaux généralistes, le Times, le Daily Telegraph, le Guardian et enfin l’Independent, traiteraient l’information. J’ai choisi la grève des infirmières qui a eu lieu de janvier à février dernier. La grève des infirmières n’est pas, comme celle des mineurs, ou comme celle des employés de Ford, un simple mouvement de syndicats : elle engage la santé de l’ensemble des Britanniques et fait référence au mythe de Florence Nightingale qui incarne à la fois le Welfare State et l’accession des femmes au travail.

23Je me suis demandé comment les journaux conservateurs allaient s’y prendre pour véhiculer leur conservatisme et comment les autres feraient passer leur anti-conservatisme et manipuleraient leur lectorat.

  • 4 HILL George, "A lamp is still burning", The Times (3 février 1988).
  • 5 HILL George, "A lamp is still burning", The Times (3 février 1988).
  • 6 OAKLEY Robin, "Nurses would support health service shake-up", The Times (29 janvier 1988).

24La position du Times tout d’abord, est des plus délicate. Le journal ne pouvait pas décemment s’en prendre aux infirmières. Il choisit de ne pas critiquer les grévistes directement : il profite de la popularité des infirmières et du mythe de Florence Nightingale pour influencer le lecteur. Il interroge une ancienne infirmière de 77 ans, Dame Winifred4, que l’on voit apparaître sur une grande photo. Le raisonnement est très simple et efficace : si cette femme, qui est certainement passée par des épreuves bien plus difficiles que celle des bas salaires, ne comprend pas le mouvement, il n’est donc pas justifié. L’ancienne infirmière indique que les infirmières devraient être payées autant que les agents de police, mais qu’il n’est pas digne de leur profession de venir manifester. De manière très progressive, elle conclut : "Nurses are being used as political pawns5" ; traduction : ces femmes ne sont pas responsables, ce sont les syndicats et partis de gauche qui les manipulent. Il devient donc inutile de critiquer les infirmières. Le Times les montre, en dépit de la grève, aux petits soins pour les malades. Au début de la grève, le Times avait tenté d’user de l’argument misérabiliste de Margaret Thatcher : c’est toujours les plus démunis qui trinquent. Il y renonce pour les raisons évoquées auparavant et axe sa politique éditoriale contre les syndicats, les activistes d’extrême gauche, les trotskistes. Ultime étape : le Times commande un sondage à l’agence Mori6. Il en ressort que 88 % des infirmières sont mécontentes de la façon dont l’État gère la santé. 2ème question : la santé est-elle en de bonnes mains sous la direction des conservateurs : 78 % de non contre 11 % de oui, alors que, souligne le Times, 32 % d’entre elles voteraient conservateur dans le cas d’une General Election. Ou ces femmes sont idiotes, tout du moins inconséquentes, ou elles exagèrent leur animosité vis-à-vis du gouvernement de Mrs Thatcher... Ensuite le sondage bascule sur des questions syndicales sans aborder le réel problème, celui du budget de la santé. Passons maintenant au Daily Telegraph.

  • 7 NEVIN Charles, "Crisis of loyalty", The Daily Telegraph (29 janvier 1988).
  • 8 NEVIN Charles, "Crisis of loyalty", The Daily Telegraph (29 janvier 1988).

25Le Daily Telegraph est, de notoriété publique, tout à fait conservateur. Bien que confronté aux mêmes difficultés que le Times, il se place sur un autre terrain que celui de la polémique syndicale. Les infirmières sont en grève ; pourquoi ? Le journaliste du Daily Telegraph va aller sur place interviewer de jeunes infirmières7. Il note son propre agacement : "and again and again, the Charring Cross nurses made it clear that, rightly or wrongly, they stopped trusting Mrs Thatcher"8. Tout l’article est axé sur cette rupture du contrat de confiance. Le lecteur sent la lassitude du journaliste et en vient immédiatement à la conclusion que les pauvres filles répètent bêtement leur message.

  • 9 NEVIN Charles, "Crisis of loyalty", The Daily Telegraph (29 janvier 1988).

26Cependant au fil du temps le Daily Telegraph laissera filtrer certaines critiques en utilisant une méthode inverse de celle du Times. Un médecin anonyme dit : "Running a hospital is different from running Sainsbury’s"9 (le directeur du NHS est directeur de Sainsbury’s). Ce procédé indique que le journal ne reprend pas ce propos à son compte mais s’amuse de la petite pointe venimeuse.

  • 10 Unknown author, "Radical proposals are in the air that could revolutionise nurses status, and pay (...)
  • 11 LAMBERT Frédéric, Mythographie, Paris : Edilig, 1986.

27Dans un autre article10, le Daily Telegraph établit un échantillon des différentes sortes d’infirmières, une photo, un texte : elles expliquent ce qu’elles font et suggèrent une proposition pour l’avenir. Il apparaît que les infirmières se font du souci pour la formation mais ne mentionnent pas du tout le problème des bas salaires. Ces femmes ont la valeur d’un échantillon représentatif de leur population et avec les photos qui renforcent cette crédibilité, elles incarnent toute la profession11.

  • 12 FLETCHER David, "Nurses call for a 10 % rise to solve staffshortage," The Daily Telegraph (26 janv (...)

28Second aspect alarmant : le journal, dans un court article, justifie le fait que le budget soit trop mince non pas à cause des coupes drastiques opérées par Mrs Thatcher, mais par le poids croissant des malades atteints du sida. Selon ce journal, chacun d’entre eux coûte 27.000 livres à l’État et plus de 5500 personnes seront mortes du sida en 199012. En toute innocence, il indique que ce n’est pas le gouvernement qui saigne la société britannique mais bel et bien les homosexuels.

  • 13 JOHNSON Angella, "Nurse shortage closes children’s cancer ward" The Guardian (25 janvier 1988).

29Le Guardian est un journal de gauche que l’on accuse parfois de collusion avec le parti travailliste. Il a toujours soutenu les femmes. On parle même de Guardian Women en évoquant celles qui vont manifester le dimanche au Greenham Common. Son attitude est sans surprise. Il ne cache pas sa sympathie. On trouve beaucoup de photos d’infirmières souriantes. A l’inverse des deux journaux conservateurs, le vocabulaire utilisé est direct et acide. On remarque beaucoup d’adjectifs montrant la détermination. L’accent est mis sur les difficultés rencontrées dans les hôpitaux. Le Guardian choisit de parler d’un pavillon d’enfants cancéreux qui refuse des enfants faute de lits13. Il utilise le tabou du cancer et la fragilité des enfants pour sensibiliser son lecteur. Il élude la question du salaire des infirmières et met l’accent sur le problème de fonds qu’est la santé.

30Autre stratégie : diviser pour régner au sein du parti conservateur en louant l’action personnelle du Prince Charles (classé dans les "mecs bien" par l’Evénement du Jeudi). Il rappelle sans l’évoquer le passé de Lady Diana qui, avant d’être princesse, était infirmière.

  • 14 Éditorial, "A paradoxical militancy", The Independent. (3 février 1988).

31L’Independent table sur sa différence. Il va traiter le sujet dans la plus grande sobriété. On perçoit une volonté de dépassionner le débat, une écriture style dépêche d’agence très laconique et des titres, contrairement aux trois autres journaux, non pas accrocheurs mais explicatifs. Le journal marque sa neutralité, il n’émet aucune critique vigoureuse et n’aborde pas les conflits syndicaux. Cependant l’éditorialiste prend position14, une position mitigée entre compréhension vis-à-vis des infirmières et nécessité de changer le système actuel en un système d’assurances privées. Il reprend donc les arguments des conservateurs sans leur attribuer leurs propos. Dans un article ultérieur, il explicite les retombées concrètes des assurances privées. L’Independent s’adresse à ses lecteurs : entre 20 et 44 ans, possédant les plus hauts salaires, donc peu concernés par la disparition du service public.

32L’interactivité me paraît être un rouage essentiel de la communication moderne, et en matière de presse, un terrain encore inexploité. L’exemple de l’Independent doit donner à réfléchir sur le rôle des media et sur la révolution qui est en train de se produire. La loi de l’offre et de la demande doit-elle s’appliquer aux media ? L’Independent est un journal qui fonctionne sur ce système et on peut a priori penser que ce système apporte davantage de démocratie. Il me semble indispensable de définir les limites de ce fonctionnement qui ne concerne qu’une élite de la population britannique. De deux choses l’une : ou l’Independent persiste dans l’élistisme et ne trouvera peut-être pas suffisamment de lecteurs pour grandir ; ou il cherche à étendre son lectorat et finira par perdre son âme. Entre rester petit et mourir grand, il lui faudra faire un choix.

Notes

1 CURTIS Liz, Ireland. The Propaganda War, Australia : The Pluto Press, 1984.

2 HARRIS Robert, The Media, The Government and The Falklands Crisis, Londres : Faber & Faber, 1983.

3 Media Research Group, Dept of Communications. Goldsmiths’College, University of London, Media Coverage of London Councils, Revised Interim Report.

4 HILL George, "A lamp is still burning", The Times (3 février 1988).

5 HILL George, "A lamp is still burning", The Times (3 février 1988).

6 OAKLEY Robin, "Nurses would support health service shake-up", The Times (29 janvier 1988).

7 NEVIN Charles, "Crisis of loyalty", The Daily Telegraph (29 janvier 1988).

8 NEVIN Charles, "Crisis of loyalty", The Daily Telegraph (29 janvier 1988).

9 NEVIN Charles, "Crisis of loyalty", The Daily Telegraph (29 janvier 1988).

10 Unknown author, "Radical proposals are in the air that could revolutionise nurses status, and pay from the top to the bottom of the ladder", The Daily Telegraph (3 février 1988).

11 LAMBERT Frédéric, Mythographie, Paris : Edilig, 1986.

12 FLETCHER David, "Nurses call for a 10 % rise to solve staffshortage," The Daily Telegraph (26 janvier 1988).

13 JOHNSON Angella, "Nurse shortage closes children’s cancer ward" The Guardian (25 janvier 1988).

14 Éditorial, "A paradoxical militancy", The Independent. (3 février 1988).

Auteur

Université de Grenoble III

© Presses universitaires François-Rabelais, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter