Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'opinion publique dans le monde anglo-américain

 | 
Jean-Paul Regis

Capitalisme et capitalistes devant l’opinion publique américaine

Jean Riviere

Texte intégral

1Deux mots peuvent être fort adéquats pour décrire un système économique (et capitalisme et capitalistes cadrent fort bien avec la réalité américaine) et s’avérer d’un emploi plus délicat dans l’usage quotidien. Le terme capitalist est utilisé aux États-Unis dès les premières années de l’Indépendance, mais l’on passe bien vite du sens de "a person who has capital" à "an advocate of capitalism", et finalement à "a very wealthy person". Si les deux derniers sens se retrouvent plus souvent dans la bouche d’ennemis du capitalisme, le troisième est cependant devenu d’un usage universel, même dans les magazines populaires, partisans convaincus du système. Le mot capitalism n’apparaît que peu avant la Guerre de Sécession (vers 1855) et se définit ainsi :

an economic system in which investment in and ownership of the means of production, distribution and exchange of wealth is made and maintained chiefly by private individuals or corporations, especially as contrasted to cooperatively or state-owned means of wealth.

2Mais, si la doctrine pour être définie avait besoin des réflexions d’Adam Smith, Ricardo et Marx, le bonhomme Richard, alias Benjamin Franklin, en avait compris le principe beaucoup plus tôt : "Remember that money is of the prolific, generating nature. Money can beget money, and its offspring can beget more, and so on". L’argent fait des petits, tel est le principe cardinal du capitalisme.

3Si les avancées sans précédent de la Bourse jusqu’en octobre 1987 ont permis de remettre en avant avec fierté le terme capitalism, il est bien évident que l’idéologie américaine lui préfère de beaucoup l’usage de "free enterprise". En employant ce syntagme, on se débarrasse de deux termes capitalisme et capitalist reliés à un système économique insistant nécessairement sur la manipulation de l’argent qui, s’il n’a pas d’odeur comme le disait un célèbre empereur romain, n’est que rarement en odeur de sainteté auprès du grand public lorsqu’il s’agit d’évaluer les méthodes ayant entouré son acquisition. Balzac ne déclarait-il pas que derrière toute grande fortune, on trouverait de grands crimes. "Free enterprise", au contraire, a dès l’abord l’avantage de faire la synthèse entre la plus positive des notions politiques, la liberté et la plus enthousiasmante des vertus morales, l’indépendance et l’esprit d’initiative. On laisse naturellement de côté tous les phénomènes d’emprise sur l’espace, sur les hommes et sur les institutions que suppose l’esprit d’entreprise. La langue espagnole, elle, ne s’y est pas trompée qui désigne d’un seul terme la empresa les deux phénomènes d’emprise et d’entreprise en fait concomitants.

4Cependant, si le cliché free enterprise remplit fort bien son office premier d’établissement d’un lien entre capitalisme et système de valeurs américain, en particulier en insistant sur la liberté du citoyen qui renvoie à celle de l’entrepreneur et vice-versa, il lui est plus difficile d’établir une coïncidence avec le principe d’égalité, second pilier de la démocratie politique. Au fondement du système démocratique, un citoyen égale une voix, s’opposera toujours le fondement du système capitaliste, une action égale une voix et même un gros paquet d’actions entre les mains d’un seul actionnaire égale plus qu’une centaine de petits paquets entre des propriétaires dispersés. Nous tenterons donc de montrer comment l’adéquation entre l’opinion publique américaine et le système capitaliste tiendra à la fois à la valeur de l’exposition et de la mise en exergue des principes et souvent à la façon de poser les questions. Les milieux d’affaires, au travers d’exemples pris aux États-Unis et à l’étranger, veulent montrer la parfaite concomitance entre liberté d’entreprendre et liberté politique. Il leur est cependant difficile de nier que la démocratie a besoin à tous les niveaux de plus d’égalité et que le capitalisme n’y tend guère.

5Les milieux d’affaires doivent en fait sans cesse prouver que l’égalité est l’ennemie de la liberté et les partisans de la liberté et de l’égalité pensent que dans un régime économique où dominent les plus forts, c’est la liberté qui opprime et la loi qui libère ou plutôt que c’est seulement par la loi que l’on retrouve la véritable liberté.

***

6En s’attachant aux rapports entre la démocratie et le capitalisme, les progressistes américains définiront le capitalisme comme un système à la fois méprisé et adulé, car il contient nécessairement la notion de jeu et de hasard et que les façons d’aider le hasard ne manquent pas, comme le prouvent les incessantes poursuites à Wall Street pour délit d’initiés (insider trading). Ils prouveront, souvent avec justesse, que la spéculation enrichit plus et plus vite que la mise sur le marché d’un nouveau produit après avoir monté sa propre entreprise à partir de rien. Ils tenteront de ramener le régime politique américain vers plus de justice et d’égalité, mais se garderont de nier la valeur marchande du rêve américain que constitue l’enrichissement.

7Les conservateurs, quant à eux, montreront le lien entre démocratie et capitalisme par le biais du droit à la propriété sans limite : il devient le premier droit et les autres en découlent. On perdrait donc toutes les valeurs démocratiques, selon eux, en perdant le droit de propriété. Tentant de faire la synthèse de ces deux traditions pour le grand public, Richard Hofstadter déclare :

"they have accepted the economic virtues of capitalist culture as necessary qualities of man [...] American traditions also show a strong bias in favor of egalitarian democracy, but it has been a democracy in cupidity rather than a democracy in fraternity".

8Auprès de l’opinion publique, l’idéologie capitaliste doit montrer que la libre entreprise est la source de toutes les autres valeurs politiques qui sont en somme données par surcroît. L’idéologie réformiste (au sens fort du terme en anglais), sans nier la valeur de la libre entreprise, doit montrer que seuls des redressements perpétuels du système économique peuvent assurer les vrais valeurs démocratiques de liberté. Les premiers ne nient pas en principe la démocratie, pas plus que les seconds ne rejettent le capitalisme comme le système des chances égales pour tous et de la promotion des meilleurs : le capitaliste est à l’origine un homme comme les autres, d’où la nécessité de cultiver sans cesse le mythe du self-made man que la presse populaire monte en épingle par des exemples tirés de la réussite des nouveaux immigrants. L’adhésion au mythe du self-made man permet de prévenir deux objections : en prouvant que les capitalistes ne forment pas une caste et que chacun a la chance de parvenir à la richesse à partir de rien.

9Pour les seconds, la réforme doit permettre d’éliminer les éléments inégalitaires inhérents au système de libre entreprise, sans retirer à quiconque la possibilité de s’enrichir. Pour les réformateurs, il n’existe pas de système à la fois juste et naturel. Les deux camps peuvent donc se retrouver dans une allégeance à des valeurs puritaines élargies qui recueillent l’adhésion de la majorité de la population américaine : faire prévaloir un code moral et une conscience stricte sur les principes, traiter les gens de façon objective et non émotionnelle, tirer les leçons des difficultés de la vie pour s’améliorer.

10Notre étude va porter maintenant sur des sondages d’opinion. Nous les considérerons avec l’objectivité statistique requise, mais nous nous interrogerons chaque fois sur la date et les circonstances de ces sondages, le décalage entre les réponses et la conduite réelle des Américains et le conformisme que suscitent les réponses à certaines questions. Le respect pour les principes implique aux États-Unis encore moins qu’ailleurs le désir de les suivre dans une conduite pratique : ainsi, le respect quasi universel pour la Constitution s’accompagne d’une faible participation politique et la vénération pour la Loi n’empêche pas les taux de criminalité d’être parmi les plus forts du monde. Enfin, même dans un système entièrement libre, il est des réponses que l’on n’ose donner, surtout dans le domaine de comportements ou d’opinions qui peuvent apparaître extrêmes à la majorité.

11En principe, les sondages que j’utiliserai font la différence entre deux types de sondés : le grand public en général et une élite que certains instituts appellent political influentials, d’autres opinion leaders, d’autres encore community influentials. Je définirai, de façon très générale, cette catégorie comme une faible proportion de la population qui émane directement du système et le gère de près ou de loin, mais sait aussi trouver assez de recul pour le juger et le placer dans une juste perspective. Ce groupe comprend juges, législateurs et hommes de loi, directeurs de journaux ou de média divers, activistes des deux grands partis, membres dirigeants des grandes fondations, des universités de prestige, des groupes de réflexion et de planification, les grands leaders syndicaux et les universitaires de renom, bref les membres des public interest groups tels que les décrivent Thomas Dye et William Domhoff. Cette élite est en général cooptée par le système et comprend tous ceux dont l’influence sur l’opinion publique est disproportionnée par rapport à leur nombre. Elle forme le nerf et la ligne de vie de notre société d’information. Les hommes d’affaires n’en font pas tous a priori partie de par leur position dans le système de production, mais chaque fois qu’ils occupent à cause de cette position une place parmi les influentials, leur importance y est beaucoup plus forte que celle des gestionnaires ou des hommes politiques ou des academics avec lesquels ils travaillent pour la bonne raison que la réflexion à long terme passe par le nerf de la guerre qu’eux seuls possèdent en suffisante quantité. Nous nous appliquerons maintenant à déterminer plus en détail les rapports entre démocratie et capitalisme, puis ceux entre sécurité et ambition, enfin l’attitude de l’opinion publique envers l’État providence.

12Si nous considérons d’abord les relations entre démocratie et capitalisme, nous notons que, dans tous les sondages, le lien entre libre entreprise et libre gouvernement appelle des réponses fortement positives. Il est à remarquer cependant que dans les enquêtes plus anciennes (1958), la rubrique decline to choose est inexistante. La réponse à la question sur le lien entre capitalisme et démocratie appelle les réponses suivantes : en 1958, 82 % du grand public y voit un lien étroit (contre 87 % des influentials), tandis que 18 et 13 % des deux groupes respectifs ne sont pas d’accord. En 1978, les oui sont très forts dans les deux camps (80 et 83 %), les non plus faibles (6 et 12 %) mais les decline to choose forment 14 et 5 % de l’échantillon. Un enquête sur la redistribution de la propriété est encore plus significative. En 1958, 17 % et 5 % des deux groupes sont d’accord pour une redistribution de la terre (83 et 95 contre), en 1978, les proportions sont de 12 et 5 % (contre 54 et 67 %), mais 33 et 28 % refusent de choisir. Si, dans l’opinion publique, les valeurs de propriété, surtout agricole, restent hautement estimées, il existe cependant une large zone d’indécision. Les questions posées laissent aussi ignorer à la majorité du public qu’un tiers des terres appartient au gouvernement fédéral qui a ainsi la haute main sur les concessions minières, les contrats offshore et les parcs nationaux. Pour ce qui est de la propriété publique de biens industriels, seuls 45 % du public trouvaient en 1978 qu’il s’agissait d’une mauvaise idée (contre 22 % jugeant l’idée bonne et 33 % refusant de choisir). Chez les notables, les proportions étaient de 51 contre 17 pour et 31 indécis.

13Il est symptomatique que lorsque les questions posées ont trait à la réglementation par le gouvernement fédéral d’industries spécifiques, les réponses sont très nettement positives dans une enquête de 1976 : dans tous les cas, l’approbation de la réglementation dépassent les deux tiers, sauf pour l’informatique (54 %). Elle atteint même, c’est normal, 80 % pour l’industrie pharmaceutique. Les demandes de réglementation plus draconienne dépassent le quart des réponses et approchent la moitié pour les médicaments, les produits alimentaires et le pétrole. Ici les enquêtes ne cherchent pas à différencier grand public et notables. Sur l’attitude plus générale envers la réglementation de l’activité économique par le gouvernement, les réponses sont déjà très tranchées en 1958. A la question : we need a strong government to handle modern economic problems efficiently, 74 % du grand public et 54 % des notables manifestent leur accord. En 1977, dans une enquête sans différenciation de groupes, les réponses positives sont de 62 %. La grande crise et le New Deal ont donc bien persuadé durablement les Américains que le gouvernement avait un rôle à jouer dans la vie économique.

14Il est à noter, cependant, que dès que les questions laissent à penser que le gouvernement pourrait en faire trop et semer désordre et complication, la réaction individualiste est immédiate. Ainsi, en 1977, à la question : the more government regulation there is, the less efficiently companies can operate, 65 % des sondés sont d’accord, 22 % sont hostiles et 13 % s’abstiennent. Ici, les deux éléments de la question (intervention gouvernementale, inefficacité des entreprises) sont tellement liés que l’accord spontané est le plus plausible. A la question One reason modern governments have grown so big and complicated is that they do so many things people need and want, 24 % seulement du grand public est d’accord contre 49 % des notables, montrant bien la conscience chez l’élite que le gouvernement n’est pas son ennemi.

15Par contre, les termes socialisme et communisme et ce qu’on y associe sont perçus très négativement dans toutes les enquêtes au cours des trente dernières années auprès des deux groupes, les pourcentages positifs dépassant rarement 10 %. Il faut dire aussi que toutes les questions sont posées de façon a-historique comme si, du jour au lendemain, les Américains devaient choisir entre leur propre système et un régime communiste.

16Il y a parfois contradiction dans les réponses entre les valeurs de l’individualisme capitaliste débridé et les questions suivantes de 1977. Teaching that some kind of people are better than others goes against the American idea of equality appelle des réponses positives à plus de 70 %, bien que l’"inégalité" dans les dons qui justifie celle dans la réussite ait toujours été une des justifications du capitalisme. La question efforts to make everyone as equal as possible should be increased appelle des réponses positives supérieures aux deux tiers. Mais, ces efforts to make ne peuvent venir en fin de compte que d’une autorité publique, d’où recours à une intervention accrue du gouvernement. Il est symptomatique aussi que, d’après les résultats de toutes les enquêtes, si l’on place sur une échelle les valeurs démocratiques et politiques et les valeurs capitalistes et économiques, ce sont les options les plus faiblement capitalistes qui ouvrent les perspectives les plus démocratiques et vice-versa. Ceci montre donc que les tenants les plus convaincus du système capitaliste sont prêts à accepter quelques entorses aux règles démocratiques. Ces possibilités de débordement sont faibles dans la tradition pluraliste américaine. Elles peuvent, au contraire, se donner libre cours à l’extérieur des États-Unis et avec leur soutien explicite ou tacite là où dictature et capitalisme font souvent bon ménage.

17Afin de déterminer avec plus de précision le degré de corrélation inverse entre valeurs démocratiques (liberté d’expression, protection de l’accusé, égalité de tous devant la loi, absence totale de discrimination dans l’emploi, gouvernement prenant toujours le parti des faibles, etc.) et valeurs capitalistes (patron maître après Dieu dans son entreprise, très forte hiérarchie des salaires, responsabilité des pauvres dans leur condition actuelle, promotion de la concurrence dans toutes les activités humaines, etc.), les sondeurs ont déterminé dans les deux catégories en cause, grand public et notables, le degré de sophistication politique (degree of political sophistication), c’est-à-dire la connaissance du processus politique, la participation à la vie de la cité et le niveau d’éducation. Si parmi le grand public, l’on considère ceux réalisant le meilleur score de sophistication politique, 53 % ont un score très bas de soutien aux valeurs capitalistes, 26 % un score moyen et 21 % un score élevé. Pour les mêmes catégories, parmi l’élite, à un point près, les pourcentages sont les mêmes. Si nous considérons maintenant ceux ayant obtenu un score faible sur les valeurs démocratiques, dans le grand public ceux qui soutiennent fortement les valeurs capitalistes sont 47 %, ceux qui les soutiennent moyennement 33 % et ceux les soutenant peu 20 %. Parmi l’élite faiblement démocratique, les scores sont respectivement de 84,8 et 8. Les sondages datent de 1977.

18Quelles leçons en tirer ? On retrouve dans ces sondages trois catégories d’Américains bien typés : l’Américain moyen participant peu à la vie politique, mais soutenant les valeurs du système économique, car il espère, lui ou ses enfants, en profiter un jour. Le libéral (au sens américain du terme) de l’élite qui considère que le système économique nécessite une perpétuelle surveillance et le nouveau riche peu sophistiqué, adepte sans réserve de la loi du plus fort et du darwinisme social.

19Plus la sophistication politique est forte, plus les sondés (enquête de 1977) pensent que le capitalisme ne donne pas à chacun sa chance, que les grandes entreprises et les gens riches influencent fortement le gouvernement et ne paient pas les impôts qu’ils devraient en toute justice acquitter et que le système judiciaire favorise les riches. Par contre, toutes les catégories approuvent à une forte majorité (de 73 à 88 %) la liberté des journaux qui impriment "Whatever they think is newsworthy", l’esprit de concurrence à l’école et sur les lieux de travail (de 62 à 94 %), la non-limitation des bénéfices d’une entreprise (de 71 à 86 %) et la concomitance entre propriété privée et liberté politique (de 56 à 90 %). Dans tous les cas, les scores les plus bas en faveur du capitalisme renvoient toujours à ceux ayant la meilleure éducation politique et vice-versa. L’Américain moyen accepte donc les principes de l’économie capitaliste, mais non les privilèges qui l’accompagnent : ainsi droit de grève, et meilleures possibilités de participation du salarié dans son entreprise, valeurs éminemment démocratiques remportent l’adhésion de la grande majorité des citoyens à forte éducation politique pour le droit de grève (68 et 71 %) et d’une forte minorité pour la participation (45 et 40 %).

20La corrélation entre l’effort et les revenus obtenus, ainsi que la qualification, est très fortement soulignée. Le rôle accordé au gouvernement suit les lignes de forces libérales et conservatrices, mais il est curieux de noter que les notables fortement conservateurs sont beaucoup plus méfiants à l’égard de la réglementation gouvernementale (8 contre 82 %) que leurs homologues du grand public (31 contre 57 %). En somme, si, à l’intérieur des États-Unis, il existe un consensus sur les valeurs démocratiques et les grands principes de l’économie capitaliste, il n’en reste pas moins que l’adhésion plus marquée aux premières est le fait de ceux montrant le plus de réticence à l’application sans nuances du capitalisme sauvage.

***

21En étudiant les relations entre l’opinion publique et les milieux d’affaires, la dialectique sécurité-ambition apparaît au premier plan. Capitalistes et grand public sont tous deux d’accord pour réclamer les deux, mais il ne fait pas de doute que l’ambition compte beaucoup plus pour les premiers (tout au moins dans la rhétorique) et que la sécurité reste le garde-fou du second. L’État s’est naturellement trouvé au centre de cette dialectique, puisqu’il a dû à la fois limiter l’ambition des plus forts par la réglementation des diverses activités économiques et assurer la sécurité des citoyens contre les aléas de la vie économique (crises, chômage, etc.), de la vie personnelle (maladie, invalidité, retraites) et contre la dégradation du milieu naturel ou la nocivité des activités ou des produits de l’entreprise.

22Si l’on considère l’attitude du grand public et des capitalistes vis-à-vis de l’État, il faut historiquement considérer trois grandes périodes. D’abord jusqu’au milieu du XIXe siècle, hommes d’affaires et milieux conservateurs se retrouvent partisans d’un gouvernement fort qui puisse assurer l’ordre social, la construction de l’infrastructure et la régulation du système bancaire. Le citoyen moyen, quant à lui, fermier et/ou artisan, voit dans toute action du gouvernement un obstacle à son indépendance et à ses initiatives. La position des protagonistes est exactement inversée dans la seconde moitié du siècle où les milieux d’affaires s’opposent à toute limitation de leurs ambitions et où fermiers et ouvriers recherchent à tâtons plus que conjointement l’abri d’un gouvernement protecteur et favorable à la réforme sociale.

23N’oublions pas enfin que, en dépit de la rhétorique, depuis le début du XXe siècle et le remplacement d’une économie concurrentielle fondée sur la propriété individuelle par une économie de réglementation plus ou moins tacite des prix dans un système de propriété privée, mais anonyme, les milieux d’affaires ont pu jouer sur les notions de sécurité et d’ambition. Ils demandent en somme à l’État de ne pas briser leur ambition, d’assurer leur sécurité et celle de leurs employés et de renforcer leur dynamisme en diminuant leurs charges et en augmentant leurs subventions. Telle est la réalité de l’économie américaine d’aujourd’hui.

24L’ambition reste donc le ressort de l’activité de l’Américain moyen et les enquêtes d’opinion montrent aussi bien dans le grand public que chez les notables des réponses positives quant au désir de chacun de faire mieux que ses parents et d’améliorer sans cesse sa position sociale. Un sondage de 1958 doit cependant éveiller notre méfiance, car la question posée I guess you could say I am a rather ambitious person at heart appelle à cor et à cri une réponse positive que le grand public donne à 74 % et les notables à 82 %. Au contraire, dans le même sondage à la question security is more important to me than advancement, 70 % du grand public répond oui, mais 33 % seulement des notables. Rien de plus naturel : celui qui a peu tient à assurer ses positions, celui qui a déjà beaucoup espère faire mieux. A la question Is it better just to be "one of the group" than to be singled out for special attention, 61 % du grand public répond oui, mais seulement 37 % des notables. Surtout en 1958, on peut voir dans la dernière réponse les restes de la Street Corner Society, telle que la décrivait William F. Whyte. En effet, dans un milieu ethnique homogène, aller à l’Université ou étudier seul au lieu de se mêler aux autres et de suivre leur destin habituel signifiait qu’on se coupait de ses racines profondes.

25Pour ce qui est de l’attitude vis-à-vis de la richesse et du profit en général, l’enquête de 1958 montre que la quasi-unanimité du public (95 % contre 5 %) pense que there is nothing wrong with a man trying to make as much money as he honestly can. On peut se poser une seule petite question ici : aurait-on obtenu le même pourcentage en substituant woman à man ? Les enquêtes de 1978 sur les bénéfices des entreprises et leur effet heureux sur l’ensemble du corps social sont beaucoup plus nuancées et n’attirent qu’une minorité (42 %) de réponses positives chez le grand public (contre 24 % négatives et 34 % d’abstentions). Pour ce qui concerne le rapport valeur morale/statut économique, une enquête de 1977 montre que la majorité des Américains (63 % chez le grand public et 79 % chez les notables) se refuse à dire que les Ford, Carnegie, Morgan et Rockefeller sont des modèles à imiter pour les jeunes. Ils considèrent aussi que les pauvres ne sont pas personnellement responsables de leur sort, mais pour cette dernière question la proportion des abstentions est énorme : 55 % chez le grand public, 78 % chez les notables. On voit ici le fossé entre ce qu’on osera avouer à un enquêteur et ce qu’on glissera subrepticement dans une conversation entre amis et voisins.

26Capitalistes et salariés reçoivent-ils leur juste récompense ou sont-ils outrageusement surpayés ou sous-payés ? Une enquête de 1977 pondérée par les indices de sophistication expliqués plus haut montre que seuls les notables peu éduqués politiquement pensent (à 67 %) que most businessmen do important work and deserve high salaries. La majorité des autres adopte donc une attitude négative ou se réfugie dans l’abstention, surtout parmi les plus attachés aux valeurs démocratiques, que ce soit dans le grand public ou chez les notables. A la question de savoir si les "sans qualification divers" (gardiens, laveurs de vaisselle, etc.) reçoivent le salaire qu’ils méritent, les réponses les plus négatives (43 %) proviennent du grand public à tendance démocratique et les moins négatives (10 %) des notables les moins éclairés politiquement. Si l’argent se traduit en influence, il n’est donc pas étonnant que dans une enquête de 1977 72 % du grand public éclairé et 50 % des notables évolués pensent que les grandes entreprises et les gens riches gouvernent en réalité le pays.

27En fin de compte, l’attitude envers le capitalisme est différente suivant les revenus : les titulaires de gros revenus justifient tout de go leur situation et les autres ne croient pas en majorité que le système soit naturellement juste. Si 49 % des sondés gagnant moins de 6. 000 dollars par famille en 1975 (il faudrait doubler le chiffre aujourd’hui en monnaie constante) croient que les non-qualifiés (gardiens, serveurs, laveurs de vaisselle, etc.) gagnent trop peu, ils ne sont plus que 14 % dans les familles gagnant plus de 35.000 dollars. Quoi de plus naturel, en effet. Ceux qui emploient ce personnel (les notables) pensent bien les payer et sont 69 % à estimer qu’ils sont bien rémunérés, vu leur faible qualification. Si l’on considère les mêmes catégories auxquelles on pose la question the private enterprise system is generally a fair and efficient system, 51 % des faibles revenus et 84 % des gros répondent oui. On peut se demander pourtant quelle serait la réponse si private enterprise system était remplacée par big business. A la question public ownership of large industry would be a bad idea, 37 % seulement des premiers répondent oui contre 64 % des seconds. Ici, au contraire, on peut penser que l’utilisation de large industry réduit le nombre de réponses positives, car toutes les enquêtes montrent le plus souvent un virage très net dans les réponses aux questions suivant que l’on emploie business ou big business. En fait, toutes les réponses ayant trait à des qualités générales telles que détermination, esprit de concurrence appellent des réponses fortement positives dans les deux catégories. Et, comme le prouve déjà une enquête de 1958, ce que l’on redoute avant tout, c’est le changement radical du système de libre entreprise. Ainsi à la question We can do everything needed to get prosperity without changing the private enterprise system very much, on obtient 70 % de oui dans le grand public et 71 % chez les notables. A supposer que private enterprise system ait été remplacé par corporate system, on aurait assurément obtenu moins de réponses positives. Les enquêtes montrent donc en fin de compte un désir de limiter l’ambition de tout ce qui apparaît d’une grandeur inhumaine et non d’empêcher un individu de s’épanouir. La notion de "the sky’s the limit" reste bien d’actualité, mais elle sous-entend cependant que le ciel ne vous tombe pas sur la tête. C’est ce que nous allons examiner maintenant en étudiant l’attitude des Américains vis-à-vis de l’État-providence qui a changé de fond en comble la dialectique sécurité-ambition.

***

28Si l’on pose les problèmes de l’État-providence de façon générale en employant l’expression "from cradle to grave", on obtient dans tous les cas, à toutes les époques, des réponses fortement négatives. Mais, dès la fin du New Deal, les sondages montrent que 89 % des Américains sont en faveur de pensions-vieillesse payées par l’État et que 79 % pensent que les pauvres devraient bénéficier d’une aide médicale gratuite. En 1975, 82 % des Américains jugent très important que le Congrès aide les pauvres, les vieux et les victimes de l’inflation, seuls 2 % jugent cette action sans importance. Mais l’opinion des Américains sur les problèmes du logement montre bien que la façon de poser la question est déterminante. En 1958, à la question Everyone should have a good house even if the government has to build it for him, 72 % répondent non. Au contraire, à la question should we spend more or less on slum clearance and housing ?, 79 % répondent more.

29Au contraire, le minimum income ou impôt négatif appelle des réponses négatives en 1965 de 61,62 et 67 % suivant la façon de poser la question. Le paradoxe réside dans le fait que des économistes conservateurs comme Milton Friedman y sont au contraire favorables. Ici, il faut tenir compte de la réticence viscérale du grand public à voir donner à des particuliers de l’argent sans aucune contrepartie. Les programmes de workfare, quant à eux, rencontrent toujours l’approbation de la majorité du grand public que ce soit les travaux du Civilian Conservation Corps de 1933 à 1943 (89 % de oui), le plan du gouvernement pour l’emploi des indigents dans les grandes entreprises, l’état payant les trois quarts du salaire (67 % d’opinions favorables) ou le plan de workfare de Richard Nixon (79 % de oui). L’idée de donner (en travail ou en argent) pour recevoir reste ancrée dans les mentalités et jusqu’en 1977, le programme des food stamps comportait pour la majorité de ses bénéficiaires le paiement d’une redevance en numéraire. Il n’en reste pas moins que, pour le grand public et les notables, le soutien aux valeurs démocratiques est proportionnel à celui accordé à l’État-providence et vice-versa. Ainsi, une enquête de 1977 sur les méthodes et présupposés des divers programmes sociaux, montre une très forte corrélation entre valeurs démocratiques et partisans de l’action gouvernementale, les proportions étant encore plus fortes chez les notables que dans le grand public. Appliqué à des programmes spécifiques (aide médicale, aide au logement, bourses universitaires, repas scolaires subventionnés), on retrouve les mêmes fortes proportions dans les mêmes catégories.

30Si les valeurs associées à la démocratie et à l’État-providence sont très majoritaires chez les élites, il faut y voir une tendance générale vers le soutien par une majorité des notables des acquis du New Deal et des années 1960. Pour ce qui est du score moyen de soutien aux valeurs capitalistes, il se situe entre 30 et 32 %, que ce soit dans le grand public ou chez les élites. Une enquête de synthèse de 1979 montre que, si l’on divise l’élite en différentes catégories professionnelles, le soutien à une formule de "welfare capitalism" est de 50 % chez les hommes de loi, 60 % dans le clergé, 62 % chez les universitaires, 52 % chez les journalistes, 54 % chez les cadres supérieurs du privé et 53 % chez ceux du public.

31Un autre résultat de 1977 est plus curieux. Plus on avance en âge, plus le soutien aux valeurs démocratiques et au welfare state diminue, plus le soutien aux valeurs capitalistes augmente. Ainsi, le score "democracy" chute de 57 % à 30 ans à 11 % à plus de 66 ans, le score "welfare state" descend de 47 à 26 %, tandis que le score "capitalism" augmente de 16 à 43 %. Comment expliquer ce résultat curieux ? D’abord, les valeurs démocratiques sont souvent associées à des problèmes de liberté personnelle et sexuelle qui ne rencontrent guère la sympathie des personnes âgées (emploi des homosexuels et des séro-positifs, avortement etc.). Ensuite, à la fin de sa vie, chacun pense qu’il est arrivé là où il en est grâce à son seul mérite, d’où tendance à surestimer les valeurs capitalistes de réussite individuelle. Enfin, ce sondage a été réalisé avant les vaines tentatives du président Reagan de diminuer la social security qui a rencontré la vive résistance du gray power. Il n’en reste pas moins qu’il y a contradiction entre les opinions et la réalité, car les personnes âgées participent beaucoup aux diverses élections et reçoivent une proportion du budget fédéral (près du quart) bien supérieure à leur part dans la population. Dans un pays où les allocations familiales n’existent que pour les indigents, il est sûr que l’État fait beaucoup plus pour les personnes âgées que pour les jeunes. La réaction des senior citizens tient plus à l’attachement à des valeurs acquises dans la jeunesse qu’à un jugement formel sur l’État-providence.

***

32La première conclusion que nous pouvons tirer de ces sondages est la forte sympathie que rencontre le système économique américain lorsqu’il peut s’identifier, à tort ou à raison, au principe de propriété individuelle et d’indépendance personnelle. Nous n’en prendrons que trois exemples. Fidèle à l’idéal jeffersonien du petit fermier, soutien principal de la démocratie américaine, le grand public éprouve toujours une forte sympathie pour lui et les subventions à l’agriculture (la sécheresse de 1988 l’a prouvé encore) sont toujours votées par la majorité des représentants des deux grands partis. On ne se demande pas si en fait la plus grosse part de ces subventions ne va pas à de grands groupes industriels et bancaires, grands maîtres de l’agribusiness. Mais, aucun représentant, aucun sénateur ne voudra se voir désigné du doigt comme le fossoyeur de la ferme familiale. Dans l’imaginaire américain, la ferme participe de deux mythes : l’individu en lutte contre les forces de la nature, et le travailleur indépendant. Deuxième exemple : les caisses d’épargne et de prêt ont bénéficié depuis trois ans du soutien financier de la puissance publique à hauteur de plusieurs milliards de dollars. Les thrifts (terme renvoyant dans le mythe au petit épargnant besogneux) n’ont jamais souffert du discrédit souvent associé aux banques.

33Troisième exemple allant dans le même sens, celui de l’ascension de Lee Iacocca, patron de Chrysler. Il a pu tout à la fois se présenter comme fils de pauvres immigrants et comme entrepreneur de génie en butte à l’hostilité de l’oligopole de l’automobile (Henry Ford II l’avait renvoyé), des grandes banques privées qui n’avaient pas voulu lui avancer un sou sur sa bonne mine ou celle de son entreprise et de la Business Roundtable, sorte de politburo des grandes entreprises. En fait, Lee Iacocca n’a réussi à redresser la situation chez Chrysler que grâce à la conjonction de trois éléments : un prêt, garanti par le gouvernement fédéral, de 650 millions de dollars, un arrangement avec les autorités du Michigan sur la fiscalité locale et des accords avec les UAW (United Automobile Workers) prévoyant licenciements et baisse des avantages sociaux. Tel, mutatis mutandis, Yves Montand chez nous, il a pu se présenter à la fois comme une réussite et un oracle dont la percée durable dans l’opinion publique n’a pas été proportionnelle à l’importance de ses succès médiatiques (deux livres à très gros succès, présidence temporaire des cérémonies du centenaire de la Statue de la Liberté). La leçon à tirer de ces trois exemples est la suivante : faites-vous passer pour petit, vous serez bien vu, même si vous n’en êtes pas plus influent pour cela. Au contraire, dans tous les sondages où l’on ajoute le terme big soit à business, soit à government, soit à labor, les réponses favorables plongent.

34En somme, l’idéologie américaine en est restée à une conception du capitalisme à base de propriété individuelle comme système de production, alors que la réalité est celle d’un capitalisme à base de propriété anonyme à responsabilité limitée, comme le terme français SARL le dit beaucoup mieux que le terme américain corporation. En même temps, le système de consommation à base d’hédonisme a remplacé les valeurs puritaines, républicaines et productivistes du XIXe siècle. Ce nouveau capitalisme concentré et gigantesque a été le mieux à même d’assurer, médiocrement avant l’État-providence, conjointement avec lui depuis les années 1960, le développement du welfare capitalism. Encore aujourd’hui, où 20 % des salariés américains sont dépourvus de protection médicale, la petite entreprise chère au cœur de l’Américain moyen en est en grande partie responsable. L’individualisme, au cœur des valeurs du capitalisme, conduit d’ailleurs tout naturellement à rechercher une protection contre les aléas de la vie auprès d’un système d’assurance publique ou privée, au fur et à mesure que se relâchent solidarités ethniques et familiales. La sécurité devient donc une nécessité dans un système capitaliste conséquent avec lui-même.

35N’oublions pas enfin que si l’Américain moyen approuve spontanément toutes les vertus du capitalisme, des rapports conflictuels violents ont souvent marqué l’histoire sociale américaine et que le salarié américain doute moins des vertus du système, mais beaucoup plus de celles de son patron que le salarié français. Nous n’avons pas le temps de nous étendre ici sur un autre aspect de la contestation du système économique : celle des dégâts divers qu’il cause à l’environnement, celle de la médiocre qualité ou du caractère dangereux des produits du capitalisme américain. Ce mouvement, beaucoup plus puissant en Amérique qu’en France, prouve la méfiance de l’Américain envers tout système qui, pour gagner, doit rogner sur la qualité de ses produits. Mais, sa méfiance est aussi forte envers un système gouvernemental où l’employé à vie fournit un effort minimum. Comme le disait Ralph Nader : "the only thing worse than having a car built by General Motors is to have one built by the government". En somme, pour l’Américain moyen, comme la démocratie pour Churchill, le capitalisme serait le pire des systèmes à l’exception de tous les autres. Disons plutôt que l’histoire et l’expérience ont conduit la majorité des Américains, au-delà des clivages idéologiques de la présidence rhétoricienne de Ronald Reagan, à préférer un capitalisme à risque réduit et un socialisme sans révolution. Mais, un système qui consiste en fin de compte à avoir le beurre et l’argent du beurre ne conduit-il pas à l’impasse économico-financière d’aujourd’hui ? La réponse à donner à cette question dépasse le cadre de notre enquête, mais fait partie intégrante de la résolution des problèmes actuels.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

DALTON Russell J. Citizen Politics in Western Democracies, Public Opinion and Political Parties in the United States, Great Britain, Germany and France. Chatham N.J. : Chatham House, 1988. L’auteur y explique la façon dont les citoyens perçoivent parties et système politique et essaient de les influencer par leurs votes ou leurs associations.

DOMHOFF G. William. Who Rules America Now ? A view for the 80’s. Englewood Cliffs, NJ : Prentice-Hall, 1983. Démonstration de l’existence d’une classe supérieure américaine et de son influence économique, politique et sociale.

DONZELOT Jacques. L’invention du social. Essai sur le déclin des passions politiques. Paris : Fayard, 1984. Ouvrage montrant que, dès le milieu du XIXe siècle, la résolution du problème social devient une priorité politique.

DUMAS Lloyd. The Overburdened Economy. Berkeley : University of California Press, 1986. L’auteur montre les diverses surcharges militaires et autres handicapant l’économie américaine actuelle.

DUVERGER Maurice. Janus - Les deux faces de l’Occident. Paris : Fayard, 1972. La puissance économique des grandes entreprises est un élément déterminant dans le processus politique des démocraties industrielles sans qu’il y ait cependant subordination totale du second à la première.

DYE Thomas R. Who’s Running America ? The Reagan Years. Englewood Cliffs, N. J. : Prentice-Hall, 1983. Brillant exposé d’une thèse élitiste nuancée par l’étude, en particulier, des public interest groups.

McLOSKY Herbert et ZALLER John. The American Ethos. Public Attitudes toward Capitalism and Democracy. Harvard University Press, 1984. J’ai emprunté tous mes sondages à cet ouvrage essentiel sur la question.

The Random House Dictionary of the English Language, 2nd edition. New York, 1987. Toutes les définitions lexicales en sont tirées.

RIVIERE Jean. Le monde des affaires aux États-Unis. Paris : Armand Colin, 1973. Deux chapitres étudient l’idéologie et l’éthique des milieux d’affaires.

Les États-Unis à l’horizon de la troisième révolution industrielle. Presses Universitaires de Nancy, 1986. Étude, entre autres, des circuits du pouvoir et des liens étroits entre décision économique et pouvoir politique.

Le système économique américain : emprise et entreprise. Presses Universitaires de Nancy, 1988. Étude historique de la dialectique emprise-entreprise et du rôle moteur de l’État américain.

RUFFAT Michèle. Le contre-pouvoir consommateur aux États-Unis. Paris : PUF, 1987. Le meilleur ouvrage en français sur la question.

SKLAR Martin J. The Corporate Reconstruction of American Capitalism, 1890-1916. Cambridge University Press, 1988. Transformation historique de l’économie américaine à cette époque et ses conséquences politiques et sociales.

WHYTE William F. Street Corner Society. University of Chicago Press, 1945. Étude du dilemme des jeunes Italo-Americains vivant dans un milieu ethnique homogène et cherchant à s’en dégager.

Auteur

Université de Paris IX Dauphine

© Presses universitaires François-Rabelais, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter