Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le renouveau de la production de la soie en Cévennes (1972-1998)

 | 
Françoise Clavairolle

Conclusions

Texte intégral

1Nous avons voulu suivre la genèse et la mise en œuvre d’une relance d’activité originale dont la définition s’ancre dans le système de production antérieur, y prend sens tout en témoignant d’une volonté novatrice affirmée. En effet ses initiateurs, qui se voient comme les héritiers d’une véritable culture technique, loin de prétendre restaurer le passé soulignent au contraire le dynamisme du modèle, sa faculté de transformation et d’adaptation.

2En nous attachant à décrire la relance séricicole, nous avons tenté de montrer que chaque direction donnée, chaque choix engagé, qu’il soit technique, économique, social ou symbolique, participe à la construction d’une représentation des rapports imaginés et réels entre tradition et modernité ; tout au long de ce travail nous nous sommes interrogé sur l’empreinte et le retentissement de la culture technique sur le système sociotechnique en recomposition.

RÉALITÉS ET ILLUSIONS DU « LOCAL »

3En manifestant leur défiance pour le monde politique traditionnel et les réseaux notabiliaires, en affichant leur volonté d’accroître l’autonomie de la société civile face aux décisions planifiées par l’État, en mettant l’accent sur le renforcement du lien social et sur la valorisation des ressources du territoire, les initiateurs de la relance ont cherché à montrer que l’échelon local offrait un cadre pertinent pour engager un développement durable, mieux à même de répondre aux aspirations et aux besoins des populations concernées.

  • 1 MATHIS (P.), « Le développement local est-il un paradoxe ? », Revue inter-universitaire de Science (...)

4On a vu que l’un des principes fondateurs de la « relance séricicole », découlant d’une analyse critique des causes du déclin de cette activité puis de sa disparition, a été la maîtrise locale de l’ensemble des étapes de la production dans le cadre d’une filière intégrée. En outre, une opposition s’est clairement exprimée entre un renouveau artisanal local et une relance industrielle poursuivant un objectif d’intégration à des réseaux de concurrence. Cette controverse sur les choix stratégiques à effectuer reflète les contradictions inhérentes à la perspective du développement local à laquelle la relance s’est ouvertement rattachée. Ces deux conceptions, bien qu’elles ne soient pas antinomiques, tendent néanmoins à s’opposer. En effet, on associe communément au concept de « développement » ceux d’expansion, de croissance dans le domaine des biens et de l’espace, alors que le « local » est volontairement limitant et insiste sur le particularisme structurel et spatial1. La forme finalement retenue a été celle d’une relance industrielle localisée : paradoxe d’une entreprise qui tout en se déterminant selon un modèle localiste qui met en avant l’ancrage territorial, se veut dans le même temps fondée sur l’innovation technique et articulée à la production de masse. D’un côté l’accent est mis sur la force des liens de proximité, sur la primauté qui doit être accordée aux relations des hommes entre eux et avec le territoire, de l’autre ce sont la technologie et l’insertion dans le marché qui sont placées au cœur de la démarche. La philosophie de la relance a donc été de penser et de réaliser la médiation entre les structures difficilement conciliables du local et du global.

  • 2 MATHIS, « Le développement local », p. 75.

5Dès lors que l’entreprise développe des technologies coûteuses pour renforcer sa compétitivité au sein d’un système régi par des rapports de concurrence, elle est nécessairement amenée à construire un réseau2 qui l’aspire dans une spirale centrifuge et qui déborde nécessairement le cadre fixé qui, lui, est territorialisé, aussi bien au niveau des compétences mobilisées que des technologies employées et des marchés.

  • 3 Au sein de la filière, de nombreuses responsabilités ont en effet été confiées à des proches, pare (...)

6L’évolution du discours du maître d’œuvre de la relance est marquée par des contradictions qui témoignent de l’extrême tension entre ces deux pôles. D’un côté on persiste à tenir le langage du développement local alors que l’activité tend à échapper à cette sphère dès lors que la production est soutenue par des institutions nationales voire européennes ; de l’autre on veut prendre place sur l’échiquier international tout en pérennisant un mode d’organisation et de gestion qui s’appuie sur des réseaux de parentèle3 et de proximité.

  • 4 AYDALOT (P.), « Réalités et illusions de l’économie locale », Autrement, 47 (1983), p. 208-216.
  • 5 SAGLIO (J.), « Les ressources de la culture locale », dans GLOBOKAR (T.), éd., Entreprise, Société (...)

7La référence au local suggère que la relance s’adosse à un substratum technique qui en dépit de son délitement a laissé surnager des qualifications, des savoir-faire réappropriables4 et pouvant faire ressource. Dans une région où une activité ancienne s’est interrompue, il existerait en effet des spécificités, des qualifications susceptibles d’être réactivées pendant encore quelques années et formant une véritable culture locale, comme le montre bien J. Saglio5. C’est sur elles qu’a misé la relance. Mais il arrive fréquemment que ces facteurs initialement mobilisateurs deviennent des contraintes et bloquent la dynamique entrepreneuriale, que la territorialisation soit progressivement perçue comme un cadre contraignant. Ce fut le cas ici.

  • 6 CHEVALLIER (D.), « Traditions techniques et identités locales », communication au 7e colloque Itin (...)

8Dans une seconde phase, en désignant et en isolant comme patrimoine tous les éléments faisant référence à l’ancrage culturel de la relance, son responsable a poursuivi une double visée : se dégager des pesanteurs qui entravaient ses visées expansionnistes en distinguant une production prenant forme et sens dans et par ses liens multiples au milieu socio-technique6, par ses attaches locales, et une production caractérisée au contraire par son affranchissement du local, son intégration dans des circuits d’échange internationaux.

  • 7 POULOT (D.), « Patrimoine et esthétique du territoire », Espaces et Sociétés, 69 (1992), p. 29.

9Corollairement, il s’est également agi de tirer parti du fait que dans les années 1980 le patrimoine est entré dans l’ère du « spectaculaire marchand7 afin d’exploiter cette référence comme une opportunité économique, limitée mais non négligeable ; à la fois ressource complémentaire et ressource-tampon, susceptible d’amortir les difficultés rencontrées par la sphère productive. Cette dernière hypothèse tend à se vérifier à travers le mode de gestion de la filière qui par un système complexe de « vases communicants » comble les déficits de chaque unité de production en leur affectant selon les besoins les bénéfices dégagés par l’activité patrimoniale dont la rentabilité s’est finalement avérée supérieure et surtout plus stable. Cette forme de pluriactivité, à l’échelle de l’entreprise, devait lui permettre de diversifier ses sources de revenus, ceux provenant de la production étant tributaires des fluctuations du marché et ceux provenant de l’activité touristique se modulant en fonction de la fréquentation des lieux.

10La constitution d’une filière intégrée faisant exclusivement appel à des compétences locales ou pouvant être acquises localement reposait sur le souci de garantir à la population qu’elle conserverait bien la maîtrise de son développement ; pour cela, il fallait donc obtenir, pérenniser et élargir son soutien, diffuser ce que nous avons appelé une « idéologie » de la soie, substrat nécessaire à l’instrumentalisation patrimoniale. Mais dans la perspective de croissance de la production, la valorisation des produits ne pouvant se faire uniquement sur place et leur nature les mettant en concurrence avec ceux provenant des pays d’Asie du Sud-Est, le circuit de la valeur ne pouvait finalement que déborder la sphère locale. Face à la puissance du marché, la force des liens de proximité n’a donc pas suffit. On peut se demander dans quelle mesure le mode de coordination par la proximité, l’identité et l’authenticité peut se concilier avec un mode de coordination par l’innovation et le marché.

LE FOYER VIRTUEL DE L’IDENTITÉ

11Durant les deux décennies qu’a duré l’expérience de la relance séricicole, les agents sociaux qui s’y sont directement ou indirectement impliqués ont questionné le rapport spécifique des Cévenols avec cette activité et ont avancé l’hypothèse d’un lien étroit entre la mémoire collective afférente à la fabrication de la soie et ce que l’on appelle l’« identité culturelle ».

  • 8 LEVI-STRAUSS (C.), L’identité, Paris, Presses universitaires de France, 1983, p. 332.
  • 9 POCHE (Β.), « Une définition sociologique de la région », Cahiers Internationaux de Sociologie, vo (...)
  • 10 Pour J-F. Bayard le raisonnement culturaliste est inepte car non seulement il érige en substance a (...)
  • 11 Cette définition de la culture que donne M. de Certeau pourrait tout à fait s’appliquer à l’identi (...)
  • 12 MARTIN (D.-C.), « Introduction. Le choix d’identité », Revue française de science politique, 4 (19 (...)

12C. Lévi-Strauss voit dans l’identité une sorte de foyer virtuel auquel il nous est indispensable de nous référer pour expliquer un certain nombre de choses, sans toutefois qu’il n’ait jamais d’existence réelle8. L’ambiguïté et le caractère insaisissable de l’identité ont été suffisamment démontrés par ailleurs pour que nous n’y revenions pas ici. Mais le fait qu’il existe une rhétorique identitaire dont la prégnance ne cesse de se vérifier à travers les prises de parole de l’ensemble des acteurs de la relance, initiateurs, élus, producteurs, agents de l’administration, etc., nous incite néanmoins à nous interroger à son propos. B. Poche ouvre une perspective intéressante en suggérant que la finalité d’un tel discours est de permettre de « négocier, vis-à-vis de soi-même, de son propre groupe, des autres groupes régionaux, et de l’ensemble du contexte environnant, institutions locales et non locales comprises, le maximum d’avantages, ce terme étant bien entendu compris ici avec son extension la plus large, c’est-à-dire en y englobant tous les bénéfices d’une ’économie du symbolique’ (prestige, sécurité ou confort affectivo-émotionnel, etc.) »9. Cette négociation apparaît très clairement lorsqu’on suit la chronologie de la relance. On voit comment les porteurs du projet conduisent leurs alliances de manière à servir, consciemment ou non, leurs intérêts respectifs qui peuvent être matériels (subventions, marchés, prestations bénévoles, revenus...) mais aussi immatériels (prestige, pouvoir, intégration...). Mettant l’accent sur le caractère construit de l’identité, il s’agit avant tout de se dégager d’une conception substantialiste10 au profit d’une interprétation phénoménologique qui permet d’articuler ce qui, pour une société donnée, « permane »11 avec ce qui s’invente. Comme l’écrit D.-C. Martin : « Le sens et la valeur conférés à des relations dans le discours identitaire ne sont en effet jamais donnés une fois pour toutes : ils sont négociés, bricolés, renégociés, reformulés dans des situations particulières et se modifient, changent parfois radicalement, selon l’évolution de ces situations »12.

  • 13 LAFONT (R.), La révolution régionaliste, Paris, Gallimard, 1967, p. 205.

13En lançant son projet de relance de la sériciculture en Cévennes, son initiateur s’inscrivait dans un ample mouvement de contestation régionaliste qui dénonçait un développement jugé inégal parce qu’entièrement contrôlé par un État trop centralisé. Dans cette optique, la revendication d’une souveraineté partielle allait de pair avec le recours à la problématique de l’identité, posée notamment à travers la mise en évidence de particularismes sociaux et matériels auxquels était affecté un caractère emblématique. C’est ce travail de reconfiguration d’une « identité » cévenole, de restructuration sociale sur la base de traits sélectionnés que les initiateurs de la relance et plus tard l’association Les Chemins de la Soie ont défini à la fois comme moyen et comme enjeu ultime de leur démarche. En tant que moyen, l’affirmation identitaire tend à susciter chez l’individu un sentiment d’appartenance communautaire ; en défendant la production de la soie comme élément structurant du groupe, c’est ce groupe lui-même qu’il défend et dont, ce faisant, il assure la pérennité. Comme enjeu, elle dévoile la perspective éminemment politique dans laquelle se sont placés les initiateurs de la relance et notamment son leader. Sans qu’il soit possible d’identifier avec précision la nature de ses intentions et du sens qu’il a conféré à son initiative, il est cependant manifeste qu’il a poursuivi un objectif dont la finalité n’était pas qu’économique. Il suffit de rappeler l’insistance avec laquelle a été affirmé le fondement utopique de la relance, sa formulation comme quasi projet de société, en lien avec les aspirations régionalistes relatives à l’octroi d’une autonomie tant économique et politique que culturelle13. Le fait qu’un projet relevant du champ politique puisse prendre corps à travers une référence à l’identitaire et au culturel n’a rien de surprenant : on peut y voir une tendance actuelle de nos sociétés à interpréter les faits sociaux sous l’angle des constructions et des appartenances identitaires et culturelles davantage qu’en termes explicitement politiques, au sens où le politique désigne ouvertement les modalités d’exercice du pouvoir. La brève incursion de Christian M. dans la politique locale – en tant que conseiller municipal-va dans ce sens. Comme le faisait remarquer Pierre M., il n’est pas sans importance de savoir pourquoi aujourd’hui, dans nos sociétés, la culture s’organise et se protège alors que le politique se détériore et se discrédite.

  • 14 MORE (T.), L’Utopie, Paris, Éditions sociales, 1974 [1516].

14En affirmant que la relance est utopique, Christian M. montre bien qu’il s’agit d’un projet dont l’ambition est totalisante et que l’on peut interpréter au confluent du politique, de l’identitaire et du culturel. Conformément à la définition de l’Utopie donnée par T. More14, elle se présente donc comme une critique des institutions et de leur porte-parole (l’État, les collectivités locales, les économistes officiels, etc.) et propose de confier aux acteurs sociaux la capacité de réflexion et de décision concernant les conditions dans lesquelles sont produites leurs existences, personnelles et collective.

15Par quels procédés la réappropriation symbolique de la soie à des fins identitaires est-elle mise en œuvre, sur quels éléments s’appuie-t-elle ?

  • 15 « Les récits donnent un rôle important dans cette objectivation des dimension de totalité, d’inclu (...)
  • 16 Il faut rappeler le rôle fondateur et cristallisateur du conflit.

16On peut mentionner en premier lieu la référence à une culture technique, à la maîtrise de savoir-faire présentés comme d’autant plus précieux qu’ils se sont éteints dans les autres régions européennes de tradition séricicole. Le marquage spatial de l’activité – que seuls les membres de la société locale savent reconnaître alors que les mûriers, les magnaneries ou encore les longs bâtiments de filature n’évoquent rien pour des personnes extérieures constitue également un élément fort d’une culture matérielle partagée. Il faut y ajouter la production d’un récit15 agrégeant en une histoire cohérente les événements survenus, les aléas que le collectif a dû affronter. Ce récit est organisé à partir d’un ensemble stable d’éléments interprétés les uns comme positifs – « l’âge d’or » des Cévennes coïncidant avec l’apogée de la sériciculture, la soie cévenole désignée unanimement comme « la plus belle du monde »–, d’autres comme négatifs16 – l’écrasante responsabilité des Lyonnais dans le déclin de cette production – ainsi que de considérations sur les traits de caractère pouvant être associés aux hommes et qu’il met en relief : ardeur au travail, intégrité, fidélité à une éthique et attachement sans faille au territoire. À cet égard, il est manifeste qu’en recueillant dans le cadre de mes enquêtes des histoires de vie dont le fil conducteur est la production de la soie, nous avons apporté notre pierre à la « composition narrative » de l’identité. D’autres traits sont également manipulés pour confirmer le lien entre la soie et l’identité cévenole, même s’ils n’en traitent pas directement, comme par exemple la référence récurrente au Désert pour rappeler les longues années durant lesquelles Simon A. a vainement tenté de convaincre les pouvoirs publics de soutenir la production de la soie, référence à laquelle, en Cévennes plus que partout ailleurs, est attachée une forte signification symbolique qui s’ancre dans l’histoire régionale.

  • 17 MARTIN, « Introduction », p. 587-589.

17On retrouve ici les « noyaux » constitutifs de l’identité que D.-C. Martin a mis en évidence17.

18En premier lieu un rapport au passé, impliquant « la réécriture de l’histoire de manière à démontrer que la communauté a des racines anciennes et qu’elle était autrefois grande, belle brillante, hautement civilisée », « prouvant la permanence de la communauté dans le temps » et sa capacité à « transcender les épreuves dont elle a été victime, d’effacer leurs conséquences et de légitimer la volonté exprimée au nom de cette communauté de changer la place qu’elle occupe dans les rapports de pouvoir actuels ». Ainsi la mobilisation des ressources léguées par le passé permet-elle de construire une image gratifiante et fortement enracinée.

19En second lieu un rapport à l’espace, « perçu à la fois comme un lieu qui fournit les conditions matérielles de la vie et de la reproduction de la communauté [...], marqué par des formes de sociabilité particulière [...] et où s’exerce le pouvoir » ; Enfin, un rapport à la culture, « intégrant les rapports précédents, isolant des traits culturels [...] pour l’essentiel relatifs à des pratiques très largement partagées, donnant au milieu d’éveil des individus une tonalité, un parfum, un caractère propres et porteurs, de ce fait, d’une forte charge affective ».

  • 18 COSTA, « Soie des Cévennes », p. 338.

20« Au départ quatre vers à soie, trois brins de poésie, un peu d’histoire et beaucoup d’attachement »18. Ces quelques mots rédigés par Christian M. nous livrent les ingrédients imaginaires de la « relance » : une base concrète, une faculté créatrice, une vision rétrospective et un enracinement. Selon lui, leur alchimie aurait permis à un mode de développement économique inédit, ancré « dans les différents terroirs sociaux, culturels, économiques locaux », de s’accomplir. S’il en est ainsi, on peut effectivement imaginer qu’un tel développement, s’inspirant de ces « terroirs », échapperait à une définition univoque et s’accomplirait simultanément dans les domaines, sociaux, culturels et économiques. Sans doute cela confirme-t-il la suggestion précédente : la mise en œuvre d’une réponse utopique d’autonomie face au risque de déperdition ultime dans l’universalité anonyme de la société englobante.

PATRIMONIALISATION DES TECHNIQUES : LE CHAMP DU CYGNE DE LA « RELANCE » ?

21Revenant sur le mécanisme de la patrimonialisation, il y a lieu de s’interroger sur les rapports possibles entre la mise en patrimoine des objets techniques et le processus d’involution de la relance, tout à fait évident au cours des années 1990.

  • 19 Pour A. Micoud, il est préférable d’employer le terme de sauvegarde plutôt que celui de conservati (...)

22On ne peut en effet que constater une coïncidence historique entre d’une part l’amplification d’un discours sur la production actuelle de soie comme patrimoine par le biais de la création du musée et de l’itinéraire culturel, et d’autre part l’affaiblissement de cette production dont a témoigné la progressive diminution du nombre des sériciculteurs. Avant d’établir ou non un lien nécessaire entre ces deux ordres de faits, nous voudrions rappeler que dans la phase initiale du projet de relance, la notion de « patrimoine » est peu présente. Les savoir-faire réappropriés de même que les moyens de production réutilisés par les nouveaux sériciculteurs ne prennent pas la signification d’objets patrimoniaux au sens où on l’entend actuellement : même s’ils revêtent une dimension symbolique, en tant que témoins du passé et traces des générations antérieures, ils se caractérisent avant tout par leur fonction et leur usage dans le contexte contemporain du redémarrage de cette activité. Si les anciens, détenteurs de ce qu’on a appelé des savoir-faire « traditionnels », ont joué un rôle essentiel dans l’initiation des nouveaux sériciculteurs, c’est que l’acquisition de ces savoir-faire, difficilement algorithmisables, codifiables, ne pouvait s’effectuer que « sur le tas » et aussi parce qu’il était plus sage de réemployer certains outils sauvés de la destruction par leurs anciens utilisateurs plutôt que d’investir immédiatement dans des équipements neufs. Les documents diffusés par l’ADSC au cours de la décennie 1973-1983 soulignent certes la nécessité d’une sauvegarde du « patrimoine national séricicole », mais dans ce contexte d’usage, comme je l’ai déjà indiqué, il s’agit principalement de l’acception classique, quasi étymologique, de la notion de patrimoine. Celle-ci prend une connotation avant tout matérielle, instrumentale : il s’agit de sauvegarder des variétés de mûriers, des races de vers à soie ou des procédés techniques dans la perspective d’un éventuel réemploi ultérieur19. Lorsque le travail de la soie est désigné comme une activité « ancestrale », c’est parce que son existence est attestée en Cévennes depuis le XIIIe siècle ; quant aux vieux mûriers haute tige dont certains sériciculteurs utilisent la feuille, s’ils sont spontanément qualifiés de « traditionnels », c’est pour les distinguer des variétés récemment introduites, comme le Kokuso 21. Pour les porte-parole de la relance, la « bataille pour la soie » est fondamentalement un « combat d’avant-garde » (Midi-Libre 1975), même si elle nécessite un travail préalable de réappropriation pratique d’objets, de gestes et de savoir-faire. L’innovation, rappelons-le, est plus souvent incrémentale que radicale.

  • 20 POULOT (D.), « Patrimoine et histoire », Les papiers, 9 (1992), p. 37-66.
  • 21 POMIAN (K.), « Musée et patrimoine », dans CHOFFEL-MAILFERT (M.-J.) et ROMANO (J.), éd., Vers une (...)
  • 22 ASSIER-ANDRIEU, « La mémoire et le marché », p. 105.

23Comme nous l’avons montré en retraçant la genèse de la relance, ce n’est que dans le courant des années 1980 qu’on commence à évoquer son caractère patrimonial, mettant en exergue sa signification mémorielle, symbolique. La mise en patrimoine des objets, savoir-faire, paysages et architectures spécifiques liés aux formes passées mais aussi actuelles de l’activité procède d’une convergence d’intérêts émanant d’un grand nombre d’agents sociaux : la population locale, les opérateurs économiques et culturels, les institutions, les politiques, les touristes... La patrimonialisation, écrit D. Poulot, « permet de transformer le passé de quelques-uns en jouissance renouvelée de tous, au prix de la disparition de l’hétérogénéité et de la spécificité des héritages dans l’universalité d’une représentation commune »20. Dans la situation décrite ici, la seconde partie de cette définition n’est pas pertinente : il s’agit bien au contraire de combiner une jouissance partagée avec l’affirmation d’une singularité. Comme celui d’« identité », le concept de « patrimoine » est ambiguë : il postule à la fois le bien commun et la spécificité, l’identification et la différenciation en sorte que si la notion persiste son contenu, lui, est instable. L’argumentaire qui légitime la mise en patrimoine de la production de la soie sous ses aspects passés et contemporains est fondé sur cette double dimension. Mais on peut se demander si la dynamique du renouveau, prise dans les rets de la patrimonialisation aux côtés des biens matériels et immatériels qui constituent le système technique « traditionnel », n’a pas changé de signification et, ce faisant, ne s’est pas en quelque sorte transformée. « L’histoire de la constitution du patrimoine culturel est conditionnée par une suite de ruptures [...] chacune de ces ruptures prive certaines classes d’artefacts de leurs fonctions et provoque de ce fait leur dégradation au rang de déchets, abandon, oubli » remarque K. Pomian21 auquel fait écho L. Assier-Andrieu lorsqu’il soutient qu’un outil est culturellement patrimonial lorsqu’il ne sert plus à rien, qu’une usine entre dans le patrimoine industriel de la nation dès lors qu’elle a cessé de produire22.

24Concernant la relance, il convient par conséquent de s’interroger sur la réversibilité de la relation : l’entrée au musée des objets qui en témoignent, comme la « magnanerie vivante » ou la bassine de filature, ne signifie-t-elle pas qu’une rupture, passée inaperçue ou volontairement déniée, s’est opérée ? Leur incorporation dans le champ patrimonial ne présuppose-t-elle pas et ne signale-t-elle pas un changement de qualification ? Les sériciculteurs eux-mêmes sont devenus des éléments constitutifs du patrimoine, cessant progressivement d’être des producteurs pour apparaître comme les figurants d’une mise en scène et en sens. Peu importe alors qu’ils soient de moins en moins nombreux et que corollairement ADSC n’encourage plus guère à s’engager dans cette activité, l’essentiel est qu’il en demeure quelques-uns pouvant servir d’« alibi », comme le déplorait en 1995 l’un des derniers encore en activité. Devenu un élément patrimonial parmi d’autres, l’éducateur de ver à soie a changé de statut : son individualité s’est effacée, il incarne à lui seul le groupe professionnel, à l’instar de ces mannequins qui dans les vitrines des musées de société représentent l’image archétypale du « berger » ou celle de l’« ouvrier métallurgiste ». Progressivement la relance séricicole est devenue une entreprise spectaculaire qui pour la délectation des visiteurs de son musée et de ses sites ouverts au public persiste à associer les deux concepts clés de « soie » et de « Cévennes », quand bien même on a cessé de produire de la soie en Cévennes, les cocons voire même la soie grège étant en réalité importés.

  • 23 JEUDY (H.P.), Mémoires du social, Paris, Presses universitaires de France, 1986, p. 92.
  • 24 MAIROT (P.), Un musée à l’épreuve du feu, Communication au colloque de Nice, document dactylograph (...)
  • 25 ARON (R.), Introduction à la philosophie de l’histoire. Essai sur les limites de l’objectivité his (...)

25On pourrait alors se demander si le discours patrimonial ne serait pas doué d’un pouvoir mortifère, « pétrifiant »23, si en donnant au passé un effet de présent (la relance comme tradition), il ne donnerait pas également au présent un effet de passé (la relance comme patrimoine). Cette faculté de précipiter le présent en passé est notamment évoquée par Ph. Mairot : « on redoute sa venue car le musée est soupçonné de former une forme particulière de trou noir puissant qui avalerait la vie autour de lui. »24. Commémorée à travers sa mise en patrimoine, la relance n’aurait plus besoin d’être en acte et échapperait ainsi à l’Histoire pour entrer dans une quasi-a-temporalité. Néanmoins, aussi séduisante que soit cette explication, il semble qu’elle prenne insuffisamment en compte un ensemble de facteurs complexes, comme la gestion hasardeuse des sociétés liées à la relance, une certaine gabegie des fonds publics, voire certains enjeux politiques et territoriaux qui ont probablement contribué à transférer les fonds publics vers d’autres lieux. Contre une interprétation qui à son tour essentialise le musée et le patrimoine en leur conférant une véritable puissance symbolique, nous penchons pour une analyse ethnologique et historique qui privilégie les explications « matérielles » et les facteurs conjoncturels et se garde de « l’illusion rétrospective de fatalité » sur laquelle R. Aron a attiré notre attention25. L’échec de la relance doit avant tout être imputé à son extrême personnalisation qui l’a privée de compétences en matière de gestion économique, à la contrainte sous-estimée du marché et, probablement à une gestion opaque des fonds publics nationaux et européens, tant du côté des agents de la relance eux-mêmes que de ceux qui en contrôlent l’attribution.

  • 26 DELBOS, « Dans les coulisses », p. 97-128.
  • 27 DUTERTRE (Ε.). « Le ‘savon de Marseille’ réinventé ou comment la relance d’un produit authentique (...)

26D’autres expériences comparables n’ont pas connu le même sort et ont su au contraire coordonner production et patrimonialisation, comme le montrent les exemples bien connus du couteau de Laguiole, du sel de Guérande26 ou encore du savon de Marseille27 qui ont connu récemment une spectaculaire renaissance.

Notes

1 MATHIS (P.), « Le développement local est-il un paradoxe ? », Revue inter-universitaire de Sciences et pratiques Sociales, 4 (1991) et 1 (1992), p. 63-76.

2 MATHIS, « Le développement local », p. 75.

3 Au sein de la filière, de nombreuses responsabilités ont en effet été confiées à des proches, parents ou alliés de son créateur.

4 AYDALOT (P.), « Réalités et illusions de l’économie locale », Autrement, 47 (1983), p. 208-216.

5 SAGLIO (J.), « Les ressources de la culture locale », dans GLOBOKAR (T.), éd., Entreprise, Société, Communauté ; tissages invisibles, Paris, Éditions Autrement, 1993, p. 88-89.

6 CHEVALLIER (D.), « Traditions techniques et identités locales », communication au 7e colloque Itinéraires cultuels de la soie, Portugal, 1994, 6 p.

7 POULOT (D.), « Patrimoine et esthétique du territoire », Espaces et Sociétés, 69 (1992), p. 29.

8 LEVI-STRAUSS (C.), L’identité, Paris, Presses universitaires de France, 1983, p. 332.

9 POCHE (Β.), « Une définition sociologique de la région », Cahiers Internationaux de Sociologie, vol. LXXIX, 74 (1985), p. 234.

10 Pour J-F. Bayard le raisonnement culturaliste est inepte car non seulement il érige en substance atemporelle des identités en constante mutation mais il occulte également les opérations concrètes par lesquelles un acteur ou un groupe d’acteurs se définissent, à un moment historique précis, dans des circonstances données et pour une durée limitée : BAYARD (J.-F.), L’illusion identitaire, Paris, Fayard, 1996.

11 Cette définition de la culture que donne M. de Certeau pourrait tout à fait s’appliquer à l’identité : CERTEAU, La culture, p. 238-239.

12 MARTIN (D.-C.), « Introduction. Le choix d’identité », Revue française de science politique, 4 (1992), p. 582.

13 LAFONT (R.), La révolution régionaliste, Paris, Gallimard, 1967, p. 205.

14 MORE (T.), L’Utopie, Paris, Éditions sociales, 1974 [1516].

15 « Les récits donnent un rôle important dans cette objectivation des dimension de totalité, d’inclusion et de spécificité qu’un groupe rend sensibles à ses membres en se dotant d’une identité propre » remarquent W. Dressler-Holohan, F. Morin et L. Quéré : DRESSLER-HOLOHAN (W.), MORIN (F.) et QUÉRÉ (L.), L’identité de « pays » à l’épreuve de la modernité, rapport dactylographié pour le Ministère de la Culture, 1986, p. 40.

16 Il faut rappeler le rôle fondateur et cristallisateur du conflit.

17 MARTIN, « Introduction », p. 587-589.

18 COSTA, « Soie des Cévennes », p. 338.

19 Pour A. Micoud, il est préférable d’employer le terme de sauvegarde plutôt que celui de conservation ; en effet, l’action de sauvegarder signifie « garder sauf », autrement dit « vivant ».

20 POULOT (D.), « Patrimoine et histoire », Les papiers, 9 (1992), p. 37-66.

21 POMIAN (K.), « Musée et patrimoine », dans CHOFFEL-MAILFERT (M.-J.) et ROMANO (J.), éd., Vers une transition culturelle. Sciences et techniques en diffusion. Patrimoines reconnus, cultures menacées, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1991, p. 85-108.

22 ASSIER-ANDRIEU, « La mémoire et le marché », p. 105.

23 JEUDY (H.P.), Mémoires du social, Paris, Presses universitaires de France, 1986, p. 92.

24 MAIROT (P.), Un musée à l’épreuve du feu, Communication au colloque de Nice, document dactylographié, 1991.

25 ARON (R.), Introduction à la philosophie de l’histoire. Essai sur les limites de l’objectivité historique, Paris, Gallimard, 1957.

26 DELBOS, « Dans les coulisses », p. 97-128.

27 DUTERTRE (Ε.). « Le ‘savon de Marseille’ réinventé ou comment la relance d’un produit authentique allie tradition et innovation », dans BROMBERGER (C.) et CHEVALLIER (D.), éd., Carrières d’objets, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999, p. 151-160.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540