Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le renouveau de la production de la soie en Cévennes (1972-1998)

 | 
Françoise Clavairolle

De l'utopie au réalisme

Dénouement

Texte intégral

1Au début des années 1990, un projet fait beaucoup parler de lui dans le petit monde de la soie : la création d’un pôle technologique séricicole européen baptisé Eurochrysalide.

2Durant le XXe siècle la Chine est devenue le premier producteur mondial de cette fibre. En 1988, elle produit environ 70 % de la production mondiale et détient en outre le quasi-monopole de l’approvisionnement en soie grège des pays industrialisés car sa production atteint le niveau de qualité requis. Dans ces conditions, la Chine, lorsqu’elle décide de réduire ses exportations de soie grège pour fabriquer davantage de produits finis ou semi-finis à forte valeur ajoutée, met en péril les industries de transformation européennes et japonaises. Les prix s’envolent, la soie grège manque, de nombreuses entreprises doivent cesser leur activité. Il est donc urgent de trouver une nouvelle source d’approvisionnement en grège de qualité, or l’expérience de Monoblet a montré d’une part qu’une éventuelle production nationale ne serait pas compétitive en raison de coûts de production trop élevés et d’autre part que les autres pays producteurs n’ont pas la maîtrise de la production d’un fil de qualité 3 A, celle requise par les industriels français.

3Ces derniers décident donc de se regrouper autour du projet Eurochrysalide, filière technologique complète de production de soie grège de qualité supérieure afin d’être par la suite en mesure d’appuyer des projets de développement séricicole dans des pays tiers, autres que la Chine. En 1992, la Communauté économique européenne accorde au projet présenté par les organisations professionnelles textiles de la région lyonnaise un soutien financier qui lui permet de programmer un ensemble d’actions scientifiques et techniques devant lui conférer à terme la maîtrise des opérations de production. Il apparaît que parmi les pays européens susceptibles de s’engager, la France à elle seule possède des compétences dans trois branches d’activité : le grainage, la filature et la multiplication du mûrier. Eurochrysalide sera donc constituée de plusieurs centres de recherche et de formation situés dans l’hexagone. La multiplication du mûrier sera assurée par Cévennes micro-plants, le développement des techniques de sélection et d’hybridation du ver à soie par l’UNS, l’amélioration de la productivité séricicole sera confiée également au centre séricicole de Puechlong aidé par l’UNS, la recherche en filature et la formation de techniciens étrangers seront conduites par Sérica, enfin le contrôle qualité et le classement des soies grèges sera effectué par l’Institut textile de France, à Lyon.

  • 1 La filière s’est au fil des ans considérablement diversifiée afin de contrôler la plupart des opér (...)
  • 2 Voir pages suivantes.
  • 3 Il s’agit de l’ancien domaine où vécut et travailla le grand agronome Olivier de Serres, situé sur (...)

4Pour Sérica, ce projet vient à point nommé, les différentes branches de la filière1 connaissant d’importantes difficultés financières. Par ses retombées, il devrait l’aider à en sortir ; par son ambition, il pourrait favoriser les projets de coopération internationale ; par la notoriété de ses partenaires, comme le groupe Perrin qui est lié à la Maison Hermès, accroître sa visibilité. « Derrière ce projet de vitrine technologique, on va pouvoir continuer à développer les plantations de mûriers, les magnaneries, agrandir la filature et conforter tout ce qui était notre projet initial de filière ; plus les créations d’emploi au niveau de la filature et de la transformation ; plus au niveau de l’encadrement et export de technologie ! » s’enthousiasme Christian M. qui fait passer auprès de la population et notamment des sériciculteurs l’information selon laquelle la vitrine technologique apportera une solution à l’épineux problème de l’amont de la filière car il serait question de quintupler la production de cocons pour approvisionner la filature. Du côté de la direction d’Eurochrysalide on entend cependant un tout autre son de cloche : pour son directeur, la société n’a besoin que d’une quinzaine de producteurs en tout et pour tout, dans un périmètre délimité par la future filature du Mazel2 et le domaine du Pradel3 où sera implantée une station de grainage. En effet, il s’agit de centres de recherche ayant pour objectif de maîtriser la fabrication d’un fil de soie de qualité 3 et 4 A et de développer des compétences en ingénierie du grainage. Mais Sérica se fait fort de régler ces questions ultérieurement, considérant que le passage annoncé de 30 sériciculteurs à 150 ou 200 tiendra moins à l’activité de recherche et de formation qu’à l’augmentation de la production qui ne doit pas manquer d’en découler. La capacité productive de la filature étant de l’ordre de 36t, il laisse entendre que les deux tiers de son approvisionnement proviendront d’élevages locaux, le tiers restant étant importé. La mise en place de ce pôle technologique vient récompenser de longues années d’efforts et témoigne de la confiance des pouvoirs publics. En effet, alors que les soyeux lyonnais et leur syndicat font pression pour que les sites soient tous en Rhône-Alpes, la Direction régionale de l’industrie et de la recherche du Languedoc-Roussillon intervient pour que la future filature soit implantée dans la région et sa gestion confiée à Sérica.

5Eurochrysalide décide donc de subventionner l’achat d’une filature automatique sur des crédits européens. Reste maintenant à en trouver le site. Les liens étroits qui existent entre la filière soie, Les Chemins de la Soie et les porteurs du projet Eurochrysalide vont jouer un rôle dans le choix du lieu d’implantation de la filature qui est destinée à devenir l’un des fleurons de la vitrine technologique.

  • 4 CLAVAIROLLE (F.), Le Mazel, Schéma directeur d’aménagement muséographique, étude de programmation, (...)

6Plutôt que construire un bâtiment industriel dans un secteur géographique doté d’un réseau de communication propre à faciliter l’accès au site, comme cela avait été initialement envisagé, Sérica et Eurochrysalide préfèrent rénover une ancienne filature désaffectée, située sur la commune de Notre-Dame-de-la-Rouvière, dans la haute vallée de l’Hérault. Les raisons de ce choix tiennent certes à l’accueil que le sénateur-maire de Valleraugue réserve au projet, mais sont aussi de nature patrimoniale : il s’agit en effet d’un édifice industriel exceptionnel, pour lequel fût envisagé un classement à l’inventaire complémentaire des monuments historiques et sur lequel Les Chemins de la Soie ont déjà établi un dossier. Le Mazel est un imposant édifice en pierres et briques, flanqué de deux corps latéraux et saillants. Le niveau inférieur du corps central, à demi-enterré, accueillait une moulinerie de soie dont les moulins à retordre ont été conservés ; au second niveau se trouvait une vaste coconnière et au troisième et dernier niveau une filature dont le matériel a été dispersé lors de la cessation d’activité de l’usine, à la fin des années 1950. Le pavillon Nord, sur cinq niveaux, était principalement occupé par les pièces communes et les chambres des fileuses logées, tandis que le pavillon Sud, réservé au fïlateur, accueillait ses appartements ainsi que les bureaux de la direction4.

7Le projet de réhabilitation prévoit d’installer une filature automatique au niveau supérieur du bâtiment, là où se trouvait autrefois l’atelier de filature, et aux étages inférieurs les locaux de réception, d’étouffage et de stockage des cocons. En accord avec l’association Les Chemins de la Soie, une seconde phase d’aménagement envisage la création d’un musée-centre d’interprétation de la filature et de l’ouvraison de la soie mettant en valeur les équipements de moulinage ainsi que les deux pavillons latéraux. Un « sas muséographique » devrait également permettre de compléter l’aménagement afin que les visiteurs puissent découvrir l’activité de la vitrine technologique sans que le travail du personnel soit gêné par les aller-venue des visiteurs.

8En 1994, la SA Eurochrysalide voit le jour ; elle réunit des industriels soyeux français et italiens parmi lesquels Hermès international et Ratti, un important groupe transalpin. Tandis que la CEE garantit 25 % des investissements qui s’élèvent au total à environ 45 millions de F., l’État et les collectivités territoriales des deux régions françaises concernées, Rhône-Alpes et Languedoc-Roussillon, doivent apporter 45 % des dépenses et les industriels s’engager à hauteur de 25 %. Le Mazel sera l’un des principaux pôles du dispositif. Un bail emphytéotique de 35 ans est signé entre les propriétaires du bâtiment et le SIVOM de Valleraugue, désigné comme maître d’ouvrage de l’opération, qui finance les travaux de rénovation et d’aménagement grâce aux subventions européennes complétées par des emprunts. Comme cela avait été le cas pour la mairie de Monoblet lors de la réhabilitation de Gréfeuilhe, il entend faire une opération « blanche » qui n’affectera pas son budget, le montant des loyers demandés à Sérica étant calculé de façon à couvrir celui des remboursements.

9Le chantier de rénovation du Mazel peut donc commencer. Entre 1995 et 1997, la toiture est entièrement refaite, des aménagements sont réalisés sur les trois niveaux du bâtiment central et Sérica y installe ses équipements. Lieu de recherche, de formation et de production, le Mazel est équipé d’une bassine manuelle destinée à la production d’un fil de qualité médiocre, de la bassine de filature semi-automatique qui équipait auparavant l’atelier de Gréfeuilhe et d’une filature automatique japonaise destinée à la production de fil de qualité supérieure. Un contrat de prestations de services est passé entre Sérica et Eurochrysalide ; contre un financement annuel de 500 000 F, Sérica s’engage à mettre à disposition d’Eurochrysalide son outil de production et son personnel pour des opérations de mise au point de fils de qualité 3 et 4 A ainsi que de formation de techniciens étrangers.

10Le premier versement, d’un montant de 250 000 F, et effectué début 1998 et la filature sort ses premiers essais de fil. Mais le second versement n’aura jamais lieu, la préfecture de région ayant bloqué les fonds européens pour des motifs qui sont demeurés obscurs. La convention avec Sérica et alors dénoncée et la société, dont la situation financière est difficile et l’activité tributaire de cet apport financier, ne peut faire face et se trouve contrainte au dépôt de bilan. Le matériel, devenu la propriété du syndic de liquidation, est dispersé. La SA Eurochrysalide est à son tour mise en liquidation judiciaire et son personnel licencié en dépit des efforts des industriels pour tenter de débloquer la situation. De son côté, le SIVOM de Valleraugue doit rembourser les emprunts contractés alors qu’il ne perçoit plus de loyer et que ses ressources sont faibles.

  • 5 Voir notamment les articles parus dans le Midi-Libre et dans Les Échos en janvier et février 1999.

11Sur les raisons extrêmement complexes qui expliquent l’échec du projet, nous ne nous étendrons pas, l’affaire étant toujours en cours. Plusieurs plaintes pour abus caractérisé ont en effet été déposées afin de faire toute la lumière sur les circonstances qui ont conduit la préfecture de région à adopter une position extrêmement intransigeante dont les effets sur l’ensemble des sites d’Eurochrysalide ont été désastreux. Le retentissement de l’affaire est considérable : « fiasco inconcevable », « naufrage retentissant » sont les expressions qui reviennent le plus souvent sous la plume des journalistes qui en rendent compte dans la presse régionale5. Enfant chéri des médias régionaux, la relance défraie désormais la chronique. Dans la population, la blessure est profonde, à la mesure de l’enthousiasme qu’elle avait suscité. Une épaisse chape de silence pèse désormais sur cette expérience qui fût porteuse de tant d’espoirs et dont la déconvenue finale interroge tous ceux et celles qui l’ont soutenue.

12L’arrêt de la filature du Mazel est ainsi le dernier épisode d’une aventure qui a couru sur un quart de siècle. À la suite de cet échec retentissant, le président de Sérica a retrouvé son ancien métier d’instituteur, après une interruption d’une vingtaine d’années, tout en poursuivant une activité d’appui technique dans le domaine séricicole. Pour faire face à son endettement, le SIVOM a loué le bâtiment à un musée du facteur, Cévennes micro-plants, également mis en faillite, a quitté le mas de Puechlong et la station de grainage du Pradel a été démantelée.

13Tandis que l’atelier de Gréfeuilhe s’est reconverti dans le tricotage de la soie et poursuit son activité de fabrication et de commercialisation sur un mode désormais artisanal, le Musée de la Soie continue à accueillir des visiteurs.

Notes

1 La filière s’est au fil des ans considérablement diversifiée afin de contrôler la plupart des opérations liées à la production et au tourisme culturel. Elle comprend désormais l’ADSC, gestionnaire du musée et propriétaire des collections, Sérica, Cabrador, la société gestionnaire de la boutique du musée, Cévennes micro-plants, Resto Gîtes qui gère un restaurant lié au musée et enfin la maison d’édition Espace-Ecrits.

2 Voir pages suivantes.

3 Il s’agit de l’ancien domaine où vécut et travailla le grand agronome Olivier de Serres, situé sur la commune de Mirabel, un village du Coiron qui domine la vallée de l’Ardèche.

4 CLAVAIROLLE (F.), Le Mazel, Schéma directeur d’aménagement muséographique, étude de programmation, octobre 1995.

5 Voir notamment les articles parus dans le Midi-Libre et dans Les Échos en janvier et février 1999.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540