Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Les femmes dans la ville

Être femmes à la rue

Alain Thalineau

Texte intégral

  • 1 Ces récits ont été recueillis dans le cadre de deux enquêtes concomitantes sur les CHRS : Dagot C. (...)

1Parmi les personnes à la rue, seulement 10 % sont des femmes. Mais qui sont ces femmes qui ne peuvent y échapper ? Alors que la rue est le lieu où elles sont confrontées à des violences quotidiennes, où l’intimité est sans cesse remise en question, où la domination masculine peut s’exercer sans retenue, elles ne peuvent pas être ailleurs. A partir de l’étude de récits biographiques1, il s’agit de montrer comment ces femmes, issues principalement de milieux ouvriers, ne peuvent pas faire appel immédiatement aux travailleurs sociaux et trouvent dans la rue les ressources nécessaires pour la quitter plus rapidement que les hommes.

QUITTER LE FOYER, POUR EXISTER

2La sphère domestique n’a pas le même sens selon les milieux sociaux. Pour les milieux populaires, la famille constitue le lieu privilégié de la protection face à la violence quotidienne exercée par le dehors, que ce soit l’usine, l’atelier ou le quartier. Il s’agit de se protéger en sachant que chacun a une place particulière. Celle de la femme, de la mère, de la fille sont différentes de celle de l’homme, du père, du fils. Tous les travaux de recherche sur les milieux populaires ont bien montré que ces positionnements distincts des membres de la famille sont historiquement dépendants à la fois de la position accordée à chacun d’eux au sein de l’espace économique, des représentations associées au masculin et au féminin, et des ressources disponibles pour vivre au quotidien.

3Actuellement, les femmes peu diplômées de milieux populaires, les premières concernées par le chômage, investissent par défaut la sphère domestique et se centrent sur leur fonction maternelle. La famille s’organise autour d’elle. C’est la mère qui protège les membres les plus fragiles des agressions du monde extérieur en les gardant près d’elle ; c’est elle qui offre aux autres les moyens de reconstituer la force indispensable pour tenir et ramener le nécessaire pour vivre. Cette place de la femme n’est pas sans effet sur les filles. Celles-ci, confrontées à l’injonction familiale d’être au service des hommes de la famille et soumises à une surveillance parentale plus grande, cherchent à quitter la tutelle maternelle plus rapidement que les garçons. (Schwartz, 1990, p. 211). Mais ce départ se concrétise par la constitution d’une nouvelle famille, tant il est difficile pour elles de trouver une indépendance financière en dehors de la constitution d’une union (Battagliola, 2001). Avec l’arrivée des enfants et les possibilités financières que cela procure depuis la mise en place dès le deuxième enfant de l’allocation parentale d’éducation, ces jeunes femmes se résignent, comme leur mère, à vivre au sein de la sphère domestique (Simon, 1999). En retour, elles attendent de leurs proches un respect pour les tâches accomplies.

4L’impossibilité de se réaliser dans des activités extérieures et le dénigrement masculin des tâches domestiques peuvent provoquer des conflits. Lorsque l’homme est au chômage, la tension peut être encore plus grande. Incapable d’apporter le nécessaire en travaillant, il peut être tenté de compenser sa perte de légitimité par l’affirmation de sa domination. Le désir des femmes de partir pour mettre un terme aux conflits familiaux n’est pas des plus facile à accomplir.

5Dans cet univers fortement imprégné de la représentation de la femme comme pivot de l’ordre familial, le départ ne doit pas apparaître comme la conséquence d’une incapacité à tenir sa place. Le conjoint violent, irrespectueux, n’est pas en soi un critère suffisant pour provoquer le départ. Il faut que la violence masculine devienne visible à l’extérieur du foyer. Quand Hélène décide de quitter son mari qui l’agresse physiquement depuis plusieurs années, sa fille est en vacances chez ses parents :

Hélène : Quand je suis partie non, je suis retournée chercher ma fille le 15 août, première fois que mon père il me fichait une gifle, il voulait pas me redonner ma fille mais je l’ai récupérée, on a été deux mois sans se parler et puis, c’est revenu après quoi

Enquêteur : Pourquoi il voulait pas ?

Hélène : Parce qu’il acceptait pas que je parte quoi ! Après, quand il a appris des choses sur mon ex-mari bon ben, il a compris, parce qu’il s’est renseigné à sa façon lui. (silence) Au début c’est sûr, ça leur a fait un choc quoi !

6Pour que ces femmes n’aient pas honte de quitter un compagnon violent, elles ont besoin d’être soutenues par des proches ou des travailleurs sociaux auprès de qui elles se confient (Coutrot et alii, 1998, p. 42). Sans cet appui, le départ peut se faire attendre pendant des années. C’est la situation de ces femmes ayant connu les placements à l’ASE et qui ont espéré ne pas être comme leur propre mère, « incapable de tenir le foyer ». Désireuses d’avoir leur propre enfant et de fonder leur propre famille, elles supportent de recevoir des coups, d’être humiliées par leur compagnon. Mais les tensions peuvent en décider autrement. Marie a attendu d’être mise à la rue par son mari alors qu’elle subissait depuis plusieurs années des violences :

Marie : bah ! De toute façon notre couple s’est carrément dégradé. Ça s’est. De toute façon, plus. De toute façon, on n’avait plus rien à se dire, on s’entendait plus. Il rentrait du boulot, on se parlait plus. Et puis à chaque fois que bon il y avait une, l’alcool, le moindre petit truc allez hop ! il m’envoyait. Devant tous les gens, il m’humiliait...
(…)
Marie : Et puis plus ça allait plus ça allait mal. Et puis un jour, il m’a dit « tu prends ton sac et puis tu te casses ».

Enquêteur : C’est lui qui vous a demandé de partir.

Marie : ah ! oui, il a pris mon sac à main. De toute façon, il ne m’a même pas demandé, il m’a poussée sur le palier, il m’a jeté mon sac à main, mes chaussures et puis bon bah ! Alors je suis partie.
Enquêteur : et vous êtes allée où ?
Marie : chez des amis au P. qui m’ont recueillie pendant quelques jours... Et puis après de là, je suis allée à SOS femmes battues.

7Là encore, la violence masculine devient visible à l’extérieur et la femme peut tenter de trouver une protection auprès de proches.

8Cependant, même si l’entourage apporte son soutien, il n’est pas facile de partir lorsque l’on a des enfants à charge et une absence d’autonomie financière. Ces femmes doivent lors de la séparation continuer à assumer la charge matérielle et éducative des enfants. Certes, le droit social, tout en renforçant l’assignation des femmes à l’éducation des enfants, offre des aides financières (l’allocation parent isolé et l’allocation de solidarité familiale) qui peuvent faciliter le départ (Soulié, 1997). Mais partir, c’est aussi prendre un risque qui ne concerne pas seulement sa propre personne, surtout quand on est incertain quant à la destination.

9Le choix du lieu d’accueil dépend de la situation familiale et de l’histoire individuelle de la femme. Selon la présence ou non des enfants, l’accueil se fera plus ou moins par des proches. En milieu populaire, le soutien des proches, des frères et sœurs, des oncles et tantes, des parents et des copines, primordial pour éviter la rue, se réalise plus facilement lorsqu’il s’agit d’une mère en danger (Passaro, 1996). Cependant, les recherches ont montré que malgré cet appui, les mères ont plus de difficulté à quitter le foyer que les femmes seules (Villeneuve-Gokalp, 1994).

10De toute façon, l’installation chez des proches ne peut être que provisoire. Rester, c’est prendre le risque de perdre ses soutiens. Le réseau familial et amical peut se dissoudre tant il devient difficile matériellement et psychologiquement de soutenir un proche dans la durée alors que l’on est soi-même en difficulté. Partir de nouveau mais où ? Comment s’en sortir sans avoir à subir l’humiliation de l’assistance ou, pour celles qui ont connu la DASS, le sentiment d’être prisonnière d’un destin ? Lorsqu’elles ont la charge d’enfants, les femmes prennent plus fréquemment contact avec des services d’hébergement (Marpsat, 1999, p. 903). Certaines quittent parfois le foyer conjugal uniquement lorsqu’elles ont obtenu une place dans un centre d’hébergement où elles sont accueillies en tant que mère. Lorsqu’il n’y a pas d’enfants ou qu’ils ont été confiés aux services de l’Aide Sociale à l’Enfance, la rue devient le seul lieu possible. Une phase que l’on pense transitoire, que l’on soit jeune ou non.

LA PROTECTION DE SOI

11La rue signe la rupture des relations avec les proches. Comme le dit Robert Lefort cité par J-F. Laé : « Vous vous dites peut-être pourquoi j’ai perdu contact avec les membres de ma famille ? Mais la chose est simple : leur dire que j’étais tombé si bas, tels que je les connais, ils se seraient coupés en deux pour moi. Je pouvais pas leur demander plus que ce qu’ils avaient fait pour moi » (Farge A. – Laé J-F, 2000, p. 45). Quels que soient l’âge et le sexe de la personne à la rue, le basculement du foyer à la rue signe une disjonction entre le passé et le présent : le passé, celui des relations qui n’ont pu se construire, le présent celui de la personne solitaire, même en présence des compagnons de rue.

12Les descriptions du quotidien des personnes à la rue sont nombreuses. Elles ont mis en évidence la carrière de l’errant, son utilisation des espaces urbains et des institutions publiques pour survivre. Dans ce nouveau monde, il faut tenir en effectuant des petits boulots, en volant parfois, en quémandant aussi, tout cela pour avoir un minimum pour manger et boire. Il faut trouver un coin où dormir, se protéger des autres. Il faut aller chercher auprès des institutions sociales le strict nécessaire pour se vêtir ou se protéger du froid. Ce qui distingue les femmes, c’est le fait d’être là encore dans une position de dominées parmi les plus dominés et conjointement de toujours représenter la figure de la mère protectrice.

13La domination masculine s’exerce sur le corps féminin. Or, à la rue, le corps est la dernière chose que l’on possède. C’est le seul bien qui maintienne une intégrité (Gaboriau, 1993, p. 169). Pourtant, il est malmené. On ne peut pas se soigner ou se laver à volonté. Pour certaines personnes à la rue, il faut tout faire pour le maintenir propre. C’est un signe d’optimisme, d’espoir d’en sortir. Pour d’autres, les blessures, les souillures permettent de ressentir sa propre enveloppe corporelle, de se sentir encore exister. Les femmes les plus jeunes n’ont pas seulement à soigner leur corps ; elles doivent aussi se protéger des agressions sexuelles. Être violées et battues constituent une menace constante. Il est impératif de ne pas paraître trop souvent seules. Cette attitude est visible lorsqu’il s’agit de s’approprier un espace.

14L’appropriation de l’espace public, le coin « à soi » que l’on veut à l’abri des interventions policières ou d’autres personnes à la rue, est nécessaire. Des descriptions dans la littérature ou dans les recherches sociologiques, il en ressort la difficulté de se constituer un petit territoire privé. La raison n’est pas d’ordre spatial mais plutôt temporel. Si les déambulations des passants sont comme des improvisations de jazz, à la fois ordonnées et sans cesse imprévisibles, l’installation dans un coin des gens à la rue provoquent une dissonance. Deux univers temporels se heurtent l’instant d’un regard furtif : d’un côté celui de la vitesse, indissociable du mouvement ; de l’autre, celui de la position statique, maintenue parfois pendant toute la journée. Si vous ajoutez à cela l’opposition du propre et du sale, du neuf et de l’usagé, tous les ingrédients sont là pour susciter l’envie de repousser ces « SDF », ces « jeunes paumés » loin des rues passagères.

15Il faut donc éviter de susciter la crainte en se dénichant un coin suffisamment protégé des regards. Les femmes, principalement les plus jeunes, ont besoin d’être plus vigilantes que les hommes. Surtout la nuit. Pour ne pas être repérées comme étant seules, elles simulent sous leur couverture, la présence d’une autre personne. Elles se donnent également une apparence masculine pour éviter les agressions (Passaro, 1996, p. 63). Mais elles peuvent aussi se mettre en couple, les hommes à la rue étant fréquemment en quête d’une relation fusionnelle (Thalineau, 1998). La mise en couple constitue la plus sûre des protections minimales. Si les violences ne disparaissent pas, elles sont désormais limitées à celles du compagnon. Cette protection comporte toutefois le risque d’être une nouvelle fois sous la dépendance masculine, surtout pour celles qui ont été mises à la rue par leur ex-conjoint (Thalineau, 1999, p. 151-152). Pour autant, l’homme protégeant étant en attente lui-même d’une protection maternante, le couple aspire à trouver un logement pour construire un « foyer ». Ce sont les femmes qui vont guider le couple vers la sortie de la rue.

SORTIR DE LA RUE

16A la différence des hommes, les femmes ne restent pas à la rue. Elles ne sont pas en quête d’un alter-ego, d’un autre qui serait une partie d’elles-mêmes, et qui resterait inaccessible (Lemaire, 1979). Elles souhaitent surtout un « chez soi », sans nécessairement s’installer en couple. Lorsqu’elles trouvent un compagnon, cette relation est établie pour mieux vivre au temps présent. Pourtant, cette association offre la possibilité de penser autrement. Pour les plus jeunes, cela donne l’espoir de trouver un « chez soi » pour avoir un bébé (Lanzarini, 2000, p. 262). Elles entrevoient l’avenir par la potentialité de trouver la place qui leur est socialement affectée, celle de la mère. Alors elles se mobilisent pour trouver une solution pour le couple. Elles contactent les services sociaux ; elles leur demandent une aide pour obtenir un logement ou une place dans un centre d’hébergement de longue durée.

17Lorsqu’elles ont déjà des enfants, le désir de les retrouver est suffisamment fort pour faire le choix de prendre contact avec les travailleurs sociaux, même si ces derniers suscitent parfois la méfiance. Les souvenirs du placement des enfants, des conflits familiaux et des interventions des services sociaux, de la police ou des juges sont contrebalancés par le désir de trouver la seule place socialement reconnue à ces femmes, celle d’être mères. Au sein des centres d’hébergement accueillant des femmes avec ou sans enfants à charge, la priorité est donnée à la résolution des conflits avec l’ex-conjoint, à la restauration des liens avec les enfants et à la recherche d’un logement autonome. Les activités proposées au sein de ces foyers, en dehors des accompagnements sociaux vers l’accès au logement et les soutiens psychologiques, sont orientées sur l’organisation de la vie domestique :

18Directeur d’un CHRS accueillant des femmes seules avec enfants : « Nous avons deux monitrices d’ateliers qui font des ateliers de la vie quotidienne très classique. Les personnes y font des choses qu’elles ne savent pas faire : la cuisine, l’entretien du linge, le ménage ».

19La question de l’emploi n’est pas des plus prioritaire :

20Directeur d’un CHRS : « Le problème de l’emploi n’est pas dans leur préoccupation. Elles ont d’autres problèmes à régler avant. Et puis le fait que l’allocation Parent Isolé qui leur est versée est plus avantageuse que d’aller bosser ».

21Cette orientation des centres d’hébergement accueillant des femmes avec enfants semble aller de soi. Elle est acceptée par la plupart des personnels et des femmes hébergées comme quelque chose de « naturel ». Cependant, pour certaines femmes ayant vécu ce passage en Centre d’hébergement, la prise de conscience de l’aliénation passée suscite un fort désir de trouver un emploi et d’avoir une indépendance. La trajectoire de Danielle est à ce titre significative. Ayant vécu pendant près de dix ans au foyer avec un homme violent, qui était peu présent, même lorsqu’il revenait de son travail d’agent de police, Danielle a décidé un jour de demander le divorce. Espérant à ce moment là partir avec ses deux enfants, elle eut la surprise de constater que ces derniers souhaitaient rester avec leur père :

22Danielle : (...) Le papa s’est mis à avoir une autre attitude, c’est je gave les enfants de bonbons, je leur fais des promesses. Et les petits, on a fait un tour de table quand ils avaient effectivement 7 et presque 10 ans, ils ont fait leur choix, je leur ai dit ; bien, c’est votre choix, mais moi à partir de ce moment-là je ne resterais pas sur place. Alors, ils m’ont demandé des explications, je leur ai dit que je supporterais pas de vous croiser dans la rue, sachant que vous avez décidé d’aller avec votre papa. Je savais quelles étaient mes limites à moi, déjà accepter en me disant, j’ai toujours tout fait pour eux parce que le père était très absent, très absent. Dans un premier temps, il travaillait en déplacement qui fait que 5 jours sur 7, j’estime que je les élevais seule, oui, jusqu’à l’usure, jusqu’à l’usure. Donc, pour moi, c’était à ce moment-là, c’était une trahison, j’ai ressenti ça comme une trahison de la part de mes enfants et j’ai mis énormément de temps, et je ne sais pas si c’est guéri à ne pas leur en vouloir.

23Cette « trahison », ce refus de reconnaissance a été pour Danielle une déchirure mais aussi une injonction à apprendre à vivre pour elle :

24Enquêteur : Et pour vous, que signifie travailler, ça représente quoi pour vous le travail ?

25Danièle : Ça représente l’indépendance et une revalorisation de soi parce que bon, moi, c’est vrai, ce qui m’a heurté vis-à-vis de mes enfants, c’est que tout ce qui m’ont renvoyé au visage, c’est « toi ; tu n’as rien à dire, tu ne travailles pas », j’étais mère au foyer et ça c’est quelque chose qui m’est resté. Maintenant, l’indépendance financière et l’épanouissement au travail, c’est quelque chose auquel, je tiens très, très fort, « tu n’as rien à dire par ce que tu ne travailles pas » attends, bon.

26Même si le travail proposé dans les différents emplois est contraignant, physiquement pénible, même si Danielle subit des railleries, des plaisanteries et autres formes d’affirmation de la domination masculine sur les lieux du travail, elle préfère avoir son autonomie financière, le premier échelon pour devenir une affranchie (Bergier, 1996).

EN GUISE DE CONCLUSION

27A la différence des hommes (Laé – Murard, 1996), les femmes à la rue ont plus fréquemment vécu en couple. De milieux populaires, ayant peu d’expériences dans le monde du travail, elles ont été fixées au sein de la sphère domestique à partir de la fonction maternelle. Occupant la place de pivot protecteur, à la fois dans une position de dominée et y trouvant par défaut quelques « avantages », ces femmes ne s’opposent pas facilement à leur conjoint quand celui-ci est violent. Partir est un risque considérable lorsque l’on n’a pas des revenus propres, que l’on a des enfants à sa charge. Si le soutien des proches est possible, il a aussi ses limites. Lorsqu’il n’y a pas d’autres solutions, ces femmes sont à la rue et doivent plus que les hommes trouver les moyens de se protéger. A contrario, elles ont plus la possibilité de trouver l’énergie nécessaire pour s’en sortir. La figure de la mère, qui est le modèle de référence sur lequel s’exerce la domination masculine, est aussi celui qui leur permet de reprendre des contacts avec les services sociaux. Reconstruire un intérieur, avoir son propre « dedans » pour y accueillir ses enfants ou envisager d’en avoir, voilà les motivations qui les guident vers la sortie de la rue. Les hommes peuvent contribuer à renouer avec cet espoir. La mise en couple dans ces moments de galère est pour ces femmes plus un moyen de se protéger et de s’en sortir qu’un désir de reconstituer une nouvelle famille.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Battagliola F. [2001], « Les modes sexués d’entrée dans la vie adulte », Blôss T., La dialectique des rapports hommes-femmes, Paris, PUF, p. 177-195.

Bergier [1996], Les affranchis, Paris, Desclée de Brouwer.

Coutrot et alii [1998], « Les femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants », Le groupe familial, n° 157, Mai, p 16-96.

Farge A. – LAÉ.J.-F. [2000], La fracture sociale, Paris, Desclée de Bouwer.

Gaboriau P. [1993], Clochard, Paris, Eds. Julliard.

Laé J.-F. – Murard N. [1996], « Les célibataires à la rue », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 113, p. 31-39.

Lanzarini C. [2000], Survivre dans le monde sous-prolétaire, Paris, PUF.

Lemaire J.-G. [1979], Le couple : sa vie sa mort, Paris, Ed. Payot.

Marpsat M. [1999], « Un avantage sous contrainte, Le risque moindre pour les femmes de se trouver sans abri », Population, Paris, Vol 54, n° 6, p. 885-932.

Mouliere M. – Rivard T. – Thalineau A [1999], Vivre le RMI des deux côtés du guichet, Paris, Syros/ La découverte.

Passaro J. [1996], The unequal homeless : men on the streets, women in their place, New York, Routledge.

Schwartz O. [1990], Le monde privé des ouvriers Hommes et femmes du nord –, Paris, P.U.F.

Simon M.O. [1999], « L’APE : une parenthèse de trois ans... et plus », CREDOC, Consommation et modes de vie, n° 136, juin.

Soulie C. [1997], « Le classement des sans abri », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 118, Juin, p. 69-80.

Thalineau A. [1998], « Famille tu me tiens... quand rupture conjugale et rupture professionnelle s’enchaînent », Dialogue, n° 141, 3e trimestre 1998, p. 43-54.

Villeneuve-Gokalp C.[1994], « Après la séparation : conséquences de la rupture et avenir conjugal », Paris, Ined-PUF, p. 137-164.

Notes

1 Ces récits ont été recueillis dans le cadre de deux enquêtes concomitantes sur les CHRS : Dagot C., Thalineau A., Étude de l’insertion par l’économique du public CHRS dans le cadre de l’économie solidaire, Rapport pour le Secrétariat à l’Économie solidaire, Juin 2001, 76 p. ; Dagot C., Thalineau A., Le rapport à l’hébergement et à l’insertion par l’économique des ex-résidents des CHRS, Rapport pour la Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales, Octobre 2001, 90 p.

Auteur

Université François-Rabelais, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540