Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le renouveau de la production de la soie en Cévennes (1972-1998)

 | 
Françoise Clavairolle

De l'utopie au réalisme

La conversion patrimoniale

Texte intégral

NAISSANCE D’UN MUSÉE

  • 1 Une étude, réalisée en 1986, a recensé pas moins de 220 projets dans lesquels le patrimoine est pl (...)

1Au début des années 1980, on assiste en France à la montée en puissance d’une ferveur patrimoniale sans précédent. Elle se traduit par la prolifération des musées d’identité qui mettent notamment en scène les métiers en voie de disparition1.

2En 1982, soit un an après que la filature soit entrée en activité, les demandes de visite ne cessent d’affluer. Le public qui s’y presse de mai à octobre est mélangé : ce sont des groupes d’écoliers accompagnés par leurs maîtres, mais aussi des estivants qui séjournent dans la région, d’anciens éducateurs de vers à soie venus des communes voisines, sans oublier tous les curieux des environs qui cherchent à en savoir davantage sur cette relance séricicole dont la presse régionale se fait régulièrement l’écho.

3Face au flux qui ne cesse de croître, ses responsables décident d’aménager les locaux de manière à mieux accueillir les visiteurs.

4Dressons préalablement le décor.

5La filature de Gréfeuilhe est une ancienne magnanerie située à l’intersection des routes qui relient Monoblet à Saint-Hippolyte-du-Fort et Durfort. C’est dans la partie supérieure du bâtiment qu’a été aménagée une salle d’une trentaine de mètres carrés faisant office d’entrée générale de l’entreprise ainsi que de lieu de réunion et d’espace d’accueil pour les visiteurs. Par des portes latérales, on accède d’un côté à la filature, de l’autre à l’ouvraison. Quelques panneaux explicatifs et une collection d’outils ont été installés dans l’entrée afin de présenter la filière. Ils aident le public à comprendre le processus complexe de fabrication de la soie, depuis la culture du mûrier jusqu’au tissage, autrement dit « du sol au tissu ». Les groupes ont la possibilité de parcourir une plantation de Kokuso 21 proche de l’atelier avant d’entreprendre sa visite. Une magnanerie « traditionnelle » y a été aménagée dans un recoin de l’espace d’accueil ; elle est à échelle réduite car l’exiguïté des locaux ne permet pas d’effectuer un élevage grandeur nature. La visite se poursuit par les différents espaces de transformation : filature, tissage et teinture. À partir de 1984, la projection d’un film documentaire intitulé La soie de Gréfeuilhe, complète le dispositif. Réalisé par deux ethnologues-cinéastes, il retrace l’histoire de la relance et présente les principales étapes du procès technique.

  • 2 La fabrication de la soie présente des contraintes majeures, parmi lesquelles la dissolution du gr (...)

6À l’issue de la visite, les visiteurs découvrent les productions de l’atelier : des fils teints pour la broderie et la couture, des articles confectionnés dans des étoffes tissées sur métiers à bras et des métrages d’étoffes tissées sur les métiers mécaniques installés dans l’atelier situé au rez-de-chaussée du bâtiment ainsi que des sachets de cocons. Rares étant ceux qui repartent sans avoir acheté un souvenir de leur visite, l’atelier devient progressivement le meilleur point de vente de la filière. L’afflux de visiteurs dans cet espace de production présente cependant des inconvénients : le personnel ne parvient pas à travailler dans de bonnes conditions car il est constamment sollicité, assailli de questions, particulièrement quand il s’agit du jeune public. Voulant tout voir, tout toucher et tout savoir, les écoliers, mais aussi parfois les adultes, se faufilent entre les bassines, se penchent sur les bacs de teinture, gênant considérablement les mouvements du personnel. L’accueil du public prend ainsi le pas sur la production et perturbe le travail. De plus, la fonction première du lieu étant la production et non sa mise en scène muséographique, certains aspects de l’activité peuvent sembler bien peu attractifs pour des visiteurs, voire même nuire à l’image raffinée de la soie. Lorsque la bassine semi-automatique de filature fonctionne, il règne dans l’atelier une chaleur étouffante, généralement accrue en période estivale car la toiture n’est pas isolée. Vapeur, projections de gouttelettes d’eau brûlante, relents putrides des chrysalides mortes et détrempées, cliquetis monotone de la bassine batteuse et battement syncopé des métiers... : ces conditions ordinaires de la transformation de la soie2 heurtent parfois les visiteurs dont l’imaginaire se refuse à associer la délicatesse de cette fibre aux conditions réelles de sa fabrication. Si la plupart des visiteurs font preuve d’un enthousiasme à la mesure de leur étonnement, certains n’apprécient ni la moiteur du local ni les effluves malodorantes qui montent de la bassine, ou bien, comme ce visiteur interrogé, se sentent comme « un éléphant au milieu d’un jeu de quilles » dans l’atelier encombré et fébrile.

7C’est dans ce contexte qu’ADSC envisage de créer un Musée de la Soie : il s’agit de séparer nettement la fonction de production de la fonction touristique et de l’activité commerciale qui lui sont liées.

8Le musée voit le jour la même année que la société anonyme Sérica qui prend le relais de la SICA Soie-Cévennes. Il s’installe dans le cadre monumental des anciennes casernes d’enfants de troupe de Saint-Hippolyte-du-Fort qui sont la propriété de la commune. D’une superficie de 300 m2, il est situé au premier étage d’un des corps du bâtiment et couplé avec un point de vente d’environ 25m2 qui s’ouvre sur le sas d’entrée. Un atelier de confection est également aménagé au rez-de-chaussée : c’est là que sont fabriqués les articles vendus au niveau supérieur car désormais les équipements de filature, d’ouvraison, de teinture et de tissage occupent les deux niveaux de l’atelier de Gréfeuilhe.

  • 3 Dans un article publié dans le monde en 1982 et repris dans le numéro spécial que la revue Causses (...)
  • 4 En ce sens, il s’agit d’une démarche innovante. Le fait que le musée ait été nommé un peu abusivem (...)
  • 5 POUILLON (J.), Fétiches sans fétichisme, Paris, Maspero, 1975, p.155-173.
  • 6 GADAMER (H. P.), Vérité et méthode. Les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, Paris, É (...)

9Le Musée de la Soie qui ouvre ses portes le 26 octobre 1985 se veut avant tout celui de la relance. Il présente une exposition permanente qui vise à en retracer l’épopée en rappelant d’une part l’importance du travail de réappropriation des pratiques et des savoir-faire anciens imposé par l’absence de références actualisées et accessibles en matière d’éducation des vers à soie et d’autre part leur réactualisation dans le cadre du renouveau de cette activité. Laissant aux autres musées d’identité et d’arts et traditions populaires régionaux – tout au moins dans l’intention-le soin de retracer le passé séricicole cévenol3, il entend faire du renouveau le thème central de l’exposition. Il est notamment évoqué par le truchement de micro-élevages qui se succèdent durant toute la période végétative du mûrier, soit de mai à octobre, ainsi que par des démonstrations de dévidage de la soie. Afin de rester fidèle à l’esprit initial de la relance, il s’efforce d’éviter l’écueil d’une muséification qui dépouillerait les objets de leur signification pratique et en quelque sorte les embaumerait4. Ce sont donc de « vrais » vers à soie qui y sont éduqués et c’est avec une bassine de filature japonaise qui fonctionnait encore récemment à l’atelier de Gréfeuilhe que sont effectuées les démonstrations de tirage. L’arrachement des objets à leur milieu serait ainsi potentiellement réversible : à tout instant, ils sont susceptibles de passer du statut de témoins à celui de moyens de production. Les employés eux-mêmes, tout au moins dans les premiers temps, sont polyvalents. Ils circulent entre l’atelier et l’exposition en fonction des besoins, tantôt agents de production, tantôt guides. Pour ses créateurs, le musée ne doit pas être un arrêt sur mémoire ; il ne s’agit pas de sacraliser le passé mais au contraire de l’inscrire dans une continuité, d’interpeller le visiteur en lui faisant prendre conscience du fait qu’il ne s’oppose pas au présent mais que l’un et l’autre se façonnent réciproquement. « Nous choisissons ce par quoi nous nous déclarons déterminés, nous nous présentons comme les continuateurs de ceux dont nous avons fait nos prédécesseurs » : c’est en ces termes que J. Pouillon explicite le concept de « rétro-projection » qu’il associe à la notion de tradition5, proche en cela de la définition qu’en propose H.P. Gadamer : « la reconnaissance de l’autorité de nos prédécesseurs »6. En écho, le Musée de la Soie est pensé pour être le lieu où se donne à voir et à comprendre une continuité choisie, courant de génération en génération.

  • 7 Suite à la mise au point du grainage industriel, les œufs de vers à soie ont été commercialisés da (...)
  • 8 Incubateurs pour les œufs de vers à soie.

10Toutefois, à côté des équipements qui témoignent de l’actualité de la production soyeuse, le musée rassemble en réalité tout ce que la population locale, les alliés et les fidèles de Christian M. ont eu à cœur de lui confier : livres et manuscrits, photographies et affiches, outils, échantillons de fil, étoffes, vêtements et bas, etc. Il apparaît donc comme un bric-à-brac où cohabitent, pêle-mêle, selon une logique de présentation difficile à appréhender, des boites de graine7 et des castelets des Cévennes8, des collections de cocons provenant de plusieurs « races » de vers à soie, différents modèles de claies et de tables de magnaneries, des hérissons en plastique et des cabanes en bruyère, des thermomètres Réaumur et des paniers à cocons, des bassines de dévidage en terre et métalliques, des balais de bruyère, des métiers à tisser et à bobiner, une reflotteuse et des assembleuses-retordeuses, quelques métiers à bas et à passementerie, des écheveaux de soie grège et teinte, une collection de vêtements allant du XVIIe siècle au XXe siècle, des appareils de mesure et de pesée, etc. En dépit d’une trame techno-historique sommaire, peu rigoureuse, malgré certaines approximations quant aux informations qui accompagnent les objets exposés, le Musée de la Soie parvient incontestablement à émouvoir le visiteur, à éveiller sa curiosité et finalement à l’enchanter. Ce fouillis hétéroclite, cette accumulation d’objets que ne protège aucune vitrine, ces cartels maladroitement rédigés à main levée, tout cet « amateurisme » que ne manquent pas de dénoncer certains spécialistes attachés à l’orthodoxie de la conservation muséale, en font en réalité tout le charme. Ici le visiteur se sent à l’aise et non dans l’un de ces « sanctuaires » auxquels sont bien souvent assimilés les musées des beaux-arts, voire même certains musées d’identité.

  • 9 Ces propos sont extraits d’un entretien rapporté dans L’enjeu cévenol : s’adapter sans perdre son (...)
  • 10 D’après les chiffres avancés dans l’étude réalisée par un consultant en développement culturel et (...)
  • 11 La filière soie, quand elle a vu le jour en 1977, n’avait pu prévoir que quelques années plus tard (...)

11Le musée a été pensé comme un des maillons essentiels de la stratégie commerciale de l’entreprise : il traduit certes « la volonté de sauver un patrimoine, mais aussi celle de se servir d’un patrimoine pour promouvoir une activité économique » reconnaît Christian M.9. Comme il n’est séparé de la boutique que par une cloison ajourée, c’est tout naturellement que le visiteur achève son parcours initiatique parmi les étoffes aux couleurs chatoyantes, les sous-vêtements féminins bordés de dentelle et les foulards « peints à la main » en provenance directe de l’atelier. La visite du musée déclenche généralement l’achat d’un article confectionné par Sérica et griffé Soie des Cévennes10, en dépit d’une qualité que les spécialistes jugent médiocre et d’un prix relativement élevé11. On peut se demander quels sont les arguments convaincants qui permettent à Sérica d’écouler ainsi sa production. Sa stratégie est astucieuse : en faisant de ces articles des produits « culturels », le musée opère une translation, inocule à l’objet une valeur culturelle ajoutée. C’est pourquoi la présence d’objets relatifs au passé de la production de la soie est nécessaire : ils permettent d’inscrire la relance dans l’histoire longue de la sériciculture en Cévennes.

  • 12 DAVALLON (J.), « À la recherche du produit patrimonial », Les Papiers, 9 (1992), p. 67-84.
  • 13 Une des faiblesses de la relance est d’avoir proposé des modèles inspirés par ceux des grandes mar (...)
  • 14 Extraits d’une plaquette de promotion conçue et diffusée par le Musée de la Soie.
  • 15 Les drailles sont des voies de transhumance qui suivent les crêtes des chaînes montagneuses. Certa (...)
  • 16 Les plus anciennes traces d’un travail de la soie en Cévennes datent en effet de 1296. Il est en e (...)

12En quoi la signification attribuée peut-elle être productrice d’une valeur d’échange ? L’estivant « vient acheter un produit parce que c’est un produit régional avec toute l’image culturelle qui est derrière » constate une animatrice du musée. En ce sens, il est un « produit patrimonial » au sens où l’entend J. Davallon. En effet, il se définit par un double axe, symbolique et économique. Symbolique, dans la mesure où la visite du Musée de la Soie, au terme d’un parcours qui inclut également les ateliers de production, correspond comme le soutient l’auteur a un « îlot du passé qui revit en un espace et un temps limités par ces deux bornes (entrée et sortie) »12 ; économique, car la patrimonialisation soutend simultanément une logique de promotion commerciale. Si en réalité on retrouve à l’identique à peu près partout dans le monde les articles en soie que propose la boutique13, le regard de celui qui a au préalable visité le musée s’est cependant transformé au fil du parcours. Ce « voyage au pays de la soie », ce « livre de contes fabuleux »14 dont les pages ont été tournées devant ses yeux lui a offert du rêve, a suscité en lui une suite d’associations sémantiques mêlant l’imaginaire des célèbres routes de la soie, la sensualité et le prestige de cette étoffe qui fut l’objet de tant de convoitises, à la splendeur préservée des montagnes cévenoles, aux baignades dans l’eau fraîche des rivières, aux longues randonnées sur les drailles15. Le nom de la marque sait habilement jouer de cette double référence : Soie des Cévennes... Tout un univers de sensations et d’images que le visiteur associe à ce moment privilégié que sont les vacances estivales. À l’issue du parcours, les sous-vêtements ou les écharpes qu’il découvre lors de son passage à la boutique ont gagné en signification. Les guides qui commentent la visite ne manquent pas de lui signaler qu’autrefois la « soie des Cévennes » était considérée comme « la plus belle du monde ». Leur rôle est essentiel : en contant le légendaire de la relance, en en faisant l’aboutissement d’une histoire longue qui remonte jusqu’au XIIIe siècle16, ils confèrent aux productions de l’atelier une « authenticité » et une typicité et contribuent à faire de l’acte d’achat un acte de participation et de solidarité au moins autant que de consommation.

13Le musée, vitrine de la relance, est donc un formidable instrument de promotion, une véritable chambre d’écho. Les médias évoquent régulièrement cette expérience qu’ils qualifient d’« originale », d’« innovante ». Presse d’information locale, régionale et nationale, presse touristique, économique et technique, radios et télévisions... Tous en rendent compte, lui donnent un auditoire qui dépasse les frontières du « pays » cévenol. Suite à l’inauguration du Musée de la Soie, les journalistes rivalisent de formules : tandis que Midi-Libre titre « Le passé cévenol ressurgit : ainsi ‘soie’-t-il ! », Le Commercial discourt sur « le quant à soie des Cévennes » et Le travailleur paysan invite à « Produire sa soie chez soi ». Tous, à l’instar du quotidien Le Provençal qui lui consacre l’intégralité de sa dernière page, insistent sur la résurgence de cette activité, susceptible de représenter « un formidable espoir pour toute la région ».

  • 17 Ce sont les termes employés par les militants de « Cévennes occitanes », groupuscule lié au mouvem (...)

14L’attitude des agents de la relance à l’égard du tourisme a donc considérablement évolué en l’espace d’une décennie. Il est loin le temps où le touriste, ennemi désigné, était qualifié de « fossoyeur des Cévennes »17 et où le Parc national des Cévennes était dénoncé en tant que relais de la politique de développement touristique initiée par les pouvoirs publics. Changement de ton : désormais, le tourisme est au contraire considéré comme un facteur de développement économique et le touriste, par conséquent, convoité.

  • 18 P. Lenclud en propose une autre lecture. Il montre notamment qu’elle repose sur un travail de séle (...)

15Durant les années 1970, Christian M., faisant référence à la « tradition » séricicole, ne manquait pas d’associer systématiquement cette notion à l’idée de renouveau, d’actualisation : « pas question pour nous de tomber dans un folklore passéiste » proclamait-il, affichant ainsi sa volonté que la relance ne soit pas assimilée à une initiative de type patrimonial qui transférerait dans le présent des façons de faire d’autrefois. Il s’agit au contraire, affirmait-il, de redonner vie à une activité qui a joué un rôle prépondérant dans l’économie locale et a constitué une composante majeure d’une identité collective locale encore bien vivante – les pouvoirs publics ont en effet supprimé les aides à la sériciculture seulement cinq ans auparavant. L’identité était donc conçue comme un instrument de la modernité et opérait une subversion de la « tradition » au sens où on l’entend communément18, c’est-à-dire comme ensemble de pratiques ou de doctrines transmises sur le mode de la duplication, de génération en génération.

  • 19 Une décennie a suffi, estime L. Assier-Andrieu, « pour convertir le thème rustique et casanier du (...)

16Mais en l’espace de dix ans la notion de patrimoine a triomphé dans le discours public19 et avec l’opportunisme et le sens aigu de la médiatisation qui le caractérisent, le leader du renouveau séricicole a compris quel parti il pouvait tirer d’une requalification de la relance comme patrimoine. En 1993, lors d’un entretien avec un chargé de mission de la Mission du patrimoine ethnologique, il rebaptisera même le travail de réappropriation des savoir-faire locaux concernant la soie d’« activité de recherche patrimoniale » et la notion de tradition, autrefois utilisée avec réserve, occupera désormais une place centrale dans le discours de et sur la relance.

  • 20 TRAVIER (D.), « Allocution de Daniel Travier, responsable du musée », Causses et Cévennes, N° spéc (...)

17Les acteurs de la scène culturelle régionale, avec au premier rang d’entre eux des ethnologues et des responsables de musées, ont joué un rôle essentiel dans cette évolution. Si du côté du Vigan on regarde avec circonspection aussi bien l’expérience de relance séricicole de Monoblet que les projets muséographiques qui lui sont liés – probablement parce que leur notoriété pourrait faire ombre à ce qui s’est mis en place aux Magnans ainsi qu’au Musée cévenol dont certaines vitrines sont consacrées à l’histoire de la production de la soie –, en Vallée borgne, au contraire, on observe avec curiosité et bienveillance l’initiative de Monoblet. Le fondateur et directeur du Musée des Vallées cévenoles ne peut ni ne veut ignorer cette initiative qui sous bien des aspects fait écho à son expérience personnelle, lorsque des années auparavant il a présenté sa première exposition sur « la vie en Cévennes » et, n’étant pas « de la maison », s’est vu lui-même « ignoré de la plupart des spécialistes qui auraient pu [nous] conseiller ou [nous] encourager »20. Son obligeance mêle donc des facteurs personnels à une démarche plus rationnelle et stratégique : l’union, on le sait, fait la force, elle peut même transformer des rivaux potentiels en alliés. Plutôt qu’être en compétition, il trouve préférable de jouer la carte de la complémentarité. C’est pourquoi, depuis plusieurs années, il soutient directement ou indirectement la relance. Élu de Saint-Jean-du-Gard, il a ainsi défendu la création du centre de formation des tisseurs et en tant que membre du comité directeur du Club cévenol il a appuyé la publication d’un numéro spécial de Causses et Cévennes consacré à la soie et à son renouveau. L’intérêt du Parc national des Cévennes pour la relance doit également beaucoup à sa présence au sein de sa commission culturelle ainsi qu’à l’implication du conservateur de ses écomusées avec lequel il poursuit une étroite collaboration.

  • 21 CAILLÉ (Α.), « La sociologie de l’intérêt est-elle intéressante ? », Sociologie du travail, 3 (198 (...)

18La création du Musée de la Soie, outre sa fonction première de relais commercial, a donné une dimension nouvelle à la relance. Mise en réseau avec d’autres sites muséographiques traitant du thème de la soie, elle est susceptible d’acquérir une valeur de témoignage culturel dont l’incidence mêle inextricablement plusieurs logiques : intérêt matériel, statut, prestige... Leur rapport est complexe car, comme le souligne A. Caillé, la transformation, par le biais de l’affichage de la splendeur désintéressée, du capital économique en capital symbolique permet de diversifier la structure du patrimoine et de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier21.

19L’année même de l’ouverture du Musée de la Soie, une équipe d’ethnologues qui mènent depuis quelques années des recherches sur la société cévenole et dont l’un des membres a co-réalisé La soie de Gréfeuilhe prend l’initiative de proposer à toutes les personnes et institutions concernées par cette activité la création d’un itinéraire culturel. Christian M. décide immédiatement de s’y associer car il pressent que cette initiative fédératrice, que soutient la Direction régionale des affaires culturelles et, au-delà, le Ministère de la Culture, peut devenir un puissant outil de communication et de qualification de son action auprès des milieux culturel et politique.

20Avant d’évoquer l’itinéraire culturel et les liens qu’il entretient avec la relance, il convient de remonter le temps pour dévoiler les conditions de sa genèse. On verra ainsi la parenté qui unit ces deux démarches.

L’ENTRÉE EN SCÈNE DES ETHNOLOGUES

21Au début des années 1980, le CNRS qui souhaite inscrire sa politique de développement dans le mouvement général de décentralisation des organismes publics décide de renforcer ses délégations régionales. C’est dans ce contexte que des ethnologues jusque là spécialistes des sociétés africaines proposent de former une nouvelle équipe de chercheurs ayant un centre commun d’interrogations et partageant les mêmes orientations théoriques. Le choix de Montpellier comme lieu d’implantation de la future équipe est doublement motivé : il est lié d’une part aux attaches personnelles régionales de certains de ses membres et d’autre part au fait que plusieurs d’entre eux envisagent de s’investir dans un nouveau « terrain » afin de mettre à l’épreuve les modèles descriptifs et explicatifs qu’ils ont élaborés auparavant en Afrique de l’Ouest.

  • 22 PIAULT (M.H.), Titres et travaux II. Orientations de recherche, 1988, p. 28.

22Pierre M., l’un des membres de la nouvelle équipe intitulée « Sociétés rurales et politiques de développement », vit lui-même la majeure partie de l’année à Lasalle, le chef lieu de canton dont dépend Monoblet. Il lui paraît urgent « d’entreprendre dans notre propre société des études [...] qui viseraient à remettre sur un autre pied les visions un peu simplistes sur la ‘désertification des campagnes’, ainsi que les considérations sur les soi-disant ‘résistances paysannes au changement’ »22. Pour lui, il y a lieu de s’intéresser à toutes les formes de « traditions » pouvant être des ferments de créativité et susciter des initiatives tant techno-économiques que socioculturelles. C’est dans cette perspective qu’il décide, avec des collègues originaires de la région ou qui s’y sont installés, de mettre en œuvre un programme d’« anthropologie historique des savoirs et des techniques » ayant pour but d’étudier des démarches ancrées directement dans la gestion de la nature et de sa reproduction.

  • 23 PIAULT (M.H.), Titres et travaux II. Orientations de recherche, 1988, p. 30.
  • 24 C. Lévi-Strauss refuse de voir dans le sauvage un être irrationnel. Pour lui au contraire la pensé (...)

23Inséré dans les milieux néo-ruraux de Lasalle et de ses environs, Pierre M. a fait la connaissance de Richard J., un sociologue devenu éleveur ovin après avoir abandonné une carrière débutante à l’université sur la lancée de mai 1968. Désireux de renouer avec sa première activité, ce dernier a élaboré un projet de recherche-action sur les savoirs naturalistes paysans concernant la flore, en prolongement de son investissement dans un programme de développement des cultures médicinales soutenu par la Direction départementale de l’agriculture. Tous deux se reconnaissent un intérêt partagé pour ces savoirs tant décriés, désavoués par la médecine officielle qui les range sous la rubrique annexe des « savoirs de bonne femme » et voit en eux « un ensemble hétéroclites de recettes non-réfléchies »23, une « pensée sauvage » au sens péjoratif du terme contre lequel C. Lévi-Strauss s’est élevé24 ; l’association qu’il a créée afin de mener à bien ces recherches sur les savoirs naturalistes populaires a d’ailleurs été baptisée « La pensée sauvage », en hommage à l’intuition du grand ethnologue.

  • 25 Si les termes employés peuvent sembler excessifs, il faut cependant les replacer dans leur context (...)
  • 26 Il s’agit de l’Association pour les études populaires et initiatives (EPI) qui sous la houlette de (...)
  • 27 Dans un article décapant consacré à l’émoi patrimonial, J.-P. Rioux souligne ironiquement le lien (...)
  • 28 Il s’agit d’une démarche voisine de l’ethnologie « impliquée », courant défendant une pratique de (...)

24Selon les deux chercheurs, les savoirs naturalistes thérapeutiques, victimes de ce qui leur paraît être un véritable « ‘ethnocide’ domestique »25, ne doivent pas devenir des ressources pour ceux que Richard J. qualifie de « rabatteurs de molécules » – c’est-à-dire les laboratoires pharmaceutiques –, mais le lieu d’une auto-interrogation d’un pays sur sa relation au corps, à la santé, aux moyens de penser sa relation au monde et de la vivre. « La Pensée sauvage », association culturelle qui œuvre à la réhabilitation des savoirs sur le monde végétal en liaison avec d’autres initiatives du même ordre qui ont vu le jour en Haute-Provence26 et dans le massif pyrénéen, fournit un cadre au projet scientifique qu’ils élaborent. L’ethnologue africaniste, selon ses propres mots encore « immergé dans le rêve post-soixante-huitard », réside désormais la majeure partie de l’année à Lasalle où se situe également le siège de « La pensée sauvage » et découvre à la fois une campagne parée de toutes les vertus que le désenchantement de l’après-68 a retirées à la ville27 et un lieu possible pour une anthropologie qui se voudrait « partagée », fondée sur la réciprocité des échanges entre chercheurs patentés et populations locales28.

  • 29 L’Association languedocienne du film sociologique, ethnologique et documentaire (ALFISED).

25C’est alors que Christian M., qui vient d’ouvrir la filature de Gréfeuilhe au public, fait sa connaissance. Il souhaiterait projeter aux visiteurs un film documentaire retraçant les différentes étapes de la fabrication de la soie or Pierre M. préside également une association qui produit des films documentaires29. Il s’enthousiasme immédiatement pour l’expérience de la relance qui lui apparaît comme une démarche à la fois novatrice et profondément ancrée dans un vécu territorial. Christian M. lui propose alors de réaliser un film.

26En 1984, le tournage du film documentaire La soie de Gréfeuilhe confirme aux yeux de l’ethnologue la singularité et la pertinence du projet porté par Christian M. depuis déjà dix ans. Ayant suivi avec un vif intérêt la lutte contre l’extension du camp militaire du Larzac au cours de la précédente décennie, il trouve dans l’action de l’ADSC, dont l’idéologie est en droite ligne des revendications portées par les militants régionalistes proches de ce mouvement, un écho à ses propres réticences et interrogations face au pouvoir politique et au centralisme étatique. La relance, comme d’ailleurs les initiatives en faveur de la réhabilitation des savoirs naturalistes, s’inscrit dans une démarche de reconquête d’une dignité socioculturelle malmenée et d’émancipation par rapport aux orientations économiques imposées par les pouvoirs publics. L’intellectuel « parisien » qui se plaît à dénoncer une pratique de la recherche se voulant dégagée des contingences ordinaires et peu soucieuse de son utilité tant sociale que politique se sent en profonde empathie avec l’instituteur qui a fait de la contestation des instances dirigeantes la toile de fond de son projet de relance séricicole.

  • 30 Ce service de la direction du patrimoine au sein du ministère de la culture a été créé en 1981, an (...)

27En 1982, en réponse au premier appel d’offres que lance la Mission du Patrimoine ethnologique (MPE)30. Richard J. et Pierre M. proposent un projet de recherche portant sur les « savoirs, usages et représentations de la flore en Cévennes » qui sera retenu et financé. Outre les deux chercheurs, l’équipe constituée au sein de l’association « La Pensée sauvage » compte une cultivatrice de plantes médicinales férue d’informatique à laquelle est confié le traitement des données d’enquête ainsi que deux enquêtrices dont l’une pratique la cueillette des médicinales tandis que l’autre, alors étudiante en philosophie, commence un cursus universitaire d’ethnologie.

28Il apparaît dans le cours de l’enquête que le thème de la production de la soie, même lorsqu’il n’est pas directement abordé par l’enquêtrice, revient spontanément et de façon récurrente dans le discours des personnes rencontrées. La sériciculture et la filature de la soie sont considérées comme les piliers de l’économie cévenole jusqu’aux années 1950 et nombreux sont ceux qui voient dans leur disparition la cause première de « la mort du pays ». Les chemins de la mémoire, aussi détournés soient-ils, semblent mener inévitablement à la soie.

  • 31 La plupart des entretiens avaient en effet lieu in situ afin d’identifier dans leur environnement (...)

29Durant les entretiens qui se déroulent généralement en extérieur31, il est fréquent que les personnes désignent le tronc noueux d’un mûrier et, oubliant l’objet de leur présence en ces lieux, s’engagent aussitôt dans d’interminables digressions sur l’éducation des vers à soie qu’elles ont autrefois pratiquée, livrant avec émotion des bribes de leur expérience. D’autres fois, c’est un sentier aperçu au loin qui sert de prétexte à l’évocation du passé : il est alors question de ces jeunes fileuses qui quittaient aux premières lueurs de l’aube le mas familial pour rejoindre le groupe d’ouvrières en marche vers la filature.

30Pour tous ceux qui possèdent une connaissance intime du territoire, le travail de la soie a si profondément marqué de son empreinte le paysage qu’il semble n’exister aucun lieu qui n’invite à l’évoquer. Les mûriers qui émaillent les terrasses et les prairies ou bordent les chemins, l’architecture si particulière des mas généralement surélevés au début du XIXe siècle pour l’aménagement des magnaneries, les innombrables filatures qui étirent leurs façades à proximité des cours d’eau constituent autant d’indices mémoriels qui ramènent chacun(e) à son histoire personnelle. Invités à témoigner, tous s’engagent immanquablement dans de vibrants récits qui donnent vie aux traces du passé séricicole, généralement indéchiffrables pour ceux qui n’en possèdent pas la clé de lecture.

31Tous ces témoignages sont cependant ambivalents. Ils mêlent, parfois dans la même phrase, les registres indissociables de l’affectivité et du rejet, une nostalgie qui semble incurable et le désir de tourner la page. Ainsi ces mûriers qu’on contemple avec tendresse, on dit néanmoins vouloir les arracher puisqu’ils ne « servent plus à rien » ; ces tables de magnanerie que Ton montre volontiers aux visiteurs en affirmant combien « c’était beau quand vous voyiez tous ces cocons comme suspendus en l’air », on prétend que désormais « elles prennent de la place pour rien » et qu’il vaudrait mieux « nettoyer tout ça pour en faire des chambres » ; ces filatures d’où sortaient chaque jour les écheveaux de soie grège, fluides et lustrés comme une coulée d’or pur, qui faisaient la fierté des fileuses, on considère qu’elles ne sont plus que de « vieilles bâtisses qui menacent [ruine] » et qu’il vaudrait mieux transformer en « salle pour tous » ou bien « raser pour en faire un parking ». Le ver à soie lui-même, toujours au centre des évocations, n’échappe pas à cette ambivalence : si les séricicultrices admettent que « c’est pas bien beau, tout mou », elles sont également d’accord pour dire qu’on ne peut « bien faire du ver à soie, avoir de la réussite, que si on l’aime ». « Aimer le ver à soie » semble constituer pour toutes une disposition culturelle, « parce que vous aviez vu avant vous votre mère faire du ver à soie et avant elle sa mère » et que « l’amour du ver à soie, le Cévenol, il a ça dans le sang ». Parfois, à l’issue d’un entretien, l’interlocuteur(trice) confie : « il paraît qu’on peut visiter, à Monoblet... Moi j’aimerais bien y aller » tout en s’empressant d’ajouter : « je ne veux pas voir ça, ça me ferait trop mal au cœur ! ». Ce sont ces émotions difficilement contenues, ces flots intarissables de paroles soudainement interrompus, ces regards appuyés et brusquement détournés qui progressivement ont nourri nos interrogations sur la place économique et symbolique de la production de la soie dans la vie des habitants.

32Lorsque prend fin l’enquête sur les savoirs naturalistes, le désir de prolonger l’expérience amorcée avec la réalisation de La soie de Gréfeuilhe conduit l’ethnologue-cinéaste à envisager la réalisation d’un nouveau documentaire qui portera sur l’histoire de la production de la soie en Cévennes à travers le prisme de la mémoire féminine et dont le titre sera Les Chemins de la Soie. Les femmes, comme nous l’avons montré ailleurs, ont en effet joué un rôle fondamental dans cette activité, qu’elles aient été éducatrices de vers à soie ou fileuses.

  • 32 Pour L. Assier-Andrieu, l’État se place en position de « demandeur de demandes » : ASSIER-ANDRIEU (...)

33Tandis qu’une partie de l’équipe qui étudie les « savoirs naturalistes » décide de s’atteler à la constitution d’une base de données sur ces savoirs et usages, l’autre s’engage dans une toute autre direction. L’idée de concevoir et mettre en place un itinéraire culturel sur le thème de la production de la soie en Cévennes a en effet pris forme alors que la Mission du Patrimoine ethnologique encourage la création de groupements pour la connaissance et la mise en valeur du patrimoine ethnologique. Il s’agit d’encourager la mise en commun d’expériences dispersées mais ayant un dénominateur commun à travers la réalisation d’un projet de développement culturel. La MPE qui entend ainsi jouer un rôle d’« entremetteur filtrant »32 entre l’État et la société civile propose de soutenir la création d’un tel groupement autour du thème de la production de la soie en Cévennes.

« LES CHEMINS DE LA SOIE » OU LA MÉDIATION DE LA RELANCE PAR LE PATRIMOINE

  • 33 A. Morel montre que la culture des « espaces réputés sans qualité » et de leur population n’ayant (...)

34Rendre compte de la mise en œuvre de l’itinéraire culturel n’est pas une tâche aisée en raison des multiples paramètres qui doivent être pris en considération. Se conjuguent des intentions avouées et d’autres plus secrètes, des arguments scientifiques mais aussi des inclinations difficilement déchiffrables, articulant les registres du politique, du social, du symbolique et de l’économique. Je vais maintenant tenter d’en démêler l’écheveau. À travers cet essai de restitution d’une expérience singulière se dessine en filigrane l’un des épisodes de la constitution de l’ethnologie de la France qui, durant cette période, s’est particulièrement focalisée sur la double question de la construction sociale des identités culturelles et de la production du patrimoine33. Il importe donc de replacer la démarche dans le contexte sociohistorique de son émergence afin d’éclairer le rôle qu’a joué l’association éponyme dans ce qu’il y a lieu d’appeler désormais la « patrimonialisation » de la relance.

35Tel qu’il est imaginé, l’itinéraire culturel est organiquement lié à l’expérience de la relance. Comme on vient de le voir, c’est au fil des rencontres avec ses principaux protagonistes ainsi qu’avec des acteurs anonymes de la filière « traditionnelle » que la conviction de son originalité s’est progressivement imposée et que les lignes de force du projet culturel ont été tracées.

36L’enthousiasme, presque la ferveur avec laquelle les membres de la SICA Soie-Cévennes exposent leur démarche, l’attention que lui portent certains responsables, élus ou agents des collectivités territoriales et de l’État, mais aussi les points de vue contrastés auxquels elle donne lieu chez tous ceux qu’elle n’implique pas directement conduisent progressivement les ethnologues à vouloir en comprendre la signification. Pourquoi, de Valleraugue à Anduze, de Saint-Jean-du-Gard à Saint-Hippolyte-du-Fort, toutes les personnes rencontrées accordent-elles de façon spontanée une place centrale à cette composante particulière de l’histoire cévenole, au point d’y ramener avec obstination leurs propos ?

37Cette interrogation est à l’origine du projet d’itinéraire culturel dont nous allons maintenant suivre la genèse.

38Au milieu des années 1980, les Cévennes sont encore durement éprouvées par le vieillissement et l’exode de leur population, certes amorcés dès le milieu du XIXe siècle avec l’épizootie de pébrine qui a décimé les éducations de vers à soie, mais qui se sont amplifiés après la seconde guerre mondiale. La dynamique négative de reproduction sociale, la mise en échec de l’économie « traditionnelle » jugée par les pouvoirs publics incapable de s’adapter à la modernité, le phénomène de déprise paysagère, conséquence directe de l’abandon du foncier, ont eu progressivement raison de la psychologie collective : la population, impuissante, semble s’être résignée à contempler l’avancée inexorable du « désert » que ne démentent pas le reboisement en résineux et la transformation en résidences secondaires du patrimoine bâti.

  • 34 BADOUIN (R.), « L’économie cévenole », Économie méridionale, 63 (1968).
  • 35 Voir KAYSER (B.), La renaissance rurale. Sociologie des campagnes du monde occidental, Paris, Arma (...)

39Confrontés depuis plusieurs décennies à la décomposition du tissu social et économique, les habitants acceptent de voir ce « pays » auquel ils sont profondément attachés précipité vers une mort qui paraît laisser indifférente l’administration du territoire. Cette région où le recul des activités industrielles a commencé dans le courant du XIXe siècle et qui depuis le début du siècle suivant relève de ce que R. Badouin appelle « l’économie paysanne »34 ne bénéficie encore que timidement de la récente revalorisation de l’espace rural35. L’arrivée depuis le début des années 1970 des néo-ruraux est la toute première marche d’une reconquête qui ne prendra une réelle mais toute relative ampleur qu’une décennie plus tard.

  • 36 Nous faisons ici un usage souple de la notion de culture, entendue dans un sens qui s’efforce de c (...)

40L’enquête préalable à l’élaboration de l’itinéraire conduit l’équipe à l’origine du projet à effectuer le constat suivant : s’il est largement admis que la soie, le châtaignier, le protestantisme et, de façon secondaire, l’élevage et la mine sont des éléments qui participent de ce que l’on appellera prudemment la culture36 – voire la « civilisation », comme l’a écrit Ph. Joutard – cévenole, la première, au cours de cette période, semble toutefois impliquer la population davantage que les autres et être constitutive d’une mémoire partagée particulièrement vivante. Quelle en sont les raisons ?

  • 37 Voir en particulier CLAVAIROLLE, Le magnan, chapitre IV, « L’organisation sociale de la séricicult (...)

41Une première hypothèse porte sur la très large diffusion de cette activité productive à travers le tissu social : mes recherches ethno-historiques ont en effet montré que la sériciculture a été pratiquée par l’ensemble de la population cévenole, en premier lieu par les agriculteurs mais aussi par des artisans et certaines professions de service comme les enseignants ou les agents de l’administration pour lesquels elle a longtemps représenté un complément de revenu non négligeable. Quant à la filature, elle employait la plupart des femmes jusqu’au mariage et souvent à nouveau après la naissance des enfants. C’est bien là l’une des singularités de ce secteur d’activité que d’avoir impliqué, à un moment de leur existence, la totalité des habitants, tous genres et catégories sociales confondus37.

  • 38 Voir BAZIN (L.), « Femmes cévenoles, filatures et soie », Le monde alpin et rhodanien, 3-4 (1987), (...)

42On peut également voir dans la féminisation de la sériciculture et de la filature un autre facteur explicatif : en effet, c’est principalement aux femmes que revenait l’éducation des vers à soie, même si les hommes y jouaient également un rôle, et ce sont encore elles qui constituaient le gros du contingent de main d’œuvre employé par les ateliers de filature38. Or, dans cette société rurale qui fut longtemps à dominante agricole, c’est généralement par les femmes, en outre numériquement plus nombreuses au fur et à mesure de l’avancée en âge, que passe la transmission de la mémoire collective. Rien d’étonnant alors à ce qu’elles retiennent comme digne de mémoire un domaine d’activité dans lequel elles se sont particulièrement distinguées et qui leur a conféré un rôle prépondérant dans l’économie familiale comme dans celle de toute la région.

  • 39 Je reprends ici l’expression employée par H. Ballet et C. Bromberger : BALFET (H.) et BROMBERGER ( (...)
  • 40 BROMBERGER (C.), « L’ethnologie de la France et le problème de l’identité », Civilisations, n° 42- (...)
  • 41 BROMBERGER, « L’ethnologie de la France », p. 55. Sur cette distinction, voir également BROMBERGER (...)
  • 42 À la suite des enquêtes qu’il a effectuées dans la vallée Longue au début des années 1970, J.-N. P (...)

43Enfin, dernière hypothèse, la plus décisive aux yeux des ethnologues : si, comme cela leur est apparu lors de leur précédente enquête, ce thème revient de façon récurrente dans l’expression spontanée de ce que certains Cévenols appellent leur « cévennité »39, c’est essentiellement parce que la production de la soie fait l’objet d’une tentative de relance économique, contrairement aux autres activités qui traversent alors une crise dont l’horizon ne semble pas vouloir se dégager. Dans un article éclairant, C. Bromberger a analysé les modes successifs d’appréhension des phénomènes identitaires par l’ethnologie de la France au cours du XXe siècle40. Il montre notamment qu’à partir des années 1980, les ethnologues ont substitué au repérage des « indicateurs » qui prévalait auparavant la recherche de « marqueurs emblématiques ». On serait ainsi passé d’une approche substantialiste soucieuse de repérer les traits « objectifs » différenciant un groupe social à une approche subjectiviste visant à identifier les éléments auxquels les membres de ce groupe se réfèrent de manière consciente41. Il semble que la perspective adoptée dans le cadre du projet d’itinéraire culturel réalise un compromis entre ces deux perspectives, conciliant l’attention portée à l’expression identitaire des personnes rencontrées avec l’identification des formes distinctives d’existence matérielle qui caractérisent cette formation sociale dans la durée. La production de la soie doit être alors considérée comme une composante parmi d’autres à laquelle, lorsque nous avons réalisé nos enquêtes et sur le terrain exploré, il semble qu’ait été affecté un indice d’identification supérieur lié à l’actualité de la relance42. Il s’agit de prendre acte du caractère éminemment mouvant du substrat sur lequel se fonde les choix d’identification, en repérant ce qui, au moment où nous observons la société cévenole, est mobilisé.

  • 43 JOUTARD, Les Cévennes, p. 97.
  • 44 Le terme « Désert » fait référence à l’épreuve traversée par l’Israël biblique auquel les protesta (...)
  • 45 Au cours des quinze années qui se sont écoulées depuis la mise en œuvre du projet d’itinéraire cul (...)

44Pour les ethnologues, tandis que le protestantisme, autre pilier avéré de la « civilisation cévenole »43 selon P. Joutard, ne semble donner lieu qu’à des identifications négatives fondées sur la mémoire entretenue des persécutions, de l’idéologie du Désert44 et sur le constat amer d’un déclin persistant du religieux, les anciennes économies du châtaignier, de l’exploitation minière et de l’élevage, dont le démantèlement est accompli, se prêtent à des évocations désabusées. La châtaigne, autrefois base de l’alimentation, ne nourrit plus guère que des hordes de sangliers dont le nombre ne cesse de croître ; la fermeture des mines que n’a relayée aucune activité de substitution contribue à la progression du chômage qui mine l’économie régionale ; d’année en année l’activité pastorale poursuit son déclin ; l’élevage caprin destiné à la fabrication de fromages ne parvient pas à compenser la réduction en nombre et en taille des troupeaux ovins ; enfin la pratique de la transhumance qui de juin à septembre les conduit du bas pays vers les pâturages d’altitude est en voie de perdition45.

  • 46 BOURDIN (Α.), Le patrimoine réinventé, Paris, Presses universitaires de France, 1991, p. 81.

45Lors des premières enquêtes, contre toute attente, ces données majeures de l’économie ancienne des Cévennes, de son système socio-technique et par conséquent de sa culture au sens anthropologique du terme sont évoquées évasivement, toujours comme les indices d’un passé regretté et définitivement révolu. On peut d’ailleurs se demander dans quelle mesure ces éléments, passés sous silence ou bien négativement connotés, ne constituent pas de puissants facteurs de blocage des dynamismes locaux46.

46Composante essentielle de l’économie traditionnelle mais également – et surtout-activité porteuse d’un renouveau puisqu’elle fait l’objet d’une tentative de relance, la production de la soie paraît occuper quant à elle une position singulière qui lui permet d’entrer dans un discours d’appropriation ambivalent articulant, comme nous l’avons vu, le registre de la nostalgie et celui de l’espérance. Précisément en raison du projet de renaissance dont elle fait l’objet, cette production se situe à la jonction du passé et de l’avenir. À partir d’elle se déroule l’histoire longue des Cévennes où elle s’est implantée dès le XIIIe siècle et dont elle a été l’un des piliers sociaux et économiques du XVIIIe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle, structurant les rapports sociaux de classe et de genre, modelant également le paysage et imposant ses normes à l’architecture domestique et industrielle.

  • 47 PIAULT (M.H.), « Les Chemins de la Soie : un itinéraire culturel », Terrain, 8 (1987), p. 84.

47C’est pourquoi les témoignages recueillis impliquent chacun et chacune à travers son expérience personnelle. « Les souvenirs engagés, les récits sollicités, les préoccupations souvent contradictoires mais toujours vives à l’égard de possibles renaissances de l’éducation des vers à soie [...] tout cela nous entraînait à considérer la soie non plus comme une production historique, relative, mais comme un marqueur essentiel, décisif, d’une identité » remarque Pierre M.47. C’est le contraste entre la réalité de cette production qui fait l’objet d’une relance somme toute assez modeste au regard de ce qu’elle a représenté antérieurement et sa prégnance dans la mémoire et dans l’imaginaire cévenol contemporain qui a conduit l’équipe à s’interroger sur les relations entre identité culturelle, patrimoine et développement et à formuler une série d’hypothèses qui serviront de cadre à l’expérience des « Chemins de la Soie ».

48Au début de la décennie 1980, l’ethnologie de la France est un domaine relativement nouveau au regard de la longue tradition exotique de la discipline. Il existe alors deux ethnologies bien séparées : une ethnologie du lointain qui bénéficie d’un grand prestige intellectuel et une ethnologie hexagonale, souvent liée à la muséologie et au monde rural (Chiva 1990), mais que désavouent les partisans de la première, comme l’a souligné G. Althabe (1990 : 26). La notion de patrimoine occupe par conséquent une place majeure dans la boite à outils de l’ethnologue du domaine français. Cette place s’explique par le dispositif institutionnel singulier qui au cours de cette période a présidé à son développement.

  • 48 Pour C. Lévi-Strauss, ce n’est que dans la distance maximale, c’est-à-dire dans la condition récip (...)
  • 49 Sur le sujet, on peut lire : TESTARD (Α.), « L’objet de l’anthropologie sociale », Anthropologie. (...)
  • 50 J.P. Rioux, inscrivant sa réflexion sur le patrimoine dans le contexte historique de son déploieme (...)
  • 51 CHIVA (I.), « Le patrimoine ethnologique : l’exemple de la France », Encyclopédia Universalis, tom (...)
  • 52 CHIVA, « Le patrimoine ethnologique », p. 236.
  • 53 FABRE (D.), « L’ethnologue et ses sources », Terrain, 7 (1986), p. 4.

49Ironie de l’histoire, c’est à C. Lévi-Strauss, auquel on prête une prévention à l’égard d’une ethnologie des sociétés occidentales qui seraient selon lui trop familières au chercheur48, qu’il revient d’avoir attiré l’attention sur ce domaine qui apparaissait à certains comme un dévotement de la discipline49. Dans un chapitre du livre blanc sur la recherche qu’il rédige en 1980, il souligne en effet la nécessité d’« enrichir le patrimoine culturel de l’humanité » en s’attelant à l’étude des « identités culturelles et ethniques, tant régionales que locales ». Le rapport remis la même année par R. Bensaïd au Ministère de la Culture et intitulé L’ethnologie de la France, besoins et projets va dans le même sens. L’auteur y insiste également sur la notion de diversité et émet l’hypothèse que la volonté d’affirmer sa différence procéderait d’un « désir d’identité » particulièrement prononcé dans la société française. Patrimoine et identité culturelle : ces deux notions constituent l’armature d’un grand nombre d’études ethnologiques qui, au cours des années qui suivront, s’efforceront, au risque de parfois les confondre, de scruter le jeu complexe de leurs relations50. L’ethnologie de la France s’engage alors durablement dans l’étude et la mise en valeur des patrimoines et affirme au cours de cette période ses orientations plus culturelles que sociales, le patrimoine étant défini comme l’« ensemble de biens culturels considérés comme l’héritage commun d’un groupe social »51. I. Chiva souligne la triple dimension analytique, opérationnelle et programmatique de la notion de patrimoine ethnologique qui a émergé dans un contexte « marqué par la conviction selon laquelle l’industrialisation, l’urbanisation et la croissance allaient se poursuivre de façon illimitée »52 et conduire à un nivellement des singularités, à une véritable homogénéisation culturelle. C’est la raison pour laquelle se développe alors ce que certains appelleront une ethnologie du « sauvetage » ou des « survivances », engagée dans un travail de « capitalisation patrimoniale »53 qui sera bientôt questionné et remis en cause.

  • 54 GEISTDOERFER (Α.), « ‘L’année du patrimoine’ ou une identité régionale trompeuse », La Pensée, 221 (...)
  • 55 GUILLAUME (M.), La politique du patrimoine, Paris, Éditions Galilée, 1980.

50Il importe également de rappeler que l’État a en réalité mis en place un double dispositif : d’un côté un Conseil du patrimoine ethnologique placé auprès du ministre de la culture et chargé de proposer au Ministère « les éléments d’une politique du patrimoine ethnologique et en particulier d’une politique de la recherche ethnologique sur la France », de l’autre une Mission du patrimoine ethnologique, organisme de gestion et d’intervention rattaché à la direction du patrimoine. L’articulation de ces deux instances, engagées dans une étroite collaboration du fait de la continuité avérée de la recherche et de la mise en valeur patrimoniale, est à l’origine d’une polémique récurrente. Pour certains, le fait de parler de « patrimoine ethnologique » plutôt que d’« ethnologie de la France » n’est pas idéologiquement neutre : on ne se serait pas contenté de remplacer un mot par un autre, mais un domaine scientifique par un programme politique. Selon A. Geistdoerfer54 qui fait écho à la controverse soulevée par M. Guillaume55 à propos du patrimoine, la notion de « patrimoine ethnologique » contribuerait à donner à l’ethnologie de la France une mission d’ordre idéologique, à créer véritablement une ethnologie officielle. La polémique oppose donc ceux qui dénoncent une pratique de l’ethnologie qui serait en réalité un instrument de légitimation des politiques sociales et culturelles, et ceux qui considèrent que la création de ces deux instances peut au contraire contribuer à dynamiser les recherches sur la société française et favoriser la restitution du savoir ethnographique par d’autres voies que la seule littérature grise.

  • 56 Il s’agit du laboratoire montpelliérain dont le Président de l’association Les Chemins de la soie (...)
  • 57 Rappelons que cette équipe s’intitule « Sociétés rurales et politiques de développement ».
  • 58 JOLLIVET (M.), éd., Pour une agriculture diversifiée, Paris, L’Harmattan, 1988, p. 171.

51Parallèlement, la question du développement qui semblait jusque là ne concerner que les pays dits du Sud ayant acquis leur indépendance à l’égard des États coloniaux intéresse également les « sociétés locales » des pays industrialisés dont la France fait partie. C’est ainsi que la critique des théories du développement conduite notamment par les membres de l’ER 22556 du CNRS à partir des sociétés d’Afrique de l’Ouest fait l’objet d’un élargissement à la France rurale57, dans une perspective comparative. Au cours de la même période, de nombreux chercheurs en sciences sociales privilégient une approche micro-régionale qui considère le développement comme un processus global, faisant vivre ou parfois revivre une totalité à travers des pratiques économiques, mais aussi à travers un certain usage de l’espace, des pratiques culturelles et ludiques ainsi que des formes de sociabilité58. Pour ces derniers, les activités de mise en valeur du territoire et de ses ressources sont étroitement liées au passé local, à « l’héritage productif et culturel ».

LA PHILOSOPHIE DE L’ITINÉRAIRE

52C’est sur ce terreau intellectuel et dans ce contexte institutionnel qu’émerge et que prend forme le projet d’itinéraire culturel. Son argumentaire s’inscrit dans un schéma d’opposition entre un développement imposé qui est de plus en plus assimilé à la croissance économique telle que l’ont modélisée les pays occidentaux et un auto-développement, ancré dans la volonté des acteurs locaux de mettre en œuvre eux-mêmes l’essor de leur territoire en prenant en compte les attentes, les ressources et les compétences locales. Ainsi le projet d’itinéraire culturel se construit-il à partir de champs sémantiques élaborés selon une logique d’opposition axiomatique : migration socioéconomique/migration touristique, culture « produit »/culture produite, consommation/échange, soumission/résistance, auto-dépréciation identitaire/revendication identitaire, etc.

53Un premier groupe d’opposition met en perspective deux types de mouvement migratoire.

  • 59 Nous avons développé ailleurs les crises successives de la production de la soie, amorcée avec l’é (...)

54L’un correspond à l’exode rural consécutif à la série de crises qu’ont connues les Cévennes à partir de 185059. Face aux difficultés et parfois à l’impossibilité à assurer la reproduction techno-économique de leur système de production fondé sur la pluriactivité agro-industrielle, les Cévenols ont d’abord choisi la migration saisonnière, puis l’émigration définitive qui a permis d’alléger les effectifs humains sur une terre désormais dans l’incapacité de subvenir aux besoins de sa population. Vieillissement des habitants et sous-natalité ont ainsi entraîné une dégradation de la structure socio-démographique qui a progressivement vidé les vallées cévenoles. La « déprise » a atteint son point culminant après la seconde guerre mondiale : dans les années 1960, on ne traversait plus que des villages fantômes aux volets clos tandis que les chemins empierrés qui conduisaient aux mas disparaissaient sous les buissons de genêt, érigés par les Cévenols en symboles – voire en stigmates – de la désertification.

  • 60 On en trouve à Saint-Roman-de-Tousque, Saint-Étienne-Vallée-Française, Saint-André-de-Valborgne, e (...)

55L’autre courant migratoire, lié au développement du tourisme, s’amorce à la fin des années 1970. Des campings sont aménagés en bordure des rivières, des magnaneries modernisées peu de temps avant que leurs propriétaires ne cessent leur activité séricicole sont transformées en logements destinés à la location estivale, des villages de vacances sont construits dans plusieurs communes60 tandis que des maisons familiales longtemps laissées à l’abandon sont réinvesties aux beaux jours. On assiste en Languedoc, à l’instar de ce qui se produit dans de nombreuses autres régions françaises, à la découverte des arrières-pays.

56Sans vouloir comparer ce tourisme rural naissant aux flux touristiques des zones littorales, force est de constater qu’il a nécessairement un effet sur le territoire. L’augmentation considérable de la population des villages et des hameaux durant l’été contraint la population à se plier aux modes de vie et aux exigences des estivants dont les pratiques sont généralement orientées dans l’intérêt des opérateurs touristiques. Ainsi, alors que par le passé – pas si éloigné au demeurant – un grand nombre de Cévenols a subi la contrainte d’une migration définitive, c’est désormais une migration inverse qui s’impose à ceux qui sont restés, selon des modalités que pas plus qu’autrefois ils ne semblent en situation de contrôler. Ce constat dévoile les rapports de force à l’œuvre que, dans un autre registre, la relance et tous ceux qui la soutiennent entendent dénoncer et transformer. Il servira également de toile de fond au projet d’itinéraire culturel qui aura notamment pour objectif de contrarier cette logique de l’imposition.

57Qu’en est-il de l’opposition entre culture « produit » et culture produite ainsi qu’entre consommation et échange ?

  • 61 PIAULT (M.H.), « Des itinéraires culturels : de la dévoration au dialogue », dans DENÈFLE (S.), éd (...)

58Les ethnologues partent de l’idée que le tourisme, dont le développement est lié à la transformation de l’organisation du travail, peut s’avérer dévastateur dès lors qu’il se fonde sur une logique de consommation des espaces physiques et socioculturels au sein desquels il se déploie. Dans ces conditions, il met à disposition des touristes-vacanciers des lieux conditionnés pour satisfaire leurs attentes et sur lesquelles ils projettent des visions stéréotypées. Loin de vouloir les confronter à des modes de vie dont la différence pourrait leur paraître dérangeante et le cas échéant les amener à questionner leurs propres références, l’institution touristique leur propose des « produits » calibrés, mis en forme pour satisfaire leur reconstitution physique et psychique avant qu’ils reprennent le cours uniforme de leur vie quotidienne après la parenthèse estivale61. Ceci revient à demander aux sociétés d’accueil qu’elles se plient aux exigences du tourisme et offrent aux visiteurs ce qu’on suppose qu’ils en attendent, mais qui ne correspond pas nécessairement à ce qu’elles ont à offrir et/ou souhaitent offrir. On connaît le cas exemplaire de ces régions dont les ressources en eau ont été dilapidées pour alimenter les innombrables piscines offertes à la jouissance des estivants, privant du même coup les agriculteurs de ressources hydrologiques indispensables à leur activité, voire condamnant à relativement court terme ces espaces à n’être plus que des lieux de récréation. Dans ces conditions, le tourisme entrerait en contradiction avec les intérêts mêmes d’une grande partie de la population « visitée » qui se trouverait ainsi menacée dans son mode d’être et dans son devenir. Il se placerait, somme toute, dans un système éprouvé de dépendance qui soumet une société au désir d’une autre et lui interdit de s’affirmer comme acteur de sa propre histoire. Les choix la concernant sont alors pris en dehors d’elle, dans les bureaux des services régionaux du tourisme, chez les investisseurs guidés par la seule logique de l’optimisation des retombées économiques en leur faveur exclusive.

59Face au « tourisme-dévoration » transformant l’autre en objet de consommation, l’association s’interroge sur la possibilité de développer un tourisme-échange, capable de restituer à la notion de commerce toute son amplitude sémantique : commerce matériel entre des hommes dont les uns vendent et les autres achètent, commerce entre les êtres qui en se confrontant à d’autres modes de vie apprennent réciproquement à se connaître. Cette perspective qui procède incontestablement d’une vision idéalisée de la relation touristique s’inscrit dans une période de tâtonnement quant au développement du tourisme culturel et de nature, n’offrant pas encore suffisamment de recul pour en apprécier la justesse ou au contraire le caractère illusoire.

60L’utopie est toutefois tempérée par un souci de lucidité face à l’avenir de cette zone rurale dont l’intégration dans la nouvelle géographie économique est desservie par son enclavement. Contre une tendance à diaboliser le tourisme, à ne voir en lui qu’un mode de développement à rejeter absolument, les membres de l’association s’efforcent de le considérer comme une composante envisageable de celui-ci sous certaines conditions et en soulignent en outre le caractère inéluctable. Tel est le constat dont partent Les Chemins de la Soie : si, comme tout semble l’indiquer, le tourisme est amené à se développer en Cévennes en raison de mutations sociales d’ordre général (réduction du temps de travail, mobilité croissante de la population d’Europe de l’Ouest, engouement pour la campagne) et de la forte attractivité de la région, il est préférable pour sa population de s’en saisir sans tarder pour le modeler à son avantage plutôt que de vouloir y résister ou d’en subir passivement l’essor. Ce point de vue est nourri par les témoignages qu’ils ont recueillis auprès de propriétaires de gîtes ruraux : ils sont en effet nombreux à en avoir une représentation positive, leurs locataires de quelques jours étant rapidement devenus des clients fidèles et parfois même des amis. L’itinéraire culturel propose donc de substituer à une « culture-produit », image carte-postale souvent construite par ceux qui de l’extérieur en assurent la commercialisation, une culture correspondant à ce que la société d’accueil entend offrir d’elle-même dans le cadre d’une relation d’échange dont elle fixe au préalable les termes afin que la croissance économique attendue ne s’accompagne pas de formes sournoises de dégradation. Il invite donc l’ensemble des acteurs locaux à s’allier afin de prendre les devants, d’anticiper sur le développement touristique amorcé. Comme l’affirme un document de l’association, « la culture est avant tout la propriété de ses producteurs/détenteurs et il s’agit bien pour eux et puisque la nécessité s’en présente, d’en assurer dans les meilleures conditions, pour le mieux de leurs propres intérêts, la mise en circulation sur un marché d’échange imposé » (1989).

61Concrètement, l’association, en reconnaissant la réalité d’une demande touristique, entend proposer un itinéraire culturel qui prenant le contre-pied du tourisme de masse dont le Languedoc a subi les conséquences en terme de dégradation de son littoral, de pollutions visuelles et sonores et de flambées des prix a pour objectif de générer une fréquentation diffuse innervant l’ensemble du territoire et bénéficiant avant tout à une population résidente qui conserverait ainsi la maîtrise de son développement. L’avenir se chargera de démentir cette hypothèse. En effet, le Train à grande vitesse qui relie Paris à Nîmes en seulement 3 heures et l’intérêt croissant des populations d’Europe du Nord pour la région entraîneront au début des années 2000 une flambée des prix de l’immobilier.

  • 62 CLAVAIROLLE (F.), « Un itinéraire culturel :’Les Chemins de la Soie’ », dans Patrimoine ethnologiq (...)
  • 63 Rappelons que c’est Michel Rocard qui dès 1966 a parlé de « décoloniser la province ».
  • 64 R. Lafont, cité par GIORDAN (H.), « Les espoirs déçus du régionalisme », Panoramiques (« Les année (...)
  • 65 L’auteur mentionne à ce propos le président des Chemins de la soie, « appliquant alors le concept (...)
  • 66 BROMBERGER (C.), « Ethnologie, patrimoine, identités. Y a-t-il une spécificité de la situation fra (...)

62Les thèmes de la soumission et de la résistance prolongent les motifs argumentaires contenus dans les deux couples d’opposition précédemment évoqués. Ils mettent en face à face, dans une perspective quelque peu manichéenne, deux modes d’identification culturelle. L’un serait lié à l’acceptation et à l’intériorisation de la domination subie par ces régions qui après avoir été maintenues à l’écart de la modernisation se voient soudainement imposer un mode de développement auxquels les acteurs du territoire sont rarement associées ; l’autre, en réaction au précédent, incarnerait une ligne de résistance62 face à la menace d’une exploitation touristique qui se ferait au seul avantage de ses promoteurs et au détriment de la population locale, dépossédée de tout pouvoir de décision avant de l’être de ses ressources propres. Derrière cet argument, on retrouve la métaphore de la « colonisation intérieure »63 qui a connu au cours de cette période un certain succès ; succès qu’il faut relier à tout un courant de pensée dénonçant l’idéologie nationale française, accusée de fabriquer « en Bretagne, en Occitanie, en Corse, des citoyens privés d’histoire propre »64. Comme le souligne J.-P. Rioux, l’ethnologie colle alors parfaitement « aux pensées structurales du soupçon, de la mort de l’homme et des ‘archéologies du savoir’ qui avaient fondé dans les années 1960 la vie intellectuelle » ; elle s’oppose ainsi « à une pensée jacobine accusée d’être réductrice des différences [....] ». Cette philosophie, précise-t-il avec humour, rencontra des ethnologues « refluant de leurs savanes pour causes de décolonisation »65. C. Bromberger propose pour sa part une lecture moins polémique et qui tient davantage compte des facteurs sociaux et historiques comme la désacralisation des grandes institutions, la décentralisation et enfin le phénomène de « rurbanisation » qui a suivi la phase d’urbanisation massive. Selon lui, ces revirements seraient à l’origine de discours remettant en cause « l’exception française » qui s’était précédemment construite « contre les droits et les références communautaires »66.

  • 67 R. Hubscher, cité par KAYSER, La renaissance rurale, p. 41.

63C’est pourquoi le couplage des notions antithétiques d’auto-dépréciation (identitaire) et de revendication (identitaire) revient de manière récurrente dans les écrits et les discours servant de toile de fond à la mise en œuvre de l’itinéraire. En documentant l’histoire de la production de la soie en Cévennes, le projet vise explicitement à amener la population à une meilleure connaissance d’un passé dont la réalité aurait été largement déformée et à se libérer par contre-coup d’une mémoire honteuse qui la paralyse au présent. En effet, au cours de cette période, on pouvait dire de la population cévenole ce que R. Hubscher relève plus généralement à propos du paysan : « discrédité par l’image de la société lui renvoie de lui-même, [il] éprouve un sentiment d’infériorité. Il n’ignore pas que son activité est tenue en mésestime par la société globale »67.

64À cet égard, Les Chemins de la Soie apparaissent donc comme un projet utopique, volontariste et incontestablement naïf de réconciliation d’une population avec une partie de son histoire, interprétée par tous les spécialistes en termes extrêmement négatifs : l’obsolescence des savoirs et savoir-faire, l’inadaptation des moyens de production, la routine des sériciculteurs et même les exigences salariales du personnel des filatures auraient été, selon la plupart d’entre eux, les causes majeures du déclin de cette activité. La part de responsabilité qui incombe aux pouvoirs publics et aux industriels n’est quant à elle jamais interrogée. C’est contre ces jugements stigmatisants qui font peser l’entière responsabilité de sa disparition sur les seuls producteurs que s’élèvent aussi bien les initiateurs de la relance séricicole que ceux de l’itinéraire culturel, les uns et les autres s’employant à solliciter la mémoire collective à des fins convergentes.

  • 68 GRIGNON (C.) et PASSERON (J.-C.), « À propos des cultures populaires », Cahiers du CERCOM, 1 (1985 (...)

65Relevant d’une démarche d’ethnologie tout à la fois impliquée et appliquée – « partagée » est le terme employé –, Les Chemins de la Soie prétendent mener une opération de réinterprétation symbolique qui vise à substituer à l’image défaillante qui fut forgée de cette production dans le courant du XXe siècle une autre plus conforme à ce qu’historiens et ethnologues pensent pouvoir considérer comme sa « vérité approchée », historique et socioéconomique. Le projet ne consiste donc pas à proposer une « contre-image », interprétation flatteuse qui viendrait comme par enchantement se substituer à la précédente pour la satisfaction morale de la population en opérant une distorsion inverse à celle qui est soulignée. Il ne prétend pas davantage abolir par la magie du verbe la relation de domination observée, mais plutôt aider à une prise de conscience par l’ensemble des acteurs sociaux de la complexité des facteurs qui ont contribué à l’effondrement de cette production, de la place réelle qu’elle a tenue dans l’économie des Cévennes ainsi que du caractère arbitraire du déni de valeur fait aux savoirs et savoir-faire qui lui sont liés. Au contraire d’une forme d’imposition symbolique, Les Chemins de la Soie ont l’ambition de mener un travail de descillement, fondé sur la confiance en une pédagogie de la connaissance comme instrument de reconnaissance de soi. C’est ainsi que les difficultés actuelles auxquelles sont confrontés le territoire et sa population résulteraient des relations de cette formation sociale avec le monde extérieur et ne seraient pas les effets d’une inadaptation ou d’une insuffisance intrinsèques. Les recherches anthropologiques et ethno-historiques qui sont menées, loin de chercher à en souligner une éventuelle autonomie symbolique, s’emploient au contraire à inscrire les faits analysés dans le jeu à la fois interne et externe des rapports sociaux de pouvoir et de production ainsi que dans la dynamique globale des échanges économiques, refusant ainsi de ne faire « rendre » que son sens culturel68 à l’activité séricicole. Le savoir ethnographique et historique produit par l’association a avant tout pour objectif de fournir des clés à la compréhension du processus de transformation que connaît ce territoire rural depuis environ deux siècles.

  • 69 MAIROT, « L’objet de l’écomusée », p. 31.

66À l’instar de ce qui s’est produit pour l’ADSC, elle émet l’hypothèse qu’aucune spéculation sur l’avenir ne peut faire l’économie d’un regard compréhensif – et non un retour-sur le passé, non pour s’adonner à sa commémoration mais pour y puiser des leçons susceptibles d’éclairer le présent et servir les stratégies contemporaines. Pour Pierre M., « la mise en évidence de vécus différents et parfois antagonistes, sinon contradictoires, n’ouvre pas sur la considération nostalgique d’un passé révolu : elle vise au contraire à la compréhension de la situation contemporaine... ». Il ne s’agit pas d’ériger ces traces retrouvées en « dépôt culturel » quelque peu figé mais de les interroger pour en tirer des leçons qui pourraient s’avérer utiles au présent, éventuellement afin de ne pas répéter les erreurs commises antérieurement. La démarche est donc proche de celle de l’écomusée dont P. Mairot a montré qu’il veut, « d’une certaine manière, transformer sa fatalité propre (produire des représentations) en destin assumé : contribuer à changer le monde »69. De ce point de vue, l’itinéraire constitue une entreprise de révélation et d’interprétation.

  • 70 ALTHABE (G.), « Production des patrimoines urbains », dans JEUDY (P.H.), éd., Patrimoines en folie (...)
  • 71 CANDAU (J.), Mémoire et identité, Paris, Presses universitaires de France, 1998, p. 160.
  • 72 Le projet d’itinéraire a ainsi bénéficié des fonds structurels européens visant à corriger les dés (...)
  • 73 RAUTENBERG (M.), « L’émergence patrimoniale de l’ethnologie : entre mémoire et politiques publique (...)

67Ce faisant, une telle ethnologie recèle une ambiguïté soulignée par G. Althabe : l’ethnologie patrimoniale participerait selon lui à la production du « territoire symbolique » des nouveaux pouvoirs locaux issus de la décentralisation70. Il n’est donc pas sans danger de « travailler » le sentiment identitaire dans le cadre d’un projet patrimonial : le risque est toujours latent de « dire et faire le groupe »71 et par là même de réifier les différences. Cette observation, souvent vérifiée, mérite d’être interrogée en ce qui concerne Les Chemins de la Soie. Tout en convenant que le travail de connaissance et surtout de mise en valeur patrimoniale auquel se sont attelés les membres de l’association et au premier rang d’entre eux les ethnologues n’a pu que contribuer activement à la production d’une ressource symbolique susceptible d’être manipulée à diverses fins, il semble toutefois que l’opération ait d’abord fait sens pour et avec les acteurs locaux, contre les pouvoirs politiques qui, jugeant ce patrimoine trop ordinaire, populaire au sens péjoratif du terme, insuffisamment prestigieux, lui préféraient la monumentalité et la munificence de sites comme le Pont du Gard. Le président des Chemins de la Soie l’analyse rétrospectivement dans ce sens et y voit pour preuve le soutien hésitant et intermittent que les élus des départements concernés et de la Région ont apporté à l’association. L’analyse montre en effet que ce sont principalement les services départementaux et régional de l’agriculture qui ont accompagné l’action patrimoniale en instruisant les dossiers de demande de financements auprès des institutions européennes qui soutenaient le développement des zones défavorisées72, tandis que la recherche ethnologique était financée sur des crédits de la Culture. Les collectivités territoriales, en revanche, n’ont financé l’association qu’au coup par coup, principalement lorsqu’elle organisait des « évènements » susceptibles d’être couverts par la presse régionale, comme ce fut le cas avec le colloque sur les itinéraires européens de la soie en 1989. Il y aurait donc lieu de distinguer, comme le propose M. Rautenberg, ce qu’il appelle un patrimoine « par désignation », institutionnalisé et soutenu par la puissance publique, et un patrimoine « par appropriation », acquérant sa qualité patrimoniale par « la démarche de ceux qui le transmettent et le reconnaissent »73.

68Ainsi conçu, l’itinéraire, à l’instar de la relance, vise à favoriser l’appropriation par les acteurs du territoire de leur histoire et à instrumentaliser le patrimoine en l’érigeant en ressource pour un développement maîtrisé.

LA BEAUTÉ DU VIF

  • 74 BOURDIEU (P.), Méditations pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil, 1997, p. 282.

69La valorisation patrimoniale envisagée est donc entièrement légitimée par le présent et doit servir non pas à figer le passé mais à témoigner de cette continuité vitale que l’abandon de l’activité avait pour un temps suspendue et que la relance a rétablie. Elle combat l’absence de « raison d’être » que relève P. Bourdieu74, ce désarroi qui découle de la crise des identifications consécutive à la modernité.

  • 75 CERTEAU (M. de), La culture au pluriel, Paris, Christian Bourgois, 1993, p. 46.

70À sa façon elle affirme la « beauté du vif », pour reprendre en la détournant la belle expression de M. de Certeau, « la beauté du mort »75. C’est ainsi que le projet d’itinéraire va faire du renouveau séricicole la pierre angulaire de son dispositif de découverte ; elle est véritablement le point nodal des parcours proposés aux visiteurs. En lui donnant une place centrale, Les Chemins de la Soie visent à se démarquer des autres opérations de mise en valeur patrimoniale : ils renversent la perspective en affirmant non pas que le passé est encore vivant, mais qu’il ne peut y avoir de présent sans passé.

  • 76 Le groupement n’ayant pas d’existence légale, il a dû être transformé en association culturelle lo (...)

71D’autres organisations également liées à l’histoire ancienne et contemporaine de la production de la soie sont invitées à participer au projet. La plupart l’accueille favorablement. Tous ces partenaires se regroupent à partir de 1989 dans une association éponyme, Les Chemins de la Soie, qui prend le relais du Groupement pour la connaissance et la mise en valeur du patrimoine ethnologique créé en 198776.

72L’association est formée de deux collèges. Le premier, opérationnel, regroupe les partenaires qui jouent un rôle actif dans la constitution de l’itinéraire tandis que le second rassemble les diverses institutions qui apportent un soutien intellectuel et/ou une aide financière à l’opération.

  • 77 L’ALFISED a notamment produit des films documentaires sur la production de la soie et la relance s (...)
  • 78 L’ER 225 (Sociétés rurales et politiques de développement) du CNRS sera par la suite remplacée par (...)
  • 79 Le Musée des vallées cévenoles, situé à Saint-Jean-du-Gard, est alors un musée municipal non contr (...)
  • 80 Il s’agit du Service régional de l’Inventaire, de la Cellule du patrimoine industriel de l’Inventa (...)
  • 81 L’Office départemental d’action culturelle de l’Hérault (ODAC) a notamment soutenu une recherche e (...)

73Outre le centre d’aide par le travail des Magnans et les unités partenaires de la relance monoblétoise, le premier collège comprend un grand nombre de structures de statut public et associatif : l’Association languedocienne du film sociologique, ethnologique et documentaire77 ; une équipe du CNRS78 dont le président des Chemins de la Soie est le co-directeur ; le Centre de culture scientifique, technique et industrielle d’Alès (CCCTI) qui a collaboré à l’inventaire normalisé des filatures de soie ; plusieurs musées79 ; des sites aménagés par le Parc national des Cévennes comme le sentier d’interprétation du hameau de la Roquette et la magnanerie de La Roque ; des services culturels de l’État regroupés au sein de la direction régionale des affaires culturelles80 ; et enfin deux assemblées départementales, celles du Gard et de l’Hérault81.

74Le second collège qui n’a qu’un rôle de conseil est composé de services de l’État dont les directions régionales de la Culture (DRAC), de l’Agriculture et des Forêts (DRAF), de l’Architecture et de l’Environnement (DRAE) et du Tourisme (DRT) ; la direction départementale de l’Agriculture du Gard (DDA) ainsi que les Conseils généraux du Gard et de l’Hérault auxquels s’ajoutent quelques municipalités situées sur le territoire de l’itinéraire viennent le compléter.

75Au total, l’association forme une entité composite, au sein de laquelle se côtoient des Cévenols d’origine et des personnes récemment installées dans le secteur, des notables et des anonymes, des érudits et des profanes, des intellectuels et des producteurs, des acteurs privés de la vie locale et des agents de l’État.

  • 82 A. Micoud qualifie de « resymbolisation » le travail social d’interprétation du monde à l’œuvre da (...)

76Les objectifs des partenaires du collège A reflètent son hétérogénéité. Pour les musées détenteurs d’objets liés à l’histoire de la production de la soie, il s’agit d’établir entre les différents sites une synergie susceptible d’accroître leur taux de fréquentation et de leur amener des moyens financiers supplémentaires afin de mieux valoriser leurs collections. Les ethnologues qui sont à l’origine du projet d’itinéraire voient en lui un lieu d’expérimentation qui leur offre la possibilité de vérifier l’hypothèse selon laquelle le travail de « resymbolisation »82 accompli par la valorisation patrimoniale, en permettant à une population de se réapproprier son passé, est susceptible de contribuer au redéploiement social et économique du territoire. Quant aux promoteurs de la relance séricicole, ils attendent de l’itinéraire qu’il soit à la fois un outil de légitimation de leur démarche, un appui à la commercialisation de leur production et un instrument de promotion.

  • 83 Voir : CLAVAIROLLE et PIAULT, Les itinéraires européens.
  • 84 Grâce à des financements européens, elle met en place un programme d’investissements destiné à ren (...)

77Concernant le collège B, ses membres ne suivent pas avec un égal intérêt le projet. Certains lui accordent un appui logistique et financier, comme la DDA qui est présente au côté de l’ADSC depuis longtemps déjà et mise sur le tourisme rural pour le redéploiement économique de l’arrière-pays cévenol ; d’autres, à l’instar de la direction régionale du tourisme ne croient guère dans les perspectives de développement de l’itinéraire dont ils mesurent mal le potentiel d’attraction touristique et dont le « patrimoine » ne correspond pas à l’idée qu’ils s’en font. Toutefois la rencontre des Chemins de la Soie avec le projet d’itinéraire européen de la soie initié par le Conseil de l’Europe à partir de 1988 amène de nombreux élus et agents de l’administration générale à reconsidérer leur position et à lui prêter attention. En 1989, l’association organise un colloque européen83 placé sous l’égide du Conseil de l’Europe et de l’UNESCO et auquel assistent des représentants de plusieurs institutions nationales et régionales ainsi que des élus. Inauguré conjointement par le Vice-Président du Conseil régional du Languedoc-Roussillon et le Président du Conseil économique et social de la région, il confère à l’association la reconnaissance qui lui faisait encore défaut sur le plan local, sans que pour autant cela donne lieu par la suite à un soutien des collectivités actif et surtout suivi. En réalité, les subventions que percevra l’association pour engager des études visant à conférer à l’itinéraire une dimension opérationnelle et une viabilité économique84 seront principalement obtenues grâce à l’intervention des services du Ministère de l’agriculture.

  • 85 La visite, sous certaines conditions, d’une magnanerie en activité ainsi que de la filature de Gré (...)
  • 86 Les premiers bambous, à l’origine du parc aujourd’hui ouvert au public, furent plantés dans un jar (...)

78C’est dans ce cadre que l’association conçoit une série de parcours modulables à partir d’une matrice commune. Chacun, qu’il soit d’une journée ou d’une semaine, inclut la visite d’un musée évoquant l’histoire passée du travail de la soie, une ou plusieurs étapes liées à la relance85 et une lecture de paysage visant à faire comprendre le rôle pris par cette activité dans son aménagement. Selon la durée du séjour, s’y ajoute la découverte d’un ou plusieurs lieux de tourisme culturel, comme la Bambouseraie de Prafrance ou encore le Musée du Désert dont les histoires respectives sont liées à celle de la soie86. Les itinéraires élaborés déclinent ainsi une trame rigoureuse, à la fois historique, ethnologique et technique, permettant au visiteur d’appréhender, en prenant les multiples facettes du travail de la soie comme fil conducteur, la culture et le territoire cévenols.

79Ce faisant, les ethnologues qui se sont engagés dans cette démarche se trouvent entraînés bien au-delà de ce à quoi ils étaient préparés : la mise en œuvre de l’itinéraire s’avère être un véritable laboratoire, espace d’observation mais aussi d’expérimentation, sur le vif, de leurs hypothèses concernant les relations qui associent les expressions d’un sentiment d’identité culturelle avec les formes actuelles du développement local. La démarche, en ce sens, se rapproche davantage de celle des sciences de la nature ou biologiques qui agissent directement et consciemment sur leur objet, le soumettent à des expériences afin de vérifier la pertinence de leurs hypothèses de départ.

LA RELANCE À LA CROISÉE DES CHEMINS

80Après avoir interrogé les circonstances de la mise en œuvre des Chemins de la Soie et présenté les conditions tant intellectuelles que pratiques de son élaboration, revenons maintenant à ce qui fait l’objet central de ce travail : la relance séricicole. Qu’attendent ses responsables de l’itinéraire ? Quelle place entendent-ils prendre dans ce dispositif ? Quelles alliances vont-ils être amenés à nouer à travers celui-ci ?

  • 87 À ce titre, elle a reçu plusieurs labels dont celui des « Routes de l’histoire » attribué par la C (...)
  • 88 L’itinéraire est partenaire de plusieurs réseaux reconnus, comme le CISTE qui regroupe dix centres (...)
  • 89 CLAVAIROLLE et PIAULT, Les itinéraires européens.

81Pour eux, l’implication de chercheurs et la mise en œuvre de l’itinéraire culturel sont une aubaine car leur démarche se trouve ainsi légitimée. Le lien avec une institution scientifique aussi éminente que le CNRS ainsi qu’avec les services culturels de l’État apporte une caution intellectuelle qui ne peut que renforcer l’image de la relance, lui conférer une notoriété auxquels ils se montrent extrêmement sensibles. Plus largement, Les Chemins de la Soie apparaissent comme une arène au sein de laquelle se noue un dialogue entre des acteurs du territoire qui jusque-là étaient davantage en situation de concurrence que de coopération : c’est ainsi qu’elle contribue à l’insertion du Musée de la Soie dans le dispositif muséographique régional aux côtés de musées reconnus comme le Musée des vallées cévenoles ou le Musée cévenol. Son renom87 confère à la filière un surcroît de prestige, grâce notamment au rôle joué par la presse régionale et nationale et par l’obtention de labels88, qui amène de nouveaux visiteurs au musée et contribue à l’augmentation du chiffre d’affaires de Sérica. L’association favorise également le rapprochement de la filière avec d’éventuels partenaires économiques : c’est à l’occasion du colloque international organisé par Les Chemins de la Soie en 198989 que les responsables de la relance font la connaissance du patron d’une société leader dans la bonneterie, d’une représentante du groupe Hermès avec lequel Sérica développera ultérieurement une collaboration ainsi que de représentants du gouvernement grec qui recherchent un partenariat pour leur industrie nationale de la soie. Enfin, dernier point qu’il importe de souligner, le fonctionnement collégial de l’association et la diversité de son partenariat confèrent à la relance cévenole une crédibilité auprès des pouvoirs publics qui n’hésitent pas à financer des actions dont elle bénéficie directement, comme ce fut le cas pour l’intervention d’un créateur de mode sur des crédits de la Direction régionale des affaires culturelles.

82Mais bientôt des désaccords apparaissent et, une fois encore, l’entente cordiale se fissure.

  • 90 Après une phase de conception des itinéraires et de test auprès de publics divers, l’association s (...)

83En effet, des membres et partenaires actifs des Chemins de la Soie, notamment ceux qui ont soutenu avec le plus de conviction la relance séricicole, ont tissé des liens avec les éducateurs de vers à soie ; certains d’entre eux leur font part depuis quelques temps déjà de leurs préoccupations croissantes quant à l’avenir de la sériciculture cévenole, du fait des axes de développement fixés par les responsables de Sérica et de la séparation orchestrée entre l’amont et l’aval de la filière. Constatant que le nombre des sériciculteurs ne cesse de décroître tandis qu’elle envoie des visiteurs parcourir les itinéraires90 en mettant en avant l’exemplarité de la relance dont elle souligne l’ancrage local, l’association culturelle se sent de plus en plus en porte à faux.

  • 91 L’association organise des journées de formation et d’information qui s’adressent aux propriétaire (...)

84Alors que l’itinéraire, en tant qu’opération touristique, entre dans une phase opérationnelle dans laquelle les acteurs économiques sont de plus en plus partie prenante91, des responsables de musées, des chercheurs et des agents des services de l’État s’inquiètent d’une possible fuite en avant de la filière soie qui pourrait conduire à une scission avec sa « base ». Ils redoutent que dans ces circonstances l’activité séricicole en vienne à disparaître une nouvelle fois alors que la rhétorique patrimoniale met en exergue le fait qu’il s’agit d’une production « vivante ». Quelques-uns persistent à admirer l’acharnement du leader de la relance à faire triompher son projet, sa capacité à toujours se redresser face aux vents contraires, son imagination débordante qui le conduit à concevoir sans répit de nouvelles possibilités d’innovation ; d’autres au contraire s’interrogent sur ce qui leur apparaît de plus en plus comme une mystification. En effet, l’aventure exemplaire qui est rapportée aux visiteurs ne correspond plus vraiment à la réalité. L’ADSC qui gère le Musée réalise et diffuse une plaquette de promotion qui retrace en quatre grandes étapes la saga de la production de la soie : 1296, date du premier document attestant d’une activité de tirage de la soie en Cévennes ; 1965, année de la fermeture de Maison Rouge, la dernière filature française ; 1974, moment de la renaissance de l’éducation des vers à soie ; « aujourd’hui », époque de la relance grâce à laquelle « les soieries cévenoles sont vendues à Paris, en Allemagne, en Grande Bretagne et même... au Japon ! La technologie retrouvée s’exportant, elle aussi, comme autrefois, vers l’Orient ou l’Amérique, créant à nouveaux des liens internationaux ». Or les soieries que les visiteurs achètent à la boutique jouxtant le musée ne sont en réalité plus tissées avec des cocons cévenols mais avec des cocons d’importation. Dans l’hypothèse où les projets d’appui technologique à des pays producteurs comme le Vietnam ou le Laos aboutiraient, certains se demandent s’il n’y a pas lieu de craindre, comme le font depuis quelques temps déjà les membres du syndicat séricicole, une délocalisation de l’ensemble de la filière à l’instar de ce qui se produit pour d’autres secteurs industriels. Monoblet et Saint-Hippolyte-du-Fort ne conserveraient alors plus que l’équipe de direction de la société, l’essentiel de la production étant effectué dans des pays offrant l’avantage de coûts de production réduits. Dans ces conditions, l’itinéraire, fondé sur le renouveau de cette activité en Cévennes, perdrait sa raison d’être.

85De son côté, Sérica souffle alternativement le chaud et le froid. Oui, les principes de départ ne seront pas bafoués : les Cévennes continueront à tisser à partir de cocons produits localement. Non, il n’est plus envisageable de développer une filière industrielle locale car en dépit de toutes les innovations réalisées elle ne saurait faire face à la concurrence des principaux pays producteurs dont la main d’œuvre est extrêmement peu onéreuse. Dans ces conditions, le développement de la filière cévenole semble de plus en plus compromis, le maintien sur place d’un atelier de transformation de petite capacité et destiné à fournir partiellement le marché touristique ne servant qu’à entretenir la quasi-fiction d’une production locale. Conscient de ce que la valorisation patrimoniale apporte à la filière soie, tant en terme de marché que d’aides publiques, son directeur tient toutefois à tirer parti de ce créneau, potentiellement limité mais beaucoup plus fiable, en l’état actuel des choses, que d’éventuelles interventions internationales pour lesquelles les financements demeurent difficiles à mobiliser.

86Néanmoins, l’étroite collaboration entre la filière soie et l’association Les Chemins de la Soie donne lieu à une série d’actions communes.

  • 92 Hôtels, restaurants, musées, etc. contribuent financièrement à l’édition de l’ouvrage qui en retou (...)
  • 93 L’ESTOILE (B. de), « Le goût du passé. Érudition locale et appropriation du territoire », Terrain,(...)

87En 1992, l’association décide de publier un guide de l’itinéraire culturel, ouvrage hybride réunissant des écrits ethno-historiques sur l’histoire de cette production et des suggestions de parcours invitant à une découverte des Cévennes par le prisme de cette activité. L’ouvrage est édité par Espace-Écrits, une maison d’édition fondée par le leader de la relance séricicole, et financé par des aides publiques émanant du Ministère de la culture, du Parc national des Cévennes et du Conseil de l’Europe ainsi que par les contributions des acteurs économiques du territoire92, preuve de la forte implication des populations. La création de cette maison d’édition qui a repris la publication du Temps cévenol, la conscience d’une terre, remarquable et volumineuse encyclopédie ethnographique de la vie cévenole rédigée par un collectif d’ethnologues et historiens sous la direction du directeur du Musée des vallées cévenoles, s’inscrit dans la stratégie de légitimation que Christian M. a engagée en direction du milieu fermé de l’érudition cévenole. Par là, il revendique son lien au territoire, affirme son identité et s’auto-désigne comme le trait d’union entre une certaine idée des Cévennes, portée par Daniel T. et la notabilité érudite, et celle qu’il défend, fondée selon lui davantage sur la naissance et le mérite que sur l’ascendance et l’héritage. Ce faisant, il s’arroge un droit à la parole dont il n’est pas certain qu’il lui soit entièrement reconnu. Il appartient à la catégorie de ceux qui, selon B. de l’Estoile93, obtiennent le « droit de jouer au jeu de l’histoire locale » par un investissement personnel. Dans son cas, cet investissement se manifeste par la constitution d’une collection d’objets relatifs à l’histoire de la soie, mais aussi par le « sauvetage » du Temps cévenol, ce monument de la mémoire érudite dont l’avenir a été compromis par des difficultés éditoriales. C’est pour les mêmes raisons qu’il revendique la publication de l’ouvrage projeté par l’Association Les Chemins de la Soie, contre certains de ses membres qui préfèreraient faire appel à une maison indépendante et reconnue.

  • 94 Max Rouquette, fondateur de l’Institut d’études occitanes, est un poète, dramaturge et prosateur c (...)

88Deux ans plus tard, en 1994, l’ADSC organise le Festival de la soie en Cévennes, une manifestation culturelle étalée sur une semaine. Elle prévoit des expositions textiles (costumes en soie de l’ethnie Miao, panneaux de soie malgaches, collection de carrés de soie dessinés par des peintres célèbres qui appartient à la fondation Maeght, étoffes tissées par T. pour les établissements Quenin, etc.), des défilés de mode (notamment avec la société Cacharel), des conférences faisant intervenir des écrivains connus comme Max Rouquette et Marie Rouanet ainsi que des ethnologues comme Jean-Noël Pelen et Daniel Travier, des spectacles de théâtre et des concerts, dont celui d’un groupe toulousain, les Fabulous Trobadors. Ce qui frappe, dans ce programme éclectique, c’est qu’il fait la part belle à de grandes figures du mouvement occitan94 tout en affichant les diverses connexions qu’a su établir la relance avec des partenaires prestigieux – la société Cacharel, la fondation Maeght – comme avec des pays éloignés – La Chine, Madagascar. Ce choix programmatique vise donc à témoigner à la fois de la fidélité de Christian M. à l’Occitanie, dans une dimension plus littéraire et artistique que politique, et de sa capacité à mobiliser – intéresser – un partenariat toujours plus large. La plaquette de présentation du Festival mérite une lecture attentive : elle exprime avec une grande clarté le message que Christian M. entend faire passer. L’histoire de la soie en Cévennes y est résumée en une page dont le titre est emprunté aux fables sentimentales : « Soie et Cévennes : drame et passion ». Un premier paragraphe retrace « la plus belle histoire d’amour qu’un pays ait connue » et s’achève en ces termes « longue a été l’agonie... » ; le suivant s’ouvre par la consécration de Simon Α., l’ancien directeur de la station séricicole d’Alès, désigné comme « Le gardien de la flamme » ; Monoblet est ensuite présenté comme l’épicentre de l’aventure de la relance dont les débuts difficiles sont sommairement brossés ; enfin le dernier paragraphe rend compte de la mise en place de la filière intégrée et rappelle que la multiplication in vitro du mûrier constitue une « première mondiale réalisée avec l’aide des services de l’Institut national de la recherche agronomique d’Antibes ».

  • 95 DELBOS (P.), « Dans les coulisses du patrimoine », dans CHEVALLIER (D.), éd., Vives campagnes. Le (...)
  • 96 Voir l’historien P. Joutard qui a montré que la mémoire des évènements liés à la guerre des Camisa (...)

89Alors que Christian M. avait signé d’autres textes du document en tant que fondateur d’ADSC, il se réclame ici des Chemins de la Soie, la référence à l’association conférant une validité scientifique à ce que G. Delbos qualifie de « transfiguration mythologique »95. Mais contrairement au sel de Guérande dont la mise en mythe repose sur l’exaltation de la tradition ancestrale, celle de la soie cévenole préfère mettre l’accent sur des valeurs de modernité et d’innovation, ne convoquant le passé que pour mieux souligner la continuité de la relance, sur des bases radicalement nouvelles. Le mythe est ainsi moins celui des origines, de la tradition, du retour des choses, que celui du courage, de la constance et de la résistance. Constance, résistance... des mots qui font incontestablement sens en Cévennes, en écho à ces évènements qui ont marqué indélébilement la mémoire des habitants. C’est ainsi qu’il ose un rapprochement entre les gestes huguenote et maquisarde et la saga de la relance. Ailleurs, évoquant les longues années pendant lesquelles l’ancien directeur de la station séricicole d’Alès a tenté de convaincre les pouvoirs publics de soutenir la mise en place d’une filière intégrée, il ajoute : « il prêchera longtemps dans le Désert, après tout, en Cévennes, on y est habitué ». Cette référence à mots à peine voilés au protestantisme, avec tout le cortège de significations qui s’y rattachent pour une population encore profondément marquée par l’épisode de la guerre des Camisards96, n’est nullement innocente : suggérant une homologie entre le destin du protestantisme cévenol et les conditions de mise en œuvre de la relance, elle inscrit cette dernière dans une communauté de destin et une continuité de résistance face aux forces hostiles de manière à susciter un réflexe d’identification de la population à sa propre cause.

  • 97 L’utopie revêt ici une connotation négative, conforme à une interprétation courante à laquelle est (...)

90Les relations qui unissent l’activité productive et l’activité patrimoniale sont comme on vient de le voir étroites mais problématiques. Au fil du temps s’est instaurée une dépendance réciproque : l’association culturelle considère que la relance constitue sa raison d’être et donne tout son sens à l’itinéraire tandis que la filière a de plus en plus la conviction qu’elle peut perdre des appuis indispensables si elle se coupe du local. Cependant, ses engagements lointains qui monopolisent son directeur et le technicien récemment recruté lui interdisent de se consacrer comme elle le devrait à ses partenaires régionaux. Les membres des « Chemins de la Soie » qui sont extérieurs à la filière soie s’interrogent et prennent conscience du caractère fondamentalement utopique97 de la démarche à laquelle ils ont adhéré ainsi que de leur cécité face aux conséquences des choix effectués par Sérica. Il serait certainement possible techniquement et économiquement de maintenir, comme cela avait été initialement l’intention, une filière entièrement intégrée, exclusivement alimentée par une production de matière première locale et destinée à un marché régional. Si une telle option était prise, elle aurait toutes les chances d’être viable ; elle relèverait d’une forme d’économie patrimoniale et « civique », compromis boiteux entre l’atelier-musée et le système localisé de production – tous deux mettent l’accent sur le rôle du territoire et du milieu constitués en ressources matérielles et immatérielles–qui pourrait certes permettre un micro-développement local, mais en aucun cas répondre aux ambitions de la relance telle que la conçoit Christian M.

  • 98 CLAVAIROLLE (F.), « Transferts de population et développement séricicole au Vietnam », dans LASSAI (...)
  • 99 Depuis l’effondrement du bloc soviétique, le Viêt Nam est à la recherche d’un partenariat suscepti (...)

91Lors de ses missions au Viêt Nam, il est reçu par des décideurs économiques et politiques qui ont pour objectif de développer la production de la soie aussi bien dans les terres alluviales du Fleuve rouge, en amont et en aval de la capitale Hanoï, que dans la région des hauts-plateaux du Sud en faveur desquels l’État centralisé mène depuis plusieurs décennies une politique de transfert de population98. Reçu avec les honneurs par des émissaires du gouvernement, par des « capitalistes rouges » qui ont pris le contrôle d’entreprises d’État ainsi que par les responsables d’organisations non gouvernementales plus modestes, il se laisse griser par l’intérêt que suscite Sérica99, rêvant de conquérir une place reconnue sur l’échiquier international et, pourquoi pas, de faire vaciller le monopole chinois. C’est ainsi qu’il élabore des projets de coopération avec l’Union des entreprises séricicoles du Viêt Nam (VISERI), avec le comité populaire de la ville de Nam Dinh qui dirige une usine de tissage de soie, ainsi qu’avec Doan Ket, une coopérative d’obédience catholique-elle est soutenue par le Comité catholique contre la faim et pour le développement – qui pilote un projet de développement dans la province de Lam Dong. Dans tous les cas, il s’agit de mettre en place une coopération à la fois scientifique, technique, économique et commerciale puisque Sérica se fait fort de trouver dans les pays européens des débouchés pour les produits finis. Il s’agit en d’autres termes de mettre en œuvre au Viêt Nam des filières intégrées tournées vers le marché occidental.

92Or ce n’est qu’en s’affranchissant des contraintes du local qu’il peut espérer y parvenir. Dans ces conditions, on l’a vu, les sériciculteurs constituent une entrave et la filière cévenole, avec ses ateliers de filature et de tissage, son musée et sa boutique, est vouée à devenir une vitrine de l’entreprise dont l’activité de production proprement dite s’effectuerait ailleurs. Dès lors, constatant que « le point qui se liquéfie, et peut-être ce n’est pas plus mal, c’est celui des éleveurs », Christian M. ne peut que s’en féliciter. Leur disparition, en tout état de cause, libèrera Sérica de sa dette morale et lui donnera les coudées franches pour mener à bien des projets autrement plus ambitieux. Une activité minimale serait alors maintenue en Cévennes, l’essentiel des emplois étant lié à des activités de recherche-développement et à la gestion de la filière. Un petit nombre de sériciculteurs seulement pourraient ainsi voir leur activité encouragée par l’achat de leur récolte, mais ce serait avant tout pour donner une légitimité à la marque « Soie des Cévennes » et accueillir des visites organisées, le tourisme culturel assurant à Sérica une part non négligeable de ses ressources grâce aux ventes réalisées par la boutique.

Notes

1 Une étude, réalisée en 1986, a recensé pas moins de 220 projets dans lesquels le patrimoine est placé au centre d’une opération de développement local. J. Cuisenier et M. Ségalen signalent par ailleurs qu’entre 1970 et 1985 ce sont 800 musées de société qui ont été créés ou réaménagés dans l’Hexagone : CUISENIER (J.) et SEGALEN (M.), Ethnologie de la France, Paris, Presses universitaires de France, 1986.

2 La fabrication de la soie présente des contraintes majeures, parmi lesquelles la dissolution du grès qui entoure la bave dans de l’eau très chaude afin qu’elle se sépare du cocon, le dévidage du cocon contenant une chrysalide préalablement étouffée et donc morte. Villermé évoque « l’odeur repoussante, sui generis qui s’attache » aux vêtements des fileuses, « infecte les ateliers et frappe tous ceux qui les approchent » : VILLERME (Dr. L. R.), Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, Paris, Union générale d’éditions, 1971, p. 160. Bien que les conditions de travail du personnel se soient considérablement améliorées depuis les observations de ce dernier, l’odeur des chrysalides qui se décomposent dans l’eau chaude des bassines constitue toujours l’environnement olfactif de la filature.

3 Dans un article publié dans le monde en 1982 et repris dans le numéro spécial que la revue Causses et Cévennes a consacré en 1982 aux « Musées d’identité » à l’occasion du Musée des Vallées cévenoles, F. Gaussen évoque ces musées populaires « nés de la passion d’un homme ou d’une petite équipe qu’effraie l’écroulement du temps » et qui exposent les « vestiges d’un passé encore visible mais déjà condamné » : GAUSSEN (F.), « Les confidences des objets », Le Monde Dimanche, (1982), 23 mai, extrait reproduit dans « Les musées d’identité », Causses et Cévennes, n° spécial (1982), p. 48.

4 En ce sens, il s’agit d’une démarche innovante. Le fait que le musée ait été nommé un peu abusivement « ÉcoMusée de la Soie » par ses créateurs suggère cependant la filiation dont ils se réclament. P. Mairot écrit que la plus radicale et la plus difficile des innovations apportées par l’écomusée serait la place qu’il s’assigne au sein de la société en revendiquant pour le musée « une autre fonction que la délectation, le divertissement ou même l’enseignement. Il veut être ce lieu central de la vie communautaire, forum et non plus temple, lieu de dialogue avec l’altérité, de confrontation avec son passé où la société peut décider de son développement en toute connaissance de ses déterminations géographiques, historiques, sociales, culturelles et économiques » : MAIROT (P.), « L’objet de l’écomusée » dans Territoires de la mémoire, Thonon-les-Bains, L’Albaron, 1992, p. 31. Voir également l’article qu’il a consacré à la relation entre musée et technique : « Musée et technique », Terrain, 16 (1991), p. 131-138.

5 POUILLON (J.), Fétiches sans fétichisme, Paris, Maspero, 1975, p.155-173.

6 GADAMER (H. P.), Vérité et méthode. Les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, Paris, Éditions du Seuil, 1976, p. 117-118.

7 Suite à la mise au point du grainage industriel, les œufs de vers à soie ont été commercialisés dans des boites rondes portant mention de la maison de grainage.

8 Incubateurs pour les œufs de vers à soie.

9 Ces propos sont extraits d’un entretien rapporté dans L’enjeu cévenol : s’adapter sans perdre son âme..., une plaquette d’information sur quelques expériences innovantes en zone périphérique du PNC, réalisée par les directions départementales de l’agriculture du Gard, de l’Ardèche et de la Lozère.

10 D’après les chiffres avancés dans l’étude réalisée par un consultant en développement culturel et touristique, le montant moyen de la dépense était estimé au début des années 1990 à 50 F par visiteur.

11 La filière soie, quand elle a vu le jour en 1977, n’avait pu prévoir que quelques années plus tard la Chine allait radicalement changer de politique commerciale. C’est en 1989 que ce pays, principal fournisseur mondial, décide de réduire ses exportations de matière première (fil) et d’augmenter celles de produits finis et semi-finis. Le marché occidental a depuis été inondé d’articles de confection chinoise à des prix extrêmement bas.

12 DAVALLON (J.), « À la recherche du produit patrimonial », Les Papiers, 9 (1992), p. 67-84.

13 Une des faiblesses de la relance est d’avoir proposé des modèles inspirés par ceux des grandes marques de lingerie féminine sans avoir la même qualité de fabrication ni la même originalité.

14 Extraits d’une plaquette de promotion conçue et diffusée par le Musée de la Soie.

15 Les drailles sont des voies de transhumance qui suivent les crêtes des chaînes montagneuses. Certaines ont été transformées en chemins de grande randonnée. Elles offrent aux marcheurs de splendides panoramas sur les serres et les valats.

16 Les plus anciennes traces d’un travail de la soie en Cévennes datent en effet de 1296. Il est en effet mentionné dans un acte notarié concernant un trahenderius, autrement dit un tireur de soie.

17 Ce sont les termes employés par les militants de « Cévennes occitanes », groupuscule lié au mouvement occitan auquel a été lié Christian M. au début des années 1970.

18 P. Lenclud en propose une autre lecture. Il montre notamment qu’elle repose sur un travail de sélection et de réorganisation des éléments du passé en fonction du sens que les sociétés veulent lui donner : LENCLUD (P.), « La tradition n’est plus ce qu’elle était... », Terrain, 9 (1987), p. 110-123.

19 Une décennie a suffi, estime L. Assier-Andrieu, « pour convertir le thème rustique et casanier du patrimoine en repère multiforme de l’action administrative, outil et enjeu des politiques publiques délibérément orientées vers l’incorporation de nouveaux objets au marché des biens et des services » : ASSIER-ANDRIEU (L.), « La mémoire et le marché », Les Papiers, 9 (1992), p. 101.

20 TRAVIER (D.), « Allocution de Daniel Travier, responsable du musée », Causses et Cévennes, N° spécial (1982). Les spécialistes auxquels il fait allusion sont évidemment ceux du ministère de la culture.

21 CAILLÉ (Α.), « La sociologie de l’intérêt est-elle intéressante ? », Sociologie du travail, 3 (1981), p. 268.

22 PIAULT (M.H.), Titres et travaux II. Orientations de recherche, 1988, p. 28.

23 PIAULT (M.H.), Titres et travaux II. Orientations de recherche, 1988, p. 30.

24 C. Lévi-Strauss refuse de voir dans le sauvage un être irrationnel. Pour lui au contraire la pensée sauvage, loin d’être la pensée des sauvages ou celle d’une humanité archaïque, est la pensée à l’état sauvage, c’est-à-dire distincte de la pensée « cultivée ».

25 Si les termes employés peuvent sembler excessifs, il faut cependant les replacer dans leur contexte historique et rappeler que la France rurale des années 1970 est soumise à une forte pression destructrice qui, à coup de remembrements et de percées routières, d’expulsions des petits exploitants jugés non rentables, de spéculations foncières, bouleverse en profondeur les espaces et délégitime les usages « traditionnels » de la nature.

26 Il s’agit de l’Association pour les études populaires et initiatives (EPI) qui sous la houlette de l’ethnobotaniste Pierre Lieutaghi milite en faveur d’une reconnaissance de la médecine populaire par les plantes.

27 Dans un article décapant consacré à l’émoi patrimonial, J.-P. Rioux souligne ironiquement le lien entre le goût pour le « social » qui ragaillardit « une société civile en mal de sociabilités associatives et d’aventures collectives, dans un fumet post-soixante-huitard » et un « giscardisme menacé mais pas toujours ‘décrispé’ et fort sensible à la laine vierge des pull-overs » : RIOUX (J.-P.), « L’émoi patrimonial », dans Le temps de la réflexion VI, Paris, Gallimard, 1985, p. 43.

28 Il s’agit d’une démarche voisine de l’ethnologie « impliquée », courant défendant une pratique de l’ethnologie des sociétés dites en voie de développement tournée vers la restitution de la demande réelle des sociétés, hors des cadres imposés.

29 L’Association languedocienne du film sociologique, ethnologique et documentaire (ALFISED).

30 Ce service de la direction du patrimoine au sein du ministère de la culture a été créé en 1981, année où F. Mitterrand est devenu Président de la République. Elle est récemment devenue Mission à l’ethnologie.

31 La plupart des entretiens avaient en effet lieu in situ afin d’identifier dans leur environnement les plantes connues et utilisées à des fins thérapeutiques.

32 Pour L. Assier-Andrieu, l’État se place en position de « demandeur de demandes » : ASSIER-ANDRIEU (L.), « La mémoire et le marché », Les papiers, 9 (1992), p. 104.

33 A. Morel montre que la culture des « espaces réputés sans qualité » et de leur population n’ayant de vertu qualifiante que si elle peut prendre place à côté d’autres valeurs culturelles reconnues, il revient au patrimoine de faire office d’opérateur de cette transformation : MOREL (Α.), « Identité et patrimoine », Civilisations, 42-2 (1993), p. 72-73.

34 BADOUIN (R.), « L’économie cévenole », Économie méridionale, 63 (1968).

35 Voir KAYSER (B.), La renaissance rurale. Sociologie des campagnes du monde occidental, Paris, Armand Colin, 1990.

36 Nous faisons ici un usage souple de la notion de culture, entendue dans un sens qui s’efforce de conjuguer les apports de l’ethnologie classique et de l’approche interactionniste ainsi que d’allier les perspectives synchronique et diachronique. Il s’agit de parvenir à repérer les singularités qui s’inscrivent de façon durable dans l’histoire du groupe tout en soulignant la dimension dynamique des faits de culture, qu’ils soient matériels (comme les activités techniques) ou symboliques (comme les croyances et pratiques religieuses). Refusant aussi bien une compréhension essentialiste de la culture qu’une approche qui la réduit à n’être que le résultat instable des interactions entre individus, nous nous efforçons d’identifier les éléments dans lesquels la population se reconnaît tout en interrogeant les conditions même d’élaboration de cette reconnaissance.

37 Voir en particulier CLAVAIROLLE, Le magnan, chapitre IV, « L’organisation sociale de la sériciculture ».

38 Voir BAZIN (L.), « Femmes cévenoles, filatures et soie », Le monde alpin et rhodanien, 3-4 (1987), p. 163-174 et CLAVAIROLLE, Le magnan.

39 Je reprends ici l’expression employée par H. Ballet et C. Bromberger : BALFET (H.) et BROMBERGER (C.), « Dimensions de l’espace et formes d’entraide : le ‘quartier cévenol’ », dans BALFET (H.) et al., éd., Pratiques et représentations de l’espace dans les communautés méditerranéennes, Paris, Éditions du CNRS, 1976, p. 121.

40 BROMBERGER (C.), « L’ethnologie de la France et le problème de l’identité », Civilisations, n° 42-2 (1993), p. 45-63.

41 BROMBERGER, « L’ethnologie de la France », p. 55. Sur cette distinction, voir également BROMBERGER (C.), « Du grand au petit. Variations des échelles et des objets d’analyse dans L’histoire récente de l’ethnologie de la France », dans CHIVA (I.) et JEGGLE (U.), éd., Ethnologies en miroir, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 84. L’auteur distingue par ailleurs les « minimalistes » qui s’intéressent aux expressions de l’appartenance identitaire telles les fêtes, les pratiques ludiques et les manifestations de la mémoire locale, tandis que les « maximalistes » prennent exclusivement en considération la parole, au détriment de l’observation.

42 À la suite des enquêtes qu’il a effectuées dans la vallée Longue au début des années 1970, J.-N. Pelen considérait que « la sériciculture n’est pas représentée comme une activité aussi spécifique de la vallée et des Cévennes que ne le sont le châtaignier et la châtaigne » : PELEN (J.-N.), L’autrefois des Cévenols, Aix en Provence, EDISUD, 1987, p. 50.

43 JOUTARD, Les Cévennes, p. 97.

44 Le terme « Désert » fait référence à l’épreuve traversée par l’Israël biblique auquel les protestants cévenols se sont identifiés à partir de 1685, suite à la révocation de l’Édit de Nantes. Il désigne plus précisément la pratique clandestine de la religion réformée pendant la période qui a suivi la révocation de l’Édit de Nantes. Le premier synode du Désert s’est d’ailleurs tenu en 1715 aux Montèzes, un hameau situé sur la commune de Monoblet.

45 Au cours des quinze années qui se sont écoulées depuis la mise en œuvre du projet d’itinéraire culturel, la châtaigneraie a fait l’objet de plusieurs initiatives de relance. Quant à la transhumance, patrimonialisée, elle a été instrumentalisée par certains éleveurs et élus à travers l’organisation de manifestations festives qui, en médiatisant cette forme d’élevage, masquent la réalité de son déclin. Voir CHASSANY (J.-P.) et CROSNIER (C.), Le renouveau de la châtaigneraie cévenole, Florac, Parc national des Cévennes, s. d. ; ainsi que GARNIER (J.-C.) et LABOUESSE (F.), « Quand société et ruralité renouvellent leur relation : les fêtes de la transhumance dans le Midi méditerranéen », dans RAUTENBERG (M.), MICOUD (Α.), BERARD (L.) et MARCHENAY (P.), éd., Campagnes de tous nos désirs, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000, p. 123-139.

46 BOURDIN (Α.), Le patrimoine réinventé, Paris, Presses universitaires de France, 1991, p. 81.

47 PIAULT (M.H.), « Les Chemins de la Soie : un itinéraire culturel », Terrain, 8 (1987), p. 84.

48 Pour C. Lévi-Strauss, ce n’est que dans la distance maximale, c’est-à-dire dans la condition réciproque d’étrangers, qu’il est possible de produire une connaissance « du dedans ». L’ethnologue, s’il aborde un univers social dont il est partie prenante, se trouverait dans l’incapacité de se débarrasser de la complicité qui le lie à ses interlocuteurs.

49 Sur le sujet, on peut lire : TESTARD (Α.), « L’objet de l’anthropologie sociale », Anthropologie. État des lieux, Paris, Le Livre de Poche, 1986, p. 147-150.

50 J.P. Rioux, inscrivant sa réflexion sur le patrimoine dans le contexte historique de son déploiement, souligne que la notion de patrimoine, déjà fortement « ethnologisée », s’est rapprochée au cours des années 1980 d’une définition plus anthropologique de la culture : RIOUX (J-P.), « Le temps présent du patrimoine », dans ANDRIEUX (J.-Y.), éd., Patrimoine et société, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, p. 315.

51 CHIVA (I.), « Le patrimoine ethnologique : l’exemple de la France », Encyclopédia Universalis, tome 24 (1990), p. 237.

52 CHIVA, « Le patrimoine ethnologique », p. 236.

53 FABRE (D.), « L’ethnologue et ses sources », Terrain, 7 (1986), p. 4.

54 GEISTDOERFER (Α.), « ‘L’année du patrimoine’ ou une identité régionale trompeuse », La Pensée, 221-222 (1981), p. 146-160.

55 GUILLAUME (M.), La politique du patrimoine, Paris, Éditions Galilée, 1980.

56 Il s’agit du laboratoire montpelliérain dont le Président de l’association Les Chemins de la soie est également le co-directeur.

57 Rappelons que cette équipe s’intitule « Sociétés rurales et politiques de développement ».

58 JOLLIVET (M.), éd., Pour une agriculture diversifiée, Paris, L’Harmattan, 1988, p. 171.

59 Nous avons développé ailleurs les crises successives de la production de la soie, amorcée avec l’épizootie de pébrine, puis l’ouverture du canal de Suez qui favorise l’importation des soies extrême-orientales et ensuite l’invention de la Rayonne qui concurrence la soie naturelle. Il faut ajouter à ce contexte de crises la maladie du châtaignier dont le fruit a longtemps été à la base de l’alimentation des Cévenols et la production excédentaire commercialisée.

60 On en trouve à Saint-Roman-de-Tousque, Saint-Étienne-Vallée-Française, Saint-André-de-Valborgne, etc.

61 PIAULT (M.H.), « Des itinéraires culturels : de la dévoration au dialogue », dans DENÈFLE (S.), éd., Identités et économies régionales, Paris, L’Harmattan, 1992, p. 87.

62 CLAVAIROLLE (F.), « Un itinéraire culturel :’Les Chemins de la Soie’ », dans Patrimoine ethnologique et tourisme. À propos des circuits culturels, Lyon, Association Rhône-Alpes d’anthropologie, 1989, p. 129-138.

63 Rappelons que c’est Michel Rocard qui dès 1966 a parlé de « décoloniser la province ».

64 R. Lafont, cité par GIORDAN (H.), « Les espoirs déçus du régionalisme », Panoramiques (« Les années de l’utopie. Bilan critique des idées sages et folles des décennies 60 et 70 »), 10 (1993), p. 71.

65 L’auteur mentionne à ce propos le président des Chemins de la soie, « appliquant alors le concept de ‘société colonisée’ au réduit (sic !) cévenol » : RIOUX, « Le temps présent », p. 313-316.

66 BROMBERGER (C.), « Ethnologie, patrimoine, identités. Y a-t-il une spécificité de la situation française ? », dans FABRE (D.), éd., L’Europe entre culture et nations, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996, p. 9-24.

67 R. Hubscher, cité par KAYSER, La renaissance rurale, p. 41.

68 GRIGNON (C.) et PASSERON (J.-C.), « À propos des cultures populaires », Cahiers du CERCOM, 1 (1985), p. 41.

69 MAIROT, « L’objet de l’écomusée », p. 31.

70 ALTHABE (G.), « Production des patrimoines urbains », dans JEUDY (P.H.), éd., Patrimoines en folie, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990, p. 52.

71 CANDAU (J.), Mémoire et identité, Paris, Presses universitaires de France, 1998, p. 160.

72 Le projet d’itinéraire a ainsi bénéficié des fonds structurels européens visant à corriger les déséquilibres régionaux et à participer au développement et à la reconversion des zones en difficulté, comme le Fond Européen de Développement Régional (FEDER), le Fond d’Intervention pour l’Auto-développement de la Montage (FLAM) ou encore le Fond d’Intervention de Développement et d’Aménagement Rural (FIDAR).

73 RAUTENBERG (M.), « L’émergence patrimoniale de l’ethnologie : entre mémoire et politiques publiques », dans POULOT (D.), éd., Patrimoine et modernité, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 288.

74 BOURDIEU (P.), Méditations pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil, 1997, p. 282.

75 CERTEAU (M. de), La culture au pluriel, Paris, Christian Bourgois, 1993, p. 46.

76 Le groupement n’ayant pas d’existence légale, il a dû être transformé en association culturelle loi de 1901 afin de pouvoir bénéficier de subventions publiques.

77 L’ALFISED a notamment produit des films documentaires sur la production de la soie et la relance séricicole : La soie de Gréfeuilhe, réalisé par M.H. PIAULT et L. BAZIN ; Ciné-portrait en Languedoc : Adèle Bandini, fileuse, réalisé par L. Bazin ; Les Chemins de la Soie, réalisé par M.H. PIAULT et L. BAZIN.

78 L’ER 225 (Sociétés rurales et politiques de développement) du CNRS sera par la suite remplacée par l’ID 035 369 (Anthropologie historique des Cévennes).

79 Le Musée des vallées cévenoles, situé à Saint-Jean-du-Gard, est alors un musée municipal non contrôlé par la Direction des musées de France, tandis que le Musée cévenol du Vigan et le Musée du vieux Nîmes sont des établissements municipaux contrôlés et que le Musée de la Soie de Saint-Hippolyte-du-Fort est associatif.

80 Il s’agit du Service régional de l’Inventaire, de la Cellule du patrimoine industriel de l’Inventaire général et de la Mission régionale à l’ethnologie.

81 L’Office départemental d’action culturelle de l’Hérault (ODAC) a notamment soutenu une recherche ethno-musicologique sur les chants des fileuses en pays gangeois : VIDAL (M.), Chanter à l’usine : étude de quelques faits de la culture ordinaire des ouvrières de la soie, en pays gangeois (1900-1950), rapport à la Mission du patrimoine ethnologique, 1986.

82 A. Micoud qualifie de « resymbolisation » le travail social d’interprétation du monde à l’œuvre dans l’emploi de la notion de patrimoine qui produit des figures, des savoirs et des textes réglementaires. Il réunirait en effet trois types d’activités : un travail de figuration qui vise à construire des figures rhétoriques, iconiques, etc. propres à instaurer des évidences sociales, un travail de problématisation, de nature cognitive, qui concourt à la construction des concepts de la connaissance, enfin un travail d’authentification, institutionnel, qui consolide les catégories esthético-cognitives en catégories juridiques : MICOUD (Α.), « Musée et patrimoine : deux types de rapport aux choses et au temps ? », Hermès, 20 (1996), p. 117.

83 Voir : CLAVAIROLLE et PIAULT, Les itinéraires européens.

84 Grâce à des financements européens, elle met en place un programme d’investissements destiné à renforcer la complémentarité muséographique ; elle organise également un stage de formation de guides spécialisés et fait réaliser une étude de marché par un professionnel du tourisme culturel ainsi qu’un schéma directeur de balisage pour parfaire la signalétique des sites.

85 La visite, sous certaines conditions, d’une magnanerie en activité ainsi que de la filature de Gréfeuilhe est proposée.

86 Les premiers bambous, à l’origine du parc aujourd’hui ouvert au public, furent plantés dans un jardin adjacent à une filature de soie, par le filateur lui-même au retour d’un voyage en Asie, Le Musée du Désert est un musée du protestantisme, religion dont certains membres, contraints à l’exil au moment de la révocation de l’Édit de Nantes, furent à l’origine du développement d’une industrie de la soie dans les pays où ils trouvèrent refuge.

87 À ce titre, elle a reçu plusieurs labels dont celui des « Routes de l’histoire » attribué par la Caisse des monuments historiques et des sites.

88 L’itinéraire est partenaire de plusieurs réseaux reconnus, comme le CISTE qui regroupe dix centres régionaux d’informations de culture scientifique, technique et industrielle ouverts au public ou encore les Itinéraires culturels européens de la soie initiés par le Conseil de l’Europe.

89 CLAVAIROLLE et PIAULT, Les itinéraires européens.

90 Après une phase de conception des itinéraires et de test auprès de publics divers, l’association s’engage dans leur commercialisation. Elle prévoit la mise en place à court terme d’une structure touristique franchisée afin de recentrer son activité sur l’action culturelle et la poursuite de recherches historiques et ethnologiques.

91 L’association organise des journées de formation et d’information qui s’adressent aux propriétaires de petites infrastructures hôtelières et de gîtes, aux restaurateurs, aux offices de tourisme dont le personnel est essentiellement recruté sur place, aux membres d’associations d’éducation populaire comme par exemple les Foyers ruraux, etc.

92 Hôtels, restaurants, musées, etc. contribuent financièrement à l’édition de l’ouvrage qui en retour fait leur promotion.

93 L’ESTOILE (B. de), « Le goût du passé. Érudition locale et appropriation du territoire », Terrain, 37 (2001), p. 134.

94 Max Rouquette, fondateur de l’Institut d’études occitanes, est un poète, dramaturge et prosateur considéré comme le plus grand littérateur occitan actuel ; les Fabulous trobadors sont un groupe toulousain dont le fondateur, Claude Sicre, a inventé un style musical original qui intègre aux chansons traditionnelles d’énumération caractéristiques de l’Occitanie les apports des musiques du monde.

95 DELBOS (P.), « Dans les coulisses du patrimoine », dans CHEVALLIER (D.), éd., Vives campagnes. Le patrimoine rural, projet de société, Paris, Autrement, 2000, p. 108.

96 Voir l’historien P. Joutard qui a montré que la mémoire des évènements liés à la guerre des Camisards est demeurée étonnamment vivace en Cévennes où le rappel constant du passé est à l’origine de ce qu’il a appelé la « camisardisation de l’histoire » : JOUTARD (P.), La légende des Camisards. Une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977.

97 L’utopie revêt ici une connotation négative, conforme à une interprétation courante à laquelle est fait le grief d’irréalité.

98 CLAVAIROLLE (F.), « Transferts de population et développement séricicole au Vietnam », dans LASSAILLY-JACOB (V.), MARCHAL (J.-Y.) et QUESNEL (Α.), éd., Déplacés et réfugiés. La mobilité sous contrainte, Paris, IRD, 1999, p. 251-282.

99 Depuis l’effondrement du bloc soviétique, le Viêt Nam est à la recherche d’un partenariat susceptible de lui apporter, outre des compétences techniques, les fonds qui lui font défaut pour rénover ses entreprises.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540