Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le renouveau de la production de la soie en Cévennes (1972-1998)

 | 
Françoise Clavairolle

De l'utopie au réalisme

L’utopie à l’épreuve du marché

Texte intégral

  • 1 COSTA (M.), « Soie des Cévennes : du réalisme à l’utopie », Causses et Cévennes, 3 (1989), p. 339.
  • 2 URBANO (H.), « Identités et discours utopique » dans TAP (P.), éd., Identités collectives et chang (...)

1En 1989, Christian M. publie dans Causses et Cévennes, la revue du Club Cévenol, un article intitulé « Soie des Cévennes, du réalisme à l’utopie ». Un titre provocateur qui revendique, contre le discours technocratique et les dérives de la « société de consommation en pleine expansion »1, le retour aux structures et aux valeurs d’une Cévenne traditionnelle dont la relance séricicole serait le vecteur et le symbole. Les grands traits d’un discours utopique sont bien présents : les pionniers de la relance construisent une nouvelle image de la société locale à travers une lecture du présent et du passé qui rompt avec le discours des décideurs2.

2Après une quinzaine d’années d’expérience, ses propos résonnent comme un constat : le pari initial est en passe d’être gagné. La relance aurait eu raison de ses détracteurs, déjoué les obstacles, surmonté toutes les embûches et finalement prouvé que le développement peut emprunter d’autres voies que celles tracées et imposées par les sphères dirigeantes. Victoire contre toute attente de la « base », c’est-à-dire de la société civile, qui aurait ainsi démontré, contre les politiques « descendantes », qu’elle est capable de prendre en main son devenir et que l’« autonomie du local » n’est pas un vain mot.

3« L’autonomie du local », l’expression est lâchée ; on la retrouve au cours de cette période dans la plupart des discours sur le développement. Une autonomie qui dans l’idée que s’en fait Christian M. ne signifie pas pour autant une séparation : « notre développement [...] ne peut se réaliser dans une bulle opaque » affirme-t-il. En effet Sérica vend ses produits en Europe, achète des cocons sur le continent africain et envisage même d’exporter dans l’avenir ses savoir-faire vers les pays asiatiques. Il s’agit donc d’une autonomie de choix et de décision, compatible avec une prise en compte d’enjeux globaux.

  • 3 CHABROL (J.-P.), Le crève-Cévenne, Paris, Plon, 1972.
  • 4 BACZKO (B.), « Lumières et utopie ». Problèmes de recherche », Annales ESC, 2 (1971), p. 382.

4« La première cause de l’utopie, car c’est ainsi que beaucoup nommèrent l’expérience (parfois par nostalgie, d’autrefois avec ironie) a donc été celle-ci : le refus d’une absurdité relevant plus d’un principe philosophique ou idéologique que d’une analyse économique rationnelle » déclare publiquement Christian M. Proclamer que l’utopie s’est accomplie, c’est d’une certaine façon défier tous ceux qui pensent être du côté de la rationalité économique. Il ne se prive alors pas d’ironiser : « Où sont passés nos économistes ?... Ils nagent encore et toujours en pleine confusion ». Aux thèses de ces derniers, il oppose la vision globale d’un ordre qui est tout à la fois économique et social. Par là il se situe sur un terrain résolument politique, ce qui n’a rien de surprenant si on se souvient de son engagement antérieur dans le mouvement occitan. Sa conception de la relance comme lieu d’accomplissement d’une utopie est en effet le prolongement de ses prises de position contre le modèle imposé de développement productiviste, avec ses résonances technocratiques, capitalistes et bureaucratiques. Établissant un parallèle entre la disparité Nord/Sud et l’inégalité Cévenne « crève-misère »3/territoire national prospère, il juge que le « pays » est « colonisé » et son économie « tiers-mondialisée ». Ce sont bien là les ingrédients d’une utopie qui se refuse à regarder la réalité actuelle comme la seule possible et porte en elle les inquiétudes, les espérances et les quêtes d’une époque et d’une société. Comme forme de discours, elle permet de donner libre cours aux sentiments et aux attitudes de refus et de contestation4 et est susceptible d’animer l’action et la pensée politiques. Au fond, le leader de la relance fait sien le célèbre aphorisme de A. de Lamartine selon lequel les utopies ne sont souvent que des vérités prématurées.

5Doit-on prendre au pied de la lettre ce discours, le tenir pour transparent, considérer qu’il n’exprime rien d’autre que ce qu’il énonce ?

  • 5 K. Mannheim, cité par SEGUY (J.), « Une sociologie des sociétés imaginées : monachisme et utopie » (...)

6Pour K. Mannheim, l’utopie s’oppose à l’idéologie dans la mesure où la première vise à « changer l’ordre en vigueur en inspirant à une collectivité, ou à une partie importante d’une collectivité, le désir de transcender sa situation », tandis que la seconde cherche à « renforcer l’ordre social existant en faveur de la domination des classes au pouvoir »5. Les propos et écrits de Christian M., notamment l’article cité ci-dessus, reflètent bien cette distinction. L’histoire de la relance montre cependant que le discours utopique qui la porte est plus complexe : se proposant comme fin, comme idéal, il fonctionne également comme moyen pour provoquer le changement espéré. C’est ainsi qu’il est tout à la fois constructif, stratégique et mystificateur et, en ce sens, idéologique.

7Constructif, on l’a vu, dans la mesure où il propose une alternative aux mécanismes socio-économiques et politiques qui régissent la société.

  • 6 J’emprunte ce terme à J.-P. Olivier de Sardan. Pour lui, une arène est un espace de confrontations (...)

8Stratégique parce que, selon nous, il alimente un discours d’accusation dont le rôle est essentiel dans le processus d’innovation. En se réclamant d’une vision utopique aussi bien face à ceux qui tiennent la filière intégrée pour irréalisable que face aux partisans d’une relance séricicole selon un schéma classique d’organisation de la production (en l’occurrence, c’est le projet du CAT Les Magnans qui est visé), le responsable d’ADSC crée les conditions d’une opposition conflictuelle qui lui permet de s’affirmer en tant que porteur d’un projet original. À la lecture de l’abondante littérature produite autour de la relance, on constate un écart entre la teneur des accusations lancées par ses dirigeants en direction des techniciens, des économistes, des notables locaux, des représentants de l’administration, des élus... et la réalité des propos et des actes qui leur sont imputés. Tout se passe comme si l’équipe de Monoblet radicalisait les controverses, cherchait à exacerber les différents, faisant de son modeste objectif, le renouveau de la sériciculture, une véritable arène6 politique et sociale, un lieu de confrontations entre deux projets de société.

  • 7 Il s’agit du journaliste qui a rédigé l’article.
  • 8 BLANCHEMAIN (Α.), « Soie : seul le circuit artisanal est possible », Sud, 77 (1977).

9Mystificateur, car il n’hésite pas à déformer les propos des auteurs des diverses études commandées par les services de l’État afin de donner plus de crédit à une image de la relance comme projet en butte à l’incompréhension des experts. Un ingénieur agronome mis en cause est ainsi amené à user de son droit de réponse auprès de la revue Sud : « À lire J. Maigne7, les efforts de Christian M. et de ses amis seraient d’autant plus nécessaires et méritoires que, pour les gens chargés de l’étude au Ministère de l’Agriculture, ‘la relance est inconcevable’. Ainsi réduits et interprétés, les propos qu’on me prête apparaissent choquants et peu argumentés. »8.

10Quels sont les enjeux d’un tel discours ?

  • 9 REYNAUD, « Identités collectives », p. 171.
  • 10 LEGER, « Les utopies du retour », p. 46-63.
  • 11 LEGER et HERVIEU, Des communautés, p. 28.

11Le premier est d’établir des alliances car c’est le plus souvent un conflit qui permet à un groupe de se constituer et qui donne à l’identité collective une visibilité sociale en même temps qu’une position par rapport aux groupes déjà constitués9. De plus, il est évident que le discours utopique a des chances de trouver un écho favorable, compte tenu de l’identité des personnes qui se sont les premières ralliées au projet de relance, à savoir des autochtones relativement âgés, nostalgiques d’un passé où la sériciculture occupait économiquement et culturellement une place majeure10, ainsi que des néo-ruraux. En proposant de restaurer l’équilibre ancien, Christian M. montre qu’il veut faire œuvre de pionnier. C’est en ce sens précis qu’on peut parler d’utopie à propos de ces tentatives, estiment D. Léger et B. Hervieu11.

  • 12 « Défi dans les Cévennes : le ver à soie revivra », Femmes d’aujourd’hui, 34, août 1981.
  • 13 MAIGNE, « Cévennes, les nouveaux artisans ».
  • 14 Dans Le Petit cévenol, Christian M. affirme que deux études officielles « étaient venues renforcer (...)
  • 15 « Le retour du ver à soie. SÉRICA », Vivre et travailler autrement, (1993), décembre.
  • 16 Le rapport entre la marginalité et l’innovation est complexe. Il ne s’agit pas d’affirmer qu’il ex (...)
  • 17 ROSSEL (P.), « Innover ou ne pas innover », Sociologia internationalis, 2 (1990), p. 192.
  • 18 J. Schumpeter cité dans ALTER, « La lassitude de l’acteur », p. 449.
  • 19 Selon M. Callon, la saga de l’innovation mettrait en scène des individus le plus souvent marginaux (...)
  • 20 CALLON, « L’innovation technologique », p. 5-17.
  • 21 Il s’agit de l’une des formes prises par l’Utopie, celle à laquelle se rattachent les conceptions (...)
  • 22 BOURDIEU (P.), Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982, p. 50.

12Le second enjeu est de parvenir à mobiliser les médias, toujours avides de sujets brûlants où s’expriment de façon tranchée des divergences de vue, ce qu’attestent les innombrables articles publiés dans la presse régionale et nationale qui s’en font l’écho. On parle de défi12 ; on reproduit les propos de Christian M. qui n’hésite pas à s’autoproclamer « incontrôlable et gênant »13 ; on fait silence sur l’étude publiée par la CNABRL qui concluait « qu’une relance ne serait ni du domaine de l’utopie, ni du domaine du folklore », mais on ne manque pas en revanche de rappeler que J.-C. Hugues a conclu à son impossibilité14 ; on signale enfin que les « utopistes » de Monoblet ont mené leur projet « sous l’œil sceptique des ‘administratifs locaux’ »15... Ceci au grand dam de certaines des personnes incriminées qui, comme l’ingénieur agronome cité ci-dessus, considèrent ces allégations comme mensongères, totalement injustifiées. Pour tracer son chemin, apparaître comme celui qui ouvre de nouveaux horizons, le leader de la relance cherche à mettre son image publique en conformité avec les stéréotypes qui fleurissent autour de la figure de l’innovateur, auquel on prête souvent une faculté de non-conformisme, de dissidence au regard des cadres préétablis. Particulièrement rompu à l’art de la médiatisation, Christian M. construit sa propre légende : celle d’un homme à la fois audacieux et fidèle à ses origines, dont l’itinéraire personnel et professionnel témoigne d’une grande indépendance d’esprit16. Un portrait qui reflète le point de vue de nombreux théoriciens de l’innovation. Pour P. Rossel17; l’innovation est souvent déviance, anti-conformisme, « voire hérésie ». Son caractère subversif est également mis en lumière par J. Shumpeter qui voit en elle une « destruction créatrice » donnant lieu à des formes de résistance pour des raisons « objectives » – les prévisions de production –, « subjectives » – la capacité à imaginer de nouvelles normes – et sociales – les relations avec les autres acteurs18. Ainsi l’innovateur se justifierait et se construirait par ses victoires sur des « ‘contreforces’ externes ». Une vision récusée par M. Callon qui y voit un véritable « mythe de l’improvisation romantique »19. Il y aurait donc heu selon lui de déconstruire l’idée selon lequel l’innovation s’oppose aux cadres établis, aux structures organisationnelles rigides, aux bureaucraties stériles et aux intérêts acquis20. Le cas de la relance invite à adopter une position plus nuancée : si, comme nous l’avons montré, Christian M. n’a pas eu à affronter autant de réticences et d’obstacles qu’il veut bien le faire croire, il n’en reste pas moins vrai qu’il a dû déployer une énergie intense afin de vaincre le scepticisme de ses partenaires potentiels et imaginer des solutions techniques et économiques tout à fait inédites. Il ne faut pas sous-estimer l’effet d’entraînement, de stimulation des volontés que peuvent susciter des transformations réelles, en déboulonnant les modèles reconnus21. L’utopie séricicole s’apparente donc à la « subversion hérétique » dont P. Bourdieu estime qu’elle contribue pratiquement à la réalité de ce qu’elle annonce « par le fait de l’annoncer, de le pré-voir et de le faire pré-voir, de le rendre concevable et surtout croyable et de créer ainsi la représentation et la volonté collectives qui peuvent contribuer à le produire »22.

  • 23 LE MOENNE (C.), « Utopies du troisième type. Communications managériales et utopisme », Mots/Les l (...)
  • 24 C’est cette facette que P. Lapouge souligne : « L’utopie s’apparente à la grenouille, au bombyx du (...)
  • 25 Dans un important ouvrage, l’auteur examine les dangers et les impostures de l’idéologie managéria (...)
  • 26 LÉGER et HERVIEU, Des communautés, p. 118-119.

13Enfin, le dernier enjeu est de convaincre l’ensemble des acteurs concernés que la relance est bien l’affaire de tous. Pour C. Le Moenne, les managers d’entreprises seraient dans la nécessité d’apparaître comme des « visionnaires » et de « manifester des qualités d’utopisme afin de mobiliser les ressources humaines de leurs entreprises »23. En ce sens, c’est le caractère mystificateur du discours utopique qui est souligné24. Les valeurs communalistes que l’on peut rencontrer dans l’utopie sont bien présentes dans le discours sur la relance : l’aspiration à une communauté de partage et de travail, la contestation par la société civile locale des politiques publiques centralisées, la représentation d’un « âge d’or » révolu... jusqu’à l’hostilité à l’égard des propriétaires, transposée ici dans la lutte pour le foncier. Mais ce discours peut également servir d’écran à des pratiques plus discutables quoique bien ancrées dans les mœurs de dirigeants d’entreprises actuels, à certaines formes d’exploitation d’autant plus efficaces qu’elles ne se disent pas ouvertement et se dissimulent sous le langage de la participation, comme l’a bien montré J.-P. Le Goff25. Au delà des explications qui se fondent sur la conjoncture et les réelles difficultés rencontrées, on peut s’interroger sur le recours systématique aux multiples facilités d’embauche consenties par les pouvoirs publics, sur le trop fréquent renouvellement du personnel, sur les « efforts » constamment demandés aux partenaires ! La filière n’est-elle pas finalement en train d’entretenir l’illusion d’une fidélité à la démarche utopique des années 1970 afin de désamorcer les requêtes de ceux qui après des années d’engagement quasi militant commencent à s’impatienter de ne pas être payés de retour ? Attitude ambivalente de la part des responsables qui passent en permanence d’un registre à l’autre, hésitant entre le discours de mise en acceptabilité idéologique et l’énoncé performatif. Ce discours utopique cristallise en fait toutes les contradictions des porteurs de la relance, contradictions issues de la confrontation entre le projet initial et les contraintes du champ économique dans lesquels ils doivent s’inscrire. Nous rejoignons sur ce point l’analyse effectuée par D. Léger et B. Hervieu des contradictions sociales dans lesquelles se débattent fréquemment les néo-ruraux sur plusieurs plans : « celui de leurs relations avec les Cévenols de souche et de la nature de leur solidarité avec la population locale ; celui du rapport à l’État et du statut expérimental des entreprises alternatives, oscillant entre la volonté radicale du non-compromis avec l’ordre institutionnel dominant et l’envie de tirer parti d’une situation favorable »26.

  • 27 Notion extrêmement féconde que nous empruntons à M. Callon, l’irréversibilité est une « caractéris (...)

14On pourrait voir dans la fidélité à la devise « du réalisme à l’utopie » un acte de conjuration, voire de dénégation : en perpétuant un discours que les faits tendent pourtant à démentir, la filière se refuse tout simplement à admettre le caractère irréversible27 de certaines « traductions » auxquelles elle a dû consentir. Les responsables de la relance, on l’a vu, ont été contraints à accepter des compromis, à négocier en permanence avec les partenaires qu’ils souhaitent impliquer dans leur projet, qu’il s’agisse de l’administration qui instruit les dossiers, des banques qui financent les investissements ou acceptent les découverts comptables, des élus qui votent les subventions, des scientifiques qui épaulent les expérimentations techniques et cautionnent la démarche. Les choix effectués par les responsables de la filière les placent devant la nécessité de trouver d’importants moyens financiers pour atteindre leurs objectifs : on conçoit difficilement comment ils auraient pu maintenir leur autonomie face à ceux qui contrôlent la distribution des aides ! Ainsi la direction prise est-elle entièrement tributaire des interactions, des rapports de force entre les différents partenaires privés et institutionnels qui ne pèsent évidemment pas tous du même poids.

LA PRESSION DE L’INNOVATION

15De 1985 à 1995, la relance séricicole va s’engager dans une direction qui témoigne de la capacité de ses responsables à appréhender les changements socio-économiques à grande échelle et à répondre à la pression des circonstances. On est ainsi amené à se demander si l’innovation, dont on a vu la place centrale qu’elle a occupé dans le dispositif de la relance, n’a pas progressivement cessé d’être un moyen au service de celle-ci pour devenir une fin en soi, reléguant les objectifs de développement et de création d’emploi locaux au second plan.

16Le développement des techniques et des procédés de production, l’invention, le changement de paradigme technico-économique sont des moyens d’accroître la productivité, d’améliorer la qualité ou encore les conditions de travail et de vie des producteurs. D’une innovation, c’est-à-dire de la rencontre réussie entre des moyens mis en œuvre et un marché ou des utilisateurs, on attend qu’elle permette à une activité de se maintenir, de se développer et parfois même de voir le jour. C’est pourquoi la relance séricicole l’a placée au cœur de sa démarche et à chacune de ses étapes, comme une condition essentielle de son devenir.

17Avant de décrire les changements techniques que la filière a tenté de promouvoir durant les années 1980, il convient d’en dessiner le contexte.

  • 28 Courrier ANVAR, 96 (1994), septembre-octobre.
  • 29 « Le fonds d’innovation culturel », Supplément à la lettre d’information, 391 (1995), jeudi 18 mai

18La décennie, marquée par de profonds bouleversements avec l’internationalisation croissante des systèmes productifs qu’on appellera ultérieurement « mondialisation » ainsi qu’avec la mise en place de la régionalisation se caractérise par une exacerbation du « désir d’innovation ». Il suscite une large gamme de dispositifs appelés parcs scientifiques ou technopôles et entraîne la création de départements de « Recherche et Développement » au sein des entreprises. L’innovation est devenue le nouveau credo : « elle constitue l’une des conditions de leur développement, sinon de leur survie28 » affirment les experts. La capacité à innover est présentée comme le principal, voire l’unique facteur de réussite d’une entreprise, quelle qu’en soit la dimension. Dans un système économique qui veut ignorer les frontières, c’est en effet à cette condition qu’elle peut être en mesure d’assurer sa compétitivité et d’asseoir sa spécificité. L’innovation est donc une nécessité pour toutes les entreprises qui travaillent dans des secteurs soumis à l’internationalisation des échanges et qui pensent ne pouvoir faire face à la diminution des prix liée à la faiblesse des coûts salariaux dans les pays en voie de développement qu’en élevant leur potentiel technologique. Elle est également un impératif catégorique pour toutes celles qui entendent résister aux assauts de la concurrence et donner d’elles-mêmes une image dynamique, tournée vers la conquête de nouveaux marchés. Une véritable exploitation marketing du concept d’innovation tend, durant cette période, à l’ériger en valeur absolue : désormais, aucun secteur n’échappe au devoir d’innover. L’innovation, véritable bréviaire de la modernité, est donc sur toutes les lèvres, sous toutes les plumes. Une entreprise qui n’aurait ni pratique ni discours sur l’innovation court ainsi le risque d’être disqualifiée dans un contexte de compétition généralisée qui fait du « savoir-innover » et « du faire-savoir qu’on sait » l’une des principales clés de la réussite. Ce mot revient comme un leitmotiv dans le discours public des firmes et des PME, au risque d’être érigé en formule magique. Il s’inscrit sur les boites d’emballage des produits laitiers, dans la composition des produits cosmétiques... Jusqu’au Ministère de la Culture qui entonne ce refrain en créant un « Fonds d’innovation culturel29 » destiné à « favoriser l’émergence d’idées nouvelles, de nouveaux lieux et de nouvelles méthodes de gestion de la culture » !

19Toutefois, en dépit de la faveur dont bénéficie l’innovation dans l’imaginaire entrepreneurial du moment, et malgré les aides apportées par les pouvoirs publics aux entreprises qui investissent dans ce secteur, il n’est pas toujours possible pour une entreprise d’initier de véritables programmes de recherche-innovation, faute le plus souvent de fonds propres.

20Les responsables de la filière, malgré la taille modeste de l’entreprise, sont loin d’être aussi pusillanimes. Non seulement le PDG de Sérica ne considère pas l’absence de capital comme un obstacle infranchissable, mais il voit même dans cette démarche de recherche-innovation un moyen de soutenir l’entreprise en attirant la manne des aides publiques. En d’autres termes, les subsides accordés par l’État pourraient alimenter les caisses de la société mieux que ne le fait la commercialisation de la production. Sensible à l’air du temps, il pressent également tout le parti médiatique qu’il peut tirer de l’image gratifiante d’entreprise innovante.

21Arrêtons-nous sur les nouvelles propositions d’innovation que la filière a développées à partir de la création de Sérica.

22La multiplication in vitro du mûrier va être présentée comme le fer de lance du renouveau séricicole dans les années 1980. C’est grâce à cette technique que l’entreprise va installer une image valorisante. Au début de la décennie, l’accroissement du nombre des sériciculteurs va de pair avec l’augmentation de la demande de mûriers Kokuso. Mais le bouturage, technique pratiquée jusque là pour multiplier le mûrier, présente plusieurs inconvénients : il ne peut être effectué que pendant une courte période, de février à mars, les plants ne sont pas homogènes, la productivité est faible en raison des échecs de reprise (de 50 à 60 % de pertes) et en outre il faut attendre au moins quatre années avant de pouvoir récolter les premières feuilles. Christian M. a entendu parler de la technique de multiplication in vitro qui est alors mise au point pour de nombreuses espèces végétales. Il y voit immédiatement une solution pour améliorer le procédé de reproduction du Kokuso. Mais comment accomplir sur le plan pratique le rapprochement qu’il effectue dans son imagination ? Comme à l’accoutumée, il va faire appel au réseau de bonnes volontés qui s’est tissé autour de son action. Le récit qui va suivre pourrait donner à penser que les événements qui surviennent sont le fruit d’une conjoncture particulièrement heureuse ; mais l’histoire de la relance est jalonnée d’épisodes du même ordre montrant que les rencontres ne sont jamais fortuites. Elles résultent au contraire de la capacité de l’acteur de l’innovation à constituer un réseau latent dont il peut réactiver les membres en fonction des besoins et des circonstances.

  • 30 Par culture in vitro on entend la culture de cellules ou de tissus sur des milieux nutritifs synth (...)

23On a vu que Didier E. est à l’origine de l’introduction en France du Kokuso et qu’un de ses amis en a établi une pépinière expérimentale qu’il a ensuite léguée à l’Institut national de la recherche agronomique. Près de trente ans plus tard, l’ancien directeur de la station séricicole décide d’organiser une rencontre entre le directeur de Sérica et le neveu du généreux donateur. Celui-ci manifeste le désir d’aider à son tour la sériciculture afin de rendre hommage à la mémoire de son oncle. Christian M. lui ayant fait part de son intérêt pour la multiplication in vitro30, il lui présente un chercheur de l’INRA d’Antibes qui s’est spécialisé dans la reproduction in vitro du figuier, un arbre de la même famille botanique que le mûrier. Le contact qui s’établit entre les deux hommes est immédiatement chaleureux et le chercheur accepte de s’investir personnellement dans l’aventure. Le « hasard » a une fois de plus bien fait les choses : le scientifique est également un amoureux des Cévennes qui ne demande qu’à se laisser convaincre de tenter l’aventure ! Après les premières recherches en laboratoire, une collaboratrice de Christian M. vient travailler à ses côtés. Il s’agit de poursuivre la mise au point du milieu nutritif et de trouver un milieu d’enracinement. Quatre années seront nécessaires pour aboutir à la production des mille premiers mûriers in vitro. Il reste cependant encore beaucoup à faire pour passer du laboratoire à la production : il faut notamment trouver des capitaux pour acquérir les équipements nécessaires ainsi qu’un local où les installer ; or Sérica est loin de réaliser un chiffre d’affaires lui permettant d’effectuer de tels investissements.

24Une nouvelle fois le « hasard » va s’en mêler et grâce à une nouvelle rencontre transformer l’aventure en conte de fées. En 1989, Christian M. est contacté par un industriel suisse qui se dit subjugué après avoir vu un reportage sur la relance séricicole et s’est mis en tête de l’aider financièrement à mener à bien son projet. Lorsque Christian M. lui fait part de son désir de monter un laboratoire de multiplication in vitro du mûrier, il lui propose aussitôt de financer l’achat d’une propriété agricole pour l’y installer et créer une pépinière. Quelques mois plus tard, le mécène a acquis un vaste domaine, le mas de Puechlong, qu’il confie à Christian M. dans le cadre d’un bail emphytéotique et hypothécaire de trente ans.

  • 31 LATOUR (Β.) et WOOLGAR (S.), La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, (...)

25Mais trouver des financements pour un projet aussi coûteux implique de tirer de nombreuses sonnettes. Un nouveau pari qui n’est pas de nature à décourager le leader de la relance mais qui au contraire constitue un véritable aiguillon. Il s’adresse donc aux services du Ministère de l’Agriculture, sollicite les collectivités territoriales et tente d’impliquer des établissements publics à caractère scientifique et technique, comme l’INRA, ou à caractère industriel et commercial, comme l’Agence nationale de valorisation de la recherche (ANVAR). « Cévennes micro-plants », la société constituée pour gérer le futur laboratoire, se présente à un concours organisé par la DATAR et intitulé « Créez votre entreprise à la campagne ». Elle remporte le deuxième prix. Le montant de la récompense accordée au vainqueur importe en réalité moins que l’impact de cette reconnaissance institutionnelle qui crédibilise le projet auprès des collectivités et des partenaires financiers des secteurs bancaire et horticole. C’est ainsi que les banques acceptent de financer la réhabilitation du mas et que des pépiniéristes de la région se décident à investir dans la création du laboratoire car la technique mise au point pour le mûrier séricicole peut également s’appliquer au mûrier ornemental pour lequel il existe un marché potentiel. Au jeu de la reconnaissance et de la crédibilité dont B. Latour et S. Woolgar ont montré la signification pour les chercheurs31, tout le monde est sorti gagnant : en premier lieu ceux qui veulent créer le laboratoire et pensent que les collectivités territoriales vont désormais les soutenir et leur accorder les subventions espérées, mais aussi les chercheurs de l’INRA qui avaient suivi Christian M. sans avoir été véritablement mandatés par leur institution et dont les travaux connaissent un retentissement inespéré.

26Cette trajectoire dévoile certaines des qualités dont doit faire preuve l’innovateur : une intuition jamais en sommeil, un opportunisme à toute épreuve, une capacité de négociation doublée d’un véritable pouvoir de persuasion. Il montre également que les stratégies des acteurs de l’innovation intègrent une part importante d’affectivité, de subjectivité : le chercheur de l’INRA aime les Cévennes et le mécène est un gestionnaire néanmoins « capable d’avoir des coups de cœur ». Faisant ce constat, Christian M. ajoute : « il y a des relations complètement... immatérielles » et confère du même coup à la situation une forte charge symbolique.

27La multiplication in vitro n’est pas le seul secteur dans lequel l’entreprise cherche à innover.

  • 32 L’ANVIE est l’association Nationale pour la Valorisation Interdisciplinaire de la recherche en sci (...)
  • 33 GIRY-LOZINGUEZ (C.), « Une historienne à la fibre textile », Libération, (1995), 17 octobre.

28Christian M. a rencontré une historienne du CNRS spécialisée dans les teintures naturelles qui vit dans la commune voisine de Lasalle. Tous deux décident d’engager une collaboration. À partir de « recettes » médiévales qu’elle a reproduites à petite échelle dans son laboratoire personnel, elle lance avec Sérica une expérimentation en grandeur réelle qui aboutit à la mise au point d’une gamme de teintures végétales. Là aussi, il faut inventer, bricoler, car les équipements de teinture de la soie ont été prévus pour l’utilisation de produits chimiques. La collaboration de Sérica et de la chercheuse-artisane débouche sur une nouvelle distinction : le prix Anvie-CNRS32 qui récompense les actions de valorisation de la recherche dans les sciences sociales et humaines33. Conjuguant une fois encore sa capacité à innover avec son talent de médiateur, le PDG de Sérica ne manque pas d’en informer les médias. Il s’agit, en toute occasion, de retracer ce qu’il appelle le « parcours exemplaire de la relance de la soie en Cévennes ».

  • 34 Les sériciculteurs qui élèvent quelques vers à soie pour en faire des sortes de bouquets décoratif (...)
  • 35 FLICHY, L’innovation technique.
  • 36 Les façonniers locaux [ayant] perdu en grande partie le savoir-faire lié à la soie parce qu’ils tr (...)

29D’autres innovations vont venir compléter ce dispositif. On peut mentionner la mise au point d’une déblazeuse conçue avec des étudiants en deuxième année du Bac de technicien supérieur en mécanique et automatisme industriel d’un lycée technique alésien. Partant du constat que l’opération qui consiste à ôter la blaze du cocon pour atteindre le fil de soie est une tâche lente et délicate si elle est exécutée manuellement, Christian M. voudrait trouver une solution pour la mécaniser. Il convainc le chef d’établissement et quelques professeurs de se pencher sur la conception d’un automate. Les étudiants, suivis de près par l’équipe de Sérica, vont travailler deux années durant à la construction d’un prototype. Un autre projet sera à l’origine d’une collaboration avec l’École des Mines d’Alès et une école d’ingénieurs-informaticiens de Nîmes : la mise au point d’une bassine de filature électronique qui devrait permettre de produire industriellement un fil d’apparence artisanale. La mode est en effet aux soies dites « sauvages » dont l’irrégularité, qui en fait tout l’attrait, ne convient pas aux métiers à tisser qui équipent la plupart des ateliers de tissage. « J’avais l’idée d’une filature artisanale avec un contrôle de type électronique et ils sont venus me voir en disant qu’on était les seuls en France à faire de la filature et en nous demandant si on serait capables de suivre un projet. Ça a démarré comme ça. » relate Christian M. Il s’agit d’obtenir un fil offrant l’aspect d’un tirage manuel mais dont les défauts, au regard d’un traitement industriel, seraient entièrement supprimés. Christian M. se lance enfin dans un projet original qui consiste à appliquer la technologie du micro-onde à l’étouffage des cocons. À sa demande, l’Institut textile de France tente de développer ce procédé qu’il a lui-même imaginé. Un essai empirique est à l’origine de l’initiative : quelques cocons ont été étouffés avec succès dans un four à micro-onde ordinaire34 et « on s’est rendu compte que le micro-onde arrivait à tuer la chrysalide en très peu de temps et qu’on arrivait à obtenir une déshydratation assez remarquable du cocon dans des délais relativement courts ». Il n’en fallait pas davantage pour que Christian M. se lance dans la recherche d’un partenariat. Le tricotage de la soie est enfin présenté par Sérica comme une innovation qui serait à porter à son actif. Pourtant, le principe n’a rien de nouveau : la fabrication de maille de soie est en effet une « tradition » cévenole, particulièrement dans les cantons bonnetiers de Ganges, Sumène et du Vigan. Il serait donc en ce cas plus approprié de parler d’adaptations et d’améliorations, ou plus précisément d’« innovations incrémentales »35 apportées à des équipements existants conçus pour d’autres fibres textiles, l’entreprise ne faisant que se réapproprier des techniques tombées en désuétude suite à l’abandon de cette activité36 et transformer les métiers circulaires rachetés aux ateliers en cessation d’activité pour les adapter au tricotage de la soie. À travers ce dernier exemple, on mesure cependant à quel point l’innovation, ou plutôt le discours tenu sur l’innovation, constitue un enjeu majeur pour l’entreprise qui cherche à asseoir son image.

30Une telle faculté à concevoir des dispositifs innovants a de quoi dérouter : quel est le but recherché ? Quels sont les attendus ?

  • 37 ALTER, « La lassitude de l’acteur », p. 462.

31Grâce à sa stratégie d’innovation, liée aux capacités imaginatives de son PDG, la filière parvient tout à la fois à renforcer le champ de ses qualifications et à diversifier ses ressources. « Finalement », reconnaît ce dernier, « tout ce qui était recherche technique, qui était fait, pour nous, pour pallier en partie ce handicap qui était le surcoût qu’on avait au niveau de notre fabrication, ça nous a permis en partie de pallier à ce surcoût mais surtout de nous positionner par rapport au contexte international de la soie comme une entreprise de pointe, innovante ». Le gain axiologique est évident : l’entreprise, en dépit de sa petite taille, ose se mesurer aux grands producteurs de soie qui semblent seuls à même de pouvoir mobiliser les compétences requises. Implicitement, Sérica déclare : nous n’avons pas d’argent, mais nous avons des idées, donnez nous les moyens financiers de les faire fructifier. Les pouvoirs publics vont bien l’entendre qui par le biais des mécanismes d’aide à l’innovation lui accordent rapidement des financements directs. Ceux-ci constituent une bouffée d’oxygène pour la filière dont les résultats commerciaux sont insuffisants. Mais la logique de l’intérêt n’est pas seule à l’œuvre, la stratégie ne se réduit pas à la recherche consciente de la maximisation d’un profit ; elle résulte également de la structure même de la dynamique d’innovation dont N. Alter décrit le mécanisme : tout processus de production se caractérise par un phénomène d’obsolescence des connaissances et des stratégies d’innovation ; à cette occasion, les innovateurs entrent en conflit avec les hiérarchies légalistes ; c’est par le conflit et la compétence que les innovateurs accèdent à l’influence et à la reconnaissance sociale dans l’organisation mais comme ces acquis sont en partie érodés par l’institutionnalisation opérée par les directions, les innovateurs sont contraints à innover en permanence afin de recouvrer ces acquis ou pour en développer de nouveaux37. Une image d’entreprise innovante constitue pour la Société et son PDG un capital symbolique à faire fructifier. De même qu’un capital économique se dévalue s’il ne « travaille » pas, de même le capital symbolique doit être entretenu, renouvelé, sinon il s’affaiblit progressivement. Pour le maintenir et avec lui la légitimité d’une entreprise qui sur le plan économique est défaillante, il faut donc continuer à trouver des solutions inédites, tenir en haleine un réseau dont les membres sont de plus en plus nombreux à se demander où tout cela peut bien mener. L’ardeur novatrice s’exprime avec d’autant plus d’énergie qu’elle aide pour un temps à oublier la litanie des créanciers, la fragilité des résultats économiques et les doléances des éducateurs.

  • 38 HÉRIARD (B.), « De l’ambiguïté de la passion technique : l’exemple d’Edison », Alliage, 21 (1994), (...)

32Pour bien saisir tous les facteurs qui contribuent à dynamiser la stratégie d’innovation de la filière, il faut également prendre en considération la dimension à la fois passionnelle et ludique de la technique. Cette perspective éclaire le comportement de l’innovateur : la passion a ceci de dangereux qu’elle rend sourd et aveugle, qu’elle risque de paralyser la démarche de communication dont dépend le succès même de l’innovation38. Le fait est que le PDG de la filière ne s’interroge plus sur les attentes exprimées par ses partenaires. « Enfermé dans sa tour d’ivoire » comme dit l’un de ses détracteurs, il consacre l’essentiel de son activité à participer activement à la recherche sur le multiplication in vitro du mûrier afin de gagner son pari technologique et à concevoir de nouvelles « inventions » dont il ne vérifie pas l’acceptabilité et se refuse à prendre en considération le rapport coût/avantage.

33À ce stade, la stratégie d’innovation ne reflète plus le souci d’utiliser de manière plus efficiente les moyens de production afin d’accroître la compétitivité de la filière. Conjuguant sa passion technique, son goût du jeu avec une quête permanente de légitimité, ce dernier se laisse progressivement aspirer par la spirale de l’innovation qui est à ses yeux le signe irréfutable de l’exemplarité de sa démarche. Jusqu’à quel point n’est-elle pas devenue une fin en soi, totalement coupée des besoins qui sont censés l’avoir suscitée ? Les observateurs sont de plus en plus nombreux à se le demander.

  • 39 Les Viet kieu sont des Vietnamiens ayant quitté le pays pour s’installer à l’étranger lors des gue (...)
  • 40 Le doï moï correspond à une libéralisation – très relative-des secteurs de l’économie vietnamienne (...)

34C’est dans ce contexte qu’en 1993 le PDG de Sérica se rend au Vietnam, suite à une rencontre avec un Viêt kieu39 qui depuis le doï moï, c’est-à-dire le renouveau40, retourne régulièrement dans son pays d’origine. Ce dernier lui a permis de nouer des contacts avec des entreprises séricicoles d’État, dans la perspective de développer des projets de collaboration. Constatant que « le marché auquel peut avoir accès la production locale est limité » et toujours aussi attentif aux mutations du contexte international, Christian M. a immédiatement pressenti qu’il y a là moyen de valoriser l’expérience acquise au sein de la filière. Pourquoi ne pas développer des emplois dans la technologie, puisqu’« il y a une forte demande internationale d’export de technologie vu que le marché, la consommation de la soie augmentent régulièrement et pas la production qui est monopolisée par la Chine » ? Il faut en effet se replacer dans la conjoncture internationale des années 1990, avec notamment l’évolution de la politique commerciale de la Chine qui contrôle plus de 90 % des exportations de soie grège, l’ouverture de pays traditionnellement producteurs à l’économie de marché ainsi que les délocalisations d’entreprises d’Europe de l’Ouest vers des pays dont la main d’œuvre est meilleur marché.

35Dans cette nouvelle configuration, l’innovation a effectivement cessé d’être au service d’une production locale pour s’inscrire au cœur de la stratégie d’expansion de l’entreprise. Se sentant à l’étroit dans son projet de développement local dont l’échelle n’est plus à la mesure de ses ambitions personnelles et conscient qu’il ne parvient pas à faire advenir l’« utopie » – même s’il persiste à affirmer le contraire en direction des médias –, Christian M. explore la voie ouverte par la demande internationale d’expertise en matière séricicole. Elle présente un intérêt évident puisqu’elle lui permet de valoriser économiquement et symboliquement au profit de sa société des techniques acquises essentiellement grâce aux fonds publics. Mais l’export de technologies est également une échappatoire qui permet à l’entreprise de se déterritorialiser et par là de couper le cordon ombilical qui la relie encore au « local », de plus en plus ressenti comme un fardeau. Dans ces conditions, comme il l’admet volontiers, « le seul point qui se ‘liquéfie’, et peut-être ce n’est pas plus mal, c’est celui des éleveurs ».

36La relance est donc entrée dans une logique de délocalisation de la production que ses partenaires locaux observent avec une inquiétude croissante.

  • 41 CLAVAIROLLE (F.), Coopération agro-industrielle : la modernisation de la production de la soie au (...)

37En Cévennes, le climat social est tendu, la cote de popularité du leader est sérieusement entamée et sa crédibilité auprès de certains élus locaux en perte de vitesse. Passé maître au fil des ans dans l’art de persuader, il entend convaincre ses partenaires potentiels qu’il est l’homme providentiel, à la fois doué d’une grande faculté de compréhension et d’adaptation aux réalités locales et d’une compétence technique unique sur la place internationale puisqu’il affirme maîtriser tous les maillons de la « chaîne opératoire ». De cette mission prospective, il revient avec quatre projets de coopération, allant de la simple assistance technique auprès d’une coopérative agricole à la joint-venture avec une entreprise d’État à direction centrale41.

38Face à ses partenaires cévenols, il se veut rassurant : il s’agit avant tout de rentabiliser les innovations technologiques comme la multiplication in vitro du mûrier ainsi que la maîtrise acquise dans la gestion d’une filière intégrée. S’il devait y avoir transfert de production, affirme-t-il, les Cévenols y trouveraient avantage car l’accroissement de l’activité de l’entreprise sous d’autres cieux se traduirait indirectement par une augmentation des emplois locaux dans des domaines plus spécialisés et donc mieux rétribués comme le stylisme, la finition et la commercialisation. Mais ces arguments ne rassurent guère les derniers sériciculteurs locaux ainsi que la plupart de ceux qui soutiennent encore sa démarche car ils interprètent un tel changement de cap comme une tentative de fuite face aux difficultés locales. De plus, l’évolution des compétences a le pouvoir de les exclure dans la mesure où ces dernières sont liées à des domaines de spécialités auxquels ils ne sont pas formés.

EMBARRASSANTE ÉTHIQUE

39La dernière décennie est fertile en rebondissements qui confirment le caractère indécidable de la relance, prise dans l’entrelacs des relations qui se nouent mais aussi se défont entre les différents protagonistes tout au long du passage, si difficile à négocier, du projet à son aboutissement.

40Lors de la création de Sérica, Christian M. avait été invité par les services du Ministère de l’Agriculture à interrompre ses activités de formation auprès des éleveurs de vers à soie pour ne plus se consacrer qu’à la transformation et à la commercialisation. Cette situation est provisoire, lui avait-on assuré ; le temps que l’entreprise devienne rentable et puisse recruter un personnel qualifié pour remplir les fonctions requises. À l’époque, se souvient-il, « la question qui s’est posée, c’était :’comment recréer une filière’, c’est-à-dire sa partie aval qui était absolument indispensable parce que sans elle il n’était pas du tout question qu’il puisse y avoir quelque chose en amont [...] Alors moi qui assurais la partie appui technique, conseil et suivi des agriculteurs, j’ai glissé, à la demande en particulier de la DDA, de l’amont à l’aval : ‘on vous demande, peut-être pour deux, trois ans, d’abandonner la partie amont parce que ça ne sert à rien de continuer s’il n’y a pas de filière d’écoulement’ ».

41Il n’en est pas moins vrai que l’augmentation du nombre des sériciculteurs dépend en grande partie de la capacité de la filière à susciter d’une part de nouvelles vocations par des actions de sensibilisation et d’autre part à stabiliser le réseau existant en apportant un suivi technique régulier qui offre également l’intérêt de maintenir le lien entre des producteurs dispersés sur plusieurs départements. L’absence de formation est par ailleurs un frein incontestable à la modernisation des méthodes d’élevage, à la diffusion des nouveaux procédés et donc au changement technique : sans autres conseils que ceux qu’ils obtiennent auprès des anciens éleveurs, les nouveaux sériciculteurs tendent à reproduire des pratiques souvent inadaptées aux conditions actuelles de la production. Ainsi, si Pierrette L. convient que les conseils d’un voisin lui ont été très précieux quand elle a démarré cette nouvelle activité, elle estime cependant qu’il faut « faire attention, parce qu’ils ont leurs conseils qui ne sont pas forcément les bons. C’est ce qu’ils ont vécu, eux ».

  • 42 Les cocons sont classés en trois catégories. En 1993, les cocons de premier choix étaient payés 77 (...)

42À partir du début des années 1990, les sériciculteurs sont livrés à eux-mêmes et ne reçoivent plus le moindre appui technique. Dans ces conditions, plusieurs se découragent et envisagent même de cesser leur activité. Christian M. estime que ceux « qui étaient les plus fragiles ont décroché carrément, parce qu’eux, dès que j’ai plus été derrière eux pour les appuyer, les encourager, les conseiller, ils n’ont fait que des ‘conneries’... Ils ont perdu leurs mûriers parce qu’ils ne les ont pas désherbés, ils ne les ont pas taillés comme il fallait et ça a été trois fois plus dur pour les tailler après... ». Un problème identique se pose au niveau de l’élevage proprement dit. Les sériciculteurs doivent en effet faire incuber eux-mêmes la graine or ils manquent d’expérience ou de conseils pour y remédier, ce qui entraîne un échelonnement des naissances dans le temps et donc un décalage dans la croissance des vers, facteur de dégradation de la qualité42. Comme en outre ils respectent de moins en moins les règles d’hygiène et que l’égalisation des vers n’est désormais plus assurée par la nourricerie collective dont se chargeait Gérard P., les rendements s’en ressentent nettement. La rentabilité de la sériciculture décroît et, comme le dit un éleveur, « on travaille pour la gloire, mais pas pour les sous ! ».

  • 43 Il s’agit de l’association pour le développement de la sériciculture en Vivarais (ADSV), l’associa (...)

43C’est dans ce contexte que la filière cévenole va encourager la création d’un syndicat national séricicole réunissant les associations départementales pour le développement de la sériciculture43 nées dans le sillage de l’ADSC. Christian M. compte sur ce nouvel organisme pour prendre en charge la formation qu’il ne veut plus et ne peut plus assurer. Mais le Syndicat se montre dans l’incapacité de jouer ce rôle car il ne s’y trouve pas suffisamment de membres compétents et motivés pour prendre le relais. Ses attributions se limitent par conséquent à regrouper les demandes de graine ou de matériel (hérissons, feuilles de délitage) et gérer les achats. Pouvait-il en être autrement, comme semble le penser Christian M.... ou comme il voudrait en persuader ses interlocuteurs ? Un agent de la DDA estime que personne n’est alors en mesure d’apporter cette aide puisqu’il n’existe pas dans les chambres d’agriculture de conseiller spécialisé dans ce domaine et que les rares personnes compétentes sont mobilisées dans les activités de Sérica.

44Entre les sériciculteurs et le directeur de la société, les relations se dégradent et les accusations fusent de part et d’autre. Face aux récriminations, aux reproches qui lui sont adressés, Christian M. contre-attaque. Il accuse les sériciculteurs d’être passifs, de ne rien entreprendre pour trouver auprès de leurs organismes de tutelle les aides financières qui permettraient de former et de rétribuer un technicien. Il affirme également ne pas trahir les objectifs de départ, puisque la SICA visait à « développer des emplois pour permettre à des gens du coin de rester ici ou à d’autres de venir s’y installer et pouvoir y vivre ». « C’était développement local, ce qui ne veut pas dire seulement développement agricole ! », corrige-t-il.

45Cette tension se répercute au sein même du groupe des éducateurs, partagé entre ceux qui se déclarent « inconditionnels » de Christian M. et se veulent confiants et les contestataires qui remettent en cause ses choix et ses façons de faire.

46Les premiers lui reconnaissent des qualités de leader : autorité, compétence, ingéniosité, capacité d’adaptation... Ils lui vouent une confiance sans réserve, même si la tournure que prennent les événements est pour eux source d’inquiétude : « Ah, Christian, moi, c’est quelqu’un que j’admire et je ne peux que le louer. Tout autre, après ce qu’il a fait et qu’il a réussi, ça aurait pu lui monter un peu à la tête. La gloire, il y tant d’hommes qui la recherchent ! Lui, pas du tout ! » explique l’un de ses plus fervents supporters. Un autre ajoute : « Pour moi, quand on a une orientation, ce qui est important c’est de la suivre. Mais quand il y a des circonstances contraires, on accepte, pour pouvoir atteindre son but, des contraintes différentes. Et même des choses anormales. Dans la vie, on ne fait pas ce qu’on veut, on fait ce qu’on peut. Je vois que tous les gens qui ont eu de grandes idées, ils s’orientent d’abord en fonction de leurs grandes idées puis un jour ou l’autre ils font ce qu’ils peuvent ».

47Les seconds le suspectent en revanche de n’avoir soutenu la création du syndicat que pour se débarrasser plus facilement des sériciculteurs : « la création du syndicat, ça voulait dire qu’ils avaient plus rien à foutre des producteurs. Les producteurs, ils se démerdent : ils sont grands, ils sont capables, qu’ils se débrouillent ! À partir de là, la filière n’était plus intégrée » juge l’un de ceux qui contestent de plus en plus ouvertement la légitimité de Christian M. Ils se disent floués, se déclarent trahis et abandonnés alors qu’ils s’étaient énormément investis financièrement et plus encore humainement dans cette aventure avec l’espoir d’en être un jour récompensés. À leurs yeux, le responsable de la filière fait désormais cavalier seul, il ne les représente plus et serait même prêt à les sacrifier sur l’autel d’un réalisme économique qu’autrefois il dénonçait et tournait en dérision.

48La disparition de la SICA, avec son mode de gestion collégial, au profit d’une Société anonyme dirigée par un président-directeur général est pour certains le signe le plus flagrant du démantèlement de la filière. Avec cette nouvelle organisation, les sériciculteurs se sentent quelque peu écartés, même s’il leur a été proposé d’acquérir des parts dans la société anonyme et si le syndicat séricicole a des représentants au sein du Conseil d’administration de la SA. Dans le principe, ils peuvent exercer un contrôle, mais dans les faits ils n’ont pas vraiment voix au chapitre. Seul le noyau central a en réalité le pouvoir de décider et de définir les orientations, en concertation avec les pouvoirs publics qui exercent une tutelle sur le projet et surtout l’accompagnent financièrement. C’est toute l’ambiguïté de la formule à propos de laquelle Christian M. affirme que « sur le principe, la philosophie de départ, elle reste la même dans ses grandes lignes [...], mais simplement, effectivement, le réalisme par rapport au marché et à l’environnement nous a obligé à adapter un système qui au départ était très lié à une philosophie coopérative, d’égalité au niveau des responsabilités, à la transformer en une structure beaucoup plus proche de celle du marché existant, libéral ».

49La création de la SA ne fait finalement qu’entériner un mode de fonctionnement qui au fond n’est pas nouveau au sein de la filière, même si les déclarations publiques cherchent à accréditer plutôt le contraire : depuis l’origine, la relance a en effet été véritablement portée à bout de bras par celui qui en est tout à la fois l’instigateur et la cheville ouvrière. Le procès fait à Christian M. est donc celui d’un système personnalisé à l’excès, même si certains nuancent leur propos en affirmant que « ce qu’il a fait, personne d’autre ne l’aurait fait ».

50Au fil du temps, le discours des principaux protagonistes s’est sensiblement infléchi. Les propos volontaristes concernant la priorité à accorder aux intérêts des sériciculteurs ont laissé la place à un point de vue plus nuancé : « il ne peut pas y avoir de solidarité déconnectée de la réalité économique, environnementale » avance prudemment Christian M. Le fait est qu’en l’espace de quinze ans la situation a considérablement évolué. La filature de Gréfeuilhe ne dépend plus pour fonctionner des cocons qu’elle achète aux sériciculteurs. Les quantités produites en France étant insuffisantes pour faire tourner l’atelier pendant toute l’année, elle complète dorénavant ses approvisionnements en cocons auprès de la Côte d’Ivoire et du Maroc, à un prix évidemment nettement inférieur à celui des cocons français. L’atelier de confection installé par Sérica à Saint-Hippolyte-du-Fort importe également des soies filées chinoises faute d’une production de grège suffisante. Ces importations sont en principe destinées à jouer un rôle de régulation entre l’offre et la demande car l’entreprise ne veut pas courir le risque de perdre des marchés par manque de matière première à transformer. Il s’agit d’augmenter les achats extérieurs quand la demande de produits finis augmente et que la production nationale ne permet pas d’y faire face, mais de les diminuer inversement si la production interne parvient à couvrir les besoins. La priorité devrait en effet toujours être accordée aux cocons français, conformément à la déontologie de la relance que Christian M. se plaît à rappeler : « Sérica s’est créée pour essayer de trouver un marché qui serait mis à la disposition de la partie amont. En fait, Sérica s’est spécialisée dans la transformation et la commercialisation, mais avec comme principe de base de rester totalement liée à la partie amont ». Mais en dépit de ce rappel des principes fondateurs, le changement est flagrant : les importations devaient compenser le déficit productif jusqu’à ce que l’autonomie en matière première soit atteinte or l’objectif affiché pour 1993 est de couvrir la moitié seulement des besoins avec la production locale et moins de deux ans plus tard cet objectif n’est plus du tout d’actualité. Pour « maintenir un minimum les sériciculteurs », Sérica « paie le cocon trop cher » affirme-t-il désormais. Un constat qui est suivi d’acte : la société décide d’abaisser son prix d’achat du kilo de cocons de 77 F à 50 F. Pour les sériciculteurs, c’est un coup dur dont ils craignent de ne pas pouvoir se relever.

  • 44 Je reproduis ici les propos du principal responsable de Sérica. Si on suit son raisonnement, on pe (...)

51Ce qui était présenté initialement comme un principe immarcescible est devenu un goulet d’étranglement, une entrave au développement. « On est bien obligé d’avoir une solidarité » constate Christian M. qui ajoute aussitôt « dans le cadre quand même de prix et de coûts qui rendent la chose viable et possible »44. L’utopie affirmée et revendiquée rencontre ici ses limites. Le principal dirigeant de l’entreprise finit par admettre qu’il est nécessairement contraint par la logique et la rationalité propres au mode de production dominant.

  • 45 CALLON, « Éléments pour une sociologie de la traduction », p. 196.
  • 46 La création de la SICA n’a pas entraîné la disparition de l’ADSC, l’association à l’origine de la (...)

52« Parler pour d’autres, c’est d’abord faire taire ceux au nom desquels on parle » observe M. Callon45. C’est bien ce dont se plaignent les sériciculteurs : en les privant de leur droit de parole, le responsable de la filière la monopolise à son seul avantage. La représentativité de Christian M. est remise en cause, âprement discutée au cours des réunions syndicales. Le camp des fidèles et celui des dissidents s’affrontent, certains dénonçant l’attitude du PDG de Sérica qui défend désormais le principe d’un cloisonnement structurel entre les différentes composantes de la filière, notamment l’ADSC46, le Syndicat séricicole, Sérica SA et Cévennes micro-plants. Les plus mécontents suggèrent de « tout reprendre à zéro » et proposent de reconstituer une filière intégrée qui renouerait avec les principes d’origine : « on va recréer quelque chose comme ça... Il faut que ça vienne des producteurs ».

  • 47 CROZIER et FRIEDBERG, L’acteur, p. 72.
  • 48 Durant deux saisons, certains sériciculteurs ont vendu leurs cocons à un fabriquant de cosmétiques (...)

53La nature des relations établies entre les dirigeants de la filière et les sériciculteurs est inhérente à l’ampleur de la zone d’incertitude que chacun contrôle47. L’un des éducateurs pointe ce qui fait la force de Sérica : « de toute façon, le problème est qu’il n’y a qu’une filature : celle de Sérica. Alors quand Sérica annonce qu’elle descend le prix à 50 F, on ne peut rien faire ! ». La marge de manœuvre des sériciculteurs est par conséquent extrêmement réduite48. La filière est donc bien une arène où s’affrontent les différents protagonistes de la relance, chacun des partenaires engagés dans la relation disposant d’un pouvoir proportionnel à sa marge de liberté.

54Les modalités de son fonctionnement et son règlement intérieur conditionnent l’orientation et le contenu des stratégies respectives des acteurs. C’est pourquoi sa réorganisation, d’abord sous la forme d’un ensemble de structures interdépendantes et complémentaires puis d’une holding, constitue une carte maîtresse entre les mains de ses responsables qui mettent en pratique le vieil adage, « séparer pour mieux régner ». « Il fallait découper les secteurs pour que ce soit rentable, ils disaient : le syndicat, le tissage, la confection... Quand on est arrivé là, c’est fini ! Il n’y a plus de filière intégrée ! », constate amèrement un sériciculteur. L’analyse pessimiste des éleveurs qui affirment que la création d’un syndicat indépendant est une manœuvre pour se débarrasser d’eux est étayée par le fait que si la séparation entre les sériciculteurs et les unités de transformation a bien été réalisée, il n’en va pas de même entre ces dernières qui ont continué à fonctionner en étroite solidarité, voire sur le principe des vases communicants, les capitaux et le personnel circulant entre les différentes unités de production et de commercialisation en fonction des besoins.

  • 49 CROZIER et FRIEDBERG, L’acteur, p. 83.

55On peut ainsi distinguer quatre principales sources de pouvoir qui correspondent aux différents types de zones d’incertitude : celles qui découlent de la maîtrise d’une compétence particulière et de la spécialisation fonctionnelle ; celles qui sont liées aux relations entre une organisation et son ou, mieux, ses environnements ; celles fondées sur la maîtrise de la communication et des informations ; et enfin celles qui découlent de l’existence de règles organisationnelles générales49. L’habileté de l’initiateur de la relance est d’avoir su capter à son avantage chacune de ces sources. C’est ainsi qu’il est devenu irremplaçable en raison de l’éventail de ses compétences techniques et de leur complémentarité, de son expérience et de sa polyvalence. Il le reconnaît : « le fait d’avoir suivi tout le cursus technique et d’avoir travaillé sur tous les postes de la soie, d’avoir effectué des recherches dans tous les domaines, c’est un avantage ». Figure emblématique de la relance, il a acquis un capital de relations extrêmement précieux : il est l’interlocuteur des directeurs d’usine de tricotage, des représentants des services de l’État, des banquiers et des élus tout autant que des scientifiques. Il sait comment s’orienter dans le maquis des administrations et contrôle un vaste réseau relationnel. En contact avec les principaux organismes qui encadrent la production de la soie sur le plan international, il a un accès immédiat à l’information, ainsi est-il parfaitement au courant de la conjoncture internationale, qu’il s’agisse du prix du kilo de cocons, de la politique commerciale des pays exportateurs ou de l’avancée des recherches menées par l’Unité nationale séricicole ; mais il prend soin cependant de ne laisser filtrer que les informations qui peuvent servir ses objectifs, vont dans le sens de sa démarche. Enfin, en tant que PDG de Sérica, il est celui qui édicte les règles, qui arbitre, qui fixe les enjeux, s’abritant derrière le déterminisme de la technique et les contraintes de l’économie pour briser toute velléité de contestation.

56Manifestement, ses objectifs ont considérablement évolué depuis les débuts de l’aventure. L’approche participative qui était au cœur de la démarche n’a plus cours et la filière fonctionne désormais selon un schéma pyramidal extrêmement classique. Le pouvoir de décision et le contrôle de la gestion sont exercés de manière autocratique par celui qui se trouve au sommet de l’édifice. La « base », elle, c’est-à-dire les sériciculteurs, est ainsi totalement coupée de la tête. Dans ces circonstances, de nouveaux porte-parole se détachent : les personnes les plus motivées, les « fidèles », n’hésitent plus à avouer leur désarroi et disent ne plus se reconnaître dans une évolution dont ils se sentent progressivement écartés.

  • 50 Lettre mensuelle de l’Association Internationale de la Soie, 73 (1987). Cette hypothèse est toutef (...)

57À la fin des années 1980, une nouvelle péripétie accélère la dissolution de la filière : les vers à soie cessent de régurgiter leur soie ! En 1986 et 1987, quelques sériciculteurs constatent qu’ils grossissent « comme des saucisses » et « vomissent leur soie sans la filer ». Le symptôme est inconnu et ses effets sont catastrophiques. La récolte de 1986 accuse un déficit de 30 % par rapport aux prévisions ; en Italie, le même phénomène se produit. Certains émettent alors l’hypothèse que ce dysfonctionnement pourrait être une conséquence du nuage radioactif consécutif à l’explosion de la centrale de Tchernobyl50.

  • 51 Cet organisme, rattaché à l’INRA depuis 1987, est implanté à Lyon. Il a été créé en 1980 par le go (...)

58Les signes observés sont les suivants : le 5e âge se prolonge exagérément, au-delà de 20 jours, les vers continuant à s’alimenter et à grossir sans manifester le moindre désir de « monter » et de régurgiter leur soie. L’Unité nationale séricicole51 de Lyon (UNS) s’en inquiète donc et dépêche un vétérinaire auprès de la filière cévenole afin d’étudier ce comportement mystérieux et évidemment très préoccupant. Le suivi de 18 éleveurs, tant du Gard que de l’Ardèche, de l’Hérault, du Var et de la Drôme, ne fournit aucune explication satisfaisante. Après avoir écarté l’hypothèse d’une maladie contagieuse, il apparaît que le phénomène se manifeste quel que soit le mode de nourriture des vers à soie (à la feuille ou aux rameaux) et quel que soit le type de mûrier utilisé (« anciens » en haute tige ou Kokuso en basse tige). Les examens microscopiques réalisés par l’UNS, les analyses microbiennes effectuées à la Station de recherche de pathologie comparée (INRA) de Saint-Christol-les-Alès, les cultures de germes isolés de vers à soie menées au sein du laboratoire départemental des services vétérinaires du Rhône et les analyses de radioactivité sur les feuilles de mûriers et les vers entreprises par un laboratoire de Montboucher-sur-Jabron (Drôme) ne parviennent pas à éclaircir le mystère. Les experts ne se prononcent pas sur la cause de ce non-filage, tout au plus émettent-ils l’hypothèse que ces symptômes pourraient être provoqués par un déséquilibre hormonal lié au rôle majeur de l’hormone juvénile et de l’ecdysone, l’hormone de mue.

  • 52 Il s’agit de fongicides utilisés aussi bien sur les plantes d’appartement que sur le blé ou l’orge (...)

59Les chercheurs finissent cependant par identifier un possible coupable : un produit catalogué comme insecticide biologique ciblé, agissant sur les Lépidoptères, donc sur les papillons. Utilisé par les agriculteurs pour traiter les arbres fruitiers, il se diffuserait sur les mûriers. Ce produit, efficace à doses moléculaires, est en outre très volatil puisqu’on en trouve des traces dans un rayon de 50 km autour du lieu de traitement. Les mûriers qui se situent dans une zone d’importante activité agricole sont atteints au fur et à mesure que l’utilisation du produit se diffuse dans les exploitations alors que comparativement ceux qui sont plantés dans les zones affectées par la déprise agricole résistent mieux. Le produit incriminé est un hormono-mimétique, proche dans sa composition des hormones de jeunesse du papillon. Il bloque le développement des larves ce qui explique le phénomène de non-filage. En 1993, le laboratoire qui le produit accepte de participer à une expérimentation suivie par les services de protection des végétaux. Elle l’innocente partiellement et montre que d’autres produits, des inhibiteurs de bio-synthèse utilisés pour lutter contre les maladies cryptogamiques52 des plantes peuvent également être mis en cause. Comme ces traitements sont surtout utilisés au printemps, les sériciculteurs ont une unique parade : n’effectuer que des élevages d’automne, en attendant que les pouvoirs publics prennent des mesures pour limiter, voire interdire l’usage de ces produits ou bien que les chercheurs de l’INRA mettent au point un antidote.

60Les sériciculteurs n’ont pas tous le même point de vue sur la façon dont les responsables de la filière réagissent face à la situation. Ceux qui leur font confiance parlent d’épreuve, de « coup du sort », évoquant à son propos la tragique épizootie de pébrine qui avait marqué la fin de l’« âge d’or » de la sériciculture, au milieu du XIXe siècle. Pour eux, tous les secteurs de la filière sont également affectés. Ceux qui les contestent pensent au contraire que l’événement, quoique fortuit, tombe à point nommé pour accélérer le démantèlement de la filière. Le peu d’empressement que semble manifester son directeur pour accélérer la recherche d’un remède entretient l’idée que la maladie survient à un moment opportun : ce serait pour le PDG de Sérica une occasion inespérée d’enfin se débarrasser des sériciculteurs dont il s’est engagé à acheter la production alors qu’il préférerait se fournir à moindre coût en Côte d’Ivoire ou au Maroc ; sans avoir à trahir ses engagements et tout en continuant à affirmer son désir de soutenir un développement séricicole régional, Sérica pourrait ainsi se débarrasser progressivement de partenaires devenus encombrants dès lors qu’elle tente de prendre pied dans le marché international. Selon cette hypothèse, elle bénéficierait finalement de la complicité bien involontaire de ces acteurs non-humains que sont les vers à soie : chaque année, de nouveaux sériciculteurs abandonnent, découragés par des échecs répétés.

  • 53 MUSTAR (P.), « Du biscuit dans le micro-onde : le financement d’un réseau scientifico-industriel » (...)

61Tout au long d’une trajectoire que j’ai tenté de suivre pas à pas, la relance séricicole a impliqué de multiples acteurs : sériciculteurs, vers à soie, agronomes, biologistes, élus, banquiers, fonctionnaires, techniciens, agents commerciaux, mécènes, animateurs et gestionnaires du patrimoine culturel... Elle s’est également incarnée dans diverses institutions, de l’association à la holding en passant par la coopérative, le syndicat et la SA. Le modèle de la spirale53 s’applique parfaitement à la situation décrite. Elle s’évase au fur et à mesure que le réseau lui-même s’élargit, entraînant sans répit dans son mouvement de nouveaux partenaires. Tout au long, la filière aura mené d’incessantes négociations pour intéresser un nombre croissant d’acteurs, affronté et surmonté de nombreuses épreuves mais aussi, à l’instar d’Orphée, vendu son âme pour durer.

62L’argent est le plus sûr moyen dont ses partenaires disposent pour faire valoir leurs intérêts respectifs. Celui des sériciculteurs n’est pas le même que celui des élus, des chercheurs, pas davantage que celui des collectivités territoriales et de la Communauté économique européenne. Chacun est porteur d’un projet singulier : les sériciculteurs, en prenant des parts sociales dans Sérica, pensent au maintien de l’activité agricole ; les élus, en s’attachant aux retombées économiques et médiatiques pour leur circonscription, se soucient de leur carrière ; l’ANVAR, qui contribue au financement des projets « Recherche et Développement » de Sérica, a pour objectif l’accroissement du potentiel technologique des entreprises françaises ; le CNRS se préoccupe de valoriser la recherche ; les soyeux lyonnais, en se déclarant prêts à soutenir l’entreprise dans ses projets de coopération internationale avec le Vietnam, entendent diversifier leurs sources d’approvisionnement ; les pépiniéristes voient dans le mûrier in vitro la possibilité de conquérir le marché du mûrier ornemental contrôlé par les horticulteurs ; la CEE s’inquiète du rayonnement des entreprises européennes à l’étranger... Ces différentes logiques s’orchestrent parfois mais souvent aussi s’opposent, se contredisent et la spirale, par son mouvement centrifuge, son ampleur croissante, éloigne de plus en plus la filière des aspirations de ses partenaires originels.

Notes

1 COSTA (M.), « Soie des Cévennes : du réalisme à l’utopie », Causses et Cévennes, 3 (1989), p. 339.

2 URBANO (H.), « Identités et discours utopique » dans TAP (P.), éd., Identités collectives et changements sociaux, Toulouse, Privat, 1980, p. 104.

3 CHABROL (J.-P.), Le crève-Cévenne, Paris, Plon, 1972.

4 BACZKO (B.), « Lumières et utopie ». Problèmes de recherche », Annales ESC, 2 (1971), p. 382.

5 K. Mannheim, cité par SEGUY (J.), « Une sociologie des sociétés imaginées : monachisme et utopie », Annales ESC, 2 (1971), p. 329.

6 J’emprunte ce terme à J.-P. Olivier de Sardan. Pour lui, une arène est un espace de confrontations concrètes d’acteurs sociaux en interaction autour d’enjeux communs. Cette notion, à rapprocher du concept bourdieusien de « champ », lui semble toutefois mieux adaptée dans la mesure où elle évoque une échelle plus restreinte et où elle implique la conscience claire des affrontements chez les acteurs sociaux eux-mêmes. OLIVIER DE SARDAN (J.-P.), « L’enquête socio-anthropologique de terrain : synthèse méthodologique et recommandations à l’usage des étudiants », Cahiers du LASDEL (Études et travaux), 13 (2003), p. 23-24.

7 Il s’agit du journaliste qui a rédigé l’article.

8 BLANCHEMAIN (Α.), « Soie : seul le circuit artisanal est possible », Sud, 77 (1977).

9 REYNAUD, « Identités collectives », p. 171.

10 LEGER, « Les utopies du retour », p. 46-63.

11 LEGER et HERVIEU, Des communautés, p. 28.

12 « Défi dans les Cévennes : le ver à soie revivra », Femmes d’aujourd’hui, 34, août 1981.

13 MAIGNE, « Cévennes, les nouveaux artisans ».

14 Dans Le Petit cévenol, Christian M. affirme que deux études officielles « étaient venues renforcer la conviction qu’aucune relance n’était à présent envisageable en France » : COSTA (M.), « Soie cévenole : le grand retour », Le petit Cévenol, 1769 (1982), février.

15 « Le retour du ver à soie. SÉRICA », Vivre et travailler autrement, (1993), décembre.

16 Le rapport entre la marginalité et l’innovation est complexe. Il ne s’agit pas d’affirmer qu’il existe un lien de causalité entre elles, l’innovation relevant nécessairement de la marginalité, mais plutôt de montrer qu’un individu insatisfait de son environnement social, politique et économique et qui s’éprouve lui-même comme en marge de sa société est susceptible de dépasser sa marginalité et de se faire reconnaître pour sa différence par le biais de l’innovation. Voir sur ce point : PASSARD (F.), Autonomie au quotidien, Lyon, Chronique sociale, 1984, p. 133.

17 ROSSEL (P.), « Innover ou ne pas innover », Sociologia internationalis, 2 (1990), p. 192.

18 J. Schumpeter cité dans ALTER, « La lassitude de l’acteur », p. 449.

19 Selon M. Callon, la saga de l’innovation mettrait en scène des individus le plus souvent marginaux, en butte à l’incompréhension de leurs proches, capables de voir autrement les problèmes et dotés d’une énergie hors du commun » : CALLON, « L’innovation technologique », p. 5-17.

20 CALLON, « L’innovation technologique », p. 5-17.

21 Il s’agit de l’une des formes prises par l’Utopie, celle à laquelle se rattachent les conceptions de Platon ou de T. More.

22 BOURDIEU (P.), Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982, p. 50.

23 LE MOENNE (C.), « Utopies du troisième type. Communications managériales et utopisme », Mots/Les langages du politique, 35 (1993), p. 87.

24 C’est cette facette que P. Lapouge souligne : « L’utopie s’apparente à la grenouille, au bombyx du mûrier et au caméléon. C’est une rusée. De temps en temps une patte lui pousse, un poumon remplace une branchie ou bien des ailes chatoient un bref moment pour se farder de deuil à la suite. Cette manie du masque lui permet de voir du pays et elle aime ça : l’utopie voyage, change de doctrine comme de chemise.... » : LAPOUGE (P.), Utopie et civilisations, Paris, Albin Michel, 1990, p. 267.

25 Dans un important ouvrage, l’auteur examine les dangers et les impostures de l’idéologie managériale. Il interroge la rhétorique managériale qui mêle l’économique, le social et l’éthique afin d’inciter le personnel à s’investir dans l’entreprise et à en intérioriser les contraintes : LE GOFF (J.-P.), Le mythe de l’entreprise : critique de l’idéologie managériale, Paris, La Découverte, 1992.

26 LÉGER et HERVIEU, Des communautés, p. 118-119.

27 Notion extrêmement féconde que nous empruntons à M. Callon, l’irréversibilité est une « caractéristique relationnelle qui ne s’actualise que dans l’épreuve » et qui s’attache aux traductions les plus durables et robustes : CALLON (M.) « Réseaux technico-économiques et irréversibilités », dans BOYER (R.), Les figures de l’irréversibilité en économie, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1991, p. 218-222.

28 Courrier ANVAR, 96 (1994), septembre-octobre.

29 « Le fonds d’innovation culturel », Supplément à la lettre d’information, 391 (1995), jeudi 18 mai.

30 Par culture in vitro on entend la culture de cellules ou de tissus sur des milieux nutritifs synthétiques et stériles, en tubes ou bocaux de verre. Pour multiplier in vitro le mûrier, le technicien part de bourgeons ou de méristèmes – c’est-à-dire des tissus de cellules végétales de type embryonnaire. Le prélèvement est effectué dans une enceinte stérile, puis les fragments sont placés dans un tube sur un milieu de culture adéquat. Ils donneront des boutures identiques à la plante d’origine et indemnes des maladies caractéristiques de l’espèce.

31 LATOUR (Β.) et WOOLGAR (S.), La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La Découverte, 1988.

32 L’ANVIE est l’association Nationale pour la Valorisation Interdisciplinaire de la recherche en sciences de l’homme et de la société auprès des Entreprises.

33 GIRY-LOZINGUEZ (C.), « Une historienne à la fibre textile », Libération, (1995), 17 octobre.

34 Les sériciculteurs qui élèvent quelques vers à soie pour en faire des sortes de bouquets décoratifs ont coutume d’étouffer les chrysalides dans le four de leur cuisinière.

35 FLICHY, L’innovation technique.

36 Les façonniers locaux [ayant] perdu en grande partie le savoir-faire lié à la soie parce qu’ils travaillaient du coton [...] les derniers bas de soie sur Ganges se sont arrêtés dans les années 1960. Donc depuis trente ans, pratiquement une génération d’ouvriers » explique Christian M.

37 ALTER, « La lassitude de l’acteur », p. 462.

38 HÉRIARD (B.), « De l’ambiguïté de la passion technique : l’exemple d’Edison », Alliage, 21 (1994), p. 146.

39 Les Viet kieu sont des Vietnamiens ayant quitté le pays pour s’installer à l’étranger lors des guerres d’indépendance et afin de fuir le régime communiste en train de s’instaurer.

40 Le doï moï correspond à une libéralisation – très relative-des secteurs de l’économie vietnamienne, jusque là centralisée et fermée.

41 CLAVAIROLLE (F.), Coopération agro-industrielle : la modernisation de la production de la soie au Vietnam, rapport de mission au Ministère des affaires étrangères, 1993.

42 Les cocons sont classés en trois catégories. En 1993, les cocons de premier choix étaient payés 77 F le kilo, ceux du deuxième choix, 50 F et ceux du troisième choix, 38 F.

43 Il s’agit de l’association pour le développement de la sériciculture en Vivarais (ADSV), l’association Var-soie, l’association pour le développement de la soie dans la Drôme.

44 Je reproduis ici les propos du principal responsable de Sérica. Si on suit son raisonnement, on peut se demander comment il se fait que le prix des cocons soit devenu inacceptable alors qu’il a été jusque là accepté et intégré dans la stratégie de la filière.

45 CALLON, « Éléments pour une sociologie de la traduction », p. 196.

46 La création de la SICA n’a pas entraîné la disparition de l’ADSC, l’association à l’origine de la relance qui désormais gère un Musée de la Soie créé à Saint-Hippolyte-du-Fort.

47 CROZIER et FRIEDBERG, L’acteur, p. 72.

48 Durant deux saisons, certains sériciculteurs ont vendu leurs cocons à un fabriquant de cosmétiques qui tentait de mettre au point des produits de beauté à partir de la glande soyeuse des vers prélevée juste avant qu’ils filent leur cocon.

49 CROZIER et FRIEDBERG, L’acteur, p. 83.

50 Lettre mensuelle de l’Association Internationale de la Soie, 73 (1987). Cette hypothèse est toutefois contestée par un chercheur de l’Associazione nazionale per la bachicoltura (Italie) qui se refuse à établir un lien direct entre les deux phénomènes.

51 Cet organisme, rattaché à l’INRA depuis 1987, est implanté à Lyon. Il a été créé en 1980 par le gouvernement dirigé par Raymond Barre dans des locaux appartenant au Conseil général Rhône-Alpes. Il s’agissait de maintenir en France le siège de la Commission séricicole internationale dont la France assure le secrétariat général permanent. L’UNS poursuit les activités de recherche menées par la station séricicole d’Alès qui a fermé ses portes en 1979. Elle se charge en particulier du maintien des souches européennes de vers à soie, de la production d’hybrides et entretient une collection de mûriers afin de sauvegarder le patrimoine génétique.

52 Il s’agit de fongicides utilisés aussi bien sur les plantes d’appartement que sur le blé ou l’orge de printemps.

53 MUSTAR (P.), « Du biscuit dans le micro-onde : le financement d’un réseau scientifico-industriel », dans AKRICH (M.), BIBARD (L.) et CALLON (M.), Ces réseaux, p. 192.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540