Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le renouveau de la production de la soie en Cévennes (1972-1998)

 | 
Françoise Clavairolle

De l'utopie au réalisme

De la coopérative au holding

Texte intégral

NAISSANCE D’UNE CONTROVERSE

1On peut s’étonner de la facilité avec laquelle les tisseurs ont accepté la règle du jeu imposée par la SICA alors qu’elle allait de toute évidence à l’encontre de leurs intérêts tant matériels que symboliques.

  • 1 CROZIER et FRIEDBERG, L’acteur et le système, p. 45.

2La position favorable ou au contraire défavorable que tous les protagonistes occupent au sein du procès de production constitue la clé d’interprétation des relations qui vont se nouer entre eux ou au contraire se défaire. Comment en effet expliquer que les tisseurs aient pu consentir à payer le kilo de fil de soie quatre à cinq fois plus cher que sur le marché international ? Pour quelles raisons se sont-ils pliés aux décisions prises par les responsables de la SICA alors qu’elles favorisaient les sériciculteurs à leur propre détriment ? Une organisation, disent M. Crozier et E. Friedberg, « est le royaume des relations de pouvoir, de l’influence, du marchandage et du calcul »1. Ce sont ces relations qu’il faut maintenant examiner.

3Une première « explication » est que les tisseurs se sont depuis peu « convertis » à la soie et ne maîtrisent encore qu’imparfaitement les savoir-faire propres à cette fibre.

  • 2 Selon R. Sainsaulieu, l’apprentissage délimiterait un espace protégé des contraintes de production (...)
  • 3 T. s’est formé aux techniques de tissage de la soie auprès d’un canut lyonnais.

4En leur donnant la possibilité de faire leur apprentissage2, ADSC et le CAT Les Magnans les font en quelque sorte entrer par une porte dérobée dans un milieu professionnel connu pour sa fermeture, son conservatisme social et technique. La nouvelle génération des tisseurs de soie sur métiers à bras doit donc faire ses preuves au sein d’une profession d’autant moins accueillante qu’il s’agit d’un secteur économique en crise : à Lyon on ne compte plus le nombre de « maisons » qui ont cessé leur activité, se sont reconverties dans les fibres synthétiques ou ont été rachetées par des concurrents italiens ! Avec la soie cévenole, les tisseurs font discrètement leur premières armes, à l’abri des regards et du jugement réprobateur des maîtres incontestés de la profession, lesquels ne sont guère enclins à reconnaître l’existence d’une nouvelle génération d’artisans n’appartenant pas au sérail ainsi que d’un foyer de compétences qui serait extérieur à la place lyonnaise3.

5Il faut également considérer que les nouveaux tisseurs voient dans la relance un pari original qui conjugue la référence à une tradition et une dynamique d’innovation.

  • 4 C’est au XVIIIe siècle que l’industrie nîmoise de soieries, alimentée en soie grège par les atelie (...)

6La tradition dans laquelle ils se situent est incarnée par les savoirs et savoir-faire liés à la fabrication de la soie. Mais si on y regarde de plus près, on s’aperçoit que si les Cévennes peuvent revendiquer une « tradition » dans le domaine de la sériciculture et la filature, il n’en va pas de même en ce qui concerne le tissage qui n’a jamais été dans cette région qu’une activité secondaire4.

7L’innovation porte sur la mise au point de tissages originaux qui se démarquent de la production lyonnaise en alliant les caractéristiques techniques propres aux étoffes traditionnelles à la modernité des motifs et des harmonies colorées. Le fil des Magnans ou celui de la SICA n’intéresse pas la soierie lyonnaise ; elle craint de se désavouer en utilisant un fil d’un grade assez bas alors que pour T. au contraire ces « défauts bonifient le produit fini en ce sens qu’ils le démarquent ». La Soierie lyonnaise est en fait prisonnière d’une réputation et d’un savoir-faire qui pour certaines maisons remonte au XVIIIe siècle. On comprend qu’elle n’accepte pas volontiers de renoncer aux normes d’excellence et aux modèles esthétiques sur lesquels sa notoriété internationale s’est fondée !

8Grâce à leur participation à la relance séricicole cévenole, les tisseurs ont donc satisfait leur soif d’une reconnaissance que leur refuse le milieu professionnel. Les instances publiques et les collectivités locales se montrent particulièrement réceptives à leurs projets et les appuient sans hésiter. C’est ainsi que sur proposition d’un adjoint au maire de Saint-Jean-du-Gard, T. est désigné comme lauréat du prix régional de la Société d’encouragement aux métiers d’art ; le Préfet de région accède à sa demande d’apporter une aide financière à la création d’un établissement de formation des tisseurs de soie sur métiers à bras tandis que la municipalité de Saint-Jean-du-Gard met des locaux à disposition de la future école. Un consensus des édiles auquel sont évidemment sensibles ces néo-artisans en quête de légitimité.

  • 5 BOLTANSKI (L.) et THEVENOT (B.), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Presses (...)

9Librement consenti bien qu’il soit hautement improbable dans la logique économique dominante, l’accord conclu entre les tisseurs et l’amont de la filière dépend du maintien des conditions qui ont présidé à son instauration. Aussi longtemps que chaque partenaire trouvera son intérêt dans l’opération, que les avantages et les inconvénients s’équilibreront et se compenseront, leur coopération et leur solidarité auront des chances de se pérenniser. Mais si en revanche l’échange devient inégal, alors des revendications se feront jour et le fragile édifice se fissurera. Tandis que les défenseurs de l’amont se situe dans la logique « civique » d’un intérêt qu’ils conçoivent comme collectif et dans une démarche d’innovation qu’avec L. Boltanski et B. Thévenot nous pourrions qualifier d’« inspirée »5, l’action des tisseurs semble surtout dirigée par un désir de reconnaissance sociale, une quête du « renom », ainsi que par l’exigence d’efficience économique à laquelle le marché ne cesse de les ramener.

10De fait, l’idylle entre les sériciculteurs et les tisseurs va tourner court. Bientôt, ces derniers se persuadent qu’ils sont le véritable socle de la filière et que sans eux l’organisation s’effondrerait. Ils sont en effet les seuls à accepter de travailler la soie cévenole ; ce faisant, ils lui confèrent une valeur aussi bien marchande qu’esthétique dont ils ne retirent personnellement ni prestige, celui-ci étant en quelque sorte monopolisé par l’ADSC, ni avantage matériel, puisque non comptant de s’être engagés à acheter le fil de soie au prix fixé par la SICA, ils sont même invités à réduire davantage encore leur marge afin que leurs tissages soient commercialisés à un prix raisonnable. « C’est vrai que la soie des Cévennes était à un prix qui est 4 à 5 fois le prix chinois ! Donc une soie incommercialisable. Elle ne le devenait que parce qu’il y avait une transformation qui lui rajoutait de la valeur, qui faisait que sur le marché on pouvait la vendre un prix plus élevé. On pouvait donc rémunérer le cocon relativement cher par rapport au prix de la soie » convient Christian M.

11La solidarité rencontre ici ses limites et les tisseurs protestent de plus en plus énergiquement : « C’est nous qui finalement valorisons la soie des Cévennes par la consommation et la valeur ajoutée qu’on lui apporte » ; ce que confirme bien volontiers Christian M. qui ajoute qu’« ils se sentaient un petit peu lassés de dépendre d’une production que finalement eux aidaient à commercialiser ». De plus, il s’avère que l’engagement pris par les responsables de la filature d’abaisser à relativement court terme le prix de la soie ne pourra pas être tenu. L’utilisation de la bassine doupion qui devait permettre de diminuer le coût de production du kilo de soie se solde au contraire par son augmentation. Sa mise au rebut devient prétexte à une mise en accusation réciproque, les tisseurs reprochant aux techniciens de la filature d’avoir été incapables de la faire fonctionner correctement et ces derniers accusant les tisseurs d’avoir fait marche arrière après les avoir fortement incités à acquérir cet outil ! Les reproches de plus en plus directs d’incompétence technique, d’irresponsabilité et de manque de réalisme économique lézardent l’alliance entre les partenaires. Certains accusent même le leader de la relance de ne défendre que les intérêts des sériciculteurs. Pour eux, il n’est pas en réalité représentatif du bien commun et c’est la raison pour laquelle sa parole est discutée, sa personne contestée.

  • 6 C’est ce que fera T. qui poursuivra par la suite son activité de tisseur en soie dans son atelier (...)
  • 7 CROZIER et FRIEDBERG, L’acteur et le système, p. 94.

12Au fond, la SICA bafoue la logique élémentaire des rapports de force : les sériciculteurs sont traités et agissent comme s’ils étaient la pièce maîtresse de l’édifice alors qu’ils sont pourtant en position de dépendance. Les tisseurs peuvent en effet décider de revenir à leur matière première d’origine ou choisir d’acheter leur soie chez d’autres fournisseurs à un prix correspondant à la réalité du marché6. Le conflit latent entre l’« amont » et l’« aval » laisse deviner ce qui pourrait bien être l’erreur majeure commise par ceux qui sont à l’initiative de la relance : ne pas avoir compris que l’intégration et la persistance d’une organisation sont constamment menacées par des tendances centrifuges « introduites par l’action motivée de ses membres qui, dans la poursuite de leurs stratégies personnelles toujours divergentes sinon contradictoires, cherchent tout naturellement à protéger, voire à élargir leur propre zone de liberté en réduisant leur dépendance à l’égard des autres, ou – pour le dire autrement – en limitant et restreignant l’interdépendance qui les lie aux autres parties en présence »7.

13Au sein de la SICA, chacun entend bien utiliser activement sa propre marge d’autonomie en fonction de la représentation qu’il se fait de sa position.

  • 8 La soie cévenole ne provient que du Bombyx mori.

14Ainsi les tisseurs, conscients que leur statut ne reflète pas la réalité des rapports entre tous les membres de la SICA, attirent-ils l’attention de ses responsables sur la nécessité de corriger rapidement ces dysfonctionnements. Mais leurs voix, discordantes, ne sont pas entendues. C’est dans ce contexte polémique que T. décide de dissoudre l’école de tissage après seulement deux années d’existence, se refusant à former « des chômeurs en puissance, voyant le coût de la soie ». Rapidement, il renonce à tisser la soie cévenole et se tourne vers la soie d’anthéréa8. Parmi ses collègues, les uns reviennent au tissage du lin ou de la laine tandis que d’autres se désengagent de la filière et décident de quitter la région parce qu’ailleurs, de l’avis même de Christian M., « il n’y avait pas cette production dont ils dépendaient. Ils ont continué à produire à partir de soie chinoise et à valoriser un produit avec uniquement leur propre image ».

15On peut se demander si l’échec de l’école et la dispersion des membres d’ATISSOF n’ont finalement pas fait l’affaire du responsable de la SICA qui s’est toujours défiée des tisseurs à bras pour au moins deux raisons : leur faible capacité de consommation de la soie cévenole et leur « esprit d’indépendance », facteur selon lui de tension au sein de la filière. Pour Christian M., « Il y avait des gens comme les tisseurs qui ne voulaient pas se laisser intégrer, qui avaient l’esprit très individualiste, qui voulaient qu’il y ait des contrats entre deux groupes d’individus, les producteurs et les consommateurs de fil, mais en restant totalement indépendants ».

16En quittant la SICA, les tisseurs donnent donc indirectement raison à Christian M. qui depuis longtemps tenait l’alliance avec les tisseurs, imposée par les circonstances, pour une étape vers une intégration « de A à Ζ ». Autrement dit, il s’agissait pour lui d’intégrer non seulement les hommes en passant avec eux des contrats de production, mais l’opération même de tissage, à travers l’outil de production et les savoir-faire.

  • 9 PEAUCELLE (J.-L.), « Théorie des jeux et sociologie des organisations », Sociologie du travail, 1 (...)

17Fabrice D., le plus dynamique de tous les tisseurs au sein de la SICA, partage les idées de Christian M. quant à l’intégration du tissage et de la commercialisation ; c’est la raison pour laquelle il a déjà franchi le pas et commencé à travailler sur les métiers mécaniques qui ont été installés à Gréfeuilhe, les métiers à bras ne servant plus désormais qu’à mettre au point des modèles. Ainsi la résolution du conflit se traduit-elle par le retrait de la majorité des tisseurs. Leur zone de liberté étant incontestablement plus étendue que celle des sériciculteurs, il leur est à tout instant possible de dénoncer le contrat qui les lie à la SICA et même de rompre avec elle s’ils ne parviennent pas à faire valoir leur intérêt9.

18Dans l’immédiat, cette crise semble surtout profiter à l’amont de la filière et à son leader qui parvient ainsi à ses fins : mettre en place une filière entièrement intégrée puisque la SICA va désormais contrôler elle-même l’ensemble des opérations de transformation, depuis la filature jusqu’au tissage. Dans le nouvel organigramme, Christian M. et Fabrice D. se partagent les tâches et les responsabilités. Christian M., conformément à son objectif initial qui était de servir un développement local basé sur la relance des élevages séricicoles, engage un programme visant à améliorer la productivité séricicole par une meilleure maîtrise des techniques de culture du mûrier et d’élevage des vers à soie, tandis que Fabrice D. se charge du tissage et de la commercialisation.

19Sa stratégie commerciale, dès lors que la capacité de production de la SICA est en quelque sorte libérée par le retrait des tisseurs à bras, mérite que l’on s’y intéresse.

20Elle présente au printemps 1983 ses premières collections de tissus pour la confection : un taffetas chaîne et trame filé, une toile chaîne filé et trame schappe, une toile chaîne et trame schappe. Son dossier d’échantillons sous le bras, Fabrice D. fait du « porte à porte » auprès des grandes maisons de couture parisiennes. L’accueil est relativement favorable et le carnet de commandes se remplit de façon satisfaisante. Certains, comme Ted Lapidus pour sa collection de prêt-à-porter, trouvent les produits de la SICA « intéressants mais trop chers » ; d’autres, comme Nina Ricci, jugent les cravates « trop ‘sport’ par rapport au style de la maison » ; en revanche, des maisons renommées comme Pierre Cardin, Jacques Estérel ou encore Louis Féraud commandent des articles ou des métrages pour effectuer des essais. Le tisseur-commercial démarche également auprès de grands groupes industriels dans la perspective d’un débouché dans le cadeau d’entreprise : Thomson, l’Aérospatiale, Airbus Industries, Électronique Serge Dassault, Avions Marcel Dassault et Air France sont les principales sociétés contactées au cours de cette prospection. La participation de la SICA à des salons internationaux permet enfin d’approcher des fabricants de cravates susceptibles d’acheter des métrages de soie et de rencontrer des représentants multicartes pour développer la vente auprès de détaillants français.

21Le bilan des deux premières années de commercialisation est cependant nuancé. Les frais de collections et les coûts de gestion du réseau commercial s’avèrent difficiles à amortir au regard du volume des ventes réalisées. L’absence de griffe connue, une gamme restreinte d’articles et des prix relativement élevés s’ajoutent à un facteur conjoncturel défavorable qui n’avait pas été détecté : la cravate, symbole traditionnel de l’élégance masculine, est un accessoire passé de mode ! Désormais elle est au contraire au style que l’on qualifie de « décontracté ». De plus, la SICA ignore tout des pratiques de consommation dans ce domaine. Elle s’aperçoit donc trop tardivement que la cravate haut de gamme est devenue indissociable de la chemise ; le client aisé, attentif à l’harmonie des coloris, des motifs et des matières, va plus volontiers vers une marque qui propose une parure complète : « tous ceux qui passaient devant notre stand trouvaient ça très beau, fabuleux, mais le gars qui achetait en face ses chemises, il avait la cravate avec, assortie... On a eu quelques marchés, mais on s’est planté ! ».

  • 10 La SICA est particulièrement attentive à la provenance de sa matière première car il s’agit pour e (...)

22Les responsables de la SICA ne se découragent pas pour autant et font le pari de l’innovation textile afin de pouvoir prendre place sur des créneaux commerciaux nouveaux ou qui ne sont pas encore saturés. La France et plus largement l’Europe connaissent alors une augmentation de la consommation des fibres naturelles, liée à la montée en puissance de l’écologie ; l’époque est aux matières naturelles et au « fait main ». C’est pourquoi la SICA étudie la possibilité de créer des fils cardés à partir de déchets de soie inutilisés. Cette activité a le mérite de renouer avec une tradition régionale – plus nîmoise qu’à proprement parler cévenole, même s’il y a eu des ateliers en Cévennes – que les filateurs français ont progressivement abandonnée aux industriels italiens, suisses et allemands. Enfin, dernier point qui joue en faveur de cette orientation, le prix trop élevé du fil – en 1985, il est proposé à 800 F alors que le filé chinois ne coûte que 300 F – qui rend sa commercialisation impossible à ce stade et très difficile après tissage. L’intérêt du fil de schappe tient à son originalité visuelle et tactile, un aspect mat et « rustique », et à son extension moléculaire qui induit une économie de matière première. Sa production n’est pas destinée à concurrencer l’Italie mais à valoriser les déchets de la filature de Gréfeuilhe. Par ailleurs, un programme d’étude, mené en collaboration avec l’Institut textile de France, débouche sur la mise au point de mélanges intimes à base de fil de schappe et de différentes autres fibres textiles comme les laines angora ou cachemire, le lin10. Il s’agit une fois encore d’allier tradition et innovation.

23En dépit de son manque d’expérience, la filière fait donc preuve d’une réelle capacité à rechercher des débouchés originaux et à s’adapter à un marché particulièrement dynamique. C’est ainsi qu’au printemps 1985 Fabrice D. est en mesure de présenter une nouvelle collection de tissus pour le prêt à porter, en mélanges soie-lin et soie-laine. Dès l’automne suivant, la SICA dispose d’un réseau de représentants et d’agents commerciaux en France et dans plusieurs pays étrangers, l’Angleterre, la Belgique, la Suisse et particulièrement le Japon, pays dont les stylistes recherchent des matières textiles originales. Junko Shymada, Yamamoto ou encore Kenzo, célèbres créateurs japonais installés en France, lui passent commande.

  • 11 La soie de Gréfeuilhe, réalisation PIAULT (M.H.) et BAZIN (L.), Production ALFISED, 30’, 1983.

24Parallèlement, la filière expérimente un nouveau mode de commercialisation : la vente estivale aux touristes. Depuis l’été 1982, le bouche à oreille et quelques articles élogieux parus dans la presse locale et nationale ont eu pour effet de conduire de nombreux estivants jusqu’à l’atelier de Gréfeuilhe afin d’y voir comment se fabrique la soie. Quelques objets présentés dans le hall d’accueil de la filature, un document audiovisuel retraçant l’aventure de la relance11 et la visite de l’atelier en activité suffisent pour séduire le touriste qui ne repart pas sans avoir acheté un article-souvenir. Faisant taire son hostilité à l’égard du tourisme qu’il dénonçait durant ses années de militantisme occitaniste et qu’il avait même combattu activement, Christian M. commence à se demander s’il ne constituerait pas tout compte fait un marché extrêmement porteur. Non seulement les ventes réalisées lors des visites de l’atelier tendent à le confirmer, mais il semble en outre que ce débouché réponde aux objectifs que s’est fixée la relance : supprimer tant que faire se peut les maillons intermédiaires qui s’interposent tout au long de la chaîne de production et de transformation et prélèvent au passage leur obole.

25À en croire la progression du chiffre d’affaire de la SICA, le pari de la relance semble en bonne voie d’être gagné. Pourtant, une fois encore, la confiance qu’affichent ses responsables va être mise en échec. En 1986, une nouvelle crise surgit en effet en son sein alors que l’intégration du tissage semblait avoir résolu l’essentiel des problèmes. C’est le moment que choisissent le tisseur-commercial et le styliste pour quitter en même temps la SICA, en reprenant à leur compte les arguments avancés par les tisseurs moins de trois ans auparavant. Christian M. analyse le conflit en ces termes : « Ils estimaient que la valeur ajoutée en création et en tissage donnait toute la valorisation au produit et ils estimaient que si le produit pouvait bien se vendre, c’était grâce au tissage et à la création. C’était pas tout à fait faux mais nous on ne voulait pas dissocier de la partie amont sachant que si on le faisait, ce qui s’était passé dans le passé entre les Lyonnais et les Cévennes, la partie aval, finirait par étrangler complètement la partie amont. Ça a abouti à la scission ». Une fois encore, la référence au passé sert à légitimer les orientations adoptées par la filière.

26Pour la SICA, les conséquences de ce divorce vont être considérables, le groupe dissident ayant pris soin de partir avec un outil de commercialisation capital, le fichier-client. Le conflit qui met aux prises Christian M., défenseur de l’amont de la filière, et Fabrice D., artisan – et partisan... – de l’aval, prend une tournure très personnelle, ce qui n’a rien de surprenant dans une aventure où la passion et les liens personnels jouent un rôle majeur.

27« C’était Dallas ! » se souvient un témoin. L’éthique égalitariste à laquelle chacun avait voulu croire avec plus ou moins de sincérité vole en éclat et les protagonistes parlent de trahison et d’infidélité. La rupture est à la mesure des liens amicaux qui unissaient auparavant les deux protagonistes, désormais dans l’incapacité de trouver un terrain d’accord sans faire appel à une médiation externe. Au delà des analyses objectivantes, il faudrait, sans verser dans un psychologisme simplificateur, tenir également compte de la personnalité du leader de la relance dont les aspirations participatives sont contrebalancées par un désir de pouvoir et un mode de gestion particulièrement autocratique ; on peut y voir une explication à sa méfiance envers les tisseurs dont l’indépendance, et pour certains la notoriété, faisaient ombrage à son leader-ship. Mais faute de données comparatives, il est difficile de faire véritablement la part des facteurs d’ordres psychologique et sociologique.

28Ayant pris la responsabilité de soutenir le projet de relance, la Direction Départementale de l’Agriculture ne peut accepter la disparition de la SICA ; elle pourrait en effet la mettre en difficulté, entraînant un désaveu de son action. Elle confie donc l’arbitrage du conflit à son chargé de mission. La négociation aboutit à l’accord suivant : Fabrice D. est autorisé à conserver le fonds commercial à condition qu’il indemnise la SICA et s’engage à travailler avec elle pendant encore deux années. Au terme du contrat, les deux structures cesseront toutes leurs activités communes, la SICA ayant eu tout le temps nécessaire pour créer son propre réseau commercial et Fabrice D. pour monter son atelier de tissage et de confection. Mais lorsque s’achèvent les deux années de transition, la SICA se retrouve avec près de 500 000 F de factures impayées car ses partenaires ont dû dans l’intervalle déposer le bilan.

29Christian M. et Simon A. avaient néanmoins pressenti les difficultés à venir avec leurs anciens collaborateurs et préparé le passage à une nouvelle organisation. Dans leur esprit, cette restructuration était inéluctable à plus ou moins brève échéance dans la mesure où le chiffre d’affaires lié à l’activité industrielle de la SICA ne pouvait pas légalement être supérieur à celui provenant de l’activité agricole.

LE PASSAGE À LA SOCIÉTÉ ANONYME

30En 1985, la SICA est au bord de la liquidation. Endettée, elle n’est plus en mesure de régler ses fournisseurs (sériciculteurs en tête), ses prestataires occasionnels et son personnel. Avant de déposer le bilan, ses responsables décident de créer une nouvelle structure économique : Sérica – Soieries des Cévennes.

  • 12 On peut cependant se demander si ces craintes sont vraiment fondées car SÉRICA n’a pas le profil d (...)

31Il s’agit d’une société anonyme dont le capital de départ est constitué d’actions comprises dans une fourchette allant de 10 000 F à 50 000 F afin d’éviter que des groupes ou des individus financièrement puissants soient en mesure de prendre le contrôle de la société12. Ses fondateurs tiennent en effet à ce que l’entreprise « reste en pays cévenol et qu’elle soit essentiellement l’affaire de ceux qui depuis plusieurs années déjà ont soutenu l’action de relance séricicole ». Les difficultés économiques n’ont semble-t-il pas écorné les résolutions initiales sur lesquelles s’était fondée toute la démarche. « Sérica s’est créée pour essayer de trouver un marché qui serait mis à la disposition de la partie amont » rappelle son président qui confirme ainsi que la filière entend demeurer fidèle à sa ligne de conduite. Pour garantir le transfert de ces principes fondateurs dans le cadre de Sérica, les agriculteurs ont leurs représentants au sein du conseil d’administration de la nouvelle société.

  • 13 Le décreusage et le cardage sont effectués par des entreprises extérieures.

32Le démarrage de Sérica au cours du premier trimestre 1986 est délicat car la toute nouvelle société doit emprunter une somme importante au Crédit Agricole et ouvrir des prêts à compte courant auprès de certains actionnaires afin de racheter l’outil de production qui appartient à la SICA et est menacé de saisie du fait de sa faillite. Sa fragilité économique – en 1987 les frais financiers représentent 18 % du chiffre d’affaires – lui interdit en outre de recruter le personnel nécessaire à son fonctionnement ; elle peut tout au plus financer le poste d’un directeur technique chargé tout à la fois des approvisionnements en matière première, du suivi des façonniers13, de la gestion technique, de l’organisation de la production et enfin de la commercialisation. Christian M. étant le seul à pouvoir remplir les différentes fonctions requises, c’est donc lui que désigne la Direction départementale de l’Agriculture, organisme de tutelle de la SICA qui tient en priorité à préserver l’activité séricicole puisqu’elle relève de son domaine de compétence et de responsabilité.

33Or la sériciculture est étroitement solidaire, dépendante même de l’aval, c’est-à-dire des phases ultimes de transformation et de commercialisation : si Sérica ne parvient pas à reconstituer à la fois le réseau de clientèle et les savoir-faire « partis » avec le tisseur et le styliste, elle hypothèque fortement son avenir et donc celui de la relance. C’est ainsi que paradoxalement Christian M. va être contraint à suspendre ses activités liées à la maîtrise des savoir-faire séricicoles et à la formation des sériciculteurs pour s’investir dans la fabrication et la commercialisation qui sont les maillons faibles de la filière.

34Afin de respecter les termes du contrat qui la lie pour deux ans avec la société fondée par ses anciens techniciens, la SICA a dû renoncer à exploiter la ligne de produits conçue en collaboration avec ces derniers et s’est lancée dans le fil à tricoter. Sérica choisit par conséquent d’orienter son activité vers l’exploitation des procédés mis au point par la SICA. Malheureusement, c’est le moment que choisit le marché du fil à tricoter pour s’effondrer, après une décennie de prospérité. Des maisons spécialisées dans ce commerce sont contraintes au dépôt de bilan car la mode est versatile et le pull-over « tricoté main » n’est plus au goût du jour. Ce renversement de tendance entraîne une lourde perte qui pénalise encore davantage la filière soie dans cette phase cruciale de réorganisation.

  • 14 AKRICH, CALLON et LATOUR, « À quoi tient le succès des innovations », p. 45.
  • 15 L’idée selon laquelle les goûts des consommateurs auraient un caractère erratique n’est pas partag (...)

35Était-il possible de prévoir cette évolution ? Même si les signes avant-coureurs d’un essoufflement de la consommation de fil à tricoter étaient depuis un certain temps déjà manifestes, rien ne laissait cependant prévoir un déclin aussi soudain. Le client est souvent imprévisible14 et les études de marché sont incapables de prévoir ses comportements futurs15. C’est tout le risque qu’il y a à lancer des produits innovants : un marché dont tous les indicateurs étaient au vert peut brusquement s’évanouir. Ce risque est accru lorsque un facteur d’ordre socioculturel, en l’occurrence la mode, prend le pas sur le facteur technique.

36La multiplication des actes de dissidence de la part des partenaires techniques comme des clients en dit long sur la fragilité des alliances qui ont été passées : à tout moment, elles sont susceptibles de se rompre. Ce nouvel avatar va conforter les dirigeants de Sérica dans leur conviction que la filière doit non seulement prendre en charge les opérations de production et de transformation mais également assurer elle-même la promotion et la vente de ses produits. Vendre, telle est la raison d’être de toute entreprise en économie de marché ; la question des débouchés est donc cruciale, elle constitue l’ultime sanction des choix effectués.

  • 16 MEYER, La dynamique de la demande, p. 420.

37Les abandons, les « trahisons », les circonstances contraires suscitent chez les porteurs de la relance le désir de tout contrôler, au risque, comme on le verra plus loin, de la mettre en danger. Or, comme l’a bien montré la sociologie de l’innovation, ceux qui mettent en branle son mouvement contrôlent peu ses développements ultérieurs : à trop vouloir la maîtriser, ils la tuent et parfois se « suicident »16.

LA VITALITÉ DU RÉSEAU

38Près de 10 ans après la création de l’ADSC, la relance a sensiblement changé de physionomie. Les transformations que l’on a pu observer au niveau de l’organisation de la production sont le reflet de l’évolution des réseaux de compétences et de soutien au sein desquels elle s’inscrit.

39Remontons le temps jusqu’au moment où la SICA voit le jour.

40Sa création n’est pas sans entraîner des modifications dans la composition du groupe des sériciculteurs. La plupart de ceux qui avaient participé à la relance dans sa phase expérimentale déclarent forfait quand il est question de changer d’échelle et de passer à une production définitivement affranchie de la référence au passé et désormais orientée vers la rentabilité et la productivité. Certains sériciculteurs se refusent en effet à s’impliquer davantage en prenant des parts sociales dans la SICA, tout en souhaitant demeurer membres de l’ADSC qu’ils entendent continuer à soutenir.

41Le réseau initial se remodèle progressivement, certains alliés de la première heure prenant de la distance. Les parents d’élèves se désintéressent en effet de la relance lorsque leurs enfants grandissent et s’éloignent du domicile familial pour poursuivre des études ; les sériciculteurs vieillissant renoncent à une activité qui les années passant leur est devenue trop pénible ; quant à la population de Monoblet, elle commence à reprocher à l’équipe municipale de consacrer toute son énergie et la quasi-totalité des ressources de la commune à la relance séricicole en négligeant les affaires courantes.

  • 17 EME et MAHIOU, Les labyrinthes du local.
  • 18 En réalité les pouvoirs publics ont rapidement soutenu la relance : dès 1979, des financements ont (...)

42De manière générale, on peut dire qu’au fur et à mesure que la filière se professionnalise et que « l’utopie » fait place au réalisme économique, de nouveaux acteurs s’agrègent au réseau tandis que les partenaires des débuts, ne se retrouvant plus dans le discours technique et économique qui s’est substitué à l’élan du cœur et de la mémoire, prennent de la distance. En fait, la gestion de la filière, devenant de plus en plus technicienne, tend à soustraire les orientations de celle-ci aux objectifs fixés. Plus elle est encadrée par les instances territoriales, plus elle est soumise à des pressions et à des normes qui progressivement entraînent une mise à l’écart des partenaires initiaux17. Les pouvoirs publics auxquels Christian M. a longtemps reproché leur frilosité18 sont devenus au fil du temps, bien plus qu’il ne l’admet, des partenaires à part entière.

  • 19 FIDAR : Fonds interministériel pour le développement et l’aménagement rural.
  • 20 DATAR : Délégation à l’aménagement du territoire et l’action régionale.
  • 21 Des études montrent que les tenants de la logique de la productivité sont dans d’autres régions ma (...)

43L’administration, à travers la Direction départementale de l’Agriculture, apporte un soutien déterminant qui lui confère une influence croissante sur les choix opérés. Elle a ainsi financé des études de faisabilité pour vérifier la plausibilité des prix de revient annoncés et mis à profit les compétences de ses techniciens pour le montage juridique de la SICA. Elle se charge également d’instruire des dossiers auprès du FIDAR19, de la DATAR20 et des collectivités territoriales afin d’obtenir des aides pour la plantation de mûriers et l’aménagement des magnaneries. À cette occasion, la DDA prend l’initiative d’une politique d’appui à la sériciculture dans tout le Sud de la France et lance un programme de plantation de Kokuso 21 et d’aménagement des magnaneries, non seulement dans le Gard mais également en Ardèche, la Drôme et les Pyrénées orientales. Il faut cependant relativiser la mobilisation de la DDA en tant qu’indice d’une implication de l’État21 ; elle est surtout à porter au crédit de son directeur et de l’un de ses proches collaborateurs, prêts à soutenir toute action innovante susceptible de voir le jour dans ce département gravement affecté par la déprise agricole.

  • 22 J.-P. Courthéoux dénonce ce qu’il qualifie de « politique sans amont ». Il entend par là des actio (...)

44Néanmoins la création de l’atelier de Gréfeuilhe, avec un budget de plus d’un million de francs, a enclenché le mécanisme des aides publiques. Par souci de cohérence, la DDA ne peut qu’appuyer le renforcement de l’amont de la filière, sachant qu’il ne suffit pas de mettre en place une filature, il faut également des cocons pour la faire fonctionner22 ! La mise en œuvre d’une politique d’appui à la sériciculture est indissociable de la création de l’outil de transformation puisqu’il s’agit d’une logique de filière intégrée.

45Les aides appellent généralement les aides. C’est le premier pas qui compte : dès lors que les pouvoirs publics commencent à financer un projet, ils ont tendance à reconduire leur soutien financier par crainte qu’il ne fasse naufrage et qu’on leur reproche par la suite d’avoir manqué de discernement, voire même « jeté l’argent par les fenêtres », comme on ne manquera pas de le déclarer par la suite. Leur légitimité est donc liée à la réussite du projet. En d’autres termes, l’institution devient prisonnière d’un engrenage dont elle peut difficilement se dégager ultérieurement. La logique bien connue des « plans de sauvetage » ne vise pas seulement à sauvegarder des emplois mais aussi à retarder toute démarche des autorités de tutelle ayant le souci de faire la lumière sur les erreurs commises et d’identifier les responsabilités. À cet égard, le manque de discernement de certains élus, prenant parfois fait et cause pour des opérations douteuses, peut être tout autant questionné que l’imprudence et l’incompétence des entrepreneurs.

  • 23 Il s’agit d’aides du type Fonds européen de l’économie régionale (FEDER) instruites conjointement (...)

46En raison de son territoire partiellement montagneux et de ses difficultés économiques, le département du Gard peut prétendre aux aides tant nationales qu’européennes pour le développement économique et l’aménagement des zones de montagne défavorisées23. La DDA, en s’immisçant dans le développement de la filière, lui sert de relais auprès des organismes décideurs au sein desquels elle dispose fréquemment d’une voix consultative. Discrète dans ses interventions, elle n’en remplit pas moins un rôle fondamental, tempérant certaines prises de risque inconsidérées, rappelant à l’ordre les responsables lorsqu’ils ne tiennent pas suffisamment compte de l’interdépendance entre l’amont et l’aval de la filière.

  • 24 J. Schumpeter met en évidence deux éléments selon lui centraux dans le mécanisme de l’innovation : (...)

47Parallèlement à l’influence croissante de la DDA sur la stratégie de la filière, on remarque aussi l’emprise des organismes financiers qui apportent une partie des capitaux nécessaires à la mise en place de l’outil de production et qui assurent à Sérica un fonds de roulement24. Devant assumer le passif de la SICA, la nouvelle société se donne comme objectif prioritaire l’augmentation du chiffre d’affaires car ses résultats économiques sont absorbés par le remboursement de sa dette et le paiement des emprunts contractés.

  • 25 Il s’agit d’une température étouffante, préjudiciable aux vers à soie. Voir CLAVAIROLLE, Le magnan (...)
  • 26 MEYER, La dynamique de la demande, p. 62.

48La filière est donc prise entre deux feux : d’un côté elle est sommée de résoudre la question de la commercialisation que chaque facture à régler vient rappeler de façon pressante à ses dirigeants, de l’autre elle doit continuer à assurer l’encadrement des sériciculteurs et inventer des réponses techniques mieux adaptées aux exigences de productivité et de rentabilité. Bien que ces deux directions fassent appel à des compétences qui ne sont pas de même nature, Christian M. n’a guère le choix : il doit faire face, changer de casquette selon son interlocuteur du moment, être tout aussi capable de répondre à l’éducateur qui se plaint de la « touffe »25 qui compromet sa future récolte que de proposer une solution pour réduire la dureté de l’eau des bassines de teinture ou de négocier une commande de sous-vêtements. Il est ainsi devenu un technicien polyvalent, une sorte d’« ingénieur hétérogène »26 associant et cumulant des compétences extrêmement diverses dans de nombreux domaines, tant techniques que commerciaux.

  • 27 D. Vinck soutient que le processus d’innovation n’est pas linéaire : « Au contraire, l’innovation (...)
  • 28 MEYER, La dynamique de la demande.

49Le marché et la technique sont donc les deux pôles du réseau technoéconomique. Il aurait été plus logique de dire : la technique puis le marché, dans la mesure où on est porté à considérer que le flux de l’innovation s’écoule du premier pôle vers le second27. En réalité, il s’agit d’un processus itératif par lequel l’innovation se dote de ses propriétés... « en circulant entre ces pôles de façon répétée et pas forcément successive »28. L’innovation se construit en effet dans un mouvement de va-et-vient permanent entre l’offre technique et la constitution du marché. L’offre et la demande s’ajustent l’une à l’autre, s’orientent mutuellement, se co-définissent dans une continuelle interaction. Indissociablement liées, réciproquement déterminées, elles reflètent l’état de l’espace économique à l’intérieur duquel elles se déploient. Suivre le processus d’innovation revient donc à rendre compte de la façon dont les acteurs-membres du réseau interviennent sur l’objet technique.

  • 29 FLICHY, L’innovation technique, p. 134.
  • 30 CALLON, « Éléments pour une sociologie de la traduction », p. 169-207.

50Les responsables de la relance ont souhaité intéresser des partenaires susceptibles de les aider à parvenir à leurs fins mais, en contrepartie, ils ont dû consentir à ce que ces derniers s’approprient le projet et interviennent dans ses orientations. En échange des soutiens qu’ils sollicitent, les responsables de Sérica doivent faire certaines concessions, trouver un compromis entre leurs aspirations et les exigences parfois contradictoires de leurs partenaires. L’évolution de la relance, au milieu des années 1980, est le reflet des préoccupations des différents acteurs impliqués. Plus ils sont nombreux et hétérogènes, plus le travail de « traduction » est délicat car il faut parvenir à unifier ces attentes diverses, trouver une formulation qui convienne à chacun, un « objet frontière commun » pour reprendre l’expression de F. Flichy29. La transformation du réseau rend compte du passage progressif d’une traduction unilatérale, Christian M. et ses acolytes se refusant tout d’abord à prendre en considération le point de vue des notables et des instances politico-administratives, à une traduction réciproque30 qui témoigne de son intégration croissante.

51Dans la mesure où le réseau ne cesse de s’élargir à de nouveaux groupes sociaux, les intérêts qu’il doit représenter sont de plus en plus complexes et mêlent des motivations particulièrement hétérogènes ; sériciculteurs, filateurs, scientifiques, représentants d’organismes publics, élus et hommes politiques, défenseurs de la « cause cévenole » et consommateurs confrontent, opposent parfois leurs visions et leurs attentes, contraignant le leader de la relance à des négociations incessantes pour les faire tous tenir ensemble.

  • 31 ΑΙΤKEΝ (H.), « Sciences, technique et économie. Pour une problématique de la traduction », Réseaux (...)

52Composer sans cesse avec les uns et les autres, jongler avec les compromis pour n’en fâcher aucun et faire en sorte que tous s’y retrouvent, telle est la tâche délicate à laquelle doit désormais se consacrer Christian M. Constamment sur la corde raide, il se bat simultanément sur plusieurs fronts : le développement local, la maîtrise technique, la croissance économique, sans oublier le devoir de mémoire auquel le rappellent régulièrement ses plus anciens alliés ! Comme l’a bien montré H. Aitken, il doit « manier couramment plus d’un langage, être à l’aise dans plusieurs environnements, s’adapter à plusieurs règles du jeu »31. Ainsi doit-il intéresser à son projet une fraction croissante de la population locale en lui montrant que son initiative est une solution possible au problème crucial du développement local, convaincre les organismes gouvernementaux qu’elle constitue un outil de redéploiement d’une zone économiquement marginalisée, les élus qu’elle donne d’eux une image flatteuse... et électoralement gratifiante, les organismes de recherche qu’elle permet à leurs travaux sur le mûrier ou le ver à soie de sortir du champ clos du laboratoire ; en d’autres termes, qu’elle est susceptible de fixer l’intérêt de chacun.

53Mais la somme de toutes ces complicités acquises grâce à une grande maîtrise de l’art de convaincre et de négocier forme-t-elle pour autant un groupe unifié ? On peut en douter lorsqu’on observe les nouvelles controverses qui surgissent au sein du réseau. On en avait eu un aperçu avec celle qui s’était nouée entre Christian M. et Charles de E., puis une confirmation lorsque a éclaté le conflit avec les tisseurs. Avec la multiplication des partenaires, le phénomène s’amplifie. Que Christian M. se consacre à l’appui technique aux sériciculteurs, et on ne manque pas de lui rappeler que la priorité est à la commercialisation ; qu’il se soucie de productivité, et on le met en garde contre le danger de sacrifier le qualitatif au quantitatif ; qu’il tente de se rapprocher des centres de recherche technique et scientifique, et on le soupçonne d’être à son tour prêt à « se vendre aux Lyonnais » ! Le jeu des alliances auquel il se livre est donc un exercice périlleux, générant un équilibre fragile, en permanence contesté et, de fait, sans cesse renégocié. Mais il aiguise aussi sa capacité à user de subterfuges, il encourage son goût pour la stratégie et, finalement, lui révèle la saveur du pouvoir.

Notes

1 CROZIER et FRIEDBERG, L’acteur et le système, p. 45.

2 Selon R. Sainsaulieu, l’apprentissage délimiterait un espace protégé des contraintes de production et des rapports de pouvoir où se développeraient des ententes affectives « dont l’avantage principal est de retirer le conflit des relations » : SAINSAULIEU (R.), L’identité au travail, Paris, Presses de la FNSP, 1977, p. 295.

3 T. s’est formé aux techniques de tissage de la soie auprès d’un canut lyonnais.

4 C’est au XVIIIe siècle que l’industrie nîmoise de soieries, alimentée en soie grège par les ateliers de tirage cévenols, a connu son plein épanouissement sans que toutefois elle parvienne à égaler la fabrique lyonnaise, les étoffes sortant de ses ateliers étant courantes au regard de celles tissées à Lyon : TEISSEYRE-SALLMANN (L.), L’industrie de la soie en Bas-Languedoc. XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, École des Chartes, 1995, p. 210.

5 BOLTANSKI (L.) et THEVENOT (B.), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Presses universitaires de France, 1987.

6 C’est ce que fera T. qui poursuivra par la suite son activité de tisseur en soie dans son atelier cévenol pour le compte d’une maison implantée dans la région Rhône-Alpes.

7 CROZIER et FRIEDBERG, L’acteur et le système, p. 94.

8 La soie cévenole ne provient que du Bombyx mori.

9 PEAUCELLE (J.-L.), « Théorie des jeux et sociologie des organisations », Sociologie du travail, 1 (1969), p. 22-43.

10 La SICA est particulièrement attentive à la provenance de sa matière première car il s’agit pour elle de réaliser à l’échelon national ce qu’elle tente modestement à l’échelon local. Ainsi se fournit-elle en lin auprès de producteurs du Nord de la France tandis que la laine mérinos est achetée au pays d’Arles et le mohair chez des éleveurs caprins des Cévennes, du Var, du Tarn et des Pyrénées. Elle entend par là renforcer son image d’entreprise fidèle à une éthique de valorisation des ressources locales.

11 La soie de Gréfeuilhe, réalisation PIAULT (M.H.) et BAZIN (L.), Production ALFISED, 30’, 1983.

12 On peut cependant se demander si ces craintes sont vraiment fondées car SÉRICA n’a pas le profil d’une entreprise susceptible d’intéresser des investisseurs. Nous serions plutôt tentés de voir derrière cette affirmation de principe un signe adressé aux actionnaires potentiels qu’il s’agit de rassurer quant à la continuité d’une démarche dont le but ultime et affirmé demeure le développement local.

13 Le décreusage et le cardage sont effectués par des entreprises extérieures.

14 AKRICH, CALLON et LATOUR, « À quoi tient le succès des innovations », p. 45.

15 L’idée selon laquelle les goûts des consommateurs auraient un caractère erratique n’est pas partagée par tous. Ce qui est imprévisible est moins la tendance que le moment où elle s’actualisera. Il a ainsi fallu attendre près d’une dizaine d’années pour que les fils obtenus par mélange intime de plusieurs fibres qui ont été créés par la SICA trouvent un marché.

16 MEYER, La dynamique de la demande, p. 420.

17 EME et MAHIOU, Les labyrinthes du local.

18 En réalité les pouvoirs publics ont rapidement soutenu la relance : dès 1979, des financements ont en effet été accordés pour la création de l’atelier de Gréfeuilhe. Cette mise en cause des pouvoirs publics nous semble davantage participer d’une stratégie visant d’une part à culpabiliser les élus de manière à ce qu’ils accroissent leur appui financier et d’autre part à entretenir l’image d’un élan collectif autonome et ancré dans la société civile.

19 FIDAR : Fonds interministériel pour le développement et l’aménagement rural.

20 DATAR : Délégation à l’aménagement du territoire et l’action régionale.

21 Des études montrent que les tenants de la logique de la productivité sont dans d’autres régions majoritaires et s’emploient par tous les moyens à décourager les porteurs d’innovations : BACHELARD, Les acteurs, p. 145-163.

22 J.-P. Courthéoux dénonce ce qu’il qualifie de « politique sans amont ». Il entend par là des actions entreprises afin de développer une activité jugée à un moment donné prioritaire, mais en négligeant de s’assurer, en amont, du développement des industries de fournitures : COURTHEOUX (J.-P.), « La participation au progrès. Erreurs en économie et économie en erreur », intervention au colloque franco-roumain sur l’efficience économique, Paris, Collège de France, 1971, p. 2173-2224.

23 Il s’agit d’aides du type Fonds européen de l’économie régionale (FEDER) instruites conjointement par la Direction Régionale de l’Agriculture et de la Forêt (DRAF) et la Direction Régionale du Travail et de l’Emploi (DRTE).

24 J. Schumpeter met en évidence deux éléments selon lui centraux dans le mécanisme de l’innovation : la capacité à entreprendre et le crédit bancaire qui procure la maîtrise des moyens de production : SCHUMPETER (J.), Théorie de l’évolution économique, Paris, Dalloz, 1935.

25 Il s’agit d’une température étouffante, préjudiciable aux vers à soie. Voir CLAVAIROLLE, Le magnan, p. 171-176.

26 MEYER, La dynamique de la demande, p. 62.

27 D. Vinck soutient que le processus d’innovation n’est pas linéaire : « Au contraire, l’innovation est un processus interactif et tourbillonnaire au sein duquel les innovateurs circulent du laboratoire au marché, de la direction financière à la législation, et retournent au laboratoire avant d’essayer de convaincre à nouveau l’unité de production ». VINCK (D.), « Innover, c’est aussi parier sur la société », Sociologia internationalis, 2 (1990), p. 185.

28 MEYER, La dynamique de la demande.

29 FLICHY, L’innovation technique, p. 134.

30 CALLON, « Éléments pour une sociologie de la traduction », p. 169-207.

31 ΑΙΤKEΝ (H.), « Sciences, technique et économie. Pour une problématique de la traduction », Réseaux, 60 (1993), p. 81-82.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540