Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le renouveau de la production de la soie en Cévennes (1972-1998)

 | 
Françoise Clavairolle

Du réalisme à l'utopie

L’adoption des innovations

Texte intégral

1Laissons maintenant de côté l’enquête de 1982 pour adopter un point de vue moins circonscrit dans le temps afin de ne pas réduire l’analyse de la diffusion de la relance à une vision en coupe transversale.

  • 1 OLIVIER DE SARDAN, Une anthropologie de l’innovation, p. 8.

2Quelles sont les innovations qui ont été introduites par la SICA au niveau séricicole et quel a été leur degré de diffusion ? Nous verrons qu’il existe des niveaux d’adoption très différents, chaque innovation présentant des propriétés spécifiques qui ont une incidence sur sa diffusion. On retient généralement quatre principaux facteurs qui permettent d’évaluer son « adoptabilité intrinsèque »1, à savoir sa compatibilité avec le système technique déjà en place, les avantages qu’elle apporte, son degré de complexité et enfin la possibilité de la tester, autrement dit son « essayabilité ».

3L’intrication des facteurs techniques, économiques, sociaux et symboliques sera ainsi mis en évidence. La cohérence technique, aussi prépondérante soit-elle, est néanmoins insuffisante pour déclencher un mouvement d’adoption d’une innovation car la technique, il faut insister sur ce point, est toujours incluse dans le corps social : dans sa façon de penser, d’imaginer et d’agir, dans ce qui compose sa culture et son système de valeurs. L’analyse des phénomènes d’adoption ou de rejet de l’innovation nécessite donc de la replacer dans un cadre micro-social, en tenant compte en particulier des multiples enjeux dont elle est porteuse.

LA DIFFUSION DU KOKUSO 21

4L’une des principales innovations préconisées est la substitution du Kokuso 21 aux variétés traditionnelles.

  • 2 CLAVAIROLLE (F.) et PIAULT (M.H.), Les itinéraires européens de la soie, Paris, L’Harmattan, 1992.
  • 3 CLAVAIROLLE (F.), « La sériciculture ou l’art d’éduquer les vers à soie », Chemins d’étoiles (Au f (...)
  • 4 BOULNOIS (L.), « Chevaux célestes et salive de dragon. Transferts de culture matérielle sur les ro (...)

5Sa diffusion, relativement au nombre des sériciculteurs, peut sembler à première vue un franc succès. À l’exception de ceux qui disposaient d’un nombre suffisant d’anciens mûriers, ces derniers ont généralement bien reçu le message selon lequel le Kokuso est indissociable du renouveau séricicole. De réunions-débats en conférences, sans oublier la publication d’articles d’information et de vulgarisation, Simon A. et Christian M. ont en effet toujours lié la rentabilité de la sériciculture à l’adoption de cette variété et se sont également efforcés de donner du crédit à l’image d’un renouveau qui serait autre chose que la reconduction à l’identique du passé. Ainsi le Kokuso occupe-t-il une place centrale dans ce qu’on pourrait appeler le récit fondateur de la relance. Son origine extrême-orientale, les conditions de son introduction, la manière dont les Cévenols se le sont approprié renouvellent les récits légendaires qui relatent la découverte de la soie et son cheminement jusqu’en Europe. C’est ainsi qu’invité à retracer l’histoire de cette fibre prestigieuse des origines à nos jours2, Simon A. ne manque pas de faire figurer l’introduction en Cévennes du Kokuso 21 au même rang que la perte du secret de la soie par l’Empire céleste3 ou l’acheminement clandestin de la graine par des moines du Mont Athos, prolongeant ainsi une histoire qui, aussi loin qu’on remonte dans le passé, a toujours inextricablement mêlé l’économie et l’épopée, la technique et le mythe, le politique et la légende4. Si chaque grande étape de la diffusion de la sériciculture a été marquée par un événement qui appartient au registre du fabuleux, la relance se devait d’avoir le sien : ce sera l’acclimatation de cet arbre que les Japonais avaient dédaigné et dont les Cévenols ont su révéler les multiples qualités – non sans en profiter au passage pour égratigner sur un mode plus allusif que direct les Japonais, concurrents des Français dans le domaine de la soie depuis l’ouverture du canal de Suez !

  • 5 FRÉMEAUX (J.-P.), « La dimension symbolique des attitudes paysannes devant l’innovation technique  (...)

6Tous ceux qui souhaitent élever des vers à soie ont donc planté des Kokuso 21, acquittant par là une sorte de droit d’entrée dans la « communauté » des sériciculteurs. On peut ainsi voir dans l’adoption de cette variété un acte symbolique de participation au groupe auquel l’individu cherche à se rattacher5. Sa plantation est le plus souvent contemporaine du premier élevage, même lorsque le nouveau sériciculteur a la possibilité de démarrer son activité avec des mûriers traditionnels. La superficie cultivée est cependant assez réduite : 20 ares en moyenne, soit moins de 600 pieds. Sur 18 personnes interrogées lors du sondage de 1982, 14 projetaient d’augmenter la surface cultivée dans un proche avenir. « On verra ce que ça donne, puis on avisera ! » commentent-elles prudemment. Une prudence qui s’exprime également dans le choix des parcelles qui lui sont consacrées : éloignées, difficilement accessibles, rarement irrigables. L’insuffisance de terres arables dans les Cévennes gardoises et ardéchoises explique cependant pour une large part le choix des sériciculteurs de ne planter tout d’abord cet arbre que dans les friches agricoles afin de ne pas risquer de « gâcher une bonne terre » au cas où ses résultats de culture s’avéreraient décevants. Qu’il soit un passage obligé ne dispense pas le Kokuso 21 de devoir faire ses preuves et c’est le sens de ces plantations à petite échelle, ce qui, comme on vient de le voir à propos de la qualité du terrain, limite également les risques.

7À y regarder de près, le comportement des cultivateurs de Kokuso peut parfois sembler incohérent. Ils plantent des Kokuso sans même s’être préalablement assurés qu’ils en auront l’usage à long terme, mais dans le même temps ils temporisent en lui réservant des sols médiocres. Ce paradoxe s’éclaire, nous semble-t-il, si on tient compte de la place emblématique qu’occupe cet arbre dans la construction symbolique de la relance. Avec le recul des années, certains considèrent aujourd’hui avoir planté « parce que ça allait de soi », « sans réfléchir ». À l’instar des paysans étudiés par H. Mendras qui jugent indispensable de posséder un tracteur pour être un « vrai agriculteur », les nouveaux éleveurs de vers à soie pensent qu’il faut cultiver le Kokuso 21 pour être un « vrai » sériciculteur.

  • 6 MENDRAS, La fin des paysans, p. 178.

8Les éleveurs inexpérimentés se déclareront satisfaits de ses résultats, d’autant qu’ils ne sont pas en mesure de comparer les performances nutritives et soyeuses du Kokuso avec celles des anciennes variétés. Les indices auxquels ils peuvent se référer plaident en sa faveur : la feuille est « large comme une assiette », abondante, grasse... Mais on entend un autre son de cloche chez les anciens sériciculteurs qui tout en convenant qu’« il faut bien vivre avec son temps » – autrement dit intégrer les innovations – affichent un scepticisme étayé par des arguments fondés sur l’expérience. Pour Henri P., le Kokuso, « c’est pas merveilleux... Il y avait rien que des mûres ! Et puis un mûrier, quand vous en avez tiré une fois, c’est comme de tout, comme une vache, si elle donne dix litres de lait, vous lui en tirerez pas vingt ! ». Un autre m’explique : « avant, ils (les anciens) ne se trompaient pas : une feuille qui était bien verte, noire, c’est qu’il y avait de l’azote dedans [...] on risquait plus qu’avec une feuille qui était moins nourrie. De plus elle était grasse, de plus ça risquait la fameuse maladie qu’on appelle la grasserie ! ». Or la feuille du Kokuso a justement toutes les apparences d’une feuille bien nourrie. Ces sériciculteurs ne veulent en fait rien changer à leurs habitudes et conduisent l’arbre comme ils le feraient d’un mûrier traditionnel : en haute tige, en cordon, récolté une fois l’an. Le Kokuso doit faire ses preuves dans des conditions de culture identiques à celles des variétés locales, démontrer qu’il est capable de s’adapter aux rigueurs du climat et de l’environnement. « Finalement, ce Japonais, c’est pas mieux » affirme un éleveur qui résume ainsi le sentiment général. Ce qui, là encore, n’est pas sans rappeler les agriculteurs béarnais qui ont fait subir au maïs hybride un véritable rite de passage avant de l’adopter6 !

  • 7 Cultivé en haute tige, le mûrier exige un espacement de 7 m en tous sens pour pouvoir déployer ses (...)
  • 8 Pour le reste, les recommandations ne différent pas de manière significative, qu’il s’agisse du mû (...)
  • 9 MENDRAS et FORSE, Le changement social, p. 33.
  • 10 H. Mendras définit ce qu’il appelle le « paradigme de Sauve » (du nom d’une localité de la bordure (...)

9Il faut toutefois apprécier à leur juste valeur ces jugements dépréciatifs, les innovateurs se rencontrant davantage chez les débutants que chez les anciens éducateurs, peu enclins à l’adoption de nouvelles techniques car ils savent que l’âge les contraindra bientôt à se retirer. Pour autant, peut–on affirmer que les éleveurs débutants ont mieux exploité les potentialités du Kokuso ? La plupart, prenant comme modèle les essais de Christian M., ont planté les Kokuso en vergers, selon une densité moyenne de 3000 plants à l’hectare, selon l’écartement entre les lignes déterminé par le type de matériel agricole utilisé, tracteur ou motoculteur. Cette densité correspond à une taille basse7 qui facilite la cueillette puisqu’il n’est plus besoin de déplacer une échelle tout autour de l’arbre afin d’atteindre les plus hautes branches. Le cueilleur, en « rassolant », fait tomber les feuilles directement sur un carré de toile déployé à même le sol8. Le mûrier basse tige est évidemment d’un rendement par pied inférieur à celui du mûrier haute tige : 50 kg en moyenne pour un mûrier blanc contre 8 kg pour un Kokuso. Ce rapport est en revanche inversé lorsqu’on évalue le rendement à l’hectare. On passe alors de 10t à 25 t car la taille basse permet une plus grande densité de culture. La taille basse est donc une réelle innovation par rapport à la plantation en limite des champs telle que les Cévenols la pratiquaient auparavant. Comme l’a montré H. Mendras, le mûrier s’est ajouté sur les marges des parcelles cultivées à partir du XVIIIe siècle de sorte que la sériciculture a perfectionné le système technique sans le modifier9. Selon cet auteur, il s’agirait d’une « loi fondamentale » de l’innovation à laquelle il confère une portée paradigmatique10. Le comportement des sériciculteurs de la fin du XXe siècle la vérifie à son tour : les plantations de mûriers ont été effectuées en priorité sur des terres incultes, soit qu’elles aient été laissées en friche depuis un certain temps, soit qu’elles soient trop pauvres pour être cultivées.

DES ÉDUCATIONS IMBRIQUÉES

  • 11 Selon le schéma élaboré par A. Schenk, il serait possible d’effectuer jusqu’à 10 élevages successi (...)
  • 12 En réalité, seuls le CAT Les Magnans a tenté de mettre en pratique ce modèle inspiré des travaux d (...)
  • 13 Bulletin commun de la Société d’Agriculture d’Alès et des Cévennes et du Comité de rénovation des (...)

10Une caractéristique du Kokuso 21 est qu’il permet de réaliser des élevages successifs et imbriqués car la feuille conserve sa qualité nutritive durant toute la saison végétative et pousse en continu de mai à octobre11. Les sériciculteurs qui ont adopté le Kokuso sans difficulté ont néanmoins hésité à réaliser plusieurs élevages successifs12 alors que de l’avis de Simon A. le renouveau de la sériciculture passe en priorité par « la ‘décristallisation’ des structures classiques séricicoles européennes basées depuis des siècles sur l’élevage annuel unique »13.

11Selon Simon A. et Christian M., l’intensification de la production, combinée avec des méthodes d’élevage économes en main d’œuvre, devrait permettre de produire du cocon à un prix si ce n’est compétitif, tout au moins acceptable dans le cadre d’une économie soutenue par des aides européennes et d’une organisation de filière sous forme coopérative. Pour diminuer les coûts de production, il y a lieu d’investir dans de nouvelles installations qui simplifient le travail quotidien de l’éducateur et dans des plantations de Kokuso qui facilitent la cueillette de la feuille. Afin d’amortir ces installations, il faut produire davantage et faire une plus grande place à la sériciculture au sein de l’économie générale de l’exploitation ou plus exactement du groupe domestique lorsqu’il est composé, comme c’est souvent le cas, de pluriactifs. Dans ces conditions, la prise de décision du sériciculteur n’est pas aisée. La relance suppose en effet une transformation du système de production : une activité qui occupe le sériciculteur durant six mois et nécessite des investissements exige une réorientation de l’exploitation qui n’est pas toujours aisément réalisable. Le viticulteur peut se rendre disponible de mai à juillet alors qu’il sera constamment occupé à l’approche des vendanges ; le maraîcher aura la capacité de mener de front ses travaux de jardinage et deux éducations printanières, mais il ne pourra pas soutenir un rythme de travail aussi intense durant tout un semestre. « Autrefois, ça allait parce qu’on ne faisait qu’un élevage ! » me dit une ancienne éducatrice ; « on ne touchait pas terre, la ferme en pâtissait. J’aurais pas pu en faire davantage ! Après, il y avait les foins, les châtaignes, le cochon... ».

  • 14 Bien que le CAT Les Magnans ait réussi à effectuer huit élevages successifs et imbriqués, nous ne (...)

12Aussi motivant que soit le fait de contribuer à la relance d’une production qui relève d’une tradition locale, chacun prend cependant le temps de la réflexion lorsqu’il est question de procéder à des investissements en plantant 5000 m2, voire un hectare de mûriers Kokuso, en installant un système d’irrigation, en érigeant une serre–tunnel plastique ou bien en construisant un bâtiment d’élevage. L’enthousiasme cède le pas à la réflexion lorsqu’il s’agit d’opérer un choix qui implique de lourdes dépenses dont l’amortissement est incertain. La rentabilité doit alors être démontrée par l’exemple14 et les producteurs choisissent de procéder en plusieurs étapes. Deux sériciculteurs seulement ont tenté, si ce n’est d’appliquer à la lettre, tout au moins de se rapprocher du modèle élaboré par Simon A. et Christian M. Il s’agit de Hélène S., la compagne de ce dernier qui s’est installée en 1981 comme agricultrice et de Bernard G. qui a opéré sa reconversion professionnelle en reprenant la propriété de sa belle–famille.

13Compte tenu de l’implication de Christian M. dans la relance séricicole, sa compagne se devait de mettre en pratique le modèle proposé aux nouveaux sériciculteurs. Elle entreprend donc de faire des élevages de mai à octobre et décide de s’occuper du bouturage des mûriers pendant le reste de l’année. Quant à Bernard G. il ne démarrait pas seulement une activité séricicole mais abordait simultanément le métier d’agriculteur auquel il n’avait pas été préparé par son activité antérieure : « au départ, quand j’ai commencé, j’avais trois pôles de production : les champignons, les vers à soie et les fruitiers, de façon à avoir un plein de main d’œuvre toute l’année ». L’un et l’autre n’intègrent pas la sériciculture dans un système technique préexistant : nouveaux agriculteurs, ils le créent de toutes pièces de façon à ce que leurs différents domaines d’activité soient complémentaires. C’est pourquoi il leur sera possible d’effectuer plusieurs élevages successifs.

  • 15 CLAVAIROLLE, Le magnan, p. 171-176.

14Tous deux adoptent le rythme de quatre élevages annuels : deux au printemps, deux à l’automne. Hélène S. ne peut en effectuer davantage car la feuille parvenue à maturité durant l’été est beaucoup trop dure pour les mandibules des vers à soie aux premiers âges et celle d’automne n’est pas suffisamment développée, ses plantations n’étant pas irrigables. Avec sa mûraie irriguée, Bernard G. est néanmoins contraint à adopter une formule identique car dans ces vallées méridionales écrasées par un soleil implacable durant la saison estivale persiste la menace de la « touffe » dans laquelle les sériciculteurs voient un risque majeur15. Mais ce n’est pas l’unique raison : il se veut fidèle à une éthique l’incitant à « limiter la production de façon à ne pas être esclave de son élevage... On ne produit pas pour produire, on est pire qu’une machine, sinon ! ».

  • 16 MOSCOVICI (M.), « Le changement social en milieu rural et le rôle des femmes », Revue française de (...)

15Rares sont les sériciculteurs qui ont suivi la voie tracée par Bernard G. et Hélène S. Là encore, on constate un comportement orienté vers le compromis entre tradition et modernité, s’apparentant à ce que M. Moscovici16 qualifie de « modernisation symbolique ». On consent ainsi à acquérir des plants de Kokuso et à s’investir dans leur plantation tout en persistant pourtant à cultiver ces arbres comme on le faisait autrefois avec les variétés traditionnelles.

DES MAGNANERIES MODERNES

  • 17 LOINGER (P.), La diffusion des innovations techniques, Paris, La Documentation française, 1985, p. (...)

16Le réaménagement des magnaneries traditionnelles fut un leitmotiv des campagnes de modernisation de la sériciculture durant la première moitié du XXe siècle. Les modifications proposées correspondaient alors à ce que P. Loinger17 appelle une « innovation-amélioration », c’est-à-dire une innovation qui ne transforme pas fondamentalement les structures de production. Trappes d’aération et faux-plafond vont effectivement dans le sens d’une meilleure gestion thermique sans toutefois impliquer de changement notable au niveau des fonctions et de la structure du bâti.

17Compte tenu du caractère expérimental des élevages effectués de 1974 à 1981, ils ont d’abord été effectués dans des magnaneries traditionnelles qui avaient été tardivement réaménagées. Les transformations réalisées ne modifient pas les conditions de travail du sériciculteur qui doit, tout comme autrefois, se déplacer avec son chargement de feuilles de mûrier en empruntant les escaliers souvent abrupts qui desservent les pièces de l’habitation. Ces allées et venues incessantes et le surcroît de fatigue qui en résulte sont perçus comme un inconvénient majeur par la plupart des sériciculteurs, qu’ils soient anciens ou nouveaux. Cependant, du fait des incertitudes qui planent sur l’avenir de la sériciculture, les nouveaux sériciculteurs sont rarement prêts à investir dans la construction d’une magnanerie moderne, quand bien même il en résulterait une amélioration conséquente des conditions de travail.

18La prudence est également de mise chez ceux qui ne disposent pas d’une magnanerie traditionnelle. Pour leurs premiers élevages, ils préfèrent aménager provisoirement une pièce de leur logement avec du matériel démonté dans des anciennes magnaneries désaffectées, comme ce fut le cas pour Viviane H. : « les très grandes claies, les canisses qu’on avait récupérés, les échelles, un poêle à bois pour chauffer le soir... » ; ainsi que pour cette autre séricicultrice qui affirme avoir démarré « avec les moyens du bord : ça ne nous a rien coûté... ».

19La création de la SICA constitue à cet égard un tournant. Les sériciculteurs les plus motivés décident en effet d’innover radicalement en construisant des installations dont la conception originale doit permettre un allégement significatif de la charge de travail et une amélioration des résultats.

20En 1981, trois magnaneries modernes voient ainsi le jour.

  • 18 GEFOSAT est une association créée en 1978 et spécialisée dans la promotion de la maîtrise de l’éne (...)
  • 19 Il s’agit de murs en parpaings remplis de sable.

21Deux sériciculteurs font le choix d’une magnanerie « en dur ». La première est construite sur un terrain que la séricicultrice a acheté afin de pouvoir bénéficier du statut d’agricultrice. Faute de disposer de capitaux suffisants pour acquérir de bonnes terres sur lesquelles elle aurait pu réunir le bâtiment d’élevage et une plantation de mûriers, elle a finalement opté pour une parcelle pentue et couverte de chênes verts. Les aides sollicitées au titre de la relance séricicole ayant été refusées car l’activité n’est plus reconnue officiellement, la magnanerie est bâtie en auto-construction avec l’aide d’un groupe d’amis qui prête main forte au couple pendant la période estivale : membres de l’association, néo-ruraux des environs et Compagnons du Devoir, tous bénévoles. Ses plans ont été réalisés par un architecte local qui participe à un groupe d’étude sur les énergies renouvelables18. Il s’agit d’un bâtiment qui se veut de conception novatrice puisqu’il prévoit l’utilisation de l’énergie solaire pour le chauffage des locaux ainsi que des murs capteurs19 permettant d’accumuler la chaleur pour la restituer pendant les heures nocturnes et assurant également l’isolation thermique des locaux. Il s’agit une fois de plus de trouver une solution technique qui permette de réduire les dépenses en moyens humains. La quête d’une réduction des coûts de production est un des mobiles avérés de l’innovation ; la magnanerie solaire va donc dans le bon sens puisqu’elle est censée assurer une quasi-autonomie énergétique. Malheureusement, le projet n’est pas mené à son terme. Les aménagements spécifiques devant permettre des économies de chauffage n’ont pu être entièrement réalisés faute d’un budget suffisant. Dans ces conditions, la magnanerie, mal isolée, est une véritable « glacière » impossible à chauffer. Un second problème se fait jour : elle est éloignée des plantations. Comme l’éducatrice s’occupe quasiment seule de ses élevages, elle doit effectuer quotidiennement d’incessants va-et-vient entre ses plantations de mûriers et le local d’élevage. Le bâtiment satisfait néanmoins une – faible – partie des objectifs initiaux. Comme il est de plain-pied, on peut décharger directement la feuille à l’entrée des locaux et la stocker dans un ramier contigu. Il en résulte une économie de main d’œuvre qui permet d’élever davantage de vers à soie.

22Bernard G. a quant à lui l’avantage d’être déjà propriétaire d’une exploitation agricole. Sur ses terres, faiblement dénivelées et irrigables, il décide donc de construire une magnanerie adjacente à la plantation de Kokuso 21 qui est d’un seul tenant et accessible en tracteur et en voiture, « ... sur les bases de ce qu’il y avait de mieux, après avoir vu Christian M. » précise-t-il. Son exploitation séricicole devient rapidement un modèle pour les sériciculteurs. Les dirigeants de la SICA lui adressent tous ceux qui cherchent à se documenter et la Direction départementale de l’Agriculture qui suit de très près les activités de la filière s’appuie sur son exemple pour évaluer la reproductibilité du modèle.

  • 20 J’emploie ici le néologisme forgé par J.-P. Darré qui postule que les agriculteurs forment un grou (...)
  • 21 La magnanerie est située non loin de Saint-Hippolyte-du-Fort, un village dont les habitants se nom (...)

23Viviane H. a choisi pour sa part la solution de la serre car son coût de construction est moins élevé que celui d’un bâtiment « en dur ». Comme les membres les plus actifs de la SICA habitent Monoblet, son édification se fait dans un cadre d’entraide : « quand il y a eu des grands chantiers, il y a toujours eu des copains pour aider. Alors quand on a monté la serre pour les vers à soie, les copains sont venus ». La conception de la serre et le choix des matériaux sont le fruit de longues discussions au sein du groupe professionnel local20. Il s’agit en effet d’adapter le principe de la serre aux exigences propres à l’élevage des vers à soie, en particulier à la question du contrôle de la température. Les solutions qui ont été adoptées donnent toute satisfaction à l’éducatrice qui estime avoir eu « de très bons résultats et des facilités de travail ». La régulation thermique est notamment satisfaisante : une bâche épaisse doublée de laine de verre permet en période fraîche de maintenir une température convenable sans qu’il soit nécessaire de chauffer tandis qu’en période chaude on peut arroser le sol en terre battue de façon à abaisser la température ambiante de quelques degrés et humidifier l’atmosphère, souvent très sèche dans le vallon encaissé et exposé à l’adret où elle est installée21. Ce système de régulation des températures a toutefois ses limites. Au moment des très fortes chaleurs du début d’été, l’effet de serre ne peut plus être maîtrisé. La séricicultrice doit donc prévoir que son second élevage de printemps s’achève vers la mi-juin, les risques de touffe étant à craindre dès que l’on dépasse cette période.

L’ÉLEVAGE AUX RAMEAUX

  • 22 SECRETAIN (C.) et SCHENK (Α.), « L’élevage des vers à soie aux rameaux », Bulletin technique séric (...)
  • 23 Dans un bulletin technique séricicole entièrement consacré à l’élevage aux rameaux, Ch. Secretain (...)

24Une autre innovation mise en œuvre depuis plusieurs décennies en Italie a fini par être adoptée par les sériciculteurs cévenols : l’élevage aux rameaux, qui consiste à donner directement aux vers des branches de feuilles après la 4e mue. Par le passé, la Station de recherches séricicoles d’Alès avait vivement encouragé la diffusion de cette méthode22 qui avait fait ses preuves chez nos voisins transalpins mais avait en revanche donné lieu à une vive et durable controverse chez les sériciculteurs français23.

25Simon A. en avait repris l’idée et avait retenu ce procédé comme l’une des bases d’une éventuelle relance de l’activité. L’économie réalisée sur la main d’œuvre est en effet considérable. D’une part il est plus rapide de couper des rameaux que de cueillir les feuilles, d’autre part le sériciculteur fait d’une pierre deux coups puisque la coupe des rameaux fait également office de taille des arbres. Un autre point positif est également à souligner : avec cette méthode, le temps de nourrissage des vers est considérablement réduit. Enfin, son efficacité est vérifiée au niveau du rendement puisque les vers, dispersés dans les rameaux, ne sont plus en contact direct avec la litière souillée et humide et courent moins de risques de contracter une maladie liée à une hygiène insuffisante.

26Pourtant, les initiateurs de la relance séricicole eux-mêmes boudent ce procédé. C’est seulement à la suite d’une mission effectuée en Italie dans le courant des années 1980 que Bernard G., qui a fait partie du voyage, décide de tenter l’élevage au sol et aux rameaux. Les excellents résultats qu’il obtient incitent alors plusieurs sériciculteurs à l’essayer à leur tour. En Cévennes mais aussi en Ardèche et dans la Drôme, l’élevage aux rameaux se généralise chez ceux qui attendent de cette activité qu’elle complète leurs revenus alors qu’il se diffuse plus difficilement chez ceux qui l’ont déjà pratiquée, probablement parce que leur motivation est plus d’ordre sentimental qu’elle n’est économiquement fondée.

27Pourquoi les sériciculteurs français se sont-ils montrés aussi réticents à adopter une technique qui avait convaincu ailleurs et améliorait considérablement la rentabilité de l’élevage ? Pour quelles raisons ce procédé n’a-t-il pas été promu lors des stages de formation séricicole organisés par les responsables de la filière ? Selon un conseiller de la Direction départementale de l’Agriculture, ce serait « la crainte de faire différemment de ce qui s’était fait en Cévennes » qui aurait inhibé le désir pourtant réel d’adopter ce procédé ; comme s’il y avait « un prix à payer pour recommencer... », « un respect à l’égard de la tradition des parents, des grands-parents qui ont fait ça par le passé... », ajoute-t-il.

  • 24 SALMONA (M.), « Innovations et composantes affectives et cognitives du travail », Pour, 40 (1975), (...)

28Comme l’a montré M. Salmona, les avantages liés à l’adoption d’une nouvelle technique peuvent être considérés comme moins importants que le besoin de continuité dans le langage technique, que la nécessité de conserver certains repères par rapport au passé24. Ainsi les arguments en faveur de l’élevage aux rameaux, aussi pertinents soient-ils sur le plan technoéconomique, ne font pas le poids face à l’attachement à des méthodes qui s’inscrivent dans une tradition technique à laquelle est affecté un indice d’efficacité élevé en raison même de son ancrage temporel.

  • 25 VIGUERIE (J. de), L’institution des enfants. L’éducation en France, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Ca (...)

29L’élevage aux rameaux, particulièrement lorsqu’il s’effectue à même le sol, semble en outre bousculer les représentations que se font les éducateurs du ver à soie. Tout changement technique, s’il peut être analysé en terme de logique technique, doit également l’être sous l’angle des rapports de sens. Il convient donc de le rappeler : les vers à soie sont des insectes que l’on « éduque », autrement dit dont on nourrit à la fois le corps et l’âme, comme le précise J. de Viguerie dans son ouvrage sur l’éducation25. À l’instar des jeunes humains, ils ne sauraient survivre s’ils étaient livrés à eux-mêmes, sans l’aide de la séricicultrice pour leur assurer des conditions d’existence adaptées ; ainsi vivent-ils en « chambrée », dans des locaux aménagés, chauffés et aérés ; les feuilles de mûrier, leur unique aliment, sont préparées avant d’être distribuées : elles sont détachées des branches, triées, parfois même hachées pour que les jeunes vers puissent facilement la déchiqueter avec leurs mandibules, « comme l’on fait avec un bébé ». L’importance du travail de préparation des rations alimentaires est l’indice d’un traitement spécifique, il prend valeur de signe : parce qu’il consomme une nourriture transformée par l’action de l’éducatrice, le ver à soie est en quelque sorte socialisé. En outre, ce mode de nourrissage favorise le contact entre l’homme et l’animal alors que l’alimentation aux rameaux, au contraire, le réduit. Dans le procédé « traditionnel », on dépose délicatement les feuilles une à une sur les vers à soie, on les effleure ; le regard, accompagnant le geste, embrasse une infime portion de la litière et, scrutant les vers presque un à un, les « individualise ». La distribution des rameaux n’exige pas les mêmes précautions : le geste est plus ample, moins précis ; le coup d’œil qui l’accompagne, rapide, balaie toute la superficie de la table. De plus les chenilles se répartissent dans les ramures enchevêtrées et sont dissimulées par le feuillage.

  • 26 CLAVAIROLLE, « L’éducation des vers à soie : savoirs », p. 121-145 et CLAVAIROLLE, Le magnan.

30Le fait de placer les vers au niveau du sol prend également une importance capitale dans l’esprit des éducateurs « traditionnels ». La chenille est en quelque sorte rabaissée – au sens propre comme au figuré –, renvoyée à une condition que faisait oublier l’extraordinaire travail de symbolisation dont elle fait l’objet. Celui-ci contribue à forger l’image d’un animal ayant transcendé sa catégorie d’origine : celle d’insecte rampant, de ver26. Pour une jeune séricicultrice établie en Ardèche dans le courant des années 1980, « on ne peut pas raconter qu’on fait des élevages au sol... Ils n’arrivent pas à imaginer parce que pour eux les magnaneries c’est en haut des maisons, il fallait monter avec des sacs, il y avait des étages, c’était fait sur des claies... le ver à soie, on ne risquait pas de le mettre par terre ! Moi, si je raconte aujourd’hui à quelqu’un de Monoblet ou d’ailleurs qu’on fait des élevages au sol, qu’on nourrit avec des rameaux... Pour eux, c’est pas l’élevage des vers à soie ! ».

  • 27 BARTHEZ (Α.), « Les agriculteurs résistent-ils à l’innovation ? Ou à la domination ? », Pour, 4 (1 (...)
  • 28 TREILLON, L’innovation technologique, p. 85.
  • 29 DESCOLA (P.), « Pourquoi les Indiens d’Amazonie n’ont-ils pas domestiqué le pécari ? Généalogie de (...)

31C’est là toute la difficulté d’une relance d’activité : elle prend appui sur un système de représentations dont elle ne peut faire table rase. En effet toute technique remplit une fonction pratique en tant qu’action sur la matière mais revêt également une dimension symbolique, s’inscrit dans un ensemble de représentations qui structure l’univers de pensée des acteurs. Les réactions à l’innovation, rejet ou adoption, ne peuvent se comprendre qu’en tenant compte du tissu de pratiques et de représentations dans lequel elles s’insèrent27. Un système technique correspond donc à une vision du monde. Ainsi que le fait remarquer R. Treillon, l’homme produit au sein d’une culture qui ordonne le monde d’une manière qui lui est propre et « qui aboutit à inverser le sens traditionnel de la relation nature-culture (...) Il en résulte que la technique ne doit pas seulement être bonne à produire ou à consommer, elle doit être bonne à penser »28. P. Descola, s’interrogeant sur les raisons de la non-domestication du pécari par les Indiens d’Amazonie, montre ainsi que le rejet de la technique domesticatoire tient au fait que de manière générale les cultures ne sauraient transformer leur modèle de rapport à l’animal sauvage et plus largement à la nature29. Or l’éducation aux rameaux semble bien introduire une nouvelle relation technique que les plus âgés des sériciculteurs ne sont pas prêts à envisager.

32Mais, au-delà, il semble que les sériciculteurs voient dans le changement technique tout à la fois une remise en cause, une critique implicite des façons de faire d’autrefois et une forme de dépossession. Comme le constate une nouvelle éducatrice : « c’est un truc qui leur appartient, qui fait partie de leur passé et qui ne peut pas être l’avenir de quelqu’un d’autre. On leur vole quelque chose. On recommence une autre histoire, toujours dans le ver à soie mais un peu autrement et ça, ils n’arrivent pas à l’admettre ! ».

LE « HÉRISSON » PLASTIQUE

  • 30 L’appellation lui vient de sa ressemblance avec l’animal du même nom.

33En revanche, la diffusion du « hérisson »30 n’a pas rencontré les mêmes difficultés.

34Celui-ci vient en remplacement des cabanes de bruyère ou de genêt que les sériciculteurs dressaient entre les tables superposées des magnaneries afin que les vers à soie, parvenus au terme de leur croissance, viennent y tisser le cocon. En matière plastique, il est constitué d’un axe central mesurant environ 1 m de long et hérissé sur un angle de 180° de tiges souples d’une vingtaine de centimètres. Lorsque les vers se préparent à coconner, les hérissons sont simplement placés à intervalles réguliers en travers de la litière.

35Ses avantages sont nombreux : réutilisable d’une année sur l’autre car la matière est résistante, il prend peu de place au stockage, est d’une grande simplicité d’utilisation et facilite surtout l’opération délicate du décoconnage. En effet, avec la bruyère, les cocons sont emprisonnés dans un entrelacs de brindilles sèches qui se brisent lorsqu’on les détache ; le sériciculteur doit donc ôter ces résidus qui « salissent » le cocon en adhérant au fil de soie. Ce nettoyage minutieux n’a pas lieu d’être avec le hérisson, ce qui constitue un réel gain de temps. Bien qu’il y ait toujours quelques anciens sériciculteurs pour regretter la bruyère ou le genêt auxquels ils attribuent la faculté d’attirer le ver à soie et de stimuler son appétit par leur odeur, la plupart a adopté le hérisson sans manifester de réticence, quitte, comme certains le disent, à se « faire plaisir » en rajoutant quelques bruyères « parce que les cabanes, c’est plus joli qu’avec le plastique. Ca ressemble à une vraie maison ».

36La diffusion du hérisson vérifie l’hypothèse a contrario selon laquelle une innovation est d’autant plus facilement adoptée qu’elle n’apporte qu’un changement mineur dont l’incidence sur le système technique est faible. Le passage d’un procédé à l’autre se fait dans un premier temps par simple addition, puis par substitution des hérissons aux cabanes traditionnelles.

  • 31 TREILLON, L’innovation technologique, p. 98.

37L’analyse de l’objet technique met en relation ses caractéristiques et ses propriétés intrinsèques avec le contexte social dans lequel il se situe, mais également avec l’univers culturel dans lequel il s’inscrit et avec le système économique qui l’intègre. Ces différents aspects ne sauraient relever d’une description séparée ; l’analyse ne doit donc pas seulement se positionner dans « un entre-deux... où se mettent simultanément en forme la technique et le milieu social qui lui correspond » comme le propose R. Treillon31, mais au cœur même de ce lacis, de ce maillage serré où s’entremêlent le technique, le social, le culturel, l’économique, le symbolique... Chaque initiative est donc passée à plusieurs cribles.

  • 32 MAHO, « La sociologie des innovations rurales », p. 73-74.

38Ainsi nous avons vu que les raisons qui ont incité certaines personnes à se lancer dans la sériciculture ou au contraire à le refuser sont multiples. Parmi les facteurs qui entrent en jeu on trouve l’âge, l’existence ou au contraire l’absence d’une perspective successorale, la compatibilité avec les autres activités, le coût, l’efficience technique, le sentiment identitaire, l’appartenance à certains réseaux sociaux, la structure agraire, le statut foncier, etc. Autant de variables qui se combinent pour influer sur la prise de décision. Tantôt l’absence d’un successeur fait renoncer l’agriculteur ; tantôt au contraire ce facteur n’est pas considéré comme décisoire et une certaine conception du développement local l’emporte. Le fait de ne pas être propriétaire peut être une réelle entrave ou un facteur secondaire. Les critères sont suffisamment nombreux pour que leur combinaison produise une multiplicité de cas de figure, comme l’illustre l’enquête de 1983. L’insertion de la sériciculture dans le système technique résulte de la manière dont se combinent ces variables. Les innovateurs ne composent donc pas un milieu homogène qu’il serait possible de caractériser, un groupe social présentant des traits communs. Pour J. Maho, il n’est même pas certain qu’ils forment un « groupe réel », fondé sur l’inter-connaissance et sur une stratégie commune32. Les données dont nous disposons à propos de la relance séricicole invitent à partager ce point de vue.

  • 33 Voir la communication de M. Dulcire au colloque organisé par le CIRAD, l’INRA et l’ORSTOM à Montpe (...)
  • 34 AKRICH (M.), « La construction d’un système socio-technique. Esquisse pour une anthropologie des t (...)

39Face aux innovations proposées, comme le Kokuso21, les élevages imbriqués, la magnanerie moderne, l’élevage aux rameaux ou encore l’encabanage avec des hérissons, les attitudes des sériciculteurs sont donc loin d’être homogènes. Chacun gère, assume les risques liés à l’innovation, décide si tel procédé, telle nouvelle combinaison des facteurs de production est appropriée à son système technique personnel33 ; mais il est aussi guidé de façon plus ou moins consciente par la valeur symbolique qu’il attribue aux objets ou à leurs usages. Ainsi, les sériciculteurs prennent, adaptent ou rejettent les propositions d’innovation, « naviguant sans arrêt en eaux troubles entre le social, le technique, l’économique »34.

Notes

1 OLIVIER DE SARDAN, Une anthropologie de l’innovation, p. 8.

2 CLAVAIROLLE (F.) et PIAULT (M.H.), Les itinéraires européens de la soie, Paris, L’Harmattan, 1992.

3 CLAVAIROLLE (F.), « La sériciculture ou l’art d’éduquer les vers à soie », Chemins d’étoiles (Au fil des routes de la soie), 11 (2003), p. 51.

4 BOULNOIS (L.), « Chevaux célestes et salive de dragon. Transferts de culture matérielle sur les routes de la soie avant le XXe siècle », Diogène, 167 (1994), p. 18-42.

5 FRÉMEAUX (J.-P.), « La dimension symbolique des attitudes paysannes devant l’innovation technique », Sociologia ruralis, 4 (1978), p. 260.

6 MENDRAS, La fin des paysans, p. 178.

7 Cultivé en haute tige, le mûrier exige un espacement de 7 m en tous sens pour pouvoir déployer ses branches et son feuillage.

8 Pour le reste, les recommandations ne différent pas de manière significative, qu’il s’agisse du mûrier blanc ou du Kokuso. Le choix de l’emplacement revêt une importance identique : un arbre planté dans un sol bien drainé et fertile, éloigné des rives trop humides, sur une parcelle abritée, ensoleillée, orientée de préférence au sud-est, produira des feuilles de meilleure qualité et en plus grande quantité que si ces conditions ne sont pas remplies. Il en va de même avec l’entretien de l’arbre en production : taille effectuée au moment opportun, labours réguliers, apports en fumier, compost et engrais organiques, désherbage soigneux et irrigation estivale garantissent une bonne productivité.

9 MENDRAS et FORSE, Le changement social, p. 33.

10 H. Mendras définit ce qu’il appelle le « paradigme de Sauve » (du nom d’une localité de la bordure cévenole) de la façon suivante : « Pour pénétrer, une innovation technique doit s’ajouter au système technique et social sans le modifier ; dans un deuxième temps, en s’intégrant au système technique et social, elle le transforme et induit ainsi un changement social » : MENDRAS et FORSE, Le changement social, p. 264.

11 Selon le schéma élaboré par A. Schenk, il serait possible d’effectuer jusqu’à 10 élevages successifs et imbriqués. Pour une première naissance intervenant le 5 mai, on pourrait programmer la naissance de la seconde chambrée au 20 mai, les vers de la première étant alors à la fin du 3e âge. La troisième chambrée débuterait lorsque les vers de la seconde auraient atteints à leur tour le 3e âge et ceux de la première feraient le cocon. Ainsi de suite jusqu’au 23 octobre, date à laquelle s’achèverait le dernier élevage.

12 En réalité, seuls le CAT Les Magnans a tenté de mettre en pratique ce modèle inspiré des travaux de P.L. Lombardi, responsable de la Station séricicole de Padoue, en Italie. Huit élevages ont ainsi été effectués au cours de l’année 1975, de mai à octobre, avec une interruption pendant la période où la température était la plus élevée.

13 Bulletin commun de la Société d’Agriculture d’Alès et des Cévennes et du Comité de rénovation des Cévennes, 1961, p. 11.

14 Bien que le CAT Les Magnans ait réussi à effectuer huit élevages successifs et imbriqués, nous ne considérerons pas cet exemple comme significatif dans la mesure où il s’agit d’un élevage intensif semi-industriel, où les équipements ont été financés sur des crédits publics et où les coûts liés à l’utilisation de la force de travail ne peuvent être calculés sur une base similaire puisque le CAT reçoit des subventions publiques pour l’emploi d’un personnel déficient.

15 CLAVAIROLLE, Le magnan, p. 171-176.

16 MOSCOVICI (M.), « Le changement social en milieu rural et le rôle des femmes », Revue française de sociologie, 3 (1960), p. 72.

17 LOINGER (P.), La diffusion des innovations techniques, Paris, La Documentation française, 1985, p. 8.

18 GEFOSAT est une association créée en 1978 et spécialisée dans la promotion de la maîtrise de l’énergie. Elle regroupe des techniciens, des ingénieurs thermiciens et des architectes.

19 Il s’agit de murs en parpaings remplis de sable.

20 J’emploie ici le néologisme forgé par J.-P. Darré qui postule que les agriculteurs forment un groupe « producteur de façons de dire et de voir les choses associées à un ensemble technique » : DARRE (J.-P.), La parole et la technique, l’univers de pensée des éleveurs du Ternois, Paris, L’Harmattan, 1985, p. 32.

21 La magnanerie est située non loin de Saint-Hippolyte-du-Fort, un village dont les habitants se nomment les Cigalois, ce qui en dit long sur le climat local.

22 SECRETAIN (C.) et SCHENK (Α.), « L’élevage des vers à soie aux rameaux », Bulletin technique séricicole, 2 (1945).

23 Dans un bulletin technique séricicole entièrement consacré à l’élevage aux rameaux, Ch. Secretain et A. Schenk réfutent les arguments des détracteurs de cette méthode et établissent ses multiples avantages. On trouve de nombreuses références à ce procédé dans une publication locale, l’Agriculteur des Cévennes. Voir notamment : MOZZICONACCI (Α.), « La diminution de la main d’œuvre et l’élevage des vers à soie aux rameaux », L’Agriculteur des Cévennes, 358 (1915), p. 6 ; ainsi que MOZZICONACCI (Α.), Le dépérissement des mûriers dans les basses Cévennes, les moyens d’y remédier et le concours séricicole, Alais, Favbre fils et Pascal, 1906, p. 217-261.

24 SALMONA (M.), « Innovations et composantes affectives et cognitives du travail », Pour, 40 (1975), p. 92-109.

25 VIGUERIE (J. de), L’institution des enfants. L’éducation en France, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Calmann-Lévy, 1978, p. 19.

26 CLAVAIROLLE, « L’éducation des vers à soie : savoirs », p. 121-145 et CLAVAIROLLE, Le magnan.

27 BARTHEZ (Α.), « Les agriculteurs résistent-ils à l’innovation ? Ou à la domination ? », Pour, 4 (1975), p. 110-117.

28 TREILLON, L’innovation technologique, p. 85.

29 DESCOLA (P.), « Pourquoi les Indiens d’Amazonie n’ont-ils pas domestiqué le pécari ? Généalogie des objets et anthropologie de l’objectivation », dans LATOUR (Β.) et LEMONNIER (P.), éd., De la préhistoire aux missiles balistiques, Paris, La Découverte, 1994, p. 341.

30 L’appellation lui vient de sa ressemblance avec l’animal du même nom.

31 TREILLON, L’innovation technologique, p. 98.

32 MAHO, « La sociologie des innovations rurales », p. 73-74.

33 Voir la communication de M. Dulcire au colloque organisé par le CIRAD, l’INRA et l’ORSTOM à Montpellier en septembre 1993 : « Innovation : l’élément moteur, c’est le producteur », document dactylographié.

34 AKRICH (M.), « La construction d’un système socio-technique. Esquisse pour une anthropologie des techniques », Anthropologie et sociétés, 2 (1989), p. 32.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540