Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le renouveau de la production de la soie en Cévennes (1972-1998)

 | 
Françoise Clavairolle

Du réalisme à l'utopie

Premières organisations

Texte intégral

L’ASSOCIATION POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA SÉRICICULTURE EN CÉVENNES

1Le siège social de l’ADSC est fixé à la mairie de Monoblet. Présidée par Christian M., elle se donne pour but de promouvoir le développement de la sériciculture, de la filature et du tissage de la soie dans les Cévennes et de programmer toute action permettant ou facilitant ce développement ainsi que toute recherche susceptible d’apporter de nouveaux débouchés économiques. Elle a enfin pour mission de diffuser les connaissances et informations techniques, économiques et sociales concernant la sériciculture et s’engage dans cette perspective à former des cultivateurs de mûriers et des éleveurs de vers à soie ainsi que quiconque désirant s’investir dans ce secteur d’activité.

  • 1 FUCHS (J.-P.), « La vie associative, moteur du développement micro-régional », Pour, 82 (1982), p. (...)
  • 2 Il s’agit d’une association culturelle qui a développé des recherches ethnologiques sur la connais (...)

2Le choix de la formule associative pour structurer la relance séricicole s’inscrit dans une trajectoire relativement courante1 qui fait découler la production de biens des liens sociaux qu’elle institutionnalise. C’est précisément ce schéma là qui a été adopté par la plupart des innovateurs cévenols, membres de structures associatives qui concrétisent des réseaux relationnels préexistants, des sociabilités partagées. L’association La pensée sauvage2 à laquelle ont adhéré nombre de néo-ruraux a ainsi donné naissance à la SICA Biotope qui produit et commercialise des plantes médicinales ; l’Association cévenole, regroupant des notables locaux, est également à l’origine de la SICA Pleurote, spécialisée dans la production de champignons de couche. Entre le réseau informel et la structure véritablement opérationnelle du type entrepreneurial vient s’intercaler la formule souple de l’association qui fonctionne comme un véritable accumulateur d’énergie.

3Ce choix met en relief au moins deux points. Tout d’abord, il apparaît que les acteurs de la relance refusent d’être considérés, dans un premier temps, comme des opérateurs économiques stricto sensu, ainsi que le voudrait une définition étroitement économiste du développement. Ils lui préfèrent une interprétation plus souple, tenant compte d’aspects aussi bien sociaux et culturels qu’économiques. La création de l’association est en quelque sorte une étape liminaire qui objective une demande sociale et culturelle. À ce stade, son enjeu fondamental doit s’analyser de la façon suivante : pour gagner sur le front économique, il faut en premier lieu fournir la preuve de sa capacité à mobiliser largement des acteurs sociaux. Dans cette logique, l’efficience sociale et culturelle est un préalable nécessaire à la rentabilité économique. En second lieu, le choix de la formule associative montre que les agents concernés souhaitent se doter d’un pouvoir de représentation et de négociation afin d’accéder à une réelle visibilité sociale. Tant que l’initiative demeure informelle, son pouvoir mobilisateur demeure faible ; les pouvoirs publics l’ignorent et se refusent à lui apporter un soutien logistique ou financier.

  • 3 Cité dans LÉGER (D.) et HERVIEU (B.), Le retour à la nature. Au fond de la forêt, l’État..., Paris (...)

4Il y a donc une relative urgence à officialiser la démarche ; d’autant que vers la fin des années 1970 les politiques d’aménagement du territoire commencent à prêter attention au foisonnement des initiatives expérimentales qui se font jour à travers l’Hexagone et à s’interroger sur leur capacité à répondre aux besoins et aspirations des régions économiquement sinistrées. « Nous sommes condamnés à avoir une agriculture plus économe et plus autonome. Des solutions qui paraissent aujourd’hui originales, et, à la limite, non recevables, vont faire l’objet, dans les quinze, vingt ans à venir, de recherches absolument nouvelles » déclarait en 1978 J. Poli, alors récemment nommé directeur de l’INRA3. Le Ministère de l’Agriculture et celui de l’Équipement soutiennent parfois les initiatives de ce type, moins pour leur réussite qui reste aléatoire que parce qu’elles procèdent d’un effort d’expérimentation socio-économique considéré comme vital pour l’avenir des zones rurales. Il faut également souligner qu’elles sont peu onéreuses si on les compare aux entreprises classiques et que les conséquences d’éventuels échecs sont, sur le plan politique comme sur le plan économique, relativement mineures : les défaillances, en tout état de cause, seront imputées à l’inconséquence des « hippies » et autres néo-ruraux qui en sont généralement à l’origine et la responsabilité des administrateurs qui les ont soutenues sera dégagée. Inversement, les réussites pourront être portées au crédit des services de l’État qui démontreront ainsi leur faculté à anticiper les changements qui se dessinent.

5Les mécanismes classiques de la création économique n’étant pas toujours adaptés, il faut être capable de concevoir des démarches parfois déroutantes, inattendues, venant bousculer bon nombre d’idées reçues sur le développement, contrarier les hiérarchies de pouvoir et de savoir et qui, sur le plan local, organisent autrement les solidarités. L’association régie par la loi de 1901 est l’une des formules institutionnelles auxquelles les acteurs du développement local ont donc eu massivement recours durant cette période.

6C’est dans ce contexte que le directeur départemental de l’agriculture se propose d’assister anonymement à une réunion d’information organisée par l’association. D’abord intrigué puis bien vite séduit par l’enthousiasme et l’opiniâtreté des organisateurs de la manifestation, il délègue un chargé de mission afin qu’il s’informe sur ce qui se trame du côté de Monoblet. Ce dernier marque sur le champ un vif intérêt : « ce qui était le plus fort... C’est cette donnée du capital de l’histoire et d’une tradition très forte qui au fond réapparaissait dans les préoccupations d’un noyau de gens motivés par des raisons économiques – l’idée de ‘vivre au pays’, comme ça se disait à l’époque – : comment trouver des activités et des ressources permettant de rester dans ces régions ? », analyse-t-il rétrospectivement.

7Tenant compte de son avis favorable, la Direction départementale de l’Agriculture décide alors de financer une étude pour s’assurer de la viabilité économique d’une filière intégrée et se dit prête, le cas échéant, à mettre en œuvre un accompagnement technique et financier, le directeur étant convaincu que l’avenir des zones de montagne dépend principalement de leur capacité à innover.

8Au printemps 1978, l’association lance sa première campagne séricicole officielle. L’affiche qu’elle diffuse auprès de toutes les mairies des cantons cévenols signale qu’elle est disposée à fournir gratuitement des vers à soie poly-hybrides sélectionnés qu’elle se charge de faire naître puis de conduire en nourricerie jusqu’au deuxième âge, soit environ une dizaine de jours après la naissance ; elle s’engage également à acheter la récolte au prix de 43 F le kilo de cocons frais de premier choix afin que les sériciculteurs aient la garantie de percevoir une rémunération du temps de travail basée sur le SMIG horaire.

9Ce prix d’achat porte le prix de vente du kilo de soie grège aux environs de 350 F, soit plus du double du cours mondial fixé à 140 F cette année là ; il s’agit en outre d’une soie grossière, irrégulière, qui devrait faire l’objet d’une décote par rapport à la soie chinoise importée dont la qualité est nettement supérieure. Cette aberration au regard du marché s’explique néanmoins par le fait que c’est le revenu du sériciculteur qui sert de référence à la fixation du prix du kilo de cocons et non celui-là, comme cela devrait être en toute logique économique. En d’autres termes, l’objectif de l’association est le suivant : assurons-nous d’abord d’avoir des producteurs et nous pourrons ensuite nous intéresser au marché. Dans ce cas de figure, la nécessité d’établir préalablement la confiance des sériciculteurs sans laquelle l’activité ne pourrait connaître un véritable essor constitue une contrainte majeure.

10Trente-quatre personnes des départements du Gard, de la Lozère, de l’Ardèche, de l’Hérault et de la Drôme répondent à l’appel. D’avril à juillet 1978, ces nouveaux sériciculteurs produisent une tonne et demie de cocons qu’ils se sont engagés contractuellement à livrer à l’ADSC. Les dimensions des chambrées sont extrêmement variables : alors que les « anciens » ne récoltent en moyenne guère plus de 5 à 10 kg chacun, les plus jeunes qui espèrent en tirer un revenu complémentaire pouvant produire jusqu’à 60 kg. Un résultat certes modeste mais néanmoins encourageant si comme les y incitent les responsables de l’association ils adoptent par la suite le principe de l’imbrication des élevages au cours d’une saison séricicole s’étalant d’avril à octobre. Les sériciculteurs livrent leur récolte à Monoblet où les cocons sont centralisés. L’association se charge ensuite de les faire étouffer dans les locaux de la coopérative castanéicole de Lasalle, le chef-lieu de canton, et les livre ensuite au filateur qui effectue les opérations de filature, de moulinage et de teinture dans son atelier nîmois.

  • 4 On a vu en introduction que les Cévennes étaient spécialisées dans l’élevage des vers à soie et la (...)
  • 5 POLYANI (K.), La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Par (...)

11La filière intégrée est donc en passe de se concrétiser. L’ADSC va déjà bien au-delà de ce qui se pratiquait « traditionnellement » en Cévennes4. Quant à l’organisation de la production, elle est radicalement différente : des éducateurs au filateur, tous sont membres de l’association qui supervise chaque étape de la chaîne de production. La structure associative permet au sériciculteur de ne plus être en situation de dépendance à l’égard de l’acquéreur de ses cocons comme c’était autrefois le cas. Elle réalise ainsi un véritable encastrement social de la production5, démantelant son organisation antérieure fondée sur la dépendance des sériciculteurs à l’égard des acheteurs de cocons.

12Toutefois, en fixant un prix du kilo de cocons élevé, l’association court un risque : rien ne dit que les tisseurs indépendants seront prêts à payer la soie grège locale trois à quatre fois plus cher que celle d’importation qu’ils peuvent acheter à Lyon. Mais Christian M. et Simon A. savent pertinemment qu’ils doivent faire ce pari sur l’avenir : s’ils veulent retenir les sériciculteurs actuels et même en recruter des nouveaux, il est essentiel de leur apporter des garanties quant à la rentabilité de la sériciculture, quitte à mécontenter les tisseurs.

13Leurs motivations varient selon leurs profils respectifs. En effet, les jeunes agriculteurs sont prêts à s’orienter vers cette activité pour des raisons économiques : la sériciculture s’inscrit dans une démarche de diversification et peut leur apporter un complément de ressources non négligeable. Ceux plus âgés qui ont autrefois pratiqué cette activité alors qu’ils étaient eux-mêmes jeunes agriculteurs, généralement au cours des années 1950-1960, sont quant à eux avant tout animés par un désir de revanche : « Les filateurs nous ont eus jusqu’à l’os ! On se tuait au travail pour autant dire rien ! Alors moi, je trouve que c’est une bonne chose, que le sériciculteur y trouve son compte ». Proches de la retraite ou déjà retraités, souvent sans successeurs pour leur exploitation, ils sont certainement moins soucieux de résultats économiques que leurs cadets ; éduquer à nouveau des vers à soie, c’est avant tout donner tort à tous ceux qui ont refusé d’envisager la possibilité d’un redémarrage de l’activité. Leur motivation est essentiellement symbolique ; il s’agit de faire un pied de nez à l’histoire, de battre en brèche le verdict défaitiste de tous les experts qui se sont penchés sur l’économie rurale dite traditionnelle en pronostiquant sa mort prochaine. Cette situation ne peut toutefois qu’être transitoire car la relance risque de s’essouffler rapidement. Dès lors que la politique de prix élevé qui donne son assise à l’amont de la filière est maintenue, l’intégration de l’aval, c’est-à-dire du tissage, revêt un caractère d’extrême urgence.

14Où trouver des clients pour une soie grège trois fois plus chère que sur le marché international ? C’est à ce délicat problème que va devoir désormais s’atteler l’équipe de Monoblet, instruite par l’expérience du CAT « Les Magnans » qui avec une courte longueur d’avance a tenté de trouver une solution commerciale.

ATISSOF : UN LABEL « SOIE DES CÉVENNES »

  • 6 TRAVIER (D.), « Métiers à bras et ‘soie de France’ », Causses et Cévennes, 2 (1979), p. 26.

15« Les Magnans » sont en effet à l’origine des premiers essais contemporains de tissage à partir d’une grège d’origine locale. En 1976, ils proposent à T., un tisseur à bras installé à Saint-Jean-du-Gard, de tester le fil mis au point dans l’atelier de Molières-Cavaillac. Formé de deux brins de 75 deniers chacun, il peut être utilisé indifféremment en fil de chaîne ou de trame par les tisserands à bras. P. est spécialisé dans le tissage du lin depuis une vingtaine d’années et il ne s’est jusque là jamais aventuré dans le monde fermé de la soie. La proposition a cependant de quoi le séduire : dans son milieu professionnel, cette fibre jouit d’un prestige exceptionnel et les canuts lyonnais qui la travaillent habituellement forment véritablement l’élite du métier. Il fait en outre partie des « nouveaux Cévenols », population récemment installée en Cévennes dont l’intérêt pour l’histoire sociale et culturelle de sa terre d’élection peut ainsi trouver le moyen de s’exprimer. Après avoir surmonté les difficultés inhérentes au fait qu’il approche un matériau dont il ignore les caractéristiques, il parvient à tisser un premier métrage de soie, renouant ainsi avec une ancienne tradition languedocienne : « un moment de grande émotion, que la première présentation de cette étoffe », se souvient une personnalité locale, alors membre du conseil municipal de Saint-Jean-du-Gard, qui a apporté son soutien à l’expérience de T.6 Les spécialistes qui examinent ce taffetas sont unanimes : le résultat est en tous points remarquable. Le tissu est nerveux, d’une bonne tenue, d’un éclat vibrant, d’un « pouls » incomparable ; rien à voir avec la filoselle ou la bourrette d’autrefois, ces étoffes grossières, rêches, tissées dans le cadre domestique à partir d’un fil obtenu par cardage des déchets de filature et qui n’évoquent en rien la texture de la soie et son inimitable chatoiement.

16Ce premier succès encourage le tisseur à poursuivre dans cette voie et à inciter d’autres artisans à lui emboîter le pas. Plusieurs d’entre eux se sont en effet établis dans les départements du Sud de la France, amenés par le flux de l’après-68. Les métiers artisanaux sont alors à la mode et les tisseurs à bras renouent avec une tradition technique qui s’était éteinte. Cependant, les matériaux qu’ils utilisent sont généralement la laine ou le lin ; pas plus que T., ils ne connaissent les spécificités de la soie et le passage à cette fibre nécessite un apprentissage délicat et de longue haleine pour maîtriser les savoir-faire et adapter les métiers.

  • 7 ATISSOF a créé et déposé la marque « Sorose – Soie des Cévennes », caractérisée de la façon suivan (...)

17L’Association des TISseurs en « SOie de France » (ATISSOF) est fondée en 1978 à l’initiative de T. Elle a comme objectif de promouvoir un tissage artisanal de qualité à partir d’une matière première d’origine française et également d’initier et gérer un label national pour les étoffes7. Des aides de la Direction départementale de l’Agriculture, du Fonds social européen et du Ministère de l’Environnement et de la Culture sont également débloquées afin de créer à Saint-Jean-du-Gard un centre de formation ayant une capacité d’accueil annuelle de 40 à 50 tisseurs en soie. Parmi ses membres, on trouve des tisseurs expérimentés et de renom ainsi que plusieurs représentants de la soierie lyonnaise : un canut de la Croix-Rousse auprès duquel T. s’est formé au tissage de la soie, un ingénieur textile, créateur pour une grande maison de soieries, et un expert du Musée historique des Tissus. La naissance de cette association marque donc, après plusieurs décennies de brouille larvée, un rapprochement avec le milieu lyonnais.

18L’unique fournisseur des tisseurs est alors le CAT les Magnans qui commercialise un fil au prix élevé de 500 F le kilo ; prix qui ne reflète néanmoins pas le coût réel de production car les Magnans sont subventionnés par les pouvoirs publics en tant que Centre d’aide par le travail. Or ce n’est pas le cas de l’Association pour le développement de la soie en Cévennes. Pour pouvoir rémunérer le sériciculteur à hauteur de 43 F par kilo de cocons, elle devrait fixer le prix de vente du fil à 750 F alors que les tarifs pratiqués par les Magnans sont déjà jugés excessifs. Les tisseurs qui l’emploient ont bien des difficultés à payer comptant la matière première et le directeur de l’établissement est contraint à leur accorder, entre autres facilités de paiement, de régler leurs achats au fur et à mesure des ventes qu’ils réalisent. Un espace de vente est même créé aux Magnans, afin d’accroître la capacité de commercialisation des tisseurs.

19Lorsqu’à son tour ADSC sort son premier fil de soie, le président d’ATISSOF prend contact avec l’association qui accueille sans grand enthousiasme les propositions des tisseurs. Son responsable justifie cette réticence en invoquant la faible consommation de soie des tisseurs à bras : est-il concevable d’asseoir une production séricicole sur un marché réduit à une poignée d’artisans ? Pour faire ce constat, Christian M. s’appuie sur le bilan de l’activité des « Magnans » ainsi que sur une expertise commandée par le Parc national des Cévennes. Sur 163 tisserands contactés, seulement 23 se déclarent intéressés par le tissage de cette fibre. Les quantités souhaitées, inférieures à 10 kg par artisan, donnent à penser que le marché potentiel, dans l’hypothèse la plus optimiste, ne saurait dépasser 500 kg par an. Pour lui, le tissage artisanal est donc un frein au développement de l’activité séricicole qu’il considère comme prioritaire. Il constitue véritablement le goulet d’étranglement de la filière intégrée car « si la capacité d’absorption des tisseurs à bras est loin d’être négligeable », il est néanmoins « indispensable de mettre en place un atelier de tissage mécanique qui permettrait d’accroître considérablement la capacité de consommation des cocons », affirme Christian M. Une contradiction se fait néanmoins jour entre les ambitions affichées par ADSC et ses capacités réelles au niveau de la maîtrise de la qualité. En effet, la soie filée par Bertrand D. demeure artisanale et ne peut être tissée que sur des métiers à bras. Irrégulière, elle ne convient donc pas au tissage sur des métiers mécaniques qui sont cependant les seuls à pouvoir transformer d’importantes quantités de fil en raison de leur rapidité de travail. Dans ces conditions, les tisseurs à bras seront les premiers à utiliser le fil d’ADSC : Luce M., une tisserande installée à Saint-Jean-du-Gard ainsi que Fabrice D., un parent d’élève résidant à Monoblet et qui est par ailleurs un membre actif d’ADSC.

20On peut donc s’étonner de la réserve avec laquelle Christian M. accueille les initiatives d’ATISSOF alors qu’ADSC n’est de toute façon pas en mesure de satisfaire la clientèle qu’elle voudrait toucher. Peut-être faut-il lire, derrière les arguments avancés, une réticence dont les fondements sont à rechercher à la fois dans l’histoire de la soie cévenole et dans l’aventure d’ADSC.

21Une première explication tient à la représentation importante du milieu lyonnais au sein d’ATISSOF, or on sait que les Cévenols tiennent les soyeux lyonnais pour responsables de l’effondrement de la sériciculture et de la filature françaises. Christian M. qui se veut l’héritier d’une culture technique et d’une mémoire sociale ne manque aucune occasion de reprendre à son compte cet argument, affirmant ainsi son appartenance à la société locale : « Nous sommes la zone de production de la matière première. Nous sommes par conséquent ‘le pays sous-développé’ par rapport aux soyeux lyonnais qui depuis le début du siècle ont précipité notre pays dans le gouffre » explique-t-il à un journaliste (Le Règne 1981). Pour lui, la chose est entendue : il faut savoir tirer les leçons du passé, ne pas retomber dans les mêmes erreurs en plaçant l’ADSC dans une situation de dépendance à l’égard de partenaires dont l’Histoire éclaire la « trahison » antérieure. Dans ses conditions, comme T. le fait remarquer, « les tisseurs avaient le ‘cul’ entre deux chaises : ils étaient difficilement admis dans le milieu lyonnais et d’autre part considérés comme inféodés à Lyon par les gens des Cévennes ».

  • 8 Il soutient que si on peut être tisseur n’importe où, la matière première pouvant se transporter a (...)

22En second lieu, il existe de profondes divergences de vue entre Christian M. et T. : le premier affirme vouloir s’inscrire dans une démarche de développement local qui privilégie l’amont de la filière (la sériciculture) sur l’aval8 tandis que le second défend le rôle, à ses yeux prépondérant, des tisseurs qu’il considère comme la clé de voûte de la filière puisque ce sont eux qui confèrent au produit toute sa valeur ajoutée. Pour l’équipe de Monoblet, la phase séricicole était prioritaire non seulement parce qu’elle était « celle qui au niveau création d’emplois présentait le plus fort potentiel », mais aussi parce qu’elle traduisait « l’attachement à la terre, avec une symbolique plus forte que tout ce qui était transformation ». Les tisseurs, en revanche, ne s’inscrivent pas dans une démarche localiste, même s’ils en comprennent les enjeux. « Ce n’étaient pas des gens du coin, donc leur production, ils auraient tout aussi bien pu la faire en Poitou, dans les Alpes, en Provence [...] La soie, finalement, elle venait des Cévennes, ça les aidait au niveau de l’approvisionnement, mais elle serait venu de Chine, pour eux c’était presque pareil » interprète Christian M. Bien que réductrice, l’analyse n’est pas dénuée de fondement. La suite lui donnera en partie raison puisque seul T. poursuivra son activité en Cévennes avec une matière première importée, les autres tisseurs ayant soit cessé leur activité, soit choisi une autre source d’approvisionnement, soit encore quitté définitivement la région. Mais au delà de cette explication qui fait porter tout le poids du désengagement des tisseurs sur leur faible enracinement local, il faut également considérer que ces derniers réclament que leur apport soit apprécié à sa juste valeur qui est à la fois d’usage et esthétique puisque il revient à ATISSOF d’avoir prouvé qu’on pouvait tisser des étoffes haut de gamme avec le fil de soie local.

  • 9 Exemple d’un contrat conclu entre un tisseur et ADSC en décembre 1979 : le tisseur s’engage à ache (...)

23La controverse entre l’ADSC et ATISSOF débouche finalement sur un compromis. Désormais, chaque tisseur à bras détermine avec l’association la quantité de soie qu’il pense consommer, le titrage et les coloris qui l’intéressent ainsi que les délais de livraison du fil ; en contrepartie, ADSC lui précise le type d’articles qu’elle souhaite obtenir (métrages, cravates, etc.), le nombre de pièces – pour une valeur équivalente à celle de la matière première fournie –, ainsi que les délais de livraison. Les articles commercialisés par ADSC sont griffés « Association des TISseurs en ‘SOie de France’ » mais l’association est autorisée à ajouter sa propre griffe9. L’intérêt du contrat est qu’il évite aux tisseurs de faire l’avance de sommes importantes pour l’achat du fil et qu’il garantit à ADSC un débouché pour sa soie. La contractualisation est donc une étape décisive sur la voie que s’était fixée l’association, à savoir la mise en œuvre de la filière intégrée.

L’ATELIER DE GRÉFEUILHE

24L’ADSC renouvelle chaque année l’expérience des élevages et poursuit l’effort de réappropriation et d’approfondissement des savoir-faire liés à la production et à la transformation des cocons et du fil de soie tout en se confrontant au marché national et international afin d’établir les modalités d’une relance à plus grande échelle, dans des conditions techniques et économiques optimales.

25Elle expérimente ce que pourrait être un véritable développement séricicole et vérifie la pertinence de ses hypothèses de départ quant aux conditions qui doivent être rassemblées pour que la relance ait des chances de réussir : ne pas réitérer la dépendance antérieure à l’égard des soyeux lyonnais ; mettre en place une filière intégrée, c’est-à-dire regrouper sous une forme coopérative toutes les étapes de la production, « du sol au tissu » ; enfin se donner les moyens d’affronter la concurrence internationale en s’en démarquant grâce à des productions nettement caractérisées par leur originalité et leur qualité.

  • 10 Lettre du 7/07/1980, Archives DDA.

26L’association explore ainsi diverses voies, hésitant entre le long terme qu’incarne l’option industrielle et le court terme de la filière artisanale prônée par ATISSOF. La première, ambitieuse, « utopiste », est incontestablement celle qui a la faveur de Christian M., compte tenu des possibilités de développement limitées de la filière artisanale. La seconde offre cependant l’avantage d’une mise en œuvre plus rapide et surtout moins coûteuse puisque les investissements ont été supportés par des individus dont les outils de production, qu’il s’agisse du filateur ou des tisseurs à bras, sont déjà opérationnels. Face aux responsables d’ADSC, ces derniers ne manquent pas d’arguments en faveur de la démarche artisanale, comme en témoigne cet extrait d’une lettre envoyée par un expert du Centre international d’étude des textiles anciens : « Sincèrement, je pense que si l’on envisage de produire [...] une soie régulière, qui ressemblera comme une sœur à la soie chinoise, tout en coûtant deux fois plus cher [...] on va tout simplement au suicide, car [...] qui l’achètera ? ! Au risque de me répéter, je vous dis : conservez à votre soie un titre assez gros et un aspect irrégulier »10.

  • 11 Il s’agit d’un fil de soie présentant des caractères d’irrégularité très marqués, obtenus à partir (...)
  • 12 Il existe un système de classification du fil de soie reconnu par toute la profession et qui sert (...)

27C’est ainsi que dans le but de satisfaire un marché potentiel porté par les tisseurs sur métiers à bras qui réclament un fil doupionné11 original offrant selon eux une garantie de commercialisation, l’équipe de Monoblet fait l’acquisition d’une bassine de filature doupion, matériel qu’elle fait venir à grands frais du Japon où se concentre alors toute la technologie soyeuse. Mais les essais réalisés ne sont pas concluants : le prix de revient du fil s’avère extrêmement élevé et les tisseurs se refusent à payer plus de 1000 F le kilo pour un fil qui dans l’échelle de classification de la soie est d’un grade inférieur, indicateur d’une qualité médiocre12.

28Le changement de cap auquel aspire le Président d’ADSC va être précipité par le retrait du filateur qui décide soudainement de cesser son activité.

29Convaincu, « contre l’avis des tisseurs et des experts », que c’est en fabriquant un fil moins artisanal qu’il pourra étendre la gamme de produits et du même coup développer l’activité séricicole qui demeure son objectif majeur, Christian M. choisit alors de se tourner vers la fabrication d’un fil de qualité industrielle en se dotant d’une filature semi-automatique. Derrière ce choix se dessine sa personnalité : très attaché à la région, il est également un homme attiré par l’aventure économique, secrètement fasciné par le pouvoir et dont l’ambition ne saurait se satisfaire de son statut actuel d’acteur du développement local ! Il aspire à un autre destin, infiniment plus prestigieux.

30La municipalité se présente comme le cadre idéal pour réaliser ce projet et accomplir la restructuration de la filière.

  • 13 Voir sur ce sujet CHAUVEL (L.), « La désertification du territoire, 1954-1990 », Revue de l’OCDE, (...)

31En sa qualité de deuxième adjoint, Christian M. est en situation de peser sur les orientations de l’équipe municipale tandis que de son côté le maire s’emploie à mettre en œuvre une politique de création d’activités afin de générer des emplois locaux, facteur de stabilisation d’une jeunesse encore trop souvent tentée par l’émigration. Il s’agit de briser le cercle vicieux dans lequel sont prises les zones en déclin : une région qui perd ses emplois perd sa population et l’hémorragie démographique ne fait qu’aggraver en retour la situation de l’emploi13.

  • 14 Cité dans : BACHELARD, Les acteurs, p. 45.
  • 15 CALLON, « Éléments pour une sociologie de la traduction », p. 192.

32Leur tandem va fonctionner avec une grande efficacité, grâce à une distribution des rôles particulièrement bien orchestrée. Christian M. se heurte au problème épineux de sa reconnaissance par les instances publiques comme représentant du groupe dont il est le porte-parole, au regard des investissements recherchés et de l’engagement communautaire qu’ils nécessitent. Il ne lui suffit pas, en effet, d’être crédité de la confiance de son entourage pour que sa légitimité soit également reconnue par les sphères décisionnelles. Comme le constate J.-J. Alain, « un leader... n’est pas seulement celui en qui une population s’identifie mais aussi celui qui est facilement identifié et reconnu de l’extérieur »14. La question « qui parle au nom de qui ? »15 soulève le problème de la représentativité du porte-parole. Il faudrait y ajouter : « en direction de qui ? » : en effet il s’agit moins de se demander si Christian M. a bien qualité pour agir et parler au nom des agriculteurs tentés par l’activité séricicole que de s’interroger sur sa capacité à être admis comme leur représentant. Sa fonction d’enseignant et son statut de second adjoint ne suffisent pas à asseoir sa légitimité et les pouvoirs publics – excepté la Direction départementale de l’Agriculture qui a financé l’achat de la bassine doupion – hésitent encore à faire confiance à un individu qui s’est distingué dans le passé par des prises de position iconoclastes.

33Dans un système social régi par une démocratie représentative, qui, mieux que le maire, pourrait incarner ce pouvoir de représentation ? Son fort coefficient de légitimité lui permet en effet d’accéder directement aux plus hautes sphères décisionnelles. C’est donc Marcel J., le maire de Monoblet, qui va prendre en main le devenir de la filière séricicole au regard des interlocuteurs institutionnels qui sont corollairement les bailleurs de fonds. Après Solange R. et Simon Α., il devient le principal maillon de la chaîne des médiateurs.

34La « contrainte à l’innovation » du rural s’accompagne presque automatiquement d’une contrainte au cadre collectif. Cette double contrainte incite le maire à se comporter en entrepreneur, en véritable manager de l’activité socio-économique de sa commune, investi d’une mission qui revêt dans ces circonstances un caractère de réelle urgence : il s’agit d’en freiner le dépérissement en suscitant, en encourageant, en accompagnant toute initiative créatrice d’emplois. Face au maire sortant dont la légitimité était liée à son statut de notable, Marcel J. a construit la sienne sur son expérience de formateur agricole qui laisse deviner une intelligence profonde des problèmes de la profession ainsi que de réelles compétences à concrétiser les initiatives émergeantes : « c’est à partir de la formation des adultes que j’avais pris conscience des problèmes de fonds qui se posaient à l’époque. Les problèmes fonciers, les problèmes de cession de propriétés, d’installation des jeunes, de renouveau de cette agriculture qui dans notre région n’était pas particulièrement brillante ; c’est tout ça qui m’a prédisposé à agir pour inverser le processus et à favoriser toutes les initiatives locales qui se présentaient. Et l’initiative majeure, c’était la relance séricicole » témoigne-t-il.

35Tandis que Christian M. se charge de monter les dossiers et effectue un voyage d’étude au Japon afin de choisir le matériel approprié, le maire prend son bâton d’élu et fait le tour des partenaires institutionnels susceptibles d’accorder un soutien financier, une aide technique ou logistique : directions départementales de l’équipement et de l’agriculture, services du Conseil général et de la Préfecture.

36Deux années seront nécessaires à la concrétisation du projet. À l’affût de toutes les mesures que les pouvoirs publics, en cette période qui précède la décentralisation, prennent en faveur des zones rurales en difficulté, il va dans un premier temps profiter de la politique d’atelier-relais initiée par le Ministère de l’Artisanat. C’est ainsi qu’il parvient à faire financer l’achat, la restauration et l’aménagement d’une ancienne magnanerie, un bâtiment rectangulaire de près de 40 m de long qui se dresse en bordure de route, à 2 km en contrebas du village. Dans le projet initial, il est prévu que le futur atelier de Gréfeuilhe abrite, outre la filature, un atelier de ferronnerie et une imprimerie créant une dizaine d’emplois, toutes structures confondues. Un chiffre qui peut paraître dérisoire mais qui prend toute sa valeur si on le resitue à l’échelle communale et si on tient compte de son impact psychologique. On attend certes de ces créations d’emplois qu’elles maintiennent sur place des actifs, mais aussi, et peut-être surtout, qu’elles prouvent que l’émigration n’est pas une fatalité si on est capable de faire acte d’imagination et d’esprit d’initiative afin de rester au pays.

37Bien que sa tâche soit facilitée par l’approbation unanime du Conseil municipal, le maire doit affronter les partisans de l’ancienne municipalité qui lui reprochent de négliger les affaires courantes de la commune au profit d’une initiative qu’ils jugent marginale et risquée. Le fait est que la complexité du dossier dont il a la charge et son souci de réaliser une « opération blanche », c’est-à-dire qui ne coûte rien à la commune, l’amènent à consacrer toute son énergie à la création de l’atelier. Sa ténacité sera récompensée, comme en témoigne le montage financier de l’opération : les subventions qui proviennent de l’Établissement public régional (l’EPR, l’organisme en place avant la création des Conseils régionaux), des Ministères de l’Environnement et de l’Artisanat, de la Direction départementale de l’Agriculture et du Fonds interministériel pour le développement et l’aménagement rural (FIDAR) représentent en effet 80 % du montant total de l’opération. Les 20 % restant sont couverts par les cotisations et un emprunt municipal auprès du Crédit agricole. Les locataires de l’atelier de Gréfeuilhe s’engagent à payer à la municipalité un loyer annuel couvrant intégralement le montant du remboursement du prêt.

38Les travaux de réhabilitation sont effectués en 1980-81 et les entreprises – qui à l’arrivée ne sont plus que deux, l’imprimeur ayant dans l’intervalle déclaré forfait-peuvent s’installer. Christian M. obtient de l’Éducation nationale une autorisation de mise en disponibilité sans solde pour l’année scolaire 1981-1982 afin de se consacrer pleinement à la relance de l’activité soyeuse ainsi qu’à l’organisation de la production et à la commercialisation. Dès l’été 1981, il peut ainsi procéder à la mise en route de la filature, secondé par Gérard P. qui a été embauché par l’association comme technicien polyvalent, ou, comme il le dit lui-même, « homme-à-tout-faire ». Cependant l’équipement ne permet de produire qu’un fil grège qui nécessite plusieurs opérations avant de pouvoir être utilisé en tissage ou en bonneterie. Une seconde tranche d’investissement est donc programmée pour acquérir le matériel complémentaire : moulins, bancs de mise en flotte, assembleuse-retordeuse, bacs de teinture et de décreusage, métiers à tisser et ourdissoir ainsi qu’une armoire de déshydratation pour les cocons, le tout représentant un investissement de près d’un million de francs.

39Début 1982, l’atelier est prêt à fonctionner. Potentiellement, il est en capacité de traiter 20t de cocons. Avec une production de cocons d’environ une tonne et demie on est encore loin du compte, mais les conditions sont désormais remplies pour que la sériciculture connaisse l’essor espéré et que le nombre de 200 sériciculteurs soit atteint afin de répondre aux objectifs de production. Avec la récolte de l’année précédente, l’atelier produit cette année là 250 à 300 kg de soie moulinée, en fil de trame et en fil de chaîne. La soie ouvrée est ensuite teinte dans une gamme de huit coloris.

40Durant toute la phase de mise en œuvre de la filature, il apparaît de plus en plus évident que l’ADSC ne sera bientôt plus un instrument juridique adapté pour gérer la relance séricicole. La création d’une filature semi-automatique exige en effet des moyens financiers qui ne sont pas à la portée de l’association dont la capacité d’autofinancement dépend des seules cotisations de ses membres puisque le chiffre d’affaires parvient tout juste à couvrir les dépenses. Or les sériciculteurs, paysans de souche ou néo-ruraux, ne sauraient parvenir à rassembler le budget nécessaire à l’acquisition du matériel et à son installation. Outre cette question déterminante des investissements, il faut également voir dans la restructuration qui est envisagée le passage d’un projet social à un authentique projet d’entreprise, avec tout ce qui en découle, dont notamment le droit, interdit dans le cadre associatif, de partager les bénéfices.

LA SICA SOIE-CÉVENNES

41Le dessein économique qui prend forme dès 1979 et intègre des activités agricoles, industrielles, commerciales et financières va donc bien au-delà de ce qu’une association régie par la loi du 1 juillet 1901 est légalement habilitée à gérer. C’est ainsi qu’une Société d’intérêt collectif agricole (SICA) voit officiellement le jour en octobre 1981, après un an et demi de difficiles tractations avec les pouvoirs publics.

  • 16 ALTER (Ν.), « La lassitude de l’acteur de l’innovation », Sociologie du travail, 4 (1993), p. 453.

42La SICA Soie-Cévennes remplit plusieurs fonctions : une fonction agricole qui est de regrouper les sériciculteurs, leur apporter un revenu complémentaire grâce à la vente des cocons, diffuser les nouvelles méthodes d’élevage et les approvisionner en plants de Kokuso 21 multipliés par bouturage ; une fonction semi-industrielle et artisanale qui consiste à assurer les différentes étapes de transformation des cocons, depuis la filature jusqu’au tissage ; une fonction commerciale qui est l’écoulement de la production. La liste des produits diffusés illustre la capacité de ses dirigeants à s’adapter aux opportunités du marché et à diversifier au maximum l’activité, faisant ainsi preuve d’intuition et de « coup d’œil », deux qualités que J. Shumpeter attribue à l’innovateur. L’adaptabilité, la flexibilité de la SICA sont révélatrices de sa « réactivité », c’est-à-dire sa capacité à saisir une opportunité de marché lorsqu’elle se présente16.

43Ainsi voit-on la SICA, dans ses premières années d’existence, vendre ses productions auprès d’une clientèle particulièrement hétéroclite : des centres de recherche (Villejuif et l’INRA) pour les chrysalides et vers à soie, deux sociétés parisiennes intéressées par l’huile de chrysalides, des syndicats d’initiatives gardois qui cherchent à s’approvisionner en « bouquets » de cocons pour les vendre aux estivants, la Maison de la mouche qui fournit aux pêcheurs du fil de soie grège, les tisseurs à bras, membres de la SICA, qui utilisent du fil ouvré et cardé, un établissement de confection lyonnais qui s’approvisionne en étoffes et enfin des clients « directs » auprès desquels elle écoule du fil à broder, des tissus et quelques produits finis comme des foulards.

44Initiée dès 1980, la SICA a mis cependant plus d’un an à obtenir l’agrément ministériel car la chambre de commerce juge ce statut incompatible avec la vocation industrielle de la filière. Elle n’est donc enregistrée au Ministère de l’Agriculture que le premier octobre 1981, lorsque cet obstacle est enfin levé grâce aux interventions conjuguées du maire et de la direction départementale de l’agriculture. La SICA, constituée sous forme de société civile, est autorisée à accueillir en son sein des membres non-producteurs de cocons. Les parts A sont détenues par des agriculteurs et des éleveurs de vers à soie (dont l’activité principale n’est pas obligatoirement l’agriculture) tandis que les parts Β sont réservées aux tisseurs de soie et au personnel technique de l’atelier de Gréfeuilhe.

45Poursuivant sa stratégie d’enrôlement des acteurs sociaux et en particulier des politiques, Christian M. fixe le siège de la SICA à Lasalle, une commune voisine qui est par ailleurs le chef-lieu de canton. Il s’agit pour lui d’élargir le réseau de ses appuis politiques en impliquant davantage son maire-conseiller général qui a toujours manifesté un vif intérêt pour la relance.

  • 17 CROZIER et FRIEDBERG, L’acteur et le système, p. 26.

46La création de la SICA et de l’atelier relais marque une étape décisive dans le processus de mise en œuvre de la filière intégrée. Cette organisation originale constitue ce que l’ensemble des acteurs de la relance séricicole considère comme la meilleure solution possible : celle qui permet de concilier une stratégie d’intégration au marché, obligeant à tenir compte de la concurrence chinoise, avec une démarche localiste qui tend à valoriser au mieux l’activité séricicole cévenole. Ce faisant, ils sacrifient à la « rationalité techniciste dominante du one best way »17, insufflée par un positivisme qui s’exprimera à maintes reprises dans les choix effectués ultérieurement.

47En d’autres termes, la SICA a pour ambition de réaliser la quadrature du cercle puisqu’elle doit parvenir à rendre les produits de la filière concurrentiels en réduisant drastiquement l’ensemble des coûts de production, de transformation et de vente, tout en accordant aux sériciculteurs qui sont sa raison d’être une rétribution excédant largement ce qu’autorise le marché. Ce choix, périlleux sur le plan économique et de fait hautement improbable dans une logique d’entreprise, ne peut trouver d’explication pleinement satisfaisante si on omet de faire état d’une des dimensions fondamentales de la relance : elle constitue une réparation. Comme cela a en effet été évoqué à plusieurs reprises, les Cévenols qui ont vécu douloureusement la disparition de la sériciculture n’ont toujours pas pardonné à la Fabrique lyonnaise d’avoir sacrifié la production nationale à son intérêt propre, en faisant pression pour que les pouvoirs publics adoptent le régime des primes plutôt qu’une politique protectionniste. Pour comprendre le raisonnement qui a conduit les responsables de la filière à créer ce type de structure, il convient donc de bien en mesurer toutes les implications.

  • 18 CROZIER et FRIEDBERG, L’acteur et le système, p. 66.

48M. Crozier et E. Friedberg ont montré que tout construit organisationnel se fonde sur des relations de pouvoir qui mettent aux prises des agents sociaux dépendant les uns des autres dans l’accomplissement d’un objectif commun conditionnant leurs objectifs personnels18. La filière intégrée n’échappe pas à cette logique. C’est ainsi que la position des sériciculteurs au sein du dispositif est fonction du rapport de force qu’ils entretiennent avec leurs clients, les tisseurs. Dans la mesure où l’explication proposée localement à l’effondrement de la sériciculture – il ne s’agit pas de prendre position dans le débat mais seulement de restituer fidèlement un discours – met principalement en cause l’industrie lyonnaise du tissage, on comprend sans peine que le fondement même de la relance consiste à s’affranchir de cette dépendance grâce à la mise en place d’une filière intégrée au sein de laquelle le rapport de pouvoir serait si ce n’est inversé, du moins neutralisé. Il s’agit plus exactement de placer structurellement sériciculteurs et tisseurs en situation de dépendance réciproque alors qu’en réalité il y a dépendance unilatérale : les sériciculteurs n’ont qu’une clientèle potentielle, les tisseurs, alors que ces derniers, ayant accès à plusieurs sources d’approvisionnement, sont toujours en position de faire jouer la concurrence. L’intégration des différents acteurs techniques au sein d’une même structure qui fixe rigoureusement les modalités de leurs échanges est donc le moyen de réduire, voire d’annuler le déséquilibre des forces. C’est donc bien une volonté de réparation qui est à l’œuvre : trouver une solution qui empêche de reproduire l’inégalité antérieure, instituer un mécanisme de contrôle social de la production qui parvienne à la corriger. Il est manifeste que Christian M. se considère comme investi de cette mission. On peut se demander dans quelle mesure le fait qu’il soit un enfant de l’immigration – il est issu d’une famille de républicains espagnols–, ce qu’il signale fréquemment à ses interlocuteurs, n’est pas étranger à sa volonté de fournir des gages de son appartenance à la société cévenole en s’intronisant agent de cette réparation.

49De la phase proprement séricicole au tissage à bras, chaque étape de production et de transformation est contrôlée par la SICA qui fixe les modalités de participation de chacun de ses membres. Toutefois, conformément à ce que stipule la loi, les parts A, détenues par les sériciculteurs, sont nécessairement majoritaires. C’est ainsi qu’à travers l’assemblée générale qui a pouvoir de décision quant aux actions menées, ce sont les éleveurs qui, détenant le plus grand nombre de parts, en assurent de fait le contrôle. Le choix d’une SICA comme mode d’organisation en dit long sur les intentions des porteurs du projet de relance séricicole : il s’agit de créer une structure dont les règles de fonctionnement limitent considérablement la marge de manœuvre des tisseurs alors qu’en tant que donneurs d’ordre ils sont en réalité en position dominante. Cette stratégie de nivellement des différences montre bien que les responsables de la filière, en dépit des modifications structurelles apportées, obéissent avant tout à la même logique sociale qui commandait auparavant le fonctionnement de l’ADSC.

  • 19 Voir notamment BIDET (Ε.), « L’insoutenable grand écart de l’économie sociale. Isomorphisme instit (...)
  • 20 ALTER, « La lassitude de l’acteur », p. 455.

50La constitution de la SICA marque la volonté d’empêcher l’instauration d’une dépendance verticale, hiérarchique, au profit d’une interdépendance quasi organique qui participe d’une logique du bien commun, proche de celle de l’économie sociale19. Comme l’a montré N. Alter, dans les situations techniquement et socialement complexes, l’entraide et la coopération s’accompagnent souvent de convivialité car ces difficultés supposent l’existence d’un courant d’empathie, d’une identité de sentiments et de vues propres à transcender les obstacles20. Cependant la « communauté » ainsi créée est illusoire ; fondamentalement précaire, il arrive souvent qu’après les premiers mois de fusion utopique émergent en son sein des velléités de rejet de l’éthique égalitariste. C’est ce qui se produira bientôt au sein de la SICA, l’élan collectif initial se diluant dans le sentiment d’un « encastrement » qui deviendra au fil du temps de plus en plus contraignant pour ceux qui se sentent pourtant en position de force.

51En réponse aux attentes des tisseurs et avec l’aide de Simon Α., Christian M. consacre deux années à étudier la façon d’améliorer les techniques séricicoles afin d’abaisser le prix de revient du kilo de cocons tandis que le maire joue pleinement son rôle de porte-parole. De la préfecture de département au conseil général en passant par les directions départementales de l’agriculture et de l’équipement et la chambre d’agriculture, il se dépense sans compter pour convaincre ses interlocuteurs d’apporter un soutien financier à la SICA. Au stade où en est la « relance », le nerf de la guerre n’est plus l’opiniâtreté et l’enthousiasme mais l’argent, car sans moyens financiers elle ne peut espérer aller de l’avant. Une enquête réalisée auprès des tisseurs à bras est à cet égard sans la moindre équivoque : la soie grège cévenole est encore bien trop chère à leurs yeux et même avec la meilleure volonté du monde leur sens de la solidarité atteint là ses limites.

52Les deux principales propositions d’innovation, considérées comme des conditions nécessaires à la réussite du projet, sont la diffusion du mûrier Kokuso et la mise en œuvre d’une filière intégrée. Comme on l’a déjà vu, le développement à l’échelle régionale d’une production séricicole, but ultime de tout le dispositif, est en effet tributaire de la réalisation de gains conséquents de productivité et de la diminution des coûts de production.

53Les nouveaux sériciculteurs ayant majoritairement adopté le Kokuso et le projet de filière intégrée étant en bonne voie de concrétisation, peut-on dès lors affirmer que la relance, qui semble ainsi avoir réalisé les hypothèses sur lesquelles son développement s’était fondé, est d’ores et déjà un succès, comme tendent à l’affirmer ses protagonistes ? Plusieurs constatations incitent à en douter.

54Si le taux de diffusion du Kokuso 21 auprès des sériciculteurs est relativement élevé, le nombre des actifs (agriculteurs à temps complet, pluriactifs et autres) qui se sont « convertis » à la sériciculture demeure très faible. Autrement dit, planter des Kokuso n’implique pas nécessairement d’élever des vers à soie : certains le font sans pour autant se lancer dans la sériciculture. Il serait en réalité plus juste de retenir comme indicateurs pertinents du renouveau séricicole l’accroissement du nombre des sériciculteurs au sein de la population rurale et surtout la pérennisation de leur activité. Il en va de même pour la filière intégrée dont on ne peut estimer la réussite qu’en tenant compte du facteur temps. Va-t-elle parvenir à se maintenir dans la durée ? Toute la question est là. Pour y répondre, il va nous falloir suivre fidèlement, pas à pas, son évolution.

55Depuis le début, Christian M., Simon A. et tous ceux qui soutiennent le projet comme en particulier le chargé de mission de la DDA, ont conscience que la filière intégrée n’est pas la solution miracle qui viendra à bout de tous les obstacles. Il y a loin, en effet, du modèle à la réalité. Le raisonnement qui tend à démontrer, chiffres à l’appui, que la maîtrise de l’ensemble des opérations de production et de transformation par une seule entité économique aboutit en bout de chaîne à un produit compétitif ne prend pas en compte deux facteurs fondamentaux : l’intérêt manifesté par la population à l’égard de cette activité et qui conditionne fortement l’adoption des innovations et d’autre part les coûts liés à l’acquisition et à la maîtrise de la technologie propre aux phases de transformation.

56J’ai souligné que les sériciculteurs-innovateurs, dont les intérêts et les attentes varient en fonction de la classe d’âge, de l’origine géographique et de la trajectoire socio-professionnelle, sont loin de former un groupe homogène. Il faudrait maintenant tenter de le cerner un peu plus précisément et voir comment il évolue dans le temps mais aussi dans l’espace ; comment aussi il réagit face aux propositions d’innovation qui lui sont soumises.

  • 21 Je ne prends pas en considération ici l’expérience du CAT des Magnans qui reposait sur la concentr (...)

57La relance21 s’est développée tout d’abord dans les villages et hameaux voisins de Monoblet où elle a vu le jour. La mise en œuvre d’une véritable dynamique d’incitation à la sériciculture, à partir de 1979, a cependant contribué à élargir son territoire. L’affichage systématique dans les mairies d’informations relatives aux campagnes d’élevage a en effet permis de sensibiliser une trentaine d’éleveurs, héraultais, gardois, lozériens et même drômois. Christian M. et toute son équipe n’ont en effet pas ménagé leurs efforts pour intéresser un nombre croissant de personnes, multipliant les réunions d’information tant en Cévennes même que dans les départements de tradition séricicole où une mémoire encore bien vivante ne demande qu’à être réactivée : le Var, la basse Ardèche et le sud de la Drôme où des groupements d’éleveurs n’ont pas tardé à se constituer.

  • 22 Mme B., la mère, est l’une de ces anciennes séricicultrices qui ont continué à élever des vers à s (...)

58C’est d’ailleurs à l’issue de l’une de ces réunions que Pierrette L. a décidé de franchir le pas : « Il y avait sur la commune un gars qui faisait du ver à soie. On a organisé une soirée avec Christian M., des diapos sur le ver à soie et ça m’a plu ». François B. fait sensiblement le même récit : « Au foyer rural, ils ont fait des conférences sur les métiers anciens et on a su qu’il y avait un nommé Christian M. qui venait parler de la sériciculture. Ma sœur y est allée en disant : ‘je vais voir s’ils achètent les cocons de ma mère’ »22.

59Les cantons gardois de Saint-Hippolyte-du-Fort, Lasalle, Saint-André-de-Valborgne et Bessèges sont ceux qui comptent le plus grand nombre de sériciculteurs, anciens et nouveaux confondus, car la proximité de Monoblet est un facteur décisif dans l’adoption de l’innovation, la tendance à l’imitation se combinant avec la possibilité de recevoir un appui technique individualisé.

  • 23 C’est à partir de cette liste qu’est établi le montant des aides à nouveau attribuées par le FORMA

60En 1982, les sériciculteurs sont au nombre de 34, à part égale de sexes masculin et féminin. À peine plus de la moitié d’entre eux sont recensés comme agriculteurs, les autres étant employés, ouvriers, artisans, fonctionnaires et même retraités. Les quantités de cocons produites par chacun se situent dans une fourchette très large qui va de 3 à 166 kg. Un premier tiers des sériciculteurs en produit moins de 10 kg, un autre de 10 à 29 kg et le dernier tiers de 30 à 166 kg. Trois sériciculteurs seulement dépassent les 100 kg, dont Hélène S., la compagne de Christian M., et un sériciculteur varois qui livre sa récolte à l’ADSC. En fait, on retrouve dans cette liste aussi bien ceux qui élèvent quelques grammes par nostalgie, par solidarité ou par désir d’encourager la nouvelle génération que ceux qui poursuivent un but économique et en attendent un véritable complément de revenu. S’il est vrai que ce sont les petits ruisseaux qui font les grands rivières, il y a cependant fort à parier que la courbe de production d’une poignée de retraités ne sera pas ascendante et que le temps se chargera d’éclaircir les rangs, la nostalgie cédant le pas face au handicap de l’âge. Cette liste officielle23 ne donne toutefois pas les mêmes chiffres que ceux diffusés par les responsables de la SICA ; le nombre des éleveurs y est en effet inférieur d’un tiers à celui publié par les médias locaux sur la base des informations qui leur ont été transmises. C’est ainsi qu’à plusieurs reprises ils n’hésitent pas à les majorer de manière à créditer l’image d’un mouvement plus ample qu’il n’a été en réalité.

61Une enquête effectuée la même année auprès des sériciculteurs en activité mais aussi de tous ceux qui pourraient envisager de le devenir aide à mieux appréhender les modalités de diffusion de la sériciculture. Réalisée par la SICA, elle porte sur une centaine de personnes inscrites dans une fourchette d’âge allant de 30 à 60 ans, toutes « susceptibles d’être intéressées par le développement de l’activité séricicole » affirme les documents. Bien que ce critère d’intérêt soit difficile à cerner, il semble qu’il fasse référence à deux catégories de personnes :

  • d’anciens sériciculteurs(trices) ou enfants de sériciculteurs pour qui cette activité occupe une place essentielle dans le roman personnel ou familial,
  • des personnes sans aucun lien personnel ou familial avec la sériciculture, mais considérées comme susceptibles de s’y engager en raison de leur profession, de leur mode de vie, voire même de leur proximité avec des sériciculteurs.

62Cinquante-neuf personnes sur les 100 interrogées sont d’anciens éleveurs ou leurs descendants directs. Près des deux tiers d’entre elles ne souhaitent pas renouer avec la sériciculture, invoquant qui son âge et la pénibilité du travail, qui la conversion de son exploitation, le démantèlement de l’outil de production et – ceci étant une conséquence de cela-le coût excessif des investissements préalables (plantation de mûriers, construction d’une magnanerie mieux adaptée, etc.).

63Une série d’entretiens que j’ai réalisés près d’une dizaine d’années plus tard en me référant à cette liste m’a ensuite permis d’affiner les réponses et de les mettre en perspective.

  • 24 CLAVAIROLLE, Le magnan, p. 171.

64Au cours des décennies antérieures, les agriculteurs implantés sur les secteurs proches de Monoblet se sont massivement tournés vers la viticulture tandis que ceux de la région de Valleraugue s’orientaient vers la production fruitière, notamment celle de la pomme « reinette ». Or, pour devenir sériciculteur, il est nécessaire de libérer une superficie minimale d’un demi à un hectare pour y planter des Kokuso. Rares sont ceux qui peuvent compter sur des plantations anciennes pour faire la soudure en attendant que les nouvelles entrent en production car ils ont généralement arrachés leurs vieux mûriers dont la dissémination sur les parcelles exploitées gênait les travaux agricoles. La viticulture et la culture fruitière sont en outre difficilement compatibles avec une activité séricicole conduite de façon « moderne » : les éducations de printemps et d’été ont lieu alors que la charge de travail est maximale tandis que celles d’automne coïncident avec la vendange et la cueillette des pommes. Enfin, la plupart des magnaneries ont été transformées en logements pour les besoins familiaux ou en gîtes ruraux pour l’accueil touristique, souvent grâce à une utilisation plus ou moins licite de l’aide à l’amélioration des magnaneries24 distribuée par les organismes agricoles. Quoi qu’il en soit, la relance est encore à un stade expérimental et il est trop tôt pour envisager de s’endetter afin de construire une magnanerie moderne et de planter des Kokuso. Chez les plus âgés, on l’a vu, la sériciculture n’a pas laissé que des bons souvenirs ; sentiments mêlés de nostalgie et de rejet d’un labeur jugé harassant et dont le corps garde encore la mémoire : « Ils étaient raides, les escaliers de la magnanerie, on s’y est tué ! Monter, descendre, monter... C’était tout le jour, on avait l’impression que ça ne finirait jamais » se souvient une ancienne séricicultrice. Chez une autre, le balancier des sentiments s’exprime à travers l’ambivalence des propos : « Je veux pas aller en voir [des vers à soie] parce que je les regretterais [...] On va tous les [mûriers] arracher ». Et puis il y a tous ceux, autour de la quarantaine, qui ne sont plus tout à fait de jeunes agriculteurs et dont la situation familiale leur donne à penser que l’exploitation ne sera pas reprise lorsqu’ils arrêteront. Ceux-là excluent tout investissement à long terme : « Je ne risquais pas de me lancer, je n’avais pas de suite derrière moi ! » est dans leur bouche un véritable leitmotiv.

65Selon l’enquête de la SICA, ils sont cependant 24 % à s’être engagés dans l’aventure de la relance et 13 % envisageaient en 1982 de s’y essayer à leur tour. Au moment de l’enquête, ce sont les cantons de Lasalle et de Saint-Hippolyte-du-Fort, effet de proximité oblige, qui présentent le plus fort taux d’anciens sériciculteurs ayant déjà franchi le pas et c’est dans le département de l’Ardèche que se concentrent ceux qui se disent prêts à recommencer. Sur le canton de Saint-Jean-du-Gard, pourtant proche de Monoblet, on ne trouve qu’une seule réponse positive émanant d’un ancien éducateur. Ce qui tendrait à prouver, dans la mesure où on considère l’échantillon comme représentatif, que les agriculteurs de ce secteur sont nettement plus démoralisés que dans le Piémont cévenol et se méfient d’une relance qu’ils associent au mouvement décrié du « retour à la terre » accompli dans les années 1970 par de jeunes citadins en quête d’une vie qu’ils jugeaient plus « authentique ». Ils sont également plusieurs à estimer que subventionner la sériciculture serait en tout état de cause un gaspillage des deniers publics car ses chances de redémarrer leur semblent à peu près nulles.

  • 25 Se dit des arbres mal entretenus, non taillés.

66Autour de Monoblet, ce sont les élevages scolaires qui ont eu un rôle incitatif auprès des agriculteurs. Un parent d’élèves, viticulteur aux Montèzes, a planté 380 mûriers de la variété Kokuso 21 et élevé des vers à soie plusieurs années de suite dans une ancienne magnanerie : « Je l’avais fait pour mon fils et aussi pour Christian M... Moi, je suis pas contre tout ça, au contraire, parce que vous voyez pas ? Partout, la zone rurale, c’est tout ‘abourri’25 ».

  • 26 Son projet séricicole tournera court car il choisira finalement le maraîchage.

67Certains jeunes agriculteurs, autrefois camarades de classe de Christian M., ont été portés par la dynamique d’innovation qui s’est développée dans toute cette zone au début des années 1980. La relance séricicole relève de la même démarche que la culture des plantes médicinales ou le renouveau de la châtaigneraie et ce sont souvent les mêmes personnes qui s’investissent dans ces différents projets. Un agriculteur qui s’est lancé dans la culture des plantes médicinales se déclare lors de l’enquête de 1982 prêt à tenter l’aventure de la sériciculture26. Il en va de même, rapporte Christian M., pour « un gars du pays qui a toujours habité ici, fait le paysan. Tout ce qui était innovateur, les plantes médicinales, il en a fait un peu. Il a beaucoup de terrain et le jour où les Kokuso se sont plantés, il s’est dit ‘Pourquoi pas ?’. Un gars comme ça ! Il a essayé de faire pousser du safran, il fait essentiellement du châtaignier. Un des premiers gars à remettre en état les châtaigniers et à replanter, à greffer ».

  • 27 Parmi ces réseaux, certains se fondent sur des relations établies en fonction du lieu d’origine (l (...)
  • 28 La même analyse vaut pour la Bulgarie des années 1990 où la relance de la filière séricicole s’est (...)

68Parmi les personnes consultées, 41 n’ont aucun lien avec le monde séricicole. Ce sont principalement des néo-ruraux ou des personnes qui, bien que leur famille soit originaire des Cévennes, ont grandi dans les villes de la plaine languedocienne, Alès, Nîmes ou Montpellier. Les personnes qui ont été contactées appartiennent fréquemment à des réseaux transversaux27 qui tissent des liens au sein d’une population implantée dans les départements méridionaux dont le climat convient à l’élevage du ver à soie. Plusieurs facteurs expliquent le faible intérêt de près des 2/3 d’entre eux. Il faut noter en premier lieu la question foncière que Christian M. à juste titre, avait dès le départ considérée comme décisive : « pour faire des élevages de vers à soie, il faut un lopin de terre, des mûriers, des locaux... Parmi ces marginaux qui s’installaient ici, il y en avait certains qui avaient un peu de terre souvent en location, plus ou moins des arrangements, donc ils investissaient pas dans des plantations à long terme, ils faisaient du court terme et donc de la chèvre. Une production que l’on commercialise directement, facile à transporter... ». Il est en effet possible de commencer un élevage caprin ou apicole quand on ne possède pas de terre, soit en louant, soit en cultivant officieusement des parcelles ; c’est seulement après plusieurs années d’exploitation de fait que se régularisent les « arrangements » conclus avec les propriétaires. La situation est différente avec le mûrier qui nécessite un investissement de départ relativement élevé. La non-propriété ou l’absence de bail de fermage en bonne et due forme constitue donc un obstacle à l’installation car le futur sériciculteur craint de ne pouvoir récolter la feuille des mûriers qu’il a plantés s’il n’a pas de garanties à long terme concernant l’usage de la terre28.

  • 29 JOUTARD (P.), « Allocution du professeur Philippe Joutard, Président du Club cévenol », Causses et (...)
  • 30 Des recherches ethnologiques, dont celle de D. Laya consacrée à l’élevage chez les Peuls, mettent (...)

69Et puis le ver à soie, souligne cet ancien sériciculteur, « c’est quelque chose qui n’attirait pas le citadin ! On n’y vient pas comme ça, il faut avoir baigné là-dedans ! ». De Christian M. à l’historien P. Joutard, nombreux sont ceux qui font état d’un « atavisme » qui prédisposerait les Cévenols à cette activité !29. Les faits invitent cependant à prendre cette assertion avec réserve : s’il est vrai que l’ADSC n’a pas suscité autant de vocations qu’espéré, c’est cependant dans les rangs des néo-Cévenols qu’elle y est parvenu. À travers ces propos, on perçoit toutefois le poids de la culture technique ainsi que de la composante affective prépondérante30, puisque si l’on en croit Simon A. le ver à soie serait « une affaire 100 % psychologique ». Les parents d’élèves de Monoblet sont particulièrement bien placés puisqu’à travers les élevages scolaires encadrés par d’anciennes séricicultrices ils ont pu bénéficier d’une première expérience qui a éveillé leur curiosité et touché en quelque sorte la corde sensible qui semble vibrer si singulièrement chez la plupart de celles et de ceux qui ont un jour « éduqué » cette chenille et ont été « pris à bras le corps » comme le dit encore Simon A.

70Il est frappant de constater en revanche que l’argument de non-rentabilité dont on imagine qu’il devrait avoir un poids majeur dans la rhétorique des sériciculteurs n’est pratiquement jamais mis en avant dans l’enquête de 1982 ; ce qui montre que la stratégie des responsables de la relance a été sur ce point payée de succès : le prix du kilo de cocons est jugé par les sériciculteurs tout à fait satisfaisant.

  • 31 Le taulier est un échafaudage de tables superposées. Voir OZIL (H.), Magnaneries et vers à soie. L (...)
  • 32 CLAVAIROLLE, Le magnan.
  • 33 Sur le pouvoir de fascination qu’exercent les insectes sur l’homme, on peut se reporter à l’ouvrag (...)
  • 34 Cette expression déroutante, en forme d’oxymore, renvoie au fait que les « races » actuelles de Bo (...)
  • 35 On remarquera au passage que ces deux témoignages soulignent ce qui fait la singularité du ver à s (...)

71Les sériciculteurs en activité et les futurs sériciculteurs sont nombreux à envisager d’augmenter la superficie de leur mûraie ou d’en créer une de kokuso (lorsqu’ils n’ont jusque là cultivé que des variétés anciennes de mûriers haute tige) ainsi que de construire une magnanerie moderne. On peut délimiter deux principales zones de développement séricicole. D’une part Monoblet et les communes gardoises qui l’entourent, d’autre part le Sud de l’Ardèche. Plusieurs témoignages montrent qu’un « habitus » technique encore vivant ou simplement moins altéré qu’ailleurs incite à se lancer dans la sériciculture et aussi à persévérer sans qu’il soit toujours possible de démêler ce qui relève d’un réel maintien des savoir-faire et ce qui renvoie plus largement à une culture technique, comme système collectif de symboles et de représentations auquel on est rattaché ou auquel on voudrait l’être. Chez les néo-ruraux, qui forment le gros du bataillon des nouveaux sériciculteurs, la possibilité de s’appuyer sur les conseils d’un voisinage qui a pratiqué la sériciculture jusqu’au début des années 1960 contribue à une prise de décision positive. Viviane H. et Pierrette L. reconnaissent qu’elles attachent une importance particulière à ce contexte humain. Si la première s’est « accrochée », c’est aussi qu’au-delà du succès de ses éducations, cette activité lui a « beaucoup apporté vis-à-vis des gens du village... Quand j’ai décoconné, Marcel et Michèle J. sont venus. C’était quelque chose d’impensable, pour moi ! C’est vraiment la vie du village, quoi, de décoconner ». Pierrette L. évoque quant à elle ce voisin âgé qui « a pris plaisir à (me) conseiller sur l’aménagement du taulier31 » et estime que « quand il s’agit de gens qui ont travaillé et qui savent, il faut les laisser parler parce qu’on apprend autant d’eux (sous-entendu : que des publications spécialisées) ». Les coups de main qu’ont apportés à ces deux femmes d’anciens sériciculteurs des deux sexes y sont pour beaucoup dans leur motivation. Le savoir-faire transmis au sein des générations de femmes inclut cette part émotionnelle, affective que nous avons soulignée ailleurs32. Ainsi Viviane H. affirme-t-elle que ça lui « a beaucoup apporté de faire des vers à soie... J’ai eu des gens qui m’ont dit que c’était la vie de la maison, un peu comme des enfants. Il y a l’histoire de faire naître les vers sur le sein de la femme, c’est vrai, c’est tout un univers... Je ne sais pas comment l’expliquer, une relation charnelle, une relation d’élever... Le plus merveilleux, c’est quand ils commencent à tisser le cocon. Il y a une magie, ça reste. C’est comme la naissance du papillon, on ne l’explique pas, ça reste fabuleux. Il y a une fascination »33. Pierrette L. renchérit en exprimant son attachement à « cette petite merveille technologique »34. Ainsi se fait-elle l’écho de tous ceux et celles qui l’ont précédée : « C’est une petite bête qui me passionne, elle est merveilleuse, unique... parce qu’on n’a pas fait mieux »35.

72C’est dire l’importance des savoirs et compétences ayant un réel ancrage local ainsi que le rôle de la transmission des savoir-faire ; mais aussi les limites de cette connivence que d’aucun analysent comme un facteur d’inertie, de rigidité. Les commanditaires de l’enquête en tirent une leçon allant dans ce sens : les perspectives de développement de la sériciculture dans les cinq ans à venir sont liées à la capacité de la SICA à mener des actions de vulgarisation, d’information et de formation qui complètent ou pallient les insuffisances d’une transmission spontanée, dans le cadre des relations privilégiées de proximité, familiale ou de voisinage.

  • 36 CLAVAIROLLE, Le magnan, p. 276.

73Il ressort également de l’enquête que les pionniers de la relance séricicole feront d’autant plus facilement des émules que des aides financières et des facilités d’installation seront accordées aux candidats. Un tel redémarrage ne peut compter que dans des proportions limitées sur des exploitants dont la moyenne d’âge est proche de celui du départ à la retraite. Les nouveaux producteurs doivent donc envisager des restructurations d’exploitation (terres laissées en friches et bâtiments agricoles à rénover) quand ils ne sont pas contraints à des acquisitions foncières que la pression touristique rend extrêmement onéreuses. Tandis que les plus âgés, qui ont vécu le lent déclin de la sériciculture, insistent sur la stabilité du prix du kilo de cocons parce qu’ils n’ont pas oublié ses variations passées36, les plus jeunes réclament des aides et la reconnaissance institutionnelle de la sériciculture comme activité agricole afin d’avoir droit, par exemple, à la dotation « jeune agriculteur » qui permet de financer l’installation.

Notes

1 FUCHS (J.-P.), « La vie associative, moteur du développement micro-régional », Pour, 82 (1982), p. 74-75.

2 Il s’agit d’une association culturelle qui a développé des recherches ethnologiques sur la connaissance et les usages de la flore en moyenne montagne méridionale.

3 Cité dans LÉGER (D.) et HERVIEU (B.), Le retour à la nature. Au fond de la forêt, l’État..., Paris, Éditions du Seuil, 1979, p. 206.

4 On a vu en introduction que les Cévennes étaient spécialisées dans l’élevage des vers à soie et la production de soie grège (filature). Le moulinage était principalement effectué en Ardèche tandis que Lyon se consacrait à la teinture et au tissage. La bonneterie de soie et le tissage des déchets de soie ont toutefois été des activités extrêmement florissantes durant tout l’Ancien Régime.

5 POLYANI (K.), La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983 [1944] ; GRANOVETTER (M.) « Economic action and social structure : the problem of embeddeness » American Journal of Sociology, 3 (1985), p. 481-510.

6 TRAVIER (D.), « Métiers à bras et ‘soie de France’ », Causses et Cévennes, 2 (1979), p. 26.

7 ATISSOF a créé et déposé la marque « Sorose – Soie des Cévennes », caractérisée de la façon suivante : un titre élevé, une origine exclusivement française, un tissage soigné.

8 Il soutient que si on peut être tisseur n’importe où, la matière première pouvant se transporter aisément, on ne peut être sériciculteur que dans un terroir où le mûrier et le ver à soie se sont acclimatés.

9 Exemple d’un contrat conclu entre un tisseur et ADSC en décembre 1979 : le tisseur s’engage à acheter à l’association 10 kg de fil de soie au prix de 750 F HT, soit 882 F TTC. Le paiement s’effectuera comme suit :

  • avant le 1 mars 1979, livraison de 14,70 m de tissu de soie, largeur 150 cm, utilisable pour 2/3 en habillement et pour 1/3 en cravates,
  • avant le 15 mars 1979, livraison de 22 cravates et 20 écharpes (10 en 130 x 25 cm et 10 en 150 x 20 cm). L’ADSC livrera 5 kg de fil de soie 150 deniers, deux bouts, torsion 180 à 200 tours au mètre, coloris au choix du tisseur avant le 15 janvier 1979 et le reste ultérieurement après accord entre le tisseur et le filateur.

10 Lettre du 7/07/1980, Archives DDA.

11 Il s’agit d’un fil de soie présentant des caractères d’irrégularité très marqués, obtenus à partir de pellettes ou doupions, c’est-à-dire de la partie du cocon qui reste au fond de la bassine après filature ou de cocons fabriqués simultanément par deux vers à soie.

12 Il existe un système de classification du fil de soie reconnu par toute la profession et qui sert de référence pour les échanges internationaux. Cette échelle ascendante va du grade D au grade 6A, correspondant à la qualité optimale.

13 Voir sur ce sujet CHAUVEL (L.), « La désertification du territoire, 1954-1990 », Revue de l’OCDE, 5(1994), p. 89-122.

14 Cité dans : BACHELARD, Les acteurs, p. 45.

15 CALLON, « Éléments pour une sociologie de la traduction », p. 192.

16 ALTER (Ν.), « La lassitude de l’acteur de l’innovation », Sociologie du travail, 4 (1993), p. 453.

17 CROZIER et FRIEDBERG, L’acteur et le système, p. 26.

18 CROZIER et FRIEDBERG, L’acteur et le système, p. 66.

19 Voir notamment BIDET (Ε.), « L’insoutenable grand écart de l’économie sociale. Isomorphisme institutionnel et économie solidaire », Revue du MAUSS, 21 (2003), p. 162-197 ainsi que EME (B.), « L’économie sociale, entre fonctionnalité et autonomie de projet », Économie et humanisme, 347 (1998-1999).

20 ALTER, « La lassitude de l’acteur », p. 455.

21 Je ne prends pas en considération ici l’expérience du CAT des Magnans qui reposait sur la concentration de l’élevage dans un espace unique.

22 Mme B., la mère, est l’une de ces anciennes séricicultrices qui ont continué à élever des vers à soie après l’arrêt officiel de cette production.

23 C’est à partir de cette liste qu’est établi le montant des aides à nouveau attribuées par le FORMA.

24 CLAVAIROLLE, Le magnan, p. 171.

25 Se dit des arbres mal entretenus, non taillés.

26 Son projet séricicole tournera court car il choisira finalement le maraîchage.

27 Parmi ces réseaux, certains se fondent sur des relations établies en fonction du lieu d’origine (la Vallée borgne a ainsi accueilli plusieurs couples venant du nord-est de la France), d’autres sur une base professionnelle (les tisserands) d’autres encore selon des pratiques de consommation (les clients des coopératives de produits biologiques).

28 La même analyse vaut pour la Bulgarie des années 1990 où la relance de la filière séricicole s’est heurtée à de multiples incertitudes concernant la redistribution des terres qui avaient été confisquées à leurs propriétaires lors de la collectivisation. J’ai ainsi pu vérifier que les agriculteurs hésitaient à investir dans des cultures pérennes par crainte que les parcelles ne leur soient retirées une fois la réallocation des terres accomplie. Voir : CLAVAIROLLE (F.), Conditions et perspectives de développement d’une sériciculture de qualité en Bulgarie (Région de Haskovo – Plovdiv), rapport d’étude, Eurochrysalide, 1998.

29 JOUTARD (P.), « Allocution du professeur Philippe Joutard, Président du Club cévenol », Causses et Cévennes, n° spécial (1982), p. 9.

30 Des recherches ethnologiques, dont celle de D. Laya consacrée à l’élevage chez les Peuls, mettent en évidence la part sensible, affective qui est incluse dans le travail avec le vivant. LAYA (D.), La tradition peule des animaux d’attache, thèse d’ethnologie, Paris 10, 1973.

31 Le taulier est un échafaudage de tables superposées. Voir OZIL (H.), Magnaneries et vers à soie. La sériciculture en pays vivarois et cévenol, Lavilledieu, Éditions du Candide, 1986.

32 CLAVAIROLLE, Le magnan.

33 Sur le pouvoir de fascination qu’exercent les insectes sur l’homme, on peut se reporter à l’ouvrage de SIGANOS (Α.), Les mythologies de l’insecte. Histoire d’une fascination, Paris, Librairie des Méridiens, 1985.

34 Cette expression déroutante, en forme d’oxymore, renvoie au fait que les « races » actuelles de Bombyx mori sont issues de nombreux siècles de manipulation génétique et d’hybridation afin d’accroître leurs performances.

35 On remarquera au passage que ces deux témoignages soulignent ce qui fait la singularité du ver à soie, tout à la fois quasi-humain parce qu’« éduqué » et quasi-artéfact car ayant fait l’objet d’innombrables manipulations génétiques.

36 CLAVAIROLLE, Le magnan, p. 276.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540