Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le renouveau de la production de la soie en Cévennes (1972-1998)

 | 
Françoise Clavairolle

Du réalisme à l'utopie

Conditions et modalités de la relance

Texte intégral

LE « RETOUR DES MAGNANS »

LE CAT : UNE EXPÉRIENCE INSTITUTIONNELLE

  • 1 Les centres d’aide par le travail ont pour mission de procurer un travail productif et rémunéré à (...)

1Le premier projet de relance de la production de la soie, porté par un centre d’assistance par le travail (CAT)1, prend corps au début des années 1970 à Molières-Cavaillac, un village situé à quelques kilomètres du Vigan.

  • 2 CAZALET (E. de), « Une tentative originale : la maison des Magnans », Causses et Cévennes, 2 (1979 (...)

2C’est le PDG d’une grande banque régionale qui en est à l’initiative. Membre d’un groupe de réflexion sur l’avenir des Cévennes constitué au sein de la Fondation Olivier de Serres, Charles de E. s’emploie en effet à mobiliser le comité d’entreprise de sa société en faveur de cette région économiquement et socialement sinistrée2. Le CAT en gestation doit accueillir des enfants et adultes handicapés moteurs cérébraux et leur permettre de s’insérer socialement par l’intermédiaire d’une activité professionnelle rémunérée, conformément à la vocation de ce type d’institution. « Cévenol d’origine, d’âme et de cœur », comme il aime à se présenter, il milite pour une renaissance économique des Cévennes et partage avec son ami Simon A. la certitude que la sériciculture possède encore un avenir.

  • 3 La Commission séricicole internationale a été fondée en 1948 à l’occasion du Congrès international (...)

3Fort du soutien de la Commission séricicole internationale dont ce dernier fut également le fondateur et le secrétaire général3, Charles de E. va donc proposer cette activité qui offre une dimension thérapeutique et éducative et lui semble parfaitement convenir à des personnes handicapées. En effet les taches séricicoles sont susceptibles d’être valorisantes car elles ne sont pas répétitives et stimulent la faculté d’observation ; de plus le cycle biologique du ver à soie et notamment ses métamorphoses peuvent éveiller l’intérêt des pensionnaires et les motiver au travail. Un autre argument qui milite en faveur du choix de cette activité tient au fait qu’ayant profondément marqué la vie sociale et économique de la région elle pourrait par conséquent favoriser leur insertion sociale dans un environnement humain potentiellement réticent à accueillir une telle structure, comme cela se produit fréquemment ailleurs. Selon lui, la future Maison des Magnans peut être le moteur d’une relance séricicole et devenir une vitrine du développement local. Dans cette perspective, la vocation de l’établissement sera à la fois expérimentale et démonstrative. Il s’agira de tester les innovations qui pour l’instant sont demeurées au stade de l’élaboration théorique ; en les mettant à l’épreuve, l’établissement permettra leur adaptation aux exigences du marché international. Dernier argument de poids, le Centre peut bénéficier du précieux concours d’un conseiller technique, un ancien filateur du Vigan qui s’enthousiasme pour le projet, ainsi que d’un technicien expérimenté dont les connaissances pratiques sont indispensables à la mise en état de marche des équipements.

4Le futur CAT sera donc un centre séricicole pilote. Son objectif est de produire des cocons dans des conditions techniques et organisationnelles qui permettent de les écouler à un prix sinon compétitif du moins acceptable pour ceux qui se chargeront ensuite de leur transformation. L’ambition du centre se limite donc à la phase agricole : le traitement des cocons par une filature artisanale ou industrielle n’est pas pour l’heure envisagé. On peut toutefois s’interroger sur ce que l’initiateur du projet entendait faire de la récolte dans la mesure où il n’existait plus en France d’unité de filature.

5L’expérience séricicole du CAT commence en 1970, avec les premiers travaux visant à préparer l’implantation du centre, le défrichement et le nivellement des anciennes terrasses pour y créer des vergers adaptés à la culture mécanique. L’année suivante, le terrain est labouré, drainé et amendé. Enfin, au printemps 1972, les premiers mûriers sont plantés et les travaux de construction d’une magnanerie commencent. Deux ans de travaux sont encore nécessaires avant que le Centre n’ouvre ses portes aux handicapés, en 1974. Ils sont d’abord employés à la construction de claies adaptées aux tables qui ont été fabriquées à partir d’un prototype. Le premier élevage a lieu au printemps, sous la direction d’un chef magnanier aidé de deux anciennes séricicultrices car les pensionnaires et leurs éducateurs, ignorant tout de la conduite d’une éducation de vers à soie, n’auraient pas su s’en occuper convenablement. Cette année là, trois chambrées se succèdent au printemps, puis deux à l’automne après une période d’interruption durant les chaleurs estivales. Mais la récolte ne trouve pas preneur : le Centre, s’il vendait les cocons au tarif international, ne couvrirait même pas le coût de revient ; en outre, la quantité produite est trop faible pour amortir les frais de transport de la récolte vers une filature italienne qui en assurerait la transformation.

  • 4 Joseph Clayette a lui-même aménagé une magnanerie à Saint-Christol-les-Alès, une commune de la pér (...)

6L’année suivante, la magnanerie est équipée d’une machine automatique d’alimentation et de délitage des vers à soie. Le « système Clayette » se présente comme un pont supportant un tapis roulant sur lequel la feuille est déversée au moyen d’une trémie4. Le déplacement du tapis permet une répartition automatique homogène de la feuille. En outre, le délitage est grandement facilité : des ergots disposés de part et d’autre des tables permettent d’accrocher un filet posé sur les vers et couvert de feuilles fraîches ; ces derniers, attirés par la feuille, passent à travers les mailles du filet pour l’atteindre ; il ne reste plus alors qu’à retirer la litière souillée. Neuf élevages imbriqués se succédant tous les quinze jours seront réalisés. Ils produisent deux tonnes de cocons blancs qui sont étouffés, déblazés et enfin triés avant d’être stockés car aucune solution n’a encore été trouvée pour leur traitement.

7Les responsables du Centre décident donc de doter l’établissement d’une filature. Ils récupèrent une partie de l’équipement d’un atelier désaffecté situé dans une vallée des Cévennes lozériennes, à la sortie de Sainte-Croix-Vallée-Française. C’est un matériel obsolète et détérioré car il a été laissé à l’abandon depuis la fermeture de l’atelier. Ses rouages sont grippés : le mécanisme de la batteuse ne fonctionne plus, de même que le niveau automatique d’eau. Quatre bassines sur les huit que comptait l’atelier sont déménagées au CAT, rénovées par le technicien du Centre et électrifiées, le matériel ayant été initialement conçu pour fonctionner à la vapeur. Sous la direction du filateur à la retraite, la filature des Magnans entre en activité l’année suivante, après qu’une ancienne fileuse soit venue enseigner aux jeunes pensionnaires les rudiments du métier. Après avoir été mouliné dans un atelier ardéchois, le fil, fait de deux bouts de 75 deniers chacun, est proposé à un tisseur à bras qui accepte de faire des essais de tissage.

8Le Centre s’équipe enfin pour l’ouvraison car la soie grège doit impérativement être moulinée avant d’être tissée. Il acquiert un moulin d’occasion et du matériel de dévidage, d’assemblage et de reflottage que le technicien de l’établissement s’emploie à restaurer. Enfin en 1977, il acquiert du matériel de teinture et produit au printemps suivant son premier fil teint et entièrement ouvré dans le nouvel atelier.

9Toutefois, la faible productivité ainsi que les frais liés aux conditions quasi artisanales de dévidage des cocons imposent de fixer un prix élevé au regard du marché : 500 F HT le kilo de fil teint et présenté en bobine. Dans ces conditions, le nombre des tisseurs intéressés par l’utilisation de cette matière première demeure limité et seule une baisse significative du prix de vente pourrait permettre d’élargir le réseau des clients.

MONOBLET : UNE EXPÉRIENCE « À LA BASE »

10Monoblet, un village du Piémont cévenol situé à la jonction du schiste et du calcaire, au centre d’un triangle formé par les petites villes d’Anduze, Lasalle et Saint-Hippolyte-du-Fort, est le cadre d’une autre expérience de relance séricicole qui a vu le jour presque simultanément.

11L’activité économique du village a ralenti en même temps que déclinait la production de la soie. Des cinq filatures qui fonctionnaient au début du siècle il n’en restait qu’une seule encore en activité à l’orée de la seconde guerre mondiale. Après sa fermeture, en 1940, la baisse des effectifs démographiques s’est poursuivie, comme c’est le cas à la même époque dans d’autres zones rurales marginalisées. Seule l’activité séricicole s’est maintenue ; une magnanerie coopérative fonctionnait même encore en 1968, année de la suspension des subventions.

12Les 1500 habitants de 1875 ne sont plus que 450 un siècle plus tard. L’école, baromètre de la vitalité rurale, reflète cette situation de déclin : au début des années 1970 l’inspection académique décide en effet de supprimer une classe au motif que les écoliers ne sont plus suffisamment nombreux. La population et l’un des instituteurs s’opposent vivement à une administration qui de son côté critique les choix pédagogiques et le contenu des enseignements de ce dernier. En effet, le savoir inculqué sur les bancs de l’école de Monoblet va de pair avec une approche qui privilégie son insertion dans la vie locale. Adepte de la méthode Freinet, l’instituteur considère qu’il n’a pas pour mission de désapprendre aux élèves leur culture d’origine sous prétexte que tôt ou tard ils devront quitter le village de leur enfance, voire leur région, pour trouver un travail, mais au contraire de les initier à ses ressources pour leur donner le désir d’y rester. Sa démarche va à contre-courant des directives académiques et l’institution la condamne fermement : « J’avais un inspecteur avec qui je ne m’entendais pas du tout et qui à chaque conférence pédagogique râlait contre la pédagogie Freinet, râlait contre l’étude du milieu local » se remémore l’instituteur. Telle qu’il la conçoit, sa mission éducative se situe exactement aux antipodes de cette pédagogie de l’acculturation et ses prises de position professionnelles prolongent des engagements plus personnels, militants. Membre-fondateur de « Cévennes occitanes », un groupuscule issu du mouvement occitan qui s’est fait connaître pour son opposition musclée au Parc national des Cévennes lors de sa création, il refuse que l’avenir des Cévennes repose exclusivement sur un développement touristique. Il est persuadé que l’école peut et doit contribuer au maintien d’une vie locale en modifiant le regard que la population porte sur son histoire et sa culture, en réhabilitant des modes de vie, des savoirs et des savoir-faire qui, considérés par certains comme des handicaps, pourraient au contraire se transformer en ressources. C’est à cette condition que l’objectif en forme de slogan Volem viure al païs sera atteint.

  • 5 Comme on l’a vu précédemment, les enseignants ont été mobilisés pour participer à la « propagande  (...)

13En 1972, année où l’administration décide la fermeture de l’une des deux classes de l’école communale, le jeune instituteur propose à ses élèves d’effectuer un élevage de ver à soie à des fins pédagogiques, une pratique longtemps répandue dans les écoles primaires françaises5 ; initialement destinée à vulgariser au plan national des procédés séricicoles considérés comme rationnels, elle s’est ensuite maintenue dans de nombreux établissements malgré le déclin puis la disparition de ce secteur d’activité. L’habitude de ces travaux pratiques est demeurée particulièrement vivace dans les écoles cévenoles durant les dernières décennies ; il ne s’agit plus de former de futurs sériciculteurs mais de faire comprendre aux écoliers le phénomène complexe et ô combien fascinant des métamorphoses de l’insecte, le ver à soie offrant la possibilité d’observer en l’espace d’une quarantaine de jours le cycle complet de ses transformations, de la graine au papillon. Son élevage est par conséquent un excellent support aux classiques « leçons de choses ». L’instituteur de Monoblet, tout en poursuivant cet objectif pédagogique, a cependant d’autres idées en tête. L’élevage scolaire lui donne en effet l’occasion d’évoquer la place occupée par la production de la soie dans l’histoire sociale, culturelle et économique des Cévennes en général et du village en particulier. « Par son côté scientifique et biologique, la chose avait aussi son importance mais elle était presque secondaire pour moi, sur le plan de mon rôle pédagogique » plaide-t-il, en ajoutant : « j’avais en effet un objectif qui a toujours été un des principes fondamentaux de mon enseignement. Il s’agissait de donner une vision nouvelle du rapport ville-campagne. Alors que mon inspecteur nous demandait d’orienter notre enseignement vers une préparation de nos enfants à la vie urbaine car c’était leur avenir, moi j’ai essayé de les enraciner au maximum dans leur pays car c’est là qu’ils avaient le plus de chances de trouver leur bonheur ».

  • 6 Cette fantaisie n’est pas un produit de son imagination car en effet la station séricicole poursui (...)

14Une motivation plus personnelle l’incite en outre à s’investir dans cette activité scolaire : l’éducation des vers à soie ravive des souvenirs d’enfance auxquels il est profondément attaché car son père fut l’un des derniers éducateurs du bourg voisin, Saint-Hippolyte-du-Fort. C’est ainsi que jusqu’à l’âge de treize ans, il a participé aux élevages familiaux et en garde la nostalgie : « Quand tu es gamin, qu’il y a un gros problème sur les vers à soie, qu’ils crèvent tous, tu ne le vis pas trop, ça... Tu ne le vis pas comme un drame, alors que c’est un drame pour les parents. J’ai l’image des cocons de toutes les couleurs parce qu’à l’époque tu avais des cocons verts, des jaunes, des oranges, des cocons en forme de cœur6... On s’amusait à faire des collections... Pour un gamin, c’est toujours fabuleux ! ».

15Le tout premier élevage scolaire est de dimension modeste. La question cruciale du débouché, pour cette production qui ne trouve plus preneur au niveau national, est résolue sans trop de difficultés : les cocons seront écoulés partie auprès de pêcheurs qui utilisent la chrysalide comme appât pour la pêche à la truite, partie aux canuts de la Croix Rousse, à Lyon, pour en décorer des boites d’emballage. L’éducation est une réussite et permet aux élèves de réunir la coquette somme de 4000 F.

  • 7 Un tiers de la dépense est pris en charge par le Service rural départemental, un autre tiers par l (...)

16Ce succès et l’enthousiasme que l’élevage a fait naître chez ses jeunes élèves incitent l’instituteur à renouveler l’expérience à plus grande échelle l’année suivante ; si tout se déroule comme prévu, la somme récoltée servira cette fois-ci à financer le voyage de fin d’année des enfants chez leurs correspondants scolaires de Bourg-en-Bresse, dans l’Ain. La salle de classe est cependant trop exiguë pour une éducation grandeur nature et il faut trouver à proximité un local mieux adapté. C’est finalement la magnanerie d’une ancienne séricicultrice, située à 2 km du village, qui accueillera les vers à soie et leurs jeunes éducateurs. Il s’agit de l’une de ces magnaneries « modernes », aménagées dans les années 1950 grâce aux subventions accordées par les pouvoirs publics au titre de la loi sur l’habitat rural7. Les tables sont toujours en place de même que les claies ; les trappes d’aération destinées à prévenir la « touffe », l’isolation du plafond qui protège les vers contre les écarts de température de grande amplitude, les foyers en brique pour le chauffage n’ont pas été démolis comme c’est généralement le cas, la plupart des magnaneries ayant été reconverties en pièces d’habitation après l’arrêt de l’activité séricicole. Nostalgique, l’ancienne éducatrice n’avait pu se résoudre à démanteler l’installation et attendait sans trop y croire le retour des magnans ! Elle ne se contente pas de mettre ses locaux à la disposition des élèves, elle s’emploie également à leur transmettre son savoir-faire, indispensable aux sériciculteurs en herbe qui connaissent la théorie mais non encore la pratique du métier. La conduite d’une éducation grandeur nature présente en effet des difficultés qu’ils n’avaient pas encore eu l’occasion de rencontrer dans le cadre de leur petit élevage scolaire : cueillette, transport et stockage d’une grande quantité de feuille, délitage, contrôle de l’aération et de l’humidité, etc.

17Au village, les réactions de la population sont mitigées. Pour les uns, il n’est pas souhaitable de raviver le souvenir d’un passé douloureux car jalonné de crises et marqué par un déclin qu’ils pensent irréversible. Cette expérience leur semble coupée des réalités économiques et sociales contemporaines et revêt à leurs yeux selon eux un caractère fondamentalement passéiste, comme si l’on feuilletait un livre d’images aux pages décolorées par le temps. Pour d’autres, au contraire, elle permet de nouer un échange constructif entre la jeune génération et celle de ses grands-parents : « c’est de cette manière que le fil se renoue entre les générations et les enfants retrouvent tout naturellement le regard de leurs grands-parents sur les prémices de la récolte » estime Christian M.

18Les parents d’élèves sont tout aussi partagés. Certains désapprouvent l’initiative de l’instituteur, estimant qu’il prend trop de libertés avec le programme et s’écarte de sa mission en intervenant jusque dans la vie extrascolaire de leur progéniture. Il est vrai que l’éducation d’une once de graine exige une disponibilité qui cadre difficilement avec les contraintes du calendrier scolaire : « on allait ramasser la feuille et on y passait un sacré bout de temps ! On faisait ça aussi au lieu de faire nos devoirs, le week-end et puis le soir... » se souvient l’une de ces anciennes élèves. D’autres, au contraire, jugent avec bienveillance l’enseignement singulier délivré par Christian M. et approuvent sa façon de faire dialoguer deux univers que le système scolaire généralement oppose : d’un côté l’école, ses règles et ses rythmes, le contenu de son message à portée universaliste ; de l’autre, l’apprentissage de la vie et de ses contraintes, de savoirs – et savoir-faire – fondés autant sur l’expérience que sur des connaissances livresques. Cette manière de concevoir l’éducation est assez largement représentée à Monoblet, l’un de ces villages qui après les événements de mai 1968 ont vu déferler une vague de jeunes migrants rêvant notamment d’une pédagogie nouvelle qui ferait de l’école un lieu ouvert et non un « sanctuaire ». Tout ce qui déborde du cadre étroit des programmes scolaires est alors perçu comme une occasion d’enrichissement personnel : atelier de poterie, initiation musicale, cours d’occitan... et pourquoi pas sériciculture ?

19L’élevage scolaire va donc favoriser le rapprochement d’individus qui se côtoient quotidiennement sans nouer de véritables échanges. Si on se salue courtoisement devant la porte d’entrée de l’école, à l’épicerie du village ou au comptoir du café, il est rare que la relation aille plus loin.

  • 8 CHEVALIER (M.), « Les phénomènes néo-ruraux », L’espace géographique, 1 (1981), p. 33-47.
  • 9 VALLEYS (Α.), « Monoblet : le retour des vers à soie », Libération, (1977), 18 juillet.

20Les néo-ruraux jouent la carte de l’intégration, mais les autochtones ne se montrent pas toujours accueillants. Ils ne sont acceptés que quand ils donnent des preuves de leur ténacité, le temps constituant le principal facteur d’intégration8. L’instituteur de Monoblet, bien qu’il se déclare favorable aux nouveaux installés, tient un raisonnement similaire : « Le critère d’intégration ne se situe pas dans le discours, ni dans ce que tu veux faire, mais dans le temps. Celui qui reste et s’accroche vraiment à ce qu’il fait s’intègre forcément un jour ou l’autre »9. Pour ces néo-Cévenols, l’intégration a d’autant plus de chance de se réaliser que la voie aura été tracée par la jeune génération : c’est l’une des raisons de leur forte implication dans la vie de l’école et de leur participation aux activités proposées par l’instituteur.

21Mais ils ne sont pas les seuls à s’intéresser à l’expérience. Des jeunes gens d’origine locale, généralement sensibles aux revendications occitanistes, accordent à l’élevage scolaire une portée symbolique. À leurs yeux, il marque le refus de l’emprise idéologique du modèle socioculturel dominant inculqué par le système éducatif : élever des vers à soie serait comme marcher sur les traces d’une histoire collective et contribuer ainsi à sa reconnaissance. La renaissance possible de cette activité cristallise leur révolte. D’anciens sériciculteurs et séricicultrices partagent également ce sentiment ; ils ne manquent aucune occasion d’évoquer le passé et de se raconter à propos d’une activité qui a marqué en profondeur leur histoire personnelle et s’inscrit, pour la plupart d’entre eux, dans une tradition familiale : « Moi, je l’ai toujours vu faire à la maison ! Alors vous dire si je les connais, les vers à soie ! Je ne connais que ça ! ».

  • 10 Sur ce point, voir : CLAVAIROLLE, Le magnan, 2003.

22Avec l’once de graine achetée à Félicien Auzas, le dernier graineur ardéchois encore en activité, les éducateurs de Monoblet récoltent cette année là 83 kg de cocons. Il s’agit d’un rendement élevé qui témoigne du succès de l’entreprise et/ou de la pérennité de la pratique autrefois généralisée du péçu ! En effet, jusqu’aux années 1950, les filateurs qui fournissaient « gratuitement » la graine aux séricicultrices contre l’engagement de leur livrer leurs production faisaient généralement bonne mesure. Ainsi la séricicultrice était-elle flattée dans son amour propre car sa récolte était abondante. De son côté, en période de pénurie de cocons français et donc de concurrence acharnée entre acheteurs, le filateur se donnait ainsi une garantie d’approvisionnement et pouvait même espérer augmenter par ce biais le volume de ses achats10. Il est probable que le graineur ardéchois n’a pas procédé autrement.

  • 11 Le concept de communauté, à l’instar de celui d’ethnie, a connu depuis quelques décennies de nombr (...)

23À la fin du mois de juin, un grand nombre de villageois de tous âges, autochtones et « pièces rapportées », se retrouvent pour la séance collective de décoconnage qui clôt l’éducation : les doigts courent avec agilité dans la bruyère ou les hérissons afin de libérer les cocons que des filaments impalpables attachent à leur support, tandis que de jeunes enfants chahutent en courant entre les chaises réunies en cercle. Une complicité moqueuse, ponctuée d’éclats de rire, rapproche les générations de femmes ; c’est l’un de ces moments privilégiés où la notion de « communauté villageoise » semble prendre tout son sens, le sentiment d’un être-ensemble faisant momentanément oublier les tensions qui la traversent constamment11.

24Au printemps suivant, l’expérience est renouvelée avec les mêmes gages de réussite et l’information circule de village en village. De Saint-Hippolyte-du Fort, de Lasalle, de Soudorgues, « ceux qui élevaient encore quelques magnans sont venus voir si on ne pouvait pas écouler aussi leurs cocons plutôt que de les jeter » se souvient Christian M. En effet, contre toute attente, quelques personnes âgées n’avaient pas totalement renoncé à la sériciculture et sans en attendre quelque profit que ce soit éduquaient en secret chaque année une poignée de vers dans un coin de leur cuisine ou de leur chambre à coucher : « Il y avait toujours des gens qui élevaient des vers à soie mais ils le faisaient, à ce moment là, uniquement par atavisme. Ils faisaient des vers à soie, puis quand ils avaient les cocons, ils les jetaient ! ».

25Devant l’intérêt croissant des habitants du village puis de ceux des communes voisines qui, lorsqu’ils entendent parler de ce qui se passe à l’école de Monoblet, prennent contact, l’instituteur s’interroge : la sériciculture, à travers l’expérience monoblétoise, prouve qu’elle peut être une force de rapprochement, capable de transcender les clivages au sein de la communauté villageoise et de recréer du lien social. N’y a-t-il pas là, par conséquent, matière à tenter une relance de cette activité ?

26Dans son esprit, le renouveau de la soie prendrait le contre-pied d’une politique d’aménagement telle que l’entendent les pouvoirs publics : leur conception de la réduction des écarts de développement et du rééquilibrage du territoire lui semble finalement consister à livrer cette zone qualifiée de « périphérique » à la convoitise des « chasseurs de primes » ou à des spéculateurs fonciers qui voudraient la « touristifier ». Au début des années 1970 les communes ont en effet vu arriver nombre de ces pseudo-agents de reconversion économique qui disparaissaient parfois du jour au lendemain, après avoir empoché les aides à la création d’entreprise et réalisé en un ou deux ans de juteux bénéfices grâce aux bas salaires acceptés par la population locale en mal d’emploi.

27Pour comprendre comment l’idée d’une relance séricicole a pu germer sur la seule base d’un essai réussi d’élevage scolaire, il faut se replacer dans le contexte micro-local. En 1973, les villages de Monoblet, Vabres et Saint-Félix-de-Pallières, dont la population réunie atteint environ 700 habitants, font l’objet d’un ambitieux projet d’aménagement touristique prévoyant la construction d’une zone de 465 résidences secondaires sur un territoire de 233 ha. Si quelques propriétaires fonciers y voient la possibilité de réaliser des opérations extrêmement lucratives, d’autres habitants, dont l’instituteur, en perçoivent immédiatement les dangers en termes aussi bien écologiques et économiques que culturels et sociaux. L’opération de relance de la sériciculture propose en quelque sorte un contre-feu à ce projet. Elle oppose au développement touristique initié de l’extérieur une prise en main de l’avenir du pays par les acteurs locaux. Elle suggère : inversons la logique, prenons le contrôle de notre développement de manière à ce qu’il soit fondé sur les potentialités locales et ne nous laissons pas déposséder du bénéfice de l’exploitation de nos ressources.

  • 12 MENGIN (J.), « La culture, pas le folklore », Autrement, 47 (1983), p. 136.

28Au point de départ du projet, l’hypothèse avance que partir des racines locales est un moyen efficace pour recréer une activité économique dans la mesure où le projet, bien inséré dans le tissu social, va redonner confiance à la population. Se souvenir peut en effet être « une voie pour stimuler l’imagination »12. Ainsi le passé, avec toutes ses composantes, est-il constitué en ressource.

  • 13 Rappelons à toutes fins utiles que l’expression « patrimoine ethnologique » a été forgée en 1980, (...)
  • 14 Le Forum international de techniques appliquées au textile (FITAT) s’est d’ailleurs engagé dans un (...)
  • 15 FABRE (D.), « Le patrimoine, l’ethnologie », dans NORA (P.), éd., Science et conscience du patrimo (...)

29À ce stade de l’expérience, il y a lieu d’utiliser avec prudence des notions sur lesquelles nous serons amenés à revenir plus avant dans le récit : celles de patrimoine ethnologique13 et surtout de patrimonialisation. En ses débuts, l’esprit de la relance ne correspond pas en effet à une démarche de patrimonialisation telle qu’on l’entend désormais. Si cette notion n’est pas absente des propos des initiateurs du projet de relance, son usage apparaît comme plus descriptif qu’explicatif. En tout état de cause, la notion de « patrimoine » séricicole renvoie dans leur esprit aux biens que la population actuelle a reçus en héritage. C’est le sens quasi étymologique du terme qui est retenu, au plus près de sa définition la plus « sèche », notariale. Ce patrimoine inclut des biens que l’on peut qualifier de matériels, c’est-à-dire des variétés moricoles, des « races » de vers à soie sélectionnées ainsi que des outils conçus pour leur élevage et la transformation des cocons en fil de soie, et des biens immatériels, essentiellement représentés par les savoir-faire liés à la culture du mûrier, à l’éducation des vers et à la filature. Si du point de vue de l’ethnologue et plus largement d’un observateur extérieur certaines caractéristiques d’un processus de patrimonialisation, autrement dit d’attribution à ces objets du statut d’éléments emblématiques d’une entité culturelle originale sont bien identifiables, il n’en reste pas moins que les agents concernés s’inscrivent avant tout dans une perspective pragmatique qui met en avant la possibilité de s’appuyer sur un capital techno-économique – avant d’être symbolique – pour engager un processus de développement. Il s’agit de préserver des techniques traditionnelles dans la stricte mesure où elles pourraient servir de support à l’élaboration de procédés nouveaux14. De ce point de vue, on pourrait même dire que la relance représente l’antithèse d’un processus de patrimonialisation tel que l’entend D. Fabre. Selon lui, il viserait en effet à « mettre à part, opérer un classement, constater une mutation de fonction et d’usage, souligner la conscience d’une valeur qui n’est plus vécue dans la reproduction de la société mais qui est décrétée dans la protection des traces, de témoins et de monuments »15. Analyser la relance sous l’angle d’un phénomène de patrimonialisation reviendrait donc à déplacer la signification que lui attachent ceux et celles qui l’ont mise en œuvre car bien qu’ils n’ignorent pas la dimension culturelle, identitaire du phénomène, c’est d’abord sous l’angle économique et politique qu’ils veulent le considérer. En relançant cette activité, ils entendent dépasser l’héritage qu’ils ont recueilli, l’utiliser comme un tremplin vers l’avenir et non comme un modèle qui serait à reproduire. C’est en ce sens que les agents de la relance se défendent de tout débordement nostalgique, à l’instar de Gilbert F., « ancien et nouveau sériciculteur » comme il se définit lui-même, lorsqu’il affirme : « je ne veux faire ni du romantisme, ni du folklore ».

30Le projet de renouveau séricicole voudrait porter l’espoir d’une population traumatisée, menacée dans son devenir et qui entend puiser dans ce qui l’a autrefois constituée les moyens de sa reproduction et de son insertion dans des sphères socio-économiques dont elle s’est sentie exclue. Un projet de développement local, certes, mais qui vise précisément à refuser cette forme de marginalisation que constitue la qualification des zones rurales défavorisées comme espaces de récréation et de loisir et non comme espace de production, en les vouant à ce que nous analysons aujourd’hui comme une patrimonialisation généralisée du territoire.

  • 16 PIAULT (M.H.), « L’hexagone, une conquête coloniale », Ethnologie française, 2 (1988), p. 151.

31Dans les années 1970, le rejet de la société de type pyramidal se conjugue donc avec la volonté exprimée d’une « décolonisation » intérieure. Comme l’a bien montré M.H. Piault, la construction de la nation française n’a pu se réaliser qu’en « faisant éclater les structures les plus intimes du tissu social » et en instituant des « minorités » régionales auxquelles sont appliqués les mêmes qualificatifs que ceux qui ont longtemps désigné l’indigène des outremers coloniaux16. C’est donc en toute logique que l’on retrouve dans le discours occitaniste auquel s’est rattachée la relance en ses débuts la revendication d’une autonomie politique, culturelle et économique, contre les multiples formes de domination auxquelles les sociétés locales seraient confrontées. Pour les militants de ce mouvement dont Christian M. est un membre actif et auquel il se réfère fréquemment, « un pays qui crève, c’est un pays qu’on tue ».

LA RECONQUÊTE DES SAVOIR-FAIRE

32Trois années durant, l’engouement pour la sériciculture ne faiblit pas et fait même tache d’huile à Monoblet et aux alentours. Parents d’élèves et anciens sériciculteurs du village et des communes voisines sont toujours plus nombreux à témoigner de leur intérêt et de leur curiosité. Les premiers viennent régulièrement s’enquérir de la bonne marche des élevages et offrent aux sériciculteurs en herbes et au maître d’école la feuille de leurs mûriers ; les seconds demandent à visiter la magnanerie bruissante des milliers de vers en train de déchiqueter la feuille et en profitent généralement pour donner quelques conseils à la nouvelle génération inexpérimentée : « dans le fond, ils ont tous la nostalgie, même s’ils en ont bavé » remarque avec émotion Christian M.

33Au fur et à mesure que leur cercle s’élargit, le projet mûrit, se précise. Christian M. pressent que la partie est loin d’être gagnée car, en dépit de cet élan collectif, il existe bien des résistances à vaincre. Les spécialistes du domaine doutent de la possibilité d’une renaissance de la sériciculture dans les conditions actuelles du marché et une frange conservatrice de la population cévenole, traumatisée par la désertification rurale, n’accepte pas de remettre en cause ses certitudes. Or l’instituteur est justement de ceux qui par leur choix d’existence questionnent les évidences collectives, notamment en raison de ses liens étroits avec la mouvance néo-rurale. Il est en effet l’un des habitants permanents de Gourgas, une imposante bâtisse, acquise en 1967 par Félix Guattari pour servir de base à des expériences anti-psychiatriques et libertaires et considérée comme l’un des hauts lieux de ce qu’on a appelé la « contre-culture ».

  • 17 André R. a participé activement aux efforts pour rénover la production de la soie en France. Il a (...)

34S’il veut que son idée fasse du chemin, il va devoir gagner aussi bien la confiance des spécialistes que du monde paysan. C’est ce qu’il vise en enrôlant deux personnalités emblématiques de l’histoire de la soie : Simon Α., baptisé le « Pape de la soie », que son action en faveur du maintien puis du renouveau de la sériciculture ainsi que ses multiples responsabilités au sein des organismes internationaux désignent comme un porte-parole auprès des services publics et comme le garant le plus crédible du projet dans sa dimension techno-économique ; Solange R., une ancienne séricicultrice âgée de près de 90 ans, longtemps responsable d’une chambre d’incubation collective et veuve d’un inspecteur départemental des magnaneries17 qui fût une figure régionale de la sériciculture bénéficiant à ce titre de l’estime et de la sympathie de ses concitoyens. Tous deux s’allient immédiatement au projet : Simon A. espérait un disciple prêt à faire avancer concrètement ses idées qui jusque là n’avaient pas rencontré le succès espéré, quant à Solange R., profondément attachée à la mémoire d’un mari qui fut un proche collaborateur de Simon Α., elle y voit l’occasion de rendre hommage à son défunt conjoint en poursuivant son œuvre. Tandis que l’appui du premier permet de formuler le projet en termes techniques et économiques, celui de Solange R. lui donne son assise locale, renforçant les liens déjà tissés avec les Anciens dont le soutien garantit au projet sa légitimité.

  • 18 On se souvient que les Encyclopédistes, qui ont été parmi les premiers à réhabiliter les savoir-fa (...)
  • 19 Son rôle dans l’élevage est bien connu. La seule modification du rythme des sons produits par le p (...)
  • 20 L’équilibrage de l’alimentation se fonde sur les odeurs ammoniaquées qui émanent de la litière dan (...)

35Parmi les sériciculteurs de Monoblet, certains sont novices. Or la maîtrise d’un savoir-faire aussi complexe que celui relatif à l’élevage des vers à soie ne s’acquiert pas en se plongeant dans des manuels de vulgarisation technique. Il s’agit de savoir-faire informels, « incorporés », qui, résistant à une mise en mots18, ne peuvent être intégralement analysés et décomposés. L’acquisition d’un savoir théorique codifié, médiatisé par l’écrit ou le langage, ne remplace pas l’intériorisation des gestes et des comportements à laquelle seul un frayage prolongé avec des praticiens expérimentés ouvre la voie. Le savoir-faire des sériciculteurs repose en effet sur un ensemble de compétences empiriques, sensibles, intuitives, acquises à force de tâtonnements, d’improvisations mais aussi d’observations réitérées, capitalisées. Il mobilise notamment un large éventail de compétences sensorielles : l’ouïe signale l’appétit des vers qui dévorent la feuille de mûrier19, l’odorat alerte sur la propreté de la litière ou l’apparition d’une maladie20, quant au toucher, il apporte de précieuses indications sur la fraîcheur de la nourriture. Ces façons de faire s’appuient sur des modes d’appréciation directs, faisant rarement appel à des procédures formalisées, des appareillages de mesure, des méthodes de calcul.

  • 21 DELBOS (P.) et JORION (P.), La transmission des savoirs, Paris, Éditions de la Maison des sciences (...)
  • 22 CLAVAIROLLE, Le magnan, p. 246-258.
  • 23 BESCHE-COMMENGE (Β.), « Mythe, métis ou rien, les ‘savoirs naturalistes populaires’ chassent d’abo (...)
  • 24 GRIGNON (C.), L’ordre des choses. Les fonctions sociales de l’enseignement technique, Paris, Éditi (...)

36L’apprentissage du savoir-faire séricicole se heurte donc à un obstacle majeur : l’absence de sériciculteurs en activité. En effet, l’apprentissage par imprégnation repose tout autant sur la répétition que sur l’expérimentation des gestes. C’est notamment le cas pour le fils d’agriculteur qui joue en bordure du champ où ses parents travaillent, pour le jeune paludier qui, comme l’ont montré P. Jorion et G. Delbos, s’initie au métier en étant quotidiennement présent au côté de ses aînés21. L’apprentissage séricicole s’accomplissait autrefois au sein des familles, autrement dit « sur le tas », par un frayage prolongé de l’apprenti(e) avec ses détenteur(trice)s. L’enfant, selon son sexe – il faudrait ici distinguer apprentissage masculin et féminin dans la mesure où il existe en matière séricicole une division sexuelle du travail extrêmement tranchée22 – passait progressivement du statut d’observateur à celui d’acteur. En grandissant, il était sollicité pour la cueillette des feuilles, puis, particulièrement en ce qui concerne les filles, pour le nourrissage, le délitage et l’encabanage. Une séricicultrice se souvient : « j’aidais à monter la bruyère dans la magnanerie, puis on se mettait chacune d’un côté et allez, on faisait les cabanes, on aimait bien ça, c’était comme faire une maison pour jouer ». Christian M. considère que quand il faisait le « con » dans la magnanerie « parce que les parents étaient occupés à bosser comme des dingues », c’était néanmoins le métier qui « entrait » car il se familiarisait ainsi avec le ver à soie et ses métamorphoses. Ce mode d’apprentissage/transmission relève d’une inculcation en douceur, un « nourrissage » estime B. Besche-Commenge à propos du métier de berger23. Il permet d’intérioriser progressivement gestes techniques et comportements, et plus généralement « un certain habitus, à la fois professionnel et moral qui ne peut se transmettre que par mimétisme, de manière diffuse et implicite, par l’intermédiaire de relations complices et enchantées », commente C. Grignon24.

37Comment toutefois acquérir un savoir-faire quand la chaîne de la transmission a été rompue ?

  • 25 CORNU (R.), « Comment accommoder les rivets à Port-de-Bouc », Technologie, Idéologie, Pratique, 3- (...)
  • 26 Lors du tournage du film Les Chemins de la Soie, j’ai pu vérifier l’importance de cette mise en si (...)

38Il faut, dans un premier temps, solliciter la mémoire technique, réactiver les savoirs encore présents dans les mots, les espaces, les outils et les corps, recréer les conditions sociales de leur transmission. Comme l’a montré R. Cornu à propos d’anciens riveurs, « les connaissances resurgissent comme mémoire et comme discours logique lorsque sont rassemblés autour d’eux certains éléments au moins de leur ancien travail »25. L’outillage peut effectivement remplir une fonction mnémonique26 ; les savoir-faire incorporés qui étaient en état de veille sont réactivés lorsque le regard se pose sur les claies chargées de vers ou quand on brasse à pleines mains la feuille humide. D’abord maladroits, les gestes retrouvent rapidement leur fluidité, prennent de l’assurance. Les anciens sériciculteurs ne font donc pas que prêter leurs locaux ou donner la feuille inutilisée de leurs vieux mûriers, ils jouent également un rôle majeur dans la formation des futurs éducateurs, guidant les plus jeunes vers la maîtrise du savoir-faire. Rassoler, c’est-à-dire saisir le rameau de mûrier dans le creux de la main et la faire glisser vivement de bas en haut de manière à ce que les feuilles emprisonnées s’en détachent, les brasser afin de les aérer pour empêcher leur fermentation, les disposer en couches uniformes sur les claies jusqu’à ce que les vers en soient entièrement couverts, veiller aux variations de température à l’intérieur de la magnanerie et s’assurer qu’elle demeure égale en tous points du local, ôter la litière lourde de nervures déchiquetées et d’excréments sans répandre des débris sur le sol, édifier les cabanes en dressant les branches de bruyère sur les tables, détacher enfin délicatement les cocons de manière à ne pas mêler à la bourre des brindilles de bruyère qui la « saliraient »... autant de façons de faire impossibles à codifier, et qui par conséquent ne peuvent s’acquérir en consultant un manuel technique aussi bien conçu soit-il. C’est donc en se frottant à la pratique des anciens, heureux d’être sollicités et d’avoir ainsi l’occasion de côtoyer quotidiennement la jeune génération, que les sériciculteurs en herbe finiront par maîtriser les rudiments du métier.

39À Monoblet et à Lasalle d’anciennes séricicultrices remettent en marche avec bonheur leur magnanerie et dirigent le travail des nouveaux sériciculteurs tandis que deux des derniers agriculteurs à avoir éduqué des vers à soie à Monoblet – l’un d’entre eux y a même dirigé une magnanerie coopérative jusqu’en 1968 – prêtent main forte aux débutants.

40La réappropriation des savoir-faire « traditionnels » est donc la première étape de la relance. Celle-ci ne pouvait s’accomplir qu’en partant des ressources héritées d’une pratique heureusement encore très vivace dans les mémoires. Dix ans plus tard, n’aurait-il pas été trop tard ? Tout donne à penser qu’une fois les anciens disparus ou trop âgés pour pouvoir s’impliquer dans l’aventure, ce travail d’anamnèse n’aurait pu s’accomplir.

LA VOIE DE L’INNOVATION

41Considérer la relance d’une activité qui dans cette région relève d’une tradition séculaire comme une innovation peut revêtir un caractère paradoxal à propos duquel il convient de s’expliquer.

  • 27 J.-J. Salomon évoque ce qu’il appelle « la saga optimiste de l’essor industriel européen » dont le (...)
  • 28 À leur décharge, il faut reconnaître que le sens commun comme le dictionnaire opposent la notion d (...)

42En effet, nombreux sont ceux qui ont considéré et parfois considèrent encore que le remède contre l’appauvrissement des Cévennes se trouve dans une rupture radicale avec leur ancienne économie. Leur renouveau passerait nécessairement par l’élimination de tout ce qui demeure associé à l’agrosystème traditionnel. De là à voir une contradiction insurmontable entre les significations liées à la notion de tradition et celles qui se rattachent à l’idée de progrès, coextensive de celle d’innovation27, il n’y a qu’un pas, rapidement franchi. En conséquence de quoi, certains « progressistes » dénoncent ce qui leur paraît être une démarche rétrograde, passéiste28. À leurs yeux, il y aurait même une antinomie entre les notions d’efficacité économique et celle d’espace rural ; il leur semble inconcevable qu’un secteur d’activité à la fois traditionnel et rural soit crédité d’une telle potentialité.

  • 29 LETABLIER (M.-T.), L’art et la matière. Savoirs et ressources locales dans les productions spécifi (...)
  • 30 PREMEL, Innovations techniques et sociales.

43Une analyse plus fine du mécanisme de l’innovation montre néanmoins qu’elle ne s’oppose nullement à la tradition et que leur combinaison peut même être dans certains cas un gage de réussite. Pour M.-T. Letablier, l’observation des processus de relance « conduit [...] à considérer sous un autre angle les relations entre tradition et innovation »29. C’est également le point de vue de G. Prémel : pour lui, le succès rencontré en Cévennes par certaines innovations serait directement lié à leur capacité à être en phase avec la mémoire collective du terroir30.

44En quoi la relance séricicole peut-elle être considérée comme innovante ?

  • 31 ROBERT (P.), Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, Société du nou (...)
  • 32 ROGERS (Ε. M.) et SCHOEMAKER (F.), Communication of innovations : a cross cultural approach, New Y (...)
  • 33 OLIVIER DE SARDAN (J.-P.), Une anthropologie de l’innovation est-elle possible ?, Marseille, SHADY (...)

45Innover désigne « l’action d’introduire quelque chose de nouveau dans une chose établie »31. L’innovation correspond donc à une réalité contingente : on innove toujours par rapport à un produit, un procédé, une organisation, un marché qu’on transforme ou qu’on améliore. E. Rogers et F. Schoemaker vont plus loin encore lorsqu’ils affirment qu’il importe peu que l’appréciation de nouveauté soit « objective ou non, mesurée en terme de délai par rapport à une découverte ou un premier usage. C’est la nouveauté telle qu’elle est perçue par l’individu ou le groupe qui détermine son comportement. Si l’idée semble nouvelle pour l’individu ou le groupe, c’est une innovation »32. Ainsi toute innovation serait-elle, selon J.-P. Olivier de Sardan, un métissage, une hybridation, un syncrétisme33.

  • 34 Rappelons qu’en 1768, Lachadenède établissait l’équation suivante « Magnaniers [...] habiles à l’é (...)

46Profondément inscrite dans les lieux et dans les mémoires, la production de la soie a fait l’objet d’une initiative de relance dans une période où les modèles de développement élaborés par les instances de décision se fondaient sur le démantèlement de l’ancien système d’exploitation. Après une dizaine d’années d’interruption, envisager de produire à nouveau de la soie en Cévennes s’inscrit donc à contre-courant des schémas établis par les aménageurs de l’espace rural et à ce titre la relance peut donc bien être considérée comme une proposition innovante et comme un point de vue alternatif sur le développement local. Elle permet de redonner une valeur matérielle et symbolique à une activité que son déclin avait discréditée et par contrecoup à une région et une population qui ont durablement été identifiées à celle-ci34.

47Ceci étant, le caractère innovant de la relance séricicole va bien au-delà. Elle constitue un espace d’innovation tant sociale que technique et organisationnelle.

  • 35 Propos rapportés dans « Cévennes : les nouveaux artisans de la soie », 1977.
  • 36 Une technique, affirme F. Sigaut, « n’existe que lorsqu’elle est pratiquée, c’est-à-dire lorsqu’el (...)
  • 37 DURAND (J.), « À Monoblet, plus de chacun pour soi, tous pour la soie », Calades, 37 (1983).
  • 38 D. Léger et B. Hervieu ont mis en évidence cette tension entre la « problématique de la restaurati (...)

48« Il n’est pas question d’être sériciculteur... comme l’étaient nos grands-parents : ce n’est pas avec des yeux mouillés de nostalgie qu’il faut aborder le problème ! » déclarent les porteurs du projet35. En effet, comme on l’a vu, la démarche n’est pas « archéologique », elle n’a pas pour unique ambition la préservation-le sauvetage-de savoir-faire traditionnels, de techniques condamnées à disparaître à brève échéance ; selon eux, la conservation découle d’une réappropriation active36 dans le cadre d’une démarche de production adaptée aux conditions actuelles du marché. Ainsi s’opposent deux conceptions de la culture : l’une, figée, qui voit dans les savoir-faire et les techniques célébrés à travers l’acte de sauvegarde les vestiges d’une activité sacrifiée sur l’autel de la « modernisation » ; l’autre, dynamique, qui considère la somme des connaissances issues de plusieurs siècles de recherche et de pratique dans le domaine séricicole et industriel comme un capital immatériel à partir duquel il devient possible de renouveler les techniques et les savoir-faire en les adaptant aux nécessités contemporaines. Pour reprendre les propos de Christian M. : « il s’agit d’essayer non pas seulement de sauvegarder une mémoire collective au risque de la fossiliser à travers des initiatives passéistes mais de la ressusciter en reprenant toutes les techniques encore valables de nos jours et d’en poursuivre le perfectionnement »37. Tous les propos qu’il tiendra sur la relance insisteront sur ce dernier point38 : adapter aux contraintes et aux nécessités d’aujourd’hui les façons de faire d’autrefois. C’est pourquoi la tradition est invoquée prudemment, et exclusivement en référence à l’ancienneté de la production qui aurait trouvé en Cévennes un milieu physique et humain lui convenant tout particulièrement. Le climat est en effet favorable aux vers à soie, le mûrier prospère sur son sol et un habitus technique s’y est instauré au fil des siècles. Il s’agit d’écarter les connotations négatives qui lui sont communément attachées afin de ne pas donner l’image d’un système socio-technique devenu obsolète, entaché par des pratiques archaïques et rétif au changement. Mais l’appel à la « tradition » permet néanmoins de rendre continu ce qui ne l’est pas puisqu’il y a eu arrêt de la production entre 1968 et 1972 et que cette interruption, aussi brève fut-elle, a profondément marqué les esprits au point de représenter véritablement une ligne de partage entre un « avant » et un « après ».

49Il n’en reste pas moins que le développement d’une production obéit à certaines règles. Soit il est tributaire d’un marché existant – ses chances de succès dépendent alors essentiellement de sa capacité à se frayer une place au sein de celui-ci –, soit il est lié à la création d’un nouveau marché, comme lorsque est mis au point un produit nouveau qui n’est pas confronté à la concurrence puisqu’il n’a pas d’équivalent sur le marché. Impossible d’y échapper : la sanction ultime est celle du consommateur que le produit doit nécessairement convaincre en étant soit aussi compétitif à qualités égales que ses concurrents, soit sans rival. Ce sont ces deux principes qui vont guider la mise en forme du projet technique.

50Pour y parvenir, un ensemble raisonné de propositions d’innovation, originales par leur contenu ou par l’agencement inédit qu’elles suggèrent, a donc été imaginé. Je m’intéresserai particulièrement à deux d’entre elles.

UN MÛRIER VENU DU JAPON, LE KOKUSO 21

  • 39 C’est au cours de cette mission que Didier E. a pris connaissance d’un nouveau système automatique (...)

51À l’occasion d’une mission qu’il effectue au Japon en 1956, le Président du Syndicat général de la filature de la soie en France39 reçoit en cadeau des services séricicoles du pays quelques plants de mûriers d’une variété récemment mise au point, le Kokuso, que les sériciculteurs japonais avaient rejetée après plusieurs essais infructueux d’acclimatation.

  • 40 Après le démantèlement de la station séricicole, la propriété, située sur la commune de Saint-Chri (...)

52La Station séricicole d’Alès à laquelle il confie les plants entreprend de les multiplier sur le terrain qu’un de ses amis a acquis dans le but d’aider la filière soie nationale40. Contrairement au climat du Japon, celui des régions méditerranéennes semble parfaitement réussir au Kokuso. Autant il végétait là-bas, autant il prospère ici et semble pouvoir se substituer aux variétés locales de mûriers blancs haute tige qui présentent l’inconvénient de ne donner annuellement qu’une récolte de feuilles offrant les qualités séricigènes requises.

53Comme la variété « 21 » est celle qui donne les meilleurs résultats, elle est sélectionnée par les spécialistes de la Station et proposée aux rares sériciculteurs encore actifs. Mais le premier essai de diffusion du Kokuso 21 est un échec, ces derniers n’étant guère disposés à planter de nouveaux mûriers aussi performants soient-ils, à un moment où la sériciculture est en pleine déconfiture et où ils sont eux-mêmes dans l’expectative quant à la poursuite de leur activité.

54Lorsque une quinzaine d’années plus tard l’équipe de Monoblet décide de planter des mûriers, elle choisit également le Kokuso 21 dont la supériorité sur les variétés traditionnelles a été largement démontrée depuis, d’abord par les essais en laboratoire, puis aux Magnans et chez Joseph Clayette, l’inventeur du système d’alimentation automatique des vers à soie. Un pépiniériste alésien accepte par ailleurs de céder 4000 pieds de Kokuso 21 au prix unitaire de 6,50 F, alors qu’il les vend habituellement le double.

55Le Kokuso est un arbre qui peut être conduit en basse tige et dont la ramure est avantageuse. Sa pousse est continue d’avril à octobre et la qualité nutritive de ses feuilles, par ailleurs plus larges que celles des variétés dites traditionnelles, demeure constante durant toute la période végétative ; de plus son débourrement est relativement précoce. Grâce à sa culture en basse tige et en verger, avec une densité de 3000 à 5000 pieds à l’hectare, on obtient un rendement très nettement supérieur à celui des variétés traditionnelles cultivées en haute tige ; enfin la récolte de la feuille est facilitée puisque ses branches se déploient à hauteur d’homme ce qui évite d’utiliser une échelle pour atteindre le feuillage, comme cela se faisait autrefois avec les anciennes variétés.

56Pour le sériciculteur, le Kokuso offre donc d’incontestables avantages. Le gain en productivité s’accompagne d’une réduction du temps de travail, la qualité nutritive du feuillage induit une augmentation de la richesse en soie des cocons et enfin son débourrement précoce et sa pousse continue permettent de réaliser des élevages successifs et imbriqués. Ce dernier point est fondamental : avec cette méthode, il devient possible d’utiliser de façon intensive les locaux d’élevage et d’assurer un travail rémunéré au sériciculteur pendant près de la moitié de l’année contre une quarantaine de jours autrefois.

57La diminution du seuil de rentabilité, correspondant à un prix d’achat du kilo de cocons au-dessous duquel cette activité n’est pas viable, est l’un des tous premiers objectifs poursuivis. De ce point de vue, l’adoption du Kokuso 21 apparaît comme un net progrès. La multiplication du nombre d’élevages doit permettre d’amortir plus rapidement les équipements séricicoles (aménagement des magnaneries, acquisition d’un tracteur ou d’un motoculteur puissant afin de travailler les plantations, etc.) et d’augmenter le revenu des éleveurs. La mécanisation de sa culture et la commodité de la cueillette induisent une économie de main d’œuvre.

  • 41 Cité dans PERRIN (J.), Comment naissent les techniques. La production sociale des techniques, Pari (...)

58La diffusion du Kokuso est donc une « innovation induite » au sens où l’entend J. Hicks41. Elle est en effet principalement commandée par la nécessité d’économiser les facteurs de production onéreux, à savoir la terre, les équipements et la main d’œuvre.

« DU SOL AU TISSU » : UNE FILIÈRE INTÉGRÉE

  • 42 SCHENK (Α.), « Évolution et situation actuelle de la sériciculture », Comptes rendus des séances d (...)

59En 1953, lors du Congrès international de la soie qui s’est tenu à Milan, l’idée a été lancée de développer la production de la soie, alors en grande difficulté, sous la forme d’une filière intégrée allant « du sol au tissu »42, autrement dit de la culture du mûrier jusqu’au tissage. Sur ce point, la filière intégrée rompt radicalement avec l’ancienne organisation de la production qui en France repose depuis ses débuts sur la spécialisation régionale des étapes de la chaîne productive. La sériciculture se concentre alors dans les départements méridionaux dont le Gard, la basse Lozère et le Sud de l’Ardèche. La filature est surtout implantée dans le Gard et le moulinage en Ardèche tandis que le tissage est la spécialité de Lyon et de sa région.

  • 43 Les séricicultrices avaient autrefois tendance à livrer les cocons le plus tôt possible à la filat (...)

60Les initiateurs de la filière intégrée veulent que les séquences opératoires soient imbriquées et solidaires les unes des autres en sorte que chaque étape technique contribue à la qualité du produit final. Or elles sont extrêmement cloisonnées. Les différents corps de spécialistes (sériciculteurs, filateurs, mouliniers, tisseurs) méconnaissent l’incidence des facteurs relevant de leur domaine de compétences sur la phase suivante, soit parce qu’ils ne se forgent pas une vue d’ensemble de la filière, soit à dessein, s’il y va de leur intérêt direct. Ainsi la séricicultrice, au contraire du filateur, préfère-t-elle une « race » qui produit des cocons peu riches en soie mais qui contiennent une grosse chrysalide et donc moins nombreux au kilo, à une autre donnant des cocons moins lourds car la chrysalide est alors de petite taille mais plus riches en soie : pour elle, il importe avant tout de « faire du poids »43, fusse au détriment de la qualité. Il s’agit donc de faire comprendre à l’ensemble des acteurs économiques que la filière constitue un ensemble technique cohérent et qu’il devient possible d’optimiser les résultats à chaque stade de la production en développant une véritable stratégie de filière fondée sur une démarche qualitative solidaire.

  • 44 VINCK (D.) et MIGNOLET (M.), Filières de production et ruptures stratégiques, Louvain-la-Neuve, Co (...)
  • 45 GAROUSTE (P.), Filières techniques et économie industrielle. L’exemple de la forge, Lyon, Presses (...)

61Ce principe va être mis en œuvre dans le cadre de la relance après avoir été élargi au plan économique car son application, avantageuse d’un point de vue qualitatif, l’est aussi, en terme de productivité et donc de rentabilité. La filière, si elle est en premier lieu un enchaînement d’opérations entre lesquelles circule la matière, est également un ensemble d’échanges commerciaux et financiers44. Ainsi conçue, la relance séricicole est bien ce que P. Garouste appelle une « filière de produit », c’est-à-dire « la somme de toutes les opérations de production et de commercialisation qui ont été nécessaires pour passer d’une ou plusieurs matières premières de base à un produit parvenu au stade final »45.

62La formule « du sol au tissu » propose une solution inédite, prétendant résoudre le problème majeur auquel se heurte constamment la relance : le prix de la soie. En 1974, les tisseurs lyonnais achètent en effet la soie grège au prix moyen de 140 F le kilo. Ce prix traduit la volonté de la Chine, fournisseur quasi exclusif de la France, d’offrir un produit peu coûteux lui assurant le monopole du marché. À titre de comparaison, la soie teinte est proposée par le CAT des Magnans à 500 F le kilo, ce qui équivaut à un prix de grège qui oscille entre 350 et 400 F, soit près de deux fois et demi supérieur à celui de la soie chinoise. Dans l’hypothèse la plus optimiste, en supposant la mise en œuvre d’innovations techniques destinées à abaisser davantage les coûts de production, la grège française demeure encore trop chère.

63Les pionniers de la relance se trouvent face à une alternative embarrassante : soit ils maintiennent un prix élevé, mais ils courent le risque de ne pas trouver acheteur, soit ils l’abaissent, mais c’est au détriment des sériciculteurs. Puisqu’ils rejettent chacun des termes de l’alternative, il leur faut trouver une troisième voie qui sera donc celle d’une « filière intégrée ». En intégrant les opérations de production, de transformation et de vente, il devient en effet possible de proposer des produits concurrentiels tout en valorisant suffisamment le travail des éleveurs. Le calcul effectué est le suivant : si l’on suit l’itinéraire techno-économique de deux pièces d’étoffes d’un mètre chacune, tissées l’une par un soyeux lyonnais qui a acheté la soie grège en Chine et l’autre par l’équipe de Monoblet qui a assuré elle-même la filature et encadré en amont la production de cocons, on constate qu’après avoir franchi les mêmes étapes techniques elles atteignent un prix de vente sensiblement identique – moins de 20 % d’écart – alors que le prix d’achat de la grège d’origine chinoise était trois fois et demi inférieur à celui de la cévenole. L’intérêt de l’intégration de la filière est donc vérifié : elle impose une solidarité économique entre les opérateurs de chaque séquence technique et supprime les frais commerciaux prélevés par les intermédiaires, frais que les soyeux lyonnais doivent par contre faire entrer dans le calcul de leur prix de vente.

64Un second argument plaide en faveur de l’intégration : entre les soyeux lyonnais et les Cévenols persiste un contentieux historique, les derniers n’ayant pas pardonné aux premiers de les avoir délibérément sacrifiés à leurs intérêts corporatifs lors de l’instauration du régime des primes à la fin du XIXe siècle. Il y a donc une leçon à tirer de l’Histoire : éviter de retomber dans une dépendance qui a coûté la vie à la sériciculture locale. Cet argument polémique et défensif a un poids considérable. Il revient comme un leitmotiv lors des présentations publiques et des entretiens que Christian M. accorde à la presse : « nous voulons tout faire du mûrier au tissu, sans intermédiaire, notre dépendance vis-à-vis des soyeux de Lyon nous a coûté trop cher autrefois » (L’Express, 1979) ; « En Cévennes, instruits par les déboires du passé, on veut désormais contrôler toute la chaîne » (Pleins champs, 1979) ; « La politique d’achat à l’étranger des soyeux lyonnais a accentué ce phénomène de repli » (La Vie, 1979), etc.

  • 46 Pour les tisseurs à bras, le discours technique normatif qui s’est imposé à l’échelle planétaire c (...)

65Enfin un dernier facteur justifie pleinement la création de la filière intégrée. La grège produite artisanalement présente des irrégularités qui la rendent difficilement utilisable par les tisseurs lyonnais. Ils travaillent en effet sur des métiers mécaniques extrêmement sensibles aux écarts de titre, or une amélioration de la qualité46 du fil ne peut être envisagée tant que la filature s’effectue avec du matériel de récupération. Il ne reste donc qu’à réaliser sa transformation localement, par des tisseurs à bras, les seuls à pouvoir travailler ce type de fil.

66Cette innovation remet profondément en cause les schémas classiques de développement et d’organisation de la production. Pour cette raison, elle met dans l’embarras la plupart de ceux qui militent en faveur d’une relance séricicole ou bien se posent en acteurs du développement local. Alors que les initiateurs du projet des Magnans se placent résolument à l’intérieur d’un modèle de développement dont ils admettent implicitement les règles en se fiant au diagnostic des experts, les innovateurs de Monoblet affichent leur volonté de s’en écarter en imaginant la formule originale de la filière intégrée.

  • 47 Pour une assistance technico-commerciale à la sériciculture cévenole, 1982.

67Dans cette optique, il s’agit, contrairement à la pratique courante, de déterminer le prix de la soie en se basant non pas sur celui du marché mais sur un niveau de rémunération jugé acceptable par les producteurs. En d’autres termes, c’est au stade de la transformation, où se réalise l’essentiel de la plus-value, que les coûts devront être compressés afin de permettre une rétribution correcte des sériciculteurs47. La relance propose donc un renversement radical de perspective : ce n’est plus à l’aval (de la filature au tissage) de dicter sa loi à l’amont comme ce fût autrefois le cas, mais au contraire à l’amont d’exiger du premier qu’il fasse preuve d’une solidarité dont il n’est pas coutumier, les tisseurs de soie se considérant comme l’« aristocratie » du textile. Il s’agit par conséquent de ne pas reproduire à l’échelle d’une filière régionale la dépendance unilatérale qui liait par le passé les sériciculteurs cévenols aux filateurs et indirectement à la Fabrique lyonnaise mais de créer les conditions d’une véritable interdépendance, seule capable de garantir la viabilité de chacune des étapes de la chaîne productive.

LA RELANCE, UNE UTOPIE EN ACTES

  • 48 OLIVIER DE SARDAN, Une anthropologie de l’innovation.
  • 49 TREILLON (R.), L’innovation technologique dans les pays du Sud, Paris, ACCT/Wageningen, CTA/Paris, (...)

68L’étude de l’émergence et de la diffusion des innovations permet de mettre en évidence l’importance des réseaux relationnels qui la portent48. Comme le montre en effet R. Treillon, l’innovation « est perpétuellement en quête d’alliés. Elle doit s’intégrer dans un réseau d’acteurs qui la reprennent, la soutiennent, la déplacent »49.

  • 50 CALLON (M.), « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint (...)

69L’exemple de la relance séricicole illustre de manière probante le mécanisme de la « traduction », processus en quatre étapes – la problématisation, l’intéressement, l’enrôlement et la mobilisation – qui rend compte de l’extension et de la stabilisation d’un réseau par le biais de la conversion d’énoncés produits par des agents hétérogènes en une « langue » commune50. En effet, à l’instar de l’activité scientifique, l’innovation sociotechnique doit parvenir, pour être adoptée, à traduire des attentes diverses émanant des scientifiques et des techniciens, des producteurs et des consommateurs, des politiques et des agents de développement, etc., autrement dit de tous ceux qui sont susceptibles d’entrer dans le réseau en expansion qui est en cours de construction afin que s’opère le passage du projet à la réalité. En tant que système de propositions, l’innovation doit donc impérativement être appropriée, transformée par tous ceux qu’elle concerne à des niveaux divers.

  • 51 H. Mendras et M. Forsé distinguent plusieurs catégories d’adoptants d’une innovation : les pionnie (...)

70En 1976, les pionniers51 de la relance forment à Monoblet un groupe qui bien qu’encore peu étoffé est cependant fortement soudé autour de l’instituteur. Qui sont ces hommes et ces femmes qui n’hésitent pas à le suivre dans une aventure dans laquelle certains voient une chimère ? Offrent-ils un profil homogène ? Occupent-ils au sein du collectif une place particulière qui les prédisposerait à tenir ce rôle ?

  • 52 Au début des années 1970, les Cévennes voient soudain leur effectif démographique se stabiliser. D (...)

71Ce sont tout d’abord de jeunes agriculteurs locaux, amis avec Christian M. depuis les bancs de l’école primaire et qui militent à ses côtés au sein du mouvement occitan ; ce sont ensuite des parents d’élèves appartenant au groupe des néo-ruraux installés sur la commune dans l’après-6852 ; ce sont enfin d’anciens sériciculteurs, nostalgiques d’un « âge d’or » qu’ils associent indissolublement à cette activité et au retour duquel ils se prennent secrètement à espérer.

72Il s’agit donc d’un groupe hétérogène au sein duquel se côtoient autochtones et allogènes, individus résolument ancrés dans le présent ou au contraire habités par la nostalgie du passé, vécu ou fantasmé. Tandis que les premiers aspirent à une transformation profonde du système économique, les autres se considèrent comme des laissés-pour-compte du « progrès ». En d’autres termes, presque autant de motivations et d’attentes que d’individus ! Pourtant tous vont faire du projet de relance leur point de ralliement.

  • 53 Selon M. Callon, un énoncé problématique peut être considéré de deux façons différentes. En premie (...)
  • 54 J. Maho rapproche également les « leaders d’opinion » des autres catégories « d’originaux locaux » (...)
  • 55 PECH (R.), « Identité du groupe des ‘Vignerons du Midi’ de la défense corporative à l’affirmation (...)
  • 56 LÉGER et HERVIEU, Des communautés pour les temps difficiles, p. 27-28.
  • 57 CHASSAGNE (M.E.), « Du refus de la mort à l’auto-création », Autrement, 47 (1983), p. 31.
  • 58 JOUTARD, Les Cévennes, p. 97.

73À travers ses orientations pédagogiques et ses engagements, alors qu’il effectue ses premiers élevages scolaires, Christian M. émet une série de propositions53. Ses propos font naître une attente chez ses interlocuteurs qui ont un dénominateur commun : peu ou prou, ce sont des personnalités quelque peu en marge54 et qui ne se reconnaissent pas dans le modèle de développement dominant. Leur volonté de vivre au pays – pour les uns celui où ils sont nés, pour les autres celui qu’ils ont choisi – trouve ainsi à s’exprimer dans la défense de l’identité locale qu’ils associent à l’activité séricicole55. Comme le soulignent D. Léger et B. Hervieu, le néo-ruralisme veut réhabiliter les sociétés rurales du passé par la redécouverte de pratiques dites « traditionnelles »56. Or rien ne pourrait mieux symboliser ce pays, « mélange explosif de réalité vécue, de rationalité et d’émotions »57 que les uns aspirent à perpétuer et que les autres rêvent de s’approprier mieux, que le travail de la soie, véritable « pilier » de la civilisation cévenole comme a pu l’écrire l’historien P. Joutard58.

  • 59 Rappelons que Charles M., fortement engagé dans ce mouvement, est membre de Cévennes occitanes, un (...)
  • 60 MEYER (J.-B.), La dynamique de la demande dans l’innovation, Thèse de doctorat de socio-économie d (...)
  • 61 LÉGER (D.), « Les utopies du retour », Actes de la recherche en sciences sociales, 29 (1979), p. 4 (...)
  • 62 BALANDIER (G.), Les anthropo-logiques, Paris, Le Livre de Poche, 1985, p. 273.

74On peut ainsi déceler une continuité entre les formes de refus des membres actifs du mouvement occitan59, des néo-ruraux et de certains anciens sériciculteurs. Paradoxalement, c’est à cause de cette convergence qu’ils vont finalement parvenir à composer une communauté hybride60 soudée dans une aventure collective, en dépit de tout ce qui semble a priori les séparer. Les militants occitanistes reprochent en effet aux néo-ruraux de manquer parfois de persévérance dans leurs projets d’installation et aux « locaux » non-militants leur inertie. Ces derniers sont eux-mêmes ébranlés dans leurs certitudes par l’activisme des militants régionalistes et par le succès que certains néo-ruraux rencontrent dans leurs entreprises ; néo-ruraux qui pris au jeu de leurs propres contradictions regardent parfois avec une certaine hauteur les Cévenols d’origine61. G. Balandier, s’employant à recenser les conjonctures les plus propices à l’irruption de l’innovation, retient en particulier celles à l’occasion desquelles « s’exprime, et se renforce l’opposition à l’égard du pouvoir, de l’autorité et des groupes dominants ». Dans ces conditions, l’innovation et les formes de contestation et d’opposition sont étroitement associées, les dernières stimulant la première62.

  • 63 CALLON, « L’opération de traduction », p. 122.
  • 64 BOIRAL (P.) et BROUAT (J.-P.), « L’émergence de l’idéologie localiste », Sociologie du Sud-Est, 41 (...)
  • 65 ASSIER-ANDRIEU (L.), « L’ethnologie occitane », Études rurales, 86 (1982), p. 103.

75L’habileté de Christian M. sera de réussir à rapprocher puis à transmuter en force positive des positions diverses mais qui toutes dévoilent en réalité de véritables difficultés à s’insérer dans le monde. La relance séricicole s’inscrit dans une économie de la production symbolique63 dont il convient d’analyser le mécanisme. En tant que projet de développement économique, elle ne vaut que pour autant que lui fait écho un discours sur les rapports entre économie et société. En effet, dès lors qu’une stratégie de résistance de la périphérie par rapport au centre est engagée, elle s’accompagne généralement d’une production symbolique sur la « spécificité du local »64. Dans le Midi occitan, le mouvement régionaliste du Félibrige a ouvert les hostilités à partir de 1860 en trouvant dans les traditions et les croyances des Provençaux les matériaux pour la construction symbolique d’une Provence mythique65. Après un long assoupissement, la « renaissance d’oc », initiée dans les années 1960 et dans laquelle se reconnaît la relance séricicole à travers la figure de son initiateur, reprend le flambeau de la lutte contre cette forme contemporaine de « dépossession de parole et d’histoire », pour reprendre une expression de D. Fabre. « Cévennes occitanes », le mouvement auquel appartient Christian M., soutient en outre un courant revendicatif qui se refuse à séparer les luttes territoriales, économiques et culturelles. Son fait d’arme le plus retentissant est d’avoir pris « en otage » des touristes en signe de protestation contre la politique du Parc national des Cévennes qu’il juge contestable.

76Il suffit alors de prêter attention à l’identité des acteurs qui se sont rapidement dits concernés par ce projet pour s’apercevoir que les considérations techniques et économiques n’entrent pas seules en compte. Le renouveau séricicole s’ancre dans les données géographiques, historiques, économiques et sociales qui ont forgé le territoire et l’identité de ses habitants tout en prenant acte des transformations effectives de l’espace rural. Il incarne donc un projet politique de société tout autant qu’un programme de développement économique : en se réalisant, la relance a pour vocation de reproduire à l’échelon local la micro-société harmonieuse qui se serait constituée autour de l’école publique du village sous la houlette de l’instituteur : « 50 % de marginaux, 50 % de gens du coin : Il faudra qu’il y ait le maximum de travail en commun... comme à l’école ». Tel est l’objectif déclaré... et rêvé : une collectivité ouverte, compréhensive, solidaire, coopérative. Dans cette perspective, l’économique est relégué à l’arrière-plan et apparaît davantage comme une condition du social que comme une finalité.

  • 66 HUGHES, Étude des conditions de rentabilité et de l’intérêt d’une production séricicole modernisée (...)

77Examinons les « faits ». Du point de vue des spécialistes, l’efficience économique d’une relance séricicole est improbable, même en tenant compte des acquis techniques qui pourraient contribuer à abaisser dans des proportions significatives les coûts de production. De plus, une étude réalisée par la Compagnie nationale pour l’aménagement de la région du Bas-Rhône et du Languedoc (CNABRL) montre que le ver à soie n’aurait plus actuellement sa place dans les exploitations agricoles cévenoles où la main d’œuvre fait dramatiquement défaut66. Pour son auteur, les anciens sériciculteurs eux-mêmes ne croient pas à une relance.

  • 67 Voir Ferlet cité par GROSLIER (B.), « À chacun son ver à soie », Le Sauvage, 21 (1975), p. 93.

78L’enthousiasme de la petite équipe est donc loin d’être partagé ! Des agronomes et des biologistes chargés par le Ministère de l’Agriculture d’évaluer la possibilité d’une relance de l’activité séricicole se montrent sceptiques ; quant au milieu professionnel, fort d’une longue expérience, il doute également que la sériciculture ait encore un avenir en France. Pour eux la page est définitivement tournée et, bon gré mal gré, les Cévenols se doivent d’accepter le verdict. « Relance de la sériciculture : un biologiste conclut à l’impossibilité de la tâche » peut-on lire dans la presse régionale lors de la remise du rapport de la CNABRL. La suite de l’article est particulièrement édifiante : « ... et parce que la poésie et le sentiment n’ont plus cours en matière économique, on ne peut avoir qu’un seul espoir, c’est, comme l’écrit J.-C. Hugues, dans la filière artisanale qui a quelque chance de se constituer [...] Certes, il ne faut pas voir là la renaissance de quelque chose mais ce peut être tout de même un ‘pied de nez’ que la tradition fera au progrès ! Maigre consolation » (Midi-Libre, 1977). La relance ? « Une mode montée comme l’aïoli ! » déclare ironiquement Robert Α., descendant d’une famille de graineurs très connue sur la place alésienne, au journaliste venu l’interviewer. L’écrivain R. Ferlet est tout aussi sarcastique et dubitatif quand il affirme qu’« il y aurait autant de bon sens à vouloir ressusciter les tailleries de pierres à fusils de Rochemaure qu’à rouvrir les magnaneries ». Pour lui, « malgré son pittoresque, sa poésie et sa munificence, le ver à soie n’est plus qu’un souvenir historique »67.

79On pourrait se demander qui dit vrai, des experts qui se fondent sur des données techniques et économiques pour démontrer la non-faisabilité du projet ou des expérimentateurs de Monoblet, convaincus de parvenir à faire mentir toutes les prévisions défaitistes. Poser le problème en ces termes est en réalité sans grand intérêt pour l’ethnologue car il s’agit d’une réduction économiciste qui se refuse à lier la logique de la production à la dynamique du système social. La mesure des avantages et des coûts d’une innovation ne suffit pas à expliquer pourquoi elle a vu le jour. C’est ainsi que la renaissance de la soie s’ancre dans un système infiniment complexe de déterminations qui ne se réduisent pas aux facteurs imposés par le développement univoque d’un possible « progrès ».

  • 68 TOURAINE (Α.), « Le retour de l’acteur », Cahiers internationaux de sociologie, LXXI (1981), p. 24 (...)
  • 69 COSTA (M.), « Monoblet : une expérience à la base », Causses et Cévennes, 2 (1979), p. 15.

80La signification socio-politique que ses initiateurs inscrivent dans le projet de relance séricicole n’est pas fortuite dans un contexte où précisément l’impératif de rationalité économique permet de masquer la domination et l’exclusion dont sont victimes les sociétés rurales marginalisées. Les arguments de non rentabilité, d’irrationalité qu’avancent ses détracteurs, l’épithète de « combat d’arrière-garde » qui parfois la désigne, expriment la violence symbolique exercée par les experts et les notables. Une violence symbolique derrière laquelle on peut voir avant tout la défense d’une hiérarchie sociale car, comme le constate A. Touraine, « Le pouvoir ne consiste pas seulement à imposer des formes de travail mais d’abord et avant tout un genre de vie, des conduites et des besoins »68. Que ce soit la « base » – « Monoblet : une expérience à la base » est le titre d’un article rédigé par l’instigateur de la relance69 – qui prétende décider de sa mise en œuvre bouleverse en effet les schémas habituels, or ni les spécialistes du développement rural ni ceux de l’industrie de la soie ne sont prêts à accepter d’être mis sur la touche. La société des années 1970 est encore de type « pyramidal » et l’aménagement du territoire ne se conçoit encore que planifié depuis le haut, par l’État technocratique. Les projets de petite échelle dont la rentabilité est par ailleurs aléatoire, ne présentent qu’un faible intérêt aux yeux des décideurs institutionnels et des investisseurs.

  • 70 A. Blanchemain, ingénieur chargé par le Ministère de l’Agriculture d’étudier les conditions de pos (...)
  • 71 MAIGNE (J.), « Cévennes, les nouveaux artisans de la soie », Sud, 72 (1977), 13-19/06.

81Lors de la campagne séricicole de 1976, les éducateurs constatent que les mûriers haute tige qui ont résisté à la sénescence et à la reconversion des terres sont insuffisamment productifs et que bientôt ils ne parviendront plus à satisfaire la demande croissante de feuille de la magnanerie de Monoblet. En outre, deux nouvelles magnaneries qui s’apprêtent à fonctionner dans le village sont également demandeuses. Sur les conseils de Simon Α., Christian M. décide donc de planter des mûriers de la variété Kokuso 21. Le défrichage des terres, la préparation du sol et la plantation de 4000 pieds s’effectuent grâce à l’aide bénévole d’une trentaine de personnes, anciens et nouveaux sériciculteurs mais aussi voisins et amis qui soutiennent l’initiative. Un petit groupe de passionnés s’est en effet rangé à ses côtés, malgré la réserve des experts désignés pour évaluer la faisabilité d’une relance séricicole70, et paradoxalement aussi à cause de ce jugement négatif qui ne fait que renforcer la détermination des sériciculteurs. « Nous sommes hors-circuit, sans subventions, ne comptant que sur notre solidarité... Incontrôlables et gênants, nous prouverons que la soie cévenole n’a pas dit son dernier mot » martèle Christian M.71 Or c’est souvent le conflit qui permet à une identité de groupe de prendre corps, particulièrement lorsqu’il n’existe pas entre ses membres d’interactions permanentes et spontanées. On peut même se demander, à questionner la controverse qui s’est développée entre les deux camps opposés par voie de presse, si ce ne sont pas les animateurs de la relance qui en réalité forcent le trait, accentuant une opposition en réalité moins radicale qu’ils ne le laissent entendre lors de leurs prises de position publiques.

  • 72 CROZIER (M.) et FRIEDBERG (Ε.), L’acteur et le système, Paris, Éditions du Seuil, 1992, p. 35.
  • 73 REYNAUD (Ε.), « Identités collectives et changement social : les cultures collectives comme dynami (...)

82Arrêtons-nous un instant sur le groupe constitué par les pionniers de la relance. Il ne fait aucun doute que leur association forme une combinaison inédite, modèle, à l’échelle micro-régionale, d’une configuration sociale idéale dont l’école serait la forme la plus accomplie, comme je l’ai indiqué plus haut. L’intéressement réussi d’acteurs aussi différents que des néo-ruraux, des militants régionalistes et de vieux agriculteurs ne signifie pas pour autant qu’ils vont désormais former un groupe homogène : la formulation d’un objectif commun est dans tous les cas une construction sociale, le résultat fragile d’un équilibre de forces. Tout processus de changement – et la relance séricicole en est un-est également un processus d’apprentissage collectif impliquant le développement de capacités relationnelles inattendues72. Cette construction ne se fait pas en sélectionnant ce qui dans les enjeux ou les intérêts individuels est le mieux partagé, mais ce qui, par la place qu’il occupe sur la scène locale, est le plus efficace. La cohésion sociale qui en résulte est une cohésion par composition et non par « communauté de caractéristiques » comme le souligne E. Reynaud73. Ce sont des facteurs passionnels et conjoncturels qui créent les conditions propices à la formulation d’une communauté d’intérêts, laquelle s’affirme donc davantage comme une conséquence possible que comme une cause. Ainsi les plus jeunes sont-ils des actifs économiques qui attendent de réelles retombées matérielles, ce qui n’est pas le cas des sériciculteurs à la retraite, particulièrement lorsque personne après eux n’envisage de reprendre l’exploitation familiale.

83En attendant que les Kokuso récemment plantés entrent en production, les sériciculteurs continuent à cueillir le feuillage des anciens mûriers haute tige et les élevages connaissent une réussite qui d’une année sur l’autre ne se dément pas. L’augmentation de la production pose cependant à nouveau la question des débouchés. Certes, il existe aux Magnans, à moins d’une heure de route, une filature qui pourrait traiter les cocons de Monoblet, mais ces deux initiatives, similaires dans leurs objectifs, ne parviennent pas à conjuguer leurs efforts et se montrent plus concurrentes que solidaires. Plutôt que de s’adresser aux Magnans pour faire filer leurs cocons, les sériciculteurs de Monoblet décident de soutenir l’initiative d’un jeune Nîmois qui voudrait créer une filature artisanale.

84On peut s’interroger sur les raisons d’un tel manque de coordination entre des projets dont les objectifs sont apparemment convergents. Derrière les similitudes des options techniques, les divergences de vue entre le projet de Monoblet et celui des Magnans sont en réalité profondes. Elles traduisent autant un problème de légitimité que de « philosophie » du projet.

  • 74 CAZALET (E. de), « Une tentative originale : la maison des Magnans », Causses et Cévennes, 2, 1979 (...)
  • 75 Elles seront parfois rappelées.
  • 76 TOURAINE (Α.), « Les deux faces de l’identité », dans TAP (P.), éd., Identités collectives et chan (...)

85Question de légitimité : le fondateur des Magnans, met en avant son attachement à la défense des intérêts économiques des Cévennes. Se présentant comme un Cévenol « d’origine, d’âme et de cœur », il déclare appartenir à cette « poignée d’hommes farouchement attachés à leurs Cévennes »74 et se montre sceptique face aux initiatives des « installés » de fraîche date qui revendiquent leur « cévennité ». Christian M. est né en Cévennes mais il a des origines familiales catalanes75 ; de plus, il faut le rappeler, il vit à Gourgas, ce lieu de la contre-culture considéré comme un repère de marginaux et notamment de néo-ruraux. Derrière ces initiatives jumelles qui font l’une et l’autre référence à la sériciculture comme marqueur identitaire se dévoile toute l’ambiguïté de cette revendication. L’appel à l’identité de Charles de E. est avant tout un « rappel à l’ordre » tandis que celui que lui oppose Christian M. est « la revendication d’une capacité d’action et de changement »76. La question de sa légitimité à se poser en acteur du changement local sera d’ailleurs toujours sous-jacente. Un article publié par le quotidien Midi-Libre et qui le présente comme « un homme profondément attaché à la terre cévenole qu’il ne connaissait pas il y a encore 7 ans » déclenchera une vive colère chez ses proches qui reprocheront au quotidien, cible favorite de « Cévennes occitanes », d’avoir tenu des propos mensongers visant à le déconsidérer alors qu’il est né en réalité à Saint-Hippolyte-du-Fort et y a toujours vécu !

  • 77 EME (B.) et MAHIOU (I.), Les labyrinthes du local : réseaux, information, développement, Paris, Éd (...)
  • 78 FLICHY (P.), L’innovation technique, Paris, La Découverte, 1995, p. 131-132.

86Question de « philosophie » également : Christian M. ne partage pas les vues du fondateur des Magnans en matière de développement économique et craint que l’alliance de leurs deux initiatives parallèles ne le contraigne à des compromis qu’il juge inacceptables. Le réseau notabiliaire qui soutient le projet des Magnans pourrait par son influence altérer l’esprit de la relance monoblétoise alors qu’elle tire sa force et sa capacité d’action de l’élan de solidarité qui fonctionne à l’échelon local. À Monoblet, les instigateurs d’une renaissance séricicole ne sont pas encore prêts à laisser « traduire » leur projet par d’autres et particulièrement quand ces derniers, par les liens qu’ils entretiennent avec les sphères décisionnelles, sont susceptibles de peser sur son devenir. L’alliance qui se met en place autour du projet est donc également une alliance contre « les porteurs d’autres avenirs possibles »77. Tandis que pour les Magnans la création d’une filature répond à un problème d’écoulement de la production séricicole et a pour but de pallier à l’absence au plan national d’une structure de transformation de la matière première, à Monoblet elle rentre au contraire, comme on l’a vu, dans une logique de filière intégrée. La distinction soulignée par P. Flichy entre le tacticien et le stratège78 éclaire l’attitude des porteurs des deux projets en concurrence. En effet, alors que le premier s’inscrit dans un cadre de référence préexistant et agit au coup par coup, au gré des circonstances, le second cherche en premier lieu à définir un projet et se donne ensuite les moyens de le réaliser en délimitant son propre cadre de référence.

87Fort du soutien des sériciculteurs de Monoblet, le jeune filateur nîmois se met donc à la tâche et entreprend de réparer du matériel de récupération, hors d’état de fonctionner. En 1977, les pionniers de la relance séricicole ne forment encore qu’un réseau informel, non structuré, mais néanmoins cimenté par leur enthousiasme. La plantation de Kokuso 21, la multiplication des élevages, la création de la filature sont autant d’indicateurs qui prouvent qu’une étape décisive a été franchie. Les faits sont là et semblent démentir les rapports d’experts : il existe une réelle demande dont les spécialistes n’ont pas su – ou voulu – prendre l’exacte mesure. La relance est donc à un tournant ; elle est entrée dans une phase opératoire qui nécessite une réorganisation. Comment cependant passer du cercle étroit des pionniers à un réseau impliquant des acteurs plus nombreux et n’appartenant pas nécessairement à l’espace d’interconnaissance initial ? Comment également atteindre la sphère des décideurs qui contrôlent l’accès aux aides publiques ?

881977 est une année riche en événements. Peu de temps avant le début de la campagne séricicole, une autre campagne se déroule à Monoblet, politique celle-là : au printemps auront lieu les élections municipales.

  • 79 Il s’agit de la Section Française de l’Internationale Ouvrière.

89Face à l’intérêt que suscite la relance Séricicole, objet de débats passionnés entre partisans et opposants, les candidats comprennent rapidement que cette expérience peut être un argument polémique à partir duquel la rhétorique électorale va pouvoir se déployer. Parce qu’elle fonctionne comme marqueur identitaire et qu’elle se présente comme un projet de développement local, la production de la soie et sa renaissance vont ainsi devenir un enjeu majeur du débat local, symbolisant l’opposition entre les forces conservatrices incarnées par l’ancienne municipalité et le « sang neuf » des partisans d’un renouveau socio-politique. La stratégie va s’avérer payante : la liste du maire en exercice, un socialiste issu de l’ex SFIO79, peu favorable aux néo-ruraux et en conflit ouvert avec Christian M. qui ne manque pas de l’épingler à chaque occasion, essuie un revers inattendu. Sa défaite, cuisante, témoigne de la redistribution des forces qui a eu lieu à l’échelon communal et à laquelle les édiles n’ont pas suffisamment prêté attention.

  • 80 PREMEL, Innovations techniques et sociales, p. 292.
  • 81 J’emprunte l’expression à J. Chesneaux qui décrit en ces termes l’appartement parisien de F. Guatt (...)

90La liste qui sort victorieuse de la consultation populaire est menée par Marcel J. qui se réclame également de l’Union de la gauche. Intitulée « Pour la prise en charge de leur destin par les Cévenols eux-mêmes », elle présente un programme qui fait implicitement référence au mode de gestion de l’ancien maire, « un notable traditionnel régnant sur le déclin de sa commune »80. L’équipe sortante ne manque pas de répandre la nouvelle partout à la ronde : de Saint-Hippolyte-du-Fort à Lasalle, de Ganges à Anduze, on ne parle plus que de la « prise de Monoblet par les hippies » et à la sous-préfecture d’Alès on affirme même que la municipalité vient de basculer dans le gauchisme. Ses détracteurs n’ignorent pas que Christian M., qui figure en bonne position sur la liste du vainqueur, est un « permanent » de Gourgas, un véritable « caravansérail socio-culturel »81 qui éveille la méfiance car il accueille des groupes gauchistes et trotskistes et se veut ouvert à toutes les expériences.

91Or c’est en partie grâce aux voix des néo-ruraux que Marcel J. est parvenu à conquérir la mairie. À la différence de son adversaire malheureux, il a su prendre la juste mesure des mutations sociétales induites par leur installation sur le territoire communal. Aucune démagogie cependant dans sa démarche, comme l’intitulé de sa liste en témoigne : contrairement aux craintes formulées par ses opposants, il n’envisage pas de céder aux néo-ruraux la gestion de la commune mais seulement de les y associer, aux côtés des Cévenols d’origine. De fait, il s’est également attaché les voix d’une frange importante de la population de souche qui désire en finir avec l’inertie de l’ancienne municipalité. De son propre aveu, Marcel J. a été dépassé par les événements : « quand nous nous sommes présentés, début 1977, on n’avait pas envisagé très nettement d’avoir en charge seuls les affaires de la commune... Mais le résultat des élections nous a mis en charge des affaires de la commune puisque sur 11 postes notre liste en avait obtenu 10. Il a fallu faire face ! ».

  • 82 MULLER (P.), FAURE (A.) et GERBAUX (F.), Les entrepreneurs ruraux. Agriculteurs, artisans, commerç (...)
  • 83 Toutes les initiatives innovantes issues du milieu rural ont en commun divers traits que l’on retr (...)

92Le maire est un reflet social et anthropologique de la commune au moins autant que politique. C’est cette dimension que Marcel J. a pressentie, ce qui va l’amener à défendre un programme ne cédant en rien à la tentation du consensus. « La commune est condamnée à dépérir ou à... innover » affirment P. Muller, A. Faure et F. Gerbaux82 ; cela pourrait être la profession de foi du nouvel élu qui souhaite faire de l’innovation le fer de lance de la dynamique communale dont il vient de prendre la tête. D’une certaine façon, le maire de Monoblet est également un pionnier, un innovateur83. En ouvrant la voie à un autre mode de prise en charge des affaires publiques, il annonce l’évolution de sa fonction qui sera entérinée par la loi de décentralisation et se généralisera dans le courant des années 1980. La composition de son conseil municipal mérite que l’on s’y arrête. L’instituteur du village s’est présenté sur sa liste et se voit confier la fonction de deuxième adjoint. Le maire montre par ce choix éminemment stratégique la priorité qu’il entend donner aux initiatives innovantes de redressement économique. Au côté du nouvel élu, on trouve également un professeur retraité de l’enseignement supérieur, résident secondaire à Monoblet. La composition de l’équipe qu’il place aux commandes municipales reflète sa volonté politique d’ouverture.

93La dynamique de l’action municipale dévoile comment la relance séricicole est connectée à un ensemble d’initiatives locales qui s’inscrivent dans une véritable stratégie territoriale. Il s’agit d’une démarche cohérente de revitalisation du tissu social et économique qui s’ordonne en fonction de deux pôles d’action, l’un défensif, l’autre offensif.

  • 84 PREMEL, Innovations techniques et sociales, p. 300.
  • 85 Bulletin municipal de Monoblet, 1979, p. 5.

94Un pôle défensif. Le Conseil municipal va rapidement prendre des mesures en matière de gestion foncière afin d’empêcher la réalisation du programme immobilier évoqué plus haut. Selon le maire, « ç’aurait été vouer la population de Monoblet à une activité de serveurs, de plongeurs, de gardiens et de femmes de ménage »84. Afin de faire obstacle à ce programme, la municipalité engage un véritable bras de fer avec le promoteur de l’opération, une Société civile d’investissement, en proposant la création d’une Zone d’environnement protégé (ZEP) qui ouvre la possibilité de classer en « zone naturelle » la majeure partie des terres concernées par le projet et de les rendre de ce fait inconstructibles. Le bulletin municipal publie un vibrant plaidoyer en faveur de la ZEP, présentée comme un outil au service des collectivités rurales ; convenant du caractère contraignant de cette réglementation, les élus rappellent à leurs administrés que « l’intérêt collectif n’est jamais la somme des intérêts individuels »85.

  • 86 PREMEL, Innovations techniques et sociales, p. 300.

95Un autre exemple rapporté par G. Prémel illustre la tactique défensive qui est adoptée. Lorsqu’en 1977 l’administration des PTT menace de fermer le bureau de poste en raison d’un nombre jugé insuffisant de détenteurs de comptes, l’équipe municipale parvient à convaincre en un temps record de nombreux habitants ainsi que les associations domiciliées sur la commune d’ouvrir un Compte chèque postal et parvient par ce stratagème à empêcher in extremis la fermeture de l’établissement86 !

96Un pôle offensif. La mairie travaille au coude à coude avec l’association des parents d’élèves ; elle obtient ainsi la création d’un ramassage scolaire et soutient la relance de la fête votive qui a lieu dans le courant du mois d’août. Confrontée à une carence de logements alors que les demandes affluent, elle participe également à un syndicat intercommunal qui monte une Opération programmée d’amélioration de l’habitat (OPAH) pour permettre la réhabilitation de plusieurs logements locatifs. Mais ce qui nous retiendrons surtout ici, c’est la place que l’équipe municipale, maire et second adjoint en tête, entend faire au projet de relance séricicole, situé à la croisée des patrimoines : foncier, économique et socio-culturel.

  • 87 La station séricicole sera effectivement supprimée en 1979 suite au départ à la retraite de Simon (...)
  • 88 AKRICH (M.), CALLON (M.) et LATOUR (Β.), « À quoi tient le succès des innovations ? 1. L’art de l’ (...)

97Revenons tout d’abord sur la période préélectorale. La position respective du futur maire et de son second adjoint est révélatrice d’une stratégie d’intéressement réciproque. Au fur et à mesure qu’il se concrétise, le projet de relance s’affermit, se précise, prend de l’ampleur. Des ambitions se dessinent. Dès lors, une redistribution des alliances s’impose. Christian M. pressent que la relance est condamnée à l’échec à plus ou moins brève échéance si elle ne parvient ni à recruter des sériciculteurs chez les actifs agricoles, ni à obtenir des soutiens financiers. Un projet de développement doit pouvoir compter sur les forces vives d’une population, franchir les limites du territoire communal et se donner les moyens de ses ambitions. Pour dépasser le stade de l’amateurisme, du bricolage, convaincre d’autres sériciculteurs et intéresser les organismes susceptibles de financer ses projets, la relance a donc impérativement besoin de porte-parole, de médiateurs qui portent le projet auprès des décideurs. En effet, le soutien inconditionnel de Simon A. ne suffit plus à le faire progresser ; son audience se limite au cercle restreint des spécialistes qu’il a d’ailleurs le plus grand mal à mobiliser car ils le jugent pour la plupart hors-jeu, notamment en raison de son grand âge. Pour les « séri-sceptiques », son entêtement à relancer la production de la soie force davantage l’admiration qu’il n’emporte l’adhésion. En dépit de l’estime que lui voue son milieu professionnel, son combat, pense-t-on, est perdu d’avance. Chacun sait en outre que le maintien de la Station séricicole d’Alès dont il est encore le directeur et qui est le principal relais institutionnel de la relance n’est qu’une tolérance administrative ; elle est condamnée à disparaître sous peu, avec son prochain départ à la retraite87. La relance manque donc de représentants écoutés et influents ; Christian M., attelé à la résolution d’une infinité de problèmes techniques et organisationnels, ne peut pas par dessus le marché assurer un travail de lobbying auprès des décideurs. En outre, ses prises de position initiales ont laissé des traces : ce n’est pas impunément que l’on conteste l’autorité des spécialistes et que l’on ignore les réseaux notabilaires ! Innover, c’est en effet « jouer des hommes contre d’autres hommes, c’est-à-dire récuser certaines analyses et prévisions pour en accepter d’autres »88, ce qui ne va pas sans de possibles conséquences. C’est tout le sens de sa présence sur la liste conduite par Marcel J. Le futur maire, en proposant à l’instituteur de le rejoindre dans l’équipe municipale, espérait élargir son électorat aux néo-ruraux dont les voix pouvaient bien faire pencher la balance en sa faveur. Comme on vient de le voir, la suite des événements lui a amplement donné raison puisque la victoire a bien été au rendez-vous.

  • 89 Les choses ne sont cependant pas si simples et comme on le verra plus loin, Christian M. sait habi (...)
  • 90 REYNAUD (Ε.), « Identités collectives et changement social : les cultures collectives comme dynami (...)
  • 91 CALLON (M.), « L’innovation technologique et ses mythes », Gérer et comprendre, 34 (1994), p. 6-7.

98En choisissant l’utopie contre le réalisme économique, en proclamant sa volonté de ne pas s’en tenir aux avis des experts89, Christian M. s’est attiré la défiance d’une partie de ceux qui contrôlent l’accès aux finances publiques et n’entendent pas perdre leur temps avec des expériences qu’ils jugent irréalistes. Erreur stratégique ? Pas nécessairement car c’est bien de cette façon et même à cette condition qu’il a pu construire autour de son projet un premier réseau d’alliés. Dans certaines circonstances, le conflit peut en effet avoir un rôle positif, à la fois fondateur et cristallisateur90. L’image de l’innovateur que M. Callon qualifie de mythique a ici fonctionné à plein régime91. Être en butte à l’incompréhension, s’évertuer à poser différemment les problèmes, faire preuve d’une obstination provocatrice... : c’est ce qui a permis au projet de s’engager sur cette voie incertaine en s’agrégeant ses premiers alliés. En parlant d’un « mythe des origines », M. Callon semble toutefois confondre la genèse de l’innovation et sa diffusion. Dans la phase de diffusion, l’innovateur a en effet toutes les chances de s’enliser s’il persiste à considérer le compromis comme une compromission ; le passage réussi à l’innovation signifie au contraire qu’il a quitté le terrain miné de la contestation pour celui de la négociation. Si mythe il y a, c’est bien à ce niveau qu’il se situe : un innovateur dont l’innovation est couronnée de succès a effectivement depuis longtemps cessé de nager à contre-courant ! Souligner la dimension collective de l’innovation dans sa phase de mise en œuvre n’interdit cependant pas de reconnaître le rôle moteur de celui qui le premier a eu l’intuition d’une solution inédite et à su la mettre en mots et en actes.

  • 92 MULLER, FAHRE et GERBAUX, Les entrepreneurs ruraux, p. 121.

99Le choix du maire comme porte-parole de la relance est judicieux. Il possède une profonde connaissance du pays et de sa population et ses concitoyens lui prêtent une oreille favorable. Marcel J. a parfaitement pris la mesure du rôle de l’élu d’une petite commune rurale dont les structures sociales et économiques sont détériorées. Il a conscience qu’il ne suffit plus d’administrer des services et des biens publics mais qu’il faut également « gouverner le local », c’est-à-dire le diriger en tenant compte des ressources territoriales, des contraintes extérieures et des partenaires susceptibles de l’aider dans son développement92. S’il veut atteindre les racines du déclin de sa commune et ne pas se contenter de lui maintenir la tête hors de l’eau, il doit se comporter en véritable entrepreneur public, se montrer capable de prendre des risques mesurés en encourageant les projets qui lui paraissent les plus novateurs.

100Concernant Monoblet, l’inventaire des ressources qui offrent un potentiel d’innovation est rapidement effectué : la relance de la soie est incontestablement l’initiative la plus dynamique, la plus « porteuse » en ce sens qu’elle atteint un haut degré de cohérence au plan économique, social et symbolique.

101C’est la raison pour laquelle, en décembre 1977, une réunion se tient dans les locaux de la mairie du village, à l’initiative du maire et de son second adjoint. Les anciens et les nouveaux sériciculteurs sont venus en nombre, comme les parents d’élèves, qu’ils soient enfants du pays ou récemment installés. D’autres élus sont également présents aux côtés de Marcel J. : le maire de Soudorgues, la commune voisine, par ailleurs conseiller général du canton et celui de Saint-André-de-Valborgne, un agriculteur qui cumule également une mandature communale et cantonale, et a soutenu dans son canton des installations de néo-ruraux, parfois contre les organismes agricoles qui ne voient pas d’un bon œil les « installés ». Au total, près de trente personnes extrêmement motivées, appartenant à la fois aux réseaux traditionnels fondés sur les relations de parenté et/ou de voisinage, au groupe des néo-Cévenols et à celui des décideurs, se pressent dans la salle de la mairie.

102À l’issue de la réunion, l’Association pour le développement de la sériciculture en Cévennes (ADSC), qui deviendra le fer de lance de la relance séricicole, est fondée.

Notes

1 Les centres d’aide par le travail ont pour mission de procurer un travail productif et rémunéré à des personnes handicapées.

2 CAZALET (E. de), « Une tentative originale : la maison des Magnans », Causses et Cévennes, 2 (1979), p. 8-9.

3 La Commission séricicole internationale a été fondée en 1948 à l’occasion du Congrès international d’Alès. Son siège fut fixé à la Station séricicole d’Alès.

4 Joseph Clayette a lui-même aménagé une magnanerie à Saint-Christol-les-Alès, une commune de la périphérie d’Alès. Équipée du pont roulant qu’il a conçu, elle a fonctionné pendant quelques années. Voir CLAYETTE (J.), Note sur l’utilisation d’une machine d’alimentation et de délitage des vers à soie, 1974 ; LAPORTE (A.) et MICHON (Α.), « La maison des Magnans », Causses et Cévennes, 2 (1979).

5 Comme on l’a vu précédemment, les enseignants ont été mobilisés pour participer à la « propagande » séricicole.

6 Cette fantaisie n’est pas un produit de son imagination car en effet la station séricicole poursuivait alors des essais de sélection et d’hybridation du ver à soie, donnant lieu à des formes et des couleurs inhabituelles.

7 Un tiers de la dépense est pris en charge par le Service rural départemental, un autre tiers par la Société interprofessionnelle pour la production des cocons, graines de vers à soie et soie grège tandis que le tiers restant est laissé à la charge du sériciculteur. La subvention est accordée après constitution d’un dossier technique qui précise les aménagements qui seront réalisés.

8 CHEVALIER (M.), « Les phénomènes néo-ruraux », L’espace géographique, 1 (1981), p. 33-47.

9 VALLEYS (Α.), « Monoblet : le retour des vers à soie », Libération, (1977), 18 juillet.

10 Sur ce point, voir : CLAVAIROLLE, Le magnan, 2003.

11 Le concept de communauté, à l’instar de celui d’ethnie, a connu depuis quelques décennies de nombreuses « vicissitudes » - pour reprendre l’expression employée par L. de Heusch à propos de l’ethnie. L’une des critiques formulées à son encontre porte sur le fait qu’elle constituerait une description singularisante d’un groupe humain envisagé comme une unité ; unité qui apparaît comme largement illusoire.

12 MENGIN (J.), « La culture, pas le folklore », Autrement, 47 (1983), p. 136.

13 Rappelons à toutes fins utiles que l’expression « patrimoine ethnologique » a été forgée en 1980, que la relance a vu le jour à partir de 1972, et que les contacts noués entre ethnologues et agents de la relance datent de 1983, soit fort peu de temps après que cette notion soit apparue.

14 Le Forum international de techniques appliquées au textile (FITAT) s’est d’ailleurs engagé dans un travail de collectage des savoir-faire anciens et des techniques en voie de disparition dans le domaine de la fabrication de la soie. C’est ainsi qu’il a conçu un métier jacquard électronique grâce à l’observation des métiers à la tire. On peut consulter sur ce sujet CHEVALLIER (D.), « Savoir-faire et techniques. Nouveaux enjeux, nouveaux objets pour l’ethnologie », dans CHOFFEL-MAILFERT (J.) et ROMANO (J.), éd., Vers une transition culturelle. Sciences et techniques en diffusion. Patrimoines reconnus, cultures menacées, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1991, p. 123.

15 FABRE (D.), « Le patrimoine, l’ethnologie », dans NORA (P.), éd., Science et conscience du patrimoine (actes des entretiens du patrimoine), Paris, Fayard/Éditions du patrimoine, 1997, p. 64-65.

16 PIAULT (M.H.), « L’hexagone, une conquête coloniale », Ethnologie française, 2 (1988), p. 151.

17 André R. a participé activement aux efforts pour rénover la production de la soie en France. Il a notamment été l’un des acteurs de la création de la Société interprofessionnelle pour la production des cocons, graines de vers à soie et soie grège, fondée en 1956, puis l’un de ses administrateurs en tant que représentant de l’Union française des syndicats séricicoles. Voir : TRAVIER, Note relative, 2003.

18 On se souvient que les Encyclopédistes, qui ont été parmi les premiers à réhabiliter les savoir-faire, avaient conscience du fait que tout n’est pas visible et/ou dicible.

19 Son rôle dans l’élevage est bien connu. La seule modification du rythme des sons produits par le pas d’une vache peut indiquer à un éleveur l’apparition d’un mal de pied chez cette dernière. Dans un tout autre domaine, A. Geistdoerfer a souligné l’importance de l’ouie pour les marins : c’est en écoutant le bruit que fait l’eau le long de la coque du bateau que ces derniers identifient la manière dont le bateau « travaille à la mer ». GEISTDOERFER (Α.), « Aimer la mer : une technique du corps et de l’esprit », dans JAMARD (J.-L.), MONTIGNY (A.) et PICON (F.-R.) éd., Dans le sillage des techniques, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 153-172.

20 L’équilibrage de l’alimentation se fonde sur les odeurs ammoniaquées qui émanent de la litière dans une bergerie.

21 DELBOS (P.) et JORION (P.), La transmission des savoirs, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1984.

22 CLAVAIROLLE, Le magnan, p. 246-258.

23 BESCHE-COMMENGE (Β.), « Mythe, métis ou rien, les ‘savoirs naturalistes populaires’ chassent d’abord les baleines », Production pastorale et société, 18 (1986), p. 116-136.

24 GRIGNON (C.), L’ordre des choses. Les fonctions sociales de l’enseignement technique, Paris, Éditions de Minuit, 1971, p. 122.

25 CORNU (R.), « Comment accommoder les rivets à Port-de-Bouc », Technologie, Idéologie, Pratique, 3-4 (1980), p. 63-80.

26 Lors du tournage du film Les Chemins de la Soie, j’ai pu vérifier l’importance de cette mise en situation lorsque d’anciennes fileuses ont - tout naturellement serais-je tentée d’écrire - retrouvé des gestes qu’elles croyaient oubliés en s’installant à un poste de travail, devant la bassine de filature du CAT Les Magnans.

27 J.-J. Salomon évoque ce qu’il appelle « la saga optimiste de l’essor industriel européen » dont le moteur est l’innovation et qui repose sur l’idée que « le changement engendre le changement : la croissance économique, les progrès cumulatifs de la science et de la technologie, les transformations sociales s’accélèrent et se propagent ». Il s’agit d’un point de vue largement partagé par la société civile et tous ceux qui font fonction de « décideurs ». SALOMON (J.-J.), Prométhée empêtré : la résistance au changement technique, Paris, Oxford, New-York, Toronto, Sydney, Frankfurt, Pergamon Press, 1992, p. 18.

28 À leur décharge, il faut reconnaître que le sens commun comme le dictionnaire opposent la notion d’innovation à celle de tradition. De manière générale, il existe une réelle difficulté à appréhender la sphère des activités rurales comme lieu d’innovation. La presse économique, lorsqu’elle en traite, évoque exclusivement les « secteurs de pointe », les « technologies avancées ».

29 LETABLIER (M.-T.), L’art et la matière. Savoirs et ressources locales dans les productions spécifiques, dossier 11, Noisy-le-Grand, Centre d’études de l’emploi, 1997, p. 16.

30 PREMEL, Innovations techniques et sociales.

31 ROBERT (P.), Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, Société du nouveau Littré, 1959.

32 ROGERS (Ε. M.) et SCHOEMAKER (F.), Communication of innovations : a cross cultural approach, New York, Free Press, 1971, p. 19.

33 OLIVIER DE SARDAN (J.-P.), Une anthropologie de l’innovation est-elle possible ?, Marseille, SHADYC, 1993, p. 18.

34 Rappelons qu’en 1768, Lachadenède établissait l’équation suivante « Magnaniers [...] habiles à l’éducation des vers à soie, protestants, Cévenols ». ADH C 7695, Lettre de Lachadenède à l’Intendant, 1768.

35 Propos rapportés dans « Cévennes : les nouveaux artisans de la soie », 1977.

36 Une technique, affirme F. Sigaut, « n’existe que lorsqu’elle est pratiquée, c’est-à-dire lorsqu’elle passe par quelqu’un qui, l’ayant apprise ou inventée, la met en l’œuvre de façon efficace ». Voir : SIGAUT (F.), « Postface », dans PERRIN (J.), éd., Construire une science des techniques, Limonest, Éditions L’Interdisciplinaire, 1991.

37 DURAND (J.), « À Monoblet, plus de chacun pour soi, tous pour la soie », Calades, 37 (1983).

38 D. Léger et B. Hervieu ont mis en évidence cette tension entre la « problématique de la restauration » - c’est-à-dire la volonté en actes de faire « revivre la Cévenne traditionnelle », de « renouer avec le passé » - et celle de l’innovation : LÉGER (D.) et HERVIEU (B.), Des communautés pour les temps difficiles. Néo-ruraux ou nouveaux moines. Paris, Le Centurion, 1983, p. 119.

39 C’est au cours de cette mission que Didier E. a pris connaissance d’un nouveau système automatique de filature, mis au point par les Japonais. Ce matériel équipera la filature de Maison Rouge dont il deviendra le PDG.

40 Après le démantèlement de la station séricicole, la propriété, située sur la commune de Saint-Christol-les-Alès, deviendra une station de pathologie comparée de l’INRA.

41 Cité dans PERRIN (J.), Comment naissent les techniques. La production sociale des techniques, Paris, Publisud, 1988, p. 60.

42 SCHENK (Α.), « Évolution et situation actuelle de la sériciculture », Comptes rendus des séances de l’Académie d’agriculture de France, 14 (1979), p. 1200.

43 Les séricicultrices avaient autrefois tendance à livrer les cocons le plus tôt possible à la filature, même s’ils n’étaient pas « finis », car en se desséchant ils perdent du poids.

44 VINCK (D.) et MIGNOLET (M.), Filières de production et ruptures stratégiques, Louvain-la-Neuve, Colloque FOPES, 1988.

45 GAROUSTE (P.), Filières techniques et économie industrielle. L’exemple de la forge, Lyon, Presses universitaires de France, 1984, p. 51. Ce que je nomme ici filière est appelé par B. Gille « structure ». La structure serait « ce qui caractérise une fabrication, une production. Le textile est un bon exemple de structure : de la production de la matière à sa préparation, filature, tissage, apprêts... ». Voir GILLE (B.), « La notion de système technique (Essai d’épistémologie technique) », Techniques et culture, 1 (1979), p. 9.

46 Pour les tisseurs à bras, le discours technique normatif qui s’est imposé à l’échelle planétaire comprend sous la notion de normes de qualité des critères liés au développement technologique et qui n’ont pas nécessairement à voir avec la qualité d’un fil telle que l’entendent le tisseur et le consommateur. Le système de classification international de la soie grège est en effet fondé stades critères relatifs à l’utilisation du fil sur des métiers mécaniques. Le fait qu’un fil ne puisse passer sur un métier de ce type ne préjuge en rien de sa qualité au sens où l’entend le tisseur qui se considère tout autant comme un artiste que comme un technicien : « aussi paradoxal que cela puisse paraître, il y a des défauts qui nuisent au produit fini mais il y a des défauts qui améliorent le produit fini en ce sens qu’ils le démarquent de tout ce qui se fait... Alors qu’est ce qu’un défaut, qu’est ce qu’une qualité ? » s’interroge un tisseur à bras.

47 Pour une assistance technico-commerciale à la sériciculture cévenole, 1982.

48 OLIVIER DE SARDAN, Une anthropologie de l’innovation.

49 TREILLON (R.), L’innovation technologique dans les pays du Sud, Paris, ACCT/Wageningen, CTA/Paris, Karthala, 1992, p. 100.

50 CALLON (M.), « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’année sociologique, 36 (1986), p. 205.

51 H. Mendras et M. Forsé distinguent plusieurs catégories d’adoptants d’une innovation : les pionniers, les innovateurs, la majorité précoce, la majorité tardive et enfin les retardataires. Voir : MENDRAS (H.) et FORSE (M.), Le changement social, Paris Armand Colin, 1987, p. 77. J. Maho ne distingue pas en revanche les pionniers des innovateurs qu’il définit comme étant « ceux qui les premiers adoptent ou utilisent une innovation » : MAHO (J.), « La sociologie des innovations rurales : un bilan », Pour, 4 (1975), p. 73.

52 Au début des années 1970, les Cévennes voient soudain leur effectif démographique se stabiliser. Dans certaines communes, alors que les pertes annuelles s’élevaient auparavant à près de 1 % de la population, la cadence se ralentit et on assiste même parfois à une inversion de tendance : DESLONDES (O.), « Vingt ans d’aménagement dans le sud de la Lozère (1967-87) », Bulletin de la société languedocienne de géographie, 3-4 (1987), p. 70. Pour certains observateurs, on est même en droit de parler d’« opération de repeuplement » pour certaines vallées où les néo-cultivateurs redonnent vie à des hameaux abandonnés depuis plusieurs décennies. A. Soulier estime qu’en 1975 23,3 % de la population cévenole et caussenarde était composée d’arrivants de fraîche date. Voir : SOULIER (Α.), « Caractéristiques du retour à la terre dans trois communes rurales de l’arrière-pays occitan », Bas-Rhône, 83 (1977), p. 20-31.

53 Selon M. Callon, un énoncé problématique peut être considéré de deux façons différentes. En premier lieu, en tant qu’affirmation « d’un problème particulier et donc en tant que promesse de résolution de ce problème », il peut être envisagé comme une possible contribution à « la résolution d’un autre problème de nature différente ou voisine ». Il s’offre alors comme une réponse à une demande réelle ou virtuelle. En second lieu, précisément parce qu’il est problématique, l’énoncé invite à rechercher une solution satisfaisante. Comme tel, il est demandeur et sa demande peut susciter des offres visant à le satisfaire. Voir : CALLON (M.), « L’opération de traduction comme relation symbolique », dans Séminaire de recherche MSH, Paris, rapport CORDES-CNRS, 1978, p. 121-122.

54 J. Maho rapproche également les « leaders d’opinion » des autres catégories « d’originaux locaux » : « notables, « déviants », « opposants », « marginaux », a-sociaux », etc. Selon lui, une collectivité groupée sur un territoire rassemble des individus qui ne sont pas atomisés mais agrégés en une série de groupes dont Gurvitch a montré à la fois le foisonnement, l’origine et la difficultés de compréhension » : MAHO, « La sociologie des innovations rurales », p. 78.

55 PECH (R.), « Identité du groupe des ‘Vignerons du Midi’ de la défense corporative à l’affirmation régionale », dans TAP (P.), éd., Identités collectives et changements sociaux, Toulouse, Privat, 1980, p. 161-166.

56 LÉGER et HERVIEU, Des communautés pour les temps difficiles, p. 27-28.

57 CHASSAGNE (M.E.), « Du refus de la mort à l’auto-création », Autrement, 47 (1983), p. 31.

58 JOUTARD, Les Cévennes, p. 97.

59 Rappelons que Charles M., fortement engagé dans ce mouvement, est membre de Cévennes occitanes, un groupe lié au mouvement occitan et proche du courant Volem viure al païs.

60 MEYER (J.-B.), La dynamique de la demande dans l’innovation, Thèse de doctorat de socio-économie de l’innovation, Paris, École des Mines, 1992.

61 LÉGER (D.), « Les utopies du retour », Actes de la recherche en sciences sociales, 29 (1979), p. 46-63.

62 BALANDIER (G.), Les anthropo-logiques, Paris, Le Livre de Poche, 1985, p. 273.

63 CALLON, « L’opération de traduction », p. 122.

64 BOIRAL (P.) et BROUAT (J.-P.), « L’émergence de l’idéologie localiste », Sociologie du Sud-Est, 41-44 (1984-1985), p. 39.

65 ASSIER-ANDRIEU (L.), « L’ethnologie occitane », Études rurales, 86 (1982), p. 103.

66 HUGHES, Étude des conditions de rentabilité et de l’intérêt d’une production séricicole modernisée en France, Alès, Coopérative séricicole et lavandicole d’Alès et des Cévennes, 1978, p. 40.

67 Voir Ferlet cité par GROSLIER (B.), « À chacun son ver à soie », Le Sauvage, 21 (1975), p. 93.

68 TOURAINE (Α.), « Le retour de l’acteur », Cahiers internationaux de sociologie, LXXI (1981), p. 249.

69 COSTA (M.), « Monoblet : une expérience à la base », Causses et Cévennes, 2 (1979), p. 15.

70 A. Blanchemain, ingénieur chargé par le Ministère de l’Agriculture d’étudier les conditions de possibilité d’une relance, remet pour sa part des conclusions prudentes. Nous verrons cependant que les responsables de la relance ont eu parfois tendance à exagérer l’opposition des experts.

71 MAIGNE (J.), « Cévennes, les nouveaux artisans de la soie », Sud, 72 (1977), 13-19/06.

72 CROZIER (M.) et FRIEDBERG (Ε.), L’acteur et le système, Paris, Éditions du Seuil, 1992, p. 35.

73 REYNAUD (Ε.), « Identités collectives et changement social : les cultures collectives comme dynamique d’action », Sociologie du travail, 2 (1983), p. 167.

74 CAZALET (E. de), « Une tentative originale : la maison des Magnans », Causses et Cévennes, 2, 1979, p. 8.

75 Elles seront parfois rappelées.

76 TOURAINE (Α.), « Les deux faces de l’identité », dans TAP (P.), éd., Identités collectives et changements sociaux, Toulouse, Privat, 1980, p. 26.

77 EME (B.) et MAHIOU (I.), Les labyrinthes du local : réseaux, information, développement, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1984.

78 FLICHY (P.), L’innovation technique, Paris, La Découverte, 1995, p. 131-132.

79 Il s’agit de la Section Française de l’Internationale Ouvrière.

80 PREMEL, Innovations techniques et sociales, p. 292.

81 J’emprunte l’expression à J. Chesneaux qui décrit en ces termes l’appartement parisien de F. Guattari, le fondateur de Gourgas : CHESNEAUX (J.), « Notre ami », Chimères, 23 (1994), p. 1.

82 MULLER (P.), FAURE (A.) et GERBAUX (F.), Les entrepreneurs ruraux. Agriculteurs, artisans, commerçants, élus locaux, Paris, L’Harmattan, 1989, p. 111.

83 Toutes les initiatives innovantes issues du milieu rural ont en commun divers traits que l’on retrouve dans le cas étudié ici : elles concernent des régions marginalisées, caractérisées par une économie précaire, peu modernisées, dont l’évolution démographique est préoccupante et qui voient se développer un fort sentiment d’appartenance identitaire. Voir sur cette question PASSARIS (S.), « Un avenir pour les zones marginalisées en France ? L’approche de l’écodéveloppement », Cahiers de l’écodéveloppement, 14 (1980), p. 41.

84 PREMEL, Innovations techniques et sociales, p. 300.

85 Bulletin municipal de Monoblet, 1979, p. 5.

86 PREMEL, Innovations techniques et sociales, p. 300.

87 La station séricicole sera effectivement supprimée en 1979 suite au départ à la retraite de Simon A.

88 AKRICH (M.), CALLON (M.) et LATOUR (Β.), « À quoi tient le succès des innovations ? 1. L’art de l’intéressement », Annales des Mines, 11 (1988), p. 74.

89 Les choses ne sont cependant pas si simples et comme on le verra plus loin, Christian M. sait habilement jouer « des hommes contre des hommes » lorsque le conflit peut servir ses objectifs !

90 REYNAUD (Ε.), « Identités collectives et changement social : les cultures collectives comme dynamique d’action », Sociologie du travail, 2 (1983), p. 171. Voir également : CALLON (M.), LASCOUMES (P.) et BARTHE (Y.), éd., Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Éditions du Seuil, 2001.

91 CALLON (M.), « L’innovation technologique et ses mythes », Gérer et comprendre, 34 (1994), p. 6-7.

92 MULLER, FAHRE et GERBAUX, Les entrepreneurs ruraux, p. 121.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540