Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le renouveau de la production de la soie en Cévennes (1972-1998)

 | 
Françoise Clavairolle

Du réalisme à l'utopie

De la rénovation à la relance

Texte intégral

1Donner un souffle nouveau à la production séricicole française est une préoccupation contemporaine des premières difficultés auxquelles l’activité s’est trouvée confrontée dans le courant du XIXe siècle.

  • 1 La pébrine est une maladie contagieuse et héréditaire du ver à soie. Pour un point sur ce sujet, o (...)
  • 2 Le grainage est la production d’œufs fécondés de Bombyx mori ou vers à soie.
  • 3 Au cours des années 1870, le rendement moyen, pour un élevage de 10 onces de 25 gr est de 25 kg l’ (...)

2Dans les années 1860, l’effondrement de la production consécutif à la propagation de la pébrine1 est un thème récurrent de la riche littérature séricicole, chaque auteur émettant des suggestions pour la combattre. Bien que l’inquiétude ne cesse de croître au fur et à mesure que la production diminue, on ne parle toutefois pas encore de déclin : dans l’esprit des observateurs de l’époque, il ne fait aucun doute que tout rentrera dans l’ordre lorsque l’épizootie sera enrayée. En 1865, le ministre de l’agriculture dépêche en Cévennes le grand biologiste Louis Pasteur. Il identifie les corpuscules qui sont les agents de l’infection et met au point un nouveau procédé de grainage2. Louis Pasteur préconise de conserver les papillonnes pondeuses et leur ponte jusqu’à la saison suivante, de broyer et examiner au microscope le cadavre de chaque pondeuse avant de faire éclore la « graine » et de ne mettre en incubation que les œufs provenant des papillonnes saines. En dépit de la remarquable efficacité du procédé, l’espoir de voir la sériciculture retrouver son ancienne prospérité est néanmoins déçu ; en effet, alors que grâce à l’application de la méthode pastorienne les rendements sont en constante progression3, la production ne parvient pas à retrouver son niveau antérieur.

  • 4 MAILLOT (F.) et LAMBERT (F.), Traité sur le ver à soie du mûrier et le mûrier, Montpellier, Caulet (...)

3L’ensemble de la profession commence donc à s’interroger sur cette crise qui pourrait finalement s’avérer plus structurelle que conjoncturelle. Les 26 millions de kilos de cocons récoltés en 18534, juste avant que l’épizootie de pébrine ne gagne toutes les éducations, sont un record qui ne sera jamais plus atteint. Le fait que la sériciculture et la filature aient continué pendant près d’un siècle à jouer un rôle de tout premier plan dans l’économie régionale ne doit pas masquer la modestie d’un redressement sans commune mesure avec la situation antérieure.

4Prenant du recul par rapport à l’évolution de cette production, les observateurs ont identifié les causes du déclin, à la fois internes, liées aux conditions nationales de production, et externes, c’est-à-dire fondées sur l’internationalisation des échanges et l’évolution du marché occidental.

  • 5 La rayonne est obtenue par dissolution de la cellulose de bois ou de coton dans des divers mélange (...)

5Les économistes retiennent comme principaux facteurs explicatifs externes d’une part l’importation d’abord de cocons étrangers puis de soie grège extrême-orientale à des prix défiant toute concurrence et d’autre part la popularité croissante des fibres synthétiques, longtemps appelées « soie artificielle » en raison de leur ressemblance avec la soie naturelle5.

  • 6 MAZAURIC (J.), Le déclin de la sériciculture française et le moyen d’y remédier, Montpellier, Caus (...)
  • 7 HUGUES (J.-C.), Études des conditions de rentabilité et de l’intérêt d’une production séricicole m (...)

6L’importation de cocons et de soie grège en provenance de pays où la main d’œuvre est à la fois abondante et bon marché a en effet été facilitée depuis la fin du XIXe siècle par l’ouverture du Canal de Suez, les progrès de la navigation à vapeur, l’amélioration des systèmes de communication (relations par câble) permettant de traiter rapidement avec les exportateurs japonais ou chinois ainsi que par l’ouverture des ports asiatiques au commerce européen. Un jeu de change favorable pour les différents partenaires économiques aurait en outre favorisé ces importations. L’essor du marché des textiles synthétiques découverts à la fin du XIXe siècle et qui ont correspondu dans l’imaginaire social de l’Occident à une forme de « démocratisation du luxe6 a également joué un rôle prépondérant dans le dépérissement de la production. Ils sont en effet bien meilleur marché tout en imitant la soie par leur apparence et leur texture. Alors que la production mondiale de fil de cellulose ne représentait que 600 t en 1896, elle s’élevait en 1937 à 815 495 t. Les soyeux qui avaient bâti la réputation internationale de la fabrique lyonnaise sur le tissage de la soie naturelle ont donc progressivement abandonné cette fibre pour se tourner vers les fibres artificielles. Dans les années 1970, ils ne consommaient plus que 542 t de soie grège et ouvrée contre 33 254t de fils synthétiques7.

7Des facteurs internes, structuraux, ont également été retenus pour expliquer ce déclin. Ils sont multiples : la rareté et la cherté de la main d’œuvre séricicole et industrielle française qui auraient considérablement grevé les coûts de production, le dépérissement des mûriers, l’« archaïsme » des méthodes d’élevage, le manque de motivation des agriculteurs, le perfectionnement insuffisant de l’outil industriel, les investissements capitalistiques dans d’autres secteurs d’activité et notamment dans la viticulture, la politique économique appliquée à cette filière de production, etc.

  • 8 La prime est une somme, versée par le Gouvernement aux producteurs de cocons et aux filateurs, qui (...)
  • 9 CLAVAIROLLE, « Sériciculture et filature », p. 81-103.
  • 10 GREVOUL (F.), « Sériciculture 1979 », Causses et Cévennes, n° spécial (1979), p. 23.
  • 11 DUGRAND (R.), « Problèmes économiques de la Cévenne », Causses et Cévennes, 2 (1959).
  • 12 MENARD (P.), « La sériciculture dans les divers départements français. Cause de son déclin et moye (...)

8Sur la part prise par chacun d’entre eux, les avis divergent considérablement. Alors qu’il règne un large consensus sur l’identification des causes externes, les causes internes opposent en effet les acteurs de la filière les uns aux autres : les sériciculteurs, les filateurs, les soyeux lyonnais, les représentants de l’État ont chacun leur idée sur la question et aucun n’accorde le même poids aux faits et aux circonstances. Pour les premiers, la pénurie de bras dans la sériciculture est un effet et non une cause de son déclin : c’est la crise séricicole qui est à l’origine de l’exode rural et non l’inverse. Les principaux responsables de cette situation, estiment-ils, sont d’une part les soyeux qui ont incité les pouvoirs publics à adopter le système des primes parce qu’il ne pénalisait pas leurs achats de soie grège en Extrême-Orient plutôt qu’à prendre des mesures protectionnistes8, d’autre part les filateurs qui ont longtemps été de mèche afin de contraindre les sériciculteurs à céder leur récolte à un prix imposé9 et qui les payaient avec environ six mois de retard10. De leur côté les filateurs accusent à la fois les soyeux de les « étrangler » en les obligeant à aligner leur prix de vente de grège sur celui pratiqué en Extrême-Orient et les ouvrières de réclamer des salaires trop élevés qui en alourdissant les coûts de production leur interdisent d’être compétitifs. En écho, les sériciculteurs reprochent aux filateurs de ne pas soutenir la production séricicole et de préférer désengager leurs capitaux d’une activité sur laquelle ils ont cependant bâti leur fortune11. Quant aux techniciens, ils mettent en cause la « routine » des sériciculteurs, selon eux pleinement responsable de la stagnation de la production. Ainsi l’inspecteur régional de la sériciculture du Sud-Est déplore-t-il que « l’exiguïté des locaux, leurs mauvaises conditions hygiéniques, leur aération, leur chauffage défectueux, leur désinfection difficile, l’alimentation et la manipulation mauvaises des chenilles, bien souvent s’opposent à l’amélioration du rendement moyen à l’once » et soient à l’origine d’une « régression sensible de la sériciculture »12.

  • 13 HUGUES, Études des conditions, p. 19.
  • 14 CARRON, La production de la soie, p. 78.

9Pour la plupart des économistes qui se penchent sur ce secteur d’activité la disparition de la sériciculture et de la filature françaises est inéluctable, causes externes et causes internes se conjuguant pour les condamner inexorablement. Les facteurs extérieurs et notamment l’internationalisation des échanges ne peuvent en effet suffire à expliquer ce déclin ; il est la conséquence prévisible d’une évolution générale de l’agriculture, de l’étiolement des économies relativement fermées de type semi-autarcique et fondées sur une complémentarité entre agriculture vivrière et agro-industrie13 et enfin de la dépopulation qui en découle. Cette analyse n’est pas nouvelle : en 1946 déjà, M.-A. Carron affirmait que la production de la soie était désormais « un chapitre de l’histoire économique plus que de géographie vivante »14.

  • 15 CARRON, La production de la soie, p. 30-31.

10La diminution du nombre des sériciculteurs pendant la première moitié de ce siècle tend à confirmer cette analyse pessimiste. Elle découle notamment du vieillissement démographique de la population sous les effets conjugués de l’émigration et d’un comportement malthusien. Les chiffres sont en effet sans appel : de 1913 à 1939 le nombre de sériciculteurs a diminué de 86,58 %, la quantité d’onces mises à incuber de 89,90 % et la production de cocons de 86,50 %. Il faut toutefois nuancer l’impression d’un véritable effondrement en signalant que toutes les zones de production ne sont pas logées à la même enseigne. En effet les Cévennes assuraient 52,29 % seulement de la production nationale en 1892 contre 86 % en 1938. Le Gard, département montagneux n’offrant guère d’alternative agricole à ses paysans, a été relativement moins touché que les autres départements séricicoles qui ont eu la possibilité de s’orienter vers des cultures industrielles de substitution : « les bas prix ont pu augmenter la misère paysanne, diminuer la quantité de graines mises en incubation, mais ils n’ont pas tué la sériciculture comme on aurait pu normalement s’y attendre » constate M.-A. Carron15. Pour elle, aucune culture spéculative, comme par exemple celle de la lavande en Provence, n’aurait été capable de résister à une crise des prix comparable à celle qu’a connu le marché des cocons en 1935.

UN DÉCLIN INÉLUCTABLE ?

SAUVER CE QUI PEUT L’ÊTRE : LA « PROPAGANDE » SÉRICICOLE

  • 16 CHABRIERES (M.-M.), « La propagande séricicole en France », dans Actes du VIIe congrès séricicole (...)

11En dépit du pessimisme croissant – fondé sur de solides arguments – dont font preuve tant les partenaires économiques que les observateurs, quelques personnes refusent cependant le verdict et s’évertuent à donner un nouveau souffle à la production séricicole et à la filature française. Leur effort, dans un premier temps pour maintenir la sériciculture puis pour la relancer, se traduit par la mise en œuvre de mesures incitatives financées grâce à la constitution d’un « fonds de propagande séricicole »16 : création de pépinières de mûriers, concours d’éducations, distribution de matériel, installation de magnaneries modèles, création d’équipes volantes de désinfection des magnaneries, encouragements à la coopération, conférences, tracts, campagnes d’affichage, etc. Les instituteurs et institutrices des régions séricicoles sont également mis à contribution. On leur confie la tâche de former de futurs sériciculteurs en mettant à profit les « leçons de chose » pour familiariser leurs élèves avec cet élevage ; à cette fin, les pouvoirs publics leur distribuent une « boîte de propagande » présentant tous les stades du cycle du Bombyx mori ainsi que 5 g de graine et du matériel d’élevage.

12Malgré tous les efforts accomplis par ceux qu’on qualifie alors de « missionnaires de la soie », cette politique de sensibilisation et de soutien ne donne pas les résultats espérés. D’importantes transformations sont alors jugées nécessaires afin d’éliminer le principal obstacle à une reprise : le coût trop élevé des cocons français. La Fabrique lyonnaise, unique débouché pour la soie grège produite sur le territoire national, ne pourra continuer à s’approvisionner dans l’Hexagone qu’à la condition expresse que les producteurs de cocons alignent leurs prix sur ceux pratiqués par leurs concurrents extrême-orientaux. Pour y parvenir, diverses mesures sont prises afin d’améliorer les rendements et réduire le temps de travail, comme l’aide à la modernisation des magnaneries et la diffusion auprès des sériciculteurs de papier perforé pour le délitage.

13La fin de la seconde guerre mondiale constitue un tournant dans la réflexion esquissée depuis plusieurs décennies déjà. C’est à l’occasion du congrès séricicole international qui se tient à Alès en 1948 que le maintien de l’activité séricicole devient l’enjeu d’une analyse socio-économique globale, intégrant le renouveau de la sériciculture dans une stratégie de développement des zones défavorisées. La modernisation des techniques demeure à l’ordre du jour mais elle n’apparaît plus comme l’unique axe d’intervention pour sauver la production française. Plutôt que de reprendre pied au sein du marché international grâce à l’abaissement des coûts de production, l’objectif est de trouver de nouveaux marchés et de mettre en œuvre une nouvelle organisation de la production.

14En dépit de la volonté clairement affichée des instances régionales et nationales en charge de la sériciculture, l’économie rurale cévenole ne cesse cependant de se dégrader, minée par la stagnation des prix et l’impossibilité de rétribuer convenablement une main d’œuvre paysanne qui se fait à la fois rare pour cause d’émigration et coûteuse car les salaires agricoles suivent l’augmentation du revenu moyen de la population.

  • 17 CARRON, La production de la soie, p. 78.

15Face aux conséquences de l’intensification du phénomène migratoire qui provoque un afflux de population vers les petites villes du Piémont cévenol, pourtant guère mieux loties en terme d’emplois puisque l’industrie y perd également ses positions, les organismes agricoles et les pouvoirs publics prennent la mesure de ce que signifierait la disparition totale de la sériciculture. Leur crainte est que la suppression de cette quasi unique source de revenu monétaire conduise à une désertification croissante des vallées rurales sans que les populations contraintes à l’émigration soient pour autant assurées de résoudre leurs difficultés matérielles en trouvant des emplois plus rémunérateurs dans les agglomérations périphériques. Aussi M.-A. Carron, pourtant peu confiante dans l’avenir de la sériciculture, conclue-t-elle que « la fixation de la population agricole et l’arrêt de l’exode rural sont intimement liés, dans la plupart de nos régions séricicoles – pauvres dans leur ensemble du fait de la limitation de leurs autres possibilités culturales –, au maintien chez elle de la sériciculture »17.

LES PREMIÈRES MESURES D’ENCOURAGEMENT

  • 18 Fondée en 1942 par Louis-Joseph Lebret (1897-1966), un père dominicain théoricien de l’« économie (...)

16Dès 1947, la station séricicole d’Alès tente de promouvoir le tissage artisanal de la soie comme moyen d’enrayer le processus de dépopulation. Cette initiative s’appuie sur une étude publiée dans la revue Économie et humanisme18 qui examine les causes de l’exode rural dans la partie montagneuse du département des Alpes-Maritimes. Elle parvient à la conclusion suivante : le dépeuplement est un processus naturel et inéluctable pour les zones rurales seulement si l’on se refuse à réfléchir simultanément en termes techniques et sociaux. Trop souvent présenté comme une fatalité, il peut être enrayé à condition de consentir à compléter l’activité agricole par une activité artisanale autonome. Pour l’auteur de cette étude, il ne s’agit en aucune manière de réhabiliter le travail à façon qui plaçait autrefois l’artisan sous la coupe du donneur d’ouvrage mais plutôt de promouvoir un artisanat indépendant. Dans le cas de la soierie, cette indépendance paraît d’autant plus réalisable que la cellule domestique est en mesure d’assurer et la production de la matière première (la sériciculture) et sa transformation (la filature puis le tissage). La notion de « filière intégrée », solution novatrice si Ton se réfère à l’histoire longue de la production soyeuse française et qui deviendra bientôt le slogan de la « relance » se dessine donc en filigrane derrière celle d’artisanat autonome.

17Deux métiers à tisser sont ainsi mis au point à la demande d’une mission séricicole d’évaluation et d’observation mandatée par le Ministère de l’Agriculture et le Groupement d’achat et de répartition des soies et au sein de laquelle siègent des représentants de la profession ainsi que des services officiels de l’agriculture, du génie rural et de la recherche agronomique.

18L’un des métiers, baptisé « Provence », se présente comme une adaptation du métier à tisser lyonnais. D’un moindre encombrement (1,50 m x 1 m x 2 m) afin de trouver aisément à se loger dans les foyers ruraux, il permet de tisser des pièces de 0,70 m de large sur 60 m de long, l’ourdissage pouvant s’effectuer directement sur le métier. Le second modèle, nommé « Artitex », est conçu pour la production d’écharpes d’une longueur d’environ 1,30 m. D’un maniement facile et n’exigeant pas un long apprentissage, il devrait selon les experts convenir parfaitement « aux jeunes filles et aux femmes » qui pourraient ainsi transformer directement la soie grège produite dans la région.

19Au terme de plusieurs séances publiques de démonstration organisées dans des bourgades cévenoles et devant l’intérêt manifeste des personnes présentes, la mission d’observation conclut à la faisabilité du projet et propose sa mise en œuvre.

  • 19 La Station séricicole d’Alès a été fondée en 1897. À sa tête se sont succédé M. Mozziconacci de 18 (...)
  • 20 Il ne connaîtra pas le succès espéré et sera rapidement abandonné.

20Lors du VIIe Congrès séricicole international, le directeur de la station séricicole d’Alès19 et son adjoint attirent l’attention de leur auditoire sur ce programme artisanal qui devrait permettre une requalification des populations rurales des zones défavorisées. Les orateurs font ainsi état d’une « conception d’avenir de l’économie agricole cévenole qui, avec le ver à soie, la châtaigne, les cultures vivrières, le tourisme, l’abeille, les plantes médicinales devrait parvenir à amorcer son redressement ». À cette occasion, F. Soulier et A. Schenk font une présentation de leur « plan artisanal »20 qui préfigure ce qui va être le principe-clé de la relance séricicole quelques trente années plus tard : couvrir « la presque totalité des phases de transformation pour aboutir à un gain beaucoup plus substantiel que celui résultant de la vente immédiate des cocons » et ce « grâce à une solidarité constante du producteur et du produit ».

  • 21 Cette filature, automatisée, est composée de quatre machines de 400 bouts chacune.
  • 22 TRAVIER (D.), Notes relatives à Maison Rouge, 2003.
  • 23 LAPIERRE (M.), « Filature française de soie des Cévennes », Causses et Cévennes, 4 (1957).
  • 24 En sériciculture, on dit la feuille de mûrier et non les feuilles.

21Nonobstant ce programme qui d’une certaine façon suppose la disparition de la production du tissu de soie sous sa forme industrielle, les filateurs encore en activité des départements du Gard, de la Lozère, de l’Hérault, de l’Ardèche et du Vaucluse s’organisent. En 1957, ils se regroupent pour former une société, « La filature française de soie des Cévennes », au sein de laquelle ils se proposent de rénover cette industrie moribonde. Ils décident alors de concentrer l’activité de tirage en un seul lieu, la filature Maison Rouge. Située à Saint-Jean-du-Gard, elle est la propriété de la Compagnie des soies de France et d’importation. Équipée d’une filature performante de fabrication japonaise21. Maison Rouge peut traiter 300 t de cocons frais par an et produire jusqu’à 80 kg de grège par jour22 : la production séricicole française, avec ses 200 t annuelles, est donc insuffisante pour l’alimenter23. C’est pourquoi le directeur de la Station séricicole élabore un programme de développement de la sériciculture afin que l’atelier puisse dans l’avenir fonctionner en continu. C’est ainsi que des plantations de mûriers sont réalisées car de nombreux arbres, laissés à l’abandon, ont été arrachés, ce qui entraîne une pénurie de feuille24 pour nourrir la quantité de vers requise. La « rationalisation » des méthodes d’élevage est également proposée car elle devrait contribuer à l’augmentation du rendement.

  • 25 L’année se termine cependant très mal : en septembre la filature est victime d’une terrible inonda (...)

22En 1958, le redressement de la sériciculture semble être en bonne voie et chacun se prend alors à espérer que la sériciculture redevienne une source de revenu pour le paysan cévenol25.

VERS UNE « RÉNOVATION DES CÉVENNES »

  • 26 Elle sera re-baptisée ultérieurement Compagnie nationale d’aménagement du Bas-Rhône Languedoc.
  • 27 Le Club cévenol est une association fondée à Florac en septembre 1894 par Pierre Arnal (1871-1950) (...)

23Au cours des années 1950, les professionnels de la sériciculture, les techniciens et les chercheurs ont trouvé un relais à leur préoccupation dans un réseau qui s’est constitué à l’échelon national et rassemble tous ceux qui réfléchissent à la mise en œuvre d’un programme de rénovation de la vie rurale cévenole. D’éminentes personnalités, représentatives de ce qu’on peut appeler le notabiliarat cévenol, en font partie : on y trouve aussi bien le président de la Commission nationale de modernisation du Bas-Rhône-Languedoc, une société d’économie mixte26, que celui du Club cévenol27 ou encore le directeur du Muséum national d’histoire naturelle de Paris.

  • 28 Bulletin de la société d’agriculture d’Alès, 1953.

24En 1953 se tiennent deux journées d’études organisées par la Société d’agriculture d’Alès et des Cévennes28. À cette occasion sont esquissées les grandes lignes d’un programme de rénovation économique dont les axes principaux sont la culture du châtaignier et l’élevage du ver à soie. Dans le concert de voix qui s’élèvent en faveur d’un renouveau de la soie, des avis dissonants se font cependant entendre ; attirant l’attention sur le danger qu’il y aurait à asseoir un redressement économique sur une production qui est en pleine déconfiture, ils ne seront guère écoutés.

25Le Comité de rénovation des Cévennes, une structure opérationnelle qui a été fondée dans la foulée, reprend les préconisations du groupe de travail et décide alors de mettre concrètement en œuvre le renouveau séricicole. Il s’agit de reconstituer l’équilibre économique ancien, fondé sur la diversification agricole, artisanale et semi-industrielle. C’est ainsi que le plan de rénovation propose d’agir dans plusieurs domaines : le reboisement, l’élevage, le vignoble, l’arboriculture fruitière et enfin le tourisme social. Toutefois, précise un texte publié par la revue Économie et humanisme, cet équilibre ne doit pas être appréhendé en termes exclusivement matérialistes : il ne peut que résulter de la conjonction de l’aisance, de la santé physique et de la quiétude de la population, autrement dit d’une forme de bien-être moral et spirituel.

  • 29 Bulletin commun de la société d’agriculture d’Alès et des Cévennes et du Comité de rénovation des (...)
  • 30 Congrès national séricicole (Villeneuve de Berg), Valence, Charpin et Reyne, 1940.

26Bien qu’affectée par le succès des textiles artificiels, la consommation française de soie parvient à se maintenir, oscillant entre 1000 et 2000t par an. Mais la concurrence internationale appelle d’importantes améliorations techniques afin de réduire les coûts de production. En effet, le prix du kilo de cocons frais s’élève à 7 F en Italie, à 4,80 F au Japon alors qu’il atteint 9,20 F en France. Auteur d’un rapport sur la sériciculture, Simon A. entend tenir le discours de la rationalité technique face à la « tradition ». Il met en perspective le passé, certes empreint de nostalgie mais également lourd de « routines » génératrices d’échec, marqué par la stagnation économique et sociale, et un avenir plein de promesses, une « aube nouvelle » qui point selon lui grâce à l’alliance de la rationalité technique et de la recherche scientifique. « L’aboutissement de longues recherches en laboratoire » est en effet ce qui doit permettre de « faire maintenant du neuf et du raisonnable en sériciculture »29, affirme-t-il. Il effectue le constat suivant : puisque la sériciculture périclite lorsqu’elle est une activité secondaire et de faible importance alors qu’elle est par ailleurs très absorbante et exigeante en force de travail, il convient d’envisager sa « rationalisation » sous une forme industrielle. La première innovation qu’il propose est d’effectuer des élevages imbriqués et successifs, ce qu’il préconise depuis plus de 20 ans30. Ce système permet en théorie de réaliser de 7 à 14 élevages annuels, en fonction de la durée de l’activité végétative du mûrier, et garantit une utilisation optimale des locaux, du matériel et de la force de travail pendant une période de 5 à 7 mois. Deux facteurs concourent à la réalisation de ce programme dont on peut se demander pour quelles raisons il n’a pas été conçu plus tôt : en premier lieu la sélection de souches de vers à soie poli-hybrides issues de croisements entre des races chinoises et japonaises particulièrement performantes et en second lieu la création de variétés moricoles permettant une production automnale de feuilles, à la différence des variétés traditionnelles dont la feuille de « regain » pousse moins rapidement et ne conserve pas de qualité séricigène.

27Le Club cévenol s’est forgé la réputation d’être un espace de réflexion sur l’avenir économique de la région. Ses objectifs, tels qu’ils sont énoncés dans les statuts, visent certes à « sauvegarder le patrimoine naturel et culturel » des Cévennes mais aussi à soutenir toutes les initiatives orientées vers le maintien et la création d’activités susceptibles de permettre « aux Cévenols et Caussenards de continuer à vivre dans leur pays ». On conçoit que la défense de la sériciculture puis sa relance se soient tout naturellement trouvées au centre de ses préoccupations. Activité économique emblématique de la région, elle peut en effet être considérée comme une composante de la réalité culturelle des Cévennes et l’une de ces principales ressources matérielles.

  • 31 Voir notamment CHALINE (J.-P.), Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, Paris, (...)
  • 32 PREMEL (G.), Innovations techniques et sociales en Cévennes, thèse de doctorat 3e cycle, Paris, EH (...)
  • 33 On peut retrouver dans la « relance » quelques-unes des idées centrales du coopératisme et de l’éc (...)
  • 34 PREMEL, Innovations techniques et sociales.

28Bien qu’éloigné des « dures réalités » de terrain – la composition socioprofessionnelle de ses instances de direction est loin de refléter la sociologie de la population cévenole31 –, le Club cévenol est cependant un « passage obligé »32 pour toute initiative qui vise à promouvoir l’espace cévenol et notamment son économie. Il confère une légitimité à quiconque souhaite faire entendre ses vues sur l’avenir du territoire. Toutefois l’originalité de cette société savante tient au fait que le critère de résidence revêt paradoxalement une importance secondaire au regard de celui de l’honorabilité, qu’elle soit économique ou socio-politique. Il suffit pour s’en convaincre d’étudier la liste des membres de son comité d’honneur et la composition de son conseil d’administration. On y trouve mentionnés un ministre, des avocats – dont un siège au Conseil d’État et un autre au barreau de Londres –, plusieurs hommes de lettres – parmi lesquels un académicien et un lauréat du prix Goncourt –, le PDG d’une grande banque nationale, des personnalités religieuses tant catholiques que protestantes. Bien qu’originaires des Cévennes qu’elles reconnaissent comme leurs « racines », ces personnes en vivent généralement éloignées en raison de leurs professions et/ou de leurs fonctions. À cette palette prestigieuse s’ajoutent des exploitants agricoles « éclairés », des enseignants et des ingénieurs, des médecins, des industriels, des militaires gradés ainsi qu’un préfet honoraire et un président de chambre de commerce. Il s’agit d’une représentation dotée d’une réelle influence au niveau des centres décisionnels, nationaux comme régionaux. F. Viala, qui en fut le secrétaire puis le président, s’employa à propager en son sein les thèses des économistes de l’École de Nîmes Charles Gide et Charles Rist, les fondateurs du coopératisme33. Certains d’entre eux occupent également des positions clés dans diverses organisations qui œuvrent à l’échelon régional en faveur du redéploiement économique de la région. Le Club cévenol, plus qu’un réseau relationnel complexe, est donc un véritable nœud de réseaux34. C’est ainsi que le Président-directeur général de la Société marseillaise de Crédit que l’on retrouvera à la tête de l’expérience de relance de la sériciculture menée aux Magnans à partir de 1974 en est membre d’honneur et que le directeur de la Station séricicole d’Alès, personnalité internationalement reconnue du monde séricicole, siège dans son conseil d’administration.

  • 35 Il s’agit des numéros publiés en 1979 et 1989.

29On comprend alors sans peine que le destin de cette production ait été placé en tête des prérogatives du Club cévenol qui va même consacrer par la suite deux numéros spéciaux de sa revue Causses et Cévennes au renouveau séricicole35.

  • 36 SCHENK (Α.), « Le plan cévenol », Bulletin trimestriel du Centre régional de la productivité et de (...)
  • 37 SCHENK (Α.), « Fondation Olivier de Serres », Causses et Cévennes, 1 (1962), p. 426.

30C’est en s’appuyant sur l’association et sur le vaste réseau dont elle est la clé de voûte que la Fondation Olivier de Serres voit le jour en 1961. Son conseil d’administration est également un fidèle reflet de la notabilité cévenole puisqu’on y trouve le PDG de la Société marseillaise de Crédit et le Directeur de la Station séricicole-qui en est d’ailleurs le président-mentionnés ci-dessus, auxquels s’ajoute une palette de notaires, de pharmaciens et d’enseignants. Ils sont pour la plupart d’entre eux responsables d’associations caritatives influentes, comme le Lion’s Club, ou de développement local et d’aménagement rural ; certains siègent en outre comme élus puisque sur ses 11 membres on ne compte pas moins de 4 maires et 4 conseillers généraux. Poursuivant les mêmes objectifs que le Comité de rénovation des Cévennes, la Fondation affiche clairement son objectif prioritaire car elle s’intitule « Fondation Olivier de Serres pour la production valorisée de la soie » et déclare prendre « le cocon comme fer de lance de son action »36. Son président, Simon Α., estime qu’après une période de gestation et de maturation du programme au sein du Comité il est désormais temps de passer au stade de l’action. L’équilibre ancien fondé sur « l’alternance des activités agricoles et industrielles touchant à la production de la soie » est en effet en totale déshérence et sa restauration est jugée prioritaire. Dans une note d’information publiée par Causses et Cévennes, il propose la mise en application d’une formule inédite : produire intensivement du cocon en séparant la culture du mûrier de l’élevage du ver à soie et en effectuant plusieurs éducations imbriquées, printanières et/ou éventuellement automnales, « sous forme coopérative, artisanale et industrielle »37.

31Les effets de ces innovations devraient porter sur les coûts de production et donc permettre d’accroître la rentabilité de la sériciculture grâce à un prix de vente ne dépassant pas celui fixé dans le cadre du Marché commun. Selon l’hypothèse avancée, il semblerait en effet possible d’atteindre une réduction de 50 % du coût de la main d’œuvre, ce qui aurait nécessairement une incidence sur le prix de vente du kilo de cocons. Cette formule rompt avec les solutions antérieures puisqu’elle suppose une réorganisation de la production fondée sur la division du travail et la spécialisation des producteurs : d’un côté des agriculteurs ne se consacrant qu’à la culture des mûriers, de l’autre des sériciculteurs affranchis cette culture ainsi que de la cueillette de la feuille et ne se chargeant plus que de l’éducation proprement dite. L’auteur du projet reprend également une idée du Comité de rénovation des Cévennes : la réalisation de plusieurs élevages imbriqués se succédant de mai à octobre.

  • 38 SCHENK, « Fondation Olivier de Serres », p. 427.

32Indépendamment des recommandations techniques qu’il détaille, ce document est particulièrement intéressant puisque son auteur y affirme à plusieurs reprises et de façon très nette la portée sociale et symbolique du renouveau de la soie. Pour lui, il s’agit également de lutter contre un climat psychosocial que Simon A. résume de la façon suivante : « Très souvent, il suffit d’une action psychologique pour modifier une situation désespérée... le long drame cévenol prendra fin car les Cévennes souffrent d’un manque de foi par suite de la disparition d’un objectif commun et fondamental. Le paradoxe est de retrouver celui-ci par la rénovation de ce qui a fait la grandeur et la richesse régionale »38. Autrement dit, il émet l’hypothèse que seule une tradition technique profondément enracinée comme l’est la sériciculture est capable de réveiller un sentiment positif d’appartenance collective et de redonner à cette population malmenée par l’histoire récente la confiance qui lui fait défaut.

33Le « plan cévenol » élaboré par André S. et défendu par la Fondation reçoit un accueil favorable du Ministère de l’Agriculture et de la Direction du Plan. Le programme d’actions soumis aux pouvoirs publics envisage pour 1963 la réalisation de quarante unités d’élevage avec un objectif de production de 12t par an ainsi que la création d’une société d’intérêt collectif agricole (SICA) baptisée « Cévennes-soie ». Un calendrier de plantation de mûriers est également établi : 5 ha de mûriers en vergers pour la première année, soit 10 000 arbres, l’objectif final étant d’atteindre une superficie de 230 ha à l’échéance de 1968.

34Dès 1962, la Fondation peut se prévaloir de plusieurs réalisations qui concourent à l’abaissement des coûts de production :

  • l’usage d’un nouveau type de support pour l’encabanage, le « hérisson » en paille de seigle, qui permet une réduction des 2/3 du prix de revient et offre l’avantage d’une installation plus rapide,
  • la mise en œuvre du « gardiennage » des vers à soie, c’est-à-dire d’une éducation collective des vers jusqu’à la troisième mue afin d’améliorer leur égalisation,
  • la conduite d’élevages selon la formule de la spécialisation des tâches,
  • l’expérimentation de grandes éducations de printemps imbriquées et successives,
  • un semis de graines de mûriers en vue de l’obtention de plants,
  • l’installation d’une magnanerie pilote prévue pour une éducation de 100 g de graine de vers à soie, soit environ 5 onces.

35La revue Causses et Cévennes sert de relais à ces propositions qui ont ainsi l’opportunité d’atteindre un large public. Son lectorat couvre en effet tout l’éventail social, depuis le paysan confiné dans son mas isolé jusqu’aux personnalités régionales qui occupent des positions stratégiques dans différents organismes et associations locales ou au sein des collectivités territoriales. Il s’agit donc de sensibiliser la population à travers un organe d’information disposant d’une légitimité historique et sociale et, simultanément, d’impliquer les décideurs et les inciter à apporter un soutien actif au projet. La forme choisie pour toucher l’opinion est celle de la lettre ouverte qui interpelle les lecteurs en caressant leur fibre identitaire : « Cévenols... » ; le ton est grave, le vocabulaire emphatique : « notre association est décidée à promouvoir le sauvetage économique des Cévennes... » ; il souligne l’urgence : « Vous pensez que vous avez le temps, mais le destin n’attend pas » ou encore « Pensez que c’est en ce moment qu’il faut agir et non plus tard ».

  • 39 CLAVAIROLLE, « Sériciculture et filature », p. 81-103.
  • 40 LAMORISSE, La population de la Cévenne, p. 44-47.

36Ces exhortations ne seront pas vraiment entendues ou plus exactement n’auront pas le retentissement espéré auprès des agriculteurs. Les élevages réalisés dans le cadre de la SICA Cévennes-soie à l’initiative de la Fondation Olivier de Serres seront en effet sans lendemain. Les raisons de cet échec tiennent à des facteurs à la fois sociologiques et techniques. En dépit des invitations répétées de Simon A. à briser le cercle vicieux du découragement, la population ne parvient pas à retrouver cette « foi en l’avenir » qu’il appelle de ses vœux. Pour beaucoup, la soie appartient au passé et mûriers et magnaneries en sont perçus comme les stigmates. Malgré le succès de l’expérience des magnaneries coopératives menée en 1962-63, cette innovation n’est pas parvenue à se diffuser auprès des paysans qui ne croient guère en un renouveau de l’activité. Il est vrai que contrairement aux sériciculteurs italiens qui se sont regroupés en coopératives de production et d’étouffage afin de mieux défendre leurs intérêts face aux filateurs, les sériciculteurs cévenols ont toujours manifesté leur réticence à ce type d’organisation, faisant acte d’un individualisme qui a questionné tous les observateurs39. Une seconde difficulté tient au fait qu’il n’existe pas de plantations de mûriers à pousse continue et qu’il est par conséquent quasi impossible de réaliser l’un des volets du programme, les élevages successifs et imbriqués. Plus généralement, on peut voir dans ce désintérêt l’indice du délabrement démographique qui affecte la Cévenne rurale et que R. Lamorisse a remarquablement analysé. Selon le recensement de 1962, les cantons ruraux où survit péniblement la sériciculture sont également ceux qui connaissent les plus fort taux d’émigration des célibataires et des jeunes ménages, ce qui, conjugué au déficit des naissances, entraîne un vieillissement accentué de la population40.

37En dépit des résultats positifs enregistrés lors de la campagne séricicole de 1963, l’année suivante est marquée par un recul de la production de cocons frais : elle atteint seulement 40t en 1964, soit une baisse de plus de 30 % par rapport à l’année précédente. Manquant de matière première, le PDG de la Filature française de soie des Cévennes et l’administrateur de la Société interprofessionnelle pour la production des cocons, graines de vers à soie et soies grèges en France demandent sans succès à l’État qu’une subvention leur soit accordée pour l’importation de cocons étrangers.

38Faute d’un réel soutien des pouvoirs publics, la Société française des soies des Cévennes est liquidée à la fin de l’année 1965 et ses équipements sont vendus l’année suivante.

UNE PAGE QUI SE TOURNE

39La sériciculture disparaît officiellement de l’éventail des activités agricoles répertoriées en 1968. L’État, en cessant d’apporter un soutien financier à la sériciculture sous forme de primes à la production, a signé son arrêt de mort.

  • 41 Le Fonds d’orientation et de réorganisation des marchés agricoles est chargé de la distribution d’ (...)
  • 42 Il faut en effet tenir compte de l’amortissement des locaux d’élevage et de la valeur de la feuill (...)

40Une note datée du mois de juin 1968 dresse le bilan de cette production. Le nombre des sériciculteurs n’a cessé de décroître d’année en année : de 204 en 1965, il passe à 155 en 1966, puis à 133 en 1967. Quant à la production, elle diminue au même rythme : 28700 kg en 1965, 10225 kg en 1967 et seulement 5442 l’année suivante. La sériciculture n’est plus pratiquée que par des familles d’agriculteurs âgés, disposant d’un revenu agricole faible et d’une main d’œuvre sans occupation régulière. Seules les aides du Fonds d’orientation et de réorganisation des marchés agricoles (FORMA)41 ont jusque là permis d’harmoniser le prix de vente des cocons et celui payé aux sériciculteurs. En effet, en 1967, autrement dit à la veille de la suppression des aides publiques, le prix du kilo de cocons, de l’ordre de 11,20 F, était exorbitant comparé au prix international alors qu’il se situait pourtant très en deçà du prix réel de revient42 et ne parvenait même pas à compenser les frais de main d’œuvre qui à eux seuls s’élevaient à 15,75 F. Force était donc de reconnaître que la soie française était dans l’incapacité de soutenir la concurrence internationale et plus particulièrement asiatique. En se basant sur une rémunération correcte de la main d’œuvre et en ajoutant le coût de la transformation (filature industrielle), le prix du kilo de soie grège atteignait 350 F, soit plus de deux fois et demi le tarif pratiqué par le concurrent chinois.

  • 43 Note sur l’avenir de la production séricicole, 1968, p. 6.

41La conclusion du dossier est sans appel : « un renouveau de l’élevage séricicole ne peut donc être conçu que si les agriculteurs peuvent avoir la garantie d’un prix de vente supérieur au prix de revient, ce qui paraît douteux dans les conditions actuelles »43.

42Au fond, la suppression des aides ne fait qu’entériner un processus entamé depuis longtemps et qu’aucune des mesures prises antérieurement pour soutenir ce secteur d’activité n’était parvenu à enrayer. Suite à la cessation d’activité de Maison Rouge, l’exportation des cocons français vers des établissements italiens a anéanti l’ultime espoir de voir la sériciculture française se redresser. Son maintien sous perfusion au cours des trois années qui ont suivi n’a eu d’autre fin que de permettre au groupe clairsemé des sériciculteurs d’opérer, pour les plus jeunes d’entre eux, une reconversion en douceur ou bien, pour les plus âgés, de patienter jusqu’au moment où ils auront la possibilité de faire valoir leurs droits à la retraite. Les actifs agricoles se sont alors tournés vers les activités alternatives qui s’offraient à eux, principalement l’élevage caprin et/ou l’apiculture.

  • 44 CARRON, La production de la soie, p. 77-78.

43On peut même s’étonner du désengagement si tardif de l’État, les économistes étant unanimes depuis deux décennies pour estimer qu’une reprise de l’activité, dans les conditions présentes, est hautement improbable. Les conclusions de M.-A. Carron, dans son étude publiée en 1946, étaient déjà très claires : les efforts consentis par la collectivité ne pouvaient que permettre un maintien artificiel de cette activité économique afin d’éviter une décadence plus brutale encore des zones montagneuses pauvres et une recrudescence de l’exode rural44.

  • 45 « La Bible donne à la majorité des Cévenols leur culture, l’arbre à pain, le châtaignier, facilite (...)

44Tout donne alors à penser que la culture du mûrier, longtemps considérée comme l’un des piliers de la « civilisation » cévenole au côté du châtaignier – l’arbre à pain –, et de la Bible45, va définitivement disparaître.

45Des paysans ont alors arraché leurs arbres dont la silhouette noueuse et le feuillage vernissé leur rappelaient trop ostensiblement les temps révolus où la sériciculture était leur principale-unique parfois-source de revenu monétaire. D’autres, au contraire, les ont entretenus avec grand soin, s’appliquant à l’automne à en éliminer les bois morts, les taillant à la fin de l’hiver comme si chaque printemps allait ramener dans la magnanerie une nouvelle chambrée de vers à soie. Les premiers voulaient tourner définitivement la page, tandis que les seconds se refusaient à perdre tout espoir tant ils identifiaient le destin des Cévennes à celui de la sériciculture. Accepter sa disparition revenait à admettre celle d’un pays pour lequel elle était un objet de fierté. « La soie des Cévennes, c’est la plus belle du monde » s’enorgueillissent encore aujourd’hui des Cévenols âgés. Les témoignages que j’ai recueillis au début des années 1980 exprimaient fréquemment des sentiments mêlés : on clamait son exécration de la sériciculture – un véritable « tue-monde » pour les séricicultrices qui estimaient s’y être « ruiné la santé » – et on prônait l’arrachage systématique du mûrier – puisque « que voulez-vous, il faut vivre avec son temps et c’est plus celui de la sériciculture ! » – tout en avouant avoir conservé au fond de soi un secret espoir : « on pouvait pas s’empêcher d’espérer que ça allait repartir, on était tous prêts à écouter ceux qui nous disaient que ça marcherait, pff ! ! ! ».

46Le travail de deuil a été douloureux, lent.

  • 46 LAMORISSE, La population de la Cévenne, p. 347.

47Jusqu’au milieu des années 1970, la société cévenole est comme pétrifiée. Dans les villages, une fois apaisée la fièvre estivale qui ramène momentanément au pays ceux qui sont allés tenter leur chance à la ville, on ne croise plus que des personnes âgées qui se hâtent en longeant les devantures de commerces dont les propriétaires ont mis la clé sous la porte et de maisons aux volets hermétiquement clos près de dix mois sur douze. La vie s’est ralentie, souvent même éteinte dans les mas isolés. La Cévenne est alors un pays moribond, déserté par sa jeunesse, oublié par les pouvoirs publics. Dans les cantons ruraux, la désagrégation des liens sociaux suit le déclin démographique. Le départ des plus jeunes qui fuient les villages et les hameaux condamne les commerces et les services qui perdent toute justification, rapportés au faible nombre d’habitants. R. Lamorisse constate un fort accroissement du vieillissement démographique entre 1962 et 1971 : le nombre de jeunes entre 0 et 19 ans a diminué de 37,1 %, celui des adultes entre 20 et 39 ans de 44 %, celui des adultes entre 40 et 59 ans de 21,9 %46.

  • 47 BACHELARD (P.), Les acteurs du développement local, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 34.

48Le refus de « revenir en arrière » va de pair avec celui de croire en un avenir possible et de s’employer à le construire. Force est d’admettre que les Cévennes vivent alors un processus d’involution à la fois technique – les pouvoirs publics n’ont fourni aucun effort véritable pour soutenir une évolution du système de production agricole traditionnel –, écologique – l’espace façonné par l’homme au fil des siècles ne cesse de régresser au profit d’une végétation improductive –, sociale – la dévitalisation est telle qu’il n’existe quasiment plus de reproduction sociale – et enfin culturelle – l’emprise idéologique et culturelle du modèle dominant annihile toute revendication positive d’identité. « La scène est parsemée de figurants découragés » : l’accablant verdict d’un agent de développement du Boischaut47 pourrait parfaitement s’appliquer alors aux Cévennes d’alors !

  • 48 PREMEL (G.), Innovations techniques et sociales en Cévennes, thèse de doctorat 3e cycle, Paris, EH (...)

49Le découragement de la population locale, à l’instar de l’ensemble de la société rurale française, est par ailleurs relayé par un discours urbain qui se présentant comme « progressiste » réduit les zones rurales à n’être, au mieux, que l’espace de rayonnement des grandes villes. Le régionalisme des années 60-70 est, comme le souligne avec justesse G. Prémel, avant tout urbain et urbanisateur48.

  • 49 LAPIERRE, « Filature française de soie », p. 75.

50Bien que la disparition de la sériciculture ne soit pas le seul facteur permettant de rendre intelligible le désenchantement des populations et même s’il faut prendre en considération d’autres facteurs socio-économiques, c’est cependant à partir d’elle qu’il paraît possible d’appréhender l’irréversibilité du déclin rural. Cette disparition explique en grande partie les changements observés : « En quelques années, les magnaneries ont été désaffectées, la plupart des filatures qui animaient nos villages ont cessé leur activité et notre économie a été ruinée : c’est là une des principales causes du départ de nos populations » déplore le maire d’une bourgade cévenole49. Les agriculteurs les plus âgés associent également la « fin des Cévennes » et celle de la soie : « Au moment où les filatures se sont arrêtées, ça a été un arrêt pour le pays » estime une ancienne fileuse. « Si vous aviez connu le pays d’avant et vous voyez celui de maintenant... Ça a changé du tout au tout. La fin de la soie, ça a été l’arrêt de mort » renchérit une éducatrice.

51Les Cévennes se laissent amèrement glisser vers un futur dont l’horizon est borné par la désertification croissante des villages et des hameaux, l’ensauvagement des terres et le non renouvellement de la population. En contester le caractère inéluctable est perçu comme un combat d’arrière-garde ; l’issue est déjà programmée. Chaque année amène de nouveaux départs à la retraite de paysans dont les exploitations sont délaissées par leurs héritiers tandis que ceux qui résistent au renoncement ou à l’appel des villes se trouvent confrontés au seul secteur d’investissement qui connaisse un certain succès mais néanmoins les condamne à disparaître à plus ou moins brève échéance : les plantations forestières de résineux qui empiètent sur les prairies et obstruent les parcours des troupeaux.

  • 50 EIZNER (N.), LAMARCHE (H.), « Barre-des-Cévennes ou le sursaut d’une société locale », Sociologie (...)

52Au cours des années 1970, la mort du village était leur seul projet d’avenir n’hésitent pas à affirmer N. Eizner et H. Lamarche à propos des habitants de Barre-des-Cévennes50. Un sombre constat qui vaut alors pour l’ensemble des communes cévenoles. Quoi qu’on puisse entreprendre, « il n’y a plus d’avenir en Cévennes » ; aussi chacun pousse-t-il ses enfants vers les villes où ils auront « plus de chance de s’en sortir ».

53Production matérielle mais également élément de culture, la sériciculture, en disparaissant de la scène agricole, semble clore un chapitre de l’histoire économique, sociale et culturelle des Cévennes. C’est cependant dans ce contexte que voient le jour deux projets de relance de la production de la soie, moins de cinq ans après son arrêt officiel.

Notes

1 La pébrine est une maladie contagieuse et héréditaire du ver à soie. Pour un point sur ce sujet, on peut consulter : LEGAY (J.-M.) et CHAVANCY (G.), « La phase pastorienne de la sériciculture. La crise de la pébrine et ses conséquences », Natures Sciences Sociétés, 12 (2004), p. 413-417.

2 Le grainage est la production d’œufs fécondés de Bombyx mori ou vers à soie.

3 Au cours des années 1870, le rendement moyen, pour un élevage de 10 onces de 25 gr est de 25 kg l’once ; en 1886 il s’élève à 34 kg et atteint 45 kg en 1900.

4 MAILLOT (F.) et LAMBERT (F.), Traité sur le ver à soie du mûrier et le mûrier, Montpellier, Caulet et fils, 1906.

5 La rayonne est obtenue par dissolution de la cellulose de bois ou de coton dans des divers mélanges qui peuvent être à base d’alcool et d’éther (rayonne au collodium), de sulfure de carbone (viscose), etc.

6 MAZAURIC (J.), Le déclin de la sériciculture française et le moyen d’y remédier, Montpellier, Causse, Graille et Castelnau, 1943, p. 38.

7 HUGUES (J.-C.), Études des conditions de rentabilité et de l’intérêt d’une production séricicole modernisée en France, Alès, Coopérative séricicole et lavandicole d’Alès et des Cévennes, 1978, p. 4.

8 La prime est une somme, versée par le Gouvernement aux producteurs de cocons et aux filateurs, qui permet de compenser l’absence de droits de douane sur les cocons ainsi que sur les soies grèges importés à bas prix d’Extrême-Orient. Sur ces questions, on peut consulter BOUZANQUET (P.), La protection dans l’industrie de la soie, Montpellier, Firmin, Montane et Sicardi, 1906 et MAZAURIC, Le déclin de la sériciculture française.

9 CLAVAIROLLE, « Sériciculture et filature », p. 81-103.

10 GREVOUL (F.), « Sériciculture 1979 », Causses et Cévennes, n° spécial (1979), p. 23.

11 DUGRAND (R.), « Problèmes économiques de la Cévenne », Causses et Cévennes, 2 (1959).

12 MENARD (P.), « La sériciculture dans les divers départements français. Cause de son déclin et moyens à mettre en œuvre pour y remédier », dans Congrès national séricicole, Valence, Charpin et Reyne, 1940, p. 35.

13 HUGUES, Études des conditions, p. 19.

14 CARRON, La production de la soie, p. 78.

15 CARRON, La production de la soie, p. 30-31.

16 CHABRIERES (M.-M.), « La propagande séricicole en France », dans Actes du VIIe congrès séricicole international, Alès, 1948, p. 175-184.

17 CARRON, La production de la soie, p. 78.

18 Fondée en 1942 par Louis-Joseph Lebret (1897-1966), un père dominicain théoricien de l’« économie humaine » qui se situe dans la lignée du personnalisme de Emmanuel Mounier (le fondateur de la revue Esprit), la revue Économie et humanisme s’est donné pour objectif de promouvoir un développement social et économique durable et solidaire. Elle aurait joué un rôle dans la phase d’élaboration de la politique d’aménagement du territoire engagée à partir des années 1950. Voir en particulier : PELLETIER (D.), « Économie et humanisme ». De l’utopie communautaire au combat pour le tiers-monde, 1941-1966, Paris, Éditions du Cerf, 1996.

19 La Station séricicole d’Alès a été fondée en 1897. À sa tête se sont succédé M. Mozziconacci de 1896 à 1927, puis M. Secretain entre 1927 et 1946. Son dernier directeur fut A. Schenk.

20 Il ne connaîtra pas le succès espéré et sera rapidement abandonné.

21 Cette filature, automatisée, est composée de quatre machines de 400 bouts chacune.

22 TRAVIER (D.), Notes relatives à Maison Rouge, 2003.

23 LAPIERRE (M.), « Filature française de soie des Cévennes », Causses et Cévennes, 4 (1957).

24 En sériciculture, on dit la feuille de mûrier et non les feuilles.

25 L’année se termine cependant très mal : en septembre la filature est victime d’une terrible inondation qui submerge la matériel. En outre le PDG de l’établissement est emporté par une vague meurtrière consécutive à la rupture du pont de Ners alors qu’il tentait de rejoindre l’établissement et son personnel en difficulté.

26 Elle sera re-baptisée ultérieurement Compagnie nationale d’aménagement du Bas-Rhône Languedoc.

27 Le Club cévenol est une association fondée à Florac en septembre 1894 par Pierre Arnal (1871-1950), alors étudiant en théologie protestante, avec le soutien de E.-A. Martel (1859-1938), un avocat parisien féru d’exploration souterraine. E.-A. Martel et P. Arnal voulaient faire connaître les curiosités et la beauté des Cévennes et des Causses en attirant l’attention des compagnies de chemins de fer, des agences de voyage et des touristes. Conscients de la pauvreté des populations cévenole et caussenarde, ils espéraient faire du tourisme une véritable source de richesse.

28 Bulletin de la société d’agriculture d’Alès, 1953.

29 Bulletin commun de la société d’agriculture d’Alès et des Cévennes et du Comité de rénovation des Cévennes, 1961.

30 Congrès national séricicole (Villeneuve de Berg), Valence, Charpin et Reyne, 1940.

31 Voir notamment CHALINE (J.-P.), Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1995.

32 PREMEL (G.), Innovations techniques et sociales en Cévennes, thèse de doctorat 3e cycle, Paris, EHESS, 1984, p. 187.

33 On peut retrouver dans la « relance » quelques-unes des idées centrales du coopératisme et de l’économie sociale, notamment l’insertion dans le tissu local, le recours à des technologies alternatives, la faculté à favoriser l’autonomie économique, etc. Voir notamment MAREE (M.) et SAIVE (M.-A.), Économie sociale et renouveau coopératif. Définitions et problèmes de financement, CIRIEC, Working papers, juillet 1983, Liège, p. 26-27.

34 PREMEL, Innovations techniques et sociales.

35 Il s’agit des numéros publiés en 1979 et 1989.

36 SCHENK (Α.), « Le plan cévenol », Bulletin trimestriel du Centre régional de la productivité et des Études économiques de Montpellier, 38 (1962).

37 SCHENK (Α.), « Fondation Olivier de Serres », Causses et Cévennes, 1 (1962), p. 426.

38 SCHENK, « Fondation Olivier de Serres », p. 427.

39 CLAVAIROLLE, « Sériciculture et filature », p. 81-103.

40 LAMORISSE, La population de la Cévenne, p. 44-47.

41 Le Fonds d’orientation et de réorganisation des marchés agricoles est chargé de la distribution d’aides directes (primes aux cocons) et indirectes (achat de graine et incubation, subventions de fonctionnement) aux sériciculteurs.

42 Il faut en effet tenir compte de l’amortissement des locaux d’élevage et de la valeur de la feuille de mûrier.

43 Note sur l’avenir de la production séricicole, 1968, p. 6.

44 CARRON, La production de la soie, p. 77-78.

45 « La Bible donne à la majorité des Cévenols leur culture, l’arbre à pain, le châtaignier, facilite les fortes densités, l’arbre d’or, le mûrier, insère le pays dans la grande économie et lui apporte la prospérité. C’est aussi cette trilogie qui fait l’unité cévenole » ajoute P. Joutard, dans JOUTARD, Les Cévennes, p. 97.

46 LAMORISSE, La population de la Cévenne, p. 347.

47 BACHELARD (P.), Les acteurs du développement local, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 34.

48 PREMEL (G.), Innovations techniques et sociales en Cévennes, thèse de doctorat 3e cycle, Paris, EHESS, 1984, p. 2.

49 LAPIERRE, « Filature française de soie », p. 75.

50 EIZNER (N.), LAMARCHE (H.), « Barre-des-Cévennes ou le sursaut d’une société locale », Sociologie du travail, 2 (1983), p. 184.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540