Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le renouveau de la production de la soie en Cévennes (1972-1998)

 | 
Françoise Clavairolle

Introduction

Texte intégral

1Au cours des années 1970, deux projets de « relance » de la sériciculture, une activité longtemps considérée comme l’un des piliers de l’économie cévenole, voient le jour. Ce livre se propose d’en retracer et d’en analyser l’histoire et la dynamique générale avec les outils de l’ethnologie.

2La recherche qui en est à l’origine s’inscrit à la charnière de deux débats qui intéressent la discipline depuis une quinzaine d’années.

  • 1 Pour M.-C. Mahias, cette approche conduit à « pénétrer dans la constitution même des faits techniq (...)
  • 2 GOULETQUER (P.), « À propos de l’article de Jouke S. Wigboldus, ‘Salt and crop production in the p (...)
  • 3 LATOUR (Β.), Aramis ou l’amour des techniques, Paris, La Découverte, 1992, p. 56.

3Le premier débat est venu renouveler l’attention que porte l’ethnologie à l’activité matérielle en interrogeant les mécanismes du changement sociotechnique, non plus au sein des seules sociétés dites « traditionnelles » mais dans les sociétés « modernes ». Cette étude se place dans une double perspective : en premier lieu celle ouverte par le courant de la « technologie culturelle » qui invite à étudier des processus plutôt que des objets1 et par voie de conséquence à porter son attention sur les interactions technique/société, et, en second lieu, celle introduite par la sociologie de l’innovation qui a montré que cette dernière consiste moins dans l’apparition d’une technique véritablement inédite que dans une reconfiguration sociale, politique et économique conduisant à tirer avantage d’un potentiel jusque là ignoré ou négligé. Le moteur du changement réside donc essentiellement dans une redistribution des pouvoirs politiques et dans une restructuration des territoires2. Comme l’ont bien montré B. Latour et M. Callon, le changement technique ne peut s’appréhender que par le prisme des interactions entre une multitude d’éléments tant matériels qu’humains. C’est la raison pour laquelle il convient de raisonner en terme de trajectoire, sa mise en œuvre restant soumise à un entrelacs de conditions et de contraintes, contingentes et/ou structurelles, qui la rendent indécidable a priori. L’innovation « assemble au même lieu et dans la même combinaison une population de gens intéressés, dont une moitié est prête à déserter tout à fait, et un dispositif de choses dont la plupart est prête à tomber en panne » constate encore B. Latour3 : c’est ce que tend à illustrer l’exemple de la relance séricicole qui est ici présentée de manière approfondie.

  • 4 POULOT (D.), Patrimoines et musées : l’institution de la culture, Paris, Hachette, 2001, p. 3.
  • 5 DAVALLON (J.), « Introduction », Culture et Musées, 1 (2003), p. 14.
  • 6 RAUTENBERG (M.), « Comment s’inventent de nouveaux patrimoines : usages sociaux, pratiques institu (...)
  • 7 La notion de politique renvoie ici à la définition qu’en donne C. Lefort, à savoir « la mise en sc (...)

4Le second débat porte sur le phénomène de la « patrimonialisation », une thématique qui s’est imposée dans le champ de l’ethnologie de la France depuis le début des années 1980. Il est désormais largement admis que le patrimoine, loin de constituer une catégorie d’objets et de lieux qui se transmettent au fil des générations en raison de leur caractère exceptionnel, est une ré-interprétation constante du passé qui serait, selon D. Poulot, « toujours transformation, métamorphose des traces et des restes, recréation anachronique »4. En prolongement, tout un courant de la sociologie critique a cru déceler dans la « folie du patrimoine » un investissement déraisonnable dans un passé idéalisé et susceptible de conduire à une « pétrification » de la société5. La posture heuristique adoptée ici pour rendre compte du phénomène de patrimonialisation de la sériciculture en lien avec sa récente relance se fonde sur une approche compréhensive qui s’efforce d’en appréhender les logiques sous-jacentes. À l’instar de la démarche préconisée pour l’étude des processus d’innovation socio-technique, il s’agit donc de mettre en évidence la façon dont la relance séricicole « s’inscrit dans des ensembles d’usages, d’intérêts et d’investissements collectifs »6. Ainsi, il semble qu’à travers son inscription mémorielle dans un territoire la patrimonialisation de la production de la soie et de sa relance ait eu pour effet d’ériger ce dernier en espace d’identification en même temps qu’en ressource économique et politique7.

  • 8 LAMORISSE (R.), La population de la Cévenne languedocienne, Montpellier, Le paysan du Midi, 1975, (...)

5Officiellement, c’est en 1968 que l’on a cessé de produire de la soie en France. Cette année là, la récolte s’élève à 5442,3 kg ; elle accuse une baisse de près de 50 % par rapport à l’année précédente et ne représente que le cinquième de celle de 1965. Face à un tel effondrement, les pouvoirs publics tranchent : l’attribution de subventions n’a plus désormais aucune raison d’être. Les membres de la Société interprofessionnelle pour la production des cocons, graines de vers à soie et soies grèges en France, chargée de la répartition des subventions, votent donc une suspension des aides octroyées par le Fonds d’orientation et de régularisation des marchés agricoles. L’événement ne fait guère couler d’encre : la sériciculture connaît depuis longtemps un déclin alarmant et la décision était attendue depuis la cessation d’activité de la dernière filature française de soie, cinq ans plus tôt. La sériciculture est depuis de nombreuses années une activité plus « sentimentale qu’intéressée8 ; désormais elle se conjuguera à l’imparfait, comme c’est déjà le cas pour la châtaigneraie vivrière ravagée par la maladie de l’Encre.

  • 9 JOUTARD (P.), éd., Les Cévennes, de la montage à l’homme, Toulouse, Privat, 1979, p. 283.

6La disparition de ces deux piliers de l’économie paysanne cévenole est à relier avec l’hémorragie démographique qui affecte les cantons montagnards. Privés de leurs principales ressources, ils voient leur population réduite à l’exil. Pour les plus pessimistes, la vie se cantonnera bientôt aux basses vallées et aux abords des grands axes routiers, les versants s’étant au fil des ans vidés de toute population active. Selon P. Joutard, il ne subsistait plus en 1968 que 30 % de la population du milieu du siècle précédent9.

7Pour les pouvoirs publics et une majorité d’économistes, il est temps de tourner la page. Certains sériciculteurs le font en arrachant les mûriers et en démontant les installations d’élevage ; d’autres, ne pouvant s’y résoudre, persistent à soigner et tailler leurs arbres comme si chaque printemps allait ramener une nouvelle chambrée de vers à soie. Pourtant, à peine quatre ans plus tard, contre toute attente, deux initiatives de relance de cette production voient le jour quasi simultanément, l’une au Vigan, dans le cadre d’un Centre d’aide par le travail, l’autre à Monoblet, portée par un instituteur qui s’est pris de passion pour la sériciculture. C’est principalement de cette dernière dont il sera ici question.

  • 10 La mission du Patrimoine ethnologique est une sous-direction au sein de la Direction du patrimoine (...)

8En 1982, ethnologue débutante, j’ai collaboré à une enquête dans le cadre d’un programme de recherche sur les « savoirs naturalistes » lancé par la mission du Patrimoine ethnologique10. C’est à la faveur des entretiens effectués que j’ai pu dans un premier temps mesurer la place qui en Cévennes est octroyée à la sériciculture et corollairement à la filature de la soie. L’éducation des vers à soie revenait constamment dans les propos de mes interlocuteurs, quand bien même je les sollicitais sur un tout autre sujet puisque l’enquête portait sur leur connaissance des végétaux et de leurs usages thérapeutiques. Tous et toutes avaient pratiqué l’une ou l’autre de ces activités et le plus souvent les deux : les femmes en élevant les vers à soie et en travaillant à la filature, les hommes en prenant soin des mûriers, en cueillant leurs feuilles et en se chargeant de l’entretien des locaux d’élevage, communément appelés magnaneries.

9Les souvenirs égrenés au fil des conversations donnaient soudainement vie au décor : l’ossature noueuse d’un arbre laissé à l’abandon s’habillait d’un feuillage luisant et abondant et devenait mûrier ; derrière les volets clos des anciennes magnaneries je croyais soudain entendre le bruissement, semblable au martèlement d’une pluie d’orage, des milliers de mandibules dévorant sans répit la « feuille » ; la vive lueur des lampes acétylène dessinait en ombre chinoise des silhouettes féminines sur les vitres poussiéreuses des anciennes filatures ; les sentiers envahis par les genêts retentissaient des éclats de voix des jeunes fileuses se rendant en file indienne à l’atelier... « C’était la vie d’autrefois... La vie du pays », me disaient mes interlocutrices sur un ton désabusé, en ajoutant que « la fin de la soie, ça a été la fin des Cévennes ».

  • 11 WEBER (Ε.), La fin des terroirs, Paris, Fayard/Éditions Recherches, 1983 [1976].
  • 12 MENDRAS (H.), La fin des paysans, Paris, Babel, 1992 [1984].

10Mais de là à y consacrer quelques années de recherche et une thèse... J’ai craint alors qu’il n’y ait matière que pour un recueil aux accents folkloristes et passéistes des « mœurs et traditions » de nos campagnes, portant témoignage de cette fin des terroirs et des paysans dont l’historien E. Weber11 et le sociologue H. Mendras12 ont brossé le saisissant tableau. Mais la curiosité suscitée par la prolixité de la mémoire relative à la soie ne m’aurait pas conduite à m’y intéresser de plus près si dans ces années 1980 il n’y avait eu la « relance ».

  • 13 ALPHANDÉRY (P.) et DUPONT (Y.), « Tradition et modernité dans l’isthme du Cotentin », Pour, 106 (1 (...)

11Quand on prononçait ce mot, à Lasalle, à Monoblet, à Saint-Hippolyte-du-Fort ou à Saint-Jean-du-Gard, il était bien inutile d’ajouter : « ... de la soie » ; il suffisait pour que l’on soit immédiatement compris car dans la région tout le monde en avait entendu parler. Monoblet, le village qui en était l’épicentre, était constamment cité en exemple ; les jeunes parents des communes voisines rêvaient tous d’y scolariser leur progéniture tant son école, où avait enseigné le chef de file du renouveau séricicole, était réputée pour la pédagogie qui y était pratiquée. Au village, disait-on, il se passe toujours quelque chose, les fêtes y sont plus joyeuses que partout ailleurs, la vie y frémit davantage qu’aux environs. Pour beaucoup, Monoblet apparaissait comme l’une de ces « communes ouvertes »13, caractérisées par leur capacité à intégrer de nouveaux habitants et par leur dynamisme social et culturel. Un dynamisme dont la relance, affirmait-on, était le principal moteur.

  • 14 La soie de Gréfeuilhe, réalisation PIAULT (M.H.) et BAZIN (L.), Production ALFISED, 30’, 1983.

12Ma participation au tournage d’un film documentaire14 sur ce sujet acheva de me convaincre de me pencher sur l’activité séricicole qui semblait avoir marqué d’une empreinte indélébile les êtres et les lieux, dont l’érosion coïncidait dans l’esprit de tous avec la « mort du pays », et dont la relance, porteuse de tant d’espoir et de questionnements, semblait à même d’enrayer le déclin qui affectait les communes cévenoles. À Monoblet, la courbe démographique s’était pour la première fois depuis bien longtemps inversée : non seulement on avait réouvert une classe, fermée quelques années plus tôt faute d’un nombre suffisant d’élèves, mais on allait même en créer une supplémentaire car le village attirait de nouveaux habitants.

  • 15 CLAVAIROLLE (F.), Le magnan et l’arbre d’or, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, (...)

13Ayant l’intuition que je ne pourrais comprendre le présent qu’en interrogeant préalablement le passé dont la relance faisait un héritage revendiqué, je me suis d’abord consacrée à une archéologie des savoirs et savoir-faire relatifs à l’éducation des vers à soie et à une analyse de l’organisation sociale de la sériciculture entre le début du XIXe siècle et les années 1960. Les références incessantes aux savoir-faire « traditionnels » qu’il convient de retrouver puis d’adapter aux contraintes actuelles, les allusions récurrentes aux causes du déclin, aux erreurs commises et aux responsabilités assumées ou non, m’ont incitée à me pencher sur les conditions techniques et économiques de cette activité lorsqu’elle représentait l’une des principales ressources régionales. J’ai ainsi été amenée à appréhender la production séricicole comme un système socio-technique complexe dans lequel les facteurs matériels, sociaux, économiques, symboliques sont étroitement mêlés, « enchâssés » pour employer un vocabulaire éprouvé. J’ai montré que cette activité, très tôt intégrée dans une économie monétarisée et confrontée à une succession de crises tant internes qu’externes – sur lesquelles je reviendrai plus longuement – s’est comme figée, repliée sur elle-même. En effet, autant serait long l’inventaire des innombrables tentatives de réforme du système socio-technique, d’introduction d’innovations à tous les niveaux du procès technique et de l’organisation de la production, autant le bilan qui peut en être fait demeure tenu : stabilisé du point de vue technique mais économiquement fragile, il s’est sclérosé, reproduit jusqu’à l’asphyxie. J’ai publié dans Le magnan et l’arbre d’or15 les résultats de ce travail d’anthropologie historique portant sur la dynamique des savoirs et de la production.

14En 1992, la Mission du patrimoine ethnologique a lancé un appel d’offres intitulé « Emprunts et innovations techniques ». Ce fût l’occasion de proposer un projet de recherche sur la relance séricicole. Il n’y avait pas lieu de comparer ce que cette production a représenté dans le courant du XIXe siècle, ce qu’elle représentait encore jusqu’à la seconde guerre mondiale, à ce que « pesait » économiquement la relance à la fin des années 1980. Les données chiffrées sont en effet sans appel : elle n’a permis de créer que quelques emplois alors qu’elle occupait autrefois des milliers de personnes. Aussi, derrière le discours technique et économique, se jouait, me semblait-t-il, bien autre chose : c’est ce que je me suis proposé d’appréhender.

  • 16 Le projet s’inscrivait dans la politique de valorisation du patrimoine menée alors par la Mission (...)

15Le fait de travailler comme coordinatrice au sein de l’association culturelle « Les Chemins de la Soie » qui entre 1986 et 1992 a œuvré à la mise en valeur de sites anciens ou contemporains liés à cette activité à travers la création d’un itinéraire culturel16 m’a grandement facilité l’accès aux personnes et aux lieux. J’ai ainsi pu côtoyer quotidiennement les acteurs de la relance qui, directement ou indirectement, ont participé à l’élaboration de l’itinéraire : producteurs de cocons, membres de l’association pour le développement de la sériciculture en Cévennes (ADSC), mais aussi élus locaux et agents des services de l’État qui en ont accompagné la démarche.

16L’enquête s’est déroulée principalement entre 1986 et 1992, alors que je vivais à demeure dans une commune voisine de Monoblet ; j’ai pu la poursuivre par la suite grâce à de fréquents séjours dans la région. Le « terrain », lié au périmètre de la production séricicole, correspond principalement aux cantons situés au sud-est du département du Gard, avec une incursion en Ardèche où se sont implantés quelques sériciculteurs. Il s’inscrit donc dans un triangle délimité à l’est par Valleraugue, au sud par Sauve et au nord-ouest par Privat (Ardèche).

17L’ouvrage est organisé en deux parties et huit chapitres.

  • 17 C’est en ces termes que l’initiateur de la relance l’a présentée dans un article publié par la rev (...)

18Dans la première partie intitulée « Du réalisme à l’utopie »17 on découvre que la relance s’est d’abord présentée comme un projet de développement local initié par et pour ceux qui sont les premiers concernés, à savoir les habitants, et opérant une rupture avec le modèle centralisé d’aménagement du territoire. On y voit s’affirmer la volonté de constituer un groupe local défendant ses choix et son identité propres face à un monde extérieur perçu comme hostile et oppressif, sur un mode qui emprunte sa rhétorique au discours utopique.

19Je me suis tout d’abord employée à décrire l’état de la production de la soie en France durant la période qui a précédé la relance, soit entre 1950 et 1968. J’examine ainsi les politiques incitatives qui ont été mises en œuvre et questionne leur impuissance à enrayer un déclin que la plupart des experts sont alors unanimes à considérer comme irréversible.

  • 18 Magnan est le terme occitan pour ver à soie.

20Le second chapitre, qui s’ouvre sur le « retour des magnans »18, retrace les débuts de la relance en la situant dans son contexte socio-politique, marqué par différentes formes d’expression sociale contestataires liées à l’après-68 et au mouvement régionaliste. Il montre qu’elle constitue une réparation au regard des facteurs ayant antérieurement entraîné le déclin de cette activité et par extension la déqualification de cette zone géographique, alors unanimement présentée comme dévitalisée et déshéritée.

21Dans le chapitre suivant, je décris les premières étapes de la structuration de la relance, dans le cadre associatif tout d’abord, puis au sein d’une Société d’intérêt collectif agricole. Je m’y emploie à mettre en évidence la part des différents acteurs sociaux, professionnels et politiques.

22Les producteurs sont au centre du quatrième chapitre. Il montre que la relance constitue un point de ralliement qui cristallise diverses attentes, émanant d’anciens sériciculteurs, de jeunes agriculteurs affiliés au mouvement régionaliste, de néo-Cévenols et, plus largement, de toute une population rurale qui s’est longtemps sentie marginalisée pour n’avoir pas su ou pu accomplir la modernisation de son agriculture. Il interroge enfin les innovations techniques et organisationnelles qui ont été proposées et face auxquelles chacun a été amené à se prononcer selon une équation complexe qui prend en compte divers facteurs d’ordre générationnel, social, économique et symbolique.

23J’ai intitulé la seconde partie « De l’utopie au réalisme ». En effet, à l’utopie revendiquée on voit se substituer progressivement une rationalité entreprenariale qui doit cependant composer avec les principes initialement fixés. Le temps est donc venu des controverses, des tensions entre les agents sociaux concernés : producteurs, tisseurs, responsables et partenaires institutionnels. Autrefois clé de voûte de l’édifice séricicole, le sériciculteur est désormais une « variable » contraignante pour le nouveau dispositif qui se met en place.

24Le cinquième chapitre dévoile la façon dont à travers la recomposition de ses alliances et les nouvelles exigences qui en découlent la filière est amenée à prendre des distances avec ses partenaires initiaux et à se restructurer.

25Dans le chapitre qui suit, est analysée la place croissante qu’occupe l’innovation non seulement dans le discours public de la relance comme dans ses stratégies à long terme.

26Le septième chapitre interroge le processus de qualification patrimoniale qui s’amorce avec la création du Musée de la Soie, puis avec la constitution de l’itinéraire culturel « Les Chemins de la Soie ». J’y souligne les affinités idéelles qui unissent les objectifs de la relance et le travail de mise en patrimoine opéré par l’association culturelle éponyme chargée de la mise en œuvre de l’itinéraire. À cette occasion, c’est un épisode de l’histoire de l’ethnologie de la France qui est également évoqué.

27Avec le huitième et ultime chapitre, on voit que la relance tente de réaliser un compromis entre deux modes de coordination difficilement conciliables, l’un par le patrimoine et l’identité territoriale, l’autre par l’innovation et le marché. Il retrace les ultimes soubresauts de cette aventure qui s’est achevée douloureusement, par la faillite de l’entreprise.

  • 19 MORIN (E.), Commune en France. La métamorphose de Plodémet, Paris, Fayard, 1967.
  • 20 Sur le sujet, on peut consulter BERARD (L.) et MARCHENAY (P.), Les produits de terroirs. Entre cul (...)

28Dans sa forme, l’ouvrage se veut fidèle à la chronologie des faits. Il m’a en effet semblé nécessaire de la respecter dans la mesure où le temps est une dimension constitutive de tout processus de changement. L’analyse porte non seulement sur l’enchaînement des évènements techno-économiques et sociaux qui ont jalonné la trajectoire de la relance, mais également sur l’évolution des représentations qui lui sont liées. L’ethnographie de la relance séricicole exige donc le temps historique puisqu’elle interroge « l’évènement, la rupture et la crise, [elle] se fixe sur le changement et sur le devenir », à l’instar de la sociologie du présent dont se réclamait E. Morin dans son ouvrage consacré à la « métamorphose de Plodémet »19. Mais donner une profondeur historique à la réalité que cherche à saisir l’ethnologue, ce n’est pas seulement restituer les faits dans leur dynamique temporelle, c’est aussi les interpréter en s’efforçant de les replacer dans leur contexte. Aussi, contre une tendance actuelle à lire les comportements passés avec le seul éclairage du présent, il me paraît au contraire important de ne pas les soumettre à des anachronismes analytiques. C’est ainsi que j’ai cherché à montrer que la relance, loin de relever d’un douteux sentiment de nostalgie, voire d’une forme de « traditionnalisme », s’inscrit au contraire dans un mouvement général de contestation de l’ordre établi et de résistance socio-politique à une domination extérieure ; un mouvement lié à l’après-68, à la décentralisation, au régionalisme militant et qui rompt avec l’idéologie triomphante du progrès. C’est pourquoi il convenait de rendre compte de la dynamique des logiques sociales et imaginaires à l’œuvre et de ne pas appliquer de manière anticipée à la relance le modèle de la patrimonialisation qui remporte depuis un quart de siècle un vif succès, notamment à travers divers cas de relance de production et de valorisation des produits de terroir20. J’ai ainsi été amenée à montrer que le discours patrimonialisant ne constitue pas le cadre dans lequel la relance a vu le jour mais une phase historiquement datée d’un processus qui avait initialement pour objectif le développement local.

  • 21 G. Althabe, disparu en 2004, m’avait vivement encouragée à rendre compte de l’expérience des Chemi (...)
  • 22 FAVRET-SAADA (J.), « Être affecté », Gradhiva, 8 (1990), p. 3-8.

29Les pages consacrées à la patrimonialisation de la relance ont été rédigées bien après celles qui précèdent. En raison du rôle que j’ai joué au sein de l’association Les Chemins de la Soie, je me suis longtemps sentie dans l’incapacité de rendre compte d’une situation à laquelle j’avais été si étroitement mêlée, bien qu’on m’y incita expressément21. J’ai donc préféré laisser au temps le soin d’accomplir son œuvre, de façon à ce que les impressions et les émotions dont je ne pouvais faire abstraction mais qui risquaient de brouiller mon « regard éloigné » puissent se décanter. Je rejoins ainsi les remarques extrêmement éclairantes de J. Favret-Saada à propos du « schize » dans lequel l’ethnographe est amené à vivre lorsqu’il entre en communion affective avec ce(ux) qu’il étudie22. J’ai en effet pu mesurer les difficultés qu’occasionne le fait d’être concerné, sur le double plan professionnel et personnel, par un objet que l’on doit dans le même temps soumettre à l’observation, autrement dit objectiver, comme nous y invite le discours de la méthode ethnologique. Si je suis convaincue que la discipline a tout à gagner d’une démarche qui rompt avec la tradition-illusion épistémologique – durkheimienne de la séparation entre le chercheur et les sujets qu’il érige en objets du travail de connaissance, il s’est néanmoins avéré extrêmement délicat de la mettre concrètement en œuvre dès lors que je me suis engagée dans une démarche réflexive, m’instituant en quelque sorte comme objet de ma propre recherche, du fait de mon activité au sein de l’association porteuse du projet d’itinéraire culturel. J’ai donc résolu cette difficulté par un double compromis : en attendant plusieurs années avant de me pencher sur l’expérience des Chemins de la Soie (CDLS) mais aussi en gardant la relance comme fil conducteur de manière à aborder la production de l’itinéraire culturel non comme objet en soi mais seulement afin d’éclairer les étroites relations qu’il a entretenues avec la dynamique de la relance. L’interprétation que j’ai tenté d’en produire s’est construite à partir des observations que j’ai consignées, des paroles que j’ai recueillies en situation d’entretiens enregistrés, mais s’est également nourrie de multiples échanges informels qui se sont déroulés aussi bien dans le cadre de mon activité de coordinatrice des « Chemins de la Soie » qu’en attendant mon fils devant l’école de Monoblet où il était scolarisé, en faisant le marché de Lasalle ou encore en accompagnant des amis visiter le Musée de la Soie de Saint-Hippolyte-du-Fort.

30Mais avant d’aborder le renouveau de la production de la soie, je terminerai cette présentation générale en brossant à grands traits les enchaînements historiques qui l’ont conduite de son essor à sa disparition et soulignerai les éléments caractéristiques du système socio-technique dit « traditionnel » qui sont propres à éclairer la suite de l’étude.

  • 23 L’hiver 1709, exceptionnellement rigoureux, fut fatal à de nombreux végétaux. La culture du mûrier (...)

31En Cévennes, les plus anciennes traces connues d’une activité séricicole et de transformation remontent au XIIIe siècle. Cinq siècles durant, les pouvoirs publics s’emploient à les soutenir mais leur essor ne s’opère véritablement qu’après 170923. Leur apogée peut être située dans le second quart du XIXe siècle, période généralement désignée comme l’« âge d’or » de la sériciculture et de la filature. En 1845, une maladie, la pébrine, fait son apparition. Elle anéantit les élevages en moins de dix ans et affecte par contrecoup la filature qui en dépend pour son approvisionnement en matière première. Le biologiste Louis Pasteur réussit en 1865 à enrayer l’épizootie, mais la production française de soie ne se relève pas pour autant : en 1870, elle ne représente plus que 50 % de la consommation nationale contre 98 % avant la maladie. La sériciculture et la filature connaissent ensuite une succession de crises qui les fragilise encore davantage : ouverture du canal de Suez qui accroît les échanges commerciaux avec les pays d’Extrême-Orient, concurrence croissante des fibres synthétiques, mais aussi évolution générale du système de production agricole. Socialement et politiquement, le maintien d’une production française s’impose néanmoins afin de ne pas voir se développer un mouvement migratoire brutal qui viendrait grossir les rangs d’un prolétariat jugé par trop perméable aux idées révolutionnaires : l’État, dès la fin du XIXe siècle, intervient donc pour tenter de sauver la sériciculture française durement concurrencée par l’importation de cocons étrangers. Comme nous le verrons, le déclin de cette activité agro-industrielle va se poursuivre durant tout le XXe siècle, jusqu’à sa disparition en 1968.

  • 24 La Vaunage est un secteur de plaines et de collines entourant le village de Nages, situé entre Som (...)
  • 25 La région a cependant connu une importante activité de tissage pendant l’Ancien Régime. Les déchet (...)
  • 26 CARRON (M.-A.), La production de la soie brute en France, Lyon, M. Audin, 1946, p. 30.

32La géographie agro-industrielle de la fabrication de la soie peut se résumer de la façon suivante : Les Cévennes et la Vaunage24 se sont spécialisées dans la sériciculture et la filature de soie grège, c’est-à-dire de fil de soie non ouvré, tandis que l’Ardèche se consacrait au moulinage et Lyon, capitale incontestée de la soierie, au tissage25. Le déclin de la sériciculture et de la filature à partir de 1850 a progressivement entraîné une modification dans leur répartition géographique : alors qu’à leur apogée elles concernaient le bas pays qui s’étend entre Alès, Uzès et Nîmes aussi bien que la haute Gardonnenque, elles en ont été chassées par des cultures plus rémunératrices comme la vigne et se sont progressivement repliées dans les hautes vallées cévenoles où, selon M.-A. Carron, les éducations « faisaient vraiment partie d’une forme d’agriculture rurale avec autant de force, avec la même impérieuse nécessité, que la jachère ou le rythme des assolements »26.

33Du système séricicole « traditionnel », on peut retenir les caractéristiques suivantes :

  • les sériciculteurs effectuent un seul élevage par an pour des raisons techniques et structurelles. Les variétés de mûrier cultivées en Cévennes ne donnent en effet qu’une seule récolte de feuille ayant les qualités requises pour la sériciculture27. D’autre part, l’élevage de mai-juin s’accorde avec le système de culture principalement fondé sur l’exploitation de la châtaigneraie alors que les élevages d’automne sont en revanche difficilement compatibles avec la charge de travail durant cette période ;
  • le mûrier est généralement planté en bordure des terres cultivables et des champs ou bien sur les terrasses, en association avec d’autres végétaux croissant sous son couvert. Dès le milieu du XIXe siècle, les conseillers séricicoles incitent les sériciculteurs à remplacer les mûriers haute tige par des arbres basse tige cultivés en prairie, mais ce mode de culture ne parvient à s’imposer que dans les grandes exploitations du bas pays qui s’y prêtent davantage en raison de surfaces de culture plus étendues ;
  • les moyens de production sont généralement amortis, qu’il s’agisse des plantations de mûriers ou des locaux d’élevage. La plupart des arbres ont en effet été plantés au cours du XIXe siècle et le rehaussement des maisons pour y aménager des locaux d’élevage ainsi que la construction de bâtiments exclusivement dédiés à cette activité datent de l’« âge d’or » de la sériciculture ;
  • les locaux d’élevage sont généralement situés à l’étage supérieur des habitations. Leur aménagement est sommaire : des montants verticaux en bois sur lesquels s’adossent des tables superposées28 ainsi que des cheminées d’angles et/ou un poêle de manière à maintenir une température constante dans la magnanerie. Puisqu’on n’effectue qu’un seul élevage qui dure environ jours, la magnanerie, pendant la longue intersaison, sert à remiser le foin après démontage de l’installation ou bien est utilisée en l’état pour la dessiccation et la conservation de fruits et de légumes destinés à la consommation hivernale ;
  • la méthode d’élevage a relativement peu évolué durant près de deux siècles. De nombreuses séricicultrices pratiquent encore l’incubation « au nouet »29 dans les années 1960, malgré la mise au point d’autres procédés considérés comme plus efficaces. Les sériciculteurs se montrent également réticents à adopter l’alimentation des vers aux rameaux que leur conseillent pourtant les techniciens. Quant à la modernisation des magnaneries, bien que vivement encouragée afin d’améliorer l’aération du local, elle ne rencontre le succès qu’à partir du moment, tardif, où l’État subventionne les travaux. Pour qu’il soit accepté par les petits paysans, le changement technique ne doit en effet ni entraîner une prise de risque liée à son coût financier et/ou social, ni heurter leur imaginaire30. Or la modernisation des magnaneries représente une dépense élevée31 et certaines méthodes d’incubation et d’élevage rompent trop radicalement avec les cadres symboliques de l’éducation32 ;
  • la coopération, vivement encouragée par les organismes séricicoles, parvient difficilement à se développer, hormis en ce qui concerne l’incubation33 et l’étouffage. Les magnaneries coopératives sont un relatif échec qui tiendrait au « manque d’esprit coopératif » de la population34. Cette explication semble toutefois confondre l’effet avec la cause : la sériciculture est le lieu d’un investissement individuel qui met en jeu la valeur de chaque éducatrice. Le succès ou l’échec de l’éducation sont moins imputés à la compétence technique de la séricicultrice qu’ils ne sont les indices d’un ensemble de qualités désignant la personne dans son être social et moral. Cette innovation signifie donc, bien plus qu’un changement technique, une transformation profonde du rapport au travail en même temps qu’une perte de sens35 ;
  • la main d’œuvre séricicole est essentiellement familiale. La sériciculture nécessite le concours de nombreux bras durant les quinze derniers jours de période au cours de laquelle la « chambrée » consomme une grande quantité de feuilles de mûrier qu’il faut préalablement cueillir, puis stocker et enfin distribuer. En revanche, elle laisse inoccupée cette même main d’œuvre pendant le reste de l’année. L’augmentation des salaires agricoles conjuguée au fléchissement de la rentabilité rend en outre inconcevable le recours à un personnel salarié comme cela se pratiquait autrefois, notamment durant la première moitié du XIXe siècle ;
  • jusqu’à la 2e guerre mondiale, le prix de vente des cocons a été fixé localement, sans tenir compte du cours de la soie. Les filateurs ont ainsi tiré avantage de la contrainte technique de l’étouffage36 qui obligeait les sériciculteurs à leur céder leur récolte dans un bref délai et à un prix imposé, sous peine de voir le papillon abîmer le fil de soie en s’extrayant du cocon et le rendre ainsi impropre à la filature. L’instauration des coopératives d’étouffage a certes contribué à améliorer la situation des sériciculteurs mais elle est intervenue tardivement, alors que la production était déjà en fort déclin.

34En ce qui concerne la filature et la transformation de la soie grège, on peut souligner les points suivants :

  • durant le XXe siècle, la modernisation de l’outil de production est lente et insuffisante. La baisse régulière du prix de la soie grège en raison de la concurrence croissante des soies extrême-orientales, les transferts de capitaux industriels vers d’autres secteurs d’investissement ainsi que les effets pervers du système des primes dont le mode de calcul n’incite pas toujours le filateur à moderniser ses équipements jouent un rôle important dans la perte de compétitivité de la filature française ;
  • la filature se trouve confrontée à des problèmes d’approvisionnement en cocons du fait de la diminution de la production séricicole ainsi qu’à des difficultés de recrutement de son personnel en raison de l’accroissement de l’émigration féminine vers les communes de la périphérie cévenole ;
  • enfin le secteur bonnetier s’effondre à son tour, malgré l’espoir soulevé par l’industrialisation tardive de cette activité qui est demeurée artisanale jusqu’à l’entre deux-guerres.

Notes

1 Pour M.-C. Mahias, cette approche conduit à « pénétrer dans la constitution même des faits techniques, intégrant agents, gestes, représentations, rapports sociaux en des systèmes techniques ayant une logique interne [...] » : MAHIAS (M.-C.), « Façonnage de l’argile et de la société en Inde. Une approche ethnologique des techniques », dans LATOUR (B.) et LEMONNIER (P.), éd., De la préhistoire aux missiles balistiques. L’intelligence sociale des techniques, Paris, La Découverte, 1994, p. 187-201.

2 GOULETQUER (P.), « À propos de l’article de Jouke S. Wigboldus, ‘Salt and crop production in the précolonial Central Sudan’ », Techniques et culture, 17-18 (1991), p. 347-348.

3 LATOUR (Β.), Aramis ou l’amour des techniques, Paris, La Découverte, 1992, p. 56.

4 POULOT (D.), Patrimoines et musées : l’institution de la culture, Paris, Hachette, 2001, p. 3.

5 DAVALLON (J.), « Introduction », Culture et Musées, 1 (2003), p. 14.

6 RAUTENBERG (M.), « Comment s’inventent de nouveaux patrimoines : usages sociaux, pratiques institutionnelles et politiques publiques en Savoie », Culture et musées, 1 (2003), p. 33.

7 La notion de politique renvoie ici à la définition qu’en donne C. Lefort, à savoir « la mise en scène et la mise en sens » qui institue le social : LEFORT (C.), Essai sur le politique : XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions du Seuil, 1986.

8 LAMORISSE (R.), La population de la Cévenne languedocienne, Montpellier, Le paysan du Midi, 1975, p. 349.

9 JOUTARD (P.), éd., Les Cévennes, de la montage à l’homme, Toulouse, Privat, 1979, p. 283.

10 La mission du Patrimoine ethnologique est une sous-direction au sein de la Direction du patrimoine du Ministère de la Culture et de la Communication. Créée en 1982, elle a eu pour mission de structurer et développer l’ethnologie du domaine français par des actions de soutien à la recherche, à la formation, à la publication et à la valorisation. Elle s’appelle désormais Mission à l’ethnologie.

11 WEBER (Ε.), La fin des terroirs, Paris, Fayard/Éditions Recherches, 1983 [1976].

12 MENDRAS (H.), La fin des paysans, Paris, Babel, 1992 [1984].

13 ALPHANDÉRY (P.) et DUPONT (Y.), « Tradition et modernité dans l’isthme du Cotentin », Pour, 106 (1986), p.1 15.

14 La soie de Gréfeuilhe, réalisation PIAULT (M.H.) et BAZIN (L.), Production ALFISED, 30’, 1983.

15 CLAVAIROLLE (F.), Le magnan et l’arbre d’or, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003.

16 Le projet s’inscrivait dans la politique de valorisation du patrimoine menée alors par la Mission du patrimoine ethnologique.

17 C’est en ces termes que l’initiateur de la relance l’a présentée dans un article publié par la revue Causses et Cévennes en 1989.

18 Magnan est le terme occitan pour ver à soie.

19 MORIN (E.), Commune en France. La métamorphose de Plodémet, Paris, Fayard, 1967.

20 Sur le sujet, on peut consulter BERARD (L.) et MARCHENAY (P.), Les produits de terroirs. Entre cultures et règlements, Paris, CNRS Éditions, 2004. Plusieurs ouvrages récents s’intéressent aux relances de production : BROMBERGER (C.) et CHEVALLIER (D.), éd., Carrières d’objets, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999, p. 15-16 ; plus récemment DUPRE (L.), Du marron à la châtaigne. La relance d’un produit régional, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2002.

21 G. Althabe, disparu en 2004, m’avait vivement encouragée à rendre compte de l’expérience des Chemins de la soie. J’ai cependant le sentiment de n’avoir répondu que partiellement à son attente puisque celle-ci n’est abordée qu’à travers ses relations à la relance qui demeure l’objet central de cette étude.

22 FAVRET-SAADA (J.), « Être affecté », Gradhiva, 8 (1990), p. 3-8.

23 L’hiver 1709, exceptionnellement rigoureux, fut fatal à de nombreux végétaux. La culture du mûrier s’est alors développée car l’arbre présentait l’avantage d’être d’un rapport plus rapide que le châtaignier et surtout l’olivier.

24 La Vaunage est un secteur de plaines et de collines entourant le village de Nages, situé entre Sommières et Nîmes.

25 La région a cependant connu une importante activité de tissage pendant l’Ancien Régime. Les déchets de soie, après avoir été cardés et filés au fuseau, étaient tissés localement pour produire ce que D. Travier appelle une « soie des pauvres » : TRAVIER (D.), « Métiers à bras et ‘soie de France’ », Causses et Cévennes, 2 (1979), p. 26. Avec les cocons percés on obtenait une étoffe rustique, la filoselle, et avec les déchets de filature des pièces de « bourrette », de « fantaisie » ou encore de « fleuret ».

26 CARRON (M.-A.), La production de la soie brute en France, Lyon, M. Audin, 1946, p. 30.

27 La feuille d’automne, non récoltée ou de regain, est donnée comme fourrage aux chèvres et aux moutons.

28 De trois à cinq en moyenne, pour la période qui nous intéresse ici. Toutefois les bâtiments conçus pour être utilisés exclusivement comme magnaneries pouvaient contenir jusqu’à quinze niveaux superposés de tables, accessibles au moyen d’échelles et entourées de coursives pour la circulation des éducateurs.

29 Il s’agit d’un mode d’incubation des œufs de vers à soie (ou graine) qui consiste à les placer dans des sachets en tissu fin que l’éducatrice porte contre son corps durant le temps nécessaire à la naissance des vers.

30 MENDRAS (H.), Les sociétés paysannes, Paris, Folio, 1995.

31 Sa prise en charge par les pouvoirs publics interviendra trop tardivement.

32 Sur ce point, voir CLAVAIROLLE, Le magnan, p. 126-134.

33 On recense en effet des chambres collectives d’incubation dans de nombreuses communes, le plus souvent dans les chefs-lieux de canton.

34 BOISSET (J.-P.), « Contribution à la connaissance de la mentalité cévenole : à propos de divers types de coopératives créées en Cévennes », Revue de psychologie des peuples, 4 (1969).

35 CLAVAIROLLE, Le magnan et CLAVAIROLLE (F.), « L’éducation des vers à soie : savoirs, représentations, techniques », L’Homme, 129 (1994), p. 45.

36 CLAVAIROLLE (F.), « Sériciculture et filature de la soie en Cévennes : à propos d’une tache stratégique, l’étouffage des cocons », Techniques et culture, 20 (1992), p. 81-103.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable