Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Les femmes dans la ville

Les associations de « femmes au foyer » : des occupations différenciées de la rue

Geneviève Dermenjian et Dominique Loiseau

Texte intégral

1Nous entendrons par « occupation de la rue » les déplacements se produisant au sein de l’espace urbain quotidien au profit du militantisme de quartier, ainsi que les déplacements d’un espace urbain à un autre, pour participer à une manifestation régionale ou nationale. L’occupation de la rue est alors différée, s’anticipe de façon particulière et soulève des difficultés propres. Nous évoquerons également la manifestation et le rassemblement, moyens d’action spécifiques qui usent tous deux de la rue et où s’expriment des revendications. Ils mobilisent la foule en mouvement du cortège manifestant, utilisant l’espace urbain comme lieu de passage, ou la foule statique, intervenant devant un lieu urbain symbolisant les revendications avancées, voire s’appropriant une portion de cet espace urbain.

  • 1 Favre Pierre, « Manifester en France aujourd’hui », in La manifestation, Favre Pierre (dir.), Pari (...)
  • 2 Perrot Michelle, « La femme populaire rebelle », in L’Histoire sans qualités, Paris, 1979.

2Manifester est un acte qui repose sur une expérience antérieure directe ou indirecte. « Pour devenir un phénomène « réalisé » dans la rue, la pratique manifestante (...) suppose qu’existe antérieurement à l’action un savoir où s’entremêlent des images de manifestations, des souvenirs de manifestations, une croyance en la légitimité et peut-être en l’efficacité de la démonstration de rue »1 Or, les femmes accumulent les handicaps sur ces différents points : non seulement la mémoire collective de l’histoire des femmes s’élabore et se transmet difficilement, mais elles ont aussi été progressivement exclues de la rue et des formes de mobilisation qui s’y expriment. Au xviiie siècle et encore au début du xixe, la rue leur est ouverte, elles marquent fortement les révoltes de leur présence active, non limitée aux troubles de subsistance : « Par son irrespect, son ironie, sa spontanéité, la parole des femmes est grosse de subversion ». Séparer les sexes dans la ville et faire taire les femmes est alors l’affaire de la fin du xixe siècle, y compris pour le syndicalisme qui, parallèlement à son développement et à l’affirmation de ses formes de luttes, « récuse les formes d’expression des femmes comme sauvages, irresponsables, peu conformes à la dignité des travailleurs. »2.

QUELLES ASSOCIATIONS ?

3Les associations étudiées se rattachent à la mouvance communiste (Union des femmes françaises) ou catholique-sociale (Mouvement populaire des familles). Ce mouvement, apparu dans les années 1930, a donné naissance, à la suite d’une scission survenue en 1951, à de nombreuses associations successives, dont l’Association populaire familiale (APF), et la Confédération syndicale des familles (CSF), qui seront étudiées ici. Se développant réellement à partir de la seconde guerre mondiale, implantées dans les quartiers populaires, ces associations regroupent surtout des femmes au foyer, notamment autour de revendications liées au quotidien, et autour du soutien aux luttes ouvrières. L’Union des femmes françaises (UFF), ne regroupe, comme son nom le laisse entendre, que des femmes, alors que le recrutement du MPF et de ses avatars est mixte. La place des femmes et des hommes y repose, au Mouvement comme dans la famille, sur la « complémentarité des sexes » et le partage des rôles. Toutefois, si la mixité, effective des décennies quarante aux décennies soixante, y est toujours la règle, elle est de moins en moins réalisée à partir des années soixante-dix, le taux de féminisation ne faisant qu’augmenter. Il atteint et même dépasse 70 % dans les années 1990.

4Ces associations revendiquent leur appartenance au monde et au mouvement ouvriers. Le courant catholique-social, en formulant à la fin des années 1930 cette proximité par rapport au monde ouvrier, évite de se rattacher à l’analyse en termes de classes, et donc de luttes de classes. Mais cela change dès 1945, le vocabulaire et les objectifs du Mouvement populaire des familles, devenu Mouvement de libération du peuple (MLP) en 1948-1949, se rapprochant de ceux du « Parti de travailleurs ». C’est sur cette base, contestée dans certaines de ses formes, qu’une partie des militants préfère, en 1951, fonder le Mouvement de libération ouvrière (MLO). Indiquons que les rapprochements en direction des diverses « gauches » (PCF, PSU, PS) entamés par les organisations issues du MPF laissent néanmoins vivantes des cultures et des pratiques différentes. Les associations dont il est question ici se trouvent dans des postures diverses vis-à-vis d’une éventuelle transmission et acceptation d’un « savoir manifestant ». Si l’UFF, du moins en ce qui concerne ses militantes, peut s’inscrire partie prenante du savoir manifestant, il n’en est pas de même pour l’ensemble de ses adhérentes, ni pour les militantes et adhérentes de la mouvance catholique-sociale, dont l’héritage militant est souvent inexistant et/ou faible et/ou récent (en général par le biais d’un père ou d’un mari CFTC). Toutefois, il faut tenir compte de nombreuses nuances régionales. Ainsi, dans le Midi, les militantes du MPF n’hésitent pas à recourir à la protestation publique dès la seconde guerre mondiale. A plusieurs reprises, elles participent à des manifestations de ménagères impulsées par des organisations clandestines pour protester contre le manque de ravitaillement et le prix des denrées disponibles. A Nice, elles renversent les étalages du marché, devant les soldats allemands en faction, en guise de protestation directe contre le régime de Vichy et indirecte contre l’occupant allemand. Les Comités féminins, qui donneront naissance à l’UFF, appellent à manifester à Paris, au marché de la rue de Buci, le 18 janvier 1941, pour obtenir un meilleur ravitaillement. Ils appellent également à manifester à Montluçon, le 6 janvier 1943, contre le départ des hommes au STO. A Marseille ont lieu, fin mai 1944, avec le MPF et les Comités féminins, des manifestations de ménagères.

5De même, dans les années 1950, dans le Midi et la région parisienne, des militantes de la CSF et du MLO, très marquées par la proximité avec les organisations ouvrières (CGT, PCF), participent sans crainte aux manifestations organisées pendant la guerre d’Indochine ou d’Algérie. Mais globalement, la relation à la manifestation de rue et à l’expression dans la rue semble plus timide et plus mesurée dans le cas de l’APF. De plus, dans certaines régions, et en particulier dans l’Ouest, les rapports respectifs à la violence, la légalité, la présence dans la rue, et son affirmation par le chant ou la parole dépendent des héritages familiaux et de l’existence d’une approche en terme de classe. Ils dépendent aussi de l’analyse, explicite ou implicite, des relations entre les hommes et les femmes dominées, selon le courant, par la problématique de l’égalité ou de la complémentarité, sans que l’autre problématique soit jamais absente, en théorie ou en pratique. Notons que le MPF ne considère pas les femmes comme inégales aux hommes ; c’est notre analyse de ce que sous-tend la théorie de la complémentarité qui justifie cette opposition.

6Comment associations et militantes se saisissent-elles de la rue et de la parole, territoires à la fois réels et symboliques, très connotés au masculin ? Nous traiterons ici de « l’âge d’or » de ces associations, de l’après-guerre à la fin de la décennie soixante-dix.

UNE AUTRE APPROPRIATION DES RUES FAMILIÈRES

7La transgression qui consiste à s’approprier la rue comme espace militant quotidien semble extrêmement modeste si elle n’est pas resituée dans son contexte des années 1945-1960. A cette époque, les femmes au foyer traversaient l’espace du quartier sans vraiment se l’approprier, car le temps passé à l’extérieur était seulement le temps légitimé par leur rôle familial (courses, écoles). En dehors de cela, elles n’avaient pas de « raison » d’être dans la rue et n’y restaient pas, de peur d’être mal comprises. Or, par le militantisme de quartier, les rues connues prennent une autre dimension, devenant espace militant, lieu où s’établissent les contacts, se transmettent les informations, s’organisent les services, circule le journal. Arpentées à pied, les rues du quartier deviennent un espace maîtrisé autrement, à des fins qui ne sont pas seulement individuelles ou familiales, même si ce militantisme s’organise autour des besoins et des revendications des familles ouvrières.

  • 3 Dermenjian Geneviève, « La transgression des espaces et des rôles féminins dans les associations d (...)
  • 4 Sur les services, voir le n° spécial des Cahiers du GRMF, La solidarité en acte, n° 11, 2002.

8De plus, l’espace accessible se dilate, les militantes sortant de leur quartier pour se rendre au local de l’association, ou, de façon moins courante, pour rencontrer les représentants des pouvoirs publics, ou, encore plus exceptionnellement, pour manifester. Même en dehors de ces moments « rares », les ménagères sortent ainsi de chez elles, circulent dans le quartier, deviennent socialement visibles autrement que comme mères3. Le processus est inégalement développé entre militantes et adhérentes, partagées d’un côté entre leurs propres réticences et celles de l’opinion publique, et d’un autre côté par leur conviction, plus ou moins récente, plus ou moins accentuée, de la nécessité d’agir pour leur famille en particulier et les familles ouvrières en général. La transgression est particulièrement lisible pour l’ensemble des militantes et adhérentes catholiques-sociales en raison de leur perception théorique des relations complémentaires hommes/femmes qui justifie – voire glorifie – leur présence au foyer, en raison de leur faible héritage militant déjà évoqué, mais aussi parce que leurs premières armes s’opèrent dans le cadre de l’organisation de « services » qui les amène à tisser une trame relationnelle très dense à l’échelle des quartiers4. Ces services, notamment celui des machines à laver qui circulent dans les quartiers pendant les années 1950, sont beaucoup plus développés dans la mouvance catholique-sociale qu’à l’UFF, et s’organisent en réseaux de quartier à partir du domicile de responsables qui recensent les besoins, gèrent les prêts de matériel, suscitent des discussions avec les autres femmes, cherchant à les mobiliser sur les multiples difficultés de la vie quotidienne.

9Adhérentes et militantes de base de l’UFF sont dans une situation comparable sur le plan de l’appropriation des rues de leur quartier, en particulier durant les années de l’après-guerre, où l’UFF regroupe les femmes autour des questions du ravitaillement, de l’école, de la reconstruction des localités détruites. Par contre, les responsables de l’UFF, souvent également membres du PCF, ont déjà intégré la conquête de la rue, leur « travail parmi les femmes » consistant justement à faire sortir les ménagères de chez elles, pour formuler et appuyer les revendications de l’association.

  • 5 Entretien avec M.S., ex-responsable de l’UFCS à Saint-Nazaire.

10Mais toutes ont en commun la pratique de l’entraide pour les déplacements au sein de la ville, dès que quelques-unes d’entre elles possèdent et conduisent une voiture. Le fait en lui-même semblerait banal s’il n’était souligné par une militante d’une autre association, l’Union féminine civique et sociale (UFCS). Elle relève cette pratique comme étant un élément caractéristique de la composition populaire de l’UFF, de l’APF et de la CSF, tandis que l’UFCS, à recrutement plus « bourgeois », n’adopte pas ce fonctionnement, laissant chacune « se débrouiller » pour venir aux réunions5.

11L’appropriation militante des rues familières, même pour des revendications liées au quotidien et à la famille, constitue un pas vers la construction des femmes en personnes autonomes, quelle que soit l’association. La manifestation représente une autre modalité, dans laquelle le comportement se différencie davantage.

LES MANIFESTATIONS

  • 6 Favre Pierre, op.cit. Les premières manifestations féministes de la décennie soixante-dix peuvent (...)
  • 7 « Pour une base 100 des indices salaires et prestations en 1949, celui des salaires atteint 296,2 (...)
  • 8 La Résistance de l’Ouest, 17/3/1958.

12Certaines manifestations portent sur les revendications spécifiques des associations, à savoir les difficultés des familles ouvrières et populaires, en-dehors de l’entreprise. De ce point de vue, le défilé nazairien de 1958 représente la forme dite « initiatrice » de la manifestation puisque, tout en posant une revendication, elle promeut une population comme partie prenante du débat politique6. Cette manifestation est réunie à l’appel d’un large comité unitaire, pour demander le relèvement de 20 % des allocations familiales. Celles-ci apportent en effet, outre leur valeur symbolique de « conquête des familles travailleuses », une contribution considérable aux ressources des salariés les plus modestes. Or, la part de l’ensemble des prestations familiales ne cessait de diminuer7. L’UFF et l’APF, sur cette base, réussissent à mobiliser largement : « Calmes et décidées, les femmes sont descendues dans la rue (...) 500 mères de famille ont défilé en ville ». Le journaliste relève ce « fait insolite » de la part de femmes de Saint-Nazaire qui, d’ordinaire, « font preuve, dans le domaine revendicatif, d’une réserve et d’une discrétion telles qu’il fallait que l’enjeu fut d’importance (...) pour qu’elles vainquent leur répugnance à manifester ». Puis il reprend dans son article les termes utilisés dans le cadre du syndicalisme professionnel : plusieurs « déléguées » portent une motion à la sous-préfecture, après avoir écouté « leurs porte-parole ». Il met en évidence la double transgression par les femmes que sont l’appropriation de la rue et de la prise de parole, selon un mode syndical habituellement apanage des salariés, et des salariés hommes compte tenu de la structuration industrielle masculine de la ville8.

  • 9 Voir le n° 7/1992 des Cahiers du GRMF, « La bataille des squatters et l’invention du droit au loge (...)

13Bien qu’il ne s’agisse pas de la rue au sens étroit du terme, il nous semble important de mentionner les squattages de logements vides par des familles sans logis ou mal logées, à l’initiative et avec l’appui effectif de membres du MPF à partir d’octobre 1946. Issus des problèmes de logement de l’après-guerre, ils s’exercent jusqu’au milieu des années cinquante. Au nom de la justice, le MPF mène donc des actions illégales, mais qu’il estime légitimes. En 1949, 2 500 logements sont ainsi occupés à Marseille, 300 à Angers. Dans ces luttes mixtes, les femmes au foyer accomplissent en amont, avec les familles concernées, les démarches auprès des administrations, exemple de prise de possession d’un espace dépassant les limites de leur quartier. En aval, ce sont plutôt elles qui maintiennent le contact avec les familles relogées et aident à l’aménagement de l’habitation. La rue reprend ses caractéristiques militantes lors de manifestations en faveur de ces mal logés qui se déroulent à la fin des années 1940, par exemple à Marseille devant la Préfecture, avec la participation des organisations ouvrières comme la CGT (malgré l’opposition du Parti communiste). En dépit de la présence des enfants aux bras de leur mère, la police charge aussi bien les hommes que les femmes. A d’autres occasions, les militantes mobilisent avec succès les femmes du quartier pour se grouper en bas d’un appartement squatté que la police veut faire évacuer9.

14Les femmes des associations occupent donc la rue dans le cadre de luttes hors entreprise. Elles sont également concernées par celles se déroulant au sein de l’entreprise, tant par leur situation familiale (mari souvent ouvrier et syndicaliste) que par la revendication d’appartenance au monde et au mouvement ouvriers de leurs organisations.

15Tant que, et là où, prédominent à la fois l’idéal et la réalité des femmes au foyer, la question de la relation entre les femmes et le mouvement ouvrier se pose moins sur le plan de la syndicalisation que sur celui du soutien aux luttes ouvrières masculines. Pour les militantes et adhérentes de l’UFF, pour les militantes MPF (et plus tard pour ses adhérentes), le principe du soutien est acquis dès l’après-guerre. Ce qui l’est moins, c’est la capacité à l’exprimer publiquement et les formes de cette expression : présence dans la rue, types d’intervention. Ces caractéristiques sont davantage accentuées pour la mouvance catholique, en particulier dans l’Ouest du pays. Il faut du temps, même aux militantes de l’APF, pour vaincre leurs réticences et inquiétudes face aux manifestations, et faire preuve d’initiatives en ce domaine.

  • 10 Grève de la SNACSO à Saint-Nazaire.

16Ainsi, alors qu’en 1950 une grève se prolonge10, une délégation de femmes auprès de la direction est organisée. Elle est surtout composée de femmes de l’UFF, et de quelques militantes de l’APF. Or, deux d’entre elles abandonnent en cours de route, disant : « C’est plus fort que nous, on arrête, c’est plus fort que nous ». Leur volonté de soutenir le mouvement n’a pas triomphé de l’intériorisation des bornes à ne pas dépasser. Néanmoins, la direction refusant de les recevoir, c’est une militante APF (future première présidente de l’association locale) qui, montée sur une murette, lit l’adresse destinée à la direction. Cela ne signifie pas pour autant qu’elle soit à l’unisson de toutes les initiatives de l’UFF puisque, lorsque « les femmes de l’UFF » commencent à chanter l’Internationale, elle réagit vivement : « Ah non, si vous chantez ça, moi je chante le Magnificat ! »

  • 11 Entretien avec I.B., militante APF.

17La même, relatant le déroulement d’un meeting tenu devant les chantiers navals, s’entend dire par un dirigeant du clergé, pourtant, précise-t-elle, membre du comité de soutien : « Vous avez la tête chaude ! », ce qu’elle traduit par : « Moi, je n’avais pas ma place là-bas (...) j’aurais été bien mieux chez moi, à écouter mon mari me raconter »11. A chacun(e) ses espaces, ses images, ses rôles... L’usine, ses places et rues alentour sont considérées comme des lieux masculins, dont l’appropriation par les militantes associatives met en péril tant l’image masculine que l’image féminine véhiculées par le monde catholique et la majeure partie de la société de l’époque.

  • 12 Archives de l’abbé de la Pommeraye, dossier ACO. Les mots soulignés le sont dans le texte d’origin (...)

18Image et rôle qui se lisent, en 1955, à travers les réticences de militantes de l’Action catholique ouvrière nantaise, malgré leur désir d’apporter un soutien actif aux maris, au cours d’un conflit dur où les antagonismes de classe sont exacerbés et entraînent de violents combats entre CRS et ouvriers. Relatant « l’action de quartier menée sous l’impulsion des Femmes françaises », une femme de l’ACO mentionne les points de désaccord : « Nous sommes allées, une vingtaine, porter cette motion à la Préfecture, à « pied » et en « cortège ». Si nous avions pu empêcher cela, nous l’aurions fait, mais ne l’ayant pas pu, nous avons fait ce que nous avons pu pour maintenir le calme, empêcher certaines d’insulter les automobilistes. Heureusement que nous étions plusieurs à nous serrer les coudes car nous mourrions de honte ». Elle évoque aussi un autre « cortège à la Préfecture, avec pancarte portée par des enfants, chants, enfin tout cet étalage et ces cris que nous n’avons pas pu empêcher ». Pour elle, il s’agit de « garder une dignité »12. Là encore, être vues en cortège dans la rue, faire entendre sa voix ou son chant demande beaucoup plus d’efforts aux femmes de la mouvance catholique qu’à celle de l’UFF. Vouloir soutenir les époux est une chose, analyser leur lutte comme s’intégrant dans le processus global de la lutte des classes, dont elles pourraient alors être parties prenantes, en est une autre. Dans la même lettre, plusieurs femmes s’étonnent d’ailleurs qu’étant chrétien, le patron « refuse une revendication aussi juste ». Elles ne peuvent pas, malgré leur référence au monde ouvrier, s’appuyer sur le sentiment d’appartenance de classe pour dépasser le rôle discret et effacé qui est culturellement le leur.

  • 13 Entretien avec M.B., ex-adhérente APF et ACO.
  • 14 Loiseau Dominique, Femmes et militantismes, Paris, L’Harmattan, 1996.

19« Manifester, c’est comme du feu sur ma peau »13, dit une ménagère qui accomplit donc en 1967 un dépassement d’elle-même en participant, à trois reprises, aux manifestations regroupant uniquement des femmes (3 000 à 4 000), pour soutenir la plus longue grève de la métallurgie nazairienne. Elles défilent sous leurs propres banderoles, UFF et APF, alternant chansons et slogans, et les grévistes leur font une haie d’honneur. Haie d’honneur par laquelle le mouvement ouvrier, symboliquement, les reconnaît et les accueille en son sein, elles qui ont réussi – y compris parfois malgré l’opposition de leurs maris – à se saisir individuellement et collectivement d’un espace et d’un mode de parole largement conjugués au masculin14. Les ménagères affichent ainsi dans la rue leur appartenance de classe.

20Cette prise de conscience et son affirmation passent par l’action militante à partir des quartiers. Qu’elles conquièrent le pavé pour soutenir les revendications de leurs associations ou celles de leurs maris, elles acquièrent une stature et un statut d’individu, de personne autonome. Certaines, par la réflexion au sein de l’association et/ou la confrontation au féminisme de la décennie 1970, enrichissent par la suite leur militantisme d’une analyse des rapports entre le masculin et le féminin.

D’UN PAVE L’AUTRE, LA SUPREMATIE DE L’UFF

  • 15 Entretien avec M.G., responsable UFF.

21Les militantes issues du MPF sillonnent, nous l’avons vu, les rues de leurs villes avec de plus en plus de facilité, mais la suprématie de l’UFF semble incontestable, pour l’intensité comme pour la variété des déplacements. Outre les délégations locales vis-à-vis des pouvoirs publics de chaque localité, l’UFF organise également de multiples rassemblements et délégations d’une ville à l’autre. Rencontres, rassemblements, délégations régionales ou nationales sont le fruit d’une intense propagande et d’une organisation collective, visant à agir, rendre visible, à obtenir des résultats mais aussi à augmenter le nombre d’adhésions. Ces déplacements représentent pour les femmes concernées « des efforts immenses, pour qu’elles se libèrent tout un week-end » afin de se rendre, par exemple, aux Assises nationales des femmes pour le désarmement, le 11 mars 1951, à Genevilliers. L’UFF de Saint-Nazaire y emmène 50 femmes, dormant dans le car le samedi soir et le dimanche soir15. Un an plus tard se tiennent dix rassemblements régionaux sur le même thème.

22La lecture du journal de l’UFF, Femmes françaises, laisse l’impression, dans les décennies cinquante et soixante, de femmes de la base en perpétuels déplacements, battant le pavé de leur ville ou de la capitale. Cette impression résulte de l’accumulation des exemples. Ainsi, dans des circonstances diverses, un nombre conséquent de ménagères se rassemblent, arpentent les rues des villes, d’un lieu symbolique à un autre : mairie, préfecture, siège patronal, ministère. Ces nouveaux points de repère font éclater pour elles l’espace du quartier et s’ajoutent, sans les annuler, à ceux qui jalonnaient leurs itinéraires de femmes au foyer.

  • 16 Aperçu de l’activité de l’UFF depuis sa naissance, XIVe congrès, 1982.
  • 17 Femmes Françaises, n° 564, 24/9/1955.
  • 18 Femmes Françaises, n° 569, 29/10/1955.
  • 19 Femmes Françaises, n° 572, 12/11/1955.
  • 20 Femmes Françaises, n° 569, 29/10/1955.
  • 21 Femmes Françaises, n° 569, 29/10/1955.
  • 22 Femmes Françaises, n° 619, 13/10/1956.
  • 23 Femmes Françaises, n° 620, 20/10/1956.
  • 24 L’Humanité, 2/6/1977.

23Donnons quelques exemples de ces multiples déplacements. « 1953, Paris » : « Une délégation de 300 femmes dont les fils sont morts en Indochine, pour la plupart vêtues de longs voiles de deuil, sont brutalement repoussées par la police devant le Ministère de la guerre, à qui elles venaient demander qu’on entame des négociations »16. « 1955, Angers » : pour soutenir les 15 000 grévistes des mines, du bâtiment et de la métallurgie, des comités de femmes de travailleurs en grève organisent des délégations avec enfants à la mairie, à la CAF, aux directions d’entreprise17. « 1955, Paris » : « ces vieilles mamans du Pas-de-Calais sont venues le 6 octobre à Paris, à l’Assemblée nationale », pour demander l’augmentation de la pension des veuves de mineurs18. « 1955, Paris » : Le lundi, une délégation de 60 femmes du Pas-de-Calais se rend à l’Assemblée nationale et au Ministère de la guerre réclamer le retour des soldats d’Afrique du Nord. Le mardi, c’est au tour de la Meurthe et Moselle, le mercredi du Nord et de la Seine-Maritime, et ainsi de suite...19 « 1955, Nantes » : « Poussettes en avant, enfants aux bras, 600 femmes se rendaient à la Préfecture » pour soutenir leurs maris lockoutés20. « 1955, Lorient » : les femmes réunies à la Bourse du travail à l’appel de l’UFF décident « d’aller trouver les patrons en séance », lors de la commission paritaire de la métallurgie. « Elles partirent donc, s’annoncèrent, entrèrent, remirent leur motion, puis s’assirent (...). Après quoi, la délégation se rendit à la sous-préfecture »21. « 1956, Roubaix » : Délégation à la Préfecture et au centre syndical patronal, pour soutenir les charbonniers en grève22. « 1956, Paris » : « Plus de 2 000 femmes représentant 32 départements ont déposé 160 000 signatures pour la paix en Algérie à la Présidence du conseil »23. Et encore en « 1977, Meurthe et Moselle » : « Manifestation silencieuse de 200 femmes dans les rues de Villerupt ». Des actions identiques sont menées dans d’autres villes, et « toutes ces femmes vont se retrouver le 16 juin prochain pour aller en délégation à Paris »24.

24Luttes locales et internationales se superposent parfois, comme l’illustre le film de Paul Carpita, Le rendez-vous des quais (1955). Paul Carpita y met en scène le personnage de Simone, épouse du leader de la grève des dockers, qui fait la tournée des quartiers pour vendre Femmes françaises. Il montre également l’organisation par l’UFF du soutien des femmes aux dockers qui s’opposent au transfert par Marseille d’armes américaines, dans le cadre de l’opposition à la guerre d’Indochine.

  • 25 Loiseau Dominique, « Les (343) salopes et les ménagères », in Paroles de femmes, histoires de femm (...)
  • 26 Voir la rubrique « Le sexisme ordinaire », Les Temps Modernes, de 1973 à 1983.
  • 27 Picq Françoise, Libération des femmes : les années-mouvement, Paris, Seuil, 1993.

25Donc, « des efforts immenses » et une indéniable transgression des espaces et des rôles sociaux sexués. Si les adhérentes et les militantes de base des deux associations présentent des points communs, transgression et effort sont encore plus marqués pour les militantes catholiques-sociales, car le chemin était plus long à parcourir, tant sur le plan de l’analyse de la société que des rapports sociaux de sexe. Toutefois, le primat donné à la lutte des classes par les communistes a placé sur l’itinéraire de la femme-sujet autant d’obstacles que la conception chrétienne de la famille, si bien que certaines militantes catholiques-sociales semblent plus ouvertes aux remises en question féministes de la décennie soixante-dix. Des actions communes sont même parfois mises en place, mais les modalités d’appropriation de la rue et de la parole par les féministes et les associatives diffèrent25. La transgression des associatives est à la fois collective, dans le cadre de leur organisation, et personnelle. Elles s’approprient des thèmes et des discours masculins, conquièrent des terrains dont elles étaient exclues. Les féministes s’écartent des normes et territoires masculins. Bouleversant les attributions sexuées des territoires, leur occupation de l’espace et leur prise de parole situent le privé au premier plan, et mettent en évidence, par un langage de détournement, l’instrumentalisation sexuée du langage ordinaire26. La plupart des associatives n’y sont prêtes ni sur le plan personnel ni sur le plan organisationnel. Peur de la « mise en scène dramatisée de la condition féminine, (de) l’exagération (et de) la dérision », crainte aussi de s’éloigner du mouvement ouvrier, leur collectif identitaire de référence. Elles se sont, tant UFF que MPF, construites, davantage que les féministes, en fonction de la structuration militante traditionnelle de leur milieu social. Elles y représentent éventuellement une force de contestation, tout en privilégiant l’analyse en termes de classe, ce qui influe sur leur usage sexué de la rue et de la prise de parole dans cette rue27.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Dermenjian Geneviève, « La transgression des espaces et des rôles féminins dans les associations de la mouvance catholique-sociale (MPF, MLP, MLO, AFO, APF), 1940-1960 », à paraître dans Femmes et associations, Diebolt Evelyne (dir.).

Favre Pierre [2000], « Manifester en France aujourd’hui », La manifestation, Favre Pierre (dir.), Paris, Fondation nationale des sciences politiques.

Loiseau Dominique [1996], Femmes et militantismes, Paris, L’Harmattan.

Loiseau Dominique [2003], « Les (343) salopes et les ménagères », Paroles de femmes, histoires de femmes coordonné par Françoise Le Jeune, CRINI, Université de Nantes.

Perrot Michelle [1979], « La femme populaire rebelle », L’Histoire sans qualités, Paris, Galilée.

Picq Françoise [1993], Libération des femmes : les années-mouvement, Paris, Seuil.

Prost Antoine [1984], « L’Évolution de la politique familiale en France de 1938 à 1981 », Le mouvement social, n° spécial 129.

Revues

Cahiers du GRMF, La solidarité en acte, n° 11, 2002.

Femmes Françaises, n°564, 24/9/1955.

Femmes Françaises, n°569, 29/10/1955.

Femmes Françaises, n°572, 12/11/1955.

Femmes Françaises, n°619, 13/10/1956.

Femmes Françaises, n°620, 20/10/1956.

La Résistance de l’Ouest, 17/3/1958.

L’Humanité, 2/6/1977.

Notes

1 Favre Pierre, « Manifester en France aujourd’hui », in La manifestation, Favre Pierre (dir.), Paris, Fondation nationale des sciences politiques, 2000.

2 Perrot Michelle, « La femme populaire rebelle », in L’Histoire sans qualités, Paris, 1979.

3 Dermenjian Geneviève, « La transgression des espaces et des rôles féminins dans les associations de la mouvance catholique-sociale (MPF, MLP, MLO, AFO, APF), 1940-1960 », à paraître dans Femmes et associations, Diebolt Evelyne (dir. ).

4 Sur les services, voir le n° spécial des Cahiers du GRMF, La solidarité en acte, n° 11, 2002.

5 Entretien avec M.S., ex-responsable de l’UFCS à Saint-Nazaire.

6 Favre Pierre, op.cit. Les premières manifestations féministes de la décennie soixante-dix peuvent être catégorisées de la même manière.

7 « Pour une base 100 des indices salaires et prestations en 1949, celui des salaires atteint 296,2 en 1960, alors que celui des prestations se situe à 194,7. » Prost Antoine, « L’Évolution de la politique familiale en France de 1938 à 1981 », in Le mouvement social, n° spécial 129, 1984.

8 La Résistance de l’Ouest, 17/3/1958.

9 Voir le n° 7/1992 des Cahiers du GRMF, « La bataille des squatters et l’invention du droit au logement. »

10 Grève de la SNACSO à Saint-Nazaire.

11 Entretien avec I.B., militante APF.

12 Archives de l’abbé de la Pommeraye, dossier ACO. Les mots soulignés le sont dans le texte d’origine.

13 Entretien avec M.B., ex-adhérente APF et ACO.

14 Loiseau Dominique, Femmes et militantismes, Paris, L’Harmattan, 1996.

15 Entretien avec M.G., responsable UFF.

16 Aperçu de l’activité de l’UFF depuis sa naissance, XIVe congrès, 1982.

17 Femmes Françaises, n° 564, 24/9/1955.

18 Femmes Françaises, n° 569, 29/10/1955.

19 Femmes Françaises, n° 572, 12/11/1955.

20 Femmes Françaises, n° 569, 29/10/1955.

21 Femmes Françaises, n° 569, 29/10/1955.

22 Femmes Françaises, n° 619, 13/10/1956.

23 Femmes Françaises, n° 620, 20/10/1956.

24 L’Humanité, 2/6/1977.

25 Loiseau Dominique, « Les (343) salopes et les ménagères », in Paroles de femmes, histoires de femmes coordonné par Françoise Le Jeune, CRINI, Université de Nantes, 2003.

26 Voir la rubrique « Le sexisme ordinaire », Les Temps Modernes, de 1973 à 1983.

27 Picq Françoise, Libération des femmes : les années-mouvement, Paris, Seuil, 1993.

Auteurs

IUFM Aix-Marseille Telemme

Université de Nantes

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable