Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Les femmes dans la ville

Les vieilles femmes dans la ville

Simone Pennec

Texte intégral

1L’occultation du genre dans un grand nombre d’études urbaines semble s’accentuer lorsqu’il s’agit des vieux et en particulier des vieilles femmes. Elle se conjugue à la présentation d’une identité asexuée associée à la catégorie des « personnes âgées ». Depuis une dizaine d’années cependant, la vieillesse urbaine a donné lieu à plusieurs travaux dont certains spécifient les pratiques des femmes et des hommes. La dominante numérique féminine à la vieillesse conduit à mieux analyser les usages de la ville et les stratégies de maintien dans la vie urbaine des femmes car, si leur attachement à la ville a pu être mis en évidence, certaines zones interdites semblent perdurer.

  • 1 Les analyses proposées s’appuient sur des entretiens individuels auprès de vieilles femmes, réalisé (...)

2C’est aux usages différenciés des espaces publics par les femmes que cet article est consacré, à travers l’étude des lieux, temporalités et modes de sociabilité développés1. Les observations ethnographiques et les entretiens menés donnent à voir des pratiques fortement sexuées, caractérisées par diverses formes d’évitement envers différents groupes, entre les âges, suivant une répartition des temps dans les lieux, partagés ou non, et selon des définitions particulières des espaces publics et des modes de prise sur la ville, négociés et médiatisés par d’autres partenaires, pour donner accès aux places publiques.

3Les observations ont porté sur les squares et les galeries commerciales, les lieux publics et semi-publics de conférences-débats, les espaces de proximité du quotidien ainsi que sur des espaces considérés comme plus spécifiques aux retraités. Les entretiens concernent les modes de vie et les configurations relationnelles des personnes rencontrées dans le cadre d’études portant sur les pratiques de voisinage et les activités de retraite. Le premier lieu étudié est un square, observé régulièrement à différents horaires de la journée et des jours de la semaine. Plusieurs constantes repérées ont été vérifiées sur une durée de 6 mois et une comparaison avec d’autres squares, dans deux autres quartiers du centre ville, a été menée. La seconde série d’observations concerne une galerie marchande de petite taille, à deux étages, en plein centre de la ville de Brest. Là encore, des constantes sont apparues qui ont été vérifiées pendant 4 mois. Des observations complémentaires dans deux autres galeries marchandes plus grandes et situées en périphérie ont été menées de manière plus ponctuelle. Par ailleurs, d’autres lieux publics et semi-publics sont apparus comme territoires de fréquentation quasi exclusivement féminin ou d’alternance féminine et masculine. Enfin, est retenue la question de la participation à l’espace public à partir de certains lieux, spécifiques aux retraités. Les principaux résultats traitent successivement des usages féminins des places et jardins, des espaces commerciaux, des lieux publics de conférences et des espaces dédiés aux retraités.

L’EVITEMENT FEMININ D’UNE PLACE PUBLIQUE INVESTIE PAR LES GROUPES D’HOMMES

  • 2 Arfeux-Vaucher Geneviève, La vieillesse et la mort dans la littérature enfantine de 1880 à nos jour (...)
  • 3 La prégnance des stéréotypes : « de beaux vieillards, de pauvres vieilles ».
    Une rapide consultation (...)

4Le choix des squares résulte du constat d’une présence masculine conséquente face à une relative absence des femmes. Pourtant, la littérature abonde de vieilles dames présentées en places et jardins publics à l’image de l’ouvrage de N. Châtelet, La dame en bleu, où une vieille dame, entourée de pigeons et de chats, voisine avec d’autres vieilles femmes au tricot... Stéréotypes divers où la femme est présentée assise et passive face à l’homme debout et plus actif, représentations analysées par G. Arfeux-Vaucher2 à travers une imposante revue de la littérature enfantine, étudiée sur le cours d’un siècle. Représentations et stéréotypes qui perdurent comme en témoignent les dictionnaires les plus usités de la langue française3. La littérature sociologique apporte également ses éclairages sur l’usage des jardins et des squares par les vieilles personnes, mais il nous semble que les pratiques ségrégatives ou d’exclusion sont peu mises en évidence. Nous en avons remarqué diverses formes que nous situons tout d’abord dans un square particulier puis de manière plus générale.

Le square Langevin : un espace masculin avec une réserve pour enfants

  • 4 Dans Ouest France du vendredi 11 janvier 2002, sous le titre « La Ville installe une clôture pour é (...)

5La plus grande partie du square est constituée d’un grand cercle central de terrain stabilisé, entouré d’arbres, l’ensemble du lieu étant visible des rues alentours. Ce terrain central sert de terrain de jeu de boules quotidiennement. Une autre partie du square, un vingtième environ, est réservée aux jeunes enfants et équipée de jeux produits en série ; cette partie est délimitée par un grillage plutôt laid et assez semblable d’un jardin public à l’autre. Des espaces similaires4, sortes de réserves pour les enfants et les femmes les accompagnant, sont présents dans l’ensemble des squares et jardins de la ville.

6Pendant la durée des parties de jeux de boules (13h30-18h), l’espace public devient territoire des équipes masculines et la traversée du square est alors soumise aux rythmes des joueurs dont nul individu extérieur au groupe ne songe à perturber l’ordre. Si néanmoins on s’y aventure – l’observatrice ici –, il est rare de s’en sortir sans remarques et quolibets adressés aux intrus perçus comme peu respectueux des usages et de la séparation des sexes dans ce lieu et à cette heure.

  • 5 Les âges sont les suivants : 69 ans, 73 ans deux fois, 75 ans, 77 ans deux fois, 78 ans, 79 ans, 80 (...)

7Les femmes qui passent aux alentours ne traversent pas le square, elles le contournent par les trottoirs qui l’entourent. Celles qui franchissent les entrées du square, à la fin de la matinée ou de la journée, accompagnent leurs enfants, ou leurs petits-enfants ; elles occupent alors exclusivement la partie grillagée réservée aux enfants. Les vieilles femmes rencontrées se déplacent seules pour tout ou partie de leurs trajets, et assez souvent par deux. Interrogées sur leurs parcours, les réponses de 11 femmes, âgées de 69 ans à 83 ans5, dont la régularité des déplacements à proximité du square avait été repérée, se distribuent en trois directions : les courses pour un tiers d’entre elles, le club pour un autre tiers, souvent les femmes les plus âgées, et les promenades et visites aux amies et aux « copines » pour le dernier tiers, les personnes sortant pour l’une ou l’autre raison ou bien pour les deux motivations. Ces femmes ne traversent jamais le square occupé par les hommes, bien qu’elles déclarent en connaître quelques-uns, des conjoints parfois et plus souvent des voisins.

8La différence entre le nombre global de femmes et d’hommes visibles dans ces espaces à ces heures de la journée est forte puisque les hommes sont de quatre à cinq fois plus nombreux. Enfin, peu de jeunes femmes sont présentes dans ces lieux si l’on exclut l’occupation des voitures et leurs passages (magasins, écoles), voitures qui semblent jouer le rôle d’espace intermédiaire entre privé et public, habitacles d’où l’on peut voir et accéder aux lieux publics sans être vu ou trop vu.

Les autres squares et places publiques

9D’autres places ont été observées de manière ponctuelle. Elles disposent toutes de « coin enfants » aux équipements semblables et pareillement grillagés. Les terrains propices à la pétanque ne sont pas toujours présents, en particulier dans le centre résidentiel aisé où, quand ils existent, ils sont moins fréquemment utilisés. Dans les quartiers du centre plus populaires, la pratique des jeux de boules (terme utilisé plus fréquemment que celui de pétanque) est plus fréquente mais elle rassemble moins de pratiquants réguliers que dans le cas étudié. Par contre, lors de tournois organisés par les commerçants – souvent les bistrots – les participants sont nombreux et l’ambiance festive. A ces occasions, quelques femmes sont présentes parmi les joueurs et dans l’assistance. Les places du centre ville sont moins fréquemment appropriées par des groupes tels que ceux repérés dans le square Langevin et, dans certains squares où n’existent pas ces espaces de jeux masculins, la présence des femmes est plus fréquente, le plus souvent accompagnées d’enfants. Les observations n’ont pas permis d’identifier des femmes seules, détentrices d’espaces spécifiques dans ces lieux, même pendant une durée restreinte.

10Les femmes, indépendamment de leur âge, mais plus fortement à la vieillesse, semblent être exclues des squares sauf dans des circonstances particulières, les activités festives de quartiers, plutôt rares, et les activités de surveillance de jeunes enfants, confortant l’assignation sexuée des tâches et des espaces.

LES LIEUX PUBLICS ET SEMI-PUBLICS DEFINIS PAR LES FEMMES RENCONTREES

11Les entretiens réalisés révèlent aussi d’autres espaces, pratiqués comme des lieux publics ordinaires, ainsi que des territoires vécus comme des lieux de présentation en public. Ces lieux constituent des occasions de voisinage ponctuel, de rencontres plus ou moins fortuites ou recherchées par les personnes les plus mobiles.

Les parcours du quotidien ordinaire, une pluralité d’espaces tout public

12Pour nombre de femmes âgées, sortir de chez soi – appartement, maison mais aussi jardin – est énoncé comme un « besoin d’air » et de voir ailleurs. Au quotidien et au fil de la semaine, plusieurs lieux font office de ce besoin du dehors pour échapper au confinement à domicile, que celui-ci soit vécu en couple ou en solitaire. Ces pratiques signifient ce qui fait espace public aux yeux de ces femmes et leur volonté de s’y maintenir coûte que coûte.

13Les premiers lieux évoqués sont la rue et les commerces proches ou à distance. Sa propre rue signifie la présence du voisinage et les échanges verbaux plus ou moins anodins ainsi que l’observation, voire le guet, des modifications territoriales et des déplacements des uns et des autres. A la fréquentation des commerces de proximité est attribuée une identité collective d’appartenance dont l’usage est recherché y compris lorsque la mobilité est rendue problématique. La présence à la rue et aux commerces paraît signifier, et ce quel que soit son degré d’extension, le maintien dans les affaires locales et la vie de quartier en particulier. Au-delà, sources de rencontres et d’interconnaissances plus élargies que celles du quartier, les marchés hebdomadaires ou bi-hebdomadaires conjuguent à leurs yeux une convivialité de proximité et une animation venue de l’extérieur ainsi que la perspective de découvrir de l’inconnu en territoire connu.

14Les autres rues représentent des intérêts visuels pour tous quelles que soient leurs localisations, mais les rues commerciales maximisent cet attrait. Plusieurs femmes âgées font ainsi part de leur « plaisir à dévisager les vitrines » tout en parcourant les rues comme à la recherche de quelque chose, alors même qu’elles estiment ne pas envisager d’achats. Ces pratiques, elles peuvent les effectuer seules ou en duo, dans les rues commerciales comme dans les galeries marchandes. Elles semblent goûter cette déambulation anonyme d’autant plus facilement qu’une telle occupation ne paraît pas susciter de justification nécessaire aux yeux des autres, proches familiers ou inconnus.

Les jardins publics : des moments de tranquillité par groupe de deux ou trois

15Plusieurs femmes parlent des promenades qu’elles effectuent dans les jardins publics, plus souvent à deux que seules. Sortir de chez soi est alors associé au contact avec la nature et au plaisir de prendre son temps tout en s’adonnant à la marche, l’ensemble étant considéré souhaitable du point de vue du maintien de la santé. La rencontre avec les autres publics possibles ne fait pas partie des aspects mis en avant, c’est parfois le contraire qui est recherché au travers de la sélection des meilleurs horaires susceptibles d’assurer le respect de la tranquillité souhaitée. Ces propos conduisent à distinguer plusieurs types de jardins, en les différenciant des places publiques et squares, dans la mesure où ces derniers semblent appropriés par des groupes particuliers, plus souvent masculins et plus jeunes.

Le cimetière : un lieu de femmes, parcouru en solitaire et cependant lieu de rencontres

16Dans les récits, la fréquentation régulière des cimetières est fréquemment répétée. Caractéristique locale ou régionale, peut-être plus fortement maintenue en Bretagne, dans la mesure où peu d’études relatives aux « vieux dans la ville » relèvent de telles pratiques ailleurs. Effets de moments du cycle de vie, le veuvage et les deuils de proches et parfois d’enfants pour les femmes les plus âgées. Le fait est que nombre de femmes citent leur visite au cimetière comme un objectif de sortie. Elles s’y rendent le plus souvent seules et déclarent y rencontrer d’autres personnes avec lesquelles elles discutent selon l’intensité des connaissances antérieures. Le cimetière peut aussi s’avérer source de nouvelles rencontres, le lieu assurant une proximité émotionnelle. En situation de mobilité plus difficile, il n’est pas rare que les aides ménagères soient sollicitées pour accompagner aussi bien au cimetière que dans les commerces. Ce lieu est décrit comme un territoire ordinaire parcouru sans appréhension et sans une trop grande imposition de codes, lieu public en quelque sorte mais où le regard public n’est pas craint.

LES CENTRES COMMERCIAUX : DES ESPACES A GEOMETRIE VARIABLE ENTRE LIEUX PUBLICS ET FONCTIONS PRIVEES

17Autant l’absence de femmes est patente dans les squares, autant leur présence s’impose dans les surfaces commerciales, y compris de la part des femmes les plus âgées. Ces constats nous ont conduit à mener une série d’observations dans plusieurs structures commerciales où des différences d’occupation des lieux les plus publics apparaissent selon la disposition des espaces.

La galerie Coat, un espace public à fonctions multiples d’où voir et commenter le monde

18La galerie marchande Coat est située en plein centre ville, elle ne comporte pas de commerces alimentaires mais dispose de plusieurs magasins d’habillement, d’esthétique, bijouterie, librairie, etc. et de plusieurs lieux de restauration rapide. La galerie offre des espaces de détente, places circulaires proposant de nombreux bancs, d’où l’on peut percevoir les magasins environnants ainsi que les déambulations des passants. Ces lieux sont fréquentés par une grande diversité de publics, jeunes et vieux, élèves, étudiants, retraités, femmes employées du centre, femmes consommatrices et femmes actives pour la restauration de midi. L’espace est nettement féminin du fait des commerces mais aussi du fait des emplois existants à proximité (administration et vente). Si les personnes des classes d’âge intermédiaires – la population active professionnellement et au plan domestique – semblent moins nonchalantes, les jeunes comme les vieux flânent dans ces lieux, observent et commentent. Les uns et les autres se déplacent ou s’installent par groupes selon des temporalités distinctes.

19Dès midi, les plus jeunes prennent place. Leur durée dans les lieux correspondant aux temps des interruptions de cours, leur rotation est relativement rapide. D’autres jeunes, et parfois les mêmes, vont repasser, plus nombreux en fin d’après-midi. Il s’agit de groupes mixtes composés majoritairement de filles. En tout début d’après-midi, des groupes de personnes plus âgées, à forte majorité féminine toujours, prennent place et vont se succéder dans les lieux. Les femmes les plus âgées y restent longuement en cours d’après-midi et il semble parfois que les déjeuners se confondent avec les goûters. Les trajets de certaines de ces femmes au sein de la galerie commerciale semblent réglés selon des habitudes bien ancrées. Le long temps de restauration rapide précède ou suit le tour des vitrines et parfois de certains magasins. Pour les plus âgées les bancs disposés aux deux bouts de la galerie permettent ces plaisirs sans trop de difficultés apparentes. Les échanges nombreux portent le plus souvent sur les passants tandis que les vitrines font l’objet de commentaires sur l’usage possible de tel ou tel achat pour elles-mêmes ou/et pour leurs enfants. Le lieu semble inspirer cette population qui y passe un temps partagé entre leurs observations sur les pratiques vestimentaires, sur les échanges verbaux amicaux ou semi-conflictuels entre jeunes, et leurs discussions entre pairs. Quelques fois, de rares hommes se glissent dans ces groupes, souvent accompagnateurs de l’une ou l’autre des femmes présentes. Les plaisanteries sont fréquentes et les moqueries à l’égard des passants fusent à mots couverts car il n’est pas question de risquer l’incident avec les générations plus jeunes.

Les autres galeries marchandes

20L’observation plus restreinte de deux autres galeries marchandes situées dans deux quartiers, périphériques mais assez proches du centre, complète les constats précédents. Chacune comporte une grande surface alimentaire et des magasins du même type que ceux présents dans la galerie précédente. Dans l’une, il existe des cafés et une plus grande diversité de types de restaurants. Dans ce cas, la distribution des hommes et des femmes se spécifie selon le type de restauration, par exemple La Brioche Dorée pour les femmes d’un certain âge, seules ou/et en groupe réduit à deux ou trois personnes, intergénérationnel ou non. Certains horaires sont privilégiés, 13 h-17 h, marquant ici encore un certain évitement des hommes et des jeunes générations. Pour autant, ces espaces sont aussi fréquentés en solo et il n’est pas rare que les salons-pâtisseries ouverts sur le passage des publics, servent de temps de pause et de poste d’observations aux femmes seules.

21Par comparaison, l’autre galerie périphérique ne dispose que d’un seul café assurant une restauration rapide et ouvert sur les passages. Celui-ci n’est visiblement pas fréquenté par les femmes seules ni par les femmes les plus âgées. Par ailleurs, celles-ci ne disposent pas ici d’espaces appropriés par elles, même en partage de temporalités. Les parcours des femmes dans l’ensemble de cette surface marchande semblent s’enregistrer quasi exclusivement dans le registre du « faire », celui des courses, dans un espace où le temps semble mené par le rythme collectif au risque de stigmatiser leur lenteur.

22Nos observations montrent que dans ces lieux, les espaces les plus publics – les moins liés aux fonctions domestiques – restent peu usités par les femmes, surtout les plus âgées. Cependant, l’accès aux places publiques dans de tels lieux peut exister sous conditions : celles de véritables places publiques, squares d’intérieur en quelque sorte, mais sous réserve d’une répartition ségréguée des publics, sexes et âges, selon les moments de la journée. Si le terrain de boules des places publiques fonctionne au masculin, la fréquentation des galeries marchandes fonctionne au féminin, comme une plongée dans le monde du quotidien, mais selon une géométrie très variable dans l’accès à la visibilité publique.

AUTRES LIEUX OBSERVES : LIBRAIRIE-CAFE, COURS PUBLIC, UNIVERSITÉ DU TEMPS LIBRE

23L’étude des divers lieux publics et des usages différenciés selon les sexes s’est étendue au café d’une librairie de centre ville, où se tiennent régulièrement des « conférences-débats » et des expositions, fréquenté tout au long de la journée par des personnes seules, des duos ou des groupes de trois ou quatre personnes. La présence des femmes y est majoritaire, y compris les vieilles femmes, tout au long de l’après-midi. Par contre, à l’heure des conférences-débats (18h-20h), leur nombre baisse fortement à la faveur d’une population mixte ou à dominante masculine selon les sujets traités.

24La comparaison entre les débats de cette librairie et le Cours Public, « Femmes, rôles et identités », organisé à l’université, a paru pertinente dans la mesure où les horaires sont similaires. Dans ce cas, la population est très majoritairement féminine, particulièrement fidèle et intervenante, un bon nombre des participantes – de 200 à 300 personnes chaque mardi – est retraité. Cette appropriation principalement féminine de l’espace universitaire ouvert au public a laissé la place à un plus grand nombre d’hommes, la répartition des âges étant assez peu modifiée, lors des Cours Publics suivants consacrés au Travail, au Temps, et à la Démocratie.

L’Université du Temps Libre

  • 6 Rivas Ana Maria, « La valeur de l’autonomie chez les femmes de milieux populaires », Communication (...)
  • 7 Pennec Simone, « Les liens sociaux au moment du passage à la retraite : différences entre les sexes (...)

25Son importance quantitative dans plusieurs villes finistériennes, la moyenne d’âge élevée et la forte majorité de femmes conduit à s’y arrêter. La présence de ce groupe sur le campus brestois est devenu un événement hebdomadaire qui ne passe pas inaperçu des étudiants et des personnels, introduisant cette population dans un des espaces collectifs du service public éducatif. Un tel investissement des femmes dans la formation, relevé dans les Cours Publics, a été étudié par A. M. Rivas6 à propos des cours d’instruction élémentaire proposés à la population adulte à Madrid. L’auteure précise que la présence des femmes est majoritaire « quelquefois avec l’opposition et la dérision de leurs époux, fils... » et note que « les hommes ont aussi un taux très bas d’éducation mais ils n’assistent pas aux cours d’adultes de peur de voir diminuer leur position sociale face aux femmes. De cette façon, ils montrent, surtout au moment de la retraite, des difficultés à se maintenir dans la vie publique. Au contraire, les femmes, éloignées de la vie publique involontairement découvrent la valeur de l’autonomie, l’indépendance, l’assurance, la liberté que donne le pouvoir de la parole, se montrent plus créatives. La création d’une coopérative, la revendication d’un centre d’éducation pour les adultes, la participation à l’université sont des activités développées par ces femmes ». Pour l’auteure, les femmes de ces milieux ont beaucoup à gagner et peu à perdre dans cette activité éducative car elles cherchent ainsi à se révéler à elles-mêmes, à se rapprocher de leurs filles et plus globalement des générations plus jeunes et, disent-elles, à mieux se défendre dans la vie. Si l’on peut analyser ainsi la forte participation des femmes aux universités du temps libre, plutôt urbaines, ainsi qu’à toutes les formes de structures d’échanges des savoirs, il faut souligner cependant que l’arrivée à la retraite peut renforcer les obligations des femmes, plus fortement encore pour les moins dotées socialement, en particulier lorsque le travail professionnel était le principal moyen de prise de distance familiale. Les activités du loisir et d’éducation ne semblent pas aussi facilement négociables que l’activité travail pour légitimer l’accès aux espaces publics7. Quand ces activités permettent une prise de distance avec les obligations familiales en particulier, comme moyens de « prendre le large » selon l’expression si souvent entendue, reste à comprendre les effets de cette présence en public – et des acquisitions qui en résultent – sur l’inscription publique des vieilles femmes et sur leurs modes d’existence privée. Toutes les formes d’existence publique des femmes ne leur attribuent pas automatiquement ni un pouvoir ni même une visibilité publics.

LES LIEUX ET ACTIVITES SPECIFIQUES AUX RETRAITÉ-E-S : LA CLOTURE DES ESPACES PUBLICS ?

  • 8 Joseph Isaac, Le passant considérable, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1984.

26Présenter l’Université du Temps Libre, c’est introduire une pratique propre aux retraités, conduisant à s’interroger sur la dimension publique des espaces fréquentés par les organisations ainsi identifiées. Selon la définition d’I. Joseph8, pour qui « un espace public... n’existe que s’il arrive à brouiller le rapport d’équivalence entre une identité collective (sociale et culturelle) et un territoire », ces lieux ne seraient pas en soi des espaces publics dans la mesure où ils sont distinctifs d’un public particulier. Pourtant nombre de ces regroupements constituent, pour certaines vieilles personnes, majoritairement des femmes, des portes d’accès à des lieux publics plus diversifiés. Des effets de médiation publique peuvent être soulignés par le biais de plusieurs de ces instances dont les clubs et offices de retraités entres autres organisations.

27Les clubs de quartier, à forte dominante féminine, considérés comme recrutant les personnes les plus âgées des milieux les plus populaires, sont aussi perçus comme des lieux clos, synonymes d’un enfermement auquel les nouvelles générations de retraités plus aisés veulent échapper. C’est pourtant aussi à partir de ces groupes de quartier que les plus âgés ont eu et continuent d’avoir accès aux voyages, de courtes ou de plus longues durées, et aux visites de sites et de manifestations culturelles dont il est peu probable qu’ils puissent profiter par ailleurs. La présence de ces populations en public provoque parfois d’ailleurs une certaine « allergie », sans doute due au nombre et aux manières d’animer ces groupes, mais peut-être aussi au caractère désuet qui est attribué à leurs façons d’expérimenter ces espaces et au cumul de la vieillesse et du sexe féminin comme facteurs de déqualification sociale.

28Les offices de retraités présentent des images plus dynamiques de leurs publics, en particulier par le biais d’actions de décloisonnement des générations et, de fait, d’initiatives à l’égard de tous les publics. Si les clubs d’anciens sont aussi bien ruraux qu’urbains, les offices sont identifiés à une ville et à sa politique. Propagateurs avec d’autres – dont le secteur marchand – d’une image moderne des seniors, les offices orchestrent la participation publique des retraités et leur visibilité sociale. Ce faisant, ils ouvrent aussi certains territoires aux publics âgés qui même s’ils s’y retrouvent ségrégués n’y sont plus relégués. On peut ainsi évoquer les piscines publiques et les groupes, là encore majoritairement féminins, qui y découvrent les plaisirs de la natation et des jeux souvent totalement inconnus jusque-là. Plusieurs autres exemples pourraient être cités ici montrant comment la présence aux espaces publics a été acquise à partir d’apprentissages menés au sein de groupes de pairs, des offices et clubs entre autres, nécessitant une révision des analyses d’enfermement trop rapidement portées.

29Ces observations peuvent être rapprochées de constats plus anciens concernant la fréquentation du Palais des Arts et de la Culture, lieu de rencontre d’un certain nombre de « personnes âgées », au cours de l’après-midi. Celles-ci avaient pris pour habitude de déambuler dans une vaste galerie d’exposition, libre d’accès, dans un espace offrant une vue sur la ville et un jardin public. Nous avons pu constater fréquemment que la présence de ces personnes, très majoritairement des femmes, faisait l’objet d’interrogations de la part des responsables de la structure quant à leur réel intérêt pour les expositions proposées tout comme sur leur choix pour ce lieu, au détriment des espaces qui leur étaient nommément assignés, à savoir les clubs du troisième âge. Ces injonctions n’ont pas semblé venir à bout de ces usagers, mais, cet ancien palais des congrès a été remplacé par un nouveau centre, Le Quartz, qui n’offre plus de lieux de déambulation publique susceptibles d’associer le spectacle de la rue et des arts.

POUR CONCLURE : LE DESIR DE VILLE DES VIEILLES FEMMES, STRATEGIES ET RESISTANCES CONTRE LES PRATIQUES D’EXCLUSION, DE SEGREGATION ET DE RELEGATION

  • 9 Clément Serge – Mantovani Jean – Membrado Monique, « Vivre la ville à la vieillesse : se ménager et (...)

30L’avance en âge entraîne-t-elle l’évitement de la vie urbaine de la part des vieux et plus particulièrement des vieilles femmes ? Les observations des équipes masculines aux squares et des groupes de femmes dans les centres commerciaux ainsi que dans les différents lieux d’activités publiques ne permettent pas de répondre en ce sens. Même si la mobilité quotidienne peut fortement décliner, la volonté de se maintenir dans la ville est manifeste malgré les distances et les problèmes d’accessibilité. Cependant, selon S. Clément, J. Mantovani et M. Membrado9 « les ressources mobilisées pour rester dans la ville... relèvent généralement de l’évitement... » C’est la stigmatisation même du vieil âge qu’ils soulignent : « se protéger des autres... c’est moins craindre l’incertitude liée à l’inconnu que la certitude de n’être reconnu qu’en tant que vieux ». Pourtant, il nous a semblé que les vieilles femmes, entre elles, relativement assurées d’être vues comme vieilles, s’accommodent parfois mieux de l’espace public où elles-mêmes s’accordent le droit à voir et regarder autrui, de tous les âges et « de toutes les allures ». Les regards qui leur sont ainsi portés, dans l’anonymat des passants, les affectent moins que le fait d’être vues par leurs proches dans certaines circonstances défavorables à leur présentation.

  • 10 Peixoto Clarice, « Les personnes âgées dans les espaces publics et le désir de plaire » Gérontologi (...)
  • 11 Joseph Isaac, op.cit.

31Si les pratiques urbaines des populations les plus âgées se distinguent bien selon les générations ainsi que selon la localisation de l’habitat, elles nous sont apparues fortement marquées par la sélection des territoires masculins et féminins. Dans les squares, l’exclusion des femmes est apparue maximale tandis que les usages de la galerie marchande du centre ville expriment diverses ségrégations par l’alternance des populations. Il en est de même pour certaines activités collectives aux retraités, les voyages et les activités physiques, par exemple. Pour autant, ces modes d’accès à l’espace public s’avèrent fortement investis par les femmes car « les pratiques de sociabilité ne sont plus à dominante familiale » et parce qu’il s’agit de « marquer l’espace d’appartenance en groupe... »10. On peut alors penser que cette existence publique permet une prise de distance, susceptible de « brouiller le rapport d’équivalence entre une identité collective »11 qui serait ici l’identité familiale et/ou l’identité de vieilles.

32Les vieilles femmes rencontrées dans la ville cherchent bien à maintenir cette liberté d’aller et venir dans les espaces publics en composant entre les territoires de proximité et d’interconnaissances, et ceux de l’extériorité et d’un certain anonymat de la ville vécue comme marque de contemporanéité et de modernité. Pour ce faire, elles composent également entre les temps et les espaces – parcourus en solitaire ou à deux – et l’appartenance aux groupes de paires comme autant de formes et d’occasions de prise de distance avec les injonctions générationnelles et de prise de pouvoir sur le risque d’être, elles, des intruses. Force est de constater cependant que les désirs de ville exprimés dans les entretiens – les nôtres et ceux des autres recherches citées – s’inscrivent encore souvent dans des stratégies d’évitement, de sélection des lieux et des temps, par des pratiques souvent ségrégatives démontrées par les différentes observations. Ces processus manifestent des phénomènes de relégation des personnes les plus âgées, plus souvent les femmes de certains milieux sociaux, tout particulièrement lors des maladies et handicaps portant atteinte à leur accès à l’extériorité et aux places publiques. Néanmoins, l’accès aux divers lieux publics et aux diverses formes de rencontres qu’ils permettent reste un objectif important poursuivi par les femmes, y compris au grand âge, même confrontées à diverses situations de handicap.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Arfeux-Vaucher G. [1994], La vieillesse et la mort dans la littérature enfantine de 1880 à nos jours. Paris, Imago.

Clement S. – Mantovani J. – Membrado M. [1996], « Vivre la ville à la vieillesse : se ménager et se risquer », Les annales de la recherche urbaine, n° 73, p. 90-98.

Joseph I. [1984], Le passant considérable, Paris, Méridiens-Klincksieck.

Peixoto C. [1994], « Les personnes âgées dans les espaces publics et le désir de plaire » Gérontologie et Société, n° 69, p. 150-159.

Pennec S. [2001], « Les liens sociaux au moment du passage à la retraite : différences entre les sexes », in La retraite, une révolution silencieuse, Legrand M. (dir.), Erès.

Pennec S. (dir.) – Douguet F. – Le Borgne-Uguen F. – Guichard-Claudic Y. (collab.) [2002], Ce que voisiner veut dire, Rapport intermédiaire, Brest, ARS, UBO, Fondation de France, Septembre, 210 pages.

Rivas A. M. [1999], « La valeur de l’autonomie chez les femmes de milieux populaires », Communication au colloque Femmes et nouvelles questions identitaires, Université de Nantes, octobre.

Notes

1 Les analyses proposées s’appuient sur des entretiens individuels auprès de vieilles femmes, réalisés dans le cadre de recherches concernant les modes de vie et les relations de quartier et de voisinage, et sur l’observation d’espaces particuliers dans une ville moyenne ; voir Pennec Simone, (dir.) – Douguet F. – Le Borgne-Uguen F. – Guichard-Claudic Y. (collab.), Ce que voisiner veut dire, Rapport intermédiaire, Brest, ARS, UBO, Fondation de France, Septembre 2002, 210 pages.

2 Arfeux-Vaucher Geneviève, La vieillesse et la mort dans la littérature enfantine de 1880 à nos jours. Paris, Imago, 1994.

3 La prégnance des stéréotypes : « de beaux vieillards, de pauvres vieilles ».
Une rapide consultation des dictionnaires les plus usités aujourd’hui s’avère fort éclairante quant au maintien de ces stéréotypes différenciant le vieillissement masculin et féminin. Le Petit Larousse (1996 : 1065) nous enseigne ainsi en proposant pour les mots Vieux ou Vieil, vieille, la définition puis les exemples suivants : « Avancé en âge. Un vieil homme. Une pauvre vieille ». Ce même dictionnaire et les autres (Robert, Hachette) nous informent aussi sur les différences de connotation entre vieillard et vieillarde, puisqu’il peut s’agir d’un « beau vieillard » tandis que le féminin est tenu pour péjoratif.

4 Dans Ouest France du vendredi 11 janvier 2002, sous le titre « La Ville installe une clôture pour éviter les déjections canines » un article présente les nouveaux équipements pour enfants du square Sanquer et se termine ainsi : Le lieu rassure désormais les mamans et les responsables des crèches, lassées de renoncer à faire jouer les petits à cause des maîtres peu civiques. Soulignons que lassées est au féminin et qu’il s’agit des maîtres de chiens, majoritairement des hommes selon nos observations.

5 Les âges sont les suivants : 69 ans, 73 ans deux fois, 75 ans, 77 ans deux fois, 78 ans, 79 ans, 80 ans deux fois et 83 ans.

6 Rivas Ana Maria, « La valeur de l’autonomie chez les femmes de milieux populaires », Communication au colloque Femmes et nouvelles questions identitaires, Université de Nantes, octobre 1999.

7 Pennec Simone, « Les liens sociaux au moment du passage à la retraite : différences entre les sexes », in La retraite, une révolution silencieuse, Legrand M. (dir.), Erès, Paris, 2001.

8 Joseph Isaac, Le passant considérable, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1984.

9 Clément Serge – Mantovani Jean – Membrado Monique, « Vivre la ville à la vieillesse : se ménager et se risquer », Les annales de la recherche urbaine, n° 73, 1996, p. 90-98.

10 Peixoto Clarice, « Les personnes âgées dans les espaces publics et le désir de plaire » Gérontologie et Société, n° 69, 1994, p. 150-159.

11 Joseph Isaac, op.cit.

Auteur

Université de Bretagne Occidentale, Brest

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540