Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Les femmes dans la ville

Femmes de la technopole : des choix résidentiels à stratégie nuancée ?

Martine Rey

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Frémont A., cours de Géographie de la Population, Université de Caen, 1968.

1La technopole, ici métropole technopolitaine, est le dernier avatar de la grande ville liée à une forme d’activité économique spécifique. Déjà lors de la première révolution industrielle, la ville a été lieu attractif pour les hommes ruraux venus travailler dans les usines, mais aussi pour les jeunes femmes issues des campagnes qui n’ont cessé d’abonder au fil du temps les emplois de service à l’origine dans les familles bourgeoises puis dans le monstrueux « fourre-tout du tertiaire » où l’ecclésiastique croisait la prostituée... disait A. Frémont1, en cours de géographie de la population. Les emplois offerts par la grande ville sont très nombreux à être exercés par la catégorie des « employés » dont on sait qu’elle est encore aujourd’hui à 76 % féminine. Les femmes travaillent en ville, sont attirées par la grande ville porteuse de la mobilité des statuts caractérisant les nouvelles classes moyennes. La grande ville moderne d’Europe occidentale est donc un lieu privilégié pour l’établissement des positions moyennes qui actent les mutations de structures socio-professionnelles dont les femmes sont de plus en plus actrices.

  • 2 Benko G., Géographie des Technopôles, Paris, Masson, 1991.
  • 3 Baccalauréat professionnel : 42,8 % (session 1999).
  • 4 1er cycle : 21,1 %, 2e cycle : 22,5, 3e cycle : 21,1 % et 20,2 % en IUT secondaire. Mais 47,5 % en (...)
  • 5 Bonvallet C.– Merlin P., « L’évolution des structures familiales : quelles conséquences pour l’hab (...)

2Dans la première phase d’émergence des technopoles, un site propice se définissait par sa capacité à attirer et retenir les travailleurs de deux catégories : les cadres (scientifiques, ingénieurs, de gestion) d’une part massivement masculins, une main d’œuvre bon marché (services ou fabrication routinière) d’autre part majoritairement féminine2. L’évolution des activités industrielles vers le tertiaire puis le tertiaire supérieur va multiplier les tâches réputées accessibles aux femmes puisqu’elles ont pour cadre d’exercice « un bureau ». Plus nombreuses à obtenir les baccalauréats « général » (58,2 %) et « technologique » (53,2 %)3, elles ne sont que 22 % (1999-2000) des effectifs universitaires dans les sciences et techniques de l’ingénieur4. Cependant quelques-unes aujourd’hui tentent l’aventure des professions technologiques hautement qualifiées qui fondent le dynamisme des technopoles. Une seconde mutation concerne à la fin des années 1970, le phénomène de la croissance des ménages unipersonnels qui a commencé à être considéré comme un des bouleversements majeurs de notre société5.

3La fréquence importante de ces petits ménages caractérise le contenu socio-spatial des centres-ville de deux métropoles technopolitaines européennes, Bristol et Toulouse. Composés d’une seule personne, ils acquièrent ainsi « le genre » de la personne. La variable « ménage d’une personne » croisée pour Toulouse avec celle des professions et catégories sociales caractérisant les métropoles technopolitaines soit les ingénieurs, techniciens et cadres, permet d’aborder la question de choix résidentiels différenciés selon le genre.

LA CROISSANCE DES MENAGES UNIPERSONNELS DANS LES CENTRES DES METROPOLES TECHNOPOLITAINES

  • 6 Kaufmann J.C., « Les ménages d’une personne en Europe », Population n° 4/5, 1994.
  • 7 Hall R. – Hill C. – Ogden Ph. E., « The Pattern and Structure of One-person1 Household in England (...)

4Chaque personne a désormais une forte probabilité de vivre une ou des périodes de sa vie seule sans pour autant être veuve, de sexe féminin et âgée ce qui caractérisait ces ménages jusqu’au recensement de 1982. En France entre 1962 et 1999 leur part a doublé passant de 6,1 % à 12,6 % de la population totale. Le phénomène est européen, lié aux mutations de la structure des ménages et à l’instabilité de leur composition dans le temps6. Le ménage d’une personne dont la structure et le modèle ont été objet de comparaison entre l’Angleterre, le Pays de Galles et la France7 pèse d’un poids relatif de plus en plus lourd dans l’ensemble des ménages. En France, 26 % de plus de personnes seules font passer ce poids de 27 % à 31 % entre les deux recensements de 1990 et 1999 et c’est le phénomène marquant de la période. Un ménage sur trois est composé d’une seule personne en 1999 contre un peu plus de un sur quatre en 1990. La moitié de ces personnes ont plus de 60 ans, mais la décohabitation des jeunes explique le doublement des 20 à 30 ans (de 9 à 16 % entre 1982 et 1999), tandis que dans la tranche d’âge des 30 à 50 ans, l’explication réside dans l’augmentation des ruptures. La catégorie sociale introduit des différences entre les hommes et les femmes. En effet, si pour les hommes et les femmes confondus, c’est au sein des professions de l’information, des arts et des spectacles que les proportions sont les plus fortes : une personne sur quatre. Il faut souligner qu’une femme cadre sur cinq vit seule et plus généralement que plus une femme appartient à une catégorie sociale élevée, plus sa probabilité de vivre seule est élevée : 21 % pour les femmes cadres contre 9 % pour les ouvrières. La proportion de ces personnes seules augmente aussi avec la taille de la commune : 20 % pour les communes de plus de 100 000 habitants et 9 % pour les autres. Donc une prédominance dans les villes, en particulier dans les centres-villes des pôles urbains : 43,5 % contre 28 % de la population totale.

  • 8 Jaillet M.C. – Lotton H., Du marché aux politiques de l’habitat et des politiques au marché : quel (...)
  • 9 Rey M., « Attraction et mutations du centre-ville : ménages de personnes seules et ménages de cadr (...)

5Les deux technopoles examinées, Bristol et Toulouse sont d’excellents laboratoires d’observation des mutations de la structure des ménages et de l’évolution des formes de l’activité humaine. Toulouse a une originalité : parmi les aires urbaines françaises, elle fait figure d’exception par son dynamisme économique comme le montre le bilan de l’attraction qu’elle exerce sur les actifs qualifiés entre 1975 et 1990. L’agglomération a connu le plus fort gain d’emplois excepté la région parisienne et un apport de cadres et professions intermédiaires qui forment la moitié des 160 000 arrivants de la période intercensitaire précédente8. Cette dynamique est en voie de confirmation au moins jusqu’au 21 septembre 2002. C’est ainsi qu’émerge un « modèle toulousain » selon le marquage résidentiel par les catégories socio-professionnelles des cadres, cadres d’entreprise et techniciens du centre rive-droite et de la première couronne. La seconde originalité est la forte présence au centre de Toulouse de petits ménages révélée par l’étude de la rénovation dite « bulldozer » du quartier Saint-Georges en hypercentre et achevée au tout début des années 1980. Or Toulouse occupe au regard de ces ménages une situation particulière par rapport aux autres grandes métropoles françaises puisqu’entre 1975 et 1990, ils sont en forte croissance accélérée comme s’il y avait eu « rattrapage » par rapport à ce caractére d’accompagnement de la métropolarisation9. L’offre de petits logements faite par la promotion privée dans un premier temps s’adressait au type de ménage « étudiant » qui semblait être seul responsable de cet accroissement mais elle manquait de perspective à long terme. Elle a évolué, portée par les promoteurs et les décideurs politiques, vers des logements en centre-ville destinés aux catégories aisées bien représentées à Toulouse à travers des procédures de rénovation d’envergure ou de réhabilitations immobilières dans les quartiers du centre.

  • 10 Boddy M. – Lovering J. – Basset K., Sunbelt City ? A study of Economic Change in Britain’sM4 Growt (...)
  • 11 Basset K. – Griffiths R. – Smith I., Cultural policy and the cultural economy in Bristol, Working (...)
  • 12 Atlas du recensement de 1991 en Angleterre (publication de la School for Advenced Urban Studies).

6Les similitudes de Bristol avec Toulouse résident dans les types d’activités et dans le dynamisme économique qui se doublent d’une collaboration dans la construction des avions de la famille Airbus. Pour la « Sunbelt City »10, la croisssance rapide du secteur des services est à la source du développement d’une classe importante de « professionnals and managers » impliquée dans les services locaux11. Au-delà, quelques indicateurs incitent à poursuivre la comparaison au plan de la composition des ménages et des mutations du centre-ville. A partir de données prétraitées par l’équipe du Pr Ogden de Londres, nous observons la place du district de Bristol dans la première des quatre classes pour les « singles persons households » (amplitude de 18 à 57 % des ménages), au 39e rang des 366 districts avec 30,4 % des ménages et au-dessus des 26 % de la moyenne anglaise12. Quatre « quartiers » du centre-ville dépassent les 42 % de ménages d’une personne de tous âges et trois autres sont autour des 34 % (dans un traitement par îlot). Trois quartiers de l’hypercentre ont aussi plus de 18 % de cadres d’entreprise et d’administration, entre 12 et 16 % de « professionnals and managers » tandis que 22 à 24,5 % des ménages ont entre 30 et 44 ans et que moins de 2 % sont « non-qualifiés ou sans travail ». On note que les ménages de ces quartiers sont plutôt locataires. Comme à Toulouse ces quartiers sont les plus centraux et les moins peuplés.

  • 13 Hamnett C., Blindmen and the elephant, Transactions of the institute of British Geographers, NS16, (...)
  • 14 Rey M., « Attraction et mutations du centre-ville : ménages de personnes seules et ménages de cadr (...)

7Or seule une minorité de personnes décide de vivre dans les centres-villes alors qu’une majorité se dirige vers la banlieue. Ce retour au centre de catégories qui ne correspondent pas aux théories du cycle de vie ou de la croissance des métropoles avec éloignements successifs des résidences aisées permet d’évoquer la question d’une forme de gentrification pour ces deux villes. Forme particulière puisque l’offre de logements résulte présentement davantage de reconversions de friches industrielles et non pas du remplacement de populations dans les propriétés dévaluées du centre-ville. Mais on retrouve les facteurs de production et de concentration de fractions clés de la classe de services des métropoles dont est issu le groupe des gentrifieurs potentiels et la demande pour l’immobilier situé en centre-ville. Hamnett13 pense que le débat porte aujourd’hui sur l’importance relative à accorder aux acteurs individuels et à leurs motivations. Leur préférence pour la vie dans les centres dépendrait de la croissance des emplois de service dans le centre des affaires, des changements démographiques et de style de vie. Ces changements ont notamment consisté en une entrée massive des femmes sur le marché du travail, une augmentation du nombre de célibataires et de couples bi-actifs sans enfants. Pour ces groupes aisés, les localisations résidentielles intra-urbaines offrent la proximité des emplois, des restaurants, des activités artistiques et l’accès à d’autres équipements collectifs. Dans le cas de Toulouse et Bristol une partie de ces petits ménages sont jeunes et aisés et le retour vers le centre est le fait d’une fraction des « décideurs » économiques et politiques qui intègrent l’espace du pouvoir14. Les données à Bristol ne permettent pas de distinguer le genre du ménage et de façon paradoxale, c’est à Toulouse que la distinction selon le genre a été possible dans un travail fait à partir des données de l’avant-dernier recensement. Les données de 1999, trop récemment acquises pour que j’ai eu la possibilité de les traiter, ne devraient pas démentir le sens général de l’évolution puisque la commune de Toulouse, malgré un étalement urbain qui perdure, a gagné 40 000 habitants.

LES MENAGES FEMININS AISES DANS LA CONJONCTURE SOCIO-SPATIALE DE TOULOUSE

8Le choix de personnes aisées ou du moins des classes moyennes et supérieures qui ne partagent pas en continu le lieu de leur vie privée a été retenu pour les classes d’âge entre 24 et 59 ans comme intervalle de l’activité potentielle. Le résultat de l’analyse de la projection spatiale de ces ménages dans la commune de Toulouse, montre des proximités qui regroupent les quartiers en quatre ensembles.

9Le premier est l’ensemble spatial résidentiel des familles composé des quartiers de la limite extérieure de la commune proches des zones d’industrialisation dense du Nord-Ouest, Sud-Sud-Ouest et Sud-Est. Peu de cadres car ceux-ci préfèrent les communes limitrophes notamment au Sud-Est et des ménages unipersonnels de plus de 50 ans se trouvent dans cet ensemble aux formes d’habitat hétérogènes (fait aussi bien de collectifs comme au Mirail que de pavillons).

10Le second est à l’opposé celui qui est commun aux personnes seules des deux genres entre 24 et 59 ans et aux cadres et professions libérales. Compact et homogène il se concentre sur la rive droite et d’un cœur centre-est s’étire vers Blagnac au Nord-ouest et vers le pôle scientifique au Sud-Est. Trois quartiers ont des similitudes Saint-Aubin, Saint-Michel et Sainte-Agne, réhabilités ils ont la classe la plus élevée de ménages unipersonnels et sont caractérisés par une sur-représentation des femmes seules de moins de 40 ans. Ces ménages trouvent là des quartiers d’accueil pour étudiants ou nouveaux arrivants à Toulouse selon le processus de « métropolarisation » ou d’attraction des professions très qualifiées de commandement.

11Deux hypothèses pour expliquer cet espace commun : les cadres et les ménages unipersonnels sont distincts, mais ont des stratégies résidentielles communes, ou bien ce sont fréquemment les mêmes ménages. Le cadre supérieur cumule des caractères qui confortent la seconde hypothèse : il est mobile géographiquement à toutes les échelles (professionnelle, résidentielle) et dans les phases de sa vie privée. Depuis les années 1980 la probabilité de vivre un couple au long cours diminue, et spécifiquement pour les cadres supérieurs. Parmi les ménages unipersonnels qui ont occupé plus de cinq logements 76,9 % sont divorcés ou séparés et 75 % sont cadres supérieurs. Leurs choix se portent soit sur le locatif en hyper centre, soit, ménage d’une personne, il préfère les surfaces entre 60 et 100 m2 pour une revente plus facile (par rapport à des surfaces inférieures ou supérieures) dans des opérations récentes de très grand confort. À titre d’exemple, pour 19 appartements d’une résidence du quartier Saint-Aubin, trois acquéreurs sont cadres supérieurs célibataires de moins de 35 ans. Il est donc dans les pratiques des ménages unipersonnels aisés d’occuper des appartements assez grands pour des familles. Lors d’une enquête sur la maison individuelle, les résidents ont en partie expliqué le choix du quartier où ils se sont fixés par une expérience antérieure de résidence dans ce quartier ou un quartier proche : donc un lieu déjà connu, déjà éprouvé et chargé de représentations voire de souvenirs. Pour la fraction de femmes seules de 29 à 39 ans, ces quartiers sont peut-être ceux de leur résidence étudiante avant la réhabilitation, de plus la forte présence de professions du tertiaire supérieur incline à penser que nombre d’entre elles ont des revenus qui leur permettent de passer outre l’augmentation des coûts d’une localisation recherchée en centre réhabilité.

12Un troisième ensemble est éclaté sur les périphéries et comprend comme une exception étrange un des plus anciens quartiers du centre historique. Au nord-ouest, les quartiers d’habitat mixte en évolution renferment de nombreux cadres hommes et femmes à côté de ménages unipersonnels jeunes des deux sexes et plutôt féminins entre 40 et 59 ans. Au Sud-Ouest, dans le « grand » Mirail se côtoient des femmes cadres d’entreprise, des hommes techniciens et des ménages d’une personne jeunes à mettre en relation avec l’Université des Lettres et Sciences Humaines. Dans cet ensemble, il ne semble pas possible de rapprocher les deux variables jusqu’à les confondre ni de départager entre une stratégie résidentielle « par défaut » ou de proximité de l’entreprise.

  • 15 Grossetti M. (ed), Université et Territoire. Un système local d’enseignement supérieur. Toulouse e (...)

13Par contre, le cas aberrant, au sens spatial de sa situation centrale, celui du quartier Saint-Étienne, offre de l’intérêt en raison de la fiabilité de l’analyse vérifiant les hypothèses. En effet dans les siècles passés s’y sont succédé les vieilles familles de la noblesse puis de la bourgeoisie. Or c’est le premier des quarante-sept quartiers de Toulouse pour les ménages cadres masculins avec 34,5 % et le dixième seulement pour les féminins avec 9,9 %. L’habitat solitaire y est plutôt féminin. Or les professions libérales ou cadres supérieurs ont un fort degré d’homogamie. L’éclairage des mutations familiales donne ici le principal axe explicatif avec l’indication de la composition par âge et par sexe des ménages d’une personne. Ils concernent les hommes de 30 à 49 ans, les femmes de 24 à 29 ans et de 40 à 49 ans. L’argument supplémentaire du fait que ce sont les cadres supérieurs qui arrivent au second rang des professions et catégories sociales pour les demandes de divorce conduit à deux hypothèses. Pour eux, leur situation relèverait du mode de vie étudiant15, d’un mariage traditionnellement tardif ou d’un divorce précoce. Pour elles, un mode de vie étudiant moins étendu dans le temps et plus probablement le célibat définitif ou la rupture de couple dans une stabilité socio-spatiale.

  • 16 Enquête auprès des professionnels de l’immobilier, deuxième semestre 1992.

14Le dernier ensemble est composé de quartiers mixtes où dominent les techniciens et cadres moyens, où existe un pourcentage significatif de personnes seules (30 à 59 ans, des deux sexes) et de cadres féminins. En périphérie, les cadres féminins sont fréquemment unipersonnels parmi les familles de leurs homologues masculins. Sur la rive droite, les quartiers rénovés présentent le même profil. Cependant un parallèle s’établit entre l’âge des ménages et celui de la rénovation : à Compans Cafarelli ces ménages masculins ont entre 30 et 39 ans, à Saint-Georges, rénovation antérieure, les masculins ont entre 40 et 49 ans et les féminins entre 40 et 59 ans. Depuis l’origine ce sont des classes aisées qui ont occupé ces quartiers où beaucoup de ménages d’une personne ou monoparentaux cadres et féminins sont spatialement proches des familles de cadres masculins ou de cadres masculins seuls. Le divorce n’a en effet pas d’influence sur le niveau de vie des femmes cadres. Il en a peu sur leur lieu de résidence puisqu’elles consentent à payer un loyer élevé dans des constructions neuves pour des surfaces moyennes contrairement aux autres professions et catégories sociales16.

15Sur la rive gauche, cet espace s’étend avec une atténuation, les catégories sont moins aisées avec un poids plus important des techniciens et un nombre de personnes par ménage plus élevé. Dans celui-ci le quartier Saint-Cyprien est un quartier qui connaît une active rénovation, bénéficie du passage de la ligne de métro, est animé et commerçant. Il fait figure de centre second, financièrement plus accessible. Les femmes cadres y côtoient les hommes seuls de 40 à 49 ans qui semblent trouver là l’espace de leur stratégie d’après divorce.

16L’espace commun aux ménages cadres et d’une personne est un espace de mutations tant au plan professionnel que familial. Celui des ingénieurs, techniciens, cadres met un bémol aux simples contraintes financières d’adéquation au marché pour les localisations résidentielles. Donc un espace plus ou moins investi par l’un ou l’autre sexe loin d’être neutre serait issu de stratégies spatiales volontaires. Si les faibles effectifs par quartier de cadres féminins doivent inciter à la prudence quant à leur rapprochement, voire confusion, avec les ménages d’une personne, il faut cependant souligner que ce sont les femmes qui sont dans les trois dernières décennies les plus porteuses de mutations professionnelles. Aussi, tenant compte du fait qu’un ménage cadre féminin sur cinq est unipersonnel et malgré les réserves statistiques, il est permis d’envisager une fréquente confusion entre les ménages de cadres féminins et les ménages d’une personne. Cependant une nuance est à introduire en défaveur de la liberté de choix de résidence des femmes : leur rémunération à qualification et âge équivalent est inférieure à celle des hommes surtout en début de carrière. L’écart brut de rémunération mensuelle entre hommes et femmes s’est accru pour les générations récentes : de 14,7 % à la fin des années 1970, il est passé à 22,2 % au début des années 1990. L’accès à l’hypercentre est donc difficile pour la plupart des femmes débutantes qui investissent un espace de compromis entre habitat attrayant et accessible présentant en outre des qualités de proximité de leur travail, de leur famille ou confirme pour les deux genres une recherche commune des espaces urbains centraux, lieux de toutes les potentialités notamment culturelles, lieux d’équipements et de sécurité maximale conscientisée.

17Dans les deux métropoles de Bristol et de Toulouse ces ménages participent d’une forme de gentrification notamment dans les quartiers réhabilités ou rénovés. Les femmes libres de fortes contraintes économiques et familiales exerceraient par leurs choix résidentiels une forme de pouvoir stratégique sur les espaces centraux de ces métropoles technopolitaines comme les ménages masculins équivalents. Elles affirment en effet leur présence dans ces quartiers élus comme lieux de leur vie privée, elles qui ne partagent pas l’espace de leur intimité en investissant notamment les « rénovations », sortes de remises en jeu spatiales de territoires valorisés. A Toulouse trois types d’espaces centraux sont investis par les femmes cadres et ils se distinguent en fonction des ménages avec lesquels elles les partagent. Ces femmes appartiennent aux franges novatrices de la société par leur domaine professionnel et leur mode de vie lié à l’un des bouleversements les plus profonds de notre société : l’accroissement des ménages d’une personne. Cet accroissement global ne représente souvent pour chacune qu’un temps de vie, comme pour leurs équivalents masculins mais il suffit à déterminer au cœur des villes « un espace du temps seul » qui est aussi celui des mutations professionnelles et familiales.

  • 17 Coutras J., Crise urbaine et espaces sexués, « Références », Armand Colin/Masson, Paris, 1996.
  • 18 Rémy J. (sous la direction de), Georg Simmel : Ville et Modernité, « villes et entreprises », l’Ha (...)

18Les rapports sociaux de genre ont subi des changements qui se lisent dans la déstabilisation des systèmes urbains17 et qui rendent visible aussi, avec des nuances, la montée en puissance des femmes en des lieux de plus en plus proches des espaces symboliques du pouvoir. Dans les grandes villes l’intellect domine la sensibilité alors que la petite ville est marquée par l’affectif18. L’intellectualité est une protection de la vie subjective en rapport avec l’économie monétaire et qui arme la lutte individuelle contre la violence de la grande ville. Les femmes des technopoles pour satisfaire leur quête d’individuation et de liberté ont réalisé une appropriation active du contexte économico-urbain, mais, comme pour les femmes des banlieues décrites par J. Coutras, avec une autre insertion, un autre confort de vie, la contrepartie de cette appropriation est la solitude du ménage unipersonnel.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Basset K. – Griffiths R. – Smith I. [1999], Cultural policy and the cultural economy in Bristol. Working Paper 5, University of the West of England, Bristol.

Benko G. [1991], Géographie des Technopôles, Paris, Masson.

Boddy M. – Lovering J. – Basset K. [1986], Sunbelt City ? A study of Economie Change in Britain ‘s M4 Growth Corridor, Clarendon Press, Oxford.

Bonvallet C. – Merlin P. [1987], « L’évolution des structures familiales : quelles conséquences pour l’habitat ? », Espaces et Sociétés n°51.

Coutras J. [1996], Crise urbaine et espaces sexués, Armand Colin/Masson, Paris.

Grossetti M. (ed) [1994], Université et Territoire. Un système local d’enseignement supérieur. Toulouse et Midi-Pyrénées, série Villes et Territoires, Toulouse.

Jaillet M.C. – Lotton H. [1995], Du marché aux politiques de l’habitat et des politiques au marché : quelles interactions ?, Réseau Socio-Économie de l’Habitat (GDR G1100 CNRS), Plan Construction et Architecture.

Hall R. – Hill C. – Ogden Ph. E. [1997], « The Pattern and Structure of One-person Household in England and Wales and France », International Journal of Population Géography, Vol.3.

Hamnett C. [1991], Blindmen and the elephant, Transactions of the institute of British Geographers, NS16.

Kaufmann J.C. [1994], « Les ménages d’une personne en Europe », Population n° 4/5.

Remy J., (sous la direction de) [1995], Georg Simmel : Ville et Modernité, l’Harmattan, Paris.

Rey M. [1998], « Attraction et mutations du centre-ville : ménages de personnes seules et ménages de cadres à Toulouse », Espaces et Sociétés n° 92/93.

Notes

1 Frémont A., cours de Géographie de la Population, Université de Caen, 1968.

2 Benko G., Géographie des Technopôles, Paris, Masson, 1991.

3 Baccalauréat professionnel : 42,8 % (session 1999).

4 1er cycle : 21,1 %, 2e cycle : 22,5, 3e cycle : 21,1 % et 20,2 % en IUT secondaire. Mais 47,5 % en sciences économiques et de gestion et 54,4 % en IUT tertiaire.

5 Bonvallet C.– Merlin P., « L’évolution des structures familiales : quelles conséquences pour l’habitat ? », Espaces et Sociétés n° 51,1987.

6 Kaufmann J.C., « Les ménages d’une personne en Europe », Population n° 4/5, 1994.

7 Hall R. – Hill C. – Ogden Ph. E., « The Pattern and Structure of One-person1 Household in England and Wales and France », International Journal of Population Géography, Vol.3, 1997.

8 Jaillet M.C. – Lotton H., Du marché aux politiques de l’habitat et des politiques au marché : quelles interactions ?, Réseau socio-Economie de l’habitat (GDR G1100 CNRS), Plan Construction et Architecture, 1995.

9 Rey M., « Attraction et mutations du centre-ville : ménages de personnes seules et ménages de cadres à Toulouse », Espaces et Sociétés n° 92/93, 1998.

10 Boddy M. – Lovering J. – Basset K., Sunbelt City ? A study of Economic Change in Britain’sM4 Growth Corridor, Clarendon Press Oxford 1986.

11 Basset K. – Griffiths R. – Smith I., Cultural policy and the cultural economy in Bristol, Working Paper 5, University of the West of England, Bristol, 1999.

12 Atlas du recensement de 1991 en Angleterre (publication de la School for Advenced Urban Studies).

13 Hamnett C., Blindmen and the elephant, Transactions of the institute of British Geographers, NS16, 1991.

14 Rey M., « Attraction et mutations du centre-ville : ménages de personnes seules et ménages de cadres à Toulouse », Espaces et Sociétés n° 92/93, 1998.

15 Grossetti M. (ed), Université et Territoire. Un système local d’enseignement supérieur. Toulouse et Midi-Pyrénées, série Villes et Territoires, Toulouse, 1994.

16 Enquête auprès des professionnels de l’immobilier, deuxième semestre 1992.

17 Coutras J., Crise urbaine et espaces sexués, « Références », Armand Colin/Masson, Paris, 1996.

18 Rémy J. (sous la direction de), Georg Simmel : Ville et Modernité, « villes et entreprises », l’Harmattan, Paris, 1995.

Auteur

IUFM-CIEU de Toulouse

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540