Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Les femmes dans la ville

Perception de l’espace résidentiel et urbain chez des femmes ayant un premier enfant

Monique Robin

Texte intégral

INTRODUCTION

1Les recherches sur l’habitat montrent que le sexe, l’étape dans le cycle de la vie familiale, et notamment la présence des enfants, modulent les rapports de l’individu à son environnement : avec l’arrivée des enfants, de nouveaux besoins se font sentir, surtout chez les femmes, en termes de superficie, d’espaces verts, de services, de qualité de vie, de proximité par rapport au lieu de travail.

  • 1 Beaudoin S. et al., « Réflexions critiques autour du concept de transition familiale », Cahiers In (...)
  • 2 Fagnani J., « L’enjeu de la localisation résidentielle au sein des stratégies professionnelles et (...)

2Dans la perspective théorique de l’étude des processus psychologiques liés aux transitions familiales1, les modifications du rapport à l’espace résidentiel apparaissent particulièrement intéressantes à analyser dans une population de jeunes femmes qui deviennent mères pour la première fois. Celles-ci ont quitté depuis peu le lieu de leur enfance et de leur jeunesse et doivent s’approprier un nouvel environnement plus ou moins familier, tout en intégrant des changements majeurs : accès à la vie professionnelle, entrée dans la vie conjugale et dans la vie familiale. Le regard des femmes sur leur environnement est d’autant plus important que celles-ci sont les principales gestionnaires de la vie quotidienne de la famille et qu’elles jouent un rôle de plus en plus actif dans les décisions concernant les stratégies résidentielles du couple2.

  • 3 Lindberg E. – Hartig T. – Garvill J. – Garling T., « Residential-location preferences across life (...)
  • 4 Bertaux-Wiame I. – Gotman A., « Le changement de statut résidentiel comme expérience familiale », (...)
  • 5 Fagnani J., « Life course and space. Dual careers and residential mobility among upper-middle-clas (...)

3Or, selon le type de milieu urbain considéré, les besoins liés à la vie avec de jeunes enfants sont plus ou moins satisfaits. On connaît ainsi les grandes oppositions qui sont généralement énoncées entre l’espace résidentiel des quartiers urbains centraux et celui des banlieues : superficie des logements, coût, espaces verts, fonctionnalité. Globalement, la grande ville serait moins adaptée aux besoins des familles ayant des enfants que les banlieues. Du reste, les couples avec enfants préfèrent vivre en dehors des grandes villes, tandis que les plus jeunes et les personnes âgées tendent à opter pour le centre ville3. En France, la décision d’accéder à une maison individuelle est fortement déterminée par l’arrivée des enfants en raison de la primauté donnée à l’espace privé des enfants et à l’idéal du jardin dans les pratiques résidentielles4. Pour les familles résidant en Ile-de-France, cette double motivation, devenir propriétaire et améliorer la qualité de l’espace de vie de la famille, entraîne le plus souvent une localisation en banlieue5.

4Le but de cette étude qualitative est d’abord de décrire comment les nouveaux besoins liés à la vie quotidienne avec un jeune enfant modifient les perceptions qu’ont les femmes de leur espace résidentiel, puis de comparer ces perceptions dans deux milieux urbains contrastés : un quartier central de Paris et une ville nouvelle de la banlieue parisienne.

METHODOLOGIE

5Soixante-deux mères ayant une activité professionnelle, vivant en couple, et ayant un premier enfant âgé de deux ans en moyenne ont été interviewées. L’entretien semi-structuré a porté sur la perception de leur logement et de son implantation aux différents niveaux de l’échelle environnementale (quartier, commune, région). Les mères ont été invitées à décrire leur milieu de vie actuel, à retracer leur itinéraire résidentiel et à faire part de leurs projets et souhaits éventuels de déménagement. L’accent a été mis sur le vécu subjectif des différentes étapes de leur trajectoire résidentielle en les reliant aux trajectoires professionnelles et familiales.

6Les femmes ont été contactées par l’intermédiaire de différentes crèches situées, d’une part dans le XIVe arrondissement pour l’échantillon parisien, d’autre part dans la commune des Ulis, ville nouvelle de l’Essonne de 27 000 habitants, située à une trentaine de kilomètres au sud de Paris.

7Les milieux socioéconomiques sont distribués de façon homogène dans les deux échantillons, avec une légère sur-représentation de classes sociales modestes dans la commune de banlieue. 92 % des familles habitent en immeuble, dont 11 % dans des grands ensembles répartis de façon égale dans les deux sites. La plupart sont locataires. Aux Ulis, 38 % des femmes et 55 % des hommes habitaient Les Ulis ou les communes avoisinantes avant de quitter le foyer parental et presque un tiers de leurs parents réside encore aux Ulis ou dans la région proche. A Paris (XIVe), 24 % des femmes et 38 % des hommes habitaient Paris intra-muros avant la décohabitation. 13 % des parents des conjoints habitent encore le quatorzième arrondissement.

UN PREMIER ECLAIRAGE AVEC LE LOGICIEL ALCESTE

  • 6 Reinert M., « Un logiciel d’analyse lexicale (Alceste) », Cahiers de l’analyse des données, n° 4, (...)

8Dans un premier temps, nous avons procédé à une analyse statistique informatisée d’une partie des entretiens avec le logiciel Alceste6. Cet outil fournit une aide à l’interprétation des corpus textuels en apportant un éclairage complémentaire à celui de l’analyse de contenu thématique classique. Le logiciel Alceste opère une classification des phrases du corpus en fonction de la distribution des mots dans ces unités et dégage les mots les plus caractéristiques associés à telle ou telle classe. Trois classes ou « mondes lexicaux » ont émergé de l’ensemble du corpus recueilli sur les deux sites.

L’espace résidentiel en liaison avec le projet familial

9Le vocabulaire spécifique de cette classe contient les mots relatifs au cadre physique du chez-soi, à son appréciation subjective, à ses extensions, à la mobilité résidentielle, ainsi que le terme « enfant ». Il suggère que la question de l’espace, souvent trop petit du logement, constitue pour ces jeunes femmes un des aspects majeurs de la perception du chez-soi et joue ou a joué un rôle déterminant dans les projets résidentiels, en liaison avec la naissance de l’enfant et/ou avec les projets d’agrandissement de la famille. Une autre caractéristique importante de cette classe est la recherche d’une qualité du cadre de vie, tant au niveau de ses aspects physiques qu’à ceux liés à l’environnement social, telle que la recherche de la tranquillité et de la sécurité.

L’itinéraire résidentiel, fonction du contexte de la parentèle

10Le vocabulaire spécifique de cette classe contient les mots relatifs à la localisation spatiale, aux marqueurs temporels de l’itinéraire résidentiel, à son ancrage familial et social, au cadre de l’habitat. Cette classe fait état des étapes de l’itinéraire résidentiel de la femme et de son conjoint, en fonction du déroulement du cycle de vie. Pour ces jeunes adultes, la référence à la localisation spatiale de leur enfance et de leurs parents est omniprésente. La mise en couple constitue une nouvelle étape de l’itinéraire résidentiel, marquant la rencontre de deux histoires familiales et résidentielles. Les énoncés montrent qu’il s’agit bien d’une situation de transition : l’autonomie résidentielle est encore récente et la référence à l’ancrage familial est encore bien présente.

Les déplacements quotidiens en milieu urbain : contraintes et évasions

11Le vocabulaire de cette classe contient les mots relatifs aux moyens de transport, aux lieux des déplacements, aux marqueurs temporels des déplacements, aux espaces de plein air, aux aspects fonctionnels et négatifs de la vie urbaine, et enfin des verbes de déplacements. Cette classe montre que les déplacements en milieu urbain constituent une source de stress et de préoccupations quotidiennes importante, que ce soit au niveau du mode de transport utilisé, qu’à celui des problèmes de stationnement, qu’à celui des contraintes temporelles. La nécessité de s’aérer régulièrement dans les espaces verts environnants est ressentie comme le pendant obligatoire des contraintes liées au mode de vie urbain.

12Ce sont les mères parisiennes du quatorzième arrondissement, par opposition aux mères ulissiennes, qui contribuent de façon significative aux énoncés de cette classe : Paris intra-muros posent bien à ses habitantes des problèmes spécifiques de déplacements, des besoins quasi vitaux en espaces verts, dès que les femmes ont des enfants.

13Pour résumer, cette première analyse des données a permis de mettre en évidence l’existence d’une liaison étroite entre les perceptions des femmes de leur espace résidentiel et les préoccupations concernant la vie quotidienne de leur famille, dont elles demeurent majoritairement responsables. A ce rapport habituel et concret à l’environnement s’ajoute la perspective temporelle de la construction du projet familial, qui apparaît pour les femmes comme le véritable moteur de leur trajectoire résidentielle.

LE RAPPORT A L’ESPACE RÉSIDENTIEL POUR LES FEMMES DE L’ÉCHANTILLON DE BANLIEUE

14Dans un second temps, l’ensemble des entretiens a fait l’objet pour chaque milieu d’étude d’une analyse de contenu portant sur trois dimensions catégorisées du rapport à l’espace résidentiel : il s’agit des processus décisionnels relatifs aux choix résidentiels, des perceptions subjectives du milieu de vie, des projets de mobilité résidentielle. Puis nous avons complété cette analyse par une Classification Ascendante Hiérarchique réalisée sur les différentes modalités de ces variables catégorisées afin de mieux comprendre comment s’articulent ces trois dimensions dans la mise en œuvre de la trajectoire de chaque famille.

15Pour les couples de l’échantillon de banlieue, le critère économique a constitué un poids important dans la détermination de leur localisation. Cependant, l’appartenance à la commune d’origine des conjoints, et en particulier à celle de l’homme, a aussi été mentionnée comme une raison majeure de l’installation aux Ulis. La proximité du lieu de travail des conjoints fait aussi partie des principaux critères, puisque plus d’un tiers de l’échantillon (hommes ou femmes) travaille dans un rayon très proche. La proximité géographique de la famille d’appartenance, et surtout, celle de la mère est citée comme une raison secondaire ayant joué un rôle dans la localisation du couple aux Ulis. La naissance de l’enfant a été dans 29 % des cas une occasion d’installation aux Ulis, souvent par l’obtention d’un logement plus grand dans le parc social. Les raisons symboliques (vie dans une banlieue verte, par opposition à la grande métropole) sont peu mises en avant par l’ensemble de l’échantillon. Quant aux commodités de la vie pratique offertes par la commune, si elles sont appréciées par une majorité de mères, elles sont peu souvent citées parmi les raisons de l’installation du couple dans cette ville de banlieue.

16Aux Ulis, la représentation de la ville apparaît très diversifiée, mais contrairement aux attentes, ni l’ancrage local d’un des deux parents, ni la qualité objective du logement et du quartier ne semblent jouer un rôle majeur dans la perception de la commune. Un quart des femmes en ont une perception globale très positive : elles soulignent les espaces verts adaptés aux enfants, la proximité de la campagne, la sécurité des espaces piétonniers, les accès extérieurs faciles, les services, la tranquillité. Par contre, pour un tiers des mères, la ville des Ulis est perçue très négativement. Le bruit, la pollution, la « ville-béton » sont évoqués. Mais ce sont surtout les problèmes d’insécurité et les problèmes sociaux qui sont mentionnés. Cependant, la représentation dominante de la ville des Ulis est mitigée : les femmes apprécient ses caractéristiques fonctionnelles tout en se plaignant de ses aspects négatifs.

17Ce qui apparaît déterminant dans la perception de cette commune de banlieue est la possibilité d’ouverture vers d’autres choix résidentiels, en liaison avec le projet familial. On a observé que 29 % de l’échantillon ne peut envisager de mobilité résidentielle pour des raisons économiques et accepte avec plus ou moins de résignation de rester dans le logement actuel. Lorsque des projets de déménagement sont possibles, ils peuvent être orientés vers les communes avoisinantes ou vers la province, selon le degré d’attachement à la région, mais jamais vers Paris, qui apparaît comme un milieu peu adapté à la vie familiale, et rarement vers Les Ulis. En effet, même pour les couples ayant une image positive des Ulis, l’attachement spatial apparaît ici plus associé aux qualités de la région proche, qu’à la ville elle-même. Dans l’attachement à l’environnement interviennent bien sûr la familiarité de l’espace, la proximité des lieux de l’enfance, mais aussi plus largement des orientations symboliques relatives à l’attrait de la vie près de la nature et à la qualité de vie très valorisée dès que les couples ont des enfants. Des projets concrets de quitter la région parisienne à court terme pour vivre en province sont prévus par 12 % des couples. Cependant l’installation en province fait partie des aspirations et des rêves à long terme de plus d’un tiers de l’échantillon. Si le projet de conception du premier enfant semble avoir très peu orienté l’installation du couple, sa naissance a fait surgir de nouveaux besoins en termes de qualité de vie. Pour de nombreux couples ulissiens, l’acquisition d’une maison constitue une aspiration prioritaire et le départ en province permettra de réaliser ce projet. Mais à coté de ces motivations économiques, les raisons symboliques du désir de vivre en province sont aussi très prégnantes. Il s’agit pour ces « provinciaux expatriés » de retourner au lieu d’origine de la famille, de « changer de vie » par un « retour aux sources ».

LES TRAJECTOIRES DES FAMILLES ULISSIENNES

18Aux Ulis, trois types de familles ayant un rapport à l’environnement spécifique ont émergé de la classification :

19- Les « rêveurs captifs »

20Cette catégorie est constituée de douze couples pour qui l’identification à l’espace d’origine de l’homme et/ou des critères matériels liés à l’emploi ont déterminé l’installation aux Ulis. La femme, elle, vient souvent d’une autre région et sa famille d’origine vit toujours en province. Ces femmes ont en général une représentation très négative ou mitigée de la commune et rêvent de retourner vivre en province. Cependant les conditions économiques de la famille ou l’incertitude concernant l’emploi ne permettent pas les projets de mobilité résidentielle. Ces couples se sentent captifs d’un environnement qu’ils n’ont pas choisi et rêvent parfois d’un ailleurs hypothétique.

Les « banlieusardes bien adaptées »

21Pour neuf femmes, l’identification à un espace banlieusard est importante. Trois d’entre elles habitaient déjà les Ulis ou la région proche dans leur enfance. Les autres viennent de Paris ou de province mais semblent avoir adopté assez facilement le mode de vie de la banlieue. Le conjoint et ses parents proviennent en majorité d’une autre région. Ces femmes, souvent de catégorie sociale élevée, travaillent assez loin de leur domicile. Elles se plaisent bien aux Ulis, qu’elles perçoivent positivement. Leurs projets à court terme sont concrets et centrés vers l’acquisition d’une maison ou d’un appartement dans la région proche ou en banlieue, par opposition à Paris.

Les « enfants du pays »

22Enfin, trois couples sont de « purs locaux ». Ils habitaient tous les deux aux Ulis ou dans les communes avoisinantes et leurs parents continuent d’y habiter. C’est tout naturellement qu’ils ont choisi d’y poursuivre leur vie commune et leur vie professionnelle. Leurs projets sont également centrés sur le maintien dans la région proche par l’achat d’une maison pour accroître leur qualité de vie.

LE RAPPORT A L’ESPACE RESIDENTIEL DES MERES DU QUATORZIEME ARRONDISSEMENT DE PARIS

23Pour beaucoup de parisiennes résidant dans le quatorzième arrondissement, l’attrait symbolique de la capitale et la fonctionnalité associée à la centralité ont joué un rôle majeur dans le choix résidentiel des couples. L’identification à l’espace d’origine parisien, surtout chez la femme, a constitué une raison majeure de la localisation dans la capitale et pour un quart des familles, la proximité géographique de la famille maternelle a joué un rôle plus ou moins important dans le choix de la localisation résidentielle des couples. A ces familles s’opposent celles qui sont venues habiter Paris pour des raisons principalement liées à l’emploi ou aux études. Les raisons économiques, principalement l’obtention d’un logement social ou le prêt d’un logement familial sont citées dans 39 % des cas parmi les raisons de l’installation à Paris.

24Les représentations de la capitale se confondent souvent pour les habitantes du quatorzième avec un discours sur leur arrondissement, et plus particulièrement sur leur quartier. Presque un tiers des femmes ont une représentation très positive de leur quartier dont elles vantent les qualités familiales et conviviales, le caractère vivant et pratique. Celles qui ont une perception entièrement négative de la capitale (13 %) mettent en avant le bruit, la pollution, les encombrements, et surtout le fait que la ville ne soit pas adaptée aux enfants. Mais la plupart des habitantes du quatorzième ont une représentation mitigée de la ville et de leur quartier. D’un côté, elles mettent en avant les cotés pratiques liés à la centralité. De l’autre côté, beaucoup disent que leur perception de la ville a changé lorsqu’elles sont devenues mères. En fait, un clivage entre perception du quartier et perception de la vie urbaine à un niveau plus global semble se constituer après la naissance de l’enfant : le quartier reste un lieu valorisé et bien investi sur un plan pratique et identitaire, mais les inconvénients de la vie urbaine supplantent l’attrait symbolique de la capitale.

25Cependant, la moitié des familles de l’échantillon du quatorzième arrondissement souhaite maintenir leur localisation et leur identité parisienne. Même chez certaines femmes qui estiment que le mode de vie dans les grandes villes n’est pas adapté aux jeunes enfants, le désir de maintenir leur identité parisienne prime. Les plus fortunées envisagent de concilier leurs besoins familiaux et leur implantation urbaine par l’acquisition à plus ou moins long terme d’une résidence secondaire. Mais, pour 22 % des familles, rester vivre à Paris ne relève pas d’un véritable choix. Le maintien de l’emploi est la priorité des couples et leur fait accepter tant bien que mal leur localisation parisienne peu valorisée. 44 % des couples aspirent fortement à vivre en province pour améliorer leur qualité de vie, grâce à l’acquisition d’une maison. Mais peu d’entre eux ont des projets concrets de déménagement dans une autre région, facilités le plus souvent par la perspective d’une mutation professionnelle. Pour quelques familles, s’éloigner en banlieue ou en province d’ici quelques années est envisagé, mais plutôt comme un compromis entre leurs aspirations et les nécessités financières que comme un véritable rêve.

LES TRAJECTOIRES DES FAMILLES DU XIVe ARRONDISSEMENT

26Trois types de famille ont été identifiés dans le XIVe arrondissement :

Les « parisiens de souche »

27Il s’agit de quatre couples dont l’ancrage et l’identification à la capitale sont majeurs. Appartenant à des classes sociales favorisées, ces familles ont toujours vécu à Paris, parfois même dans le quatorzième arrondissement, et ont naturellement poursuivi leur vie dans cet environnement, très valorisé sur le plan affectif et socioculturel. Ces parisiens dans l’âme ont une représentation très positive de la ville et de leur quartier et n’envisagent pas d’habiter ailleurs qu’à Paris, en dépit d’un temps de transport quotidien pour se rendre sur leur lieu de travail parfois élevé.

Les provinciaux « montés à Paris »

28Les dix familles rassemblées dans cette classe sont en majorité originaires de province et sont venues à Paris pour des raisons liées à l’emploi ou aux études. Leur adaptation à la vie parisienne a été plus ou moins facile selon les cas. La représentation de la ville et les projets résidentiels divisent par moitié la classe des provinciaux. Dans le premier sous-groupe on trouve des couples ayant une perception plutôt négative ou mitigée de Paris et des projets plus ou moins précis de retourner vivre en province.

29Le second sous-groupe est composé de cinq « parisiennes d’adoption ». Contrairement aux précédentes, elles ont une perception très positive de la capitale et n’envisagent pas d’habiter ailleurs qu’à Paris.

Les « semi-parisiens de passage »

30Cette catégorie intermédiaire constitue plus de la moitié de l’échantillon parisien. Il s’agit de familles dont au moins un des deux membres du couple a vécu en région parisienne, soit à Paris même, soit en banlieue. Le conjoint est le plus souvent originaire de province. Leur ancrage identitaire est moins fort que celui des parisiens de souche. Les trois quarts d’entre eux ont une représentation de leur environnement plutôt mitigée. En fait, la naissance de l’enfant et des projets de vie familiaux semblent avoir déclenché chez ces couples de nouveaux besoins en termes de qualité de vie. Certains envisagent de partir en banlieue pour acquérir une maison, d’autres souhaiteraient partir en province ou même à l’étranger. Selon les impératifs financiers et les possibilités de mobilité professionnelle d’au moins un des deux conjoints, ces désirs de changement de vie sont des projets concrets à court terme ou des rêves plus ou moins irréalisables.

CONCLUSION

  • 7 Fried M., « Residential attachaient : sources of residential and community satisfaction » Journal (...)
  • 8 Voir le concept de place identity de Proshansky H. M. – Fabian A. K. – Kaminoff R., « Place-identi (...)

31En conclusion, il apparaît que la présence d’enfants modifie, dans des proportions variables, le rapport à l’espace fonctionnel, proportion qui varie selon le milieu et selon le degré de sensibilité que les individus manifestent à l’endroit des contraintes spatio-temporelles. Par ailleurs, les choix résidentiels sont fortement influencés d’une part, par le passé résidentiel des individus et, d’autre part, par les filtres qui opèrent au plan symbolique : les représentations associées à la banlieue et aux quartiers centraux limitent en effet l’univers des choix possibles lorsqu’il s’agit de privilégier un milieu résidentiel. Ces résultats vont dans le sens des courants de recherche actuels qui mettent l’accent sur l’importance de l’histoire résidentielle du sujet et de son attachement affectif au lieu7 et sur les aspects identitaires.8

32Le rapport à l’environnement est apparu aussi nettement différencié dans les deux échantillons. Pour les Parisiennes, celui-ci semble se structurer autour de valeurs à la fois plus affirmées et plus tranchées qui se centrent autour des grandes oppositions ville/campagne, Paris/province. L’arrivée du premier enfant vient accentuer les perceptions négatives des femmes mal adaptées à la vie parisienne et notablement transformer les perceptions de celles qui avaient avant la naissance une image positive de la capitale. On observe alors un fort sentiment d’inadéquation entre l’environnement urbain et la vie familiale, qui peut remettre en question les choix personnels de certaines d’entre elles, notamment à l’occasion des projets d’élargissement de la famille. Pour les banlieusardes, le milieu de vie apparaît plus adapté aux besoins des enfants et les projets de mobilité demeurent centrés sur la recherche de la qualité de vie de la famille.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Beaudoin S. – Beaudry M. – Carrier G. – Cloutier R. - Drapeau S. – Duquette M. T. – Saint-Jacques M. C. – Simard M. – Vachon J. [1997], « Réflexions critiques autour du concept de transition familiale », Cahiers Internationaux de Psychologie sociale, n° 35, p. 49-67.

Bertaux-Wiame I. – Gotman A. [1993], « Le changement de statut résidentiel comme expérience familiale », in Le logement, une affaire de famille, Bonvalet C. – Gotman A. (éds.), Paris, L’Harmattan, p. 129-167.

Fagnani J. [1989], « L’enjeu de la localisation résidentielle au sein des stratégies professionnelles et familiales des femmes instruites des classes moyennes », Recherches féministes, n° 2(1), p. 93-101.

Fagnani J. [1993], « Life course and space. Dual careers and residential mobility among upper-middle-class families in the Ile-de-France region », in « Full circles », geographies of women over the life course, Houtledge, Katz C. – Monk J. (éds.).

Fried M. [1982], « Residential attachment : sources of residential and community satisfaction », Journal of Social Issues, n° 38(3), p. 107-119.

Lindberg E. – Hartig T. – Garvill J. – Gärling T. [1992], Residential-location preferences across life span », Journal of Environmental Psychology, n° 12, p. 187-198.

Mesh G. S. – Manor O. [1998], « Social ties, environmental perception and local attachment » Environment and Behavior, n° 30(4), p. 504-519.

Proshansky H. M. – Fabian A. K. – Kaminoff R. [1983], « Place-identity : physical world socialization of the self », Journal of Environmental Psychology, n° 3, p. 57-83.

Reinert M. [1986], « Un logiciel d’analyse lexicale (Alceste) », Cahiers de l’analyse des données, n° 4, p. 471-484.

Twigger-Ross C. L. – Uzzell D. L. [1996], « Place and identity processes », Journal of Environmental Psychology, n° 16, p. 205-220.

Notes

1 Beaudoin S. et al., « Réflexions critiques autour du concept de transition familiale », Cahiers Internationaux de Psychologie sociale, n° 35, 1997, p. 49-67.

2 Fagnani J., « L’enjeu de la localisation résidentielle au sein des stratégies professionnelles et familiales des femmes instruites des classes moyennes », Recherches féministes, n° 2(1), 1989, p. 93-101.

3 Lindberg E. – Hartig T. – Garvill J. – Garling T., « Residential-location preferences across life span », Journal of Environmental Psychology, n° 12, 1992, p. 187-198.

4 Bertaux-Wiame I. – Gotman A., « Le changement de statut résidentiel comme expérience familiale », in Le logement, une affaire de famille, Bonvalet C. - Gotman A. (éds.), Paris, L’Harmattan, 1993, p. 129-167.

5 Fagnani J., « Life course and space. Dual careers and residential mobility among upper-middle-class families in the Ile-de-France region », in « Full circles », geographies of women over the life course, Houtledge, Katz C. – Monk J. (éds.), 1993.

6 Reinert M., « Un logiciel d’analyse lexicale (Alceste) », Cahiers de l’analyse des données, n° 4, 1986, p. 471-484.

7 Fried M., « Residential attachaient : sources of residential and community satisfaction » Journal of Social Issues, n° 38(3), 1982, p. 107-119 ; Mesh G. S. – Manor O., « Social ties, environmental perception and local attachment » Environment and Behavior, n° 30(4), 1998, p. 504-519.

8 Voir le concept de place identity de Proshansky H. M. – Fabian A. K. – Kaminoff R., « Place-identity : physical world socialization of the self », Journal of Environmental Psychology, n° 3, 1983, p. 57-83 et de Twigger-Ross C. L. – Uzzell D. L., « Place and identity processes », Journal of Environmental Psychology, n° 16, 1996, p. 205-220.

Auteur

Université Paris V René Descartes

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540