Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Les femmes dans la ville

« Nul ne peut comprendre la femme » – « Nulle ne peut comprendre l’homme ». Urbanisation et recomposition des rapports sociaux de genre à Bamako (Mali)

Françoise Bourdarias

Texte intégral

1Spectacle familier dans les villes d’Afrique de l’Ouest, la multiplicité des petits commerces féminins ne peut que frapper l’observateur qui arrive du village. Présence féminine sur les marchés bien sûr, mais surtout profusion de ces étals à la porte des concessions, dans les rues, qui proposent fruits, beignets et brochettes... On pourra aussi croiser le chemin des « Grandes Commerçantes » et des femmes-entrepreneurs du centre ville, dont les trajectoires de « self made women » donnent lieu à d’innombrables récits. On pourra constater le foisonnement des groupes de solidarité féminins (associations, tontines...) ; repérer des indices de resserrement du groupe domestique, en observant les structures et les modes d’occupation des concessions.

2Le milieu urbain est-il émancipateur ?

3Une telle perspective nous conduirait à nous interroger sur les obstacles susceptibles de freiner le processus d’émancipation : persistance de formes sociales archaïques, obstacles culturels, domination masculine. Cette association de conceptions culturalistes et de présupposés sur le caractère inéluctable de l’individualisation, de l’émergence du sujet autonome en milieu urbain, nous est familière. Elle tend à orienter aussi bien nos conceptions spontanées du changement social que les théories qui dominent le champ de la sociologie urbaine : la culture urbaine accélère la dissolution des liens sociaux traditionnels, et par le biais des multiples milieux de socialisation qu’elle propose, produit le modèle de l’individu rationnel, être urbain par excellence. Cette problématique qui relève d’une conception de l’individu abstrait (asexué) stratégique est fréquemment appliquée aux femmes, auxquelles la tradition assignerait des identités sexuelle et sexuée figées.

4Les pratiques des ONG observables dans les villes sont révélatrices de l’emprise de ces schèmes de perception. Les femmes sont définies comme la « population cible » privilégiée des opérations de micro-développement, de l’éducation pour la santé. Les espaces d’autonomie (économique notamment) proposés aux femmes sont censés les soustraire, ne serait-ce que momentanément, aux pressions exercées par « la tradition », et leur donner les moyens de transformer leur position sociale. Les opérations prendront couramment appui sur des formes culturelles en émergence (associations, groupes de voisinage), ou perçues comme traditionnelles (groupes ethniques, tons). L’importance accordée à l’autonomie économique est sans doute pertinente, elle correspond en tous cas aux préoccupations exprimées par les femmes, quelle que soit leur position sociale. Toutefois les commentaires suscités par les échecs de ces expériences laissent parfois perplexe : manque de rationalité calculatrice des femmes concernées et résistance des normes coutumières.

  • 1 Il serait sans doute intéressant d’analyser l’articulation de ces différents discours qui semblent (...)

5Curieusement les analyses des experts de terrain coïncident, sous une autre forme, avec les jugements que portent les uns sur les autres les femmes et les hommes les plus démunis. Femmes et hommes se désignent mutuellement à la fois comme des êtres de pulsion incapables de prévision et comme les auxiliaires du pouvoir exercé sur les individus par la famille, les aînés, parfois même les forces obscures du politique et de l’économique1.

« Entre les hommes et les femmes, c’est la guerre... »

6Nous mettrons ici en perspective quelques observations recueillies dans une configuration sociale limitée, un quartier « spontané » situé à la limite nord du district de Bamako.

7Femmes et hommes semblent s’y livrer une lutte sans merci. Du moins, tel est le leitmotiv des conversations informelles et des discours recueillis, qu’il s’agisse du mariage ou des rapports de séduction, de la circulation de l’argent ou des conversions religieuses. Cette « guerre » est perçue comme un indice du désordre profond qui caractérise la ville, opposée à l’espace paisible et ordonné du village. Mais cette guerre-là, on s’en aperçoit vite, s’articule avec bien d’autres conflits, fonciers, politiques, économiques, où s’affrontent représentants du pouvoir étatique et du pouvoir coutumier, entrepreneurs et ouvriers, réseaux de dépendance concurrents, « communautés » locales et pouvoirs lointains.

  • 2 Siya (« race »).
  • 3 La crise, telle que la définit G. Balandier, provoque un retour réflexif d’une société sur elle-mê (...)

8La ville est définie par les agents sociaux (quels que soient leur sexe et leur position sociale) comme un espace perturbé. Dans tous les discours, la ville, si proche soit elle, concentre tous les risques de contacts dangereux, de déséquilibre. Toutes les catégories2 s’y côtoient, se « mélangent », le changement y est plus rapide qu’ailleurs. Elle semble constituer un milieu caractérisé par la perturbation de l’espace, du temps, des corps, des relations. En situation de crise, les pratiques sociales, la mobilisation de l’expérience, ne vont plus de soi, elles sont objets de débats collectifs, et les individus eux-mêmes peuvent être amenés à se percevoir comme des êtres calculateurs et stratégiques3. Nous avons recueilli dans ce contexte des observations qui suscitent quelques interrogations sur les modalités de construction des genres. Elles nous ont permis d’appréhender la variabilité de leurs définitions.

UNE LUTTE POUR LA CONSTRUCTION DES TERRITOIRES SOCIAUX

9La transformation des interdépendances sociales dans l’espace résidentiel oriente, entre autres, la construction d’identités sexuées instables, variables selon les positions sociales. Nous considérerons ce processus comme une manifestation particulière d’un phénomène plus global, le réaménagement des rapports de dépendance, des formes d’appartenance et d’adhésion.

  • 4 Par le biais des opérations de lotissement. Ces procédures enclenchées ici en 1993 se fixent pour (...)

10Comme la plupart des quartiers « spontanés » des villes africaines, vu du centre, le quartier de Dianguinabougou (commune I de Bamako) est perçu comme extérieur à la ville – lieu où sont venus s’établir les nouveaux migrants ruraux chassés par les vagues de sécheresse et les populations urbaines en situation d’échec économique. Ces zones, occupées « illégalement », selon les modalités coutumières d’attribution des parcelles, sont désignées comme des espaces sociaux homogènes que la ville doit conquérir4, où doit s’instaurer un marché foncier régulé par les instances étatiques, malgré la résistance des tenants de la « coutume villageoise ».

11La population se caractérise en fait par son hétérogénéité et son renouvellement rapide. L’analyse des récits d’installation recueillis permet d’appréhender la diversité des trajectoires qui se croisent dans l’espace du quartier. Il semble qu’on puisse trouver là un principe de hiérarchisation des familles dans l’espace local. Il renvoie à la diversité des territoires relationnels d’appartenance, à la plus ou moins grande distance aux centres du pouvoir économique et politique qu’ils impliquent.

  • 5 Furu wari, dot et compensation matrimoniale.

12A partir des années 1980, l’installation à Dianguinabougou peut correspondre à une phase de stabilisation des trajectoires. L’acquisition d’un terrain permet à certains chefs de famille de mettre fin à une période de circulation dans l’espace urbain, de location en location. Ils affirment ainsi leur autorité familiale et leur statut au sein de leur lignage. Ils ont alors acquis une position économique qu’ils pensent stable, ouvriers d’une usine d’État, artisans... Pour d’autres, l’arrivée au quartier n’est qu’une étape dans un parcours d’errance urbaine. Travailleurs précaires, locataires perpétuellement expulsés, ils fuient la hausse des loyers dans les zones loties, et aussi parfois la disparition de leur clientèle (c’est le cas des petits artisans réparateurs, des porteurs d’eau...). Une décennie plus tard, tous, sous des formes diverses, ont connu une dégradation de leur situation, et l’annonce du lotissement semble remettre en cause la stabilité conquise par les possesseurs de parcelles. Certains sont au chômage, leurs enfants adultes accumulent les « apprentissages », les emplois précaires. Les activités des uns et des autres tendent à se concentrer dans l’espace du quartier ou des zones « spontanées » les plus proches. L’espace de leurs relations associatives, de leurs relations lignagères urbaines, coïncide avec celui des activités économiques. L’élaboration d’une « tradition » villageoise semble alors constituer un outil privilégié de négociation et d’interprétation des tensions sociales. Le village, espace de référence, est défini par l’ordre, la reproduction stable des rapports entre les générations. Le quartier de Dianguinabougou est constitué en village lorsqu’il s’agit de définir la ville comme un espace d’insécurité, où rien ne vient modérer le pouvoir de l’argent, celui de l’administration. Pourtant le quartier appartient bien à la ville quand les habitants le confrontent à l’espace imaginaire du village pour décrire la violence qui s’y installe, la dégradation des rapports entre aînés et cadets, entre hommes et femmes. Ce désordre généralisé est évoqué par les chefs de famille et leurs fils célibataires lorsqu’ils évoquent la monétarisation de la compensation matrimoniale5, « inconnue au village », qui « empêche le mariage des pauvres » ; par les mères et leurs filles également lorsqu’elles dénoncent l’inconstance des jeunes gens qui « refusent de se marier » et abandonnent les jeunes filles enceintes. Les aînés et les pères au chômage stigmatisent l’irrespect des jeunes qui refusent de reconnaître leur statut, et les cadets flétrissent les aînés incapables de jouer leur rôle traditionnel en leur procurant des épouses. La mémoire villageoise permet d’argumenter et de légitimer l’échec des perdants.

13Le lotissement et l’expulsion des habitants les plus précarisés favorisent l’implantation dans le quartier d’une troisième catégorie d’occupants. Leur parcours urbain apparaît comme un parcours d’accumulation de ressources monétaires, de relations, parfois de titres scolaires. Commerçants, employés d’administrations, techniciens, ils perçoivent leur installation comme une étape de leur trajectoire ascendante. L’espace relationnel qu’ils maîtrisent et tentent de développer englobe le village d’origine, la ville, lieu de leur exercice professionnel et le quartier, trois pôles dont ils travaillent l’étroite interdépendance. Ils instaurent au sein du quartier des relations d’échange hiérarchisées, procurent aux habitants des emplois domestiques, jouent le rôle d’intermédiaires avec l’administration, les employeurs du centre. Ils étendent en quelque sorte les relations de clientélisme qu’ils ont eux-mêmes nouées dans la ville, et alors qu’ils y occupent des positions relativement dominées, ils se voient peu à peu reconnaître localement un statut de « notable ».

14La diversité des temporalités qui s’inscrivent dans l’espace du quartier fait coexister des groupes caractérisés par une maîtrise inégale des réseaux de dépendance économique et politique. Cet élément nous a semblé intervenir de façon déterminante dans la variabilité des constructions de genre. La proximité spatiale, par le jeu de regards, par les formes conflictuelles d’interdépendances qu’elle institue, contribue à la transformation des relations entre les hommes et les femmes, des modèles qui orientent les définitions instables de la masculinité et de la féminité.

MAITRISER LA FEMME, EDUQUER L’HOMME

15Pour les populations les plus démunies de ressources économiques et sociales, le désordre urbain emprunte des formes multiples. Le repérage des risques est toujours lié dans les pratiques à la hiérarchisation des espaces de vie et de relations, à la définition des conditions de l’équilibre. Exercice périlleux, puisque les frontières tracées doivent sans cesse être redessinées.

  • 6 On peut aujourd’hui observer son extension dans les villages.
  • 7 Ce qui est le cas dans les milieux de gros négociants ou dans certaines couches moyennes en voie d (...)
  • 8 Elle permettra souvent aux familles de surmonter passagèrement leurs difficultés financières, parf (...)

16Les rapports entre pères et fils, entre aînés et cadets, hommes et femmes, sont caractérisés par l’incertitude, la confusion des rôles. La négociation des échanges matrimoniaux permet de repérer les tensions qui traversent le groupe familial, et au-delà, celui des alliés potentiels. La monétarisation de la compensation matrimoniale dans le contexte urbain6 est l’indice d’une profonde transformation des formes d’alliance, des règles de l’échange matrimonial. La compensation matrimoniale ne constitue plus une créance liant durablement par la dette les lignages « donneurs » et « preneurs » de femmes7. La somme reçue par la famille de la fiancée entre dans le circuit de l’argent8 et cet enjeu économique durcit les négociations.

17Dans un contexte de chômage généralisé, pères et aînés peuvent se trouver dépossédés de tout pouvoir économique. Ils n’en revendiquent pas moins la maîtrise des échanges matrimoniaux et des gains des cadets. La hiérarchie entre les classes d’âge se trouve donc constamment menacée, et les conflits qui en résultent sont vécus dans la honte à la fois par les aînés et les cadets. Les jeunes gens sont sommés de subvenir aux besoins de la famille, d’accumuler « l’argent du mariage », de rechercher eux-mêmes une alliance acceptable par les aînés.

  • 9 Les variations autour du thème de l’argent scandent les conversations et les confidences. L’argent (...)

18Parvenir à la fois à donner et à « cacher »9 l’argent aux aînés, à conquérir une fiancée contre les exigences monétaires de ses parents et la concurrence des autres, implique que l’on sache maîtriser à la fois la proximité et la distance. Qu’il s’agisse de transactions économiques ou de relations amoureuses, ces deux impératifs conditionnent la réussite.

19Les jeunes filles, elles aussi en font l’expérience face aux jeunes gens qui les courtisent et à leurs propres parents qui attendent d’elles qu’elles se marient, et découragent les prétendants par leurs exigences financières. Avoir un ou plusieurs enfants avant le mariage peut permettre de « capturer » le garçon, ou encore de contraindre les parents à diminuer le montant de la somme exigée. Mais, disent les jeunes filles, les garçons sont traîtres et volages, et à la chasse au mari, les filles sont nombreuses. Elles aussi doivent prendre des risques : célibat, grossesses suivies d’abandon, exclusion de la famille, maladies.

  • 10 Le vocabulaire des sentiments est intéressant à cet égard, par la hiérarchie qu’il instaure entre (...)

20Filles et garçons disent être perdants face à l’autre sexe. La distance entre les sexes est peut-être une de celles dont la maîtrise est la plus hasardeuse. Chaque groupe renvoie l’autre à une nature10 brutale, indifférente et avide, de sexe pour les jeunes gens, d’argent pour les jeunes filles.

  • 11 Tradition construite en situation de crise urbaine. On sait en effet que l’introduction des cultur (...)

21Rapports de séduction et rapports matrimoniaux sont dominés par le thème obsédant de l’argent et suscitent des références nostalgiques au mariage « traditionnel », au village où les rapports entre époux sont « droits », se conforment à une répartition stricte et immuable des tâches productives et des ressources11. Au village, affirme-t-on, les hommes apportent le mil et les épouses « la sauce ». Grâce à leurs activités de culture et au commerce, elles peuvent aussi assurer les dépenses liées aux « petits besoins » (achat de savon, de vêtements...). En ville, l’homme doit tout apporter, puisque lui seul a la possibilité de « trouver l’argent ».

22Hommes et femmes argumentent sur cette base.

23Les hommes revendiqueront ainsi la maîtrise totale des ressources de l’unité domestique, confineront les femmes aux travaux domestiques et attendront d’elles qu’elles limitent leurs exigences financières (vêtements, coiffure, financement de leur petit commerce).

24Les femmes exigent de leur conjoint qu’il sache se procurer l’argent nécessaire à l’entretien de la famille, qu’il manifeste par des dons d’argent aux épouses qu’il ne cache pas l’argent gagné... ou qu’il leur permette de disposer d’une partie de leur temps pour exercer des activités rémunératrices. Les transactions, les conflits parfois violents auxquels donne lieu la gestion des ressources monétaires sont marqués par le soupçon. Comment la femme peut-elle s’assurer que le mari ne dilapide pas l’argent ou ne l’économise pas pour épouser une nouvelle femme ? Comment l’homme peut-il contrôler les activités extérieures de l’épouse, la provenance réelle de ses gains (sa fidélité) et leur utilisation ?

25La maîtrise des ressources semble alors conditionnée par la possibilité de vaincre l’opacité qui s’instaure au sein de l’unité domestique. Dans ce contexte, les pratiques masculines et féminines dessinent des espaces et des temporalités fortement différenciés, qui contribuent à infléchir les modèles de la masculinité et de la féminité.

26Dans les milieux les plus précarisés, les femmes se définissent elles-mêmes comme une catégorie dominée, confinée dans un espace restreint où elles doivent circonscrire leurs activités. L’autorité des hommes de la famille, mais également les jugements des autres femmes, du voisinage, les y contraignent. L’observation de leurs déplacements, de leurs rythmes d’activité confirme ce fait. Elles se comparent alors aux épouses de petits fonctionnaires ou de commerçants qu’elles côtoient, aux « grandes commerçantes » du centre ville.

  • 12 « Nulle ne peut connaître l’homme, mais sois sûre qu’il finira par être infidèle et épouser une se (...)
  • 13 « La queue du chien ne reste pas en place, pour l’homme c’est pareil », déclarait une jeune fille (...)

27« L’homme » est alors décrit comme une créature à la fois proche et étrangère, ses réactions sont imprévisibles dans l’instant, et bien trop prévisibles dans le long terme12. Par ses comportements, il manifeste qu’il est un être de l’instant, entraîné par sa nature13. Ses pratiques économiques en témoignent aussi, il dilapide l’argent. Les femmes se définissent, elles, comme des êtres prévoyants, mais souvent dépourvus de pouvoir, lorsqu’il s’agit de maîtriser les naissances et les dépenses, de prévenir les désordres engendrés par la polygamie, de se protéger des « mauvaises maladies ». Il appartient donc aux femmes « d’éduquer » les hommes, « copains », fiancés ou maris, en leur faisant notamment appréhender les nécessités de la prévision (de l’épargne), de l’échange. Les cadeaux, les dons d’argent remis à la femme sont la contrepartie de son élégance (qui fait honneur à l’homme), des enfants, des relations sexuelles. Ils symbolisent aussi la confiance qui doit régner entre les époux.

  • 14 Pour éviter l’arrivée d’une co-épouse, il convient, nous dit-on, de mettre au monde assez d’enfant (...)

28L’observation des activités féminines laisse penser que la maîtrise du temps constitue un enjeu essentiel. Elle conditionne à la fois l’aménagement des rapports domestiques et l’accès aux espaces d’activité et de sociabilité extérieurs (tons de femmes, rues, marchés). Cette appropriation de l’espace, très inégale, manifeste aux yeux des autres femmes, de la famille, du voisinage, l’habileté conjugale qu’il convient d’exhiber. Autorité domestique et activité extérieure vont de pair. « Gagner du temps » implique une lutte sans fin pour l’organisation des tâches ménagères, durement négociée avec les autres femmes de la famille, pour l’espacement des naissances également, pour l’anticipation de la « carrière conjugale »enfin14.

29Il convient également de savoir utiliser les seuls collectifs extérieurs mobilisables dans un tel contexte : tons de femmes (pour l’épargne), mais aussi ONG et associations (financement d’activités collectives), personnel des dispensaires (planification discrète des naissances).

30Les femmes de petits fonctionnaires et de techniciens représentent alors le modèle de l’équilibre féminin : relative stabilité économique et générosité supposée du mari, conciliation du travail domestique et de l’activité rémunératrice, conquête de réseaux sociaux extérieurs au quartier. Ce modèle se construit dans une référence constante à deux figures féminines ambiguës, l’une lointaine, l’autre proche.

  • 15 Mogo nyanama, homme riche et puissant.
  • 16 Séduction d’hommes jeunes (« de l’âge de leurs fils »), vagabondage amoureux, duplicité et arrogan (...)

31Les « grandes commerçantes » du centre ville semblent au premier abord réaliser un idéal d’autonomie (appropriation des ressources, du temps, des relations sociales). Idéal inaccessible. Leur réussite implique l’aide « d’hommes puissants »15 et la liberté acquise les situe de leur coté. Maîtrise des rapports amoureux, de la fécondité, de l’argent, on attribuera à ces femmes des comportements masculins qui les rendent suspectes16.

32A l’opposé, les foyers féminins voisins sont attentivement observés, foyers déstructurés où l’absence des hommes conduit les femmes à exercer l’autorité, groupes domestiques féminins restreints entretenus par une femme active. Définis par leur situation précaire, leur échec va de soi pour les observatrices. Même pourvue de progéniture, la femme seule est alors définie comme une « femme manquée ». Une relative prospérité économique la fera fréquemment soupçonner de prostitution.

33La maîtrise des relations domestiques est aussi une composante essentielle de la masculinité définie par les hommes. Mais l’espace du foyer semble perçu comme périlleux, la trop grande proximité sociale n’y permet pas la négociation, il convient donc de le contrôler à distance. Le chef de famille et ses frères ne devraient pas être contraints d’intervenir dans les conflits féminins, ni être impliqués dans des affrontements conjugaux, qui manifestent leur absence d’autorité. Le prestige masculin dépend ainsi de la capacité à intégrer des chaînes de dépendance et des groupes d’adhésion qui procurent des ressources économiques stables. Cette réussite est liée à l’investissement d’espaces sociaux de plus en plus lointains. Là aussi, les hommes des couches moyennes mobiles constituent un référent, construit à travers les conflits et les rapports de concurrence.

  • 17 Elle pourra alors être financée par le mari.

34On conçoit que l’activité féminine puisse susciter l’affrontement au sein des familles les plus démunies de ressources économiques et sociales. De façon apparemment paradoxale, l’activité des femmes est d’autant mieux acceptée que la situation du mari est stable. Elle deviendra alors le signe de la réussite masculine17, tandis qu’elle révèle l’échec des chômeurs ou des travailleurs précaires.

L’INTERDEPENDANCE DES MODELES

35L’instabilité prolongée des groupes domestiques, l’impossibilité de réaliser les modèles sociaux différenciés de la réussite, de la masculinité et de la féminité constituent peut-être l’un des éléments moteurs des dynamiques religieuses observables localement.

  • 18 Les jeunes filles y sont données en mariage sans compensation matrimoniale.

36Dans les milieux les plus précarisés, on voit se multiplier les conversions à une secte islamique « piétiste » et populiste (Ançar-Dine). Les hommes s’y trouvent intégrés à une communauté transnationale perçue comme égalitaire18. Les prêches de l’Imam proposent des règles minutieuses de gestion de la vie quotidienne. Le contrôle des épouses et des filles en constitue l’une des thématiques essentielles. Les femmes converties, quelquefois avant leur mari ou leurs frères, disent trouver là un refuge qui leur assure le respect des hommes, la sécurité et une existence sociale conforme à leur situation « d’autrefois ».

  • 19 Il s’agit alors d’une pratique religieuse plus « conventionnelle ».
  • 20 Fait constaté par de nombreux chercheurs dans les villes d’Afrique de l’Ouest.

37Certains membres des couches moyennes semblent aujourd’hui renforcer la régularité (et l’ostentation) de leurs pratiques religieuses19. La polygamie et un relatif enfermement des femmes au foyer deviennent des indicateurs de statut20. On pourrait voir là une tentative pour se conformer au mode de vie attribué aux grands commerçants présents dans le quartier et aux hauts fonctionnaires du centre ville.

  • 21 Ces films sont doublés en français et rares sont les spectateurs qui maîtrisent cette langue.
  • 22 Certains contes recueillis en zone rurale et en ville présentent une trame similaire.

38Une analyse approfondie des interactions entre tous les modèles (religieux, « villageois », citadins) de la réussite masculine et féminine, devrait prendre en compte celui que diffusent les média. Notamment à travers les feuilletons brésiliens, qui réunissent une foule de voisins de tous sexes et âges devant le poste de télévision d’une famille plus aisée. Les épreuves traversées par les héros sont suivies et commentées avec passion21. Jeunes gens et jeunes filles y vivent un amour fusionnel, affrontent familles et conventions sociales, déjouent les complots, particulièrement pervers, des puissants22, triomphent. La passion amoureuse (« l’amour qui est dans le sang ») et la proximité affective (le partage, la confiance) sont pourtant exclues du champ des relations conjugales. Les récits de « premier amour » recueillis auprès d’hommes et de femmes mariés (25-35 ans) sont éclairants. Tout en évoquant le chagrin qu’ils ont ressenti lorsque les familles ont refusé le mariage désiré, ils affirment qu’on ne doit pas épouser celle (celui) que l’on aime. En premier lieu parce que l’homme et la femme amoureux sont « sans défense » face à leur conjoint. Le mariage est associé à la longue durée, aux intérêts négociés au quotidien, il suppose le maintien de la bonne distance entre les époux. Les hommes utilisent volontiers une métaphore alimentaire pour se faire entendre.

  • 23 Causerie sur l’amour et l’amitié, 2000.

39« Tu vois, nous aimons tous les sucreries, ce qui est doux, mais tous les jours nous mangeons du riz et du mil... Le riz et le mil, c’est ta femme, on ne peut pas manger des douceurs tous les jours sans être malade »23.

  • 24 Nous avons recueilli sur ce thème de nombreux récits et assisté à de fréquentes causeries. Stratég (...)
  • 25 « Tes parents et tes frères te feront toujours souffrir... ton ami te consolera, si tu en as un... (...)

40Les jeunes célibataires, quant à eux, assimilent l’amour « qui est dans le sang » à un accident désiré et redouté. Il est le propre de l’extrême jeunesse, au-delà, il met en danger la stabilité des adultes. Il instaure entre l’homme et la femme, ces étrangers intimes, une familiarité trompeuse. Les stratégies amoureuses et matrimoniales observables peuvent laisser penser que les relations entre hommes et femmes relèvent à la fois de la trop grande proximité et de la trop grande distance, qu’elles sont de ce fait les plus délicates à négocier. Les discours des hommes et des femmes concordent sur ce point. Tous opposent les relations amoureuses et conjugales au modèle des relations amicales. L’amitié (teriya) est décrite comme une proximité idéale, patiemment construite24. Ces affinités électives impliquent la réciprocité et la fusion, la moindre inégalité les met en danger. Les amis doivent partager leurs ressources et leurs secrets (« on peut tout dire, même ce qui fait honte »), se « donner des conseils », négocier pour l’autre les conflits familiaux. Cette proximité-là doit venir compenser la cruauté de la hiérarchie familiale25. Jeunes gens et jeunes filles déplorent fréquemment que relations amoureuses et amicales ne puissent obéir aux mêmes principes. Pour la plupart, les différences entre natures féminine et masculine l’interdisent, l’homme et la femme sont étrangers l’un à l’autre. Certains cependant décriront l’homme et la femme comme des « prisonniers » contraints de s’affronter en obéissant à des règles qui leur sont néfastes (l’homme doit exercer l’autorité, dira un jeune marié, même s’il est tenté d’avoir « pitié » de la femme, il a peur de ne pas être respecté ; la femme doit ruser et affirmer ses exigences « même quand elle sait qu’elle est injuste », dira une jeune fille). La « vie difficile », les « leçons des parents », en sont la cause. Les jeunes gens souhaitent alors qu’il devienne possible « d’avoir pitié l’un de l’autre », les jeunes filles qu’il soit possible de vivre avec son mari « comme une mère avec son enfant ».

CONCLUSION

41Au sein de la configuration sociale urbaine restreinte envisagée ici, on voit que la définition des modèles masculins et féminins est conditionnée par un ensemble de tensions sociales globales qui s’y inscrivent sous une forme singulière. Dans un contexte de crise économique violente, les équilibres précaires réalisés, entre les années 70 et 80, par les populations récemment urbanisées se trouvent bouleversés. Le champ économique devient opaque et les nouvelles règles qui le régissent sont vécues sur le mode de l’incertitude et du ressentiment. Elles remettent en cause le statut des aînés, les modes d’exercice de l’autorité et la définition des sphères masculine et féminine. La transformation des rapports de genre ne constitue qu’un cas particulier du réaménagement généralisé des formes de dépendance, d’appartenance et d’adhésion, des élaborations symboliques qui leur donnent sens.

  • 26 Dont on peut observer les effets spécifiques en zones rurales.

42Le contexte urbain intensifie, accélère cet ensemble de dynamiques26, il contribue à les modeler, les « stylise » en quelque sorte. La disparition progressive des formes antérieures de salariat urbain (la désindustrialisation) modifie profondément la division du travail entre hommes et femmes. Les débats dont l’activité féminine est l’enjeu en témoignent. Renforçant les effets du contexte économique, les modes d’installation et la mobilité des familles dans l’espace urbain participent à la transformation des règles du « marché matrimonial » et de l’alliance, en même temps qu’apparaissent de nouvelles possibilités d’activité et de socialisation féminines.

43Cependant, la proximité spatiale liée aux dynamiques foncières et aux modes de vie urbains nous semble être un élément clé pour la compréhension des processus de construction sociale des genres. On voit alors que les effets des contraintes économiques et spatiales propres au « milieu » urbain ne sont pas univoques. Les élaborations symboliques opérées par les agents donnent lieu à une multiplicité de constructions identitaires fluides et transitoires. La coexistence de groupes sociaux hiérarchisés dans l’espace de la ville favorise le jeu des regards croisés. Les interprétations du style de vie attribué aux couches moyennes peuvent orienter les modèles populaires de la masculinité et de la féminité. Mais la ville est aussi le lieu où sont élaborées (inventées) des « traditions » contradictoires, où la modernité se manifeste par l’apparente résurgence de formes sociales « archaïques » qui permettent de penser un ordre possible.

  • 27 Il conviendrait également d’analyser les constructions de « la vraie coutume bamanan d’avant l’Isl (...)

44Nous avons ici évoqué la prégnance de la « tradition villageoise » et ses usages, les réinterprétations de l’Islam27 et la diffusion de pratiques religieuses rigoristes. Toutes ces observations devraient nous conduire à remettre en cause la validité d’hypothèses courantes fondées sur une définition de la ville comme « milieu émancipateur ».

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Balandier G. [1984], Le désordre, Paris, Fayard.

Balandier G. [1988], Anthropologie politique, Paris, PUF, Chap. VII « Tradition et modernité ».

Capron J. [1988], Introduction à l’étude d’une société villageoise (1955-1968), Tours, Laboratoire d’Anthropologie et de Sociologie de Tours, Coll. « Mémoire du LAST ».

Notes

1 Il serait sans doute intéressant d’analyser l’articulation de ces différents discours qui semblent s’alimenter mutuellement.

2 Siya (« race »).

3 La crise, telle que la définit G. Balandier, provoque un retour réflexif d’une société sur elle-même, sur les outils dont elle dispose. Il s’agit d’un contexte favorable à l’analyse de ces outils et de leurs transformations.
Balandier G., Le désordre, Paris, Fayard, 1988, p. 38. Voir également Balandier G., Anthropologie politique, Paris, PUF, Chap. VII « Tradition et modernité », 1984.

4 Par le biais des opérations de lotissement. Ces procédures enclenchées ici en 1993 se fixent pour objectif la réhabilitation des quartiers « spontanés », percement de voies, assainissement, légalisation des occupations foncières. Elles provoquent d’importants mouvements de populations.

5 Furu wari, dot et compensation matrimoniale.

6 On peut aujourd’hui observer son extension dans les villages.

7 Ce qui est le cas dans les milieux de gros négociants ou dans certaines couches moyennes en voie d’ascension sociale. Là le mariage peut permettre d’entrer dans les réseaux commerçants ou dans les cercles politiques et administratifs.

8 Elle permettra souvent aux familles de surmonter passagèrement leurs difficultés financières, parfois d’investir dans un petit commerce ou de financer l’achat d’une parcelle constructible. Dans les quartiers spontanés de Bamako, la partie de la somme exigée avant le mariage religieux atteignait en 2001 de 40 000 à 75 000 F. CFA. Le montant total variait entre 10 000 et 180 000 CFA. Sans compter le prix des Kola et de la cérémonie. La somme entière est rarement payée, les négociations avant le mariage sont serrées.

9 Les variations autour du thème de l’argent scandent les conversations et les confidences. L’argent donné à la famille, à la fille courtisée, l’argent « bouffé » par les parents, dans des dépenses somptuaires que l’honneur exige, l’argent caché, confié à un allié sûr qui saura protéger le trésor contre son propriétaire et les autres.

10 Le vocabulaire des sentiments est intéressant à cet égard, par la hiérarchie qu’il instaure entre les individus de l’autre sexe. On retrouve là aussi l’évaluation des distances, de la durée. L’amour qui est « dans le sang » indique la proximité maximale, mais ne peut durer. Il est vécu sur le mode de la nostalgie. Les sentiments fondés sur la confiance (l’autre est « sérieux ») permettent une juste division des rôles, l’échange. Certaines relations relèvent de la jènèya (satisfaction des besoins sexuels), elles semblent dirigées par le hasard et l’intérêt.

11 Tradition construite en situation de crise urbaine. On sait en effet que l’introduction des cultures de rente dans certaines régions du Mali et la monétarisation généralisée des échanges économiques ont profondément transformé la division du travail entre hommes et femmes, et leurs modalités respectives d’accès aux ressources monétaires. On se référera par exemple aux travaux de Jean Capron, analysant les transformations des sociétés villageoises Bwa du Mali et du Burkina-Faso (Capron J., Introduction à l’étude d’une société villageoise (1955-1968), Tours, Laboratoire d’Anthropologie et de Sociologie de Tours, Coll. « Mémoire du LAST », 1988.
Si la culture des parcelles qui leur étaient allouées et la commercialisation des produits ont longtemps permis aux femmes d’être les détentrices des ressources monétaires de la communauté domestique, cette situation s’est progressivement renversée au profit des hommes.

12 « Nulle ne peut connaître l’homme, mais sois sûre qu’il finira par être infidèle et épouser une seconde dès qu’il aura l’argent. » (Femme mariée, 40 ans, réunion de tontine).

13 « La queue du chien ne reste pas en place, pour l’homme c’est pareil », déclarait une jeune fille délurée.

14 Pour éviter l’arrivée d’une co-épouse, il convient, nous dit-on, de mettre au monde assez d’enfants, d’inspirer à l’homme un respect durable... Il est prudent aussi d’économiser en prévision de son arrivée, car l’homme sera moins généreux.

15 Mogo nyanama, homme riche et puissant.

16 Séduction d’hommes jeunes (« de l’âge de leurs fils »), vagabondage amoureux, duplicité et arrogance envers les autres femmes.

17 Elle pourra alors être financée par le mari.

18 Les jeunes filles y sont données en mariage sans compensation matrimoniale.

19 Il s’agit alors d’une pratique religieuse plus « conventionnelle ».

20 Fait constaté par de nombreux chercheurs dans les villes d’Afrique de l’Ouest.

21 Ces films sont doublés en français et rares sont les spectateurs qui maîtrisent cette langue.

22 Certains contes recueillis en zone rurale et en ville présentent une trame similaire.

23 Causerie sur l’amour et l’amitié, 2000.

24 Nous avons recueilli sur ce thème de nombreux récits et assisté à de fréquentes causeries. Stratégies amicales et amoureuses présentent quelque ressemblance. Il convient dans les deux cas de mener l’enquête et de tester le partenaire avant d’accorder sa confiance.

25 « Tes parents et tes frères te feront toujours souffrir... ton ami te consolera, si tu en as un... C’est un grand malheur de ne pas avoir d’ami, une malédiction... La trahison d’un ami fait pleurer un homme, la trahison d’une femme le rend malheureux seulement » (Tailleur, 30 ans, causerie sur l’amitié, 1998).

26 Dont on peut observer les effets spécifiques en zones rurales.

27 Il conviendrait également d’analyser les constructions de « la vraie coutume bamanan d’avant l’Islam » (coutume animiste) et les multiples formes de syncrétisme.

Auteur

Université François Rabelais, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable