Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Les femmes dans la ville

Discours féministes et architecture/recherche urbaine (avec des exemples d’Allemagne)1

Christine Bauhardt

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Je remercie Béatrice Borghino qui non seulement a pris soin de la forme de ce texte mais qui est t (...)

1Mon intervention est basée sur deux axes d’approches, un axe théorique et un axe pratique. L’axe théorique analyse les discours féministes traitant des rapports sociaux de sexe dans l’espace et le bâti. Afin d’illustrer les approches théoriques je m’appuie sur des objets concrets ou bien des situations socio-spatiales à l’aide de diapositives. J’utilise l’expression « féministe » pour désigner une approche « genrée ». J’appelle « féministe » une approche qui est concernée par les rapports sociaux de sexe, et pas seulement par des problèmes ou des perspectives de femmes. En même temps, la notion de « féministe » implique un point de vue critique vis-à-vis du pouvoir des hiérarchies.

LA DIMENSION SOCIALE DE L’APPROCHE FEMINISTE DANS LE DEBAT SUR LES RAPPORTS SOCIAUX DE SEXE DANS L’ESPACE

  • 2 « La nature est l’invention de la culture. La culture qui veut convaincre chacun qu’elle a vraimen (...)

2La dimension sociale du genre renvoie à la construction sociale du dimorphisme biologique comme fondement des rapports sociaux de sexe. La construction sociale du dimorphisme biologique exprime l’idée qu’il n’y a pas de base naturelle pour ce qu’on appelle communément « les sexes ». La représentation des deux sexes – uniquement et exactement deux – est elle-même une performance culturelle et historique. La théoricienne en architecture, Diana Balmori, a exprimé cette idée dans de belles paroles : « Nature was Culture’s idea. Culture, when it wants to convince anybody that it is really right, just says that it’s Nature »2.

3Le dimorphisme biologique représente un exemple de la relation binaire de la classification normative du monde, n’acceptant pas l’entre-les-deux, l’ambiguïté. Bien que ce soit une performance culturelle, historique et scientifique de distinguer deux sexes cette distinction fait partie du savoir quotidien qui lui-même contribue à la reproduction du dimorphisme. Le genre se caractérise par des activités de représentation/incorporation et d’interprétation. Ces activités sont soumises aux valorisations normatives du féminin et du masculin. Le féminin et le masculin incarnent un ordre symbolique dont les représentations varient selon la culture et le moment historique. Au-delà de toute variabilité dans la forme, ces représentations produisent une supériorité du masculin sur le féminin.

  • 3 West Candace – Zimmerman Don H., « Doing gender », in Lorber Judith – Farell Susan A. (eds.), The (...)

4L’idée centrale de ces réflexions sur le genre est donc que l’ordre symbolique ne correspond pas nécessairement aux acteurs sociaux, donc aux personnes que nous qualifions de « homme » ou de « femme », selon la classification binaire. Or, l’approche du genre est de moins en moins centrée sur la différence entre « les hommes » et « les femmes » ou bien entre un comportement « masculin » ou « féminin ». L’intérêt porte plutôt sur le contexte dans lequel un comportement est considéré comme masculin ou féminin ou bien sur la reproduction du genre dans les façons d’agir au quotidien3.

5Que veut donc dire « la dimension sociale du genre » dans le débat féministe en architecture et en recherche urbaine ? D’abord il s’agissait de rendre visible la catégorie du genre comme un facteur structurant l’espace. Les femmes et leur travail montaient sur la scène de la ville. La critique de la division sexuelle du travail faisait entrer la catégorie du travail domestique en recherche urbaine et en architecture. Les architectes et urbanistes féministes pouvaient montrer comment les rapports sociaux de sexe sont cachés dans le bâti, comment l’organisation de l’espace est basée sur le travail non vu des femmes et comment le travail domestique est rendu plus difficile pour les femmes et invisible pour la société par les architectes et les aménageurs. Bien qu’il ne rentre pas explicitement dans leurs concepts le travail domestique des femmes y était malgré tout présupposé.

6Le travail domestique comme élément structurant l’espace n’est pas resté une catégorie d’analyse mais est devenu en Allemagne un concept pratique. Au lieu de le cacher et de le présupposer implicitement, des architectes féministes ont rendu explicite le sujet. Le travail domestique fut le point de départ pour un habitat soi-disant « adapté à la vie quotidienne de femmes » et des stratégies pour l’aménagement de l’espace public.

7Dans la sphère privée, c’est-à-dire concernant l’habitat, il y a eu en Allemagne deux lieux centraux qui visaient à rendre visible le travail des femmes non vu et négligé par les architectes : c’étaient la cuisine et la chambre individuelle pour chaque personne du ménage.

8La cuisine est considérée comme l’endroit où se passe une grande partie du travail ménager au sens propre du terme et aussi une grande partie de la vie sociale - la communication entre les membres de la famille, l’entraide de la mère de famille, des enfants et moins souvent du mari ou du père - la cuisine comme lieu de rencontre, de travail et d’éducation. L’idée complémentaire, un endroit pour se retirer et se reposer des exigences de la famille et du travail permanent, « a room for one’s own » (Virginia Woolf), est représentée par la demande : une chambre individuelle pour chaque personne. Il ne s’agit donc pas de réduire les femmes au ménage et au travail domestique mais plutôt d’impliquer tous les membres du ménage dans le travail quotidien d’un côté et de l’autre, d’offrir un espace individuel aux femmes à l’intérieur de la maison. Tous ces projets ont été réalisés dans le cadre du logement social et par la suite, ils ont introduit une nouvelle conception pour d’autres projets de construction de haute qualité en logement social.

9En ce qui concerne l’espace public, la catégorie du travail domestique fut introduite dans la recherche sur les transports et la mobilité en ville. Dans ce domaine aussi, il fallait d’abord rendre visible le travail des femmes dans l’espace public. Il s’avère beaucoup plus difficile de réaliser des projets concrets adaptés à la vie quotidienne des piétons et des usagers des transports en commun, pour la plupart des femmes, des jeunes et des personnes âgées. La politique des transports est surtout – et de plus en plus – une politique de grande vitesse négligeant les courtes distances et les déplacements de proximité.

10On peut donc conclure au sujet de la dimension sociale de l’approche féministe en architecture et en aménagement urbain que des projets de construction et de recherche ont rendu visibles les femmes et le travail domestique dans l’espace urbain. Ces projets valorisent les femmes en tant qu’usagères et productrices de la ville. Ils proposent des idées concrètes qui prennent en compte les différents espaces « genrés » du vécu et du potentiel au quotidien. Les architectes et urbanistes féministes mettent en cause l’universalisme d’une approche architecturale centrée sur l’esthétique, le « bel objet ». Dans un champ de travail dominé par la conception que l’usage et l’appropriation du bâti soient indépendants de la qualité universelle de l’objet esthétique, elles revendiquent la différence.

LA DIMENSION POLITIQUE DE L’APPROCHE FÉMINISTE DANS LE DÉBAT SUR LES RAPPORTS SOCIAUX DE SEXE DANS L’ESPACE

11La recherche féministe implique toujours une dimension politique, c’est-à-dire qu’elle cherche à découvrir les rapports de domination et les mécanismes de pouvoir. En architecture et en urbanisme la dimension politique a une base éminemment matérielle. Il s’agit de disciplines dans lesquelles l’argent et le pouvoir ne sont pas seulement transmis par des représentations symboliques dans l’espace mais aussi par des commandes concrètes de construction et de création.

  • 4 « La domination est le résultat de l’incapacité de reconnaître, d’apprécier et d’alimenter les dif (...)

12Comprendre le genre comme une dimension d’analyse du pouvoir entraîne la déconstruction des différences et des hiérarchies. Le débat sur le genre s’oppose à toute construction identitaire, quelle qu’elle soit, qu’il s’agisse d’identités sexuelles, culturelles, ethniques, religieuses ou autres. Le concept de différence ne rompt pas avec les exigences de l’égalité et de la justice sociale, au contraire : ce n’est qu’en prenant en compte la construction de la différence que l’égalité des différents se réalise. La féministe post-moderne Jane Flax a exprimé cette pensée dans la citation suivante : « Domination arises out of an inability to recognize, appreciate and nurture differences, not out of a failure to see everyone as the same. Indeed, the need to see everyone the same in order to accord them dignity and respect is an expression of the problem, not a cure for it »4.

13Parler de différence veut dire mettre en question le pouvoir. La question est moins de savoir : qui est différent et pourquoi ? Par contre, il s’agit d’analyser le contexte dans lequel des différences sont construites : qui parle de différence, quand et pourquoi ? Et aussi : quand et pourquoi des différences sont-elles niées ? La négation de différences et la construction d’identités représentent des processus de domination et d’appropriation – Derrida en parle aussi bien qu’Adorno. Par conséquent, la théorie féministe des dernières années tend à traiter le parallélisme des constructions sociales de « race », classe et genre. Le but de la déconstruction de ces catégories d’oppression est de refuser toute forme de domination légitimée par un prétendu universalisme abstrait.

14La dimension politique de l’approche féministe en architecture et en urbanisme vise à montrer que les chances et les moyens face à l’appropriation de l’espace sont différents entre les hommes et les femmes et que, en face de cette réalité, on aurait un aménagement et une construction qui seraient neutres. L’accès à l’espace et son appropriation sont déterminés par des facteurs divers. Qu’ils soient dépendants des ressources économiques n’est mis en question par personne. Mais que l’accès à l’espace, son appropriation et son aménagement soient influencés par les rapports sociaux de sexe est déjà moins communément accepté.

15En Allemagne, il y a plusieurs projets concrets qui mettent l’accent sur la discrimination des femmes sur le marché du travail et sur le marché du logement.

Les projets d’habitat pour les familles monoparentales

16Ce sont surtout les femmes responsables de jeunes enfants qui sont désavantagées car elles sont exclues largement de l’emploi – une situation aggravée par le fait qu’en Allemagne le système de l’éducation des jeunes enfants est mal réglé par l’État. La garde des jeunes enfants est en grande partie de la responsabilité des mères. Il y a eu donc des projets de construction concernant surtout la situation des mères célibataires et des familles monoparentales. En dehors de construire des logements de haute qualité à loyers modérés, l’idée fondamentale dans ces projets est de créer des espaces d’entraide et de soutien entre les femmes et de jeux et de loisirs pour les enfants (exemple de Recklinghausen, Rhénanie du Nord Westphalie). La participation des habitantes prenait une place importante dans le processus de création de ces logements. L’organisme de construction et les architectes femmes organisaient la participation des futures habitantes dans un processus ouvert. De cette façon une influence sur la création de l’habitat était laissée aux locataires du logement social, ce qui d’habitude est réservé aux propriétaires de maisons individuelles.

Les projets de création d’entreprises de femmes

  • 5 Il s’agit d’un jeu de mot : « Weiber » est une expression péjorative pour dire « femmes », « Wirts (...)

17Plusieurs projets destinés à améliorer la situation économique des femmes ont été réalisés en combinaison avec la réhabilitation écologique d’anciens bâtiments. Le plus connu est la Weiberwirtschaft5 à Berlin, une coopérative de femmes dont l’idée était de créer des entreprises et des réseaux de femmes travaillant à leur propre compte. Ce sont surtout les professions libérales, des avocates, des artistes, des expertes comptables ou des artisanes qui y ont aménagé leurs bureaux. À l’heure actuelle, il y a à peu près soixante entreprises qui s’y sont installées. L’idée du départ était de créer un lieu qui rassemble les différentes fonctions de la vie quotidienne sous un même toit : des lieux de travail, des lieux d’habitat et les services comme la garde des enfants et un restaurant. Tous ces endroits existent, mais les locataires des logements ne sont pas les mêmes personnes que les femmes qui y travaillent.

Les projets de construction par des architectes femmes

18Un autre point de départ pour redistribuer l’argent et le pouvoir est représenté par les essais d’ouvrir le marché de l’emploi de la construction largement fermé aux femmes, à l’aide de concours architecturaux réservés aux architectes femmes. Ces bâtiments réalisés par exemple à Berlin, à Bergkamen (Rhénanie du Nord Westphalie) ou à Vienne/Autriche sont extrêmement contestés dans la profession car ils en dénoncent explicitement le caractère masculin/androcentrique. Dans ces concours, c’étaient des femmes qui définissaient les critères des plans architecturaux, qui participaient aux concours et qui jugeaient les résultats - un défi énorme pour une profession profondément marquée par le pouvoir masculin : presque tous les concours architecturaux sont organisés et remportés par des hommes architectes. Le caractère politique de ces projets, selon moi, consiste moins en la création concrète du bâti – dans le sens d’une réponse à la question : « Les femmes architectes construisent-elles autrement – ou mieux ? » Je le vois plutôt dans le fait de rendre accessible, au moins partiellement, un marché de l’emploi qui n’en est pas un et ce faisant, de défier le pouvoir masculin de la profession.

LA DIMENSION CULTURELLE DE L’APPROCHE FÉMINISTE DANS LE DÉBAT SUR LES RAPPORTS SOCIAUX DE SEXE DANS L’ESPACE

19Mon dernier point, la dimension culturelle de l’approche féministe dans le débat sur les rapports sociaux de sexe dans l’espace, reprend l’idée de la construction de l’identité et de l’altérité. Je me réfère encore une fois à la construction sociale du dimorphisme de sexe et à l’ordre symbolique qu’elle produit. Au début de cette intervention, j’ai déjà mis l’accent sur le passage qui a été réalisé dans la théorie féministe entre les hommes et les femmes pris comme des individus empiriques à une conception genrée. Comprendre le genre comme une construction sociale et culturelle signifie, d’un côté, mettre en question les préceptes normatifs du masculin et du féminin, et de l’autre côté, chercher la réinterprétation de la construction du genre par des pratiques sociales. Il s’agit là de l’approche qu’on appelle queer.

20Le queer en tant que pratique sociale tend à surmonter la normativité hétérosexuelle produite par l’ordre symbolique des deux sexes ou bien – avec les termes de Judith Butler – par la matrice hétérosexuelle. Le concept désigne l’approche théorique de la déconstruction du genre et de la sexualité et l’approche politico-pratique des alliances stratégiques entre lesbiennes, gays, transsexuels, bisexuels, intersexuels. Ces personnes remettent en cause l’ordre du dimorphisme soi-disant naturel en confrontant leurs propres identifications à celles qui leur sont attribuées par l’extérieur.

  • 6 Ingram Gordon – Brent Bouthillette Anne-Marie – Retter Yolanda (eds.), Queers in Space : Communiti (...)

21Ces brouillages de l’ordre symbolique du genre par la pratique queer se manifestent aussi dans l’espace. Les éditeurs de l’anthologie « Queers in space », Gordon Brent Ingram, Anne-Marie Bouthillette et Yolanda Retter, entendent par un espace queer « an expanding set of queer sites that function to destabilize heteronormative relations and thus provide more opportunities for homoerotic expression and related communality »6, un réseau étendu de lieux queer qui déstabilisent les relations hétéronormatives et qui ainsi offrent plus de possibilités à l’expression homoérotique et à une vie collective.

  • 7 Foucault Michel, « Des espaces autres » in : Foucault Michel, Dits et écrits, tome IV, Paris, Gall (...)

22Avec Michel Foucault on peut appeler les espaces queer des hétérotopies, « ces espaces différents, ces autres lieux, une espèce de contestation à la fois mythique et réelle de l’espace où nous vivons »7. Les hétérotopies sont des espaces qui dépassent la vie quotidienne et qui permettent de par leur construction comme des « espaces autres » la compréhension de l’ordre social dominant. Ce sont des lieux de marginalité et de frontières, le point intéressant des frontières étant le fait que l’on puisse les transgresser, les transformer, que l’on puisse mettre en question la relation entre dedans et dehors. L’espace queer se forme et se transforme simultanément par le plaisir et par le danger de la transgression.

23Les approches féministes dans le débat sur les rapports sociaux de sexe dans l’espace ne peuvent pas éviter de prendre en compte les réalités différentes des individus selon les constructions de la différence et de l’altérité. Si au départ la discussion tournait autour de l’invisibilité des femmes et de leur travail dans l’espace, il s’agissait de troubler le pouvoir constitué par la différence du genre. Actuellement l’approche culturaliste ouvre des perspectives pour des analyses plus approfondies sur les représentations de genre/sexe dans leurs différentes manifestations : qui est-ce qui est représenté(e) dans l’espace et pourquoi ? quelles formes d’appropriation de l’espace pour quels sujets ? Le constat « l’espace est sexué » vaut toujours mais nous, architectes et aménageuses féministes, sommes moins sûr(e)s qu’avant de ce que cela veut dire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Balmori D. [1996], « The Case of the Death of Nature : A Mystery » in Agrest, Conway Diana, Weisman Patricia, Kanes Leslie (eds.), The Sex of Architecture. New York, Harry N. Abrams, p. 69-76.

Flax J. [1992], « Beyond equality : gender, justice and difference » in Bock, James Gisela, Susan (eds.), Beyond Equality and Difference. Citizenship, feminist politics and female subjectivity, London/New York, p. 193-210.

Foucault M. [1954-1988], « Des espaces autres » in : Foucault Michel, Dits et écrits, tome IV, Paris, Gallimard, p. 752-762.

Ingram G., Brent Bouthillette A.-M., Retter Y. (eds.) [1997], Queers in Space : Communities/Public Places/Sites of Resistance, Seattle.

West C., Zimmerman Don H. [1991], « Doing gender », in Lorber Judith - Farell Susan A. (eds.), The Social Construction of Gender, Newbury Park/London/New Delhi.

Notes

1 Je remercie Béatrice Borghino qui non seulement a pris soin de la forme de ce texte mais qui est toujours une interlocutrice engagée au sujet du féminisme.

2 « La nature est l’invention de la culture. La culture qui veut convaincre chacun qu’elle a vraiment raison dit tout simplement qu’elle est elle-même nature ». Balmori Diana, « The Case of the Death of Nature : A Mystery » in Agrest, Conway Diana, Weisman Patricia, Kanes Leslie (eds.), The Sex of Architecture. New York, Harry N. Abrams, 1996, p. 75.

3 West Candace – Zimmerman Don H., « Doing gender », in Lorber Judith – Farell Susan A. (eds.), The Social Construction of Gender, Newbury Park/London/New Delhi, 1991.

4 « La domination est le résultat de l’incapacité de reconnaître, d’apprécier et d’alimenter les différences, et pas du manque de considérer que nous sommes tous pareils. En vérité, la nécessité de considérer chacun comme identique aux autres, afin de leur accorder dignité et respect, est l’expression du problème, non sa solution. » Flax Jane, « Beyond equality : gender, justice and difference » in Bock, James Gisela, Susan (eds.), Beyond Equality and Difference. Citizenship, feminist politics and female subjectivity, London/New York, 1992, p. 193.

5 Il s’agit d’un jeu de mot : « Weiber » est une expression péjorative pour dire « femmes », « Wirtschaft » veut dire « économie » et « restaurant/bar ». La connotation sous-entendue de « Weiberwirtschaft » est le chaos entre femmes dans un lieu public.

6 Ingram Gordon – Brent Bouthillette Anne-Marie – Retter Yolanda (eds.), Queers in Space : Communities/Public Places/Sites of Resistance, Seattle, 1997, p. 449.

7 Foucault Michel, « Des espaces autres » in : Foucault Michel, Dits et écrits, tome IV, Paris, Gallimard, 1967-1984.

Auteur

Université de technologie de Berlin, Institut d’aménagement urbain et régional.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540